Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen"

Transcription

1 Présentation clinique des tumeurs cérébrales Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen

2 Variabilité clinique: facteurs influençant la présentation - localisation -taille - rapidité de croissance -œdème - hémorragies - obstruction des voies du LCR - hypertension intracrânienne - crises d épilepsie -age -

3 Présentation clinique : physiopathologie - invasion du parenchyme - destruction du parenchyme - compression du parenchyme - œdème péritumoral - volume tumoral déficit focal crise d épilepsie hypertension intracrânienne

4 Présentation clinique: fréquence des symptômes et signes (service d urgence) Symptômes Signes - Céphalée 55% - Déficit moteur 37% - Troubles de la conscience 50% - Ataxie 37% - Troubles de l équilibre 41% - Œdème papillaire 28% - Nausées, vomissements 37% - Nerfs crâniens 26% - Troubles du langage 21% - Déficit visuel 20% - Troubles sensitifs 18%

5 Syndrome d hypertension intracrânienne Céphalées - antérieurs :tumeurs supratentorielles - occipitales: tumeurs de la fosse postérieure - latéralisée du côté de la tumeur (2/3 des cas) - continues, croissantes, à prédominance matinale ou fin de nuit - augmentée par les efforts ou la toux Nausées et vomissements - en jet (soudain) - source d erreur chez l enfant Troubles mentaux - ralentissement psychique - humeur dépressive - troubles de la concentration

6 Hypertension intracrânienne Oedème papillaire (de stase) Paralysie du VI: pas de valeur localisatrice Chez l enfant: augmentation du périmètre crânien

7 Complication de l hypertension intracrânienne: l engagement a sous la faulx le plus souvent asymptomatique b temporal sous tentoriel III, hémipaésie controlatéral, décérebration e amygdalien extension de la nuque, latérocolis, troubles ventilatoires

8 Epilepsie et tumeurs cérébrales

9 Epilepsie et tumeurs: quelques chiffres - tumeurs cérébrales à l origine de 15% des épilepsies -1 patient sur 3 débutera sa maladie par une crise -2 patients sur 3 fera une crise au cours de sa maladie - pour certaines tumeurs (oligodendrogliome bas grade, DNT) l épilepsie est le seul symptôme de la maladie

10 Epilepsie et tumeurs: circonstances de découverte - crises focales: sous estimées (temporales) - crises généralisées, état de mal - IRM: examen de choix - localisation tumorale: corticale ou sous corticale - facteur pronostic favorable? gliomes de bas grade gangliogliomes, DNT

11 Conséquences de l épilepsie - qualité de vie (conduite, travail ) - déficit post critique (paralysie de Todd) - crises: facteur aggravant? augmentation de l œdème

12 Crises et tumeurs: diagnostic différentiel - une crise n est pas toujours liée à la tumeur causes métaboliques (hyponatrémie, hypocalcémie, hyperglycémie) sevrage médicamenteux (antiépileptiques, benzodiazépines) sevrage OH complications infectieuses radionécrose - cas particulier: état de mal focal et prise de contraste corticale à ne pas confondre avec une progression tumorale

13 Prophylaxie Doit-on traiter un patient qui a une tumeur cérébrale et qui n a pas jamais fait de crise? - problème de la période péri-opératoire - problème des interactions médicamenteuses - problème des effets secondaires des antiépiléptiques - études prospectives randomisées: négatives Pas d indication à un traitement antiépilépique en première intention

14 Traitement: place de la chirurgie - gliome de bas grade dans 95% des cas révélé par une crise chirurgie «complète»: facteur pronostic - tumeurs de l enfant (et de l adulte parfois):. DNT: début avant l age de 20ans épilépsie focale aspect IRM. Gangliogliomes

15 Epilepsie et tumeurs cérébrales: effets des traitements anti-tumoraux - radiothérapie: effet positif sur épilepsie (30 à 50%des cas) - chimiothérapie (bas grade) diminution des crises dans 30% des cas - crises = bon critère d évaluation clinique des traitements - recrudescence des crises: progression?

16 Traitements médicamenteux de l épilépsie Quel antiépileptique? - Gardenal?, Dihydan?, Dépakine?, Tégrétol? - Trileptal?, Lamictal?, Neurontin?, Epitomax?, Keppra? - et d autres encore - pas de supériorité démontrée en terme d efficacité - effets secondaires: plus fréquents chez les patients atteints de tumeur cérébrale +++ troubles cognitifs somnolence troubles métaboliques rashs cutanés

17 Antiépileptiques et tumeurs: interactions médicamenteuses - interactions avec le Cytochrome P450 inducteurs enzymatiques inhibiteurs enzymatiques - interactions avec les autres médicaments (corticoïdes, psychotropes) - interaction avec la chimiothérapie+++ inducteurs: baisse d efficacité augmentation de la toxicité (Valproate et thrombopénie) - aggravation clinique et surdosage en antiépileptique

18 Antiépileptique: instauration du traitement - privilégier la monothérapie -titration - cas simple: efficace - cas compliqué: inefficace: bithérapie épilépsie pharmacorésistante

19 Antiépiléptique et tumeurs: cahier des charges - actif sur les crises partielles - utilisable en monothérapie - titration rapide (mais pas trop ) - pas inducteur enzymatique - pas inhibiteur enzymatique - peu d effets secondaires - peu d interaction - relais IV disponible Et si possible efficace!

20 Déficit focal: localisation tumorale Cerveau Frontal aphasie (G), hémiparésie, troubles exécutifs Temporal aphasie (G), quadranopsie supérieure Parietal apraxie, hémianesthésie, agnosie, dyscalculie quadranopsie inférieure Occipitale hémianopsie Troisième ventricule/pinéale Tronc cérébral Cervelet Moelle troubles mnésiques, syndrome de Parinaud nerfs craniens, voies longues, syndrome cérébelleux ataxie, nystagmus, dysarthrie, dysmétrie niveau sensitif, paraparésie spastique, troubles sphinctérien

21 -Mr B, 54 ans, droitier - asthénie de puis 2 mois, céphalées modérées - deux accrochages en voiture, a heurté le portail en rentrant sa voiture - examen: hémianopsie latérale homonyme gauche

22 Glioblastome occipital droit

23 - Mr L, 35 ans - malaises stéréotypés quand il fait du sport, sensation bizarre puis difficulté à parler - examen neurologique normal - EEG: foyer d ondes lentes temporale G

24 Oligodendrogliome de bas grade fronto-insulaire gauche

25 - Melle P, 28 ans - céphalées matinales de puis 3 mois, flou visuel - nausées - examen: oedème papillaire bilatéral, troubles mnésiques

26 Gliomatose cérébrale

27 - Mr T, 65 ans, agriculteur, droitier - dépression de puis 3 mois, ralenti, apathique - troubles du langage, céphalée, troubles mnésiques - examen: hémiparésie G

28 Lymphome cérébral primitif

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 21.03.06 M. Grima /Pr E Hirsch

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES Dr Clotilde VERLUT ÉPIDÉMIOLOGIE Tumeurs rares Incidence augmente avec l âge Incidence augmente depuis une trentaine d année Facteurs favorisants Prédisposition familiale

Plus en détail

LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL ETUDE RETROSPECTIVE D UNE SERIE DE 900 CAS S. DERRAZ; T.EL. MADHI; B. BOUAYAD; A. EL KHAMLICHI Service de Neurochirurgie, Hôpital des Spécialités ONO. CHU. Ibn Sina

Plus en détail

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Gestion des anti-épileptiques Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Voltaire (1694-1778) «Les médecins administrent des médicaments dont il savent très peu à des malades dont ils

Plus en détail

R A P P E L S A N AT O M I Q U E S ET G R A N D S S Y N D R O M E S N E U R O L O G I Q U E S

R A P P E L S A N AT O M I Q U E S ET G R A N D S S Y N D R O M E S N E U R O L O G I Q U E S R A P P E L S A N AT O M I Q U E S ET G R A N D S S Y N D R O M E S N E U R O L O G I Q U E S 27/09/2014 Steven Knafo DIU en soins infirmiers de neuro-oncologie 2013-2014 Les objectifs théoriques du cours

Plus en détail

Dr Amara Korba Constantine 04/10/2016 Maitre assistant Neurochirurgie. Tumeurs cérébrales

Dr Amara Korba Constantine 04/10/2016 Maitre assistant Neurochirurgie. Tumeurs cérébrales Tumeurs cérébrales Objectifs : Diagnostiquer une tumeur intracrânienne. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. INTRODUCTION Les tumeurs cérébrales sont fréquentes : les

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux FMC du GMBS La Châtre CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux 05/01/2010 1 CEPHALEES 1) Aigues 2) Sub-aigues 3) chroniques 05/01/2010 2 CEPHALEES

Plus en détail

Epilepsie du sujet âgé

Epilepsie du sujet âgé Epilepsie du sujet âgé Journées scientifiques de Broca 19 Novembre 2015 Emmanuelle Duron Aucun conflit d intérêt 2 Plan Définition Epidémiologie Etiologies Diagnostic - Classification Traduction clinique

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

Sclérose en plaques. Epidémiologie

Sclérose en plaques. Epidémiologie Sclérose en plaques Epidémiologie Adulte jeune (20 40 ans), prédominance féminine (70 %). Prévalence : 70 000 à 80 000 patients en France. Un gradient nord-sud est observé au niveau mondial (par exemple,

Plus en détail

Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu

Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu cas 1 patiente de 39 ans, femme au foyer origine africaine depuis 3 semaines une hémiparésie droite d aggravation progressive au moment

Plus en détail

Epilepsie de l enfant : généralités

Epilepsie de l enfant : généralités Epilepsie de l enfant : généralités Neuropédiatrie, CHU Gui de Chauliac, Montpellier L épilepsie est beaucoup plus fréquente chez l enfant 3 fois plus élevée dans la 1ère année de vie que par la suite

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Stéphane LITRICO nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de

Plus en détail

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque de

Plus en détail

Hypertension intra-crânienne

Hypertension intra-crânienne Hypertension intra-crânienne Introduction Les hémisphères cérébraux et cérébelleux: contenus par des structures méningées dure-mériennes (faux du cerveau, tente du cervelet) au sein d une boite crânienne

Plus en détail

Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements. Médicaux Chirurgicaux. Epilepsie (S)

Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements. Médicaux Chirurgicaux. Epilepsie (S) Séquence 2 Définition Epidémiologie Physiopathologie Classification Traitements Médicaux Chirurgicaux Epilepsie (S) Définitions seizure = crise comitiale manifestation clinique résultant d une décharge

Plus en détail

Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017

Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017 Dossier de neuroradiologie SFR Rhône Alpes Juin 2017 Dr Porta Basile IMADIS TELERADIOLOGIE 24/06/2017 Un détenu en détresse Patient de 71 ans adressé pour suspicion d AVC thrombolysable Hémiparésie gauche

Plus en détail

Epilepsie et Gliomes. Luc Valton. Unité Chirurgie de l él. épilepsie, Hôpital Rangueil

Epilepsie et Gliomes. Luc Valton. Unité Chirurgie de l él. épilepsie, Hôpital Rangueil Epilepsie et Gliomes Luc Valton Unité Chirurgie de l él épilepsie, Hôpital Rangueil Oncomip 5 février f 2009 Plan 1. Epidémiologie 2. Epileptogénèse 3. Prophylaxie AE? 4. Quand débuter d un TAE? 5. Quel

Plus en détail

Les Traitements de L Epilepsie

Les Traitements de L Epilepsie Les Traitements de L Epilepsie Pr Fabrice Bartolomei Service de Neurophysiologie Clinique et Epileptologie_Hôpital Timone Hôpital H Gastaut Université Aix Marseille II Marseille, France 2 Introduction

Plus en détail

CHIRURGIE STEREOTAXIQUE

CHIRURGIE STEREOTAXIQUE CHIRURGIE STEREOTAXIQUE Indications,Apport diagnostic,complications,limites DIU de neuro-oncologie 2006-2008 Seminaire caen 8 9 fevrier 2007 CHIRURGIE STEREOTAXIQUE CHIRURGIE FONCTIONNELLE: Parkinson et

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie Cas clinique Esteban L.., 6 ans et demi ATTARD Marie Antécédents - Personnels: aucun, enfant unique - Familiaux: retard mental chez un cousin germain de la mère Histoire de la maladie -Juin 2011: apparition

Plus en détail

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites Problème fréquent 10-13 /100 000 enfants /an HSV: 1/ 250 à 500.000 enfants/

Plus en détail

Les thymorégulateurs. Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2. Cours de Psychomotricité

Les thymorégulateurs. Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2. Cours de Psychomotricité Les thymorégulateurs Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Psychomotricité Généralités 1% de la population (en France 500 000 personnes) souffrent de troubles de

Plus en détail

HYDROCEPHALIE PLAN DU COURS. DR CHABI ADEL M.A en neurochirurgie Chu de sétif I. DEFINITION RAPPEL PHYSIOLOGIQUE PHYSIOPATHOLOGIE ETIOPATHOGENIE

HYDROCEPHALIE PLAN DU COURS. DR CHABI ADEL M.A en neurochirurgie Chu de sétif I. DEFINITION RAPPEL PHYSIOLOGIQUE PHYSIOPATHOLOGIE ETIOPATHOGENIE HYDROCEPHALIE PLAN DU COURS I. DEFINITION II. RAPPEL PHYSIOLOGIQUE III. PHYSIOPATHOLOGIE IV. ETIOPATHOGENIE V. CLINIQUE VI. EXPLORATIONS COMPLEMENTAIRES VII. TRAITEMENT I- DEFINITION : L hydrocéphalie

Plus en détail

Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F.

Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F. Gliomes de bas grade de l adulte : un diagnostic pas si facile! JM.Kamsu ;A.Benouach-Amiel; H.Dumas; I.Catalaa; C.Cognard; F.Bonneville Introduction En France, les gliomes sont les tumeurs primitives du

Plus en détail

Syndromes Cérébelleux

Syndromes Cérébelleux Syndromes Cérébelleux UE Neurosensoriel 2011 Pr H Loiseau Séméiologie Recherche et analyse des signes Cliniques, radiologiques, biologiques, etc. Première étape indispensable de la démarche médicale Regroupements

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

VASCULARISATION DU CERVEAU

VASCULARISATION DU CERVEAU E. Antonello VASCULARISATION DU CERVEAU Polygone de Willis 1. a. carotide interne 2. a. hypophysaires 3. a. cérébrale moyenne 4. a. cérébrale antérieure Branches carotidiennes (profil) 1. a. carotide

Plus en détail

vigabatrin = sabril tiagabine = gabitril

vigabatrin = sabril tiagabine = gabitril Place des nouveaux médicaments anti épileptiques dans les épilepsies du sujet âgé DIFFERENTS ANTI-EPILEPTIQUES : ANCIENS phénobarbital = gardénal valproate de sodium = dépakine phénytoïne = dihydan carbamazépine

Plus en détail

Prise en charge des AIT. Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice

Prise en charge des AIT. Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice Prise en charge des AIT Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice Définition classique «Déficit neurologique focal d installation brutale, résolutif en moins de 24 heures, d origine vasculaire

Plus en détail

Epilepsie du sujet âgé

Epilepsie du sujet âgé Epilepsie du sujet âgé QUELQUES RAPPELS Epilepsy & Behavior 12 (2008) 501 539 Epilepsy & Behavior 12 (2008) 501 539 Epilepsy & Behavior 12 (2008) 501 539 Lancet 2006; 367: 1087 100 Epilepsy & Behavior

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent?

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Introduction Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Paris-Rio 1er juin 2009 sonde Pitot Le labyrinthe En pratique un incident peut arriver à différents niveaux... Bases physiopathologiques

Plus en détail

Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques. Christelle Dufour, Jacques Grill

Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques. Christelle Dufour, Jacques Grill Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques Christelle Dufour, Jacques Grill Généralités 2ème cause de cancer (23 %) 1ère cause de tumeurs solides: 430 nouveaux cas

Plus en détail

Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg A.Bennani 1, S.Chassagnon 2, S.Wisniewski 1, L.Beretz 1 Hôpitaux Universitaires Strasbourg 1 Service pharmacie

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

Céphalées de l enfant. Dr Yoann Huguenin Hôpital pédiatrique CHU Bordeaux

Céphalées de l enfant. Dr Yoann Huguenin Hôpital pédiatrique CHU Bordeaux Céphalées de l enfant Dr Yoann Huguenin Hôpital pédiatrique CHU Bordeaux Objectifs du cours N 98. Céphalée aiguë et chronique chez l'adulte et l'enfant - Diagnostiquer une céphalée aiguë et une céphalée

Plus en détail

La Névralgie du Trijumeau

La Névralgie du Trijumeau La Névralgie du Trijumeau Situation Clinique Homme, 50 ans, Migraineux, Insuffisant respiratoire par exposition professionnelle à l'amiante Description de la douleur : *évolution depuis 1 semaine *douleur

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas. Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc Apport de l IRM dans l encéphalopathie postérieure réversible de l éclampsie A propos de six cas I. Mimouni, S. Lezar, F. Essodegui, W. Zamiati, at A. Adil Service Central de Radiologie, Casablanca, Maroc

Plus en détail

Aucune maladie n'est trop rare pour ne pas mériter attention

Aucune maladie n'est trop rare pour ne pas mériter attention 1 sur 9 12/02/2013 12:21 Orphanet version 4.9.17 - Dernière mise à jour : 2013-02-11 Aucune maladie n'est trop rare pour ne pas mériter attention Synonymes : Migraine avec aura motrice Définition : - La

Plus en détail

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent?

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Introduction Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Paris-Rio 1er juin 2009 sonde Pitot Le labyrinthe En pratique un incident peut arriver à différents niveaux... Bases physiopathologiques

Plus en détail

Conséquences chirurgicales de la croissance tumorale. B Irthum Clermont- Ferrand

Conséquences chirurgicales de la croissance tumorale. B Irthum Clermont- Ferrand Conséquences chirurgicales de la croissance tumorale B Irthum Clermont- Ferrand Constitution de la lésionl Tumeurs bénignesb nignes: : croissance lente, plus rarement rapide, refoule le parenchyme et les

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES Q.22 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION HEMATOME EXTRA-DURAL II- Evolution

Plus en détail

GLIOBLASTOME DU SUJET AGE

GLIOBLASTOME DU SUJET AGE GLIOBLASTOME DU SUJET AGE DR FOTSO, DR TESTA, DR MANET, DR GENGUENE, DR VASSAL, DR DUTHEL, DR HATEM, DR BENHAMOUDA, DR NJEE BUGHA, DR NUTI NEUROCHIRURGIE CHU SAINT ETIENNE introduction Malgré des progrès

Plus en détail

QU EST-CE QUE L HYDROCÉPHALIE? JOURNÉES NATIONALES EURO-PHARMAT BORDEAUX

QU EST-CE QUE L HYDROCÉPHALIE? JOURNÉES NATIONALES EURO-PHARMAT BORDEAUX QU EST-CE QUE L HYDROCÉPHALIE? JOURNÉES NATIONALES EURO-PHARMAT BORDEAUX 2016 1 HYDROCÉPHALIE Définition L'hydrocéphalie est une distension progressive des cavités ventriculaires, provoquée par une anomalie

Plus en détail

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 20.03.06 14-16h M. Grima /Pr E

Plus en détail

RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS

RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS Dr François DUBOIS (CHU de Lille) NEUROTOXICITE DE LA RADIOTHERAPIE CEREBRALE Initialement décrite chez l enfant traité pour leucémie aigue ou tumeurs cérébrales

Plus en détail

Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré, Boulogne. Cours intensifs FFCD - Alger - 7 mai 2009

Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré, Boulogne. Cours intensifs FFCD - Alger - 7 mai 2009 Bevacizumab AVASTIN Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré, Boulogne Cours intensifs FFCD - Alger - 7 mai 2009 Différentes approches anti-angiog angiogéniquesniques Anticorps

Plus en détail

Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment?

Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment? Imagerie Cérébrale chez l homme en 2012 Quand? Comment? P. HUGONET Médecin Radiologiste Académie Vétérinaire Paris - 3 Mai 2012 C est précisément la fonction de la science de fournir une représentation

Plus en détail

Pharmacologie des anti épileptiques

Pharmacologie des anti épileptiques Pharmacologie des anti épileptiques DU Prise en Charge de la Douleur Université de l Etat d Haïti Février 2017 Dr Marie-Thérèse de Kergariou anesthésiste réanimateur DSF En préambule Les mécanismes précis

Plus en détail

Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade. guide d information à l usage des patients et de leur entourage

Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade. guide d information à l usage des patients et de leur entourage Pour la prise en charge des tumeurs oligodendrogliales de haut-grade guide d information à l usage des patients et de leur entourage Les tumeurs cérébrales Le cerveau Le cerveau est un organe majeur situé

Plus en détail

Epilepsie et grossesse. Florian HUCHE DESAR 27/04/2015

Epilepsie et grossesse. Florian HUCHE DESAR 27/04/2015 Epilepsie et grossesse Florian HUCHE DESAR 27/04/2015 1 Plan Présentation d un cas concret Revue des différents traitements disponibles Changements physiologiques pendant la grossesse PEC à l approche

Plus en détail

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré (AP-HP), Garches EA 4047, Université de Versailles-Saint-Quentin Distinguer Le traumatisme

Plus en détail

Session du 23 Juin Durée 2 h. Lieu : amphi 3, 9 et salle 51.

Session du 23 Juin Durée 2 h. Lieu : amphi 3, 9 et salle 51. Session du 23 Juin Durée 2 h. Lieu : amphi 3, 9 et salle 51. Cas clinique 1. Monsieur X, 75 ans se présente aux urgences pour surdité et vertiges. 1. Décrivez ce que vous devrez retrouver à l examen clinique

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

Le 10 avril Réunion de l APRAMEN. LEVAND Kim, AMEGNIZIN Jean Louis, HABERT Marie Odile, KAS Aurélie, Pitié Salpêtrière

Le 10 avril Réunion de l APRAMEN. LEVAND Kim, AMEGNIZIN Jean Louis, HABERT Marie Odile, KAS Aurélie, Pitié Salpêtrière Le 10 avril 2012 Réunion de l APRAMEN LEVAND Kim, AMEGNIZIN Jean Louis, HABERT Marie Odile, KAS Aurélie, Pitié Salpêtrière Aphasie primaire progressive (APP) Syndrome clinique d origine dégénérative, caractérisé

Plus en détail

Les encéphalites. Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran

Les encéphalites. Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran Les encéphalites Dr A.Bahmani Service de neurologie CHU Oran Syndrome méningé Signes fonctionnels ( trépied méningitique) 1- Céphalées : signe le + évocateur; précoces 2- Vomissements : inconstants; faciles

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

L hypotension intracérébrale dite «spontanée»: signes à reconnaître en IRM

L hypotension intracérébrale dite «spontanée»: signes à reconnaître en IRM L hypotension intracérébrale dite «spontanée»: signes à reconnaître en IRM Nicoleta ROTARU, Silviu HINCU, Silviu DRAGHICI, Aikaterini FITSIORI, Adriana BOGORIN, Maher ABU EID, Jean Louis DIETEMANN CHU

Plus en détail

Vertige d origine centrale ou périphérique: Quand doit-on penser à l AVC?

Vertige d origine centrale ou périphérique: Quand doit-on penser à l AVC? Vertige d origine centrale ou périphérique: Quand doit-on penser à l AVC? F.Evoy MD FRCPC Professeur agrégé de neurologie et d`ophtalmologie Université de Sherbrooke Objectifs Proposer un plan d évaluation

Plus en détail

N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie

N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie Devant l apparition d un trouble aigu de la parole ou d une dysphonie, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires

Plus en détail

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Cas Clinique 1 Patiente de 42 ans Facteurs de risque : tabac, contraception orale,

Plus en détail

Monsieur B., 38 ans. HTA + Obésité négligées. Flou visuel droit. Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel

Monsieur B., 38 ans. HTA + Obésité négligées. Flou visuel droit. Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel Monsieur B., 38 ans HTA + Obésité négligées Flou visuel droit brutal, durée 1H, spontanément régressif reprise de la symptomatologie Céphalées rapidement progressives Cécité bilatérale + Syndrome confusionnel

Plus en détail

LES TUMEURS CÉRÉBRALES. Gaëlle PARADOT Service de Neurochirurgie

LES TUMEURS CÉRÉBRALES. Gaëlle PARADOT Service de Neurochirurgie LES TUMEURS CÉRÉBRALES Gaëlle PARADOT Service de Neurochirurgie DÉFINITION Processus expansif intra-crânien 2 types de classification Topographique Sus tentorielle Sous tentorielle Histologique Tumeurs

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge des AVC. Dr François ROUANET Département des Urgences, Fédération de Neurologie CHU Pellegrin, Bordeaux

Diagnostic et prise en charge des AVC. Dr François ROUANET Département des Urgences, Fédération de Neurologie CHU Pellegrin, Bordeaux Diagnostic et prise en charge des AVC Dr François ROUANET Département des Urgences, Fédération de Neurologie CHU Pellegrin, Bordeaux Définitions Déficits neurologiques aigus d'apparition soudaine (quelques

Plus en détail

Confusion de la personne âgée

Confusion de la personne âgée de la personne âgée de la personne âgée Démographie Incidence Âge Hom mes (%) Femm es (%) 65 0,6 0,7 70 1,5 2,3 75 1,8 4,3 80 6,3 8,4 85 8,8 14,2 90+ 17,7 23,6 de la personne âgée Maladie D ALZHEIMER Historique

Plus en détail

Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements

Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements Jean-Sébastien Guillamo Service de neurologie CHU Côte de Nacre CAEN guillamo-js@chu-caen.fr Plan de l exposé Epidémiologie Physiopathologie

Plus en détail

Démence & maladie d Alzheimer

Démence & maladie d Alzheimer Démence & maladie d Alzheimer La démence La démence se présente en terme de perte : perte des facultés intellectuelles, perte d un savoir-faire, perte de l autonomie, perte de la conscience de ses troubles

Plus en détail

EVALUATION NEUROPSYCHOLOGIQUE ILLUSTRE PAR 4 CAS CLINIQUES CHEZ L ENFANT OU L ADOLESCENT

EVALUATION NEUROPSYCHOLOGIQUE ILLUSTRE PAR 4 CAS CLINIQUES CHEZ L ENFANT OU L ADOLESCENT Sommaire INTRODUCTION 1. Objectifs cliniques de l évaluation neuropsychologique 2. Anamnèse et démarche hypothéticodéductive 3. Utilisation d un test cognitif : aspects psychométriques 4. Choix des tests

Plus en détail

Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012

Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012 Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012 Des nouveaux critères nécessaires Avant 2011 : Maladie d Alzheimer (MA) : McKahnn 1984, NINCDS-ADRDA Démence fronto-temporale comportementale

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Chapitre 16 Motricité volontaire et plasticité cérébrale. Comment sont commandés les mouvements volontaires?

Chapitre 16 Motricité volontaire et plasticité cérébrale. Comment sont commandés les mouvements volontaires? Chapitre 16 Motricité volontaire et plasticité cérébrale Comment sont commandés les mouvements volontaires? Chapitre 15 Motricité volontaire et plasticité cérébrale Comment sont commandés les mouvements

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009 Coordonnateur : Coordonnateurs : Philippe AZOUVI et Jean-Michel MAZAUX

Plus en détail

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Erik BOQUET Page 1 04/02/2008 LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (Docteur Erik BOQUET) 1 RAPPELS Le tissu nerveux est formé de cellules appelées neurones qui ont la particularité de ne pas se reproduire

Plus en détail

SNP Les tumeurs intracrâniennes. Les tumeurs intracrâniennes

SNP Les tumeurs intracrâniennes. Les tumeurs intracrâniennes 13/12/13 AUREAL Mélanie L3 SNP Relecteur 11 Professeur Dufour 6 pages Les tumeurs intracrâniennes Plan I. Facteurs étiologiques II.Définitions III.Les tumeurs cérébrales. IV.La clinique V.Topographie des

Plus en détail

Pharmacologie et principes d'utilisation des médicaments antiépileptiques (MAE)

Pharmacologie et principes d'utilisation des médicaments antiépileptiques (MAE) 08/01/14 NAVARRO Marine L3 SNP F. BARTOLOMEI 6 pages Plan Pharmacologie et principes d'utilisation des médicaments antiépileptiques (MAE) A. Notions physiopathologiques B. Modèles d'activités épileptiques

Plus en détail

LES SYNDROMES TOPOGRAPHIQUES

LES SYNDROMES TOPOGRAPHIQUES LES SYNDROMES TOPOGRAPHIQUES Syndrome frontal RAPPEL ANATOMIQUE RAPPEL ANATOMIQUE Situé à la partie antérieure de l hémisphère cérébral, le lobe frontal est limité par : Scissure de Rolando qui le sépare

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Item n 63 : Démence chez le sujet âgé

Item n 63 : Démence chez le sujet âgé Définition du syndrome démentiel Item n 63 : Démence chez le sujet âgé Association de troubles mnésique et dʼun des trouble cognitif suivant : fonction exécutive, aphasie, apraxie ou agnosie Retentissement

Plus en détail

Intérêt de l imagerie?

Intérêt de l imagerie? Mr H, 40 ans, tabagisme > 10 PA, épisode de vertige rotatoire bref, sans signe associé, récidivant de quelques secondes, déclenchés par les mouvements de tête ( changement de position dans son lit, boit

Plus en détail

Collège d ORL et De Chirurgie Cervico-faciale

Collège d ORL et De Chirurgie Cervico-faciale Collège d ORL et De Chirurgie Cervico-faciale Item 60 Déficit neurosensoriel du sujet âgé : surdité et vertiges Item 294 Altération de la fonction auditive Item 313 Epistaxis (avec le traitement) Item

Plus en détail

Les Anti-épileptiques

Les Anti-épileptiques Les Anti-épileptiques Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Psychomotricité 2 Généralités sur l épilepsie 0.5% à 1% de la population (en France 400 000 personnes)

Plus en détail

Accidents Vasculaires du Cerveau

Accidents Vasculaires du Cerveau Accidents Vasculaires du Cerveau Données épidémiologiques (ampleur du Problème) 3 eme Cause de mortalité après les maladies cardiovasculaires et le Cancer 1 e Cause du handicap séquellaire durable (moteur,

Plus en détail

Cas clinique. SAU Thionville

Cas clinique. SAU Thionville Cas clinique SAU Thionville Mme O, 64 ans, pas d ATCD particulier Adressée par MT pour céphalées, cervicalgies et déficit moteur du membre supérieur gauche En fait : céphalée datant d il y a 6 jours A

Plus en détail

Physiologie de la circulation

Physiologie de la circulation Physiologie de la circulation cérébrale Dr Costalat & Dr Menjot de Champfleur Service de Neuroradiologie Gui de Chauliac Objectifs Passer en revue les principaux vaisseaux sanguins de la circulation cérébrale

Plus en détail

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau EPILEPSIE Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau QU EST CE QUE L EPILEPSIE? Epilepsie = répétition de crises convulsives Crise convulsive = survenue brutale d une décharge électrique excessive

Plus en détail

Imagerie de l AVC. Pierre Garnier 13 Juin 2015

Imagerie de l AVC. Pierre Garnier 13 Juin 2015 Imagerie de l AVC Pierre Garnier 13 Juin 2015 AVC nécessité d une prise en charge rapide thérapeu5ques d urgence : impact bénéfique sur le pronos5c AVC ischémique d origine artérielle : thrombolyse IV

Plus en détail

L Hypotension Intracrânienne Spontanée. Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse

L Hypotension Intracrânienne Spontanée. Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse L Hypotension Intracrânienne Spontanée Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse Clinique «typique» Céphalée caractéristique : Critères IHS: «céphalées diffuses ou sourdes s aggravant

Plus en détail

TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? SUBEPENDYMOME SURVEILLANCE

TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? SUBEPENDYMOME SURVEILLANCE TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? OU TRAITEMENT HISTOLOGIE? DES SUBEPENDYMOMES - EXAMEN CLINIQUE ANNUEL - IRM CEREBRALE POST-OPERATOIRE

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre LES TRAUMATISMES CRANIENS G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre DEFINITION Traumatisme crânien: «coup sur la tête» Problème majeur de santé publique Risques à court et long terme L'HTIC

Plus en détail

Les convulsions chez l enfant

Les convulsions chez l enfant Les convulsions chez l enfant aurore DARON - Service de Pédiatrie - CHPLT Verviers - Décembre 2005 Définitions Crise convulsive ou crise épileptique : phénomène paroxystique aigu secondaire à un dysfonctionnement

Plus en détail

Les comas non traumatiques

Les comas non traumatiques Les comas non traumatiques Insuffisance Cérébrale Défaillance cérébrale globale Trouble de la conscience F. Damas Unité de Soins Intensifs CHR de la Citadelle Définitions Coma Obnubilation Stupeur Coma:

Plus en détail

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Recommandations professionnelles HAS Octobre 2007. Cycle recommandations AMMPPU - Les patients concernés patients âgés

Plus en détail