Calcul des intégrales multiples. Abdesselam BOUARICH Université Sultan Moulay Slimane Faculté des sciences de Beni Mellal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Calcul des intégrales multiples. Abdesselam BOUARICH Université Sultan Moulay Slimane Faculté des sciences de Beni Mellal"

Transcription

1 Calcul des intégrales multiples Abdesselam BOUARICH Université Sultan Moulay Slimane Faculté des sciences de Beni Mellal

2 2

3 Table des matières 1 Intégrales doubles éfinitions et propriétés Construction de l intégrale double Propriétés algébriques de l intégrale double Méthodes de calcul d une intégrale double Théorème de Fibini Changement de variables Formule de Green-Riemann Intégrales doubles généralisées Cas d une fonction positive Cas d une fonction de signe quelconque Intégrales de surfaces Géométrie affine des surfaces classiques de R Surfaces définies par une équation implicite F(x, y, z) = Surfaces paramétriques Surfaces de révolution éfinition et propriétés des intégrales de surfaces Flux d un champ de vecteurs à travers une surface orientable Surfaces orientables dans l espace R Flux d un champ de vecteurs Formule de Stokes Intégrales triples éfinition et propriétés Méthodes de calcul d une intégrale triple Formule de Fubini Changement de variables Théorème d Ostrigradski-Gauss Intégrales triples généralisées

4 4 TABLE ES MATIÈRES

5 Chapitre 1 Intégrales doubles Objectifs : L étude de ce chapitre doit vous permettre de : 1. savoir calculer une intégrale double en utilisant la formule de Fubini; 2. savoir effectuer un changement de variables au sein d une intégrale double; 3. savoir appliquer la formule de Green-Riemann; 4. comprendre que les intégrales doubles généralisées convergent si elles sont absolument convergente.

6 éfinition 2. Les deux nombres réels suivants s appellent respectivement : somme de arboux inférieure et somme de arboux supérieure. 6 CHAPITRE 1. INTÉGRALES OUBLES ans ce chapitre, on se propose d établir des formules avec lesquelles on sera en mesure de calculer l aire d un domaine plan ou le volume d un domaine de l espace R 3 qui est limité par le graphe d une fonction bornée f(x, y). Les formules qu on va établir seront appelées intégrales doubles car, comme on va le voir; elles seront exprimé par deux intégrales simples itérées qui portent la fonction f(x,y) et sur son domaine de définition. 1.1 éfinitions et propriétés Construction de l intégrale double éfinition 1. On appelle domaine élémentaire du plan R 2 toute partie R 2 définie par comme suit, = {(x,y) R 2 /a x b et f 1 (x) y f 2 (x)} où f 1,f 2 : [a,b] R sont deux fonctions continues. Quand, une partie bornée fermée R 2 est réunion finie de domaines élémentaires on l appellera compacte élémentaire. a b Figure 1.1 Compacts élémentaires du plan R 2 Considérons un domaine élémentaire = {(x,y) R 2 /a x b et f 1 (x) y f 2 (x)} et f : R une fonction bornée. On désigne par [c,d] le segment obtenu en projetant le domaine sur l axe Oy. Ensuite, partageons les deux segments [a, b] et [c, d] respectivement en m et n portions, a = x 1 < x 2 < < x m = b et c = y < y 1 < < y n = d. Il est clair que si pour tout couple d indices i m et j n on pose R i,j = [x i,x i+1 ] [y j,y j+1 ] ondéfinitainsi unesubdivisiondudomaineélémentaire quiseradésignée par, Π() = {(x i,y j ) R 2 / i m, j n}. Enfin, notons que puisque la fonction f : R est bornée les deux nombres réels suivants sont donc finis, m i,j = inf{f(x,y)/(x,y) R i,j } et M i,j = sup{f(x,y)/(x,y) R i,j }.

7 1.1. et ÉFINITIONS ET PROPRIÉTÉS 7 S(f,Π()) = (x i+1 x i )(y j+1 y j )M i,j (1.2) R i,j Figure 1.2 olume limité par et le graphe de f(x,y) Maintenant, puisqu on sait que le nombre réel (x i+1 x i )(y j+1 y j )M i,j (resp. (x i+1 x i )(y j+1 y j )M i,j ) mesure le volume du parallèlépipde de base R i,j et de hauteur M i,j (resp. m i,j ); ceci nous permet d interpréter la somme de arboux supérieure S(f,Π()) comme une mesure par excès du volume de la domine R 3 qui est limitée par le domaine élémentaire et le graphe de la fonction bornée f. e même, on peut interpréter la somme de arboux inférieure σ(f, Π()) peut être interpréter comme une mesure par défaut du domaine. éfinition 3. On garde les notations introduites ci-dessus. ans chaque rectangle R i,j de la subdivision Π() on fixe un point ζ i,j R i,j. Le nombre réel, R(f,Π(),ζ i,j ) = i=m 1 i= j=n 1 j= f(ζ i,j )(x i+1 x i )(y j+1 y j ) (1.3) s appelle somme de Riemann associée à la fonction bornée f et à la subdivision Π() munie des points ζ i,j R i,j. On vérifie facilement que les trois sommes définies ci-dessus satisfont aux propriétés suivantes : 1. Pour toute subdivision Π() d un domaine élémentaire [a,b] [c,d] et pour tout choix de points ζ i,j R i,j on a la double inégalité, σ(f,π()) R(f,Π(),ζ i,j ) S(f,Π()). (1.4) 2. La somme inférieure de arboux σ(f,π()) augmente au fur et à mesure que la subdivision Π() devient fine. 3. Tandis que la somme supérieure de arboux S(f,Π()) démunie au fur et à mesure que la subdivision Π() devient fine. éfinition 4. Soit R 3 un domaine élémentaire et f : R une fonction bornée. 1. On dira que la fonction f est intégrable au sens de arboux sur le domaine si ses sommes de arboux inférieure et supérieure sont égales, sup{σ(f,π())/π()} = inf{s(f,π())/π()}. 2. On dira que la fonction f est intégrable au sens de Riemann sur le domaine si la somme de Riemann R(f,Π(),ζ i,j ) admet une limite finie quand x i+1 x i et y j+1 y j tendent vers zéro. 3. Si f : R est intégralble au sens de Riemann ou au sens de arboux on notera les trois limits égales, lim x i+1 x i y j+1 y j R(f,Π(),z i,j ) = sup{σ(f,π())/π()} = inf{s(f,π())/π()} par le symbole f(x,y)dxdy qui se lit intégrale double de la fonction f sur le do-

8 8 CHAPITRE 1. INTÉGRALES OUBLES Théorème 1. Soit R 2 un compact élémentaire. Alors toute fonction continue f : R est intégrable au sens de Riemann. émonstration. Admise. Pour achever ce paragraphe consacré à la construction de l intégrale double d une fonction bornée f : R, notons qu on a les faits suivants : 1. Si on prend f(x,y) = 1 alors par construction de l intégrale double on déduit que l aire du domaine est donnée par, Aire() = dxdy (1.5) 2. L intégrale double f(x,y)dxdy mesure le volume algébrique du domaine R 3 limité par le domaine élémentaire et par le graphe de la fonction bornée f. 3. Si par exemple le domaine élémentaire R 2 désigne une plaque métallique dont la densité de masse (resp. temperature) est donnée en chaque point (x,y) par une fonction bornée f(x, y), alors; interpréter l intégrale double f(x,y)dxdy mesure la masse totale (resp. temperature moyenne) de la plaque métallique Propriétés algébriques de l intégrale double ans ce paragraphe, nous donnerons quelques propriétés de nature algébrique de l intégrale double. Ces propriétés se démontrent facilement à partir des sommes de arboux et de Riemann. Proposition 1. L intégrale double au sens de Riemann d une fonction bornée sur un compact élémentaire vérifie les propriétés suivantes : 1. L intégrale double est linéaire : Soient R 2 un domaine élémentaire et f,g : R deux fonctions intégrales. Alors pour tous réels λ et µ on a, (λf(x,y)+µg(x,y))dxdy = λ f(x,y)dxdy +µ g(x, y)dxdy 2. L intégrale double est additif : Soient 1 et 2 sont deux domaines élémentaires de R 2 dont l intersection 1 2 est vide ou égale à une courbe plane. Alors pour toute fonction intégrable f : 1 2 R on a, f(x,y)dxdy = f(x,y)dxdy + f(x,y)dxdy L intégrale double est croissante : Si pour tout (x,y) mathcal on a f(x,y) alors, f(x,y)dxdy ; Si la fonction f(x,y) est positive sur le domaine alors pour tout sous domaine élémentaire on a, f(x,y)dxdy f(x, y)dxdy. Si f,g : R sont deux fonctions intégrables telles que f(x,y) g(x,y) sur le

9 1.2. MÉTHOES E CALCUL UNE INTÉGRALE OUBLE 9 Proposition 2. Soit un domaine élémentaire et f : R une fonction bornée intégrable. Alors on a l inégalité : f(x,y)dxdy f(x,y) dxdy sup{ f(x,y) /(x,y) }Aire() En particulier, si Aire() = alors on a f(x,y)dxdy =. 1.2 Méthodes de calcul d une intégrale double Cette section sera entièrement consacrée aux méthodes de calcul des intégrales doubles. Pour assurer une bien assimilation des méthodes que nous avons étudier ci-dessous, nous les avons suivi par des exemples de calcul d illustration Théorème de Fibini Théorème 2. Soit R 2 un domaine élémentaire et f : R une fonction continue. Si le domaine est défini par, {(x,y) R 2 /a x b,f 1 (x) y f 2 (x)} = {(x,y) R 2 /c y d,g 1 (y) x g 2 (y)} alors l intégrable double de la fonction f(x,y) est égale à, b f2 (x) f(x,y)dxdy = ( f(x,y)dy)dx = a f 1 (x) d c ( g2 (y) émonstration. Idée de la démonstration : Puisque la fonction f(x, y) est continue son intégrale double g 1 (y) f(x, y)dx)dy f(x,y)dxdy peut être donc approchée par la somme de Riemann associée à une subdivision Π() et un choix de points ζ i,j R i,j : R(f,Π(),z i,j ) = = i=m 1 i= j=n 1 j= i=m 1 j=n 1 i= [ j= f(ζ i,j )(x i+1 x i )(y j+1 y j ) f(ζ i,j )(y j+1 y j )](x i+1 x i ) Intuitivement, si dans un premier temps on fait tendre y j+1 y j vers zéro dans la quantité mise entre crochet tout en laissant x i+1 x i fixe on obtient une intégrale simple de type f(x,y)dy dont les bornes dépendent naturellement de la variable x. Ainsi, si par suite on fait tendre x i+1 x i vers zéro on obtient une intégrale double égale à l itération de deux intégrales simples de la forme, [ f(x, y)dy]dx. Corollaire 1. Sur un rectangle = [a, b] [c, d] l intégrale double d une fonction continue b d d b f(x,y) est donnée par, f(x,y)dxdy = ( f(x,y)dy)dx = ( f(x, y)dx)dy. a c c a b d En particulier, si f(x,y) = F(x)G(y) alors on a f(x,y)dxdy = ( F(x)dx)( G(y)dy). Exemple 1. 1) Calculons l intégrale double (x 2 +y 2 )dxdy où désigne le triangle limité a c

10 Pour calculer l aire du domaine nous allons appliquer la formule de Fubini à l intégrale double, 1 CHAPITRE 1. INTÉGRALES OUBLES 1 x x x 1 Figure 1.3 Triangle Pour calculer l intégrale double donnée nous allons appliquer la formule de Fubini. Pour cela nous allons définir le triangle analytiquement par les inégalités (voir figure) : = {(x,y) R 2 / x 1,x 1 y 1 x} (x 2 +y 2 )dxdy = = = ( 1 x x 1 (x 2 +y 2 )dy)dx [x 2 y + y3 3 ]1 x x 1 dx (2x 2 2x (1 x)3 1 3 (1 x)3 )dx = [ 2 3 x3 1 2 x (1 x) (1 x)4 ] 1 = 1 3 2) Calculons l aire du domaine circulaire limité par les deux cercles d équations analytiques (voir figure) : x 2 +y 2 = R 2 et (x R) 2 +y 2 = R 2. Figure 1.4 Intersection de deux disques

11 1.2. MÉTHOES E CALCUL UNE INTÉGRALE OUBLE 11 Observons que si on définit le domaine d intégration en fonction des coordonnées cartésiennes x et y par les inégalités, 3R 3R = {(x,y) R 2 / y et R R y 2 x R 2 y 2 } alors grâce à la formule de Fubini on peut écrire, Aire() = = 3R/2 3R/2 dxdy = 3R/2 3R/2 (2 R 2 y 2 R)dy. R 2 y 2 dy dx R R 2 y 2 Pour calculer l intégrale simple précédente nous allons effectuer le changement de variable y = Rsin(t) avec t [ π/3,π/3] : Aire() = π/3 π/3 = R 2 π/3 (2R cos(t) R)R cos(t)dt π/3 = R 2 [2 π ]. (1+cos(2t) cos(t))dt = R 2 [t+ 1 2 sin(2t) sin(t)]π/3 π/3 Exercice 1. Soit R 2 une partie bornée fermée non vide et f : R une fonction intégrable. Indiquer les bornes d intégration de l intégrale double, f(x,y)dxdy, dans les cas suivants : ı) 1 = {(x,y) R 2 /x a,y b,x+y 1+a+b}; ıı) 2 = {(x,y) R 2 /x 2 +y 2 ax,x 2 +y 2 ay}; ııı) 3 = {(x,y) R 2 /y x 2,1 x 2 y}. Exercice 2. écrire géométriquement le domaine d intégration des intégrales doubles données ci-dessous, ensuite, changer l ordre de leurs bornes d intégration x 2 dx f(x,y)dy, a a dx x+a x+a f(x,y)dy, 1 dy y y 2 f(x,y)dx, 2 1 dy y+2 y 2 f(x,y)dx Exercice 3. Calculer l aire du domaine plan limité par les courbes données : a) y = 4x x 2,y = x. b) y 2 = 2x,x 2 = 6y. c) y = x 3 2x,y6x x 3. Exercice 4. Calculer les intégrales doubles suivantes : a) dxdy où = {(x,y) R 2 /ax 2 y bx 2, c x y d } avec < a < b et < c < d. x b) dxdy où = {(x,y) R 2 /x 2 +y 2 1,x 2 +y 2 2y,x,y }. c) x 2 y 2 dxdy où est le tringle de sommets O = (,),A = (1,1) et B = (1, 1).

12 12 CHAPITRE 1. INTÉGRALES OUBLES Changement de variables ans ce paragraphe, étant donné un compact élémentaire et une fonction continue f : R; on se propose d étudier l influence du changement de variables dans la définition géométrique du domaine sur l expression de l intégrale double f(x, y)dxdy. Théorème 3 (Formule du changement de variables). Soient et deux domaines élémentaires du plan R 2. Soit T : une application bijective de classe C 1 dont les composantes sont désignées par (x(u,v),y(u,v)) = T(u,v). Si le déterminant de la matrice jacobienne de l application T(u,v) = (x(u,v),y(u,v)) est non nul sur le domaine alors pour toute fonction continue, f : R, on a la formule suivante dite de changement de variables : f(x,y)dxdy = f(x(u,v),y(u,v)) (x,y) (u,v) dudv (1.6) où (x,y) (u,v) = x y u v x y désigne le déterminant de la matrice jacobienne de l application v u différentiable T(u, v) = (x, y). émonstration. ans cette démonstration, pour guider notre imagination nous travaillerons avec la figure suivante : Figure 1.5 Changement de variables Pour calculer l intégrale double f(x,y)dxdy nous allons subdiviser le domaine en utilisant la famille des courbes C i = T(u i,v) et C j = T(u,v j) (oir la figure), et puis; nous allons considérer la somme de Riemann associée à la fonction f et aux données ci-dessus : i=m 1 i= j=n 1 j= f(ζ i,j )Aire(T(R i,j )) où R i,j = [u i,u i+1 ] [v j,v j+1 ]. Rappelons que la somme de Riemann tend vers l intégrale double de la fonction f(x,y) sur. Notons que puisque l application T : est bijective donc on peut trouver des points η i,j tels que T(η i,j ) = ζ i,j. autre part, observons que si on approche l aire du domaine T(R i,j ) par la norme du produit vectoriel T u (u i,v j ) T v (u i,v j ), ı j k x u (u y i,v j ) u (u i,v j ) = x x v (u y u (u i,v j ) y v (u i,v j ) x v (u i,v j ) y u (u i,v j ) = (x,y) (u,v) (u i,v j ) i,v j ) v (u i,v j ) on peut alors approcher la somme de Riemann précédente de la fonction f par l expression suivante, i=m 1 i= j=n 1 j= f T(η i,j ) (x,y) (u,v) (u i,v j ) (u i+1 u i )(v j+1 v j ). Ainsi, si on fait tendre les u i+1 u i et v j+1 v j vers zéro on la formule du changement de

13 1.2. MÉTHOES E CALCUL UNE INTÉGRALE OUBLE 13 Corollaire 2. Si T(r,θ) = (rcos(θ),rsin(θ)) réalise un changement de variables de sur, alors, pour toute fonction continue f : on a la formule de changement de variables en coordonnées polaires : f(x,y)dxdy = f(rcos(θ),rsin(θ))rdrdθ (1.7) Exemple 2. 1) Calculons l intégrale double (1 x 2 y 2 )dxdy où désigne le domaine limité par le quart du cercle de ration r = 1 centré en (,) et les demies droites x et y en passant en coordonnées polaires : x = rcos(θ) et y = rsin(θ). Notons qu en coordonnées polaires la fonction f(x,y) prend la forme 1 r 2 tandis que le domaine d intégration devient = {(r,θ)/ r 1, θ π 2. Ainsi, avec ces notations on applique la formule du changement de variables à l intégrale double donnée on obtient : (1 x 2 y 2 )dxdy = (1 r 2 )rdrdθ 2) Calculons l intégrale double = = π/2 π/2 = π 8. ( 1 (1 r 2 )rdr)dθ [ r2 2 r4 4 ]1 dθ x 2 +y 2 dxdy où = {(x,y) R 2 /r 2 x 2 + y 2 R 2 }. En passant en coordonnées polaires x = ρcos(θ) et y = ρsin(θ) on obtient : 2π R x 2 +y 2 dxdy = ( ρ 2 dr)dθ = 2π( R3 r 3 ) 3 Exercice 5. Calculer les intégrales doubles suivantes en utilisant un changement de variables. a) (x 2 +y 2 )dxdy où = {(x,y) R 2 /x 2 +y 2 x}. b) dxdy où est le domaine limité par la lemniscate de Bernoulli : ( x2 a 2 + y2 b 2)2 = x2 k 2 y2 h 2. r c) d) Figure 1.6 Lemniscate de Bernoulli : (x 2 +y 2 ) 2 = x 2 y 2 y a 2 +x 2dxdy où = {(x,y) R2 /x 2 +y 2 a 2,x,y }. cos( x y )dxdy où = {(x,y) R 2 /x + y 1,x,y 1} (Indication : poser

14 14 CHAPITRE 1. INTÉGRALES OUBLES Formule de Green-Riemann ans ce paragraphe, nous allons démontrer la formule de Green-Riemann qui relie les intégrales double sur un domaine à une intégrales curviligne d une forme différentielle de degré un le long du bord orienté du domaine. Avant qu on démontre la formule de Green-Riemann nous allons d abord préciser le sens géométrique de l adjectif : orienté. éfinition 5. Un domaine plan ( ou surface plane) R 2 est dit orienté positivement s il reste du côté gauche d un promeneur P qui se déplace dans le sens trigonométrique le long du bord (frontière) du domaine (oir figure). x y 1 y x y 2 x Figure 1.7 omaines de R 2 orientés positivement Notons que si en particulier la frontière d un domaine est constituée que par une seule composante alors pour orienter positivement il suffit qu on parcourt sa frontière dans le sens trigonométrique. Théorème 4. Soit R 2 un domaine élémentaire dont le bord est orienté positivement. Si ω = P(x,y)dx+Q(x,y)dy est une forme différentielle définie sur le domaine et de classe C 1 alors on a la formule de Green-Riemann : (P(x,y)dx+Q(x,y)dy) = ( Q x P (x,y) (x,y))dxdy (1.8) y émonstration. Supposons que le domaine élémentaire est défini par les inégalités suivantes, = {(x,y) R 2 /a x b,f 1 (x) y f 2 (x)} = {(x,y) R 2 /c y d,g 1 (y) x g 2 (y)} et parcourant sa frontière dans le sens trigonométrique pour l orienter positivement (oir la figure). Sous les hypothèses précédentes calculons l intégrale double En effet, si on applique la formule de Fubini on peut écrire : Q x (x,y)dxdy = d c g2 (y) Q ( g 1 (y) x (x,y))dx)dy Q x (x,y)dxdy.

15 x y 1.2. MÉTHOES E CALCUL UNE INTÉGRALE OUBLE 15 B y x A Figure 1.8 Orientation positive du domaine élémentaire d = Q(g 2 (y),y)dy (Q(g 1 (y),y)dy c c = Q(x,y)dy + Q(x,y)dy = Q(x,y).dy C 2 C 1 emêmelamêmefaçon,sionappliquelaformuledefubiniàl intégraledouble P on vérifie aisément qu on a, y (x,y)dxdy = P(x, y)dx. d P y (x,y)dxdy La formule de Green-Riemann s obtient finalement par soustraction des deux intégrales doubles précédentes, (P(x,y)dx+Q(x,y)dy) = ( Q P (x,y) x y (x,y))dxdy. Corollaire 3. Si ω = P(x,y)dx + Q(x,y)dy désigne une forme différentielle de classe C 1 et fermée sur le domaine élémentaire alors son intégrale curviligne ω =. Corollaire 4. L aire d un compact élémentaire R 2 est donnée par la formule, Aire() = 1 (xdy ydx). (1.9) 2 émonstration. Il suffit qu on applique la formule de Green-Riemann à la forme différentielle ω = 1 (xdy ydx) sur le domaine orienté positivement. 2 Exemple 3. 1) Appliquons la formule de Green-Riemann pour calculer l intégrale curviligne de la forme différentielle suivante, ω = P(x,y)dx+Q(x,y)dy = Log( 2+y x(3y +7) 1+x2)dx+ dy 2+y le long du cercle de rayon R = 1 centré au point (,) orienté positivement.

16 c) C est la lemniscate de Bernoulli d équation : ( x2 + y2 ) 2 = x2 y2. 16 CHAPITRE 1. INTÉGRALES OUBLES nous permet d écrire, ω = = = ( Q x P y )dxdy 3y +7 ( y +2 1 y +2 )dxdy 3dxdy = 3Aire() = 3π 2) Calculons l aire du domaine limité par le folium C de escate qui est défini par le système paramétrique, (x(t),y(t)) = ( 1 t2 1+t 2,t1 t2 1+t2) où t 1 Observons que les équations paramétriques de la courbe C impliquent qu on a y = tx = ω = 1 2 (xdy ydx) = 1 2 (x(tdx+xdt) txdx) = 1 2 x2 dt Aire() = 1 2 = 1 2 C 1 (xdy ydx) 1(x(t)) 2 dt = ( 1 t2 1+t 2)2 dt. Maintenant, si dans l intégrale simple précédente on effectue le changement de variable, tg(θ) = t, on obtient : Aire() = 1 2 π/4 π (1 tg(θ) 2 ) 2 1+tg(θ) 2 dθ = 2 π 2. Exercice 6. Calculer les intégrales suivantes en utilisant la formule de Green-Riemann. a) (2x 3 y 3 )dx+(x 3 +y 3 )dy où C désigne le cercle d équation, x 2 +y 2 = 2x. C b) x 2 +y 2 dx+y(x+log(x+ x 2 +y 2 ))dy où C désigne l ellipse d équation, x2 + y2 = 1. a 2 b 2 C Exercice 7. Calculer l aire du domaine limité par la courbe C définie ci-dessus. a) C est l ellipse : x2 a 2 + y2 b 2 = 1. b) C est l hypocycloïde d équation x 2/3 +y 2/3 = a 2/3 (oir la figure). Figure 1.9 L hypocycloïde : x = 2cos(t)+cos(2t),y = 2sin(t) sin(2t),t [,2π].

17 1.3. INTÉGRALES OUBLES GÉNÉRALISÉES Figure 1.1 Lemniscate de Bernoulli : r 2 = a 2 cos(2θ),θ [,2π] 1.3 Intégrales doubles généralisées ans cette section, nous allons étendre la définition de l intégrale double aux deux cas suivants : 1) R 2 est un domaine borné et f : R est continue mais non bornée. 2) R 2 est un domaine non borné et f : R est continue et bornée Cas d une fonction positive éfinition 6. Soit R 2 un ouvert non vide et f : R + une fonction positive. On dira que f est localement intégrable si pour tout compact élémentaire K l intégrale double f(x,y)dxdy est un nombre réel fini. K Puisque on sait que les fonctions continues sont intégrables au sens de Riemann sur les compacts élémentaires du plan R 2 elles sont donc localement intégrables au-dessus de tous les ouvert de R 2. éfinition 7. Soit R 2 un ouvert non vide et f : R + une fonction positive localement intégrable. S il existe une famille croissante de compacts élémentaires K n K n+1 telle que, 1. = n K n, 2. lim f(x,y)dxdy existe dans R, n + K n on dira que l intégrale double généralisée Une intégrale double généralisée non convergente est dite divergente. f(x,y)dxdy := lim f(x,y)dxdy converge. n + K n Théorème 5. Soit R 2 un ouvert vide et f : R + une fonction positive localement intégrable. La nature de l intégrale généralisée f(x,y)dxdy ne dépend pas du choix de la famille croissante de compacts élémentaires K n K n+1 telle que = n K n. émonstration. Admise.

18 1 x 1 18 CHAPITRE L intégrale double généralisée f(x, y)dxdy converge. INTÉGRALES OUBLES 2. Il existe une suite croissante de compactes élémentaires K n K n+1 dont la réunion K n = telle que la suite numérique f(x,y)dxdy soit majorée. K n n émonstration. 1) implique 2) Est vraie parce que toute suite numérique convergente est bornée. 2) implique 1) En effet, puisque la fonction est positive f(x,y) donc si on l intègre sur les compacts élémentaires K n+1 = K n (K n+1 K n ) on obtient les inégalités : u n+1 = f(x,y)dxdy = K n+1 f(x,y)dxdy + K n f(x,y)dxdy u n + K n+1 K n qui montrent que la suite numérique u n = f(x,y)dxdy est croissante. Ainsi, comme on K n sait que la suite u n est majorée dans R elle est donc convergete. Théorème 6 (Critère de comparaison). Soit R 2 un ouvert non vide; et soient f,g : R + deux fonctions positives et localement intégrables telles que f(x,y) g(x,y), (x,y). Alors on a les propositions : 1. Si l intégrale généralisée g(x, y)dxdy converge alors l intégrale généralisée f(x,y)dxdy converge. 2. Si l intégrale généralisée f(x, y)dxdy diverge alors l intégrale généralisée f(x,y)dxdy diverge. Exemple 4. 1) Montrons que l intégrale double généralisée, dxdy x+y2, converge sur le domaine = {(x,y)/ x 1,y 2 x}. K n 1 n 1 Figure 1.11 Suite croissante de compacts élémentaires de Considérons la suite de compacts K n = {(x,y)/ y 1, 1 n y2 x} et intégrons la fonction f(x,y) = 1 x+y 2 sur les K n en appliquant la formule de Fubini :

19 1.3. INTÉGRALES OUBLES GÉNÉRALISÉES 19 Ainsi, si maintenant on fait tendre l entier n vers + dans la suite numérique u n on déduit dxdy que l intégrale double généralisée x+y 2 converge vers π 2. dxdy 2) Etudions la nature de convergence de l intégrale double généralisée R 2 (1+x 2 +y 2 ) α selon les valeurs du nombre réel α. Notons que si on considère la suite des disques n = {(x,y)/x 2 +y 2 n 2 } on obtient après passage en coordonnées polaires que : u n = n dxdy (1+x 2 +y 2 ) α = 2π n 2 = π n ( rdr (1+r 2 ) α)dθ dt (1+t) α = π α+1 ( 1 (1+n 2 ) α 1 1), si α 1 Log(n 2 +1), si α = 1 Ainsi, si on passe à la limite sur l entier n dans la suite numérique u n on déduit alors que dxdy l intégrale double généralisée (1+x 2 +y 2 converge si et seulement si le réel α > 1. ) α R 2 3) émontrons que l intégrale simple généralisée I = calculons sa valeur exacte. + e t2 dt est convergente. Ensuite, a) L intégrale généralisée simple I = avons les inégalités : 1 < t < t 2 = e t2 < e t = + 1 e t2 dt e t2 dt converge parce que pour tout réel t > 1 nous e t = lim n + b) Pour calculer la valeur exacte de l intégrale double généralisée I = étudier l intégrale double généralisée K = dxdy. n 1 x2 y2 e R + R + e t dt = lim n + ( e n +e 1 ) = e 1 + e t2 dt nous allons En effet, si on considère la suite de compacts K n = { ( x,y)/x,y,x 2 +y 2 n 2 } on obtient à passage en coordonnées polaires, x2 y2 e K n dxdy = π/2 ( n re r2 dr)dθ = π 4 (1 e n2 ) = e x2 y2dxdy = π R + R + 4 autre part, si on considère le suite des compacts L n = [,n] [,n] on obtient la suite numérique : u n = x2 y2 e K n dxdy = n ( n e x2 e y2 dx)dy = ( n e x2 dx) 2 dont la limite est égale à, π + 2 π

20 2 CHAPITRE 1. INTÉGRALES OUBLES Cas d une fonction de signe quelconque éfinition 8. Soit R 2 un ouvert non vide et f : R une fonction dont la valeur absolue f(x, y) est localement intégrable. Si l intégrale généralisée f(x,y) dxdy converge on dira que l intégrale double généralisée f(x, y)dxdy convergente absolument. Proposition 4. Soit R 2 un ouvert non vide et f : R une fonction localement intégrable. Alors les propositions suivantes sont équivalentes : 1. L intégrale double généralisée f(x, y)dxdy converge. 2. Il existe une suite croissante de compactes élémentaires K n K n+1 dont la réunion K n = telle que la suite numérique f(x,y) dxdy soit bornée (majorée). K n n Autrement dit, l intégrale double généralisée d une fonction fonction localement intégrable de signe quelconque converge si et seulement si elle converge absolument. sin(x+y)dxdy Exemple 5. 1) Montrons que l intégrale double généralisée R 2 (1+x 2 +y 2 est absolument convergente. ) 2 sin(x+y) En effet, puisque nous avons (1+x 2 +y 2 ) 2 1 (1+x 2 +y 2 ) 2, et puisqu on sait que l intégrale double généralisée dxdy R 2 (1+x 2 +y 2 est convergente (voir l exemple précédent) on en ) 2 sin(x+y)dxdy déduit donc que l intégrale généralisée R 2 (1+x 2 +y 2 converge absolument. ) 2 2) Montrons que l intégrale généralisée sin(x 2 +y 2 )dxdy est divergente. R 2 En effet, si on intègre la fonction sin(x 2 +y 2 ) sur la suite de compacts R n = [ n,n] [ n,n] on obtient la suite numérique, n n n 2 u n = sin(x 2 +y 2 )dxdy = 2( sin(x 2 )dx)( cos(y 2 sin(t) n 2 cos(t) )dy) = 2 dt) dt), R n n n t t qui, d après le théorème d Abel (voir Cours M122), converge vers un réel fini. Par contre, si on intègre la fonction sin(x 2 +y 2 ) sur la suite de disques n de centre (,) et de rayon r = n on obtient ainsi une suite de nombres qui diverge : 2π n v n = sin(x 2 +y 2 )dxdy = ( sin(r 2 )rdr)dθ = π(1 cos(n 2 )) n Exercice 8. Trouver la nature des intégrales doubles généralisées suivantes : a) Log( x 2 +y 2 )dxdy avec = {(x,y) R 2 /x 2 +y 2 1}. 1 b) (x 2 +y 2 ) adxdy avec = {(x,y) R2 /x 2 +y 2 1} et a >. 1 c) x α +y 2dxdy avec = {(x,y) R2 / x 1, y 2 x}. Exercice 9. Montrer que l intégrale double généralisée sin(x 2 +y 2 x2 y2 )e dxdy est R + R +

21 Chapitre 2 Intégrales de surfaces Objectifs : L étude de ce chapitre doit vous permettre de : 1. vous familiariser avec la géométrie affine des surfaces classiques de l espace R 3 ; 2. savoir calculer le plan tangent et déterminer la droite normale d une surface; 3. savoir calculer l élément d aire d une surface donnée soit par equation implicite ou paramétrique; 4. savoir calculer l intégrale de surface et le flux d champ de vecteurs à travers une surface orientée; 5. savoir appliquer la formule de Stokes.

22 22 CHAPITRE 2. INTÉGRALES E SURFACES 2.1 Géométrie affine des surfaces classiques de R Surfaces définies par une équation implicite F(x, y, z) = éfinition 9. Soit F : R 3 R une fonction de classe C k, k Le sous-ensemble Σ(F) = {(x,y,z) R 3 /F(x,y,z) = } s appelle surface de classe C k définie par l équation implicite F(x,y,z) =. 2. On dira que le point (a,b,c) Σ(F) est régulier si le vecteur gradient gradf(a,b,c). Un point (a,b,c) Σ(F) non régulier (i.e. gradf(a,b,c) = ) est dit singulier. Quand la surface Σ(F) ne possède aucun point singulier on dira qu elle est régulière. 3. En un point régulier M = (a,b,c) Σ(F) on définit le plan tangent à Σ(F) par l équation affine, (x a) F x (a,b,c)+(y b) F y (a,b,c)+(z c) F(a,b,c) =. (2.1) z L ensemble des solutions de cette équation forme un sous-espace vectoriel de dimension deux; il se note par T M Σ(F). 4. En un point régulier M = (a,b,c) Σ(F) on définit le vecteur normal unitaire au plan tangent T M Σ(F) par l expression, n M = gradf(a,b,c) // gradf(a,b,c) //. (2.2) Exemple 6. Montrons que le sous-ensemble Σ = {(x,y,z) R 3 /z(x 2 +y 2 +xy+1) = x+y} est une surface de classe C régulière et calculons son plans tangent au point O = (,,). 1) Suppose qu au point M = (x,y,z) Σ on un vecteur gradient gradf(x,y,z) =. Avec cette hypothèse on déduit que l équation, F z = x2 + y 2 + xy + 1 =, possède au-moins une solution réel malgré que le discriminant du trinôme x 2 + y 2 + xy +1 d indéterminé x égal à x = 3y 3 4 <. onc la surface Σ n a pas de points singuliers. 2) Le plan tangent affine à Σ au point O = (,,) a pour équation, x F x (,,) +y F y (,,) +z F(,,) = = x y +z =. z Notons que le vecteur unitaire normal au plan tangent T O Σ est égal à, n O = ( 1, 1 1, ) ) ans cet exemple, on se propose de chercher tous les points singuliers de la surface de classe C définie par, Σ = {(x,y,z) R 3 /(x 2 +y 2 )z = z 2 2x 2y 3}. a) Supposons que le point (x,y,z) Σ est singulier. onc, (x,y,z) par définition solution du système d équations : 2xz +2 = 2yz +2 = x 2 +y 2 2z = 1 z 3 = = yz +1 = xz +1 = = (x,y,z) = ( 1, 1,1) Σ

23 2.1. GÉOMÉTRIE AFFINE ES SURFACES CLASSIQUES E R3 23 b) Au point A = (1, 1, 1) Σ donnons l expression du plan tangent et déterminons les coordonnées du vecteur unitairte normal à Σ. Puisque le point A ( 1, 1,1) il est donc régulier. Le plan affine tangent de la surface Σ au point A = (1, 1, 1) Σ a pour expression : (x 1) F x (1, 1, 1)+(y +1) F y (1, 1, 1)+(z +1) F(1, 1, 1) = = y +z +2 = z Le vecteur unitaire normal à Σ au point A = (1, 1, 1) est égal à, n A = (, Surfaces paramétriques 2 2 8, 8 ). éfinition 1. Soit U R 2 un ouvert non vide et F : U R 3 une application de classe C k,k Le sous-ensemble Σ(ϕ) = {ϕ(u,v) = (x(u,v),y(u,v),z(u,v)) R 3 /(u,v) U} s appelle surface paramétrique de classe C k. 2. Si au point M = ϕ(u,v ) = (a,b,c) Σ(ϕ) lafamille des vecteurs { ϕ u (u,v ), ϕ v (u,v )} est libre on dira que M = (a,b,c) est un point régulier sur Σ. Un point ϕ(u,v ) = (a,b,c) Σ(ϕ) non régulier (i.e. ϕ u (u,v ) ϕ v (u,v ) = ) sera dit singulier. 3. On définit le plan tangent affine de la surface paramétrique Σ(ϕ) en un point régulier M = ϕ(u,v ) = (a,b,c) Σ(ϕ) par l équation analytique : x a y b z c x(u,v ) y(u,v ) z(u,v ) et on le note par T M Σ(ϕ). u x(u,v ) v u y(u,v ) v u z(u,v ) v = (2.3) 4. Un vecteur normal à Σ(ϕ) au point régulier M = ϕ(u,v ) est donné par le produit vectoriel N M = ϕ(u,v ) ϕ(u,v ). u v Exemple 7. 1) Montrons que la surface Σ définie par la paramétrisation, ϕ(u,v) = ((7+5cos(u))cos(v),(7+5cos(u))sin(v),5sin(u)) pour u,v 2π est régulière. En effet, pour tout couple (u,v) [,2π] [,2π] le produit vectoriel, ϕ(u, v) u ϕ(u,v) v = ı j k 5 sin(u) cos(v) 5 sin(u) sin(v) 5 cos(u) (7+5cos(u))sin(v) (7+5cos(u))cos(v) = 5(7+5cos(u))[cos(u)cos(v) ı+cos(u)sin(v) j sin(u) k] est non nul car sa norme est égale à 5(7+5cos(u)) 1 >. 2) a) Cherchons les points singuliers de la surface Σ définie par la paramétrisation,

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Intégrales doubles et triples - M

Intégrales doubles et triples - M Intégrales s et - fournie@mip.ups-tlse.fr 1/27 - Intégrales (rappel) Rappels Approximation éfinition : Intégrale définie Soit f définie continue sur I = [a, b] telle que f (x) > 3 2.5 2 1.5 1.5.5 1 1.5

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Outils Mathématiques 4

Outils Mathématiques 4 Université de Rennes1 Année 5/6 Outils Mathématiques 4 Intégrales de surfaces résumé 1 Surfaces paramétrées éfinition 1.1 Une surface paramétrée dans l espace, est la donnée de trois fonctions de classes

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre 9 : Intégrales triples Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mai 2013 suivant Chapitre 9 Intégrales triples 9.1 Motivation, définition et calcul de l intégrale

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

1 Outils mathématiques pour la Physique

1 Outils mathématiques pour la Physique Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier TUE 302 : Outil Physique et Géophysique 1 Outils mathématiques pour la Physique k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 2011-2012 JPV

Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 2011-2012 JPV Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 211-212 JPV Lycée international de Valbonne Sophia-Antipolis E-mail address: jean-paul.vincent@prepas.org 3 Résumé. Ce fascicule développe le programme officiel

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions de plusieurs variables Bernard Ycart Ce chapitre contient des techniques que vous utiliserez très souvent en physique, mais les justifications

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

CHAPITRE 10. Jacobien, changement de coordonnées.

CHAPITRE 10. Jacobien, changement de coordonnées. CHAPITRE 10 Jacobien, changement de coordonnées ans ce chapitre, nous allons premièrement rappeler la définition du déterminant d une matrice Nous nous limiterons au cas des matrices d ordre 2 2et3 3,

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Courbes et surfaces Boris Thibert Les courbes et les surfaces interviennent

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Calcul vectoriel A. Bourrass et E. Zerouali SM-SMI Septembre 2005

Calcul vectoriel A. Bourrass et E. Zerouali SM-SMI Septembre 2005 Calcul vectoriel A. Bourrass et E. Zerouali SM-SMI Septembre 2005 Sommaire 1 Calcul vectoriel 3 1.1 Notion de vecteur............................. 3 1.1.1 Somme vectorielle......................... 4 1.1.2

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Exo7. Formes différentielles

Exo7. Formes différentielles Exo7 Formes différentielles Fiche de A. Gammella-Mathieu (IUT de Mesures Physiques de Metz Université de Lorraine) Exercice 1 éterminer si les formes différentielles suivantes sont exactes et dans ce cas,

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Intégrales curvilignes.

Intégrales curvilignes. Chapitre 1 Intégrales curvilignes. 1.1 Généralités 1.1.1 Courbes paramétrées dans le plan. Motivations, exemples. L exemple basique de courbe est la trajectoire décrite par un objet assimilée à un point

Plus en détail

PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN VIGUEUR DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GÉNÉRAL TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL

PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN VIGUEUR DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GÉNÉRAL TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DE L ALPHABÉTISATION ET DES LANGUES NATIONALES RÉPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN VIGUEUR DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GÉNÉRAL TECHNIQUE

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique ELECTROTATIQUE - 2 1. Rappels 2. Outils mathématiques 2.1. ystèmes classiques de coordonnées 2.2. Volume élémentaire dans chaque système de coordonnées 2.3. Intégrales des fonctions de points 2.4. Circulation

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Cahier de vacances Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Votre année de PCSI a été bien remplie et il est peu probable que l année de PC qui arrive vous paraisse plus facile. C est pourquoi, je vous

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

CYCLE D ORIENTATION DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE MATHÉMATIQUES. S, L, M, GnivA NA 11.038.48

CYCLE D ORIENTATION DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE MATHÉMATIQUES. S, L, M, GnivA NA 11.038.48 1 CYCLE D ORIENTATION DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE MATHÉMATIQUES 9E S, L, M, GnivA NA DÉPARTEMENT DE L INSTRUCTION PUBLIQUE GENÈVE 1995 11.038.48 TABLE DES MATIÈRES 3 Table des matières 1 Les ensembles

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES Exercice n. (correction) Répondre par VRAI (V) ou FAUX (F) : Question Soient A, B et C trois points distincts du plan. PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES a) A, B et C sont alignés si et seulement si :

Plus en détail

Compléments sur les couples aléatoires

Compléments sur les couples aléatoires Licence Math et MASS, MATH54 : probabilités et statistiques Compléments sur les couples aléatoires 1 Couple image ans ce paragraphe, on va s intéresser à la loi d un vecteur aléatoire S, T qui s obtient

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ 2 Champ et potentiel électrostatique Les e ets électriques peuvent être décrits par deux grandeurs que nous allons étudier dans ce chapitre : le champ électrostatique (grandeur vectorielle) et le potentiel

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L1

FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L1 FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L TABLE DES MATIÈRES. Déterminer si un ensemble est un sous espace vectoriel sur R ou non.. Une vérification essentielle.2. La stabilité par combinaisons linéaires

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011 Baccalauréat S Métropole 1 juin 011 EXERCICE 1 Les deux parties A et B peuvent être traitées indépendamment. 4 points Les résultats seront donnés sous forme décimale en arrondissant à 10 4. Dans un pays,

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNEE 2009 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte : 1 page de garde, 2 pages

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE DANS L'ESPACE

PRODUIT SCALAIRE DANS L'ESPACE PRODUIT SCLIRE DNS L'ESPCE Dans tout ce chapitre, les bases ou repères considérés sont orthonormés. Pour des révisions sur le produit scalaire dans le plan, voir le cours de première. 1. Définition du

Plus en détail

Examen de rattrapage

Examen de rattrapage Université Denis Diderot Paris 7 7 juin 4 Probabilités et Simulations UPS36 Examen de rattrapage durée : 3 heures Les documents et calculatrices ne sont pas autorisés. On prendra soin de bien justifier

Plus en détail

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Université Paris I, Panthéon - Sorbonne Licence M.A.S.S. 203-204 Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Jean-Marc Bardet (Université Paris, SAMM) Email: bardet@univ-paris.fr Page oueb: http://samm.univ-paris.fr/-jean-marc-bardet-

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la classe de Seconde

Cours de mathématiques pour la classe de Seconde Cours de mathématiques pour la classe de Seconde Vincent Dujardin - Florent Girod Année scolaire 04 / 05. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 0 Ensembles de nombres et intervalles de R 3

Plus en détail

Outils Mathe matiques pour les Sciences. COURS et EXERCICES

Outils Mathe matiques pour les Sciences. COURS et EXERCICES 14-15 Portail SI 1e re anne e Outils Mathe matiques pour les Sciences COURS et EXERCICES Responsable U.E. : pascale.senechaud@unilim.fr OMPS-Faculte des Sciences et Technique-Limoges Planning des séances

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

PROGRAMME DE I. NOMBRES COMPLEXES ET GÉOMÉTRIE ÉLÉMENTAIRE CLASSE DE PREMIÈRE ANNÉE MPSI

PROGRAMME DE I. NOMBRES COMPLEXES ET GÉOMÉTRIE ÉLÉMENTAIRE CLASSE DE PREMIÈRE ANNÉE MPSI CLASSE DE PREMIÈRE ANNÉE MPSI Le programme de première année MPSI est organisé en trois parties. Dans une première partie figurent les notions et les objets qui doivent être étudiés dès le début de l année

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail