Performances des systèmes de commande industriels. Notion de contrainte temps réel Systèmes programmés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Performances des systèmes de commande industriels. Notion de contrainte temps réel Systèmes programmés"

Transcription

1 Bus de terrain Performances des systèmes de commande industriels 1 Thèmes abordés Notion de contrainte temps réel Systèmes programmés Difficulté à garantir un temps de réponse constant. 2 1

2 Systèmes de commande industriels Les exigences temporelles Exemple de contraintes temps réel Micro-assemblage contrôlé en force Donner l ordre au robot de descendre à la vitesse de 1 mm / s. Pendant la descente surveiller la valeur mesurée par le capteur de force sensible. Dès qu une force est détectée, arrêter le mouvement dans les 10 ms. Que se passe t il si le système de commande ne réagit pas assez vite? Robot Capteur de force Buse vaccuum Commande de robot 3 Systèmes de commande industriels Les exigences temporelles Exemples de contrainte temps réel Soudage laser L assemblage de deux composants horlogers est fait par des tirs laser dont la durée doit être comprise entre 2.0 et 2.5 ms. Que se passe t il si la durée du tir laser est inférieure? Que se passe t il si la durée du tir laser est supérieure? Que se passe t il si la durée du tir laser est irrégulière? Ordre on/off Automate programmable 4 2

3 Systèmes de commande industriels Les exigences temporelles Exemples de contrainte temps réel Impression Vitesse : 3 m/s. Précision souhaitée : 0.5 mm Que se passe-t-il si le temps de réaction au passage de la marque de coupe est variable? Marques pour la coupe Lecture optique des marques de coupe Système de commande Couteau 5 Systèmes de commande industriels Notion de temps réel Système de commande temps réel Garantit le respect d échéances temporelles précises. Temps réel doux (soft realtime) Lorsque le dépassement d une échéance n a pas des conséquences désastreuses. Temps réel dur (hard realtime) Lorsque le dépassement d une échéance a des conséquences inadmissibles. Différence entre temps réel et performance Un système exécutant plusieurs programmes en parallèle peut être très performant mais incapable de garantir une échéance. Une contrainte temps réel est caractérisée par un temps en minute, en seconde, en ms, en µs 6 3

4 Critères de performance temporelle Latence Temps de réponse Gigue (Jitter) Variation du temps de réponse. Elle caractérise la précision temporelle des actions 7 L automate programmable industriel Conséquences du fonctionnement cyclique : les temps de latence On considère un temps de cycle de 50 ms. Fonctionnement de l automate Les entrées sont copiées dans les variables associées au début du cycle. Les sorties sont appliquées à la fin du cycle. Temps maximal de réponse du système lors de l arrivée d un signal? Cycles automate Signal barrière optique Le signal peut arriver juste après le début d un cycle 50 ms temps de traitement Retard > 50 ms Activation de la Commande du vérin 8 4

5 L automate programmable industriel Conséquences du fonctionnement cyclique : une gigue (jitter) élevée Temps minimal de réponse du système lors de l arrivée d un signal? Le temps de réponse d un automate varie entre le temps de traitement et la valeur du temps de cycle. Cycles automate Signal barrière optique Le signal peut arriver juste avant le début d un cycle 50 ms temps de traitement Retard << 50 ms Activation de la Commande du vérin 9 L automate programmable industriel Conséquences du fonctionnement cyclique : une gigue (jitter) élevée Latence bornée Temps de cycle T c Temps de traitement T t Latence < T c + T t Gigue La gigue est égale au temps de cycle. 10 5

6 Exercice Un automate fonctionne sur le principe suivant : Temps de cycle de 10 ms. Programme Recopie une entrée sur une sortie. Temps de traitement 1 ms A chaque cycle automate Lecture des entrées et mise à jour des sorties avant le cycle. Exécution du programme. Quelles seront les valeurs observées pour la latence minimale, maximale. la gigue 11 L automatisation industrielle Etude de cas 1/3 Emballage d un chocolat Quelles étapes? Combien de temps pour emballer un chocolat? 12 6

7 L automatisation industrielle Etude de cas 2/3 La machine en action 13 L automatisation industrielle Etude de cas 3/3 Analyse Quelles performances? Quels défis techniques? 14 7

8 Systèmes de commande industriels Pourquoi certains systèmes sont incapables de contrôle «temps réel» Un ordinateur fonctionne à une fréquence précise Il devrait donc être capable de répéter des traitements à une vitesse constante. Origines matérielles des dérives Le processeur peut recevoir des interruptions qui lui font exécuter d autres séquences de code. Ces interruptions peuvent arriver n importe quand par rapport au programme d application. Origines logicielles des dérives Les systèmes d exploitation de bureautique comme Windows ou Linux répartissent le temps processeur entre les différents programmes chargés. La stratégie de répartition de ces systèmes n a pas été conçue pour le contrôle temps réel. 15 Systèmes de commande industriels Comparaison entre un OS bureautique et un OS temps réel Système temps réel (RTX) Système non temps réel (Windows) Latence toujours inférieure à une valeur maximale Latence en général inférieure à une valeur maximale, mais pouvant dépasser de façon considérable 16 8

9 Systèmes de commande industriels Pourquoi les systèmes programmés présentent en général une gigue Par conception, les programmes ont en général des temps d exécution variables. Les chemins d exécution pris dépendent des valeurs de variables d état. Ils ne sont pas identiques à chaque fois. Exemple I := I + 1; IF I > 1000 THEN (* Temps d exécution supplémentaire 1 fois sur 1000 *) I := 0; END_IF Que faire lorsque la gigue est inacceptable? Utiliser un élément matériel dédié pour cadencer précisément le contrôle. 17 Analyse des applications Quels temps de cycle automate pour répondre aux performances des applications exemple? Micro assemblage contrôlé en force Soudage laser Impression 18 9

10 Exemple d application découpe laser 19 Exemple d application 20 10

11 Moteur Y Moteur Y Exemple d application Découpe laser Trajectoire de la découpe Tête laser Axe Y Moteur X Axe X 21 Principes de commande Synchronisation des axes Le maître du bus Calcule périodiquement la trajectoire X(t) Y(t) Envoie la consigne de vitesse et de position aux contrôleurs de moteur, qui interpolent. Electronique de commande Amplificateur de courant Consigne de Régulateur Consigne de position de position courant Valeur de La position Compteur de position Signaux du codeur Maître Moteur X Electronique de commande Axe Y Consigne de position Régulateur de position Amplificateur de courant Consigne de courant Valeur de La position Compteur de position Signaux du codeur Axe X 22 11

12 Conséquence des latences Si Y arrive toujours en retard par rapport à X Exemple : 1 période de retard Axe Y Axe X 23 Conséquence des gigues Si Y arrive en retard de façon aléatoire par rapport à X Exemple : 0 à 1 période de retard Axe Y Axe X 24 12

13 Conséquence des gigues Trajectoires obtenues (décalées pour mise en évidence de la forme obtenue) Axe Y Axe X 25 Commande de mouvements synchronisés Application 26 13

14 Conséquence des latences et des gigues Les latences Erreurs dimensionnelles. La forme obtenue à l arrivée ne correspond pas exactement aux formes voulues, en raison du déphasage de X et Y Erreur ne pouvant pas être compensée facilement. Les gigues Forme différente de la forme désirée. Etat de surface mauvais, comportant un «bruit». Les pièces fabriquées successives sont toutes différentes. 27 Exigence particulière la synchronisation précise en temps Pour commander un mouvement synchronisé Il faut connaître la bonne valeur de position pour chaque axe. Il faut aussi connaître l instant précis auquel cette position doit être atteinte. Pour les bus de terrain et les systèmes de commande C est une exigence très contraignante. Pas atteinte par les bus prévus pour les entrées sorties simples. Sur les machines Il est fréquent de faire cohabiter 2 bus de terrain. Un bus de terrain rapide et synchronisé pour le contrôle du mouvement. Un bus de terrain classique pour les entrées sorties. Conséquence néfaste : le coût! 28 14

15 Solutions envisageables Architecture centralisée Les bus microprocesseurs ont des latences de l ordre de 10 ns. Donc, solution très performante mais centralisée. Synchronisation d horloge Les données sont envoyées sans synchronisation précise, mais avec une indication de date (tables P, V, T). Les différents contrôleurs synchronisent leur référence de temps locale (horloge) entre eux en utilisant le bus de terrain. Bus de terrain synchrone Utiliser une technologie de bus de terrain permettant la synchronisation. Compensation des temps de propagation Pour améliorer encore la synchronisation, un contrôleur peut mesurer le temps de propagation physique du bus, et le compenser! 29 L automate programmable industriel Conséquences du fonctionnement cyclique sur les performances Gigue Si Tâche 1 et Tâche 2 sont prêtes simultanément Tâche 2 sera exécutée après Tâche 1. La cadence d exécution est respectée. L échéance précise n est pas respectée. Charge CPU Si une tâche effectue un traitement plus long que sa période 100 % CPU consommée. L automate ne peut plus respecter la cadence d exécution. En général, il se met dans un état d erreur et s arrête. Si on diminue la période d une tâche (on augmente la cadence) La charge CPU augmente

16 31 16

Communication de l information Transmission des données Cours

Communication de l information Transmission des données Cours 1- Les modes de transmission Pour une transmission donnée sur une voie de communication entre deux machines la communication peut s'effectuer de différentes manières. La transmission est caractérisée par:

Plus en détail

Plan du cours. 1 Histoire de l ordinateur. 3 Représentation interne des informations. 4 Encodage de l information. 5 Circuits logiques

Plan du cours. 1 Histoire de l ordinateur. 3 Représentation interne des informations. 4 Encodage de l information. 5 Circuits logiques Plan du cours 1 Histoire de l ordinateur 2 Présentation générale 3 Représentation interne des informations 4 Encodage de l information 5 Circuits logiques 6 Composants électroniques 7 Mémoires 8 Unité

Plus en détail

Transmission des données

Transmission des données 1- Codage de l information Une information peut être un son, une image, une vidéo, un texte L information que l on désire transmettre doit être adaptée au mode de fonctionnement des éléments utilisés (ordinateur,

Plus en détail

Architecture logicielle pour le contrôle-commande. Informatique Industrielle 1

Architecture logicielle pour le contrôle-commande. Informatique Industrielle 1 Architecture logicielle pour le contrôle-commande Informatique Industrielle 1 Systèmes informatiques Opérateur hiérarchie IHM Fonctions/Traitement Entrées Système informatique Sorties Interface entrées/sorties

Plus en détail

Systèmes d Exploitation temps réel. Introduction aux STR. Gabriel FREY 2013

Systèmes d Exploitation temps réel. Introduction aux STR. Gabriel FREY 2013 Systèmes d Exploitation temps réel 1 2 Plan de l intervention 1. Introduction aux Systèmes Temps Réel Définition & catégories Notions importantes Exécutif temps réel Les STR dans les systèmes embarqués

Plus en détail

Systèmes ordinés en temps réel

Systèmes ordinés en temps réel Département de génie électrique Professeur : Jean-Marc Beaulieu Systèmes ordinés en temps réel Exercices du Chapitre 5 Réponse aux évènements Question 1 Dans un système en temps réel, on sait que l instruction

Plus en détail

Architectures Distribuées et Réseaux locaux Temps-réel. LPSIL Option Informatique Embarquée et Réseaux sans Fil

Architectures Distribuées et Réseaux locaux Temps-réel. LPSIL Option Informatique Embarquée et Réseaux sans Fil Architectures Distribuées et Réseaux locaux Temps-réel LPSIL Option Informatique Embarquée et Réseaux sans Fil Marie-Agnès Peraldi-Frati Time Triggered Protocol TTP : un peu plus qu un protocole Protocole

Plus en détail

11 Février 2014 Paris nidays.fr

11 Février 2014 Paris nidays.fr 11 Février 2014 Paris nidays.fr 1 Comment gérer des systèmes PXI distribués de plus en plus complexes (nombre de voies, synchronisation, streaming et traitement hautes performances) Jérôme HENRION, Ingénieur

Plus en détail

QUALIMATEST SA Chemin du Pont-du-Centenaire 109, 1228 Plan-les-Ouates (Geneva), Switzerland

QUALIMATEST SA Chemin du Pont-du-Centenaire 109, 1228 Plan-les-Ouates (Geneva), Switzerland Le VidéoBalisomètre a été développé pour permettre une analyse très poussée de l organe réglant et ainsi devenir un référentiel pour la mesure des amplitudes, des marches et des vitesses du balancier.

Plus en détail

SAS créée le 20/12/2006 Dépôt de Brevet international N 07/05388 : SYSAXE

SAS créée le 20/12/2006 Dépôt de Brevet international N 07/05388 : SYSAXE Robotisation des CND SAS créée le 20/12/2006 Dépôt de Brevet international N 07/05388 : SYSAXE système robotisé de mesure et de cartographie de CND par ultrasons Lauréat du Trophée INPI 2009 3 Cellules

Plus en détail

Eléments d architecture des ordinateurs

Eléments d architecture des ordinateurs Eléments d architecture des ordinateurs Yves Josse yves.josse@ac-rennes.fr Lycée Chateaubriand PCSI 3 Année 2017-2018 IPT (Architecture ordinateurs) Informatique - PCSI 3 Année 2017-2018 1 / 10 Plan du

Plus en détail

NFP Architecture des ordinateurs

NFP Architecture des ordinateurs NFP 136 - Architecture des ordinateurs Amélie Lambert 2015-2016 Amélie Lambert 2015-2016 1 / 35 Plan du cours 1 Rôle d un ordinateur 2 Les composants de l ordinateurs 3 Principe d exécution des instructions

Plus en détail

Tests fonctionnels numériques approfondis sur composants électroniques

Tests fonctionnels numériques approfondis sur composants électroniques 44691 Fig. 1 Trois nouveaux modules numériques rendent la plateforme de test CompactPCI / PXI R&S CompactTSVP encore plus universelle. Plateforme de test CompactPCI / PXI R&S CompactTSVP Tests fonctionnels

Plus en détail

SYSTÈME D EXPLOITATION

SYSTÈME D EXPLOITATION SYSTÈME D EXPLOITATION Ordinateur: Sans le logiciel (software), machine sans utilité Deux types de logiciels: 1. Programmes systèmes (system programs): gèrent le fonctionnement de l ordinateur 2. Programmes

Plus en détail

Exercices. I. Etude de l implantation des primitives du modèle OSI

Exercices. I. Etude de l implantation des primitives du modèle OSI Exercices I. Etude de l implantation des primitives du modèle OSI On considère une couche N. Etudier, selon les mécanismes de communication locale (boite à lettres, file d attente, mémoire commune, etc.)

Plus en détail

Devoir surveillé d Électronique d Instrumentation II

Devoir surveillé d Électronique d Instrumentation II Université de Nantes - IUT de Saint-Nazaire Département Mesures Physiques Devoir surveillé d Électronique d Instrumentation II DUT MP, Semestre 4, 22/23. Durée : heure 5. Les cinq exercices sont indépendants.

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes Partie 1: Introduction Jalil BOUKHOBZA UBO / Lab-STICC Email : boukhobza@univ-brest.fr Partie 1 : Introduction 1 PLAN DU COURS 1. Introduction aux systèmes 2. Les processus 1.

Plus en détail

Pipeline. Principe du pipeline par l exemple

Pipeline. Principe du pipeline par l exemple Pipeline Principe du pipeline par l exemple (Université Bordeaux 1) Architecture de l Ordinateur 2007-2008 1 / 33 Un autre exemple Restaurant Universitaire On passe, dans l ordre devant 4 éléments Un présentoir

Plus en détail

Un système physique est dit commandé si la grandeur de sortie s(t) est dépendante de l entrée e(t). Perturbation. p(t) Système commandé

Un système physique est dit commandé si la grandeur de sortie s(t) est dépendante de l entrée e(t). Perturbation. p(t) Système commandé L'ASSERVISSEMENT LES SYSTEMES AUTOMATISES La fonction principale d un système automatisé est de remplacer les commandes répétitives, pénibles, complexes ou impossibles réalisées par l homme sur des machines.

Plus en détail

Solutions testées et validées pour machines d emballage. Pour rentabiliser votre machine et votre activité

Solutions testées et validées pour machines d emballage. Pour rentabiliser votre machine et votre activité Solutions testées et validées pour machines d emballage Pour rentabiliser votre machine et votre activité Votre partenaire en matière d emballage Augmentation des exigences en matière de productivité de

Plus en détail

TD N 3 : LE MICROPROCESSEUR

TD N 3 : LE MICROPROCESSEUR Ministère de l enseignement Supérieur Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Sfax Département informatique A. U. 2007-2008 1 er semestre : Classes : INFO 12 Date : 26/11/2007 Matière : Architecture

Plus en détail

CLASSE DE 5 ème. Scénario : montage et emballage de produits EMBAL VITE SOCIETE MONTE-TOUT

CLASSE DE 5 ème. Scénario : montage et emballage de produits EMBAL VITE SOCIETE MONTE-TOUT SOCIETE MONTE-TOUT BUREAU DES METHODES ATELIER IMPRIMERIE PRODUITS FINIS Livraisons Commandes FOURNISSEURS MAGASIN Emballages finis EMBAL VITE BUREAU D ETUDES ATELIER D EMBALLAGE SOCIETE MONTE-TOUT BUREAU

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONNELLE ET TEMPORELLE ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE SYNTHESE

ANALYSE FONCTIONNELLE ET TEMPORELLE ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE SYNTHESE I ETUDE STRUCTURELLE D UN SYSTEME INDUSTRIEL : 11 Les entrées et les sorties d un système automatisé : Pour étudier un système automatisé, il faut l isoler du reste du contexte. Il existe donc une frontière

Plus en détail

Par quoi et comment sont réalisées l acquisition et la transmission de l information? Acquisition et traitement de l information Séquence 11

Par quoi et comment sont réalisées l acquisition et la transmission de l information? Acquisition et traitement de l information Séquence 11 Séquence 11 Introduction : Un système d arrosage automatique permet d arroser un jardin de manière autonome, quand on le souhaite. L eau prélevée du réseau principal, est distribuée aux arroseurs par les

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes Partie 1: Introduction Jalil BOUKHOBZA UBO / Lab-STICC Email : boukhobza@univ-brest.fr Partie 1 : Introduction 1 PLAN DU COURS 1. Introduction aux systèmes 2. Les processus 1.

Plus en détail

Actionneurs de chauffage pour servomoteurs thermiques 24V. HMT 6 et HMT 12 HMT HMT

Actionneurs de chauffage pour servomoteurs thermiques 24V. HMT 6 et HMT 12 HMT HMT Actionneurs de chauffage pour servomoteurs thermiques 24V HMT 6 et HMT 12 HMT 6 490 0 273 HMT 12 490 0 274 Mise à jour: oct.-04 (Sous réserve de modifications) Page 1 sur 13 Table des matières 1 Fonctionnalités...

Plus en détail

CHAPITRE 1 SYSTEMES MICRO-PROGRAMMES A BASE DE MICROPROCESSEUR

CHAPITRE 1 SYSTEMES MICRO-PROGRAMMES A BASE DE MICROPROCESSEUR CHAPITRE 1 SYSTEMES MICRO-PROGRAMMES A BASE DE MICROPROCESSEUR 1. Introduction aux systèmes micro-programmés Le développement de l'électronique numérique a suscité l'apparition de plusieurs types de composants

Plus en détail

Soudure par Ultrasons. Soudure par Vibration linéaire Soudure par Vibration orbitale. Soudure par Miroir chauffant. Soudure par Infrarouge

Soudure par Ultrasons. Soudure par Vibration linéaire Soudure par Vibration orbitale. Soudure par Miroir chauffant. Soudure par Infrarouge Soudure par Ultrasons Soudure par Vibration linéaire Soudure par Vibration orbitale Soudure par Miroir chauffant Soudure par Infrarouge Soudure par Laser Soudure par ultrasons Un procédé rapide, propre

Plus en détail

Systèmes à débit variable

Systèmes à débit variable Utilisation optimisée La ventilation entre pour une part considérable dans les coûts énergétiques d un bâtiment. Dans le même temps, les pouvoirs publics imposent certaines contraintes en matière de consommation

Plus en détail

GCI Méthodes expérimentales

GCI Méthodes expérimentales GCI 109 - Méthodes expérimentales Chapitre 4 Systèmes informatisés Automne 2000 GCI 109 - Systèmes d'acquisition informatisés 1 Contenu du chapitre 4 4.1 Structure de base d un système informatisé 4.2

Plus en détail

procédé Fiche technique COMMANDER 250 Le Régulateur 1 /4 DIN le plus complet, directement utilisable

procédé Fiche technique COMMANDER 250 Le Régulateur 1 /4 DIN le plus complet, directement utilisable COMMANDER 250 Régulateur compact de procédé Fiche technique Régulateur PID avec auto-réglage simple boucle, chaud/froid et rampe/ palier en standard Configuration par codage rapide, depuis la face avant

Plus en détail

Architecture Logicielle et matérielle

Architecture Logicielle et matérielle Architecture Logicielle et matérielle Cours 9 : interruptions et pipeline d après un cours de Nicolas Louvet Laure Gonnord http://laure.gonnord.org/pro/teaching/ Laure.Gonnord@univ-lyon1.fr Licence d info

Plus en détail

Moteur brushless. Tutoriel

Moteur brushless. Tutoriel Moteur brushless Table des matières 1. Introduction...2 1.1. Composition d'un moteur brushless...2 1.2. Fonctionnement du moteur brushless simple...2 2. Commande des moteurs brushless...3 2.1. Moteur brushless

Plus en détail

Informations Générales

Informations Générales MM03: Le Testeur Common Rail pour tout garage! Informations Générales MM03 permet de diagnostiquer le système Common Rail diesel sur le véhicule et sans démonter les composants. MM03 est connecté directement

Plus en détail

SIMSURF Vers une simulation réaliste des états de surface par calculs massivement parallèles sur processeurs graphiques

SIMSURF Vers une simulation réaliste des états de surface par calculs massivement parallèles sur processeurs graphiques SIMSURF Vers une simulation réaliste des états de surface par calculs massivement parallèles sur processeurs graphiques Félix ABECASSIS, Sylvain LAVERNHE, Pierre-Alain BOUCARD, Christophe TOURNIER Institut

Plus en détail

Scatec Numéro 1 de la détection des bords

Scatec Numéro 1 de la détection des bords Scatec Numéro 1 de la détection des bords Faites confiance au numéro 1. Scatec en bref. Le modèle Scatec de Baumer est le numéro 1 dans le domaine du comptage d exemplaires en flux en nappe. L utilisation

Plus en détail

Solutions intelligentes pour le contrôle de qualité des processus de fabrication textile

Solutions intelligentes pour le contrôle de qualité des processus de fabrication textile Solutions d avant-garde de contrôle du fil LIGNE DE CONTRÔLE QUALITÉ DU FIL Solutions intelligentes pour le contrôle de qualité des processus de fabrication textile LA SYMBIOSE PARFAITE ENTRE VOTRE UNITE

Plus en détail

Utilisation de l outil iperf

Utilisation de l outil iperf I. Présentation de l outil Utilisation de l outil iperf Iperf est un logiciel client/serveur, il faut donc deux machines positionner aux deux extrémités du réseau à tester pour fonctionner. En effet, ce

Plus en détail

Comment fonctionne un convertisseur analogique numérique?

Comment fonctionne un convertisseur analogique numérique? Nom :. Coéquipier :. Comment fonctionne un convertisseur analogique numérique? Un convertisseur analogique numérique (CAN) est un dispositif électronique permettant la conversion d un signal analogique

Plus en détail

Module Structure Machine Filière MI 1 ère Année S2. Avec une bascule c est possible de mémoriser une information sur 1 seul bit.

Module Structure Machine Filière MI 1 ère Année S2. Avec une bascule c est possible de mémoriser une information sur 1 seul bit. Université de Bouira Cours La Mémoire centrale Faculté des sciences Module Structure Machine Filière MI 1 ère Année S2 La mémoire centrale Introduction Avec une bascule c est possible de mémoriser une

Plus en détail

1 PRESENTATION DU KIT MICRO-CONTROLEUR RABBIT RCM2X00

1 PRESENTATION DU KIT MICRO-CONTROLEUR RABBIT RCM2X00 1 PRESENTATION DU KIT MICRO-CONTROLEUR RABBIT RCM2X00 Les micro-contrôleurs Rabbit RCM2100 et RCM2200 sont basés sur un micro-processeur rabbit 2000. Ses principales caractéristiques sont décrites sur

Plus en détail

Séquence1 : Environnement matériel d un système informatique. Un système informatique permet d automatiser le traitement

Séquence1 : Environnement matériel d un système informatique. Un système informatique permet d automatiser le traitement Unité1 : Séquence1 : Environnement matériel d un système informatique. I. Système informatique Un système informatique permet d automatiser le traitement de l information. Il est constitué de deux partis

Plus en détail

GENERATEUR DE COURANT DIFFERENTIEL POC-1500-AC/DC-32A-50V-12G

GENERATEUR DE COURANT DIFFERENTIEL POC-1500-AC/DC-32A-50V-12G PERFORMANCES Douze gammes de courant alternatif de 16 ma à 128 A crête Courant permanent alternatif jusqu à 26 ARMS Neuf gammes de courant permanent continu de 16 ma à 12 A Courant continu ± 6mA superposable

Plus en détail

COMMENT FONCTIONNE UN ORDINATEUR

COMMENT FONCTIONNE UN ORDINATEUR COMMENT FONCTIONNE UN ORDINATEUR Fabrice Huet INRIA-CNRS-Université de Nice Processeur Mémoir e Port PCIe Port IDE/pAT A Port PCI Port sata Un programme est une suite d instructions Les données sont

Plus en détail

GENERATEUR DE COURANT DIFFERENTIEL «POCDIF» (AC/DC - 32A - 50V - 12 gammes)

GENERATEUR DE COURANT DIFFERENTIEL «POCDIF» (AC/DC - 32A - 50V - 12 gammes) PERFORMANCES Douze gammes de courant alternatif de 16 ma à 128 A crête Courant permanent alternatif jusqu à 26 ARMS Neuf gammes de courant permanent continu de 16 ma à 12 A Courant continu ± 6mA superposable

Plus en détail

Le variateur de fréquence universel économique

Le variateur de fréquence universel économique Le variateur de fréquence universel économique Les convertisseurs de fréquence PDC sont des appareils entièrement digitaux, d utilisation universelle dans la construction de machines et d installations.

Plus en détail

chauffage Rideau d air chaud : INDUSSY

chauffage Rideau d air chaud : INDUSSY chauffage Rideau d air chaud : INDUSSY FTE 402 191 B Mai 2011 Indussy rideau d air chaud gros débit pour locaux industriels Avantages Débits importants : jusqu à 10 000 m 3 /h. Régulation aux performances

Plus en détail

Banque d épreuves BTS-DUT 1999 EPREUVE D INFORMATIQUE

Banque d épreuves BTS-DUT 1999 EPREUVE D INFORMATIQUE Banque d épreuves BTS-DUT 1999 EPREUVE D INFORMATIQUE L épreuve se compose de 20 questions regroupées suivant les thèmes : structure des machines de traitement de l information, algorithmique et programmation,

Plus en détail

INSTRUMENTATION - RÉGULATION - AUTOMATISMES STRUCTURE DES AUTOMATES PROGRAMMABLES

INSTRUMENTATION - RÉGULATION - AUTOMATISMES STRUCTURE DES AUTOMATES PROGRAMMABLES Risques et Précautions liés au Matériel INSTRUMENTATION - RÉGULATION - AUTOMATISMES Ingénieurs en Sécurité Industrielle STRUCTURE DES AUTOMATES PROGRAMMABLES STRUCTURE GÉNÉRALE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE...

Plus en détail

MC-II2 - Cours/TP 0. J. Villemejane -

MC-II2 - Cours/TP 0. J. Villemejane - Systèmes Embarqués Avancés MC-II2 - Cours/TP 0 J. Villemejane - julien.villemejane@u-pec.fr IUT Créteil-Vitry Département GEII Université Paris-Est Créteil Année universitaire 2013-2014 1/26 MC-II2 Systèmes

Plus en détail

Plan. Mise à niveau en informatique. Master Technologie et Handicap DAASSI Hela (ZBAKH Mohammed)

Plan. Mise à niveau en informatique. Master Technologie et Handicap DAASSI Hela (ZBAKH Mohammed) Mise à niveau en informatique Master Technologie et Handicap DAASSI Hela (ZBAKH Mohammed) Plan 1. Définitions 2. Historique 3. Matériel et fonctionnement 4. Logiciels 5. Algorithmique 1 Informatique :

Plus en détail

Scies à panneaux horizontales

Scies à panneaux horizontales CUT 82 CUT 85 INDUSTRY CUT 110 INDUSTRY Scies à panneaux horizontales CUT 85 INDUSTRY CUT 110 INDUSTRY Un maximum de puissance de sciage Votre partenaire pour la productivité et la précision Spezialmaschinen

Plus en détail

NOUVEAUTÉS en Fraisage

NOUVEAUTÉS en Fraisage NOUVEAUTÉS en Fraisage ROAD AND MINERAL TECHNOLOGIES www.wirtgen-group.com JUSTIFICATIONS pour le Fraisage (Pourquoi?) Vue en Coupe (et schématisée) d une Route. Asphalte ($) Base ($$$) Sous-Base ($$$$)

Plus en détail

Découvrez le prototypage virtuel avec LabVIEW NI SoftMotion et SolidWorks

Découvrez le prototypage virtuel avec LabVIEW NI SoftMotion et SolidWorks Découvrez le prototypage virtuel avec LabVIEW NI SoftMotion et SolidWorks Maxime RENAUD Ingénieur marketing National Instruments Sommaire Les défis de la mécatronique Prototypage virtuel Avantages économiques

Plus en détail

DOCUMENTS RESSOURCES

DOCUMENTS RESSOURCES CORRECTIONS DES ASSERVISSEMENTS DES SYSTEMES LINEAIRES 1- MODELISATION DES SYSTEMES ASSERVIS LINEAIRES Afin d éviter des éventuelles perturbations pouvant agir sur le circuit de la chaîne directe et déstabiliser

Plus en détail

Module T1: Signaux et systèmes

Module T1: Signaux et systèmes TELECOMMUNICATION Module T1: Signaux et systèmes Objectifs : L objectif de ce module est d introduire les systèmes de télécommunications et les signaux de type Voix-Données-Images. Compétences minimales

Plus en détail

Fiche 9 : Régulateur industriel

Fiche 9 : Régulateur industriel Automatique : Asservissement 206207 Fiche 9 : Régulateur industriel. Introduction Un régulateur est composé d un comparateur et d un correcteur (figure suivante). La loi qui permet d élaborer le signal

Plus en détail

Introduction aux systèmes d'exploitation des ordinateurs

Introduction aux systèmes d'exploitation des ordinateurs Introduction aux systèmes d'exploitation des ordinateurs Système informatique Définition : C est l ensemble des matériels et logiciels destinés à réaliser des tâches qui mettent en jeu le traitement automatique

Plus en détail

M4 Systèmes linéaires. Systèmes asservis

M4 Systèmes linéaires. Systèmes asservis Systèmes asservis Objectif global d un procédé = maîtrise d une grandeur But d une régulation : garantir un fonctionnement conforme à l objectif final, en appliquant des ajustements lorsqu un écart par

Plus en détail

LA PUISSANCE DE L HYDRAULIQUE CONTROLEE PAR L ELECTRONIQUE

LA PUISSANCE DE L HYDRAULIQUE CONTROLEE PAR L ELECTRONIQUE LA PUISSANCE DE L HYDRAULIQUE CONTROLEE PAR L ELECTRONIQUE Les machines modernes qui utilisent la technologie hydraulique exigent : Des régulations de débit avec des accélérations et des décélérations

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur?

Qu est-ce qu un ordinateur? Qu est-ce qu un ordinateur? Vitesse : Réalise rapidement Précision : des opérations compliquées et répétitives Fiabilité : sans erreur. D. Bertrand 1 Eclipse de soleil: résoudre l équation ax 2 + bx +

Plus en détail

Université de Nice Sophia Antipolis. Projet Arduino. Auteurs : Joévan Ziebel Bertrand Scholtes

Université de Nice Sophia Antipolis. Projet Arduino. Auteurs : Joévan Ziebel Bertrand Scholtes Université de Nice Sophia Antipolis Projet Arduino Auteurs : 29 Mai 2016 Table des matières 1 De la théorie à l assemblage 2 2 Fonctionnement de la voiture 5 3 Difficultés rencontrées 5 4 Vision globale

Plus en détail

NOTICE DE PROGRAMMATION ET D UTILISATION

NOTICE DE PROGRAMMATION ET D UTILISATION NotTC504 09/05 Pages : 1 / 10 ROHDE TC 504 NOTICE DE PROGRAMMATION ET D UTILISATION PROGRAMMATEUR TC 504 NotTC504 09/05 Pages : 2 / 10 PRESENTATION 1 Zone à laquelle correspond l affichage 2 Consulter

Plus en détail

Rd +15V. vgm GBF (DC)

Rd +15V. vgm GBF (DC) INTRODUCTION : Les consignes propres à tout TP concernant la sécurité et les méthodes de Travail, seront copiées/collées en pages de garde du compte rendu, lues, appliquées et signées. Ces consignes peuvent

Plus en détail

Introduction à l informatique industrielle et aux automatismes

Introduction à l informatique industrielle et aux automatismes Chapitre I Introduction à l informatique industrielle et aux automatismes I/ Les automatismes industriels: Automatiser une tâche consiste à enchaîner les diverses opérations nécessaires à sa réalisation

Plus en détail

THEME 2 : L ARCHITECTURE D UN ORDINATEUR. Dossier 2. Objectifs. 2. Fonctionnement de la mémoire.

THEME 2 : L ARCHITECTURE D UN ORDINATEUR. Dossier 2. Objectifs. 2. Fonctionnement de la mémoire. Architecture Matérielle des Systèmes informatiques. 1S1 BTS Informatique de Gestion 1 ère année THEME 2 : L ARCHITECTURE D UN ORDINATEUR Dossier 2 Le fonctionnement de la mémoire vive de l ordinateur.

Plus en détail

Introduction à l automatique. 1 Cours d Automatique 2008/2009 (1ère année Ingénieur)

Introduction à l automatique. 1 Cours d Automatique 2008/2009 (1ère année Ingénieur) Introduction à l automatique 1 Dr. K. LABADI Cours d Automatique 2008/2009 (1ère année Ingénieur) Plan Définition de l automatique But de l automatique Domaines d application Exemples d application 2 Définition

Plus en détail

4.3 Notions de registres Registre à mémoire Registre à décalage conversion série/parallèle

4.3 Notions de registres Registre à mémoire Registre à décalage conversion série/parallèle 43 Notions de registres Un registre est un ensemble de cellules mémoires constituées par des bascules Le contenu d'un registre peut donc être considéré comme un nombre binaire ou un "mot" de n bits Exemple

Plus en détail

Barrières immatérielles de sécurité LCA

Barrières immatérielles de sécurité LCA 1 Barrières immatérielles de sécurité LCA Barrières immatérielles LCA Les barrières photoélectriques et les rideaux lumineux sont des équipements de protection immatériels qui permettent de sécuriser des

Plus en détail

LA CHAINE D INFORMATION

LA CHAINE D INFORMATION LA CHAINE D INFORMATION 1) QUELLES SONT LES INFORMATIONS A ACQUERIR? 1.1) Les grandeurs physiques à acquérir : Elles représentent l état de la matière d œuvre du système (Niveau énergétique de batterie,

Plus en détail

Plug and play avec les variateurs pour moteur pas à pas Lexium SD3

Plug and play avec les variateurs pour moteur pas à pas Lexium SD3 Plug and play avec les variateurs pour Lexium Prêt en quelques minutes, vous n avez qu à brancher le va riateur Lexium pour qu il fonctionne. Connectez le au variateur, branchez le courant, réglez la résolution

Plus en détail

HPS 320 flextec HOLZMA révolutionne la découpe. Nouveauté mondiale!

HPS 320 flextec HOLZMA révolutionne la découpe. Nouveauté mondiale! HPS 320 flextec HOLZMA révolutionne la découpe Nouveauté mondiale! HPS 320 flextec Une découpe individuelle de qualité Avec la HPS 320 flextec, HOLZMA révolutionne la découpe des lots unitaires. Cette

Plus en détail

WIFIBOT : Test de la carte moteur Système : WIFIBOT Durée : 3 heures Travail en binôme

WIFIBOT : Test de la carte moteur Système : WIFIBOT Durée : 3 heures Travail en binôme WB-CM1 WIFIBOT : Test de la carte moteur Système : WIFIBOT Durée : 3 heures Travail en binôme WB_CM1.docx/G.COLIN Problématique : Etablir la procédure à suivre pour tester les cartes de commande moteur

Plus en détail

Etude des transmissions numériques DCC et I 2 C Séquence N 2

Etude des transmissions numériques DCC et I 2 C Séquence N 2 Année 2009 Train électrique à commande numérique Page 1/7 Sources : o Sébastien JEAN, 1ère année ISI, IUT Valence (http://sardes.inrialpes.fr/~jean/enseignement/reseaux/index.html ) o http://www.eaeeie.org/theiere_signal/theiere_signal_fr

Plus en détail

Fonctions Supplémentaires des Régulateurs Numériques

Fonctions Supplémentaires des Régulateurs Numériques Fonctions Supplémentaires des Régulateurs Numériques Chapitre 4 1 EXTRACTION DE RACINE CARREE : L extraction de racine carrée sert à relinéariser des mesures de débit faites par mesure de pression différentielle

Plus en détail

Présentation du robot

Présentation du robot Présentation du robot Présentation version 2.1 Le 3 mars 2008 Page 1/5 1 Introduction : Le CVRA participe chaque année à la coupe suisse de robotique. Les trois meilleures équipes gagnent le droit de participer

Plus en détail

Test d aptitude au réglage secondaire

Test d aptitude au réglage secondaire Page 1 sur 5 Test d aptitude au réglage secondaire Auteurs: Dominik Schlipf, Marc Scherer, Matthias Haller Remaniements: Version Date Section 1.0 20.10.2008 Document finalisé 2.0 10.02.2012 Document remanié

Plus en détail

Servo-positionnement (Paramètres de réglage d un correcteur)

Servo-positionnement (Paramètres de réglage d un correcteur) Date : Note /20 : EVALUATION Nom : Prénom : Classe : Servo-positionnement (Paramètres de réglage d un correcteur) FESTO-2 CP 43 CP 73 Compétences cernées en Dimensionner, évaluer les performances et choisir

Plus en détail

Structure de base d un ordinateur

Structure de base d un ordinateur Structure de base d un ordinateur Les ordinateurs sont des machines programmables capables d effectuer un nombre important d opérations avec précision en un temps très court. I- Structure d un ordinateur.

Plus en détail

WatchProjector : Equipement optique de mesure et contrôle automatique sans contact

WatchProjector : Equipement optique de mesure et contrôle automatique sans contact QUALIMATEST SA QUALIMATEST SA Chemin du Pont du Centenaire 109 1228 Plan-les-Ouates (Genève) Suisse Tel : +41 22 884 00 30 Fax : +41 22 884 00 40 info@qmt.ch WatchProjector : Equipement optique de mesure

Plus en détail

CIRCUITS LOGIQUES SEQUENTIELS

CIRCUITS LOGIQUES SEQUENTIELS Chap-III: Compteurs CIRCUITS LOGIQUES SEQUENTIELS Compteurs Attention! Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement interdit de la reproduire à des fins commerciales.

Plus en détail

Mise en œuvre de l afficheur LCD alphanumérique

Mise en œuvre de l afficheur LCD alphanumérique Mise en œuvre de l afficheur LCD alphanumérique Cette afficheur assure simultanément l affichage de textes et de données numériques, pour une consommation de quelques 10 mw. Cependant, son jeu d instructions

Plus en détail

Registre de code conditionnel (CCR-Code Condition Register)

Registre de code conditionnel (CCR-Code Condition Register) 3. Chemin des données, cycle machine, microcommandes; parallélisme des opérations. Architecture et fonctions des unités (UAL, module de contrôle, registres, etc.) (suite) 3.2. Architecture et fonctions

Plus en détail

MODULE DE REGULATION AVEC SUPERVISION PC Pour le séchage artificiel du bois.

MODULE DE REGULATION AVEC SUPERVISION PC Pour le séchage artificiel du bois. MODULE DE REGULATION AVEC SUPERVISION PC Pour le séchage artificiel du bois. Objet : Ce module automate programmable, a pour objet l automatisation des cellules de séchage artificiel du bois. L accès à

Plus en détail

1,000 raisons de choisir l automatisation intelligente. 10 raisons incontestables de choisir FANUC.

1,000 raisons de choisir l automatisation intelligente. 10 raisons incontestables de choisir FANUC. Robots 1,000 raisons de choisir l automatisation intelligente 10 raisons incontestables de choisir FANUC. 01 350,000 robots installés dans le monde 40 100 modèles de robots différents ans d expérience

Plus en détail

cutter magnum L16 L20

cutter magnum L16 L20 magnum L16 L20 MODÈLE puissance tours moteur à la minute capacité cuve absorption extérieures poids net kw / Hp lt A mm kg L 16 3,5-4,5 3,3-2,6 1 vit 1400 2 vit 2800 16 (Ø 320 x h=230) 8,4-6,58 A 750 B

Plus en détail

L ordinateur. Un ordinateur est un ensemble de circuits électroniques permettant le traitement de l information. restituée. transformée.

L ordinateur. Un ordinateur est un ensemble de circuits électroniques permettant le traitement de l information. restituée. transformée. Plan du cours 1. Définition de l informatique 2. Définition de l ordinateur 3. Définition de l information 4. Architecture générale de l ordinateur 5. Composants d un ordinateur Hardware (Processeur, mémoires,

Plus en détail

Contrôleur de compte tours par les moteurs 4 temps Rotax

Contrôleur de compte tours par les moteurs 4 temps Rotax Contrôleur de compte tours par les moteurs 4 temps Rotax Mise à jour le 16 /06/2009 Cet article décrit la réalisation d un générateur de signaux compatibles avec les comptes tours électronique utilisés

Plus en détail

GUIDE DU MODBUS POUR LES NULS

GUIDE DU MODBUS POUR LES NULS 1 GUIDE DU MODBUS POUR LES NULS «COMPRENDRE ET METTRE EN ŒUVRE FACILEMENT LE BUS INDUSTRIEL MODBUS» By www.automation-sense.com A PROPOS DU GUIDE Ce guide de formation a été conçu pour démystifier le bus

Plus en détail

CS-4 Race Analyseur de performance de ski Fiche Technique

CS-4 Race Analyseur de performance de ski Fiche Technique Préliminaire Préliminaire 1 est un instrument qui, lorsqu il est fixé au ski, mesure avec précision le déplacement du ski sur la neige. Les deux capteurs optiques détectent les déplacements dans les deux

Plus en détail

Principes de Base (1/25) Principes de Base

Principes de Base (1/25) Principes de Base Principes de Base Un réseau pourquoi faire? Quelle architecture de communication faut-il déployer? A quoi sert la Normalisation? Quel débit et combien de Bande Passante? Quel Multiplexage utiliser? Comment

Plus en détail

QCM : Répondre par Vrai ou Faux. I. Architecture des ordinateurs et systèmes d exploitation

QCM : Répondre par Vrai ou Faux. I. Architecture des ordinateurs et systèmes d exploitation QCM : Répondre par Vrai ou Faux 1. Linux est une suite bureautique 2. Un raccourci est une copie d'un document, d'un fichier ou d'un dossier présent dans un autre répertoire 3. Un dossier peut contenir

Plus en détail

Algorithmes distribués. Synchronisation d horloges

Algorithmes distribués. Synchronisation d horloges Master 1 (Maîtrise) d Informatique Algorithmes distribués. Synchronisation d horloges A. Slissenko Algorithme de synchronisation d horloges de Mahany-Schneider. On considère un modèle réseau en impulsion

Plus en détail

GELE5343 Chapitre 5 : Architectures

GELE5343 Chapitre 5 : Architectures GELE5343 Chapitre 5 : Architectures Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Hiver 2013 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5343 Chapitre 5 Hiver 2013 1 / 30 Introduction Contenu 1 Introduction 2 Types

Plus en détail

La navigation par satellite

La navigation par satellite 1 La navigation par satellite Nous nous penchons dans ce premier chapitre sur les principes de fonctionnement des systèmes de navigation par satellite. Ces systèmes à l immense potentiel ont été rendus

Plus en détail

Fonction Conversion Analogique / Numérique et Numérique / Analogique CONVERSION NUMERIQUE / ANALOGIQUE :

Fonction Conversion Analogique / Numérique et Numérique / Analogique CONVERSION NUMERIQUE / ANALOGIQUE : CONVERSION NUMERIQUE / ANALOGIQUE : Il s agit de transformer un signal numérique (des 0 et des 1) en une tension. Ceci est généralement réalisé par un circuit intégré. Le composant servant de support ici

Plus en détail

2 x 10 kva AMPLIFICATEUR DE PUISSANCE 4Q PCU-2x10000-AB/260V-40A/HP RS232

2 x 10 kva AMPLIFICATEUR DE PUISSANCE 4Q PCU-2x10000-AB/260V-40A/HP RS232 PCU-2x10000-AB/26-40A/HP PERFORMANCES Grande précision Haute stabilité ansitoires rapides Tenue aux courants d appel élevée Large bande passante ès faible distorsion Passage des quadrants sans transition

Plus en détail

GEL 2004 Design II (modélisation)

GEL 2004 Design II (modélisation) GEL 2004 Design II (modélisation) Moteur de réglage de l angle de clé (version préliminaire) Département de génie électrique et de génie informatique Sommaire Introduction Asservissement de fréquence Moteur

Plus en détail

Fonctionnement 0 to 30 C Etuvage 150 C Aluminium, Titane, Acier inoxydable

Fonctionnement 0 to 30 C Etuvage 150 C Aluminium, Titane, Acier inoxydable Photo non contractuelle Photo non contractuelle La série NLS X est une gamme de produit basée sur une technologie fiable permettant d effectuer des déplacements horizontaux (XY) avec une résolution nanométrique.

Plus en détail