Le Putsch des généraux avril 1961

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Putsch des généraux 21-26 avril 1961"

Transcription

1 Le Putsch des généraux avril 1961 «Les généraux Challe, Jouhaud et Zeller ( ) en liaison étroite avec le général Salan, ont pris le pouvoir à Alger. L armée a la situation bien en main (...) Vive l armée! Vive la France! L Algérie française n est pas morte. Il n y a pas, il n y aura pas, il n y aura jamais d Algérie indépendante. 1» Par ces quelques phrases radiodiffusées le 22 avril 1961 au matin, les généraux en retraite Maurice Challe, Edmond Jouhaud et André Zeller, en liaison étroite avec le général Raoul Salan, justifient leur coup de force et tentent de légitimer leur action. Ce que l on appellera plus tard «le putsch des généraux» est officialisé. Le divorce entre une partie de l armée et le gouvernement français est consommé. Ce coup d éclat, rare dans l histoire de la tradition militaire française, se pose en rupture totale avec la politique algérienne menée par le général de Gaulle depuis septembre En effet, le «droit des Algériens à l autodétermination» évoqué par le général de Gaulle dans son discours du 16 septembre 1959 est devenu une réalité politique aux lendemains du référendum du 8 janvier La large victoire du «Oui» ouvre en effet la voie de l indépendance algérienne après sept années de guerre. Dans ce contexte tendu, la stratégie politique du général de Gaulle qui laisse entrevoir une solution négociée entre la France et le GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne) s oppose, frontalement, à la conception d une partie de l armée française qui pose, comme préalable à toute discussion, le maintien de l Algérie française. Le putsch des généraux symbolise donc ce moment de rupture. Mais comment en est-on arrivé là? Et comment expliquer l échec patent de cette prise de pouvoir? Cinquante ans plus tard, cet épisode résonne comme un acte désespéré, mené par une poignée d anciens officiers qui se sentent trahis par le pouvoir en place 2. 1 Extrait du communiqué radiodiffusé à la population au moment de la prise de la ville par les putschistes dans la nuit du 21 au 22 avril Photo n 1 : ALG R59, Le général de Gaulle en visite dans la région d Alger, 6/03/1960, opérateur : Antoine 1

2 I. Aux origines du putsch Sur le plan stratégique, il apparaît clairement que le règlement de la question algérienne passe de plus en plus par une solution politique négociée entre la France et les nationalistes algériens. > Le temps des discours politiques En moins de deux ans, la présence française en Algérie est devenue, au fil des discours, une certitude de moins en moins évidente à percevoir dans les visions du général de Gaulle. Si le propos est nuancé et habilement teinté d ambigüité, le fond de la question n échappe pas aux militaires et à l opinion publique des Français d Algérie. La mise à feu - 16 septembre 1959 : le général de Gaulle évoque «le droit des Algériens à l autodétermination» janvier - 1 er février 1960 : Semaine des barricades à Alger 3 La conséquence de cette première rupture idéologique se fait ressentir dans l opinion publique des Français d Algérie. C est bien de la rue que débute la Semaine des barricades qui symbolise le premier temps fort de la radicalisation des partisans de l Algérie française. Les leadeurs civils 4 profitent d une relative «passivité» du côté de l armée d Algérie pour mener à bien une action de guérilla urbaine pendant près d une semaine. - 5 mars 1960 : à l occasion d une nouvelle tournée en Algérie, le général de Gaulle veut croire en une «Algérie algérienne liée à la France» mars 1960 : malgré ses succès militaires et sa fidélité au cours de la crise des Barricades, le général Maurice Challe qui avait succédé au général Raoul Salan au mois de décembre 1958, aux côté de Paul Delouvrier, est démis de ses fonctions de commandant en chef en Algérie. Une évolution politique progressive - 5 septembre 1960 : le général de Gaulle déclare que «L Algérie algérienne est en route». - 4 novembre 1960 : le général de Gaulle parle d une «République algérienne qui existera un jour, mais n a encore jamais existé» novembre : Paul Delouvrier, instigateur du Plan de Constantine, est remplacé par Jean Morin comme délégué général du gouvernement en Algérie. - Décembre 1960 : au cours du voyage du général de Gaulle en Algérie, des manifestations populaires violentes en faveur de l Algérie française ou de l indépendance Algérienne ont lieu dans plusieurs villes du pays. 3 Voir le dossier thématique «La semaine des barricades, Alger, 24 janvier-1 er février 1960» sur 4 On citera pour mémoire Joseph Ortiz, Pierre Lagaillarde ou encore Jean-Jacques Susini. 2

3 -Photo n 2 Onze mois après la Semaine des barricades, les partisans de l Algérie française manifestent violemment cette fois-ci dans la casbah. Des scènes d émeutes urbaines se multiplient pendant plusieurs jours. Le vent tourne. Cette forme de «contestation populaire» radicale illustre le caractère instable et fluctuant du rapport de force politique. ALG G41 Les manifestants rue Michelet à Alger. 9/12/1960, opérateur : Vignal, Claude La recherche d une légitimation populaire en faveur d une solution politique, pacifique et négociée - 8 janvier 1961 : 75% des Français répondent «Oui» au référendum relatif au droit à l autodétermination du peuple algérien. - Photos n 3 et 4 ALG R4 ALG R5 Le référendum à Oran. Bureau de vote dans la casbah (boulevard du Télemly). 8/01/1961, opérateur : Vignal, Claude 8/01/1961, opérateur : Flandrois, Marc Ce vote est capital. En effet, le discours prononcé par le général de Gaulle à l occasion du référendum est sans ambigüité sur le devenir de l Algérie en cas d adhésion massive puisqu il précise que «la réponse positive de notre peuple au référendum prendra aussi le caractère d un appel à la fin des combats et à une pacifique confrontation ( ). Le «Oui» franc et 3

4 massif ( ) offrira à l Algérie la chance d un avenir libre» 5. À ce sujet, l article premier du projet de loi du n du 14 janvier parle de lui-même puisqu il précise que : «Dès que les conditions de la sécurité en Algérie permettront d y rétablir le plein exercice des libertés publiques, les populations algériennes feront connaître, par la voie d une consultation au suffrage direct et universel, le destin politique qu elles choisiront par rapport à la République française». L une des conséquences directes est la reprise des négociations avec le GPRA et l annonce, le 30 mars, des futurs «pourparlers d Evian». Le 11 avril, le général de Gaulle envisage même, pour la première fois, un «État algérien souverain». On connaît le résultat du référendum du 1 er juillet > La genèse du putsch : une réalité complexe Dans le même temps, une partie des cadres militaires réagit violemment aux inclinaisons indépendantistes qui transparaissent dès les premiers discours du général de Gaulle. La première fronde apparaît au cours de la Semaine des barricades, sous l impulsion de plusieurs colonels qui soutiennent ouvertement le mouvement frontiste. Ce «soviet des colonels», désigné ainsi par le Premier ministre Michel Debré, est composé, entre autres, du colonel Antoine Argoud. Ce dernier se fait le porte-parole d une partie de l armée lorsqu il déclare ouvertement au Premier ministre, alors en visite expresse à Alger qu «Il n est pas question de tirer, vous ne pouvez pas tirer sur des Français qui crient «vive l Algérie française» ( ). Il faut transformer l autodétermination. Il faut revenir sur l autodétermination. [Si le général de Gaulle refuse] il faudra que le général Challe essaie lui-même de prendre l affaire à son compte. [Et si le général Challe refuse] Monsieur le Premier ministre, à ce moment-là, ce sera l affaire des colonels, quels que soient leurs noms 8». Pour une fraction de l armée française, l autodétermination est inenvisageable, inconcevable. D autres solutions peuvent exister, mais la France doit conserver un rôle de premier plan dans le destin de l Algérie. S ils ne s opposent pas à l intégration des populations musulmanes, celle-ci ne peut se faire que dans une Algérie française. L épisode de la Semaine des barricades porte en lui les prémices du putsch des généraux. En réalité, plusieurs fronts de dissidences vont progressivement se mettre en place et commencer à se réunir entre 1960 et Ils vont jouer un rôle plus ou moins important dans l organisation, la mise en place et le déroulement du putsch. Des contacts de plus en plus fréquents sont pris entre Alger, Paris et Madrid. C est ainsi que, au fur et à mesure des rencontres et des discussions, l idée d une action d envergure telle que celle du 13 mai 1958, finit par rencontrer l adhésion d une grande partie de ces groupes. S ils ont parfois des désaccords sur la manière de procéder, tous s entendent tous sur un point : le respect de la parole donnée dans le maintien de l Algérie française. Ce n est donc pas un hasard si la majorité des personnalités qui composent ces groupes d influence ont, pour la plupart, exercé (ou exercent encore) des responsabilités politiques et militaires de premier plan tout au long de la guerre d Algérie. 5 Extrait de l allocution du général de Gaulle prononcée le 20 décembre 1960 in Pierre Vallaud, La guerre d Algérie II La marche à l indépendance, éditions Acropole, 2005, pp Article premier du projet de loi «concernant l autodétermination de populations algériennes et l organisation des pouvoirs publics en Algérie avant l autodétermination». 7 Référendum d autodétermination en Algérie ratifié par 99,72% de votes en faveur du «Oui». 8 Yves Courrière, La guerre d Algérie Tome 2 : , Fayard, 2001, p.533 4

5 Parmi eux, le colonel Hervé de Blignières 9, secondé par le lieutenant Roger Degueldre, participe activement à l unification des intentions en véritable conjuration. Les liaisons entre les anciens colonels des Barricades et des membres du Comité de Vincennes 10 se multiplient. Par ailleurs, dans le contexte d une trêve unilatérale entre la France et le FLN qui semble se profiler dès le début de l année 1961, plusieurs cadres d active alors en service en Algérie font part de leurs préoccupations aux groupes métropolitains et se disent prêts à une action d envergure. Une tendance forte se dessine également en Espagne, autour du général Raoul Salan qui entend interpréter un rôle d opposition de premier plan à la politique menée par le général de Gaulle. Salan s est d ailleurs rapproché des nationalistes en fuite Jean-Jacques Susini et Pierre Lagaillarde qui viennent de fonder l OAS (Organisation armée secrète) 11. Les plus actifs, au sein de ces groupes, qui envisagent également une action armée conjointe en métropole 12, sont les anciens colonels d Algérie parmi lesquels figurent les noms d Antoine Argoud, de Joseph Broizat, de Jean Gardes, de Pierre Château-Jobert, de Charles Lacheroy ou encore d Yves Godard. Mais pour unifier les différentes tendances, les colonels ont besoin d un chef unique qui rassemble largement. Plusieurs personnalités sont approchées, mais c est celle du général Challe qui fait rapidement consensus. Ce dernier a donné sa démission au mois de janvier 1961 et vient justement de rejoindre «un groupe réunissant des civils et des militaires [qui] s était formé à Paris. Il comptait, parmi ses participants réguliers : Georges Bidault, Jacques Soustelle, Marc Lauriol, Robert Lacoste, Max Lejeune, le général Zeller, l ancien patron de l armée de terre redevenu civil, ainsi que le général Valluy, prédécesseur de Challe à Fontainebleau. ( ). Deux fois par semaine le petit groupe se réunissait et étudiait la conjoncture 13». Le général Challe y expose ses vues sur le devenir de l Algérie et rencontre l adhésion d une grande partie des conjurés. Devant ses réticences à mener une importante action armée en Algérie, le général Jouhaud tente de le convaincre des bienfondés et des soutiens d une grande partie des régiments «prestigieux» encore en service en Algérie. C est le discours du général de Gaulle du 12 avril 14 qui achève de convaincre le général Challe : il accepte finalement de prendre la tête de la conjuration et d imposer par la force l abandon de la politique d autodétermination. Ses principaux adjoints seront le général Zeller et le général Jouhaud. L état-major du putsch, composé de Jouhaud, Gardy, Godard, Lacheroy, Broizat et Sergent, se retrouve réuni au complet le 20 avril en Algérie et se prépare à l action. 9 «C est le colonel de Blignières qui rétablit les liens entre Argoud et Gardes à Metz, Broizat à Châlons-sur-Marne, Godard à Nevers, Dufour en Forêt-Noire, Lacheroy à l École militaire. Des contacts sont même pris à l étranger, en Allemagne, en Espagne, en Afrique du Sud et, naturellement, avec des milieux politiques français, indépendants ou radicaux. On dresse même la liste d un haut-commissariat où figureraient Pinay, Monnerville, Arrighi, Max Lejeune, Cogny, Pisani. Bientôt, le «soviet des colonels» tient même ses assises à l École militaire où le colonel Lacheroy a ses entrées, tandis que, Degueldre, l ombre du colonel de Blignières, sillonne l Algérie en tenue d officier aviateur». Philippe Masson, A la recherche d un général, In Historia magazine, La guerre d Algérie, n 331 Préparation du putsch des généraux, Tallandier, 1973, p Fondé par Jacques Soustelle au mois de juin Le comité rassemble plusieurs centaines de personnalités qui souhaitent le maintien de l Algérie française 11 L Organisation armée secrète est créée le 11 février Les généraux Jacques Faure et Paul Gardy ainsi que le colonel de Blignières étaient favorables à une action en métropole. Le général Challe, mis à la tête de la conjuration refusera cette option. 13 Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p Discours dans lequel le général de Gaulle déclare à un journaliste que «la France considérerait avec le plus grand sang froid une solution telle que l Algérie cessât d appartenir à son domaine». 5

6 II. Le déroulement du putsch - Samedi 22 avril 1961 : de l ombre à la lumière > 2h45 : La prise d Alger Les conjurés se sont assurés le soutien de plusieurs régiments «prestigieux» cantonnés en Algérie. Ceux-ci attendent le feu vert pour passer à l exécution du plan d action mis en place par le capitaine Baÿt. 15 Ainsi, c est dans la nuit du 21 au 22 avril que le 1 er Régiment étranger de parachutistes, dont le commandement par intérim est assuré par Hélie Denoix de Saint Marc, s empare, en quelques heures, des principaux points stratégiques de la ville d Alger. Le 1 er REP est activement soutenu dans cette entreprise par le groupe de commandos parachutistes de réserve encadré par le commandant Georges Robin. -Photo n 5 ALG R1 Le général Gambiez (à gauche) serre la main au général de Saint-Hillier. 17/02/1961, opérateur : Flandrois, Marc De leur côté, les autorités civiles et militaires de l Algérie passent la soirée au Palais d Été à Alger, chez le Gouverneur général Morin lorsque plusieurs sources leurs signalent au même moment la mise en mouvement du 1 er REP. Malgré les alertes répétées des renseignements généraux au sujet d un possible coup d État sur Alger par une partie des anciens cadres militaires, le général Fernand Gambiez, commandant en chef des forces armées, juge l évènement invraisemblable. C est avec le responsable de la 10 e DP (Division parachutiste), le général de Saint- Hillier, qu il décide de se rendre au cantonnement du 1 er REP, à Zéralda (région d Alger), afin de juger sur place de la situation. Leur surprise est de taille lorsqu ils croisent la route du 1 er REP à proximité d Alger et que le régiment refuse d obéir aux ordres du général Gambiez qui s est porté au-devant du convoi. À cette occasion, un lieutenant aurait déclaré au général Gambiez «Vous n êtes plus rien. Nous n avons rien à faire de vos ordres. Challe et Zeller sont arrivés. C est à eux que nous obéissons. 16». Plus que la stupeur, c est l effarement qui domine alors les deux hommes. Et 15 «Capitaine du corps d armée d Alger, officier de réserve en situation d activité ( ) a soigneusement préparé la prise d Alger en 19 objectifs. Une petite merveille de concision et de précision ( ) En moins d une heure, les centres nerveux de la capitale doivent être neutralisés. Délégation générale, état-major interarmées, corps d armée d Alger, PC de la zone et des deux secteurs d Alger, radiodiffusion et télévision, centre des transmissions, palais d Été, aérodromes, commissariat central, domiciles des principaux hauts-fonctionnaires et chefs militaires.» Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p.811 6

7 pour cause, le général de Saint-Hillier vient de dîner avec Hélie Denoix de Saint Marc, commandant par intérim du 1 er REP 17. Alger tombe et plusieurs hauts responsables civils et militaires parmi lesquels figurent les généraux Fernand Gambiez et Adolphe Vézinet (responsable du corps d armée d Alger), le délégué général Jean Morin et même le ministre des transports Robert Buron, alors de passage à Alger, sont arrêtés au cours de la nuit. La première phase du putsch s achève conformément au scénario prévu. Les généraux rebelles peuvent reprendre du service. > 7h00 : Une voix s élève C est par la radio que la population algérienne apprend, au petit matin, que les généraux Maurice Challe, Edmond Jouhaud et André Zeller, en liaison étroite avec le général Raoul Salan, ont décrété l état de siège et pris le pouvoir à Alger afin de «garder l Algérie dans la souveraineté française». En écho au discours du général de Gaulle prononcé le 12 avril 18, ils dénoncent l action du gouvernement français et l abandon progressif de l Algérie 19. Le 22 avril, trois généraux sur quatre sont physiquement présents à Alger L homme de tête > Maurice Challe : ALG R2 Portrait du général Maurice Challe. 26/11/1958, opérateur : Berges, Yves-Guy -Photo n 6 Le général Challe remplace le général Salan en Algérie au poste de commandant en chef des forces armées le 12 décembre Il réorganise l armée et met en place une vaste offensive militaire 20 contre l ALN (Armée de libération nationale). Malgré les succès militaires et sa gestion de la crise des Barricades, le général Challe est remplacé par le général Crépin au mois de mars Il devient alors commandant en chef des forces alliées Centre Europe, poste duquel il démissionne en décembre C est à cette époque qu il s implique aux côtés de personnalités opposées à l autodétermination et qu il expose ses théories. C est lui que les conjurés désirent mettre à la tête du putsch et, malgré ses hésitations, il accepte de mener le coup d État en Algérie aux côtés des généraux Jouhaud et Zeller. 17 Le lieutenant-colonel Guiraud qui commande le 1 er REP à cette époque est en permission. 18 Discours dans lequel le général de Gaulle déclare à un journaliste que «la France considérerait avec le plus grand sang froid une solution telle que l Algérie cessât d appartenir à son domaine». 19 «( ) Un gouvernement d abandon nous apprenait successivement l Algérie française, l Algérie dans la France, l Algérie algérienne, l Algérie indépendante associée à la France. Il s apprête aujourd hui à livrer définitivement l Algérie à l organisation extérieure de la rébellion ( )» 20 Le plan Challe commence au mois de février 1959 et affaiblit considérablement les forces vives de l ALN 7

8 Les adjoints > Edmond Jouhaud -Photo n 7 Le général Jouhaud a commandé la 5 e région aérienne en Algérie en 1957 avant de devenir chef d état-major de l armée de l air. Il est l un des principaux acteurs du 13 mai 1958 aux côtés du général Salan, alors commandant en chef des forces armées. ALG R32 Le général Jouhaud sur le forum d Alger. 24/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude ; Flandrois, Marc ; Grimaud ; Fauche En désaccord avec la politique algérienne menée par le général de Gaulle, il demande sa mise en disponibilité en octobre C est lui qui parvient à convaincre le général Challe de prendre la tête du mouvement insurrectionnel. Le général Challe le nomme responsable de l information et de la propagande en Algérie au cours de la préparation du putsch. > Marie-André Zeller -Photo n 8 Le général Zeller est chef d état-major de l armée de terre lorsqu il démissionne en février 1956 pour marquer son profond désaccord avec la diminution des effectifs en Algérie décidée par le gouvernement de l époque. Au lendemain des journées de mai 1958, il accepte de reprendre son poste à la demande du général de Gaulle. Ce fervent défenseur de l Algérie française est mis en retraite en 1959 et ne cache pas son opposition avec la politique d autodétermination menée par le chef de l État. Homme de conviction, il participe très activement à la mise en œuvre du coup d État. Le général Challe le charge des questions logistiques et administratives au moment de la prise d Alger. ALG R40 Le général Zeller sur le forum d Alger. 24/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude ; Flandrois, Marc ; Grimaud ; Fauche 8

9 L associé exilé >Raoul Salan La participation du général Salan au putsch est résolument un choix politique. En effet, le libellé de l annonce radiodiffusée le 22 avril au matin parle de lui-même : si le coup d état se fait «en liaison étroite» avec le général Salan, ce avril, dernier n arrive à Alger que le 23 soit le lendemain du coup de force. C est que Challe désire ardemment que l opération reste dans les mains des militaires. Or ce dernier estime que les accointances que le général Salan entretient, en Espagne, avec les nationalistes réfugiés Susini et Lagaillarde, sont susceptibles de parasiter la bonne marche des opérations. Le général Salan sur le forum d Alger. 24/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude ; Flandrois, Marc ; Grimaud ; Fauche De fait, si l association entre Challe, Jouhaud et Zeller d un côté, et le général Salan et les nationalistes de l autre côté est inéluctable 21, celle-ci doit se faire, dans l esprit de Challe, le plus tard possible, après que la situation générale sera stabilisée du côté de la prise d'alger. La conjuration finale mise en place à Alger et la mise en œuvre du coup d État résultent donc d associations politico-militaires complexes. Mais le résultat est là : le 22 avril au matin, l armée a pris le pouvoir à Alger. Mais Alger n est pas l Algérie. -Photo n 9 ALG R41 Un nombre significatif de hauts cadres militaires ne soutient pas les putschistes dans leur entreprise. Challe comprend rapidement que, pour beaucoup de responsables, le pas à franchir risque d être trop difficile. Il confie donc aux généraux Zeller et Gardy la délicate mission de convaincre les récalcitrants du Constantinois et de l Oranie. 21 «Il était pourtant clair qu à quelques jours du Grand Coup, il faudrait compter avec Salan. Son arrivée à Alger était inévitable. Il s y précipiterait dès l annonce du putsch ( ). Il fallait donc le tenir à l écart jusqu à la prise en main complète de l armée d Algérie.» In Yves Courrière, La guerre d Algérie, T IV Les feux du désespoir, SGED, Paris, 2000, p

10 > Paris s agite : «C est une question de trois jours» 22 C est le Premier ministre Michel Debré qui avertit le général de Gaulle de la situation. Ce dernier décide d envoyer sur place le chef d état-major de la Défense nationale, le général Jean Olié, et le ministre des Affaires algériennes Louis Joxe, afin de se rendre compte de la situation. -Photos n 10, 11 et 12 ALG R2 ALG R3 Le général d'armée Jean Olié au Gouvernement général à Alger. Louis Joxe au Gouvernement général à Alger. 27/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude 7/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude Les renseignements qui leurs parviennent d Algérie rassurent les deux hommes sur la situation globale de l Ouest algérien. En effet, le général de Pouilly, responsable du corps d armée d Oran les assure de sa fidélité. Les deux hommes conseillent aux responsables gaullistes de la zone Oranaise d établir un PC à Tlemcen, à la frontière marocaine afin de mettre une distance sereine entre eux et Oran (cet éloignement stratégique va favoriser l échec de la prise de contrôle de la zone Oranaise par le général Gardy envoyé par Challe). Ils décident ensuite de se rendre directement dans le Constantinois afin d envisager l état général de la zone. Ils y découvrent une situation critique. A Télergma (Constantinois), les deux hommes échappent même de justesse à des parachutistes de la 10 e DP venus les arrêter. Ils se replient alors à Bône 23 où ils bénéficient du soutien sans faille du général Charles Ailleret. Ils regagnent Paris le 23 avril après s être assurés de la fidélité des principaux cadres de la région. ALG R5 Le général Ailleret fait ses adieux à la caserne d Orléans (Alger) 23/04/1962, opérateur : Nicaise Ce voyage éclair permet aux deux hommes d entrevoir des failles dans l organisation générale du putsch en cours d exécution en Algérie. 22 Le général de Gaulle à Jacques Foccart, le 22 avril au matin, in Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p Aujourd hui Annaba (constantinois) 10

11 Dans le même temps, en métropole, les autorités françaises dirigées par Roger Frey 24, font arrêter plusieurs personnalités étroitement mêlées à la conspiration, dont le général Faure. Il est dorénavant impossible pour les conjurés de prolonger le coup de force sur Paris. A 17h, le conseil des ministres décide de décréter l état d urgence et précise que les responsables militaires du putsch seront traduits devant la justice militaire. - Dimanche 23 avril 1961 > Le temps des doutes Si beaucoup de cadres militaires soutiennent les conjurés dans les faits, il n en est pas de même dans les actes. Conformément aux renseignements recueillis par la mission Olié-Joxe, la zone Oranaise est loin d être acquise au putsch. Et pour cause, les défections de dernière minute et les attentistes prudents se révèlent beaucoup plus nombreux que prévu. Des divisions idéologiques importantes se font sentir au sein de l armée d Algérie, partagée entre ses attentes réelles de voir l Algérie française perdurer au-delà des choix du gouvernement, et son devoir de réserve et d obéissance au chef des armées. Dans ce contexte, le général Challe s inquiète d apprendre le dimanche soir qu aucun officier général du corps d armée d Oran ne s est rallié aux putschistes. Le général Gardy échoue à Oran, mais le général Zeller réussit à retourner le général Gouraud 25 à Constantine. -Photos n 13 et 14 ALG R2 ALG R15 Arrivée du général Zeller à Constantine. Portrait du général Gouraud (région d Alger) 23/04/1961, opérateur : Grassart 10-14/04/1956, opérateur : inconnu 24 Il est à cette époque Ministre délégué auprès du Premier ministre Michel Debré. 25 Le cas du général Gouraud est emblématique. Son attitude tout au long du putsch symbolise bien le doute et le cas de conscience qui habitent plusieurs officiers supérieurs, déchirés entres leurs convictions personnelles et leur devoir de soldat. Le 22 avril, le responsable du corps d armée de Constantine assure le général Challe de son soutien avant de se raviser, un peu plus tard, au téléphone. Après avoir reçu la délégation Olié-Joxe dans la journée, le général Gouraud demande même officiellement à ses troupes de ne pas suivre les putschistes. Le lendemain, 23 avril, le général Zeller venu le rencontrer personnellement parvient à lui faire changer une nouvelle fois d avis, mais ses troupes ne le suivent pas. 11

12 Malheureusement pour les putschistes, le revirement du général Gouraud ne suffit pas à entraîner les officiers du corps d armée de Constantine, qui refusent majoritairement de participer au putsch. Au final les représentants de Challe ne parviendront pas à faire basculer l Oranais et le Constantinois. À Alger, le général Raoul Salan, tenu à l écart depuis le début, arrive et rejoint officiellement le putsch. Un conseil supérieur de l Algérie dans lequel «Challe assure le commandement en chef, Jouhaud est chargé de la logistique et de la propagande, Zeller de la vie économique et des finances et Salan de l action sur l administration et la population» 26 est créé. On l a vu, le général Salan, n arrive que le 23 avril en début d après-midi au quartier Rignot. Il est venu avec Jean-Jacques Susini. Avec ces deux hommes, c est la branche des«ultras» de l OAS qui s invite au putsch des généraux. Challe rappelle à Salan qu il n est pas question de mêler les civils au mouvement. Le général Challe décide d associer les généraux Salan et Jouhaud 27 sur les questions relatives aux contacts avec la population. - Photo n 15 ALG R5 Le général Salan au quartier Rignot (Alger). 24/04/1961, opérateur : Vignal, Claude 26 Jacques Frémaux, Le putsch des généraux : le film des évènements, in Guerre d Algérie magazine, n 14, décembre-janvier-février 2009, pp Si le duo fonctionne mal dans les premiers temps, les deux hommes basculent ensemble dans la clandestinité après le putsch et dirigent l état-major de l OAS pour l Algérie. 12

13 > Le discours du général de Gaulle «Un pouvoir insurrectionnel s est établi en Algérie par un pronunciamiento 28 militaire» C est par ces mots que commence le discours radio-télévisé prononcé par le général de Gaulle le 23 avril à 20h. Fort d une légitimité populaire confirmée après le référendum du 8 janvier relatif à l autodétermination en Algérie, le président de la République s adresse une fois encore à la nation. Il condamne fermement ce «quarteron de généraux en retraite ( )» appuyé par «un groupe d officiers, partisans, ambitieux et fanatiques» avant d ordonner que «tous les moyens soient employés pour barrer la route à ces hommes-là, en attendant de les réduire». Dans cette optique, le général de Gaulle ordonne expressément aux soldats d Algérie de désobéir formellement aux ordres émanant de leurs supérieurs lorsque ceux-ci ont pris le parti des dissidents d Alger. Par ailleurs, le président de la République décide d appliquer l article de la Constitution qui lui permet de se saisir des pleins pouvoirs. - Photo n 16 ALG R39 Le général de Gaulle à Tiaret (région d Oran) /10/1958, opérateur : inconnu Ce discours, prononcé sur un ton volontairement dramatique, provoque en métropole une importante adhésion populaire. Par ailleurs, son impact sur les soldats du contingent, qui l ont largement entendu, va être déterminant dans le règlement final du putsch en Algérie. Dans le prolongement de la déclaration du général de Gaulle, le Premier ministre Michel Debré intervient à son tour plus tard dans la soirée. Il évoque sérieusement la possibilité d un débarquement d unités parachutistes sur Paris et le prolongement du coup d État sur le territoire national. Il en appelle lui aussi à la mobilisation populaire et fait garder plusieurs points stratégiques de la capitale par des unités de l armée. 28 Pronunciamiento : Acte par lequel un chef militaire ou un groupe d officiers déclare son refus d obéir au gouvernement ; tout coup d État organisé ou favorisé par l armée. In Le Petit Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la Langue Française, 1992, p Article 16 : «Lorsque les institutions de la République, l indépendance de la nation, l intégrité de son territoire ou l exécution de ses engagements internationaux sont menacés d une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation du Premier ministre, des présidents des assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel ( )» 13

14 - Lundi 24 avril 1961 > Le chant du cygne À Alger, la situation s enlise du côté des insurgés alors qu à Paris un vaste mouvement de soutien populaire au général de Gaulle déferle dans les rues. L état-major du général Challe, les colonels en tête, estime que les généraux doivent s adresser à leur tour à la population algéroise. Un rendez-vous est fixé sur le forum d Alger le même jour à 18h30. C est une foule évaluée à personnes qui est venue acclamer les putschistes au balcon du Gouvernement général. Tour à tour, les généraux Challe, Zeller, Salan et Jouhaud exhortent la population d Alger de les soutenir dans leur combat. Depuis le balcon, les déclarations se veulent solennelles 30 : - Challe : «Voici ceux qui sont venus avec vous pour se battre, souffrir et mourir s il le faut pour que l Algérie reste une terre française». - Zeller : «Je suis venu de France pour rejoindre mes amis et parce que je pense que si l Algérie a besoin de la France, la France ne peut pas se passer de l Algérie». -Photo n 17 ALG R19 Arrivée des généraux sur le Forum d Alger. 24/04/1961, opérateur : Vignal, Claude - Jouhaud : «Nous avons acclamé la France, nous avons acclamé l Algérie, je vous demande d acclamer l armée». - Salan : «Nous nous retrouvons ici, sur cette place où ensemble nous avons fait le serment de garder l Algérie à la France». -Photo n 18 ALG R13 Les généraux prennent la parole au Gouvernement général (Alger). 24/04/1961, opérateur : Vignal, Claude 30 Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p

15 La foule toute acquise aux généraux ovationne largement chacune des interventions. Mais l unité affichée au cours de cette communion n est qu une façade. En effet, la situation en Oranie et dans le Constantinois est au point mort. Dans les coulisses des divergences stratégiques commencent à apparaître entre les quatre généraux. Malgré les défections militaires de plus en plus nombreuses, le général Challe reste sourd aux injonctions des nationalistes qui souhaitent agir et actionner leurs milices. Il est également résolument contre une intervention aéroportée sur la métropole. Au soir du troisième jour, la situation générale en Algérie n a guère évolué et Challe ne maîtrise en définitive que la zone algéroise. Les putschistes se sentent isolés. > Le rôle des appelés -Photo n 19 ALG R3 Des militaires refusent de reprendre le travail sous la direction d un officier qui n est pas resté fidèle au gouvernement. 26/04/1961, opérateur : Flandrois, Marc Parallèlement à cet enlisement généralisé, une grande agitation règne chez les appelés du contingent. Le discours prononcé la veille par le général de Gaulle a été largement entendu par les soldats et des soulèvements ont lieu dans plusieurs casernes. C est ainsi que l on rapporte à l état-major des putschistes que «le général Bigeot, patron de l aviation en Algérie, voit ses bases de la Mitidja en état d insurrection» 31. C est que le général de Gaulle a bien senti le rôle que peuvent jouer les appelés du contingent. Pris dans une tourmente qui les dépasse et une guerre qu ils ne souhaitent pas ou plus mener, le général de Gaulle compte implicitement sur eux pour, sinon gangréner, au moins paralyser et ralentir durement le coup d État. L idée est de mettre à mal le mouvement en cours depuis la base. Le résultat ne se fait pas attendre. -Photo n 20 ALG R3 Les élèves officiers de Cherchell devant le Gouvernement général à Alger. 26/04/1961, opérateur : Grassart 31 Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p

16 III. Le dénouement - Mardi 25 avril 1961 : la fin des illusions Le coup ne prend pas, et le général Challe en est bien conscient. Le putsch n évolue pas, pire, la situation d enlisement dans laquelle se trouvent les généraux ne fait qu empirer d heure en heure. L Algérie n a pas basculé comme prévu dans les premières heures du coup d État et les marges de manœuvre des conjurés se réduisent considérablement au fur et à mesure que le temps passe. L isolement des putschistes est réel et la journée du 25 avril ne fait que confirmer la tendance générale. Alger vacille, les soldats expriment leur amertume et la situation militaire reste figée dans l Oranais et le Constantinois. Le constat d échec s impose au général Challe qui prend sa décision à la mi-journée. Il souhaite mettre fin à cette triste aventure, veut se livrer aux autorités et entend assumer l entière responsabilité de l affaire. Dans un sursaut d orgueil, les généraux Zeller, Jouhaud et Salan se refusent à cette solution et tentent même une dernière action en mobilisant les civils. Mais il est déjà trop tard, c est la débâcle à Alger. A 22h, les parachutistes commencent à se retirer alors que la ville est investie par les forces de l ordre. Les généraux Challe, Jouhaud et Salan se replient sur Zéralda avec le 1 er REP. De son côté, le général Zeller préfère disparaitre anonymement dans la foule. - Mercredi 26 avril : la reddition de Challe C est depuis le cantonnement du 1 er REP que les généraux Salan et Jouhaud choisissent de passer dans la clandestinité afin de rejoindre l OAS et de poursuivre le combat 32. Hélie Denoix de Saint Marc, le commandant séditieux du 1 er REP, négocie le lendemain la reddition du général Challe. Le 26 avril au soir, Maurice Challe est emprisonné à la prison de la Santé à Paris. Il est rejoint quelques jours plus tard par André Zeller qui s est constitué prisonnier le 6 mai. -Photos n 21, 22 et 23 ALG R2, R12 et R6 À Alger, les troupes du contingent réoccupent les bâtiments publics. 26/04/1961, opérateur : Grassart 32 «Les deux généraux entrent dans la clandestinité aux côtés de Gardy, Gardes, Godard, Sergent et Degueldre ( ) Argoud et Lacheroy se réfugient en Espagne. ( ). Perquisitions et expulsions du sol algérien frappent les Européens suspects de sympathie avec les putschistes, eux-mêmes sévèrement punis. Les trois régiments impliqués (le 1 er REP, les 14 e et 18 e RCP) sont dissous. Les commandos de l air et le groupement des commandos de parachutistes connaissent le même sort. La tenue Léopard disparaît. Plus de 200 officiers sont mis aux arrêts de rigueur ( )» In Pierre Vallaud, La guerre d Algérie II La marche à l indépendance, éditions Acropole, 2005, pp

17 Le temps des sanctions a sonné. Plusieurs régiments qui ont participé à la mise en œuvre du coup d État sont dissouts et un nombre important d officiers est mis aux arrêts ou bien encore muté hors d Algérie. -Photo n 24 La dissolution du 1 er REP est un symbole fort, voulu par le chef de l État, au lendemain de l échec du putsch. «Ce 27 avril 1961, bérets verts, entassés dans leurs camions, hommes partagés entre la colère et le chagrin, clament, en traversant une dernière fois leur bonne ville de Zéralda, le refrain sur lequel Edith Piaf fait fredonner tout Paris Non! Ils ne regrettent rien. Et si c était à refaire, ils recommenceraient ( ) 33» ALG R6 Les militaires du 1 er REP quittent Zéralda (région d Alger). 27/04/1961, opérateur : inconnu Le même jour, l état-major de Paris débarque à Maison Blanche (région d Alger). On reconnaît ici le général Jean Olié, chef d état-major de la Défense nationale et Louis Joxe le ministre des Affaires algériennes, qui sont de retour trois jours après leur passage éclair en Algérie. Ils sont venus réorganiser et remettre en ordre les pouvoirs publics et militaires en Algérie. Les conséquences immédiates du putsch sont importantes et «l armée française sort brisée de la crise qu elle vient de traverser 34». Deux conceptions politiques de l Algérie se sont affrontées au cours de ces quatre jours et cinq nuits d avril C est la vision politique défendue par le général de Gaulle qui sort renforcée et confortée de cet épisode si particulier de la guerre d Algérie. -Photo n 25 ALG R26 Arrivée de l'état-major de Paris à Maison Blanche (région d Alger). 27/04/1961, opérateur : Grimaud 33 Pierre-Albert Lambert, Les dramatiques adieux des «bérets verts» du 1 er REP à Zéralda, in Historia Magazine, La guerre d Algérie, n 95 pp Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p

18 IV. Epilogue Le putsch des généraux véhicule une symbolique forte dans l histoire de la guerre d Algérie. L immixtion de la sphère politique dans l appréhension militaire du conflit a provoqué l un des épisodes les plus marquants de l histoire militaire française de ces 50 dernières années. Comment ces générations de généraux et d officiers supérieurs ont-t-elles pu en arriver à ces extrémités, à se placer à ce point en dehors du cadre légal et de leur devoir d obéissance? Paradoxalement, «pour justifier leur rébellion contre l autorité de l État, peu conforme à la tradition militaire française, les conjurés se réfèrent à l exemple qu a donné de Gaulle luimême en 1940 en refusant d accepter l armistice négocié par un gouvernement formellement légal, mais proclamé illégitime, et en continuant le combat. 35» Pour les généraux Salan et Jouhaud, le combat continue dans la clandestinité au travers de l Organisation armée secrète qu ils dirigent aux lendemains du putsch raté 36. Une grande partie des insurgés les imite dans le choix de cette radicalité. Les condamnations des principaux acteurs de la sédition ne se font pas attendre. Au final, «220 officiers sont relevés de leur commandement, 114 traduits en justice, 83 condamnés ( ) les généraux Challe et Zeller sont condamnés à 15 ans de réclusion 37 ( ) le général Gouraud à sept ans. Le commandant Hélie Denoix de Saint Marc est condamné à 10 ans de réclusion 38». Les mises à l écart ou les démissions sont également très nombreuses à cette période 39 et les dissolutions des 14 e et 18 e RCP, du groupement des commandos de l Air et surtout du 1 er REP laissent des traces. La prise d Alger en quelques heures et presque sans violence (la seule victime du coup d État du 21 avril est Pierre Brillant, maréchal des logis du Train) n a été possible que grâce à la relative passivité des forces de l ordre qui «laissent» faire les choses ou montrent peu de résistance. Paradoxalement, c est cette même passivité, ce que l on qualifiera plus tard d «attentisme prudent» de la part des principaux cadres de l armée d Algérie qui a précipité l échec du putsch des généraux. Le général de Gaulle sort très renforcé de cet épisode qui lui laisse les mains libres pour mener à bien les négociations qui déboucheront, moins d un an après, sur les Accords d Evian. -Photo n 26 ALG R17 Les généraux Zeller, Jouhaud, Salan et Challe sur le forum d Alger 24/04/1961, opérateur : Vignal, Claude 35 Jacques Frémaux, Le putsch des généraux : Les comploteurs, in Guerre d Algérie magazine, n 14, décembrejanvier-février 2009, p Edmond Jouhaud est arrêté le 26 mars 1962 à Oran et Raoul Salan le 20 avril 1962 à Alger. 37 Les généraux Challe, Zeller, Salan et Jouhaud sont graciés en 1966 et amnistiés en Jacques Frémaux, ibidem, p Par ailleurs, un certain nombre d officiers, hostiles à la politique du gouvernement, ou pour protester contre les mesures qui frappent leurs camarades, choisissent de mettre fin à leur carrière. D autres, que le pouvoir juge peu sûrs, sont encouragés à bénéficier de mesures de dégagement des cadres. Pierre Messmer évalue à 500 ou 600 le nombre d officiers qui, plus ou moins spontanément, quittent ainsi une armée qui les a déçus. ( ) Le chiffre total des officiers partis à titres divers représente environ un millier de cadres, environ 3% du total des officiers d active de l armée française, et sans doute une proportion plus grande pour l Algérie. Jacques Frémaux, ibidem, pp.28 et 29 18

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

Les accords d Évian ou la deuxième guerre d Algérie 18 mars 30 juin 1962

Les accords d Évian ou la deuxième guerre d Algérie 18 mars 30 juin 1962 Les accords d Évian ou la deuxième guerre d Algérie 18 mars 30 juin 1962 «Il sera mis fin aux opérations militaires et à toute action armée sur l ensemble du territoire algérien, le 19 mars 1962, à 12

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION Une période de grands bouleversements Les rébellions de 1837-1838 L acte constitutionnel de 1791 a modifié l organisation de la société. S il a permis de régler certains

Plus en détail

Photo n 1 ALG 62-132 R5 Manifestation à Alger. 05/07/1962, opérateur : Creuse 2

Photo n 1 ALG 62-132 R5 Manifestation à Alger. 05/07/1962, opérateur : Creuse 2 L indépendance algérienne, juillet 1962 «Voulez-vous que l Algérie devienne un État indépendant coopérant avec la France dans les conditions définies par les déclarations du 19 mars 1962?» 1 En votant

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Thème III : La Ve RépubLIque à L épreuve de La durée

Thème III : La Ve RépubLIque à L épreuve de La durée Thème III : La Ve RépubLIque à L épreuve de La durée DE GAULLE ET LA V e RÉPUBLIQUE, 1958-1969 Une nouvelle République : la V e République en 1958 La crise du 13 mai 1958 et la fin de la IV e République

Plus en détail

La place de la négociation sur l emploi dans la régulation sociale

La place de la négociation sur l emploi dans la régulation sociale chapitre La place de la négociation sur l emploi dans la régulation sociale L objet de cet ouvrage est limité aux négociations interprofessionnelles portant sur l emploi. Cependant, les spécificités des

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger 1 Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger Résumé des propositions et recommandations de la commission

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723 Nations Unies S/2005/723 Conseil de sécurité Distr. générale 17 novembre 2005 Français Original: anglais Lettre datée du 16 novembre 2005, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

SOUS CHARLES DE GAULLE GEORGES POMPIDOU VALERY GISCARD DʼESTAING

SOUS CHARLES DE GAULLE GEORGES POMPIDOU VALERY GISCARD DʼESTAING LA V RÉPUBLIQUE SOUS CHARLES DE GAULLE GEORGES POMPIDOU VALERY GISCARD DʼESTAING TEXTES VIDEOS EXPLICATIVES et VIDEOS DʼACTUALITÉS EVELYNE DELORME JANVIER 2011 www.cours-seko.fr LA 5 REPUBLIQUE SOUS DE

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

QUELLE EST LA COMPOSITION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL?

QUELLE EST LA COMPOSITION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL? Plaquette_citoyenne.qxd:Avril_2009-BAT 9/04/09 20:20 Page 1 QU EST-CE QUE LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL? Le Conseil constitutionnel est l institution indépendante chargée de veiller au respect de la Constitution,

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 3 ème Période historique : XXème siècle Moment choisi : Guerre de Corée Thématique : Arts, Etats, pouvoir Sujet : Guerre froide Domaine artistique : Art du visuel Œuvre : Massacre

Plus en détail

Pégoud, le roi de l air!

Pégoud, le roi de l air! Pégoud, le roi de l air! par Pascal Bouchain, Châteaufort - Janvier 2009 Lorsque l on évoque les pionniers de l aviation, seule une douzaine de noms revient à la mémoire : Wright, Ader, Santos Dumont,

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2 A 22 h, une vive fusillade allemande éclate en face de notre gauche et en face de la droite anglaise. Le tir de notre artillerie arrête immédiatement cette fusillade. La nuit est calme ; mêmes tirs systématiques

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

Rapport moral. Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF. Assemblée Générale 24 et 25 juin 2014 à Rennes

Rapport moral. Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF. Assemblée Générale 24 et 25 juin 2014 à Rennes Rapport moral Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF Assemblée Générale Pour rompre avec les habitudes, plus qu un rapport moral, nous allons tâcher de vous soumettre un rapport qui donne

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942)

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) HISTOIRE DES ARTS BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) I. IDENTIFIER PRESENTER Blitz Wolf ou Der Gross méchant loup en français est un dessin animé américain réalisé par Tex Avery et produit par la MGM (Metro

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. L omerta de la grande muette. Charlotte Antoine. École des avocats de Rennes

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. L omerta de la grande muette. Charlotte Antoine. École des avocats de Rennes LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME L omerta de la grande muette Charlotte Antoine École des avocats de Rennes 145 Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres du jury, Mesdames, Messieurs, Lætitia

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier

Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier L.P. Léonard de Vinci MONTPELLIER Christine THOMAS Lettres - Histoire Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier Le jeudi 6 octobre de 8h30 à 12h30. Classe concernée : 2 nde B.E.P. T.I.S.T.

Plus en détail

Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010

Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010 Débat au Conseil de l Europe Congres des Pouvoirs Locaux et Régionaux La place des femmes dans la politique 19 mars 2010 Remerciements Salutations Si la place de la femme dans notre société s est nettement

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats. Ifop pour Dimanche Ouest France

L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats. Ifop pour Dimanche Ouest France L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats JF/JPD N 113495 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

DISCOURS YVES NICOLAS Journée PE PME Mardi 8 juillet 2014

DISCOURS YVES NICOLAS Journée PE PME Mardi 8 juillet 2014 DISCOURS YVES NICOLAS Journée PE PME Mardi 8 juillet 2014 Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs les Animateurs, Chères consœurs, chers confrères, Chers amis, C est avec grand plaisir

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES. Règlement Général [I/GREG/GA/1956(2014)]

BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES. Règlement Général [I/GREG/GA/1956(2014)] BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement Général [I/GREG/GA/1956(2014)] RÉFÉRENCES Règlement général de l O.I.P.C.-INTERPOL adopté par l Assemblée générale de l Organisation en sa 25 ème session (1956

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

Préambule. mieux répondre aux besoins humanitaires, en tirant le meilleur parti des nombreuses ressources du Mouvement ;

Préambule. mieux répondre aux besoins humanitaires, en tirant le meilleur parti des nombreuses ressources du Mouvement ; Accord de Séville - Conseil des Délégués - Séville, 25-27 novembre 1997 PRÉAMBULE PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES [1] Article 1 Champ d application de l Accord Article 2 Objet et buts de l Accord

Plus en détail

DIVORCE INFORMATIONS PRATIQUES POUR L ENFANT ET LES DEUX PARENTS

DIVORCE INFORMATIONS PRATIQUES POUR L ENFANT ET LES DEUX PARENTS SÉPARATION DIVORCE INFORMATIONS PRATIQUES POUR L ENFANT ET LES DEUX PARENTS Service de protection des mineurs SPMi SOMMAIRE page 3 LES BESOINS DE L ENFANT page 4 DROIT DE VISITE: UN DROIT DE L ENFANT AVANT

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

L extermination du parti Sawaba du Niger. Amis anticolonialistes,

L extermination du parti Sawaba du Niger. Amis anticolonialistes, L extermination du parti Sawaba du Niger Amis anticolonialistes, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa et Thomas Deltombe ont publié cette année un ouvrage «Kamerun», présenté lors de la semaine coloniale, qui

Plus en détail

II. La lutte pour l indépendance algérienne : La Guerre d Algérie (1954-1962) (2h)

II. La lutte pour l indépendance algérienne : La Guerre d Algérie (1954-1962) (2h) Académie de Poitiers # Histoire # Programme de Première rentrée 2011 # Sarah Le Fahler # Lycée Antoine de Saint-Exupéry II. La lutte pour l indépendance algérienne : La Guerre d Algérie (1954-1962) (2h)

Plus en détail

ÆGLO Association des étudiants en génie logiciel Charte, statuts et règlements

ÆGLO Association des étudiants en génie logiciel Charte, statuts et règlements ÆGLO Association des étudiants en génie logiciel Charte, statuts et règlements Version 2.2 Mars 2014 1 Dispositions générales 1.1 Nom Le nom de l Association est Association des étudiants en génie logiciel

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

RÈGLEMENTS CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC INC.

RÈGLEMENTS CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC INC. RÈGLEMENTS CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC INC. Document révisé le 2006-11-08 RÈGLEMENTS NO 1 SECTION 1 - CONSTITUTION 1- Constitution en corporation Le Club social de la

Plus en détail

Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015

Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015 Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015 CENTRE D ÉDUCATION POPULAIRE ANDRÉ GENOT rue de Namur 47 5000 Beez T. 081/26 51 52

Plus en détail

12. Questions relatives à Haïti

12. Questions relatives à Haïti 12. Questions relatives à Haïti Débats initiaux A. Lettre datée du 30 septembre 1991, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant permanent d Haïti auprès de l Organisation des Nations

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

méthodologie LECTURE D ŒUVRE - PEINTURE Emblèmes de France, l art au service des valeurs républicaines La notice de l œuvre

méthodologie LECTURE D ŒUVRE - PEINTURE Emblèmes de France, l art au service des valeurs républicaines La notice de l œuvre Emblèmes de France, l art au service des valeurs républicaines - EXPOSITION ITINERANTE LECTURE D ŒUVRE - PEINTURE méthodologie Nous vous proposons ici une démarche parmi d autres qui peuvent être appliquées

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014

DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014 8 avril 2014 DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014 Monsieur le Premier ministre, Nous avons naturellement

Plus en détail

«2014, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote

«2014, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote «14, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote Institut CSA pour BFMTV, LE FIGARO et ORANGE Janvier 14 Sommaire Fiche technique du sondage 1. Les principaux

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE promulgue la loi dont la teneur suit :

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE promulgue la loi dont la teneur suit : REPUBLIQUE DU BENIN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 94-009 du 28 juillet 1994 Portant création, organisation et fonctionnement des Offices à caractères social, culturel et scientifique L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides 1 Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais Hôtel national des Invalides Lundi 2 juin 2014 Monsieur le Secrétaire d État, Messieurs les Parlementaires, Monsieur le Gouverneur, Mesdames,

Plus en détail

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République PRÉSIDENTIELLE EN ITALIE 29 janvier 2015 Observatoire des Élections en Europe Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République Corinne Deloy Analyse Résumé : Le président de

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

METHODOLOGIE : COMMENT SE DEROULE L EPREUVE ORALE DE RATTRAPAGE?

METHODOLOGIE : COMMENT SE DEROULE L EPREUVE ORALE DE RATTRAPAGE? METHODOLOGIE : COMMENT SE DEROULE L EPREUVE ORALE DE RATTRAPAGE? Si vous n avez pas obtenu la moyenne à l écrit, vous pouvez vous rattraper en repassant l épreuve d histoire géographie à l oral. Cette

Plus en détail

«COMMUNIQUER POUR RESISTER» Concours national de la Résistance et de la déportation 2012-2013

«COMMUNIQUER POUR RESISTER» Concours national de la Résistance et de la déportation 2012-2013 «COMMUNIQUER POUR RESISTER» Concours national de la Résistance et de la déportation 2012-2013 L atelier de fabrication de faux-papiers de Témoignage chrétien et de l Armée secrète de la région R1, dirigé

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE TRAVAIL - LIBERTE - PATRIE GUIDE DE L ELECTEUR. Togolais, viens, bâtissons la cité! mars 2015. www.ceni-tg.

REPUBLIQUE TOGOLAISE TRAVAIL - LIBERTE - PATRIE GUIDE DE L ELECTEUR. Togolais, viens, bâtissons la cité! mars 2015. www.ceni-tg. REPUBLIQUE TOGOLAISE TRAVAIL - LIBERTE - PATRIE GUIDE DE L ELECTEUR Togolais, viens, bâtissons la cité! mars 2015 www.ceni-tg.org 1 Ce Guide, élaboré par la Commission Electorale Nationale Indépendante

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES RENCONTRES DÉPARTEMENTALES DÉPARTEMENT: SEINE-SAINT-DENIS SYNTHÈSE DES DÉBATS Rencontre départementale du 24 septembre 2012, organisée par : Mmes et MM. Aline Archimbaud, Vincent Capo-Canellas, Claude

Plus en détail

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015 Service Communication Hôtel de Matignon, le 14 novembre 2015 Interview de, Premier ministre, Journal de TF1 - et Samedi 14 novembre 2015 Bonsoir Monsieur le Premier ministre. Bonsoir. Merci beaucoup d

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie Introduction Colonisation française vers 1900 en Afrique L indépendance en Algérie 1962 (photo de Marc Riboud) Que révèlent ces photos

Plus en détail

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II AUDITION PARLEMENTAIRE 2008 AUX NATIONS UNIES New York, 20 21 novembre Document de travail : séance II VIOLENCE SEXUELLE A L ENCONTRE DES FEMMES ET DES ENFANTS DANS LES CONFLITS ARMES 1 Il est désormais

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Madagascar. Régime général des associations

Madagascar. Régime général des associations Régime général des associations Ordonnance n 60-133 du 3 octobre 1960 [NB - Ordonnance n 60-133 du 3 octobre 1960 portant régime général des associations Modifiée par l ordonnance n 75-017 du 13 août 1975]

Plus en détail

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT Section 1 : Les moyens financiers et matériels Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire L indemnité parlementaire prévue à l article 37 de la Constitution a pour

Plus en détail