MODULE II:Le cadre logique, et cadre de résultat comme outil de planification et de gestion axée sur les résultats du développement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MODULE II:Le cadre logique, et cadre de résultat comme outil de planification et de gestion axée sur les résultats du développement"

Transcription

1 MODULE II:Le cadre logique, et cadre de résultat comme outil de planification et de gestion axée sur les résultats du développement 1

2 la GARD-Le cadre logique et cadre de résultat Principaux éléments de la présentation Le cadre logique Le cadre logique axé sur les résultats du développement Le plan de travail et budget annuel 24 janvier 2014 Page 2

3 Introduction Le Gouvernement,les Donateurs et les autres acteurs du développement doivent adopter une nouvelle approche permanente de gestion des ressources rares pour faire en sorte que tous les projets/programmes soient gérés de façon efficace et efficiente,qu ils produisent des résultats, qu ils fassent une utilisation optimale de l argent des contribuables et qui correspondent aux priorités des parties prenantes et aux responsabilités du Gouvernement. Dans le souci de rendre compte en toute responsabilité et de façon transparente, le cadre logique ou le cadre de gestion axé sur les résultats du développement est devenu l outil exigé par excellence par les différents donateurs bilatéraux et multilatéraux.

4 Définition de la gestion axée sur les résultats du développement La gestion axée sur les résultats est une stratégie ou méthode de gestion selon laquelle une organisation veille à ce que ses procédés, produits et services contribuent à la réalisation de résultats clairement définis. La gestion axée sur les résultats fournit un cadre cohérent de planification et de gestion stratégiques en améliorant l apprentissage et la responsabilité. La GARD est une philosophie de gestion qui met l'accent sur trois fonctions essentielles : 1 la planification stratégique, 2 la gestion stratégique, 3 l'analyse de la performance,

5 Rappel des éléments du système de la GARD Les éléments fondamentaux du système sont : le Cadre de résultats stratégiques (CRS), qui permet de déterminer les orientations et résultats stratégiques visés par l'organisation, les effets et produits attendus les plus importants de l'intervention dans un contexte donné. le suivi-évaluation des résultats sur la base d'outils de monitoring et d'évaluation des effets aussi bien au niveau des projets, qu'à celui du programme, et au niveau décisionnel et d'orientation stratégique. l'évaluation de la performance : performance par rapport aux résultats ciblés, en terme d'efficacité dans la gestion des ressources (humaines et financières) ; performance individuelle en terme de contribution à l'atteinte des résultats. La GAR exige une mentalité orientée vers les effets qui va au-delà des cibles spécifiques d un projet ou même d un programme. Elle reconnaît l importance du partenariat pour atteindre les objectifs de développement et sert d instrument de dialogue et de négociation avec les partenaires.

6 LE CADRE LOGIQUE ET LE CADRE DE RESULTAT :LA MATRICE 6

7 CADRE LOGIQUE: Définition Qu est-ce qu un cadre logique? Une Matrice qui permet d identifier et formuler logiquement les éléments clés d un projet suite à l identification des problèmes et besoins. Un outil pour faciliter la conception, la présentation et la conduite d un projet de développement. Le cadre logique est un outil utilisé pour aider à renforcer la conception, l exécution et l évaluation d un projet. Le cadre logique est un tableau composé de quatre rangées et de quatre colonnes.

8 CADRE LOGIQUE :Pourquoi Pourquoi utiliser un cadre logique? Le cadre logique est utile parce qu il : aide les gens à organiser leur réflexion; aide les gens à penser de façon logique; aide à identifier les faiblesses dans la conception d un projet; assure que les indicateurs clés sont identifiés dès le début du projet de façon à faciliter le suivi et l évaluation; assure que les personnes impliquées dans le projet utilisent la même terminologie; aide les gens à résumer un plan de projet en quelques feuilles de papier;

9 LE CADRE LOGIQUE ETAPE DU MONTAGE Les résultats des étapes analytiques décrites dans le module précédent servent de base à l élaboration du Cadre Logique. Le cadre logique pose une série de questions : Où voulons-nous aller? (Objectif global, Objectifs spécifiques) Comment y arriverons-nous? (Résultats, Activités) Comment saurons-nous que nous y sommes arrivés? (Indicateurs) Qu est-ce qui nous montrera que nous y sommes arrivés? (Preuves) Quels sont les problèmes éventuels que nous pouvons rencontrer en chemin? (Hypothèses/Risques).

10 LE CADRE LOGIQUE ETAPE DU MONTAGE (suite) Une approche graduelle est suivie, en commençant par la première colonne (logique d intervention). Ensuite, suit le contenu de la deuxième et de la troisième colonne (indicateurs et moyens de vérification) la quatrième colonne (hypothèse/risques) complète le processus.

11 CADRE LOGIQUE: LA MATRICE Logique d intervention (Hiérarchie des objectifs) Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Hypothèses Objectif général Objectif spécifique Extrant /produit Intrants Moyens Coûts Conditions préalables

12 Définition des termes LE CADRE LOGIQUE La logique d intervention ou hiérarchie des objectifs présente les grandes lignes des objectifs du projet : ce qu il espère accomplir et comment en désignant le changement souhaité. Objectif global (Finalité) fait référence à l ensemble du problème que nous essayons de traiter. Cela pourrait être une amélioration des revenus, un accès amélioré à l eau ou une réduction de l insécurité alimentaire. Exemple : Amélioration de la productivité agricole par les petits agriculteurs. Objectifs spécifique est le changement spécifique que nous voulons que le projet réalise pour contribuer à l atteinte de l objectif global. On l appelle parfois «objectif immédiat du projet». Exemple : Les méthodes de culture améliorées et les variétés de riz adoptées par les petits agriculteurs.

13 Définition des termes(suite) LE CADRE LOGIQUE Les résultats sont ce que nous voulons voir en conséquence de nos activités afin de réaliser l objectif spécifique. Le résultat est une description de la valeur de ce qui est produit par le projet dans les limites de ce que les parties concernées peuvent garantir. Ce sont des résultats réels et évidents qui découlent logiquement des activités du projet. Exemple : Des variétés de cultures améliorées acceptables par les utilisateurs rendues disponibles,distribuées et vulgarisées. Exemple: Les paysans de la région disposent de méthodes plus efficaces pour cultiver le maïs. Les activités décrivent les tâches que nous exécuterons. Exemple : Recherche participative avec les agriculteurs sur les variétés de cultures. Les indicateurs répondent à la question : «Comment savons-nous que nous y sommes arrivés?» Ce sont les indices qui mesurent la performance d un projet par rapport aux objectifs et ils jouent un rôle important dans le suivi et l évaluation. Exemple : 75% des petits agriculteurs de la zone du projet auront adopté de nouvelles variétés de riz pour la fin de l année 2014 Le moyen de vérification fait référence à la source d information requise pour la vérification, à la personne qui sera chargée de la recueillir et selon quelle fréquence. Exemple :Rapport d enquête par sondage effectuée par le personnel du projet à la fin de l année 2014;

14 LE CADRE LOGIQUE Définition des termes (suite et fin) Les hypothèses/risques font référence aux conditions qui pourraient affecter la progression, le succès ou la viabilité à long terme du projet. Ce sont des facteurs extérieurs qui ne peuvent pas être contrôlés. Il serait peut-être possible de réduire la vulnérabilité du projet aux facteurs qui ne peuvent pas être contrôlés. Ces facteurs pourraient inclure le changement climatique, les changements de prix et les politiques gouvernementales.

15 LOGIQUE D INTERVENTION Qu est ce qu on veut faire, pourquoi, comment? La première colonne du cadre logique est appelée : «logique de l intervention >> Elle comprend une hiérarchie qui part des activités jusqu aux objectifs globaux Logique d intervention Objectif général Objectifs spécifiques Extrant/produit Intrants

16 Schéma de la logique d intervention du projet/programme Pourquoi on veut le faire Pourquoi on veut le faire Ce qu on veut faire Comment on veut le faire Contribuer à la réalisation des objectifs globaux Atteindre des objectifs spécifiques Obtenir des résultats (Biens et services) Mettre en œuvre des activités Mobiliser des moyens (humains financiers materiels)

17 Schéma de la logique d intervention du projet/programme prenant en compte les parties prenantes COMMENT? QUOI? POURQUOI? RESSOURCES RESULTATS INTRANTS ACTIVITES EXTRANTS EFFETS IMPACTS Partenaires d exécution de projet Groupes intermédiaires Bénéficiaires Société AVEC QUI?(Acteurs/parties prenantes)

18 Explication Le Pourquoi exprime le résultat attendu en lien avec les orientations du pays et la programmation des donateurs pour le pays. Le Quoi exprime les résultats de type développemental que l on souhaite obtenir par la réalisation de ce projet. Le Comment exprime de quelle manière (par l entremise de quelles ressources et activités) le projet parviendra à atteindre ses résultats. Le Avec qui qui spécifie les acteurs et les parties prenantes.

19 Les étapes de la logique Des moyens sont mobilisés (intrants) pour réaliser des activités... Dont les produits... doivent produire des effets... et un impact sur le développement Moyens humains, matériels, financiers Activités : construire, former, organiser, soigner, écrire, recruter,... Bâtiments créés, personnel formé, procédures mises en place, textes de loi préparés Capacité d accueil augmentée, services De santé Plus performants, personnel Mieux formé espérance de vie allongée, Niveau d'éducation Augmenté Etat de droit amélioré Intrants Activités Produits Effets Impact

20 Logique verticale Logique d intervention Objectif général Objectif spécifique Extrant /produit Intrants décrivent ce que le projet vise à contribuer;(favoriser le développement) décrit ce que le projet vise à atteindre (situation améliorée; Changement) décrivent ce que le projet doit produire pour atteindre l objectif spécifique; décrivent ce que le projet doit mettre en œuvre pour produire des résultats. Conditions préalables

21 Logique verticale(lien de causalité) Identifier la logique d intervention et clarifier les liens de causalité. La chaîne de causalité(haut en Bas) : Logique d intervention Objectif général Objectif spécifique Extrant /produit Intrants SI on veut contribuer aux objectifs généraux, ALORS on doit atteindre l OS. SI on veut atteindre l OS, ALORS on doit produire les résultats(bien et service). SI on veut produire les résultats, ALORS les activités doivent être mises en place. SI on veut mettre en place les activités, ALORS on doit dégager les ressources nécessaires. Conditions préalables

22 Logique verticale (suite) La chaîne de causalité (Bas en Haut): Logique d intervention Objectif général Objectif spécifique Extrant /produit Intrants SI l OS est atteint, ALORS celui-ci contribuera à atteindre l OG SI les résultats sont produits, ALORS l OS devrait être atteint. SI les activités sont effectuées, ALORS les résultats peuvent être produits. SI des ressources adéquates sont disponibles, ALORS les activités peuvent être mises en place. Conditions préalables Cet enchaînement repose sur une suite de relations logiques (si...alors) dites "de cause à effet"

23 La logique horizontale Indicateurs objectivement vérifiables Indicateurs mesurables qui montrent si les objectifs ont été atteints aux trois plus haut niveaux du cadre logique Les IOV servent de point de départ à la mise en place d un système de suivi évaluation Les indicateurs sont donc des descriptions opérationnelles : - des objectifs globaux - de l objectif spécifique -des produits Sources de vérification Indiquent l origine (lieu) et la forme sous laquelle sont disponibles les informations sur la réalisation de l objectif global, des objectifs spécifiques et des résultats - Les sources de vérification sont les documents, rapports(internes et externes), et autres dans lesquels sont puisées les informations nécessaires pour formuler les IOV Internes au projet (rapports, ) Externes au projet (statistiques, études ) Hypothèses/Risques Facteurs externes susceptibles d influencer la réussite d un projet et sa viabilité à long terme,et qui échappent au contrôle direct du gestionnaire de projet

24 Identification des hypothèses/risques Définitions: Hypothèses: Conditions nécessaires pour la réalisation d un résultat à différents niveaux. Les hypothèses décrivent les conditions qui doivent exister pour la relation de cause à effet entre les différents niveaux de résultats. Elles lient la hiérarchie des résultats sur la matrice et les relations si-alors de cause à effet entre ces résultats. L hypothèse est liée à une condition qui est mise en place pour permettre au programme d avancer, et la probabilité de cette condition doit être forte, par exemple celle voulant que, dans un pays donné, le programme ne souffre pas d une réduction des dépenses publiques en sa faveur. Exemples: La volonté politique pour mettre en œuvre les reformes agraires proposées; l appui continu et le leadership du gouvernement pour les efforts visant à éradiquer la faim; la stabilité politique, économique et sociale dans le pays.

25 Identification des hypothèses/risques (suite) Définitions: Risques : Un fait, un évènement potentiel au-delà du contrôle du projet et qui pourrait affecter négativement la réalisation des résultats voulus. Les risques désignent la possibilité que des événements extérieurs négatifs se produisent, et soient de nature à compromettre la réussite du programme. Ainsi, les parties prenantes pourraient considérer qu il existe un risque de réduction des dépenses par les pouvoirs publics s il se produisait une détérioration des termes de l échange, qui réduirait le revenu du pays comme par exemple les cours du cacao sur le marché mondial.

26 Identification des hypothèses/risques (suite ) Conditions nécessaires pour la réalisation des résultats à différents niveaux. Conditions internes et externes au programme. Nous aident à identifier et gérer les risques à travers des mesures de protection.

27 Identification des hypothèses/risques (suite ) Pourquoi faire une analyse des risques? Pour envisager des stratégies qui peuvent réduire le niveau des risques. Pour décider sur la réallocation des Ressources

28 Identification des hypothèses/risques (suite et fin) Les questions suivantes peuvent être posées : Quels sont les facteurs externes qui peuvent influencer l actuel démarrage des activités? Quels sont les facteurs externes qui peuvent influencer la relation entre les activités et leurs résultats? Quels sont les facteurs externes qui peuvent influencer la relation entre les résultats et l objectif spécifique? Quels sont les facteurs externes qui peuvent affecter la contribution de l objectif spécifique aux objectifs globaux? Tous les facteurs identifiés sont formulés sous la forme positive

29 Hypothèses et Analyse des Risques Hypothèses Risque bas ou faible Hypothèses Risque Modéré Hypothèses Risque Elevé Activités Extrants Effets Impact Niveau de gestion/contrôle diminuant

30 PAUSE!

31 LE CADRE LOGIQUE AXE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT BÂTIR LA CHAÎNE DES RESULTATS

32 Du cadre logique à la matrice des résultats du développement Présentation du cadre logique axée sur les résultats du développement. La chaîne des résultats. Quelques définitions.

33 Format du cadre logique axé sur les résultats du développement Résultats escomptés Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification Hypothèses Objectif global Objectifs spécifiques Impact Effets Extrants produits Intrants Activités Moyens Coûts Conditions préalables

34 QU EST-CE QU UN RÉSULTAT? C est tout ce qui arrive ou commence à exister à la suite d une intervention; Ce que produit une activité consciente dirigée vers une fin; Un résultat est un changement descriptible ou mesurable qui découle d une relation de cause à effet. Deux notions fondamentales à retenir : La notion de Changement qui implique une transformation visible dans le groupe, dans l organisation ou dans la société ou Le pays. La notion de Causalité illustrant le lien de cause à effet entre une action et les résultats qui en découlent.

35 Le résultat doit être Spécifique (qui précise l objet du changement, le groupe cible, la région, etc.) Mesurable (que l on peut mesurer par des indicateurs) Atteignable (que l on peut atteindre de façon réaliste dans un temps donné) Pertinent (qui répond au besoin identifié)

36 L énoncé du résultat L énoncé de résultat doit exprimer le changement réel dans le développement humain, soit : une amélioration (des conditions de santé ou de vie) une augmentation (des revenus d un groupe donné) un accroissement (du produit national brut) un renforcement (des capacités des communautés locales) une hausse (du niveau de scolarisation des filles) une réduction (du taux de mortalité infantile) ou une transformation dans les comportements, attitudes et pratiques.(adoption de méthodes de planification familiale par les femmes et acceptation par les hommes d une pratique d espacement des naissances)

37 La logique des résultats Résultats de développement Résultats escomptés Impacts Effets Alors SI Alors Extrants SI

38 Le Langage Du langage d action (Cadre logique) Exprime les résultats selon la perspective des parties prenantes Peut souvent être interprété de différentes façons Se focalise sur la réalisation d activités Au langage de changement (Cadre des résultats) Décrit les changements dans les conditions de vie des populations Définit des critères précis de succès Se focalise sur les résultats, en laissant ouvertes les options pour réaliser ces résultats

39 Exemple Renforcer la capacité des fonctionnaires de faire X en entreprenant Y, Utilisons le langages des résultats pour mettre l accent sur la condition future que l on veut atteindre. La capacité des fonctionnaires est renforcée pour faire X en entreprenant Y, Tous les fonctionnaires partout? Peut-on être plus spécifique? Y-a-til des fonctionnaires La capacité des fonctionnaires dans les 4 régions les plus particulièrement faibles ou sur lesquels on devrait mettre l accent? pauvres est renforcée pour faire X en entreprenant Y, La capacité des fonctionnaires dans les 4 régions les plus pauvres est renforcée pour faire X en entreprenant Y, Les fonctionnaires dans les 4 régions les plus pauvres font X correctement On peut enlever les informations relatives à la stratégie et aux activités. Essayons de mettre la matière du changement au premier plan et de passer du langage passif au langage actif.

40 La chaîne des résultats La chaîne de résultats est une relation déterminante ou logique entre les activités, les extrants et les résultats d une politique, ou d un programme, ou d une initiative que ceux-ci sont censés produire

41 La chaîne des résultats (suite et fin)

42 Au cœur de la chaîne des résultats,la mesure des effets OG OS Impact Effets La raison d'être d'un programme est de produire un effet ou un impact Résultats Directs (produits) Activités Moyens

43 Exemple 1 l impact est la contribution l amélioration des conditions de vie des populations les effets sont nombreux : augmentation du statut social et économique des formateurs et des formés, meilleur état sanitaire des populations, moins d absentéisme au travail,meilleures pratiques des techniques culturales des formés, amélioration des programmes pédagogiques de santé les résultats(produits) immédiatement observables sont le nombre de formés et l état des lieux du système agricole du pays ; Les activités consiste à former le personnel agricole qui formera à son tour des personnes du secteur (agent de vulgarisation, cultivateurs ) ;

44 Exemple 2 Impact Les groupes pauvres ciblés ont des comportements tels que leur sécurité alimentaire est durablement assurée. Indicateurs 1.1 Les familles agricoles investissent dans l'enseignement: les taux de scolarisation des filles augmentent de x à y d'ici l'an Les mères font face aux besoins nutritionnels des enfants: Nbre de mère; % d enfant 1.3 Augmentation des investissements dans les avoirs, acquisition ou conservation des avoirs: nombre d'avoirs fonctionnels à la fin du projet: pourcentage de terres soumis à une gestion conjointe des forêts, et autre.

45 DEFINITION DES TERMES L impact est l effet de développement général du projet, c est-à-dire que le projet doit entraîner un bénéfice net en terme de bien être social pour la collectivité. L impact est donc la contribution du projet à la finalité de développement durable et équitable. L effet : se définit par une situation améliorée que l on cherche à atteindre, et qui sont réalisés en partenariat avec d autres.

46 DEFINITION DES TERMES(suite) L impact d une action de développement, c est la situation issue de l ensemble des changements significatifs et durables, positifs ou négatifs,(effets) prévus ou imprévus, dans la vie, l environnement des personnes et des groupes et pour lesquels un lien de causalité direct ou indirect peut être établi avec l action de développement. l impact repose sur l identification de changements durables.

47 Illustration Changement 1 Changement 2 Changement n Effet x Effet y Effet z Mise en relation IMPACT

48 L impact = des changements dans la vie des personnes, des groupes et de leur environnement E x e m p l e : Dans une école, l instituteur met l accent sur l hygiène individuelle : se laver les mains avant de manger, maintenir propre l espace de vie, etc. Les écoliers, persuadés du bien-fondé de ce qu ils apprennent à l école le mettent en pratique et répercutent ces enseignements à la maison. Inconsciemment, ils font la leçon à leur parents. Cette intrusion de l enfant dans l autorité familiale est irrecevable. Ils sont punis, parfois sévèrement. Des conflits naissent entre l instituteur et les familles. L impact de l action est une dévalorisation de l école.

49 L impact = des changements positifs et négatifs E x e m p l e : Un projet concerne l aménagement d un périmètre irrigué en bordure d une zone lacustre. Le périmètre fournit désormais une production suffisante pour assurer un apport alimentaire durable aux exploitants et un revenu complémentaire par la vente. Sur ce point, l impact est un changement significatif et durable : Accroissement des revenus, sécurité matérielle et alimentaire assurée. Toutefois, les stratégies mises en œuvre par les hommes et par les femmes diffèrent. Le groupement des femmes s est surtout consacré à la production pour l autoconsommation. Les hommes ont davantage cherché à produire pour vendre. Avec les revenus générés, les hommes prennent des coépouses. Le changement est apprécié comme positif par les hommes, mais qu en disent les femmes?

50 Les deux nivaux de résultats Ressources Activités Produits Effets Impacts Résultats opérationnels Produit administratif et de gestion Résultats changement réel dans l état de développement humain

51 Les liens de causalité entre projet/programme et conditions de vie IMPACT EFFETS PRODUITS INTRANT S Effet sur les conditions de vie - Sécurité alimentaire assurée - Revenu des petits exploitants agricole accru Meilleur accès aux engrais et crédit, utilisation et satisfaction - nombre d exploitants ayant amélioré leur revenu - % d exploitants utilisant les engrais et remboursant leur crédit Biens et services produits - nombre d ingénieurs agronomes et vulgarisateurs formés -variétés et tonnages produits, disponibilité des terres -Centres de santé construits Ressources financières et physiques - dépenses, encadreurs... alors, il aura un impact sur Les conditions de vie si le projet atteint son objectif.

52 Liens de causalité (suite et fin) Résultats comme Focus Impact sécurité matérielle et alimentaire assurée Humain! Cadre temporel 5-10 ans Effet Meilleur utilisation de engrais et meilleur accès au crédit Institutionnel/ Comportemental 5 ans Effet Ingénieurs agro et vulgarisateurs aptes à encadrer Institutionnel/ Comportemental 5 ans Extrant Activité Personnels formés et opérationnels Formation de 250 personnes chargés de l encadrement des petits exploitants Opérationnel/ qualifications, capacités, produits& services <3 ans <1 an

53 De la chaîne des résultats à la matrice Résultats escomptés Indicateurs Moyens de vérification Responsables/ Partenaires Budget Impact: D ici 2015 sécurité matérielle et alimentaire durablement assurée Effet 1 :Meilleure utilisation de engrais et meilleur accès au crédit Produit 2.1: Personnels du MINAGRI et exploitants agricoles formés et opérationnels Nombre d ingénieurs, d encadreurs et d exploitants formés sur la cultures de nouvelles variétés. Rapport MINGRI Rapport ANADER BM, FAO, FIDA, PAM, PNUD A1 40 M A2 65 M Produit 1.2.Un système d information sur les différents intrants agricoles et crédit est élaboré et diffusé Document élaboré et nombre distribué MINAGRA, ANADER BM, FAO, FIDA, PAM,PNUD

54 Nous en arrivons à la fin de la Phase 2, mais... Page 54

55 votre voyage didactique n a fait que commencer septembre 2007 Page 55

56 Merci de votre aimable attention

MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement

MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement LES INDICATEURS DE PERFORMANCE Principaux éléments de la présentation Définition Typologie des indicateurs Caractéristiques et éléments

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Partie 2 Les Cadres: Objectifs spécifiques:

Partie 2 Les Cadres: Objectifs spécifiques: Partie 2 Les Cadres: Objectifs spécifiques: A la fin de ce module, les participants doivent être capables de: Définir les cadres de S&E; Décrire les caractéristiques des différents types de cadres (conceptuel,

Plus en détail

Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement

Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement Gouvernance et Politiques Publiques pour un Développement Humain Durable Programme PNUD MAG/97/007 DAP1 Manuel de suivi et d évaluation des programmes et projets de développement 1 TABLE DE MATIERES INTRODUCTION

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

DSE / COMIT: Cours de gestion des projets de developpment page 109

DSE / COMIT: Cours de gestion des projets de developpment page 109 DSE / COMIT: Cours de gestion des projets de developpment page 109 10 INDICATEURS 10.1 Définitions: Un indicateur est un paramètre qualitatif/quantitatif qui expose en détail la mesure dans laquelle l'objectif

Plus en détail

L'évaluation des projets

L'évaluation des projets L'évaluation des projets Objectifs de la formation Concepts-clés Le cycle des opérations Source cc-by-sa : Wikimédia Commons 1 Confort de lecture? mode 1080p/haute définition mettre la vidéo en mode «plein

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Guide pratique www.iaea.org/technicalcooperation Table des matières 1. INTRODUCTION... 1 2. PROGRAMME

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

1. Identifier et analyser les parties prenantes

1. Identifier et analyser les parties prenantes Boîte à Outils CD009F01 Construire un projet de développement Un projet de développement est une méthode pour définir et mettre en œuvre un processus de changement en réponse aux besoins d une communauté.

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

LA BONNE GOUVERNANCE: UNE MISE AU POINT

LA BONNE GOUVERNANCE: UNE MISE AU POINT Distribution: Restreinte EB 99/67/INF.4 26 août 1999 Original: Anglais Français FIDA Conseil d administration - Soixante-septième session Rome, 8-9 septembre 1999 LA BONNE GOUVERNANCE: UNE MISE AU POINT

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Annexe E Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Pour une gestion orientée vers l'impact Guide pratique de S&E des projets Table des matières

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES LES INDUSTRIES EXTRACTIVES 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre Depuis son accession à l indépendance, le Mali, à travers ses différents plans de

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes.

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes. Directives de mise en candidature Association des universités de l Atlantique Prix d enseignement distingué et de leadership en éducation, 2015 Objectif Le but de ce programme de prix est d encourager

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL

OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL Introduction Le module répond à un besoin réel des membres du réseau Youth to Youth (Jeunes pour Jeunes) afin des les aider à faire face aux entraves

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : Centre de santé et de services sociaux du Sud

Plus en détail

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS 1 Nom de l organisation INTRODUCTION Merci de prendre le temps de participer à ce sondage. Les résultats nous fourniront des données essentielles afin de mesurer l efficacité de la formation. Ces données

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Mini atelier: Les plans de travail annuels à la bibliothèque publique

Mini atelier: Les plans de travail annuels à la bibliothèque publique Mini atelier: Les plans de travail annuels à la bibliothèque publique Automne 2012 Traduction de Annual Work Plans in the Public Library Fall 2011 Service des bibliothèques de l Ontario-Sud 111, rue Peter

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS Les modèles suivants peuvent aider l OPP à être en conformité avec les critères 4.1.1 4.1.10 de la partie Potentiel de Développement ainsi que les

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

Expert principal 1: Chef d'équipe, coordonnateur de projet (expert senior)

Expert principal 1: Chef d'équipe, coordonnateur de projet (expert senior) 1.1.1 Experts principaux Ces termes de référence définissent les profils requis pour les experts principaux. Le soumissionnaire doit fournir une déclaration d'exclusivité et de disponibilité pour les experts

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Evolution de la pauvreté au

Evolution de la pauvreté au Evolution de la pauvreté au Vietnam : quelques réflexions Mai Lan Phuong 1, Philippe Lebailly², Nguyen MauDung 1 (1) L Université d Agronomie de Hanoi (2) L université de Liège, Agro Biotech GemBloux Introduction

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA

ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA DONATA CAMEROUN PLATEFORMES D INNOVATION A CHAINE DE VALEUR SUR LA PRODUCTION DE MANIOC ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES LEADERS DE PLATEFORMES D INNOVATION DONATA Yaoundé, le 03 Octobre 2013

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 163 13 juillet 2009. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 163 13 juillet 2009. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2391 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 163 13 juillet 2009 S o m m a i r e ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL: TÂCHE

Plus en détail

Rédaction des résultats. Dossier de l apprenant

Rédaction des résultats. Dossier de l apprenant Sécurité alimentaire : l information pour l action Sécurité alimentaire Rapporter l information Leçon 2 Rédaction des résultats Dossier de l apprenant Ce cours est financé par l Union Européenne et développé

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Fonctionnement du jeu de simulation. Le principe du jeu EXIGE- INFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier.

Fonctionnement du jeu de simulation. Le principe du jeu EXIGE- INFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier. Fonctionnement du jeu de simulation Le principe du jeu EXIGEINFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier. Ce portefeuille est composé des titres des entreprises virtuelles que des étudiants

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Date: 15 Février 2013 Pays Intitulé de la mission : République Démocratique du Congo RDC Sélection d un consultant Chef d équipe pour l élaboration

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet CARE International au Tchad B.P. 106 725,Avenue du Colonel Moll N Djamena, Republique du Tchad Tél: (+235) 52 27 79 Fax: (+235) 52 46 69 Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Introduction. Sept composantes clés de la planification de S&E

Introduction. Sept composantes clés de la planification de S&E Introduction Ce numéro de Short Cuts a pour objectif de donner les directives concises nécessaires pour élaborer un système complet de suivi et d évaluation (S&E) pour les programmes internationaux d aide

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail