La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois"

Transcription

1 La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois J.-F. Geay, I. Ray-Coquard et É. Pujade-Lauraine Introduction En l absence de dépistage efficace, le cancer épithélial de l ovaire est détecté à un stade avancé (1, 6). Le traitement de première ligne standard de ces patientes associe une chirurgie d exérèse maximale avec six cycles de l association de paclitaxel (175 mg/m 2 en perfusion de trois heures) et de carboplatine (AUC 5 à 7,5) (7-11). Bien que la majorité des patientes vont répondre à ce traitement de chimiothérapie et être en rémission complète clinique à l issue de la stratégie initiale, la survie à cinq ans n est que de 25 à 35%, reflétant le haut taux de rechute survenant au cours du suivi (12, 13). Dans la mesure où les rechutes dans les cancers de l ovaire avancés surviennent avec un intervalle libre médian de quatorze à dix-huit mois, celles-ci sont le plus souvent considérées comme tardives, c est-à-dire survenant au moins six mois après le dernier traitement. Modalités de surveillance Les recommandations de surveillance des patientes atteintes d un cancer de l ovaire avancé comprennent un examen clinique complet, y compris un examen pelvien, et le prélèvement du marqueur tumoral sérique, le CA 125. Les examens cliniques et sérologiques sont répétés tous les trois mois pendant deux ans, puis tous les six mois jusqu à cinq ans, et enfin régulièrement tous les ans. Des examens d imagerie comme le scanner abdomino-pelvien ou l IRM ont une mauvaise rentabilité clinique et financière lorsqu ils sont réalisés systématiquement au cours du suivi. Ils ne devraient être réalisés que lorsqu une

2 418 Les cancers ovariens rechute est suspectée sur la base de l examen clinique ou devant une augmentation significative du taux du CA 125. Définitions de la rechute La définition traditionnelle de la rechute est basée sur l'apparition ou l augmentation de la taille des lésions que l on peut mesurer à l examen clinique ou sur les examens radiologiques. Les critères RECIST 1 définissent la progression comme étant une augmentation de 20% de la somme des plus longs diamètres de toutes les lésions prises comme cible par rapport à la somme la plus petite enregistrée au cours du suivi (14). Les critères RECIST incluent également dans la définition de la progression l apparition de nouvelles lésions, qu elles soient mesurables ou non mesurables. Point important, une augmentation incontestable de lésions non mesurables peut suffire pour affirmer la progression de la maladie. Ceci est souvent le cas dans les cancers de l ovaire où la progression peut n être détectée que par une augmentation du volume de l ascite ou d un épanchement pleural, voire une augmentation de taille de lésions non mesurables au scanner, comme des épaississements péritonéaux, voire des lésions tumorales kystiques. La grande fréquence avec laquelle le taux du CA 125 augmente avant l apparition de toute lésion détectable a amené le Gynecogic Cancer InterGroup (GCIG) à proposer une définition complémentaire aux critères RECIST et basée sur la cinétique du CA 125 (15), au minimum à un doublement par rapport, soit à la limite supérieure de la normale si le taux du CA 125 s était normalisé, soit au taux le plus bas enregistré au cours de la période de suivi si le CA 125 ne s était pas normalisé. De plus, le taux de CA 125 doit être confirmé par un deuxième prélèvement à au moins une semaine d intervalle. Il est important de signaler que le taux du CA 125 n est pas évaluable si le prélèvement a été réalisé moins de quatre semaines après une intervention chirurgicale, après une ponction d ascite ou d épanchement pleural ou après une radiothérapie. En effet, on peut observer dans ces cas des augmentations du CA 125 qui ne sont pas corrélées au volume tumoral. Dans certains cas, c'est une altération isolée de l'état général de la patiente qui suggère une évolution de la maladie, bien que les examens soient insuffisants à la confirmer selon les critères précédents. Pour tenir compte de cette notion clinique, le Gynecologic Oncology Group (GOG) a proposé une définition de la progression qui inclut la notion de détérioration de l état de santé attribué à la maladie. Enfin, dans les essais cliniques, tout décès, quelle que soit sa cause, est considéré comme une progression. 1. RECIST = Response Evaluation Criteria In Solid Tumors.

3 La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois 419 Considérations chez les patients en rechute tardive Les buts du traitement à la rechute Étant donné que les patientes en rechute ne guérissent que très rarement, le traitement de la rechute a été longtemps considéré comme purement palliatif, sans référence à la survie. Dans la mesure où les résultats récents d essais randomisés chez les patientes en rechute tardive ont montré que certains traitements pouvaient augmenter la durée de survie des patientes, les buts des traitements de la rechute ont été révisés au cours de la 3 e Conférence de consensus sur les cancers de l ovaire qui s est tenue en septembre 2004 à Baden-Baden (en cours de publication). Dans ce sous-groupe de patientes en rechute tardive, les buts des traitements sont maintenant le contrôle de la maladie, c est-à-dire la prolongation de la durée de vie, associé à la palliation des symptômes et l obtention de la meilleure qualité de vie possible. Facteurs pronostiques : importance de l intervalle libre sans traitement Le choix d un traitement de rechute dépend largement de la longueur de l intervalle libre sans traitement qui sépare la dernière administration de chimiothérapie et la rechute. Les patientes qui progressent sous le traitement de première ligne ont une maladie réfractaire au platine. Celles qui rechutent dans les six mois après la fin de la première ligne sont considérées avoir une maladie résistante au platine. Par contre, celles qui rechutent avec un intervalle libre supérieur à six mois sont dites avoir une maladie potentiellement sensible au platine. Effectivement, la probabilité de répondre à une chimiothérapie comprenant du platine dépend en grande partie de la longueur de l intervalle libre sans platine. Dans une étude de 82 patientes en rechute, Markman M et al. ont montré que les patientes avec un intervalle libre sans platine de cinq à douze mois ont un taux de réponse à une 2 e ligne avec platine de 27%, tandis que celles qui ont un intervalle libre sans platine de 13 à 24 mois ont un taux de réponse de 33%, qui peut atteindre 59% lorsque l intervalle libre dépasse vingt-quatre mois (16). L importance de l intervalle libre dans les résultats des traitements de rechute a été bien soulignée par une large étude de 583 patientes traitées en rechute par le groupe GINECO (tableau I) (17). Une des hypothèses émises pour expliquer cette relation forte entre la réponse au traitement de la rechute et l intervalle libre sans traitement est liée à la résistance tumorale. Au cours de la résistance acquise, les tumeurs deviennent résistantes à de multiples drogues sous l effet de la pression sélective d une drogue particulière. Néanmoins, ce phénotype de résistance acquise est instable

4 420 Les cancers ovariens Tableau I Taux de réponse (R) à la chimiothérapie, survie sans progression (SSP) et survie globale (SG) de 583 patientes atteinte de cancer de l ovaire en rechute selon l intervalle libre (Int Libre) et la réponse au traitement précédent. N Int Libre (mois) Patientes Résultats du traitement de la rechute Réponse à la chimiothérapie précédente (n) R (%) SSP (jours) SG (jours) & maladie progressive & maladie non progressive > et peut être perdu au cours du temps. Ainsi, plus l intervalle libre sans traitement est long, plus les cellules tumorales ont de chance de perdre leur résistance acquise. D autres facteurs pronostiques ont été également décrits, et notamment la taille des tumeurs détectables (inférieure ou supérieure à 5 cm), le nombre de sites tumoraux et l index de performance de la patiente. Considérations liées aux patientes La moitié des patientes atteintes de cancer de l ovaire ont plus de 60 ans. L évaluation de la fragilité des patientes est donc très importante avant de fixer la stratégie thérapeutique. Ce sujet reste l objet de recherches très actives et à ce jour des critères spécifiques de fragilité n ont pas encore été validés. Néanmoins, l âge n est pas le seul facteur à considérer. D autres facteurs importants à prendre en compte sont les co-morbidités, l index de performance, l autonomie des patientes et leur état psychique incluant l existence d un état dépressif. Les toxicités induites par les traitements augmentent avec le nombre de lignes que la patiente a préalablement reçues. Les toxicités résiduelles des traitements antérieurs doivent donc être analysées avec soin. La neurotoxicité résiduelle est particulièrement handicapante chez les patientes en rechute de cancer de l ovaire. C est une séquelle de longue durée des traitements par taxane ou platine (cisplatine ou oxaliplatine) et la neurotoxicité est un facteur limitant très fréquent de la réintroduction de ces drogues lors des rechutes. La survenue antérieure d une hématotoxicité sévère, et particulièrement d une thrombopénie, peut limiter l utilisation de drogues majeures comme le carboplatine, le topotecan ou la gemcitabine. Certaines patientes peuvent avoir présenté des réactions d hypersensibilité aux dérivés du platine, aux taxanes ou à la doxorubicine liposomale pégylée. Malgré l existence de protocoles pour prévenir ou contrôler ces réactions d hypersensibilité, l utilisation d un ou

5 La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois 421 plusieurs de ces médicaments peut être interrompue au cours de l évolution de la prise en charge des patientes. Étant donné le faible taux de guérison en rechute, la qualité de vie et tout particulièrement les choix spécifiques des patientes vis-à-vis de leur confort doivent être évalués. Les patientes peuvent exprimer des désirs particuliers concernant l éventuelle perte des cheveux due au protocole choisi, ou vis-à-vis de la contrainte du traitement (nombre de séances nécessitant un passage à l hôpital), ou concernant l intensité de la fatigue induite par les médicaments. Tous ces facteurs peuvent altérer l activité professionnelle des patientes, leur activité sociale, les relations avec leur famille et/ou leur conjoint et, au total, leur qualité de vie. Autant que possible, le choix du traitement prendra en compte les désirs particuliers des patientes. Quand traiter? Une rechute symptomatique justifie de débuter le traitement sans retard. Une ponction d ascite ou d épanchement pleural peut être nécessaire avant de démarrer le traitement afin de soulager les symptômes dus à ces épanchements. La question la plus débattue concerne le moment optimal de l initiation de la chimiothérapie devant une augmentation isolée du CA 125 chez une patiente asymptomatique dont les examens cliniques et radiologiques ne montrent pas de lésion détectable. Faut-il attendre les symptômes ou au contraire débuter le traitement pour prévenir l apparition de ces symptômes? Cette question fait l objet d un essai randomisé en cours du MRC et de l EORTC. En attendant les résultats de cet essai, la cinétique d augmentation du CA 125, ainsi que le souhait de la patiente, peuvent aider à la décision dans la pratique courante. Les modalités de chimiothérapie chez les patientes en rechute tardive Les patients atteintes de cancer de l ovaire qui présentent une réponse prolongée à une combinaison à base de platine ont de grandes chances de répondre de nouveau à un traitement à base de platine (16, 18-23). Contrairement aux patientes en rechute précoce (inférieure à six mois), l utilisation en monothérapie de drogues qui ne sont pas des dérivés du platine ne semble pas être une bonne indication chez les patientes en rechute tardive ( à six mois). Le taux de réponse (20-45%) de tous ces médicaments est en effet inférieur à ce qui est rapporté pour les associations à base de platine (40-90%). L efficacité comparée d un médicament non dérivé du platine (le paclitaxel) avec une association à base de platine (protocole CAP associant

6 422 Les cancers ovariens cyclophosphammide, doxorubicine et cisplatine) a été évaluée par une étude italienne randomisée chez 97 patientes qui avaient un intervalle libre sans traitement d au moins douze mois. Malgré la petite taille de l essai, les patientes traitées par la combinaison à base de platine ont présenté un taux de réponse supérieur, et surtout une survie sans progression et une survie globale significativement allongée (24). La question la plus importante posée ces dernières années chez ces patientes en rechute tardive est de savoir si la polychimiothérapie peut donner de meilleurs résultats qu un traitement par platine en monothérapie. L objectif principal des essais ICON4-OVAR 2.2 a été de répondre à cette question. Il s agissait en fait de deux essais randomisés parallèles qui comparaient un minimum de six cycles d une chimiothérapie conventionnelle à base de platine (Plat) avec une association de paclitaxel-platine (Pac-Plat) chez 802 patientes en rechute de cancer de l ovaire (25). Un intervalle libre sans traitement de six mois ou plus était nécessaire pour rentrer dans l étude. Après randomisation, 71% des patientes dans le bras de traitement conventionnel avaient reçu du carboplatine comme dérivé de platine. Après un suivi médian de quarante-deux mois, le hazard ratio (HR) pour la survie sans progression était de 0,76 (p = 0004), en faveur de Pac-Plat. Le HR pour la survie globale était de 0,82 (p = 02) correspondant à une différence absolue de survie à deux ans de 7% (57% versus 50%) et une différence de médiane de survie de cinq mois (29 versus 24 mois), toujours en faveur de la combinaison Pac-Plat. Ces résultats suggèrent fortement que, comparée à un traitement conventionnel à base de platine, l association Pac-Plat augmente la survie sans progression et la survie globale des patientes atteintes d un cancer de l ovaire en rechute tardive. Les données d efficacité de cet essai, qui est le plus large jamais réalisé chez les patientes en rechute, justifient que l association carboplatine-paclitaxel soit considérée comme un nouveau «standard» chez cette sous-population de patientes en rechute tardive. Cependant, l augmentation de survie dans le bras Pac-Plat a été obtenue au prix d une toxicité neurologique supérieure (20% versus 1%) et d un taux élevé d alopécie (86% versus 25%). Or ce sont deux types de toxicités que l on souhaiterait éviter chez les patientes en rechute. L essai du Gynecologic Cancer Intergroup (GCIG) a été également conçu pour évaluer si une association à base de platine pouvait être utilisée de façon préférentielle à une monothérapie par carboplatine chez les patientes en première rechute tardive (délai inférieur à six mois) (26). Dans cet essai de 357 patientes, la combinaison associe le carboplatine et la gemcitabine, deux drogues réputées faiblement neurotoxiques et alopéciantes. Les résultats montrent que, comparée au carboplatine seul, la combinaison carboplatinegemcitabine augmente significativement la survie sans progression (8,6 mois versus 5,8 mois) avec un HR de 0,72 (95% CI, 0,50-0,90 mois) (p = 003). Il n y avait pas de différence de survie globale entre les deux bras, mais le nombre de patientes n avait pas été calculé pour détecter une différence de survie globale. Comme prévu, le taux de neurotoxicité et d alopécie a été faible dans

7 La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois 423 les deux bras, mais la toxicité hématologique et particulièrement la thrombopénie ont été significativement plus fréquentes dans le bras avec gemcitabine, pouvant limiter la large utilisation de cette combinaison dans la pratique courante. Au total, les résultats de ces deux essais sont suffisants pour conclure que la polychimiothérapie à base de platine est supérieure à la monothérapie par carboplatine chez les patientes atteintes de cancer de l ovaire en rechute tardive. Néanmoins, reste à préciser la combinaison à base de platine qui offre la meilleure efficacité tout en minimisant les toxicités et en préservant la qualité de vie. Des résultats récents d essais phase II ont montré une activité intéressante pour d autres combinaisons à base de platine, et notamment l association de carboplatine et de doxorubicine liposomale pégylée (27). Bien que la population des 105 patientes incluses dans cet essai comporte des facteurs de pronostic moins favorables que celles des essais ICON4/OVAR 2.2 et GCIG, la survie sans progression et la survie globale rapportées pour la combinaison carboplatine-doxorubicine liposomale pégylée semblent similaires à celles décrites pour l association carboplatine-paclitaxel. Par contre, les toxicités hématologiques et non-hématologiques sont peu fréquentes avec moins de 15% de patientes souffrant d alopécie grade 2 ou d infection, mucite, syndrome main-pied et neurotoxicité de grade 2-3. Ces résultats encourageants ont stimulé le GCIG à lancer un essai randomisé où l efficacité et la tolérance du carboplatine associé à la doxorubicine liposomale pégylée sont comparées à l'association usuelle carboplatine-paclitaxel chez les patientes atteintes de cancer de l ovaire en rechute tardive (supérieure à six mois). Conclusion Des progrès significatifs ont été récemment réalisés pour mieux définir la stratégie thérapeutique optimale chez les patientes atteintes de cancer de l ovaire en rechute tardive (> 6 mois). L association de paclitaxel et de carboplatine est considérée comme un standard dans cette population de patientes en rechute. Des protocoles remplaçant le paclitaxel par la gemcitabine ou la doxorubicine liposomale pégylée dans les associations avec le carboplatine peuvent peut-être permettre d offrir aux patientes des combinaisons comportant un meilleur ratio efficacité-toxicité et une meilleure qualité de vie.

8 424 Les cancers ovariens Références 1. Ries LAG, Eisner MP, Kosary CL et al. (eds) (2002) SEER Cancer Statistics Review, Bethesda, Md: National Cancer Institute Available at: 1973_1999/. Accessed March 24, Runnebaum IB, Stickeler E (2001) Epidemiological and molecular aspects of ovarian cancer risk. J Cancer Res Clin Oncol 127: Yancik R (1993) Ovarian cancer: age contrasts in incidence, histology, disease stage at diagnosis, and mortality. Cancer 71(2 suppl): Omura GA, Brady MF, Homesley HD et al. (1991) Long-term follow-up and prognostic factor analysis in advanced ovarian carcinoma: the Gynecologic Oncology Group experience. J Clin Oncol 9: Thigpen T, Brady MF, Omura GA et al. (1993) Age as a prognostic factor in ovarian carcinoma. The Gynecologic Oncology Group experience. Cancer 71(2 suppl): Rubin SC, Benjamin I, Behbakht K et al. (1996) Clinical and pathological features of ovarian cancer in women with germ-line mutations of BRCA1. N Engl J Med 335: McGuire WP, Hoskins WJ, Brady MF et al. (1996) Cyclophosphamide and cisplatin compared with paclitaxel and cisplatin in patients with stage III and stage IV ovarian cancer. N Engl J Med 334: Piccart MJ, Bertelsen K, James K et al. (2000) Randomized intergroup trial of cisplatinpaclitaxel versus cisplatin-cyclophosphamide in women with advanced epithelial ovarian cancer: three-year results. J Natl Cancer Inst 92: Neijt JP, Engelholm SA, Tuxen MK et al. (2000) Exploratory phase III study of paclitaxel and cisplatin versus paclitaxel and carboplatin in advanced ovarian cancer. J Clin Oncol 18: du Bois A, Lueck HJ, Meier W et al. (1999) Cisplatin/paclitaxel vs carboplatin/paclitaxel in ovarian cancer: update of an Arbeitsgemeinschaft Gynaekologische Onkologie (AGO) study group trial. Proc Am Soc Clin Oncol 18: Abstract Ozols R, Bundy B, Fowler J (1999) Randomized phase III study of cisplatin (CIS)/paclitaxel (PAC) versus carboplatin (CARBO)/PAC in optimal stage III epithelial ovarian cancer (OC): a Gynecologic Oncology Group trial (GOG 158). Proc Am Soc Clin Oncol. 18: 356a. Abstract McGuire WP, Brady MF, Ozols RF (1999) The Gynecologic Oncology Group experience in ovarian cancer. Ann Oncol 10: Piccart M, Bertelsen K, Stuart G et al. (2002) Long-term follow-up confirms a survival advantage of the paclitaxel-cisplatin (TP) regimen over the cyclophosphamide-cisplatin (CP) combination in advanced ovarian cancer (AOC). Ann Oncol 13: 109. Abstract Therasse P, Arbuck SG, Eisenhauer EA et al. (2000) New guidelines to evaluate the response to treatment in solid tumors. J Natl Cancer Inst 92: Vergote I, Rustin GJ, Eisenhauer EA et al. (2000) Re: new guidelines to evaluate the response to treatment in solid tumors [ovarian cancer]. Gynecologic Cancer Intergroup. J Natl Cancer Inst 92: Markman M, Rothman R, Hakes T et al. (1991) Second-line platinum therapy in patients with ovarian cancer previously treated with cisplatin. J Clin Oncol 9: Pujade-Lauraine E, Paraiso D, Cure H et al. (2002) Predicting the effectiveness of chemotherapy (Cx) in patients with recurrent ovarian cancer (ROC): a GINECO study. Proc Am Soc Clin Oncol 21: Abstract Blackledge G, Lawton F, Redman C et al. (1989) Response of patients in phase II studies of chemotherapy in ovarian cancer: Implications for patient treatment and the design of phase II trials. Br J Cancer 9: Gershenson DM, Kanavagh JJ, Copeland LJ et al. (1989) Re-treatment of patients with recurrent epithelial ovarian cancer with Cisplatin-based chemotherapy. Obstet Gynecol 73:

9 La chimiothérapie des rechutes au-delà de six mois Seltzer V, Vogl S, Kaplan B (1985) Recurrent ovarian carcinoma: retreatment using combination chemotherapy including cis-diaminechloroplatinum in patients previous responding to this agent. Gynecol Oncol 21: van der Burg MEL, Hoff AM, van Lent M et al. (1991) Carboplatin and Cyclophosphamide salvage therapy for ovarian cancer patients relapsing after Cisplatin combination chemotherapy. Eur J Cancer 27: Pujade-Lauraine E, Guastalla JP, Weber B et al. (1997) Efficacy and safety of the combination paclitaxel/carboplatin in patients with previously treated advanced ovarian carcinoma: a multicenter French Group des Investigateurs Nationaux pour L Etude des Cancers Ovariens (GINECO) phase II study. Semin Oncol 24: Rose PG, Fusco N, Fluellen L et al. (1998) Second-line therapy with paclitaxel and Carboplatin for recurrent disease following first-line therapy with paclitaxel and platinum in ovarian and peritoneal carcinoma. J Clin Oncol 16: Cantu MG, Buda A, Parma G et al. (2002) Randomized controlled trial of single-agent paclitaxel versus cyclophosphamide, doxorubicin, and cisplatin in patients with recurrent ovarian cancer who responded to first-line platinum-based regimens. J Clin Oncol 20: Parmar MK, Ledermann JA, Colombo N et al. (2003) Paclitaxel plus platinum-based chemotherapy versus conventional platinum-based chemotherapy in women with relapsed ovarian cancer: the ICON4/AGO-OVAR-2.2 trial. Lancet 361: Pfisterer J, Vergote I, Du Bois A et al. (2005) AGO-OVAR, NCIC CTG & EORTC GCG. Combination therapy with gemcitabine and carboplatin in recurrent ovarian cancer. Int J Gynecol Cancer 15 Suppl 1: Ferrero JM, Weber B, Lepille D et al. (2004) Caelyx (Ca) and Carboplatin (Pa) in patients with advanced ovarian cancer in late relapse (> 6 months) (AOCLR): Late results of a GINECO phase II trial. Proc Am Soc Clin Oncol 23 (abstr 454)

3.2 Stade Pathologique I avec des marqueurs tumoraux dans les normes Ganglion unique 2 cm avec des marqueurs tumoraux dans les normes

3.2 Stade Pathologique I avec des marqueurs tumoraux dans les normes Ganglion unique 2 cm avec des marqueurs tumoraux dans les normes CANCER TESTICULAIRE TEMPLATE 1. Classification : TNM, groupe de risque 2. Seminome 2.1 stade I 2.2 stade II 2.2.1 Ganglions retro péritonéaux 2 cm de grand axe (IIA) 2.2.2 Ganglions retro péritonéaux >=

Plus en détail

PAOLA-1. peritoneal cancer

PAOLA-1. peritoneal cancer PAOLA-1 Platine, Avastin and OLAparib in 1 st line of advanced high grade epithelial ovarian, fallopian tube, or primary peritoneal cancer Randomized, Double-blind, Phase III Trial of olaparib vs. placebo

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie TRAITEMENT ONCOLOGIQUE Claire Jamet Oncologue médicale

Plus en détail

Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire

Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire Impact de la CHIP dans la prise en charge de la première récidive de cancer de l ovaire Jean-Marc Classe Institut de Cancérologie de l Ouest, Centre Gauducheau Nantes - France Quel est le pronostic de

Plus en détail

Registre national CHIP-Ovaires Les récurrences

Registre national CHIP-Ovaires Les récurrences Registre national CHIP-Ovaires Les récurrences Naoual Bakrin (MD), Olivier Glehen (MD, PhD) Service de chirurgie oncologique et viscérale Centre hospitalier Lyon Sud, Pierre Bénite Université Claude Bernard

Plus en détail

Surveillance des cancers gynécologiques, référentiel SFOG : annexes

Surveillance des cancers gynécologiques, référentiel SFOG : annexes Surveillance des cancers gynécologiques, référentiel SFOG : annexes A. FLOQUET a *, E. STOECKLE b, D. GARBAY a, S. CROCE c, M. KIND d, A.L. CAZEAU d, F. GUYON b (Bordeaux) Résumé Les modalités de surveillance

Plus en détail

M. Deslandres CHU/Oncopôle

M. Deslandres CHU/Oncopôle Recommandations Saint Paul de Vence 2016: ce qui change M. Deslandres CHU/Oncopôle Depuis 2012 Mise à jour des classifications anatomo-cliniques Évolution des critères de qualité recommandés pour la chirurgie

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

DIU d Onco-hématologie du sujet âgé Cancers gynécologiques. Dr Rosa CONFORTI GH Pitié-Salpêtrière Paris

DIU d Onco-hématologie du sujet âgé Cancers gynécologiques. Dr Rosa CONFORTI GH Pitié-Salpêtrière Paris DIU d Onco-hématologie du sujet âgé Cancers gynécologiques Dr Rosa CONFORTI GH Pitié-Salpêtrière Paris Tumeurs gynécologiques de la femme âgée - Cancer de l'ovaire - 4 % des cancers féminins 6,2 % de décès

Plus en détail

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie

Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie Lu pour vous Association bévacizumab paclitaxel dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif en première ligne métastatique : les données de la vraie vie doi:10.1684/veg.2016.0059 Sakina Sekkate Département

Plus en détail

La méta-analyse en oncologie

La méta-analyse en oncologie La méta-analyse en oncologie Emmanuelle Paris Staff santé publique 25 janvier 2012 Introduction 1904 (Pearson) : Manque de puissance des échantillons de petite taille 1955 : Méta-analyse (MA) sur traitement

Plus en détail

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire J.-F. Geay, I. Ray-Coquard, H. Curé et É. Pujade-Lauraine Pourquoi un traitement de consolidation? Le standard de traitement de première ligne d

Plus en détail

Thérapies ciblées. J. Alexandre, F. Joly, C. Lhommé, F. Selle, E. Pujade Lauraine, H. Curé

Thérapies ciblées. J. Alexandre, F. Joly, C. Lhommé, F. Selle, E. Pujade Lauraine, H. Curé Thérapies ciblées J. Alexandre, F. Joly, C. Lhommé, F. Selle, E. Pujade Lauraine, H. Curé Bevacizumab en traitement initial: pour quelles patientes? Accord professionnel A- Situations où le bevacizumab

Plus en détail

Chimiothérapie des récidives des cancers de l ovaire

Chimiothérapie des récidives des cancers de l ovaire mt Médecine de la Reproduction, Gynécologie Endocrinologie 2012 ; 14 (supplément 1) : 51-62 Chimiothérapie des récidives des cancers de l ovaire Chemotherapy in recurrent ovarian cancer Frédéric Selle

Plus en détail

Doxorubicine liposomale pégylée

Doxorubicine liposomale pégylée DENOMINATION DU MEDICAMENT CAELYX = Doxorubicine liposomale pégylée CARACTERISTIQUES Dénomination commune : CAELYX Composition qualitative et quantitative : Doxorubicine liposomale pégylée Statut : A.M.M.

Plus en détail

de la chimiothérapie. hyperthermique intrapéritonéale (CHIP) dans le traitement du cancer de l ovaire

de la chimiothérapie. hyperthermique intrapéritonéale (CHIP) dans le traitement du cancer de l ovaire Place de la chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (CHIP) dans le traitement du cancer de l ovaire J.M. CLASSE 1 *, I. JAFFRÉ 1, J.S. FRENEL 2, D. BERTON RIGAUD 2 (Nantes) Résumé Le traitement

Plus en détail

Protocoles dans le cancer de l ovaire CancerEst. Frédéric Selle Stéphane Provent

Protocoles dans le cancer de l ovaire CancerEst. Frédéric Selle Stéphane Provent Protocoles dans le cancer de l ovaire CancerEst Frédéric Selle Stéphane Provent ALLIANCE POUR LA RECHERCHE EN CANCEROLOGIE Octavia (Phase II ouvert Taxol hebdo-carbo-béva 1 ère Ligne OXYDELIS (Phase I/II)

Plus en détail

Le traitement de référence en première ligne de chimiothérapie

Le traitement de référence en première ligne de chimiothérapie Chimiothérapie du cancer de l ovaire : actualités sur Caelyx en 23-24 et perspectives Chemotherapy of ovarian cancer: Caelyx new Trend H. Bourgeois 1, L. Chauvenet 2, K. Djazouli 3, J.M. Ferrero 4, A.

Plus en détail

Le cancer de l ovaire chez la femme âgée. Claire FALANDRY, Michel FABBRO, Olivier GUERIN, Jean-Emmanuel KURTZ, Anne LESOIN.

Le cancer de l ovaire chez la femme âgée. Claire FALANDRY, Michel FABBRO, Olivier GUERIN, Jean-Emmanuel KURTZ, Anne LESOIN. Le cancer de l ovaire chez la femme âgée Claire FALANDRY, Michel FABBRO, Olivier GUERIN, Jean-Emmanuel KURTZ, Anne LESOIN. Position du problème Une population en augmentation et hétérogène Diagnostic retardé,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 3 septembre 2008 HYCAMTIN 0,25 mg, gélules (CIP 384 876-5) HYCAMTIN 1 mg, gélules (CIP 384 877-1) B/10 Laboratoire GLAXOSMITHKLINE topotécan liste I Date de l'amm (centralisée)

Plus en détail

La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire

La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire La place actuelle de la CHIP dans le cancer de l ovaire Glehen Olivier Naoual Bakrin Chirurgie Générale et Oncologique Centre Hospitalier Lyon Sud LE CANCER de l Ovaire Dans le monde : 200 000 nvx cas/an

Plus en détail

Première étude de phase III sur Avastin plus chimiothérapie lors de cancer de l ovaire résistant au platine

Première étude de phase III sur Avastin plus chimiothérapie lors de cancer de l ovaire résistant au platine Communiqué de presse Bâle, le 2 juin 2012 Une étude Roche montre que l adjonction d Avastin à une chimiothérapie réduit de moitié le risque de progression d un cancer de l ovaire récurrent, maladie difficile

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je comprends la place de la chimiothérapie dans le traitement.

Cancer de l'ovaire : je comprends la place de la chimiothérapie dans le traitement. Cancer de l'ovaire : je comprends la place de la chimiothérapie dans le traitement. Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse La chimiothérapie anticancéreuse

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires L.Debbah, H.Djedi CAC Annaba CIC Alger le 11/03/2017 Introduction Pathologie rare: -< 1% de tout les cancers dans le monde -

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde 18 Cancer de la thyroïde Avec 3 711 nouveaux cas estimés en 2000 en France, le cancer de la thyroïde représente 1 % de l ensemble de nouveaux cas de cancers (Remontet et coll., 2003). L incidence du cancer

Plus en détail

BRCA : du test prédictif au test thérapeutique

BRCA : du test prédictif au test thérapeutique Réunion régionale Oncomip oncogénétique, 27/01/2016 BRCA : du test prédictif au test thérapeutique Dr Laurence GLADIEFF Institut Claudius Regaud Amylee BRCA : test prédictif 1 DCD 61 ans 2?? DCD 52 ans

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 avril 2016 Date d examen par la Commission : 6 avril 2016 doxorubicine sous une forme liposomale pégylée CAELYX 2 mg/ml, solution à diluer pour perfusion B/1 flacon

Plus en détail

Traitement du cancer du poumon avancé

Traitement du cancer du poumon avancé Traitement du cancer du poumon avancé Joffre C. Allard, M.D., Rimouski Octobre 2008 Plan Classification TNM : qu est-ce qu un stade IV? Cancer du poumon non à petites cellules Chimiothérapie palliative

Plus en détail

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Traitements Médicaux Adjuvants Version Avril Coordonnateurs : William Jacot, Séverine Guiu

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Traitements Médicaux Adjuvants Version Avril Coordonnateurs : William Jacot, Séverine Guiu Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Traitements Médicaux Adjuvants Version Avril 2015 Coordonnateurs : William Jacot, Séverine Guiu Rationnel L indication d un traitement adjuvant est directement

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 17 novembre 2014

Communiqué de presse. Bâle, 17 novembre 2014 Communiqué de presse Bâle, 17 novembre 2014 Roche obtient l homologation par la FDA d Avastin plus chimiothérapie pour le traitement des femmes atteintes d un cancer de l ovaire récidivant résistant au

Plus en détail

Thérapies ciblées dans le cancer de l ovaire. Dr Paul COTTU Département d Oncologie Médicale Institut Curie Paris

Thérapies ciblées dans le cancer de l ovaire. Dr Paul COTTU Département d Oncologie Médicale Institut Curie Paris Thérapies ciblées dans le cancer de l ovaire Dr Paul COTTU Département d Oncologie Médicale Institut Curie Paris Le cancer de l ovaire : un état stable France 2008 : 4430 nouveaux cas 7 ème cause de cancer

Plus en détail

Traitements médicaux de première ligne des cancers de l ovaire

Traitements médicaux de première ligne des cancers de l ovaire mt Médecine de la Reproduction, Gynécologie Endocrinologie 2012 ; 14 (supplément 1) : 39-46 Traitements médicaux de première ligne des cancers de l ovaire Primary systemic therapy in ovarian cancer doi:10.1684/mte.2012.0414

Plus en détail

Quelle chimiothérapie pour les formes N+ des cancers du sein? M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Quelle chimiothérapie pour les formes N+ des cancers du sein? M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Quelle chimiothérapie pour les formes N+ des cancers du sein? M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Historique Années 1970: CMF, CMFVP Années 1980: Anthracyclines En association: AC,

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 27 juin 2014

Communiqué de presse. Bâle, 27 juin 2014 Communiqué de presse Bâle, 27 juin 2014 Le CHMP recommande l homologation européenne d Avastin, médicament de Roche, contre le cancer de l ovaire récidivant résistant au platine Avastin est le premier

Plus en détail

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique?

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique? Quel suivi pour un risque élevé de rechute systémique? Christelle LEVY Déclaration d intérêts GSK Novartis Roche Pas de conflit d intérêt pour cette présentation contexte les recommandations des sociétés

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 2, ASCO, ESMO et NCCN, serviront de cadre général aux recommandations

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon. Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon. Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon du sujet âgé Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie Chimiothérapie adjuvante Cancer du colon RECOMMANDATIONS : pour les stades III : FOLFOX

Plus en détail

Evaluation de l efficacité d un traitement oncologique

Evaluation de l efficacité d un traitement oncologique Evaluation de l efficacité d un traitement oncologique SAHGEED Jean-Louis Legoux Service d Hépato-Gastroentérologie et Oncologie Digestive Centre Hospitalier Régional d Orléans Cours Intensif Alger 2016

Plus en détail

Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche

Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche HAS, Septembre 2011 Rationnel de l étude Rationnel de l étude Années 1980 : Survie à 5 ans des cancers de l œsophage tous stades confondus traités par chirurgie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 9 janvier 2002

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 9 janvier 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 janvier 2002 TAXOTERE 20mg, solution à diluer et solvant pour perfusion Boîte de 1 flacon de poudre et de 1 flacon solvant TAXOTERE 80mg, solution

Plus en détail

Correspondance en CIM-O-2. C33.9 et C34.0 à C34.9. C33.9 et C34.0 à C34.9

Correspondance en CIM-O-2. C33.9 et C34.0 à C34.9. C33.9 et C34.0 à C34.9 Auteurs : P. Delafosse, G. Defossez, F. Molinié Description de la localisation étudiée CIM-O-3 Correspondance en CIM-O-2 Correspondance en CIM-O-1 Correspondance en CIM-10 Topographie C33.9 et C34.0 à

Plus en détail

SYNOPSIS ESSAI PC ANGERS GFPC

SYNOPSIS ESSAI PC ANGERS GFPC SYNOPSIS ESSAI PC ANGERS GFPC 01-2013 Titre Promoteur Investigateur Coordonnateur Centres participants Justification de l'étude Etude randomisée comparant le carboplatine-étoposide au topotécan chez les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

Cancer de l ovaire Version / décembre 2001

Cancer de l ovaire Version / décembre 2001 Cancer de l ovaire I-Introduction La stratégie de traitement choisie à l Institut Paoli Calmettes s applique aux tumeurs ovariennes, de la trompe et aux adénocarcinomes péritonéaux. Le traitement médical

Plus en détail

Enquête déviations au protocole

Enquête déviations au protocole Enquête déviations au protocole Objectifs : Sensibiliser nos investigateurs à la qualité dans les essais cliniques du GINECO Définir ce que nous considérons comme déviations majeures au protocole Méthodologie

Plus en détail

ELOXATINE 100 mg et 50 mg - Poudre lyophilisée pour perfusion

ELOXATINE 100 mg et 50 mg - Poudre lyophilisée pour perfusion DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE ELOXATINE 100 mg et 50 mg - Poudre lyophilisée pour perfusion CARACTERISTIQUES Dénomination commune : Oxaliplatine Composition qualitative et quantitative

Plus en détail

Traitement du cancer gastrique métastatique. P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition, CHU de Rouen

Traitement du cancer gastrique métastatique. P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition, CHU de Rouen Traitement du cancer gastrique métastatique P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition, CHU de Rouen XXe siècle Meta analyse Cochrane Library 35 essais 5726 patients Chimio vs Soins Palliatifs

Plus en détail

Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique. Elisabeth Quoix

Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique. Elisabeth Quoix Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique Elisabeth Quoix PLAN Généralités sur les personnes âgées Peut on transposer les avancées faites chez les patients d âge inférieur à70 ans

Plus en détail

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Généralités Epidémiologie Incidence 7800 nouveaux cas par an (1) 70-80 ans Prédominance masculine Bilan pré thérapeutique TDM TAP Echoendoscopie + biopsie si réalisable

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie Carcinomes epidermoïdes des Voies Aéro-digestives Supérieures

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie Carcinomes epidermoïdes des Voies Aéro-digestives Supérieures Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie Carcinomes epidermoïdes des Voies Aéro-digestives Supérieures Ce référentiel a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 21 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 21 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 21 juillet 2004 TAXOTERE 20mg, solution à diluer et solvant pour perfusion Boîte de 1 flacon de poudre et de 1 flacon solvant TAXOTERE

Plus en détail

2.3 Stade pathologique II (T2N0M0) sans envahissement lymphovasculaire et marges saines

2.3 Stade pathologique II (T2N0M0) sans envahissement lymphovasculaire et marges saines CANCER DE LA VESSIE Template 1. Classification : TNM, stade, grade 2. Traitement 2.1 Stade clinique 0 et I 2.2 Stade clinique II à IV 2.3 Stade pathologique II (T2N0M0) sans envahissement lymphovasculaire

Plus en détail

Prise en compte de la qualité de vie des patientes avec un cancer de l ovaire Une démarche qui devient incontournable

Prise en compte de la qualité de vie des patientes avec un cancer de l ovaire Une démarche qui devient incontournable Prise en compte de la qualité de vie des patientes avec un cancer de l ovaire Une démarche qui devient incontournable 6 ème journée scientifique du GINECO Jeudi 29 Mars 2012 F JOLY, Caen Contexte : une

Plus en détail

REFERENTIELS GYNECOLOGIE. CANCER DE L OVAIRE Ce référentiel contient les Recommandations INCa Aout 2009

REFERENTIELS GYNECOLOGIE. CANCER DE L OVAIRE Ce référentiel contient les Recommandations INCa Aout 2009 REFERENTIELS GYNECOLOGIE CANCER DE L OVAIRE Ce référentiel contient les Recommandations INCa Aout 2009 Référentiels GYNECOLOGIE Groupe de travail BAALBAKI Issam Service:GYNECOLOGIE CH COMPIEGNE JARRY TOSSOU

Plus en détail

Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique

Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique Survie Sans Progression et Cancer du Colon Métastatique Franck Bonnetain Fédération Francophone de Cancérologie Digestive & CGFL Contact : fbonnetain@cgfl.fr Journées scientifiques FFCD, Paris le 15 janvier

Plus en détail

Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé

Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé Communiqué de presse Bâle, le 25 février 2010 Une étude de phase III sur Avastin donne des résultats positifs lors de cancer de l ovaire de stade avancé Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY) a annoncé aujourd

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juin 2011 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP 3692323) TARCEVA 100 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP 3692346) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP 3692352)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 février 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 février 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 février 2010 ERBITUX 5 mg/ml, solution pour perfusion B/1 flacon de 20 ml (CIP : 570 750 8) B/1 flacon de 100 ml (CIP : 570 752 0) MERCK LIPHA SANTE cetuximab Code

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

Service d Innovation Thérapeutique et Essais Précoces (SITEP) Le cancer de vessie est une pathologie fréquente, il se situe au deuxième rang des

Service d Innovation Thérapeutique et Essais Précoces (SITEP) Le cancer de vessie est une pathologie fréquente, il se situe au deuxième rang des Cancer de la vessie 1 Chimiothérapie et cancer de la vessie Dr Yohann Loriot Département de Médecine Oncologique Service d Innovation Thérapeutique et Essais Précoces (SITEP) Institut de Cancérologie Gustave

Plus en détail

Cancer du canal anal. Daniel Van Daele Marc Polus Philippe Martinive Carla Coimbra. CHU de Liège

Cancer du canal anal. Daniel Van Daele Marc Polus Philippe Martinive Carla Coimbra. CHU de Liège Cancer du canal anal Daniel Van Daele Marc Polus Philippe Martinive Carla Coimbra CHU de Liège Epidémiologie et facteurs de risque 1,2 à 1,9 % des cancers digestifs Incidence croissante ces 30 dernières

Plus en détail

Chimiothérapie des cholangiocarcinomes localement avancés ou métastatiques

Chimiothérapie des cholangiocarcinomes localement avancés ou métastatiques Chimiothérapie des cholangiocarcinomes localement avancés ou métastatiques Meher BEN ABDELGHANI Oncologie Médicale Centre Paul Strauss- Strasbourg mbenabdelghani@strasbourg.unicancer.fr Généralités Tumeur

Plus en détail

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris Chimioradiothérapie des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris CLASSIFICATION FIGO 2009 I: Carcinome limité au col IA: Carcinomes micro-invasifs (diagnostic histologique

Plus en détail

Contribution de l interprétation dynamique du CA 125 dans la compréhension d un cas clinique atypique

Contribution de l interprétation dynamique du CA 125 dans la compréhension d un cas clinique atypique pratique quotidienne Patiente Il s agit d une patiente de 41 ans traitée en 1995 pour une tumeur épithéliale ovarienne séreuse stade III par chirurabc Ann Biol Clin 2008 ; 66 (3) : 333-40 Contribution

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES RECIDIVES PELVIENNES ET PERINEALES

PRISE EN CHARGE DES RECIDIVES PELVIENNES ET PERINEALES PRISE EN CHARGE DES RECIDIVES PELVIENNES ET PERINEALES Quelle précaution prendre avant un traitement anti-angiogénique? Dr Anne Floquet INTRODUCTION AA utilisés dans multiples cancers Seul ou en combinaison

Plus en détail

TREANDA MC Lymphome non hodgkinien indolent

TREANDA MC Lymphome non hodgkinien indolent TREANDA MC Lymphome non hodgkinien indolent JUIN 2013 Marque de commerce : Treanda Dénomination commune : Bendamustine (chlorhydrate de) Fabricant : Lundbeck Forme : Poudre pour perfusion intraveineuse

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans Jean-Jacques MAZERON Service de radiothérapie oncologique Groupe Hospitalier Pitie-Salpêtrière, Paris Les irradiations les plus fréquentes 1. Les irradiations

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 08 juin 2005 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 ROCHE rituximab Liste

Plus en détail

Les soins palliatifs : précoces c est mieux! Dr M. Desmedt Unité de Soins Continus

Les soins palliatifs : précoces c est mieux! Dr M. Desmedt Unité de Soins Continus Les soins palliatifs : précoces c est mieux! Dr M. Desmedt Unité de Soins Continus Incurabilité Survie relative à 5 ans (2007-2011) Homme : 58,7 % Femme : 67,5 % Centre belge du Cancer Causes de décès

Plus en détail

Prise en charge des CBNPC oligométastatiques

Prise en charge des CBNPC oligométastatiques Prise en charge des CBNPC oligométastatiques À partir d'un cas clinique Dr Stéphane HOMINAL, Centre Hospitalier Annecy-Genevois Les incontournables 7 octobre 2014 Cas clinique / femme 66 ans - juillet

Plus en détail

LG- MMP / 07_01_09 CANCERS BRONCHIQUES NON A PETITES CELLULES (CBNPC)

LG- MMP / 07_01_09 CANCERS BRONCHIQUES NON A PETITES CELLULES (CBNPC) RESEAUX DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES ET AUVERGNE ONCORA - CONCORDE - ONCOLOIRE - ARC ALPIN - ONCAUVERGNE GROUPE DE TRAVAIL REFERENTIELS COMMUNS DE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE REFERENTIEL DE BON USAGE -

Plus en détail

Surmortalité annuelle tous stades confondus d après Eurocare

Surmortalité annuelle tous stades confondus d après Eurocare 24 Maladie de Hodgkin ANALYSE La maladie de Hodgkin représente 0,5 % de l ensemble des cancers incidents pour l année 2000 ; elle se situe par sa fréquence au 18 e rang chez l homme et au 20 e rang chez

Plus en détail

V.Labb Séminaire de DES 11/2007

V.Labb Séminaire de DES 11/2007 V.Labb Labbé / H. Le Floch Séminaire de DES 11/2007 Introduction TTT des CBNPC: résection r complète TTT adjuvant: efficacité non démontrd montrée Méta-analyse analyse (Non-small( Cell Lung Cancer Collaborative

Plus en détail

Traitement au-delà de la 1 ère ligne Adénocarcinome oesogastrique

Traitement au-delà de la 1 ère ligne Adénocarcinome oesogastrique Traitement au-delà de la 1 ère ligne Adénocarcinome oesogastrique Thomas APARICIO Gastroentérologie & Oncologie digestive Hôpital Saint Louis thomas.aparicio@aphp.fr Multiples protocoles en 1 ère ligne

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er avril 2015 AVASTIN 25 mg/ml, solution à diluer pour perfusion B/ 1 flacon de 4 ml (CIP : 34009 566 200 7 4) B/ 1 flacon de 16 ml (CIP : 34009 566 201 3 5) Laboratoire

Plus en détail

DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière )

DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière ) DEJEUNER-DEBAT - Alternatives d administration des chimiothérapies (Session Plénière ) Salle : Salle Camille Blanc Standards thérapeutiques référencés en France mais sans AMM. Dr Cristian Villanueva CHRU

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 369 232 3 2) TARCEVA 100 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 369 234 6 1 TARCEVA 150 mg, comprimé

Plus en détail

Place de l IPC dans les carcinomes bronchiques à petites cellules. Cécile Le Péchoux Departement de radiothérapie Institut Gustave Roussy Beaune 2011

Place de l IPC dans les carcinomes bronchiques à petites cellules. Cécile Le Péchoux Departement de radiothérapie Institut Gustave Roussy Beaune 2011 Place de l IPC dans les carcinomes bronchiques à petites cellules Cécile Le Péchoux Departement de radiothérapie Institut Gustave Roussy Beaune 2011 Cas typique: M X agé de 65 ans consultant pour gêne

Plus en détail

Actualités cancer du sein Suzette DELALOGE

Actualités cancer du sein Suzette DELALOGE Actualités cancer du sein 2014 Suzette DELALOGE 1 Plan Grandes questions Actualités épidémiologiques Biologie des cancers du sein aujourd hui Traitements locaux Traitements médicaux adjuvants Prise en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 novembre 2006 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

3. Stage IV. Première ligne pour des patients avec clear cell carcinoma et multiples métastases

3. Stage IV. Première ligne pour des patients avec clear cell carcinoma et multiples métastases RENAL CANCER Template 1. Classification : TNM, stade, stratification par facteurs de risque 2. Traitement : 2.1 Stade I, II, III 2.2 Stade IV avec oligo métastases 3. Stage IV. Première ligne pour des

Plus en détail

Carcinose et métastases extrapéritonéales Impact de l atteinte ganglionnaire

Carcinose et métastases extrapéritonéales Impact de l atteinte ganglionnaire Carcinose et métastases extrapéritonéales Impact de l atteinte ganglionnaire Gwénaël FERRON Département de Chirurgie Oncologique EA 4553 (Individualisation des traitements des cancers ovariens) CLCC Institut

Plus en détail

Cohorte NADEGE. Thomas APARICIO. Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny

Cohorte NADEGE. Thomas APARICIO. Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny Cohorte NADEGE Thomas APARICIO Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny thomas.aparicio@avc.aphp.fr Cours intensif de cancérologie digestive, FFCD-PRODIGE, 6 avril 2012 Pourquoi une cohorte

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 avril 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 avril 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 avril 2007 TAXOTERE 20 mg, solution à diluer et solvant pour perfusion B/1 flacon de Taxotere et 1 flacon de solvant (CIP : 559 517-9) TAXOTERE 80 mg, solution à diluer

Plus en détail

16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016

16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016 Paccou Julien Service de Rhumatologie CHRU Lille EA4490 PMOI Physiopathologie des Maladies Osseuses Inflammatoires 16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016 Tumeur primitive Sein Prostate Incidence des métastases

Plus en détail

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Avi ASSOULINE Réunion du CORP 22/05/2008 Introduction Fréquent : 20-40% des patients cancéreux Plus fréquentes des tumeurs cérébrales Incidence

Plus en détail

TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre!

TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre! TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre! Paris, le 11 décembre 2015 T. Walter Oncologie Digestive, Hop E Herriot Liens d intérêts Novartis, Ipsen, Keocyt, Pfizer, Celgen TNE bien différenciées

Plus en détail

Remise en perspective : du mieux

Remise en perspective : du mieux Remise en perspective : du mieux BSC 1 ère G 2 ème G 3 ème G Médiane de survie 4,5 mois 6 mois 8 mois 8 à 10 mois Survie à 1 an 5 % 15 % 25 % 35 à 46 % Survie à 2 ans 8 à 24 % Survie à 3 ans 6 à 13 % Chimiothérapie

Plus en détail

Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante

Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante M.OUKKAL, K. BOUZID Service d Oncologie Médicale EHS CPMC Alger Symposium International de Cancérologie Digestive Alger

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer de l estomac: Y a-t-il une place pour la chirurgie de la carcinose?

Traitement chirurgical du cancer de l estomac: Y a-t-il une place pour la chirurgie de la carcinose? Traitement chirurgical du cancer de l estomac: Y a-t-il une place pour la chirurgie de la carcinose? Glehen olivier Chirurgie Oncologique Hospices Civils de Lyon Centre Hospitalier Lyon Sud Université

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 mars 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 mars 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 ERBITUX 2 mg/ml, solution pour perfusion 1 flacon (50 ml) MERCK LIPHA SANTE cetuximab Liste I Médicament réservé à l usage hospitalier Prescription réservée

Plus en détail

Chronochimiothérapiedes cancers colorectaux métastatiques

Chronochimiothérapiedes cancers colorectaux métastatiques Chronochimiothérapiedes cancers colorectaux métastatiques Méta-analyse de trois essais randomisés internationaux S. Giacchetti, Hôpital Paul Brousse, Villejuif (France) Histoire des essais de phase III

Plus en détail

PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX

PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX Atelier Pharmacologie DESC PCET - Paris le 18 mai 2015 PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX J.J. Kiladjian Centre d Investigations Cliniques Hôpital Saint Louis, Université Paris Diderot Nombre

Plus en détail

CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas

CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas HÔPITAL NATIONAL DE GYNÉCOLOGIE - OBSTÉTRIQUE CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas Pr. VU Ba Quyet Dr PHAM Duy Duan Dr NGUYEN Ngoc Phuong INTRODUCTION Les carcinosarcomes (CS) utérins sont des

Plus en détail