LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013"

Transcription

1 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43, bo ule vard du M aréchal Jo ffre BOURG LA REINE Tél. : Fax : Auteurs du rapport : Laurè ne Courouve Isabelle Bure au Dr Bruno De to urnay

2 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION METHODOLOGIE Constitution de la base et méthode d interrogation Cas clinique : suspicion de métastases RESULTATS Evolution du nombre d équipements Les structures contactées Résultats de l enquête Le taux d obtention des rendez-vous Les délais d obtention des RDV Corrélation entre le taux d équipements et les délais d obtention des Rendez-vous Des évolutions contrastées selon les régions CONCLUSION Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour u n re ndez-vo us d IRM Avril 2012

3 1 INTRODUCTION Depuis dix ans, ISA, Imagerie Santé Avenir a attiré l attention des pouvoirs publics sur la situation alarmante créée par le déficit en matière d appareils d IRM installés en France par rapport aux besoins. Les conséquences de cette situation ont été mises en évidence à travers différentes études. Parmi ces travaux, une approche a consisté à déterminer les délais d obtention des examens IRM à travers la simulation de la situation concrète d un patient disposant d une ordonnance, dans un contexte urgent, relevant d une pathologie cancérologique. Le délai d accès aux examens recommandés pour l orientation diagnostique et thérapeutique des patients en cancérologie est, à l évidence, un critère de qualité de l offre de soins de santé et cet indicateur figure depuis plusieurs années dans la plupart des plans gouvernementaux. Cette enquête sur les délais est réalisée systématiquement depuis 2003 sur l ensemble des services ou cabinets de radiologie disposant d une IRM. Entre le 1 er janvier 2003 et le 1 er janvier 2013, le parc d équipements IRM soumis à autorisation a augmenté pour passer d environ 230 appareils à 646 appareils installés en France Métropolitaine (hors équipements de recherche, militaires, vétérinaires, etc.). Pour autant, le délai d attente moyen pour un examen IRM en cancérologie en France métropolitaine s est stabilisé autour de 30 jours en moyenne depuis plusieurs années ; ce délai restant, globalement, trois fois supérieur aux objectifs fixés, par exemple, dans le Plan Cancer ou dans le rapport au Président de la République du Pr Grünfeld (qui évoquait comme indicateur un délai d attente moyen d IRM de 15 jours en 2009 et de 10 jours en 2010). Dans le même temps, des inégalités régionales considérables ont pu être observées, tant en termes de taux d équipements par million d habitants variant du simple au double selon les régions, que de délais moyens d obtention d un rendez-vous. Dans ce contexte, ISA a renouvelé, cette année encore, l enquête sur les délais afin d examiner les évolutions observées et de déterminer si les recommandations formulées dans ce domaine ont été suivies d effets, tant au niveau de la réponse aux besoins de soins de la population qu en matière d équité dans l accès aux examens sur le plan territorial. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

4 2 METHODOLOGIE L enquête a consisté, comme pour les années précédentes, à simuler la situation d un patient pour lequel un médecin aurait prescrit un examen dans une indication précise, correspondant aux recommandations de pratiques actuelles, et ayant à prendre un rendez-vous pour la réalisation de ces examens. 2.1 Constitution de la base et méthode d interrogation La liste des équipements IRM opérationnels qui sert de base de départ à l enquête a été constituée à partir de l agrégation de plusieurs sources (informations industrielles, listes antérieures, etc.). Pour chacun de ces équipements, une recherche de coordonnées téléphoniques a été effectuée dans l annuaire en s arrêtant au premier numéro de téléphone trouvé pour la structure disposant de l appareil. Quand une structure disposait de plusieurs appareils, elle n a été contactée qu une seule fois. Quand un GIE partageait l équipement, soit le GIE disposait d un numéro téléphonique unique pour les rendezvous et c est ce numéro de téléphone qui a été utilisé, soit il existait plusieurs numéros d appels possibles selon les structures et seule la structure correspondant au premier numéro a été contactée. Dans quelques cas, le numéro appelé renvoyait le patient soit vers une autre IRM déjà contactée par ailleurs et, dans ce cas cette structure n était pas rappelée, soit vers un cabinet de radiologie ou un secrétariat chargé de prendre les rendez-vous et cette structure était alors appelée pour prendre le rendez-vous. Les rendez-vous obtenus ont été systématiquement annulés à la fin de l entretien. 2.2 Cas clinique : suspicion de métastases La situation clinique présentée est la même que celle qui a été utilisée chaque année depuis 2003 : Un patient disposant d'une ordonnance pour une IRM lombaire à réaliser "en urgence", dans le cadre d une recherche d extension d un cancer, prend un rendez-vous pour la réalisation de cet examen. Les demandes de rendez-vous pour la réalisation des examens (fictifs) sont formulées par téléphone en suivant strictement le guide d entretien suivant rédigé à cet effet : «La fille du patient explique que son père a été opéré d'un cancer du colon il y a 3 mois et qu'il présente une douleur lombaire apparue il y a peu. Il a vu son médecin cancérologue il y a quelques jours qui a beaucoup insisté pour qu'il réalise une IRM lombaire rapidement. Étant venu se reposer quelques temps chez elle, son père doit bénéficier de cet examen durant ce séjour. Elle cherche donc le lieu de réalisation le plus proche possible du lieu de ce séjour». Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

5 3 RESULTATS 3.1 Evolution du nombre d équipements Sur le plan du nombre total d équipements, l année 2012 s est traduite par l installation de 28 équipements supplémentaires à l échelle nationale (métropolitaine) soit une progression de 4,5% du nombre total d équipements sur un an (progression similaire sur un an en 2011). Tableau 1 : Evolution du nombre d équipements IRM à usage humain installés en France métropolitaine depuis 2003 Nombre d équipements IRM installés France* Evolution (nombre d IRM) % d augmentation - +22,2% +25,3% +11,6% +6,6% +10,5% +6,9% +9,7% +9% +4,4% +4,5% *Source SNITEM/ISA, hors équipements de recherche, vétérinaires et militaires au 1er janvier de l année Le taux d équipement national en métropole se situe aujourd hui à 10,1 IRM par million d habitants. L objectif de 10 appareils/million d habitants figurant dans le Plan Cancer pour 2011 est atteint avec un retard de deux ans. Pour rappel, l objectif pour 2013 était de 12 IRM par million d habitants dans les 10 régions ayant la mortalité par cancer la plus élevée en France. Tableau 2 : Evolution du nombre d IRM par million d habitants depuis 2008 Population en milliers* Nombre d IRM** Taux par million d hbts 3,83 4,64 5,77 6,40 6,78 7,45 7,92 8,65 9,38 9,75 10,19 * Source INSEE (au 1 er janvier de l année considérée, données révisées à fin 2012) ** Source SNITEM/ISA La situation à l échelle nationale s améliore très lentement. Les inégalités territoriales en termes d offre IRM continuent à être très importantes et difficilement justifiables avec des variations allant du simple au double selon les régions. On note l ouverture de 6 nouvelles structures en région Aquitaine, 4 dans la région Nord Pas-de-Calais (cette région avait déjà le taux d équipement le plus élevé en 2012) et 3 dans la région Pays de la Loire (cette région avait le taux d équipement le plus faible en 2012) et en PACA. Les analyses régionales sont conduites en considérant la population des régions au 1 er l année précédente (car non encore disponible au 1 er janvier 2013). janvier de Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

6 Sept régions comptent plus de 10 appareils par million d habitants : le Nord Pas de Calais (13,6/million), la région Rhône Alpes (10,7/million), l Ile de France (12,5/million), Champagne-Ardenne (12/million), l Aquitaine (11,3/million), la Lorraine (10,2/million) et Poitou Charentes (10,1/million). Elles n étaient que 4 en La comparaison du taux d IRM par million d habitants entre 2011 et 2012 montre que celui-ci a augmenté pour 13 régions mais de manière significative (augmentation de 5% et plus du taux d équipement) dans 10 régions (Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Champagne-Ardenne, Haute- Normandie, Limousin, Nord Pas de Calais, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et PACA). Mais il a diminué dans 9 régions (pas d installation en 2012 alors que la population a légèrement augmentée d une année sur l autre). La région Nord-Pas-de-Calais continue à avoir le taux d équipement régional le plus élevé. Deux régions se caractérisent toujours par des taux d équipement régionaux très faibles (inférieurs à 7 IRM par million d habitants) : la Bourgogne et la Corse. En revanche, les Pays de la Loire qui étaient traditionnellement la région la moins équipée a procédé à 3 installations dans l année lui permettant de gagner deux rangs dans le classement des régions, en fonction de leur taux d équipement (7,2 IRM/million d habitants). Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

7 Tableau 3 : Nombre d IRM par million d habitants depuis 2009* (source SNITEM/ISA) (en bleu : les 10 régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer) Population en milliers (début 2009) Nb d IRM Taux/millio Population Population Population Différentiel Taux/million Taux/million Nb d IRM Taux/million n en milliers en milliers en milliers 2012 Nb d IRM Nb d IRM habitants (début 2010) habitants (début 2011) habitants (début 2012) ** habitants 2013 Alsace , , , ,7-0,03 (-0,3%) Aquitaine , , , ,3 1,75 (18,4%) Auvergne , , , ,1 0,73 (9,8%) Basse-Normandie , , , ,4-0,02 (-0,2%) Bourgogne , , , ,7-0,01 (-0,1%) Bretagne , , , ,0 0,56 (7,5%) Centre , , , ,0-0,02 (-0,3%) Champagne-Ardenne , , , ,0 0,76 (6,8%) Corse , , , ,3-0,07 (-1,1%) Franche-Comté , , , ,3-0,03 (-0,3%) Haute-Normandie , , , ,2 0,51 (5,9%) Ile de France , , , ,5 0,1 (0,8%) Languedoc-Roussillon , , , ,3-0,09 (-0,9%) Limousin , , , ,4 1,32 (16,4%) Lorraine , , , ,2 0,41 (4,2%) Midi-Pyrénées , , , ,9-0,08 (-0,8%) Nord - Pas-de-Calais , , , ,6 0,97 (7,7%) Pays de la Loire , , , ,2 0,78 (12,1%) Picardie , , , ,8-0,02 (-0,2%) Poitou-Charentes , , , ,1 0,51 (5,3%) PACA , , , ,1 0,59 (6,9%) Rhône-Alpes , , , ,7 0,22 (2,1%) France métropolitaine , , , ,2 0,40 * les taux d équipements sont calculés en rapportant le nombre d équipements installés en France métropolitaine, à la population estimée par l INSEE au premier janvier de l année précédente (valeur provisoire pour les dernières années actualisées en janvier 2013). Les populations présentées sont dès lors légèrement différentes de celles figurant dans les rapports antérieurs. ** Le nombre d équipements IRM est estimé sur la base des équipements installés établie par ISA Imagerie au 1 er janvier 2013 Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

8 3.2 Les structures contactées D après les données du SNITEM, le parc d IRM au 1 er janvier 2012 en France métropolitaine s établit à 646 appareils dont 28 nouveaux appareils installés au cours de l année 2012, hors équipements de recherche, vétérinaires et militaires. Pour des raisons diverses (en particulier lié au fait que certains sites disposent de deux équipements), 570 structures différentes ont finalement été contactées pour l enquête (1 structure contactée pour un appareil ou un groupe d appareils implantés sur un même site). Néanmoins : 3 structures ont déclaré être un service spécialisé (services d IRM pédiatriques, d IRM cardiovasculaires, d IRM neurologiques ) ; 7 structures ont déclaré que leur installation était temporairement hors service (centre fermé pour travaux, installation d une nouvelle machine en cours, machine en panne ) ; 2 structures sont restées injoignables après de nombreux appels. Les données de 558 structures ont donc été analysées. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

9 Tableau 4 : Répartition des structures contactées (une même structure pouvant disposer de plusieurs équipements) selon la région administrative (en bleu : les 10 régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer (toutes localisations) Régions % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) % (N) Alsace 2,7% (9) 2,7% (10) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,3% (10) 2,2% (11) 2,3% (12) 2,4% (13) 2,3 % (13) Aquitaine 4,5% (15) 5,1% (19) 5,3% (21) 5,1% (21) 5,6% (25) 5,2% (26) 5,2% (27) 5,2% (28) 6,3% (35) Auvergne 1,2% (4) 1,9% (7) 2,0% (8) 1,9% (8) 1,8% (8) 1,8% (9) 1,7% (9) 1,7% (9) 1,6% (9) Basse Normandie 1,8% (6) 2,4% (9) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,3% (10) 2,0% (10) 1,9% (10) 1,7% (9) 1,8% (10) Bourgogne 1,8% (6) 2,2% (8) 2,3% (9) 2,2% (9) 2,3% (10) 2,2% (11) 1,9% (10) 1,9% (10) 1,8% (10) Bretagne 4,8% (16) 4,0% (15) 4,3% (17) 4,4% (18) 4,5% (20) 4,4% (22) 4,2% (22) 4,3% (23) 4,3% (24) Centre 3,6% (12) 3,5% (13) 3,8% (15) 4,4% (18) 4,1% (18) 4,2% (21) 4,2% (22) 4,1% (22) 4,1% (23) Champagne Ardennes 1,8% (6) 1,9% (7) 1,8% (7) 1,9% (8) 2,7% (12) 2,6% (13) 2,5% (13) 2,8% (15) 2,9% (16) Corse 0,6% (2) 0,5% (2) 0,5% (2) 0,5% (2) 0,5% (2) 0,4% (2) 0,4% (2) 0,4% (2) 0,4% (2) Franche Comté 2,1% (7) 1,9% (7) 2,0% (8) 1,9% (8) 2,0% (9) 2,0% (10) 2,1% (11) 2,1% (11) 2,2% (12) Haute Normandie 2,1% (7) 2,4% (9) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,7% (12) 2,4% (12) 2,5% (13) 2,6% (14) 2,3% (13) Ile de France 21,4% (71) 22,0% (82) 22,7% (90) 23,7% (98) 23,4% (104) 23,3% (117) 22,8% (119) 22,1% (118) 21,5% (120) Languedoc Roussillon 3,9% (13) 3,8% (14) 3,5% (14) 3,4% (14) 3,5% (15) 3,6% (18) 4% (21) 3,9% (21) 4,1% (23) Limousin 1,8% (6) 1,3% (5) 1,5% (6) 1,2% (5) 1,4% (6) 1,0% (5) 1% (5) 1,1% (6) 0,9% (5) Lorraine 3,3% (11) 3,5% (13) 3,5% (14) 3,4% (14) 3,4% (15) 3,6% (18) 3,4% (18) 3,6% (19) 3,8% (21) Midi Pyrénées 3,9% (13) 4,8% (18) 5,3% (21) 5,3% (22) 4,7% (21) 5,2% (26) 5,2% (27) 4,9% (26) 5% (28) Nord Pas de Calais 7,8% (26) 6,2% (23) 6,6% (26) 6,3% (26) 6,3% (28) 6,6% (33) 7,5% (39) 7,5% (40) 7,5% (42) PACA 7,8% (26) 9,4% (35) 9,3% (37) 9,4% (39) 9,2% (41) 9,0% (45) 8,6% (45) 9% (48) 8,4% (47) Pays de la Loire 4,5% (15) 4,0% (15) 3,8% (15) 3,6% (15) 3,8% (17) 3,8% (19) 4% (21) 3,9% (21) 4,3% (24) Picardie 3,0% (10) 2,7% (10) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,5% (11) 2,4% (12) 2,3% (12) 2,4% (13) 2,3% (13) Poitou Charente 2,7% (9) 2,2% (8) 2,5% (10) 2,4% (10) 2,3% (10) 2,4% (12) 2,7% (14) 2,8% (15) 2,5% (14) Rhône -Alpes 9,9% (33) 8,9% (33) 9,1% (36) 9,2% (38) 9,0% (40) 10,0% (50) 9,6% (50) 9,7% (52) 9,7% (54) TOTAL 100% (332) 100% (372) 100% (396) 100% (413) 100% (444) 100% (502) 100% (522) 100% (535) 100% (558) Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

10 3.3 Résultats de l enquête Le taux d obtention des rendez -vous Au total, 321 structures, soit 57,5 % de l ensemble des structures appelées ont pu communiquer un rendez-vous après 2,1 appels en moyenne (les appels échoués correspondent à des situations diverses : ligne occupée, personne non disponible, standard fermé, etc.). Ce taux d obtention était de 63,4% lors de l enquête précédente. Il est donc en baisse cette année alors qu il s améliorait constamment depuis Tableau 5 : Evolution du taux d obtention des rendez-vous Régions Taux d obtention 42,5% 41,3% 46,7% 49,2% 54,5% 54,5% 58,1% 59,0% 62,8% 63,4% 57,5% Parmi les 237 structures restantes (42,5% des structures contactées contre 36,6% des 535 structures contactées en 2012), pour lesquelles il n a pas été possible d obtenir un rendez-vous, le motif évoqué tient à la procédure utilisée. Tableau 6 : Motifs de non attribution d un rendez-vous L ordonnance doit être envoyée par courrier ou fax Le centre donne la priorité aux personnes hospitalisées Le médecin doit envoyer une demande par courrier ou fax Il faut se déplacer et remplir un formulaire Autre procédure* (53,1%) 20 (8,4%) 6 (2,5%) 32 (13,5%) 53 (22,3%) 237 (100%) * Les autres procédures invoquées sont : Laisser ses coordonnées pour être recontacté (N=19), Contacter un cabinet de radiologie de secteur (N=18), prendre RDV dans un autre établissement (N=5) Ces procédures sont les suivantes : l ordonnance doit être envoyée par courrier ou fax (126 structures soit 22,5% des structures des 558 structures contactées) et/ou des formulaires spécifiques doivent être complétés par le médecin prescripteur ou le patient (20 structures soit 3,6% des 558 structures contactées exigent la communication d un questionnaire complété par le patient ou son médecin prescripteur). 3,6% des 558 structures contactées n acceptent pas les malades externes à l établissement (hospitalisés ou suivi en consultation dans l hôpital) ou n habitant pas dans le même département. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

11 Figure 1 : Taux d obtention des rendez-vous par région en 2013 Les taux d obtention de rendez-vous varient notablement selon les régions (Tableau 7). En 2013, au moins 1 RDV a été obtenu dans toutes les régions sauf en Corse et dans le Limousin. Le taux d obtention est maximal en Bretagne, Nord Pas-de-Calais, Midi-Pyrénées et PACA (supérieur ou égal à 70%). Le nombre d IRM par million d habitants n explique pas toujours les écarts entre les taux d obtention des rendez-vous observés selon les régions. Ainsi, une des régions assez faiblement équipée (Haute- Normandie) sur le plan des structures IRM (9,2/million d habitants) se caractérise par un taux d obtention des rendez-vous relativement élevé (69,2%) alors qu en Alsace, avec un taux d équipement proche (9,7/million d habitants) le taux d obtention des rendez-vous direct est très faible 23,1%. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

12 Tableau 7 : Taux d obtention des rendez-vous par région depuis 2004 (en bleu : les 10 régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer ) Régions Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Taux d obtention Structures contactées Alsace 0% 11,1% 30% 30% 30% 30% 18,2% 25% 23,1% ,1% Aquitaine 9,1% 33,3% 26,3% 42,9% 28,6% 44% 38,5% 37% 39,3% ,1% Auvergne 50% 50% 57,1% 50% 50% 37,5% 33,3% 33,3% 33,3% ,3% RDV obtenus Basse Normandie 25% 66,7% 44,4% 30% 30% 40% 40,0% 40% 55,6% % Bourgogne 50% 50% 25% 44,4% 33,3% 40% 54,5% 40% 50% % Bretagne 18,2% 43,8% 46,7% 64,7% 72,2% 75% 68,2% 72,7% 65,2% ,8% Centre 57,1% 50% 53,9% 46,7% 55,6% 44,4% 47,6% 54,5% 54,5% ,8% Champagne Ardennes 0% 66,7% 57,1% 71,4% 37,5% 41,7% 46,2% 61,5% 66,7% % Corse 0% 0% 50% 0% 0% 50% 0% 0% 50% Franche Comté 33,3% 28,6% 28,6% 37,5% 37,5% 44,4% 60,0% 63,6% 45,5% ,3% Haute Normandie 25% 28,6% 22,2% 30% 50% 58,3% 58,3% 76,9% 78,6% ,2% IDF* 45,5% 50,7% 54,9% 57,8% 64,3% 65,4% 64,1% 71,4% 74,6% % Languedoc Roussillon 75% 76,9% 78,6% 78,6% 71,4% 73,3% 72,2% 76,2% 76,2% ,6% Limousin 0% 33,3% 0% 0% 0% 16,7% 0,0% 0% 100% Lorraine 50% 45,5% 46,2% 57,1% 50% 60% 66,7% 72,2% 78,9% ,9% Midi Pyrénées* 57,1% 61,5% 55,6% 61,9% 72,7% 71,4% 69,2% 70,4% 69,2% % Nord Pas de Calais 54,5% 50% 52,2% 57,7% 46,2% 64,3% 69,7% 74,4% 70% ,2% PACA* 52% 57,7% 68,6% 64,9% 71,8% 75,6% 77,8% 82,2% 77,1% ,2% Pays de la Loire 40% 66,7% 60% 60% 53,3% 52,9% 63,2% 47,6% 61,9% ,5% Picardie 33,3% 30% 30% 40% 40% 36,4% 50,0% 41,7% 53,8% ,2% Poitou Charente 40% 11,1% 37,5% 50% 20% 30% 25,0% 35,7% 40% ,4% Rhône Alpes 50% 42,4% 51,5% 63,9% 57,9% 60% 60,0% 64% 57,7% ,1% Total 41,3% 46,7% 49.2% 54,5% 54,5% 58,1% 59,0% 62,8% 63,4% ,5% *Ex-régions dérogataires : régions qui bénéficiaient d une dérogation aux mécanismes d autorisation des équipements lourds après justification d une activité diversifiée et hautement spécialisée même lorsque la carte sanitaire était saturée Taux d obtention Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

13 3.3.2 Les délais d obtention des RDV En prenant en compte les délais d obtention des rendez-vous et les délais communiqués par les structures n ayant pas donné de rendez-vous (191 structures sur les 237 n ayant pas donné de rendezvous ont fourni une estimation soit 80,6% des 237 structures), le délai moyen est de 30,5 jours (médiane : 25,5 jours ; min : 1 jour ; max : 124 jours) soit une légère augmentation par rapport à l année 2012 (29,1 jours). La lente amélioration observée ces dernières années marque un temps d arrêt en Tableau 8 : Délai moyen (en jours) d obtention des rendez-vous depuis 2003 Régions Délais d obtention 36,1 29,3 33,3 34,3 35,4 34,5 34,6 32,2 29,1 30,5 jours Pour moins de 10% des structures, le délai d obtention d un rendez-vous est de moins d une semaine et pour près de 10% des structures, ce délai dépasse les 2 mois (respectivement 15% et 10% en 2012). Tableau 9 : Délai pour un rendez-vous d IRM (en jours) en 2011, 2012 et 2013 Délai d obtention d un RDV <=7 jours 7-15 jours jours jours jours Plus de 90 jours (12,5%) 63 (12,1%) 166 (31,8%) 157 (30,1%) 60 (11,5%) 11 (2,1%) 79 (14,8%) 93 (17,4%) 163 (30,5%) 154 (28,8%) 30 (5,6%) 16 (3%) 47 (8,4%) 75 (13,4%) 206 (36,9%) 181 (32,4%) 39 (7%) 10 (1,8%) 522 (100%) 535 (100%) 558 (100%) La situation sur le plan des délais d obtention des rendez-vous IRM se situe à un niveau qui correspond à près de deux fois l objectif du Plan Cancer précédent (délai espéré de 15 jours) voire 3 fois si l on retient les recommandations du rapport Grünfeld pour Par ailleurs, quand le rendez-vous a été obtenu (321 structures), le délai d attente était de 27,2 jours en moyenne (Min : 1 ; Max : 94 jours ; Médiane : 13 jours) contre 23,6 jours en 2012 et 26,6 jours en Ce délai a augmenté entre 2012 et 2013 alors qu il était en baisse entre 2011 et Lorsqu un rendez-vous n a pu être obtenu en raison des procédures administratives exigées, il a été demandé à la structure combien de temps il faudrait attendre en moyenne pour avoir un rendez-vous après réception des documents médicaux. 191 structures sur les 237 concernées ont répondu (80,6%). Pour ces structures, le délai moyen était alors estimé en moyenne à 35,7 jours (Min : 5 jours ; Max : 124 jours ; Médiane : 21 jours) contre 40,1 jours en 2012 et 44,2 jours en Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

14 Par rapport à 2012, les délais ont nettement diminué en région (plus de 10% de diminution) : - Aquitaine ; - Auvergne ; - Bretagne ; - Corse ; - Limousin ; - Pays de la Loire. Alors qu ils ont nettement augmenté (plus de 10% d augmentation) en : - Alsace ; - Centre ; - Ile de France ; - Languedoc Roussillon ; - Midi Pyrénées ; - Nord Pas-de-Calais ; - PACA ; - Poitou Charentes. Hormis la Corse et le Limousin, régions pour lesquelles l échantillon est très petit pour juger des évolutions, l évolution la plus remarquable est sans doute celle de la région Bretagne qui a vu le délai moyen passer de 55,5 jours en 2012 à 41,5 jours en L ouverture de nouvelles structures explique en partie les évolutions positives observées. Ainsi, en Aquitaine, le gain de 1,7 appareil par million d habitants sur une année s est traduit par une réduction de 9 jours des délais d attente. En Auvergne, le gain de 0,7 appareil par million d habitants d une année sur l autre a permis de gagner plus de 10 jours sur les délais d attente. Toutefois, les gains liés à l augmentation du taux d équipements ne se traduisent pas toutefois toujours de la même manière. Ainsi en région PACA, un gain de 0,6 appareil par million d habitants n a pas permis de réduire le délai d attente. L analyse de la situation de la région Nord Pas de Calais met en évidence la nécessité de poursuivre les efforts d installation au rythme de l accroissement des besoins. Ainsi, l augmentation du taux d équipement entre 2009 et 2010 de 8 IRM par million d habitants à 10,7 IRM par million d habitants avait permis de réduire de 6 jours les délais d attente. Le maintien d un effort d équipement permettant d atteindre un taux de 12,4 IRM par million d habitants en 2011 a cette fois ramené le délai à 20,7 jours soit un gain de presque 13 jours par rapport à Mais cette année, l installation de 5 équipements supplémentaires n a pas eu encore de conséquences sur le délai d accès. Enfin, si l effort d équipement se relâche les délais repartent nettement à la hausse comme l illustre par exemple, la situation d une région telle que le Languedoc Roussillon. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

15 Tableau 10 : Délai moyen (jours) par région depuis 2006 (en bleu : les 10 régions ayant la mortalité la plus élevée par cancer) Régions Délai moyen en 2006 Délai moyen en 2007 Délai moyen en 2008 Délai moyen en 2009 Délai moyen en 2010 Délai moyen en 2011 Délai moyen en 2012 Délai moyen en 2013 %augme ntation %diminut ion Alsace 49,6 50,5 52,9 64,7 55,7 46,6 41,7 46,5 +10,3% Aquitaine 40,1 35,9 41,4 41,0 44,0 47,8 37,5 28,8-30,2% Auvergne 21,8 34,0 33,6 44,1 49,3 51,6 52, ,2% Basse Normandie 50 32,3 38,9 35,8 40,4 31,6 51,8 49,7-4,2% Bourgogne 34,4 33,6 33,4 28,7 37,4 35,6 41,5 38-9,2% Bretagne 31,4 43,8 47,9 43,5 43,6 47,9 55,5 41,5-33,7% Centre 31,7 38,9 28,3 37,8 36, ,7 40,6 +31,8% Champagne Ardenne 29,2 41,5 43,1 29,7 32,6 26,8 25,4 26,6 +4,5% Corse 89 72,0 74,5 29,5 40, , ,7% Franche Comté 50,2 25,7 34,0 24,7 32, ,3 35,7 +6,7% Haute Normandie 54,7 38,6 34,8 30,1 49,3 24,2 30,5 29,9-2,0% IDF 20,8 25,9 22,6 23,8 24,9 21,2 18,4 22,6 +18,6% Languedoc Roussillon 33,6 35,9 40,4 40,4 40,4 23,5 20,8 27,8 +25,2% Limousin 42 36,4 39,8 19,5 28,1 29, ,0% Lorraine 62,6 58,1 71,3 57,2 41,7 51,6 39,2 36,6-7,1% Midi Pyrénées 20 23,3 29,4 26,6 25,9 27,7 18,2 34,7 +47,6% Nord Pas de Calais 37,8 35,8 41,4 39,7 33,3 20,7 19,2 21,5 +10,7% Pays de la Loire 45,8 48,0 64,5 50,2 58, ,8 45,4-20,7% Picardie 27,9 43,9 44,7 40,0 22,3 32,3 38,3 40,7 +5,9% Poitou Charente 31,9 41,4 43,7 44,7 57,5 42,1 23,5 28,6 +17,8% PACA 27,8 24,0 23,9 28,3 32, ,7 31,5 +15,2% Rhône Alpes 29,4 36,6 33,5 36,7 26,6 24,3 23,4 24,2 +3,3% Total 33,3 34,3 35,4 34,5 34,6 32,2 29,1 30,5 +4,6% Délai calculé à partir des dates de rendez-vous et des délais estimés dans les structures n ayant pas donné de rendez vous En 2013, la proportion de français vivant dans des régions où les délais dépassent 30 jours est encore de 46%. Ce chiffre était de 39% en Cette augmentation est la conséquence de l augmentation du délai dans les régions à forte population (Région PACA notamment). Il n y a plus cette année de régions où les délais sont inférieurs à 20 jours. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

16 Figure 2 : Répartition de la population française en fonction des délais moyens observés Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

17 3.3.3 Corrélation entre le taux d équipement s et les délais d obtention des Rendez-vous L analyse des relations unissant le délai moyen observé et le nombre d IRM par million d habitants au niveau régional montre cependant qu un même niveau d équipement peut se traduire par des délais très différents (Figure 3). Cette situation résulte sans doute de divers facteurs locaux difficiles à apprécier : état des besoins, pratiques, nature du parc, etc. Les ex-régions dérogataires comme la région Midi-Pyrénées, PACA et l Ile de France, se caractérisaient par les délais les plus faibles jusqu en L Ile de France a maintenu ce délai parmi les plus bas au fil des années. Par ailleurs, en région PACA et dans une moindre mesure en Midi-Pyrénées, les délais ont eu tendance à s allonger ces dernières années. Les inégalités régionales demeurent criantes, certaines régions se caractérisant à la fois, par les délais d attente les plus élevés et les taux d équipement les plus faibles par million d habitants. Ainsi les Pays de la Loire et la Basse-Normandie ont les taux d équipement parmi les plus faibles et les délais parmi les plus élevés (45,4 jours et 49,7 jours). Le délai moyen pondéré par la taille de la population dans les 5 régions les moins bien équipées est de 43,3 jours alors qu il est de 23,8 jours dans les 5 régions les mieux équipées ce qui illustre le lien existant entre les deux critères que sont le délai d attente et le taux d équipement. Analyse statistique de la relation entre le délai et le taux d équipement Le calcul des coefficients de corrélation (Coefficient de Pearson) nous indique qu il existe une liaison linéaire entre les deux variables quantitatives que sont le délai d attente et le taux d équipements. Ainsi, l augmentation du nombre d équipements par million d habitants entraine la diminution du délai d obtention d un rendez-vous d IRM (liaison linéaire négative). L analyse de ces coefficients indique que cette relation est statistiquement significative en 2013, comme elle l était en 2012 et 2011 : En 2013, ce coefficient est de -0,70 (p=0,002). Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

18 Figure 3 : Relation entre le nombre d'irm par million d'habitants et le délai moyen observé au niveau régional En présentant la droite de régression entre les deux paramètres que sont le délai d attente pour un examen IRM et le nombre d appareils par million d habitants la figure ci-dessus constitue une autre illustration de la relation existant entre ces deux critères. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

19 Figure 4 : Délais moyens d attente (jours) pour les rendez-vous d IRM obtenus et estimés en Des évolutions contrastées selon les régions L année qui vient de s écouler a été marquée par des progrès dans certaines régions en matière d équipements IRM. Les régions Aquitaine, Nord Pas de Calais, PACA et Pays de Loire ont concentré à elles quatre plus de 60% des installations réalisées en France Métropolitaine en A contrario, 9 régions n ont fait aucun d effort d équipement sur la même période. Parmi ces régions, l Alsace, la Bourgogne et la Picardie figurent pourtant parmi les régions traditionnellement caractérisée par une mortalité par cancer élevée. La situation est totalement anormale en Bourgogne où le taux d équipement est désormais le plus faible de France (hors Corse, mais on peut penser que certains insulaires bénéficient d examens sur le continent). Se dessine ainsi, peu à peu, tant sur le plan des taux d équipements que des délais d accès à ces équipements, une image contrastée opposant une France dynamique cherchant à répondre aux besoins de santé de sa population et des régions attentistes, laissant perdurer voire se dégrader des situations de sous-équipements caractérisées. Les régions dynamiques comprennent des régions favorisées depuis de nombreuses années comme l Ile de France ou la région Rhône-Alpes mais aussi des régions aux besoins reconnus comme le Nord Pas de Calais et Champagne-Ardenne qui voient leur situation s améliorer nettement au cours du temps sur le plan de l indicateur de qualité des soins que constitue le délai d attente pour un examen IRM. Certaines régions comme la Bretagne et l Aquitaine ont fait des efforts importants d équipements en et les délais d attente dans ces régions se sont, de ce fait, nettement améliorés. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

20 Les régions attentistes sont illustrées par le cas de la Basse-Normandie où le délai d attente pour un examen IRM pourtant indispensable reste un des plus élevés en France et atteint presque 50 jours. On peut sans doute inclure dans ce groupe l Auvergne, la Bourgogne ou encore la Picardie. Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

21 Figure 5 : Evolution des délais d obtention des rendez-vous entre 2011 et 2013 Enquête 2013 Cemka-Eval Dé lai d atte nte pour un re ndez -vo us d IRM Avril

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2015

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2015 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2015 Étude pour Imagerie Santé Avenir 2015 Référence : 2015-014 CEMKA-E

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme 4 janvier 2012 Principe Cette étude relative au dynamisme des régions repose sur un modèle explicatif

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

Douanes : Commerce Extérieur

Douanes : Commerce Extérieur Données commentées Année 2015 SOMMAIRE ❶ Evolution des balances par zone d import/export :... 2 ❷ Evolution des balances par région administrative :... 3 ❸ Importations et exportations par région administrative.

Plus en détail

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP)

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) TOUT SAVOIR SUR LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE LE CFP? Les agents de la Fonction

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2012

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2012 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2012 Étude pour Imagerie Santé Avenir 2012 CEMKA-E VAL 43, bo ule vard

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2014

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2014 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM 2014 Étude pour Imagerie Santé Avenir 2014 CEMKA-E VAL 43, bo ule vard

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes.

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes. F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI)

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Août 2013 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Effectifs et masse salariale prévisionnels de l activité

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

Baromètre SPANC Observatoire EPARCO-CSA

Baromètre SPANC Observatoire EPARCO-CSA Baromètre SPANC Observatoire EPARCO-CSA Avec le soutien de l Office International de l Eau Contexte et objectifs Un contexte d évolution des lois et réglementations qui impose un diagnostic global du parc

Plus en détail

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 6 juillet 2011 à 9 h 30 «Avis technique sur l évolution de la durée d assurance pour la génération 1955» Document N 4 Document de travail, n engage

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012

POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012 POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012 SYNDICAT NATIONAL DES ETABLISSEMENTS ET RESIDENCES PRIVES POUR PERSONNES AGEES Pôles social et médico-social SYNDICAT NATIONAL DES ETABLISSEMENTS ET RESIDENCES PRIVES

Plus en détail

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca ÉTUDE JLR JUIN 2015 Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Le prix médian au pi2 d une copropriété dans l agglomération de Montréal était de 304 $ en 2014,

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Année 2014 SOMMAIRE ❶ Type d emploi :...3 ❷ Pyramide des âges :...4 ❸ Conditions d emploi :...5 ❹ Les emplois par catégorie socioprofessionnelle :...6

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

Fictions TV françaises

Fictions TV françaises Fictions TV françaises REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES TOURNAGES EN 2012 Note méthodologique : Productions concernées : Unitaires et séries TV français (COSIP, ou productions françaises ayant au moins une

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd ÉTUDE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Février 2010 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports Ltd 231 avenue Jean Jaurès 2 Hilliards Court 69007

Plus en détail

Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE

Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE Le FGIF soutien l entreprise au féminin SOMMAIRE 1. LE FGIF ET L EMPLOI Chiffres

Plus en détail

Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité

Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité NOM : Prénom : Exercice 1 : Elections régionales 1999 Le tableau ci-dessous donne les pourcentages des voix obtenues par le

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

La scolarisation des élèves handicapés

La scolarisation des élèves handicapés LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES HANDICAPÉS 57 La scolarisation des élèves handicapés Un an après le vote de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

L analyse des charges de copropriété de l exercice 2012 et l historique des charges depuis l an 2000

L analyse des charges de copropriété de l exercice 2012 et l historique des charges depuis l an 2000 ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE L analyse des charges de copropriété de l exercice 2012 et l historique des charges depuis l an 2000 Globalement, l augmentation constatée en 2012 par rapport

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 644 Juin 215 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Premier trimestre 215 OBSERVATION ET STATISTIQUES énergie Le parc éolien français atteint une puissance

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 576 Novembre 2014 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2013, plus de neuf ménages sur dix ayant reçu l autorisation de

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM en 2017

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM en 2017 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM en 2017 Étude réalisée pour le SNITEM 2017 Version n 3 septembre 2017 Référence

Plus en détail

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France Les équipements hospitaliers 2.1 Le contexte En France, les équipements hospitaliers ont beaucoup évolué depuis une dizaine d'années sous l effet de différents facteurs souvent liés entre eux : les progrès

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Sondage réalisé auprès d un échantillon de plus de 6400 Français Sondage réalisé pour la presse régionale et publié dans la presse régionale

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 584 Novembre 214 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Troisième trimestre 214 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La puissance du parc éolien français s

Plus en détail

Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive.

Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive. Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive. Les éléments socioéconomiques de cette étude proviennent des données fournies par la CIPAV/Groupe Berri au 31 décembre 2013. Ces éléments comprennent

Plus en détail

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 Vous avez été invités par la commission des écoles de kite à participer entre le 21 octobre et 31 décembre 2013 à une enquête sur le fonctionnement du réseau des écoles

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Revenu fiscal des Ménages dans les métropolitains Les risques A RETENIR Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

Affaire suivie par Stéphanie LELEU Stagiaire IRA de Bastia. ENQUETE DE SATISFACTION DES USAGERS DES SERVICES DE LA PREFECTURE DE l HERAULT

Affaire suivie par Stéphanie LELEU Stagiaire IRA de Bastia. ENQUETE DE SATISFACTION DES USAGERS DES SERVICES DE LA PREFECTURE DE l HERAULT Affaire suivie par Stéphanie LELEU Stagiaire IRA de Bastia ENQUETE DE SATISFACTION DES USAGERS DES SERVICES DE LA PREFECTURE DE l HERAULT Du 19 au 3 novembre 212 La Préfecture de l Hérault est engagée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 213 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 213 Bilan intermédiaire Le bpa a remis son rapport sur la formation en deux phases avec les résultats de son évaluation au printemps

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice AUTORITE DE REGULATION CONSEIL NATIONAL DE REGULATION DIRECTION DES TELECOMMUNICATIONS Contrôle de la qualité de service des opérateurs de

Plus en détail

Les activités liées à la santé

Les activités liées à la santé Seine-et-Marne Développement Hôtel du Département 77010 MELUN Cedex - Tél : 01 64 14 19 06 Fax : 01 64 14 19 29 - Email : c.etedali@seine-et-marne-invest.com Agence certifié ISO 9002 Version 2000 Les activités

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

L'évolution des consommations finales d'énergie

L'évolution des consommations finales d'énergie Thème : Changement climatique et maîtrise de l'énergie Orientation : Maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables L'évolution des consommations finales d'énergie par région

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Tableau de Bord de la certification

Tableau de Bord de la certification Tableau de Bord de la certification Observatoire BBC - Effinergie 2015 Rénovation Bureau Grand Site Saint Victoire Architecte : Bolikian Architecte Mandataire Ce tableau de bord a pour objectif de présenter

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Destination plan de formation

Destination plan de formation Destination plan de formation Nombre de pouvoirs locaux et provinciaux ont intégré la circulaire "plan de formation" du 2 avril 2009, pourtant, une récente étude réalisée par le CRF a permis de poser le

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme

Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme La Cour européenne des droits de l Homme est compétente pour connaître des requêtes adressées par les particuliers ou les

Plus en détail

«Représentation statistiques»

«Représentation statistiques» Scénario indexé dans http://www.educnet.education.fr/ http://www.educnet.education.fr/bd/urtic/maths/ «Représentation statistiques» Evolution de populations : Comparer des séries «Les TICE pour traiter

Plus en détail

2.3. Les autres professionnels de santé. La santé observée dans les régions de France

2.3. Les autres professionnels de santé. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Les autres professionnels de santé 2.3 Le contexte Outre les médecins, le secteur de la santé regroupe de multiples professionnels qui interviennent dans la

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013. Suivi de la production

Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013. Suivi de la production Point n 3 Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013 Suivi de la production 1 - L ETAT DES STOCKS DANS LES ORGANISMES... 2 2 - L EVOLUTION DES INSTANCES... 4 2.1. Evolution des instances toutes

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001)

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Le Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR COHORTES SUIVI 2013 Compte rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs juin 2014 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION COHORTES (Année 2013) INTRODUCTION L action «cohortes» vise à

Plus en détail

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS 2014 PROMOTION 2013 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS L enquête Jeunes Diplômés 2014 sur la promotion 2013 a été réalisée conjointement par des chercheurs

Plus en détail

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima La progression des salaires des emplois autres qu artistiques prévue par la Convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles - CCNEAC - La progression des salaires, dans la convention

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE L analyse statistique qui suit a été réalisée par Séverine Penaud-Roux à partir des données brutes issues de la base CLAP

Plus en détail

CEE : les nouvelles modalités de prise du repos quotidien de 11 heures

CEE : les nouvelles modalités de prise du repos quotidien de 11 heures ANIMATION / Statuts spécifiques S3-044 CEE : les nouvelles modalités de prise du repos quotidien de 11 heures La loi du 22/03/2012 de simplification du droit rappelle les obligations de respect, pour les

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france ACHAT D UNE PRESTATION DE VEILLE ECONOMIQUE

Plus en détail