Le Putsch des généraux avril 1961

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Putsch des généraux 21-26 avril 1961"

Transcription

1 Le Putsch des généraux avril 1961 «Les généraux Challe, Jouhaud et Zeller ( ) en liaison étroite avec le général Salan, ont pris le pouvoir à Alger. L armée a la situation bien en main (...) Vive l armée! Vive la France! L Algérie française n est pas morte. Il n y a pas, il n y aura pas, il n y aura jamais d Algérie indépendante. 1» Par ces quelques phrases radiodiffusées le 22 avril 1961 au matin, les généraux en retraite Maurice Challe, Edmond Jouhaud et André Zeller, en liaison étroite avec le général Raoul Salan, justifient leur coup de force et tentent de légitimer leur action. Ce que l on appellera plus tard «le putsch des généraux» est officialisé. Le divorce entre une partie de l armée et le gouvernement français est consommé. Ce coup d éclat, rare dans l histoire de la tradition militaire française, se pose en rupture totale avec la politique algérienne menée par le général de Gaulle depuis septembre En effet, le «droit des Algériens à l autodétermination» évoqué par le général de Gaulle dans son discours du 16 septembre 1959 est devenu une réalité politique aux lendemains du référendum du 8 janvier La large victoire du «Oui» ouvre en effet la voie de l indépendance algérienne après sept années de guerre. Dans ce contexte tendu, la stratégie politique du général de Gaulle qui laisse entrevoir une solution négociée entre la France et le GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne) s oppose, frontalement, à la conception d une partie de l armée française qui pose, comme préalable à toute discussion, le maintien de l Algérie française. Le putsch des généraux symbolise donc ce moment de rupture. Mais comment en est-on arrivé là? Et comment expliquer l échec patent de cette prise de pouvoir? Cinquante ans plus tard, cet épisode résonne comme un acte désespéré, mené par une poignée d anciens officiers qui se sentent trahis par le pouvoir en place 2. 1 Extrait du communiqué radiodiffusé à la population au moment de la prise de la ville par les putschistes dans la nuit du 21 au 22 avril Photo n 1 : ALG R59, Le général de Gaulle en visite dans la région d Alger, 6/03/1960, opérateur : Antoine 1

2 I. Aux origines du putsch Sur le plan stratégique, il apparaît clairement que le règlement de la question algérienne passe de plus en plus par une solution politique négociée entre la France et les nationalistes algériens. > Le temps des discours politiques En moins de deux ans, la présence française en Algérie est devenue, au fil des discours, une certitude de moins en moins évidente à percevoir dans les visions du général de Gaulle. Si le propos est nuancé et habilement teinté d ambigüité, le fond de la question n échappe pas aux militaires et à l opinion publique des Français d Algérie. La mise à feu - 16 septembre 1959 : le général de Gaulle évoque «le droit des Algériens à l autodétermination» janvier - 1 er février 1960 : Semaine des barricades à Alger 3 La conséquence de cette première rupture idéologique se fait ressentir dans l opinion publique des Français d Algérie. C est bien de la rue que débute la Semaine des barricades qui symbolise le premier temps fort de la radicalisation des partisans de l Algérie française. Les leadeurs civils 4 profitent d une relative «passivité» du côté de l armée d Algérie pour mener à bien une action de guérilla urbaine pendant près d une semaine. - 5 mars 1960 : à l occasion d une nouvelle tournée en Algérie, le général de Gaulle veut croire en une «Algérie algérienne liée à la France» mars 1960 : malgré ses succès militaires et sa fidélité au cours de la crise des Barricades, le général Maurice Challe qui avait succédé au général Raoul Salan au mois de décembre 1958, aux côté de Paul Delouvrier, est démis de ses fonctions de commandant en chef en Algérie. Une évolution politique progressive - 5 septembre 1960 : le général de Gaulle déclare que «L Algérie algérienne est en route». - 4 novembre 1960 : le général de Gaulle parle d une «République algérienne qui existera un jour, mais n a encore jamais existé» novembre : Paul Delouvrier, instigateur du Plan de Constantine, est remplacé par Jean Morin comme délégué général du gouvernement en Algérie. - Décembre 1960 : au cours du voyage du général de Gaulle en Algérie, des manifestations populaires violentes en faveur de l Algérie française ou de l indépendance Algérienne ont lieu dans plusieurs villes du pays. 3 Voir le dossier thématique «La semaine des barricades, Alger, 24 janvier-1 er février 1960» sur 4 On citera pour mémoire Joseph Ortiz, Pierre Lagaillarde ou encore Jean-Jacques Susini. 2

3 -Photo n 2 Onze mois après la Semaine des barricades, les partisans de l Algérie française manifestent violemment cette fois-ci dans la casbah. Des scènes d émeutes urbaines se multiplient pendant plusieurs jours. Le vent tourne. Cette forme de «contestation populaire» radicale illustre le caractère instable et fluctuant du rapport de force politique. ALG G41 Les manifestants rue Michelet à Alger. 9/12/1960, opérateur : Vignal, Claude La recherche d une légitimation populaire en faveur d une solution politique, pacifique et négociée - 8 janvier 1961 : 75% des Français répondent «Oui» au référendum relatif au droit à l autodétermination du peuple algérien. - Photos n 3 et 4 ALG R4 ALG R5 Le référendum à Oran. Bureau de vote dans la casbah (boulevard du Télemly). 8/01/1961, opérateur : Vignal, Claude 8/01/1961, opérateur : Flandrois, Marc Ce vote est capital. En effet, le discours prononcé par le général de Gaulle à l occasion du référendum est sans ambigüité sur le devenir de l Algérie en cas d adhésion massive puisqu il précise que «la réponse positive de notre peuple au référendum prendra aussi le caractère d un appel à la fin des combats et à une pacifique confrontation ( ). Le «Oui» franc et 3

4 massif ( ) offrira à l Algérie la chance d un avenir libre» 5. À ce sujet, l article premier du projet de loi du n du 14 janvier parle de lui-même puisqu il précise que : «Dès que les conditions de la sécurité en Algérie permettront d y rétablir le plein exercice des libertés publiques, les populations algériennes feront connaître, par la voie d une consultation au suffrage direct et universel, le destin politique qu elles choisiront par rapport à la République française». L une des conséquences directes est la reprise des négociations avec le GPRA et l annonce, le 30 mars, des futurs «pourparlers d Evian». Le 11 avril, le général de Gaulle envisage même, pour la première fois, un «État algérien souverain». On connaît le résultat du référendum du 1 er juillet > La genèse du putsch : une réalité complexe Dans le même temps, une partie des cadres militaires réagit violemment aux inclinaisons indépendantistes qui transparaissent dès les premiers discours du général de Gaulle. La première fronde apparaît au cours de la Semaine des barricades, sous l impulsion de plusieurs colonels qui soutiennent ouvertement le mouvement frontiste. Ce «soviet des colonels», désigné ainsi par le Premier ministre Michel Debré, est composé, entre autres, du colonel Antoine Argoud. Ce dernier se fait le porte-parole d une partie de l armée lorsqu il déclare ouvertement au Premier ministre, alors en visite expresse à Alger qu «Il n est pas question de tirer, vous ne pouvez pas tirer sur des Français qui crient «vive l Algérie française» ( ). Il faut transformer l autodétermination. Il faut revenir sur l autodétermination. [Si le général de Gaulle refuse] il faudra que le général Challe essaie lui-même de prendre l affaire à son compte. [Et si le général Challe refuse] Monsieur le Premier ministre, à ce moment-là, ce sera l affaire des colonels, quels que soient leurs noms 8». Pour une fraction de l armée française, l autodétermination est inenvisageable, inconcevable. D autres solutions peuvent exister, mais la France doit conserver un rôle de premier plan dans le destin de l Algérie. S ils ne s opposent pas à l intégration des populations musulmanes, celle-ci ne peut se faire que dans une Algérie française. L épisode de la Semaine des barricades porte en lui les prémices du putsch des généraux. En réalité, plusieurs fronts de dissidences vont progressivement se mettre en place et commencer à se réunir entre 1960 et Ils vont jouer un rôle plus ou moins important dans l organisation, la mise en place et le déroulement du putsch. Des contacts de plus en plus fréquents sont pris entre Alger, Paris et Madrid. C est ainsi que, au fur et à mesure des rencontres et des discussions, l idée d une action d envergure telle que celle du 13 mai 1958, finit par rencontrer l adhésion d une grande partie de ces groupes. S ils ont parfois des désaccords sur la manière de procéder, tous s entendent tous sur un point : le respect de la parole donnée dans le maintien de l Algérie française. Ce n est donc pas un hasard si la majorité des personnalités qui composent ces groupes d influence ont, pour la plupart, exercé (ou exercent encore) des responsabilités politiques et militaires de premier plan tout au long de la guerre d Algérie. 5 Extrait de l allocution du général de Gaulle prononcée le 20 décembre 1960 in Pierre Vallaud, La guerre d Algérie II La marche à l indépendance, éditions Acropole, 2005, pp Article premier du projet de loi «concernant l autodétermination de populations algériennes et l organisation des pouvoirs publics en Algérie avant l autodétermination». 7 Référendum d autodétermination en Algérie ratifié par 99,72% de votes en faveur du «Oui». 8 Yves Courrière, La guerre d Algérie Tome 2 : , Fayard, 2001, p.533 4

5 Parmi eux, le colonel Hervé de Blignières 9, secondé par le lieutenant Roger Degueldre, participe activement à l unification des intentions en véritable conjuration. Les liaisons entre les anciens colonels des Barricades et des membres du Comité de Vincennes 10 se multiplient. Par ailleurs, dans le contexte d une trêve unilatérale entre la France et le FLN qui semble se profiler dès le début de l année 1961, plusieurs cadres d active alors en service en Algérie font part de leurs préoccupations aux groupes métropolitains et se disent prêts à une action d envergure. Une tendance forte se dessine également en Espagne, autour du général Raoul Salan qui entend interpréter un rôle d opposition de premier plan à la politique menée par le général de Gaulle. Salan s est d ailleurs rapproché des nationalistes en fuite Jean-Jacques Susini et Pierre Lagaillarde qui viennent de fonder l OAS (Organisation armée secrète) 11. Les plus actifs, au sein de ces groupes, qui envisagent également une action armée conjointe en métropole 12, sont les anciens colonels d Algérie parmi lesquels figurent les noms d Antoine Argoud, de Joseph Broizat, de Jean Gardes, de Pierre Château-Jobert, de Charles Lacheroy ou encore d Yves Godard. Mais pour unifier les différentes tendances, les colonels ont besoin d un chef unique qui rassemble largement. Plusieurs personnalités sont approchées, mais c est celle du général Challe qui fait rapidement consensus. Ce dernier a donné sa démission au mois de janvier 1961 et vient justement de rejoindre «un groupe réunissant des civils et des militaires [qui] s était formé à Paris. Il comptait, parmi ses participants réguliers : Georges Bidault, Jacques Soustelle, Marc Lauriol, Robert Lacoste, Max Lejeune, le général Zeller, l ancien patron de l armée de terre redevenu civil, ainsi que le général Valluy, prédécesseur de Challe à Fontainebleau. ( ). Deux fois par semaine le petit groupe se réunissait et étudiait la conjoncture 13». Le général Challe y expose ses vues sur le devenir de l Algérie et rencontre l adhésion d une grande partie des conjurés. Devant ses réticences à mener une importante action armée en Algérie, le général Jouhaud tente de le convaincre des bienfondés et des soutiens d une grande partie des régiments «prestigieux» encore en service en Algérie. C est le discours du général de Gaulle du 12 avril 14 qui achève de convaincre le général Challe : il accepte finalement de prendre la tête de la conjuration et d imposer par la force l abandon de la politique d autodétermination. Ses principaux adjoints seront le général Zeller et le général Jouhaud. L état-major du putsch, composé de Jouhaud, Gardy, Godard, Lacheroy, Broizat et Sergent, se retrouve réuni au complet le 20 avril en Algérie et se prépare à l action. 9 «C est le colonel de Blignières qui rétablit les liens entre Argoud et Gardes à Metz, Broizat à Châlons-sur-Marne, Godard à Nevers, Dufour en Forêt-Noire, Lacheroy à l École militaire. Des contacts sont même pris à l étranger, en Allemagne, en Espagne, en Afrique du Sud et, naturellement, avec des milieux politiques français, indépendants ou radicaux. On dresse même la liste d un haut-commissariat où figureraient Pinay, Monnerville, Arrighi, Max Lejeune, Cogny, Pisani. Bientôt, le «soviet des colonels» tient même ses assises à l École militaire où le colonel Lacheroy a ses entrées, tandis que, Degueldre, l ombre du colonel de Blignières, sillonne l Algérie en tenue d officier aviateur». Philippe Masson, A la recherche d un général, In Historia magazine, La guerre d Algérie, n 331 Préparation du putsch des généraux, Tallandier, 1973, p Fondé par Jacques Soustelle au mois de juin Le comité rassemble plusieurs centaines de personnalités qui souhaitent le maintien de l Algérie française 11 L Organisation armée secrète est créée le 11 février Les généraux Jacques Faure et Paul Gardy ainsi que le colonel de Blignières étaient favorables à une action en métropole. Le général Challe, mis à la tête de la conjuration refusera cette option. 13 Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p Discours dans lequel le général de Gaulle déclare à un journaliste que «la France considérerait avec le plus grand sang froid une solution telle que l Algérie cessât d appartenir à son domaine». 5

6 II. Le déroulement du putsch - Samedi 22 avril 1961 : de l ombre à la lumière > 2h45 : La prise d Alger Les conjurés se sont assurés le soutien de plusieurs régiments «prestigieux» cantonnés en Algérie. Ceux-ci attendent le feu vert pour passer à l exécution du plan d action mis en place par le capitaine Baÿt. 15 Ainsi, c est dans la nuit du 21 au 22 avril que le 1 er Régiment étranger de parachutistes, dont le commandement par intérim est assuré par Hélie Denoix de Saint Marc, s empare, en quelques heures, des principaux points stratégiques de la ville d Alger. Le 1 er REP est activement soutenu dans cette entreprise par le groupe de commandos parachutistes de réserve encadré par le commandant Georges Robin. -Photo n 5 ALG R1 Le général Gambiez (à gauche) serre la main au général de Saint-Hillier. 17/02/1961, opérateur : Flandrois, Marc De leur côté, les autorités civiles et militaires de l Algérie passent la soirée au Palais d Été à Alger, chez le Gouverneur général Morin lorsque plusieurs sources leurs signalent au même moment la mise en mouvement du 1 er REP. Malgré les alertes répétées des renseignements généraux au sujet d un possible coup d État sur Alger par une partie des anciens cadres militaires, le général Fernand Gambiez, commandant en chef des forces armées, juge l évènement invraisemblable. C est avec le responsable de la 10 e DP (Division parachutiste), le général de Saint- Hillier, qu il décide de se rendre au cantonnement du 1 er REP, à Zéralda (région d Alger), afin de juger sur place de la situation. Leur surprise est de taille lorsqu ils croisent la route du 1 er REP à proximité d Alger et que le régiment refuse d obéir aux ordres du général Gambiez qui s est porté au-devant du convoi. À cette occasion, un lieutenant aurait déclaré au général Gambiez «Vous n êtes plus rien. Nous n avons rien à faire de vos ordres. Challe et Zeller sont arrivés. C est à eux que nous obéissons. 16». Plus que la stupeur, c est l effarement qui domine alors les deux hommes. Et 15 «Capitaine du corps d armée d Alger, officier de réserve en situation d activité ( ) a soigneusement préparé la prise d Alger en 19 objectifs. Une petite merveille de concision et de précision ( ) En moins d une heure, les centres nerveux de la capitale doivent être neutralisés. Délégation générale, état-major interarmées, corps d armée d Alger, PC de la zone et des deux secteurs d Alger, radiodiffusion et télévision, centre des transmissions, palais d Été, aérodromes, commissariat central, domiciles des principaux hauts-fonctionnaires et chefs militaires.» Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p.811 6

7 pour cause, le général de Saint-Hillier vient de dîner avec Hélie Denoix de Saint Marc, commandant par intérim du 1 er REP 17. Alger tombe et plusieurs hauts responsables civils et militaires parmi lesquels figurent les généraux Fernand Gambiez et Adolphe Vézinet (responsable du corps d armée d Alger), le délégué général Jean Morin et même le ministre des transports Robert Buron, alors de passage à Alger, sont arrêtés au cours de la nuit. La première phase du putsch s achève conformément au scénario prévu. Les généraux rebelles peuvent reprendre du service. > 7h00 : Une voix s élève C est par la radio que la population algérienne apprend, au petit matin, que les généraux Maurice Challe, Edmond Jouhaud et André Zeller, en liaison étroite avec le général Raoul Salan, ont décrété l état de siège et pris le pouvoir à Alger afin de «garder l Algérie dans la souveraineté française». En écho au discours du général de Gaulle prononcé le 12 avril 18, ils dénoncent l action du gouvernement français et l abandon progressif de l Algérie 19. Le 22 avril, trois généraux sur quatre sont physiquement présents à Alger L homme de tête > Maurice Challe : ALG R2 Portrait du général Maurice Challe. 26/11/1958, opérateur : Berges, Yves-Guy -Photo n 6 Le général Challe remplace le général Salan en Algérie au poste de commandant en chef des forces armées le 12 décembre Il réorganise l armée et met en place une vaste offensive militaire 20 contre l ALN (Armée de libération nationale). Malgré les succès militaires et sa gestion de la crise des Barricades, le général Challe est remplacé par le général Crépin au mois de mars Il devient alors commandant en chef des forces alliées Centre Europe, poste duquel il démissionne en décembre C est à cette époque qu il s implique aux côtés de personnalités opposées à l autodétermination et qu il expose ses théories. C est lui que les conjurés désirent mettre à la tête du putsch et, malgré ses hésitations, il accepte de mener le coup d État en Algérie aux côtés des généraux Jouhaud et Zeller. 17 Le lieutenant-colonel Guiraud qui commande le 1 er REP à cette époque est en permission. 18 Discours dans lequel le général de Gaulle déclare à un journaliste que «la France considérerait avec le plus grand sang froid une solution telle que l Algérie cessât d appartenir à son domaine». 19 «( ) Un gouvernement d abandon nous apprenait successivement l Algérie française, l Algérie dans la France, l Algérie algérienne, l Algérie indépendante associée à la France. Il s apprête aujourd hui à livrer définitivement l Algérie à l organisation extérieure de la rébellion ( )» 20 Le plan Challe commence au mois de février 1959 et affaiblit considérablement les forces vives de l ALN 7

8 Les adjoints > Edmond Jouhaud -Photo n 7 Le général Jouhaud a commandé la 5 e région aérienne en Algérie en 1957 avant de devenir chef d état-major de l armée de l air. Il est l un des principaux acteurs du 13 mai 1958 aux côtés du général Salan, alors commandant en chef des forces armées. ALG R32 Le général Jouhaud sur le forum d Alger. 24/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude ; Flandrois, Marc ; Grimaud ; Fauche En désaccord avec la politique algérienne menée par le général de Gaulle, il demande sa mise en disponibilité en octobre C est lui qui parvient à convaincre le général Challe de prendre la tête du mouvement insurrectionnel. Le général Challe le nomme responsable de l information et de la propagande en Algérie au cours de la préparation du putsch. > Marie-André Zeller -Photo n 8 Le général Zeller est chef d état-major de l armée de terre lorsqu il démissionne en février 1956 pour marquer son profond désaccord avec la diminution des effectifs en Algérie décidée par le gouvernement de l époque. Au lendemain des journées de mai 1958, il accepte de reprendre son poste à la demande du général de Gaulle. Ce fervent défenseur de l Algérie française est mis en retraite en 1959 et ne cache pas son opposition avec la politique d autodétermination menée par le chef de l État. Homme de conviction, il participe très activement à la mise en œuvre du coup d État. Le général Challe le charge des questions logistiques et administratives au moment de la prise d Alger. ALG R40 Le général Zeller sur le forum d Alger. 24/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude ; Flandrois, Marc ; Grimaud ; Fauche 8

9 L associé exilé >Raoul Salan La participation du général Salan au putsch est résolument un choix politique. En effet, le libellé de l annonce radiodiffusée le 22 avril au matin parle de lui-même : si le coup d état se fait «en liaison étroite» avec le général Salan, ce avril, dernier n arrive à Alger que le 23 soit le lendemain du coup de force. C est que Challe désire ardemment que l opération reste dans les mains des militaires. Or ce dernier estime que les accointances que le général Salan entretient, en Espagne, avec les nationalistes réfugiés Susini et Lagaillarde, sont susceptibles de parasiter la bonne marche des opérations. Le général Salan sur le forum d Alger. 24/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude ; Flandrois, Marc ; Grimaud ; Fauche De fait, si l association entre Challe, Jouhaud et Zeller d un côté, et le général Salan et les nationalistes de l autre côté est inéluctable 21, celle-ci doit se faire, dans l esprit de Challe, le plus tard possible, après que la situation générale sera stabilisée du côté de la prise d'alger. La conjuration finale mise en place à Alger et la mise en œuvre du coup d État résultent donc d associations politico-militaires complexes. Mais le résultat est là : le 22 avril au matin, l armée a pris le pouvoir à Alger. Mais Alger n est pas l Algérie. -Photo n 9 ALG R41 Un nombre significatif de hauts cadres militaires ne soutient pas les putschistes dans leur entreprise. Challe comprend rapidement que, pour beaucoup de responsables, le pas à franchir risque d être trop difficile. Il confie donc aux généraux Zeller et Gardy la délicate mission de convaincre les récalcitrants du Constantinois et de l Oranie. 21 «Il était pourtant clair qu à quelques jours du Grand Coup, il faudrait compter avec Salan. Son arrivée à Alger était inévitable. Il s y précipiterait dès l annonce du putsch ( ). Il fallait donc le tenir à l écart jusqu à la prise en main complète de l armée d Algérie.» In Yves Courrière, La guerre d Algérie, T IV Les feux du désespoir, SGED, Paris, 2000, p

10 > Paris s agite : «C est une question de trois jours» 22 C est le Premier ministre Michel Debré qui avertit le général de Gaulle de la situation. Ce dernier décide d envoyer sur place le chef d état-major de la Défense nationale, le général Jean Olié, et le ministre des Affaires algériennes Louis Joxe, afin de se rendre compte de la situation. -Photos n 10, 11 et 12 ALG R2 ALG R3 Le général d'armée Jean Olié au Gouvernement général à Alger. Louis Joxe au Gouvernement général à Alger. 27/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude 7/04/1961, opérateurs : Vignal, Claude Les renseignements qui leurs parviennent d Algérie rassurent les deux hommes sur la situation globale de l Ouest algérien. En effet, le général de Pouilly, responsable du corps d armée d Oran les assure de sa fidélité. Les deux hommes conseillent aux responsables gaullistes de la zone Oranaise d établir un PC à Tlemcen, à la frontière marocaine afin de mettre une distance sereine entre eux et Oran (cet éloignement stratégique va favoriser l échec de la prise de contrôle de la zone Oranaise par le général Gardy envoyé par Challe). Ils décident ensuite de se rendre directement dans le Constantinois afin d envisager l état général de la zone. Ils y découvrent une situation critique. A Télergma (Constantinois), les deux hommes échappent même de justesse à des parachutistes de la 10 e DP venus les arrêter. Ils se replient alors à Bône 23 où ils bénéficient du soutien sans faille du général Charles Ailleret. Ils regagnent Paris le 23 avril après s être assurés de la fidélité des principaux cadres de la région. ALG R5 Le général Ailleret fait ses adieux à la caserne d Orléans (Alger) 23/04/1962, opérateur : Nicaise Ce voyage éclair permet aux deux hommes d entrevoir des failles dans l organisation générale du putsch en cours d exécution en Algérie. 22 Le général de Gaulle à Jacques Foccart, le 22 avril au matin, in Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p Aujourd hui Annaba (constantinois) 10

11 Dans le même temps, en métropole, les autorités françaises dirigées par Roger Frey 24, font arrêter plusieurs personnalités étroitement mêlées à la conspiration, dont le général Faure. Il est dorénavant impossible pour les conjurés de prolonger le coup de force sur Paris. A 17h, le conseil des ministres décide de décréter l état d urgence et précise que les responsables militaires du putsch seront traduits devant la justice militaire. - Dimanche 23 avril 1961 > Le temps des doutes Si beaucoup de cadres militaires soutiennent les conjurés dans les faits, il n en est pas de même dans les actes. Conformément aux renseignements recueillis par la mission Olié-Joxe, la zone Oranaise est loin d être acquise au putsch. Et pour cause, les défections de dernière minute et les attentistes prudents se révèlent beaucoup plus nombreux que prévu. Des divisions idéologiques importantes se font sentir au sein de l armée d Algérie, partagée entre ses attentes réelles de voir l Algérie française perdurer au-delà des choix du gouvernement, et son devoir de réserve et d obéissance au chef des armées. Dans ce contexte, le général Challe s inquiète d apprendre le dimanche soir qu aucun officier général du corps d armée d Oran ne s est rallié aux putschistes. Le général Gardy échoue à Oran, mais le général Zeller réussit à retourner le général Gouraud 25 à Constantine. -Photos n 13 et 14 ALG R2 ALG R15 Arrivée du général Zeller à Constantine. Portrait du général Gouraud (région d Alger) 23/04/1961, opérateur : Grassart 10-14/04/1956, opérateur : inconnu 24 Il est à cette époque Ministre délégué auprès du Premier ministre Michel Debré. 25 Le cas du général Gouraud est emblématique. Son attitude tout au long du putsch symbolise bien le doute et le cas de conscience qui habitent plusieurs officiers supérieurs, déchirés entres leurs convictions personnelles et leur devoir de soldat. Le 22 avril, le responsable du corps d armée de Constantine assure le général Challe de son soutien avant de se raviser, un peu plus tard, au téléphone. Après avoir reçu la délégation Olié-Joxe dans la journée, le général Gouraud demande même officiellement à ses troupes de ne pas suivre les putschistes. Le lendemain, 23 avril, le général Zeller venu le rencontrer personnellement parvient à lui faire changer une nouvelle fois d avis, mais ses troupes ne le suivent pas. 11

12 Malheureusement pour les putschistes, le revirement du général Gouraud ne suffit pas à entraîner les officiers du corps d armée de Constantine, qui refusent majoritairement de participer au putsch. Au final les représentants de Challe ne parviendront pas à faire basculer l Oranais et le Constantinois. À Alger, le général Raoul Salan, tenu à l écart depuis le début, arrive et rejoint officiellement le putsch. Un conseil supérieur de l Algérie dans lequel «Challe assure le commandement en chef, Jouhaud est chargé de la logistique et de la propagande, Zeller de la vie économique et des finances et Salan de l action sur l administration et la population» 26 est créé. On l a vu, le général Salan, n arrive que le 23 avril en début d après-midi au quartier Rignot. Il est venu avec Jean-Jacques Susini. Avec ces deux hommes, c est la branche des«ultras» de l OAS qui s invite au putsch des généraux. Challe rappelle à Salan qu il n est pas question de mêler les civils au mouvement. Le général Challe décide d associer les généraux Salan et Jouhaud 27 sur les questions relatives aux contacts avec la population. - Photo n 15 ALG R5 Le général Salan au quartier Rignot (Alger). 24/04/1961, opérateur : Vignal, Claude 26 Jacques Frémaux, Le putsch des généraux : le film des évènements, in Guerre d Algérie magazine, n 14, décembre-janvier-février 2009, pp Si le duo fonctionne mal dans les premiers temps, les deux hommes basculent ensemble dans la clandestinité après le putsch et dirigent l état-major de l OAS pour l Algérie. 12

13 > Le discours du général de Gaulle «Un pouvoir insurrectionnel s est établi en Algérie par un pronunciamiento 28 militaire» C est par ces mots que commence le discours radio-télévisé prononcé par le général de Gaulle le 23 avril à 20h. Fort d une légitimité populaire confirmée après le référendum du 8 janvier relatif à l autodétermination en Algérie, le président de la République s adresse une fois encore à la nation. Il condamne fermement ce «quarteron de généraux en retraite ( )» appuyé par «un groupe d officiers, partisans, ambitieux et fanatiques» avant d ordonner que «tous les moyens soient employés pour barrer la route à ces hommes-là, en attendant de les réduire». Dans cette optique, le général de Gaulle ordonne expressément aux soldats d Algérie de désobéir formellement aux ordres émanant de leurs supérieurs lorsque ceux-ci ont pris le parti des dissidents d Alger. Par ailleurs, le président de la République décide d appliquer l article de la Constitution qui lui permet de se saisir des pleins pouvoirs. - Photo n 16 ALG R39 Le général de Gaulle à Tiaret (région d Oran) /10/1958, opérateur : inconnu Ce discours, prononcé sur un ton volontairement dramatique, provoque en métropole une importante adhésion populaire. Par ailleurs, son impact sur les soldats du contingent, qui l ont largement entendu, va être déterminant dans le règlement final du putsch en Algérie. Dans le prolongement de la déclaration du général de Gaulle, le Premier ministre Michel Debré intervient à son tour plus tard dans la soirée. Il évoque sérieusement la possibilité d un débarquement d unités parachutistes sur Paris et le prolongement du coup d État sur le territoire national. Il en appelle lui aussi à la mobilisation populaire et fait garder plusieurs points stratégiques de la capitale par des unités de l armée. 28 Pronunciamiento : Acte par lequel un chef militaire ou un groupe d officiers déclare son refus d obéir au gouvernement ; tout coup d État organisé ou favorisé par l armée. In Le Petit Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la Langue Française, 1992, p Article 16 : «Lorsque les institutions de la République, l indépendance de la nation, l intégrité de son territoire ou l exécution de ses engagements internationaux sont menacés d une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation du Premier ministre, des présidents des assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel ( )» 13

14 - Lundi 24 avril 1961 > Le chant du cygne À Alger, la situation s enlise du côté des insurgés alors qu à Paris un vaste mouvement de soutien populaire au général de Gaulle déferle dans les rues. L état-major du général Challe, les colonels en tête, estime que les généraux doivent s adresser à leur tour à la population algéroise. Un rendez-vous est fixé sur le forum d Alger le même jour à 18h30. C est une foule évaluée à personnes qui est venue acclamer les putschistes au balcon du Gouvernement général. Tour à tour, les généraux Challe, Zeller, Salan et Jouhaud exhortent la population d Alger de les soutenir dans leur combat. Depuis le balcon, les déclarations se veulent solennelles 30 : - Challe : «Voici ceux qui sont venus avec vous pour se battre, souffrir et mourir s il le faut pour que l Algérie reste une terre française». - Zeller : «Je suis venu de France pour rejoindre mes amis et parce que je pense que si l Algérie a besoin de la France, la France ne peut pas se passer de l Algérie». -Photo n 17 ALG R19 Arrivée des généraux sur le Forum d Alger. 24/04/1961, opérateur : Vignal, Claude - Jouhaud : «Nous avons acclamé la France, nous avons acclamé l Algérie, je vous demande d acclamer l armée». - Salan : «Nous nous retrouvons ici, sur cette place où ensemble nous avons fait le serment de garder l Algérie à la France». -Photo n 18 ALG R13 Les généraux prennent la parole au Gouvernement général (Alger). 24/04/1961, opérateur : Vignal, Claude 30 Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p

15 La foule toute acquise aux généraux ovationne largement chacune des interventions. Mais l unité affichée au cours de cette communion n est qu une façade. En effet, la situation en Oranie et dans le Constantinois est au point mort. Dans les coulisses des divergences stratégiques commencent à apparaître entre les quatre généraux. Malgré les défections militaires de plus en plus nombreuses, le général Challe reste sourd aux injonctions des nationalistes qui souhaitent agir et actionner leurs milices. Il est également résolument contre une intervention aéroportée sur la métropole. Au soir du troisième jour, la situation générale en Algérie n a guère évolué et Challe ne maîtrise en définitive que la zone algéroise. Les putschistes se sentent isolés. > Le rôle des appelés -Photo n 19 ALG R3 Des militaires refusent de reprendre le travail sous la direction d un officier qui n est pas resté fidèle au gouvernement. 26/04/1961, opérateur : Flandrois, Marc Parallèlement à cet enlisement généralisé, une grande agitation règne chez les appelés du contingent. Le discours prononcé la veille par le général de Gaulle a été largement entendu par les soldats et des soulèvements ont lieu dans plusieurs casernes. C est ainsi que l on rapporte à l état-major des putschistes que «le général Bigeot, patron de l aviation en Algérie, voit ses bases de la Mitidja en état d insurrection» 31. C est que le général de Gaulle a bien senti le rôle que peuvent jouer les appelés du contingent. Pris dans une tourmente qui les dépasse et une guerre qu ils ne souhaitent pas ou plus mener, le général de Gaulle compte implicitement sur eux pour, sinon gangréner, au moins paralyser et ralentir durement le coup d État. L idée est de mettre à mal le mouvement en cours depuis la base. Le résultat ne se fait pas attendre. -Photo n 20 ALG R3 Les élèves officiers de Cherchell devant le Gouvernement général à Alger. 26/04/1961, opérateur : Grassart 31 Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p

16 III. Le dénouement - Mardi 25 avril 1961 : la fin des illusions Le coup ne prend pas, et le général Challe en est bien conscient. Le putsch n évolue pas, pire, la situation d enlisement dans laquelle se trouvent les généraux ne fait qu empirer d heure en heure. L Algérie n a pas basculé comme prévu dans les premières heures du coup d État et les marges de manœuvre des conjurés se réduisent considérablement au fur et à mesure que le temps passe. L isolement des putschistes est réel et la journée du 25 avril ne fait que confirmer la tendance générale. Alger vacille, les soldats expriment leur amertume et la situation militaire reste figée dans l Oranais et le Constantinois. Le constat d échec s impose au général Challe qui prend sa décision à la mi-journée. Il souhaite mettre fin à cette triste aventure, veut se livrer aux autorités et entend assumer l entière responsabilité de l affaire. Dans un sursaut d orgueil, les généraux Zeller, Jouhaud et Salan se refusent à cette solution et tentent même une dernière action en mobilisant les civils. Mais il est déjà trop tard, c est la débâcle à Alger. A 22h, les parachutistes commencent à se retirer alors que la ville est investie par les forces de l ordre. Les généraux Challe, Jouhaud et Salan se replient sur Zéralda avec le 1 er REP. De son côté, le général Zeller préfère disparaitre anonymement dans la foule. - Mercredi 26 avril : la reddition de Challe C est depuis le cantonnement du 1 er REP que les généraux Salan et Jouhaud choisissent de passer dans la clandestinité afin de rejoindre l OAS et de poursuivre le combat 32. Hélie Denoix de Saint Marc, le commandant séditieux du 1 er REP, négocie le lendemain la reddition du général Challe. Le 26 avril au soir, Maurice Challe est emprisonné à la prison de la Santé à Paris. Il est rejoint quelques jours plus tard par André Zeller qui s est constitué prisonnier le 6 mai. -Photos n 21, 22 et 23 ALG R2, R12 et R6 À Alger, les troupes du contingent réoccupent les bâtiments publics. 26/04/1961, opérateur : Grassart 32 «Les deux généraux entrent dans la clandestinité aux côtés de Gardy, Gardes, Godard, Sergent et Degueldre ( ) Argoud et Lacheroy se réfugient en Espagne. ( ). Perquisitions et expulsions du sol algérien frappent les Européens suspects de sympathie avec les putschistes, eux-mêmes sévèrement punis. Les trois régiments impliqués (le 1 er REP, les 14 e et 18 e RCP) sont dissous. Les commandos de l air et le groupement des commandos de parachutistes connaissent le même sort. La tenue Léopard disparaît. Plus de 200 officiers sont mis aux arrêts de rigueur ( )» In Pierre Vallaud, La guerre d Algérie II La marche à l indépendance, éditions Acropole, 2005, pp

17 Le temps des sanctions a sonné. Plusieurs régiments qui ont participé à la mise en œuvre du coup d État sont dissouts et un nombre important d officiers est mis aux arrêts ou bien encore muté hors d Algérie. -Photo n 24 La dissolution du 1 er REP est un symbole fort, voulu par le chef de l État, au lendemain de l échec du putsch. «Ce 27 avril 1961, bérets verts, entassés dans leurs camions, hommes partagés entre la colère et le chagrin, clament, en traversant une dernière fois leur bonne ville de Zéralda, le refrain sur lequel Edith Piaf fait fredonner tout Paris Non! Ils ne regrettent rien. Et si c était à refaire, ils recommenceraient ( ) 33» ALG R6 Les militaires du 1 er REP quittent Zéralda (région d Alger). 27/04/1961, opérateur : inconnu Le même jour, l état-major de Paris débarque à Maison Blanche (région d Alger). On reconnaît ici le général Jean Olié, chef d état-major de la Défense nationale et Louis Joxe le ministre des Affaires algériennes, qui sont de retour trois jours après leur passage éclair en Algérie. Ils sont venus réorganiser et remettre en ordre les pouvoirs publics et militaires en Algérie. Les conséquences immédiates du putsch sont importantes et «l armée française sort brisée de la crise qu elle vient de traverser 34». Deux conceptions politiques de l Algérie se sont affrontées au cours de ces quatre jours et cinq nuits d avril C est la vision politique défendue par le général de Gaulle qui sort renforcée et confortée de cet épisode si particulier de la guerre d Algérie. -Photo n 25 ALG R26 Arrivée de l'état-major de Paris à Maison Blanche (région d Alger). 27/04/1961, opérateur : Grimaud 33 Pierre-Albert Lambert, Les dramatiques adieux des «bérets verts» du 1 er REP à Zéralda, in Historia Magazine, La guerre d Algérie, n 95 pp Yves Courrière, op.cit., Fayard, 2001, p

18 IV. Epilogue Le putsch des généraux véhicule une symbolique forte dans l histoire de la guerre d Algérie. L immixtion de la sphère politique dans l appréhension militaire du conflit a provoqué l un des épisodes les plus marquants de l histoire militaire française de ces 50 dernières années. Comment ces générations de généraux et d officiers supérieurs ont-t-elles pu en arriver à ces extrémités, à se placer à ce point en dehors du cadre légal et de leur devoir d obéissance? Paradoxalement, «pour justifier leur rébellion contre l autorité de l État, peu conforme à la tradition militaire française, les conjurés se réfèrent à l exemple qu a donné de Gaulle luimême en 1940 en refusant d accepter l armistice négocié par un gouvernement formellement légal, mais proclamé illégitime, et en continuant le combat. 35» Pour les généraux Salan et Jouhaud, le combat continue dans la clandestinité au travers de l Organisation armée secrète qu ils dirigent aux lendemains du putsch raté 36. Une grande partie des insurgés les imite dans le choix de cette radicalité. Les condamnations des principaux acteurs de la sédition ne se font pas attendre. Au final, «220 officiers sont relevés de leur commandement, 114 traduits en justice, 83 condamnés ( ) les généraux Challe et Zeller sont condamnés à 15 ans de réclusion 37 ( ) le général Gouraud à sept ans. Le commandant Hélie Denoix de Saint Marc est condamné à 10 ans de réclusion 38». Les mises à l écart ou les démissions sont également très nombreuses à cette période 39 et les dissolutions des 14 e et 18 e RCP, du groupement des commandos de l Air et surtout du 1 er REP laissent des traces. La prise d Alger en quelques heures et presque sans violence (la seule victime du coup d État du 21 avril est Pierre Brillant, maréchal des logis du Train) n a été possible que grâce à la relative passivité des forces de l ordre qui «laissent» faire les choses ou montrent peu de résistance. Paradoxalement, c est cette même passivité, ce que l on qualifiera plus tard d «attentisme prudent» de la part des principaux cadres de l armée d Algérie qui a précipité l échec du putsch des généraux. Le général de Gaulle sort très renforcé de cet épisode qui lui laisse les mains libres pour mener à bien les négociations qui déboucheront, moins d un an après, sur les Accords d Evian. -Photo n 26 ALG R17 Les généraux Zeller, Jouhaud, Salan et Challe sur le forum d Alger 24/04/1961, opérateur : Vignal, Claude 35 Jacques Frémaux, Le putsch des généraux : Les comploteurs, in Guerre d Algérie magazine, n 14, décembrejanvier-février 2009, p Edmond Jouhaud est arrêté le 26 mars 1962 à Oran et Raoul Salan le 20 avril 1962 à Alger. 37 Les généraux Challe, Zeller, Salan et Jouhaud sont graciés en 1966 et amnistiés en Jacques Frémaux, ibidem, p Par ailleurs, un certain nombre d officiers, hostiles à la politique du gouvernement, ou pour protester contre les mesures qui frappent leurs camarades, choisissent de mettre fin à leur carrière. D autres, que le pouvoir juge peu sûrs, sont encouragés à bénéficier de mesures de dégagement des cadres. Pierre Messmer évalue à 500 ou 600 le nombre d officiers qui, plus ou moins spontanément, quittent ainsi une armée qui les a déçus. ( ) Le chiffre total des officiers partis à titres divers représente environ un millier de cadres, environ 3% du total des officiers d active de l armée française, et sans doute une proportion plus grande pour l Algérie. Jacques Frémaux, ibidem, pp.28 et 29 18

La résistance civile contre les coups d État

La résistance civile contre les coups d État Série «Vers une défense civile non-violente» Diaporamas n 4 Résistance civile contre les dictatures, les coups d État et le terrorisme Diaporama 4-2 La résistance civile contre les coups d État Étienne

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant Cour d honneur des Invalides, le 1 er octobre 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015

Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015 Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015 CENTRE D ÉDUCATION POPULAIRE ANDRÉ GENOT rue de Namur 47 5000 Beez T. 081/26 51 52

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP

LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP 2006 1 Décomposition du temps Gestion de son temps Priorité dans l organisation Application Méthode NERAC 2 Décomposition du temps Notre temps se décompose par notre rythme

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

La médiation commerciale

La médiation commerciale La médiation commerciale La médiation, tout le monde en parle mais peu la pratique. Pourtant, les modes alternatifs de règlement des confits, les MARC, connus également sous leur vocable anglais, ADR (Alternativ

Plus en détail

LE DRAME ALGÉRIEN EN QUELQUES DATES. Attentats au Maroc, agitation en Tunisie. Des renforts militaires commencent à arriver en Algérie.

LE DRAME ALGÉRIEN EN QUELQUES DATES. Attentats au Maroc, agitation en Tunisie. Des renforts militaires commencent à arriver en Algérie. LE DRAME ALGÉRIEN EN QUELQUES DATES 1954 1er novembre Vague d attentats terroristes déclenchés par le Comité révolutionnaire d Unité et d Action. 6 novembre Dissolution du MTLD de Messali Hadj. 1955 2

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Candidature des participants. PEJ-France Caen

Candidature des participants. PEJ-France Caen Candidature des participants PEJ-France Caen Du 29 mai au 8 juin 2014 2 Le mot du président Malo MOFAKHAMI Président du PEJ-France Chers participants, En 2014, le Parlement Européen des Jeunes - France

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats. Ifop pour Dimanche Ouest France

L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats. Ifop pour Dimanche Ouest France L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats JF/JPD N 113495 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01

Plus en détail

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique.

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique. Comment franchir une intersection avecprioritéàdroite? Une intersection (carrefour) est une zone où se rejoignent, se croisent des usagers venant de directions différentes. Dans quel ordre doivent-ils

Plus en détail

Sondage : les résultats!

Sondage : les résultats! Sondage : les résultats! Avec 104 réponses, le sondage réalisé par le Parti libéral radical de Troistorrents-Morgins s est révélé un franc succès. Sans pouvoir être représentatif, il constitue néanmoins

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE TRAVAIL - LIBERTE - PATRIE GUIDE DE L ELECTEUR. Togolais, viens, bâtissons la cité! mars 2015. www.ceni-tg.

REPUBLIQUE TOGOLAISE TRAVAIL - LIBERTE - PATRIE GUIDE DE L ELECTEUR. Togolais, viens, bâtissons la cité! mars 2015. www.ceni-tg. REPUBLIQUE TOGOLAISE TRAVAIL - LIBERTE - PATRIE GUIDE DE L ELECTEUR Togolais, viens, bâtissons la cité! mars 2015 www.ceni-tg.org 1 Ce Guide, élaboré par la Commission Electorale Nationale Indépendante

Plus en détail

LA CONFÉRENCE DE PRESSE

LA CONFÉRENCE DE PRESSE Fiche aide-mémoire : l organisation d une conférence de presse OBJECTIFS La conférence de presse La rencontre de presse La conférence de presse La conférence de presse sert à annoncer une nouvelle ou à

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Les procédures d assemblées

Les procédures d assemblées Les procédures d assemblées RÈGLES DE PROCÉDURE D ASSEMBLÉE Note : Ces règles sont principalement inspirées du «Guide de procédure des assemblées délibérantes» produit par l Université de Montréal, Secrétariat

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

RAPPORT COMITÉ COTE 100

RAPPORT COMITÉ COTE 100 RAPPORT COMITÉ COTE 100 Mardi, le 17 février 2015, Réjean Thibeault, Michel Dorval et Karo Ouellet ont rencontré M. Borduas attaché politique du cabinet des ministres du MERN. Celui-ci gère l utilisation

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 3 ème Période historique : XXème siècle Moment choisi : Guerre de Corée Thématique : Arts, Etats, pouvoir Sujet : Guerre froide Domaine artistique : Art du visuel Œuvre : Massacre

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

Assemblée du 14 mars 2015

Assemblée du 14 mars 2015 Animation : Gabrielle Compte-rendu : Camille Assemblée du 14 mars 2015 au Collège de Maisonneuve 3800 rue Sherbrooke Est 5 participantes et participants, 1 observateur. Début de l assemblée à 13h20. Tour

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique L huissier de justice auxiliaire de justice et partenaire 1. QUI EST L HUISSIER DE JUSTICE? L huissier de justice

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux Discours pour Maître Roux Maître Roux, Cher François Mesdames et Messieurs, Chers amis, Nous sommes réunis ce soir pour rendre hommage à la personne exceptionnelle que vous êtes, exceptionnelle par votre

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

Vers des États généraux. sur l enseignement

Vers des États généraux. sur l enseignement Vers des États généraux sur l enseignement supérieur Une proposition de démarche Conseil fédéral 13 au 15 novembre 2013 Lors de sa réunion du printemps 2013, le Conseil fédéral adoptait la résolution

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918.

LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918. LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918. LE MIDI ROUGE, BULLETIN DE L ASSOCIATION MAITRON LANGUEDOCROUSSILLON, PERPINYÀ, N 8, DÉCEMBRE 2006, pp. 22-24. Le Code

Plus en détail

Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants

Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants EXPOSÉ DES MOTIFS Dès la fin de la guerre 1914-1918, se sont constituées de nombreuses associations de victimes

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014

DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014 8 avril 2014 DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014 Monsieur le Premier ministre, Nous avons naturellement

Plus en détail

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités Une gouvernance efficace : guide à l intention des conseils scolaires, de leurs membres, des directions de l éducation et des communautés CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités 70 (Sauf indication

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

POUR UN SORTIE D. Parents, vous avez un rôle à jouer!

POUR UN SORTIE D. Parents, vous avez un rôle à jouer! E POUR UN E SORTIE D E L B A I L B INOU Parents, vous avez un rôle à jouer! LE DES FINISSANTS DE VOTRE ADO ARRIVE ENFIN. C EST UN ÉVÉNEMENT UNIQUE POUR SOULIGNER LA FIN DE SON SECONDAIRE ET TOUS LES EFFORTS

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat.

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat. Cas pratique Cours : Droit constitutionnel de la Vème République Enoncé : Le Président de la République française, lors de vacances privées, a eu un léger accident de voiture avec un automobiliste qui

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public!

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public! CONSIGNES GENERALES : 1. c est gratuit (par lettre simple : coût d un timbre postal), sans avocat, et cela ne me causera aucun risque; 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut

Plus en détail

ÉLECTIONS EUROPÉENNES Pourquoi. voter. le 25 mai 2014?

ÉLECTIONS EUROPÉENNES Pourquoi. voter. le 25 mai 2014? ÉLECTIONS EUROPÉENNES Pourquoi voter le 25 mai 2014? Parce que le Parlement européen est la seule institution de l Union européenne à être directement élue par les citoyens Vous êtes citoyen d un des 28

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 6 : Le nouveau fonctionnement Quelques éléments de contexte La CFE-CGC a soutenu la démarche de regarder une optimisation

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Dossier de presse. Inauguration des nouveaux locaux du Mouvement ATD Quart Monde Grand Ouest. Rennes - Jeudi 11 juin 2015. ATD Quart Monde Grand Ouest

Dossier de presse. Inauguration des nouveaux locaux du Mouvement ATD Quart Monde Grand Ouest. Rennes - Jeudi 11 juin 2015. ATD Quart Monde Grand Ouest 2015 Dossier de presse ATD Quart Monde Grand Ouest Rennes - Jeudi 11 juin 2015 Sommaire Communiqué de presse... 3 Présentation du Mouvement ATD Quart Monde... 4 Financement... 6 Prospective / ambitions...

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

Comment sont nés les Etats-Unis?

Comment sont nés les Etats-Unis? Comment sont nés les Etats-Unis? Au début du 18ème siècle, l Amérique est composée de colonies européennes. En 1776, les 13 colonies Anglaises d Amérique du nord se révoltent et prennent le nom d Etats-Unis

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs?

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Problème No 1 : Votre enfant ne fait pas de son mieux Les enfants qui manquent de motivation ne fournissent qu un minimum d

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Les bonnes pratiques lors de l intrusion d un tireur actif

Les bonnes pratiques lors de l intrusion d un tireur actif Les bonnes pratiques lors de l intrusion d un tireur actif Service de la sûreté institutionnelle avec la collaboration du Service de police de la Ville de Montréal Octobre 2010 Objectifs de cette présentation

Plus en détail

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION Lorsque nous pensons à la séduction et aux premières rencontres amoureuses des adolescents, nous souhaitons pour eux qu ils apprennent

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et les fonctions publiques Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion et

Plus en détail

Communication. Mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E

Communication. Mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E X I V e L É G I S L A T U R E Communication Commission des affaires européennes Mardi 4 novembre 2014 16 h 30 Communication de M. Philippe Armand Martin sur l attribution des noms de domaine «.wine» et

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail