Le ver d émeri. Magazine TRIBU 12 / N 30 Pourim/Pessah 5772 / Mars - Avril - Mai

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le ver d émeri. Magazine TRIBU 12 / N 30 Pourim/Pessah 5772 / Mars - Avril - Mai 2012 - www.tribu12.com"

Transcription

1 Le ver d émeri UN LASER DE L ANTIQUITÉ LES JUIFS D IRAN INTERVIEW : TALEA ROUBANOVITCH BOHLANDER -

2 PUBLICITÉ Le ver d émeri Le LASer de L ANTiQUiTé LeS JUiFS d iran interview : TALeA rabinovitch BOHLANder magazine TriBU 12 / N 30 Pourim/Pessah 5772 / mars - Avril - mai lecteurs par numéro. Un magazine de proximité qui depuis plus de 7 ans est diffusé gratuitement auprès d une cible de qualité. Vous le trouverez dans les commerces de la communauté et dans les synagogues de l Est parisien. Commerçants, prestataires de services, restaurants vous voulez toucher nos lecteurs, rien de plus simple : Appelez le

3 SOMMAIRE SOMMAIRE Éditorial : Hier, aujourd hui Et demain? p 4 Interview : TalEa Roubanovitch Bohlander p 6 Interview de TalEa Roubanovitch Bohlander L histoire tragique d Anne Frank est toujours dans toutes les mémoires. Son journal continue d être un best-seller mondial et sa maison, à Amsterdam, continue d être visitée par des milliers de personnes chaque année. Parmi les rares témoins encore vivants de la jeune vie d Anne Frank, sa voisine qui vit aujourd hui en banlieue parisienne. 6 Réflexion : Le divan et le décalogue p 8 Portrait : Henri Battner p 11 Judaïsme : le syndrome de l escalier de Penrose p 12 Onomastique p 14 Social : Le micro-crédit solidaire p 16 Tutsis et Ibos : LES Béta IsraëL p 18 Billet d humeur : La transmission p 20 Nouvelles des communautés Photos de Hanoucca p 21 Les Juifs d Iran p 28 Les livres de Jipéa p 31 Arts et spectacles p 32 Sports : Maïa Plissetskaïa p 33 Découvertes : Adeloyada p 34 Recettes DE Martine Cohen p 36 Le ver d émeri, un laser de l Antiquité p 38 Rubrique juridique : Liberté religieuse... p 40 Rubrique médicale : aliments anti-cancer p 41 Tribu 12 Junior p 43 à 46 Le ver d émeri, Un laser de l antiquité Il y a peu de temps, j ai eu la chance de me recueillir devant le Kotel, vestige du Temple de Jérusalem. En prêtant une attention particulière à l agencement des pierres, j ai été étonné de voir que les blocs de pierres, massives, imposantes d une même rangée avaient exactement la même hauteur et semblaient être découpées avec finesse! 28 Les Juifs d Iran À l heure où les Juifs du monde entier s apprêtent à célébrer Pourim, il n est pas inutile de rappeler que c est en Perse, c està-dire en Iran, que se passe cette merveilleuse histoire du sauvetage du peuple juif par la reine Esther. On pense généralement que la reine Esther et son cousin-certains disent son oncle- Mardochée sont enterrés quelque part en Iran, probablement à Hamadan. Tout comme les prophètes Daniel et Ezra. C est le roi perse Cyrus II le Grand qui, en conquérant Babylone en 538 avant J.C., permit aux Juifs qui le désiraient de retourner en Terre Sainte pour rebâtir le Temple détruit de Jérusalem. 38 INFORMATION : L équipe de rédaction remercie l ensemble des annonceurs qui permettent à Tribu 12 de continuer à exister et invite ses lecteurs à contrôler la cacheroute auprès de ces commercants. Tribu 12 est une publication éditée par l AE 12 Directeur de la publication et rédacteur en chef : Guy Fellous Tel : , rue de Madagascar Paris Mél : Site : Comité de rédaction : J-P Allali rédacteur en chef adjoint J-R Aouate, A. Asseraf, A. Hamzalag, Ont collaboré à ce numéro : Sandrine Hassid Balouka - Claudine Barouhiel - Ben Baxter - Yonni Chemla Illan Cohen Martine Cohen Nadine Fellous Rémy Fellous - Caroline Haddad Eliahou Hillel - Jipéa Frédérique Lahmi - Dr Michel Mimoun Maître Ilanit Sagand-Nahum - Gérard Sima - Ayala et Claude Sitbon - Franklin Rausky - Noémie Wagman Publicité au support : G. Fellous - Tel : Maquette. Point par Point : Imp. Réaction Graphique : Avec un lectorat de personnes Tribu 12 est diffusé dans les lieux dont la liste se trouve en page 29 3

4 PUBLICITÉ Kit téléphone Intercom pilote-passager Intercom moto à moto GPS Peinture personnalisée JACKY DESCHAMPS Assistance aux contrôles fiscaux contentieux fiscal optimisation fiscale 19, boulevard Henri IV PARIS C ASQUE HOUSE 97, avenue de Paris Saint-Mandé Tél. / Fax : Tél Fax Port Pour tous vos événements Bar Mitzvah, Mariage, etc. Realnet vous propose un large choix de faire-parts standards ou personnalisés. nous réalisons également la création et l impression de vos cartes de visite, catalogues, flyers, PLV Contactez-nous au realnet. fr RealNET 15, avenue Foch Saint- Maur des Fossés 4

5 ÉDITORIAL HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN? Il y a cinquante ans, presque jour pour jour, les Juifs d Algérie prenaient le bateau et quittaient la terre qui les avait accueillis pendant des centaines d années. Les plus anciens se souviennent de la vie qu ils ont laissée, de la rue où ils se sont promenés, où ils ont discuté avec leurs voisins musulmans ou catholiques sans penser un instant à un quelconque communautarisme. Un temps révolu hélas! Aucune possibilité de retourner voir leur maison, de respirer cet air qui remplissait leurs poumons et de revoir l école dans laquelle ils ont usé leurs fonds de culotte. Les musulmans qui les ont connus regrettent eux aussi cette période de fraternité. Les Juifs d Europe de l Est ont également subi cette déchirure, mais elle fut bien plus terrible car elle les toucha dans leur intégrité physique. Mais pour eux, la Pologne, la Roumanie, la Tchécoslovaquie et même l Allemagne où ont vécu leurs ancêtres ne leur sont pas interdites. Les Juifs tunisiens en la matière ont été les derniers touchés. Une partie d entre eux retournait sans crainte en Tunisie le temps des vacances ou celui de la hiloula d un de leurs rabbins. Depuis un an, c est terminé. Le nouveau président tunisien explique, à qui veut le croire, que son pays est aussi celui des Juifs qui y sont nés. Il les encourage à revenir faire des affaires, à y habiter comme avant, à renouer des liens avec ceux qui ont regretté leur départ. Il oublie de dire qu il invite aussi le Hamas à ouvrir une représentation. En début d année, pour accueillir le chef de ce mouvement terroriste, un groupe de fanatiques tunisiens s était regroupé devant l aéroport international de Tunis pour crier «mort aux Juifs» Les Juifs qui tenteraient donc de revenir, ne passeraient pas la douane où ils seraient attendus de pied ferme. Alors monsieur le Président, commencez par calmer cette frange de votre population afin que le tapis qui accueillera les nostalgiques qui oseront revenir ne soit pas rouge de leur sang. Il est étonnant de voir comme l actualité colle parfois avec notre Histoire. Haman avait projeté du temps d Assuérus l élimination des Juifs alors que Nabuchodonosor, quelque temps avant, avait voulu que l élite d Israël vive à Babylone. Ramsès II pour sa part voulait que les Juifs restent esclaves en Égypte alors que, du temps de Joseph, le Pharaon avait donné aux Hébreux la meilleure terre du pays. Bonnes fêtes de Pourim et de Pessah Guy Fellous LA PEINTURE PAR PASSION En nous promenant sur Internet, nous avons découvert une artiste au talent évident. Sandrine (Dina) Hassid Balouka fait de la peinture par passion depuis son plus jeune âge et elle a continué après avoir étudié les arts appliqués. À chaque instant de sa vie, elle a toujours pu trouver du temps pour sa passion : la peinture. Après avoir fait son alyah et donné naissance à deux filles, elle continue, la nuit quand tout est calme, à exprimer en couleur le bonheur qu elle ressent. Son credo est que devant une œuvre d art, quelle qu elle soit, il n est nul besoin de s y connaître pour ressentir une émotion. Elle peint en amateur au gré de ses humeurs et ce depuis plus de 20 ans. Sa création que nous avons mise en couverture de Tribu 12 est pour elle une «EXPLOSION» de différentes teintes qui révèlent toutes les épreuves que le peuple juif a subies et les joies qu il a connues, notamment à Pourim et à Pessah. La fête de Pourim est la représentation de la délivrance invisible par Dieu. Nous vous invitons à visiter son blog (http://dinalim.skyrock.com) afin de découvrir les créations de Dina, passer une commande ou y laisser vos impressions. Tribu 12 5

6 INTERVIEW TALEA ROUBANOVITCH «Je me souviens d Anne Frank, ma voisine» L histoire tragique d Anne Frank est toujours dans toutes les mémoires. Son journal continue d être un best-seller mondial et sa maison, à Amsterdam, continue d être visitée par des milliers de personnes chaque année. Parmi les rares témoins encore vivants de la jeune vie d Anne Frank, sa voisine qui vit aujourd hui en banlieue parisienne. À Saint-Brice-Sous-Forêt, commune mitoyenne de Sarcelles dans le Val d Oise, on se sent en pleine campagne. Aux «Vergers», dans le «Clos Belle Angevine», cette impression est encore plus forte. C est là que je rencontre Talea Roubanovitch-Bohlander, qui, dans son enfance, était une voisine d Anne Frank à Amsterdam. Un intérieur rustique, un coucou à l ancienne qui égrène les heures, un chat qui vagabonde. Pour un Parisien, c est le dépaysement total. Tribu 12 : En entrant chez vous j ai aperçu ce qui semble être les armes de votre famille, les Bohlander? Talea Roubanovitch Bohlander : Tout à fait. J appartiens à une famille très ancienne dont la généalogie remonte très loin dans le temps. Avec quelques trous, nous retrouvons nos ancêtres jusqu au Moyen Âge. Pour ma part, je suis née à Amsterdam en 1933 au sein d une famille protestante qui se considérait plutôt comme humaniste. Mon père dirigeait une entreprise commerciale. J ai eu une sœur et un frère. T12 : Vous êtes restée toutes votre enfance à Amsterdam? TRB : Non. Comme j étais asthmatique, ma famille a décidé de déménager vers un village en bord de mer entouré de forêts, Castricum. C était avant la Guerre et j avais cinq ans. Quand la Guerre a éclaté, les Allemands ont commencé à ériger le fameux «Mur de l Atlantique» qui va du Danemark à la Normandie. Dès lors, tous les villages du bord de mer ont été évacués y compris Castricum. Nous sommes donc revenus à Amsterdam. Puis, en 1946, après la naissance de mon petit frère, nous sommes retournés à Castricum. Du fait de la Guerre, j avais accumulé un grand retard scolaire car nous n allions à l école qu une matinée par semaine. Après cinq années de lycée passées dans une ville voisine, j ai voulu entreprendre des études de médecine mais elles se sont avérées trop coûteuses pour nous et j ai opté pour l École Normale d Instituteurs. Adolescente, avec des amies, je me suis lancée dans un tour d Europe en auto-stop et auberges de jeunesse. Parvenue en France, j y suis restée six mois comme jeune fille au pair. T12 : Revenons à votre enfance. Vous étiez la voisine d Anne Frank? TRB : Oui. Voyez sur ce plan de la ville. Nous habitions Roer Straat. Anne et sa famille vivaient à une centaine de mètres, sur la Merwedeplein, là. Pour aller à l école Montessori, Anne passait chaque jour devant notre maison. Elle prenait le même chemin que ma sœur. Alors que moi, j allais dans une autre école où avait été inscrite sa sœur, Margot, beaucoup plus âgée que moi. 6

7 INTERVIEW BOHLANDER T12 : Vous vous souvenez d Anne Frank? Comment était-elle? TRB : Avec le temps, les souvenirs s estompent. Anne avait quatre ans de plus que moi et, dans le quartier, chacun jouait avec les enfants de son âge. Je la revois cependant, pleine de vie, très dynamique. Elle était le «chef» de son groupe de copines. Je me souviens très bien de l avoir souvent vue à la sortie de l école. C était le genre de fille qui ne laisse pas indifférent. T12 : Quand avez-vous vu Anne et les siens pour la dernière fois? TRB : Pendant cinq mois, je les ai vus au quotidien. Puis, ils ont disparu du quartier qu ils ont quitté en juillet Depuis je ne les ai plus revus, ni Anne, ni Margot, ni la famille. J ai su bien plus tard qu elles avaient été déportées dans le dernier convoi parti de Hollande. Ma meilleure amie, à l époque, était juive. Un jour, à la sortie de l école, alors qu elle arrivait près de sa maison, des SS sont arrivés et ont bouclé sa rue. Je ne l ai plus jamais revue tout comme Anne et les siens. T12 : Quel souvenir gardez-vous de la période sombre de la Guerre? TRB : C était une période terrible. Ces uniformes, ces patrouilles défilant au pas de l oie, ces sirènes incessantes. J ai assisté à l exécution de partisans. Mon père qui militait au sein de la Résistance et distribuait des journaux clandestins a été interpellé à deux reprises. Je me souviens aussi de mon oncle qui avait été arrêté pour faits de résistance. Il s en est finalement sorti, mais à son retour, il était méconnaissable, très amaigri. Il pesait 35 kilos pour 1m75. J ai aussi en mémoire le manque de nourriture et la faim qui nous tenaillait. On mangeait de la betterave sucrière et même des oignons de tulipe crus. Cyniquement, l une de nos voisines tentait d attirer les enfants du quartier pour leur soutirer des informations en leur proposant des gâteaux secs. T12 : Vous qui n êtes pas juive, vous avez épousé un Juif. Qui était-il? TRB : Mon mari, Lucien Hayem Roubanovitch était un Juif dont le père était ukrainien et la mère originaire d Algérie. Sans être religieux, il était passionné de culture juive. Il s était constitué un véritable dictionnaire de patronymes juifs et également une liste de personnages juifs célèbres. Il était fier d être juif. Nous avons eu trois garçons et nous avons cinq petits-enfants. T12 : Quelle profession avez-vous exercée? TRB : Après avoir été institutrice aux Pays-Bas, j ai, une fois en France, travaillé dans le commerce, j ai également été traductrice et j ai eu une longue carrière dans le milieu associatif. T12 : Je reviens à Anne Frank. Êtes-vous retournée sur les lieux de votre enfance? TRB : Oui, souvent et deux fois, récemment. À chaque fois, lors de la visite de la maison d Anne Frank, l émotion était à son comble. De revoir les endroits où vous avez vécu et où tant de drames se sont déroulés, cela vous prend véritablement aux tripes. T12 : À propos d associations, vous faites partie de l ACISB, Association Culturelle Inter-religieuse de Saint- Brice qui a, à son actif, une belle exposition sur Anne Frank. Comment cela s est-il passé? TRB : C est une exposition itinérante qui a été créée par la Maison Anne Frank et présentée dans de nombreux pays. Voyez-vous, le fameux journal d Anne Frank est, après la Bible, le livre le plus lu dans le monde. Anne Frank est devenue un symbole. Sa figure permet de mettre en lumière une période sombre de notre histoire à travers la destinée tragique d une jeune fille. L exposition a été présentée à Saint-Brice du 24 janvier au 18 février Elle s adresse à des enfants issus des classes de CM2 jusqu au lycée. Lors des visites j ai noté que ce sont les plus jeunes enfants qui manifestaient le plus vif intérêt. T12 : Vous vous êtes, pour l occasion, transformée en guide? TRB : Pour bien saisir le sens des panneaux et répondre aux questions des visiteurs, des guides ont été recrutés et formés, certains étaient des étudiants en histoire, d autres des retraités. On m a proposé d être l un d entre eux. J ai accepté avec enthousiasme car ce rôle de passeur de mémoire me convient parfaitement. L analyse du passé permet aux jeunes qui sont notre avenir de mieux comprendre les enjeux du présent. Propos recueillis par Jean-Pierre Allali 7

8 RÉFLEXION Le divan et le décalogue Depuis plus d un siècle, on a beaucoup glosé sur «judaïsme et psychanalyse». On a beaucoup discuté, écrit, étudié. On a aussi pas mal déliré. Marthe Robert a mis en lumière le souffle prophétique et révolutionnaire juif dans l œuvre de Freud. David Bakan a suggéré des liens entre la mystique juive et le discours freudien. René Laforgue est allé jusqu à comparer la scène analytique à la révélation de la voix sans image du mont Sinaï. Pourtant, le monde juif est très loin de témoigner d une unanime ferveur pour la psychanalyse et sa prétention de dévoiler et de guérir les troubles de l esprit dans l intimité du divan. De même que dans le catholicisme intégriste et le protestantisme fondamentaliste, c est surtout dans l extrême orthodoxie juive qu apparaissent la peur et la méfiance envers une thérapie suspecte d impureté, suspecte d encourager la débauche et d affaiblir la foi. Dans les revues de cette orientation, nombreuses sont les lettres de lecteurs inquiets. Parfois, on trouve aussi des prises de position fortes antifreudiennes de certains rabbins, qui voient dans la psychanalyse le «primat des pulsions sexuelles». D où vient cette peur de la psychanalyse, cette méfiance, cette résistance? Nous allons essayer de comprendre cette attitude suite à un dialogue que nous avons eu il y a quelques temps avec le psychanalyste Emeric Deutsch depuis disparu. Pour beaucoup de Juifs pratiquants, suivre une analyse, c est se mettre en danger moral et spirituel de perte de la foi, car Freud avait déjà déclaré que la religion est une «névrose collective»... C est une opinion personnelle de Freud et nullement un dogme psychanalytique. Comme les hommes éclairés de son temps, Freud, fort influencé par le positivisme, était convaincu que le progrès des connaissances scientifiques était le remède à tous les maux de la société. Par la suite, il en est quelque peu revenu. Freud connaissait très mal le judaïsme! Il définit le rituel comme un «mécanisme obsessionnel». C est vrai, beaucoup de Juifs se servent des mitsvot comme de mécanismes défensifs, obsessionnels. Mais une des originalités du judaïsme est de ne pas se contenter de pratiques. L étude permet de comprendre le sens des pratiques et de les remettre en question constamment. L étude juive est une contre-mesure face à l obsession. Mais Freud ne l a probablement pas compris, car il vivait dans un milieu juif qui était déjà réduit à des automatismes. Au fond, les idées anti-religieuses de Freud ne sont qu un prétexte aux résistances des Juifs traditionnels face à la psychanalyse. Elles ne sont pas la véritable raison de cette opposition. Dans la tradition juive, l homme a toujours besoin d un maître. «Fais-toi un maître», disent les chapitres des Pères (Pirké Avoth). Le psychanalyste ne risque-t-il pas de devenir à son tour un «rabbi»? L analyste n est pas un nouveau rabbi, mais un anti-rabbi. Le maître, le rabbi, est l objet de notre identification, celui auquel nous nous identifions. Mais les analystes cherchent à réduire au minimum les identifications, y compris l identification du lien patient au père, au rabbi etc. Car l analyste recherche la vérité de la personne. Il veut dévoiler le faux Moi du patient. Il y a donc risque de conflit entre l identification infantilisante à un rabbi et la poursuite d une analyse. Mais c est vrai qu il existe souvent, en analyse, des effets pervers, des analystes qui se prennent pour des maîtres, pour des modèles. Pour être psychanalyste, il faut un grand esprit de modestie, de sacrifices, d abnégation. La tendance du patient à faire de son analyste le maître est un élément du transfert qui s analyse. Sa persistance après la cure est un symptôme d échec. Une des doctrines centrales du judaïsme est celle de Schemirat Halachon (éthique du langage) qui implique que nous sommes maîtres de la parole que nous n avons pas dite, mais esclaves de la parole que nous avons prononcée. C est l idée de lachon hara (diffamation, médisance). Alors que la règle fondamentale de l analyse, 8

9 RÉFLEXION en demandant au patient de s exprimer sans censure, sans contrôle conscient de son discours, part du principe contraire : nous serions maladivement soumis à la parole non prononcée, au secret qui nous tourmente, alors que nous n arriverions à nous en délivrer que par la parole. À priori, il y a ici une opposition entre éthique juive et pratique psychanalytique! C est encore une rationalisation des milieux pieux. Car le judaïsme reconnaît l importance du rêve et la nécessité de son interprétation. Le Talmud affirme qu un rêve non interprété est comme une lettre non lue. Ainsi le judaïsme admet qu il existe un type de langage qui échappe aux règles du langage et qui doit être déchiffré par d autres voies. Or, le discours du patient au cours de la séance analytique est un discours en situation de rêve. Il ne parle pas à une autre personne, il se parle à lui-même en parlant devant un analyste qui est une instance d écoute. Ici, il n y a pas de témoins. Certes, le patient exprime dans son discours des tendances hostiles mais, précisément, beaucoup de l agressivité du patient cesse d être déversée dans l entourage parce qu elle s exprime en analyse. Dans certains journaux juifs, des lecteurs expriment la crainte de manquer de respect dû aux parents (kiboud av va-em), au cours d un traitement analytique, car le patient, couché sur le divan, se «laisserait aller» à l expression de sentiments hostiles, agressifs, voire meurtriers vis-à-vis du père ou de la mère, figures significatives de son existence, et partant, objet de ses rancoeurs, de sa jalousie, de sa haine... Dans le talmud, dans les codes de Maïmonide, dans le Choulkhan aroukh, le respect dû aux parents est un comportement, un acte. Il n engage pas la pensée. Un des objectifs de la thérapie psychanalytique est la résolution du conflit qui oppose le patient à ses parents. Il vaut mieux que la haine du patient envers ses parents soit verbalisée en analyses, car si cette haine pathologique n est pas exprimée verbalement, comment la traiter? D autre part, on parle beaucoup de la haine du patient envers le père, mais on observe que dans notre société, où le père est de plus en plus effacé et psychologiquement absent, c est la mère, beaucoup plus que le père, qui cristallise toutes les haines. L élucidation de la sexualité fait peur à l homme. Nous arrivons maintenant à l accusation centrale contre la psychanalyse dans tous les milieux religieux, catholiques, protestants, juifs : le traitement analytique, en permettant la libre expression verbale des désirs sexuels, y compris des tendances perverses, incestueuses, homosexuelles, sadique ou masochiste du patient, encouragerait une dérive vers le libertinage et la débauche, le défoulement de la pensée et de la parole conduisant au défoulement dans les actes. Et dans les milieux juifs les plus intégristes (mais aussi dans d autres milieux, moins marqués par la rigueur religieuse), la psychanalyse «autoriserait» l expression des mahachavot raot (pensées mauvaises) et de la touma (impureté)... Alors que l éthique juive serait fondée sur un contrôle et une maîtrise de ces pensées! Ici, nous touchons au problème fondamental dans la résistance à la psychanalyse! Car l élucidation de la sexualité fait peur à l homme. Il est complètement faux d affirmer, comme le prétend le Pr Baruk, que la psychanalyse conduit à la libération des instincts et qu elle serait alors une sorte d avoda zara (idolâtrie). L homme oscille souvent entre deux extrêmes : le refoulement de ses tendances sexuelles ou la débauche. L idée d une sexualité épanouie mais contrôlée par la Loi, est très difficile à vivre. Le patient, y compris celui venu des milieux bien-pensants, a une réticence à mettre à jour certains aspects de sa sexualité. Un Juif de la halakha (loi juive) qui sait que, dans cette loi, la masturbation et les relations hors mariage sont interdites, doit savoir que le psychanalyste, lui, ne lui interdira rien. Seule la halakha que le patient aura librement choisie pourra établir une interdiction. Le malade doit donc retrouver lui-même cette «difficile liberté» dont parle Levinas. En matière de sexualité, la psychanalyse ne favorise aucune débauche, elle ne fait que mettre en lumière le libre choix moral du patient là où celui-ci vivait obsédé par la contrainte et par le refoulement. Un autre argument qui revient souvent dans la littérature bien-pensante est celui de «ne pas mettre d obstacles sur la voie d un aveugle» et de «réprimander le prochain», selon les célèbres versets bibliques, qui impliquent une attitude active et directrice face au prochain égaré dans ses passions. Et Maïmonide, dans ses célèbres Huit Chapitres, d affirmer que, pour guérir les maladies de l âme, le médecin doit guider et conseiller le malade, le sortir de la voie du vice et de l erreur. C est le contraire de la psychanalyse, fondée sur la règle de neutralité, selon laquelle le thérapeute ne doit pas donner une orientation morale à son patient mais aider celui-ci à trouver sa propre règle morale. Pour accomplir les mitsvot, il faut être libre. Le névrosé n est pas libre. Il est pris dans une contrainte dont l origine se trouve généralement dans la sexualité. Trouver un refuge dans la pratique obsessionnelle et dans la souffrance, estce là la Torah? Le thérapeute doit l aider à trouver sa vérité et non le moraliser. Certains patients demandent qu on leur interdise des pratiques sexuelles, ce qui serait pour eux le 9

10 RÉFLEXION meilleur moyen de transgresser cet interdit. L analyste ne doit pas tomber dans ce piège. Il n est pas là pour autoriser ou pour interdire. Il est là pour aider le patient à résoudre ces conflits et à trouver sa vérité personnelle. Si chacun doit trouver sa vérité et non la vérité, n y a-t-il pas risque du relativisme éthique et renonciation à toute autorité morale? Certains voudraient un thérapeute prêt à dire : cela n est pas bon! Il est incontestable que l analyse comporte des risques pour l homme pieux dont la piété est surtout défensive. On n entreprend pas d analyse pour se confirmer, mais parce qu on souffre et la réponse de la cure analytique, ce n est pas des remèdes mais le changement. Il s agit de réorganiser un système qui fonctionne mal, de rechercher un nouvel équilibre permettant au patient de mieux réaliser ses possibilités. Ceux qui ont peur de changer doivent se trouver un guide dont la doctrine et les certitudes leur conviennent. Dans certains cas, cela marche. Mais j entends déjà l autre objection : pourquoi l analyse, tout n est-il pas dans la Torah? Malheureusement, les hommes ou les femmes qui souffrent n ont souvent pas le moyen d aborder correctement la Torah. Leurs compulsions, leurs pensées parasites, leur dépression les empêche d accomplir correctement les mitsvot ou de se concentrer pour l étude. Ils se trouvent ainsi pris dans un cercle vicieux : compulsion, culpabilité, dépression etc... dont il faut d abord les aider à sortir. Mais la tradition juive classique n a jamais dit que «tout est dans la Torah», au sens d une négation de la recherche et du savoir profane! Sinon, pourquoi Maïmonide écrit-il un traité sur les symptômes et le traitement de la mélancolie? L aigle de la synagogue n a jamais dit aux mélancoliques : «Lisez la Torah et vous serez guéris»! Franklin Rausky DEVENEZ MEMBRE DE L AE 12 REMPLISSEZ LE FORMULAIRE ET ADRESSEZ-LE AVEC UN CHÈQUE DE 20 e À : AE 12 8, rue de Madagascar PARIS Tél. : Il vous sera délivré un reçu Cerfa Abonnement France Métropolitaine 20e ET RECEVEZ LES 4 PROCHAINS NUMÉROS DE TRIBU 12 NOM : Prénom : Téléphone : Adresse : Code Postal : Ville : 10 10

11 PORTRAIT Henri Battner la passion militante Bien que né en 1933, Henri Battner reste étonnement jeune et d humeur souriante. Elevé dans un milieu modeste typiquement juif sa famille est d origine austro-hongroise. Enfant caché durant la Guerre, il a aujourd hui 3 enfants et 5 petits enfants. À ce jour président de l USJF, l Union des Sociétés Juives de France ou Farband, créée en 1938, son emploi du temps de militant fervent est très chargé. C est par amour du judaïsme et de ses coreligionnaires qu Henri Battner s est investi tout au long de sa vie dans de nombreuses activités communautaires. Tout de suite après la guerre on m a envoyé au Bund (1) un mouvement socialiste juif créé à la fin du XIXe siècle dans l Empire russe. J en ai toujours conservé des restes et notamment mon engagement indéfectible à gauche. Puis n étant pas sur la même ligne de pensée en ce qui concerne Israël je me suis dissocié du Bund en Au retour de mon service militaire j ai rencontré Victor Benveniste, le président de la Fédération sioniste, qui me proposa de reprendre le département de la jeunesse sépharade ; Je la représenterai lors de la création de l Appel Unifié, (AUJF). Après une période de travail de moins de 10 ans dans le milieu de la fourrure et des peaux, et grâce à ma rencontre avec Norbert Dana (2) j en vins à m occuper des monuments funéraires en déliquescence au sein de La Fraternité Israélite dont j ai pris la présidence à Paris. Mon rôle est de recenser et de remettre en état les caveaux dans les grands cimetières parisiens ; une activité délicate et prenante. La Fraternité Israélite dépendait des Farband alors constitués de 24 sociétés. Puis j ai très vite été nommé Secrétaire Général du Farband (1985) et c est là où j ai vraiment eu d importantes activités militantes. À partir de cette date, j ai repris des contacts avec toutes les organisations qui constituent la USJF puis j ai pris la présidence du Comité de l Action Populaire de l Appel Unifié : un comité de collecte dirigé vers la classe moyenne et ouvrière ; nous récoltions des fonds en effet principalement dans les ateliers. Nous avons bientôt eu l idée d organiser au Carreau du Temple un évènement sur la mémoire du Yiddish et la première journée du «Yiddish Land» fut lancée fin juin Ce fut une telle réussite que cela a donné naissance au Festival des Cultures Juives. Nous avons créé une association qui s appelle «Yiddish sans frontière» et qui organise au milieu du festival la journée des associations et la journée des chorales. Les activités de l USJF sont donc nombreuses ; et je veux notamment citer la cérémonie du Yitskor que nous organisons chaque année entre Roch Hachana et Kippour pour honorer les morts de la déportation et ceux tombés durant les guerres en Israël. Nous avons également un cercle «Culture yiddish», qui se réunit les après-midi, à notre siège dans le 10ème arrondissement de Paris. Ce cercle organise des conférences, les grandes fêtes juives et le Yom Hatsmaout. Par ailleurs, je rappellerai que depuis 20 ans nous accordons le Prix Ydel Korman «pour la défense de la culture yiddish». Tout ce qui concerne le judaïsme, sa culture, sa mé- moire et son histoire m intéresse et je considère, pour ma part, que tout ce qui est juif m appartient ; comme la culture ashkénaze est la propriété de tous les Juifs. Pour moi il n y a pas de séparation entre les différentes cultures juives. Et de fait, je réalise un certain travail de regroupement et de croisement des cultures juives à travers le festival. Mes activités militantes sont la conséquence de ma passion pour les juifs et le judaïsme. Claudine Barouhiel (1) Le Bund a toujours été opposé au sionisme et s est battu pour l émancipation des travailleurs juifs dans le cadre d un combat plus général pour le socialisme. (2) Directeur général administratif de l OPEJ (Œuvre de protection des enfants juifs) jusqu en 1998, il rejoindra le FSJU où il cumulera les fonctions de Chef du Département Social et de Directeur Adjoint. Il fera de l Appel National pour la Tsédaka son «cheval de bataille», pour lutter contre toutes les formes d injustice. Il créera «Passerelle» et s impliquera dans le développement de l Association «Sauvegarde et Mémoire» 11

12 Le sentiment d exister d être passe inévitablement par le besoin de posséder le pouvoir de décision, l aptitude à choisir. L alternative, étant perçue comme une impasse à laquelle une issue s impose, l esprit se fraye alors un chemin en optant pour l une ou l autre des solutions. Ainsi, la pensée peut se propager et engendrer avec elle le verbe ou le geste, jusqu à la prochaine impasse la prochaine épreuve. JUDAÏSME L e s y n d r o m e d e l e s c a l i e r d e Le choix fait-il l objet d une réflexion, d une construction de raisonnement qui contiendrait la clé, la solution ouvrant la porte? Ou procède-t-il d un système instinctif, voire réflexe qui se situerait au-delà de la conscience. Posons la question différemment : le choix fait jaillir la théorie en termes de réponse d une bipolarité, au minimum. Mais en fait cette perception est-elle réelle, ou est-ce un artifice mental? En fait, la notion de doute et de peur ferait apparaître l enveloppe ; la carapace de la solution, ce dont nous devrions nous affranchir et nous délester en étant capable de l abstraire, et que pourtant nous percevons comme une possibilité de choix, mais qui en fait ne l est pas. L apparente dualité ne serait que l imagerie mentale que je me fais d une situation dans laquelle je me trouve et qui n est pas encore résolue, et dont je dois m extraire. Nous conceptualisons la question et sa difficulté à la concevoir et à y répondre, ou la peur que nous en avons, comme une binarité qui s impose. Le P e n r o s e * problème de la réponse au choix, si celle-ci fait l objet d un raisonnement sans remettre en cause l objectivité humaine et le détachement qu il est nécessaire d avoir avant de statuer, pour tenter de converger vers une solution qui appartienne au giron de la vérité est que, selon toute vraisemblance, l homme contiendrait cette réponse. Car malgré toute la neutralité que je puisse avoir, elle est la résultante de ce que je suis, de mes connaissances de ma sensibilité, de mes possibilités de mon taux de maturité. Toutes ces composantes sont constitutives de la réponse et de la solution. Elles sont influentes sur la formulation qui est donnée à la problématique à résoudre. Cela voudrait donc signifier que la réponse préexiste à la problématique et à l énigme posée. Qu avant même ma propre perception du problème, je possède les ingrédients permettant la poursuite de la propagation de ma pensée. Mieux, le choix apparent, à savoir le résultat de mes doutes assiégeant la réalité d une réponse unique, ne me serait perceptible et analysable qu au moment de la prise de conscience de la possession effective des éléments de réponse. L unicité de choix, n ayant rien d évident et de naturel pour nous, au contraire, le cerveau construit donc un artifice de raisonnement selon toutes les règles de la rationalité afin «d éplucher» au final l unique possibilité de ce qui lui fait écran et qui se perçoit comme tel. Nous serions ici, dans un système qui fonctionne non pas par déduction, mais par induction. Il y a une sorte d aimantation, d attirance qui s impose, entre la synthèse de la production mentale et de la solution à appliquer. Au regard de cela, il semble que l homme ne choisisse pas. Il ne choisit rien. Des réponses s imposent à lui. Il semblerait selon toute vraisemblance, quitte à verser dans la frustration, que nous ne sommes pas là pour faire des choix mais pour comprendre pourquoi ceux-ci seraient inéluctables et vers quoi nous nous dirigeons. Ainsi s amorcerait l ébauche dans un premier temps, d une perception de la connaissance de soi. Il pourrait donc apparaître par ce biais, que le choix ne soit qu une illusion. Le pouvoir de l option est factice. Dans son besoin d exister et de se sentir être, l homme a besoin d un scénario lui donnant le contentement illusoire d une toute-puissance, tout au moins sur lui-même. Or, on ne décide pas de sa naissance, on vit malgré soi. On ne décide pas de sa mort. On meurt. Sous-tendu à cela, l homme est accablé dans son tréfonds, par sa condition humaine. Il sait ce qu il est, et cela l oppresse. Son énergie est à l extérieur de lui. C est un esclave invétéré de fonctions organiques vi- 12

13 JUDAÏSME tales et incontournables. Ce fameux instinct de conservation tapi dans nos gènes, qui nous ordonne de vivre et donc de consommer. Qui nous ordonne de vivre, oui mais pas seulement, et de nous reproduire aussi. «Sache d où tu viens, d un suintement nauséabond» (Pirké Avoth). Ainsi donc, le lit et la table dialoguent ensemble à notre insu, reclus au plus profond de la génétique et à l abri de toute ingérence. Conscient de cette servitude innée, l homme cherche du plaisir dans ce qu il ne peut éviter et qui lui rappelle qu il est mortel. Trouver du plaisir pour ne pas devenir fou. Le plaisir - véritable potion de l amnésie de la conscience humaine, et de la réalité souvent cruelle, de notre vie. Notre cerveau joue le double jeu que d immoler le siège de la pensée et de la conscience par ses hormones cérébrales. Un homme glandulaire en somme concoctant sans relâche le cocktail endocrinien de l extase, au secours de sa propre déchéance humaine. L histoire de l homme et celle de l humanité se sont d ailleurs faites et construites dans une recherche et une déclinaison des plaisirs de bouche et de couche. Deux consommations, deux moyens fondamentaux pour acheminer les sensations et ressentis et autres stimuli, sous forme d ondes électriques jusqu au siège central, en retour de la récompense secrètement sécrétée. Avec cette somme de charges et d astreintes, rappelant quotidiennement à l homme sa malédiction, touchant son pain et son enfantement (Béréchit), sa table et son lit manger à la sueur de son front, enfanter dans la douleur, il lui est nécessaire d entrevoir l espoir d un état de fait, dans lequel il serait acteur et décisionnaire même si tout cela n est vécu que de manière inconsciente. Si seulement les choix de sa vie étaient entre ses mains. le choix n est qu une apparence dont le «senti» affuble le «mental». La potentialité comme la réelle possibilité que de donner suite à une alternative de choix, communément appelé le libre arbitre, n est en fait qu une illusion de l esprit. Illusion générée par des sentiments pleinement humains. Je ne suis pas libre de choisir. Rien dans ce monde ne me permet d être libre. Et le choix n est qu une apparence dont le «senti» affuble le «mental». La perception d une situation offrant à notre analyse l expression d une possibilité de choix et d alternative n est due qu au fait que nous soyons assiégés par nos émotions. Le système émotionnel vise à réhabiliter la présence de l homme pour le recentrer par rapport à un sentiment d existence et de vouloir être. L affect, a le pouvoir de diffracter une réalité qui de toute façon reste imperceptible dans les conditions dans lesquelles nous connaissons l homme pour permettre à ce qui est absolu de devenir relatif et de rentrer dans le giron humain, à ce qui est unicité de devenir diversité. Partons donc du postulat que le choix je n ose pas dire dans l absolu n existe pas. Que d une certaine façon, le duel voire le multiple surgit, par le transit au travers d une phase émotionnelle, qui est une périphérie dont je ne peux m affranchir au centre de laquelle réside l unicité non apparente de l action. Le libre arbitre n existe pas, quel que soit le problème de la perception humaine ; réelle ou illusoire. Mais ce n est pas parce qu il y aurait unicité de réponse que celui-ci n existe pas. En fait le problème que pose le libre arbitre est tout autre. Essayons d établir un autre postulat. Nous sommes dans un monde qui est sous contrôle. C est un monde qui souffre d une définition, et il est donc soumis à des lois. Une à laquelle il n échappe pas, est la causalité. Cette causalité sous-tend une origine qu on appellera, en en volant la terminologie au Zohar : la Cause des causes. Principe dont il s agit d abstraire toute forme de hasard et de concept de l aléatoire. Ce système «racine» qu est la Cause des causes, infiltre et imbibe chaque composante de la création ; de l infiniment grand à l infiniment petit. Dans les mondes de matière, comme ceux éthérés. Il devient donc concevable d évoquer l existence du libre arbitre chez l homme à la condition que l on admette que les différents choix possibles soient tous compris dans la volonté du Créateur, et que par conséquent on ne change absolument rien au déroulement de l histoire. L homme n intervient pas sur quelque chose qui lui est extérieur jamais mais sur lui-même. Il faut pour cela pouvoir accepter que deux effets contraires et leurs conséquences respectives puissent avoir une origine commune en une cause unique, alors fort de cette acceptation et de la modification d analyse qu elle induit, le concept du libre arbitre de l homme reste envisageable. Par conséquent, l homme aura donc des comptes à rendre vis-à-vis de la loi qui régit l immédiateté de son geste dans un contexte donné, du fait qu une option sera permise et son opposé interdit. Même si dans l absolu le cheminement qu emprunte l action humaine ne modifie en rien le cours des choses. L erreur d appréciation humaine et ce sur quoi l homme est sur le fond répréhensible, tient plus du fait de penser que l on puisse être contrevenant à la loi et par corollaire d avoir commis un acte non référencé dans la volonté divine donc obligatoirement être dans une démarche allant à l encontre du Créateur que de la transgression (condamnable) ellemême. S il n est pas illusoire, le libre arbitre la faculté de choisir serait ici redéfini. Hay Krief, Grand rabbin - Vincennes *L escalier de Penrose, imaginé par le mathématicien du même nom, est la représentation paradoxale d un objet impossible prenant la forme d un escalier en deux dimensions faisant trois virages dont les perspectives de la représentation sont distordues, de sorte qu elles paraissent se rejoindre. Il s agit d une illusion d optique où la figure donne l impression que les marches forment une boucle, constituant une perpétuelle montée ou descente. Cela semble bel et bien exister sous nos yeux et pourtant il n est du en fait qu à une mise en perspective de deux embouts extrêmes. Il symbolise l enfermement de l homme dans un cycle sans fin dont il ne peut sortir, et que l homme doit à sa vision de la chose son angle d analyse et sa perspective visuelle qui donne à un objet qui existe, le caractère de faux et d impossible. Tout n est du qu au regard humain qui lui est erroné. 13

14 onomastique ONOMASTIQUE Nous poursuivons notre exploration des patronymes juifs en vous proposant dans ce numéro d analyser les noms suivants : attali, ganem, jaoui, maizil, rusak ATTALI Paul Attali, de la synagogue des Tournelles, aimerait en savoir plus sur son nom. Le patronyme Attali vient de l arabe. Il dérive d Attal, nom de métier qui désigne un portefaix et, en général, un transporteur (Jacques Taïeb parle de «crocheteur»). Ce nom est attesté sur un acte du consulat de France à Tunis en date du 3 juin 1624 qui fait état de deux Juifs de Tunis Isaac, et Joseph Attal, qui cherchent à racheter leurs fils, esclaves à Malte. Toujours au même consulat, on signale au 18ème siècle un commerçant juif, Élias Attal. En 1865, la liste des commerçants juifs de Tunis compte un David Attal. Enfin, sur une kettoubah datée du 21 novembre 1793, on note le mariage d Élie fils d Abraham Salomon Attal avec Reine, fille d Abraham Lumbroso. Le nom Attali était notamment porté à Constantine en Algérie où le massacre de toute la famille Attali lors du pogrom de 1934 est toujours dans les mémoires Variantes : Attal, Atal, Atali, Adali, Hadalaï. Célébrités : Le plus célèbre des Attali de France est sans conteste l économiste et écrivain, conseiller en son temps de François Mitterrand et membre du Conseil d État, Jacques Attali. Son frère, Bernard Attali, haut fonctionnaire, a notamment été le PDG d Air France. Frédéric Attali est l actuel directeur général du Consistoire Central. Notons aussi le rabbin Hezkel Attali, le dirigeant sioniste constantinois, Édouard Attali et le journaliste Abraham Attali. Pour la forme Attal, Robert Attal, récemment disparu en Israël, était une véritable mémoire du judaïsme nord-africain. Sans oublier les grands commerçants tunisiens, Jacob et Éliah Attal, les journalistes Salomon et Albert Attal, le militant sioniste algérois, Marcel Attal, le conseiller général de Constantine, André Attal et la journaliste parisienne Colette Attal. GANEM Jean-Luc Ganem a connu et apprécie Tribu 12 via la communauté de Charenton-le-Pont. Il nous demande d examiner son patronyme. Le nom Ganem vient de l arabe et signifie «qui gagne, qui réussit». Son équivalent hébraïque est «Masliah». Jacques Taïeb y voit un «porteur de butin ou de troupeau» et Joseph Tolédano un rapport avec le «gros bétail» laissant supposer que ce nom était porté par des éleveurs. Tolédano propose aussi une origine qui se réfère au nom berbère du roseau. Les Ganem seraient alors des joueurs de flûte. Ce nom est attesté sur une kettoubah tunisienne qui enregistre, le 31 mai 1871, le mariage d Abraham, fils de Benjamin Ghanem avec Esther, fille de Salomon Lussato. Variantes : Ghanem, Abouganem, Aboughanem, Abughanim, Abouganim, Aboughanam, Boganim, Bouganim Célébrités : L avocat soussien et dirigeant sioniste Mathieu Ganem, Moïse Ganem, autre dirigeant sioniste de Sousse et l industriel, notable, grammairien et journaliste tunisien, Éliahou Ganem. Sans oublier l écrivain israélien Ami Bouganim. JAOUI Gaston Jaoui, fidèle de Chivté Israël, nous demande des précisions sur l onomastique de son patronyme. Le nom Jaoui est une variante de Bijaoui. Il vient de l arabe et du berbère et était attribué aux personnes originaires de Bougie (Bedjaia) en Algérie. Il vient du mot «tibageain» qui désigne un lieu planté de mûres sauvages. Pour Paul Sebag, ce nom renvoie à l expression «Luban Jawi», «Encens de Java». Jacques Taïeb reste dans les parfums en se référant au benjoin. Variantes : Giaoui, Djaoui, Bejaoui, Bedjaoui, Bedjai, Bjai Célébrités : Les rabbins tunisiens David Jaoui et David Jaoui le second, le président de la communauté de Bou Saada en Algérie, Maurice-Moïse Djaoui, Maurice Jaoui, dirigeant de l ORT à Tunis et le professeur Hubert-Élie Jaoui. Sans oublier le journaliste sportif Laurent Jaoui et son homonyme metteur en scène, l actrice de cinéma Agnès Jaoui ou encore l écrivain Roland Bijaoui et Karen Jaoui-Allali, commissaire générale des EEIF. 14

15 onomastique MAIZIL Michèle Maizil, récente lectrice de Tribu 12 s interroge sur les origines de son nom de famille. Ce patronyme, assez rare, semble venir de «Moïse» à l instar de tout une série d autre noms comme Maisel, Maisele ou Maizlich. Une autre option le raccrocherait à «Mazal», la chance, au même titre que des noms comme Mezel ou Mezal. Ce nom ashkénaze est à rapprocher des patronymes séfarades Benmussa (Fils de Moïse) et Mouchi (Moïse en judéoarabe) Variantes : Les dizaines de noms bâtis sur «Moïse» ou «Mazal». RUsAK Jean-Claude Rusak, fidèle de l équipe de foot de l AE 12, aimerait connaître l origine de son nom. Le patronyme Rusak est probablement l un des très nombreux dérivés de l allemand et du yiddish «Rose». Il semble résulter d une déformation de Ruska. Lorsque les Juifs d Autriche-Hongrie, qui ne se désignaient jusque là entre eux que par des prénoms «Yacob ben Acher», furent obligés, moyennant finances, de prendre un nom de famille, ils eurent le choix entre des noms de métaux précieux et les noms de fleurs, très coûteux et toute une gamme de noms jusqu à ceux d animaux qui étaient gratuits. Ce sont donc au départ des familles juives fortunées qui ont choisi «Rose» qui donnera, par extension Rusak. Variantes : Les différents patronymes issus de «Rose» : Russak, Rusk, Ruskin, Ruskine, Ruskind et des dizaines d autres. Guy Fellous et Eliahou Hillel Les lecteurs qui voudraient en savoir plus pourront utilement consulter la bibliographie sélective proposée dans le numéro 8 de TRIBU 12. Notre site Internet vous permettra de consulter les précédents numéros de notre magazine sans oublier le travail monumental d Abraham I. Laredo : Les noms des Juifs du Maroc. Essai d onomastique judéo-marocaine en deux tomes paru chez Hebraica Ediciones, Madrid, 2008, avec le concours de la Casa Sefarad Israel. N hésitez pas à nous demander d analyser votre nom. N.B. Depuis le début de cette rubrique, nous avons traité les noms suivants : ADDAOUI (27), ALLALI (6), ALLOUCHE (24), AOUATE (10), AOUIZERATE (27), ASSERAF (9), ASSUIED (13), ASSUS (21), ASSOULINE (11), ATTALI (30), ATTIA (16), AYACHE (16), AZOULAY (27), BARANES (10), BARDAVID (20), BAROUHIEL (16), BATTINO (29), BELAHSSEN (11), BEMBARON (20), BENAÏM (23), BENHAMOU (19), BERDAH (21), BERDUGO (11), BERISSI (29), BESNAÏNOU (9), BLUM (8), BOCCARA (15), BORGEL (18), BOUKOBZA (8), BRAMI (7), BUSBIB (26), CARTOZO (24), CASTRO (29), CHAOUAT (28), CHEMLA (11), CHETBOUN (11), CHICHE (23), CHOCRON (22), CHOUFANE (8), CHRIQUI (26), COHEN (7), CORCOS (27), CUKIERMAN (9), DAHAN (6), DANINO (22), DAOUDI (16), DARMON (19), DJEBALI (24), ELKOUBY (13), ELMALEH (18), FARGEON (20), FARHI (19), FELLOUS (9), FITOUSSI (7), GABAI (29), GANEM (30), GHIDALIA (6), GIAMI (28), GIUILI (19), GOTAJNER (20), GOTHEIL (16), GOTSCHAUX (15), GOLDMANN (9), GUEDJ (17), GUETTA (21), HADDAD (13 et 23), HAGEGE (14), HALFON (25), HALIMI (20), HAMZALAG(12), HARRARI (25), ITTAH (24), JAIS (16), JAOUI (30), JOURNO (22), KAHN (9), KARSENTI (17), KTOURZA (14), LABI (20), LAHMI (13), LASCAR (27), LASRY (22), LATTES (23), LELLOUCHE (6), MADAR (15), MAAREK (19), MALEM (22), MAIZIL (30), MALLET (26), MEDINA (18), MESSAS (9), MIMOUN (14), MSIKA (28), NAMAN (20), NAMER (26), NATAF (12), NIZARD (15), O HAYON (21), OUAK- NIN (12), PEREZ (18), RAUSKY (12), RIEH (13), ROUMANI (14), RUSAK (30), SAADA (10), SABBAN (23), SAGROUN (21), SARFATI (15), SARRABIA (8), SEBAG (23), SELLAM (26), SIRAT (9), SITBON (27), SITRUK (9), SMADJA (17), SPORTICHE (29), SUISSA (22), TAÏEB (21), TEMIM (12), TOLEDANO (18), TOUITOU (14), TUIL (24), UZAN (22), WIZMAN (17), YOUNA (28), ZAOUI (15), ZENOUDA (18), ZEITOUN (24), ZRIBI (10) et ZRIHEN (10). 15

16 SOCIAL Le Microcrédit personnel solidaire du FSJU, un outil pour rebondir! La communauté juive, à l instar de la communauté nationale doit faire face à un contexte économique et social difficile. Nous avons souhaité avoir quelques précisions concernant le microcrédit personnel solidaire que propose le Fonds Social Juif Unifié et nous les avons demandées à Nathalie Adato, chef de projet Microcrédit. de manière immédiate ou pertinente. Le dispositif a été bénéfique et s est révélé bien ciblé. Il concerne en grande partie des personnes qui ne sont pas prises en charge par des services sociaux qui n ont pas accès aux prêts bancaires classiques, se situant juste au dessus des minima sociaux. T12 : Avez-vous des exemples concrets à nous donner? Tribu 12 : Quelles sont les solutions que vous proposez aux personnes qui sont touchées par la baisse du pouvoir d achat, et l augmentation des risques de précarité des foyers moyens? Nathalie Adato : Le microcrédit social à taux zéro - conformément à la halakha -, mis en place, par le Fonds Social Juif Unifié a pour objectif d éviter aux familles économiquement fragiles de basculer dans la précarité. Il les aide à rester «acteurs» lorsqu une difficulté survient et les déstabilise. Il permet à celles et ceux qui ont un budget modeste et qui ne correspond pas aux critères imposés par les banques habituelles, de réaliser un projet personnel contribuant à l accès au logement, à l éducation, à l emploi et la formation ou à d autres projets de cohésion familiale. Il peut également pallier les imprévus liés aux accidents de la vie (décès, divorce, chômage, maladie, handicap). En fait, le microcrédit social est un prêt à la consommation, sans taux d intérêt pour l emprunteur (intérêts pris en charge par le FSJU grâce l Appel National pour la Tsédaka) dont le montant est compris entre 500 e et 3000 e. Le remboursement du prêt, calculé en fonction de la capacité de remboursement de chacun, peut s échelonner de 12 à 36 mois. Il s appuie sur la loi Borloo de cohésion sociale 2005 et la nouvelle loi Lagarde de 2011 et s inscrit dans la nouvelle législation du microcrédit. À cet effet, une convention a été signée entre le FSJU et la banque Crédit Coopératif. T12 : Ce système existe depuis 3 ans. Donnez-nous quelques chiffres sur les résultats produits? N.A : Depuis le début, 115 crédits ont été accordés pour un montant total de e et 25 crédits ont déjà été remboursés pour un montant total de e. Les catégories Logement, Insertion et Santé sont pour plus de 70% à l origine des demandes de prêt, des catégories que l on retrouve au niveau des services sociaux, qui ne peuvent pas toujours répondre N.A : Les situations pour lesquelles le microcrédit s est mis en place sont très variées : ainsi, une jeune femme, mère de famille, a pu passer son permis de conduire pour remplacer au volant son mari en invalidité (2040 e), une autre femme de 50 ans, célibataire, a pu financer une opération chirurgicale et une anesthésie (1000 e) ou encore un homme atteint d une maladie très invalidante a pu s installer au rez-de-chaussée de sa maison, grâce à une extension subventionnée par le Conseil Régional et le microcrédit (3000 e) Le public auquel s adresse ce microcrédit reste cependant limité. Aujourd hui, ce crédit, ne peut malheureusement pas servir à combler des découverts, à structurer des dettes, ni à créer une entreprise, faire des placements financiers ou immobiliers. Les clients fichés à la Banque de France, ne peuvent pas non plus être éligibles à ce dispositif. Les conditions d accès au microcrédit pourraient très prochainement être modifiées. T12 : Est-ce que les demandeurs font appel à vos conseils? N.A : Au-delà du service financier apporté, le dispositif du Microcrédit permet aussi très largement l orientation sociale et le conseil. Pour les 250 situations relevant du logement, de l insertion et de la santé, des orientations et des solutions ont pu être trouvées grâce à des dispositifs du FSJU, communautaires ou de droit commun, en évitant de contracter un prêt. Cette marge de manœuvre qui situe le dispositif à la frontière de l économique et du social est unique en son genre. T12 : Pour celles et ceux qui souhaitent en bénéficier, quelle est la démarche à suivre? N.A : Ils doivent composer le numéro vert du microcrédit social : ou se rendre sur le site fsju. org. Des conseillers les accueilleront et les orienteront. Propos recueillis par Guy Fellous 16

17 PUBLICITÉ ASSOCIATION DE SOINS À DOMICILE Services aux personnes à domicile - NF311 Délivrée par AFAQ AFNOR Certification 132, rue du Faubourg Saint-Denis PARIS A LYA DÉMÉNAGEMENTS ISRAËL TRANSPORT FRANCE-ISRAËL Container individuel 33 / 66 / 75 m 3 Service de groupage régulier Garde meuble en France et Israël Transport de véhicules Transports de marchandises Tarifs étudiés personnalisés AIDES À DOMICILE Aide à la gestion administrative SOINS INFIRMIERS À DOMICILE jours sur 7, toute l année - Site : DEVIS ET RENSEIGNEMENTS Haim Yves Bismuth TÉL. : / ISRAËL : ou Et vous trouvez ça drôle! Le pharmacien au client : - Ah non monsieur, je ne peux pas vous donner de l arsenic comme ça, il vous faut une ordonnance! - Et si je vous montre la photo de ma belle-mère, ça va? *** Un type arrive aux urgences après un accident de voiture. Quand il se réveille, le chirurgien est à son chevet et lui dit : - J ai deux nouvelles à vous annoncer. Je commence par la mauvaise : j ai du vous amputer des deux jambes. - Et la bonne? - J aime beaucoup vos chaussures, je vous en offre 800 Euros. *** Une brune et une blonde marchent dans la rue, quand tout à coup, la brune s écrit : - Regarde! Un oiseau mort! La blonde lève les yeux au ciel et dit : - Où ça?... *** Ça se passe dans la Corrèze. C est le grand jour car le fils aîné d une famille de fermiers va à la ville passer les examens pour devenir gendarme. Il revient tout fier le soir : - Papa, papa j ai été reçu, je suis gendarme. Le père : - Milmiliarded vindiou. Faut fêter ça! Mais qu est ce qu ils t ont demandé? - Ils m ont demandé combien faisaient 3x7 et j ai répondu Mais cré nom d une pipe 3x7 ça fait 21! - Peut-être papa, mais c est moi qui étais le plus près du résultat *** Un homme âgé se retrouve sur la table d opération attendant d être opéré. Il insiste pour que ce soit son gendre, l éminent chirurgien, qui procède à cette chirurgie. Avant d être endormi, il demande à parler à son gendre et lui dit: Ne sois pas nerveux, fais de ton mieux. Et si ça tourne mal et que quelque chose devait m arriver, souviens-toi que ta belle-mère ira habiter chez toi! 17

18 HISTOIRE L E S B E TA I S R A Ë L En 1973, le grand rabbin sépharade d Israël Ovadia Yossef, d origine irakienne, déclara que les Beta Israël étaient de confession juive. Mais qui sont les Beta Israël? Le nom «beta» vient de l hébreu «beit» qui veut dire maison. On parle de quatre origines possibles : ils pourraient être soit les descendants de la tribu de Dan ou alors de ménélik 1er, fils des amours du roi Salomon et de la reine de Saba soit des Chrétiens fondamentalistes (qui ne considéraient comme authentique que le Pentateuque) ou encore des Juifs qui se seraient enfuis vers l Afrique lors de la destruction du premier Temple. Parmi eux, on trouve les Tutsis et les Ibos juifs du Nigeria. Les Beta Israël les plus connus sont les Tutsis. La Bible et les écrits de l égypte pharaonique parlent du pays de Kush comme étant l actuelle éthiopie. Les Tutsi préfèrent donc se qualifier de «Kushites» et se réfèrent à ce royaume où régna la reine de Saba (la Makéda éthiopienne) qui serait une des descendantes de Moïse et de Tsippora, l éthiopienne, (Saba voulant dire grand-père). La tradition éthiopienne veut que la reine de Saba ait reçu de la part de Salomon un accueil particulier du fait de son lointain ancêtre. Les Tutsis seraient, à l origine, des Falashas (étrangers en éthiopien) qui auraient fui l éthiopie pour aller vers l Ouest. Ceux-ci habitaient un territoire autour du Nil Blanc que la Bible nomme Pishon (Gen 2, 10). Considérant que leur origine vient du roi Salomon, les Tutsis seraient de la descendance de la tribu de Juda et prennent comme les empereurs d éthiopie, le lion pour animal-symbole. Le négus, Haïlé Sélassié, se faisait d ailleurs appeler «le lion de Juda». Selon une autre source, les missionnaires chrétiens venus en Afrique ont considéré que les Tutsis faisaient partie d un ensemble de peuples que l on appelle «Hamites» (qui seraient les descendants de Cham, fils de Noé). Ces missionnaires ont voulu faire retomber, à tort, la fameuse malédiction de Noé sur les descendants de Cham, alors que celle-ci était seulement adressée à Canaan, un des quatre fils de Cham. («Lorsque Noé se réveilla de son ivresse, il apprit ce que lui avait fait son fils le plus jeune. Et il dit : maudit soit Canaan!») (Gen 9, 24-25). Certains clans Tutsis portaient ce qui correspond pour eux aux téfilin de la tête comme le montre la photo mais qui, en fait, ne serait que la représentation qu ils en auraient. L ORIGINE JUIVE DES TUTSIS Les Beta Israël appliquent une série de règles qui ont des points de ressemblance étonnants avec la loi mosaïque et qu ils ont gardées de génération en génération (monothéisme très strict, cacheroute et mitsvot). Si l on compare leur pratique du judaïsme à celle que nous connaissons actuellement en Israël ou en Europe, nous ne trouvons que quelques points de convergence. Ils ne connaissent et ne pratiquent ni le Talmud ni les lois qui ont été données après qu ils aient quitté Israël. Mais leur mémoire collective et leur attachement au judaïsme se traduit par certains noms de clans qui gardent toujours leur racine hébraïque : «ben» (fils de), tels les Banyakarama, Banyamurenge, Banyiginya, Benengwe etc... et aussi la présence de l étoile de David sur le drapeau du Burundi, un des pays avec le Rwanda où ils ont émigré. 18

19 HISTOIRE la période de nidah, le port du talit et de la kippa, et la célébration des fêtes comme Yom Kippour et Roch Hachanah. Depuis peu, les communautés ont adopté les fêtes de Hanoucca et de Pourim, qui n ont été instaurées qu après la dispersion de nombreuses tribus d Israël. Les Ibos bnei Israël parlent communément l ibo, mais utilisent l hébreu comme langue liturgique. C est une communauté en plein essor notamment à Tel Aviv, aux USA et dans d autres pays du monde. Semblables aux Samaritains d Israël (dont nous avons parlé dans un précédent numéro de Tribu 12) les anciens des communautés Ibos bnei Israël croient descendre des Lévites en raison de leurs pratiques lévitiques. Ils se distinguent au sein de la communauté du Nigeria, par le port de couvre-chefs rouges qu ils sont les seuls à pouvoir porter. LES IBOS, JUIFS DU NIGERIA Un autre groupe des Beta Israël vit au Nigeria. Il s agit des Juifs Ibos (ou Juifs Igbos ou Ibos bnei Israël). Certaines sources mentionnent la présence juive au Nigeria dès 638 avant notre ère. On suppose que des Juifs se seraient enfuis en Afrique après la destruction du Premier et du Second Temple, et qu ils auraient établi des communautés tout autour du continent africain. Cette population serait allée vers le Sud en Afrique subsaharienne et vers l Ouest en Afrique du Nord, suivant probablement les conquêtes arabes. Les Juifs Ibos prétendent descendre de trois tribus d Israël : Gad, Zabulon et Manassé et certaines familles de la communauté se disent être descendants de Cohanim et des Lévites. La reconnaissance des Ibos bnei Israël a été officialisée en par la majorité de la communauté juive mondiale, quand le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin a envoyé une équipe au Nigeria à la recherche des «Tribus perdues d Israël». Des rabbins et des éducateurs ont rendu visite à cette époque à cette communauté juive du Nigeria. De nombreuses communautés juives occidentales ont aidé celles du Nigeria en leur envoyant des livres, des ordinateurs et des articles religieux. Les Ibos bnei Israël pratiquent, comme les Tutsis, un judaïsme différent de celui que nous connaissons et prétendent provenir de l émigration hébraïque et ultérieurement juive d Afrique du Nord et d égypte. Des légendes orales parmi ces Ibos racontent que cette migration s est déroulée il y a environ 1500 ans. Mais les Juifs Ibos ne sont pas considérés par la plupart de leurs coreligionnaires comme de véritables Juifs comme on l entend aujourd hui. Pourtant les pratiques religieuses des Ibos bnei Israël incluent la circoncision de tout enfant mâle huit jours après sa naissance, l observation des lois de la cacheroute, la séparation de l homme et de la femme pendant Une des preuves indiscutables de l origine ancestrale juive de la communauté Ibo bnei Israël a été mise à jour à la suite d une découverte faite par une équipe israélienne lors d une enquête sur le terrain, menée en décembre Il s agit d une des «pierres commémoratives en onyx», que l éternel commanda à Moïse (Exode 39 :7) à la mémoire des fils d Israël et qui a été identifiée par le chef d une équipe de chercheurs. Sur cette pierre, découverte à Aguleri, est gravé le nom de «Gad» dans une forme d hébreu ancien, rappelant l écriture de l Exode 39 :14. Rappelons qu il y avait douze pierres mentionnant le nom des douze tribus, une pour chacun des fils d Israël, chacune gravée comme un sceau. De plus, il y a eu aussi les résultats des tests ADN qui ont trouvé le marqueur des Cohen chez les membres des Ibos. Les Ibos bnei Israël ont actuellement pour chef spirituel le rabbin conservateur Howard Gorin, diplômé en 1976 du Jewish Seminary of America. Riche de vingt six synagogues dans le pays, la communauté juive est estimée à environ quarante mille personnes, sur un total de 162 millions de Nigerians. La communauté juive de la ville d Abuja avec la synagogue de Gihon, et celle de Port Harcourt dans le sud du Nigeria sont parmi les plus importantes. Nadine Fellous 19

20 BILLET D HUMEUR LA TRANSMISSION, UN DEVOIR DE MéMOIRE Tout adolescent qui arrive à l âge adulte souhaite vivement être délivré du carcan familial et social. Il ne peut cependant être débarrassé de l histoire de sa famille, celle que les précédentes générations lui ont transmise et qui sera d une façon ou d une autre profondément gravée dans son inconscient. Le nom de famille qu il reçoit de son père n est pas le seul héritage familial. Il est simplement le fil rouge de l histoire. Et la démarche de tout un chacun est d aller dans le sens de la recherche de ses racines. Car pour se construire totalement, il est nécessaire de connaître intégralement le passé de sa famille. Chaque individu est involontairement assujetti à son histoire familiale, même si parfois parents ou grands parents veulent en occulter certains épisodes dont ils ne sont pas fiers. La transmission devrait donc être faite dans sa totalité, dans sa globalité afin de mieux comprendre ce dont nous sommes faits. Notre patronyme confirmera que nous appartenons à une famille, un groupe, mais il portera également son histoire ancestrale. Le descendant d un savant, d un bienfaiteur ou d un Juste en sera auréolé tandis que celui d un voleur, d un assassin portera, pour sa part, un fardeau gênant. Ce qui peut entraîner, parfois, la volonté de changer de patronyme. Connaître son passé est un besoin fondamental. Jadis les petits enfants étaient très attentifs aux anecdotes sur la famille que leur racontaient leurs grands parents ; mais à notre époque, ce genre de moment privilégié se fait rare. Ainsi la transmission entre générations a tendance à s estomper : les pages de vie souvent enfouies au fond des mémoires, les interdits, les secrets bien (ou mal) gardés, toutes les légendes familiales qui n ont pas été transmises et qui pourraient nous aider à mieux nous comprendre. À Pessah, la Haggada nous présente quatre types d enfants questionnant les participants ; une manière de nous rappeler que les enfants doivent nous interpeller et que nous ne devons pas esquiver les réponses, quelles qu elles soient. Dans la même Haggada, il est écrit : «notre» génération a été libérée de l esclavage égyptien c est-à-dire que ce passé, même millénaire, reste pour nous, au temps présent, d actualité. Le principal but de la majorité des parents et quelle que soit leur propre situation est d effectuer au mieux la transmission des savoirs mais aussi des valeurs qu ils ont reçus et grâce auxquels ils ont construit leur vie. À force de partager ces récits et de les transmettre à nos enfants, l histoire de celui qui raconte devient celle de celui qui l écoute et qui à son tour retransmettra. Ben Baxter Nos lecteurs ont la parole Je lis religieusement chaque numéro de Tribu 12. Continuez! Armand B. Paris J ai trouvé certains articles assez complexes pour une personne âgée comme moi. Gisèle F. Paris Je me précipite pour prendre votre magazine dès sa parution. Nessim S. Paris J ai encore trouvé des erreurs dans votre dernier numéro. Paul A. Paris Nous l avouons, 5 coquilles sont passées au travers de nos relectures. Mille excuses Votre magazine me fait penser à l Arche que j ai souvent lu. J aime beaucoup vos éditoriaux. Michel L. Paris Je vous remercie pour cette super revue Viviane W. Paris Tribu 12 est une source d inspiration pour les cours d histoire que je donne à mes élèves. Rémy S. Paris Une grosse coquille s est glissée dans la rubrique cinéma du n 29. Vous faites un commentaire sur «l exercice de l État» mais vous titrez «l exercice du pouvoir» un film sorti en 1978 avec l affiche de l époque. Manque d attention. Frédérique L. Paris J ai apprécié l article sur le dessein intelligent de M. Rausky. Il a réussi à mettre en langage clair une énigme sur les origines de l homme. Patrice H. Paris Nos lecteurs vous sollicitent JEUNE FEMME, 39 ans, expérience professionnelle, excellente présentation, sérieuse et motivée, bonne connaissance des parfums, des produits cosmétiques et parapharmaceutiques, recherche poste dans ce type d activité. Tel : HOMME SÉRIEUX avec voiture cherche travail quotidien pour accompagner les personnes dans leurs différentes courses. Tél :

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Cette Bible a été trouvée près de la Mer Morte, non loin de Jérusalem. Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART première partie Alessandra Guerra En France il y a des jugements sur la question psychothérapiepsychanalyse J ai entendu

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5 Festival Study guide Dossier pédagogique destiné aux adolescents 2014 (Homeland) présente Alliance Française FRENCH FILM FESTIVAL Table des matières Pour travailler avec le film en classe Niveau A2...4

Plus en détail

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels?

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels? , vol. 26, no. 1, 2005 RENCONTRE AVEC Guy FOURNIER (1925-2005) Guy Fournier raconte d abord sa «rencontre» avec la psychologie en la personne du père Mailloux. Ses souvenirs portent ensuite sur son travail

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES Bonjour, Ce document présente les mémoires akashiques et les séances de lecture. Les mémoires sont un puissant outil de développement personnel et d évolution. Je fais

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Descripteur global Interaction orale générale

Descripteur global Interaction orale générale Descripteur global Peut produire des expressions simples isolées sur les gens et les choses. Peut se décrire, décrire ce qu il fait, ainsi que son lieu d habitation. Interaction orale générale Peut interagir

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Bernard Lecomte. Les photos sur Internet

Bernard Lecomte. Les photos sur Internet Bernard Lecomte Les photos sur Internet Les photos sur Internet Vous possédez un blog ou des «pages perso» sur Internet et vous souhaitez les illustrer avec quelques photos, rien de plus facile! Mais,

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Résumé du livre Marjo a toujours rêvé d avoir une grande maison avec des animaux. Après avoir épousé Daniel, elle réalise son rêve et devient fermière.

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE AIDEA 2008. Sommaire

RAPPORT D ACTIVITE AIDEA 2008. Sommaire Sommaire 1. Introduction 2. Attentes exprimées 3. Les questions fréquentes 4. Les statistiques 5. Les enquêtes 6. Retours et témoignages 7. Evaluations et indicateurs Notre MISSION : Informer, Conseiller

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE Complément à la rencontre préparatoire GUIDE Dans le noir, je l entends qui m appelle ÉTAPE Qu est-ce que je vise dans cette rencontre? Permettre aux enfants d avoir une impression positive par rapport

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Formulaires et demandes d information les obligations

Formulaires et demandes d information les obligations Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Formulaires et demandes d information les obligations Michel Desrosiers AVEZ-VOUS DÉJÀ HÉSITÉ à remplir un formulaire médical que vous tendait un patient,

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010 Les congés usuels et particuliers Diverses rumeurs ont parfois cours s agissant de prétendus droits des travailleurs. C est ainsi que d aucuns prétendent à tort que

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

3 thèses : Problématique :

3 thèses : Problématique : LA CONSCIENCE Problématique : 3 thèses : Thèse 1 : L âme est une substance. A. L âme est une substance individuelle. B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Thèse 2 : La conscience

Plus en détail

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey Dans l intimité d un écrivain, place des Vosges Ouvrant sur l un des plus beaux sites parisiens, la Place des Vosges, le Maison de Victor Hugo a pour mission de maintenir vivante la mémoire de ce génie,

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Guide de planification successorale

Guide de planification successorale Guide de planification successorale Guide de planification successorale renseignements personnels Nom et prénom à la naissance : Pour vous aider à effectuer la planification de votre succession, nous avons

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS Droits de l enfant LES JOURS MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS ENFANT / JEUNE N d ordre Consultation des 6/18 ans 2014 MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS B onjour, Sais-tu que tu as des

Plus en détail