C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de développement gérontologie F. Buisson, infirmière coordinatrice

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de développement gérontologie F. Buisson, infirmière coordinatrice"

Transcription

1 Démarche d amélioration de la prise en charge de la douleur chez les personnes âgées à domicile ROLE DES AIDES SOIGNANTES DANS L EVALUATION DE LA DOULEUR C. Arnoult, aide-soignante G. Conventz, agent de développement gérontologie F. Buisson, infirmière coordinatrice Présentation du S.S.I.A.D. : Le Service de Soins Infirmiers à Domicile (S.S.I.A.D.) est composé d une équipe comprenant 12 aides soignantes et une infirmière coordinatrice. Il est intégré dans l hôpital local de Rugles. Il travaille en collaboration avec les médecins et infirmiers libéraux. Le service a une capacité d accueil de 42 patients - 35 patients par jour en moyenne le matin - 8 patients pris en charge le soir du lundi au samedi. - le dimanche : service restreint : environ 12 patients le matin et 7 à 8 le soir. Les intervenants du S.S.I.A.D. proposent des prestations de qualité qui se réfèrent à la charte de la personne âgée dépendante et aux compétences qu apporte le diplôme professionnel d aide soignante : Le respect du patient, La compétence du soignant (application d une prise en charge globale du patient). Ainsi, le S.S.I.A.D. répond à plusieurs objectifs : Assumer les implications d une politique de maintien à domicile, Répondre aux besoins croissants de demande de prises en charge à domicile, Ecourter le séjour sanitaire des personnes âgées après la phase aiguë de leur prise en charge, Permettre le retour à domicile des malades présentant un lourd handicap. 1/ Rôle : Le S.S.I.A.D. assure sur prescription médicale des soins d hygiène, des soins techniques infirmiers (en collaboration avec les infirmières libérales) auprès de personnes âgées malades ou dépendantes, de personnes adultes handicapées de moins de 60 ans. Le S.S.I.A.D. est une alternative à l hospitalisation favorisant le maintien et le soutien à domicile. 2/ Vocation essentielle : Les cinq objectifs principaux sont : 88

2 Eviter une hospitalisation lorsque les conditions médicales le permettent, Abréger une hospitalisation, Faciliter le retour à domicile dans le but de maintenir la personne âgée au sein de son tissu social, Préserver ou retarder la perte d autonomie, Aider et soutenir le conjoint, la famille ou les proches dans l accompagnement d une personne âgée et/ou dépendante et/ou malade. 3/ Fonctionnement du S.S.I.A.D. : Le S.S.I.A.D. est géré par l hôpital local de Rugles (27). Des conventions sont signées avec les différentes caisses d assurances (Maladies, Artisanales, Commerciales, Industrielles, Professions Libérales, Mutualité Sociale Agricole) ainsi qu avec les infirmières libérales. Il a été ouvert en 1992 et disposait alors d un agrément de fonctionnement de 20 places, qui a bénéficié d une extension de : 6 places, soit un total de 26 lits en Juin places, soit un total de 34 lits en Juin places, soit un total de 42 lits en Mars 2005 L infirmière coordinatrice est l interlocuteur principal des patients, des familles et des professionnels. Elle organise les admissions sur prescription médicale, définit un plan de soins, assure un rôle de coordination avec le patient, la famille, l environnement et les différents intervenants médicaux, paramédicaux et sociaux (A.D.M.R : Service de portage de repas), organise et gère les plannings des aides soignantes, encadre les aides soignantes dans la démarche et la réalisation des soins et contrôle la qualité. Les soins sont réalisés par les aides soignantes dont les compétences sont les suivantes : - Dispenser des soins sous la responsabilité de l infirmière coordinatrice : hygiène, confort, soutien relationnel et psychologique, conseils éducatifs et préventifs dans le cadre du retour à l autonomie ou de l accompagnement en fin de vie, - Transmettre et noter les informations dans le dossier de soins du patient, - Assurer une surveillance et prendre des initiatives en cas d urgence : appel de l infirmière, du médecin, du SAMU 89

3 Les soins infirmiers sur prescription médicale (injections, perfusions, prise de sang, lavements, pansements, alimentation par sonde gastrique ) sont réalisés par les infirmières libérales choisies par le patient. Projet douleur : Durant l année 2003, nous avons reçu la circulaire émanant de la D.D.A.S.S. signalant que dans le cadre du 2 ème Plan de lutte contre la Douleur (2001/2005), un appel à projets était mis en place par le C.N.R.D. Nous avons donc décidé de travailler sur «La Douleur provoquée par les soins : Prévention et amélioration de la prise en charge». Objectifs du projet Améliorer la prise en charge de la douleur provoquée par les soins chez les personnes suivies à domicile par : L intégration de ce projet»douleur»dans le projet de service du SSIAD en améliorant le dossier patient dans le but de transmettre des informations pertinentes sur la douleur à tous les soignants (médicaux et non médicaux). Les participants au projet L infirmière coordonnatrice Les aides soignantes Les auxiliaires de vie L agent de développement gérontologie (Il est chargé du développement des projets d établissement dans le but d améliorer le quotidien des personnes âgées) La psychologue (Elle intervient tous les lundis au moment des transmissions avec l équipe, elle apporte un soutien à l équipe et une écoute) Les médecins généralistes des patients Les infirmières libérales à domicile Questionnements de départ : Que faire lorsqu on identifie un patient douloureux? Comment savoir réellement si le patient souffre pendant les soins? Comment évaluer la douleur, à qui transmettre le résultat de l évaluation? Quand doit on appeler le médecin si la douleur persiste? 90

4 Les différentes étapes du projet : - Recueil d informations relatifs à la douleur, documents existants, articles (Décret du 3 Mai 2002) - Septembre 2003 : contact avec P. Cimerman, Envoi du projet au CNRD - Décembre 2003 : dossier retenu par le CNRD - Janvier à avril 2004 : divers contacts téléphoniques avec le CNRD, choix d une échelle d évaluation de la douleur : «Echelle DOLOPLUS», plan de travail - Mai 2004 : réunion et rencontre avec Mme P. Cimerman afin d effectuer un 1 er bilan et rencontrer l'équipe. Les objectifs fixés étant d'intégrer le projet de prise en charge de la douleur dans le projet de service du S.S.I.A.D. Au cours de cette réunion, il est décidé de rajouter systématiquement l'évaluation de la douleur dans le plan de soins des aides soignantes. L'échelle DOLOPLUS n'étant pas adaptée à la douleur des soins et après réflexion de chacun, le choix de l'échelle E.C.P.A (Echelle Comportementale de la Personne Agée) est retenu. Outre les résultats des scores de l'e.c.p.a, seront également notés dans tous les dossiers patients, les antalgiques prescrits et le moment de prise des antalgiques. Lors de cette entrevue, l'équipe fait part de difficultés relationnelles entre infirmières, aides-soignantes et médecins. - Juillet 2004 : mise au point téléphonique sur l'état d'avancement du projet, standardisation de l'évaluation (à l'arrivée de l'aide soignante pour le temps d'évaluation avant les soins). Un bilan est établi après chaque fin de tournée des AS pour évaluer, dans un premier temps, si le choix de l outil est judicieux et si la douleur des patients est mieux identifiée et mieux gérée. - Février 2005 : il est décidé d'écrire le bilan de ce qui a été mis en place, la réflexion de l'équipe, la démarche d'amélioration de la prise en charge de la douleur en l'illustrant par un cas concret. - De mai à Août 2005 : divers contacts téléphoniques avec le CNRD pour aide à la rédaction - De septembre à décembre 2005 : finalisation du projet afin de pouvoir élaborer un PROTOCOLE S.S.I.A.D 91

5 Les apports du plan douleur et de l appel à projets : La mise en place de ce projet a permis : - une identification beaucoup plus précise de la douleur grâce à l observation : avant, pendant et après les soins pour tous les patients. L ECPA est systématiquement établie par l aide soignante qui fait la première prise en charge. L évaluation est reconduite ou non, selon les observations faites et le score qui en aura découlé. - Une vérification systématique par les AS de l existence ou non de la prescription d un traitement antalgique quand le patient est douloureux - Une modification de l organisation du travail avec passage de 2 aides-soignantes en même temps chaque jour pour les personnes en fin de vie ou très douloureuses afin de générer le moins de douleur possible lors des mobilisations - Une coordination du travail AS/infirmière libérale pour les personnes en fin de vie ou très algiques afin que la toilette et les pansements (escarres ou autres) soient le moins générateurs de douleur - Une sollicitation de la famille pour une aide lors des soins - Un meilleur dialogue entre AS et famille, une meilleure information (si le patient n a pas de famille, le médecin est appelé automatiquement) - Un meilleur respect du délai d action des antalgiques : par exemple, prise d un antalgique dans l heure qui précède la toilette Les perspectives : - Mise en place prochainement d une réunion d information pour les médecins et infirmières libéraux sur le trava il d observation et d évaluation effectué par les aides soignantes - Utilisation de la grille ECPA par les infirmières - Élaboration de protocoles de prise en charge de la douleur (procédure d évaluation par ECPA, protocole de mobilisation d un patient...) - Intégration de la grille ECPA dans tous les dossiers laissés à domicile Exemple d'un patient suivi au SSIAD : Monsieur L Né le 5 Août ère prise en charge au SSIAD le 28 Août 2002 Indication de la prise en charge : hémiplégie côté droit Soins dispensés : Soins d hygiène, toilette complète 92

6 Patient douloureux à la mobilisation, douleurs niveau jambe et bras droit, douleurs de type neurologique - Traitement antalgique avant prise en charge : Oxycontin 10 mg au moment des douleurs intenses. Traitement non efficace, soulagement partiel après délai de 3 h 00 - Traitement antalgique après prise en charge : Neurontin 400, 1 le soir, Dantium 25, 1 le matin,1 le soir, Rivotril, 3 gouttes le matin et 3 gouttes le soir si douleurs intenses. Nous avons choisi le cas de Monsieur L car il présente des douleurs quotidiennes. Grâce aux évaluations avec E.C.P.A., à une meilleure adaptation des traitements, nous réussissons à mieux observer et reconnaître les signes de douleur chez ce patient. Scores ECPA octobre 2004 score moyen e plus bas : 3 score moyen le plus haut : 21 Scores ECPA novembre 2004 score moyen le plus bas : 3 score moyen le plus haut : 16 Scores ECPA Décembre 2004 Score moyen le plus bas : 0 score moyen le plus haut : 18 Lorsque nous observons une douleur plus forte qu à l habitude, nous en parlons à son épouse, vérifions la prise du traitement (traitement en fonction du rythme du sommeil, bonne répartition des prises ). A l heure actuelle, Monsieur L. est moins douloureux qu au début de la prise en charge. Ceci s explique certainement par l amélioration de la communication avec son épouse. Celle -ci prend en compte les observations de l équipe soignante et donne le traitement en conséquence. La prise en charge se fait toujours avec l intervention de 2 aides soignantes afin de faire face aux difficultés lors des transferts et de la mobilisation du patient Conclusion Le personnel du S.S.I.A.D est très motivé, il est présent au quotidien auprès des personnes prise en charge à domicile. Les scores de douleur sont significatifs, objectifs, comparables. Nous ne sommes plus dans «l à peu près» L'amélioration du dossier «douleur» laissé au domicile pourra servir de support de transmission à tous les soignants. Écouter, Entendre, Faire confiance, Croire le malade, Comprendre, Ne pas délaisser la famille, Évaluer et Réévaluer la douleur, telles sont les priorités et les réflexions permanentes de l'équipe. 93

7 Hôpital Local de Rugles S.S.I.A.D Rue de l Hôpital Rugles Fax

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20...

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20... D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C Etabli à.., le 20... NOM : Prénom : Ce document comprend 4 parties : - 1. Objet et Durée du Document Individuel de Prise en

Plus en détail

Service de Soins Infirmiers à Domicile

Service de Soins Infirmiers à Domicile Service de Soins Infirmiers à Domicile Le S.S.I.A.D. est situé dans la Résidence «Le Village» 1 rue de Solferino 78600 Maisons-Laffitte Tél. 01 39 62 56 54 Adresse Email : ssiad@maisonslaffitte.fr Fax

Plus en détail

Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente

Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente Le mot du Directeur La présentation du service Les droits des usagers Le fonctionnement du service Les personnes à contacter

Plus en détail

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez.

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. - 2 - Madame, Monsieur, Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. Le Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) a pour objectif.

Plus en détail

Livret d accueil de l usager

Livret d accueil de l usager Livret d accueil de l usager Service de Soins Infirmiers A Domicile E.H.P.A.D La Sofiéta 2424, Bd Edouard VII 06230 Villefranche-sur-Mer Téléphone : 04.93.01.66.24 ssiad@ehpadvillef.com Livret d accueil

Plus en détail

ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE

ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE ACTIVITE de RELATION : a) Vis à vis de la personne aidée et son entourage

Plus en détail

PÔLE MEDECINE GERIATRIE

PÔLE MEDECINE GERIATRIE LIVRET D ACCUEIL DES STAGIAIRES PÔLE MEDECINE GERIATRIE Service du S.S.I.A.D L équipe vous souhaite la bienvenue dans notre établissement. Ce livret a pour but de faciliter votre intégration dans notre

Plus en détail

L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Chantal FIECHTER - I.D.E. libérale

L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Chantal FIECHTER - I.D.E. libérale L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Sommaire Rappel de ce qu est et ce que fait l infirmière libérale Rappel du rôle de l infirmière libérale Présentation de la DSI Comment et pourquoi les

Plus en détail

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT NOTION D EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE L équipe: ensemble de personnes travaillant en vue d un objectif commun, ici il s agit de la meilleure prise en charge possible du

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER SOMMAIRE. Route de Cuzieu SAINT-GALMIER Tél

LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER SOMMAIRE. Route de Cuzieu SAINT-GALMIER Tél LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER Route de Cuzieu 42330 SAINT-GALMIER Tél. 04.77.36.05.78 Fax. 04.77.36.05.99 E-mail : ssiad@hopital-saint-galmier.fr SOMMAIRE Le

Plus en détail

L hôpital Villiers Saint Denis

L hôpital Villiers Saint Denis L hôpital Villiers Saint Denis Etablissement de Santé Publique d Intérêt Collectif qui dépend d une Fondation hospitalière «La Renaissance Sanitaire» qui gère 2 établissements SSR : L hôpital Villiers

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur

L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur 6 ème Journée des actualités de la douleur L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur «Je déclare ne pas avoir de conflit direct

Plus en détail

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I.1- Descriptif du service Le SSIAD a ouvert ses portes en 1992. La création du service découle d un projet gérontologique

Plus en détail

Assistante sociale dans le pôle femme enfant

Assistante sociale dans le pôle femme enfant ASSISTANTE SOCIALE Fiche de poste Trame visée : 2010 / v1 Page : 1/3 Intitulé du poste Qualification et quotité de travail Assistante sociale dans le pôle femme enfant Diplôme d Etat d assistant de socio-éducatif,

Plus en détail

Livret d accueil. Equipe Spécialisée Alzheimer GER-DOC 19 - version 2 du 14/11/2013 / (21/08/2014)

Livret d accueil. Equipe Spécialisée Alzheimer GER-DOC 19 - version 2 du 14/11/2013 / (21/08/2014) Livret d accueil Equipe Spécialisée Alzheimer 02.43.08.28.42 esa@ch-mayenne.fr Page 1 sur 16 Madame, Monsieur, Dans le cadre du plan national Alzheimer 2008/2012, l Agence Régionale de Santé des Pays de

Plus en détail

Le SAMSAH de la Sèvre

Le SAMSAH de la Sèvre Le SAMSAH de la Sèvre Service adossé à la Maison d Accueil Spécialisée de Rezé géré par L APAJH 44 Présentation : Monsieur STOLARSKI, directeur de la MAS de Rezé, APAJH 44 DEFINITION Les Services d Accompagnement

Plus en détail

I COURT OU LONG SEJOUR. La personne est sollicitée par venir visiter note établissement.

I COURT OU LONG SEJOUR. La personne est sollicitée par venir visiter note établissement. PROTOCOLE D ADMISSION D UN NOUVEAU RESIDENT 1 Premier contact I COURT OU LONG SEJOUR Qu il soit téléphonique ou physique, est réalisé par la secrétaire d accueil ou l assistante de direction, et il doit

Plus en détail

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE S.S.I.A.D 59 RUE ARISTIDE BRIAND 27120 PACY SUR EURE 06.29.73.27.06 Page 1/5 Le Service de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD),

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT

Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT - 15190 1 LE PASA Le Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) est un lieu de vie

Plus en détail

IDE en réanimation Pratiques professionnelles. Collaboration IDE/AS quelles responsabilités?

IDE en réanimation Pratiques professionnelles. Collaboration IDE/AS quelles responsabilités? IDE en réanimation Pratiques professionnelles Collaboration IDE/AS quelles responsabilités? Votre intervenant Didier CHARLES Juriste de la MACSF aux sinistres Hauts Enjeux de Responsabilité Civile Professionnelle

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E)

REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E) REFERENTIEL DE COMPETENCES TRONC COMMUN POUR L EMPLOI DE LA CLASSIFICATION NATIONALE AIDE-SOIGNANT(E) N.B. : Ce référentiel de compétences tronc commun a été élaboré par un groupe de travail fédéral à

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE Présentation des fiches de poste 1. Animateur de personnes âgées... page 2 2. Agent social... page

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Mail :

Mail : LIVRET D ACCUEIL /LA Page 1 sur 14 COPIL 4 Rue des Prés d Astruc 04190 LES MEES Tél. 04 92 30 03 47 - Fax 04 92 34 38 05 Mail : hopital-les-mees@wanadoo.fr LIVRET D ACCUEIL /LA Page 2 sur 14 COPIL LIVRET

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Madame, Monsieur, En accord avec votre médecin traitant, vous avez souhaiter bénéficier des soins que propose l équipe soignante du

Plus en détail

Concept d accompagnement

Concept d accompagnement Concept d accompagnement Elaboré en équipe pluridisciplinaire composé par : l infirmière responsable, l intendante, une représentante des aides-soignants, une représentante des veilleurs (les déclinaisons

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Livret d accueil du stagiaire

HOSPITALISATION A DOMICILE. Livret d accueil du stagiaire Livret d accueil du stagiaire Page 2 HOSPITALISATION A DOMICILE Sommaire Présentation du service Modalités pratiques de votre stage Les prises en charge réalisées Les situations prévalentes Numéros utiles

Plus en détail

Quelle durée de vie pour les bonnes pratiques?

Quelle durée de vie pour les bonnes pratiques? Quelle durée de vie pour les bonnes pratiques? Enquête auprès des intervenants des journées CNRD de 2006 à 2009 Patricia Cimerman, Odile Perrin, Marie Thibaut, CNRD, Paris (75) Introduction Les journées

Plus en détail

Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1

Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1 Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1 64 lits d EHPAD sur 2 services GMP : 740 1 médecin coordonnateur 40 % 1 cadre de santé 100 % Lamartine, rez de chaussée : 29 lits Service Lamartine : 1 IDE

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CENTRE DE SOINS

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CENTRE DE SOINS CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CENTRE DE SOINS Ce document est établi dans le cadre d une volonté de coopération mutuelle afin d apporter les meilleurs services aux patients

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Service de Soins Infirmiers À Domicile (SSIAD) Aube

LIVRET D ACCUEIL. Service de Soins Infirmiers À Domicile (SSIAD) Aube LIVRET D ACCUEIL Service de Soins Infirmiers À Domicile (SSIAD) Aube SOMMAIRE MOT D'ACCUEIL P. 3 PRESENTATION DU SERVICE P. 4 FONCTIONNEMENT P. 7 LE PERSONNEL DU SERVICE P. 10 VOS DROITS ET DEVOIRS P.

Plus en détail

À DOMICILE AIDE, SOINS ET ACCOMPAGNEMENT. Centre communal d'action sociale (CCAS) Des prestations personnalisées

À DOMICILE AIDE, SOINS ET ACCOMPAGNEMENT. Centre communal d'action sociale (CCAS) Des prestations personnalisées Des prestations personnalisées SERVICE PRESTATAIRE D AIDE ET D ACCOMPAGNEMENT À DOMICILE SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE SERVICE MANDATAIRE D ASSISTANT(E)S DE VIE À DOMICILE AIDE, SOINS ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S

9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S 9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S 2 0 1 4 LE GROUPE DE SOIGNANTS Multidisciplinaire : Infirmière, infirmières puéricultrices, auxiliaire de puériculture, éducatrice de jeunes enfants, psychologue,

Plus en détail

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales :

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : CHARTE DU RÉSEAU I PREAMBULE Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : Le maintien à domicile le plus longtemps possible des

Plus en détail

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978 Loi du 31 mai 1978 «Est considérée comme exerçant la profession d infirmier ou d infirmière toute personne qui, en fonction des diplômes qui l y habilitent, donne habituellement des soins infirmiers sur

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales

PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales Spécialité accompagnement de la vie à domicile Domaines

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HÉBÉRGEMENT POUR PERSONNES AGÉES DEPENDANTES DU FONDS HUMANITAIRE POLONAIS LIVRET D ACCUEIL

ETABLISSEMENT D HÉBÉRGEMENT POUR PERSONNES AGÉES DEPENDANTES DU FONDS HUMANITAIRE POLONAIS LIVRET D ACCUEIL ETABLISSEMENT D HÉBÉRGEMENT POUR PERSONNES AGÉES DEPENDANTES DU FONDS HUMANITAIRE POLONAIS LIVRET D ACCUEIL 24, rue de la Mairie 45740 Lailly-en-Val tél: 02.38.44.74.03 fax: 02.38.44.74.16 Site: fhpretraite.free.fr

Plus en détail

CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD /

CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD / CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD / "DestinataireCivilité" "DestinatairePrénom" "DestinataireNom" INFIRMIER(E) D EXERCICE LIBERAL ENTRE "NomHAD", au titre de son service d Hospitalisation à Domicile,

Plus en détail

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique :

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : La structure d HAD du Centre Hospitalier Gérard Marchant (15

Plus en détail

Auxiliaire de Gérontologie

Auxiliaire de Gérontologie Auxiliaire de Gérontologie Certification enregistrée au RNCP arrêté du 08/07/2009. Inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) au niveau V par arrêté du 11/03/2004 publié

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL LE SSIAD LES MARRONNIERS. 24 rue Antonin Raynaud LEVALLOIS-PERRET

LIVRET D ACCUEIL LE SSIAD LES MARRONNIERS. 24 rue Antonin Raynaud LEVALLOIS-PERRET LIVRET D ACCUEIL LE SSIAD LES MARRONNIERS 24 rue Antonin Raynaud 92300 LEVALLOIS-PERRET 01 47 58 64 47 LE MOT DU DIRECTEUR LE DIRECTEUR Mr S. HOUADEC 1 LE SSIAD «LES MARRONNIERS» Le SSIAD (Service de Soins

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en EHPAD

Gestion du risque infectieux en EHPAD Gestion du risque infectieux en EHPAD Expérience d un médecin coordonnateur Dr Nadine CHAUVEAU-ALMAYRAC APLEIN ARLIN Nantes 24 mars 2009 Résidence de la Fontaine du jeu 262 résidents dont 15 accueils temporaires

Plus en détail

La Châtaigneraie. Le Lys. Livret d accueil. Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés

La Châtaigneraie. Le Lys. Livret d accueil. Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés La Châtaigneraie Livret d accueil Le Lys Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés 1 HISTORIQUE Pour répondre à une demande locale de plus en plus importante,

Plus en détail

INFIRMIER COORDINATEUR

INFIRMIER COORDINATEUR n 1584 INFIRMIER COORDINATEUR REFERENCE ORGANISME 2016_PACA_18 CATEGORIE PROFESSIONNELLE PARAMEDICAUX : INFIRMIERS DIPLOMES D ETAT ORIENTATIONS DU PROGRAMME Générale 7 : Coordination des équipes de soins

Plus en détail

Service Soins Infirmiers A Domicile

Service Soins Infirmiers A Domicile Service Soins Infirmiers A Domicile 02.99.71.90.80 Nous vous souhaitons la bienvenue au SSIAD d Allaire-Rochefort en Terre La particularité de notre service étant d'effectuer les soins à domicile, il est

Plus en détail

L AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE (AVS)

L AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE (AVS) L AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE (AVS) QUELS METIERS? ASSISTANT(E) DE VIE: AGENT A DOMICILE: (OU AIDE MENAGERE) S ADRESSE AUX PERSONNES AGEES SE PREOCCUPE DES FAMILLES DONT LE PÈRE OU LA MERE NE PEUT PLUS ASSUMER

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT)

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT) DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE EME NORD Médecin référent : Dr Pinganaud A adresser au : Cadre de santé : Mme Perroy Service de court séjour gériatrique

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES

LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES Profil de la population âgée en Corse Un vieillissement démographique plus important qu

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

Déploiement du plan Alzheimer en Haute-Normandie

Déploiement du plan Alzheimer en Haute-Normandie en Haute-Normandie Oissel - 21/09/2012 Contexte : plan Alzheimer 2008-2012 Trois axes prioritaires, 44 mesures portant sur : l amélioration de la qualité de vie des malades et des aidants, la recherche,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1.LEGISLATION n Dans le cadre du rôle propre infirmier n Dans le domaine

Plus en détail

A Infirmier territorial B / Assistant socio-éducatif (AS, CESF, ES) NOMBRE DE POSTES : 1 BOBIGNY

A Infirmier territorial B / Assistant socio-éducatif (AS, CESF, ES) NOMBRE DE POSTES : 1 BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE ERH4 15-04 POSTE A POURVOIR : EVALUATEUR MEDICO SOCIAL (h/f) DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION POPULATION AGEE ET PERSONNES HANDICAPEES SERVICE PERSONNES

Plus en détail

Le médecin coordonnateur en EHPAD

Le médecin coordonnateur en EHPAD Le médecin coordonnateur en EHPAD Hier Aujourd hui Demain JF. Bernard,C. Levasseur, EPU «Quoi de Neuf en Gériatrie»? Rouen, 10 Avril 2014 JEAN F. BERNARD MISSION : IMPOSSIBLE Médecin Co en EHPAD avec la

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers Le Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers :

Plus en détail

Service de Soins Infirmiers A Domicile

Service de Soins Infirmiers A Domicile Service de Soins Infirmiers A Domicile 16, rue de la Boutière BP 9 71150 CHAGNY Mot de la direction/3 Mission du service/3 Modalités de prise en charge/3 Le fonctionnement du service/4 Vos droits/5 Les

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SERVICE D ORTHOPEDIE

PRÉSENTATION DU SERVICE D ORTHOPEDIE PRÉSENTATION DU SERVICE D ORTHOPEDIE Les locaux : C est un service de chirurgie traumatologique et orthopédique. Il est composé de 29 lits (7 chambres particulières et 11 chambres doubles). Chambres chambres

Plus en détail

13.2 millions estimés en 2020 dont déments

13.2 millions estimés en 2020 dont déments Le grand âge: notre avenir IAS et EHPAD JC SEGUIER Responsable de l Unité Hygiène et Prévention du Risque Infectieux Centre Hospitalier Poissy St Germain en Laye 13.2 millions estimés en 2020 dont 1300

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) adresse : code postal et ville : Présidé par Représenté par Ci-après dénommé «SSIAD» d une part, ET L Hospitalisation à

Plus en détail

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES

UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES UNITE D ACCUEIL POUR PERSONNES HANDICAPEES PSYCHIQUES DEFICITAIRES ET VEILLISSANTES 1 LE PROJET Création d une unité d accueil spécifique d EHPAD pour les personnes handicapées psychiques déficitaires

Plus en détail

L hospitalisation à domicile

L hospitalisation à domicile DOSSIER DE PRESSE L hospitalisation à domicile Avril 2016 Qu est-ce que l hospitalisation à domicile (HAD)? DÉFINITION Selon le décret du 2 octobre 1992, «Les structures d'hospitalisation à domicile permettent

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

Service d Accompagnement à la Vie Autonome (SAVA) 95, rue d Esquermes Lille

Service d Accompagnement à la Vie Autonome (SAVA) 95, rue d Esquermes Lille Service d Accompagnement à la Vie Autonome (SAVA) 95, rue d Esquermes - 59000 Lille 03.20.09.44.74 03.20.17.04.98 sava@epdsae.fr www.epdsae.fr Le Service d Accompagnement à la Vie Autonome (SAVA) est un

Plus en détail

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES DOMAINE DE COMPETENCES COMPETENCES INDICATEURS DE COMPETENCES DC1 : CONNAISSANCE DE LA PERSONNE 1/1 Situer la personne aidée au stade de son développement - Connaissance générale des différentes étapes

Plus en détail

Centre Hospitalier du Mans

Centre Hospitalier du Mans Centre Hospitalier du Mans Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : l offre de soins gériatriques du Centre Hospitalier du Mans PROFESSIONNELS DE SANTE Centre Hospitalier du Mans O ff r e de soins

Plus en détail

ADHESIONS POUR LES PATIENTS. QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR LES PROFESSIONNELS

ADHESIONS POUR LES PATIENTS. QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR LES PROFESSIONNELS ADHESIONS POUR LES PATIENTS QUI? Toute personne, majeure, diabétique de type 1 ou type 2 POUR QUOI? Aider à la prise en charge de sa maladie Bénéficier des prestations du réseau (diététique, podologie,

Plus en détail

Module 1 - L'accompagnement d'un enfant dans les activités de la vie quotidienne

Module 1 - L'accompagnement d'un enfant dans les activités de la vie quotidienne Module 1 - L'accompagnement d'un enfant dans les activités de la vie quotidienne (5 semaines) Développement de l enfant : psychomoteur, psychologique, social Place du jeu dans le développement de l enfant

Plus en détail

PRESENTATION DU RESEAU ADMR

PRESENTATION DU RESEAU ADMR PRESENTATION DU RESEAU ADMR Le réseau ADMR en Isère : c est 156 associations locales 79 associations vie quotidienne 53 associations famille 14 services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) 5 centres

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES? SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS -

Plus en détail

Maison St Joseph B o u r g -B l a n c

Maison St Joseph B o u r g -B l a n c Maison St Joseph B o u r g -B l a n c Maison St Joseph B o u r g -Bl a n c La ville à la campagne Au cœur de la ville Notre maison bénéficie d une situation géographique privilégiée. Située à 15 kilomètres

Plus en détail

Application de la Convention Collective 66. Envoyez lettre de motivation + CV au plus tard pour le 21mars à :

Application de la Convention Collective 66. Envoyez lettre de motivation + CV au plus tard pour le 21mars à : L d Hazebrouck recrute pour son Service Accueil de Jour «La Bélandrière» 1 AMP (H/F) CDI 0, 80 ETP Poste à pourvoir pour le Mois d avril 2016 - Vous assurez le bien-être et l épanouissement de la personne

Plus en détail

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur Traitement de la douleur Pourquoi évaluer? Identifier des malades algiques Prendre une décision thérapeutique adaptée Améliorer la relation médecin-malade Permettre aux équipes soignantes d utiliser des

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS A DOMICILE (SSIAD) DE L ACEP

LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS A DOMICILE (SSIAD) DE L ACEP LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS A DOMICILE (SSIAD) DE L ACEP Vous avez fait le choix de vous adresser à notre service pour votre maintien à domicile et pour pouvoir bénéficier des soins que nécessite

Plus en détail

La fracture du poignet

La fracture du poignet La fracture du poignet Introduction Votre poignet est cassé: Votre médecin vous conseillera soit de vous faire opérer soit d immobiliser la fracture à l aide d un plâtre. Le poignet comporte plusieurs

Plus en détail

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE L éducation du patient diabétique au CHRSO Paulette LION Marie-Hélène OLIVE En hospitalisation L infirmière d éducation intervient: Dans le service de médecine interne et d HPDD Dans le service de gynéco-obstétrique

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION D AIDES-SOIGNANTS DES Hôpitaux du Pays du Mont-Blanc

INSTITUT DE FORMATION D AIDES-SOIGNANTS DES Hôpitaux du Pays du Mont-Blanc INSTITUT DE FORMATION D AIDES-SOIGNANTS DES Hôpitaux du Pays du Mont-Blanc 380, rue de l hôpital 74700 SALLANCHES tel : 04.57.27.20.44 Site internet : www.chi-mont-blanc.fr (espace pro ifas) Email : ifas@ch-sallanches-chamonix.fr

Plus en détail

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie?

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? EHPAD/USLD Table ronde 2ème journée d oncogériatrie du Centre Orléans La Source le 1 er décembre 2016 Dr Karine Barilleau

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION ENTRE UN(E) INFIRMIER(E) LIBERAL(E) ET UN SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

CONVENTION DE COLLABORATION ENTRE UN(E) INFIRMIER(E) LIBERAL(E) ET UN SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE CONVENTION DE COLLABORATION ENTRE UN(E) INFIRMIER(E) LIBERAL(E) ET UN SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Entre : Le service de soins infirmiers à domicile (SSIAD)... représenté par d une part, et :

Plus en détail

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES COPACAMU 2016 Patient traceur Pr Stéphanie GENTILE SSPIM Mme Anne-Claire DURAND SSPIM Dr Michael LEJWI

Plus en détail

NERO Patricia Cadre de Santé Formateur 21/04/2016. Raisonnement et démarche clinique infirmière - Promotion Compétences 1,2,9 1

NERO Patricia Cadre de Santé Formateur 21/04/2016. Raisonnement et démarche clinique infirmière - Promotion Compétences 1,2,9 1 NERO Patricia Cadre de Santé Formateur Promotion 2015-2018 - Compétences 1,2,9 1 Intentions pédagogiques 1. Objectif global : être capable d'élaborer une planification de soins. 2. Objectifs intermédiaires

Plus en détail

BTS SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL

BTS SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL BTS SERVICES ET PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL BTS technico-administratif Diplôme de niveau III Professionnels ayant une certaine autonomie dans leurs activités RAP précise le niveau d autonomie

Plus en détail

LEGISLATION ET ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS MTGATT ITS

LEGISLATION ET ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS MTGATT ITS LEGISLATION ET ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS MTGATT ITS 16 03 2009 1 INTRODUCTION "Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa

Plus en détail

Présentation générale du projet. A.S.B.L. Maison Médicale de Barvaux

Présentation générale du projet. A.S.B.L. Maison Médicale de Barvaux Présentation générale du projet A.S.B.L. Maison Médicale de Barvaux 1 NOTRE PROJET : VOUS SOIGNER DE MANIÈRE : GLOBALE : en tenant compte des différents aspects de votre santé (physique, psychologique,

Plus en détail

Référentiel Régional de Prise en Charge. Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL. Juin Version 1

Référentiel Régional de Prise en Charge. Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL. Juin Version 1 Référentiel Régional de Prise en Charge Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL Juin 2009 Version 1 Animateurs Groupe de Travail «Soins de Support» Sous groupe Support Social Sous groupe Support Psychologique

Plus en détail

Le travail de re-socialisation. un exemple : la Visite à Domicile

Le travail de re-socialisation. un exemple : la Visite à Domicile Le travail de re-socialisation un exemple : la Visite à Domicile Remarques à propos de la psychopathologie... la psychopathologie - particulièrement lorsqu il s agit du domaine des psychoses, génère chez

Plus en détail

HAD - CAEN. Convention De Partenariat Entre L hospitalisation A Domicile Et Les Infirmiers Libéraux. 1/5 cvn-opc-ide.

HAD - CAEN. Convention De Partenariat Entre L hospitalisation A Domicile Et Les Infirmiers Libéraux. 1/5 cvn-opc-ide. cvn-opc-ide-2 Date Mise à jour 18/05/2011 HAD - CAEN Page 1 /5 Convention De Partenariat Entre L hospitalisation A Domicile Et Les Infirmiers Libéraux Ne permet pas un engagement formel auprès d'un patient

Plus en détail

Foyer d Accueil Médicalisé

Foyer d Accueil Médicalisé LIVRET D ACCUEIL Foyer d Accueil Médicalisé Dialogue Autisme Le mot du Directeur Si vous avez le projet de venir vivre dans le F.A.M «Dialogue Autisme», ce livret vous sera utile. Il liste l ensemble des

Plus en détail

Sélection 2016 des candidats Bac Pro ASSP ou SAPAT pour la formation aide-soignante en cursus partiel

Sélection 2016 des candidats Bac Pro ASSP ou SAPAT pour la formation aide-soignante en cursus partiel Sélection 2016 des candidats Bac Pro ASSP ou SAPAT pour la formation aide-soignante en cursus partiel IFAS du Lycée "Les 3 Vallées" 2 avenue de l'ermitage 74200 THONON-LES-BAINS Tél : 04 50 71 77 88 Fax

Plus en détail

Retour d expérience Urgences Adultes HÔPITAL de la TIMONE AP-HM COPACAMU 2016

Retour d expérience Urgences Adultes HÔPITAL de la TIMONE AP-HM COPACAMU 2016 Retour d expérience Urgences Adultes HÔPITAL de la TIMONE AP-HM COPACAMU 2016 Août 2013 : Constat de départ Agression Urgences CONCEPTION et Hôpital NORD Mobilisation des médias et des institutions État

Plus en détail