LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013"

Transcription

1 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43, bo ule vard du M aréchal Jo ffre BOURG LA REINE Tél. : Fax : Auteurs du rapport : Laurè ne Courouve Isabelle Bure au Dr Bruno De to urnay

2 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION METHODOLOGIE Constitution de la base et méthode d interrogation Cas clinique : suspicion de métastases RESULTATS Evolution du nombre d équipements Les structures contactées Résultats de l enquête Le taux d obtention des rendez-vous Les délais d obtention des RDV Corrélation entre le taux d équipements et les délais d obtention des Rendez-vous Des évolutions contrastées selon les régions CONCLUSION Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour u n re ndez-vo us d IRM Avril 2012

3 1 INTRODUCTION Depuis dix ans, ISA, Imagerie Santé Avenir a attiré l attention des pouvoirs publics sur la situation alarmante créée par le déficit en matière d appareils d IRM installés en France par rapport aux besoins. Les conséquences de cette situation ont été mises en évidence à travers différentes études. Parmi ces travaux, une approche a consisté à déterminer les délais d obtention des examens IRM à travers la simulation de la situation concrète d un patient disposant d une ordonnance, dans un contexte urgent, relevant d une pathologie cancérologique. Le délai d accès aux examens recommandés pour l orientation diagnostique et thérapeutique des patients en cancérologie est, à l évidence, un critère de qualité de l offre de soins de santé et cet indicateur figure depuis plusieurs années dans la plupart des plans gouvernementaux. Cette enquête sur les délais est réalisée systématiquement depuis 2003 sur l ensemble des services ou cabinets de radiologie disposant d une IRM. Entre le 1 er janvier 2003 et le 1 er janvier 2013, le parc d équipements IRM soumis à autorisation a augmenté pour passer d environ 230 appareils à 646 appareils installés en France Métropolitaine (hors équipements de recherche, militaires, vétérinaires, etc.). Pour autant, le délai d attente moyen pour un examen IRM en cancérologie en France métropolitaine s est stabilisé autour de 30 jours en moyenne depuis plusieurs années ; ce délai restant, globalement, trois fois supérieur aux objectifs fixés, par exemple, dans le Plan Cancer ou dans le rapport au Président de la République du Pr Grünfeld (qui évoquait comme indicateur un délai d attente moyen d IRM de 15 jours en 2009 et de 10 jours en 2010). Dans le même temps, des inégalités régionales considérables ont pu être observées, tant en termes de taux d équipements par million d habitants variant du simple au double selon les régions, que de délais moyens d obtention d un rendez-vous. Dans ce contexte, ISA a renouvelé, cette année encore, l enquête sur les délais afin d examiner les évolutions observées et de déterminer si les recommandations formulées dans ce domaine ont été suivies d effets, tant au niveau de la réponse aux besoins de soins de la population qu en matière d équité dans l accès aux examens sur le plan territorial. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

4 2 METHODOLOGIE L enquête a consisté, comme pour les années précédentes, à simuler la situation d un patient pour lequel un médecin aurait prescrit un examen dans une indication précise, correspondant aux recommandations de pratiques actuelles, et ayant à prendre un rendez-vous pour la réalisation de ces examens. 2.1 Constitution de la base et méthode d interrogation La liste des équipements IRM opérationnels qui sert de base de départ à l enquête a été constituée à partir de l agrégation de plusieurs sources (informations industrielles, listes antérieures, etc.). Pour chacun de ces équipements, une recherche de coordonnées téléphoniques a été effectuée dans l annuaire en s arrêtant au premier numéro de téléphone trouvé pour la structure disposant de l appareil. Quand une structure disposait de plusieurs appareils, elle n a été contactée qu une seule fois. Quand un GIE partageait l équipement, soit le GIE disposait d un numéro téléphonique unique pour les rendezvous et c est ce numéro de téléphone qui a été utilisé, soit il existait plusieurs numéros d appels possibles selon les structures et seule la structure correspondant au premier numéro a été contactée. Dans quelques cas, le numéro appelé renvoyait le patient soit vers une autre IRM déjà contactée par ailleurs et, dans ce cas cette structure n était pas rappelée, soit vers un cabinet de radiologie ou un secrétariat chargé de prendre les rendez-vous et cette structure était alors appelée pour prendre le rendez-vous. Les rendez-vous obtenus ont été systématiquement annulés à la fin de l entretien. 2.2 Cas clinique : suspicion de métastases La situation clinique présentée est la même que celle qui a été utilisée chaque année depuis 2003 : Un patient disposant d'une ordonnance pour une IRM lombaire à réaliser "en urgence", dans le cadre d une recherche d extension d un cancer, prend un rendez-vous pour la réalisation de cet examen. Les demandes de rendez-vous pour la réalisation des examens (fictifs) sont formulées par téléphone en suivant strictement le guide d entretien suivant rédigé à cet effet : «La fille du patient explique que son père a été opéré d'un cancer du colon il y a 3 mois et qu'il présente une douleur lombaire apparue il y a peu. Il a vu son médecin cancérologue il y a quelques jours qui a beaucoup insisté pour qu'il réalise une IRM lombaire rapidement. Étant venu se reposer quelques temps chez elle, son père doit bénéficier de cet examen durant ce séjour. Elle cherche donc le lieu de réalisation le plus proche possible du lieu de ce séjour». Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

5 3 RESULTATS 3.1 Evolution du nombre d équipements Sur le plan du nombre total d équipements, l année 2012 s est traduite par l installation de 28 équipements supplémentaires à l échelle nationale (métropolitaine) soit une progression de 4,5% du nombre total d équipements sur un an (progression similaire sur un an en 2011). Tableau 1 : Evolution du nombre d équipements IRM à usage humain installés en France métropolitaine depuis 2003 Nombre d équipements IRM installés France* Evolution (nombre d IRM) % d augmentation - +22,2% +25,3% +11,6% +6,6% +10,5% +6,9% +9,7% +9% +4,4% +4,5% *Source SNITEM/ISA, hors équipements de recherche, vétérinaires et militaires au 1er janvier de l année Le taux d équipement national en métropole se situe aujourd hui à 10,1 IRM par million d habitants. L objectif de 10 appareils/million d habitants figurant dans le Plan Cancer pour 2011 est atteint avec un retard de deux ans. Pour rappel, l objectif pour 2013 était de 12 IRM par million d habitants dans les 10 régions ayant la mortalité par cancer la plus élevée en France. Tableau 2 : Evolution du nombre d IRM par million d habitants depuis 2008 Population en milliers* Nombre d IRM** Taux par million d hbts 3,83 4,64 5,77 6,40 6,78 7,45 7,92 8,65 9,38 9,75 10,19 * Source INSEE (au 1 er janvier de l année considérée, données révisées à fin 2012) ** Source SNITEM/ISA La situation à l échelle nationale s améliore très lentement. Les inégalités territoriales en termes d offre IRM continuent à être très importantes et difficilement justifiables avec des variations allant du simple au double selon les régions. On note l ouverture de 6 nouvelles structures en région Aquitaine, 4 dans la région Nord Pas-de-Calais (cette région avait déjà le taux d équipement le plus élevé en 2012) et 3 dans la région Pays de la Loire (cette région avait le taux d équipement le plus faible en 2012) et en PACA. Les analyses régionales sont conduites en considérant la population des régions au 1 er l année précédente (car non encore disponible au 1 er janvier 2013). janvier de Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

6 Sept régions comptent plus de 10 appareils par million d habitants : le Nord Pas de Calais (13,6/million), la région Rhône Alpes (10,7/million), l Ile de France (12,5/million), Champagne-Ardenne (12/million), l Aquitaine (11,3/million), la Lorraine (10,2/million) et Poitou Charentes (10,1/million). Elles n étaient que 4 en La comparaison du taux d IRM par million d habitants entre 2011 et 2012 montre que celui-ci a augmenté pour 13 régions mais de manière significative (augmentation de 5% et plus du taux d équipement) dans 10 régions (Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Champagne-Ardenne, Haute- Normandie, Limousin, Nord Pas de Calais, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et PACA). Mais il a diminué dans 9 régions (pas d installation en 2012 alors que la population a légèrement augmentée d une année sur l autre). La région Nord-Pas-de-Calais continue à avoir le taux d équipement régional le plus élevé. Deux régions se caractérisent toujours par des taux d équipement régionaux très faibles (inférieurs à 7 IRM par million d habitants) : la Bourgogne et la Corse. En revanche, les Pays de la Loire qui étaient traditionnellement la région la moins équipée a procédé à 3 installations dans l année lui permettant de gagner deux rangs dans le classement des régions, en fonction de leur taux d équipement (7,2 IRM/million d habitants). Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

7 Tableau 3 : Nombre d IRM par million d habitants depuis 2009* (source SNITEM/ISA) (en bleu : les 10 régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer) Population en milliers (début 2009) Nb d IRM Taux/millio Population Population Population Différentiel Taux/million Taux/million Nb d IRM Taux/million n en milliers en milliers en milliers 2012 Nb d IRM Nb d IRM habitants (début 2010) habitants (début 2011) habitants (début 2012) ** habitants 2013 Alsace , , , ,7-0,03 (-0,3%) Aquitaine , , , ,3 1,75 (18,4%) Auvergne , , , ,1 0,73 (9,8%) Basse-Normandie , , , ,4-0,02 (-0,2%) Bourgogne , , , ,7-0,01 (-0,1%) Bretagne , , , ,0 0,56 (7,5%) Centre , , , ,0-0,02 (-0,3%) Champagne-Ardenne , , , ,0 0,76 (6,8%) Corse , , , ,3-0,07 (-1,1%) Franche-Comté , , , ,3-0,03 (-0,3%) Haute-Normandie , , , ,2 0,51 (5,9%) Ile de France , , , ,5 0,1 (0,8%) Languedoc-Roussillon , , , ,3-0,09 (-0,9%) Limousin , , , ,4 1,32 (16,4%) Lorraine , , , ,2 0,41 (4,2%) Midi-Pyrénées , , , ,9-0,08 (-0,8%) Nord - Pas-de-Calais , , , ,6 0,97 (7,7%) Pays de la Loire , , , ,2 0,78 (12,1%) Picardie , , , ,8-0,02 (-0,2%) Poitou-Charentes , , , ,1 0,51 (5,3%) PACA , , , ,1 0,59 (6,9%) Rhône-Alpes , , , ,7 0,22 (2,1%) France métropolitaine , , , ,2 0,40 * les taux d équipements sont calculés en rapportant le nombre d équipements installés en France métropolitaine, à la population estimée par l INSEE au premier janvier de l année précédente (valeur provisoire pour les dernières années actualisées en janvier 2013). Les populations présentées sont dès lors légèrement différentes de celles figurant dans les rapports antérieurs. ** Le nombre d équipements IRM est estimé sur la base des équipements installés établie par ISA Imagerie au 1 er janvier 2013 Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

8 3.2 Les structures contactées D après les données du SNITEM, le parc d IRM au 1 er janvier 2012 en France métropolitaine s établit à 646 appareils dont 28 nouveaux appareils installés au cours de l année 2012, hors équipements de recherche, vétérinaires et militaires. Pour des raisons diverses (en particulier lié au fait que certains sites disposent de deux équipements), 570 structures différentes ont finalement été contactées pour l enquête (1 structure contactée pour un appareil ou un groupe d appareils implantés sur un même site). Néanmoins : 3 structures ont déclaré être un service spécialisé (services d IRM pédiatriques, d IRM cardiovasculaires, d IRM neurologiques ) ; 7 structures ont déclaré que leur installation était temporairement hors service (centre fermé pour travaux, installation d une nouvelle machine en cours, machine en panne ) ; 2 structures sont restées injoignables après de nombreux appels. Les données de 558 structures ont donc été analysées. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

9 Tableau 4 : Répartition des structures contactées (une même structure pouvant disposer de plusieurs équipements) selon la région administrative (en bleu : les 10 régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer (toutes localisations) Régions % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) Alsace 2,7% (9) 2,7% (10) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,3% (10) 2,2% (11) 2,3% (12) 2,4% (13) 2,3 % (13) Aquitaine 4,5% (15) 5,1% (19) 5,3% (21) 5,1% (21) 5,6% (25) 5,2% (26) 5,2% (27) 5,2% (28) 6,3% (35) Auvergne 1,2% (4) 1,9% (7) 2,0% (8) 1,9% (8) 1,8% (8) 1,8% (9) 1,7% (9) 1,7% (9) 1,6% (9) Basse Normandie 1,8% (6) 2,4% (9) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,3% (10) 2,0% (10) 1,9% (10) 1,7% (9) 1,8% (10) Bourgogne 1,8% (6) 2,2% (8) 2,3% (9) 2,2% (9) 2,3% (10) 2,2% (11) 1,9% (10) 1,9% (10) 1,8% (10) Bretagne 4,8% (16) 4,0% (15) 4,3% (17) 4,4% (18) 4,5% (20) 4,4% (22) 4,2% (22) 4,3% (23) 4,3% (24) Centre 3,6% (12) 3,5% (13) 3,8% (15) 4,4% (18) 4,1% (18) 4,2% (21) 4,2% (22) 4,1% (22) 4,1% (23) Champagne Ardennes 1,8% (6) 1,9% (7) 1,8% (7) 1,9% (8) 2,7% (12) 2,6% (13) 2,5% (13) 2,8% (15) 2,9% (16) Corse 0,6% (2) 0,5% (2) 0,5% (2) 0,5% (2) 0,5% (2) 0,4% (2) 0,4% (2) 0,4% (2) 0,4% (2) Franche Comté 2,1% (7) 1,9% (7) 2,0% (8) 1,9% (8) 2,0% (9) 2,0% (10) 2,1% (11) 2,1% (11) 2,2% (12) Haute Normandie 2,1% (7) 2,4% (9) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,7% (12) 2,4% (12) 2,5% (13) 2,6% (14) 2,3% (13) Ile de France 21,4% (71) 22,0% (82) 22,7% (90) 23,7% (98) 23,4% (104) 23,3% (117) 22,8% (119) 22,1% (118) 21,5% (120) Languedoc Roussillon 3,9% (13) 3,8% (14) 3,5% (14) 3,4% (14) 3,5% (15) 3,6% (18) 4% (21) 3,9% (21) 4,1% (23) Limousin 1,8% (6) 1,3% (5) 1,5% (6) 1,2% (5) 1,4% (6) 1,0% (5) 1% (5) 1,1% (6) 0,9% (5) Lorraine 3,3% (11) 3,5% (13) 3,5% (14) 3,4% (14) 3,4% (15) 3,6% (18) 3,4% (18) 3,6% (19) 3,8% (21) Midi Pyrénées 3,9% (13) 4,8% (18) 5,3% (21) 5,3% (22) 4,7% (21) 5,2% (26) 5,2% (27) 4,9% (26) 5% (28) Nord Pas de Calais 7,8% (26) 6,2% (23) 6,6% (26) 6,3% (26) 6,3% (28) 6,6% (33) 7,5% (39) 7,5% (40) 7,5% (42) PACA 7,8% (26) 9,4% (35) 9,3% (37) 9,4% (39) 9,2% (41) 9,0% (45) 8,6% (45) 9% (48) 8,4% (47) Pays de la Loire 4,5% (15) 4,0% (15) 3,8% (15) 3,6% (15) 3,8% (17) 3,8% (19) 4% (21) 3,9% (21) 4,3% (24) Picardie 3,0% (10) 2,7% (10) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,5% (11) 2,4% (12) 2,3% (12) 2,4% (13) 2,3% (13) Poitou Charente 2,7% (9) 2,2% (8) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,3% (10) 2,4% (12) 2,7% (14) 2,8% (15) 2,5% (14) Rhône -Alpes 9,9% (33) 8,9% (33) 9,1% (36) 9,2% (38) 9,0% (40) 10,0% (50) 9,6% (50) 9,7% (52) 9,7% (54) TOTAL 100% (332) 100% (372) 100% (396) 100% (413) 100% (444) 100% (502) 100% (522) 100% (535) 100% (558) Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

10 3.3 Résultats de l enquête Le taux d obtention des rendez -vous Au total, 321 structures, soit 57,5 % de l ensemble des structures appelées ont pu communiquer un rendez-vous après 2,1 appels en moyenne (les appels échoués correspondent à des situations diverses : ligne occupée, personne non disponible, standard fermé, etc.). Ce taux d obtention était de 63,4% lors de l enquête précédente. Il est donc en baisse cette année alors qu il s améliorait constamment depuis Tableau 5 : Evolution du taux d obtention des rendez-vous Régions Taux d obtention 42,5% 41,3% 46,7% 49,2% 54,5% 54,5% 58,1% 59,0% 62,8% 63,4% 57,5% Parmi les 237 structures restantes (42,5% des structures contactées contre 36,6% des 535 structures contactées en 2012), pour lesquelles il n a pas été possible d obtenir un rendez-vous, le motif évoqué tient à la procédure utilisée. Tableau 6 : Motifs de non attribution d un rendez-vous L ordonnance doit être envoyée par courrier ou fax Le centre donne la priorité aux personnes hospitalisées Le médecin doit envoyer une demande par courrier ou fax Il faut se déplacer et remplir un formulaire Autre procédure* (53,1%) 20 (8,4%) 6 (2,5%) 32 (13,5%) 53 (22,3%) 237 (100%) * Les autres procédures invoquées sont : Laisser ses coordonnées pour être recontacté (N=19), Contacter un cabinet de radiologie de secteur (N=18), prendre RDV dans un autre établissement (N=5) Ces procédures sont les suivantes : l ordonnance doit être envoyée par courrier ou fax (126 structures soit 22,5% des structures des 558 structures contactées) et/ou des formulaires spécifiques doivent être complétés par le médecin prescripteur ou le patient (20 structures soit 3,6% des 558 structures contactées exigent la communication d un questionnaire complété par le patient ou son médecin prescripteur). 3,6% des 558 structures contactées n acceptent pas les malades externes à l établissement (hospitalisés ou suivi en consultation dans l hôpital) ou n habitant pas dans le même département. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

11 Figure 1 : Taux d obtention des rendez-vous par région en 2013 Les taux d obtention de rendez-vous varient notablement selon les régions (Tableau 7). En 2013, au moins 1 RDV a été obtenu dans toutes les régions sauf en Corse et dans le Limousin. Le taux d obtention est maximal en Bretagne, Nord Pas-de-Calais, Midi-Pyrénées et PACA (supérieur ou égal à 70%). Le nombre d IRM par million d habitants n explique pas toujours les écarts entre les taux d obtention des rendez-vous observés selon les régions. Ainsi, une des régions assez faiblement équipée (Haute- Normandie) sur le plan des structures IRM (9,2/million d habitants) se caractérise par un taux d obtention des rendez-vous relativement élevé (69,2%) alors qu en Alsace, avec un taux d équipement proche (9,7/million d habitants) le taux d obtention des rendez-vous direct est très faible 23,1%. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

12 Tableau 7 : Taux d obtention des rendez-vous par région depuis 2004 (en bleu : les 10 régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer ) Régions Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Structures contactées Alsace 0% 11,1% 30% 30% 30% 30% 18,2% 25% 23,1% ,1% Aquitaine 9,1% 33,3% 26,3% 42,9% 28,6% 44% 38,5% 37% 39,3% ,1% Auvergne 50% 50% 57,1% 50% 50% 37,5% 33,3% 33,3% 33,3% ,3% RDV obtenus Basse Normandie 25% 66,7% 44,4% 30% 30% 40% 40,0% 40% 55,6% % Bourgogne 50% 50% 25% 44,4% 33,3% 40% 54,5% 40% 50% % Bretagne 18,2% 43,8% 46,7% 64,7% 72,2% 75% 68,2% 72,7% 65,2% ,8% Centre 57,1% 50% 53,9% 46,7% 55,6% 44,4% 47,6% 54,5% 54,5% ,8% Champagne Ardennes 0% 66,7% 57,1% 71,4% 37,5% 41,7% 46,2% 61,5% 66,7% % Corse 0% 0% 50% 0% 0% 50% 0% 0% 50% Franche Comté 33,3% 28,6% 28,6% 37,5% 37,5% 44,4% 60,0% 63,6% 45,5% ,3% Haute Normandie 25% 28,6% 22,2% 30% 50% 58,3% 58,3% 76,9% 78,6% ,2% IDF* 45,5% 50,7% 54,9% 57,8% 64,3% 65,4% 64,1% 71,4% 74,6% % Languedoc Roussillon 75% 76,9% 78,6% 78,6% 71,4% 73,3% 72,2% 76,2% 76,2% ,6% Limousin 0% 33,3% 0% 0% 0% 16,7% 0,0% 0% 100% Lorraine 50% 45,5% 46,2% 57,1% 50% 60% 66,7% 72,2% 78,9% ,9% Midi Pyrénées* 57,1% 61,5% 55,6% 61,9% 72,7% 71,4% 69,2% 70,4% 69,2% % Nord Pas de Calais 54,5% 50% 52,2% 57,7% 46,2% 64,3% 69,7% 74,4% 70% ,2% PACA* 52% 57,7% 68,6% 64,9% 71,8% 75,6% 77,8% 82,2% 77,1% ,2% Pays de la Loire 40% 66,7% 60% 60% 53,3% 52,9% 63,2% 47,6% 61,9% ,5% Picardie 33,3% 30% 30% 40% 40% 36,4% 50,0% 41,7% 53,8% ,2% Poitou Charente 40% 11,1% 37,5% 50% 20% 30% 25,0% 35,7% 40% ,4% Rhône Alpes 50% 42,4% 51,5% 63,9% 57,9% 60% 60,0% 64% 57,7% ,1% Total 41,3% 46,7% 49.2% 54,5% 54,5% 58,1% 59,0% 62,8% 63,4% ,5% *Ex-régions dérogataires : régions qui bénéficiaient d une dérogation aux mécanismes d autorisation des équipements lourds après justification d une activité diversifiée et hautement spécialisée même lorsque la carte sanitaire était saturée Taux d obtention Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

13 3.3.2 Les délais d obtention des RDV En prenant en compte les délais d obtention des rendez-vous et les délais communiqués par les structures n ayant pas donné de rendez-vous (191 structures sur les 237 n ayant pas donné de rendezvous ont fourni une estimation soit 80,6% des 237 structures), le délai moyen est de 30,5 jours (médiane : 25,5 jours ; min : 1 jour ; max : 124 jours) soit une légère augmentation par rapport à l année 2012 (29,1 jours). La lente amélioration observée ces dernières années marque un temps d arrêt en Tableau 8 : Délai moyen (en jours) d obtention des rendez-vous depuis 2003 Régions Délais d obtention 36,1 29,3 33,3 34,3 35,4 34,5 34,6 32,2 29,1 30,5 jours Pour moins de 10% des structures, le délai d obtention d un rendez-vous est de moins d une semaine et pour près de 10% des structures, ce délai dépasse les 2 mois (respectivement 15% et 10% en 2012). Tableau 9 : Délai pour un rendez-vous d IRM (en jours) en 2011, 2012 et 2013 Délai d obtention d un RDV <=7 jours 7-15 jours jours jours jours Plus de 90 jours (12,5%) 63 (12,1%) 166 (31,8%) 157 (30,1%) 60 (11,5%) 11 (2,1%) 79 (14,8%) 93 (17,4%) 163 (30,5%) 154 (28,8%) 30 (5,6%) 16 (3%) 47 (8,4%) 75 (13,4%) 206 (36,9%) 181 (32,4%) 39 (7%) 10 (1,8%) 522 (100%) 535 (100%) 558 (100%) La situation sur le plan des délais d obtention des rendez-vous IRM se situe à un niveau qui correspond à près de deux fois l objectif du Plan Cancer précédent (délai espéré de 15 jours) voire 3 fois si l on retient les recommandations du rapport Grünfeld pour Par ailleurs, quand le rendez-vous a été obtenu (321 structures), le délai d attente était de 27,2 jours en moyenne (Min : 1 ; Max : 94 jours ; Médiane : 13 jours) contre 23,6 jours en 2012 et 26,6 jours en Ce délai a augmenté entre 2012 et 2013 alors qu il était en baisse entre 2011 et Lorsqu un rendez-vous n a pu être obtenu en raison des procédures administratives exigées, il a été demandé à la structure combien de temps il faudrait attendre en moyenne pour avoir un rendez-vous après réception des documents médicaux. 191 structures sur les 237 concernées ont répondu (80,6%). Pour ces structures, le délai moyen était alors estimé en moyenne à 35,7 jours (Min : 5 jours ; Max : 124 jours ; Médiane : 21 jours) contre 40,1 jours en 2012 et 44,2 jours en Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

14 Par rapport à 2012, les délais ont nettement diminué en région (plus de 10% de diminution) : - Aquitaine ; - Auvergne ; - Bretagne ; - Corse ; - Limousin ; - Pays de la Loire. Alors qu ils ont nettement augmenté (plus de 10% d augmentation) en : - Alsace ; - Centre ; - Ile de France ; - Languedoc Roussillon ; - Midi Pyrénées ; - Nord Pas-de-Calais ; - PACA ; - Poitou Charentes. Hormis la Corse et le Limousin, régions pour lesquelles l échantillon est très petit pour juger des évolutions, l évolution la plus remarquable est sans doute celle de la région Bretagne qui a vu le délai moyen passer de 55,5 jours en 2012 à 41,5 jours en L ouverture de nouvelles structures explique en partie les évolutions positives observées. Ainsi, en Aquitaine, le gain de 1,7 appareil par million d habitants sur une année s est traduit par une réduction de 9 jours des délais d attente. En Auvergne, le gain de 0,7 appareil par million d habitants d une année sur l autre a permis de gagner plus de 10 jours sur les délais d attente. Toutefois, les gains liés à l augmentation du taux d équipements ne se traduisent pas toutefois toujours de la même manière. Ainsi en région PACA, un gain de 0,6 appareil par million d habitants n a pas permis de réduire le délai d attente. L analyse de la situation de la région Nord Pas de Calais met en évidence la nécessité de poursuivre les efforts d installation au rythme de l accroissement des besoins. Ainsi, l augmentation du taux d équipement entre 2009 et 2010 de 8 IRM par million d habitants à 10,7 IRM par million d habitants avait permis de réduire de 6 jours les délais d attente. Le maintien d un effort d équipement permettant d atteindre un taux de 12,4 IRM par million d habitants en 2011 a cette fois ramené le délai à 20,7 jours soit un gain de presque 13 jours par rapport à Mais cette année, l installation de 5 équipements supplémentaires n a pas eu encore de conséquences sur le délai d accès. Enfin, si l effort d équipement se relâche les délais repartent nettement à la hausse comme l illustre par exemple, la situation d une région telle que le Languedoc Roussillon. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

15 Tableau 10 : Délai moyen (jours) par région depuis 2006 (en bleu : les 10 régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer) Régions Délai moyen en 2006 Délai moyen en 2007 Délai moyen en 2008 Délai moyen en 2009 Délai moyen en 2010 Délai moyen en 2011 Délai moyen en 2012 Délai moyen en 2013 %augme ntation %diminut ion Alsace 49,6 50,5 52,9 64,7 55,7 46,6 41,7 46,5 +10,3% Aquitaine 40,1 35,9 41,4 41,0 44,0 47,8 37,5 28,8-30,2% Auvergne 21,8 34,0 33,6 44,1 49,3 51,6 52, ,2% Basse Normandie 50 32,3 38,9 35,8 40,4 31,6 51,8 49,7-4,2% Bourgogne 34,4 33,6 33,4 28,7 37,4 35,6 41,5 38-9,2% Bretagne 31,4 43,8 47,9 43,5 43,6 47,9 55,5 41,5-33,7% Centre 31,7 38,9 28,3 37,8 36, ,7 40,6 +31,8% Champagne Ardenne 29,2 41,5 43,1 29,7 32,6 26,8 25,4 26,6 +4,5% Corse 89 72,0 74,5 29,5 40, , ,7% Franche Comté 50,2 25,7 34,0 24,7 32, ,3 35,7 +6,7% Haute Normandie 54,7 38,6 34,8 30,1 49,3 24,2 30,5 29,9-2,0% IDF 20,8 25,9 22,6 23,8 24,9 21,2 18,4 22,6 +18,6% Languedoc Roussillon 33,6 35,9 40,4 40,4 40,4 23,5 20,8 27,8 +25,2% Limousin 42 36,4 39,8 19,5 28,1 29, ,0% Lorraine 62,6 58,1 71,3 57,2 41,7 51,6 39,2 36,6-7,1% Midi Pyrénées 20 23,3 29,4 26,6 25,9 27,7 18,2 34,7 +47,6% Nord Pas de Calais 37,8 35,8 41,4 39,7 33,3 20,7 19,2 21,5 +10,7% Pays de la Loire 45,8 48,0 64,5 50,2 58, ,8 45,4-20,7% Picardie 27,9 43,9 44,7 40,0 22,3 32,3 38,3 40,7 +5,9% Poitou Charente 31,9 41,4 43,7 44,7 57,5 42,1 23,5 28,6 +17,8% PACA 27,8 24,0 23,9 28,3 32, ,7 31,5 +15,2% Rhône Alpes 29,4 36,6 33,5 36,7 26,6 24,3 23,4 24,2 +3,3% Total 33,3 34,3 35,4 34,5 34,6 32,2 29,1 30,5 +4,6% Délai calculé à partir des dates de rendez-vous et des délais estimés dans les structures n ayant pas donné de rendez vous En 2013, la proportion de français vivant dans des régions où les délais dépassent 30 jours est encore de 46%. Ce chiffre était de 39% en Cette augmentation est la conséquence de l augmentation du délai dans les régions à forte population (Région PACA notamment). Il n y a plus cette année de régions où les délais sont inférieurs à 20 jours. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

16 Figure 2 : Répartition de la population française en fonction des délais moyens observés Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

17 3.3.3 Corrélation entre le taux d équipement s et les délais d obtention des Rendez-vous L analyse des relations unissant le délai moyen observé et le nombre d IRM par million d habitants au niveau régional montre cependant qu un même niveau d équipement peut se traduire par des délais très différents (Figure 3). Cette situation résulte sans doute de divers facteurs locaux difficiles à apprécier : état des besoins, pratiques, nature du parc, etc. Les ex-régions dérogataires comme la région Midi-Pyrénées, PACA et l Ile de France, se caractérisaient par les délais les plus faibles jusqu en L Ile de France a maintenu ce délai parmi les plus bas au fil des années. Par ailleurs, en région PACA et dans une moindre mesure en Midi-Pyrénées, les délais ont eu tendance à s allonger ces dernières années. Les inégalités régionales demeurent criantes, certaines régions se caractérisant à la fois, par les délais d attente les plus élevés et les taux d équipement les plus faibles par million d habitants. Ainsi les Pays de la Loire et la Basse-Normandie ont les taux d équipement parmi les plus faibles et les délais parmi les plus élevés (45,4 jours et 49,7 jours). Le délai moyen pondéré par la taille de la population dans les 5 régions les moins bien équipées est de 43,3 jours alors qu il est de 23,8 jours dans les 5 régions les mieux équipées ce qui illustre le lien existant entre les deux critères que sont le délai d attente et le taux d équipement. Analyse statistique de la relation entre le délai et le taux d équipement Le calcul des coefficients de corrélation (Coefficient de Pearson) nous indique qu il existe une liaison linéaire entre les deux variables quantitatives que sont le délai d attente et le taux d équipements. Ainsi, l augmentation du nombre d équipements par million d habitants entraine la diminution du délai d obtention d un rendez-vous d IRM (liaison linéaire négative). L analyse de ces coefficients indique que cette relation est statistiquement significative en 2013, comme elle l était en 2012 et 2011 : En 2013, ce coefficient est de -0,70 (p=0,002). Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

18 Figure 3 : Relation entre le nombre d'irm par million d'habitants et le délai moyen observé au niveau régional En présentant la droite de régression entre les deux paramètres que sont le délai d attente pour un examen IRM et le nombre d appareils par million d habitants la figure ci-dessus constitue une autre illustration de la relation existant entre ces deux critères. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

19 Figure 4 : Délais moyens d attente (jours) pour les rendez-vous d IRM obtenus et estimés en Des évolutions contrastées selon les régions L année qui vient de s écouler a été marquée par des progrès dans certaines régions en matière d équipements IRM. Les régions Aquitaine, Nord Pas de Calais, PACA et Pays de Loire ont concentré à elles quatre plus de 60% des installations réalisées en France Métropolitaine en A contrario, 9 régions n ont fait aucun d effort d équipement sur la même période. Parmi ces régions, l Alsace, la Bourgogne et la Picardie figurent pourtant parmi les régions traditionnellement caractérisée par une mortalité par cancer élevée. La situation est totalement anormale en Bourgogne où le taux d équipement est désormais le plus faible de France (hors Corse, mais on peut penser que certains insulaires bénéficient d examens sur le continent). Se dessine ainsi, peu à peu, tant sur le plan des taux d équipements que des délais d accès à ces équipements, une image contrastée opposant une France dynamique cherchant à répondre aux besoins de santé de sa population et des régions attentistes, laissant perdurer voire se dégrader des situations de sous-équipements caractérisées. Les régions dynamiques comprennent des régions favorisées depuis de nombreuses années comme l Ile de France ou la région Rhône-Alpes mais aussi des régions aux besoins reconnus comme le Nord Pas de Calais et Champagne-Ardenne qui voient leur situation s améliorer nettement au cours du temps sur le plan de l indicateur de qualité des soins que constitue le délai d attente pour un examen IRM. Certaines régions comme la Bretagne et l Aquitaine ont fait des efforts importants d équipements en et les délais d attente dans ces régions se sont, de ce fait, nettement améliorés. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

20 Les régions attentistes sont illustrées par le cas de la Basse-Normandie où le délai d attente pour un examen IRM pourtant indispensable reste un des plus élevés en France et atteint presque 50 jours. On peut sans doute inclure dans ce groupe l Auvergne, la Bourgogne ou encore la Picardie. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

21 Figure 5 : Evolution des délais d obtention des rendez-vous entre 2011 et 2013 Enquête 2013 Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

ESPACE FTP Guide d utilisation

ESPACE FTP Guide d utilisation ESPACE FTP Guide d utilisation Introduction 1 ère Connexion Connexion rapide Ergonomie du logiciel Navigation Transfert Groupes d accès Suppression Accès partenaires Annexe : installation Filezilla 1 ESPACE

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2014 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2014... 3 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...3

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU PAT

LES OBJECTIFS DU PAT LES OBJECTIFS DU PAT Le PAT s inscrit dans le cadre des axes de développement approuvés par l assemblée générale fédérale pour l olympiade 2012/2016. Il est le moyen de mettre en synergie l ensemble des

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2013 Version définitive Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47

Plus en détail

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est :

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est : 1 En complément de la publication des informations routières sur le site internet Bison Futé, un service gratuit de diffusion par messagerie électronique est ouvert aux professionnels. Pour recevoir l'information

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

REGION BASSE-NORMANDIE

REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013 MAI 2013 NOTE CONJONCTURELLE Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél.

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Juillet 2014. A partir du traitement de l enquête ES 2010. Carole Peintre Fanny Rougier. CEDIAS CREAHI Île-de-France

Juillet 2014. A partir du traitement de l enquête ES 2010. Carole Peintre Fanny Rougier. CEDIAS CREAHI Île-de-France «Qualifier les profils des personnes en situation de handicap accueillies hors de leur région de domiciliation et caractériser les équipements dont elles bénéficient» A partir du traitement de l enquête

Plus en détail

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens au 1er Juin 2015 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

au 1er novembre 2013

au 1er novembre 2013 au 1er novembre 2013 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA»

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» Les Journées Normandes Urgences Cardiologiques 2015 «VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» RECOMMANDATIONS GACI 2013 René Koning Rouen 2014-2015 Past- Président H. Le Breton Président R. Koning B. LaBuca

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 Professionnels de santé : exercer dans le Val-de-Marne Jeudi 04 avril 2013 La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 1 Dr Bernard LE DOUARIN Président CDOM Val-de-Marne Selon les prévisions

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le nouveau paradigme de l IT IDC Visit us at IDC.com and follow us on Twitter: @IDC 2 L arrivée de nouvelles technologies insuffle

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre 2006 et 2008

La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre 2006 et 2008 Point d information 22 janvier 2009 La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre et Au cours de la dernière décennie, la France, traditionnellement

Plus en détail

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 PARIS, le 11 Avril 2000 PROCES VERBAL REUNION AFFAIRES GENERALES DU 24 MARS 2000 Présents : MM. SIMON, MERIC, VILLEROT, MARLIOT, Mmes

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 «Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 Sommaire Introduction P. 2 Profil des personnes interrogées

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

DÉCLARATION D APPAREILS DE RADIODIAGNOSTIC MÉDICAL ET DENTAIRE

DÉCLARATION D APPAREILS DE RADIODIAGNOSTIC MÉDICAL ET DENTAIRE MED/RX/001 SD9 DÉCLARATION D APPAREILS DE RADIODIAGNOSTIC MÉDICAL ET DENTAIRE Je soussigné Nom :... Prénom :... Titre/Qualité :... déclare les appareils de radiodiagnostic désignés dans la liste annexe

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Préface En mars 2013, CarSonar a été lancé afin de réunir dans un même site toutes les offres d autopartage

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014 Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Rappel Méthodologique Modes de réception TV À partir de 2014 : Niveau national et régional Enquête

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 3. ACCES RACCORDEMENT D Identification : -NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0 17/10/2013 Version initiale -NOI-RAC-02E V.2.7

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2013... 3 Agents qualifiés de laboratoire (techniciens, ouvriers

Plus en détail

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document.

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document. FICHE CANDIDATURE Ain mieux vous connaître, nous vous remercions compléter soigneusement toutes les rubriques ce document. Ce document dûment complété n engage en rien Planet Sushi ou le candidat. L intégralité

Plus en détail

E T U D E M U L T I C L I E N T

E T U D E M U L T I C L I E N T E T U D E M U L T I C L I E N T IIDC France : 124, Bureaux de la Colline, 92213 Saint-Cloud Cedex, France. Téléphone : 33.1.55.39.61.00 Fax : 33.1.55.39.61.01 L e M a r c h é d e s L o g i c i e l s e

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale»

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Article 1 : Organisateur du concours L association France Energie Eolienne, située au 12 rue Vivienne, 75002 Paris, SIRET n 432 446

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

La VAE à travers les régions. (information conseil et validation) Année 2012. études. Etude logo Proposition 4 bis

La VAE à travers les régions. (information conseil et validation) Année 2012. études. Etude logo Proposition 4 bis La VAE à travers les régions (information conseil et validation) Année 2012 études Etude logo Proposition 4 bis Décembre 2014 Sommaire NOTICE DE LECTURE p. 3 INFORMATION CONSEIL EN VAE Points relais conseil

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Depuis plusieurs années, l IRDES étudie le marché de la couverture complémentaire et a élaboré, en 1998,

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON ACO S S STA T SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON N - JANVIER 5 Le 1er juillet 3, une réduction unique des cotisations patronales de Sécurité sociale

Plus en détail

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013 La régie de la radio en ligne Offre commerciale 2013 Audience des radios EN LIGNE en France Chaque jour, en moyenne 1.9OO.OOO d internautes ont visité au moins l un des sites de Radio 2.0 la semaine, contre

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail