REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION"

Transcription

1 REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

2 Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation Janvier 2015

3 Source d informations précises et pertinentes, Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE fait figure de publication de référence sur l état de l éducation dans le monde. Elle fournit des données sur la structure, le financement et les performances des systèmes d éducation dans les 34 pays membres de l OCDE, ainsi que dans un certain nombre de pays partenaires et du G20. La présente publication se fonde sur des données de 2013 collectées durant le premier semestre 2014 dans le cadre du Réseau de l OCDE-INES chargé d élaborer des données relatives aux retombées de l enseignement sur l économie, le marché du travail et la société. Il s agit ici d une mise à jour des indicateurs publiés dans l ouvrage Regards sur l éducation 2014 : Les indicateurs de l OCDE paru en septembre 2014, qui sera suivie par la publication des données de 2014 dans l édition 2015 de Regards sur l éducation. Ce rapport intermédiaire présente les données actualisées de trois grands thèmes : le niveau de formation ; les débouchés sur le marché du travail ; et la transition des études à l emploi. Auteurs : Rodrigo Castañeda Valle, Simon Normandeau et Gara Rojas González. Pour tout complément d information sur Regards sur l éducation et pour accéder à l ensemble des indicateurs, consulter Pour toute question, contacter : Ce document est publié sous la responsabilité du Secrétaire général de l OCDE. Les opinions qui y sont exprimées et les arguments qui y sont employés ne reflètent pas nécessairement les vues officielles des pays membres de l OCDE. Ce document et toute carte qu il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région. Note concernant les données d Israël Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L utilisation de ces données par l OCDE est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international.

4 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES GUIDE DU LECTEUR... 5 CHAPITRE 1 QUEL EST LE NIVEAU DE FORMATION DE LA POPULATION ADULTE? Évolution du niveau de formation : Diplômés du deuxième cycle du secondaire et importance de l éducation et de la formation professionnelles (EFP) CHAPITRE 2 DANS QUELLE MESURE LE NIVEAU DE FORMATION AFFECTE-T- IL LA PARTICIPATION AU MARCHÉ DU TRAVAIL? Débouchés sur le marché du travail, selon le niveau de formation, le sexe et le groupe d âge Débouchés des adultes peu qualifiés sur le marché du travail Différences de débouchés sur le marché du travail selon la filière d enseignement dans le deuxième cycle du secondaire Débouchés des diplômés de l enseignement tertiaire sur le marché du travail CHAPITRE 3 TRANSITION ENTRE LES ÉTUDES ET LA VIE ACTIVE : OÙ EN SONT LES ANS? Espérance de scolarisation Scolarisation ou non des jeunes, et situation au regard de l emploi de ces derniers Jeunes non scolarisés et sans emploi Nombre d heures de travail Tableaux Tableau 1.1. Niveau de formation de la population âgée de 25 à 64 ans (2013) Tableau 2.1. Taux d'emploi, selon le niveau de formation (2013) Tableau 2.3. Taux de chômage, selon le niveau de formation (2013) Tableau 3.1. Nombre estimé d'années de scolarisation ou non entre l'âge de 15 et 29 ans, selon la situation au regard de l'emploi (2013) Tableau 3.3. Pourcentage de jeunes âgés de 15 à 29 ans scolarisés ou non, selon le groupe d'âge et la situation au regard de l'emploi (2013)...47 Graphiques Graphique 1.1. Niveau de formation des adultes, selon qu'ils sont plus jeunes ou plus âgés (2013) Graphique 1.2. Pourcentage de jeunes adultes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire, selon le sexe (2013) Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

5 TABLE DES MATIÈRES Graphique 1.3. Pourcentage d'adultes diplômés au plus du deuxième cycle du secondaire ou de l'enseignement post-secondaire non tertiaire, selon la filière d'enseignement et le sexe (2013) Graphique 1.4. Pourcentage de jeunes adultes diplômés de l'enseignement tertiaire (2000 et 2013) Graphique 2.1. Taux d'emploi dans la population adulte, selon le niveau de formation (2013) Graphique 2.2. Taux d'emploi des jeunes adultes diplômés de l'enseignement tertiaire et pourcentage de diplômés de ce niveau d'enseignement dans ce groupe d'âge, selon le sexe (2013) Graphique 2.3. Taux d'emploi des jeunes adultes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire, selon le sexe (2013) Graphique 2.4. Taux d'emploi des adultes diplômés au plus du deuxième cycle du secondaire ou de l'enseignement post-secondaire non tertiaire, selon la filière d'enseignement (2013) Graphique 2.5. Taux de chômage des jeunes adultes diplômés de l'enseignement tertiaire, selon le sexe (2013) Graphique 3.1. Répartition des jeunes âgés de 20 à 24 ans scolarisés/non scolarisés, selon leur situation au regard de l'emploi (2013) Graphique 3.2. Pourcentage de jeunes âgés de 20 à 24 ans non scolarisés et sans emploi, selon leur sexe (2013) Graphique 3.3. Nombre d'heures travaillées par semaine parmi les jeunes âgés de 15 à 29 ans scolarisés (2013) Graphique 3.4. Nombre d'heures travaillées par semaine parmi les jeunes âgés de 15 à 29 ans non scolarisés (2013) Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE 2015

6 GUIDE DU LECTEUR GUIDE DU LECTEUR Champ couvert par les données Bien que restant limité dans de nombreux pays faute de données suffisantes, le champ couvert par les indicateurs englobe, en principe, le système d éducation dans son ensemble (sur le territoire national), quels que soient le statut ou le mode de financement des établissements d enseignement à l étude et les mécanismes selon lesquels l enseignement est dispensé. À une exception près (décrite ci-dessous), les catégories d élèves/étudiants et les groupes d âge sont en principe tous inclus : les enfants (y compris les enfants ayant des besoins spécifiques d éducation), les adultes, les ressortissants nationaux, les ressortissants étrangers, ainsi que les élèves/étudiants qui suivent une formation à distance, un enseignement spécialisé ou adapté, ou encore une formation organisée par un ministère autre que le ministère de l Éducation, à condition que l enseignement dispensé ait pour principal objectif d élargir ou d approfondir les connaissances des individus. Les formations qui s adressent aux adultes ou qui sont de type «non ordinaire» sont prises en considération, pour autant qu elles comportent des cours ou des matières analogues à ceux de l enseignement «ordinaire», ou qu elles soient sanctionnées par des certifications équivalentes à celles délivrées à l issue de formations relevant de l enseignement ordinaire. Sont exclues les formations que les adultes suivent essentiellement par intérêt personnel, dans un souci d épanouissement ou à des fins récréatives. Représentativité La présente publication contient des données sur l éducation provenant des 34 pays membres de l OCDE, de deux pays partenaires qui participent au Projet de l OCDE sur les indicateurs des systèmes d enseignement (INES) à savoir le Brésil et la Fédération de Russie, ainsi que des autres pays partenaires qui ne participent pas au Projet INES à savoir l Afrique du Sud, l Arabie saoudite, l Argentine, la Chine, la Colombie, l Inde, l Indonésie et la Lettonie. Les sources de données pour ces huit derniers pays sont indiquées au bas des tableaux. Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L utilisation de ces données par l OCDE est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international. Calcul des moyennes internationales La moyenne de l OCDE est la moyenne non pondérée de tous les pays de l OCDE dont les données sont disponibles ou peuvent être estimées. La moyenne des pays de l OCDE correspond donc à la moyenne des valeurs obtenues au niveau des systèmes scolaires nationaux et peut être utilisée pour comparer l indicateur d un pays avec celui du pays Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

7 GUIDE DU LECTEUR «type» ou moyen. Elle ne tient pas compte de la taille absolue du système d éducation de chaque pays. Il convient de souligner que le manque de données peut biaiser considérablement la moyenne de l OCDE. Étant donné le nombre relativement faible de pays étudiés, aucune méthode statistique n est appliquée pour corriger ces biais. Dans les cas où une catégorie n existe pas (code «a») ou que sa valeur est d un ordre de grandeur négligeable (code «n») dans un pays, cette valeur est remplacée par une valeur nulle lors du calcul de la moyenne de l OCDE. Si le numérateur et le dénominateur d un ratio n existent pas dans un pays (code «a»), la moyenne de l OCDE est calculée abstraction faite de ce pays. La moyenne UE21 est la moyenne non pondérée des 21 pays à la fois membres de l Union européenne et de l OCDE dont les données sont disponibles ou peuvent être estimées. Ces 21 pays sont : l Allemagne, l Autriche, la Belgique, le Danemark, l Espagne, l Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l Irlande, l Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Slovénie et la Suède. Pour certains indicateurs, une moyenne G20 est indiquée. Celle-ci représente la moyenne non pondérée de toutes les valeurs de l ensemble des pays du G20 dont les données sont disponibles ou peuvent être estimées (l Afrique du Sud, l Allemagne, l Arabie saoudite, l Argentine, l Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée, les États-Unis, la Fédération de Russie, la France, l Inde, l Indonésie, l Italie, le Japon, le Mexique, le Royaume-Uni et la Turquie ; l Union européenne est le 20 e membre du G20 mais n est pas prise en compte dans ces calculs). La moyenne G20 n est pas calculée lorsque les données de la Chine ou de l Inde ne sont pas disponibles. Classification des niveaux d enseignement La classification des niveaux d enseignement se fonde sur la Classification internationale type de l éducation de 1997 (CITE-97). La CITE-97 est un instrument permettant d établir des statistiques de l éducation comparables à l échelle internationale ; elle distingue six niveaux d enseignement. Suite à la récente révision de la CITE-97, la nouvelle Classification internationale type de l éducation (CITE-2011) a été officiellement adoptée en novembre Cette nouvelle classification sera intégrée dans l édition 2015 de Regards sur l éducation. Terminologie utilisée dans la présente publication Enseignement préprimaire Première étape de l instruction organisée, conçue pour préparer les très jeunes enfants au milieu scolaire. Âge minimum d accès : 3 ans. Enseignement primaire Conçu pour donner un solide enseignement de base en lecture, en écriture et en calcul, et inculquer des connaissances élémentaires dans quelques autres disciplines. Âge d accès : entre 5 et 7 ans. Durée : 6 ans. Catégories retenues dans la CITE (et sous-catégories) CITE 0 CITE 1 6 Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE 2015

8 GUIDE DU LECTEUR Terminologie utilisée dans la présente publication Enseignement secondaire, premier cycle Il complète l enseignement de base et est d ordinaire davantage structuré en disciplines et assuré par des enseignants plus spécialisés. L entrée se fait normalement au terme de 6 ans d enseignement primaire ; sa durée est de 3 ans. Dans certains pays, la fin de ce niveau marque la fin de la scolarité obligatoire Enseignement secondaire, deuxième cycle L enseignement est encore plus fortement spécialisé par discipline que dans le premier cycle du secondaire, les enseignants possédant généralement des diplômes d un niveau plus élevé. En règle générale, les élèves sont censés avoir accompli 9 années d études ou achevé le premier cycle de l enseignement secondaire avant d accéder à ce niveau, et sont typiquement âgés de 15 ou 16 ans. Enseignement post-secondaire non tertiaire D un point de vue international, ce niveau d enseignement est à cheval entre le deuxième cycle du secondaire et l enseignement post-secondaire, même si à l échelle nationale, il peut être rattaché soit au deuxième cycle du secondaire, soit à l enseignement post-secondaire. Les contenus d enseignement de ces cursus peuvent ne pas être d un niveau beaucoup plus avancé que dans le deuxième cycle du secondaire et sont sans aucun doute d un niveau inférieur à ceux de l enseignement tertiaire. La durée de cet enseignement représente d ordinaire entre 6 mois et 2 années d études à temps plein. Les élèves scolarisés à ce niveau sont en général plus âgés que ceux scolarisés dans le deuxième cycle du secondaire. Catégories retenues dans la CITE (et sous-catégories) CITE 2 (sous-catégories : le niveau 2A prépare les élèves à la poursuite d études générales et débouche sur le niveau 3A ; le niveau 2B a une finalité professionnelle plus marquée, conduisant au niveau 3B ; le niveau 2C prépare à accéder au marché du travail). CITE 3 (sous-catégories : le niveau 3A prépare les élèves à des études de niveau universitaire au niveau 5A ; le niveau 3B prépare les élèves à accéder à un enseignement supérieur à finalité professionnelle au niveau 5B ; le niveau 3C prépare les élèves à accéder au marché du travail ou à une formation post-secondaire non tertiaire au niveau CITE 4). CITE 4 (sous-catégories : le niveau 4A doit préparer les élèves à accéder à des formations de l enseignement tertiaire, à la fois de niveau universitaire et à finalité professionnelle ; le niveau 4B prépare en règle générale les élèves à entrer dans la vie active). Enseignement tertiaire CITE 5 Enseignement tertiaire de type A Cursus ayant des contenus théoriques et visant à doter les étudiants des qualifications suffisantes pour accéder à des programmes de recherche de haut niveau ou à l exercice de professions exigeant un niveau élevé de compétences comme la médecine, la dentisterie ou l architecture. La durée de ces cursus représente au moins 3 (mais plus souvent 4) années d études à temps plein, voire davantage. Ces programmes ne sont pas exclusivement proposés dans des établissements universitaires ; en outre, tous les programmes reconnus au niveau national comme des programmes universitaires ne remplissent pas nécessairement les critères pour être classés dans la catégorie des programmes tertiaires de type A. Les programmes tertiaires de type A comprennent les programmes menant à un diplôme sanctionnant une deuxième formation tertiaire de type A, comme le master s degree aux États-Unis. CITE 5A Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

9 GUIDE DU LECTEUR Terminologie utilisée dans la présente publication Enseignement tertiaire de type B Les cursus sont typiquement plus courts que ceux de l enseignement tertiaire de type A, et portent sur des compétences pratiques, techniques ou professionnelles dont les étudiants ont besoin pour entrer directement sur le marché du travail, bien que certaines bases théoriques soient également parfois couvertes. La durée de ces cursus représente au moins 2 années d études en équivalents temps plein au niveau tertiaire. Programmes de recherche de haut niveau Ces cursus mènent directement à l octroi d un titre sanctionnant une formation de recherche de haut niveau, par exemple un Ph.D. Dans la plupart des pays, la durée théorique de ces programmes est de 3 années à temps plein (pour une durée totale cumulée d au moins 7 années en équivalent temps plein au niveau tertiaire), bien que la durée d inscription dans ces programmes soit généralement plus longue. Ces cursus sont consacrés à des études approfondies et à des travaux de recherche originaux. Catégories retenues dans la CITE (et sous-catégories) CITE 5B CITE 6 Le glossaire disponible sur offre également une description détaillée de ces niveaux d enseignement. Symboles remplaçant les données manquantes et abréviations Les symboles et abréviations suivants sont utilisés dans les tableaux et graphiques : a c m n Les données de la catégorie sont sans objet. Les observations sont trop peu nombreuses pour calculer des estimations fiables. Les données ne sont pas disponibles. L ordre de grandeur est négligeable ou nul. * Les valeurs se situent en dessous d un certain seuil de fiabilité et doivent être interprétées avec prudence (voir l annexe pour les définitions par pays). w x Les données ont été exclues à la demande du pays concerné. Les données sont incluses sous une autre catégorie/dans une autre colonne du tableau (par exemple, «x(2)» signifie que les données sont incluses dans la colonne n 2). ~ La moyenne n est pas comparable aux autres niveaux d enseignement. Autres références Le site décrit de manière détaillée les méthodes utilisées pour calculer les valeurs des indicateurs, explique comment interpréter ces valeurs dans les différents contextes nationaux et donne des renseignements sur les sources de données utilisées. Les données sur lesquelles se fondent les indicateurs et le glossaire détaillé des termes techniques utilisés dans cette publication peuvent également être consultés sur ce site. 8 Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE 2015

10 GUIDE DU LECTEUR Tout changement effectué dans cette publication après sa production sera notifié sur le site Présentation des tableaux Dans tous les tableaux, les chiffres entre parenthèses situés en haut des colonnes servent simplement de référence. Lorsque ce chiffre entre parenthèses n est pas suivi d un autre chiffre consécutif, la colonne correspondante ne peut être consultée qu en ligne. Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

11

12 Quel est le niveau de formation de la population adulte? CHAPITRE 1 CHAPITRE 1 QUEL EST LE NIVEAU DE FORMATION DE LA POPULATION ADULTE? Le niveau de formation indique le pourcentage d individus d une population qui ont atteint un niveau d enseignement donné et sont titulaires d un diplôme de ce niveau d enseignement. Il sert souvent d indicateur du capital humain et du niveau de compétence des individus en d autres termes, des compétences associées à un niveau d enseignement donné et disponibles dans la population en général, et la main-d œuvre en particulier. En ce sens, les qualifications certifient le type de connaissances et de compétences que les diplômés ont acquises durant leurs études dans le cadre institutionnel, tout en donnant des informations à leur sujet. L élévation du niveau de formation est associée à différentes retombées positives, tant au niveau des individus que de la société. Les données des éditions précédentes de Regards sur l éducation ont ainsi mis en évidence que les individus dont le niveau de formation est élevé font généralement preuve d un meilleur état de santé, d un plus grand engagement social, et de taux d emploi et de revenus relatifs plus élevés. En outre, l élévation du niveau de formation dans le cadre institutionnel est également associée à de meilleurs niveaux de maîtrise de compétences clés telles que la littératie et la numératie. Les individus sont donc fortement incités à poursuivre leurs études et les gouvernements, à offrir les infrastructures et l organisation adéquates à l appui de l élévation du niveau de formation de leur population. Au cours des dernières décennies, la quasi-totalité des pays de l OCDE ont assisté à une augmentation sensible du niveau de formation de leurs citoyens, notamment chez les jeunes générations. Le graphique 1.1 présente, pour les pays de l OCDE, le niveau de formation des adultes, selon qu ils sont plus jeunes ou plus âgés (âgés de 25 à 34 ans ou de 55 à 64 ans). La répartition se fait entre trois niveaux agrégés d enseignement : inférieur au deuxième cycle du secondaire ; deuxième cycle du secondaire ou post-secondaire non tertiaire ; et tertiaire. Dans la plupart des pays de l OCDE, plus de quatre jeunes adultes sur cinq sont au moins diplômés du deuxième cycle du secondaire, ce qui signifie que moins de 20 % des individus de ce groupe d âge pâtissent d un faible niveau de qualification (inférieur au deuxième cycle du secondaire) (tableau 1.4). Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

13 CHAPITRE 1 Quel est le niveau de formation de la population adulte? Graphique 1.1. Niveau de formation des adultes, selon qu'ils sont plus jeunes ou plus âgés (2013) Individus âgés de 25 à 34 ans et de 55 à 64 ans Remarque : le Japon ne disposant pas de donnés ventilées entre le niveau inférieur au deuxième cycle du secondaire et le deuxième cycle du secondaire ou l enseignement post-secondaire non tertiaire, il ne figure pas dans ce graphique. 1. Année de référence : Année de référence : Les pays sont classés par ordre croissant du pourcentage d individus âgés de 25 à 34 ans dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire. Source : OCDE. Tableau 1.4. Voir les notes à l'annexe ( À l autre extrémité du spectre de formation, en moyenne, dans les pays de l OCDE, 40 % des jeunes adultes sont diplômés de l enseignement tertiaire. D importantes variations nationales s observent toutefois par rapport à cette moyenne : au Canada, en Corée, en Irlande et au Japon, la majorité des jeunes adultes sont diplômés de l enseignement tertiaire, alors que moins de 30 % des individus de ce groupe d âge sont dans ce cas en Allemagne, en Autriche, en Italie, au Mexique, au Portugal, en République tchèque et en Turquie, ainsi qu au Brésil et en Colombie parmi les pays partenaires. Il convient toutefois de noter que la filière professionnelle du deuxième cycle du secondaire est très développée en Allemagne, en Autriche, en République slovaque et en République tchèque : parmi les jeunes adultes, 60 %, voire davantage, y sont ainsi diplômés du deuxième cycle du secondaire, et peu nombreux sont ceux dont le niveau de formation est inférieur à ce niveau d enseignement (avec des pourcentages s établissant respectivement à 13 %, 11 %, 6 % et 6 %). Ces pays se classent donc dans la catégorie de pays où les pourcentages de jeunes adultes peu qualifiés sont faibles, à l inverse de l Italie, du Mexique, du Portugal et de la Turquie, où ces pourcentages sont parmi les plus élevés (graphique 1.1). Évolution du niveau de formation : Entre 2000 et 2013, le nombre de diplômés du deuxième cycle du secondaire (ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire) et de l enseignement tertiaire n a cessé 12 Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE 2015

14 Quel est le niveau de formation de la population adulte? CHAPITRE 1 d augmenter dans les pays de l OCDE, entraînant par là-même un recul du pourcentage d individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire. En moyenne, dans les pays de l OCDE, le pourcentage d adultes âgés de 25 à 64 ans dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire a ainsi diminué d environ 11 points de pourcentage entre 2000 et 2013, passant de plus d un tiers de la population adulte (34 %) à moins d un quart (23 %) au cours de cette période. Alors que le pourcentage de la population dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire a reculé entre 2000 et 2013, celui des diplômés de l enseignement tertiaire (programmes de recherche de haut niveau compris) a augmenté de quelque 10 points de pourcentage. En 2013, dans les pays de l OCDE, un adulte sur trois environ (33 %), en moyenne, était ainsi diplômé de l enseignement tertiaire (tableau 1.4). L augmentation du nombre de diplômés de l enseignement tertiaire s explique en grande partie par l allongement des études parmi les jeunes générations par comparaison avec les générations plus âgées. Entre 2000 et 2013, le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est resté systématiquement plus élevé parmi les jeunes adultes (25-34 ans) que parmi les adultes plus âgés (55-64 ans). En outre, en moyenne, dans les pays de l OCDE, les jeunes adultes n ont cessé de voir leur niveau de formation augmenter au cours de cette période. En 2000, 26 % des ans étaient diplômés de l enseignement tertiaire, contre seulement 15 % des ans. En 2013, cette proportion de diplômés de l enseignement tertiaire avait augmenté d environ 9 points de pourcentage depuis 2000 parmi les adultes plus âgés, mais de 14 points de pourcentage parmi les jeunes adultes, s établissant désormais à 24 % chez les premiers et à 40 % chez les seconds. Dans les pays membres ou partenaires de l OCDE disposant de données pour toutes les années de référence, le pourcentage de jeunes adultes diplômés de l enseignement tertiaire a augmenté entre 2000 et 2013 (tableau 1.4). Un écart entre les générations s observe également parmi les adultes peu qualifiés : en 2013, en moyenne, dans les pays de l OCDE, seuls 17 % des jeunes adultes (25-34 ans) avaient un niveau de formation inférieur au deuxième cycle du secondaire, contre 34 % des adultes plus âgés (55-64 ans). En 2000, dans de nombreux pays, plus de la moitié des adultes plus âgés avaient un niveau de formation inférieur au deuxième cycle du secondaire. En 2013, parmi les adultes non diplômés du deuxième cycle du secondaire, l écart entre les plus âgés et les plus jeunes représentait plus de 20 points de pourcentage en Australie, en Belgique, en Corée, en Espagne, en Finlande, en France, en Grèce, en Irlande, en Italie, au Mexique, aux Pays-Bas, au Portugal, en Slovénie et en Turquie. Si des progrès ont été réalisés dans tous les pays, il n en demeure pas moins qu encore aujourd hui, les cinq pays de l OCDE affichant la plus forte proportion d adultes plus âgés peu qualifiés (soit l Espagne, l Italie, le Mexique, le Portugal et la Turquie) sont aussi ceux où l on trouve la plus forte proportion de jeunes adultes peu qualifiés. Cette dernière est supérieure à 30 % en Espagne et au Portugal, et passe même la barre des 50 % au Mexique et en Turquie. Parmi les cinq pays de l OCDE susmentionnés, le pourcentage de jeunes adultes non diplômés du deuxième cycle du secondaire n est inférieur à 30 % qu en Italie (tableau 1.4). Dans l ensemble, le pourcentage de jeunes adultes peu qualifiés a reculé d environ 8 points de pourcentage, en moyenne, dans les pays de l OCDE, passant de 25 % en 2000 à 17 % en À rebours de cette tendance générale, certains pays de l OCDE (à savoir le Danemark, l Estonie, la Lettonie et la Norvège) ont vu le pourcentage de leurs jeunes adultes peu qualifiés augmenter au cours de cette période (tableau 1.4). Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

15 CHAPITRE 1 Quel est le niveau de formation de la population adulte? En 2013, dans la population adulte (âgée de 25 à 64 ans), les hommes de la plupart des pays de l OCDE étaient plus susceptibles que les femmes d avoir un niveau de formation inférieur au deuxième cycle du secondaire, bien que l écart entre les sexes ne soit pas très marqué dans certains pays. Toutefois, dans plusieurs pays, cet écart était supérieur à 4 points de pourcentage en faveur des hommes : c était le cas au Brésil, en Espagne, en Estonie, en Finlande, en Irlande, en Lettonie et au Portugal. En 2000, c est un tout autre tableau qui prévalait : seule l Irlande enregistrait un écart entre les sexes en faveur des hommes supérieur à 4 points de pourcentage, et six pays affichaient un écart entre les sexes en faveur des femmes supérieur à 10 points de pourcentage (l Australie, l Autriche, la Corée, l Islande, la République tchèque et le Royaume-Uni) (tableau 1.4). Le graphique 1.2 montre qu en moyenne, dans les pays à l étude, parmi les jeunes adultes (25-34 ans), 18 % des hommes ne sont pas diplômés du deuxième cycle du secondaire, contre 15 % des femmes. En Australie, au Brésil, en Colombie, au Danemark, en Estonie, en Grèce, en Islande, en Italie, en Lettonie et en Norvège, l écart entre les sexes en faveur des femmes parmi les jeunes adultes est supérieur à 5 points de pourcentage, et dépasse même 10 points de pourcentage en Espagne et au Portugal. C est l inverse qui s observe en Turquie, où le pourcentage de jeunes femmes non diplômées du deuxième cycle du secondaire est supérieur d environ 10 points de pourcentage à celui des jeunes hommes (tableau 1.4). Graphique 1.2. Pourcentage de jeunes adultes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire, selon le sexe (2013) Individus âgés de 25 à 34 ans Remarque : le Japon ne disposant pas de donnés ventilées entre le niveau inférieur au deuxième cycle du secondaire et le deuxième cycle du secondaire ou l enseignement post-secondaire non tertiaire, il ne figure pas dans ce graphique. 1. Année de référence : Année de référence : Les pays sont classés par ordre décroissant de la différence de pourcentage d'individus âgés de 25 à 34 ans dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire entre les hommes et les femmes. Source : OCDE. Tableau 1.4. Voir les notes à l'annexe ( 14 Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE 2015

16 Quel est le niveau de formation de la population adulte? CHAPITRE 1 Diplômés du deuxième cycle du secondaire et importance de l éducation et de la formation professionnelles (EFP) Malgré l augmentation du nombre de diplômés de l enseignement tertiaire, le deuxième cycle du secondaire reste le niveau de formation le plus souvent atteint dans la plupart des pays de l OCDE : le pourcentage d adultes (25-64 ans) diplômés au plus du deuxième cycle du secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (en moyenne, environ 44 %) est plus élevé que le pourcentage d adultes diplômés de tout autre niveau d enseignement. En Allemagne, en Autriche, en Pologne, en République slovaque et en République tchèque, plus de 60 % des adultes sont diplômés au plus de ce niveau d enseignement (tableau 1.2). Dans les pays de l OCDE, le deuxième cycle du secondaire se divise en deux grandes filières d enseignement : i) la filière dite «générale», souvent conçue pour préparer les élèves à la poursuite de leurs études à un niveau supérieur ; et ii) la filière dite «professionnelle», axée sur l éducation et la formation professionnelles (EFP). Selon la Classification internationale type de l éducation (CITE-97), l EFP se définit comme un «enseignement principalement destiné à permettre aux participants d acquérir des compétences pratiques, le savoir-faire et les connaissances qu ils emploieront dans un métier, une profession ou un ensemble de professions et de métiers. Les élèves qui ont suivi ces programmes avec succès obtiennent un titre utilisable sur le marché du travail et reconnu par les instances compétentes du pays qui l a décerné» (UNESCO, 1997). Le nombre de diplômés à l issue d une formation en filière professionnelle varie de façon très marquée entre les pays de l OCDE. Dans l ensemble, si au moins un adulte sur deux est au plus diplômé de la filière professionnelle du deuxième cycle du secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire en Allemagne, en Autriche, en Hongrie, en République slovaque, en République tchèque et en Slovénie, ils sont moins d un sur dix dans ce cas en Espagne, en Israël et en Turquie (tableau 1.2). Le graphique 1.3 montre que les hommes sont plus nombreux que les femmes parmi les diplômés de la filière professionnelle du deuxième cycle du secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire, avec 37 % d hommes titulaires de ce type de diplôme, en moyenne, dans les pays de l OCDE, contre 31 % de femmes. Les hommes sont également plus susceptibles que les femmes d être diplômés au plus du deuxième cycle du secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (filières générale et professionnelle confondues) : environ 47 % des hommes sont dans ce cas, contre 42 % de femmes. En Australie, en Estonie, en Fédération de Russie, en Hongrie, en Islande et en Slovénie, l écart entre les sexes est largement supérieur à la moyenne, s établissant à environ 10 points de pourcentage, voire davantage. La situation inverse ne s observe qu en Allemagne et en Suisse, où les femmes sont plus nombreuses que les hommes à avoir au plus un diplôme du deuxième cycle du secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (tableau 1.2). En Espagne et au Mexique, parmi les jeunes adultes, le pourcentage de diplômés du deuxième cycle du secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (s établissant respectivement à 24 % et 23 %) est inférieur au pourcentage de non-diplômés du deuxième cycle du secondaire ou de diplômés de l enseignement tertiaire. En Espagne, même lorsque l on calcule le pourcentage de diplômés du deuxième cycle du secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire à l échelle de l ensemble de la population adulte (22 %), il reste inférieur au pourcentage de diplômés de tout autre niveau d enseignement. Au Mexique, la majorité des jeunes adultes (52 %) n atteignent pas le Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

17 CHAPITRE 1 Quel est le niveau de formation de la population adulte? deuxième cycle du secondaire ; leur pourcentage est donc inférieur parmi les diplômés des niveaux plus élevés d enseignement. En Espagne, 41 % des jeunes adultes sont diplômés de l enseignement tertiaire, tandis que 35 % n ont pas atteint le deuxième cycle du secondaire. Il semble donc que dans ce pays, les jeunes adultes qui arrivent au terme du deuxième cycle du secondaire sont plus susceptibles de poursuivre leurs études dans l enseignement tertiaire (tableau 1.4). Graphique 1.3. Pourcentage d'adultes diplômés au plus du deuxième cycle du secondaire ou de l'enseignement post-secondaire non tertiaire, selon la filière d'enseignement et le sexe (2013) Individus âgés de 25 à 64 ans Remarque : les données ventilées par filière (professionnelle ou générale) ne sont pas disponibles et ne sont donc pas présentées pour les pays suivants : Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Brésil, Chili, Chine, Colombie, Corée, États-Unis, Inde, Indonésie, Japon, Mexique, Norvège, Pologne, Portugal et Royaume-Uni. 1. Année de référence : Les pays sont classés par ordre croissant du pourcentage de femmes adultes diplômées au plus du deuxième cycle du secondaire ou de l'enseignement post-secondaire non tertiaire. Source : OCDE. Tableau 1.2. Voir les notes à l'annexe ( Diplômés de l enseignement tertiaire Comme mentionné précédemment, parmi les diplômés de l enseignement tertiaire, l écart entre adultes plus jeunes et plus âgés est marqué. Dans les pays membres ou partenaires de l OCDE, les jeunes adultes sont plus nombreux que les adultes plus âgés à être diplômés de ce niveau d enseignement, et ce dans tous les pays à l exception d Israël. En moyenne, la différence s établit à environ 15 points de pourcentage, allant d environ 2 points de pourcentage en Allemagne à plus de 50 points de pourcentage en Corée (tableau 1.2). 16 Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE 2015

18 Quel est le niveau de formation de la population adulte? CHAPITRE 1 Graphique 1.4. Pourcentage de jeunes adultes diplômés de l'enseignement tertiaire (2000 et 2013) Individus âgés de 25 à 34 ans Remarque : les données du Brésil, de la Colombie, de la Fédération de Russie et d'israël ne sont pas présentées dans ce graphique car pour ces pays, les données de 2000 n'étaient pas disponibles. Les pays sont classés par ordre décroissant de la différence de pourcentage d'individus âgés de 25 à 34 ans diplômés de l'enseignement tertiaire entre 2013 et Source : OCDE. Tableau 1.4. Voir les notes à l'annexe ( En outre, parmi les diplômés de ce niveau d enseignement, l écart entre les sexes s inverse selon que l on considère les adultes plus jeunes ou plus âgés. En moyenne, les femmes âgées de 25 à 34 ans sont sensiblement plus nombreuses que les hommes du même âge parmi les diplômés de l enseignement tertiaire (respectivement 46 % et 35 %), alors que la tendance inverse s observe chez les femmes et les hommes âgés de 55 à 64 ans (respectivement 24 % et 26 %). Le graphique 1.4 montre qu en moyenne, entre 2000 et 2013, le pourcentage de jeunes adultes diplômés de l enseignement tertiaire a augmenté de 14 points de pourcentage. C est en Allemagne et en Finlande que cette hausse est la moins prononcée (moins de 5 points de pourcentage d augmentation), alors qu elle atteint 25 points de pourcentage, voire davantage, en Corée, au Luxembourg et en Pologne (tableau 1.4). En Australie, en Estonie, en Irlande, en Israël, en Lettonie, au Luxembourg, en Norvège, en Pologne, au Royaume-Uni et en Suède, au moins une jeune femme sur deux (âgée de 25 à 34 ans) est diplômée de l enseignement tertiaire, et au Canada, en Corée, en Fédération de Russie et au Japon, elles sont plus de 60 % dans ce cas. La situation est néanmoins tout à fait différente parmi les jeunes hommes : la Corée et le Japon sont ainsi les seuls pays où plus d un jeune homme sur deux est diplômé de l enseignement tertiaire (tableau 1.3). Dans l ensemble, les données de cet indicateur mettent en évidence l expansion des possibilités d élévation du niveau de formation dans les systèmes d éducation des pays de l OCDE au cours des dernières années : de plus en plus d individus accèdent à des niveaux d enseignement plus élevés. En constante augmentation depuis 2000, le capital humain des Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

19 CHAPITRE 1 Quel est le niveau de formation de la population adulte? pays de l OCDE atteint chaque année de nouveaux sommets une croissance principalement alimentée par l élévation du niveau de formation des jeunes générations. Définitions Groupes d âge : le terme «adultes» désigne la population âgée de 25 à 64 ans ; l expression «jeunes adultes», la population âgée de 25 à 34 ans ; et l expression «adultes plus âgés», la population âgée de 55 à 64 ans. Niveaux de formation : les niveaux de formation inférieurs au deuxième cycle de l enseignement secondaire correspondent aux niveaux 0, 1, 2 et 3C (formations courtes) de la CITE ; les niveaux de formation égaux au deuxième cycle de l enseignement secondaire ou à l enseignement post-secondaire non tertiaire correspondent aux niveaux 3A, 3B, 3C (formations longues) et 4 de la CITE ; et les niveaux de formation égaux à l enseignement tertiaire correspondent aux niveaux 5A, 5B et 6 de la CITE. Les niveaux de la CITE sont tous décrits dans le Guide du lecteur, au début du présent rapport. Méthodologie Pour la plupart des pays, les données relatives à la population et au niveau de formation proviennent des bases de données de l OCDE et d Eurostat qui ont été compilées à partir d enquêtes nationales sur la population active par le réseau LSO (Labour Market and Social Outcomes of Learning, réseau chargé d élaborer des données relatives aux retombées de l enseignement sur l économie, le marché du travail et la société) de l OCDE. Les données relatives au niveau de formation concernant l Afrique du Sud, l Arabie saoudite, l Argentine, la Chine, la Colombie et l Indonésie proviennent de la base de données sur le niveau de formation de la population âgée de 25 ans et plus de l Institut de statistique de l UNESCO (ISU). Les profils de niveau formation sont établis à partir du pourcentage d individus diplômés d un niveau d enseignement donné dans la population âgée de 25 à 64 ans. La plupart des pays de l OCDE classent les individus sans formation (les adultes illettrés ou ceux dont le niveau de formation ne s inscrit pas dans les classifications nationales) au niveau 0 de la CITE. Les moyennes des niveaux 0 (enseignement préprimaire) et 1 (enseignement primaire) de la CITE peuvent donc s en trouver affectées. Note concernant les données d Israël Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L utilisation de ces données par l OCDE est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international. Référence UNESCO (1997), «Classification internationale type de l éducation : CITE 1997», 18 Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE 2015

20 Quel est le niveau de formation de la population adulte? CHAPITRE 1 Tableaux du chapitre 1 Seul un extrait du tableau 1.1 est présenté dans ce chapitre. L intégralité des tableaux listés cidessous est disponible sur : RSERI2015.xlsx. Tableau 1.1 Niveau de formation de la population âgée de 25 à 64 ans (2013) Tableau 1.2 Tableau 1.3 Tableau 1.4 Pourcentage d'adultes diplômés du deuxième cycle du secondaire, selon le type de programme et le sexe (2013) Pourcentage d'adultes diplômés de l'enseignement tertiaire, selon le type de programme, le groupe d'âge et le sexe (2013) Évolution du niveau de formation, selon le sexe et le groupe d'âge, et taux de croissance annuelle moyen (2000, ) Regards sur l éducation Rapport intermédiaire : Mise à jour des indicateurs relatifs à l emploi et au niveau de formation OCDE

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire FRANCE Cette note sur la France se focalise sur trois grands thèmes que l on retrouve dans cette édition de Regards sur l éducation et qui concernent plus particulièrement la France. Il s agit de l environnement

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale

Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale N o 81-604-X au catalogue ISSN : ISSN 1920-5929 Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale 2013 Division du tourisme et du Centre de la statistique de l éducation Téléphone :

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Combien y a-t-il d'élèves par classe?

Combien y a-t-il d'élèves par classe? Extrait de : Regards sur l'éducation 8 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/978926649-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (9),, dans Regards sur l'éducation 8 :

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Novembre 2011 Droit de libre circulation et de séjour des citoyens

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté?

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? ISBN 978-92-64-6795- Perspectives de l emploi de l 29 Faire face à la crise de l emploi 29 Chapitre 3 Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? L emploi réduit considérablement le risque

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Education Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Comment passer de "bon" à "très bon"? "Les clés de l amélioration des systèmes scolaires" est le titre du nouveau rapport publié par McKinsey

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

CAHIERS. Parités de pouvoir d achat : mesure et utilisations STATISTIQUES. Dans ce numéro. Que sont les PPA? mars 2002. nº 3

CAHIERS. Parités de pouvoir d achat : mesure et utilisations STATISTIQUES. Dans ce numéro. Que sont les PPA? mars 2002. nº 3 CAHIERS STATISTIQUES Parités de pouvoir d achat : mesure et utilisations mars 2002 nº 3 par Paul Schreyer et Francette Koechlin Comment procéder à des comparaisons internationales de données économiques

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Programme «Lecteurs Formateurs»

Programme «Lecteurs Formateurs» [Objectifs : Programme «Lecteurs Formateurs» Promotion de la langue française par l internationalisation des jeunes Jeunes diplômés en philologie romane, en traduction, en philologie classique ou autres

Plus en détail

Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN OCDE. Une comparaison internationale

Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN OCDE. Une comparaison internationale Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement OCDE L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN Une comparaison internationale CENTRE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION DANS L ENSEIGNEMENT L INVESTISSEMENT

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE 2010, Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé, OCDE Département des Affaires Économiques, Note de politique économique,

Plus en détail

Bourses de mobilité des étudiants et membres du personnel de l UMONS Année académique 2014-2015

Bourses de mobilité des étudiants et membres du personnel de l UMONS Année académique 2014-2015 Bourses de mobilité des étudiants et membres du personnel de l UMONS Année académique 2014-2015 A) Règles d attribution Mobilité des ETUDIANTS 1 Les bourses de mobilités octroyées à l UMONS proviennent

Plus en détail

RAPPORT. (préparé par le Secrétariat)

RAPPORT. (préparé par le Secrétariat) FR COMMISSION DES FINANCES UNIDROIT 2011 70 ème session AG/Comm. Finances (70) 9 Rome, 29 septembre 2011 Original: français septembre 2011 RAPPORT (préparé par le Secrétariat) Sommaire Action demandée

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

PISA 2012 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la cinquième enquête PISA auprès des élèves de fin de scolarité obligatoire

PISA 2012 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la cinquième enquête PISA auprès des élèves de fin de scolarité obligatoire PISA 2012 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la cinquième enquête PISA auprès des élèves de fin de scolarité obligatoire Ouvrage coordonné par Christian Nidegger PISA 2012 : Compétences des

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants PROGRAMME ERASMUS+ Le programme Erasmus+ concerne les mobilités réalisées dans le cadre d un des accords Erasmus de Sciences Po Grenoble dans les pays suivants : 27 Etats membres de l Union Européenne

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international N o 81-599-X au catalogue Issue n o 008 ISSN : 1709-8661 ISBN : 978-1-100-98615-9 Feuillet d information Indicateurs de l éducation au Niveau de scolarité et emploi : le dans un contexte international

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Les réformes récentes des retraites et leur impact redistributif

Les réformes récentes des retraites et leur impact redistributif Extrait de : Panorama des pensions 213 Les indicateurs de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-213-fr Les réformes récentes des retraites et leur impact

Plus en détail

FORMALITES DOUANIERES

FORMALITES DOUANIERES FORMALITES DOUANIERES En France métropolitaine, pour les envois intra-métropole et vers les pays de l Union Européenne, toute vente de marchandise est soumise à la TVA. En revanche, les marchandises exportées

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS

Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS Our mission : Educating Responsible Leaders For a Responsible World LSM the Business School of UCL

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 OBJECTIFS - Soutenir la mobilité internationale des étudiants lorrains au sein des cursus universitaires

Plus en détail

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Table des matières Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell...

Plus en détail

Facilitez vos démarches, Étudiants étrangers. renseignez-vous avant de vous déplacer DÉMARCHES ADMINISTRATIVES. www.prefecturedepolice.

Facilitez vos démarches, Étudiants étrangers. renseignez-vous avant de vous déplacer DÉMARCHES ADMINISTRATIVES. www.prefecturedepolice. Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer DÉMARCHES ADMINISTRATIVES Étudiants étrangers Pour obtenir une information ou connaître l adresse du point d accueil le plus proche de chez

Plus en détail

REJOIGNEZ LES MEILLEURS COIFFEURS D'EUROPE SANS PLUS TARDER

REJOIGNEZ LES MEILLEURS COIFFEURS D'EUROPE SANS PLUS TARDER REJOIGNEZ LES MEILLEURS COIFFEURS D'EUROPE SANS PLUS TARDER 10 décembre 2012 Chère Madame/Cher Monsieur, Chaque pays européen a son propre système national d'enseignement

Plus en détail

CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes)

CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes) 1 CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes) Nom légal complet de l établissement d envoi et code Erasmus

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

Les enfants laissés pour compte

Les enfants laissés pour compte UNICEF Centre de recherche Innocenti Bilan Innocenti 9 Les enfants laissés pour compte Tableau de classement des inégalités de bien-être entre les enfants des pays riches unissons-nous pour les enfants

Plus en détail

Kit Demande de Bourse Etude Erasmus 2014-2016

Kit Demande de Bourse Etude Erasmus 2014-2016 CESI-ERA- 1415 - Informations Programme Erasmus ERASMUS 2014-2016 Période d Etude Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour une

Plus en détail

Dépenses publiques de soins de santé et de soins de longue durée : une nouvelle série de projections

Dépenses publiques de soins de santé et de soins de longue durée : une nouvelle série de projections n 06 JUIN 2013 Dépenses publiques de soins de santé et de soins de longue durée : une nouvelle série de projections UN RAPPORT «OBJECTIF CROISSANCE» Dépenses publiques de soins de santé et de soins de

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE Lancement de la publication Paris, 30 janvier 2014 VIEILLISSEMENT ET POLITIQUES DE L EMPLOI MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE RAPPORT DE L OCDE SUR LA FRANCE Stefano Scarpetta, Directeur Anne Sonnet, Responsable

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

Quelle garantie pour vos dépôts?

Quelle garantie pour vos dépôts? Imprimé www.lesclesdelabanque.com PEFC par une imprimerie détentrice avec des encres végétales sur du papier marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées.

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

apparentés), titulaires d un diplôme ou d un titre paramédical européen, souhaitant exercer en région Nord Pasde-Calais et délivrées par les DRJSCS*

apparentés), titulaires d un diplôme ou d un titre paramédical européen, souhaitant exercer en région Nord Pasde-Calais et délivrées par les DRJSCS* L équivalence Les autorisations des diplômes d exercice étrangers en France dans le pour les ressortissants secteur du paramédical européens (ou apparentés), titulaires d un diplôme ou d un titre paramédical

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail