PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE"

Transcription

1 Département Calvados Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE RT DSD 10015EZ phase MLU rév2 A : Gennevilliers Le : 09/05/2011 Agence Seine Normandie Siège Social 11 bis, rue Gabriel Péri CS Vandoeuvre-lès-Nancy cedex Fax Antenne Normandie Ile-de-France 1690 rue A.Briand BP rue Alexandre Bât.E Petit-Couronne Gennevilliers cedex : : Fax Fax : :

2 FICHE SIGNALETIQUE CLIENT Raison sociale Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne (IIBO) Coordonnées 23, Bd Bertrand BP CAEN CEDEX Destinataire Monsieur E HENAFF Nombre d exemplaires remis 1 Pièces jointes - Date de remise du document Mars 2012 Lieu d intervention et département Ver-sur-Mer (14) Famille d activité Collectivité Milieu Environnement DOCUMENT Nature du document Rapport Nomenclature du document RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU Révision 2 CONTROLE QUALITE Nom : Fonction : Date : Signature : Rédigé Marc LOUVRIER Chargé d affaires Vérifié Sylvie CARDINAUD Responsable Délégation IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 2/22

3 S O M M A I R E I. Contexte 4 II. Descriptif de la zone de baignade 5 II.1. La zone de baignade et son environnement 5 II.2. Historique 7 II.3. Contexte météorologique 8 III. Inventaire des sources de pollution 10 IV. Diagnostic 11 IV.1. Eaux usées domestiques 11 IV.2. Eaux pluviales 14 IV.3. Cours d eau 15 IV.4. Pollution diffuse sur site 16 V. Gestion de court terme actions de long terme 18 V.1. Mesures de gestion des pollutions à court terme 18 V.2. Plan d action 21 IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 3/22

4 I. CONTEXTE La directive européenne n 2006/7/CE, concernant la gestion de la qualité des eaux de baignades, transposée en droit français, impose la réalisation par les gestionnaires de «profils de vulnérabilité des eaux de baignade». Cette directive modifie également la définition des classes de qualité des eaux de baignade, introduisant un mode de calcul prenant en compte l historique de la plage sur 5 ans. Le code de la santé publique définit le cadre réglementaire des profils, et la circulaire n DGS/EA4/2009/389 en présente le contenu et les modalités d élaboration. Toutes les eaux de baignades doivent être dotées d un profil, mais on constate que selon le nouveau mode de calcul, appliqué aux données , certaines plages situées entre Ouistreham et Tracy-sur-Mer dans le Calvados sont susceptibles d être classée en qualité «insuffisantes». Ce risque implique la réalisation d une étude approfondie sur l ensemble du littoral concerné, étude qui a pu être réalisée grâce à la mutualisation des moyens des communes concernées et le pilotage de l Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne. Une étude globale des sources et des transferts de pollution sur l ensemble du territoire concerné a ainsi été menée, qui fait l objet d un rapport séparé. La zone d étude générale a ainsi été étendue à l ensemble de la zone couverte par le SAGE Orne aval Seulles. L ensemble des communes littorales a été étudié de manière plus approfondie. Le présent document détaille les résultats de l étude concernant la baignade : Boulevard de la Plage à Ver-sur-Mer La description des méthodologies employées ainsi que les résultats complets de l étude sont disponible dans le document «Rapport de phase 1» IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 4/22

5 II. DESCRIPTIF DE LA ZONE DE BAIGNADE II.1. LA ZONE DE BAIGNADE ET SON ENVIRONNEMENT Boulevard de la Plage à Ver-sur-Mer Ouverture (surveillance de la baignade) juillet-août, de 10h30 à 12h30 et de 14h00 à 18h30. Dimensions : Longueur 200m ; Largeur 150m ; Pente variable : subhorizontale (zone basse) et 2-5% (zone haute). Nature de la plage : plage sableuse, digue circulable en arrière de la plage. Equipements : Poste de secours, toilettes, douches. Absence de végétation aquatique permanente Plage située en zone urbaine. L accès des chiens et chevaux est autorisé hors période de baignade. Des parcs de stationnement sont disponibles à proximité de la zone de baignade. IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 5/22

6 Localisation de la plage (point de suivi) IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 6/22

7 II.2. HISTORIQUE L Agence Régionale de Santé ARS (ex DRASS) assure un suivi de la qualité bactériologique des eaux de baignade, dont les résultats sont présentés ci-dessous : intestinaux La qualité de la baignade est remarquablement stable depuis 2006 (qualité B), avec des résultats 2010 améliorés, se traduisant par un passage à la classe de qualité A. IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 7/22

8 L application de la méthode de calcul de la nouvelle directive européenne aurait abouti aux résultats suivants : De qualité «suffisante» jusqu en 2007 en raison de résultats moyens en particulier sur E Coli, la qualité s est améliorée depuis avec un passage en qualité «bonne». Cette qualité devrait être conservée en 2011, sauf mauvais résultats sur les entérocoques. Le passage en qualité «excellente» nécessiterait une amélioration franche et durable des résultats. Remarque : les classements pour la saison 2011 sont donnés au paragraphe 1.2. du rapport de phase 2 de l étude des profils. II.3. CONTEXTE METEOROLOGIQUE Les données météorologiques de pluie issues des radars MétéoFrance ont été exploitées sur la période , pour les périodes estivales (11/06 au 10/09) : Les fréquences d apparition de précipitations journalières sont les suivantes : Fréquence d apparition de précipitations journalières : Hauteur de précipitation en mm/24h Fréquence d apparition 1 mm 30 % 5 mm 10 % 10 mm 5 % 15 mm 2,2 % La fréquence d apparition mensuelle d événements pluvieux sur des durées de 3h (pluies orageuses) a également été calculée (fréquences calculées sur 5 saisons, la valeur statistique de ces données doit donc être prise avec précaution) Fréquence d apparition de précipitations de durée 3h : Hauteur de précipitation en mm/3h Nombre moyen d événements par mois 5 mm 2 10 mm 0,5 15 mm 0,2 IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 8/22

9 Enfin, la fréquence d apparition des vents, par direction et par force, a été calculée sur les mois d été (période 11/06 au 10/09, années ) : Rose des vents à Caen Carpiquet, période estivale, années ; Fréquence d'apparition en pourcentage \ 0 14, ,0 10, ,0 6,0 60 Vitesse en m/s 4,0 Sup ,0 0,0 80 Entre 3 et 6 Entre 0.5 et Cette rose des vents en conditions estivales montre bien la prédominance de deux types de vents : des vents de régime d Ouest (Sud-Ouest à Nord-Ouest) liés au passage de perturbations, et brises solaires (vents de Sud-Ouest et de Nord-Est). La forte présence de vents de Sud-Ouest, généralement accompagnés de pluies continues (front chaud de la perturbation océanique), étant liée à leur apparition dans les deux cas de figure. Elle montre également la rareté des vents de Sud-est. IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 9/22

10 III. INVENTAIRE DES SOURCES DE POLLUTION Le profil doit recenser et évaluer toutes les sources de pollution potentielles des eaux de baignade. Un état des lieux a donc été réalisé sur l ensemble des communes littorales. Ce recensement complet est présenté dans le document général, commun à toutes les baignades de Ouistreham à Tracy-sur-Mer. Les sources de pollutions potentielles concernées sont : Eaux usées domestiques : o Rejets de station d épuration ; o Mauvais branchements avec rejets directs au réseau pluvial et/ou au milieu ; o Assainissement non collectif ; o Rejets accidentels ou épisodiques liés aux surverses de postes de refoulement ; Eaux pluviales : o Rejets liés au ruissellement de l eau de pluie sur les surfaces imperméabilisées urbaines ; Pollution issue des cours d eau / bassin versant amont o Pollution issue du drainage des surfaces agricoles et urbaines, des élevages et des industries agro-alimentaires situés dans la zone d influence rapprochée à l amont de la zone littorale ; Les deux sources de pollution précédentes sont directement liées à la pluviométrie. Les niveaux de rejets ont été déterminés par modélisation sur la saison De manière qualitative, on peut distinguer différentes intensités de pluies en fonction de la hauteur de précipitation journalière : - Faible pluviométrie : jusqu à 10 mm - Pluviométrie moyenne : 15 à 25 mm - Forte pluviométrie : supérieur à 30 mm Pollution diffuse sur site o Fréquentation par les baigneurs ; o Chiens, chevaux, faune sauvage (oiseaux, ). Dans le chapitre IV ci-après ne sont reprises que les sources de pollution identifiée comme susceptibles de dégrader la qualité des eaux de baignade. IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 10/22

11 IV. DIAGNOSTIC Les sources de pollution potentielles listées ci-avant ont fait l objet d une évaluation impliquant notamment des modélisations. Ces études ont permis de préciser leur réel impact sur les zones de baignade. Les méthodologies employées et les résultats sont détaillés dans le rapport général commun à toutes les zones de baignade. Dans le cas de la plage : Boulevard de la Plage à Ver-sur-Mer, Ces études ont montré les impacts potentiels suivants, en fonction des conditions : (pour mémoire, une situation de pollution de court terme correspond à une concentration en E Coli dans les eaux de baignade supérieure à UFC / 100 ml, ou 370 UFC / 100 ml pour les entérocoques intestinaux). NOTA : Les cartes des pages suivantes illustrent les situations de pollution en représentant l étendue probable du panache des rejets. Précision sur les flux : Les flux de d Escherichia coli correspondent à la quantité de ces bactéries qui sont rejetées en mer pendant une heure. Ils sont exprimés en puissances de 10 (voire en unités log) : Ecoli/h égale 10 3 E coli/h (ou encore 3 unités log/h) Pour information, un être humain rejette environ 10 9 E coli/jour. IV.1. EAUX USEES DOMESTIQUES Les rejets d eaux usées domestiques suivants ont un impact potentiel sur la qualité des eaux de baignade : Rejets de la station d épuration de Graye (rejet en mer via l émissaire du marais de Graye) : - en fonctionnement normal, l impact du rejet est négligeable ; - en cas de dysfonctionnement très grave (rejet direct des effluents bruts pendant 12h), impact pouvant atteindre 500 E Coli / 100 ml, par vent de sud-est uniquement. IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 11/22

12 Débordement ponctuel d un poste de refoulement à Ver sur Mer (10 m 3 d eaux usées brutes) avec rejet par l exutoire de la Provence : - dégradation de la qualité de l ordre de à E Coli / 100 ml, selon le vent, les vents d ouest réduisant légèrement ce niveau (500 à E Coli / 100 ml) ; (résultat pour un flux horaire proche de E Coli / h, soit 2 fois supérieur à l illustration cidessous) Impact d un débordement limité de poste Rejets de la station d épuration de Ver : - en fonctionnement normal, l impact du rejet est négligeable ; - en cas de dysfonctionnement très grave (rejet direct des effluents bruts pendant 12h), impact pouvant atteindre à E Coli / 100 ml, selon les conditions de vent IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 12/22

13 Remobilisation de mauvais branchements du secteur ouest avec rejet à l émissaire du Paisty Vert : - en cas d apports importants (gestion des vannages de la Provence) d eau de la Provence vers le Paisty Vert, la remobilisation des pollutions des installations non conformes débouchant dans le marais, l impact peut atteindre 200 à 300 E Coli / 100 ml, par vent nul ou d ouest (limité à 100 E Coli / 100 ml dans les autres cas) ; 230 Boulevard de la plage Impact du rejet du Paisty Vert (valeurs à diviser par 10 pour déterminer l impact des mauvais branchements) IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 13/22

14 IV.2. EAUX PLUVIALES Réseau pluvial de Ver sur Mer exutoire de la Provence : la modélisation de l impact des rejets pluviaux à l exutoire de la Provence montre un impact potentiel sur la qualité des eaux de baignade, significatif en cas de pluie de longue durée (>12h) et quel que soit le vent : dégradation de l ordre de 150 à 300 E Coli / 100 ml selon le vent. (faible pour une pluie de courte durée). Impact du rejet des eaux pluviales par la Provence (cas d une pluie importante de longue durée) Réseau pluvial de Ver sur Mer exutoire du Paisty Vert : le bassin versant réduit et la stagnation dans le marais limitent fortement l impact sur la qualité des eaux de baignade. IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 14/22

15 IV.3. COURS D EAU La Seulles : - La modélisation des flux de la Seulles et de leur diffusion en mer montre une absence d impact à cette distance de l estuaire. La Provence : - La modélisation des flux de la Provence et de leur diffusion en mer montre un impact limité, équivalent à celui des réseaux pluviaux se jetant dans la Provence : dégradation de la qualité de l ordre de 150 à 300 E Coli / 100 ml selon le vent, et dans des conditions de pluviométrie très importantes (40 à 50 mm sur le bassin versant, dans les 48h précédentes). - Dans des conditions de pluviométrie moins exceptionnelles (10 à 20 mm sur le bassin versant, dans les 48h précédentes), l impact est très limité, 30 à 60 E Coli / 100 ml selon le vent. Impact de la Provence lors d un événement pluviométrique très important IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 15/22

16 IV.4. POLLUTION DIFFUSE SUR SITE L estimation des apports de pollution sur site montre les potentiels de pollution suivants (valeurs hautes) : Origine de la pollution Potentiel de pollution, en E Coli / 100ml (valeurs approchées) Baigneurs 10 Chevaux 5 Chiens 5 Total 20 IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 16/22

17 Sources de pollution susceptibles de dégrader la qualité bactériologique de la plage de Ver sur mer (Boulevard de la plage) : Marais Zone de baignade Rouge : Impact potentiel sur la plage très important Orange : Impact potentiel sur la plage assez important Jaune : Impact potentiel sur la plage moyen Vert : Rejet permanent à impact minimal sur la plage STEP : Station d épuration des eaux usées DO : Déversoir d Orage (ouvrage permettant de délester les réseaux d assainissement par temps de pluie vers le milieu naturel) R1, R2 : Numérotation des rejets en mer (Numérotation de l ARS par commune) IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 17/22

18 V. GESTION DE COURT TERME ACTIONS DE LONG TERME V.1. MESURES DE GESTION DES POLLUTIONS A COURT TERME Une pollution à court terme est définie à l article D du code de la santé publique comme étant une contamination microbiologique affectant la qualité de l eau de la baignade pendant moins de 72 heures, non «exceptionnelle» (risque de retour >5 ans) et dont les causes sont aisément identifiables. Les risques de pollution à court terme correspondent à des événements susceptibles d entraîner une pollution microbiologique dépassant une des valeurs seuils proposées par l agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (AFSSET devenue ANSES) sur les indicateurs Escherichia coli et entérocoques intestinaux. Ces seuils sont pour les eaux de mer : 370 UFC / 100mL (entérocoques intestinaux) et UFC / 100mL (Escherichia coli). Les mesures de gestion contre les pollutions à court termes identifiées au chapitre IV découlent directement des conditions d apparition de ces risques de pollution : Elles font l objet de procédures de gestion proposées dans le modèle de fiche page suivante. NOTA : Un groupe de travail constitué des services de l Etat, de l Agence de l Eau et de représentants des services techniques des communes sera formé afin de mettre en place les procédures découlant des profils, sur la base du modèle de fiche de gestion page suivante, qui sera adapté. IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 18/22

19 source de pollution potentielle Evènement : Situation : Point de rejet : Ouvrage : Mesures de gestion des risques de pollution à court terme Littoral Orne Aval - Seulles Fiche n A 12 version 1 Débordement du réseau d'eaux usées de Graye dans la Seulles Graye Exutoire de la Seulles réseau eaux usées de Graye Ouvrage concerné Maître d'ouvrage Nom : Commune de Graye Nom : Adresse : Adresse : CP : CP : Commune : Commune : Téléphone : Téléphone : Exploitant de l'ouvrage Teléphone astreinte : Mesures de gestion et d'information Levée de l'alerte Indicateur de pollution (1) : Volume d'eaux usées déversées Responsable du suivi de l'indicateur : Exploitant de l'ouvrage Mesure de gestion en cas d'alerte Contact Téléphone Plage concernée Commune Seuil de Vigilance (2) Seuil d'alerte (3) Conditions pénalisantes vent de nord Devant la piscine Courseulles déversement 10 m3 à nord-ouest Interdiction de Ile de Plaisance Courseulles déversement 10 m3 vent d'est la baignade sauf vent Brèche de Graye Graye déversement 15 m3 d'ouest FICHE Autres organismes à informer Nom : ARS Téléphone : PROVISOIRE DDTM Mode d'information du public : Indicateur de suivi de la pollution (4) : Durée écoulée depuis la fin du déversement Responsable du suivi de l'indicateur : Plage concernée Commune Devant la piscine Courseulles Ile de Plaisance Courseulles Brèche de Graye Graye Critère de levée de l'alerte pour un déversement de 100m3 32h 32h 24h Attention : la durée de la pollution est donnée pour un volume de déversement de 100m3 (sur la base d'un T90 de 24h) -> si le volume réellement déversé est supérieur, la durée de la pollution sera d'autant plus longue. De plus cette durée est dépendante des conditions climatiques. Informations complémentaires Source d'informations complémentaires : Rapport de synthèse du profil de vulnérabilité des eaux de baignade (par plage) Lexique : (1) Indicateur de pollution : grandeur mesurable représentative de la pollution bactériologique apportée aux eaux de baignade (2) Seuil de Vigilance : valeur de l'indicateur à partir de laquelle les communes concernées doivent être averties d'une possibile pollution à venir (3) Seuil d'alerte : valeur de l'indicateur à partir de laquelle il y a un risque avéré de pollution de la baignade. Les communes concernées sont informées. (4) Indicateur de suivi de la pollution : grandeur mesurable représentative de la pollution bactériologique des eaux de baignade Rappel des seuils AFSSET (pollution à court terme) : > E Coli/100ml ou > 370 Etérocoques intestinaux/100ml dans l'eau de baignade IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 19/22

20 IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 20/22

21 V.2. PLAN D ACTION Un plan d action a été élaboré afin de réduire les sources de pollutions à moyen et long terme. Les actions proposées sont hiérarchisées (cf. rapport de phase 2 des profils de baignade) : Type d'actions Priorité Sécurisation des Postes de refoulement 1 Diagnostic et mise en conformité de l'assainissement non collectif 2 Sécurisation des Stations d'épuration 3 Poursuite des contrôles de conformité des branchements 4 Mise en conformité des branchements 4 bis Etudes complémentaires sur les réseaux d'eaux usées 5 Etudes de gestion des eaux pluviales 6 Mise en place de points de mesures pour le suivi de la pollution bactériologique 7 IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 21/22

22 IRH Ingénieur Conseil RT-DSD10015EZ-phase1-017-MLU -rév.2 Page 22/22

Gestion de l assainissement et qualité des eaux de baignade à Marseille

Gestion de l assainissement et qualité des eaux de baignade à Marseille Gestion de l assainissement et qualité des eaux de baignade à Marseille Sewer network management and the quality of bathing water in Marseille Laplace D.* Garro Y.* Rovera A.* Jiannetti S. ** Guivarch

Plus en détail

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain»

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» GRAPE-CEEP Rapport de stage «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» Vallette Jean-Vincent Master II Gestion des Ressources Naturelles

Plus en détail

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS Utilisation du radar HYDRIX et de la plateforme RAINPOL sur la commune d ANTIBES JUAN-LES-PINS European Local Authorities Rencontres

Plus en détail

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX SMART WATER NETWORKS LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX Les défis posés au gestionnaire du système d assainissement La sécurité des biens et des personnes Anticiper et limiter les risques de débordements

Plus en détail

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Les aides aux activités économiques Franck LEROY Responsable du Service Investissements Collectivités et Industrie Direction Seine Aval

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

LA VILLE ET SON ASSAINISSEMENT. L essentiel

LA VILLE ET SON ASSAINISSEMENT. L essentiel Certu Centre d études sur les réseaux, les transports, l urbanisme et les constructions publiques LA VILLE ET SON ASSAINISSEMENT Principes, méthodes et outils pour une meilleure intégration dans le cycle

Plus en détail

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans :

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Quels intérêts? Stéphanie BOULAY Direction des Rivières Ile-de-France Service Investissements Industries Ile-de-France SIARH - 3 décembre

Plus en détail

10 ème PROGRAMME (2013 2018)

10 ème PROGRAMME (2013 2018) 10 ème PROGRAMME (2013 2018) Version adoptée par le comité de bassin du 18 octobre 2012 (délibération n CB 12-15) et par le conseil d administration des 18 octobre 2012 (délibération n CA 12-12) 14 novembre

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

Note sur les enjeux dans le domaine de l eau

Note sur les enjeux dans le domaine de l eau Soutenabilité du Grand Paris juin 2012 Note sur les enjeux dans le domaine de l eau - 3 - Introduction Le projet Grand Paris vise à faire du cœur de l Île de France une métropole de taille mondiale durablement

Plus en détail

Schéma général d assainissement du Grand Lyon

Schéma général d assainissement du Grand Lyon Schéma général d assainissement du Grand Lyon 2015-2027 ORIENTATIONS ET ENJEUX Introduction générale Le Code général des collectivités territoriales oblige les collectivités de plus de 2 000 habitants

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Réunion du Comité de Suivi des Projets de l'enjeu Eau

Réunion du Comité de Suivi des Projets de l'enjeu Eau Réunion du Comité de Suivi des Projets de l'enjeu Eau SURFRIDER FOUNDATION EUROPE Mettre en place des actions d'information pour la reconquête des milieux utilisés pour des activités nautiques Remerciements

Plus en détail

par temps de pluie L assainissement www.veoliaeau.com AFRIQUE/MOYEN-ORIENT/INDE 52, rue d Anjou 75384 Paris Cedex 08

par temps de pluie L assainissement www.veoliaeau.com AFRIQUE/MOYEN-ORIENT/INDE 52, rue d Anjou 75384 Paris Cedex 08 L assainissement par temps de pluie FRANCE 52, rue d Anjou 75384 Paris Cedex 08 France Tél. : +33 1 49 24 49 24 Fax : +33 1 49 24 69 99 AFRIQUE/MOYEN-ORIENT/INDE 52, rue d Anjou 75384 Paris Cedex 08 France

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées

Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées Les data loggers SOFREL LT et LT-US ont été conçus pour la surveillance des réseaux d eaux usées et pluviales (collecteurs, déversoirs d orage,

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers

Monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Jacques Sénéchal, Monitoring de la qualité des eaux marines, Environnement Canada 12 et 13 mars 2013 Programme canadien de contrôle

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ Ce document regroupe, sous forme de fiches, les informations nécessaires à la réalisation des travaux de

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures

Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire et normative a été établie à partir : de la norme NF EN 858-1 COMPIL sur les

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

La méthanisation des matières organiques

La méthanisation des matières organiques Direction Départementale des Territoires de l Orne Service Aménagement et Environnement Bureau Aménagement du Territoire La méthanisation des matières organiques Fiche n 2 bis Informations sur l injection

Plus en détail

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS 1 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR I. Où trouver les données et comment

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT SULPICE LA FORET Séance du 12 décembre 2013

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT SULPICE LA FORET Séance du 12 décembre 2013 Étaient présents :, J-L. CORRE, M. LE BER, G. BRUNEL J-M. BELOT, G. LESCOAT a donné pouvoir à N 13-12-12/01 COMMERCE / LOCATION-GÉRANCE / BAIL / LOYER / TARIFS / RENOUVELLEMENT Par délibération n 12-04-24/01

Plus en détail

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 8 décembre 2000 ----------------- Rapporteur : M. MANGOLD ----------------- N 10 CONVENTION POUR

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme - AEU

Plan Local d Urbanisme - AEU Plan Local d Urbanisme - AEU Maître d ouvrage Ville de Dieppe Parc Jehan Ango - BP 226 76203 DIEPPE Cedex 7.1 - Les annexes sanitaires Arrêté le : 23 mai 2013 Approuvé le : Elaboration du PLU de la ville

Plus en détail

Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit pour l assainissement de la station de pompage des eaux usées du Port

Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit pour l assainissement de la station de pompage des eaux usées du Port TRAVAUX PUBLICS 01-021 Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit pour l assainissement de la station de pompage des eaux usées du Port (Du 20 août 2001) Monsieur le

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain Séminaire Bâtiment Durable : Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain 27/03/2015 Bruxelles Environnement Comment valoriser les eaux pluviales grâce à sa toiture? Maggy Hovertin MATRIciel Objectifs

Plus en détail

La menace des ruptures de digues

La menace des ruptures de digues CTC Rhône moyen 3 mai 2010 Fiabilisation des digues sur le Rhône moyen La menace des ruptures de digues Plusieurs brèches apparues dans les digues de Camargue lors des crues de 1993, 1994, 2002 et 2003

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUÊTEUR

RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUÊTEUR 1 Tome 1 REPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DE LA CHARENTE-MARITIME COMMUNE DE SAINTE-SOULLE ENQUETE PUBLIQUE relative au projet d aménagement d une retenue d eau du bassin versant de SAINTE-SOULLE, sur la

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP 21055 Maxeville 54522 LAXOU Cedex Références

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS #LesRèglesOntChangé Q-BIC PLUS 1 LES NOUVELLES RÈGLES DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES COMMENCENT ICI Wavin Q-Bic Plus, nouveau système de rétention/infiltration

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 D.D.T.M de la Somme SOMMAIRE Les risques majeurs sur le littoral

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011 Assainissement des campings - 11 janvier 2011 Etat des lieux de l assainissement non collectif (ANC) en Finistère Caractéristiques des eaux usées des campings Contexte et cadre réglementaire Les chiffres

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE ET INTERDEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT ET DE L AMENAGEMENT

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE ET INTERDEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT ET DE L AMENAGEMENT RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE ET INTERDEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT ET DE L AMENAGEMENT N Spécial 17 décembre 2013 1 PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse SAS RECYCL EAU au capital de 30 294,88 contact@recycleau.fr 150 avenue des Ferrailles N SIRET : 515 330 009 00017 www.recycleau.fr 84800 Isle sur

Plus en détail

Les avancées techniques en matière de performances des réseaux

Les avancées techniques en matière de performances des réseaux Les avancées techniques en matière de performances des réseaux Les Rencontres Techniques d IDEAL 19 Juin2012 -Nancy Distribution de l eau Challenges : Augmentation de la demande en eau Changements climatiques

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22 Préambule La collection des guides de l ASN regroupe les documents à destination des professionnels intéressés par la réglementation en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection (exploitants, utilisateurs

Plus en détail

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents?

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Maeve de France (Direction Technique, chef de projet métier SIG) Simon Le Grand (Direction Technique régionale IDF, service SIG/gestion patrimoniale)

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Plan de Communication Opérationnel de l Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos 1 PLAN 1. Analyse de l environnement 2. l environnement externe

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

Journée «Eau et Assainissement

Journée «Eau et Assainissement Journée «Eau et Assainissement Enjeux et qualité de l eau sur le territoire du SAGE ATG Véronique GONZALEZ 23/01/2014 2 Agence Régionale de Santé Bretagne Origine des ARS : créées par l article 118 de

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT NOMENCLTURE ES OPERTIONS SOUMISES UTORISTION OU ECLRTION EN PPLICTION ES RTICLES L. 214-1 L. 214-3 U COE E L ENVIRONNEMENT TBLEU E L RTICLE R. 214-1 U COE E L ENVIRONNEMENT (PRTIE REGLEMENTIRE) Consolidée

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC)

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Par Bruxelles-Environnement (IBGE) Département Eau Les grandes lignes de la présentation - Particularités de la RBC face au cycle naturel de

Plus en détail

COMMUNE DE CALVISSON

COMMUNE DE CALVISSON 3. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) ET ANNEXES COMMUNE DE CALVISSON SCHEMA DIRECTEUR ET ZONAGE D ASSAINISSEMENT INFRAMED INGENIEURS CONSEILS L orée des mas Bâtiment les Lauriers Avenue

Plus en détail

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Des ingénieurs spécialisés enrichissant depuis plus de 15 ans une expérience unique du Géoradar et des techniques non destructives.

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Obligations des propriétaires. Dispositions générales

REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Obligations des propriétaires. Dispositions générales REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Les cases grisées de commentaires sont à supprimer avant toute diffusion Le règlement du service, délibéré et voté par l'assemblée délibérante dans

Plus en détail

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Contexte de la mission Connaissance, compréhension et anticipation des phénomènes d érosion et de submersion

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

Municipalité de la Commune d'arzier - Le Muids. Préavis No 15/2013 Au Conseil communal

Municipalité de la Commune d'arzier - Le Muids. Préavis No 15/2013 Au Conseil communal Municipalité de la Commune d'arzier - Le Muids Préavis No 15/2013 Au Conseil communal Demande de crédit de CHF 371'500. concernant la mise en séparatif de la partie inférieure du chemin Prés-du-Marguiller

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z Service de l Eau Potable Année 2013 Elaboré

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A MANAGEMENT DE L SONORE WWW.ACOUPHEN-.COM CONTACT@ACOUPHEN-.COM SIEGE SOCIAL LYON CAMPUS DE LA DOUA 66, BD NIELS BOHR B.P. 52132 69603 VILLEURBANNE CEDEX TEL / 33 (0)4 72 69 01 22 FAX / 33 (0)4 72 44 04

Plus en détail

EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE

EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE Dernière révision du document : août 2013 INTRODUCTION L'étape préalable nécessaire à la mise en place d'actions d'économies d'eau en entreprise

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

service des réseaux D assainissement : mettre en place une stratégie efficace Quels sont les enjeux d une bonne gestion PAtrimoniALe des réseaux

service des réseaux D assainissement : mettre en place une stratégie efficace Quels sont les enjeux d une bonne gestion PAtrimoniALe des réseaux Les cahiers Supplément technique du magazine eau service N 6 / novembre 2010 Eau service gestion PATRIMoniALE des réseaux D assainissement : mettre en place une stratégie efficace P. 2 Quels sont les enjeux

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

Le monitoring de la qualité

Le monitoring de la qualité SÉDIMENTS RIVES RESSOURCES BIOLOGIQUES 3 e édition Le monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Cap Piailleur, Îles-de-la-Madeleine Photo : Martin Rodrigue, Environnement

Plus en détail

Protection de la ressource et Métiers de l Automobile. Intervention du 12 octobre 2009

Protection de la ressource et Métiers de l Automobile. Intervention du 12 octobre 2009 Protection de la ressource et Métiers de l Automobile Intervention du 12 octobre 2009 Intervention 1. Le CNPA et le Défi de l Environnement 2. Environnement et Métiers de l Automobile 3. Le parcours du

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Généralités. Front froid

Généralités. Front froid Apprendre : Les masses d'air, les fronts Tester : Les dictons Pratiquer : Prévoir le temps Prévoir : Les dictons mois par mois Généralités Deux masses d'air de température différente qui se rencontrent,

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail