Recenser les espèces en péril dans les provinces Maritimes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recenser les espèces en péril dans les provinces Maritimes"

Transcription

1 Recenser les espèces en péril dans les provinces Maritimes Supplément au Guide du participant à l Atlas des oiseaux nicheurs des Maritimes Jerry de Boer Mai e Édition Financé par: Le Programme d intendance de l habitat des espèces en péril du gouvernement du Canada

2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION AU RECENSEMENT DES ESPÈCES EN PÉRIL... 3 COMPTES RENDUS SUR LES ESPÈCES... 6 Arlequin plongeur (population de l est) Histrionicus histrionicus... 6 Petit Blongios Ixobrychus exilis... 9 Râle jaune Coturnicops noveboracensis Hibou des marais Asio flammeus Engoulevent d Amérique Chordeiles minor Martinet ramoneur Chaetura pelagica Moucherolle à côtés olive Contopus cooperi Grive de Bicknell Catharus bicknelli Paruline du Canada Wilsonia canadensis Quiscale rouilleux Euphagus carolinus REMERCIEMENTS RÉFÉRENCES

3 INTRODUCTION AU RECENSEMENT DES ESPÈCES EN PÉRIL L Atlas des oiseaux nicheurs des Maritimes est le plus grand programme de surveillance des oiseaux dans les Maritimes et l une des initiatives les plus ambitieuses pour le recensement de la faune sauvage dans la région. Plusieurs centaines d ornithologues amateurs d expérience effectueront une recherche systématique dans les trois provinces maritimes entre 2006 et 2010 afin de trouver des indices de nidification. L Atlas est donc dans une position unique pour la collecte de données sur la répartition, l abondance et la nidification de toutes les espèces aviaires, particulièrement pour les espèces rares et celles qui sont considérées comme étant des «espèces en péril». Les espèces en péril sont celles qui ont été désignées à l échelle nationale par le COSEPAC (le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada) et la LEP (la Loi sur les espèces en péril) comme appartenant à l une des cinq catégories suivantes : Préoccupante, Menacée, En voie de disparition, Disparue du pays ou Disparue. Les espèces en péril prises en compte dans ce supplément sont désignées comme étant Menacées ou Préoccupantes et sont par conséquent considérées comme pouvant disparaître du Canada si aucune mesure n est prise pour inverser les facteurs qui mènent à leur déclin. La plupart d entre elles figurent également sur les listes d espèces établies en vertu de lois provinciales comparables régissant les espèces en péril. L importance du recensement des espèces en péril Puisque leurs populations sont déjà en déclin, la plupart des espèces en péril n occupent pas tous les habitats potentiels de leur espèce, et les programmes de surveillance mis sur pied par les organismes de conservation sont rarement en mesure d étudier tous les sites potentiels propices à une espèce. La majorité de ces programmes recensent uniquement dans les endroits qui sont actuellement occupés ou qui ont déjà été occupés par une espèce afin d évaluer la situation de sa population. L un des aspects importants des efforts déployés dans le cadre de l Atlas, c est que des ornithologues amateurs d expérience voyageront beaucoup afin de rechercher des oiseaux dans de nombreux secteurs qui ne sont que rarement, sinon jamais, visités par des ornithologues.. L information recueillie aidera à déterminer les secteurs d importance pour ces espèces et complétera la surveillance ciblée exercée par les organismes de conservation. Pour que cette initiative soit pleinement efficace, il faut que les participants connaissent les critères d identification, les habitudes et les habitats des espèces en péril, ainsi que les outils et les techniques qui peuvent aider à repérer ces espèces, à les surveiller et à évaluer leur statut de nidification. Espèces en péril étudiées dans ce guide Ce supplément vise à compléter le Guide du participant en fournissant des renseignements précis pour la détection des dix espèces figurant sur la liste des espèces en péril : Arlequin plongeur, Petit Blongios, Râle jaune, Hibou des marais, Engoulevent d Amérique, Martinet ramoneur, Moucherolle à côtés olive, Grive de Bicknell, Paruline du Canada et Quiscale rouilleux. Pour chacune de ces espèces, le guide décrit les critères d identification, les besoins en matière d habitat, les endroits où trouver ces habitats à l aide des cartes des carrés d Atlas, les stratégies visant à accroître la détection de l espèce (p. ex. choix du moment de la recherche, utilisation d enregistrements de chants ou de cris visant à obtenir une réponse de l oiseau); il fournit aussi des indications sur les habitudes et les comportements et sur l utilisation des codes applicables quant aux indices de nidification. 3

4 Comment recenser les espèces figurant sur la liste des espèces en péril Les participants à l Atlas sont encouragés à déployer des efforts particuliers pour trouver ces six espèces et confirmer leur nidification, sans oublier d éviter de déranger les oiseaux. Commencez en vérifiant les cartes fournies, tirées du premier Atlas des oiseaux nicheurs des Maritimes; ceci vous permettra de voir si ces espèces avaient été détectées dans votre carré d Atlas ou dans les carrés voisins. Le cas échéant, ou si l habitat de nidification préféré d une de ces espèces est compris parmi les divers habitats de votre carré, examinez attentivement les conseils de détection. Ceux-ci sont conçus pour vous aider à repérer les oiseaux qui pourraient être présents en vous donnant des indications sur le temps propice à l observation, l utilisation de l habitat et les vocalisations. Ces conseils traitent aussi de l interprétation des activités générales et des comportements spécifiques de l espèce afin de vous aider à assigner le code de nidification approprié à votre observation et à confirmer la nidification quand possible. Utilisation d enregistrements de cris et de chants Les participants à l Atlas peuvent recourir à des enregistrements de cris ou de chants pour les aider à détecter certaines de ces espèces (veuillez consulter le profil de chaque espèce pour plus de détails). Des «CD» contenant les vocalisations de chaque espèce sont disponibles au bureau de l Atlas. Les enregistrements devraient être utilisés avec prudence par des ornithologues amateurs d expérience, en appliquant avec rigueur les protocoles fournis dans ce document. Ces protocoles sont conçus pour vous permettre de provoquer une réponse des oiseaux qui seraient présents et pour vous aider à confirmer leur nidification sans les déranger indûment. Présenter les observations des espèces en péril Si vous observez l une de ces six espèces, veuillez remplir avec soin un formulaire des espèces rares ou coloniales. Il est particulièrement important d y fournir les indications précises sur le lieu d observation, notamment les coordonnées UTM, telles que déterminées au moyen d une carte ou d un appareil «GPS». Si vous désirez de l aide pour vérifier votre observation, communiquez avec le coordonnateur de votre région ou avec le coordonnateur de l Atlas ( atlas5 ou ). Étant donné qu il y a peu de mentions de nidification récentes confirmées pour l Arlequin plongeur, le Petit Blongios et le Râle jaune, veuillez communiquer immédiatement avec votre coordonnateur régional et le coordonnateur de l Atlas si vous observez ces espèces. Il est possible que le Service canadien de la faune (SCF) ou des biologistes du gouvernement provincial veuillent assurer un suivi de vos observations afin de recueillir plus de données sur la nidification. Autres espèces figurant sur les listes du COSEPAC Quatre autres espèces d oiseaux désignées comme étant en péril par le COSEPAC fréquentent les provinces Maritimes et ne sont pas inclues dans ce guide : le Faucon pèlerin, le Pluvier siffleur, la Sterne rosée et le Bruant des prés (forme Ipswich). Ces quatre espèces sont toutes étudiées par d autres organismes de conservation, car elles nichent généralement dans des régions protégées ou sur des îles, mais les mentions d indices de nidification obtenues dans le cadre de l Atlas sont toujours d un intérêt considérable pour les gestionnaires de la conservation. Si vous repérez une de ces espèces, veuillez l observer avec prudence et fournir un rapport détaillé sur un formulaire des espèces rares ou coloniales. 4

5 Notes importantes sur les précautions à prendre Le fait de suivre les techniques normales de recensement telles que décrites dans le Code déontologique des observateurs fourni sur le site Web de l Atlas et dans le Guide du participant garantira normalement que les activités de l Atlas n auront que peu d impact sur les oiseaux surveillés. Les participants à l Atlas sont habituellement très prudents et consciencieux afin de réduire au minimum le dérangement pour les oiseaux nicheurs. Cependant, il est important d être particulièrement attentif quant on veut recenser les espèces figurant sur la liste des espèces en péril. En vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral et des lois provinciales comparables, tous les Canadiens, y compris les participants à l Atlas, ont des obligations morales et légales qui leur imposent de prendre des précautions supplémentaires pour éviter de déranger les espèces en péril. Évitez toute activité qui pourrait avoir une incidence sur le comportement des oiseaux, le succès de la reproduction, la qualité de leur habitat ou leur bien-être général, comme s approcher très près du nid d une espèce en péril ou dévoiler publiquement l emplacement du nid. La sécurité et la survie de ces oiseaux doivent être notre toute première priorité.. 5

6 COMPTES RENDUS SUR LES ESPÈCES Arlequin plongeur (population de l est) Histrionicus histrionicus Statut selon le COSEPAC : Préoccupante Désignation au Nouveau-Brunswick : En voie de disparition Désignation en Nouvelle-Écosse : En voie de disparition Description L Arlequin plongeur de l Est est un petit canard de mer au front très incliné, au cou épais et au bec trapu. Le plumage nuptial du mâle est bleu ardoise, curieusement marqué de Serge Brodeur blanc, de noir et de marron. La tête présente des motifs distinctifs comme des rayures sur la couronne, des taches sur les joues et un grand croissant blanc sous les yeux. Des bandes blanches bien visibles dessinent un collier à la base du cou et une barre verticale devant l aile repliée. Les scapulaires externes blanches forment une ligne le long du dos chez le mâle. Les tertiaires blanches contrastent avec les secondaires iridescentes bleu ardoise. La poitrine et le ventre sont gris ardoise, les côtés et les flancs marron et le croupion ainsi que le bas du ventre sont noirs. La femelle est brune avec un ventre clair, une tache auriculaire blanche et deux taches délavées devant l œil. Ces taches sont absentes chez la femelle du Petit Garrot et le profil du bec de l Arlequin plongeur permet de le différencier des macreuses. Les juvéniles et les immatures ressemblent aux femelles. Les jeunes sont gris-brun sur le dessus, avec un ventre blanc ainsi que des taches blanches sur les flancs, sur les ailes et audessus de l œil. Habitat de nidification connu et potentiel L Arlequin plongeur niche près des eaux d amonts de rivières et de ruisseaux aux eaux claires, peu profondes et rapides où les concentrations d invertébrés aquatiques sont élevées, et qui sont à proximité de couvert terrestre pour la nidification. Pendant le premier Atlas, l Arlequin plongeur a été observé en amont des rivières Nepisiguit et Benjamin dans le nord du Nouveau- Brunswick (dans les carrés 19GN04 et 19GN09, respectivement). Plus récemment, il a été signalé également en amont de la rivière Charlo. Conseils de détection Habitat Sur les cartes d Atlas, l Arlequin plongeur est plus susceptible d être trouvé dans la catégorie d habitat «Ruisseau» lorsque ce type d habitat est entouré de forêts matures, qui pourraient être remplacées par des forêts rabougries en haute altitude dans certaines parties de l aire de répartition. L Arlequin peut aussi utiliser l habitat de ruisseaux côtiers. Il semble préférer les secteurs aux rives escarpées offrant beaucoup de couvert végétal et pourrait choisir 6

7 de préférence des sections de rivière au courant rapide au début de la nidification et des sections au courant plus lent pendant l élevage des jeunes. Vocalisations Il vocalise davantage que les autres canards de mer. Son cri habituel est un couinement aigu. Il vocalise lors d interactions comportementales. La fréquence et l intensité des cris augmentent proportionnellement aux activités. La femelle lance un «ek» rauque lorsqu elle est à la recherche d un mâle ou de ses jeunes. Habitudes et comportement Petit et agile, l Arlequin plongeur peut se maintenir stable dans des eaux rapides et turbulentes. Il plonge pour prélever de la nourriture sur le lit du cours d eau et il est également à l aise sur terre. Au vol, le corps est arqué vers le haut et les battements d ailes sont rapides. Nidification L Arlequin plongeur peut nicher sur le sol, sous un surplomb, des buissons ou des rondins de la rive, sur une souche ou dans des cavités à faible hauteur. Le nid est une dépression qui peut être tapissée d aiguilles de conifères, de mousses, de feuilles mortes et de duvet. Il se trouve généralement à une distance de 2 à 50 mètres de l eau; dans la péninsule de la Gaspésie au Québec, des nids ont été découverts au sommet de vallées escarpées, jusqu à 20 m au-dessus de l eau. Il est possible que les oiseaux réutilisent un site de nidification occupé lors d une saison de reproduction antérieure. La ponte des œufs commence généralement en mai, quand le mâle et la femelle sont habituellement tous deux présents sur la rivière à proximité du nid. L incubation dure jusqu à un mois. La femelle est très discrète pendant l incubation et elle ne quitte le nid qu une fois par jour en soirée. Les canetons se nourrissent seuls après l éclosion et la femelle les conduit dans une aire d alimentation appropriée sur la rivière. Les jeunes peuvent rester près du lieu de nidification jusqu à leur envol, vers 7 à 8 semaines. Les femelles sont particulièrement méfiantes lorsqu elles s occupent des jeunes et peuvent s éloigner jusqu à une distance de 2 km lorsqu on les dérange. Elles peuvent essayer d éloigner les intrus lorsque la nichée est cachée. Utilisation d enregistrements S/O Indices de nidification L Arlequin plongeur nicheur est plus susceptible d être observé sur les rivières où il niche pendant le choix de l emplacement du nid et pendant la ponte (H), quand les deux membres du couple sont présents (P), et pendant l élevage des jeunes, quand la femelle est seule en compagnie des jeunes incapables de voler (FY). Les parades (D) de l Arlequin peuvent être observées pendant les interactions entre deux mâles concurrents. Habituellement utilisé par le mâle qui défend sa partenaire, le hochement de la tête est le comportement le plus commun et est souvent accompagné de vocalisations. Toutefois, il ne faut utiliser le code «D» qu avec prudence, car ce comportement peut aussi être utilisé pendant la migration. La présence d un mâle observé deux jours différents à au moins une semaine d intervalle dans un habitat propice constitue un bon indice de nidification probable. Dans ce cas, utilisez le code «T», car même si l Arlequin mâle ne défend pas un véritable territoire, il défend la femelle qui choisit l emplacement du nid et qui pond ses œufs. L observation d une femelle qui tente d éloigner un intrus de son nid peut être considérée comme un comportement agité (A) ou un comportement de distraction (DD) si l activité est particulièrement intense. La plus grande difficulté dans la collecte d indices de nidification pour l Arlequin plongeur réside dans le défi associé à l accès à un habitat de nidification approprié en région éloignée. L accès à l habitat peut nécessiter 7

8 l utilisation d un canoë ou autres moyens de transport dans l arrière-pays. Vous devriez être deux recenseurs avec un niveau d expérience en région sauvage approprié. L Arlequin plongeur n a été recensé que dans 2 carrés pendant le premier Atlas. La nidification n a pas été confirmée. 8

9 Petit Blongios Ixobrychus exilis Statut selon le COSEPAC : Menacée Description Le Petit Blongios est le plus petit membre de la famille des hérons et des butors. La coloration de son plumage et sa petite taille le différencient du Butor d Amérique et du Héron vert. Le menton, le cou et la gorge du Petit Blongios sont principalement blancs avec quelques rayures brun-pâle sur la gorge. Le visage et les côtés du cou sont de couleur chamois, contrastant avec la couronne et le dos plus foncés (noirs chez le mâle et marron foncé chez la femelle). Les juvéniles, présents de juillet à octobre, ressemblent à la femelle, mais les pointes de leurs plumes dorsales sont chamois et ils ont la couronne et le dos d un brun plus pâle. Le Petit Blongios ne possède pas les stries distinctives noires présentes sur le cou du Butor d Amérique. On le distingue également par les grandes taches chamois pâle de Brian E. Small ses ailes, qui sont visibles au repos et au vol. Les taches chamois du Petit Blongios sont également absentes chez le Héron vert dont les ailes et le dos sont entièrement foncés. Habitat de nidification connu et potentiel On sait que le Petit Blongios niche dans la vallée de la rivière Saint-Jean au Nouveau-Brunswick ainsi que dans la région frontalière entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Il est possible qu il niche aussi dans le sud de la Nouvelle-Écosse. Il préfère les eaux douces profondes ou les marais salés à dominance de quenouilles, parsemés d îlots de végétation ligneuse et de zones d eau libre. Comparativement au Butor d Amérique, le Petit Blongios niche en général dans des marais plus profonds où la végétation est plus dense. Conseils de détection Habitat La présence de grandes étendues densément recouvertes de quenouilles semble être une condition préalable pour cette espèce dans les Maritimes. Sur les cartes des carrés d Atlas, ce type d habitat est plus susceptible de se trouver dans la catégorie «Marécage». Vocalisations En général, le Petit Blongios vocalise davantage tôt le matin plutôt qu à la brunante. Son chant, une série de notes «cou» répétées, est facile à différencier du «oonk-alonk» plus lent du Butor d Amérique. Il est assez similaire au «cou-cou-cou-cou» du Coulicou à bec noir, mais moins aigu et à tonalité moins élevée. Habitudes et comportement Généralement discret, le Petit Blongios peut s immobiliser en cas d alerte, le cou tendu et le bec pointé vers le ciel. Sa réticence envers le déplacement et son plumage cryptique le rendent difficile à observer. Lorsqu on le fait lever, il vole lentement sur une courte distance (< 50 m), les pattes pendantes comme un râle et les taches chamois des ailes habituellement bien visibles. 9

10 Nidification Le Petit Blongios ne niche pas en colonies et on en trouve généralement un seul couple ou quelques couples dispersés sur une grande superficie d habitat propice. Le nid surélevé, construit dans des bouquets de plantes aquatiques comme des quenouilles, peut se trouver jusqu à 75 cm au-dessus du niveau de l eau. Il est habituellement caché par un couvert végétal et situé près de l eau libre, loin de la rive. La couvée compte 2 à 6 œufs blanc bleuâtre ou blanc verdâtre. Les jeunes sont nourris par régurgitation. Ils quittent le nid à l âge d environ deux semaines, même s ils sont toujours incapables de voler. Utilisation d enregistrements Les enregistrements de cris peuvent être utilisés du début mai au début juillet, entre 5 h et 10 h du matin. Faites jouer l enregistrement pendant 1 à 2 minutes, et suivez avec 3 à 5 minutes d écoute silencieuse. Vous pouvez répéter cette séquence plusieurs fois pendant une période de 30 minutes. S il y a réponse, cessez de faire jouer l enregistrement ou utilisez-le avec modération pendant les 5 à 10 minutes suivantes et écoutez afin de déterminer d où vient la réponse et combien il pourrait y avoir de Petits Blongios. Pour établir un code de nidification «T» (territoire permanent présumé), il faut visiter le site une fois de plus entre 10 à 21 jours plus tard. Les jours de pluie, de brouillard ou de vents excédant 20 km/h devraient être évités. Si on ne trouve pas de Petits Blongios au premier essai, on peut répéter ce processus 3 à 5 fois par site, mais pas plus d une fois par semaine, tout au long de la saison de reproduction. En général, seuls les mâles répondent à l enregistrement de leur cri. Ils peuvent émettre leur «cou couc» ou un cri rauque, alors que les femelles émettront un «angh-angh» aigu, doux et difficile à entendre. Les oiseaux peuvent s approcher de l enregistreuse. Le matériel d enregistrement devrait être placé au-dessus du sol à la hauteur de l oiseau. S il est nécessaire d utiliser des passages à gué ou un bateau pour atteindre le site, vous devriez être deux recenseurs. Indices de nidification Le Petit Blongios est une espèce dont il est difficile de confirmer la nidification. Cependant, il est possible d observer des adultes construisant un nid ou transportant du matériel pour le nid (NB) ou manifestant des comportements de distraction (DD). On peut parfois observer des jeunes oiseaux ayant récemment quitté le nid ou des jeunes incapables d un vol soutenu (FY). On ne verra pas d adultes transportant de la nourriture, mais ils suivent souvent le même chemin, en marchant, pour retourner au nid pour nourrir les jeunes. 10

11 Le Petit Blongios a été repéré dans cinq carrés pendant le premier Atlas. 11

12 Râle jaune Coturnicops noveboracensis Statut selon le COSEPAC : Préoccupante Description Le Râle jaune est un petit oiseau de la taille d une grive, à queue courte et à bec trapu. Ses parties supérieures, striées de jaune chamois et de noir, sont marquées de bandes transversales blanches. La gorge et la poitrine sont également jaune chamois. Les juvéniles sont généralement plus foncés, avec moins de coloration chamois et davantage de mouchetures sur les parties supérieures. La couleur du bec varie de gris vert (juvéniles) à jaune (adultes). Le Râle jaune possède une tache alaire distinctive blanche le long de la ligne de fuite de chaque aile, tache formée par l extrémité blanche des rémiges secondaires. Cette tache est visible au vol et permet de le différencier de la Marouette de Caroline et du Râle de Virginie. Sa coloration générale chamois, son petit bec et sa petite taille aident également à le différencier. Les poussins du Râle jaune sont entièrement noirs à l exception de leur bec rose brillant qui change graduellement au noir à mesure qu ils acquièrent leur plumage juvénile. Habitat de nidification connu et potentiel On soupçonne que le Râle jaune niche dans la vallée en aval de la rivière Saint-Jean et on sait qu il a niché dans la région frontalière entre le Nouveau Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Le Râle jaune préfère les cariçaies et autres types de marais où les carex peuvent dominer, comme des champs humides, des prairies, des plaines inondables, des marais et l étage supérieur des marais estuariens et salés. Conseils de détection Habitat La présence de carex est une condition préalable à la nidification du Râle jaune. Sur les cartes des carrés d Atlas, les carex se trouveront probablement dans la catégorie d habitat «Tourbière ou marécage arbustif», mais il pourrait aussi y en avoir dans l habitat «Terrain ouvert : agricole, non boisé» adjacent à n importe quel type d habitat marécageux. Vocalisations Le cri territorial du Râle jaune mâle consiste en une série de 5 notes émises en deux groupes distincts de deux et de trois, soit «tic-tic» (pause) «tic-tic-tic», ces trois dernières notes étant en général émises à un rythme plus rapide. Cette séquence est souvent répétée pendant de longues périodes, chaque série de notes étant séparée par une pause plus longue. Le son «tic» ressemble au bruit de deux pierres frappées l une contre l autre. Le cri est plus commun tard le soir ou la nuit et peut être émis tout le long de la saison de reproduction. Habitudes et comportement Le Râle jaune est un oiseau discret et il ne s envole pas facilement. Lorsqu on le fait lever, il vole lentement sur une courte distance, les pattes pendantes et les taches blanches des ailes bien visibles. 12

13 Nidification Le nid, une dépression en forme de coupe, est tapissé de graminées ou de carex, installé dans la végétation sur le sol et dissimulé dans un bouquet de roseaux ou d autres plantes de marais, quelquefois sous un tapis de végétation morte. La ponte compte 7 à 10 œufs, les premiers étant pondus en juin. Les œufs sont de couleur chamois, tachetés de brun roux. Les poussins sont conduits hors du nid dans les deux jours suivant l éclosion, mais les adultes continuent de les nourrir jusqu à leur envol. Les femelles peuvent re-nicher si la première ponte est perdue. Utilisation d enregistrements En général, les mâles territoriaux répondent facilement aux enregistrements. On peut utiliser des enregistrements de cris ou même se contenter de frapper deux pierres l une contre l autre pour imiter le cri à 5 «tic». Les mâles vont répondre en émettant leur cri et s approcheront parfois très près de la source du bruit. On peut tenter de faire jouer des enregistrements de cris ou imiter le cri de la mi-mai à la mi-juillet, en tout temps, de la brunante à l aube. Il faut toutefois éviter de recourir aux enregistrements par mauvais temps, s il vente ou s il peut. Faites jouer l enregistrement pendant 1 à 2 minutes, suivi par 3 à 5 minutes d écoute silencieuse, dans un endroit où vous pensez qu il pourrait y avoir des Râles jaunes à proximité. Ce protocole peut être repris plusieurs fois pendant une période de 30 minutes. S il y a réponse, cessez de faire jouer l enregistrement et écoutez afin de déterminer d où vient la réponse et combien il pourrait y avoir de Râles jaunes. Il faut visiter le site une autre fois entre 10 et 21jours plus tard pour établir un code de nidification «T» (territoire permanent présumé). Lors des visites subséquentes, il ne faudrait faire jouer l enregistrement que si l espèce n est pas détectée au moyen des techniques normales de recensement. Si l on ne trouve pas de Râles jaunes au premier essai, on peut recommencer ce processus 3 à 5 fois par site, mais pas plus d une fois par semaine, tout au long de la saison de reproduction. S il est nécessaire d utiliser des passages à gué ou un bateau pour atteindre le site, vous devriez être deux recenseurs. Indices de nidification C est une espèce dont la nidification est difficile à confirmer. La plupart des observations seront signalées comme présence d un mâle chanteur (S) ou territorial (T). Cependant on pourrait aussi noter de jeunes oiseaux (FY) et des adultes transportant de la nourriture (CF) ou manifestant un comportement de distraction (DD). 13

14 Le Râle jaune a été repéré dans trois carrés (près de Sackville, à la pointe Amherst et dans les Prés du Grand Lac) pendant le premier Atlas. La nidification n a été confirmée dans aucun de ces carrés. 14

15 Hibou des marais Asio flammeus Statut selon le COSEPAC : Préoccupante Description Le Hibou des marais est un oiseau de taille moyenne à coloration fauve, marqué de larges rayures brunes sur le haut de la poitrine et de fines rayures sur le bas de la poitrine, le ventre et les flancs. Le disque facial est gris blanc. Au vol, il présente une tache chamois sur le dessus de ses longues ailes, les rémiges primaires contrastant avec les tectrices Christian Artuso foncées et la marque noire de l articulation antérieure en dessous de l aile. Au vol, le Hibou des marais se différencie du Busard Saint-Martin à sa tête plus large, à son corps plus gros et à son vol ondulant à battements d ailes irréguliers le Busard Saint-Martin a la tête plus petite et un vol ramé à battements d ailes réguliers (observez aussi le croupion blanc bien évident du Busard Saint-Martin). Habitat de nidification connu et potentiel Pendant le premier Atlas des oiseaux des Maritimes, le Hibou des marais a été recensé dans de nombreuses tourbières et prairies côtières, ainsi que dans des prairies et des marais endigués. On peut aussi l observer sur des étendues de dunes, des pâturages et des champs ouverts. Conseils de détection Habitat Le Hibou des marais est plus susceptible d être découvert dans l habitat «Marécage» des cartes des carrés d Atlas. Vocalisations Cette espèce est généralement silencieuse, mais pendant la saison de reproduction, les mâles émettent un «pou pou pou» au rythme de 5 à 6 par seconde pendant 2 secondes. Le cri d alarme des deux sexes consiste en un aboiement aigu et grinçant. Habitudes et comportement Le Hibou des marais chasse le jour et la nuit, mais on l observe plus fréquemment tôt le matin et dans les 2 ou 3 heures précédant le lever du soleil. Lorsqu il est à la recherche de nourriture, ce hibou survole la région à basse altitude, environ 1 à 3 mètres du sol, et il effectue souvent un vol stationnaire avant de plonger sur sa proie. Le comportement au vol et pendant la recherche de nourriture est similaire à celui du Busard Saint-Martin. Pendant la formation du couple, le Hibou des marais mâle exécute un vol de parade consistant à faire claquer ses ailes sous son corps et à décrire au vol des petits cercles à une altitude de 30 à 150 mètres, en s accompagnant d un chant de parade. L appariement commence à la fin de l hiver. Nidification Le Hibou des marais s installe dans son aire de nidification de mars à mai et la ponte des œufs a généralement lieu de la fin avril au début juin. Il niche au sol, habituellement dans une touffe de plantes. Le nid est une dépression tapissée d herbes et parfois de quelques plumes. Dans les régions humides, il est souvent installé sur un petit monticule ou une butte. 15

16 Précautions à prendre : le Hibou des marais est particulièrement sensible aux perturbations humaines pendant la ponte et l incubation des œufs et les femelles quitteront le nid si elles sont dérangées. Veuillez donc vous tenir loin d un hibou qui incube ou d un nid pendant cette période. L incubation dure un mois. Lorsque les jeunes incapables de voler atteignent l âge de 14 à 17 jours, ils peuvent se disperser autour du nid et se cacher dans la végétation avoisinante. Méthodes de recensement En général, le Hibou des marais ne répond pas à l enregistrement de son cri. Pour mieux le détecter, il est recommandé de faire des recensements le long de la route dans un habitat propice en circulant à deux en voiture, une des personnes conduisant lentement pendant que l autre cherche des hiboux. Les recensements devraient être effectués de mai à juillet et commencer 2 heures avant le crépuscule. Indices de nidification Une parade est notée avec un code «D» et est considérée comme un indice de nidification probable. Des hiboux découverts au même endroit, dans un habitat propice à la nidification à au moins une semaine d intervalle peuvent être considérés comme des oiseaux territoriaux et notés avec un code «T». Pendant le premier Atlas, le Hibou des marais a été détecté dans 29 carrés. La nidification n a été confirmée que dans 7 régions côtières. 16

17 Engoulevent d Amérique Chordeiles minor Statut selon le COSEPAC : Menacée Désignation en Nouvelle-Écosse : Menacée Description Plus souvent observé en vol, les larges bandes blanches présentes sur les ailes rendent l Engoulevent d Amérique facilement reconnaissable même sans l aide de jumelles. Les autres traits distinctifs incluent ses longues ailes pointues et sa queue fourchue. Les mâles ont le dessous du menton blanc et sa queue est traversée par une bande blanche, tandis que les femelles ont le menton chamois et leur queue est absente de bande blanche. Leur vol est habituellement irrégulier et les battements d ailes sont grands. Les deux sexes sont fortement rayés de brun sur le ventre et les flancs. Leur dos est brun nuancé de blanc, noir et chamois. Lorsqu en repos, les ailes de l Engoulevent d Amérique Jim Sullivan s étendent légèrement au-delà de la queue. Sa tête est large et d apparence plate avec de grands yeux, un bec court et une bouche énorme (typique de tous les engoulevents). Dans les Maritimes, l Engoulevent bois-pourri est probablement la seule espèce avec laquelle l Engoulevent d Amérique peut être confuse, par contre, l Engoulevent bois-pourri a une gorge noire qui contraste avec un collier blanc ou chamois à la jonction de la gorge et du ventre, elle a une queue arrondie dont les plumes extérieures présentes des tâches blanches, et ses ailes larges sont dépourvues de blanc. Habitat de nidification connu et potentiel Lors du premier Atlas, l Engoulevent d Amérique était bien répartit mais nettement absent du Cape Breton, de l Ile du Prince Edouard et les montagnes du nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Dans les Maritimes, les engoulevents nichent dans une végétation clairsemée, des endroits ouverts tel que les coupes à blanc, les régions récemment coupées ou brûlées, les carrière de gravier, les dunes de sable, les tourbières et les champs de bleuets et parfois même sur les toits plats de certains édifices. Conseils de détection Habitat En utilisant les cartes de l Atlas, regardez pour un habitat de nidification approprié dans les Jeunes forêts, les Terrains ouverts : agricoles, non-boisés, les Gravières et les Tourbières. Vocalisations Généralement, l Engoulevent d Amérique cri lorsqu en vol et produit un court beernt nasal. Le cri de l Engoulevent d Amérique est similaire au cri de la Bécasse d Amérique, par contre, la tonalité de la Bécasse d Amérique est constante pendant toute la durée du cri alors que la tonalité de l Engoulevent d Amérique diminue légèrement durant son cri (de plus, les cris de l Engoulevent d Amérique provient du ciel tandis que celui de la Bécasse d Amérique provient du sol). Lors de la parade nuptiale, les mâles au repos produisent des 17

18 croassements, auk auk auk, lorsqu une femelle est présente. Durant la parade aérienne, les males produisent un vombrissement sourd lorsque l air passe sous ses ailes au bout d un piqué abrupt. Les males ne produisent pas ce vombrissement hors de la saison de nidification. Habitudes et comportement Leur nom anglais est plutôt décevant (nighthawk) car ils sont plus actifs à l aube ou au crépuscule plutôt que la nuit. La parade nuptiale et le choix d un conjoint sont souvent effectués au vol, avec le male effectuant des piqués et des vrombissements à une femelle au vol ou au sol. Nidification Les engoulevents pondent leurs oeufs directement sur le sol, le sable, le gravier ou de la roche. Utilisation d enregistrements Les Engoulevents d Amérique sont territoriaux alors l utilisation d enregistrements de leurs chants pourrait augmenter la probabilité de détection dans un carré. Les enregistrements sont plus efficaces à l aube ou au crépuscule; là où les engoulevents sont le plus actifs. Émettez leurs chants pour une durée de 20 secondes à 1 minute, suivi par 2-3 minutes de silence afin de faciliter l écoute. Cette séquence peut être répétée sur une période de minutes. S il y a une réponse, les enregistrements ne devraient plus être utilisés et l adulte devrait être observé pour déceler des indices de nidification. Indices de nidification Les cris ont des fonctions similaires au chant et peut être inscrit comme étant l indice de nidification S. L observation d un engoulevent dans le même endroit à plus d une reprise, et ce à au moins une semaine d intervalle entre les deux observations, devrait être codé comme territoire (T). Comme les Engoulevents d Amérique sont territoriaux, deux engoulevents observés au vol ensemble durant la saison de nidification constituent un couple (P). La parade aérienne incluant des piqués rapides accompagnés de vombrissements (boom) sont des parades nuptiales et ils devraient être inscrits sous le code (D). Les jeunes sont nourris par régurgitation de la part des adultes, donc le code CF n est pas approprié pour cette espèce. De plus, les Engoulevents d Amérique ne construisent pas de nid, ils pondent plutôt leurs œufs directement sur le sol ou un substrat de nidification, ainsi, les codes NB et NU ne sont pas appropriés. À noter, les engoulevents tendent à migrer en groupes à la mi-mai et tard en juillet. De tels groupes devraient être inscrits avec le code X. 18

19 Durant le premier Atlas, l Engoulevent d Amérique fut détecté dans 539 carrés. Leur nidification fut confirmée dans 45 carrés. 19

20 Martinet ramoneur Chaetura pelagica Statut selon le COSEPAC : Menacée Désignation en Nouvelle-Écosse : En péril Description Parfois appelé un cigare avec des ailes, le Martinet ramoneur est un martinet brun foncé, petit et agile ayant de longues ailes et une queue courte. Son dos est foncé, soit olive-suie ou brun, et le dessous, particulièrement le menton et le ventre, est plus pâle. Au vol, lorsque aperçu du dessous, les ailes ont tendance à paraître plus foncés que le ventre, Michael Brown presque noir et ses longues ailes et la queue courte les distingues des hirondelles. Les Martinets ramoneurs volent constamment et leur vol est rapide et erratique, avec des battements d ailes non synchronisés, qui est propre aux martinets. Habitat de nidification connu et potentiel Durant le premier Atlas, les Martinets ramoneurs furent détectés dans la plupart des régions des Maritimes (dans 471 carrés), bien qu un nombre moins élevé fût détecté à l IPÉ. Les Martinets ramoneur sont plus souvent observés dans les milieux urbains, ou les habitats ouverts près d habitations humaines, où la concentration de cheminées appropriées à la nidification ou au repos est plus grande. En plus des cheminées, les Martinets ramoneurs nichent aussi dans les bouches d aération, des puits ouverts, des citernes abandonnées, des granges, silos et diverses structures humaines. Dans les régions moins peuplées, les Martinets ramoneurs nichent encore dans les arbres creux, les trous dans les arbres et dans les grottes. Conseils de détection Habitat En utilisant les cartes de l Atlas, regardez pour des sites potentiels de nidification dans des habitats du types Terrain ouvert : agricole, non-boisé et Terrain occupé, zone urbaine, autre. Dans les régions plus éloignées, les Martinets ramoneurs peuvent être retrouvés dans les forêts matures où il y a la présence de gros arbre creux et dans des trous dans les arbres qui sont disponibles. Vocalisations Cette espèce est très vocale lorsqu au vol, ils produisent une série de notes aigues (chip) de différentes vitesse (les chips peuvent être si près l un de l autre qu ils peuvent ressemblés à un bourdonnement ressemblant à celui d un insecte). Habitudes et comportement Durant le jour, les Martinets ramoneurs sont en vol constant et sont habituellement très vocaux. Ils chassent les insectes à une hauteur de 20 à 150 mètres au-dessus des régions rurales et ouvertes incluant les champs et les grandes étendues d eau. En soirée, ils peuvent être aperçus chassant près des lumières illuminant les routes ou près de bâtiments illuminés. Leur parade nuptiale survient au vol et consiste principalement en un groupe de deux ou trois adultes se séparant d un plus grand groupe, qui se pourchassent en poussant des cris 20

21 (chip). Les Martinets ramoneurs sont des nicheurs coopératifs, ainsi, les couples nicheurs ont parfois deux ou trois aides qui les aident avec l incubation et l apport de nourriture aux jeunes. Nidification La noirceur et un abri contre les éléments semblent être des prérequis lors du choix du site de nidification. Le nid est une demi soucoupe fait de brindilles tressées légèrement attachées ensemble par leur salive et attaché à la paroi intérieur d une cheminée ou de tout autre structure humaine comparable ou d une cavité naturelle. Utilisation d enregistrements L utilisation d enregistrements n est pas appropriée pour cette espèce. Indices de nidification Il est difficile de confirmer la nidification de cette espèce car les sites de nidification sont souvent difficiles d accès. De plus, plusieurs individus non-nicheurs continueront à se regrouper dans des endroits utilisés pour le repos durant la période de nidification, ainsi, le code AE (adulte quittant ou entrant un site de nidification possible) devrait être utilisé avec précaution. La nidification peut être confirmée en observant des adultes transportant du matériel de nidification (NB). Les jeunes ne produisent pas de sacs fécaux, donc le code FS n est pas approprié pour cette espèce. Les Martinets ramoneurs furent détectés dans 471 carrés durant le premier Atlas. La nidification fût confirmée dans 92 carrés. 21

22 Moucherolle à côtés olive Contopus cooperi Statut selon le COSEPAC : Menacée Description Le Moucherolle à côtés olive est identifiable par ses flancs et côtés brunolives qui contrastent avec sa gorge, le centre de sa poitrine et ventre blanc terne, qui ressemble à une veste. Les deux touffes blanches présente sur les deux côtés du croupion sont aussi caractéristiques mais rarement visible. Son bec est principalement noir. Le Moucherolle à côtés olive est plus gros que les autres moucherolles des Maritimes du genre Contopus et Ralph Hocken Empidonax, sa queue est relativement plus courte et ne possède aucun cercle oculaire et barres alaires. Le Pioui de l Est, une espèce avec laquelle le Moucherolle à côtés olive peut être confus, est plus petit, possède deux bandes alaires blanchâtres et sa mandibule du bas est orange terne. De plus, bien que la poitrine du Pioui de l Est a une coloration olivâtre, elle ne possède pas la veste distincte du Moucherolle à côtés olive. Aussi, les piouis sont rarement retrouvés dans des habitats du type tourbière, là où les Moucherolle à côtés olive nichent. Les Moucherolles tchébec et des aulnes sont beaucoup plus petit que la Moucherolle à côtés olive, ils ont des bandes alaires distinctes et des cercles oculaires blancs (plus proéminent chez le tchébec), et ont un plumage général plus olive et pâle. Habitat de nidification connu et potentiel Durant le premier Atlas, la Moucherolle à côtés olive était assez bien distribué à travers les Maritimes; détectés dans 677 carrés. Dans les Maritimes, l habitat de nidification propice pour cette espèce est les milieux ouverts ayant de grands arbres ou des chicots pour pouvoir s y percher, soit dans ou près d un milieu humide incluant rivières, tourbières et marais. Les habitats situés à proximité sont habituellement soit des forêts de conifères ou de conifères mixtes. Les Moucherolles à côtés olive sont aussi retrouvés dans des milieux ouverts aménagés par les humains (ex. : régions de coupes forestières). Conseils de détection Habitat Sur les cartes de l Atlas, les Moucherolles à côtés olive seront habituellement retrouvés dans les habitats ouverts ou les marécages arbustifs en bordure de forêts de conifères matures ou de jeunes forêts. Vocalisations Le chant du Moucherolle à côtés olive, qui peut être entendu à une distance de plus d un kilomètre, est composé de trois notes sifflées Quick, free beers. Le cri du Moucherolle à côtés olive est une série rapide de notes ressemblant à des quick-quick-quick. 22

23 Habitudes et comportement L habitude du Moucherolle à côtés olive de se poser au bout de grands arbres ou de chicots (pour y chanter ou pour chasser) rend cette espèce visiblement très facile à détecter. Les perchoirs utilisés pour chanter sont habituellement plus grands que la canopée environnante. Les chants sont habituellement plus nombreux et plus consistent savant l aube et très tôt le matin. Nidification Les nids sont des coupes ouvertes, faits de lichen et/ou de mousses et brindilles, typiquement retrouvés sur des branches horizontales de conifères à différentes hauteurs. Nests are open-cup, made of lichen and/or moss and twigs, typically found on the horizontal branches of coniferous trees at varying heights. Utilisation d enregistrements Les Moucherolles à côtés olive sont très vocaux et ils peuvent habituellement être détectées sans l aide d enregistrements. Par contre, si vous avez de la difficulté à détecter les Moucherolles à côtés olive dans un habitat propice, l utilisation d enregistrements devrait augmenter la probabilité de détection de cette espèce. Émettez leurs chants pour une durée de 20 secondes à 1 minute, suivi par 2-3 minutes de silence afin de faciliter l écoute. Cette séquence peut être répétée sur une période de minutes, particulièrement tôt le matin (5h30 jusqu à 10h). S il y a une réponse, les enregistrements ne devraient plus être utilisés et l adulte devrait être observé pour déceler des indices de nidification. Indices de nidification Une fois détecté, cette espèce n est pas nécessairement plus difficile à confirmer la nidification que les autres espèces de moucherolles, excepté que leur habitat est habituellement difficile d accès. Regardez pour des adultes transportant du matériel de nidification (NB) ou de la nourriture (CF) afin de confirmer leur nidification. 23

24 Durant le premier Atlas, la Moucherolle à côtés olive fût détectée dans 677 carrés. La nidification fût confirmée dans 101 de ces carrés. 24

25 Grive de Bicknell Catharus bicknelli Statut selon le COSEPAC : Préoccupante Désignation en Nouvelle-Écosse : Vulnérable Description Étant donné que la Grive de Bicknell n a été reconnue comme une espèce distincte qu en 1995, après l achèvement du premier Atlas des oiseaux nicheurs des Maritimes, cette espèce y a été signalée sous le nom de Grive à joues grises. De la taille d un gros bruant, elle a les parties supérieures brun-olive à brun foncé et les parties inférieures gris-blanc. La gorge et la poitrine sont parsemées de taches brun foncé de taille moyenne. La Grive de Bicknell peut être difficile à différencier de la Grive solitaire et de la Grive à dos olive. Toutefois, la Grive solitaire à une queue plus rousse contrastant avec son dos brun-olive et les taches de sa poitrine Dan Busby sont plus foncées et s étendent plus bas que celles de la Grive de Bicknell. Quant à la Grive à dos olive, elle possède de grands cercles oculaires et des lores chamois ainsi qu une coloration chamois intense sur la poitrine. La Grive de Bicknell ne possède pas de cercles oculaires chamois et elle a les joues grises et moins de chamois sur la gorge et la poitrine comparativement à la Grive à dos olive. De plus, la coloration jaune observée à la base de la mandibule inférieure semble particulière à la Grive de Bicknell. Cependant, les différences de plumage entre les grives sont subtiles et la Grive de Bicknell peut être identifiée plus facilement à son chant; de fait, vous êtes plus susceptibles d entendre cette grive que de la voir. Habitat de nidification connu et potentiel La Grive de Bicknell niche traditionnellement dans des forêts de conifères rabougries et denses, typiques des altitudes élevées. Elle niche aussi à haute altitude dans certaines coupes à blanc en régénération et dans des plantations de conifères qui «imitent» leur habitat de nidification plus traditionnel. Dans les Maritimes, la Grive de Bicknell a été répertoriée dans le centre nord et le nord-ouest du Nouveau-Brunswick et dans les hautes-terres du Cap-Breton, ainsi que dans deux îles au large du Cap-Breton, St.- Paul et Scaterie. Elle a été observée sporadiquement dans l archipel de Grand Manan dans le sud du N.-B. Elle a été signalée dans la partie sud des basses terres de l île du Cap-Breton pendant le premier Atlas, mais elle n a pas été revue depuis. Le programme d étude des oiseaux des terres hautes (High Elevation Landbird Program, HELP) d Études d Oiseaux Canada étudie la Grive de Bicknell dans son habitat potentiel dans la région des monts Christmas du Nouveau-Brunswick (parc national du Mont Carleton et terres forestières industrielles avoisinantes), dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton ainsi que dans la forêt industrielle Stora Enso adjacente au parc. Cependant, il existe toujours de nombreux habitats de nidification potentiels pour la Grive de Bicknell hors du territoire couvert par le programme HELP. Les autres sites de nidification potentiels incluent des secteurs de haute altitude comme les monts Cobequid en Nouvelle-Écosse et les hautes terres de Fundy au Nouveau-Brunswick, ainsi que des régions côtières basses le long de la baie de Fundy. Ces secteurs n ont pas été recensés récemment. 25

26 Conseils de détection Habitat La présence de peuplements denses de sapins baumiers jeunes ou rabougris associés à des épinettes et à des bouleaux semble être une condition préalable pour cette espèce. La Grive de Bicknell est habituellement répertoriée dans les hautes terres du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, à des altitudes supérieures à 450 m. Sur les cartes des carrés d Atlas, cet habitat se trouvera probablement dans les catégories d habitat «Jeune forêt» (si coniférienne) ou «Forêt de conifères mature». Dans les aires de reproduction connues des Maritimes, l habitat «Jeune forêt» entouré par un habitat «Forêt de conifères mature» pourrait constituer un bon point de départ pour la recherche de cette espèce. Vocalisations La Grive de Bicknell est le plus souvent entendue que vue et elle est facile à identifier à son chant. Ce dernier rappelle le chant de la Grive fauve, mais les premières et les dernières notes sont ascendantes. Son cri est un peeer, ou, beeeaaa, rappelant celui du Moucherolle des aulnes, mais plus fort et plus perçant. Habitudes et comportement La Grive de Bicknell chante souvent perchée dans le bas des arbres, cachée dans les branches. Elle répond avec agressivité à l enregistrement de son chant, en volant vers le point d origine du chant (à environ 1 m au-dessus du sol), tout en émettant calmement des chants plus rapides et des cris agités. Le mâle et la femelle sont tous deux territoriaux et peuvent s accoupler avec plusieurs partenaires. Plusieurs mâles peuvent nourrir les jeunes d un même nid et de nombreuses nichées peuvent être composées de jeunes ayant des pères différents. Nidification Les nids sont extrêmement difficiles à trouver. La Grive de Bicknell niche dans de peuplements denses de sapins jeunes ou de mi-succession, entre le niveau du sol et une hauteur de 3 m. Les nids sont généralement placés à la jonction d une ou de plusieurs branches avec le tronc et sont construits principalement de brindilles et de mousse. La ponte est constituée de 3 à 4 œufs vert-bleuâtre tachetés de brun pâle. La femelle s occupe de l incubation et de l élevage, mais le mâle et la femelle nourrissent tous deux les jeunes. Utilisation d enregistrements La Grive de Bicknell chante à l aube et habituellement juste près le crépuscule (c est souvent le premier et le dernier oiseau que l on entend chanter), mais elle répond généralement toute la journée à des enregistrements de son cri. On peut tenter de faire jouer des enregistrements de cris de la fin mai au début juillet. Le recensement devrait être fait une demi-heure avant le lever du soleil le matin et juste après le crépuscule le soir. Il faudrait faire jouer l enregistrement pendant 1 à 2 minutes, suivi de 3 à 5 minutes d écoute silencieuse. Cette séquence pourrait être répétée plusieurs fois pendant une période de 30 minutes. S il y a réponse, il faudrait cesser de faire jouer l enregistrement ou utilisez-le avec modération les 5 à 10 minutes suivantes et écouter afin de déterminer d où vient la réponse et combien il pourrait y avoir de grives. La Grive de Bicknell peut répondre avec agressivité à l enregistrement de son cri. Ne soyez pas surpris si elle s élance au vol à basse altitude au-dessus de la source du chant. Il faut faire preuve de prudence dans l identification de l oiseau qui répond car la Grive à dos olive et la Grive solitaire peuvent aussi répondre à des enregistrements du chant de la Grive de Bicknell. La Grive de Bicknell peut aussi répondre à des enregistrements du houspillage de la Mésange à tête noire, bien qu elle puisse être difficile à repérer étant donné qu il est peu probable qu elle crie ou émerge à découvert lorsqu elle répond. L observation d un adulte 26

Les oiseaux des zones humides

Les oiseaux des zones humides Les oiseaux des zones humides Buse variable Comme son nom l indique, la Buse peut présenter des plumages très variables allant du blanc pur au brun sombre. On peut remarquer la présence d un croissant

Plus en détail

CLÉ D IDENTIFICATION DES OISEAUX DE PROIE DU QUÉBEC. Clé d identification des oiseaux de proie du Québec

CLÉ D IDENTIFICATION DES OISEAUX DE PROIE DU QUÉBEC. Clé d identification des oiseaux de proie du Québec Faucon-Éduc/Falcon-Ed C. P. 81, Ste-Anne-de-Bellevue, QC H9X 3L4 Tél : (450) 458-1333, Télec : (450) 458-7262 info@faucon.biz CLÉ D IDENTIFICATION DES OISEAUX DE PROIE DU QUÉBEC Qu est-ce qu une clé d

Plus en détail

#6 Oiseaux champêtres ou fores4ers

#6 Oiseaux champêtres ou fores4ers Pic chevelu (Picoides villosus) Pic chevelu juvénile Les pics sont des oiseaux qui possèdent de bonnes pa;es munies de grosses griffes et d une queue courte composée de plumes solides. Ces caractères leur

Plus en détail

PARULINES DE L OUTAOUAIS, adultes au printemps

PARULINES DE L OUTAOUAIS, adultes au printemps PARULINES DE L OUTAOUAIS, adultes au printemps A. Espèces communes Vous devriez apprendre ces espèces et leurs chants en premier. Certaines espèces ont plusieurs chants. La seule méthode pour en venir

Plus en détail

Critères d identification des juvéniles et des grands goélands de premier hiver

Critères d identification des juvéniles et des grands goélands de premier hiver Critères d identification des juvéniles et des grands goélands de premier hiver Ce tableau ne reprend plus des différences morphologiques qui ont été décrites dans le tableau des critères d identification

Plus en détail

La caille de Chine. «Cotumix chinensis chinensis»

La caille de Chine. «Cotumix chinensis chinensis» La caille de Chine «Cotumix chinensis chinensis» NL : Chinese Dwergkwartel D : Chinesische Zwergwachtel GB : Chinese painted Quail F : autres noms : caille peinte caille peinte de Chine Origine : Inde,

Plus en détail

LE NODDI BRUN A L'ILE DE LA REUNION. Macoua, Mouette

LE NODDI BRUN A L'ILE DE LA REUNION. Macoua, Mouette LE NODDI BRUN A L'ILE DE LA REUNION pileatus Anous stolidus Macoua, Mouette HABITAT PETITE-ILE ST PHILIPPE Espèce indigène et protégée à la l'ile de la Réunion le noddi brun demeure toute l'année à proximité

Plus en détail

Canard colvert. Anas platyrhynchos

Canard colvert. Anas platyrhynchos Canard colvert Anas platyrhynchos Alain Frèmond Canards colverts. Brenne France. Principaux caractères spécifiques Le colvert est un canard de grande taille, d une longueur de 50 à 65 cm pour une envergure

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Standard commun de l'agapornis lilianae

Standard commun de l'agapornis lilianae Standard commun de l'agapornis lilianae Établis par les comités techniques de : ANBvV, AOB, BVA, KBOF, ONZE PARKIETEN, Parkietenspeciaalclub ANBvV, PSC, Psittacula Pays-Bas, NBvV, yc MUTAVI 2002-2011 Ce

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

Livret d exploration de la faune et la flore du CESM

Livret d exploration de la faune et la flore du CESM Livret d exploration de la faune et la flore du CESM Guide d observation simplifié pour accompagner une promenade sur la voie polyvalente du Complexe environnemental de Saint-Michel Ce guide a été créé

Plus en détail

Observatoire du Patrimoine Naturel du Gard

Observatoire du Patrimoine Naturel du Gard Trois espèces sont très communes dans le Gard, en hiver : le Faucon crécerelle, l Epervier d Europe et la Buse variable. D autres sont plus localisées : le Busard des roseaux (Petite Camargue), le Busard

Plus en détail

Sarcelle d été. Anas querquedula

Sarcelle d été. Anas querquedula Sarcelle d été Anas querquedula Neil Fifer Sarcelles d été Hong Kong. R.P de Chine Principaux caractères spécifiques La sarcelle d été est un canard de petite taille, un peu plus massif que la sarcelle

Plus en détail

Un chat pas si méchant!

Un chat pas si méchant! Fiche 1 Un chat pas si méchant! 1 Un chat pas si méchant! (sur l air de Il était un petit navire) Monsieur le chat vient à la ferme, Monsieur le chat vient à la ferme. Qui répond : «Ch, ch, ch» quand on

Plus en détail

Aide à la détermination des espèces indigènes d amphibiens

Aide à la détermination des espèces indigènes d amphibiens Aide à la détermination des espèces indigènes d amphibiens Silvia Zumbach Feb 2011 Photos: Kurt Grossenbacher Signes distinctifs de la grenouille rousse - Silhouette massive - Peau lisse - Pattes plutôt

Plus en détail

Une question de RESPONSABILITÉ

Une question de RESPONSABILITÉ Une question de RESPONSABILITÉ Je partage mon TERRITOIRE Je suis l un des quelque 800 000 ours noirs qui habitent les forêts de l Amérique du Nord. Je vis plus particulièrement au Québec, territoire que

Plus en détail

Identification des grands goélands adultes de l ESEM

Identification des grands goélands adultes de l ESEM Identification des grands goélands adultes de l ESEM Préambule par Fanny Ellis et Philippe Deflorenne La reconnaissance des différentes espèces de goélands est souvent un casse-tête pour n importe quel

Plus en détail

Préambule : Sous le patronage de :

Préambule : Sous le patronage de : Sous le patronage de : Association reconnue d utilité publique Université Paris VI Laboratoire d Anatomie comparée 2 place Jussieu 75005 PARIS http://www.societeherpetologiquedefrance.com Préambule : L

Plus en détail

AAA. Nids au-dessus du sol dans un arbre ou un arbuste, sur une falaise ou un édifice...b

AAA. Nids au-dessus du sol dans un arbre ou un arbuste, sur une falaise ou un édifice...b CLEF D IDENTIFICATION DES NIDS POUR LES ESPÈCES D OISEAUX LES PLUS RÉPANDUES DANS LA RÉGION DE MONTRÉAL A. Nids sur le sol ou dans les touffes d herbe...i AA. Nids dans un terrier creusé dans le sol...ii

Plus en détail

chez vous! Invitez la faune Les oiseaux et leurs habitats Fiche 3 Invitez la faune chez vous Les oiseaux et leurs habitats 1

chez vous! Invitez la faune Les oiseaux et leurs habitats Fiche 3 Invitez la faune chez vous Les oiseaux et leurs habitats 1 Fiche 3 Invitez la faune chez vous! Troglodyte mignon Sylvain Haye Les oiseaux et leurs habitats Invitez la faune chez vous Les oiseaux et leurs habitats 1 Nature-Action Québec Les oiseaux de milieux ouverts

Plus en détail

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description :

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description : Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire L habitat principal est l habitat qui est en surface le plus représenté dans la zone décrite. L habitat secondaire est décrit

Plus en détail

Le Faucon pèlerin en 10 questions

Le Faucon pèlerin en 10 questions Le Faucon pèlerin en 10 questions 1. Quelle est l origine du nom «Faucon pèlerin»? Faucon dérivé de falco vient du latin "falx", la faux qui rappelle la silhouette de l'oiseau. Le Faucon pèlerin a été

Plus en détail

Quebec. La conservation des chicots AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E

Quebec. La conservation des chicots AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 6 La conservation des chicots INTRODUCTION En nature, on retrouve une grande diversité de milieux

Plus en détail

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés L identification de votre système En vertu du nouveau Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers

Plus en détail

Nain de couleurs (NC)

Nain de couleurs (NC) Nain de couleurs (NC) Race naine de couleurs diverses Poids minimum 1,1 kg Poids idéal 1,25-1,4 kg Poids maximum 1,5 kg Hérédité nette Hérédité divisée : Gris fer, hotot, martre Pays d origine Angleterre

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Odile ORGER MARCHAL 1

Odile ORGER MARCHAL 1 Odile ORGER MARCHAL 1 ***1*** - Dessus gris ou brun avec des taches blanches dans les aires discales et postdiscales. - Dessous de l aile antérieure gris ou noir avec des taches blanches --> 2 - Franges

Plus en détail

Birdline internet Manuel de l utilisateur

Birdline internet Manuel de l utilisateur Birdline internet Manuel de l utilisateur Consultation des données Photographies Galerie photos Situation géographique Informations sur l observateur Partenaires et Observateurs [? ] Effectuer une recherche

Plus en détail

Points à relier. Relie les points pour chacune des illustrations; tu découvriras les animaux mystère!

Points à relier. Relie les points pour chacune des illustrations; tu découvriras les animaux mystère! Points à relier Relie les points pour chacune des illustrations; tu découvriras les animaux mystère! 2 Famille des Mustélidés 75 à 120 cm de longueur Longévité : 10 ans Le pékan est l un des seuls prédateurs

Plus en détail

Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002

Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002 Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002 Bois de La Prairie (La Commune) No du plan RCI : CS-05 Municipalité :

Plus en détail

LE FRELON ASIATIQUE. (Vespa velutina)

LE FRELON ASIATIQUE. (Vespa velutina) BIOLOGIE DU FRELON ASIATIQUE Vespa velutina est originaire d Asie. Son introduction en France date de 2004, suite à l importation de poteries chinoise dans le Lot-et-Garonne. Depuis cette date, l espèce

Plus en détail

Lotissements agricoles de la rivière Rouge

Lotissements agricoles de la rivière Rouge Lotissements agricoles de la rivière Rouge Aperçu de la leçon Les élèves étudient le rôle que la rivière Rouge a joué dans le type d établissement et le système de propriété foncière adoptés par les Métis

Plus en détail

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 1 Notions d habitat INTRODUCTION Qu est-ce qu un habitat? L habitat n est nul autre que le milieu

Plus en détail

LES FleuveS. definition. Le Fleuve Loire, un fleuve vivant

LES FleuveS. definition. Le Fleuve Loire, un fleuve vivant LES FleuveS definition Un fleuve est un cours d eau qui se jette dans une mer ou un océan. Il prend sa source des montagnes ou d un lac et est alimenté par des ruisseaux ou rivières. On dit qu il coule

Plus en détail

LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ

LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ Réaliser vos aménagements paysagers en toute sécurité. Zones de rusticité L hiver,

Plus en détail

Liste des espèces de la région

Liste des espèces de la région Recherche Liste des espèces de la région Ce tableau présente la liste complète des espèces d'oiseaux de la région en ordre alphabétique. Il permet de retrouver facilement une espèce précise, ainsi que

Plus en détail

Inventaire de l avifaune

Inventaire de l avifaune Inventaire de l avifaune Ceinture verte Châteauguay Léry [ Club des ornithologues de Châteauguay ] Juillet 2009 Table des matières Introduction et objectifs...3 Méthodologie...4 Ceinture verte Châteauguay

Plus en détail

Atlas des oiseaux nicheurs en Midi-Pyrénées (2007 2010)

Atlas des oiseaux nicheurs en Midi-Pyrénées (2007 2010) Atlas des oiseaux nicheurs en Midi-Pyrénées (2007 2010) Protocole atlas (niveau présence/absence, qualitatif) Cartographie L'enquête se réalisera sur un découpage des départements par maille de 10 km sur

Plus en détail

LES RAPACES DU LOIR-ET-CHER

LES RAPACES DU LOIR-ET-CHER LES RAPACES DU LOIR-ET-CHER Les plumes d'une aile : Les 16 fiches : Page 1 : Buse variable Page 2 : Bondrée apivore Page 3 : Milan noir Page 4 : Milan royal Page 5 : Aigle botté Page 6 : Circaète Jean-le-Blanc

Plus en détail

1. Pourquoi le petit oiseau n est-il pas parti. 2. Comment se déplace le petit oiseau?

1. Pourquoi le petit oiseau n est-il pas parti. 2. Comment se déplace le petit oiseau? Ministèredel éducationnationale, dela jeunesseetdelavieassociative Directiongénéralede l enseignementscolaire Exercice 2 Ecoute les deux questions 1. Pourquoi le petit oiseau n est-il pas parti avec les

Plus en détail

Avis aux paparazzis! 4 araignées font leur show en 2014

Avis aux paparazzis! 4 araignées font leur show en 2014 Avis aux paparazzis! 4 araignées font leur show en 2014 Le réseau Araignées de Picardie Nature et de l'adep (Association Des Entomologistes Picards) se lance en 2014 dans la recherche de 4 espèces d'araignées

Plus en détail

Module B File indienne

Module B File indienne TABLE DES MATIÈRES FILE INDIENNE RELAIS PAR LA GAUCHE RELAIS PAR LA DROITE ÉCHELON SIMPLE RELAIS PAR LA GAUCHE RELAIS PAR LA DROITE ÉCHELON SIMPLE AVEC FILE NON PROTÉGÉE RELAIS DE DESCENTE COMMENT NE PAS

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Sachez stocker 8. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Sachez stocker 8. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Détection et surveillance des fuites Les systèmes de stockage sans confinement secondaire ou encore munis de réservoirs

Plus en détail

Le cri de la femelle, un couac puissant, est similaire à celui des canards de ferme. Le mâle, quant à lui, émet un nasillement grave et plus doux.

Le cri de la femelle, un couac puissant, est similaire à celui des canards de ferme. Le mâle, quant à lui, émet un nasillement grave et plus doux. Introduction Cet oiseau: quitte souvent son étang en se dandinant pour venir manger dans la main des gens dans les parcs doit souvent entreprendre un trajet long et périlleux pour atteindre un plan d eau

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Conifères. 10-15 cm. 6-13 cm. Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 8-20 cm. 4-6 cm. 3-7 cm

Conifères. 10-15 cm. 6-13 cm. Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 8-20 cm. 4-6 cm. 3-7 cm Nom : Conifères 6-13 cm 8-20 cm Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 10-15 cm Pin Rouge J ai des aiguilles rigides en faisceaux de 2. 4-6 cm 3-7 cm 4-6 cm Pin Sylvestre Je possède

Plus en détail

Introduction. Description. Cet oiseau:

Introduction. Description. Cet oiseau: Introduction Cet oiseau: lance un cri clair, retentissant à plusieurs kilomètres à la ronde et rappelant le son du clairon exécute une parade nuptiale complexe composée de danses et de cris peut franchir

Plus en détail

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR.

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR. FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR Standard FCI N 30 PORCELAINE Cette illustration ne représente pas forcément

Plus en détail

PRIMAIRE : SCIENCES SOCIALES FOLIOSCOPE DES PREMIÈRES NATIONS ET DES INUITS

PRIMAIRE : SCIENCES SOCIALES FOLIOSCOPE DES PREMIÈRES NATIONS ET DES INUITS PRIMAIRE : SCIENCES SOCIALES Objectif : Les élèves découvriront ce qu était la vie des différents peuples des Premières Nations et Inuits avant l arrivée des Européens : où ils vivaient dans les différentes

Plus en détail

Reméandration 2.3. Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg

Reméandration 2.3. Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg Reméandration 2.3 Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg Caractéristiques du secteur restauré Masse d eau : MM05R Cours d eau : Eau Blanche Secteur restauré : Mariembourg (commune

Plus en détail

Mot : OISEAU Classe : CP (Mme BAUMGART) Date : février 2015

Mot : OISEAU Classe : CP (Mme BAUMGART) Date : février 2015 Mot : OISEAU Classe : CP (Mme BAUMGART) Date : février 2015 Séance 1 : 20 min Une collecte de mots Les élèves travaillent par groupe de 3 ou 4 avec un secrétaire. (celui qui a le plus de facilité à transcrire

Plus en détail

Un profil des familles au Canada

Un profil des familles au Canada Familles Un profil des familles au Canada Il y avait 8,4 millions de familles au Canada en 2001. Les ménages de couples mariés forment la majorité des familles canadiennes. En 2001, 70,4% des familles

Plus en détail

Protocole d inventaire de la ressource

Protocole d inventaire de la ressource Protocole d inventaire de la ressource L inventaire L inventaire se réalise en trois étapes qui consistent en : 1. L analyse cartographique du territoire à inventorier et la première visite sur le terrain

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Que sont les crédits de priorité régionale? Les crédits de priorité régionale ont été mis en place dans les systèmes d évaluation LEED 2009

Plus en détail

Analyse paysagère VISUEL et PAYSAGE

Analyse paysagère VISUEL et PAYSAGE SAS ECS HF01 - Introduction INTRODUCTION VISUEL et PAYSAGE Le visuel et le paysage On peut appliquer à l analyse d un paysage la technique inverse de celle utilisée pour le camouflage du militaire sur

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône

Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône Mobilisation générale pour la chouette la plus menacée du département : l Effraie des clochers. Vous êtes tous

Plus en détail

Les libellules ou odonates se divisent en deux groupes : les Anisoptères ou libellules vraies et les Zygoptères ou demoiselles.

Les libellules ou odonates se divisent en deux groupes : les Anisoptères ou libellules vraies et les Zygoptères ou demoiselles. Les libellules ou odonates se divisent en deux groupes : les Anisoptères ou libellules vraies et les Zygoptères ou demoiselles. Les anisoptères ou «libellules vraies» De taille supérieure aux zygoptères

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE CHRONOTYPE (révisé)

QUESTIONNAIRE DE CHRONOTYPE (révisé) (révisé) Nom : Date : Pour chacune des questions, encerclez le nombre qui correspond à la réponse la plus appropriée. Répondez en vous basant sur ce que vous avez ressenti au cours des dernières semaines.

Plus en détail

Épiez les oiseaux de vos cours et de vos jardins! Dossier du participant OISEAUX DES JARDINS

Épiez les oiseaux de vos cours et de vos jardins! Dossier du participant OISEAUX DES JARDINS Dossier du participant OISEAUX DES JARDINS Shutterstock 32910574? Épiez les oiseaux de vos cours et de vos jardins! Oiseaux des jardins est un observatoire de sciences participatives co-fondé avec la Ligue

Plus en détail

Les rapaces. L Oiseau libre

Les rapaces. L Oiseau libre Les rapaces Reconnaissance et populations L autour des palombes (Accipiter gentilis) L autour des palombes mâle est plus petit que la femelle d environ un tiers. Il a le dessus brun gris, la femelle l

Plus en détail

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Problèmes environnementaux auxquels l empreinte apporte des solutions : Les chauvessouris sont essentielles pour l écosystème puisqu elles se

Plus en détail

Lignes directrices sur la surveillance vidéo au moyen d appareils non dissimulés dans le secteur privé Mars 2008

Lignes directrices sur la surveillance vidéo au moyen d appareils non dissimulés dans le secteur privé Mars 2008 FEDERAL Commissaire à la protection de la vie privée du Canada PROVINCIAL Commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'alberta Commissaire à l'information et à la protection de

Plus en détail

Terrimap online un outil pour la synthèse des cartographies simplifiées

Terrimap online un outil pour la synthèse des cartographies simplifiées Terrimap online un outil pour la synthèse des cartographies simplifiées La plupart des ornithologues de terrain seront sans doute d accord que le travail de cartographie sur le terrain est un plaisir,

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs.

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Introduction La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Lien démontré entre l abondance du périphyton et l importance des apports en P, principalement liés

Plus en détail

Association Terroir et Nature en Yvelines

Association Terroir et Nature en Yvelines Association Terroir et Nature en Yvelines Hors Série Le bulletin des adhérents Les Batraciens ou Amphibiens sont des vertébrés tétrapodes (4 membres) à la peau nue (absence d écailles, de poils ou de plumes

Plus en détail

Aide au repérage des indices de nidification des busards en milieu agricole

Aide au repérage des indices de nidification des busards en milieu agricole Notes 47-51 Aide au repérage des indices de nidification des busards en milieu agricole Mathieu Derume et le Groupe de Travail Busards Photo 1 Biotope favorable pour la nidification des busards / Biotope

Plus en détail

Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise.

Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise. Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise. Adoptez une position confortable, soit assise, soit couchée. Sentez votre corps se détendre à mesure qu une

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

La Grive de Bicknell au Québec: Détermination du domaine vital

La Grive de Bicknell au Québec: Détermination du domaine vital La Grive de Bicknell au Québec: Détermination du domaine vital Audiences publiques du BAPE: Projet de parc éolien Massif du Sud Saint-Luc-de-Bellechasse Yves Aubry, Biologiste, M. Sc. Service canadien

Plus en détail

Jean-Marie Gleize. février 2006 ------------------ le bruit de l eau et de la lumière inaccessible là où elle paraît se rendre

Jean-Marie Gleize. février 2006 ------------------ le bruit de l eau et de la lumière inaccessible là où elle paraît se rendre Jean-Marie Gleize février 2006 ------------------ le bruit de l eau et de la lumière inaccessible là où elle paraît se rendre Elle ne sert qu une fois. Il pleut longtemps et longtemps. J ai commencé un

Plus en détail

Découvrez ce que votre enfant peut voir

Découvrez ce que votre enfant peut voir 23 Chapitre 4 Découvrez ce que votre enfant peut voir De nombreux enfants qui ont des problèmes de vue ne sont pas totalement aveugles. Ils peuvent voir un peu. Certains enfants peuvent voir la différence

Plus en détail

Etat d avancement de BIOS Environnement, Impact mer et Levesque Birding Enterprise : février 2011.

Etat d avancement de BIOS Environnement, Impact mer et Levesque Birding Enterprise : février 2011. Développement de programmes de recherches spécifiques, v5. : Structure des peuplements de l'avifaune en fonction des différents habitats forestiers des zones humides de Guadeloupe et de Martinique. Etat

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ

LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ Véronique Bérard, B biologiste Journée INPACQ Pâturages 6f février 2007, Victoriaville 1 Biodiversité «Nombre d espd espèces vivant dans un même milieu» Plantes,

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Typologie de gestion et évaluation de l impact des pratiques de gestion des chasseurs aux abords des mares de huttes

Typologie de gestion et évaluation de l impact des pratiques de gestion des chasseurs aux abords des mares de huttes Ont participé : Typologie de gestion et évaluation de l impact des pratiques de gestion des chasseurs aux abords des mares de huttes Didier LE COEUR Agrocampus ouest INRA-SAD «paysages» Eric KERNEIS Inra

Plus en détail

Rechercher le Pic cendré en Wallonie

Rechercher le Pic cendré en Wallonie Programme d inventaire et surveillance des oiseaux nicheurs de Wallonie Rechercher le Pic cendré en Wallonie Cette enquête de terrain est coordonnée par Aves avec le soutien de la Wallonie (DEMNA) 1. Introduction

Plus en détail

365 PINGOUINS Défi Maths

365 PINGOUINS Défi Maths Score : /20 365 PINGOUINS Défi Maths Chaque jour, depuis le 1er janvier 2011, un pingouin arrive à la maison. 1 - Quel jour est arrivé le 200ème pingouin? 2 - Combien de pingouins y avait-il le 1er mai?..

Plus en détail

oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur

oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur Saviez-vous qu une piètre qualité de l air intérieur (QAI) dans votre

Plus en détail

Pyrrhura rupicola sandiae ~ Conure Sandia

Pyrrhura rupicola sandiae ~ Conure Sandia Pyrrhura rupicola sandiae ~ Conure Sandia Taille : 25 cm Front, couronne et occiput : Noir brunâtre. Côtés de la tête : Verts. Plumes de l arrière du cou : Noir brunâtre très finement liserées de blanc

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

La magie de disparaître. Comment se cacher en forêt?

La magie de disparaître. Comment se cacher en forêt? La magie de disparaître. Comment se cacher en forêt? L outil de survie du soldat : le camouflage. Lorsqu un homme ou une femme se retrouve en territoire ennemi, que ce soit seul ou avec un groupe, la personne

Plus en détail

Que deviennent nos hirondelles?

Que deviennent nos hirondelles? Que deviennent nos hirondelles? Grande enquête régionale Que deviennent nos hirondelles? Demain les hirondelles feront-elles toujours le printemps? Nos enfants verront-ils les martinets se poursuivre bruyamment

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

ANNEXE F. Liste des espèces d oiseaux répertoriées dans la région du secteur à l étude

ANNEXE F. Liste des espèces d oiseaux répertoriées dans la région du secteur à l étude ANNEXE F Liste des espèces d oiseaux répertoriées dans la région du secteur à l étude Tableau 1 : Liste des espèces d avifaune observées sur deux sites situés à proximité de la zone d étude Autour de

Plus en détail

Les hirondelles de fenêtre

Les hirondelles de fenêtre Les hirondelles de fenêtre 1 : Comment les reconnaître? L hirondelle de fenêtre L hirondelle rustique Le martinet Son nid Son nid Son nid Boule presque entièrement fermée, pas de présence de paille ou

Plus en détail

TERRIER TCHEQUE (Cesky Terrier)

TERRIER TCHEQUE (Cesky Terrier) Standard F.C.I. N 246 / 20.01.1998 / F TERRIER TCHEQUE (Cesky Terrier) TRADUCTION : Dr.J-M. Paschoud et Prof. R. Triquet. ORIGINE : République tchèque. DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D ORIGINE EN VIGUEUR

Plus en détail

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Sommaire Soumis au Conseil canadien sur l'apprentissage et à Citoyenneté

Plus en détail

Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre. Mai 2014

Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre. Mai 2014 Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre Mai 2014 ISBN : 978-0-660-22094-9 No de cat.: En4-144/14-2014F-PDF Le contenu de cette publication ou de

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Nom : Prénom : Classes : Sciences de la vie et de la Terre Livret de fiches méthodes Collège Louis Pasteur - Brunoy Ce livret m est distribué en début de sixième. Il contient les principales fiches méthodes

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

Olten 20 mars 2015. Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts

Olten 20 mars 2015. Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts Olten 20 mars 2015 Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts 1 Neuchâtel, un pays forestier Couverture boisée : 37% du Forêts territoire Propriété : 57% de forêts publiques et

Plus en détail