Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles"

Transcription

1 Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2 = i i n x 2 i ; x = sup x i. i i n 1 Fonctions de plusieurs variables réelles Fonction f : U R n R p (U est ouvert de R n ). Définition 1.1 f admet une limite en a U s il existe l R p tel que S il existe, l est unique et on note l = lim x a. ε > 0, α > 0, x R n, x a < α = f(x) l < ε. {f l, l = lim x a f} est un R-espace vectoriel ; φ : f lim x a f est linéaire. Définition 1.2 f est continue en a U si lim x a f(x) = f(a). On note f C 0 (a). {f f C 0 (a)} est un R-espace vectoriel. Si f est linéaire, f est continue (en particulier, si f est une projection, f est continue). Définition 1. f admet des fonctions partielles associées à f au point a = (a 1,...,a n ) U : f (a) i : x i f(a 1,...,a i 1, x, a i+1,...,a n ). f admet une limite au point a = f (a) i admet une limite en a i. Mais la réciproque est fausse. f C 0 (a) = f (a) i C 0 (a i ). Mais la réciproque est fausse. Laboratoire de mathématiques pures et appliquées Joseph Liouville ; 50, rue Ferdinand Buisson BP 699 ; Calais cedex ; France 1

2 Définition 1.4 f admet un développement limité d ordre 2 en a U si L forme linéaire, q forme quadratique, f(a + h) = f(a) + L(h) + q(h) + φ(h) avec φ(h) = o( h 2 n(n+1) n+ ), i.e. (α 1,...,α n, ω 1,1, ω 1,2,...,ω n,n ) R 2 tels que avec φ(h) = o( h 2 ). f(a 1 + h 1,...,a n + h n ) = f(a 1,...,a n ) + 1 i n α i h i + 1 i j n ω i,j h i h j + φ(h) 2 Différentielle Fonction f : U R n R p (U est ouvert de R n ). Définition 2.1 f est différentiable en a (on note f Diff(a)) si L forme linéaire, h, f(a + h) = f(a) + L(h) + φ(h) avec φ(h) = o( h ). De façon équivalente, ε > 0, α > 0, h, h < α = f(a + h) f(a) L(h) < ε h. df a. L application L, si elle existe, est unique et est appelée la différentielle de f au point a U. On la note Lorsque f est différentiable en a U et que la différentielle de f est continue en a U, on dit que f est continûment différentiable en a (on note f C 1 (a)). L = df a est linéaire de U dans R p. Mais attention, la différentiabilité et L ne dépendent pas du choix des normes. f Diff(a) = f C 0 (a). {f f Diff(a)} est un R-espace vectoriel ; φ : df a est linéaire. f C 1 (a) df a C 0 (a). Définition 2.2 On dit que f admet une dérivée dans la direction u (u est tel que u = 1), s il existe lim λ 0 f(a+λu) f(a) λ = u (a). Si f Diff(a), alors f admet des dérivées dans toutes les directions et u (a) = df a(u). Mais la réciproque est fausse. 2/12 Mathématiques

3 Exemples d applications différentiables Si f est linéaire, df a = f. Si f : U R 2 R p est bilinéaire, df a1,a 2 (h 1, h 2 ) = f(a 1, h 2 ) + f(h 1, a 2 ). Si f : U R R p, f Diff(a) f D(a) et hf (a) = df a (h). Si f : U R n R p, f Diff(a) i, f i Diff(a) et df a (h) = (df 1a (h),..., df pa (h)) avec f = (f 1,...,f p ). Dans le cas particulier où n = 1, f (a) = (f 1 (a),..., f p(a)). 4 Différentielle de la composée de deux applications U R n Proposition 4.1 f R p g R q. f Diff(a), g Diff(f(a)) = g f Diff(a) et f C 1 (a), g C 1 (f(a)) = g f C 1 (a). d(g f) a = dg f(a) df a. 5 Différentielle du produit et du quotient de deux applications Proposition 5.1 Si f Diff(a), g Diff(a), alors fg Diff(a) et d(fg) a = f(a)dg a + g(a)df a. Proposition 5.2 Si f Diff(a), g Diff(a) et si g ne s annule pas dans un voisinage de a, alors f g Diff(a) et d( f g ) a = g(a)df a + f(a)dg a (g(a)) 2. 6 Dérivées partielles Définition 6.1 On dit que f admet une dérivée partielle d indice i si f (a) i est dérivable au point a i. (a) = (f (a) i ) f(a 1,...,a i 1, a i + ρ, a i+1,...,a n ) f(a 1,...,a n ) (a i ) = lim. ρ 0 ρ f Diff(a) = f admet en a des dérivées partielles à tous les indices et df a (h) = 1 i n h i (a). Mais, la réciproque est fausse. f admet en a des dérivées partielles continues à tous les indices = f Diff(a). Mais, la réciproque est fausse. f C 1 (U) i, C 0 (U). /12 Mathématiques

4 7 Matrice jacobienne Définition 7.1 J f (a) donnée par J f (a) = est appelée matrice jacobienne de f au point a. 1 x 1 (a).... p x 1 (a)... 1 x n (a). p x n (a), Cas particuliers. p = 1, df a (h) = 1 i n h i (a). n = 1, f (a) = 1 i n f i (a)e i. n = p, det(j f (a)) = j f (a) = D(f 1,...,f n) D(x 1,...,x n). Proposition 7.1 U R n f R p g R q. Si f Diff(a) et si g Diff(f(a)), Proposition 7.2 (formule de changement de variable). J g f (a) = J g (f(a)) J f (a). (g f) i (a) = g i (f(a)) k (a) x l k x l 1 k p 8 Difféomorphismes f : U R n V R n. Dans cette section, p = n. Définition 8.1 Φ est un difféomorphisme si c est une bijection différentiable ainsi que Φ 1. Soit Φ est un difféomorphisme. Pour tout a U, la matrice jacobienne J Φ (a) est inversible et J Φ 1(Φ(a)) = (J Φ (a)) 1. Soit Φ est un difféomorphisme. Pour tout a U, le jacobien j φ (a) ne s annule pas et j Φ 1(Φ(a)) = 1 j Φ (a)). Définition 8.2 Φ est un C 1 -difféomorphisme si c est une bijection de classe C 1 ainsi que Φ 1. Soit Φ est un C 1 -difféomorphisme. Alors, l application a j φ (a) est continue. Proposition 8.1 théorème d inversion locale. Soit U un ouvert de R n, et f : U R n une application de classe C 1 dans U telle que J f (a) soit inversible. Alors, il existe un voisinage W 1 de a et un voisinage W 2 de f(a) tel que la restriction de f à W 1 soit un C 1 -difféomorphisme de W 1 sur W 2. 4/12 Mathématiques

5 9 Formule des accroissements finis f : U R n R. Dans cette section, p = 1 et U est convexe. Proposition 9.1 Si f Diff(U), θ ]0, 1[ tel que Proposition 9.2 f(a + h) f(a) = 1 i n h i (a + θh) Si df est bornée (i.e. M R + tel que x U, (x) M), alors inégalité des accroissements finis. K R +, (a, b) U 2, f(b) f(a) k b a. 10 Dérivées successives, fonctions de classe C k f : U R n R. Dans cette section, p = 1. Définition 10.1 Si l application a (a) admet en a une dérivée partielle d indice j, on la note dérivée partielle seconde de f en a. 2 f x j (a). C est une Proposition 10.1 théorème de Schwarz. Si f admet des dérivées partielles secondes a et si ces dérivées partielles sont continues en a, alors Définition f x j (a) = 2 f x j (a). On définit par récurrence les dérivées partielles successives si elles existent. 2 f x j et 2 f x j dans un voisinage de Si f admet sur U des dérivées partielles continues jusqu à l ordre k, on dit que f est de classe C k dans U. On peut alors intervertir l ordre des dérivations. 11 Formules de Taylor-Lagrange et de Taylor-Young, développements limités f : U R R. Dans cette section, n = et p = 1. 5/12 Mathématiques

6 Proposition 11.1 formule de taylor-lagrange. Si f est de classe C ρ, alors il existe θ ]0, 1[ tel que Proposition 11.2 f(a + h) f(a) = + 1 ρ! 1 k ρ 1 1 k! α 1 +α 2 +α =ρ α 1 +α 2 +α =k k! α 1!α 2!α! hα 1 1 hα 2 ρ! α 1!α 2!α! hα 1 1 hα 2 2 hα 2 hα x α 1 1 xα 2 k f (a) 2 xα x α 1 1 xα 2 ρ f (a + θh). 2 xα formule de taylor-young. Si f est de classe C ρ, alors il existe une fonction φ telle que avec φ(h) = o( h ρ ). Proposition 11. f(a + h) f(a) = 1 k ρ 1 k! α 1 +α 2 +α =k k! α 1!α 2!α! hα 1 1 hα 2 2 hα k f (a) + φ(h). 2 xα x α 1 1 xα 2 Si f est de classe C 2 dans U, alors f admet en tout a U un développement limité à l ordre 2 fourni par la formule de Taylor-Young f(a + h) = f(a) + L(h) + q(h) + o( h 2 ). où et q(h) = 1 2 ( 2 f h 2 1 x h 2 2 f 2 x 2 2 L(h) = + h 2 ( ) h 1 + h 2 + h (a) x 1 x 2 x x 2 [ 2 f 2 f + 2 h 1 h 2 + h 2 h + h h 1 x 1 x 2 x 2 x x x 1 ]) (a). 12 Extrema f : U R n R. Dans cette section, p = 1. Définition 12.1 On dit que f admet un maximum (respectivement minimum) relatif en a U s il existe un voisinage V de a tel que x V, f(x) f(a) (repsctivement f(x) f(a)). Le maximum (respectivement minimum) est dit strict si Proposition 12.1 x V \{a}, f(x) f(a). Si f est exrtemum en a et différentiable en a, alors df a = 0. En particulier, si U = R n, pour que f présente un extremum relatif en a, il est nécessaire que (a) = 0. La réciproque est fausse. Cas où n = 2. On suppose que f est une application de classe C 2 d un ouvert U de R 2 et a U est choisi tel que x (a) = y (a) = 0. On note alors r(a) = 2 f (a), s(a) = 2 f x 2 x y (a) et t(a) = 2 f (a) et y 2 δ(a) = (s 2 rt)(a). 6/12 Mathématiques

7 Si δ(a) < 0, a est un extremum relatif pour f (maximum si r(a) < 0 ; minimum si r(a) > 0). Si δ(a) > 0, a n est pas un extremum relatif, mais un col pour f (tout voisinage de a contient x et y tels que f(x) < f(a) < f(y)). Si δ(a) = 0, on ne peut conclure. Cette discussion résume de l étude de la signature de la forme quadratique q(x, y) = r(a)x 2 + 2s(a)xy + t(a)y 2. 1 Fonctions implicites f : U R R. Dans cette section, n = et p = 1. Proposition 1.1 théorèmes des fonctions implicites Si f C 1 (U), et que (a, b, c) U est tel que f(a, b, c) = 0 et z (a, b, c) 0, alors il existe un voisinage V de (a, b, c), un voisinage W de (a, b) et une fonction φ : W R de classe C 1 vérifiant c = φ(a, b) et (x, y, z) V, f(x, y, z) = 0 (x, y) W, z = φ(x, y), alors 0. φ x (x, y) = x z (x, y, φ(x, y)) et φ y y (x, y) = (x, y, φ(x, y)). z Autrement dit, on peut résoudre localement l équation f(x, y, z) = 0. Les relations concernant les dérivées partielles s obtiennent par dérivation de la relation f(x, y, φ(x, y)) = 14 Gradient, divergence, laplacien, rotationnel Soit U un ouvert d un espace vectoriel euclidien E, de dimension. Définition 14.1 Un champ scalaire défini sur U est un application φ : U R. Un champ vectoriel défini sur U est un application V : U E. Ces définitions s étendent à un espace affine euclidien moyennant le chiox d une origine. On dit que le champ scalaire ou vectoriel est continu (respectivement différentiable, respectivement de classe C k ) si φ ou V est continu (respectivement différentiable, respectivement de classe C k ) Gradient d un champ scalaire φ est un champ scalaire différentiable dans U. Définition 14.2 Le vecteur φ i+ φ j + φ k est indépendant de la base orthonormée ( i, j, i j k) choisie. On l appelle le gradient k du champ φ et on le note grad φ. 7/12 Mathématiques

8 Proposition 14.1 Si u = x i + y j + z k et qu on note φ( u) = Φ(x, y, z), on a alors Propriétés du gradient. φ grad φ est linéaire. grad φ = Φ x i + Φ y j + Φ z k. Si φ 1 et φ 2 sont deux champs scalaires différentiables, grad (φ 1 φ 2 ) = φ 1 grad φ2 + φ 2 grad φ Divergence d un champ vectoriel V est un champ vectoriel différentiable dans U. Définition 14. Le réel i V i + j V j + k V k est indépendant de la base orthonormée ( i, j, k) choisie. On l appelle divergence du champ V et on le note div V. Proposition 14.2 Si u = x i + y j + z k et qu on note V ( u) = P(x, y, z) i + Q(x, y, z) j + R(x, y, z) k, on a alors Propriétés de la divergence. V div V est linéaire. div V = P x + Q y + R z. Si φ est un champ scalaire différentiable et si V est un champ vectoriel différentiable, div (φ V ) = φdiv V + V grad φ. 14. Laplacien d un champ scalaire φ est un champ scalaire de classe C 2 dans U. Définition 14.4 Le réel (div grad)(φ) est indépendant de la base orthonormée ( i, j, k) choisie. On l appelle le laplacien du champ φ et on le note φ. Proposition 14. Si u = x i + y j + z k et qu on note φ( u) = Φ(x, y, z), on a alors Propriétés du laplacien. φ φ est linéaire. φ = 2 Φ x Φ y Φ z 2. Si φ 1 et φ 2 sont deux champs scalaires de classe C 2, (φ 1 φ 2 ) = φ 1 φ 2 + φ 2 φ grad φ 1 grad φ2. 8/12 Mathématiques

9 14.4 Laplacien d un champ vectoriel V est un champ vectoriel de classe C 2 dans U. Définition 14.5 Le vecteur ( grad div)( V ) est indépendant de la base orthonormée ( i, j, k) choisie. On l appelle le laplacien du champ V et on le note V. Proposition 14.4 Si u = x i + y j + z k et qu on note V ( u) = P(x, y, z) i + Q(x, y, z) j + R(x, y, z) k, on a alors Propriétés du laplacien. V V est linéaire. V = P i + Q j + R k. Si φ est un champ scalaire de classe C 2 et si V est un champ vectoriel de classe C 2, (φ V ) = φ V + V φ + 2div V grad φ Rotationnel d un champ vectoriel E est, dans cette sous-section, orienté. V est un champ vectoriel différentiable dans U. Définition 14.6 ( ) ( ) ( ) Le vecteur i V + j V + k V i j est indépendant de la base orthonormée ( i, j, k) choisie. On k l appelle le rotationnel du champ V et on le note rot V. Proposition 14.5 Si u = x i + y j + z k et qu on note V ( u) = P(x, y, z) i + Q(x, y, z) j + R(x, y, z) k, on a alors ( rot V R = y Q ) ( P i + z z R ) ( Q j + x x P ) k = y Propriétés du rotationnel. V rot V est linéaire. x y z P Q R Si φ est un champ scalaire différentiable et si V est un champ vectoriel différentiable, rot (φv ) = φ rot V + grad φ V.. 15 Champ de gradient, champ de rotationnel Définition 15.1 Un champ vectoriel V défini sur un ouvert connexe U est un champ de gradient s il existe un champ scalaire φ différentiable sur U (appelé potentiel scalaire de V ), tel que V = grad φ. 9/12 Mathématiques

10 Deux potentiels scalaires de V diffèrent d une constante. Pour tout réel λ, l ensemble des points M tels que φ(m) = λ est appelée surface équipotentielle. Si V C 1 (U), la condition rot V = 0 est nécessaire pour que V soit un champ de gradient car rot grad φ = 0. Cette condition devient suffisante lorsque U est convexe. Si u = x i + y j + z k et qu on note V ( u) = P(x, y, z) i + Q(x, y, z) j + R(x, y, z) k, la condition précédente (i.e. rot V = 0) équivaut à R y Q z = 0 ; P z R x = 0 ; Q x P y = 0. Dans la pratique, si V vérifie rot V = 0, on écrit φ φ φ x = P, y = Q et z = R, puis on intègre l une des équations pour obtenir par exemple, φ(x) = x x 0 P(t, y, z)dt + λ(y, z) que l on dérive pour écrire Q = φ y, ce qui donne une condition sur λ. Définition 15.2 Un champ vectoriel V défini sur un ouvert connexe U est un champ de rotationnel s il existe un champ vectoriel Ω différentiable sur U (appelé potentiel vecteur de V ), tel que V = rot Ω. Deux potentiels vecteurs de V diffèrent d un gradient. Si V C 1 (U), la condition div V = 0 est nécessaire pour que V soit un champ de rotationnel car div rot Ω = 0. Dans la pratique, pour déterminer les potentiels vecteurs Ω = P i + Q j + R k, on cherche une solution particulière Ω 0 dont on fixe arbitrairement l une des composantes à 0, puis Ω 0 + grad φ (où φ est un champ scalaire arbitraire de classe C 2 ) est aussi un potentiel vecteur. 16 Formes différentielles de degré un U R n. Définition 16.1 Une forme différentielle de degré un sur U est une application ω de U dans l ensemble des applications linéaires de R n dans R. Soit a U et h = (dx 1,...,dx n ) R n, on a : ω(a)(h) = P i (a)dx i. 1 i n Pour que la forme différentielle ω soit de classe C k dans U, il faut et il suffit que chaque P i le soit. Si f : U R est différentiable dans U, l application df : a df a est un exemple de forme différentielle de degré un. 10/12 Mathématiques

11 Définition 16.2 Une forme différentielle ω est exacte sur U s il existe f de classe C 1 dans U telle que df = ω (f est une primitive de ω et si U est connexe, deux primitives de ω diffèrent d une constante). Définition 16. Une forme différentielle ω = Pdx + Qdy + Rdz de degré 1 et de classe C 1 dans U est fermée si R y Q z = 0 ; P z R x = 0 ; Q x P y = 0. Toute forme exacte est fermée. La réciproque est vraie si U est convexe. Si on regarde P, Q et R comme les composantes d un champ vectoriel V = P i + Q j + R k, alors ω est fermée rot V = 0. ω est exacte et φ est une primitive de ω V est un champ de gradient et φ est un potentiel scalaire de V. Définition 16.4 Un champ scalaire µ est un facteur intégrant de la forme différentielle ω si la forme µω est fermée. Définition 16.5 ω = Pdx + Qdy est une forme différentielle de degré un et de classe C 1 dans U, W un ouvert de R 2 et φ : W = U un changement de variables admissible (C 1 -difféomorphisme) donné par x = f(u, v) et y = g(u, v). On appelle image transposée de la forme ω par φ la forme ( ) ( ) φ g (ω) = P(φ(u, v)) du + u v dv g + Q(φ(u, v)) du + u v dv = [(P φ) u + (Q φ) g ]du + [(P φ) + (Q φ) g u v v ]dv φ (ω) est de classe C 1 dans W. φ (ω 1 + ω 2 ) = φ (ω 1 ) + φ (ω 2 ). (φ ψ) = ψ φ. Exemple : si φ est la transposition polaire x = ρ cos θ et y = ρ sin θ, ω 1 = xdy ydx ; φ (ω 1 ) = ρ 2 dθ. ω 2 = xdx + ydy ; φ (ω 2 ) = ρdρ. 17 Intégrales curvilignes Définition 17.1 Soit ω = Pdx + Qdy + Rdz une forme différentielle de degré un, continue dans un ouvert U R et γ = ([a, b], F) un arc géométrique orienté de classe C 1, dont le support Γ est contenu dans U. Si F : t F(t) = f 1 (t) i + f 2 (t) j + f (t) k, alors l intégrale b a [P( F(t))f 1(t) + Q( F(t))f 2(t) + R( F(t))f (t)]dt ne dépend pas du choix de la paramétrisation de γ et on l appelle intégrale de la forme différentielle ω sur l arc orienté γ ou intégrale curviligne selon γ (notée γ ω). 11/12 Mathématiques

12 γ ω = γ ω. Si γ est C 1 par morceaux, il est réunion finie d arcs γ i de classe C 1 et on définit l intégrale de ω par γ ω = 1 i n γ ω. i Définition 17.2 Si (P, Q, R) sont regardées comme composantes du champ vectoriel V = P i + Q j + R k, on note alors γ ω = γ V dm et on dit que c est la circulation du champ vectoriel V le long de l arc orienté γ. γ étant fixé, ω γ ω est linéaire. γ V dm l(γ)supm Γ V (M) où l(γ) est la longueur de l arc γ. Si φ (ω) désigne la transposée de la forme ω, on a φ( γ ) ω = γ φ (ω) où φ( γ ) est l image par φ de l arc ω. Si ω est une forme différentielle exacte dans U, γ ω ne dépend que des extrémités de l arc γ et γ ω = φ(b) φ(a) où φ est une primitive de ω (i.e. dφ = ω) et A et B les extrémités de l arc (i.e. OA = F(a) et OB = F(b)). En particulier, si ω est une forme différentielle exacte et si l arc γ est fermé (i.e. A = B), γ ω = 0. Références [1] M. Serfati, Exercices de mathématiques.. Analyse II, Belin, Collection DIA, /12 Mathématiques

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Extrema locaux (ou relatifs)

Extrema locaux (ou relatifs) Chapitre 3 Extrema locaux (ou relatifs) 3.0.77 DÉFINITION Soit f : U! R une fonction, U ouvert d un espace vectoriel normé E et a 2 U. On dit que f présente un minimum local (respectivement un maximum

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Intégrales curvilignes.

Intégrales curvilignes. Chapitre 1 Intégrales curvilignes. 1.1 Généralités 1.1.1 Courbes paramétrées dans le plan. Motivations, exemples. L exemple basique de courbe est la trajectoire décrite par un objet assimilée à un point

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Outils Mathématiques 4

Outils Mathématiques 4 Université de Rennes1 Année 5/6 Outils Mathématiques 4 Intégrales de surfaces résumé 1 Surfaces paramétrées éfinition 1.1 Une surface paramétrée dans l espace, est la donnée de trois fonctions de classes

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES Sections des sciences économiques et des hautes études commerciales Mathématiques I Cours du professeur D. Royer Recueil d exercices #2 Analyse II Semestre

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2 Première partie I. A. 1. La fonction x px kx 2 = x(p kx) présente un maximum pour toute valeur de p au point d abscisse x = p p2 et il vaut 2k 2k. Conclusion : J(f) =

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que Champs d hyperplans Un champ d hyperplans coorientable (resp. coorienté) sur une variété V m est le noyau ξ d une 1-forme différentielle non singulière α bien définie à multiplication près par une fonction

Plus en détail

Mathématiques II. Session de rattrapage

Mathématiques II. Session de rattrapage NOM :... FIPA BTP Prénom :... Date :... Mathématiques II Session de rattrapage Thème: Opérateurs vectoriels, potentiels scalaires, circulations vectorielles, intégrales doubles Durée: 1H00 Outils autorisés:

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009 Université Joseph Fourier Premier semestre 9/ Licence première année - MATa - Groupe CHB- Contrôle Continu, le 9//9 Le contrôle dure heure. Questions de cours. ) Soit f :]a, b[ ]c, d[ unefonctionbijectiveetdérivabletelleque,pourtoutx

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

f continue en x 0 lim Remarque On dit que f est continue sur un intervalle a; bœ si f est continue en tout point x 0 de a; bœ. sont continues sur R.

f continue en x 0 lim Remarque On dit que f est continue sur un intervalle a; bœ si f est continue en tout point x 0 de a; bœ. sont continues sur R. CHAPITRE I Fonctions d une variable réelle. Limites Soit f une fonction définie sur R : et soit R. f W R! R 7! f./ Définition. Limite finie en un point) On dit que f admet ` pour ite lorsque tend vers

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Nom Formule Espaces vectoriels Famille libre On dit que la famille est libre si Famille liée On dit que la famille est liée si Théorème de la base

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Cours de mathématiques.

Cours de mathématiques. Orsay 008-009 IFIPS S Mathématiques (M160). Cours de mathématiques. 1. Equations différentielles linéaires du second ordre. La fonction C : x cos x est indéfiniment dérivable sur R, et C (x) = S(x), avec

Plus en détail

Equations Différentielles

Equations Différentielles Cours optionnel S4 - Maths Renforcées 1 Equations Différentielles I- Définitions élémentaires. On appelle Equation Différentielle Ordinaire (EDO) toute équation (E) du type (E) : y (n) (t) = F (t; y(t);

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Exo Formes quadratiques Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz 1 - INTERPOLATION J-P. Croisille Université Paul Verlaine-Metz Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009 1- INTRODUCTION Théorie de l interpolation: approximation de f(x) par une fonction

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct

Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct Exercice VI. Ch6-Exercice Montrer par récurrence que En déduire que puis que k =,,..., n, d k dx k xn = n(n ) (n + k)x n k, d n dx n xn = n! d k dx k xn =

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE POITIERS

UNIVERSITÉ DE POITIERS UNIVERSITÉ DE POITIERS Faculté des Sciences Fondamentales et Appliquées Mathématiques PREMIÈRE ANNEE DE LA LICENCE DE SCIENCES ET TECHNOLOGIES UE L «algèbre linéaire» Plan du cours Exercices Enoncés des

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

Cours Diagonalisation

Cours Diagonalisation Cours Diagonalisation par Pierre Veuillez 1 Objectif Pour une matrice A donnée, déterminer une matrice D diagonale et une matrice P inversible telle que A = P D P 1. Interprètation : Quelle relation reconnaît-on?

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires le 8 Février UTBM MT Arthur LANNUZEL http ://mathutbmal.free.fr Applications linéaires Exemples et définitions. Soit E et F, espaces vectoriels sur K = R ou C. On s intéresse aux applications qui conservent

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Compléments sur les couples aléatoires

Compléments sur les couples aléatoires Licence Math et MASS, MATH54 : probabilités et statistiques Compléments sur les couples aléatoires 1 Couple image ans ce paragraphe, on va s intéresser à la loi d un vecteur aléatoire S, T qui s obtient

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Résumé 22 : Calcul Différentiel

Résumé 22 : Calcul Différentiel Résumé 22 : Calcul Différentiel E sera un R espace vectoriel normé de dimension n, F un R espace vectoriel normé et Ω un ouvert de E Nous noterons aussi B = e 1,, e n ) une base de E Dans la majorité des

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Sujets HEC B/L 2013-36-

Sujets HEC B/L 2013-36- -36- -37- Sujet HEC 2012 B/L Exercice principal B/L1 1. Question de cours : Définition et propriétés de la fonction de répartition d une variable aléatoire à densité. Soit f la fonction définie par : f(x)

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Résumé 19 : calcul différentiel

Résumé 19 : calcul différentiel http://mpbertholletwordpresscom Résumé 19 : calcul différentiel E sera un R espace vectoriel normé de dimension n, F un R espace vectoriel normé et Ω un ouvert de E Nous noterons aussi B = e 1,, e n )

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail