(1964) Rapport Parent Rapport de la Commission royale d enquête sur l enseignement dans la province de Québec

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "(1964) Rapport Parent Rapport de la Commission royale d enquête sur l enseignement dans la province de Québec"

Transcription

1 Commission royale d'enquête sur l'enseignement dans la province de Québec (1964) Rapport Parent Rapport de la Commission royale d enquête sur l enseignement dans la province de Québec Deuxième partie ou Tome II Les structures pédagogiques du système scolaire A Les structures et les niveaux d enseignement Un document produit en version numérique par Mme Marcelle Bergeron, bénévole Professeure à la retraite de l École Dominique-Racine de Chicoutimi, Québec et collaboratrice bénévole Courriel : Site web : Dans le cadre de la collection : "Les classiques des sciences sociales" dirigée et fondée par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Site web: Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l'université du Québec à Chicoutimi Site web :

2 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 2 Un document produit en version numérique par Mme Marcelle Bergeron, bénévole, professeure à la retraite de l École Dominique-Racine de Chicoutimi, Québec. Courriel : site web : Section Chicoutimi-Valin Une édition électronique réalisée à partir du texte du Rapport Parent. Rapport de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement dans la province de Québec, Deuxième volume ou Tome II : Les structures pédagogiques du système scolaire. Il a été tiré de ce volume trois autres éditions, format 10" x 6 1/2". 1 re édition : novembre 1964 (11,928). 2 e édition : décembre 1964 (22,856). 3 e édition : mai 1965 (5,000). Ce volume a été imprimé et relié par Ronalds-Federated Limited, Imprimeur-Relieur, pour le Gouvernement du Québec. Août le 10, mil neuf cent soixante-cinq. Avec l autorisation formelle de l éditeur du Gouvernement du Québec, Les Publications du Québec, accordée le 3 mars Mme Cynthia Lachance, Gestion des droits d'auteur, Les Publications du Québec Courriel : Site Web : Polices de caractères utilisées : Times, 12 points. Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2001 pour Macintosh. Mise en page sur papier format : LETTRE (US letter), 8,5 x 11 ) Édition réalisée le 12 avril 2004 à Chicoutimi, Québec. Édition numérique complétée le 7 décembre 2004 à Chicoutimi, Ville de Saguenay, province de Québec, Canada.

3 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 3 Rapport Parent Rapport de la Commission royale d enquête sur l enseignement dans la province de Québec

4 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 4 Rapport de la commission royale d enquête sur l enseignement dans la province de Québec Le rapport de la Commission Royale d enquête consiste en cinq volumes numérotés 1 à 5. L ouvrage est divisé en trois tomes ou PARTIES. Le volume 1 correspond au Tome I ou Première PARTIE ; les volumes 2 et 3, au Tome II ou à la Deuxième PARTIE ; les volumes 4 et 5 au Tome III ou Troisième PARTIE. [par Marcelle Bergeron, bénévole] 1 re PARTIE ou Tome I (volume 1) Les structures supérieures du système scolaire Chapitres I à VII 2 e PARTIE ou Tome II (volumes 2 et 3) Les structures pédagogiques du système scolaire 1 re partie : La réforme de A) l enseignement Les structures et les niveaux de l enseignement. 2 e partie : Niveaux d enseignement B) Les programmes d études et les services éducatifs 3e partie : Les programmes d études 4 e partie Les services éducatifs Chapitres I et II Chapitres III à X Chapitres XI à XXVII Chapitres XXVIII à XXXIII 3 e PARTIE ou Tome III (volumes 4 et 5) L administration de l enseignement 1 re partie : La diversité A) dans le système Diversité religieuse, culturelle, d enseignement et unité de l administration 2 e partie : unité de l administration B) Le financement (Chapitre I (à part) Chapitres II à IV Chapitres V à VII Chapitres VIII à XI C) Les agents de l éducation Chapitres XII à XIV

5 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 5 Table des matières Tome II LES STRUCTURES PÉDAGOGIQUES DU SYSTÈME SCOLAIRE A Les structures et les niveaux de l enseignement Composition de la Commission. Personnel de la Commission. Lettre de présentation à son Exc. le Lieutenant-gouverneur en Conseil. Avant-propos. PREMIÈRE PARTIE LA RÉFORME DE L'ENSEIGNEMENT Chapitre I : L'humanisme contemporain et l'éducation. 1. Tradition et changement. 2. Crise de l'enseignement. 3. Problèmes pédagogiques au Québec. I. Pluralisme de la culture. 4. L'explosion culturelle. 5. Univers de connaissance : a) les humanités classiques ; 6. b) la science expérimentale ; 7. c) la connaissance technique ; 8. d) la culture de masse. 9. Pluralisme culturel. 10. Pluralisme et division. 11. Pluralisme dans l'enseignement 1) incohérence du système ; 12. 2) hiérarchie des enseignements et des maîtres ; 13. 3) sélection socio-économique des élèves. 14. Responsabilité de l'enseignement. II. Les objectifs de l'enseignement. 15. Un nouvel humanisme. 16. Faux problème. 17. La spécialisation dans l'enseignement. 18. Pluralité de l'humanisme. 19. La culture générale pour tous. 20. Le respect de l'intelligence. 21. La formation sociale. III. Les apports de la pédagogie moderne. 22. Les progrès de l'enseignement. 23. Un enseignement centré sur l'enfant. 24. Tronc commun et institutions polyvalentes. 25. Une éducation ouverte sur le monde. 26. Une pédagogie communautaire. 27. Santé physique et mentale. 28. La préparation des maîtres. IV. Conclusion. 29. Émergence d'une tradition intellectuelle. 30. Orientations nouvelles. Chapitre II : Structures proposées. I. Le problème des structures scolaires. 31. Problème aujourd'hui mondial. 32. Dans le Québec. A. les structures traditionnelles ; a) pour l'ensemble du système scolaire : i. secteurs protestant et catholique anglais ; 33. ii. secteur catholique de langue française ; 34. iii. Confusions ; 35. b) pour l'enseignement technique. 36. B. Évolution récente (côté catholique) : a) coordination partielle du secondaire ; 37. b) jonction du secondaire public et de l'universitaire ; 38. c) les collèges classiques et le «college» anglo-saxon ; 39. d) entraînement professionnel et années préparatoires dans les universités ; 40. e) coordination des écoles normales et de l'université ; 41. f) structures de l'enseignement technique. 42. Étapes vers une clarifica-

6 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 6 tion des structures. 43. Éléments en cause dans la rénovation des structures ; a) coordination ; 44. b) diversité des aptitudes ; 45. c) un nouvel humanisme ; 46. d) préparation à la vie ; 47. e) besoins de la société ; 48. f) nécessités démographiques : 49. g) orientation, 50. h) le personnel enseignant. 51. Conclusion. II La durée totale des études. 52 Introduction. 53. Prolongement des études. 54. Durée minimale obligatoire : a) adoption, prolongement ; 55. b) dans notre province. 56. Durée maximale : enseignement supérieur et universitaire. 57. Durée totale des études aux divers niveaux : a) problème de justice sociale ; 58. b) problème économique et financier ; 59. c) problème démographique ; 60. d) problème psychologique ; 61. e) problème culturel. 62. L'âge d'entrée à l'université, élément déterminant. 63. Recherche d'un équilibre, solution proposée. III. Continuité et jonction de l'élémentaire au secondaire. 64. Introduction. 65. L'élémentaire et le secondaire leur évolution. 66. Fondements psychologiques de ces étapes scolaires. 67. Nécessité d'une continuité pédagogique entre l'élémentaire et le secondaire. 68. Avantages et inconvénients de cette division. 69. Nécessité de revaloriser l'élémentaire. 70. Coordination pédagogique et nécessités pratiques. 71. Structures proposées pour l'élémentaire : a) durée ; 72. b) rythmes, promotion automatique ; 73. c) deux cycles, une année de rattrapage. IV. Structures de l'enseignement au niveau secondaire et place des enseignements techniques. 74. Introduction. 75. Nécessité de diversifier le secondaire. 76. Nécessité d'y intégrer le technique. 77. Formation générale, formation avec une dominante. 78. Nécessité d'une orientation scolaire prudente. 79. Erreurs à éviter : a) orientation prématurée ; 80. b) orientation irréversible. 81. Les structures du secondaire et l'orientation : a) système des sections ; 82. b) système des options : i. caractère général ; 83. ii. modalités diverses. 84. Avantages du système d'options : a) fin des voies hiérarchisées ; 85. b) orientation progressive ; 86. c) élargissement culturel ; 87. d) intégration du technique : i. l'initiation au travail ; 88. ii. formation de métier, intégrée au secondaire ; 89. iii. initiation technique pour tous. 90. Technique et technologie. 91. Fonctionnement du système d'options : a) 7 et 8 e années ; 92. b) de 9 e à 11 e année. 93. Réponse à des craintes à propos des options : a) dispersion intellectuelle ; 94. b) baisse du niveau des études ; 95. c) l'orientation progressive fera perdre du temps. 96. Objet des réformes de structure au secondaire. 97. Réformes proposées : options, polyvalence, technique intégré. 98. Durée du niveau secondaire. V. Le nivea u de l'institut. 99. Définition Situation des adolescents à ce stade Besoins de notre société Confusion et cloisonnement actuels à ce niveau Aspects de la question : a) démographique, administratif, pédagogique ; 104. b) culturel et social ; 105. c) psychologique Formation générale et spécialisation Personnel enseignant, diplômes Solution applicable aux deux cultures Nécessité d'un esprit de coopération. VI. L'en seignement supérieur Introduction L'université : a) ses trois fonctions ; 112. b) exigences de l'enseignement universitaire ; 113. c) caractère distinctif : la recherche Responsabilité quant à la formation des enseignants a) pour les maternelles et l'élémentaire ; 116. b) pour le secondaire Autres enseignements supérieurs : a) Beaux-arts, musique, Conservatoire etc. ; 118. b) enseignements de 14 e année des instituts de technologie Coordination des structures universitaires : a) quant aux diplômes décernés ; 120. b) quant à la structure des facultés ; 121. c) les organismes inter-facultaires Regroupement, division du travail entre universités Prévisions démographiques et décentralisation Les centres d'études universitaires Universités du premier

7 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 7 niveau Nouvelles universités à charte limitée Niveau des deuxième et troisième grades Conseil provincial de la recherche. VII. Sens général des réforme s proposées. 129 Structures au service de la jeunesse Conséquences au niveau élémentaire Conséquences au niveau secondaire Conséquences au niveau des 12 e et 13 e années Conséquences à partir de la 14 e année Conclusion. DEUXIÈME PARTIE LES NIVEAUX D'ENSEIGNEMENT Chapitre III : L'éducation pré-scolaire Terminologie Plan du chapitre. I. Importance de l'éducation pré-scolaire. 137 L'enfant d'âge pré-scolaire Origines de l'éducation pré-scolaire Les objectifs de l'éducation scolaire La maternelle : service public. II L'organisation de l'éducation pré-scolaire Le service de l'éducation pré-scolaire Les commissions scolaires et la maternelle Le milieu rural L'organisation matérielle L'esprit de la maternelle Le personnel de la maternelle Conclusion et recommandations. Chapitre IV : L'enseignement élémentaire Importance de l'enseignement élémentaire. I. Les difficultés de notre enseignement élémentaire Nécessité d'une réforme L'école active Objectifs de l'enseignement élémentaire catholique Objectifs de l'enseignement élémentaire protestant Programme et réalité Le degré de préparation des maîtres Attitudes du personnel enseignant La dispersion du personnel L'insuffisance de la direction pédagogique locale L'insuffisance de la direction pédagogique au plan provincial Le service des maîtres Les conditions matérielles de l'enseignement Les manuels L'excès des contrôles Le climat de l'école élémentaire L'évolution récente Les écoles protestantes : a) aspects favorables ; 166. b) quelques problèmes Les maîtres protestants. II. La réforme de l'école élémentaire Objectifs du cours élémentaire Ampleur de la réforme nécessaire Les programmes Les principes du programme L'âge d'entrée à l'école La durée de l'élémentaire Un élémentaire à deux cycles Les rythmes de l'enseignement Accélération ou enrichissement L'horaire Le calendrier : a) point de vue de l'élève ; 179. b) point de vue du maître Coenseignement Le regroupement des écoles Le service du maître a) le nombre d'élèves par classe ; 184. b) le nombre d'heures de cours; 185. c) les occupations extrascolaires et non-scolaires; 186. d) les conditions matérielles Les manuels Les contrôles Les examens La discipline Le personnel enseignant La direction locale La participation des parents La direction régionale La direction centrale Étapes de ces réformes a) recyclage du personnel ; 198. b) transformation des contrôles Une solution multiple Conclusion et recommandations. Chapitre V : L'enseignement secondaire.

8 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) Plan du chapitre. I. Délimitation des niveaux La distinction élémentaire-secondaire.203. Fondements de la distinction. 204, Nécessité d'une continuité Problèmes particuliers. II. Les nouvelles dimensions de l'enseignement secondaire La généralisation de l'enseignement secondaire La diversification de l'enseignement secondaire La coordination et l'intégration dans l'enseignement secondaire La notion d'enseignement secondaire. III. Les programmes Objectifs de l'enseignement secondaire Inconvénients des cours actuels Nécessité d'une formation générale commune Période d'observation et d'orientation Programmes avec options L'école secondaire polyvalente Les cycles de l'enseignement secondaire Diplômes de l'enseignement secondaire Un nouveau cours secondaire. IV. L'organisation de l'enseignement secondaire importance d'une bonne organisation, 220. Répartition des heures de classe Coenseignement : a) situation actuelle ; 222. b) avantages économiques ; 223. c) avantages pédagogiques ; 224. d) désavantages d'ordre moral ; 225. e) désavantages d'ordre pédagogique ; 226. f) conclusions pratiques et recommandation Classement : a) différence avec le système traditionnel ; 228. b) organisation Les coordonnateurs Utilisation du personnel actuel Le travail d'équipe Enseignement et techniques audiovisuelles Le laboratoire de langues Bibliothèques, laboratoires, ateliers, salle de réunion Les contrôles et examens : a) situation actuelle ; 236. b) changements à effectuer La discipline : a) ses objectifs ; 238. b) goût du travail et discipline ; 239. c) responsabilité des étudiants. V. Les enseignements et les enseignants L'enseignement secondaire polyvalent Régionalisation de l'enseignement secondaire L'enseignement classique privé L'enseignement familial La commission scolaire régionale Le directeur régional des écoles : a) fonction générale ; 246. b) engagements et nominations du personnel ; 247. c) rôle pédagogique ; 248. d) administration financière ; 249 e) juridiction sur l'élémentaire ; 250. f) titre et importance Le principal d'école Le personnel enseignant : a) qualification ; 253. b) normes d'organisation des classes Le Conseil de l'école Les Conseils régionaux La responsabilité de l'enseignement secondaire Conclusion et recommandations. Chapitre VI : L'enseignement pré-universitaire et professionnel Introduction. I. Les objectifs Élever la moyenne de fréquentation scolaire Assurer à tous un meilleur enseignement Formation générale et spécialisation Diminuer les cas d'abandon des études Assurer une meilleure orientation. 264, Hausser le niveau des études professionnelles Mieux préparer à la vie Hausser le niveau des études préuniversitaires Uniformiser l'accès aux études supérieures Étape préparatoire aux études supérieures Les objectifs. II. Le programme d'études Repenser en neuf Flexibilité des programmes et de la pédagogie Phase d'orientation Phase de spécialisation. 274 Cours communs Cours de spécialité et cours complémentaires Recherche d'un équilibre Divers types de pro-

9 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 9 grammes L'éducation permanente Travail personnel de l'étudiant Un niveau d'études complet en lui-même Cas particuliers Définition. III. Les instituts Un nouveau type d'institution : a) différent du «junior college» ; 284. b) différent du «Sixth Form» anglais et de l'institut français Image de l'institut idéal de l'avenir Les étapes La création de l'institut Structure juridique La mise en commun Système de contrats Planification et développement Dimensions de l'institut Maisons d'étudiants La direction pédagogique de l'institut Participation des étudiants Relations des instituts et des universités. IV. Le s responsabilités du ministère de l'éducation Les instituts et le ministère Programmes et examens Aménagement et planification Commission de l'enseignement pré-universitaire et professionnel Perspectives d'avenir Conclusion et recommandations. Chapitre VII : L'enseignement supérieur Introduction. I. Structures de l'enseignement supérieur Définition et nature des études supérieures La licence française Le B.A. anglais Le M.A. écossais Le B.A. américain Conclusions : spécialisation graduelle et sélection. 310 Les universités anglaises du Québec Les universités françaises du Québec Le baccalauréat ès arts La formation générale à l'université L'enseignement spécialisé à l'université Différents degrés de spécialisation Conclusions : a) nécessité d'un premier diplôme spécialisé ; 317. b) caractère terminal du premier diplôme ; 318. c) système ordonné de diplômes ; 319 d) durée des études ; 320. e) nomenclature des diplômes ; 321. f) uniformisation de l'admission. II Le développement des institutions d'enseignement supérieur Prévisions des effectifs étudiants Croissance de la population universitaire de langue anglaise Croissance de la population universitaire de langue française Autres facteurs de cette croissance : a) transformation du secondaire et du préuniversitaire ; 326. b) représentation des jeunes filles et préparation du personnel enseignant ; 327. c) étudiants étrangers Triple problème Les principes et leur application Les Solutions : a) utilisation des universités existantes ; 331. b) universités à charte limitée Comité d'organisation de l'université c) centres d'études universitaires Corporations d'un caractère public particulier Projet d'université française à Montréal : a) l'université Sainte-Marie ; 336. b) université complète ou université à charte limitée ; 337. c) critère ; 338. d) conclusions Projet d'université pour la population anglo-catholique : a) analyse de la situation ; 340. b) solution proposée Création d'un centre d'études universitaires à Trois-Rivières Création d'autres centres d'études universitaires Problème de planification dans l'avenir L'enseignement technique supérieur Formation de techniciens supérieurs et d'ingénieurs techniciens Autres enseignements supérieurs : Beaux-arts, Conservatoire. III. La vie universitaire. 34 Études avancées Recherches Fonctions des universités existantes Conseil provincial de la recherche Les bibliothèques Sélection et orientation des étudiants L'enseignement magistral Recrutement des professeurs Diversité des enseignements L'éducation permanente Réformes de la structure des facultés Les facultés de théologie catholique L'administration des universités : a) participation des professeurs ; 360. b) participation des étudiants ; 361.

10 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 10 c) les affiliations ; 362. d) les facultés ecclésiastiques ; 363. e) refonte des chartes et statuts universitaires Coordination entre les universités L'année universitaire Liberté universitaire. IV. Coordination et planification Comité des recteurs ou principaux Nécessité d'un organisme intermédiaire entre les universités et les pouvoirs publics Office pour le développement de l'enseignement supérieur. 370 Autres fonctions de cet Office Constitution de l'office pour le développement de l'enseignement supérieur Rôle du ministère de l'éducation Commission de l'enseignement supérieur Recommandations. Chapitre VIII : La formation du personnel enseignant Introduction. I. Évolutio n et problèmes actuels La création des écoles normales L'accroissement numérique : a) des établissements catholiques ; 378. b) des étudiants catholiques La situation actuelle Programme des écoles normales : a) évolution ; 381. b) programmes actuels Brevets spécialisés Direction provinciale des écoles normales catholiques Direction locale des écoles normales catholiques Administration financière des écoles normales Les écoles universitaires protestantes Direction et administration du Macdonald College Les écoles universitaires catholiques Administration et direction des écoles universitaires catholiques Problèmes particuliers : a) écoles normales catholiques ; 391. b) «Institute of Education» ; 392. c) les écoles des universités de langue française. II. III La réforme des cours et des centres de formation pédagogique Tendances actuelles : a) formation universitaire des maîtres ; 394. b) spécialisation ; 395. c) transformation des écoles normales Tendances au Québec Réforme proposée Conséquences : 399. a) Cours et diplômes ; 400. b) 1 re formule ; 401. c) 2 e formule ; 402. d) avantages des deux formules Les certificats d'aptitude à l'enseignement Les licences d'enseignement Les grades en sciences de l'éducation Préparation à l'enseignement élémentaire : a) deux programmes ; 407. b) le certificat d'aptitude ; 408. c) la licence d'enseignement élémentaire ; 409. d) certificat accompagnant une licence Préparation à l'éducation pré-scolaire : a) le certificat d'aptitude ; 411. b) la licence d'enseignement Préparation à l'enseignement secondaire : 413. a) La licence d'enseignement b) la licence spécialisée Préparation à l'enseignement pré-universitaire et professionnel Formation des spécialistes : a) principes généraux; 417. b) arts plastiques et musique ; 418. c) éducation physique ; 419. d) sciences domestiques, enseignements techniques et commerciaux ; 420. e) enfants exceptionnels Rôle propre des universités Rôle des universités à charte limitée et des centres d'études universitaires Les Écoles normales supérieures La direction provinciale de la formation des maîtres La certification des maîtres. Le corps enseignant L'ensemble du corps enseignant Facteurs influençant les besoins Éducation pré-scolaire Enseignement élémentaire L'enseignement secondaire L'enseignement pré-universitaire et professionnel Vue d'ensemble des besoins Conséquences Solutions : a) organisation de grands centres de formation ; 435. b) formules variées de formation ; 436. c) souplesse des enseignants ; 437. d) recrutement plus large ; 438. e) départ et retour des enseignants. IV. La formation pédagogique Nécessité d'un renouvellement Les exigences d'admission Normes d'orientation Équilibre du programme. 443 Esprit des cours professionnels Les stages Les professeurs Recherche et expérimentation Les innova-

11 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 11 tions pédagogiques Une pédagogie du travail d'équipe Une pédagogie concrète Pédagogie de la découverte et de l'expression personnelle Pédagogie ouverte aux techniques nouvelles Les classes et les écoles d'application Un édifice fonctionnel. V. Cours de perfe ctionnement Clientèle et besoins La probation Remise à jour Séjour à l'étranger Reconnaissance des équivalences Recommandations. Chapitre IX : L'éducation permanente Deux rapports à consulter. I. L'éducation permanente Une certaine conception de l'enseignement L'explosion de la connaissance La mobilité professionnelle Le loisir Les exigences de la nouvelle démocratie Les fruits de la réforme scolaire L'éducation permanente. II. L'organisation de l'éducation permanente Besoins immédiats Éducation scolaire et culture populaire L'enseignement élémentaire et secondaire L'enseignement du niveau pré-universitaire et professionnel L'enseignement supérieur Universités populaires en URSS Éducation des femmes Diversité des programmes La culture populaire L'orientation des adultes La pédagogie de l'éducation permanente L'initiative privée Conclusion et recommandations. Chapitre X : L'enfance exceptionnelle Définition du problème. I. Envergure du problème Devoir envers les exceptionnels Diversité des cas Imprécision des classifications et des nomenclatures Explication de cette diversité Fréquence des cas : a) selon le degré d'évolution ; 487. b) pourcentages américains ; 488. c) application au Québec ; 489. d) nombre réel des handicapés ailleurs Situation au Québec Délimitation du problème : deux groupes 492. a) enfants requérant une rééducation ; 493. b) enfants requérant une éducation spéciale Conséquences de cette situation : a) cas de rééducation ; 495. b) cas d'éducation spéciale Responsabilité de l'éducation des exceptionnels : a) rôle de l'état et des communautés religieuses ; 497. b) rôle des autres associations ; 498. c) rôle des commissions scolaires. II. Les solutions à envisager Principes fondamentaux pour l'éducation des exceptionnels. 500 Nécessités générales Services requis : a) le dépistage ; 502. b) service de rééducation ou d'éducation spéciale : 1) handicaps curables et temporaires ; ) handicaps permanents et irréversibles : i. non-éducables, semi-éducables ; 504. ii. Éducables ; 505. c) le placement et la relance ; 506. d) préparation du personnel qualifié ; 507. e) recherches ; 508. f) information du public Répartition des responsabilités Plan d'ensemble. III. Les structures proposées Niveau provincial : une seule direction pédagogique Rôle du ministère de la Santé Élaboration du plan d'ensemble Fonctions propres du ministère de l'éducation : a) au niveau de l'organisation scolaire ; 515. b) au niveau des programmes ; 516. c) sous juridiction d'un directeur provincial de cet enseignement ; 517. d) comité consultatif provincial Rôle des commissions scolaires locales Rôle des commissions scolaires régionales : a) dépistage ; 520. b) responsabilité éducative : i. assumée directement ; 521. ii. assumée indirectement ; 522. c) Comité consultatif régio-

12 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 12 nal ; 523. d) commission de l'enseignement élémentaire Conclusions et recommandations. Les recommandations sur les structures de l'ense ignement. Annexe : Prévisions de population scolaire, par Jacques Henripin. I. Caractéristique de la pleine scolarisation. II. Taux de scolarisation future. III. Effectifs scolaires futurs.

13 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 13 Rapport Parent Le second volume du rapport de la Commission d'enquête sur l'enseignement (Deuxième partie ou Tome II) : une nouvelle philosophie de l'enseignement 192 recommandations proposant le regroupement et l'uniformisation des structures pédagogiques COMMISSION ROYALE D ENQUÊTE SUR L ENSEIGNEMENT Retour à la table des matières Mgr Alphonse-Marie PARENT, président David C. MONROE 1, vice-président Gérard FILION Jeanne LAPOINTIE Paul LAROQUE John MCILHONE David MUNROE Guy ROCHER Sœur Marie-Laurent DE ROME de la congrégation de Sainte-Croix Arthur TREMBLAY M. Monroe a été nommé vice-président de la Commission pour succéder à M. Filion, qui avait démissionné de ce poste en juillet M. Filion continue de faire partie de la Commission. M. Tremblay, devenu sous-ministre de l'éducation le 13 mai 1964, a donné sa démission comme commissaire.

14 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 14 PERSONNEL DE LA COMMISSION Secrétaire Louis-Philippe AUDET Secrétaires adjoints C. W. DICKSON Michel GIROUX Conseiller juridique Guy HOULE Chef du secrétariat Rémi LAVIGNE

15 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 15 À SON EXCELLENCE LE LIEUTENANT-GOUVERNEUR EN CONSEIL DE LA PROVINCE DE QUÉBEC Retour à la table des matières La Commission royale d'enquête sur l'enseignement a l'honneur de présenter à votre Excellence la deuxième partie de soit rapport. Cette partie porte sur les structures et l'organisation pédagogiques du système scolaire de la province de Québec. Le premier volume de cette deuxième partie traite des structures et des niveaux de l'enseignement; le deuxième volume porte sur les programmes d'études et sur les services éducatifs. La troisième partie du rapport, contenue dans un quatrième volume étudiera la question des structures administratives locales et régionales, du financement de l'éducation et le problème de la confessionnalité. Que votre Excellence veuille bien agréer cette deuxième partie de notre rapport qui lui est respectueusement soumise. Novembre Le président, ALPHONSE-MARIE PARENT, prêtre

16 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 16 Avant-propos Retour à la table des matières Depuis la publication du premier volume de ce rapport, la Commission a consacré environ 400 séances à la discussion des problèmes pédagogiques, administratifs et financiers dont traiteront les deuxième et troisième parties du rapport. Les mémoires soumis à la Commission, les études préparées par des spécialistes, de nombreuses entrevues, l'expérience acquise au cours d'une tournée au Canada, aux États-Unis et en Europe, la documentation qui existe actuellement sur ces sujets ont alimenté notre réflexion; ils sont abondamment utilisés dans notre rapport, soit sous forme de référence directe soit comme source d'inspiration. Nous remercions tous ceux qui ont collaboré de quelque façon à notre travail.

17 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 17 Première partie La réforme de l'enseignement

18 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 18 Chapitre 1 L'humanisme contemporain et l'éducation Tradition et changement Retour à la table des matières 1. L'enseignement transmet une tradition et des valeurs qui transcendent une époque particulière. À l'école, chaque nouvelle génération recueille l'héritage de connaissances et de vertus intellectuelles et morales que lui lègue la civilisation humaine ; l'enfant s'y forme aussi en vue de la société de demain. L'école s'inscrit dans une société et dans une période historique données ; elle en subit l'influence, mais y agit aussi comme un facteur d'évolution. Elle s'inspire d'un certain idéal humain, elle s'attache à développer certaines qualités, elle se nourrit d'une vision particulière de l'avenir. L'éducation doit donc à la fois s'enraciner dans la tradition et se projeter dans l'avenir. Double rôle particulièrement difficile dans une période d'évolution rapide dans tous les domaines. Le désir de voir l'éducation accordée à l'évolution actuelle inspire l'ensemble de notre rapport. C'est dans cette perspective que nous allons envisager dans ce deuxième tome, la réforme pédagogique.

19 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 19 Crise de l'enseignement 2. La crise de l'enseignement est universelle. Partout sont remises en question des structures administratives et pédagogiques, partout se préparent ou s'appliquent des réformes plus ou moins radicales ; c'est que l'homme moderne n'habite plus le même univers que ses ancêtres. La science et la technologie lui ouvrent des horizons insoupçonnés ; elles modifient ses conditions de vie, développent en lui de nouvelles aspirations et de nouvelles attitudes. Par ses inventions et par son travail, l'homme transforme son univers physique et social ; mais il se transforme aussi lui-même à bien des égards. Les sciences de la nature, les sciences de l'homme, les réflexions de la philosophie et de la théologie lui montrent l'univers sous des angles neufs et dans une optique nouvelle. Les structures mentales en sont modifiées ; de nouvelles exigences morales et sociales apparaissent. La langue se charge de vocables nouveaux. Si considérables soient-elles, les conséquences économiques et sociales de la révolution scientifique actuelle paraîtront peut-être peu de choses aux historiens de l'avenir, en comparaison de la mutation profonde que cette révolution aura déclenchée dans l'homme. L'éducateur se situe au cœur de cette évolution. Pour en dégager un humanisme moderne, il lui faut, sans négliger de puiser dans la tradition, trouver dans la diversité croissante de la connaissance une nouvelle unité de la culture. Partout cette préoccupation inspire les principales réformes pédagogiques. Problèmes pédagogiques au Québec 3. Le Québec n'échappe pas à cette crise. Autant dans les discussions sur les questions nationales qu'à travers les critiques du système d'enseignement, quiconque observe l'évolution actuelle de notre milieu saisit une remise en question de la culture traditionnelle. Cette interrogation est même explicite dans les oppositions entre éducateurs, en particulier entre les défenseurs des humanités classiques et les promoteurs de l'enseignement des sciences. Nos débats seront mieux éclairés si nous situons nos problèmes pédagogiques dans le contexte universel auquel ils appartiennent. Colorés bien sûr par les conditions propres à notre milieu, la plupart des problèmes de notre enseignement se posent ici fondamentalement dans les mêmes termes qu'ailleurs. Ce sont les problèmes d'une société en rapide évolution, dans le cadre de la civilisation moderne. Nous voulons donc consacrer ce premier chapitre à une analyse rapide de la crise de la culture et de l'enseignement dans le monde contemporain. Ce que nous dirons vaudra pour le Québec autant que pour tout autre pays industrialisé. De cette analyse du pluralisme de la culture, des objectifs de l'enseignement et des apports de la pédagogie moderne, se dégageront les

20 Rapport Parent, Deuxième partie ou tome 2 : Les structures pédagogiques (1964) 20 idées centrales qui justifient les réformes proposées dans les chapitres subséquents. I Pluralisme de la culture L'explosion culturelle Retour à la table des matières 4. Depuis la dernière guerre particulièrement, la poussée démographique et la montée des jeunes vers les études secondaires et supérieures ont contribué à poser les problèmes de l'enseignement devant l'opinion publique. Derrière ce phénomène immédiat se découvre un problème fondamental qui domine tous les autres : l'accès des masses à la culture. Les études secondaires étaient autrefois le privilège d'une minorité ; la très grande majorité des jeunes y entrent maintenant et les adultes y reviennent. Dans tous les pays, des lois de fréquentation scolaire ont favorisé cette montée. La diversité des aptitudes, des goûts et des besoins des élèves qui l'envahissaient ont obligé l'enseignement secondaire à se fractionner ; il a fallu multiplier les voies, créer des spécialisations. La poussée démographique a imposé la multiplication des orientations parallèles d'enseignement ; par la création de cours divers cours scientifique, cours commercial, cours général, cours technique l'école secondaire reconnaît la diversification récente de la connaissance et l'éclatement de la culture. L'homme moderne est multiple, sollicité par des univers de connaissance à la fois unis et divergents. Nous distinguons quatre principaux univers de connaissances qui partagent ainsi la culture moderne : celui des humanités, celui de la science moderne, celui de la technique et celui de la culture populaire. Univers de connaissances. a) les humanités classiques 5. Aussi longtemps que l'enseignement secondaire et supérieur était réservé à une mince couche de population, généralement privilégiée à tous points de vue, on a pu maintenir une formation unique pour cette «élite». La formule variait d'un pays à

(1966) Rapport Parent Rapport de la Commission royale d enquête sur l enseignement dans la province de Québec

(1966) Rapport Parent Rapport de la Commission royale d enquête sur l enseignement dans la province de Québec Commission royale d'enquête sur l'enseignement dans la province de Québec (1966) Rapport Parent Rapport de la Commission royale d enquête sur l enseignement dans la province de Québec Troisième partie

Plus en détail

COLLEGE ROI BAUDOUIN

COLLEGE ROI BAUDOUIN CENTRE D ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE R. et L. BRUNNER COLLEGE ROI BAUDOUIN Enseignement TECHNIQUE 3 ème DEGRE TECHNICIEN DE BUREAU TECHNICIEN EN COMPTABILITE Avenue de l Emeraude, 12 1030 Bruxelles 02/734.38.85

Plus en détail

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année :

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année : Classes préparatoires - nature des classes composant les classes préparatoires économiques et commerciales aux grandes écoles Arrêté du 23-03-1995 http://mentor.adc.education.fr/exl-doc/scanbo/resk9500106a.pdf

Plus en détail

Philosophie. Philosophie de l'éducation B122 Epistémologie B123 Logique B124 Philosophie morale B125 Théologie. sciences de l'éducation

Philosophie. Philosophie de l'éducation B122 Epistémologie B123 Logique B124 Philosophie morale B125 Théologie. sciences de l'éducation communication documentaire 15 PLAN DE CLASSEMENT EN SCIENCES DE L'ÉDUCATION A - SCIENCES HUMAINES ET SCIENCES DE L'EDUCATION A1 Sciences humaines A11 Sciences de l'éducation A2 Recherche scientifique A21

Plus en détail

Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels,

Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal

la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal UNIVERSITE LYON II UER INSTITUT DE FORMATION AUX PRATIQUES PSYCHOLOGIQUES, SOCIOLOGIQUES ET EDUCATIVES. TH 85 1 Alain MONSELLIER la Formation des Professeurs Physique et Sportive an Sénégal d'education

Plus en détail

Arrêté du 17 juillet 1984

Arrêté du 17 juillet 1984 Arrêté du 17 juillet 1984 (Education nationale : bureau DL 3 B) Vu Code ens. techn. ; L. n o 71-577 du 16-7-1971 ; L. n o 75-620 du 11-7-1975 ; D. n o 59-57 du 6-1- 1959, not. art. 35 ens. D. n o 62-216

Plus en détail

PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA. Virtus et scientia

PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA. Virtus et scientia PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA Virtus et scientia UNIVERSITÉ PONTIFICALE GRÉGORIENNE En 1551 Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, ouvrit à Rome une École gratuite de grammaire

Plus en détail

Bénéfices secondaires du crime

Bénéfices secondaires du crime Karl MARX (1818-1883) (1905-1910) Bénéfices secondaires du crime Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Courriel: jean-marie_tremblay@uqac.ca

Plus en détail

LICENCE LANGUES, LITTÉRATURES ET CIVILISATIONS ETRANGÈRES, SP. ESPAGNOL

LICENCE LANGUES, LITTÉRATURES ET CIVILISATIONS ETRANGÈRES, SP. ESPAGNOL LICENCE LANGUES, LITTÉRATURES ET CIVILISATIONS ETRANGÈRES, SP. ESPAGNOL Domaine ministériel : ARTS, LETTRES, LANGUES Mention : LANGUES, LITTÉRATURES ET CIVILISATIONS ÉTRANGÈRES Présentation La licence

Plus en détail

COLLEGE ROI BAUDOUIN

COLLEGE ROI BAUDOUIN CENTRE D ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE R. et L. BRUNNER COLLEGE ROI BAUDOUIN Enseignement PROFESSIONNEL 2 ème DEGRE CUISINE - SALLE Avenue de l Emeraude, 12 1030 Bruxelles 02/734.38.85 COLLEGE ROI BAUDOUIN SITE

Plus en détail

Refondation de l'école primaire : prenez la parole

Refondation de l'école primaire : prenez la parole Refondation de l'école primaire : prenez la parole Depuis cet été des concertations pour refonder l'école ont été engagées. Vous qui en serez au quotidien les premiers acteurs, qu'en pensez-vous? À travers

Plus en détail

Point d information DGESCO

Point d information DGESCO Les effets de la loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 (dite loi Cherpion) pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi poursuit plusieurs objectifs : favoriser

Plus en détail

PLAN D'ÉTUDES DE MUSICOLOGIE

PLAN D'ÉTUDES DE MUSICOLOGIE DÉPARTEMENT D HISTOIRE DE L ART ET DE MUSICOLOGIE PLAN D'ÉTUDES DE MUSICOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE MASTER OF ARTS (MA) Entrée en vigueur : Mois Année Avant-propos..sine musica nulla disciplina potest

Plus en détail

6 Les missions de l enseignement scolaire

6 Les missions de l enseignement scolaire Les dossiers de l enseignement scolaire 2009 L enseignement scolaire en France Sommaire 4 Les grands principes 5 L organisation de la scolarité 6 Les domaines de compétence 6 Les missions de l enseignement

Plus en détail

Chronologie de la formation professionnelle et technique au Québec

Chronologie de la formation professionnelle et technique au Québec Chronologie de la formation professionnelle et technique au Québec Les dates importantes en formation professionnelle et technique de 1828 à 2005. 1828 Création du Montréal Mechanics Institute, premier

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS

PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS Considérations liminaires sur la répartition et l attribution des crédits ECTS Les grilles nationales de crédits ECTS, exposées

Plus en détail

Thème: Les nouvelles technologies de l'information ATTITUDES ET ORIENTATIONS À PRENDRE DANS LE SECTEUR D'ÉDUCATION FACE AUX NOUVELLES TECHNOLOGIES

Thème: Les nouvelles technologies de l'information ATTITUDES ET ORIENTATIONS À PRENDRE DANS LE SECTEUR D'ÉDUCATION FACE AUX NOUVELLES TECHNOLOGIES Colloque organisé par l'institut d'administration publique du Grand Montréal et par l'association des diplômés et diplômées de l'école nationale d'administration publique Thème: Les nouvelles technologies

Plus en détail

Le système scolaire finlandais

Le système scolaire finlandais Le système scolaire finlandais Législation des années 1970 Particularités du système Résultats obtenus Statistiques Avant les années 1970: jardin d enfants école primaire obligatoire gratuite enseignement

Plus en détail

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 IES 3 SOMMAIRE Paragraphes OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 DES PROFESSIONNELS COMPTABLES... 13-18 ENSEIGNEMENT GENERAL... 19 24 Novembre 2006

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013

ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle. NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 ARRETE Arrêté du 17 novembre 1999 relatif à la licence professionnelle NOR: MENS9902515A Version consolidée au 25 mai 2013 Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, Vu

Plus en détail

L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région. École - Entreprise

L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région. École - Entreprise L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région École - Entreprise Entre l Académie d Orléans-Tours représentée par Paul Canioni Recteur, Chancelier des Universités et La Fédération Française

Plus en détail

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 R E S U P RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Journée «JEUNES CHERCHEURS» : IREDU - Dijon, le 19 Septembre 2003 Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 Les pratiques d'évaluation dans

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

L. 11-09-1933 M.B. 27-09-1933

L. 11-09-1933 M.B. 27-09-1933 Lois 04171 p.1 Loi sur la protection des titres d'enseignement supérieur L. 11-09-1933 M.B. 27-09-1933 modifications: L. 21-11-38 (M.B. 21-12-38) L. 06-03-40 (M.B. 07-07-40) L. 04-05-49 (M.B. 09-07-49)

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Carrière des enseignants des universités Enquête

Carrière des enseignants des universités Enquête Carrière des enseignants des universités Enquête PAYS : SUISSE 1. Statut des enseignants des Hautes Ecoles Spécialisées Employeur oui/non Commentaires Pour chaque catégorie d'enseignant, quel est l'employeur

Plus en détail

INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT

INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT INDICATEURS NATIONAUX DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DONNÉES PAR ÉTABLISSEMENT MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION DIRECTION DE LA RECHERCHE, DES STATISTIQUES ET DES INDICATEURS préparé par Luc Beauchesne AOÛT 2003

Plus en détail

Structure pour la formation continue du personnel dans les cycles maternel et primaire des Ecoles européennes.

Structure pour la formation continue du personnel dans les cycles maternel et primaire des Ecoles européennes. Ecoles Européennes Bureau du secrétaire général Secrétariat Général Réf. : 2005-D-371-fr-6 Orig. : EN Structure pour la formation continue du personnel dans les cycles maternel et primaire des Ecoles européennes.

Plus en détail

LOI QUALIFICADA D EDUCATION

LOI QUALIFICADA D EDUCATION LOI QUALIFICADA D EDUCATION TITRE I.- PRINCIPES GENERAUX Article 1 1. Tout le monde a droit à recevoir une éducation de base qui lui permette de développer sa propre personnalité, de se former en tant

Plus en détail

Le mot du Directeur. Une ambition partagée. Sciences Po est une institution de recherche et de formation extrêmement innovante et réactive.

Le mot du Directeur. Une ambition partagée. Sciences Po est une institution de recherche et de formation extrêmement innovante et réactive. Le mot du Directeur Une ambition partagée Sciences Po est une institution de recherche et de formation extrêmement innovante et réactive. Stimulés par l'irruption de la compétition internationale, qui

Plus en détail

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE Introduction En 1997, par sa politique familiale, le gouvernement du Québec fait de la petite enfance une de ses priorités. Il crée les centres de la petite enfance (CPE) regroupant sous la responsabilité

Plus en détail

Carrière des enseignants des universités Enquête

Carrière des enseignants des universités Enquête Carrière des enseignants des universités Enquête PAYS : QUEBEC 1. Statut des enseignants des universités Employeur oui/non Commentaires Pour chaque catégorie d'enseignant, quel est l'employeur : l'etat

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

L'Histoire des Arts à l'école

L'Histoire des Arts à l'école Florence Jouhanet CPD arts visuels Petit guide d'accompagnement de L'Histoire des Arts à l'école proposé en réponse aux demandes des enseignants de la circonscription Objectif : Aider les enseignants des

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE à orientation Economie et services, type Economie (MP ES-TE) La maturité professionnelle est une formation approfondie en culture générale qui complète une formation professionnelle

Plus en détail

Estimations des dépenses de recherche et développement (R-D) effectuées dans le secteur de l'enseignement supérieur

Estimations des dépenses de recherche et développement (R-D) effectuées dans le secteur de l'enseignement supérieur Définitions Sciences naturelles et génie Le domaine des sciences naturelles et génie (SNG) englobe les disciplines relevant de la compréhension, de l'exploration, de l'évolution ou de l'utilisation du

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 07 ENSEIGNEMENT

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 07 ENSEIGNEMENT 07 ENSEIGNEMENT 07.01 Organisation générale de l'enseignement Documents relatifs à l'organisation générale, la structure et le fonctionnement de l'enseignement : structures organisationnelles de l'enseignement

Plus en détail

Sommaire Principales conclusions

Sommaire Principales conclusions Sommaire Principales conclusions À quoi ressemble la vie en ligne des jeunes Canadiens moyens? Tout d'abord, ces enfants et ces adolescents sont très branchés, la plupart d'entre eux ayant l'habitude d'aller

Plus en détail

LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE

LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences humaines et sociales Présentation

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L'ÉLÈVE 1.0 FONDEMENTS La présente directive administrative est fondée sur les dispositions de : - la Loi sur l'instruction

Plus en détail

Les SES et la filière ES

Les SES et la filière ES Les SES et la filière ES Une présentation de la discipline, de la filière et des débouchés qu'elle offre pour vous aider dans vos choix d orientation. Fiche 1: Choisir la série ES A l issue de la seconde

Plus en détail

COMMANDITAIRE ET ADRESSE DE LIVRAISON. ORGANISME PAYEUR (si adresse différente de la précédente) COMMANDES AU NUMÉRO

COMMANDITAIRE ET ADRESSE DE LIVRAISON. ORGANISME PAYEUR (si adresse différente de la précédente) COMMANDES AU NUMÉRO COMMANDITAIRE ET ADRESSE DE LIVRAISON Nom ou dénomination À retourner à : DEP - Bureau de l'édition 58, boulevard du lycée 92170 - Vanves Tél 01 55 55 72 04 Fax 01 55 55 72 29 Adresse Boîte postale Code

Plus en détail

Vu la loi n 75-83 du 30 décembre 1975, portant loi de finances pour la gestion 1976, notamment les articles 45 et 46 de ladite loi;

Vu la loi n 75-83 du 30 décembre 1975, portant loi de finances pour la gestion 1976, notamment les articles 45 et 46 de ladite loi; Base de données LA LEGISLATION DU SECTEUR DE LA SECURITE EN TUNISIE Décret n 77-24 du 6 janvier 1977, portant mission, attributions et organisation générale de l'ecole Nationale de Formation des Agents

Plus en détail

DECRET N 93/234 DU 9 septembre 1993 Portant Réorganisation de l'ecole Supérieure Des Sciences Economiques et Commerciales de l'université de Douala

DECRET N 93/234 DU 9 septembre 1993 Portant Réorganisation de l'ecole Supérieure Des Sciences Economiques et Commerciales de l'université de Douala DECRET N 93/234 DU 9 septembre 1993 Portant Réorganisation de l'ecole Supérieure Des Sciences Economiques et Commerciales de l'université de Douala LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, VU la Constitution ; VU

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 02-06-26-12 Référence(s) : Loi sur l instruction publique, (L.R.Q., c.1-13.3); Régime pédagogique (L.R.Q. c.1-13.3,

Plus en détail

INFORMATIONS À L'INTENTION DES ÉLÈVES DU SECONDAIRE ET DE LEURS PARENTS

INFORMATIONS À L'INTENTION DES ÉLÈVES DU SECONDAIRE ET DE LEURS PARENTS 2 INFORMATIONS À L'INTENTION DES ÉLÈVES DU SECONDAIRE ET DE LEURS PARENTS PRESENTATION Présentation Ce prospectus contient des informations sur le système scolaire et les principales règles qui le régissent.

Plus en détail

PRÉFET DE LA DORDOGNE. Cadre général et calendrier de dépôt

PRÉFET DE LA DORDOGNE. Cadre général et calendrier de dépôt PRÉFET DE LA DORDOGNE Cadre général et calendrier de dépôt La génèse Le PEDT se situe dans une lignée d'actions publiques relatives à l aménagement du temps de l enfant, nées il y a presque 30 ans. La

Plus en détail

SANCTION DES ÉTUDES. Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012

SANCTION DES ÉTUDES. Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012 SANCTION DES ÉTUDES Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles : Formation générale des jeunes; Formation générale des adultes; Formation professionnelle. Édition 2012 Le

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA SERIE E.S.

PRÉSENTATION DE LA SERIE E.S. PRÉSENTATION DE LA SERIE E.S. La série Économique et Sociale (E.S) est une section d'enseignement général ouverte à la vie économique et sociale contemporaine. Elle débouche, après la terminale et le baccalauréat,

Plus en détail

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES

SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES LICENCE Psychologie Présentation Nature Site(s) géographique(s) : Accessible en : Formation diplômante Tours Formation initiale Formation continue Type de diplôme : Durée des études : Licence Niveau de

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À L'INTERNATIONALISATION ET À L'ÉDUCATION INTERCULTURELLE ET CITOYENNE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec)

Plus en détail

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse La politique de l ICT en matière de formation s articule autour de plusieurs axes : 1. Elargissement de l offre de formation

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Après la classe de seconde

Après la classe de seconde Compte- rendu de la réunion d orientation du 19 février 2015 M. Ritter Après la classe de seconde Pour tout renseignement complémentaire, n hésitez pas à contacter M. Ritter : pritter@lfjtokyo.org et le

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

I N S T I T U T S A I N T - M I C H E L V E R V I E R S E N S E I G N E M E N T S E C O N D A I R E

I N S T I T U T S A I N T - M I C H E L V E R V I E R S E N S E I G N E M E N T S E C O N D A I R E I N S T I T U T S A I N T - M I C H E L V E R V I E R S E N S E I G N E M E N T S E C O N D A I R E DEUXIÈME DEGRÉ AVERTISSEMENT AUX ÉLÈVES Vous avez terminé votre deuxième année secondaire. Durant celle-ci,

Plus en détail

Allemagne : un système scolaire différencié

Allemagne : un système scolaire différencié Allemagne : un système scolaire différencié PHOVOIR Introduction En Allemagne, l'enseignement public, gratuit du primaire à l'université, est sous la responsabilité des Länder 1, chacun organise le système

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STI2D La série STI2D s inscrit de manière affirmée dans la voie technologique

Plus en détail

Table des matières Texte Début

Table des matières Texte Début 29 JUIN 1983. _ Loi concernant l' . (NOTE : Consultation des versions antérieures à partir du 01-01-1990 et mise à jour au 03-06-2004) Source : EDUCATION NATIONALE Publication : 06-07-1983

Plus en détail

adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011

adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011 STATUTS de l'institut UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE LE MANS adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011 1 Table des

Plus en détail

Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire

Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire Réunion d'experts sur Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire organisée par le Programme pour la construction et l'équipement de l'éducation et le Programme pour la

Plus en détail

Sciences Po. IEP PARIS : Institut d Etudes Politiques de Paris, établissement d'enseignement public ayant le statut de Grand Etablissement

Sciences Po. IEP PARIS : Institut d Etudes Politiques de Paris, établissement d'enseignement public ayant le statut de Grand Etablissement Sciences Po IEP PARIS : Institut d Etudes Politiques de Paris, établissement d'enseignement public ayant le statut de Grand Etablissement FNSP : la Fondation Nationale des Sciences Politiques, fondation

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de quatrième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de quatrième Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de quatrième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut

Plus en détail

Mesdames et messieurs les récipiendaires, Mme la Directrice académique des services de l Éducation Nationale (Maryline REMER),

Mesdames et messieurs les récipiendaires, Mme la Directrice académique des services de l Éducation Nationale (Maryline REMER), Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, 1/9 Cérémonie de remise des insignes dans l Ordre des Palmes académiques, le 19 février 2014, «Seul le prononcé fait foi» (sous réserve de leur présence

Plus en détail

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Adoptée par la Conférence générale de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Plus en détail

MASTER MEEF PRATIQUES ET INGENIERIE DE LA FORMATION - MEDIATION CULTURELLE : CONCEVOIR DES PROJETS EDUCATIFS ET CULTURELS EN PARTENARIAT

MASTER MEEF PRATIQUES ET INGENIERIE DE LA FORMATION - MEDIATION CULTURELLE : CONCEVOIR DES PROJETS EDUCATIFS ET CULTURELS EN PARTENARIAT MASTER MEEF PRATIQUES ET INGENIERIE DE LA FORMATION - MEDIATION CULTURELLE : CONCEVOIR DES PROJETS EDUCATIFS ET CULTURELS EN PARTENARIAT Domaine ministériel : Sciences humaines et sociales Mention : Métiers

Plus en détail

L ESPAGNOL à PARIS 2

L ESPAGNOL à PARIS 2 L ESPAGNOL à PARIS 2 Le Pôle Langues de l Université de Paris 2 propose des TD de langue et de civilisation espagnole aux étudiants de toutes les années (du L1 au M2) et de toutes les filières. Cette formation

Plus en détail

COURS RAMSES Depuis 1984

COURS RAMSES Depuis 1984 -1 P : 1/5 COURS RAMSES Depuis 1984 - Enfants - Scolaires - Universitaires - Particuliers - Enfants à partir de 4 ans. - Rattrapage scolaire des élèves du secondaire. - Perfectionnement des étudiants universitaires.

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION I. 2 LA MISE EN PLACE DES INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE FORMATION DES MAÎTRES (I.U.F.M.)

NOTE D'INFORMATION I. 2 LA MISE EN PLACE DES INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE FORMATION DES MAÎTRES (I.U.F.M.) 51 NOTE D'INFORMATION I. 2 LA MISE EN PLACE DES INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE FORMATION DES MAÎTRES (I.U.F.M.) Le ministère de l'education nationale a décidé d'ouvrir à la rentrée 1990, trois Instituts Universitaires

Plus en détail

UNIVERSITE D'ARTOIS. Licence Mathématiques-Informatique, parcours Informatique

UNIVERSITE D'ARTOIS. Licence Mathématiques-Informatique, parcours Informatique UNIVERSITE D'ARTOIS Licence Mathématiques-Informatique, parcours Informatique Cette formation donne droit à terme à 180 crédits La durée de cette formation est de 6 Semestres Description de la formation

Plus en détail

Origine des lauréats aux concours de professorat des écoles, des lycées et collèges

Origine des lauréats aux concours de professorat des écoles, des lycées et collèges École Supérieure du Professorat et de l Éducation Lille Nord de France aux concours de professorat des écoles, des lycées et collèges Académie de Lille - session 2014 Introduction Ce rapport présente

Plus en détail

Le logiciel CHOIX dans les Centres P.M.S. de la Communauté française de Belgique LE LOGICIEL CHOIX

Le logiciel CHOIX dans les Centres P.M.S. de la Communauté française de Belgique LE LOGICIEL CHOIX LE LOGICIEL CHOIX DANS LES CENTRES P.M.S. DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE Informations Pédagogiques n 42 - Septembre 1998 2 Parmi les dispositions que le décret «Missions» consacre à la transition

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DES ETUDES

REGLEMENT PARTICULIER DES ETUDES Erg-ESA (Ecole de Recherche Graphique)& ESA-Saint-Luc Bruxelles REGLEMENT PARTICULIER DES ETUDES de l agrégation de l enseignement secondaire supérieur pour le domaine des arts plastiques, visuels et de

Plus en détail

Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure.

Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure. Louis GILL Économiste québécois, retraité de l UQAM 2004 Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole,

Plus en détail

REUNION PARENTS D'ELEVES DE TERMINALE ES / L

REUNION PARENTS D'ELEVES DE TERMINALE ES / L REUNION PARENTS D'ELEVES DE TERMINALE ES / L QUELQUES QUESTIONS... Quels sont mes centres d'intérêts? Mon bac est-il bien adapté aux études que j'envisage? Quelle forme d'enseignement me conviendrait le

Plus en détail

Ecole Moderne de Secrétariat et de Langues Votre formation personnalisée à Genève

Ecole Moderne de Secrétariat et de Langues Votre formation personnalisée à Genève Investir dans la formation, c est conjuguer son avenir au présent et au futur. Depuis 1975 Un centre de formation entre tradition et modernité Magnifiquement située au cœur de Genève, sur la rive gauche

Plus en détail

Les établissements expérimentaux

Les établissements expérimentaux Les établissements expérimentaux Introduction Une école, un collège, un lycée expérimental sont des établissements d'enseignement qui bénéficient d'un statut dérogatoire à des fins d'expérimentation et

Plus en détail

Ministère des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique SEPTEMBRE 2007-1 -

Ministère des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique SEPTEMBRE 2007-1 - - 1 - - 2 - - 3 - II FORMATION 1 Objectif L enseignement vise à la formation en 4 semestres de collaborateurs polyvalents participant à la responsabilité de l étude et de l exécution des travaux de génie

Plus en détail

1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves

1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves 1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves Plus spécifiquement en maternelle Développer la prise de conscience par l enfant de ses potentialités propres et

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENEVE. langue et littérature italiennes italien 3 langue et littérature latines philosophie philosophie 3

UNIVERSITÉ DE GENEVE. langue et littérature italiennes italien 3 langue et littérature latines philosophie philosophie 3 Enseignement secondaire II postobligatoire REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'instruction publique, de la culture et du sport Enseignement obligatoire CO et enseignement secondaire II Services

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

UN ENSEIGNEMENT D EXPLORATION EN SECONDE

UN ENSEIGNEMENT D EXPLORATION EN SECONDE UN ENSEIGNEMENT D EXPLORATION EN SECONDE La finalité des SES est de conduire les élèves à la connaissance des économies et des sociétés contemporaines et ainsi de concourir à la formation du citoyen, grâce

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale POURQUOI ÊTRE CANDIDAT? Pour acquérir une solide formation durant la licence et mettre toutes les chances de son côté pour passer dans les meilleures conditions les épreuves d admissibilité

Plus en détail

Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-chrétiens) au Parlement européen AVIS DE RECRUTEMENT N 2015/4/AST

Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-chrétiens) au Parlement européen AVIS DE RECRUTEMENT N 2015/4/AST Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-chrétiens) au Parlement européen AVIS DE RECRUTEMENT N 2015/4/AST Poste: ASSISTANT (F/M) Agent temporaire de langue tchèque pour le Service des Travaux Parlementaires

Plus en détail

Présentation de l'éducation à l'orientation

Présentation de l'éducation à l'orientation Présentation de l'éducation à l'orientation Contexte de la formation des professeurs principaux Dans le Bassin de Sarcelles 13/03/2001 Présentation personnelle Deux activités : directeur de CIO et coordonnateur

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION

POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION 2013-2014 TABLE DES MATIÈRES 1. Préambule... 3 2. Politique linguistique : définition et contenu... 4 2.1. Définition d une politique linguistique... 4 2.2.

Plus en détail

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail