IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES (À PROPOS DE 40 CAS)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES (À PROPOS DE 40 CAS)"

Transcription

1 IMAGERIE DES TUMEURS OCULO-ORBITAIRES MALIGNES (À PROPOS DE 40 CAS)

2 INTRODUCTION Les processus expansifs malins rencontrés dans l orbite sont de nature très diverse. Parmi les tumeurs intra-orbitaires: Tumeurs du globe oculaire, Tumeurs du nerf optique, Tumeurs mésenchymateuses: rhabdomyosarcome Tumeurs de l appareil lacrymal, Lymphomes, Métastases.

3 INTRODUCTION L'imagerie est indispensable pour connaître la localisation, la nature et les répercussions d'une éventuelle lésion intra-orbitaire. Moyens d exploration: Echographie oculo-orbitaire, TDM et IRM oculaire. But du travail: Connaître les aspects radiologiques des tumeurs malignes intra-orbitaires.

4 MATERIEL ET METHODES Etude rétrospective sur 5 ans: 4O cas. TDM orbitaire en coupes axiales de 3 mm d épaisseur sans et avec injection de PDC: 37 cas. Echographie oculaire (sonde superficielle de 10MHZ): 8 cas. IRM oculo-orbitaire dans 8 cas. Confirmation histologique : 40 cas.

5 RESULTATS Age moyen: 8 ans Sex ratio : 1 Clinique : Exophtalmie unilatérale non axiale. +++ Ophtalmoplégie. Baisse de l acuité visuelle. Tuméfaction palpébrale. Leucocorie. Strabisme / Diplopie. Imagerie: Les images correspondant aux différents cas rapportés serviront à l illustration de la discussion.

6 RESULTATS Histologie: 16 cas de tumeurs oculaires: 10 cas de mélanome de la choroïde, 6 cas de rétinoblastome. 4 cas de gliome du nerf optique. 8 cas de lymphome. 5 cas de rhabdomyosarcome. 3 cas de carcinome de la glande lacrymale. 2 cas de métastases, 1 cas de PNET et 1 cas de myélome multiple à localisation orbitaire.

7 DISCUSSION

8 Mélanome de la choroïde 80 % des tumeurs oculaires de l'adulte Age moyen au moment du diagnostic: 55 à 60 ans Siège: sur la choroïde (80%), le corps ciliaire (17%) ou sur l iris (3%). Clinique: baisse de l acuité visuelle+++ Echographie: Masse solide, non mobile, modérément échogène Masse solide, non mobile, modérément échogène Excavation choroïdienne à la base d implantation Ombre acoustique postérieure en raison de l atténuation des ultrasons par la tumeur.

9 Mélanome de la choroïde TDM: Masse hyperdense prenant le contraste Extension extrasclérale, orbitaire ou au nerf optique Tumeur et décollement de rétine souvent associés et mal dissociables IRM: +++ Hypersignal modéré en T1dû au pigment mélanique et hyposignal franc en T2. Rehaussement variable Différenciation d un petit mélanome par rapport à un hémangiome de la choroïde.

10 Echographie oculaire: processus tissulaire au niveau du champ temporal de l œil gauche, choroïdien à large base d implantation, associé à un décollement rétinien. Mélanome de la choroïde.

11 TDM : masse spontanément hyperdense de l œil droit associée à une hémorragie sous rétinienne. Mélanome de la choroïde.

12 T1 T2 T1+C IRM: processus tissulaire temporal de l œil droit, à base d implantation choroïdienne, en hypersignal T1, hyposignal T2 qui se rehausse après injection. Mélanome de la choroïde.

13 Rétinoblastome Tumeur oculaire maligne de l enfant. Age moyen situé entre 1 et 2 ans. Clinique: Leucocorie+++ Strabisme Signes inflammatoires oculaires Atteinte bilatérale origine héréditaire. Echographie: Petite tumeur solide reliée à la rétine, bien limitée. Tumeur volumineuse avec zones hyperéchogènes multifocales (calcifications). Décollement de rétine ou hémorragie.

14 Rétinoblastome TDM: Petite tumeur contre la paroi avec ou sans décollement rétinien. Tumeur disséminée dans le vitré. Rehaussement intense. Calcifications+++ uniques ou multiples en mottes. Extension locorégionale et à distance. IRM: Iso ou hypersignal T1, hyposignal T2. Prise de contraste hétérogène. Extension péri-oculaire.

15 Echographie oculaire: processus tissulaire de l œil gauche, échogène, contenant des calcifications ne dépassant pas les contours du globe oculaire. Rétinoblastome.

16 TDM: processus tissulaire oculo-orbitaire droit, siège de calcifications, comblant la graisse intracônique et refoulant les muscles oculomoteurs. Rétinoblastome.

17 TDM: volumineux processus tumoral prenant l orbite gauche siège d une calcification et faisant saillie en extra-orbitaire. Rétinoblastome indifférencié.

18 TDM: vitré hétérogène de façon bilatérale avec calcifications accolées à la rétine à droite et intravitréennes à gauche et décollement rétinien bilatéral. Rétinoblastome bilatéral.

19 Gliome du nerf optique 4% des tumeurs orbitaires. Gliome de l enfant : tumeur bénigne souvent dans le cadre d'une neurofibromatose connue. Gliome de l adulte: tumeur maligne très agressive. Clinique: Baisse unilatérale de l'acuité visuelle. Strabisme ou nystagmus. Exophtalmie tardive et modérée. Echographie: Elargissement fusiforme du nerf optique intraorbitaire qui est souvent allongé, parfois angulé.

20 Gliome du nerf optique TDM: Dilatation tumorale du nerf avec un élargissement fusiforme, régulier, isodense. Gliome évolué siège de zones kystiques. Elargissement du canal optique. Rehaussement modéré après injection de PDC. IRM: Nerf optique augmenté de volume, sinueux. Signal identique à la substance grise en T1 et T2. Zones kystiques intratumorales en hypersignal T2. Extension endocrânienne «chiasma optique».

21 TDM: élargissement du nerf optique gauche avec accentuation de sa sinuosité et élargissement du canal optique. Gliome du nerf optique.

22 TDM : processus fusiforme, hétérogène du nerf optique droit, à double composante charnue et kystique. A gauche, il existe également un épaississement fusiforme du nerf optique. Gliome bilatéral du nerf optique.

23 T1 T2 IRM : processus rétro oculaire gauche hétérogène en hyposignal T1, hypersignal T2 sans envahissement locorégional. Astrocytome de bas grade du nerf optique.

24 Lymphome Tumeur orbitaire fréquente. Atteinte uni ou bilatérale. Primitive ou secondaire. Survient chez l adulte au delà de 50 ans. Localisation variable : orbitaire pure, intraconique, extraconique, palpébrale, sous-conjonctivale ou localisée à la glande lacrymale. Clinique: variable en fonction du site de l atteinte Masse palpable, ferme et indolore. Exophtalmie progressive.

25 Lymphome TDM: Masse souvent diffuse, homogène, mal limitée, s'étendant en coulée en particulier le long de la paroi latérale de l'orbite sans atteinte osseuse. Diagnostic différentiel difficile avec une pseudotumeur inflammatoire. IRM: Infiltration plus étendue touchant l'ensemble de l'espace rétrobulbaire: nerf optique, muscles et globe oculaires. Rehaussement modéré. Isosignal aux muscles en T1, hyposignal T2 : non caractéristique.

26 TDM: infiltration tumorale bilatérale des glande lacrymales, des muscles droits supérieur et externe. Lymphome malin non hodgkinien.

27 TDM: masse tissulaire au niveau de la partie supérieure de l orbite gauche avec infiltration palpébrale, de la glande lacrymale et du muscle droit supérieur, arrivant au contact du globe oculaire et du nerf optique. Lymphome malin non hodgkinien.

28 TDM: infiltration tumorale diffuse des deux orbites avec atteinte des muscles oculomoteurs, du nerf optique et de la graisse intra et extraconique. Lymphome malin non hodgkinien.

29 Rhabdomyosarcome Tumeur mésenchymateuse maligne la plus fréquente. Survient principalement chez l enfant (6% des tumeurs malignes). Exceptionnelle chez l adulte. Localisation orbitaire: fréquente. Clinique: Exophtalmie rapidement évolutive avec ptosis+++ Douleurs, œdème palpébral. Masse palpable.

30 Rhabdomyosarcome TDM: Masse isodense par rapport aux muscles, assez bien limitée, prenant le contraste. Lyse des parois osseuses. Envahissement des cavités naso-sinusiennes et du sinus caverneux. IRM: Iso ou hypo signal en séquence T1. Hyper signal en séquence T2 par rapport aux muscles. Rehaussement modéré à intense. Extensions périorbitaires: bien analysées.

31 Echographie oculaire: masse tissulaire hétérogène intraorbitaire gauche. Rhabdomyosarcome.

32 TDM: masse tissulaire hétérogène aux dépens du muscle droit supérieur gauche refoulant le globe oculaire en bas. Rhabdomyosarcome.

33 TDM: processus tumoral au niveau de la partie interne de l orbite droite avec épaississement des muscles oculomoteurs homolatéraux et exophtalmie. Rhabdomyosarcome.

34 TDM: processus tumoral retro-oculaire droit avec important envahissement de la base du crâne et des sinus caverneux. Rhabdomyosarcome.

35 Carcinome de la glande lacrymale Carcinome adénoïde kystique (cylindrome), adénocarcinome kystique. Touche préférentiellement la femme jeune. Clinique: Douleurs orbitaires, Signes inflammatoires, Baisse de l'acuité visuelle, diplopie, Exophtalmie non axile. Echographie: Lésion d échostructure hétérogène.

36 Carcinome de la glande lacrymale TDM: Lésion spontanément hyperdense au niveau du canthus externe. Rehaussée par le contraste parfois de façon hétérogène. Signes de malignité: IRM: Calcifications intratumorales. Ostéolyse avec envahissement locorégional. Hyposignal T1, hypo ou isosignal variable en T2. Extension endocrânienne.

37 TDM: glande lacrymale augmentée de volume, rehaussée de façon intense par le contraste. Carcinome de la glande lacrymale.

38 TDM: processus tumoral de l angle supéro-externe de l orbite gauche étendu au globe oculaire avec envahissement des parois externe et inferieure de l orbite qui sont lysées. Carcinome de la glande lacrymale gauche localement évolué.

39 Métastases Les tumeurs métastatiques de l orbite sont rares. Sites primitifs: Chez l adulte: sein, poumon, prostate Chez l enfant: neuroblastome (20% de métastases orbitaires) Dissémination hématogène. Atteinte bilatérale possible. Clinique: aspécifique: Exophtalmie. Diplopie. Baisse de l acuité visuelle.

40 Métastases Radiographie standard: Ostéolyse avec destruction osseuse. Parfois, ostéocondensation. TDM: Masse prenant le contraste, plus ou moins limitée. Ostéolyse et envahissement des structures adjacentes. Calcifications intratumorales. IRM: Isosignal en T1, hypersignal intense en T2. Signal hyperintense après injection de gadolinium.

41 TDM: lésion tissulaire ostéolytique de la paroi externe de l orbite doite associée à une lésion méningée, fortement rehaussées par le contraste. Métastase crânio-orbitaire d un neuroblastome.

42 IRM en séquence T2: foyer d'ostéolyse intéressant la grande aile du sphénoïde gauche avec envahissement intra-orbitaire. Métastase intraorbitaire d un adénocarcinome de la prostate.

43 TDM: masse infiltrante intra-orbitaire supéro-externe bilatérale, intra et extra cônique responsable d une exophtalmie bilatérale. Localisation secondaire d une leucémie.

44 Autres tumeurs Myélome multiple à localisation orbitaire: Atteinte de l orbite au cours du myélome rare (0,3 %). Souvent unilatéral. Principaux symptômes cliniques: ptôsis, diplopie, douleurs oculaires et baisse de l acuité visuelle. Imagerie: masse tissulaire ostéolytique. L atteinte orbitaire ne constitue pas un élément de mauvais pronostic, mais altère le pronostic fonctionnel.

45 TDM: Le processus tumoral lyse les parois supérieure et latérale de l orbite gauche avec développement intra-orbitaire et envahissement du globe oculaire. Myélome multiple à localisation orbitaire.

46 Autres tumeurs PNET orbitaire: Tumeur hautement maligne d origine neuroectodermique. Localisation orbitaire rare (9 cas décrits dans la littérature). Imagerie: Masse de densité tissulaire hétérogène, mal limitée, rehaussée par le contraste. Le diagnostic différentiel des PNET se pose avec le rhabdomyosarcome, le neuroblastome et le lymphome Le diagnostic de certitude est anatomopathologique avec étude immuno-histochimique.

47 T1 T2 FLAIR Processus tumoral de l orbite gauche extraconal, étendu à l éthmoïde, refoulant le muscle droit interne et le globe oculaire, en hyposignal T1, hypersignal hétérogène T2 et Flair, rehaussé de façon intense par le contraste. PNET orbitaire.

48 CONCLUSION Les processus expansifs malins rencontrés dans l orbite sont de nature très diverse. Ils ont un aspect clinique polymorphe, parfois très trompeur. Le rôle de l imagerie est de faire le diagnostic, de préciser la topographie, le bilan d'extension locale et régionale afin de guider une attitude thérapeutique adéquate.

I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC

I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC Imagerie de l exophtalmie tumorale de l enfant I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC INTRODUCTION Exophtalmie : protrusion

Plus en détail

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Le Rétinoblastome Quel est l apport de l imagerie dans la prise en charge? S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Service De Radio Pédiatrie, Hôpital D enfants Maternité CHU de Rabat Introduction

Plus en détail

Cas de la semaine # 47

Cas de la semaine # 47 Cas de la semaine # 47 25 Septembre 2017 Préparé par Dre Fatima Ameur fellow Dre Manon Bélair MD Hôpital Notre Dame, CHUM Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Pas d antécédents

Plus en détail

IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE DES GLANDES LACRYMALES

IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE DES GLANDES LACRYMALES IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE DES GLANDES LACRYMALES S. Wakrim, N. Moussali, A. Merzem, N. El Benna, A. Gharbi Service de radiologie 20 aout, CHU Ibn Rochd CASABLANCA PLAN Introduction Rappel anatomique Histologie

Plus en détail

120 Imagerie des sinus

120 Imagerie des sinus Fig. 5-9 Adénocarcinome de l éthmoïde Coupes TDM axiale (A) et coronale (B), IRM séquences axiale T1 (C), T2 axiale (D) et coronale (F), T1 FatSat injectées axiale (E) et coronale (G) : masse de signal

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc

Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Introduction - Localisation orbitaire du kyste hydatique : rare

Plus en détail

Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas)

Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas) Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas) NEJHY. W, GHARBI. A, MOUSSALI. N, EL BENNA. N, ABDELOUAFI. A Service de Radiologie 20 Août, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Introduction

Plus en détail

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire

Plus en détail

TUMEURS OCULAIRES. Dr Salem HMRUC

TUMEURS OCULAIRES. Dr Salem HMRUC TUMEURS OCULAIRES Dr Salem HMRUC Introduction Le globe oculaire et l orbite et leurs annexes peuvent être les sites d une grande variété des tumeurs bénignes et malignes. Elles constituent une menace pour

Plus en détail

Tumeurs malignes du massif facial: à propos de 14 cas

Tumeurs malignes du massif facial: à propos de 14 cas Tumeurs malignes du massif facial: à propos de 14 cas CH.Chammakhi-Jemli, S.Mkaouar,* O.Ben Gamra, W.Zouaoui, A.Mami, H.Mzabi, S.Sehili-Briki, *A.Elkhedim, MH.Daghfous. Service de Radiologie Hôpital Habib

Plus en détail

Angiome: Naevus : chalazion

Angiome: Naevus : chalazion Tumeurs de l œil et de ses annexes Introduction: L œil de part la richesse des tissus qui le constituent peut développer des processus tumoraux diverses. leur retentissement est triple: esthétique fonctionnel

Plus en détail

H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi

H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi Apport de la TDM dans la cellulite orbitaire H Haj-Riffi, M Bouziane, S Saoud, N Moussali, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi Service de Radiologie de l hôpital 20 Août 1953. CHU Ibn Rochd. Casablanca.

Plus en détail

IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE ET MELANOME DE L UVEE. A propos de 90 observations

IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE ET MELANOME DE L UVEE. A propos de 90 observations IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE ET MELANOME DE L UVEE. A propos de 90 observations M.Jidal,M.T.Ibazizen,E.A.Cabanis et Coll. Service de Neuro-imagerie du C.H.N.O. des XV-XX (1995-2000) IMAGERIE PAR RESONANCE

Plus en détail

AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS. M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca

AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS. M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca Introduction L améloblastome malin est une tumeur odontogène

Plus en détail

085. Infection à VIH

085. Infection à VIH Sommaire 085. Infection à VIH information et conseils pour la prévention de la transmission sanguine et sexuelle, diagnostic, annonce d une sérologie, attitude thérapeutique et suivi Toxoplasmose cérébrale

Plus en détail

Véritable atteinte auto-immune spécifique

Véritable atteinte auto-immune spécifique ophtalmopathie dysthyroïdienne 246 - OPHTALMOPATHIE DYSTHYROÏDIENNE Ce qu il faut savoir 1. Savoir évoquer une exophtalmie basedowienne sur ses caractéristiques cliniques, 2. Connaître les complications

Plus en détail

PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS

PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS M. FIKRI, A. EL QUESSAR, MR EL HASSANI, N. CHAKIR, N. BOUKHRISSI, M. JIDDANE Service de NeuroRadiologie Hôpital des spécialités.

Plus en détail

Connaissances V. ORL

Connaissances V. ORL Connaissances V. ORL 87 Adénocarcinome de l ethmoïde Item 154. Tumeurs des os primitives et secondaires. Item Fig. 87.1. IRM coupe coronale séquence T1 avec injection et suppression de graisse. 1 : tumeur

Plus en détail

Tumeurs ophtalmiques. Notes préliminaires

Tumeurs ophtalmiques. Notes préliminaires Carcinome de la paupière................ 293 Carcinome de la conjonctive.............. 296 Mélanome malin de la conjonctive........ 300 Mélanome malin de l'uvée............... 304 Rétinoblastome.........................

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS SUS TENTORIELLES CHEZ L ENFANT

IMAGERIE DES TUMEURS SUS TENTORIELLES CHEZ L ENFANT IMAGERIE DES TUMEURS SUS TENTORIELLES CHEZ L ENFANT Service de Radiologie Pédiatrique. CHU Ibn Rochd. Casablanca INTRODUCTION Les tumeurs sus tentorielles chez l enfant sont assez fréquentes et peuvent

Plus en détail

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix.

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. HISTOIRE DE LA MALADIE Mr G. 53 ans Sclérose Tubéreuse de Bourneville.

Plus en détail

Imagerie des exophtalmies non tumorales. A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca.

Imagerie des exophtalmies non tumorales. A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca. Imagerie des exophtalmies non tumorales A. IDRISSI, N. EL BENNA, H. BELGADIR, N. MOUSSALI, A. ABDELOUAFI. Service de Radiologie 20 Août, Casablanca. Introduction L exophtalmie correspond à l augmentation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR L IRM DU CAVUM

GUIDE PRATIQUE POUR L IRM DU CAVUM GUIDE PRATIQUE POUR L IRM DU CAVUM N AIDI, R BENNACEUR, F ABIDI, F BEN AMARA, R HAMZA, H RAJHI, N MNIF Service d Imagerie Médicale EPS Charles Nicolle. Tunis TUNISIE OBJECTIFS La maîtrise de la radio anatomie

Plus en détail

OSTEOME CHOROIDIEN. Dr Wilfried ROQUET. Centre Universitaire Ophtalmologique de Créteil

OSTEOME CHOROIDIEN. Dr Wilfried ROQUET. Centre Universitaire Ophtalmologique de Créteil Dr Wilfried ROQUET Presenté par Van Dyk en 1978 puis décrit simultanement en 1979 par Gass et William. La tumeur correspond à une ossification de la choroide avec des travées osseuses et des espaces caverneux

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension N. Grenier Imagerie et Cancer L imagerie intervient à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - détection - Clinique : caractérisation

Plus en détail

Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale

Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale Intérêt de l échographie- Doppler (EDC) pour le diagnostic des lésions de la glande lacrymale F.Lafitte, M.Boucenna, (1) (2) P. Koskas (1), E. Nau (1), O. Bergès (1). (1): Fondation ophtalmologique Adolphe

Plus en détail

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

Introduction Améloblastome : la plus fréquente des tumeurs épithéliales odontogéniques(50%). Agressivité locale et récidive conditionnent son pronosti

Introduction Améloblastome : la plus fréquente des tumeurs épithéliales odontogéniques(50%). Agressivité locale et récidive conditionnent son pronosti IMAGERIE DES AMELOBLASTOMES (A propos de 20 cas) S. Saoud, I. Mimouni, A. Gharbi, N. Moussali, N. El Benna, A. Abdelouafi Casablanca - Maroc Journées Françaises de Radiologie. Octobre 2010 Introduction

Plus en détail

ORBITE I. ANATOMIE II. RADIOLOGIE STANDARD III. TDM IV. IRM V. ECHOGRAPHIE VI. PATHOLOGIE VII. CORPS ETRANGER VIII.

ORBITE I. ANATOMIE II. RADIOLOGIE STANDARD III. TDM IV. IRM V. ECHOGRAPHIE VI. PATHOLOGIE VII. CORPS ETRANGER VIII. ORBITE I. ANATOMIE II. RADIOLOGIE STANDARD III. TDM IV. IRM V. ECHOGRAPHIE VI. PATHOLOGIE VII. CORPS ETRANGER VIII. VOIES LACRYMALES Page 1 sur 18 L'exploration radiologique de l'orbite est fréquemment

Plus en détail

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN)

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN) Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant Simon RAVAUD (IHN) Cas 1 Petit garçon âgé de 16 mois. Syndrome de Wiedmann- Beckwith. Syndrome de croissance excessive associant ; macroglossie macrosomie

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques S.RAJI, N. Allali, F. Ounani, R. Dafiri Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants - Maternité CHU Rabat La pathologie

Plus en détail

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE Objectif illustrer les aspects en imagerie de la neurofibromatose type

Plus en détail

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc Les tumeurs malignes intra scrotales sont rares chez l enfant. Elles sont souvent extra testiculaires et dominées par les rhabdomyosarcomes

Plus en détail

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI INTRODUCTION Les tumeurs parotidiennes représentent 3% des tumeurs cervicales et 80% des tumeurs

Plus en détail

Redécouvrir la fente olfactive

Redécouvrir la fente olfactive Redécouvrir la fente olfactive P Henrot 1, R Jankowski 2, T Georgel 2, B Boyer 1, P Troufléau 1, B Grignon 3, C Lorentz 2, S Kacha 2, S Lecocq 3, A Blum 3 1 Service de Radiologie, Centre Alexis Vautrin

Plus en détail

SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD. Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A

SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD. Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A INTRODUCTION Les métastases représentent la pathologie tumorale rachidienne la plus courante. Leur

Plus en détail

Pathologie du sinus rénal

Pathologie du sinus rénal Pathologie du sinus rénal M. Edderai, S. Semlali, S. Chaouir, T. Amil, A. Hanine, S. Akjouj Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V CHU- Rabat - Maroc Sinus rénal Carrefour

Plus en détail

Cancer du larynx. Intérêt de la TDM. A propos de 70 cas. S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi. Service de Radiologie 20 Août 1953.

Cancer du larynx. Intérêt de la TDM. A propos de 70 cas. S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi. Service de Radiologie 20 Août 1953. Cancer du larynx Intérêt de la TDM A propos de 70 cas S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi Service de Radiologie 20 Août 1953. CHU Ibn Rochd Casablanca. Maroc INTRODUCTION - Cancer du larynx:

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE Dr. ROUBEROL Service d Ophtalmologie HOPITAL CROIX ROUSSE CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EXOPHTALMIE I - SEMEIOLOGIE DE L EXOPHTALMIE ➀ Diagnostic positif : a) Clinique de face de profil : Protusion Quantification

Plus en détail

La présentation clinique peut prendre n'importe quel aspect d'une compression médullaire lente.

La présentation clinique peut prendre n'importe quel aspect d'une compression médullaire lente. Imagerie des compressions médullaires d origine tumorale A MERGHNI, S KOUKI, D MHEDHBI, M LAHMANDI, H KACEM, N BOUASSIDA, H BOUJEMAA, N BEN ABDALLAH Introduction La pathologie intracanalaire tumorale est

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Méthodes d imagerie US, CT, MR Agents de contraste Iode : UIV, CT Toujours faire la balance entre le risque et le bénéfice

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

Véritable atteinte auto-immune spécifique

Véritable atteinte auto-immune spécifique ophtalmopathie dysthyroïdienne 246 - OPHTALMOPATHIE DYSTHYROÏDIENNE-2010 Ce qu il faut savoir 1. Savoir évoquer une exophtalmie basedowienne sur ses caractéristiques cliniques, 2. Connaître les complications

Plus en détail

Service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech H.MRABTI FASSI (1), H.ENNEDDAM, N.CHERIF IDRISSI EL GUANOUNI, M.IDRISSI OUALI, H.JALAL, O.ESSADKI, A.OUSEHAL J.NAJIB(2),K.ANIBA,M.LAGHMARI,S.AIT BEN ALI. 1- Service de radiologie CHU Mohammed VI Marrakech

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc INTRODUCTION La trochantérite tuberculeuse est une localisation rare de la

Plus en détail

Echo Doppler des tumeurs du testicule. Laurent BRUNEREAU CHU Tours

Echo Doppler des tumeurs du testicule. Laurent BRUNEREAU CHU Tours Echo Doppler des tumeurs du testicule Laurent BRUNEREAU CHU Tours PREAMBULE TECHNIQUE INDISPENSABLE Echo haute résolution : sondes de fréquence variable et élevée (10 à 14 MHz) (=> Résolution spatiale

Plus en détail

Apport du scanner multibarrettes dans. le diagnostic des cellulites orbitaires

Apport du scanner multibarrettes dans. le diagnostic des cellulites orbitaires Apport du scanner multibarrettes dans le diagnostic des cellulites orbitaires W. Douira-Khomsi, S. Bejar, H. Louati, L. Ben Hassine, R. Attaoui, L. Lahmar, I. Bellagha Service de Radiologie Pédiatrique

Plus en détail

échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas

échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas Apport de l él échographie dans les traumatismes oculaires A propos de 40 cas N.Mardhi,, N.El Benna, A.Bennani, A.Abdelouafi Service de Radiologie de l Hôpital l 20Août t 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca

Plus en détail

Cancers des cavités nasosinusiennes

Cancers des cavités nasosinusiennes Cancers des cavités nasosinusiennes Généralités : On doit distinguer 4 sites anatomiques pouvant être le siège de tumeurs des cavités nasosinusiennes : le sinus ethmoïdal, le sinus maxillaire, la plaque

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS R. Salem (1), O. Essid (2), N. Bhouri (1), I. Khochtali (1), A. Zrig (1), W. Mnari (1), M. Golli (1) (1) Monastir - Tunisie,

Plus en détail

Imagerie de la pathologie isolée du sinus sphénoïdal. 1 Service ORL CHU Habib Bourguiba Sfax 2 Service Radiologie CHU Habib Bourguiba Sfax

Imagerie de la pathologie isolée du sinus sphénoïdal. 1 Service ORL CHU Habib Bourguiba Sfax 2 Service Radiologie CHU Habib Bourguiba Sfax Imagerie de la pathologie isolée du sinus sphénoïdal S. Kallel 1, M. Sellami 1, F. Maalej 1, M. Masmoudi 1, B. SouissI 2, K. Ben mahfoudh 2, I. Charfeddine 1, B. Hammami 1,A. Ghorbel 1 1 Service ORL CHU

Plus en détail

H.ENNEDDAM(1),H.JALAL(1),F.EL ADRAOUI(1), N.BNOUACHIR(1),N.CHERIF IDRISSI GANOUNI(1), S. GHARABA(2), K. KRATI(2), O.ESSADKI(1),A.

H.ENNEDDAM(1),H.JALAL(1),F.EL ADRAOUI(1), N.BNOUACHIR(1),N.CHERIF IDRISSI GANOUNI(1), S. GHARABA(2), K. KRATI(2), O.ESSADKI(1),A. H.ENNEDDAM(1),H.JALAL(1),F.EL ADRAOUI(1), N.BNOUACHIR(1),N.CHERIF IDRISSI GANOUNI(1), S. GHARABA(2), K. KRATI(2), O.ESSADKI(1),A.OUSEHAL(1) (1); service de radiologie, (2): service de gastro-entérologie

Plus en détail

Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques

Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques -foie métastatique ( T neuro-endocrines, adénocarcinome lieberkühniens, autre

Plus en détail

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur FLORES A, PROST S, LENOIR M, CHRU Besançon Société de Médecine de Franche-Comté Enfant de 5 ans adressé par son médecin traitant pour douleurs

Plus en détail

ATLAS D IMAGERIE DANS LE CANCER DU CAVUM

ATLAS D IMAGERIE DANS LE CANCER DU CAVUM ATLAS D IMAGERIE DANS LE CANCER DU CAVUM Z.JAMALEDDINE; S.ELHADDAD, R.LATIB, I.CHAMI. M. BOUJIDA, L.JROUNDI Institut Nationale D oncologie Service de Radiologie RABAT MAROC INTRODUCTION Cavum ou nasopharynx

Plus en détail

-os difficilement analysable à ce format d'image S. Aptel IHN

-os difficilement analysable à ce format d'image S. Aptel IHN homme 24 ans, toxicomane IV, VHC + Se présente au SAU pour douleur et œdème de l'avant-bras gauche d'aggravation progressive Un bilan d'imagerie est pratiqué quel(s) élément(s) sémiologique(s) peut-on

Plus en détail

Tumeurs naso-sinusiennes rares: Aproche diagnostique TDM et IRM SERVICE D IMAGERIE MEDICALE HOPITAL LA RABTA. TUNISIE

Tumeurs naso-sinusiennes rares: Aproche diagnostique TDM et IRM SERVICE D IMAGERIE MEDICALE HOPITAL LA RABTA. TUNISIE Tumeurs naso-sinusiennes rares: Aproche diagnostique TDM et IRM SERVICE D IMAGERIE MEDICALE HOPITAL LA RABTA. TUNISIE INTRODUCTION Les tumeurs nasosinusiennes sont dominées par les tumeurs primitives d

Plus en détail

-la glande surrénale gauche est pré-rénale, et se trouve devant le pôle supérieur du rein; la surrénale gauche n'est donc pas sus-rénale

-la glande surrénale gauche est pré-rénale, et se trouve devant le pôle supérieur du rein; la surrénale gauche n'est donc pas sus-rénale Homme de 77 ans. Bilan d une volumineuse masse révélée lors d'une échographie pour douleurs abdominales et lombalgies.sont les éléments sémiologiques importants à retenir pour orienter le diagnostic J.

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas

ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas Ferré R, Chami L, Chebil M, Cavalcanti A*, Tomasic G**, Robert C***, Lassau N Service d échographie, service

Plus en détail

IRM DU SARCOME A CELLULES CLAIRES A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS

IRM DU SARCOME A CELLULES CLAIRES A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS IRM DU SARCOME A CELLULES CLAIRES A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS M Chelli Bouaziz,M Charfi, M Bouchriha, M T Zidi, M Ben Hammouda, M F Ladeb Service de radiologie. Institut MT kassab d orthopedie. Ksar Said.

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 240 (item 246) : Ophtalmopathie dysthyroïdienne Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Généralités et épidémiologie... 3 2. Classification... 3 3.

Plus en détail

Berrada S, Bekkali L, Moussali N, Elbenna N, Gharbi A Service de Radiologie de l Hôpital 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd, Casablanca

Berrada S, Bekkali L, Moussali N, Elbenna N, Gharbi A Service de Radiologie de l Hôpital 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd, Casablanca Berrada S, Bekkali L, Moussali N, Elbenna N, Gharbi A Service de Radiologie de l Hôpital 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd, Casablanca - La fosse ptérygo-palatine (F.P.P) est un espace étroit graisseux, lieu

Plus en détail

Le cancer du sein est la première cause de cancer chez la femme. Les cancers non conventionnels du sein représentent une entité rare dont l incidence

Le cancer du sein est la première cause de cancer chez la femme. Les cancers non conventionnels du sein représentent une entité rare dont l incidence JFR 2013 Le cancer du sein est la première cause de cancer chez la femme. Les cancers non conventionnels du sein représentent une entité rare dont l incidence dans la littérature varie entre 3 et 10 %.

Plus en détail

S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat. Maroc

S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat. Maroc I.En-nafaa, T. Africha, A. Cisse, N. Hammoune, S. Chaouir, T.Amil, A.Hanine, aaa, c a, C sse, a ou e,s C aou,, a e, S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat.

Plus en détail

Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai d'équilibre

Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai d'équilibre Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai 2009 Lésion rénale G solide, unique hypervascularisée, à la phase artérielle; "cicatrice" centrale, homogénéisation à la phase

Plus en détail

-par contre les contours sont discrètement polycycliques et surtout la paroi est trop épaisse pour ce type de lésion

-par contre les contours sont discrètement polycycliques et surtout la paroi est trop épaisse pour ce type de lésion Patiente de 68 ans. Bilan de lésions hépatiques kystiques découvertes lors d'une échographie pour douleurs abdominales aspécifiques. Quels éléments sémiologiques peut-on retenir pour la caractérisation

Plus en détail

Table des matières PRÉFACE TECHNIQUES Principales interventions endoscopiques Principales voies d abord externes...

Table des matières PRÉFACE TECHNIQUES Principales interventions endoscopiques Principales voies d abord externes... PRÉFACE... 11 TECHNIQUES... 13 Radiologie conventionnelle... 13 La tomodensitométrie... 13 Le cone beam CT... 13 L IRM (imagerie par résonnance magnétique)... 14 Techniques chirurgicales... 15 Principales

Plus en détail

IMAGERIE DES SURRENALES

IMAGERIE DES SURRENALES IMAGERIE DES SURRENALES Au quotidien, les masses surrénaliennes sont découvertes sur un scanner réalisé pour d'autres raisons. ECHOGRAPHIE Voie intercostale, transhépatique et transsplénique. Visibles

Plus en détail

S. Coze 1, G. Roland 1, F. Craighero 1, C. Benso 2, K. Chaumoître 1, S. Marciano-Chagnaud 1

S. Coze 1, G. Roland 1, F. Craighero 1, C. Benso 2, K. Chaumoître 1, S. Marciano-Chagnaud 1 S. Coze 1, G. Roland 1, F. Craighero 1, C. Benso 2, K. Chaumoître 1, S. Marciano-Chagnaud 1 1 Service d Imagerie Médicale 2 Service d Ophtalmologie Hôpital Nord - CHU Marseille Généralités - 20% des traumatismes

Plus en détail

H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif

H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif IMAGERIE DE L OTITE EXTERNE MALIGNE : A PROPOS DE 19 CAS H.Louizi, K.Ben Mahfoudh, R Ghariani, H Dhouib*, C Marrakchi**, H Ktata, S Haddar, J.Mnif Service de Radiologie CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie

Plus en détail

Patiente de 58 ans. Métastase hépatique métachrone : 3 cures de FOLFOX. Seconde métastase, pulmonaire (LSG) réséquée en TDM de surveillance

Patiente de 58 ans. Métastase hépatique métachrone : 3 cures de FOLFOX. Seconde métastase, pulmonaire (LSG) réséquée en TDM de surveillance Patiente de 58 ans Adénocarcinome du moyen rectum ( ADK lieberkühnien infiltrant bien différencié) traité en 2011 par radiochimiothérapie néoadjuvante puis résection chirurgicale antérieure Métastase hépatique

Plus en détail

EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE 25/11/2010

EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE 25/11/2010 EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS ECHOGRAPHIE OCULAIRE SONDE DE 10 MHz VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE SEMIOLOGIE ECHOGRAPHIQUE DOCTEUR FRANCOIS PERRENOUD

Plus en détail

Cas 1. Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse

Cas 1. Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse Cas 1 Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse Cas 1 Patient de 72 ans. Pas d antécédent particulier. Bilan pré-thérapeutique d un adénocarcinome prostatique Gleason 7(4+3) base droite

Plus en détail

Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs odontogénes du maxillaire (A propos de 20 cas)

Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs odontogénes du maxillaire (A propos de 20 cas) Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs odontogénes du maxillaire (A propos de 20 cas) S. Hassen, A. Gharbi, A. Abdelouafi Service de Radiologie 20 Août 1953, CHU Ibn Rochd. Casablanca. Maroc Les tumeurs

Plus en détail

Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin. Aïna Venkatasamy

Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin. Aïna Venkatasamy Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin Aïna Venkatasamy Introduction Patholgie peu fréquente Le plus souvent bénigne Association possible à des anomalies génitourinaires Modalités

Plus en détail

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques Tuberculose hépatique h primitive: A propos de 10 cas. Nassar I*, Errabih I**, Hammani L*, Krami **H.Ouazzani** Imani F. *Service de radiologie. CHU Ibn Sina.. Rabat. Maroc ** Service de Médecine M B.

Plus en détail

M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service de Radiologie CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc

M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service de Radiologie CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc APPORT DU SCANNER SPIRALE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCOREGIONAL DU CANCER DU LARYNX A PROPOS DE 93 CAS M. OUALI IDRISSI, H. ENNADAM, R. HIROUAL, N. CHERIF IDRISSI GUANOUNI, O. ESSADKI, A. OUSEHAL Service

Plus en détail

F. BEN AMARA *, Y. HENTATI*, A. SALEM*, R. AYARI*, H. RAJHI*, R. HAMZA*, N.MNIF* M. MARREKCHI**, H.HAJRI**, M.FERJAOUI** N.

F. BEN AMARA *, Y. HENTATI*, A. SALEM*, R. AYARI*, H. RAJHI*, R. HAMZA*, N.MNIF* M. MARREKCHI**, H.HAJRI**, M.FERJAOUI** N. RADIOANATOMIE DES ESPACES DE L ORBITE F. BEN AMARA *, Y. HENTATI*, A. SALEM*, R. AYARI*, H. RAJHI*, R. HAMZA*, N.MNIF* M. MARREKCHI**, H.HAJRI**, M.FERJAOUI** N. HENTATI*** *Service d imagerie médicale

Plus en détail

LES PARAGANGLIOMES LATERO-CERVICAUX à propos de 18 cas

LES PARAGANGLIOMES LATERO-CERVICAUX à propos de 18 cas LES PARAGANGLIOMES LATERO-CERVICAUX à propos de 18 cas I.Mimouni, N. El benna, S. Saoud, N. Moussali, A. Gharbi, A. Abdelouafi Service de Radiologie 20 Aout, CHU Ibn Rochd, Casablanca,Maroc Journées Françaises

Plus en détail

Tumeurs inflammatoires orbitaires. Professeur Pierre Kaminsky

Tumeurs inflammatoires orbitaires. Professeur Pierre Kaminsky Tumeurs inflammatoires orbitaires Professeur Pierre Kaminsky Introduction Nombreuses entitées : Infectieuses Inflammatoires Néolasiques Inflammations orbitaires : 50% des affections orbitaires Orbitopathie

Plus en détail

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC Les GIST sont: les tumeurs conjonctives les plus fréquentes du tube digestif

Plus en détail

homme 44 ans, douleurs du bras gauche évoluant depuis 3 mois, tuméfaction d augmentation progressive quels sont les éléments sémiologiques à retenir

homme 44 ans, douleurs du bras gauche évoluant depuis 3 mois, tuméfaction d augmentation progressive quels sont les éléments sémiologiques à retenir homme 44 ans, douleurs du bras gauche évoluant depuis 3 mois, tuméfaction d augmentation progressive quels sont les éléments sémiologiques à retenir sur les radiographies standard la lecture "dynamique"

Plus en détail

Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas

Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas Introduction Le cancer thyroïdien de l enfant est rare. Il représente 1,5% de toutes les tumeurs avant 15 ans et 7% des tumeurs de le tête

Plus en détail

A. Zrig (1), M. Zohd (1), E. Gassab (1), R. Salem (1), MA. Jellali (1), B. Hmida (1), M. Maatouk (2), A. Gassab (1), C. Hafsa (1), M.

A. Zrig (1), M. Zohd (1), E. Gassab (1), R. Salem (1), MA. Jellali (1), B. Hmida (1), M. Maatouk (2), A. Gassab (1), C. Hafsa (1), M. IMAGERIE DES INFECTIONS FUNGIQUES INVASIVES DU MASSIF FACIAL A. Zrig (1), M. Zohd (1), E. Gassab (1), R. Salem (1), MA. Jellali (1), B. Hmida (1), M. Maatouk (2), A. Gassab (1), C. Hafsa (1), M. Golli

Plus en détail

KYSTE OSSEUX ANEVRYSMAL A LOCALISATION TEMPORO- OCCIPITALE A PROPOS D UN CAS

KYSTE OSSEUX ANEVRYSMAL A LOCALISATION TEMPORO- OCCIPITALE A PROPOS D UN CAS KYSTE OSSEUX ANEVRYSMAL A LOCALISATION TEMPORO- OCCIPITALE A PROPOS D UN CAS M. FIKRI, A. EL QUESSAR, MR EL HASSANI, N. CHAKIR, N. BOUKHRISSI, M. JIDDANE Service de NeuroRadiologie Hôpital des spécialités.

Plus en détail

PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET ETIOLOGIQUE DES EXOPHTALMIES TUMORALES DE L ADULTE (A PROPOS DE 29 CAS)

PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET ETIOLOGIQUE DES EXOPHTALMIES TUMORALES DE L ADULTE (A PROPOS DE 29 CAS) Revue Marocaine du Cancer 20, vol. 3, n 2 : 5-22 OPHTALMOLOGIE Article Original PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET ETIOLOGIQUE DES EXOPHTALMIES TUMORALES DE L ADULTE (A PROPOS DE 29 CAS) S. BOUZZA, L. BENHMIDOUNE,

Plus en détail

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue Olivier Ernst Où trouver le cours sur Moodle? Différentiation TB TM : Le point de vue du radiologue

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Quels sont les éléments sémiologiques intéressants à retenir sur les images scanographiques

Quels sont les éléments sémiologiques intéressants à retenir sur les images scanographiques Femme, 47 ans, douleur de l angle scapulaire inférieur droit; suivie pour une polyarthrite rhumatoide traitée par methotrexate et anti TNF alpha (Humira) Quels sont les éléments sémiologiques intéressants

Plus en détail

Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM?

Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM? Carcinome du col versus tumeurs mésenchymateuses du col de l utérus: Quel est l apport de l IRM? M FELFEL, M JABER, M JABOU, R CHAMAKHI, H RAJHI, R HAMZA, N MNIF Service d Imagerie médicale. EPS Charles

Plus en détail

Radioanatomie des foramens et canaux du massif facial

Radioanatomie des foramens et canaux du massif facial Radioanatomie des foramens et canaux du massif facial 0.Amriss, N.Moussali, N.Elbenna, A.Gharbi, A.abdelouafi Service de Radiologie 20 Aout CHU IBN ROCHD. Casablanca. Maroc Introduction Le massif facial

Plus en détail