Automates Cellulaires et application à la physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Automates Cellulaires et application à la physique"

Transcription

1 Automates Cellulaires et application à la physique Dominique d Humières Laboratoire de Physique Statistique de l École Normale Supérieure 24, rue Lhomond Paris cedex Introduction 2. Automates cellulaires 3. Gaz sur réseau 1

2 Introduction 1) Automate Un automate est un objet défini au temps t par: des entrées E(t) à valeur dans un ensemble fini {A e }; un état interne I(t) à valeur dans un ensemble fini {A i }; des sorties S(t) à valeur dans un ensemble fini {A s }; une application f de {A e } {A i } {A s }, telle que S(t) =f(e(t),i(t)); une application g de {A e } {A i } {A i }, telle que I(t )=g(e(t),i(t)) pour t >t. L automate est dit synchrone si t = t + δt, où δt est un pas de temps constant. 2) Réseau d automates Un ensemble d automates reliés entre eux 2

3 3) Automates cellulaires Un réseau d automates tous identiques disposés sur un réseau régulier et reliés entre eux par un graphe de connexions régulier. 1D: chaîne linéaire ou anneau; 2D: réseau carré ou triangulaire; 3D: réseau cubique; 4D: réseau hypercubique (1, 0, 0, 0) ou hypercubique face centré (1, 1, 0, 0); plus de 4D: réseau hypercubique; Le graphe de connexion usuellement choisi est tel que les entrées E( r) du site r proviennent des sorties des automates contenus dans un voisinage V donné: E( r) ={S( r + c)}, c V 3

4 Automates cellulaires à une dimension Les modèles étudiés considèrent en général le cas S = I avec S (0,...,b 1) et S(n, t +1)=Φ(S(n k, t),...,s(n + k, t)) avec Φ (0,...,b 1) Par exemple pour b =2etk =1 S(n, t +1)=Φ(S(n 1,t),S(n, t),s(n +1,t)) où Φ est défini par les 2 3 = 8 valeurs booléennes prises par Φ(0) à Φ(7). On peut ainsi construire 2 8 = 256 lois d évolution qui sont codées de manière canonique par 7 Φ(i)2 i. i=0 Ainsi la loi 90 correspond à Φ(1) = Φ(3) = Φ(4) = Φ(6) = 1 et Φ(i) =0pour les autres valeurs de i. 4

5 De manière plus générale le codage canonique est donné par b 2r+1 1 i=0 Φ(i)b i, ce qui correspond à b b2r+1 lois possibles ( lois pour b =2etr = 2). Automates totalisateurs Φnedépend plus des S(n + i, t) que par leur somme, ce qui réduit le nombre des automates à étudier à b (b 1)(2r+1)+1. classification proposée par Wolfram 1. évolution vers un point fixe; 2. évolution vers un état périodique ou des structures séparées; 3. évolution vers un état homogène désordonné ou fractal; 4. évolution vers des structures complexes de durées longues et imprévisibles. 5

6 Automates cellulaires à deux dimensions D2QR Automate totalisateur sur un réseau carré connecté aux premiers voisins avec la règle : une cellule change d état si elle a exactement deux voisins à 1. Modèle simpliste de spins 1/2. jeu de la vie Automate totalisateur sur un réseau carré connecté aux premiers et seconds voisins avec la règle S23C3: une cellule à 1 survit si elle a deux ou trois voisins à 1 (y compris elle même); une cellule à 0 naît (change d état) si elle a exactement trois voisins à 1. Comportement de type 4, avec points fixes, objets périodiques, planeurs, etc. 6

7 Gaz sur réseau Automates à2 b états internes et entrées et sorties booléennes avec règles de conservations. Représentation alternative: b particules booléennes se déplaçant de manière synchrone sur un réseau régulier avec des vitesses leur permettant de sauter d un site à un voisin et interagissant sur les sites en respectant des règles de conservation. modèle HPP (Hardy, de Pazzis et Pomeau) réseau carré; 4 vitesses (1, 0), (0, 1), ( 1, 0) et (0, 1); conservation du nombre de particules et de leur quantité de mouvement: seules collisions possibles (1, 0)+( 1, 0) (0, 1)+(0, 1) 7

8 HPP se comporte presque comme un fluide usuel, mais comporte quelques pathologies: la quantité de mouvement est conservée ligne par ligne: pas de dissipation d un cisaillement dans la direction perpendiculaire; anisotropie des équations de transport; modèle FHP (Frisch, Hasslacher et Pomeau) réseau triangulaire; 6 vitesses (1, 0), (1/2, 3/2), ( 1/2, 3/2), ( 1, 0), ( 1/2, 3/2) et (1/2, 3/2); conservation du nombre de particules et de leur quantité de mouvement. Ce modèle permet de retrouver les équations de la mécanique des fluides dans la limite des petits nombres de Mach. 8

9 Gaz sur réseau Un gaz sur réseau est défini par: un réseau régulier L = { r } à D dimensions; un ensemble de b vitesses { c i } reliant un site du réseau r à l un de ses voisins r + c i et possédant le même groupe de symétrie G que L; un champ booléen décrit par un vecteur à b composantes n( r,t )={n i ( r,t )}, n i ( r,t ) représentant l état interne de l automate associé à la vitesse c i au site r et au pas de temps t. L évolution de l automate est donnée par n i ( r + c i,t +1)=n i ( r,t )+ i (n( r,t )), (1) où le terme de collision i est un polynôme des n j : i = s,s (s i s i )a(s s ) j n s j j (1 n j) 1 s j, (2) où a(s s ) est une variable booléenne, égale à1 avec probabilité A(s s )età 0 avec probabilité (1 A(s s )). 9

10 Le processus de collision est décrit par la probabilité A(s s ) que l état d entrée s est changé enl état de sortie s avec les contraintes suivantes: 1. normalisation s A(s s )=1, s ; (3) 2. lois de conservation: p vecteurs à b composantes u a tels que A(s s )(s s) u a =0, a, s, s ; (4) correspondant aux lois de conservation du monde physique (masse, quantité de mouvement, énergie, espèces, etc.); 3. le même groupe de symétrie G que le réseau A(g(s) g(s ))=A(s s ), g G, s, s ; (5) 4. bilan détaillé A(s s )=A(s s), s, s. (6) ou bilan semi-détaillé s A(s s )=1, s. (7) 10

11 Vingt quatre vitesses sur un réseau hypercubique face centré à quatre dimensions: FCHC (d Humières, Lallemand, Frisch, Europhys. Lett. 2, 291 (1986)) états! Équations Hydrodynamiques Les variables booléennes n i sont remplacées par leur valeurs moyennes N i = n i qui évoluent comme l équation (1) moyennée: N i ( r + c i,t +1)=N i ( r,t )+ i (n( r,t )). (8) Dans l approximation de Boltzmann, toutes les correlations entre sites sont negligées et C i s,s (s i s i )A(s s ) j N s j j (1 N j) 1 s j i (n). (9) 11

12 Pour les modèles avec conservation de la masse et de la quantité de mouvement et pour des particules de même masse et même vitesse: u 0 = 1 =(1,...,1) et u α = c α =(c 1α,...,c bα ). Soit Q iαβ = c iα c iβ c2 D δ αβ, (10) et les vecteurs à b composantes correspondant Q αβ =(Q iαβ ). 1, c α, and Q αβ sont D(D +3)/2 vecteurs orthogonaux deux à deux. La densité ρ, la quantité de mouvement j, et le tenseur des contraintes visqueuses (S αβ ) sont donnés par ρ = N 1 = ρu α = j α = N c α = S αβ = N Q αβ = i i i N i, (11) c iα N i, (12) Q iαβ N i. (13) 12

13 En utilisant le bilan semi-détaillé, il est possible de démontrer qu un état homogène évolue vers un état d équilibre décrit par une distribution de Fermi-Dirac N eq i = exp(a + b c i ), (14) où a et b sont déterminés à partir des quantités conservées ρ et j. Après linéarisation de l opérateur de collision (C i ) autour de la distribution d équilibre pour j = 0,il vient N i ( r + c i,t +1) = N i ( r,t ) (A(N N eq )( r,t )) i, (15) où f = ρ/b et A =(A ij ) est l opérateur de collision linéarisé: A ij = 1 2 s,s (s i s i )(s j s j )A(s s ) f q 1 (1 f) b q 1, où q = s i i est le nombre total de particules de l état s. (16) 13

14 Les lois de conservation donnent directement A 1 = A c α =0. (17) Pour un gaz sur réseau à une vitesse avec suffisamment de symétries, les Q αβ sont des vecteurs propres de A: A Q αβ = λ B Q αβ, αβ, (18) où la valeur propre positive λ B depend des details des règles de collision.. Les étapes finales sont un développement de Taylor de l équilibre de Fermi-Dirac pour les petites vitesses, suivit d un développement de Chapman-Enskog. On montre alors que la dynamique des gaz sur réseau suit approximativement les équations macroscopiques suivantes: t ρ + (ρ u) = 0, t (ρu α )+ β (g(ρ)ρu α u β ) = c 2 s α ρ + ν (ρu α ) + ( 1 g(ρ) u2 c 2 ) ν(d 2) α ( (ρ u)). D 14

15 Avantages stables, rapides (au moins à deux dimensions). Inconvénients faibles nombres de Mach, plage limitée des valeurs des coefficients de transport, bruit, difficiles à implémenter à trois dimensions, invariants parasites. 15

16 Bibliographie S. Wolfram, Theory and applications of cellular automata (World Scientific 1986). T. Toffoli et N. Margolus, Cellular automata machines: a new environment for modeling (MIT Press 1987). G. Weisbuch, Dynamique des systèmes complexes: une introduction aux réseau d automates (InterÉdition 1989). Lattice gas methods for Partial Differential equations, édité par G. D. Doolen (Addison-Weysley 1990). D. d Humières et G. Weisbuch, Réseaux d automates, Images de la Physique 59, (1985). D. d Humières, Y. Pomeau et P. Lallemand, Une nouvelle méthode de simulation numérique en mécanique des fluides: les gaz sur réseau., Images de la Physique 68, (1987). 16

17 J.P. Boon, U. Frisch, et D.d Humières, Lhydrodynamique sur réseaux d automates., La Recherche 253, (1993). L. F. Gray, A reader s guide to Gács s Positive Rates paper, J. Stat. Phys. 103, 1 44 (2001). P. Gács, Reliable cellular automata with self-organization, J. Stat. Phys. 103, (2001). Sites Web keithw/strangeuniverse.html eppstein/ca/ 17

Statistiques - Ajustement de courbes

Statistiques - Ajustement de courbes Statistiques - Ajustement de courbes 1 Rappels de Statistiques 1.1 Moyenne, variance, écart-type Soit une série statistique : x 1, x 2, x n (n valeurs) Moyenne x = 1 n x i n i=1 Somme des carrés des écarts

Plus en détail

Mécanique des milieux continus

Mécanique des milieux continus Mécanique des milieux continus Séance 4 : Calcul pratique des déformations Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Hypothèse des petites perturbations B. Tenseur des déformations linéarisées

Plus en détail

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u)

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u) Matrices symétriques réelles 1 Préliminaires On se place dans (R n, ) euclidien, le produit scalaire canonique étant défini par : (x, y) R n R n, x y = t x y = x k y k On note : M n (R) l algèbres des

Plus en détail

MATRICES. x + a f. x y + a 2 f. ) f( k ) ) = (N(F k+1 F k ) 0 k N 1 ).

MATRICES. x + a f. x y + a 2 f. ) f( k ) ) = (N(F k+1 F k ) 0 k N 1 ). MATRICES CCP 2, MATHÉMATIQUES 2, MP À PROPOS DU PRÉAMBULE Le préambule évoque des équations aux dérivées partielles elliptiques Ce sont des équations linéaires homogènes d ordre 2 Par exemple, dans le

Plus en détail

Ingénierie des procédés

Ingénierie des procédés Ingénierie des procédés Pascaline Chevrel Avril 006 Mathieu Gillard Laleh Tcharkhtchi Introduction Le sujet nous propose de déterminer un matériau (bauxite particulière ou mélange de bauxites) pouvant

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Rappels, notations et objectifs du problème

MATHÉMATIQUES II. Rappels, notations et objectifs du problème MATHÉMATIQUES II Rappels, notations et objectifs du problème Dans tout ce problème, n désigne un entier naturel supérieur ou égal à 2 et M n ( IC ) l ensemble des matrices carrées complexes d ordre n De

Plus en détail

La loi d Ohm et l effet Joule (Cours X et XI)

La loi d Ohm et l effet Joule (Cours X et XI) La loi d Ohm et l effet Joule (Cours X et XI) Dans un métal, les électrons de conduction sont libres de se déplacer. Comme pour les molécules d un gaz, ils sont animés d un mouvement erratique et changent

Plus en détail

Le problème de la turbulence 2D est celui de la dynamique d un fluide gouverné par les équations de Navier-Stokes 2D :

Le problème de la turbulence 2D est celui de la dynamique d un fluide gouverné par les équations de Navier-Stokes 2D : Chapitre 3 ynamique de la vorticité Introduction Un certain nombre d alignements remarquables entre la direction de la vorticité et les directions propres de la matrice d étirement, d une part et de la

Plus en détail

Université Paris-Dauphine Ceremade. Introduction aux méthodes particulaires. François BOLLEY

Université Paris-Dauphine Ceremade. Introduction aux méthodes particulaires. François BOLLEY Université Paris-Dauphine Ceremade o Introduction aux méthodes particulaires o François BOLLEY I - Les équations d Euler incompressibles : modèle macroscopique, particules déterministes II - L équation

Plus en détail

Application de la méthode des frontières immergées aux équations de Navier-Stokes

Application de la méthode des frontières immergées aux équations de Navier-Stokes Application de la méthode des frontières immergées aux équations de Navier-Stokes Joris Picot Stéphane Glockner Thomas Milcent Delphine Lacanette GdT I2M TREFLE 17 décembre 2015 Planches restantes : 26

Plus en détail

Application de la méthode RRE aux problèmes de Navier-Stokes

Application de la méthode RRE aux problèmes de Navier-Stokes Application de la méthode RRE aux problèmes de Navier-Stokes Sébastien DUMINIL L.M.P.A Université du Littoral - Calais en collaboration avec H. Sadok et D. Silvester SMAI 2011 Guidel - 27 Mai 2011 Plan

Plus en détail

CPGE TSI - Sciences de l Ingénieur. Énergétique

CPGE TSI - Sciences de l Ingénieur. Énergétique CPGE TSI - Sciences de l Ingénieur TSI2 Énergétique TD Réf. Programme: S4123 - Solide indéformable, approche énergétique Compétences visées: B2-09, C2-10, C2-11, C2-18, C2-19, C2-20, C2-21 v1.41 Lycée

Plus en détail

1. La structure interne du soleil : un modèle simple

1. La structure interne du soleil : un modèle simple L héliosismologie l étude sismique du soleil a pris son envol au cours des années 1970, lorsque l on s est aperçu que les raies du spectre solaire étaient modulées à des périodes de l ordre de 5 minutes,

Plus en détail

CCP 2002 PC Maths 1 page 1. CONCOURS COMMUNS POLYTECHNlQUES EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 1. Durée : 4 heures

CCP 2002 PC Maths 1 page 1. CONCOURS COMMUNS POLYTECHNlQUES EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 1. Durée : 4 heures CCP 2002 PC Maths 1 page 1 SESSION 2002 CONCOURS COMMUNS POLYTECHNlQUES EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 1 Durée : 4 heures Les calculatrices sont interdites **** N.B. : Le candidat attachera

Plus en détail

Lycée Viette TSI 1. DS h 50. Problème 01 Trajectoire d une particule

Lycée Viette TSI 1. DS h 50. Problème 01 Trajectoire d une particule DS 03 02 12 2011 1 h 50 Problème 01 Trajectoire d une particule On considère un point matériel en mouvement dans un référentiel. L équation en polaire de la trajectoire en polaire s écrit : =.. avec =.,

Plus en détail

Equations de Navier-Stokes dans un système en rotation

Equations de Navier-Stokes dans un système en rotation Equations de Navier-Stokes dans un système en rotation Soit e i un système inertiel d axes orthonormés et e i un système d axes orthonormés en rotation par rapport à e i, avec un vitesse angulaire instantannée

Plus en détail

COURS MA103. Introduction aux équations aux dérivées partielles hyperboliques et à leur discrétisation par différences finies.

COURS MA103. Introduction aux équations aux dérivées partielles hyperboliques et à leur discrétisation par différences finies. COURS MA103 Introduction aux équations aux dérivées partielles hyperboliques et à leur discrétisation par différences finies Patrick Joly 1 Equation aux dérivées partielles : équation dont l inconnue est

Plus en détail

Chapitre 4: Valeurs propres et vecteurs propres

Chapitre 4: Valeurs propres et vecteurs propres VALEURS PROPRES ET VECTEURS PROPRES 91 Chapitre 4: Valeurs propres et vecteurs propres 4.1 Introduction et définitions Introduction : S il est vrai qu une transformation linéaire v Av peut faire bouger

Plus en détail

V. TRANSFORMATIONS AFFINES ET ISOMÉTRIES

V. TRANSFORMATIONS AFFINES ET ISOMÉTRIES V. TRANSFORMATIONS AFFINES ET ISOMÉTRIES En géométrie du plan cartésien réel R 2, on a étudié des transformations. Notamment les translations, les rotations, les symétries axiales et les homothéties. Ce

Plus en détail

Modélisation du comportement de composites aléatoires multi-échelle

Modélisation du comportement de composites aléatoires multi-échelle Modélisation du comportement de composites aléatoires multi-échelle François Willot, Dominique Jeulin Centre de morphologie mathématique, Fontainebleau Mines-Paritech 1 Modélisation du comportement de

Plus en détail

Alexandre Popier. ENSAI, Bruz. apopier. Janvier-Mars 2011

Alexandre Popier. ENSAI, Bruz.  apopier. Janvier-Mars 2011 CHAÎNES DE MARKOV. Alexandre Popier ENSAI, Bruz apopier@univ-lemans.fr http://www.univ-lemans.fr/ apopier Janvier-Mars 2011 A. Popier (ENSAI) Chaînes de Markov. Janvier-Mars 2011 1 / 51 PLAN 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Ch.1 Rappels Mathématiques: Analyse dimensionnelle

Ch.1 Rappels Mathématiques: Analyse dimensionnelle Ch.1 Rappels Mathématiques: Analyse dimensionnelle CUAT-IST 18.10.2010 K.Demmouche (cours 1 Phys1) suite 2 1 Introduction La première étape pour étudier un phénomène physique est l identification des variables

Plus en détail

Atelier Spécialité maths université d été 2012

Atelier Spécialité maths université d été 2012 Atelier Spécialité maths université d été 2012 Graphes probabilistes Urnes de Ehrenfest Présentation, algorithmes, calcul formel La forme des programmes Pour la partie obligatoire : Pour la spécialité

Plus en détail

PC - Cinématique des fluides

PC - Cinématique des fluides PC - Cinématique des fluides Les lois de la mécanique des fluides sont complexes. Une analyse aérodynamique d un système mécanique réel (voiture, aile d avion...) donne souvent lieu à des simulations numériques

Plus en détail

Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus. 1 Chapitre 1 : Gravitation et tenseurs affines en Mécanique galiléenne

Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus. 1 Chapitre 1 : Gravitation et tenseurs affines en Mécanique galiléenne 5ème Ecole d Eté de Mécanique Théorique de Quiberon, 11-17 septembre 2016 Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus Géry de Saxcé Laboratoire de Mécanique de Lille, FRE CNRS 3723, Université

Plus en détail

Modélisation des moteurs à aimant permanent avec saturation magnétique

Modélisation des moteurs à aimant permanent avec saturation magnétique Modélisation des moteurs à aimant permanent avec saturation magnétique Al-Kassem Jebai 1 Philippe Martin 1 Pierre Rouchon 1 François Malrait 2 1 Mines ParisTech Centre Automatique et Systèmes prenom.nom@mines-paristech.fr

Plus en détail

Racines carrées de matrices

Racines carrées de matrices Racines carrées de matrices ( 2 1 1 1 Calculer une racine carrée dans M 2 (C) de y admet-elle une racine carrée? ). Quant à ( 0 1 0 0 Chemins sur un cube Soit n N. On considère un cube, dont on choisit

Plus en détail

Description Eulerienne-Lagrangienne des équations de Navier-Stokes

Description Eulerienne-Lagrangienne des équations de Navier-Stokes Description Eulerienne-Lagrangienne des équations de Navier-Stokes Carlos Cartes Miguel Bustamante Marc-E. Brachet. Laboratoire de Physique Statistique École Normale Supérieure de Paris Weber-Clebsch p.1/18

Plus en détail

1 But POTENTIEL ÉLECTROSTATIQUE ET CHAMP. PHYSQ 126: Potentiel et champ 1

1 But POTENTIEL ÉLECTROSTATIQUE ET CHAMP. PHYSQ 126: Potentiel et champ 1 POTENTIEL ÉLECTROSTATIQUE ET CHAMP 1 But PHYSQ 126: Potentiel et champ 1 Le but de cette expérience 1 est d étudier la configuration du potentiel électrique (c.-à-d. le voltage) et sa relation au champ

Plus en détail

Rappels d algèbre linéaire

Rappels d algèbre linéaire Rappels d algèbre linéaire Ce chapitre se consacre à rappeler un certain nombre de résultats d algèbre linéaire qui seront utiles pour le cours d analyse numérique matricielle et optimisation Nous décomposons

Plus en détail

2 BILAN DE MATIÈRE ET ÉNERGIE. On s intéresse à ce qui circule à travers une portion bien définie par les sections S1 et S2 du tuyau. 2.

2 BILAN DE MATIÈRE ET ÉNERGIE. On s intéresse à ce qui circule à travers une portion bien définie par les sections S1 et S2 du tuyau. 2. 2 BILAN DE MATIÈRE ET ÉNERGIE 2.1 Introduction 2.1.1 Définition d un système On s intéresse à ce qui circule à travers une portion bien définie par les sections et du tuyau. v 2 L étude d un phénomène

Plus en détail

Estimation de la probabilité d événements rares par méthodes de krigeage pour des fonctions boîtes noires coûteuses

Estimation de la probabilité d événements rares par méthodes de krigeage pour des fonctions boîtes noires coûteuses Estimation de la probabilité d événements rares par méthodes de krigeage pour des fonctions boîtes noires coûteuses Yves AUFFRAY 1, Pierre BARBILLON 2, Jean-Michel MARIN 3 Université Paris-Sud 11 Projet

Plus en détail

COURANT CONTINU : LES LOIS GENERALES

COURANT CONTINU : LES LOIS GENERALES CORNT CONTN : LE LO GENERLE Le courant électrique 1) Déplacement des charges électriques Le courant électrique est la manifestation du déplacement de charges électriques. Le sens conventionnel du courant

Plus en détail

Limites Comportement asymptotique

Limites Comportement asymptotique Limites Comportement asymptotique Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2009/200 Table des matières Limite d une fonction en, en 3. Limite infinie en, en...................................... 3.2 Limite

Plus en détail

École polytechnique - Écoles normales supérieures. Concours d admission filière MP. Corrigé de l épreuve de mathématiques A

École polytechnique - Écoles normales supérieures. Concours d admission filière MP. Corrigé de l épreuve de mathématiques A École polytechnique - Écoles normales supérieures Concours d admission 2016 - filière MP Corrigé de l épreuve de mathématiques A corrigé de l énoncé modifié par Abdellah Bechata, après correction des erreurs

Plus en détail

1 Description d un système oscillant

1 Description d un système oscillant Notions et contenus Oscillations mécaniques Amortissement Oscillations libres Oscillations forcées Résonance Objectifs Décrire un système oscillant autour de sa position d équilibre Décrire l oscillateur

Plus en détail

Méthodes de résolution des équations. différentielle linéaire, est :

Méthodes de résolution des équations. différentielle linéaire, est : Méthodes de résolution des équations différentielles linéaires Table des matières 1 Résolution d équations différentielles du 1er ordre 1 1.1 Equations différentielles linéaires sans second membre.......................

Plus en détail

3) Précession de Larmor

3) Précession de Larmor M/CFP/Parcours de Physique Théorique Invariances en physique et théorie des groupes Précession de Thomas En 196, Uhlenbeck et Goudsmit ont introduit la notion de spin de l électron et montré que si l électron

Plus en détail

Listededéfinitions, propositions et théorèmes

Listededéfinitions, propositions et théorèmes Lissage exponentiel Jean-Marie Dufour Université de Montréal Première version: Mars 1987 Révisions: Mars 2002 Cette version: 17 février 2003 Compilé: 17 février 2003, 11:29am Cette recherche a bénéficié

Plus en détail

TP MDF LES PERTES DE CHARGES DANS LES CONDUITES ET LES RACCORDS (HM150-11)

TP MDF LES PERTES DE CHARGES DANS LES CONDUITES ET LES RACCORDS (HM150-11) TP MDF LES PERTES DE CHARGES DANS LES CONDUITES ET LES RACCORDS (HM150-11) 1. INTRODUCTION La plupart des installations hydrauliques ou thermiques sont conditionnées par le déplacement des fluides dans

Plus en détail

Evaluation fiabiliste de la stabilité des véhicules en virage. Rey G., LaMI Clair D., LaMI Fogli M., LaMI Bernardin F., LRPC

Evaluation fiabiliste de la stabilité des véhicules en virage. Rey G., LaMI Clair D., LaMI Fogli M., LaMI Bernardin F., LRPC Evaluation fiabiliste de la stabilité des véhicules en virage Rey G., LaMI Clair D., LaMI Fogli M., LaMI Bernardin F., LRPC Contexte Statistiques 2007 (ONISR) : Blessés Morts nombre (%) nombre (%) 1 véhicule

Plus en détail

Ecole thématique Méthodes Asymptotiques en Mécanique Quiberon septembre Méthodes asymptotiques pour les structures minces

Ecole thématique Méthodes Asymptotiques en Mécanique Quiberon septembre Méthodes asymptotiques pour les structures minces Ecole thématique Méthodes Asymptotiques en Mécanique Quiberon 16-22 septembre 2012 Méthodes asymptotiques pour les structures minces Olivier MILLET Collaborations : A. Cimetière, A. Hamdouni, E. Sanchez-Palencia,

Plus en détail

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations 4 Définitions et notations CHAPITRE 4 Matrices 4 Définitions et notations On désigne par K un des deux ensembles R ou C et par n et p deux entiers strictement positifs 4 Matrices Définition On appelle

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION

THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION Spé y 3-4 Devoir n THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION On étudie la compression ou la détente d un ga enfermé dans un récipient. Lorsque le bouchon se déplace, le volume V occupé par le ga varie. L atmosphère est

Plus en détail

Équations de Navier-Stokes

Équations de Navier-Stokes Chapitre 8 Équations de Navier-Stokes O. Thual, 26 mai 2013 Sommaire 1 Fluides newtoniens................... 2 1.1 Rhéologie des fluides newtoniens........... 2 1.2 Conditions aux limites................

Plus en détail

L Analyse en Composantes Principales

L Analyse en Composantes Principales L Analyse en Composantes Principales Table des matières 1 Introduction 1 2 Notations 2 3 Définitions 2 4 Projections sur un sous-espace 3 5 Axes principaux 4 6 Facteurs principaux 4 7 Composantes principales

Plus en détail

Calcul matriciel (II)

Calcul matriciel (II) Calcul matriciel (II) Valeurs et vecteurs propres eigenvalues and eigenvectors Introduction Cas des matrices symétriques Calcul pratique des valeurs propres et des vecteurs propres Une fois la lecture

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Les application linéaires en géométrie

Les application linéaires en géométrie 1.. Les application linéaires en géométrie [ ] 0 1 Dans l exemple.1.5, on a vu que la matrice représente une rotation de 90 dans le sens trigonométrique. De nombreuses matrices 1 0 représentent également

Plus en détail

Chapitre 6 : Application des lois de Newton et des lois de Kepler (p. 155)

Chapitre 6 : Application des lois de Newton et des lois de Kepler (p. 155) PARTIE 2 - COMPRENDRE : LOIS ET MODÈLES Chapitre 6 : Application des lois de Newton et des lois de Kepler (p. 155) Compétences exigibles : Connaître et exploiter les trois lois de Newton ; les mettre en

Plus en détail

Chap.2 Dynamique des fluides visqueux Equations locales

Chap.2 Dynamique des fluides visqueux Equations locales Chap.2 Dynamique des fluides visqueux Equations locales 1. Préalable mathématique : laplaciens 1.1. Laplacien d un champ scalaire 1.2. Laplacien d un champ vectoriel 2. Forces exercées sur une particule

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Objectif du problème

MATHÉMATIQUES II. Objectif du problème MATHÉMATIQUES II Objectif du problème Cette introduction est destinée à expliquer le type des résultats obtenus dans le problème Ce dernier ne commence qu à partir du I Dans la démonstration en 1994 du

Plus en détail

Vers étoile α. Soleil. Référentiel héliocentrique

Vers étoile α. Soleil. Référentiel héliocentrique Chapitre : La mécanique de ewton. Objectifs : Choisir un système, choisir les repères d espace et de temps ; Faire l inentaire des forces extérieures appliquées à ce système ; Définir le ecteur accélération

Plus en détail

Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles

Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles M1 de Physique et Applications - parcours Physique Fondamentale Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Corrigé de la série n 2 Dynamique et Statique. A.N : d = 1,

Corrigé de la série n 2 Dynamique et Statique. A.N : d = 1, Corrigé de la série n Dynamique et Statique 1/ le volume de la sphère est V = 4 πr et ρ = V m A.N : ρ = 1,7 10 17 Kg/m ρu a densité est d = ρ eau A.N : d = 1,7 10 14 ) es forces qui s exercent sur l ascenseur

Plus en détail

Oscillationsforcéesdessystèmesàun degrédeliberté

Oscillationsforcéesdessystèmesàun degrédeliberté Chapitre 3 Oscillationsforcéesdessystèmesàun degrédeliberté 3.1 Equation différentielle Rappelons la forme générale de l équation de Lagrange pour les systèmes à un degré de liberté : d L L dt q q + D

Plus en détail

Ondes électromagnétique. 5 janvier 2009

Ondes électromagnétique. 5 janvier 2009 Ondes électromagnétique MP 5 janvier 2009 Table des matières 1 Solution des équations de propagations 2 1.1 Équation de propagation..................... 2 1.2 Ondes planes........................... 2

Plus en détail

Réponse indicielle des systèmes linéaires analogiques

Réponse indicielle des systèmes linéaires analogiques Réponse indicielle des systèmes linéaires analogiques Le chapitre précédent a introduit une première méthode de caractérisation des systèmes analogiques linéaires avec l analyse fréquentielle. Nous présentons

Plus en détail

AMéthode de parallélisation en temps: Application aux méthodes de décomposition de domaine

AMéthode de parallélisation en temps: Application aux méthodes de décomposition de domaine 1/17 AMéthode de parallélisation en temps: Application aux méthodes de décomposition de domaine Rim Guetat sous la direction de M. Yvon Maday Laboratoire Jacques Lious Lions Université Pierre et Marie

Plus en détail

Mécanique des fluides

Mécanique des fluides Mécanique des fluides La statique des fluides : étude des fluides macroscopiquement au repos La dynamique des fluides : étude des fluides macroscopiquement en mouvement I. Les propriétés d'un fluide. Qu'est-ce

Plus en détail

La résilience dans le cadre de la théorie de la

La résilience dans le cadre de la théorie de la de la de la 24 novembre 2005 de la 1 2 3 4 de la 1 2 3 4 et significations du terme résilience de la Étymologie : resilio, silire, silui (silii) [re + salio] - sauter en arrière - se dérober à - rebondir

Plus en détail

6 Algorithmes pour les valeurs propres

6 Algorithmes pour les valeurs propres Notes de cours Algèbre Linéaire et Analyse Matricielle 3BIM INSA Lyon 2015-2016 v06122015 Ces notes de cours sont inspirées des livres de Algèbre des matrices de J Fresnel [1 et Numerical Linear Algebra

Plus en détail

Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b

Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b Chapitre 3 Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b 3.1 Introduction Dans ce chapitre, on étudie quelques méthodes directes permettant de résoudre le système Ax = b (3.1) où A M n (R),

Plus en détail

E V O L U T I O N D U N S Y S T E M E C H I M I Q U E V E R S U N E T A T D E Q U I L I B R E. L O I D E L E Q U I L I B R E C H I M I Q U E

E V O L U T I O N D U N S Y S T E M E C H I M I Q U E V E R S U N E T A T D E Q U I L I B R E. L O I D E L E Q U I L I B R E C H I M I Q U E REACTIONS EN SOLUTION AQUEUSE R.Duperray Lycée F.BUISSON PTSI E V O L U T I O N D U N S Y S T E M E C H I M I Q U E V E R S U N E T A T D E Q U I L I B R E. L O I D E L E Q U I L I B R E C H I M I Q U

Plus en détail

FONCTIONS NUMÉRIQUES DE PLUSIEURS VARIABLES

FONCTIONS NUMÉRIQUES DE PLUSIEURS VARIABLES 29-3- 2011 J.F.C. Fnpv p. 1 TD 25 2010-2011 FONCTIONS NUMÉRIQUES DE PLUSIEURS VARIABLES Lundi 28 mars 2010 Exercice 1 ECRICOME 99 n est un élément de N. (x, y) R 2, f n (x, y) = (x n y) e x y. On se propose

Plus en détail

Polytechnique Montréal Département des génies civil, géologique et des mines

Polytechnique Montréal Département des génies civil, géologique et des mines Polytechnique Montréal Département des génies civil, géologique et des mines CIV2310 MÉCANIQUE DES FLUIDES EXAMEN FINAL Hiver 2014 Date : 2 mai 2014 Heure : 13h30 à 16h00 (durée: 2h30) Pondération : 55%

Plus en détail

Fait le Texte Pour le

Fait le Texte Pour le 6 septembre 7 septembre 9 septembre 13 septembre 14 septembre 16 septembre 20 septembre 21 septembre 23 septembre 27 septembre Second degré : mise sous forme canonique. Exemples. Exercices 42 et 44 page

Plus en détail

Corrigé Centrale PC 2 : Opérateur de différence

Corrigé Centrale PC 2 : Opérateur de différence Corrigé Centrale PC : Opérateur de différence I L opérateur de translation et l opérateur de différence I.A - L opérateur de translation I.A.1) Soit P = d a X, un polynôme non nul de R n [X], de degré

Plus en détail

Chapitre 3 : Observables et opérateurs

Chapitre 3 : Observables et opérateurs Chapitre 3 : Observables et opérateurs 1) Généralités Toute l information sur le système est contenue dans la fonction d onde! On utilise des opérateurs pour extraire cette information. Opérateur : Objet

Plus en détail

DÉTERMINANTS I. Déterminant d une matrice carrée

DÉTERMINANTS I. Déterminant d une matrice carrée DÉTERMINANTS I Déterminant d une matrice carrée a Définition Proposition admise) et définition Il existe une unique application f : M n IK) IK vérifiant les trois propriétés suivantes : 1): fi n ) = 1

Plus en détail

Mécanique du Point Matériel

Mécanique du Point Matériel (1) (1) Université Cadi Ayyad Faculté des Sciences Semlalia Département de Physique Année universitaire 2013/2014 Chapitre VII : Oscillateur harmonique 1 Introduction 2 3 Chapitre VII: Oscillateur harmonique

Plus en détail

Réseaux de neurones. Bruno Bouzy. 18 octobre 2005

Réseaux de neurones. Bruno Bouzy. 18 octobre 2005 Réseaux de neurones Bruno Bouzy 8 octobre 25 Introduction Ce document est le chapitre «réseau de neurones» du cours d apprentissage automatique donné en Master MISV, parcours IPCC. Il donne des éléments

Plus en détail

Cours 2: variétés pseudo-riemanniennes 1. et le tenseur métrique

Cours 2: variétés pseudo-riemanniennes 1. et le tenseur métrique Cours 2: variétés pseudo-riemanniennes 1 Cours 2. Variétés, géométrie des variétés, et le tenseur métrique Cours 2: variétés pseudo-riemanniennes 2 Résumé du cours de aujourd hui Résumé du dernier cours

Plus en détail

S14 - Oscillateurs mécaniques amortis. Signaux physiques. Chapitre 14 : Oscillateurs mécaniques amortis

S14 - Oscillateurs mécaniques amortis. Signaux physiques. Chapitre 14 : Oscillateurs mécaniques amortis Signaux physiques Chapitre 14 : Oscillateurs mécaniques amortis Sommaire 1 Etude du régime libre de l oscillateur harmonique amorti 1 1.1 Définition d un OH amorti...........................................

Plus en détail

Propriétés statistiques des matrices de Pauli traversant des canaux bruités

Propriétés statistiques des matrices de Pauli traversant des canaux bruités Propriétés statistiques des matrices de Pauli traversant des canaux bruités N. Guillotin-Plantard Institut C. Jordan, Université Lyon I Rennes, Journées M.A.S. 2008. Guillotin-Plantard* Institut C. Jordan,

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL Chapitre 15 : FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2013/2014 1 Objets du calcul différentiel du premier ordre 2 1.1 Dérivées partielles et gradient..................................

Plus en détail

12. Régression linéaire simple

12. Régression linéaire simple 12. Régression linéaire simple MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal A2016 (v1) MTH2302D: régression 1/45 Plan 1. Introduction 2. Régression linéaire simple 3. Estimation des paramètres

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 Afin de décrire le mouvement d un solide, il faut : Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 16 : Cinématique - Mouvement d un point au cours du temps. Comment décrire le

Plus en détail

Compte rendu Hackathon

Compte rendu Hackathon Compte rendu Hackathon Alexandre Martin 8 avril 04 Le présent document a pour but de synthétiser la discussion sur la définition d un élément fini. Participants à la discussion : Alexandre Martin (LaMSID),

Plus en détail

Vision Par Ordinateur. Suivie par filtre de Kalman

Vision Par Ordinateur. Suivie par filtre de Kalman Vision Par Ordinateur James L. Crowley DEA IVR Premier Bimestre 1999/00 Séance 11: 26 novembre 1999 Plan de la Séance: Suivie par filtre de Kalman Approximation polygonale d'une chaîne...2 Algorithme de

Plus en détail

SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1

SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1 SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1 OBJECTIFS POURSUIVIS 1 NOTION DE TEMPERATURE 2 NOTION DE CHALEUR 3 DÉFINITIONS 3 ECHANGE DE CHALEUR À TRAVERS UNE SURFACE 3 UNITÉS SI ET UNITÉS PRATIQUES 4 EXEMPLES DE

Plus en détail

Université de Tours Année Licence L1 de Mathématiques, Informatique et Sciences de la Matière - S1 CHAPITRE 2

Université de Tours Année Licence L1 de Mathématiques, Informatique et Sciences de la Matière - S1 CHAPITRE 2 Université de Tours Année 2015-2016 Licence L1 de Mathématiques, Informatique et Sciences de la Matière - S1 CHAPITRE 2 NOMBRES COMPLEXES ET ÉQUATIONS ALGÉBRIQUES (12 h) 1 Nombres complexes 1.1 Introduction

Plus en détail

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction Jean-Marc Sparenberg Université Libre de Bruxelles 2011-2012 1 / 18 1 Fondements microscopiques de la physique 2 Espace-temps et relativité

Plus en détail

ETUDE DE L ASSERVISSEMENT D UNE ANTENNE RADAR

ETUDE DE L ASSERVISSEMENT D UNE ANTENNE RADAR ETUDE DE L ASSERVISSEMENT D UNE ANTENNE RADAR Toutes les réponses aux questions sont à faire sur le document réponse. 1. Présentation On envisage, au moyen du logiciel Did acsyde, l étude de l asservissement

Plus en détail

Cours de Mathématiques Continuité, dérivabilité, convexité

Cours de Mathématiques Continuité, dérivabilité, convexité Table des matières I Continuité....................................... 2 I.1 Continuité en un point............................ 2 I.2 Propriétés................................... 3 I.3 Continuité sur

Plus en détail

Leçon Collision planétaire

Leçon Collision planétaire Leçon Collision planétaire L applet Collision de planètes illustre le mouvement de deux planètes se dirigeant l une vers l autre. Il montre les forces gravitationnelles que les planètes exercent l une

Plus en détail

Chapitre X : Torseurs

Chapitre X : Torseurs Chapitre X : Torseurs de : Après une étude attentive de ce chapitre, vous serez capable définir une application linéaire symétrique ou antisymétrique définir la matrice d une application linéaire et de

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Une équation matricielle PRÉLIMINAIRES PARTIE I

PROBLÈME 1 : Une équation matricielle PRÉLIMINAIRES PARTIE I TD - Chapitres 19 et 0 - ALGÈBRE LINÉAIRE PROBLÈME 1 : Une équation matricielle Extrait sujet «Petites Mines» 010 Le but de ce problème est d étudier différentes matrices qui commutent avec leur transposée,

Plus en détail

ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS

ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS Amphi 6 RAPPEL Mise en ligne des documents : PC 5 : Les fichiers.m matlab dont le corrigé : TD5d.m: http://www.ensta-paristech.fr/

Plus en détail

Dynamique hamiltonienne fractionnaire

Dynamique hamiltonienne fractionnaire Journées scientifiques de l IMCCE 3 juin 2008 Contexte Thèse débutée en Octobre 2007 Directeur de thèse : Jacky Cresson (Université de Pau, chercheur associé à l IMCCE) Objectif : Utiliser le calcul fractionnaire

Plus en détail

Relaxation hors équilibre

Relaxation hors équilibre Cours 3 : Relaxations hors équilibre 1 Relaxation hors équilibre Quelques résultats expérimentaux Modèles de pièges Croissance de domaines Modèles p-spin en champ moyen La relation fluctuation-dissipation

Plus en détail

Concours National Commun d admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ou assimilées Session 2007

Concours National Commun d admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ou assimilées Session 2007 ROYAUME DU MAROC Ministère de l Éducation Nationale, de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Présidence du Concours National Commun École Supérieure d Électricité

Plus en détail

Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis. Christian Rey

Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis. Christian Rey Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis Christian Rey christian.rey@safran.fr Mastère Spécialisé Design des Matériaux et des Structures DMS 1 1 Plan du cours

Plus en détail

Code_Aster. ADLV301 Problème de couplage cavité-plaque

Code_Aster. ADLV301 Problème de couplage cavité-plaque Titre : ADLV301 Problème de couplage cavité-plaque Date : 02/07/2015 Page : 1/9 ADLV301 Problème de couplage cavité-plaque Résumé : L'objectif de ce cas-test est de calculer les champs de pression dans

Plus en détail

MAT 1200: Introduction à l algèbre linéaire

MAT 1200: Introduction à l algèbre linéaire MAT 1200: Introduction à l algèbre linéaire Saïd EL MORCHID Département de Mathématiques et de Statistique Chapitre 6: Les transformations géométriques Références Cas de dimension 2 La translation La rotation

Plus en détail

Portail des étudiants d'économie Mathématiques Ch. 3 : Limites et Dérivées. On appellera voisinage d un réel a tout intervalle ouvert contenant a.

Portail des étudiants d'économie Mathématiques Ch. 3 : Limites et Dérivées. On appellera voisinage d un réel a tout intervalle ouvert contenant a. (*) WWW.SEGBM.NET 1 Portail des étudiants d'économie Mathématiques Ch. 3 : Limites et Dérivées 1 Notion de limites 1.1 Voisinages On appellera voisinage d un réel a tout intervalle ouvert contenant a.

Plus en détail

Simulation numérique à l échelle macroscopique par la méthode des éléments finis

Simulation numérique à l échelle macroscopique par la méthode des éléments finis Simulation numérique à l échelle macroscopique par la méthode des éléments finis F. Pigeonneau Surface du Verre et Interfaces, UMR 125 CNRS/Saint-Gobain, France Plan 1. Introduction 2. Quelques équations

Plus en détail

Algèbre 1. Unité pédagogique et enseignant à contacter pour tout complément d'information

Algèbre 1. Unité pédagogique et enseignant à contacter pour tout complément d'information Algèbre 1 pédagogique et enseignant à contacter pour tout complément d'information Stephane Gaussent stephane.gaussent@univ-st-etienne.fr Ce cours est optionnel pour la Pour les étudiants de la mention

Plus en détail

Notes du cours RFIDEC (5)

Notes du cours RFIDEC (5) 1 Notes du cours RFIDEC (5) Jean-Yves Jaffray 20 janvier 2006 1 Classification non-paramétrique : la méthode des k plus proches voisins 1.1 Introduction Lorsque nous avons fait des hypothèses probabilistes

Plus en détail

Terminale ES Rappels sur les suites I Qu est-ce qu une suite? Définition : liste ordonnée de nombres réels,

Terminale ES Rappels sur les suites I Qu est-ce qu une suite? Définition : liste ordonnée de nombres réels, I Qu est-ce qu une suite? Définition : Rappels sur les suites Une suite de nombres réels est une liste ordonnée de nombres réels, finie ou infinie. On note ( ) la suite u 0, u 1, u 2,..,, +1, Le nombre

Plus en détail