Psychologie du développement : paradigmes expérimentaux I. la permanence de l objet

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Psychologie du développement : paradigmes expérimentaux I. la permanence de l objet"

Transcription

1 I. la permanence de l objet Quand un objet a disparu du champ de vision d un bébé, continu-t-il à exister? Théoricien de l intelligence du bébé par PIAGET. Définition : capacité de conférer aux choses une existence propre et autonome, c'est-à-dire indépendante de l action exercée. Ce n est pas parce qu on ignore un objet ou qu on ne le voit pas qu il cesse d exister. La permanence d un objet est elle innée ou l apprend-t-on? Ex : si on cache un objet sous un morceau de tissus, sous les yeux d un bébé en âge d attraper un objet, il doit alors soulever le morceau de tissus et prendre l objet (pas en dessous de 8 mois). Selon PIAGET : l objet cesse d exister lorsqu il n est plus dans le champ perceptif immédiat du bébé. Cette permanence de l objet est liée à l incapacité du bébé d en construire une représentation mentale indépendante des données de la perception. Mais est ce que systématiquement les enfants de 12 mois vont attraper l objet? Ex : PIAGET observe un bébé jouer avec une balle. Si la balle disparaissait à un endroit, le bébé va aller la chercher à un autre endroit où elle avait précédemment disparu. PIAGET va systématiser ce dispositif avec l erreur A non B. L erreur A non B : si l on présente à un bébé (8-12 mois) un objet que l on fait disparaître à plusieurs reprises derrières 1 cache A, il parvient systématiquement à le retrouver. Si on fait alors disparaître l objet derrière un 2 nd cache (B) tout aussi visiblement le bébé continu à le chercher derrière A. Pour PIAGET, la permanence véritable de l objet apparaît vers la fin du stade sensori-moteur (vers 2 ans). Mise en cause de l interprétation de PIAGET par beaucoup d auteurs dont LECUYER (1993) & BAILLARGEON (1985, 1987). L absence de recherche de l objet est liée, non à un défaut de permanence de l objet, mais à une difficulté dans la coordination des actions (coordonner une séquence d action moyenne. But : soulever le tissus tout en saisissant l objet). Dans un contexte expérimental qui ne requiert pas une telle coordination d action, les performances sontelles différentes? Phase de familiarisation. Le petit ours va plusieurs fois sous A et revient devant. phase test : le petit ours va sous B. Licence 2- Semestre 3 1/6

2 On enregistre en direct du regard du bébé et la compare ensuite aux mouvements du petit ours. Résultat : - les bébés regardent bien vers le cadre B lors de la phase B (ils attendent l objet du bon coté) - dans une situation piège dans laquelle le petit ours est rentrée sous B et sort de A, les bébés sont perdus et mettent un moment à retrouver l ours. Interprétation : Pas d erreur A non B pour les bébés testés (5 mois). - les objets ont, pour les bébés de 5 mois, une existence continue indépendante de leur accès perceptif. - La coordination vision/ préhension nécessaire dans les expérience de PIAGET a pu être une source d erreur possible. Comment rendre compte de l existence si précoce de cette notion de permanence de l objet? - cette notion est innée (Elisabeth SPELKE, 1985) - les enfants disposent d un mécanisme puissant d apprentissage II. présentation de 3 paradigmes très utilisés en psychologie du développement L activité oculomotrice : dès la naissance, des règles précises déterminent l activité oculomotrice du bébé (le temps de fixation, la fixation des zones contrastées, le déplacement sur les contours). Au cours des premiers mois, il y a un développement rapide du contrôle oculomoteur : orientation du regard non aléatoire ou orientation sélective. L activité oculomotrice est sans doute la mesure la plus utilisée pour l étude du développement cognitif du bébé, malgré la multiplicité des facteurs environnementaux à traiter et le niveau de développement postura. 1 / le temps de fixation relatif ou préférence visuelle. Méthode développée par FANTZ en 1958 Principes : - présenter simultanément 2 cibles ( à droite et à gauche de l axe oculomoteur de l enfant) - les cibles sont placées à environ 50cm. - distance entre cibles à environ 15cm l une de l autre. - entre les 2 cibles, il y a un trou d observation permet au psychologue de suivre le rayon du bébé. Intérêt : - mettre à jour des préférences - si la différence donnée de fixation, d exploration d une cible est vraiment plus longue que l observation de l autre cible, on interprète ce résultat de préférence visuelle. Problème : - avant l âge de 4 mois, certains bébés ont une préférence pour nu coté et non pour une cible. (Contre balance le coté de présentation des cibles) - difficulté d interprétation : si l enfant préfère, on peut dire qu il discrimine si l enfant ne préfère pas, on ne peut dire. 2 / la réaction à l évènement impossible Principe : - présenter 2 types d évènements, l un possible, l autre non. Licence 2- Semestre 3 2/6

3 - Si le temps de fixation ou temps d exploration est plus long pour l évènement impossible, c est que le bébé a compris qu il y avait violation des lois physique. Intérêt : évaluer les attentes qu a le bébé sur les lois qui régissent son univers physique. Ex : expérience de K. WYNN (1992) Expérience sur les compétences numériques : testé avec l adition et les soustractions. VD : temps de fixation de la scène une fois le temps dévoilé : L auteur s attend à ce que la surprise du bébé, si surprise il y a, lorsque le résultat n est pas celui qu il s attendait, le conduit a regarder plus la scène. Résultat : les bébés de 5mois fixant longtemps les évènements impossibles que les évènements possibles correspondants. En moyenne il y a une différence de 1 seconde pour l addition et 3 secondes pour la soustraction. Interprétation! - selon WYNN, les bébés de 5 mois sont capables d une sorte de calcul élémentaire. L interprétation est alors controversée. - Les bébés s attendent peut être à ce qu une opération arithmétique amène un changement numérique mais sans l idée de la grandeur ni du sens de ce changement. Autre ex : matériel de BAILLARGEON et GRAIBER (1987) Licence 2- Semestre 3 3/6

4 3 /habituation/ réaction à la nouveauté Phénomène d habituation : - diminution graduelle et relativement permanente de l intensité ou de la fréquence d apparition d une réponse spontanée ou d un comportement à la suite de la présentation répétée d un stimulus spécifique. - Phénomène observable chez tous les organismes - Chez l animal, l apprentissage par habituation est déterminée car permet de s adapter à l environnement (apprendre à ignorer ce qui n est pas dangereux c pour agir de façon plus adaptée et plus rapide à ce qui l est vraiment). Précision de vocabulaire : - La diminution de la force d une réponse acquise conditionnement) - Habituation par l effacement d une réponse spontanée Principes : Phase d accoutumance : lors de la présentation répétée d un même stimulus, on observe une diminution progressive de la réponse attentionnelle (ex : habituation visuelle : le bébé regardera de moins en moins). Le stimulus perd de son intérêt, et on dit que le bébé est habitué. Durée de fixation objet1 Licence 2- Semestre 3 4/6

5 Phase de réaction à la nouveauté : si on présente un nouvel objet, la réponse attentionnelle apparaît. Durée de fixation Objet 2 objet1 Le critère d habituation est atteint quand la moyenne des 2ou 3derniers essais est différente ou inférieur à 50% de celle des 2 ou 3 premiers essais (indices de COHEN. La remontée du temps de fixation quand il y a présentation du nouveau stimulus est interprétée comme une réaction à la nouveauté). Hypothèse sous jacente : la disparition progressive de la réponse du bébé indique une intégration faite par discrimination et catégorisation des propriétés du stimulus en présence. L habituation est mesurée par différents indices comportementaux (durée de fixation oculaire, rythme cardiaque, rythme respiratoire, rythme de succion ) Problème : comment s assurer que la remontée des durées de fixation en présence de nouveaux stimuli n est pas attribuable aux fluctuations aléatoires de fixation ou à l attraction spécifique du stimulus. Plan inter sujet : groupe contrôle et groupe expérimental à niveau d habituation similaire. On prolonge la présentation du stimulus familier après obtention du critère chez le groupe contrôle, alors qu il y a présentation du nouveau stimulus dans le groupe expérimental. ce sont les moyennes des temps obtenus appelé critères qui sont comparés. Plan intra sujet : on alterne la présentation du stimulus familier et du stimulus nouveau chez le même groupe du sujet= contre balancement. Plusieurs procédures : A essai fixe : - déroulement de l expérience entièrement prévu à l avance - pour savoir si habituation, on compare les premiers et derniers essais Inconvénients : on ne prend pas en compte les différences interindividuelles dans la vitesse d habituation. Contrôlé par le bébé : - rien n est prévu à l avance - un essai commence quand l enfant regarde dans la direction du stimulus et s arrête quand il tourne le regard. - critère d habituation de COHEN. Expérience de EIMAS et al (1971) : sur la discrimination des sons de la parole : [b] et [p]. Méthode : VD : rythme de succion des bébés (nombre de succions par minute) Plan inter sujet (groupe expérimental et groupe contrôle) - phase d habituation : le stimulus sonore [ba] est présenté de manière répétée chez les deux groupes jusqu à obtention du critère d habituation. Licence 2- Semestre 3 5/6

6 - phase test : dans le groupe expérimental, on substitut le son [ba] par le son [pa] alors que le même stimulus continu à être diffusé. Résultat : le rythme de succion continue de diminuer chez le groupe contrôle alors qu on observe clairement une réaction à la nouveauté dans le groupe expérimental. Interprétation : les bébés sont en mesure de discriminer les phonèmes [p] et [b]. Licence 2- Semestre 3 6/6

Nom : Prénom : TD Groupe :.. L1 PSYCHOLOGIE TD de Psychologie du développement Contrôle Continu (durée : 1h00)

Nom : Prénom : TD Groupe :.. L1 PSYCHOLOGIE TD de Psychologie du développement Contrôle Continu (durée : 1h00) Nom : Prénom : TD Groupe :.. L1 PSYCHOLOGIE TD de Psychologie du développement Contrôle Continu (durée : 1h) 1. Exercice (sur points) Dans l une de ses expériences, un chercheur s intéresse à la perception

Plus en détail

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE juliebertrand21@gmail.com Doc 7 è à 1 mois ils regardent peu les traits internes d une cible. Capacités visuelles peu développées donc regardent plus les contours

Plus en détail

Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests. Licence 2

Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests. Licence 2 Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests Licence 2 CM 1 : 16 Septembre, 09:00-11:00 CM 2 : 30 Septembre, 09:00-11:00 CM 3 : 14 Octobre, 09:00-11:00 CM 4 : 4 Novembre, 09:00-11:00 CM 5 : 18

Plus en détail

MEX.B001CM La méthode expérimentale 27/03/06

MEX.B001CM La méthode expérimentale 27/03/06 MEX.B001CM La méthode expérimentale 27/03/06 PREMIERE PARTIE : INTRODUCTION _ Place importante de l enseignement des méthodes dans la formation de la psychologie _ En tant que pratique professionnelle,

Plus en détail

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE -

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE - Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE - juliebertrand21@gmail.com Avant : question en tout ou rien è il possède ou non le concept de soi. Réflexion sur ce concept : Définition? à l ensemble des perceptions

Plus en détail

Le développement de l enfant. L enfant, un être en relation

Le développement de l enfant. L enfant, un être en relation Le développement de l enfant L enfant, un être en relation Sommaire Les premières années de vie Les stades du développement: PIAGET Apprendre c est assimiler La période de l école maternelle Le développement

Plus en détail

THEORIES DE L APPRENTISSAGE

THEORIES DE L APPRENTISSAGE THEORIES DE L APPRENTISSAGE Julie CARRE MCF ESPE de Brest Psychologue psychothérapeute du développement de l enfant et de l adolescent CALENDRIER 7 Septembre 15h45-17h45 CM 2 : Théories de l apprentissage

Plus en détail

La Weschler Intelligence Scale for Children-IV Présentation Générale. Les épreuves verbales. Les épreuves verbales. Les épreuves verbales

La Weschler Intelligence Scale for Children-IV Présentation Générale. Les épreuves verbales. Les épreuves verbales. Les épreuves verbales 4 indices plus spécifiques La Weschler Intelligence Scale for Children-IV Présentation Générale «L examen de débrouillage» dans le repérage des troubles d apprentissage Indice de raisonnement verbal Similitudes

Plus en détail

PROGRAMME DE LA JOURNÉE DU 23 FEVRIER 2015

PROGRAMME DE LA JOURNÉE DU 23 FEVRIER 2015 PROGRAMME DE LA JOURNÉE DU 23 FEVRIER 2015 Le développement cognitif de l enfant et de l adolescent. Organisation de la mémoire La déficience intellectuelle Impacts sur les processus d apprentissage Travaux

Plus en détail

Le béhaviorisme L être humain comme animal Conditionné et «conditionnable»

Le béhaviorisme L être humain comme animal Conditionné et «conditionnable» Le béhaviorisme L être humain comme animal Conditionné et «conditionnable» Le béhaviorisme : origines et fondateurs Le béhaviorisme vient de la tradition anglo-saxonne de la philosophie empiriste. Ses

Plus en détail

Il y a 3 étapes : une étape sensorielle, et c est ici que les trente ms sont perdues, une étape décisionnelle, et une étape motrice.

Il y a 3 étapes : une étape sensorielle, et c est ici que les trente ms sont perdues, une étape décisionnelle, et une étape motrice. La chronométrie mentale C est une des méthodes les plus importantes de la psychologie cognitive. Elle consiste en de nombreux tests visant à mettre en évidence les différents temps de réaction face à des

Plus en détail

Premières activités mathématiques

Premières activités mathématiques UER PS / Nadine Giauque 21 août 2013 Premières activités mathématiques 1 Table des matières 1. Construction du nombre 2. Opérations logicomathématiques et activités 2.1. Identification 2.2. Classification

Plus en détail

Les principales étapes du développement de la notion d apprentissage

Les principales étapes du développement de la notion d apprentissage Les principales étapes du développement de la notion d apprentissage Objectifs : Situer l étude de l apprentissage dans son contexte historique. Souligner l importance de la notion d apprentissage en psychologie

Plus en détail

Objectifs Les supports

Objectifs Les supports des nombres L outil «s» est à utiliser en début d apprentissage au cycle 2 (fin de GS ou début CP suivant les élèves) et comme outil de remédiation ensuite. Le principe est de faire découvrir et utiliser

Plus en détail

2) Plants de transfert (plans simples à une seule VI comprenant toujours un groupe expérimental et un groupe contrôle).

2) Plants de transfert (plans simples à une seule VI comprenant toujours un groupe expérimental et un groupe contrôle). I. Méthodologie du transfert d apprentissage. 1) Définitions. Organiser les successions d apprentissage. Pour un transfert il y a ay moins 2 tâches différentes, 2 apprentissages. On parle de transfert

Plus en détail

Etude d e de l a lla la communication communication communication entre les sens chez les nouveau nouveau--nés nés

Etude d e de l a lla la communication communication communication entre les sens chez les nouveau nouveau--nés nés Mars 2009 Etude de la communication entre les sens chez les nouveau-nésnés Dr. Edouard Gentaz CNRS, LPNC, Université ité de Grenoble, France 1 Points de vue Approche théorique Psychologie cognitive Approche

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : INTRODUCTION PARTIE 2 : METHODES EN ANALYSE APPLIQUEE DU COMPORTEMENT

SOMMAIRE PARTIE 1 : INTRODUCTION PARTIE 2 : METHODES EN ANALYSE APPLIQUEE DU COMPORTEMENT SOMMAIRE Préface PARTIE 1 : INTRODUCTION Chapitre 1 : L analyse du comportement appliquée Introduction PARTIE 2 : METHODES EN ANALYSE APPLIQUEE DU COMPORTEMENT Chapitre 2 : L observation : Principes et

Plus en détail

Sensibilité aux contingences sensorimotrices et apprentissage chez le nourrisson et le robot

Sensibilité aux contingences sensorimotrices et apprentissage chez le nourrisson et le robot Sensibilité aux contingences sensorimotrices et apprentissage chez le nourrisson et le robot L. Jacquey J.K. O Regan R. Esseily (lisa.jacquey@gmail.com) GOAL-Robots LPP LECD JJCR 16 07 novembre Notre équipe

Plus en détail

Notion à retenir. Théories de l apprentissage et la relation pédagogique. 1- Les conceptions du monde et les théories de l apprentissage.

Notion à retenir. Théories de l apprentissage et la relation pédagogique. 1- Les conceptions du monde et les théories de l apprentissage. Notion à retenir Dans le cadre de la formation en soins infirmier : La question de la formation est en lien direct avec la notion de professionnalisation. La professionnalisation est à la fois un processus

Plus en détail

Le contrôle du mouvement : approches comportementales

Le contrôle du mouvement : approches comportementales Université Paul Sabatier STAPS - Licence 1 UE 8 Le contrôle du mouvement : approches comportementales Bernard Thon Laboratoire PRISSMH Equipe Adaptations Perceptivo-Motrices et Apprentissage Faculté des

Plus en détail

Licence 2 semestre 4 année

Licence 2 semestre 4 année 1 Licence 2 semestre 4 année 2013-14 PREAMBULE Que serait notre vie si nous perdions l usage du langage? 2 INTRODUCTION * le langage est présent dans toutes les dimensions de notre vie Rend possible les

Plus en détail

CALCUL ET RÉSOLUTION DE PROBLÈMES

CALCUL ET RÉSOLUTION DE PROBLÈMES CALCUL ET RÉSOLUTION DE PROBLÈMES TEXTES OFFICIELS LES PROGRAMMES - Cycle 1 : à la fin de l école maternelle les problèmes constituent une première entrée dans l univers du calcul mais on n instaure pas

Plus en détail

Les nouveaux programmes 2015

Les nouveaux programmes 2015 L'école maternelle Présentation rentrée 2015 Ecole française René Descartes KINSHASA Les nouveaux programmes 2015 UNE ÉCOLE QUI S ADAPTE AUX JEUNES ENFANTS UNE ÉCOLE QUI ORGANISE DES MODALITÉS SPÉCIFIQUES

Plus en détail

Motif fréquent de consultation en pédopsychiatrie. Une prise en charge précoce conditionne un pronostic meilleurs. Enfant téléphage (conséquences

Motif fréquent de consultation en pédopsychiatrie. Une prise en charge précoce conditionne un pronostic meilleurs. Enfant téléphage (conséquences Motif fréquent de consultation en pédopsychiatrie. Une prise en charge précoce conditionne un pronostic meilleurs. Enfant téléphage (conséquences néfastes sur le développement du cerveau du bébé). Troubles

Plus en détail

Stimulus - Interne (Faim, fatigue, Sensation - Ouïe - Vue - Odorat - Toucher - Goût. Représentation de la réalité.

Stimulus - Interne (Faim, fatigue, Sensation - Ouïe - Vue - Odorat - Toucher - Goût. Représentation de la réalité. PARTIE 1 LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS DOSSIER 3 LA DYNAMIQUE COMPORTEMENTALE I LES SENSATIONS Un stimulus est une information reçue par l un des cinq organes sensoriels : l ouïe, la vue, l odorat, le

Plus en détail

Eléments biographiques

Eléments biographiques Psychologie du développement Licence 2ème année Christel ILDEI Elenitsa Kitromilides Informations générales L enseignement : un cours magistral : 18 heures (9 séances de 2 heures). Les cours magistraux

Plus en détail

F 2 : Le développement sensori-moteur et ses troubles

F 2 : Le développement sensori-moteur et ses troubles Psychologie du développement F 2 : Le développement sensori-moteur et ses troubles CM : B. Le Driant (Responsable de l U.E) TD : L. Ayssi, P. Coche, C. Henny-James, B. Le Driant, A. Vallée. Le développement

Plus en détail

Psychologie du développement : théorie de PIAGET I. La théorie de PIAGET

Psychologie du développement : théorie de PIAGET I. La théorie de PIAGET I. La théorie de PIAGET 1 / Introduction PIAGET était un biologiste Suisse. Il naquit dans une famille protestante et très cultivée. Il est d ailleurs le neveu de BRAXTON. A 21 ans, il soutient une thèse

Plus en détail

UE3.5 Encadrement des professionnels de soins

UE3.5 Encadrement des professionnels de soins UE3.5 Encadrement des professionnels de soins Promotion 2012-2015 Février 2014 Si vous deviez représenter par une image ce que signifie pour vous enseigner, quelle serait-elle? Si vous deviez représenter

Plus en détail

I. Processus cognitifs et traitement de l information

I. Processus cognitifs et traitement de l information I. Processus cognitifs et traitement de l information Processus cognitifs et traitement de l information Psychologie cognitive : s'intéresse principalement aux mécanismes d'acquisition, de traitement,

Plus en détail

Doit-on porter un intérêt didactique à l erreur? Si c est le cas, de quelle manière?

Doit-on porter un intérêt didactique à l erreur? Si c est le cas, de quelle manière? Doit-on porter un intérêt didactique à l erreur? Si c est le cas, de quelle manière? Comment l élève apprend? Cf. Théories de l apprentissage Des perspectives qui vont influencer et donner des indices

Plus en détail

2) Raisonnement hypothético-déductif.

2) Raisonnement hypothético-déductif. I. Introduction. 1) Du concret à l'abstrait. Ce stade s'étend environ de 11-12 à 14-15 ans, il constitue la dernière phase de construction des opérations de l'intelligence. L'enfant va commencer à effecteur

Plus en détail

II-Les compétences du bébé, soutien de l interaction

II-Les compétences du bébé, soutien de l interaction II-Les compétences du bébé, soutien de l interaction plan I- La notion d interaction II-Les compétences du nourrisson III-Les partenaires de l interaction IV-Les trois niveaux d interactions V-Perturbations

Plus en détail

Construire le nombre au cycle 2. Estimer des grandeurs

Construire le nombre au cycle 2. Estimer des grandeurs Construire le nombre au cycle 2 Estimer des grandeurs Plan de l intervention L esprit, les enjeux des programmes du cycle 2 Quelques aspects de la construction du nombre, chez le tout-petit, apports des

Plus en détail

FONCTIONS VISUO-PERCEPTIVES ET VISUO-SPATIALES CHEZ LES ENFANTS AVEC INFIRMITÉ MOTRICE CÉRÉBRALE. Emilie SCHMETZ Neuropsychologue CIRICU ULg

FONCTIONS VISUO-PERCEPTIVES ET VISUO-SPATIALES CHEZ LES ENFANTS AVEC INFIRMITÉ MOTRICE CÉRÉBRALE. Emilie SCHMETZ Neuropsychologue CIRICU ULg FONCTIONS VISUO-PERCEPTIVES ET VISUO-SPATIALES CHEZ LES ENFANTS AVEC INFIRMITÉ MOTRICE CÉRÉBRALE Emilie SCHMETZ Neuropsychologue CIRICU ULg Plan de la présentation Présentation de la batterie BEVPS Présentation

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION DE SOI

QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION DE SOI QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION DE SOI BUT : Cet instrument permet aux jeunes adolescents du secondaire de faire une auto-évaluation de leurs aptitudes professionnelles. Ces dernières sont reliées aux neuf

Plus en détail

CHAPITRE 1 : HISTOIRE ET COURANTS DE LA PSYCHOLOGIE COGNITIVE, L APPROCHE SCIENTIFIQUE DES NEUROSCIENCES

CHAPITRE 1 : HISTOIRE ET COURANTS DE LA PSYCHOLOGIE COGNITIVE, L APPROCHE SCIENTIFIQUE DES NEUROSCIENCES CHAPITRE 1 : HISTOIRE ET COURANTS DE LA PSYCHOLOGIE COGNITIVE, L APPROCHE SCIENTIFIQUE DES NEUROSCIENCES I. Introduction 1. Définir la psychologie 2. Une quête qui transcende les civilisations 3. L ombre

Plus en détail

2. Développement de la mémoire

2. Développement de la mémoire 2. Développement de la mémoire 2.1 Chez le jeune enfant Est-ce que le jeune enfant dispose d une mémoire? Comment étudier la mémoire chez le jeune enfant? Comment expliquer l augmentation des capacités

Plus en détail

Cycle I L air Le vent, l air en mouvement

Cycle I L air Le vent, l air en mouvement Cycle I L air Le vent, l air en mouvement DECOUVRIR LE MONDE A L ECOLE MATERNELLE... 2 Exploration du monde de la matière... 2 Connaissances et savoir-faire à construire pendant la séquence... 2 SEQUENCE...

Plus en détail

La mesure de seuil de détection

La mesure de seuil de détection Partie II de détection (25). benjamin.putois@yahoo.fr Seuil de détection Deux types de seuils : - Seuil absolu (SA) - Seuil différentiel (SD) 2 - Le seuil de détection: C'est la limite, définie statistiquement,

Plus en détail

Dispositif relais : Bilan de compétences

Dispositif relais : Bilan de compétences Année 2012-2013 Dispositif relais : Bilan de compétences Nom, Prénom : Date de naissance : Classe : Collège : Enseignant tuteur : 1. Dans le cadre du PPRE, l enseignant tuteur identifie en les grisant

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DU TRAVAIL UNIVERSITAIRE

MÉTHODOLOGIE DU TRAVAIL UNIVERSITAIRE MÉTHODOLOGIE DU TRAVAIL UNIVERSITAIRE Les spécificités des Sciences de la Vie Caroline Dubacq, 30 juin 2015 Travailler en Sciences de la Vie Les attentes des enseignants disciplinaires : Améliorer les

Plus en détail

Physique et chimie, Chapitre 0

Physique et chimie, Chapitre 0 , Chapitre 0 MESURES ET INCERTITUDES Terminale S I MESURES ET ERREURS DE MESURES 1) Mesure d une grandeur physique Une grandeur est utilisée en science pour caractériser un objet ou un événement. La mesure

Plus en détail

L attention : un processus familier

L attention : un processus familier Attention et vieillissement L attention : un processus familier Saisir les informations nécessaires Ne pas se laisser distraire Maintenir un haut niveau d alerte Ne pas «s endormir sur ses habitudes» Un

Plus en détail

LA MEMOIRE. La mémoire joue un rôle fondamental dans le développement. Sans mémoire, il n'y a pas d'apprentissage.

LA MEMOIRE. La mémoire joue un rôle fondamental dans le développement. Sans mémoire, il n'y a pas d'apprentissage. LA MEMOIRE La mémoire joue un rôle fondamental dans le développement. Sans mémoire, il n'y a pas d'apprentissage. Mémoriser est un processus complexe permettant d'enregistrer et de restituer des informations.

Plus en détail

Annexe : Modèle de compétences et modèle théorique de Howard

Annexe : Modèle de compétences et modèle théorique de Howard Annexe : Modèle de compétences et modèle théorique de Howard Gardner La notion de compétence La notion de compétence est associée aux éléments suivants: la prédisposition (les compétences sont des conditions

Plus en détail

De quoi s agit-il? L analyse fonctionnelle (AF) en Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) Définition. Modèles classiques

De quoi s agit-il? L analyse fonctionnelle (AF) en Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) Définition. Modèles classiques De quoi s agit-il? L analyse fonctionnelle (AF) en Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) Emmanuel Granier Clinique Belle Rive - Pro-TCC 84 000 Avignon La Thérapie Comportementale cible des «comportements-problèmes»,

Plus en détail

Généralités sur la démarche expérimentale. Margaux Glein Bureau 215, LEAD

Généralités sur la démarche expérimentale. Margaux Glein Bureau 215, LEAD + Généralités sur la démarche expérimentale Margaux Glein Margaux.Gelin@u-bourgogne.fr Bureau 215, LEAD + Introduction! Démarche commune à l ensemble des sciences empiriques! Consiste à! 1) Formuler des

Plus en détail

Mathématiques au cycle 2 RÉSOLUTION DE PROBLÈMES

Mathématiques au cycle 2 RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Mathématiques au cycle 2 RÉSOLUTION DE PROBLÈMES L apprentissage des mathématiques développe l imagination, la rigueur et la précision ainsi que le goût du raisonnement. La connaissance des nombres et

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS DU RUGBY

PRINCIPES ET VALEURS DU RUGBY PRINCIPES ET VALEURS DU RUGBY 1 LE RUGBY A L ECOLE 2 3 Logique interne : Le rugby est un jeu collectif de combat entre deux équipes qui luttent et se déplacent dans un espace délimité, en respectant des

Plus en détail

Fonctions cognitives (et APS) 1

Fonctions cognitives (et APS) 1 Fonctions cognitives (et APS) 1 COM 50 Licence 1 STAPS Laure Fernandez 2008-2009 CM : 14h (L. Fernandez & C. Bourdin) TD : 8h Exam final : 5 novembre Plan du cours I. Les origines de la psychologie expérimentale

Plus en détail

Déficience intellectuelle: Introduction

Déficience intellectuelle: Introduction Déficience intellectuelle: Introduction Prof. Koviljka Barisnikov 21.02.2012 Rappel: La déficience intellectuelle Quelques synonymes : - Retard mental - La déficience mentale - Déficience intellectuelle

Plus en détail

Rappel. Rappel 13/03/2010. Licence Professionnelle - Module ABA - Comportements Problèmes : cours 2 - Olivier Bourgueil 1

Rappel. Rappel 13/03/2010. Licence Professionnelle - Module ABA - Comportements Problèmes : cours 2 - Olivier Bourgueil 1 Licence professionnelle «Accompagnant de personnes avec autisme et troubles apparentés» Analyse fonctionnelle des comportements problèmes Cours 2 Olivier Bourgueil Psychologue Association «ABA Apprendre

Plus en détail

Les bases de la performance

Les bases de la performance Les bases de la performance De quels facteurs est dépendante la performance sportive? Chaque performance en sport est dépendante de divers facteurs! 2 Chaque perfomance en sport est dépendante de divers

Plus en détail

Selon Piaget. Le développement cognitif. Différents domaines de développement. Le développement de l enfant. 3 stades de développement

Selon Piaget. Le développement cognitif. Différents domaines de développement. Le développement de l enfant. 3 stades de développement Selon Piaget Le développement cognitif Intelligence = adaptation Acquisition, stockage, récupération et utilisation des informations Capacités innées à apprendre Les 1ers apprentissages s appuient sur

Plus en détail

Des problèmes pour chercher au CP

Des problèmes pour chercher au CP Des problèmes pour chercher au CP Définition du sujet : les problèmes sont des mises en situation où l élève ne trouve pas la solution immédiatement. Chercher est le fait de se mettre en recherche. Il

Plus en détail

Dossier de présentation. Entrer dans le monde des mathématiques par : l oralisation, la manipulation, la recherche, le raisonnement, l évaluation.

Dossier de présentation. Entrer dans le monde des mathématiques par : l oralisation, la manipulation, la recherche, le raisonnement, l évaluation. Dossier de présentation Entrer dans le monde des mathématiques par : l oralisation, la manipulation, la recherche, le raisonnement, l évaluation. Les outils de la collection Maths + Les posters pp. 6-7

Plus en détail

Œuvres de Piaget dans la collection des AJP (monographies, en ordre chronologique)

Œuvres de Piaget dans la collection des AJP (monographies, en ordre chronologique) Œuvres de Piaget dans la collection des AJP (monographies, en ordre chronologique) Titre Recherche 1918 Le langage et la pensée chez l'enfant 1923 Le jugement et le raisonnement chez l'enfant 1924 La représentation

Plus en détail

Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests Licence 2. Travaux Dirigés. Dzodzo Eli KPELLY,

Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests Licence 2. Travaux Dirigés. Dzodzo Eli KPELLY, Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests Licence 2 Travaux Dirigés Dzodzo Eli KPELLY, dzodzo.kpelly@u-picardie.fr Plan Organisation Généralités Présentation du WISC IV Organisation (1/1)

Plus en détail

Résumé de la thèse. Titre de la thèse L'OPTIMISATION DE L'ENSEIGNEMENT DE L'ÉDUCATION PHYSIQUE DANS L'ÉDUCATION PRIMAIRE PAR LES JEUX DYNAMIQUE

Résumé de la thèse. Titre de la thèse L'OPTIMISATION DE L'ENSEIGNEMENT DE L'ÉDUCATION PHYSIQUE DANS L'ÉDUCATION PRIMAIRE PAR LES JEUX DYNAMIQUE Résumé de la thèse Auteur : Marinică Dorel Cuceu Maître scientifique : Prof. Univ. Dr. Vasile Marcu Titre de la thèse L'OPTIMISATION DE L'ENSEIGNEMENT DE L'ÉDUCATION PHYSIQUE DANS L'ÉDUCATION PRIMAIRE

Plus en détail

Repères didactiques EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Cycle 2 Cycle 3

Repères didactiques EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Cycle 2 Cycle 3 Repères didactiques EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Cycle 2 Cycle 3 Développer sa motricité et construire un langage du corps Prendre conscience des différentes ressources à mobiliser pour agir avec son

Plus en détail

Enseigner la modélisation dans un contexte européen Richard Cabassut ( 1 )

Enseigner la modélisation dans un contexte européen Richard Cabassut ( 1 ) Enseigner la modélisation dans un contexte européen Richard Cabassut ( 1 ) Cet atelier présente différentes tâches de modélisation pour des élèves. Ces tâches ont été produites dans le cadre d'un programme

Plus en détail

Définition des concepts de base

Définition des concepts de base Définition des concepts de base Staf 11 - Glossaire période 1 - Etape 2 Cyril Rebetez N.B. texte 1 renvoie au texte de L. Sauvé, texte 2 à celui de Skinner Agent de renforcement Stimulus dont la présence

Plus en détail

Résolution de problèmes Pistes pour les cycles 1 et 2. Bruno Canivenc, IUFM d Aix-Marseille, prolongements de la conférence de Roland Charnay

Résolution de problèmes Pistes pour les cycles 1 et 2. Bruno Canivenc, IUFM d Aix-Marseille, prolongements de la conférence de Roland Charnay Résolution de problèmes Pistes pour les cycles 1 et 2 Bruno Canivenc, IUFM d Aix-Marseille, prolongements de la conférence de Roland Charnay Des difficultés évoquées par R. Charnay : - compétences limitées

Plus en détail

Développement cognitif et handicap. Loïc Pulido, maître de conférences à l Université de Nantes, CREN EA 2661

Développement cognitif et handicap. Loïc Pulido, maître de conférences à l Université de Nantes, CREN EA 2661 Développement cognitif et handicap Loïc Pulido, maître de conférences à l Université de Nantes, CREN EA 2661 loic.pulido@univ-nantes.fr Le développement cognitif Renvoie au développement des mécanismes

Plus en détail

Conditionnement de Pavlov Conditionnement de Skinner

Conditionnement de Pavlov Conditionnement de Skinner Conditionnement de Pavlov Conditionnement de Skinner Caroline LOUIS Quels sont les facteurs qui déterminent le développement de la dépendance à l égard du tabac? Que se passe-t-il au niveau de l organisme

Plus en détail

L enseignement des mathématiques

L enseignement des mathématiques L enseignement des mathématiques Objectifs de l intervention : -Développer les connaissances sur l état de l enseignement des mathématiques. -Interroger les pratiques d enseignement. -Proposer des réponses

Plus en détail

Pré-requis à la communication. N.Denni-Krichel orthophoniste

Pré-requis à la communication. N.Denni-Krichel orthophoniste Pré-requis à la communication N.Denni-Krichel orthophoniste Communication Tout moyen verbal ou non verbal utilisé par un individu pour échanger des idées, des connaissances, des sentiments avec un autre

Plus en détail

Peddy CALIARI La mémoire 1

Peddy CALIARI La mémoire 1 1 Introduction Tout apprentissage, toute performance, tout moment de la vie fait appel à un processus de mémoire où chaque action modifie le système nerveux, le muscle ou un organe. Toute la vie de l Homme

Plus en détail

Les troubles du développement comportemental chez le chien Une perte de chance?

Les troubles du développement comportemental chez le chien Une perte de chance? Les troubles du développement comportemental chez le chien Une perte de chance? Dr Isabelle VIEIRA Vétérinaire Comportementaliste Présidente de la Société Européenne d Ethologie Vétérinaire des Animaux

Plus en détail

Psychologie du développement : classification et sériation

Psychologie du développement : classification et sériation Que fait un enfant avant 2 ans? Quels statuts ont les actions chez le jeune enfant? L installation de la pensée symbolique se fait en 3 dimensions. - Dessin développement conceptuel - Système des signifiants

Plus en détail

Nombres entiers et décimaux Désignations La bonne compréhension s appuie sur le sens et non sur des procédures. Ordre procédures justifiées

Nombres entiers et décimaux Désignations La bonne compréhension s appuie sur le sens et non sur des procédures. Ordre procédures justifiées Nombres entiers et décimaux Désignations L objectif est d assurer une bonne compréhension de la valeur des chiffres en fonction du rang qu ils occupent dans l écriture à virgule, sans refaire tout le travail

Plus en détail

M. Seknadje part de propositions que l on avance parfois pour essayer de définir le maître E :

M. Seknadje part de propositions que l on avance parfois pour essayer de définir le maître E : M. Seknadje part de propositions que l on avance parfois pour essayer de définir le maître E : I - Se définir par des modalités de travail particulières Le maître E travaille avec de petits groupes d élèves

Plus en détail

Les mesures répétées

Les mesures répétées 1 Les mesures répétées Comment améliorer la performance en stats des étudiants? 3 groupes de traitement VD: performance à un test de stats 2 1 Une ANOVA (One way) Vitamines Coffee Crisp Contrôle Sj 1 12

Plus en détail

1. Exemples d apprentissage par habituation

1. Exemples d apprentissage par habituation HABITUATION Plan du cours 1. Exemples d apprentissage par habituation 2. Définition de l habituation 3. Phénomènes associés à l habituation 4. Les paramètres de l habituation 5. Utilisation de l habituation

Plus en détail

PPRE : élève à haut potentiel

PPRE : élève à haut potentiel PPRE : élève à haut potentiel École : Nom-Prénom : Niveau : Date : Bilan psychologique effectué le : père parties prenantes mère élève enseignant directeur RASED intervenant extérieur scolarité PS MS GS

Plus en détail

Dossier de présentation. Entrer dans le monde des mathématiques par : l oralisation, la manipulation, la recherche, le raisonnement, l évaluation.

Dossier de présentation. Entrer dans le monde des mathématiques par : l oralisation, la manipulation, la recherche, le raisonnement, l évaluation. Dossier de présentation Entrer dans le monde des mathématiques par : l oralisation, la manipulation, la recherche, le raisonnement, l évaluation. Les outils de la collection Maths + Les posters pp. 6-7

Plus en détail

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Le consommateur affine sa connaissance du monde au fur et à mesure des stimuli reçus : c est un processus continu Les théories behavioristes Elles s appuient

Plus en détail

Établir des relations entre l oral et l écrit. Repérage et anticipation Maîtrise des déplacements sur une piste

Établir des relations entre l oral et l écrit. Repérage et anticipation Maîtrise des déplacements sur une piste Titres Compétences Compréhension et catégorisation 1 pour 4 Préparation aux inférences 7 familles de sons Mémoriser Comprendre le fonctionnement du langage écrit. Identifier la place d un phonème dans

Plus en détail

Troubles obsessionnel-compulsifs Physiopathologie. P. Burbaud

Troubles obsessionnel-compulsifs Physiopathologie. P. Burbaud Troubles obsessionnel-compulsifs Physiopathologie P. Burbaud Définitions Obsessions Pensées récurrentes, intrusives Génèrent anxiété et détresse Compulsions Comportements répétitifs ou actes mentaux Réduisent/neutralisent

Plus en détail

Théorie de l apprentissage social

Théorie de l apprentissage social Théorie de l apprentissage social Approche de Rotter Rotter appartient aux psychologues qui ont établi des liens entre les éléments de la théorie comportementale et ceux de la thérapie cognitive. Il a

Plus en détail

Bases neurales de la perception. BLEYER Jérémy ERNOULT Marc BRANGER Frédéric

Bases neurales de la perception. BLEYER Jérémy ERNOULT Marc BRANGER Frédéric Bases neurales de la perception BLEYER Jérémy ERNOULT Marc BRANGER Frédéric Approche Boîte Noire Stimulus Cerveau Perception Algorithme/Fonction de Transfert Deux énigmes en Neurosciences : Activité spontanée

Plus en détail

Avec V1= St Emilion ; V2= Fronsac ; V3= St Julien.

Avec V1= St Emilion ; V2= Fronsac ; V3= St Julien. ) Le contre-balancement : effets de rang ou de dépendance séquentielle. Dès lors qu une épreuve se trouve organisée en une séquence d items ou d essais, on doit poser l hypothèse que la performance associée

Plus en détail

Les jeunes enfants, les livres d images et les animations vidéo

Les jeunes enfants, les livres d images et les animations vidéo Les jeunes enfants, les livres d images et les animations vidéo Arlette Streri, Professeur Émérite Université Paris Descartes - CNRS Montbrison 18 novembre 2014 arlette.streri@gmail.com Plan de l exposé

Plus en détail

Chantier d écriture réflexive Esprit mathématique, es-tu là?» ESP Hainaut 2010/2011, module 3

Chantier d écriture réflexive Esprit mathématique, es-tu là?» ESP Hainaut 2010/2011, module 3 Où habites-tu? Mettre en place des stratégies pour renforcer l esprit logique des enfants Type d outil : Activité d apprentissage visant le Savoir Etablir des Liens Logiques : Résoudre, raisonner et argumenter

Plus en détail

ANGLAIS SPÉCIFICITÉS DE L ENSEIGNEMENT DE L ANGLAIS AU CYCLE 2

ANGLAIS SPÉCIFICITÉS DE L ENSEIGNEMENT DE L ANGLAIS AU CYCLE 2 SPÉCIFICITÉS DE L ENSEIGNEMENT DE L ANGLAIS AU CYCLE 2 ANGLAIS Les remarques qui suivent s inscrivent en complémentarité aux commentaires généraux du domaine Langues et ne font que préciser quelques-unes

Plus en détail

Séance n 3/10. Situation de référence :

Séance n 3/10. Situation de référence : Niveau : CM2 Effectif : à définir Séance n 3/10 Activité : Athlétisme : Demi-fond Situation de référence : Course de 9 min plus une course de 4 min 30 sur parcours avec plots tous les 12,5 m et signal

Plus en détail

LE CALCUL MENTAL Cycles 2 et 3

LE CALCUL MENTAL Cycles 2 et 3 LE CALCUL MENTAL Cycles 2 et 3 05/01/15 calcul mental (2) Formation Magistère Doubles Compléments à 10 Tables add. et mult. 25 (x2, 3 et 4) 50 (x2) Passage à la dizaine supérieure Distributivité 12 = 10

Plus en détail

D F É INITIONS DE L APPRENTISSAGE adaptative du comportement d habileté mouvement solution motrice ensemble de processus sous-habiletés

D F É INITIONS DE L APPRENTISSAGE adaptative du comportement d habileté mouvement solution motrice ensemble de processus sous-habiletés DÉFINITIONS DE L APPRENTISSAGE Modification adaptative du comportement au cours d épreuves répétées(piéron, 1968) Changement stable du niveau d habileté résultant d essais répétés(cratty, 1973) Ce qui

Plus en détail

Pourquoi ce comportement

Pourquoi ce comportement Introduction à la psychologie!!!?!! Pourquoi ce comportement F.Rosset / Gymnase du Bugnon 1 Tout comportement subit l influence de 3 facteurs Les composantes du facteur Les structures cérébrales Le système

Plus en détail

2 La perception La psychophysique : mesurer la perception a- La mesure des seuils b- Types de seuils c- Techniques de mesure

2 La perception La psychophysique : mesurer la perception a- La mesure des seuils b- Types de seuils c- Techniques de mesure 2 La perception 2.1-Fonctionnement général a- La sensation b- L organisation perceptuelle : à quoi l objet ressemble c- Identification et reconnaissance : Quel est cet objet, quel est sa fonction 2.2-

Plus en détail

YANN ARTHUS BERTRAND L'EAU

YANN ARTHUS BERTRAND L'EAU ARTS V ISUELS Niveau CYCLE 2 et 3 Contraste et gestion de l'espace EXPLOITATION DES AFFICHES N 6 - N 7 N 8 N 18 N 6 N 7 N 8 N 9 PROPOSITION DE SEANCE PEDAGOGIQUE : COMPETENCES : ARTS VISUELS (BO du 19

Plus en détail

Mémoire : conservation et récupération de nouvelles informations tirées de l expérience. Catégories qualitatives de la mémoire humaine

Mémoire : conservation et récupération de nouvelles informations tirées de l expérience. Catégories qualitatives de la mémoire humaine La mémoire et l apprentissage Mémoire : conservation et récupération de nouvelles informations tirées de l expérience Catégories qualitatives de la mémoire humaine explicite procédurale Exprimable par

Plus en détail

CH 00 Mesures et incertitudes

CH 00 Mesures et incertitudes CH 00 Mesures et incertitudes Ceci est une version simplifiée du dossier Mesures et Incertitudes de votre livre( pa1 à pa.5). I. Vocabulaire Le mesurage est l ensemble des opérations permettant de déterminer

Plus en détail

Les difficultés en arithmétique des enfants dyspraxiques. Françoise Belfais-Duquesne Mars 2006 INSFREJHEA Suresnes (Cnefei)

Les difficultés en arithmétique des enfants dyspraxiques. Françoise Belfais-Duquesne Mars 2006 INSFREJHEA Suresnes (Cnefei) Les difficultés en arithmétique des enfants dyspraxiques Françoise Belfais-Duquesne Mars 2006 INSFREJHEA Suresnes (Cnefei) Les premiers apprentissages numériques L espace et le nombre Compter les éléments

Plus en détail

T.D.6 Dyslexies. Chargé d enseignement : Alexandre

T.D.6 Dyslexies. Chargé d enseignement : Alexandre T.D.6 Dyslexies Chargé d enseignement : Alexandre Aubry alexandre.aubry@u-picardie.fr @alexandre_aubry Trouble du Déficit de l Attention / Hyperactivité Prévalence : 5 % des enfants et 2,5 % des adultes

Plus en détail

CALCUL MENTAL CYCLES 2 & 3

CALCUL MENTAL CYCLES 2 & 3 1 CALCUL MENTAL CYCLES 2 & 3 Formations départementales 2016-2017 MC Croset ESPE Grenoble E. Touchard CPD math-sciences 2 Objectifs de la formation Partager un vocabulaire commun Identifier les enjeux

Plus en détail

DISCIPLINE : SCIENCES

DISCIPLINE : SCIENCES la on dossier sur DISCIPLINE : SCIENCES SEQUENCE : La Lunaison. Période : 4 Niveau : Cycle 3 SEANCE 1 : (60 mns) OBJECTIF : Identifier les phases de la Lune / Connaître le cycle lunaire. DEROULEMENT :

Plus en détail

MULTIPLICATION ET DIVISION

MULTIPLICATION ET DIVISION MULTIPLICATION ET DIVISION I MULTIPLICATION : 1-Définition : produit de a par b, à partir de l addition : le produit de a par b est égal à la somme de b nombres égaux à a, soit a x b = a+a+a+ +a (b termes)

Plus en détail