INTRODUCTION. A. PETITPIERRE-SAUVAIN, Droit des sociétés et groupes de sociétés, Genève, Georg, 1972, p. 1. 4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION. A. PETITPIERRE-SAUVAIN, Droit des sociétés et groupes de sociétés, Genève, Georg, 1972, p. 1. 4"

Transcription

1 INTRODUCTION INTRODUCTION Les groupes de sociétés, généralement décrits comme des entités composées de «plusieurs entreprises ou sociétés juridiquement indépendantes mais économiquement unies» 3, sont devenus, depuis de nombreuses années, des acteurs incontournables du paysage économique. Face aux importants enjeux concurrentiels et en raison de l ouverture progressive du marché, de nombreuses sociétés se sont, en effet, vues contraintes de s organiser sous forme de groupe afin d atteindre, ensemble, une taille critique apte à assurer la pérennité de leurs activités. Cette technique de concentration permet à plusieurs sociétés, de dimensions variables et aux activités complémentaires, de poursuivre une destinée économique commune. Aux yeux des tiers, le groupe de sociétés a pour caractéristique de se présenter sous les traits d une «entreprise» 4, à savoir une unité organisationnelle durable qui exerce une activité économique. Contrairement aux relations entre sociétés indépendantes, une véritable synergie se dessine fréquemment entre sociétés d un même groupe. Ce groupe offre alors une image harmonieuse et unitaire de son existence, lui permettant ainsi de faire profiter la totalité des sociétés qui le composent du bénéfice de sa réputation, de son crédit et de sa marque. En cela, l «entreprise» est différente de la «société». Une société est une entité juridique définie et organisée par le droit alors que l entreprise constitue, quant à elle, un vocable permettant de désigner un opérateur économique, sans acception juridique particulière 5. L entreprise peut, ainsi, être considérée comme «un agencement dynamique et durable d hommes, de moyens techniques et de capitaux, organisés en vue de l exercice d une activité économique» 6. Traditionnellement, la société est perçue comme le support qui permet de faire naître l entreprise à la vie juridique 7. Si ce postulat peut se comprendre pour les sociétés isolées, celui-ci est plus difficilement transposable à la situation des groupes, dans la mesure où les diverses sociétés se partagent souvent entre elles les branches des activités de la même entreprise. Or, le groupe ne bénéficiant pas 3 A. PETITPIERRE-SAUVAIN, Droit des sociétés et groupes de sociétés, Genève, Georg, 1972, p J. PAILLUSSEAU, «La notion de groupe de sociétés et d entreprises en droit des activités économiques», D., 2003, n 34, p. 2348; P. BLUMBERG, «The Transformation of Modern Corporation Law : The Law of Corporate Groups», Conn. L. Rev., , p. 605; K. STRASSER et P. BLUMBERG, «Legal Models and Business Realities of Enterprise Groups Mismatch and Change», CLPE Res. P. S., 2009, p Nous constaterons infra que la notion d entreprise est, toutefois, utilisée dans d autres branches du droit, moyennant des acceptions fort divergentes. 6 Voy. Comm. Bruxelles, 27 novembre 1984, J.T., 1984, p Voy. J. PAILLUSSEAU, «Les fondements du droit moderne des sociétés», Jurisclasseur permanent, 1984, I, n 3148; M. DESPAX, L entreprise et le droit, Paris, L.G.D.J., 1957, p. 103 : «L entreprise trouve son expression juridique dans la société». LARCIER 13

2 F. MAGNUS LES GROUPES DE SOCIÉTÉS ET LA PROTECTION DES INTÉRÊTS CATÉGORIELS d une existence juridique, l entreprise qu il constitue est dépourvue de toute expression juridique. Au-delà de la perception du groupe dans ses relations avec l extérieur, la cohésion existante entre les différentes sociétés a également de nombreuses répercussions au niveau de l organisation de la gestion interne de celui-ci. Les différentes sociétés étant parties intégrantes d une même collectivité 8, ces dernières sont, en effet, influencées par les directives de la société de tête qui, en raison de sa hiérarchie et de ses pouvoirs, dispose de la vision la plus complète du groupe. Procédant du souci de préserver cette collectivité, cette société, couramment qualifiée de «société mère», bénéficie d un pouvoir d injonction sur ses filiales qui leur impose de privilégier, bien souvent, la satisfaction des besoins du groupe au détriment des intérêts purement individuels. L importance accordée aux groupes dans la pratique contraste, toutefois, avec l absence d organisation d un régime juridique complet et cohérent. Sous réserve de quelques mesures spécifiques, le droit des sociétés ne reconnaît, en effet, pas le caractère unitaire des groupes. Dès lors, chaque société est traitée de façon individuelle sur la base de sa propre personnalité juridique, sans considération de son appartenance à un ensemble plus vaste. En d autres termes et comme le souligne M. Robé, «la technique du groupe de sociétés permet ainsi de rassembler dans une organisation unique dans une seule et même entreprise les diverses activités organisées autour de chacune des sociétés du groupe» 9. Les groupes de sociétés ne disposent donc pas, à l inverse des sociétés qui le composent, d une personnalité juridique propre, leur conférant la qualité de sujet de droit titulaire de droits et d obligations. Partant, l articulation des relations au sein du groupe peut être comparée à une organisation familiale de type matriarcal, composée d une pluralité de personnes dotées d un patrimoine propre ainsi que d une indépendance juridique, dont l autonomie est limitée par le contrôle exercé par une «mater familias» (la société mère) qui surveille et coordonne les agissements dans l intérêt familial, et au sein de laquelle certaines opérations peuvent être réalisées à des conditions plus avantageuses qu entre étrangers (telles que des donations ou des aides financières). Cette contradiction entre, d une part, la gestion effective des groupes (qui s effectue au travers d une politique globale et rationnelle) et, d autre part, l existence d une réglementation basée sur la reconnaissance de l indépendance juridique des sociétés, n est pas sans poser de nombreuses difficultés résultant du défaut d adaptation du droit aux réalités économiques. 8 La collectivité doit, ici, être entendue par l ensemble que forment les sociétés en raison de leur appartenance au même groupe. 9 J.-P. ROBÉ, L entreprise et le droit, Paris, PUF, 1999, p LARCIER

3 INTRODUCTION À cet égard, la crise financière que nous avons traversée récemment, et plus particulièrement les soubresauts liés au démantèlement du groupe Fortis, ont mis en exergue les limites inhérentes à cette approche que l on pourrait qualifier d «individualisante» 10. Les décisions prises au sein d un groupe sont, en effet, fondées sur des préoccupations non comparables à celles des sociétés isolées. En raison des liens d interdépendance qui unissent les différentes sociétés, les relations intragroupes se caractérisent par une solidarité qui peut aboutir, dans certaines circonstances, à l appauvrissement d une société au nom du bien-être collectif. Ainsi, lorsqu une société essentielle à la santé générale du groupe éprouve des difficultés financières à poursuivre utilement ses activités, il sera généralement fait appel à l assistance d une autre société du groupe pour y remédier (exemples : prêt sans intérêts, abandon de créances, vente de produits à un prix sous-évalué, mise à disposition de travailleurs, etc.). Bien que ces comportements, d apparence altruiste, soient généralement économiquement justifiés au nom de l existence ou de la survie du groupe, ceux-ci présentent l inconvénient de léser, potentiellement, les parties dont les droits sont liés uniquement à la société appauvrie. Surviennent alors des conflits d intérêts entre le groupe (qui entend profiter des aides consenties par la société qui s appauvrit) et les parties prenantes de la société appauvrie (qui doivent supporter une diminution de la consistance de cette société au profit de sociétés dans lesquelles elles ne sont pas directement impliquées). Dans le cadre de l affaire Fortis, il avait ainsi été question d apprécier la légalité de cessions d actifs décidées par une filiale dans la mesure où, notamment, le prix de ces cessions paraissait avoir été bradé, au détriment de l intérêt des actionnaires des holdings de tête 11. L évolution du marché doit passer par la sécurisation des intérêts de ceux qui y participent ou qui contribuent à son développement. Or, en l absence d aménagements légaux tenant compte des particularités transferts de bénéfices et autres glissements d actifs résultant des relations intragroupes, il subsiste un risque de ne pouvoir satisfaire pleinement à ces exigences. Une vigilance particulière paraît donc devoir être accordée à l implication du droit positif dans la protection de ces acteurs économiques et, plus particulièrement, celle des actionnaires minoritaires, des créanciers ainsi que des travailleurs. À cet égard, l utilisation de l appellation «droit des groupes» fait traditionnellement référence à l ensemble des règles qui traitent des difficultés résultant du décalage entre, d une part, l unité organisationnelle d un groupe et, d autre part, 10 T. TILQUIN et V. SIMONART, Traité des sociétés, t. 3, Bruxelles, Kluwer, 2005, p Voy. Comm. Bruxelles, 18 novembre 2008, R.D.C., 2008, pp. 902 et s.; D.B.F., 2008, pp. 387 et s.; Bruxelles, 12 décembre 2008, J.L.M.B., 2009, pp. 388 et s.; D.B.F., 2008, pp. 399 et s.; J.T., 2009, pp. 62 et s. LARCIER 15

4 F. MAGNUS LES GROUPES DE SOCIÉTÉS ET LA PROTECTION DES INTÉRÊTS CATÉGORIELS son morcellement en une mosaïque de sociétés autonomes. Tenant compte des conséquences inhérentes à la «vulnérabilité» des sociétés contrôlées, ce droit des groupes a pour objectif de tendre vers une amélioration de la situation de ces dernières ainsi que des parties prenantes, tout en autorisant entre sociétés apparentées des opérations qui seraient illégales sans ce lien 12. À partir du constat selon lequel le droit des sociétés est fondé sur une appréhension individuelle des entités juridiques, la présente contribution a pour principal objectif l évaluation critique du régime juridique des groupes de sociétés en droit belge. Il s agira ainsi, en d autres termes, d examiner dans quelle mesure le droit des sociétés parvient à appréhender la réalité économique des groupes. Pour ce faire, l exposé se divisera en deux parties principales qui auront trait, d une part, à la reconnaissance juridique des groupes de sociétés et, d autre part, à la protection des intérêts catégoriels au regard des modes spécifiques d organisation des groupes. Malgré le fait que la matière des groupes de sociétés est particulièrement marquée par le sceau de l extranéité les activités de la plupart des groupes se déployant, en pratique, bien au-delà des seules frontières nationales l examen se cantonnera, à quelques exceptions près, à la législation belge. Il s agira, dès lors, d apprécier les initiatives nationales apportées en réponse aux préoccupations des groupes qui s établissent, pour totalité ou pour partie, sur le territoire belge. Certains éléments de droit comparé seront, toutefois, avancés sporadiquement lorsqu ils s avéreront utiles pour alimenter la réflexion. Sur la question de la reconnaissance des groupes (PREMIÈRE PARTIE), la contribution portera, tout d abord, sur une brève description empirique des groupes. Cette analyse permettra, principalement, de mettre en exergue les principales formes de concentration de sociétés que connaît la pratique. Nous constaterons, à cet égard, que, parmi ces dernières, certaines ne peuvent être considérées comme de véritables «groupes» au sens du droit des sociétés. Il nous paraît, dès lors, utile de préciser, dès à présent, que c est la notion de «groupe», telle qu entendue en droit des sociétés, qui délimitera le champ des formes de concentration visées dans la suite de notre analyse. L objectif n est, en effet, pas d accorder un examen exhaustif à l ensemble des situations où plusieurs sociétés se rassemblent en vue de poursuivre un but ou une activité économique commune mais de se concentrer principalement sur les groupes appréhendés comme tels par le droit des sociétés. Dans la mesure où elles sont étrangères aux questions relatives à la mise en place d un véritable régime juridique des groupes, nous n aborderons également pas les quelques mesures spécifiques du Code des sociétés (ci-après C. soc.) telles que celles relatives aux régimes des participations croisées, des augmentations de capital ou des rachats d actions propres visant principalement à prévenir les 12 J.-P. ROBÉ, op. cit., p LARCIER

5 INTRODUCTION fraudes à la loi causées par l interposition de personnes au sein d un groupe 13. Nous constaterons, par ailleurs, qu à travers le prisme de la réalité économique, les différentes branches du droit adoptent une approche sensiblement différente tantôt fondée sur l unité, tantôt fondée sur la disparité pour l appréhension des groupes. Nous mettrons également en évidence la manière dont les groupes de sociétés sont reconnus au travers de plusieurs disciplines juridiques, issues du droit belge, du droit de l Union européenne ainsi que, brièvement, du droit des sociétés allemand et français (Chapitre 1 er ). Sur la base d une évolution d origine essentiellement prétorienne, nous montrerons, en outre, que le droit des sociétés n est pas resté insensible à la situation des groupes. L application stricte de l autonomie juridique a, en effet, été remise partiellement en cause à la faveur de la défense d un «intérêt de groupe». Cette notion d intérêt de groupe conduira à s interroger brièvement sur les différentes conceptions de l intérêt social, propre à chaque société, et à apercevoir les limites qui peuvent y être apportées lorsque la société fait partie d un groupe (Chapitre 2). Nous examinerons, enfin, dans quelle mesure les intérêts catégoriels sont protégés lorsque des avantages intragroupes sont octroyés par la société à laquelle ils sont liés (DEUXIÈME PARTIE). À l instar de ce qui sera évoqué concernant l intérêt de groupe, cette question présentera l avantage d examiner comment le droit peut parvenir à s adapter aux réalités économiques ou à en tenir compte à travers ses instruments existants. Notons que l analyse n aura aucunement pour objet de remettre en cause la réalité économique des groupes et, partant, l assistance que se portent les sociétés du groupe. Bien au contraire, nous estimons que cette assistance doit être encouragée dès lors qu elle permet aux groupes d assurer efficacement leur pérennité en évitant, notamment, les conséquences dramatiques de l effet «boule de neige» que pourrait avoir la réputation d une société en faillite sur l ensemble du groupe. Il conviendra, néanmoins, de jauger la capacité de la réglementation à faire minimalement droit à la protection des intérêts catégoriels susceptibles d être affectés par la poursuite des seules exigences du groupe. À cet égard, nous insisterons, à l aune des enseignements tirés de l intérêt de groupe, sur les difficultés liées au principe de l autonomie juridique, ainsi que sur les éventuelles adaptations qui pourraient y être intégrées. À cette fin, nous avons dégagé quatre questions principales qui nous ont paru mériter une attention privilégiée. Ces questions ont trait à la nécessité de protéger certains intérêts particuliers dont les sacrifices sont souvent acceptés comme «dommages collatéraux», justifiés par l accomplissement de la stratégie du groupe : 13 P. VAN OMMESLAGHE, «Rapport général», in Droits et devoirs des sociétés mères et de leurs filiales, Anvers, Kluwer, 1985, pp LARCIER 17

6 F. MAGNUS LES GROUPES DE SOCIÉTÉS ET LA PROTECTION DES INTÉRÊTS CATÉGORIELS - la protection de la société (Chapitre 1 er ) par l instauration d une réglementation spécifique aux groupes de sociétés (réglementation des conflits d intérêts); - la protection des actionnaires minoritaires (Chapitre 2) : de la société mère (contre les décisions des organes de gestion des filiales) d une part; de la filiale (contre les décisions prises dans l intérêt du groupe) d autre part; - la protection des créanciers (Chapitre 3) : de la société mère (en cas de transfert de substance vers une filiale), d une part; de la filiale (contre les décisions prises dans l intérêt du groupe), d autre part; - la protection des travailleurs (Chapitre 4) face aux décisions du groupe. L issue de cet examen nous permettra de circonscrire plus aisément l étendue du «droit des groupes» en droit belge des sociétés. À titre indicatif, même si la doctrine cite généralement la législation sur les conflits d intérêts (art. 524 et 529 C. soc.) comme prémices d un véritable droit des groupes, nous n aborderons pas en détail la procédure mise en place par cette réglementation 14. Lors de l examen de cette matière, abordée dans le chapitre consacré à la «protection de la société», nous mettrons, en effet, principalement l accent sur les particularités du régime par rapport à la prise en compte juridique de la réalité des groupes. Ceci nous permettra de constater que la législation sur les conflits d intérêts cristallise de façon symptomatique la nécessité d avoir recours, dans certaines circonstances, à la corrosion de la personnalité juridique des sociétés d un groupe en vue de garantir la sauvegarde d intérêts particuliers. 14 Comme nous le verrons, de nombreuses doctrines se sont déjà consacrées à cette matière. 18 LARCIER

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

A. Antécédent liégeois 12

A. Antécédent liégeois 12 A. Antécédent liégeois 12 La pratique du recouvrement amiable n était pas en soi à l origine du litige. Mais force est de constater qu au cours de ses réflexions, le tribunal a dégagé un certain nombre

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité.

Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité. Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité. - Pour le crédit-bailleur l opération de crédit-bail consiste

Plus en détail

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services»

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» Le Comité d Entreprise Européen, réuni en séance extraordinaire le 10 décembre 2008,

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE

Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE Consultation de

Plus en détail

La ratification par le juge d'un accord entre parents prévoyant une garde alternée de l'enfant

La ratification par le juge d'un accord entre parents prévoyant une garde alternée de l'enfant La ratification par le juge d'un accord entre parents prévoyant une garde alternée de l'enfant Par Laurent MARGOT Président du Tribunal du District du Val de Travers, Canton de Neuchâtel. Conférence du

Plus en détail

N o 5199 4 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2003-2004 PROJET DE LOI

N o 5199 4 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2003-2004 PROJET DE LOI 2.3.2004 N o 5199 4 CHAMBRE DES DEPUTES Session ordinaire 2003-2004 PROJET DE LOI relative à la titrisation et portant modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier la loi

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

Postes diplomatiques et consulaires

Postes diplomatiques et consulaires Postes diplomatiques et consulaires La Cour des comptes a réalisé un audit de la gestion financière des moyens dont les quelque 140 postes diplomatiques et consulaires belges disposent. À cette occasion,

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

1. La directive européenne 2006/68/CE et sa transposition en droit luxembourgeois.

1. La directive européenne 2006/68/CE et sa transposition en droit luxembourgeois. INTRODUCTION 1. La directive européenne 2006/68/CE et sa transposition en droit luxembourgeois. La loi du 10 juin 2009 1 transpose en droit luxembourgeois (notamment) la directive 2006/68/CE modifiant

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise Enquête Préambule La transmission de son entreprise est le dernier acte du dirigeant et souvent l un des plus importants de sa vie professionnelle. Au plan macro

Plus en détail

LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : Introduction

LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : Introduction LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : SA CREATION, SA DYNAMIQUE ET SON ACTUALITE EN DROIT INTERNATIONAL Introduction Leticia Sakai 1 La question de contrôle et exploitation

Plus en détail

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5371 Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 3 de la loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises,

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective Lettre d information N 5 Sous l empire de l ancienne loi, les créanciers postérieurs dits «de l article 40» (art. L. 631-32 du Code de

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité»

Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité» Avant-Propos Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité» Isabelle de Lamberterie Directrice de recherche émérite La protection de la vie privée

Plus en détail

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois)

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Tout d abord, je voulais remercier Monsieur Marique de m avoir invité à donner mon point de vue lors de la table ronde

Plus en détail

Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés

Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés Michel Deschamps * La Convention d UNIDROIT sur les règles matérielles relatives aux titres intermédiés (la Convention)

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Préface FREDERIC JENNY

Préface FREDERIC JENNY FREDERIC JENNY Professeur d Économie, ESSEC Business School Co-directeur du Centre Européen de Droit et d Economie Président du Comité de la concurrence de l OCDE Ce livre explore les relations entre la

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB

VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB Le site marchand est nécessairement issu d une entreprise, d une forme sociale, d une société. En tant que tel, il a un domicile.

Plus en détail

Code de Bonnes Pratiques des Affaires

Code de Bonnes Pratiques des Affaires LA MISSION DE BEL Apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Des règles à partager Le mot du Président-directeur général Bel est un Groupe familial, qui a développé

Plus en détail

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 QU EST-CE QU UN GROUPE? 1 Les différentes notions de groupe Dans une première approche, nous pouvons définir le groupe comme un ensemble d entreprises reliées entre

Plus en détail

Numéro du rôle : 4954. Arrêt n 93/2011 du 31 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4954. Arrêt n 93/2011 du 31 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4954 Arrêt n 93/2011 du 31 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 3, 2, de l arrêté royal du 30 janvier 1997 «relatif au régime de pension des travailleurs

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

Relations Internationales. Les Domaines d Expertise du Recouvrement

Relations Internationales. Les Domaines d Expertise du Recouvrement Relations Internationales Les Domaines d Expertise du Recouvrement La Branche Recouvrement est dans une situation particulière concernant les attentes de nos partenaires étrangers car le domaine du financement

Plus en détail

Directive "Marchés d'instruments Financiers"

Directive Marchés d'instruments Financiers Directive "Marchés d'instruments Financiers" Octobre 2007 Marchés d'instruments Financiers Vous êtes titulaire dans nos livres d un Compte-titres, sous la forme de Compte-titres libres, d un Compte Géré

Plus en détail

C161 Convention sur les services de santé au travail, 1985 Convention concernant les services de santé au travail

C161 Convention sur les services de santé au travail, 1985 Convention concernant les services de santé au travail C161 Convention sur les services de santé au travail, 1985 Convention concernant les services de santé au travail (Note :Date d entrée en vigueur :17-02-1988) Lieu :Genève Date d adoption :25-06-1985 Session

Plus en détail

Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant

Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant notification unique pour les traitements de données à caractère personnel (y compris certaines catégories particulières de données

Plus en détail

La faillite transnationale après le nouveau règlement

La faillite transnationale après le nouveau règlement + La faillite transnationale après le nouveau règlement Yves BRULARD Avocat à Bruxelles - Mons Paris, Expert de la commission, chargé d enseignement CEFIAD + Champs d application + La situation visée par

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté

Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté 1. Les aides au sauvetage et à la restructuration 1. Dans certains cas, l entreprise qui sollicite une intervention publique est dans une situation

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes :

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes : Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Dans le cadre des débats de ce jour, relatifs aux premières expériences vécues

Plus en détail

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE SOMMAIRE Préambule 1 Article 1 2 Conflits d Intérêts Article 2 3 Qualité de l information du Public Article 3 3 Respect des lois, règles et règlements

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Table des matières TITRE PRÉLIMINAIRE... 17 CHAPITRE 1 LE CADRE COMMUNAUTAIRE D INTERVENTION DES ENTREPRISES D ASSURANCE-VIE LUXEMBOURGEOISES...

Table des matières TITRE PRÉLIMINAIRE... 17 CHAPITRE 1 LE CADRE COMMUNAUTAIRE D INTERVENTION DES ENTREPRISES D ASSURANCE-VIE LUXEMBOURGEOISES... DBL6018.book Page 265 Lundi, 3. avril 2006 11:06 11 Table des matières PRÉFACE... 5 SOMMAIRE... 7 GÉNÉRALITÉS... 9 INTRODUCTION... 11 TITRE PRÉLIMINAIRE... 17 LE CADRE COMMUNAUTAIRE D INTERVENTION DES

Plus en détail

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Animateur : Henri TOULOUZE Secrétaire général de l Union Nationale des Syndicats

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN.. LAMBALLE.ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS - 2013-2016 1 SOMMAIRE : - Edito du Président du Conseil Général

Plus en détail

Notion de droit des affaires

Notion de droit des affaires Notion de droit des affaires Fiche 1 I. Droit des affaires et droit civil II. Droit des affaires et droit commercial Définition Droit des affaires : ensemble de règles juridiques applicables aux acteurs,

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences de l'éducation de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance OCTOBRE 2009 Recommandation

Plus en détail

Enseignement de Management des organisations. Repères pour la formation

Enseignement de Management des organisations. Repères pour la formation Enseignement de Management des organisations Repères pour la formation Séminaire national STMG des 24 et 25 janvier 2012 1 Thème 1 Le rôle du management dans la gestion des organisations 2 1.1 Qu est ce

Plus en détail

«La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1

«La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1 «La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1 Alain BENSOUSSAN, Laurence TELLIER-LONIEWSKI, Claudine SALOMON. www.alain-bensoussan.com Née du développement des réseaux sociaux et

Plus en détail

Introduction aux différents modes de gestion

Introduction aux différents modes de gestion Mois AAAA Mois mai AAAA 2009 Introduction En bref Les associations sanitaires et sociales peuvent souhaiter, à un moment donné, réviser leur mode de gestion afin d anticiper et de l adapter, tant à leurs

Plus en détail

Numéro du rôle : 3702. Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3702. Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3702 Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 1675/7, 1er, 2 et 4, 1675/12, 1er et 2, et 1675/13, 1er, du Code judiciaire,

Plus en détail

mars 2004, des dispositions adoptées d une norme professionnelle. Ces dispositions adoptées antérieurement par le Conseil

mars 2004, des dispositions adoptées d une norme professionnelle. Ces dispositions adoptées antérieurement par le Conseil CONSEI SUPERIEUR DES PROFESSIONS ECONOMIQUES North Gate III - 5ème étage 16 Bld Roi Albert II - 1000 Bruxelles Tél. 02/206.48.71 Fax 02/201.66.19 E-mail : CSPEHREB@skynet.be www.cspe-hreb.be Avis du 16

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE!

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS : AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! (Résumé) Septembre 2015 FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT 1 Le Régime Social des Indépendants (RSI), qui constitue la Sécurité

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable.

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable. CODE D ETHIQUE Groupe DELACHAUX «L engagement du Groupe DELACHAUX» : Respect des lois et Ethique professionnelle Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a

Plus en détail

L existence de la société commerciale

L existence de la société commerciale TABLE DES MATIÈRES Liste des principales abréviations 5 Introduction 9 Section I Classification des sociétés commerciales 11 1. Grandes catégories 11 A) Sociétés commerciales par la forme ou par l objet

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 FEVRIER 2011 C.10.0149.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0149.F AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Émile Jacqmain, 53, demanderesse en

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement a pour objet de définir les règles et modalités de fonctionnement du Conseil d administration et de ses comités, ainsi

Plus en détail

Rencontres. La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux

Rencontres. La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux Rencontres La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux Pedro Bleck da Silva Président du Groupe de Travail Mutualité Association Internationale de la Mutualité (AIM)

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTES

ENTREPRISES EN DIFFICULTES ENTREPRISES EN DIFFICULTES REACTIONS AU PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES Après avoir présenté un avant projet de loi de sauvegarde des entreprises à la fin de l année 2003, le Garde des sceaux

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail