L accès aux soins des plus démunis en 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L accès aux soins des plus démunis en 2012"

Transcription

1 Dossier de presse octobre 2012 L accès aux soins des plus démunis en 2012 ; Journée internationale du refus de la misère 17 octobre 2012 Dossier de presse - 17 octobre

2 la solidarité, un remède contre les inégalités 2 Médecins du Monde

3 ; Avec 21 centres et plus de consultations en 2011, Médecins du Monde est en première ligne pour constater l actuelle et importante détérioration des conditions d accès aux soins des populations les plus fragiles en France. La fréquentation des centres est en croissance constante et rapide. La dégradation des conditions de vie s accompagne d une complexité de l accès aux soins liée à un système de santé de moins en moins solidaire. Les retards de soins sont donc plus fréquemment constatés avec, pour conséquence, une mise en danger de la santé des plus précaires. Entre 2008 et 2011, les consultations médicales dans les centres de Médecins du Monde ont augmenté de 22 %. Plus de 98 % des patients accueillis vivent sous le seuil de pauvreté, étrangers en situation régulière ou non, et nouveaux exclus français de la crise économique. 38 % des patients reçus en 2011 dans les centres MdM auraient dû être traités plus tôt. Le retard de recours aux soins est de plus en plus fréquent, quand les personnes ne renoncent pas tout simplement à se faire soigner. Enfin, plus de mineurs ont été accueillis dans les centres MdM. Leur nombre a augmenté de 48 % depuis La loi leur garantit pourtant en principe un accès inconditionnel au système de soins. Les attaques répétées et constantes contre le droit à la santé pour tous observées ces dernières années conduisent à une situation sanitaire alarmante. Certaines réformes annoncées, notamment la suppression des 30 euros de l Aide Médicale d Etat, ont permis la reprise d un dialogue rompu ces dernières années entre les acteurs associatifs et les pouvoirs publics. Mais à l inverse, les politiques d expulsions, à l image de celles toujours menées envers les citoyens européens roms, va à l encontre même des enjeux de santé publique et des droits fondamentaux. La conférence de lutte contre la pauvreté et les exclusions prévue les 10 et 11 décembre prochains doit être l occasion pour le gouvernement de prendre des mesures exceptionnelles afin de répondre aux enjeux de santé publique et de précarité. Médecins du Monde y portera notamment les propositions développées dans sa lutte contre les inégalités de santé et l exclusion des plus précaires : fusionner l aide médicale d état (AME) dans la couverture maladie universelle (CMU) relever le seuil d attribution de la CMU-complémentaire renforcer les permanences d accès aux soins de santé (PASS) supprimer le délit de racolage passif qui isole les personnes se prostituant dans les espaces de non-droit contrôler l épidémie d hépatite C chez les usagers de drogues notamment par la création de salles de consommation à moindre risque réviser les politiques restrictives et répressives à l encontre des migrants, y compris les citoyens européens, afin de favoriser leur intégration et leur accueil protéger et soigner les étrangers gravement malades Calais Sarah Alcalay Dossier de presse - 17 octobre

4 le Baromètre MdM en 2012 ; + 22 % de consultations médicales entre 2008 et 2011 * En 2011, personnes ont été reçues dans les centres MdM consultations médicales ont été données. Une augmentation des consultations de 5,2 % par rapport à % de retard aux soins en 2011 Plus d 1/3 des patients vient se soigner tardivement par rapport aux soins qu imposent leurs pathologies mineurs ont été accueillis dans les centres MdM en 2011, soit 12,2 % des patients. Parmi ces mineurs, plus d 1 sur 2 est âgé de moins de 7 ans. 98,9 % des patients reçus dans les centres de MdM vivent sous le seuil de pauvreté 45 % des femmes enceintes ont un retard de suivi de grossesse 72% des patients déclarent vivre à la rue ou dans un logement précaire Une augmentation de 48 % des mineurs entre 2008 et 2011 * : à volume opérationnel constant 4 Médecins du Monde

5 la santé des exclus ne cesse de se dégrader Strasbourg Benoit Guénot Se soigner : le parcours du combattant Si la mise en place de la loi CMU en 2000 a représenté une avancée pour l accès aux soins de plus de 4 millions de personnes pauvres, elle a aussi eu pour effet de concentrer une partie des problèmes d accès aux soins sur les étrangers en situation administrative difficile. Ceux-ci sont confrontés à de nombreux obstacles relevant de la complexité du droit en matière d accès aux soins : méconnaissance des droits et des structures délivrant des soins (30 %), difficultés administratives (21 %), barrière linguistique (21 %). à cela s ajoute pour les étrangers la complexité du droit en matière d immigration et certaines pratiques abusives des administrations constatées encore aujourd hui. La peur de se déplacer est aussi un facteur majeur de renoncement aux soins. 56 % des personnes en situation irrégulière indiquent limiter leurs déplacements par peur des arrestations. Dans ce contexte, près de 80 % des personnes reçues dans les centres MdM n ont aucun droit ouvert à l AME ou la CMU alors qu ils peuvent effectivement en bénéficier. 38 % des patients MdM auraient dû être traités plus tôt En 2011, plus d un tiers des personnes reçues en consultation médicale dans les centres MdM présente un problème de santé qui aurait dû être traité plus tôt. Plus de 20 % indiquent avoir renoncé à des soins au cours des 12 derniers mois. L augmentation du renoncement aux soins ces dernières années concerne toutes les catégories de populations, disposant ou non d une couverture médicale 1. Le retard et le renoncement aux soins sont plus importants parmi les personnes vivant dans la rue ou dans un logement précaire et lorsque ces personnes ne disposent d aucun droit ouvert à une couverture maladie. Le contexte répressif a indéniablement éloigné les plus vulnérables des structures de santé, rendant leur suivi médico-social particulièrement difficile. Des pathologies aggravées par la précarité Dans plus de 40 % des consultations médicales, une prise en charge des affections de plus de six mois est nécessaire. Hypertension artérielle, diabète, asthme, cancer % des patients de MdM présentent une pathologie potentiellement grave. Parmi ces patients, seuls 8 % disposent de droits ouverts à une couverture maladie, ce qui pose de façon cruciale la question de leur prise en charge et de leur suivi : ces personnes doivent être orientées vers le système de droit commun, et notamment les permanences d accès aux soins de santé (PASS) qui restent insuffisamment développées en France. Des pathologies psychiques ou psychiatriques sont également présentes et ont été identifiées pour 11 % des patients. Par ailleurs, l état bucco-dentaire des personnes rencontrées dans les centres MdM est particulièrement dégradé. 1. Allonier C., et al., «Enquête santé protection sociale 2008». Rapport IRDES, 2010 : 1800, 254 pages. Boisguérin B., et al., «Les bénéficiaires de l AME en contact avec le système de soins». Drees, Etudes et résultats, 2008 : 645. Dossier de presse - 17 octobre

6 45 % des femmes enceintes présentent un retard de suivi de grossesse Parmi les femmes enceintes, majoritairement dans des situations sociales et administratives difficiles, 45 % présentent un retard de suivi de grossesse. Près de 6 femmes sur 10 n ont pas d accès aux soins prénataux. La dernière enquête sur la santé des femmes étrangères en France 2 conclut à un taux de mortalité maternelle 2 fois supérieur à celui des femmes françaises. Les mineurs en danger En 2011, les centres MdM ont accueillis plus de mineurs. Plus de la moitié sont âgés de moins de 7 ans. Alors même que leur nombre a augmenté de 48 % depuis 2008, l accueil des mineurs pose toujours question. Légalement protégés, ils doivent bénéficier sans délai d une couverture maladie. Néanmoins, 89 % des mineurs reçus pour la première fois dans un centre MdM ne disposent d aucun droit ouvert à l assurance maladie. La complexité du système et certaines pratiques abusives freinent leur accès aux droits et par conséquent aux soins. Globalement, les conditions de logement des mineurs reçus dans les centres MdM se dégradent par rapport à 2010 : 12 % d entre eux vivent à la rue et 66 % sont hébergés par un organisme ou une association, ou vivent dans un logement précaire. Une couverture vaccinale toujours trop faible En 2011, les adultes reçus dans les centres MdM présentent des taux de vaccination variant de 26 à 41 % selon les vaccins. La situation des plus jeunes est sensiblement meilleure, avec des Mayotte MdM taux de 54 à 71 %, mais reste encore bien inférieure aux recommandations nationales. Ce constat impose la nécessité d innover en matière de stratégies d information, de prévention et de vaccination, en partenariat avec les principaux services publics concernés (PMI et centres de vaccinations). Mayotte, territoire d exception à Mayotte, où l introduction du système d assurance maladie a exclu près d un quart de la population de toute protection maladie, seuls 21 % des enfants accueillis au centre pédiatrique de MdM en 2011 sont affiliés à la caisse de sécurité sociale. La mortalité maternelle y est six fois plus élevée qu en métropole, la mortalité infantile quatre fois plus élevée 3. Suite à une procédure initiée par MdM, le Tribunal des affaires de sécurité sociale a jugé que le droit de la santé à Mayotte était contraire à la Convention internationale des droits de l enfant, et a condamné la Caisse de sécurité sociale de Mayotte à procéder à l affiliation directe de l enfant d une mère en situation irrégulière 4. Plus d un tiers des enfants accueillis au centre pédiatrique de MdM et près de la moitié des enfants examinés en consultations mobiles ont renoncé à des soins au cours des six derniers mois. Face à l importance de la malnutrition infantile détectée dans le centre pédiatrique de MdM, une enquête a été réalisée en 2011 sur la situation nutritionnelle des enfants vus en consultations. Au total, 7,3 % des enfants souffrent de malnutrition aiguë. 2. Saurel-Cubizolles M., et al., «Santé périnatale des femmes étrangères en France» InVS, BEH, 2012 : Math A., «Mayotte. La situation économique et sociale», Chronique internationales de l Ires, 2012 : Tass de Mamoundzou, jugement du 17 décembre Médecins du Monde

7 Au-delà des promesses de campagne des mesures exceptionnelles pour protéger les plus pauvres Suppression du droit d entrée de 30 euros pour l aide médicale d état (AME), du délit de racolage passif, protection des étrangers gravement malades, fin de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence : tels ont été, entre autres, les engagements des candidats socialistes pendant la campagne présidentielle et les législatives. Certains sont d ores et déjà tenus, comme la suppression des 30 euros de l AME, d autres sont attendus par les associations. Dans un contexte de crise économique majeure et face à la remise en question d un accès équitable aux soins, le gouvernement doit aller plus loin : il y a urgence à protéger les plus pauvres et proposer des mesures de santé publique adaptées. AME ET CMU : un seul dispositif En 2011, l aide médicale d état (AME), dispositif spécifique mis en place pour les étrangers en situation irrégulière pauvres 5, est devenue payante. Ce droit d entrée de 30 euros a constitué un obstacle majeur dans l accès aux soins des personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Sa suppression est l un des tout premiers engagements tenus par le gouvernement. Une suppression attendue, un premier pas que Médecins du Monde estime nécessaire mais insuffisant. En 2011, près de 80 % des patients accueillis dans les centres MdM relèvent d un dispositif de couverture maladie mais 84 % d entre eux n ont aucun droit effectivement ouvert. Demande abusive de pièces administratives, interdiction du dépôt de dossiers d AME dans les CPAM de quartiers à Paris, refus de soins, critère de résidence de plus de 3 mois en France : l AME reste un système complexe, difficile d accès, qui génère des retards de soins et débouche trop souvent sur une absence totale de prise en charge médicale. Un tiers des personnes reçues en consultation se heurte au critère de résidence de plus de 3 mois nécessaire pour obtenir l AME. Plus d un quart des adultes reçus pour la première fois dans les centres MdM ne disposent pas d adresse postale nécessaire pour accéder à des droits sociaux. Saturés, les CCAS 6 et les associations agréées ne sont pas toujours en mesure de leur fournir une domiciliation administrative.. Médecins du Monde recommande la fusion de l AME dans la CMU, pour une véritable couverture maladie universelle qui rende l accès aux soins plus simple, plus rapide et moins stigmatisant. Nice Bénédicte Salzès La CMU-Complémentaire accessible aux plus pauvres En 2011, 7,5 % des personnes accueillies dans les centres MdM sont encore confrontées à des difficultés financières pour se soigner. Face à l augmentation constante du reste à charge laissé par l assurance maladie (franchises médicales, déremboursement de certains médicaments, augmentation du forfait hospitalier, etc), bénéficier d une assurance complémentaire apparait comme indispensable pour les populations les plus précaires. Celle-ci n est pas toujours accessible, notamment pour ceux qui ont des ressources «trop élevées» pour prétendre à la CMU-C 7, bien que vivant sous le seuil de pauvreté 8.. Médecins du Monde demande l augmentation du seuil d attribution de la CMU-Complémentaire au niveau du seuil de pauvreté. 5. Ayant des ressources mensuelles inférieures à 661 euros pour une personne seule (montant au 1er juillet 2012) 6. Centre communal d action social 7. Ressources supérieures à 661 euros par mois pour une personne seule. 8. Moins de 964 euros par mois pour une personne seule Source INSEE, Dossier de presse - 17 octobre

8 Lyon Elisabeth Rull Vers le système de droit commun : renforcer les PASS Les PASS 9 garantissent théoriquement une porte d entrée à l hôpital pour tous ceux qui n ont pas de couverture maladie. En pratique, moins de 400 PASS sur les 500 initialement prévues ont été mises en place, et toutes ne sont pas pleinement fonctionnelles (manque de personnel médical, prise en charge des soins et des traitements aléatoires). Pour les personnes en situation précaire, l accès aux soins dentaires, ou encore de santé mentale, est rendu particulièrement difficile à cause du manque de structures et de moyens dans ce domaine. Les restrictions successives de l assurance maladie et de certains dispositifs dédiés aux plus pauvres font aujourd hui des PASS le seul recours aux soins possible pour une partie de la population.. Médecins du Monde demande le renforcement des PASS afin d assurer une prise en charge des populations dans le système de droit commun. Personnes se prostituant : de moins en moins visibles et d autant plus vulnérables En réintroduisant le délit de racolage passif, la Loi pour la Sécurité Intérieure (LSI) de 2003 a renforcé l isolement des personnes se prostituant, les reléguant vers des lieux plus éloignés, loin des structures de soins, où elles sont moins aptes à négocier des pratiques sexuelles protégées et donc plus exposées aux violences. Une loi aux conséquences néfastes sur l accès aux soins et sur laquelle le nouveau gouvernement s est engagé à revenir. Dès 2010, une enquête a été mise en place auprès des personnes se prostituant 10 : parmi les femmes interrogées, les deux tiers ont été arrêtées au moins une fois par les forces de l ordre pour racolage. Parmi elles, plus d un tiers (36,1 %) déclare avoir subi au moins une interpellation alors qu elles n étaient pas en activité. Harcèlements de la part des forces de police, mauvais traitements, violence psychologique et physique : ces résultats confirment les Marseille Christina Modolo conséquences délétères de la pénalisation du racolage passif, particulièrement sur l effectivité des droits des personnes se prostituant.. Médecins du Monde demande l abrogation immédiate du délit de racolage passif et rejette le projet de loi visant à pénaliser les clients, qui ne ferait qu aggraver la vulnérabilité des personnes se prostituant. Contrôler l épidémie d hépatite C Actuellement, entre 40 et 60 % des usagers de drogues seraient touchés par l épidémie d hépatite C, la consommation de drogues par voie intraveineuse étant le premier mode de contamination au VHC. La co-infection VIH/VHC reste par ailleurs préoccupante 11. Pour lutter contre l épidémie de VHC chez les usagers de drogues, Médecins du Monde a lancé un programme d éducation aux risques liés à l injection (ERLI). L objectif est de travailler avec les usagers sur leurs pratiques de consommation et leur permettre de mieux se protéger. Fin 2011, 66 personnes sont inclues dans le programme ERLI. Des «salles de consommation à moindre risque» peuvent être rapidement mises en place à Paris et en région par Médecins du Monde et d autres associations, dans l objectif de réduire la mortalité, la morbidité, l exclusion sociale et les troubles à l ordre public liés à la consommation de drogues dans l espace urbain. En 2011, moins d un tiers des patients reçus dans les centres MdM connait son statut sérologique vis-à-vis du VIH et/ou des hépatites B et C. Parmi les personnes dépistées dans les 2 centres d Ile-de- France, les prévalences des hépatites B et C sont respectivement de 6,8 % et 5,4 %, soit respectivement plus de 10 et 6 fois supérieures à la moyenne en population générale 12. L utilisation des TROD 13 VIH a été étendue à 7 programmes en France et l utilisation des TROD VHC, toujours illégale actuellement, a été lancée à Bayonne cette année.. Médecins du monde demande l ouverture de salles de consommation à moindre risque ainsi que la légalisation des TROD des hépatites B et C. 9. Créées par la loi cadre de juillet 1998 de lutte contre les exclusions. 12. la prévalence du VIH est 11 fois supérieure (2,3 %) à la prévalence nationale 10. Médecins du Monde, «Enquête Lotus Bus. Rapport d analyse préliminaire. Violences 13. Test Rapide d Orientation Diagnostique liées aux arrestations pour racolage», 2012, 13 pages. 11. InVS, CnamTS, Cetaf, «Prévalence des hépatites B et C en France en 2004», Rapport InVS, 2007, 112 pages. 8 Médecins du Monde

9 Les Roms, des citoyens européens comme les autres? Politique de harcèlement, destruction systématique des lieux de vie sans alternative de relogement, expulsions du territoire collectives et infondées, absences ou ruptures de soins : les vagues d expulsions et de violences à l encontre des populations roms ne cessent de dégrader leurs conditions de vie, d accès aux soins et au logement. Dans ce contexte, Médecins du Monde a saisi en mai 2012 le Défenseur des Droits Dominique Baudis concernant la situation des Roms à Marseille. Malgré l alternance politique, les procédures d expulsions des populations roms et leur stigmatisation se poursuivent. La levée partielle des mesures transitoires suite à la circulaire du 26 août 2012 relative à l anticipation et à l accompagnement des opérations d évacuation des campements illicites n est pas suffisante. Seule la levée complète des mesures transitoires peut permettre l intégration des ressortissants roumains et bulgares et l accès effectif, comme pour tous les autres citoyens européens, au marché du travail et aux dispositifs d accompagnement vers l emploi.. Médecins du Monde recommande la levée totale des mesures transitoires qui affectent les citoyens roumains et bulgares et l application immédiate du volet prévention de la circulaire du 26 août. Les stigmatisations dont ils font l objet doivent cesser. Médiation sanitaire, une approche à généraliser Outil efficace de prévention auprès des populations précaires, la médiation sanitaire permet une meilleure adhésion aux campagnes de vaccinations et de dépistage, ainsi qu aux protocoles thérapeutiques. Le projet national de médiation sanitaire, dont Médecins du Monde fait partie, témoigne de la volonté de construire de nouvelles modalités d intervention médicosociale à destination des populations marginalisées. MdM a développé depuis 2010 des actions de médiation auprès des femmes et des enfants roms à Nantes favorisant l accès à la prévention et aux soins : en moins de 6 mois, les familles ont doublé leur fréquentation des services de santé et une nette progression a eu lieu dans le suivi médical des femmes enceintes. La reconnaissance de la médiation ne doit pas se limiter à une simple expérimentation mais doit au contraire être généralisée à d autres publics en grande précarité. Montpellier Sophie Brändström Dossier de presse - 17 octobre

10 Calais Sarah Alcalay Protéger et soigner les étrangers gravement malades Démantelé par la loi du 16 juin 2011, le droit au séjour des étrangers gravement malades pour raison médicale en France a été conditionné à l absence de traitement approprié dans le pays d origine, et non plus à son accès effectif. Cette décision ne prend pas en compte la disponibilité du traitement en quantité suffisante ou encore le suivi médical dans le pays d origine, condamnant ces personnes à la clandestinité ou à des expulsions, avec de lourdes conséquences sur leur santé. Seules 6 % des personnes en situation irrégulière interrogées au cours d une enquête récente réalisée dans 11 pays d Europe 14 citent la santé parmi les raisons qui les ont poussées à migrer.. Médecins du Monde demande le rétablissement de la protection des étrangers gravement malades qui n ont pas un accès effectif aux soins dans leur pays d origine, en revenant à la législation de 1998 en la matière. Répondre à la crise de l hébergement et du logement En finir avec la gestion saisonnière de l hébergement d urgence : c est l un des engagements du gouvernement qui doit s orienter rapidement vers une politique publique de logement protégeant les plus précaires. Parmi les personnes rencontrées dans les centres MdM, une très large majorité (85,5 %) ne dispose d aucune ressource officielle et la plupart connaît des difficultés de logement majeures : seules 28 % déclarent disposer d un logement stable et 14 % sont sans domicile fixe. Pourtant, des solutions existent. Dans le Nord-Pas-de-Calais, à Norrent Fontes, des abris semi-mobiles ont vu le jour en début d année pour accueillir les migrants en transit vers l Angleterre. Un habitat nomade et démontable construit par Médecins du Monde en partenariat avec les associations locales et les communes concernées. En matière d hébergement médicalisé, les dispositifs lits haltes soin santé (LHSS) 15 doivent être évalués et renforcés.. Médecins du Monde recommande la création de structures d hébergement ouvertes toute l année en nombre et capacité d accueil suffisants, avec un accompagnement social vers le logement pérenne. Ces structures doivent répondre à la diversité des besoins et des personnes qui y ont recours, notamment pour celles qui souffrent de maladies chroniques, d addictions ou de pathologies mentales. 14. Observatoire international de l accès aux soins de Médecins du Monde, «L accès aux soins des personnes sans autorisation de séjour dans 11 pays d Europe», 2009, 156 pages 15. Mis en place à titre expérimental en 1993, les lits d hébergement de soins infirmiers ont pour oblectif l accueil «des personnes en situation de grande exclusion dont l état de santé physique ou psychique nécessitait un temps de repos ou de convalescence sans justifier d une hospitalisation» afin de les soigner. 10 Médecins du Monde

11 ; face à la crise, Protégez les plus pauvres Dans un climat de crise économique et sociale, marqué par les tentations de repli et la montée de la xénophobie, l urgence est de rappeler les principes d universalité et de solidarité de notre système de santé, et d envisager des mesures exceptionnelles en faveur des plus précaires. Dunkerque Sarah Alcalay Médecins du Monde, de part sa position particulière auprès des exclus, joue un rôle de veille sanitaire et sociale, identifiant les problèmes émergents et proposant de nouvelles formes de réponses et d actions, parfois au-delà du cadre légal, avec à chaque fois l objectif d une reprise par le système de droit commun. Face à la crise et aux nouvelles formes de précarité, l association souhaite rapidement étendre ses programmes dans les quartiers les plus démunis, en zones urbaines et rurales. Dans ce contexte, la conférence de lutte contre la pauvreté et les exclusions prévue les 10 et 11 décembre sera l occasion pour Médecins du Monde de partager son expertise de terrain et ses constats alarmants. Les enjeux de santé publique basés sur la solidarité et le respect des droits fondamentaux doivent impérativement rester une priorité des politiques en faveur des plus démunis. Dossier de presse - 17 octobre

12 Ile de France Steven Wassenaar w Contact presse Agnès Varraine Leca Emmanuelle Hau Léa Carniglia / / photo couverture Elisabeth Rull - conception : Aurore Voet / Médecins du Monde

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Au menu de la rencontre : préparation du 17/10/10 - Etat des lieux : Alerte dégradation accès aux droits et aux soins

Plus en détail

Prévention du VIH et des hépatites dans les programmes de Médecins du Monde en France Société Française de Lutte contre le Sida 25-26 octobre 2012-Marseille NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2011 LA SANTÉ N EST PAS UN LUXE. Dossier de presse - 17 octobre 2011 3

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2011 LA SANTÉ N EST PAS UN LUXE. Dossier de presse - 17 octobre 2011 3 DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 L ACCÈS AUX SOINS LA SANTÉ N EST PAS UN LUXE x DES PLUS D MUNIS EN 2011 Journée internationale du refus de la misère 17 octobre 2011 Dossier de presse - 17 octobre 2011 3

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Dossier élections 2012

Dossier élections 2012 Dossier élections 2012 2 Médecins du Monde Le meilleur système de santé au monde? w 2012 : Le système de santé est malade et ce sont les personnes précaires qui en souffrent le plus. Démarrée bien avant

Plus en détail

NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU

NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU 1/ Résultats de l enquête sur la couverture vaccinale et l accès aux soins de santé des populations roms sur Bruxelles 2/ Quelques bonnes pratiques: «film» 3/ Piste pour la suite NOUS SOIGNONS CEUX QUE

Plus en détail

ORS OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE. RAPPORT 2011 octobre 2012. mip

ORS OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE. RAPPORT 2011 octobre 2012. mip O ORS mip OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE RAPPORT 2011 octobre 2012 1 - À la suite de la loi contre les exclusions de 1998 et de la création en 2000 de la couverture maladie universelle

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Accès aux soins, CMU et AME. Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011

Accès aux soins, CMU et AME. Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011 Accès aux soins, CMU et AME Intervention DU Santé / Précarité 6 janvier 2011 1. L accès aux soins : Possibilité à chacun de se faire soigner comme il convient. La Constitution garantit le droit à la protection

Plus en détail

L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2010

L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2010 DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2010 L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2010 Journée internationale du refus de la misère 17 octobre 2010 Dossier de presse 17 octobre 2010 - Médecins du Monde 3 2 Dossier

Plus en détail

ORS OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE. RAPPORT 2011 octobre 2012. mip

ORS OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE. RAPPORT 2011 octobre 2012. mip O ORS mip OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE RAPPORT 2011 octobre 2012 1 À la suite de la loi contre les exclusions de 1998 et de la création en 2000 de la couverture maladie universelle

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE. SYNTHÈSE 2012 Octobre 2013

OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE. SYNTHÈSE 2012 Octobre 2013 OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE SYNTHÈSE 2012 Octobre 2013 2 Jérôme Sessini / Magnum Photos pour MDM Coralie Couetil Bertrand Gaudillère INTRODUCTION Ô En 2012, en France, les conséquences

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE Quel qu en soit le motif, l entrée sur le territoire français est soumise à une obligation de «visa» (sauf nationalités dispensées). Le visa «pour raison médicale» ou «sanitaire» est un visa spécialement

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

ACCES AUX SOINS BUCCO-DENTAIRES DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE : ETUDE SUR LA REGION BRESTOISE.

ACCES AUX SOINS BUCCO-DENTAIRES DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE : ETUDE SUR LA REGION BRESTOISE. ACCES AUX SOINS BUCCO-DENTAIRES DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE : ETUDE SUR LA REGION BRESTOISE. 10 PLAN Page Introduction 14 CHAPITRE 1. PRECARITE ET SANTE : ASPECT GENERAUX ET ODONTOLOGIQUES

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais)

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) MEDECINS DU MONDE FRANCE recherche Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) Médecins du Monde, association médicale militante

Plus en détail

APPEL A PARTENARIATS. Règlement de l appel à partenariats

APPEL A PARTENARIATS. Règlement de l appel à partenariats APPEL A PARTENARIATS C.C.A.S. (Centre Communal d Action Sociale) de Bergues Règlement de l appel à partenariats Pouvoir responsable de l appel à partenariats : C.C.A.S. de Bergues, Hôtel de ville - Place

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon

Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon Dr Adeline Scanvion Praticien Hospitalier au CHU de Nantes CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Précarité à Paris : caractéristiques de la population

Précarité à Paris : caractéristiques de la population Précarité à Paris : caractéristiques de la population 10 000 à 15 000 personnes à la rue à Paris* Hommes Femmes * Paris : 2 000 000 d habitants environ. Nord Est = secteur le plus peuplé, concentration

Plus en détail

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles Dossier de presse Lancement des schémas territoriaux des services aux familles 7 février 2014 Contact presse francois.coen@famille.gouv.fr 1. UNE MOBILISATION SANS PRÉCÉDENT Le gouvernement a annoncé en

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Dossier de presse Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Secrétaire d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale à la

Plus en détail

Etude de la couverture vaccinale des populations Roms rencontrées par Médecins du Monde à Nantes et son agglomération

Etude de la couverture vaccinale des populations Roms rencontrées par Médecins du Monde à Nantes et son agglomération Session «Vaccination, des clés pour convaincre», 20 mai 2011 Etude de la couverture vaccinale des populations Roms rencontrées par Médecins du Monde à Nantes et son agglomération Sylvie Chapelais, responsable

Plus en détail

Rappel sur les dispositifs d ouverture de droits et cas concrets. Stéphane Montabone Equipe Mobile Hépatites Formation AEHV-LR Montpellier Mars2015

Rappel sur les dispositifs d ouverture de droits et cas concrets. Stéphane Montabone Equipe Mobile Hépatites Formation AEHV-LR Montpellier Mars2015 Rappel sur les dispositifs d ouverture de droits et cas concrets Stéphane Montabone Equipe Mobile Hépatites Formation AEHV-LR Montpellier Mars2015 Sécurité sociale : généralités et CMU -CMUC La

Plus en détail

Traite des êtres humains, que faire?

Traite des êtres humains, que faire? Traite des êtres humains, que faire? Conseils pour le personnel hospitalier InTRODUCTION Il arrive que le personnel hospitalier soit confronté à des situations liées à la traite des êtres humains. Ce sont

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Les prérogatives du mineur sur sa santé

Les prérogatives du mineur sur sa santé 5e Rencontres médico-juridico-sociales autour de l enfant Protection de l enfance et santé Les prérogatives du mineur sur sa santé Claire Quennesson - Doctorante CERFAP Introduction Mineur Personne âgée

Plus en détail

Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale. Avis du CNLE

Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale. Avis du CNLE Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Paris, le 5 juillet 2011. Avis du CNLE Accès aux soins des plus démunis : CMU, ACS, AME, dix ans après, revaloriser et

Plus en détail

LES ROMS ONT DES DROITS

LES ROMS ONT DES DROITS LES ROMS ONT DES DROITS Guide à l usage des collectivités territoriales et des acteurs locaux Avec le soutien PROGRESS 75 Chapitre 4 4.1. Domicilier les familles* «La lutte contre les discriminations passe

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

L état de santé des bénéficiaires de l AME en contact avec le dispositif de soins

L état de santé des bénéficiaires de l AME en contact avec le dispositif de soins L état de santé des bénéficiaires de l AME en contact avec le dispositif de soins 1 1 - objectifs L Aide médicale de l Etat (AME) permet l accès aux soins des personnes en situation irrégulière. 185 000

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS?

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? 3 SOMMAIRE Le mot du Président p. 3 Communiqué de presse Création de Médecins du Monde Luxembourg

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Salle de consommation à moindre risque : un projet commun Gaia Paris et Médecins du Monde Gaia porteur opérationnel de cette expérimentation

Salle de consommation à moindre risque : un projet commun Gaia Paris et Médecins du Monde Gaia porteur opérationnel de cette expérimentation Salle de consommation à moindre risque : un projet commun Gaia Paris et Médecins du Monde Gaia porteur opérationnel de cette expérimentation Dr Thomas Dusouchet - Pharmacien coordinateur Céline Debaulieu

Plus en détail

Accès aux soins dentaires d une population précaire. Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers

Accès aux soins dentaires d une population précaire. Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers Accès aux soins dentaires d une population précaire Relais Georges Charbonnier et CHU de Poitiers Relais Georges Charbonnier à Poitiers RGC: Structure à facettes multiples, composée des CCAS: Centre Communal

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Droit à une domiciliation

Droit à une domiciliation Fiche n 7 Droit à une domiciliation On rencontre le problème de la domiciliation immédiatement dès qu on veut faire valoir les droits des personnes vivant en bidonvilles. Lors de la scolarisation des enfants,

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL DE MEDIATION SANITAIRE

PROGRAMME NATIONAL DE MEDIATION SANITAIRE PROGRAMME NATIONAL DE MEDIATION SANITAIRE Pour l accès à la santé des populations en situation de précarité page 1 CONTEXTE ET ELABORATION Constat : Un état de santé très préoccupant des populations roms

Plus en détail

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 «Aux côtés de nos publics fragiles : Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 CONTEXTE et OBJECTIFS DE L ETUDE L accès aux soins et aux droits des assurés est une des 3 missions du service

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C Juillet 2015 VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous avez de faibles ressources et à ce

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS

ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS 1 Objectifs Déterminer 5 objectifs généraux (voire spécifiques) prioritaires sur la thématique : «Accès aux soins et à la santé pour tous» Base de la construction

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé Faciliter l adhésion à une complémentaire santé la CPAM de l Oise aide financièrement les assurés qui en ont besoin 4 octobre 2011 Contacts presse : Françoise De Rocker 03 44 10 11 12 francoise.de-rocker@cpam-oise.cnamts.fr

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville

CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville Les CCAS sont Habilités de plein droit a domicilier. ( Art L264,1 à 264.10 du CASF) C est l une de leur mission

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont :

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont : QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE La conférence nationale contre la pauvreté et pour l inclusion sociale de (le 10 et 11 décembre 2012) a fait de la lutte contre les inégalités sociales une priorité nationale

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

Pour en savoir plus. Pour les communautaires : Le droit à la protection sociale des communautaires. Gisti téléch.

Pour en savoir plus. Pour les communautaires : Le droit à la protection sociale des communautaires. Gisti téléch. Droits pour les Etrangers en situation régulière 1 Textes de référence Toujours voir : -les textes législatifs et règlementaires - les textes internationaux -les circulaires - les jurisprudences Pour en

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Paris, le 20 octobre 2008

Paris, le 20 octobre 2008 Collectif national droits de l Homme Romeurope : ALPIL (Action pour l insertion sociale par le logement) AMPIL (Action Méditerranéenne Pour l Insertion sociale par le Logement) ASAV (Association pour l

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

N 454 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 454 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 18 décembre 2007 N 454 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 décembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

L accès aux soins dans les lieux de privation de liberté. Situation actuelle dans les prisons françaises

L accès aux soins dans les lieux de privation de liberté. Situation actuelle dans les prisons françaises L accès aux soins dans les lieux de privation de liberté Situation actuelle dans les prisons françaises L accès aux droits sociaux (I) Le renouvellement ou l obtention de documents d identité L accès aux

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien?

Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien? Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien? DOSSIER DE PRESSE Ipsos pour Février 2014 UNE PERCEPTION NEGATIVE DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Loi de santé 2015 Plaidoyer pour une lutte effective contre les inégalités de santé

Loi de santé 2015 Plaidoyer pour une lutte effective contre les inégalités de santé Loi de santé 2015 Plaidoyer pour une lutte effective contre les inégalités de santé SOmmaire 1. Simplifier l accès aux droits et aux soins... 7 La généralisation du tiers payant : une mesure qui améliore

Plus en détail

LES MISSIONS SOCIALES ET SOCIETALES DANS LES GARES. ROME, 29 octobre 2008

LES MISSIONS SOCIALES ET SOCIETALES DANS LES GARES. ROME, 29 octobre 2008 LES MISSIONS SOCIALES ET SOCIETALES DANS LES GARES ROME, 29 octobre 2008 L errance : un phénomène né du chômage et de la précarité Le chômage, source de fragilisation 2% de la population active en 1965,

Plus en détail

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances.

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances Avril 2005 n o 132 ISSN 1141-4685 Prix 1,14 Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant et parcours de soins. page 4 Réforme de l assurance maladie : médecin

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention entre la Ville

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail