Ecotoxicologie des sols : apports du ver de terre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecotoxicologie des sols : apports du ver de terre"

Transcription

1 Ecotoxicologie des sols : apports du ver de terre Yvan Capowiez Laboratoire de Toxicologie Environnementale UMR Ecologie des Invertébr brés INRA/UAPV Avignon

2 Plan 1. GénéralitG ralités 2. Une étude de cas au laboratoire (effets de l imidaclopride sur le comportement) 3. Une étude de terrain (biosurveillance des milieux, le cas du verger de pommier en Provence)

3 1A. Généralités (lombriciens) - brefs rappels sur l écologie des vers - les différents types

4 Généralités s 1 * Annélides oligochètes : corps annelé,, nombre de soies limités * Morphologie : Prostomium (segment 1) (soies) Détermination : - emplacement du clitellum - forme clitellum Segment 15 : pore mâle - forme prostomium - sinon anatomie interne Vue ventrale (segment x)

5 Généralités s 2 Parmi les premiers animaux a avoir colonisé le milieu terrestre? * Respiration cutanée e de l O 2 dissous -> > nécessitn cessité d avoir l él épiderme humide * Epiderme : Aucun mécanisme m de résistance r aux pertes en eau -> > grande dépendance d vis à vis du milieu (et surtout humidité) (arrêt d activité dès s que les conditions sont négatives) n. estivation (diapause et quiescence) -> > logette * Meilleure résistance r au froid (optimum 12 (optimum 12 C C en zone tempérée sauf vers de surface)

6 Généralités s 3 Épigés s : Stratégies -> > catégories écologiques (Bouché 1971) - vivent à la surface et se nourrissent de matière organique peu décomposd composée -> > ne creusent pas (ou peu) de galeries - vers de petite taille, très s vifs et de couleurs sombres (contre la prédation), - parthénog nogénétiques (souvent), durée e de vie inférieure à 1 an -> > stratégie «r» Anéciques : - vivent en profondeur et se nourrissent de matière organique peu décomposd composée -> creusent des galeries verticales (terriers( terriers) ) et rejettent des turricules en surface - vers de grande taille, de couleurs sombres sur le dessus (contre e la prédation), - reproduction sexuée, e, peuvent vivre jusqu à 10 ans -> > stratégie «K» Endogés s : - vivent en profondeur et se nourrissent de matières organiques décomposd composées dans le sol -> > creusent des réseaux r anastomosés s et rebouchés,, vont rarement à la surface - vers de taille moyenne, de couleurs vives («( apigmentés»)) : peu de prédation - reproduction sexuée, e, vivent plusieurs années -> > stratégie «K»

7 Aporrectodea nocturna : - longueur > 10 cm - sombre sur toute la longueur ANÉCIQUE clitellum sombre

8 Allolobophora icterica : - longueur entre 5 et 10 cm - corps «zebré» blanchâtre ENDOGÉ - tête rose (clair) clitellum orangé

9 Allolobophora rosea : ENDOGÉ - longueur < 5 cm - tête rose (clair) - corps grisâtre et fin clitellum «turgescent»

10 Allolobophora caliginosa : Très variable en taille et en couleur (vraisemblablement un complexe d espèces) ENDOGÉ zone blanche clitellum gris - terne - longueur > 5 cm -tête rose - corps «grisâtre» (de gris clair au rouge vineux)

11 Lumbricus terrestris : ÉPI-ANÉCIQUE - long (>10 cm) et massif clitellum orange -tête rouge - gradient antéro-postérieur (du rouge vers le blanc) queue lancéolée

12 Lumbricus castaneus : EPIGÉ - petit (< 5 cm) - tête et corps rouge foncés (clitellum orange)

13 épigés endogés Credit as Amy Stewart anéciques Credit as Amy Stewart Graphics by I. Fabbri, UNESCO

14 Généralités s 4 * catégories écologiques -> > critères res anatomiques, morphologiques et démographiquesd * Lee and Foster (1991) -> > critères res comportementaux (galeries) = postulats (acceptés s de tous) CONCLUSION - grande valeur «heuristique» - oubli d un d aspect essentiel décrit d dès d s 1971 : ces 3 stratégies définissent d un continuum... - attention à la plasticité comportementale (cas de L. terrestris)

15 1B. Rôles attribués aux lombriciens Pourquoi s intéresser aux vers de terre?

16 Intérets des lombriciens en écotoxicologie * Sol = réceptacle r des pesticides * Ubiquistes, «faciles» à déterminer et à dénombrer ECOTOX. * En contact avec la solution du sol (partie «biodisponible») * Aire de dispersion réduiter => Organisme modèle en écotoxicologie (norme européenne) enne) * Rôle central dans l écosyst cosystème du sol * Impliqués s dans la «fertilité biologique» des sols AGRONOMIE

17 Rôles des VdT 2 Un des premiers a s être s intéress ressé aux vers... Charles Darwin en 1882 livre «Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétalev» - tous les 10 ans, les 10 premiers centimètres tres de la surface de la terre sont passés s dans le tube digestif des vers! - comportement de prise des feuilles à la surface du sol (en fonction de leur forme) - géologie/archéologie : enfouissement des monuments anciens! - défaut : espèce de ver étudié non déterminée...

18 Rôles des VdT 3 Ver de terre, ingénieur de l écosystème (Lavelle 2001) * Jones et al (1994) -> > définition d des «ecosystem engineers» * plusieurs types (effets sur les ressources, sur les interactions entre espèces ou sur le milieu) * exemple : le castor -> Limites de cette définition? Valeur heuristique? Espèce clef de voûte?

19 Rôles des VdT 4 «INGÉNIEUR NIEUR DE L ÉCOSYST COSYSTÈME : vision idéale» Racine CO 2 Rejet Eau O 2 ; Mat. Org. eau, O 2 Rejet } création de micro-sites favorables aux micro-organismes organismes * Influence des vers de terre : - physique (transferts) GALERIES et REJETS - chimique (cycles biogéochimiques) ochimiques) ENFOUISSEMENT MAT.ORG. - biologiques (des racines aux micro-organismes) organismes) INTERACTIONS Remarque 1 : principalement vers anéciques et endogés Remarque 2 : échelle spatiale et temporelle

20 Rôles des VdT 5 Vision «réaliste» (biblio) * Création de galeries -> > infiltration / érosion (mais rebouchage) anécique vs. endogés -> > aération a du sol (volume faible < 5%) -> > voie de pénétration p pour les racines -> «tapissées» de matière organique ou de rejets (vers an microsites favorables («sleeping beauty paradox») * Rejets = «mini fermenteurs» -> «protège» la matière organique -> > stabilité dans le temps (dépend de l âge) l (vers anéciques) * Agrégats gats et compaction -> > effets négatifs n de Pontoscolex en Amazonie

21 Rôles des VdT 6 Vision «réaliste» (biblio) suite... * Interactions -> > micro-organismes organismes : prédation, symbiose (enzymes), création de micro-sites favorables et transport -> > racines : effet des galeries vs effet des exsudats ; interactions avec les nodosités s (au labo) -> > autres : peu d études mais effet positif sur biomasse et biodiversité * Cycles biogéochimiques ochimiques : matières organiques -> > dans tube digestif : effet mécanique, m biologique et chimique -> > dans les rejets (casts( casts) ) : «external rumen» -> «coprophagie»

22 Rôles des VdT 7 Vision désenchantd senchantée e... * Ecosystème du sol est complexe (beaucoup d interactions) d La vraie question n est pas le phénomène (effet des vers) existe-t-il? mais plutôt qu elle est la pertinence (agronomique ou non) de cet effet? * Un paramètre important, c est c l activitl activité des vers (et pas seulement leur présence) - creusement de galeries (leur utilisation et leur forme) - enfouissement de la matière organique, production (et localisation) de rejets

23 1C. Spécificités liées à l écotoxicologie terrestre

24 POLLUTION DES SOLS * Pollutions en général g moins diffuses - sites industriels ou miniers (PCB, HAP, ETM) - parcelles agricoles (pesticides) - abords d autoroute d ou d aérodromes d (Pb( Pb,, HAP) * Mais il existe une pollution diffuse (atmosphérique) Cas des pesticides : pas seulement la dérive d mais aussi la volatilisation (longtemps sous-estim estimée) e) (notre connaissance évolue avec les progrès s technologiques et l existence l d observatoires d!)

25 * D un D point de vue physique, le sol est un milieu complexe et non homogène review de Young & Crawford, Numéro spécial de Science «Soils- The final frontier» (2004) * D un D point de vue biologique, la biodiversité de la faune du sol reste une énigme (Lavelle et al. 2001) -> > multiplicité des niches (hypothèse)

26 CONSEQUENCES (en écotox.) A. Le devenir des polluants dans le sol est plus complexe B. L exposition L des organismes peut être très s variable et dépendre de l habitat l et du mode de vie des organismes

27 A. Le devenir des polluants * Devenir des polluants dans les sols = f ( -Volatilisation - Adsorption - (Bio)dégradation / Spéciation - Lixiviation ) Molécules organiques * Il existe des modèles (mais qui ne prennent jamais en compte la variabilité spatiale (horizontale)) ETM * Dans les faits, on raisonne avec des paramètres généraux g (K oc et DT 50 ) * Utilisation de molécules marquées -> > coût t et volume représentatif

28 Une illustration de l importance l du devenir Toxicité du plomb sur Eisenia fetida dans des sols différents rents Lanno (2004) in EES Les «sols artificiels» ne sont pas, non plus, une solution (reproductibilité vs réalisme) r

29 Habitat et exposition * Tous les organismes ne sont pas exposés s de la même manière - les arthropodes ne vivent pas forcément au contact avec la solution du sol + présence d une d cuticule - les communautés s de m.o. ont également des expositions variées - chez les lombriciens,, l exposition l (et les voies de contamination?) dépend de la catégorie écologique

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses

Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses Olivier ATTEIA - Jean-Louis CRABOS Roubaix 10 mai 2012 Le Réseau Aquitain sur la Pollution

Plus en détail

Les lombriciens : (quelques) idées précon. Yvan CAPOWIEZ. Plantes et Systèmes Horticoles. Collègues impliqués s : INRA Mons et

Les lombriciens : (quelques) idées précon. Yvan CAPOWIEZ. Plantes et Systèmes Horticoles. Collègues impliqués s : INRA Mons et Les lombriciens : (quelques) rôles r identifiés s et (quelques) idées précon conçues Yvan CAPOWIEZ INRA - UR 1115 - AVIGNON Plantes et Systèmes Horticoles Collègues impliqués s : INRA Mons et Orléans (S.

Plus en détail

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 23 février 2005, Drummondville Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation Odette MÉNARD, M.Sc. Génie, ing.,

Plus en détail

BTS Métiers des Services à l Environnement

BTS Métiers des Services à l Environnement BTS Métiers des Services à l Environnement Programme de la formation Connaissance des milieux professionnels 1 - Définitions générales 2 - Organisation administrative de la France ; les pouvoirs publics

Plus en détail

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS La triade de l écotoxicologie Milieu physique (eau ou sédiment) EXPOSITION Organisme

Plus en détail

Quels sont les principaux facteurs expliquant l abondance et la biodiversité des vers de terre en arboriculture/viticulture?

Quels sont les principaux facteurs expliquant l abondance et la biodiversité des vers de terre en arboriculture/viticulture? «Favoriser les pratiques de viticulture durable par une articulation optimisée des savoirs et savoir-faire partagés entre les différents acteurs.» Journée d Etude Site INRA Auzeville 2016. Quels sont les

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé 1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé Source : Thierry Caquet, Inra, Le Croisic 2009 Mis en œuvre à l origine pour des utilisations en écologie, les écosystèmes aquatiques

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Ex. de Schéma conceptuel

Ex. de Schéma conceptuel Influence des caractéristiques des sourcesde pollution sur les risques de transfertsvers la biosphère. (1) Problématique générale (2) Quelques exemples G. Uzu 1, M. Shahid 1, M. Arshad 1, M. Cecchi 1,

Plus en détail

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes»

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» La pollinisation: un service écosystémique basé sur des réseaux d interactions complexes Isabelle

Plus en détail

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques -

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - www.seine-aval.fr Cédric Fisson cfisson@seine-aval.fr Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - 1 Séminaire Seine-Aval, Rouen 26-27 novembre

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

Les vers de terre. Guide pratique auxiliaires de cultures. Comprendre et reconnaître les vers de terre

Les vers de terre. Guide pratique auxiliaires de cultures. Comprendre et reconnaître les vers de terre Guide pratique auxiliaires de cultures Les vers de terre Pour observer les vers de terre dans vos parcelles et participer à l amélioration des connaissances régionales, vous pouvez contribuer à l Observatoire

Plus en détail

Le sol est vivant. Importance des sols. Les sols, constituants inertes et êtres vivants. Champignons conocybes

Le sol est vivant. Importance des sols. Les sols, constituants inertes et êtres vivants. Champignons conocybes Le sol est vivant Champignons conocybes Les conocybes sont des champignons de la famille des Bolbitiacées. Cette famille comporte plusieurs genres dont les caractères de détermination principaux résident

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013.

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013. FICHE TECHNIQUE Vers de terre Architectes des sols fertiles Introduction Entre un et trois millions de vers de terre vivent dans la terre en bonne santé d un hectare de prairie. Plus il y en a plus le

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Marie-Florence Thomas Ecole des Métiers de l Environnement Situation à risques Situation à risque

Plus en détail

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Doctorant Lucas JOBIN Thèse financée par Région Rhône-Alpes

Plus en détail

Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai

Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai Les technologies de dépollution : recherche, développement et méthodes d évaluation Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai Les facteurs principaux de la prise de décision pour le choix d une technique

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Compétences transversales mobilisés. Disciplines et savoirs essentiels travaillés DESSINE-MOI UN VER!

Compétences transversales mobilisés. Disciplines et savoirs essentiels travaillés DESSINE-MOI UN VER! DESSINE-MOI UN VER! Thème : Vers de terre / anatomie Objectif pédagogique : formuler des questions et hypothèses et y répondre à l'aide de la méthode scientifique Matière : Sciences et technologies Cycle

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

1. Les produits chimiques et leurs stockages

1. Les produits chimiques et leurs stockages 1. Les produits chimiques et leurs stockages BUT : Répondre à des questions telles que : Où trouve-t-on les produits chimiques? Quelles informations trouve-t-on sur les étiquettes? Comment les stocker?

Plus en détail

Aménagements favorisant la biodiversité

Aménagements favorisant la biodiversité Aménagements favorisant la biodiversité 2013-2018 Programme d appui en agroenvironnement Volet 1 Interventions en agroenvironnement par une exploitation agricole Objet de l aide financière Appuyer les

Plus en détail

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se PHYTOREM S.A. L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se Le BAMBOU-ASSAINISSEMENT Le Procédé Sol EFFLUENTS EXPORTATION VERS LA TIGE Chaume ou tige Pollution organique et minérale

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN.

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. GESTION DES TECHNOLOGIES EMERGENTES Recommandations issues des projets sur les énergies marines renouvelables

Plus en détail

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE?

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? F R A N Ç O I S E B E R T H O U D G D S E C O I N F O / C N R S w w w. e c o i n f o. c n r s. f r F r a n c o i s e. B e r t h o u d @ g

Plus en détail

Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans!

Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans! Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans! L air intérieur est plus pollué que l air extérieur! Nouveaux matériaux (bricolage, décoration, )

Plus en détail

Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien Denys, INERIS Corinne Perrin-Ganier, ENSAIA (Co-directrice) Michel Schiavon, ENSAIA (Directeur)

Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien Denys, INERIS Corinne Perrin-Ganier, ENSAIA (Co-directrice) Michel Schiavon, ENSAIA (Directeur) Re-mobilisation des hydrocarbures aromatiques polycycliques de terres industrielles de cokerie et mécanismes impliqués dans le "vieillissement" du fluoranthène Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Inauguré en juin 2013, le centre régional pour la biodiversité Beautour redonne vie à l héritage

Plus en détail

environnement architecture

environnement architecture architecture environnement les fonctions du paillis organique 1 la définition du paillis organique L e paillis organique est une couche de matériaux naturels protecteurs posés sur le sol dans le but d

Plus en détail

Modélisation de la contamination chimique Projets en cours en Méditerranée

Modélisation de la contamination chimique Projets en cours en Méditerranée Modélisation de la contamination chimique Projets en cours en Méditerranée Rappel problématique générale Outils de modélisation disponibles Projets en cours en Méditerranée B. Thouvenin BE/LBCM Journée

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

L OHM «Littoral méditerranéen»

L OHM «Littoral méditerranéen» Séminaire de lancement du Labex DRIIHM Paris, 12 avril 2013 L OHM «Littoral méditerranéen» Un outil de la recherche pour éclairer les défis écologiques et les enjeux sociaux de la maîtrise de l urbanisation

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

Observer quoi? Diversité des thématiques dans les OHM.

Observer quoi? Diversité des thématiques dans les OHM. Séminaire 2014 du Réseau des OHM Labex DRIIHM Montpellier, 18-19 juin 2014 Observer quoi? Diversité des thématiques dans les OHM. Samuel ROBERT - ESPACE (UMR 7300) CNRS Aix-Marseille Université L ambition

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Définition En géomorphologie, l érosion est le processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER

Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER R. LAE F. BACHIRI A. BEN MHAMED J. BONCOEUR J.M. ECOUTIN J. HABASQUE L. TIT0 DE MORAIS J.Y. WEIGEL

Plus en détail

Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi de la tâche urbaine

Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi de la tâche urbaine Séminaire de restitution des études 2009-2010 - OHM bassin minier de Provence Aix-en-Provence, 25 juin 2010 Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ENQUETE

QUESTIONNAIRE D ENQUETE 1 QUESTIONNAIRE D ENQUETE Sujet : «Contribution à l étude des savoirs et des pratiques locaux ayant une incidence directe sur les ressources naturelles collectives : cas de la Commune RUTEGAMA et de la

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Colloque «Les sols : Hommes, érosions, climats» Versailles - Lyon 14 et 15 décembre 2011

Colloque «Les sols : Hommes, érosions, climats» Versailles - Lyon 14 et 15 décembre 2011 Colloque «Les sols : Hommes, érosions, climats» Versailles - Lyon 14 et 15 décembre 2011 «Les lombriciens, outils de gestion des agrosystèmes» Réalisation : Catherine Martin, Pascale Naim, Jean-François

Plus en détail

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Juin 2011 Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Evolution depuis 1994 et évaluation pour 2010 Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d île-de-france

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

BIODIVERSITÉ ET PROJET

BIODIVERSITÉ ET PROJET BIODIVERSITÉ ET PROJET FERROVIAIRE, COMMENT INTÉGRER LES GRANDS ENJEUX ÉCOLOGIQUES? FNE Pays de la Loire Xavier METAY 18 novembre 2014 Redon FNE et LNOBPL, quels liens? Le mouvement associatif lié à France

Plus en détail

GESTION DES CONNAISSANCES ET INTEGRATION DANS LES PROCESSUS DE DECISION

GESTION DES CONNAISSANCES ET INTEGRATION DANS LES PROCESSUS DE DECISION GESTION DES CONNAISSANCES ET INTEGRATION DANS LES PROCESSUS DE DECISION POTENTIEL DE VALORISATION DES ACQUIS ACTUELS POUR L AFRIQUE DE L OUEST ET LE SAHEL François Tapsoba Champ d analyse Connaissances:

Plus en détail

COMPOSANTE MAJEURE : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE

COMPOSANTE MAJEURE : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE ATTENTION Ce sujet est destiné aux candidats ayant choisi lors de leur inscription de composer pour cette troisième épreuve sur la composante majeure : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE. Vous devrez

Plus en détail

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Atelier Aménagement écosystémique : s inspirer des perturbations naturelles - Gaspésie Rock Ouimet, Ing.f., Ph.D.

Plus en détail

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I Mise en place d une bourse d échange d arbres I Ordre du jour I 1 - Les caractéristiques du réseau bocager 2 -

Plus en détail

Chapitre 1. La problématique santé-environnement

Chapitre 1. La problématique santé-environnement Chapitre 1 La problématique santé-environnement L environnement est reconnu aujourd hui comme un des grands facteurs qui influent sur la santé de chacun. Parmi les principales disciplines qui étudient

Plus en détail

Environnement en milieu urbain

Environnement en milieu urbain Environnement en milieu urbain Professeur Djamel Fadel Editions Al-Djazair FADEL Djamel Professeur d'université Environnement en milieu urbain 3 ème Année Licence Aménagement urbain Cours Editions Al-Djazair

Plus en détail

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques,

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, LOGO DE L'ORGANISME Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, Journée technique interrégionale sous l'égide de la CoTITA du 23 novembre 2010 Chiroptères et routes:

Plus en détail

2 ans après. Grenelle de l environnement. De: Philippe Le Magueresse, Laurent Gassie / OpinionWay BJ : 5931

2 ans après. Grenelle de l environnement. De: Philippe Le Magueresse, Laurent Gassie / OpinionWay BJ : 5931 Grenelle de l environnement 2 ans après De: Philippe Le Magueresse, Laurent Gassie / OpinionWay BJ : 5931 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Tél. : 01 78 94 90 00 Contexte et Objectifs Méthodologie

Plus en détail

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly Si les niveaux des différents polluants du trafic routier sont toujours plus importants à proximité du boulevard

Plus en détail

STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE

STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE Caractéristiques des terrains étudiés Complétez le schéma ci- dessus et le tableau ci- dessous Unité fonctionnelle A partir

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire

L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire Atelier de reflexion «La biodiversité, un plus au service des éleveurs et des forestiers» Le Caylar - 09 Juin

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT?

LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT? LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT? CONTEXTE : Lorsque la pluie tombe sur le sol, une de ces deux choses se produit avec l eau. Lorsque le sol est déjà saturé,

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Master : Écologie Végétale et Environnement

Master : Écologie Végétale et Environnement Master : Écologie Végétale et Environnement Option : Biodiversité, et écologie évolutive Option : Écologie des zones arides Option : Gestion de l environnement Option : Conservation de la Biodiversité

Plus en détail

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Stratégie Prélèvement Etude d'impact http://reseau-becquerel.in2p3.fr Les mesures de radioactivité dans l environnement Deux finalités complémentaires mais distinctes Mesures à but réglementaire

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

Les zones tampon au sein des bassins versants.

Les zones tampon au sein des bassins versants. Les zones tampon au sein des bassins versants. Diversité, complémentarité et intégration optimale Guy LE HÉNAFF Pour l équipe Pollutions Diffuses IRSTEA de Lyon-Villeurbanne Co-animateur du GT Zones tampons

Plus en détail

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur.

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Lycée ProPosition de déroulé de visite (1 h 30) Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Pour les

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec.

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec. Décontamination des propriétés isolées par la gestion du risque l usage des données biologiques et de l analyse de risques pour établir la portée des travaux pour le projet de l ancien phare de Grande-Île

Plus en détail

CONTRAT TERRITORIAL Du bassin versant de la retenue de Naussac 2012-2016. C. Roux

CONTRAT TERRITORIAL Du bassin versant de la retenue de Naussac 2012-2016. C. Roux CONTRAT TERRITORIAL Du bassin versant de la retenue de Naussac 2012-2016 C. Roux Surface du BV : 576 km² 33 communes 7 900 habitants 743 exploitations agricoles SAU : 36 000 ha 15 000 UGB Activités dominantes

Plus en détail

Les perspectives de décontamination des territoires

Les perspectives de décontamination des territoires Les perspectives de décontamination des territoires Pierre Chagvardieff, Eric Quéméneur CEA, Direction des Sciences du Vivant Fontenay-aux-Roses L accident de Fukushima: conséquences radiologiques et premiers

Plus en détail

ECOLE D ARZEW (EAZ) SECURITE INDUSTRIELLE

ECOLE D ARZEW (EAZ) SECURITE INDUSTRIELLE ECOLE D ARZEW (EAZ) INDEX THEMES DUREE PERIODE ZSEC 01 ZSEC 02 EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS EN ENTREPRISE ANALYSE DES ACCIDENTS DE TRAVAIL PAR METHODE DE L ARBRE DES CAUSES 05 Jours 05 Jours ZSEC

Plus en détail