Ecotoxicologie des sols : apports du ver de terre

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecotoxicologie des sols : apports du ver de terre"

Transcription

1 Ecotoxicologie des sols : apports du ver de terre Yvan Capowiez Laboratoire de Toxicologie Environnementale UMR Ecologie des Invertébr brés INRA/UAPV Avignon

2 Plan 1. GénéralitG ralités 2. Une étude de cas au laboratoire (effets de l imidaclopride sur le comportement) 3. Une étude de terrain (biosurveillance des milieux, le cas du verger de pommier en Provence)

3 1A. Généralités (lombriciens) - brefs rappels sur l écologie des vers - les différents types

4 Généralités s 1 * Annélides oligochètes : corps annelé,, nombre de soies limités * Morphologie : Prostomium (segment 1) (soies) Détermination : - emplacement du clitellum - forme clitellum Segment 15 : pore mâle - forme prostomium - sinon anatomie interne Vue ventrale (segment x)

5 Généralités s 2 Parmi les premiers animaux a avoir colonisé le milieu terrestre? * Respiration cutanée e de l O 2 dissous -> > nécessitn cessité d avoir l él épiderme humide * Epiderme : Aucun mécanisme m de résistance r aux pertes en eau -> > grande dépendance d vis à vis du milieu (et surtout humidité) (arrêt d activité dès s que les conditions sont négatives) n. estivation (diapause et quiescence) -> > logette * Meilleure résistance r au froid (optimum 12 (optimum 12 C C en zone tempérée sauf vers de surface)

6 Généralités s 3 Épigés s : Stratégies -> > catégories écologiques (Bouché 1971) - vivent à la surface et se nourrissent de matière organique peu décomposd composée -> > ne creusent pas (ou peu) de galeries - vers de petite taille, très s vifs et de couleurs sombres (contre la prédation), - parthénog nogénétiques (souvent), durée e de vie inférieure à 1 an -> > stratégie «r» Anéciques : - vivent en profondeur et se nourrissent de matière organique peu décomposd composée -> creusent des galeries verticales (terriers( terriers) ) et rejettent des turricules en surface - vers de grande taille, de couleurs sombres sur le dessus (contre e la prédation), - reproduction sexuée, e, peuvent vivre jusqu à 10 ans -> > stratégie «K» Endogés s : - vivent en profondeur et se nourrissent de matières organiques décomposd composées dans le sol -> > creusent des réseaux r anastomosés s et rebouchés,, vont rarement à la surface - vers de taille moyenne, de couleurs vives («( apigmentés»)) : peu de prédation - reproduction sexuée, e, vivent plusieurs années -> > stratégie «K»

7 Aporrectodea nocturna : - longueur > 10 cm - sombre sur toute la longueur ANÉCIQUE clitellum sombre

8 Allolobophora icterica : - longueur entre 5 et 10 cm - corps «zebré» blanchâtre ENDOGÉ - tête rose (clair) clitellum orangé

9 Allolobophora rosea : ENDOGÉ - longueur < 5 cm - tête rose (clair) - corps grisâtre et fin clitellum «turgescent»

10 Allolobophora caliginosa : Très variable en taille et en couleur (vraisemblablement un complexe d espèces) ENDOGÉ zone blanche clitellum gris - terne - longueur > 5 cm -tête rose - corps «grisâtre» (de gris clair au rouge vineux)

11 Lumbricus terrestris : ÉPI-ANÉCIQUE - long (>10 cm) et massif clitellum orange -tête rouge - gradient antéro-postérieur (du rouge vers le blanc) queue lancéolée

12 Lumbricus castaneus : EPIGÉ - petit (< 5 cm) - tête et corps rouge foncés (clitellum orange)

13 épigés endogés Credit as Amy Stewart anéciques Credit as Amy Stewart Graphics by I. Fabbri, UNESCO

14 Généralités s 4 * catégories écologiques -> > critères res anatomiques, morphologiques et démographiquesd * Lee and Foster (1991) -> > critères res comportementaux (galeries) = postulats (acceptés s de tous) CONCLUSION - grande valeur «heuristique» - oubli d un d aspect essentiel décrit d dès d s 1971 : ces 3 stratégies définissent d un continuum... - attention à la plasticité comportementale (cas de L. terrestris)

15 1B. Rôles attribués aux lombriciens Pourquoi s intéresser aux vers de terre?

16 Intérets des lombriciens en écotoxicologie * Sol = réceptacle r des pesticides * Ubiquistes, «faciles» à déterminer et à dénombrer ECOTOX. * En contact avec la solution du sol (partie «biodisponible») * Aire de dispersion réduiter => Organisme modèle en écotoxicologie (norme européenne) enne) * Rôle central dans l écosyst cosystème du sol * Impliqués s dans la «fertilité biologique» des sols AGRONOMIE

17 Rôles des VdT 2 Un des premiers a s être s intéress ressé aux vers... Charles Darwin en 1882 livre «Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétalev» - tous les 10 ans, les 10 premiers centimètres tres de la surface de la terre sont passés s dans le tube digestif des vers! - comportement de prise des feuilles à la surface du sol (en fonction de leur forme) - géologie/archéologie : enfouissement des monuments anciens! - défaut : espèce de ver étudié non déterminée...

18 Rôles des VdT 3 Ver de terre, ingénieur de l écosystème (Lavelle 2001) * Jones et al (1994) -> > définition d des «ecosystem engineers» * plusieurs types (effets sur les ressources, sur les interactions entre espèces ou sur le milieu) * exemple : le castor -> Limites de cette définition? Valeur heuristique? Espèce clef de voûte?

19 Rôles des VdT 4 «INGÉNIEUR NIEUR DE L ÉCOSYST COSYSTÈME : vision idéale» Racine CO 2 Rejet Eau O 2 ; Mat. Org. eau, O 2 Rejet } création de micro-sites favorables aux micro-organismes organismes * Influence des vers de terre : - physique (transferts) GALERIES et REJETS - chimique (cycles biogéochimiques) ochimiques) ENFOUISSEMENT MAT.ORG. - biologiques (des racines aux micro-organismes) organismes) INTERACTIONS Remarque 1 : principalement vers anéciques et endogés Remarque 2 : échelle spatiale et temporelle

20 Rôles des VdT 5 Vision «réaliste» (biblio) * Création de galeries -> > infiltration / érosion (mais rebouchage) anécique vs. endogés -> > aération a du sol (volume faible < 5%) -> > voie de pénétration p pour les racines -> «tapissées» de matière organique ou de rejets (vers an microsites favorables («sleeping beauty paradox») * Rejets = «mini fermenteurs» -> «protège» la matière organique -> > stabilité dans le temps (dépend de l âge) l (vers anéciques) * Agrégats gats et compaction -> > effets négatifs n de Pontoscolex en Amazonie

21 Rôles des VdT 6 Vision «réaliste» (biblio) suite... * Interactions -> > micro-organismes organismes : prédation, symbiose (enzymes), création de micro-sites favorables et transport -> > racines : effet des galeries vs effet des exsudats ; interactions avec les nodosités s (au labo) -> > autres : peu d études mais effet positif sur biomasse et biodiversité * Cycles biogéochimiques ochimiques : matières organiques -> > dans tube digestif : effet mécanique, m biologique et chimique -> > dans les rejets (casts( casts) ) : «external rumen» -> «coprophagie»

22 Rôles des VdT 7 Vision désenchantd senchantée e... * Ecosystème du sol est complexe (beaucoup d interactions) d La vraie question n est pas le phénomène (effet des vers) existe-t-il? mais plutôt qu elle est la pertinence (agronomique ou non) de cet effet? * Un paramètre important, c est c l activitl activité des vers (et pas seulement leur présence) - creusement de galeries (leur utilisation et leur forme) - enfouissement de la matière organique, production (et localisation) de rejets

23 1C. Spécificités liées à l écotoxicologie terrestre

24 POLLUTION DES SOLS * Pollutions en général g moins diffuses - sites industriels ou miniers (PCB, HAP, ETM) - parcelles agricoles (pesticides) - abords d autoroute d ou d aérodromes d (Pb( Pb,, HAP) * Mais il existe une pollution diffuse (atmosphérique) Cas des pesticides : pas seulement la dérive d mais aussi la volatilisation (longtemps sous-estim estimée) e) (notre connaissance évolue avec les progrès s technologiques et l existence l d observatoires d!)

25 * D un D point de vue physique, le sol est un milieu complexe et non homogène review de Young & Crawford, Numéro spécial de Science «Soils- The final frontier» (2004) * D un D point de vue biologique, la biodiversité de la faune du sol reste une énigme (Lavelle et al. 2001) -> > multiplicité des niches (hypothèse)

26 CONSEQUENCES (en écotox.) A. Le devenir des polluants dans le sol est plus complexe B. L exposition L des organismes peut être très s variable et dépendre de l habitat l et du mode de vie des organismes

27 A. Le devenir des polluants * Devenir des polluants dans les sols = f ( -Volatilisation - Adsorption - (Bio)dégradation / Spéciation - Lixiviation ) Molécules organiques * Il existe des modèles (mais qui ne prennent jamais en compte la variabilité spatiale (horizontale)) ETM * Dans les faits, on raisonne avec des paramètres généraux g (K oc et DT 50 ) * Utilisation de molécules marquées -> > coût t et volume représentatif

28 Une illustration de l importance l du devenir Toxicité du plomb sur Eisenia fetida dans des sols différents rents Lanno (2004) in EES Les «sols artificiels» ne sont pas, non plus, une solution (reproductibilité vs réalisme) r

29 Habitat et exposition * Tous les organismes ne sont pas exposés s de la même manière - les arthropodes ne vivent pas forcément au contact avec la solution du sol + présence d une d cuticule - les communautés s de m.o. ont également des expositions variées - chez les lombriciens,, l exposition l (et les voies de contamination?) dépend de la catégorie écologique

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses

Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses Olivier ATTEIA - Jean-Louis CRABOS Roubaix 10 mai 2012 Le Réseau Aquitain sur la Pollution

Plus en détail

Chapitre 1. La problématique santé-environnement

Chapitre 1. La problématique santé-environnement Chapitre 1 La problématique santé-environnement L environnement est reconnu aujourd hui comme un des grands facteurs qui influent sur la santé de chacun. Parmi les principales disciplines qui étudient

Plus en détail

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur.

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Lycée ProPosition de déroulé de visite (1 h 30) Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Pour les

Plus en détail

DESSIN. Le point. La ligne CONCEPTS DE BASE SUR LA FORME

DESSIN. Le point. La ligne CONCEPTS DE BASE SUR LA FORME DESSIN CONCEPTS DE BASE SUR LA FORME Le point En géométrie, un point est le plus petit élément constitutif de l'espace géométrique, c'est-à-dire un lieu au sein duquel on ne peut distinguer aucun autre

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Avantages et inconvénients des voitures hybrides

Avantages et inconvénients des voitures hybrides NIVEAU 7 Les voitures hybrides sont de plus en plus populaires. Dans la présente leçon, les élèves compareront les coûts et les avantages avec ceux des voitures à essence. Ils examineront aussi les répercussions

Plus en détail

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I Mise en place d une bourse d échange d arbres I Ordre du jour I 1 - Les caractéristiques du réseau bocager 2 -

Plus en détail

Aménagements favorisant la biodiversité

Aménagements favorisant la biodiversité Aménagements favorisant la biodiversité 2013-2018 Programme d appui en agroenvironnement Volet 1 Interventions en agroenvironnement par une exploitation agricole Objet de l aide financière Appuyer les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable

Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable Objectifs pédagogiques : - Prendre conscience des impacts sur l Homme et l environnement de chaque étape de cycle de vie d un produit - Savoir comment

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Sur 28 échantillons analysés. 21 échantillons de GNR 7 échantillons de FOD

Sur 28 échantillons analysés. 21 échantillons de GNR 7 échantillons de FOD L analyse de qualité du GNR et du FOD et Les critères d une bonne tenue au froid Suite à l enquête i «GNR et GRAND FROID» menée par le BCMA en février dans les départements les plus touchés par la vague

Plus en détail

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous :

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous : L oxygène dissous Pourquoi l'oxygène dissous est-il important? L air que nous respirons contient de l oxygène (O 2 ), c est bien connu. Il y en a aussi dans les cours d eau, suite au contact entre l air

Plus en détail

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé 1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé Source : Thierry Caquet, Inra, Le Croisic 2009 Mis en œuvre à l origine pour des utilisations en écologie, les écosystèmes aquatiques

Plus en détail

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE?

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? F R A N Ç O I S E B E R T H O U D G D S E C O I N F O / C N R S w w w. e c o i n f o. c n r s. f r F r a n c o i s e. B e r t h o u d @ g

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS La triade de l écotoxicologie Milieu physique (eau ou sédiment) EXPOSITION Organisme

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Arrivés au bord de l eau, vous pouvez faire des mesures de température, de ph. Ce sont des mesures ponctuelles qui donne la qualité de la rivière à un instant précis.

Plus en détail

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques

Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Identification des situations à risque de contamination microbienne des eaux : intérêt des méthodes optiques Marie-Florence Thomas Ecole des Métiers de l Environnement Situation à risques Situation à risque

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Présentation ORDIMIP 16 nov 2005. Projet d un d. res sur l Echezl. biocentre à Bordères

Présentation ORDIMIP 16 nov 2005. Projet d un d. res sur l Echezl. biocentre à Bordères Présentation ORDIMIP 16 nov 2005 Projet d un d biocentre à Bordères res sur l Echezl SOMMAIRE 1. GRS VALTECH en quelques mots 2. Le projet de Bordères res sur l Echezl : choix du site 3. Description du

Plus en détail

COMPOSANTE MAJEURE : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE

COMPOSANTE MAJEURE : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE ATTENTION Ce sujet est destiné aux candidats ayant choisi lors de leur inscription de composer pour cette troisième épreuve sur la composante majeure : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE. Vous devrez

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie?

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Durée Matériel Objectifs Compétenc es Lexique 1 heure Pour chaque groupe : - un ordinateur connecté à Internet (si cela n est pas possible, distribuer

Plus en détail

BIODIVERSITÉ ET PROJET

BIODIVERSITÉ ET PROJET BIODIVERSITÉ ET PROJET FERROVIAIRE, COMMENT INTÉGRER LES GRANDS ENJEUX ÉCOLOGIQUES? FNE Pays de la Loire Xavier METAY 18 novembre 2014 Redon FNE et LNOBPL, quels liens? Le mouvement associatif lié à France

Plus en détail

5.4 L art et l argent

5.4 L art et l argent 5.4 L art et l argent Lors de Show Math, on a montré que, souvent, l art et les mathématiques se rencontrent, que ce soit avec Esher et la peinture ou avec la musique et les techniques de reproduction

Plus en détail

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer NIVEAU DISCIPLINE CAPACITÉ COMPÉTENCE MOTS CLÉS ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer 1. TITRE : TRIER

Plus en détail

Exercices de révision pour l examen 2

Exercices de révision pour l examen 2 Exercices de révision pour l examen 2 1) Lors d une étude sur la rainette aux yeux rouges (une grenouille vivant au sud du Mexique), nous avons observé un échantillon de 150 grenouilles pour mesurer la

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

lumière blanche flash électronique

lumière blanche flash électronique 3. La lumière Le mot photographie veut dire «dessiner avec la lumière». La qualité de la lumière est donc très importante et primordiale. On utilise de la lumière naturelle que l on nomme aussi «lumière

Plus en détail

Thème 4 : LA PROTECTION SOLAIRE. Votre protection solaire devra impérativement être SELECTIVE, minimisant ainsi tout risque péjoratif.

Thème 4 : LA PROTECTION SOLAIRE. Votre protection solaire devra impérativement être SELECTIVE, minimisant ainsi tout risque péjoratif. Thème 4 : LA PROTECTION SOLAIRE Votre protection solaire devra impérativement être SELECTIVE, minimisant ainsi tout risque péjoratif. LE SOLEIL OUI MAIS! Non,ce n est pas encore une interdiction,mais une

Plus en détail

Chapitre 1 : habiter notre environnement

Chapitre 1 : habiter notre environnement Chapitre 1 : habiter notre environnement Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 1

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE

STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE STI2D ANALYSE COMPARATIVE DE CYLE DE VIE TERRAIN EN GAZON NATUREL OU SYNTHETIQUE Caractéristiques des terrains étudiés Complétez le schéma ci- dessus et le tableau ci- dessous Unité fonctionnelle A partir

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

BTS Métiers des Services à l Environnement

BTS Métiers des Services à l Environnement BTS Métiers des Services à l Environnement Programme de la formation Connaissance des milieux professionnels 1 - Définitions générales 2 - Organisation administrative de la France ; les pouvoirs publics

Plus en détail

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 23 février 2005, Drummondville Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation Odette MÉNARD, M.Sc. Génie, ing.,

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Compétences transversales mobilisés. Disciplines et savoirs essentiels travaillés DESSINE-MOI UN VER!

Compétences transversales mobilisés. Disciplines et savoirs essentiels travaillés DESSINE-MOI UN VER! DESSINE-MOI UN VER! Thème : Vers de terre / anatomie Objectif pédagogique : formuler des questions et hypothèses et y répondre à l'aide de la méthode scientifique Matière : Sciences et technologies Cycle

Plus en détail

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail?

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Nathalie Cortial Vivien, 2013 1 De la prévention du stress à la qualité de

Plus en détail

SURFRIDER FOUNDATION EUROPE & FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT. Attirent l attention de Mesdames et Messieurs les Députés Européens sur

SURFRIDER FOUNDATION EUROPE & FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT. Attirent l attention de Mesdames et Messieurs les Députés Européens sur SURFRIDER FOUNDATION EUROPE & FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Attirent l attention de Mesdames et Messieurs les Députés Européens sur La proposition modifiée de directive du Parlement européen et du Conseil

Plus en détail

Les Moteurs Pas a Pas. Gerard Yvraut

Les Moteurs Pas a Pas. Gerard Yvraut Les Moteurs Pas a Pas Gerard Yvraut Les moteurs Pas à Pas Pourquoi des moteurs Pas à Pas. Types de Moteurs Pas à Pas Moteurs Unipolaires et Bipolaires Electronique typique de commande Alimentation Couple

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Séquence pédagogique

Séquence pédagogique Séquence pédagogique Les matériaux de l espace L ensemble des questions concerne à la fois les sciences de la vie et de la Terre et la physique-chimie, dans le cadre des thèmes de convergence que sont

Plus en détail

les capacités à évaluer en situation

les capacités à évaluer en situation TITRE : LE DEVENIR DES FEUILLES MORTES FICHE PROFESSEUR classe : Niveau 6 durée : Une séance de 30 minutes la situation-problème «Suite à une promenade en forêt, des élèves de 6 font le constat suivant

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes : Annexes

Projet de Fin d Etudes : Annexes Projet de Fin d Etudes : Annexes Création d un outil informatique d Analyse du Cycle de Vie des matériaux dans le Auteur : Manuel VACCARA, 5ème année Génie Civil, INSA Strasbourg Tuteur entreprise : Samuel

Plus en détail

Environnement en milieu urbain

Environnement en milieu urbain Environnement en milieu urbain Professeur Djamel Fadel Editions Al-Djazair FADEL Djamel Professeur d'université Environnement en milieu urbain 3 ème Année Licence Aménagement urbain Cours Editions Al-Djazair

Plus en détail

Collège (4 ème, 3 ème )

Collège (4 ème, 3 ème ) Collège (4 ème, 3 ème ) ProPosition de déroulé de visite (1 h 30) Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Un four pilote sous contrôle : de la mesure au contrôle du

Un four pilote sous contrôle : de la mesure au contrôle du E N S I A Un four pilote sous contrôle : de la mesure au contrôle du procédé. SOMMIER Alain, DOUIRI Imen ENSIA-UMR Génial 1, av. des Olympiades 91744 Massy CEDEX sommier@ensia.inra.fr ensia.inra.fr Sommaire

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise

Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise son exposition annuelle tous les deux ans dans les

Plus en détail

Une technique de pointe pour mesurer le succès des revitalisations

Une technique de pointe pour mesurer le succès des revitalisations Une technique de pointe pour mesurer le succès des revitalisations La création d îlots de graviers dans les rivières peut contribuer au succès de leur revitalisation par leur effet favorable sur les échanges

Plus en détail

BIO-SURVEILLANCE Applications aux milieux terrestres de Nouvelle- Calédonie. Hervé Jourdan /Laurent Lhuillier

BIO-SURVEILLANCE Applications aux milieux terrestres de Nouvelle- Calédonie. Hervé Jourdan /Laurent Lhuillier BIO-SURVEILLANCE Applications aux milieux terrestres de Nouvelle- Calédonie Hervé Jourdan /Laurent Lhuillier Rappels BIOSURVEILLANCE L utilisation des réponses àtous les niveaux d organisation biologique

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013 3 Dames 3. Objectif Il s agit d écrire un programme jouant aux Dames selon les règles. Le programme doit être le meilleur possible. Vous utiliserez pour cela l algorithme α β de recherche du meilleur coup

Plus en détail

Le dessin technique. Le dessin technique doit être compris par tous. Pour cela, il doit y quelques règles de présentation.

Le dessin technique. Le dessin technique doit être compris par tous. Pour cela, il doit y quelques règles de présentation. 1/5 Le dessin technique ou dessin industriel est un élément essentiel de la communication technique. Il s agit d un ensemble de conventions de représentation des objets qui assurent que l objet produit

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION INTRODUCTION : Nos organes consomment des nutriments qu ils prélèvent dans le sang au niveau des capillaires sanguins. D où proviennent les nutriments dont nos

Plus en détail

Leçons d échecs 8 ans et plus

Leçons d échecs 8 ans et plus Partenaire de la Fédération Française des Echecs Leçons d échecs ans et plus Leçon Le but du jeu Les échecs se jouent à deux sur un plateau carré de cases blanches (ou claires) et noires (ou foncées) qu

Plus en détail

Zoo Basel Massive Monckies

Zoo Basel Massive Monckies Zoo Basel Massive Monckies Dario photographe Cedric correcteur Jérémie critique Guillaume critique Aurélien secrétaire Katia chef informatique Arbre phylogénétique de quelques vertébrés Synthèse de la

Plus en détail

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique Octobre 2010 BVA / Orange / Forum d Avignon Les Français et la culture numérique Ce sondage est réalisé par pour et le et sera présenté lors du du 4 au 6 novembre Contact BVA : Céline Bracq Directrice

Plus en détail

Gamme de produits écologiques certifiés, distribuée par Multifonction. produits certifiés

Gamme de produits écologiques certifiés, distribuée par Multifonction. produits certifiés Gamme de produits écologiques certifiés, distribuée par Multifonction produits certifiés Une nouvelle marque de produits éco-conçus et responsables Fabrication 100% française Une vraie fabrication française

Plus en détail

MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU

MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU Présenté à la Commission de l environnement de la Communauté Métropolitaine

Plus en détail

Le sol est vivant. Importance des sols. Les sols, constituants inertes et êtres vivants. Champignons conocybes

Le sol est vivant. Importance des sols. Les sols, constituants inertes et êtres vivants. Champignons conocybes Le sol est vivant Champignons conocybes Les conocybes sont des champignons de la famille des Bolbitiacées. Cette famille comporte plusieurs genres dont les caractères de détermination principaux résident

Plus en détail

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE»

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020 Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» 1- Contexte et objet de l appel à projets La France, en tant que Partie

Plus en détail

Master : Écologie Végétale et Environnement

Master : Écologie Végétale et Environnement Master : Écologie Végétale et Environnement Option : Biodiversité, et écologie évolutive Option : Écologie des zones arides Option : Gestion de l environnement Option : Conservation de la Biodiversité

Plus en détail

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010 Sous-titre - date De la reconstitution des sols à la re-végétalisation Rencontres professionnelles de RITTMO - 22 avril 2010 Etat des besoins des collectivités

Plus en détail

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Maurice TSALEFAC Professeur des Universités Vice Doyen FLSH Université de Dschang 1 Historique Standards sociaux et environnementaux

Plus en détail

Les données du registre parcellaire graphique (RPG) apports et limites. Formation QGIS, module 1-3

Les données du registre parcellaire graphique (RPG) apports et limites. Formation QGIS, module 1-3 Les données du registre parcellaire graphique (RPG) apports et limites Formation QGIS, module 1-3 Formation QGIS, module 1-3, le RPG 1 Le RPG: plan de l intervention Le registre parcellaire graphique:

Plus en détail

Droles de champignons!

Droles de champignons! Les Rendez-vous de l Automne Du 19 au 27 octobre 2013 Droles de champignons! Ce livret appartient à :... Un champignon, c est quoi? Le champignon est un être vivant :, il n appartient ni aux végétaux,

Plus en détail

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD?

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Novembre / Décembre 2008 Par Caroline Gérard Chaque sujet de recherche inscrit dans un appel

Plus en détail

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN.

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. GESTION DES TECHNOLOGIES EMERGENTES Recommandations issues des projets sur les énergies marines renouvelables

Plus en détail

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes»

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» La pollinisation: un service écosystémique basé sur des réseaux d interactions complexes Isabelle

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ENQUETE

QUESTIONNAIRE D ENQUETE 1 QUESTIONNAIRE D ENQUETE Sujet : «Contribution à l étude des savoirs et des pratiques locaux ayant une incidence directe sur les ressources naturelles collectives : cas de la Commune RUTEGAMA et de la

Plus en détail

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL?

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Introduction Les bases de données NoSQL sont devenues un sujet très à la mode dans le milieu du développement web. Il n est pas rare de tomber sur

Plus en détail

La vie en mouvement : Homobilis vs Animobilis

La vie en mouvement : Homobilis vs Animobilis Fiche activité 8 La vie en mouvement : Homobilis vs Animobilis Conçue par la FRAPNA et adaptée par Christine BOBIN Académie de Dijon Les animaux ont besoin de se déplacer pour se nourrir, se reproduire

Plus en détail

Gestion de Projets PeiP2 partie 2

Gestion de Projets PeiP2 partie 2 Gestion de Projets PeiP2 partie 2 Jean-Louis Lefèvre jean-louis.lefevre@univ-lyon1.fr Polytech Lyon 2015 GESPRO 2 PeiP2 JL Lefèvre p1/40 La gestion de Projets La planification consiste à définir l enchaînement

Plus en détail

CELEBRONS LA SAINTETE

CELEBRONS LA SAINTETE CELEBRONS LA SAINTETE COMMENT DEBUTER UN PETIT GROUPE 1 Qu est-ce qu un petit groupe? Un petit groupe dans l église fait référence à un groupe de neuf à douze personnes qui se réunit régulièrement dans

Plus en détail

Avertissement. Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme

Avertissement. Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme Avertissement Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme Si vous fouillez un peu dans votre appareil photo, vous êtes surement déjà tombé sur un graphique un peu

Plus en détail

DOSSIER : LA GRAVITATION

DOSSIER : LA GRAVITATION DOSSIER : LA GRAVITATION Les planètes Pourquoi les planètes restent-elles autour du Soleil? Le Soleil est situé au centre du système solaire. Huit planètes (Mercure, Vénus Terre, Mars, Jupiter, Saturne,

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Déchets marins

Consensus Scientifique sur. les. Déchets marins page 1/6 Consensus Scientifique sur Source : GESAMP (2010) les Déchets marins Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - La production mondiale de plastiques augmente et cette hausse s accompagne d une augmentation

Plus en détail

L ouverture. Un petit rappel peut-être?

L ouverture. Un petit rappel peut-être? L ouverture L ouverture ce n est pas le plus facile à appréhender parmi les 3 éléments, mais une fois que vous aurez compris cette partie, le reste vous paraîtra plus facile. Et surtout, l ouverture et

Plus en détail