Hélène REGNAULT DES 12/03/2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hélène REGNAULT DES 12/03/2010"

Transcription

1 Hélène REGNAULT DES 12/03/2010

2 15000 cas/ an en France, fréquence en baisse Bénigne 75% cas Mortalité globale d environ 10% Séquelles dans 10-40% cas URGENCE MEDICO-CHIRURGICALE: prise en charge multidisciplinaire et rapide

3 ENFANT: 1-3ans H>F (SR=1.5) accidentelle 99% cas Quantité faible mortalité quasi nulle ADULTE 40 ans F>H (SR 0.8) Autolyse 70% cas, accidentelle 30% cas

4 BASES (80%) Nécrose de liquéfaction (saponification et hydrolyse des lipides) - Visqueux, mousse - Diffusion en profondeur - Maximum lésions : qq heures - Lésions ORL associées ACIDES/OXYDANTS (20%) Nécrose de coagulation (dénaturation protéique) - Produit liquide - Atteinte superficielle - Nécrose immédiate - Troubles métaboliques

5 Nature du produit (acide, base, oxydant) Forme (liquide ou solide, fluide ou visqueux) Concentration (ph, teneur en chlore pour l'eau de Javel) Quantité ingérée >150 ml= mauvais pronostic Sarfati and al., Br J Surg, 1987 Durée de contact entre le caustique et la muqueuse du tube digestif

6 Identification produit (appel centre antipoison), volume ingéré Pas de vomissements provoqués, boissons, sonde gastrique Pose d une voie veineuse (sousclavière ou jugulaire gauches déconseillées) Position demi-assise (régurgitations) Transport médicalisé aux urgences, au bloc opératoire d emblée si signes de perforation

7 TRIPLE EVALUATION Clinique: signes de choc, emphysème souscutané médiastinal, abdomen chirurgical, examen ORL Biologique: acidose lactique, déshydratation, hémolyse, CIVD, hypocalcémie Radiologique: ASP centré sur les coupoles, RP sinon TDM cervico-thoraco-abdominal

8 Examen clé de première intention: bilan lésionnel, pronostic, thérapeutique Présence chirurgien et réanimateur Sonde nasogastrique ou lavage déconseillés Pas de corrélation avec la clinique ni avec la sévérité des lésions oro-pharyngées

9 Entre la 3 e et la 24 e heure Précoce: sous-estime les lésions Tardif: réalisation difficile Stabilité hémodynamique et respiratoire Éviter anesthésie locale ou générale: risque d inhalation Vidéo-endoscope adulte, insufflation minimale, aspiration caustique, exploration au retrait

10 STADE I Pétéchies ou érythème STADE II STADE III II a Ulcéra9ons linéaires ou rondes II b Ulcéra9ons circulaires ou confluentes III a Nécrose localisée III b Nécrose étendue STADE IV Perfora9on Di Constanzo and al., Gut 1980 Zargar and al., GastroInt Endos, 1991

11

12

13

14

15 STADE PATIENTS MORTALITE STENOSES FISTULES HEMMORAGIES PERFORATIONS I II (9%) 110 (36%) 2 (0,6%) 3 (1%) 0 III (24%) 90(56%) 90 (56%)? 2 (1,2%) Legrand, Hepatogastro, 1997

16 Pas de concordance inter-observateur parfaite Ne prend pas en compte la profondeur ulcérations, ni la contractilité oesophagienne Schéma détaillé des lésions segment par segment

17 En fonction de l EOGD À jeûn sauf stade I IPP (empirique) Antalgiques: morphiniques si besoin Antibiothérapie: non systématique Corticoïdes : efficacité non démontrée (chez l enfant pour diminuer le risque de sténose) Webb and al., Ann Thor Surg, 1970

18 STADE I Réalimentation immédiate Retour à domicile après évaluation psychiatrique si TS STADE IIa Reprise de l alimentation après 48H sans douleur EOGD contrôle J7

19 En réanimation A jeûn, nutrition parentérale exclusive Évaluer l atteinte trachéo-bronchique Chirurgie d exérèse pour limiter l extension de la nécrose aux organes de voisinage Contrôle endoscopique Traitement chirurgical

20 ENDOSCOPIE HAUTE STADE I STADE II STADE IIIa STADE IIIb IV Retour à domicile Réaliment ation NPT 7j EOGD J7 II B NPT 3 semaines EOGD 24H CHIRURGIE CHIRURGIE D EMBLEE Jéjunostomie Contrôle à 6 semaines si complications

21 Oeso-gastrectomie totale par stripping, avec oesophagectomie cervicale et jéjunostomie d alimentation Gastrectomie totale avec anastomose oesojéjunale en l absence de lésions oesophagienne Pronostic meilleur sans thoracotomie = mortalité /2 Célérier and al., Chirurgie, 1989 Sarfati and al., Br J Surg 1987

22

23

24

25 Complication des lésions sévères Stades IIa 0%, stade IIb >50% Zargar and al., Am J Gastro, 1992 TOGD: apprécie la longueur Traitement: Dilatation endoscopique > 3 mois (perforation) Chirurgicale si >3 cm ou si échec de la dilatation par iléo-coloplastie

26 Pathologie grave, morbi-mortalité non négligeable Prise en charge multi-disciplinaire et rapide Endoscopie digestive: toujours chez l adulte Complications à long terme: sténose oesophagienne, cancérisation

14 è m e c o n g r è s n a t i o n a l d e l a S o c i é t é. Conduite à tenir devant une ingestion de caustique

14 è m e c o n g r è s n a t i o n a l d e l a S o c i é t é. Conduite à tenir devant une ingestion de caustique 14 è m e c o n g r è s n a t i o n a l d e l a S o c i é t é M a r o c a i n e d e n d o s c o p i e d i g e s t i v e «S M E D» Conduite à tenir devant une ingestion de caustique Pr Haddad Fouad Hépato-Gastroentérologue,

Plus en détail

Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives

Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives K. Vahedi Département Médico-Chirurgical de Pathologie Digestive Hôpital Lariboisière, Paris Séminaire DES Ile de France

Plus en détail

Brûlures caustiques du tractus digestif supérieur

Brûlures caustiques du tractus digestif supérieur 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Gastro-Entéro-Hépatologie Brûlures caustiques du tractus digestif supérieur Introduction L'ingestion de produit caustique réalise une urgence

Plus en détail

Lésions endoscopiques après ingestion de caustiques. Séminaire DES - 19/11/11 C.Horaist

Lésions endoscopiques après ingestion de caustiques. Séminaire DES - 19/11/11 C.Horaist Lésions endoscopiques après ingestion de caustiques Séminaire DES - 19/11/11 C.Horaist Epidémiologie Incidence 2004 : 110/100 000 personnes par an (OMS) 15 000/an en France Causes - Enfants (30%) : Accidentelle,

Plus en détail

INGESTION CAUSTIQUE. La diffusion extradigestive,mediastinale ou péritonéale est possible en cas de durée importante de contact.

INGESTION CAUSTIQUE. La diffusion extradigestive,mediastinale ou péritonéale est possible en cas de durée importante de contact. INGESTION CAUSTIQUE 1/Généralités Les produits caustiques sont des produits qui contiennent des substances toxiques qui exercent une action corrosive sur les tissus susceptible de les détruire. *Enfants

Plus en détail

Traitement des lésions caustiques de l'œsophage

Traitement des lésions caustiques de l'œsophage Symposium du Service de Chirurgie Viscérale Genève, 24 juin 2010 Traitement des lésions caustiques de l'œsophage Olivier Huber Chirurgie viscérale 1 Hôpitaux Universitaires de Genève sources très variables

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES BRULURES DIGESTIVES PAR CAUSTIQUE. Jean-Marc GORNET

PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES BRULURES DIGESTIVES PAR CAUSTIQUE. Jean-Marc GORNET PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES BRULURES DIGESTIVES PAR CAUSTIQUE Jean-Marc GORNET Service d Hépato-Gastroentérologie Hôpital Saint-Louis 1, Avenue Claude Vellefaux 75475 PARIS Cedex

Plus en détail

LES BRULURES CAUSTIQUES DU TRACTUS DIGESTIF SUPERIEUR

LES BRULURES CAUSTIQUES DU TRACTUS DIGESTIF SUPERIEUR LES BRULURES CAUSTIQUES DU TRACTUS DIGESTIF SUPERIEUR Pr. Ag. Youssef Chaker Chirurgien (Tunisie) OBJECTIFS EDUCATIONNELS 1- Reconnaître la fréquence des brûlures caustiques du tractus digestif supérieur

Plus en détail

22/12/2009 PLAN CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER PATHOLOGIE BENIGNE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE

22/12/2009 PLAN CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER PATHOLOGIE BENIGNE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE PLAN PATHOLOGIE BENIGNE CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE PATHOLOGIE TRAUMATIQUE 15/01/07 2 PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER DIVERTICULES DE L ŒSOPHAGE (diverticule de Zencker

Plus en détail

Cas clinique 1. Vomissements verts : C est une urgence chirurgicale! 30/05/2016. La richesse de l interrogatoire!

Cas clinique 1. Vomissements verts : C est une urgence chirurgicale! 30/05/2016. La richesse de l interrogatoire! 2016 La richesse de l interrogatoire! Vomissements verts : C est une urgence chirurgicale! Pr Hubert LARDY Chirurgien Pédiatre CHRU Tours, Hôpital Clocheville Sémiologie clinique : fréquence des vomissements

Plus en détail

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION XXVIIIemes Journées Nationales D Hépatolo-gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION K. Boukrouh, N.Baazizi, A,Chenibet,H.Boumahdi,N.Sididriss. D.Ouaret, K.Hail, A.Tertag,L.

Plus en détail

CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC

CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC Octobre 2015 Dr Michel CHERUBIN Service de chirurgie viscérale CHBT 1 CANCER DE L ESTOMAC bases du traitement: épidémiologiques: 5 cancer le + fréquent incidence diminue

Plus en détail

Ischémie mésentérique

Ischémie mésentérique Ischémie mésentérique Veineuse Artérielle Chronique: Angor Mésentérique Aigue Radiologie interventionnelle Pre-test Mr X 75 ans Arrêt des matière et des gaz avec élévation de la CRP dans les suite d une

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

Intoxications par les produits caustiques ménagers. GH. JalaL, S. Achour, N. Rhalem, R.Soulaymani

Intoxications par les produits caustiques ménagers. GH. JalaL, S. Achour, N. Rhalem, R.Soulaymani Intoxications par les produits caustiques ménagers GH. JalaL, S. Achour, N. Rhalem, R.Soulaymani 1. Cas clinique : L unité d information toxicologique du centre Anti Poison du Maroc a été contactée par

Plus en détail

Traitement des lésions néoplasiques superficielles du tube digestif

Traitement des lésions néoplasiques superficielles du tube digestif Traitement des lésions néoplasiques superficielles du tube digestif Traitement des lésions superficielles Risque carcinologique lié à la lésion Risques liés au traitement et au patient Traitement des lésions

Plus en détail

Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique. Eric Lerebours Rouen

Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique. Eric Lerebours Rouen Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique Eric Lerebours Rouen Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt sur le thème de l exposé Les séquelles fonctionnelles

Plus en détail

Cours intensif FFCD Orléans le 2 octobre L. Dalmasso - CHU Tours

Cours intensif FFCD Orléans le 2 octobre L. Dalmasso - CHU Tours Cours intensif FFCD Orléans le 2 octobre 2008 L. Dalmasso - CHU Tours Généralités Indications La chirurgie est le traitement de référence pour les tumeurs œsophagiennes T1-T2 No/N1 et T3No Elle est une

Plus en détail

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier Audit de connaissances auprès du personnel infirmier nutrition artificielle et sondes naso-gastriques GANTZ D. interne en pharmacie RAGAZZON GANTZ D. interne C. pharmacienne RAGAZZON C. pharmacienne PINÈDE

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE François BOUCULAT, Clermont-Ferrand Réunion d enseignement Inter Région Sud Ouest 19/10/06 Définitions Diverticule: hernie de la muqueuse et de

Plus en détail

P armi les malades qui ont ingéré une substance caustique, Ingestion de caustiques Caustic ingestion PROCESSUS LÉSIONNELS CIRCONSTANCES DE SURVENUE

P armi les malades qui ont ingéré une substance caustique, Ingestion de caustiques Caustic ingestion PROCESSUS LÉSIONNELS CIRCONSTANCES DE SURVENUE D O S S I E R T H É M A T I Q U E Ingestion de caustiques Caustic ingestion P. Cattan* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Le délai de prise en charge après ingestion d une substance caustique

Plus en détail

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Choix du moment de l intervention Induction à séquence rapide CHOIX DU MOMENT DE LA CHIRURGIE Mécanismes de l occlusion Par strangulation souffrance du

Plus en détail

Les atteintes extra rénales du Purpura rhumatoïde

Les atteintes extra rénales du Purpura rhumatoïde Les atteintes extra rénales du Purpura rhumatoïde B Llanas Hôpital des enfants / Bordeaux brigitte.llanas@chu-bordeaux.fr Néphropathies à IgA primitives Atteinte rénale exclusive Rein +/- peau +/- articulations

Plus en détail

POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE

POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE A.GUYENNON, M.CUINET, B.RICHIOUD, P.BACHMAN, P.THIESSE JFR 2011 POURQUOI UNE GASTROSTOMIE? Le but est de

Plus en détail

Interventions chirurgicales sur l oesophage. 11/05/2012 Julia ATTALI

Interventions chirurgicales sur l oesophage. 11/05/2012 Julia ATTALI Interventions chirurgicales sur l oesophage 11/05/2012 Julia ATTALI PLAN 1. RGO 2. Cancers de l oesophage 3. Myotomie de Heller RGO Indications de la chirurgie Recidive precoce des symptomes de RGO a l

Plus en détail

5/ Traumatismes de l abdomen

5/ Traumatismes de l abdomen SEMESTRE 1 UE 2.4.S1 Processus traumatiques I. Généralités 5/ Traumatismes de l abdomen Les traumatismes abdominaux sont fréquents (20% polytraumatisés) Mécanismes variés Traitement le + souvent «conservateur»

Plus en détail

Anesthésie pour chirurgie viscérale. Dominique CONCINA Octobre 2005

Anesthésie pour chirurgie viscérale. Dominique CONCINA Octobre 2005 Anesthésie pour chirurgie viscérale Dominique CONCINA Octobre 2005 Chirurgie viscérale Chirurgie Digestive Urologique haute Gynécologique Hors urgence et transplantation Coeliochirurgie Risques principaux

Plus en détail

Prévention de l ulcère de stress aux soins intensifes (Stress Ulcer Prevention ou SUP) Dr ABBAS MROUE Gastro-entérologue

Prévention de l ulcère de stress aux soins intensifes (Stress Ulcer Prevention ou SUP) Dr ABBAS MROUE Gastro-entérologue Prévention de l ulcère de stress aux soins intensifes (Stress Ulcer Prevention ou SUP) Dr ABBAS MROUE Gastro-entérologue Ulcère de stress? Ulcère de stress contexte -En 1842 un certain chirurgien? Anglais?

Plus en détail

Noyade. Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44

Noyade. Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44 Noyade Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44 Définition OMS Insuffisance respiratoire résultant de la submersion (totalité du corps dans l eau) ou de l immersion (face de la victime) en milieu liquide

Plus en détail

Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Conférence de consensus de décembre 2006 Mise à jour Incidence de

Plus en détail

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS Jean-Pierre BAIL (CHU de Brest) PRESENTATION EPIDEMIOLOGIE AGE MOYEN : 65 ans. CANCER 60% des cas COLOSTOMIES : 75%; ILEOSTOMIES :17% TEMPORAIRES

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

Cas clinique : complications chez un patient opéré

Cas clinique : complications chez un patient opéré Cas clinique : complications chez un patient opéré Chirurgie digestive carcinologique, compliquée à J 9 Transfert secondaire en réanimation (à J 10) Pronostic vital engagé Prise en charge complexe Son

Plus en détail

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Épidémiologie Fréquence Causes : Tumorales Vasculaires Troubles de la coagulation +++ Syndromes hémorragiques Traitements anti-coagulants

Plus en détail

«Les substances corrosives se définissent par leur propriétés de détruire immédiatement ou. vivants avec lesquels elles sont en contact»

«Les substances corrosives se définissent par leur propriétés de détruire immédiatement ou. vivants avec lesquels elles sont en contact» Ingestion de produits caustiques Juin 2006 Généralités Connues depuis plus d un siècle «attendre et voir» domaine ORL exclusif Bouleversement à partir de 1970: vente au public de produits ménagers avec

Plus en détail

Histoire de gastroentérologie. Bourdeloie Marion (interne) Service d Hépato-gastroentérologie CHBelfort Dr Fratte

Histoire de gastroentérologie. Bourdeloie Marion (interne) Service d Hépato-gastroentérologie CHBelfort Dr Fratte Histoire de gastroentérologie Bourdeloie Marion (interne) Service d Hépato-gastroentérologie CHBelfort Dr Fratte Madame D âgée de 51ans se présente aux urgences pour douleurs épigastriques, vomissements

Plus en détail

La douleur post-opératoire : «Le point de vue du chirurgien»

La douleur post-opératoire : «Le point de vue du chirurgien» La douleur post-opératoire : «Le point de vue du chirurgien» N Carrère Service de Chirurgie Générale et Digestive CHU Toulouse - Purpan Douleur post-opératoire (DPO) Prévisible / transitoire / contrôlable

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

TROUBLES FONCTIONNELS APRES CHIRURGIE BARIATRIQUE. P. JOUET Hôpital Louis Mourier, Colombes

TROUBLES FONCTIONNELS APRES CHIRURGIE BARIATRIQUE. P. JOUET Hôpital Louis Mourier, Colombes TROUBLES FONCTIONNELS APRES CHIRURGIE BARIATRIQUE P. JOUET Hôpital Louis Mourier, Colombes Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT aucun Troubles

Plus en détail

Ulcères gastriques et duodénaux hémorragiques Alix Portal

Ulcères gastriques et duodénaux hémorragiques Alix Portal Ulcères gastriques et duodénaux hémorragiques 1- Epidémiologie Principale cause d hémorragie digestive haute (>1/3) Mortalité: 10 à 14% Facteurs de risque Sexe masculin (sex ratio 1,5) Âge (68% >60ans,

Plus en détail

Diverticulite sigmoïdienne

Diverticulite sigmoïdienne Diverticulite sigmoïdienne Place de la chirurgie Frédéric BRETAGNOL Service de Chirurgie Colorectale Pôle des Maladies de l Appareil Digestif (PMAD) - Hôpital Beaujon Université Paris 7 - Clichy Diverticulite

Plus en détail

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Les MICI de l enfant Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Introduction Maladie de Crohn (MC) Principale préoccupation chez l enfant Retentissement sur croissance et développement pubertaire Leur surveillance

Plus en détail

Service de réanimation médicale Bizerte Hatem Ghadhoune, Youssef Blel, Sami Alaya

Service de réanimation médicale Bizerte Hatem Ghadhoune, Youssef Blel, Sami Alaya Service de réanimation médicale Bizerte Hatem Ghadhoune, Youssef Blel, Sami Alaya Incidence des pancréatites aigues en France: 22/100000. Durée de séjours des formes graves: 17±5j. Mortalité 20-40%. L

Plus en détail

CORPS ETRANGERS DU TUBE DIGESTIF. Dominique Pateron CHU Jean Verdier, Université Paris XIII

CORPS ETRANGERS DU TUBE DIGESTIF. Dominique Pateron CHU Jean Verdier, Université Paris XIII CORPS ETRANGERS DU TUBE DIGESTIF Dominique Pateron CHU Jean Verdier, Université Paris XIII INTRODUCTION Situation à laquelle les urgentistes sont régulièrement confrontés. Après déglutition, le CE passe

Plus en détail

Introduction : Résistance au traitement médical : Complications des ulcères duodénaux :

Introduction : Résistance au traitement médical : Complications des ulcères duodénaux : Complications des ulcères gastroduodénaux Introduction : Les ulcères gastroduodénaux peuvent avoir une évolution favorable ou défavorable (entrainant des complications). Les principales complications sont

Plus en détail

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 DP3 Un patient de 24 ans est amené par sa compagne aux urgences à 6h du matin pour des douleurs abdominales violentes. On note une amydalectomie dans l enfance.

Plus en détail

Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris

Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris Conflit d intérêt Pas de lien d intérêt Objectifs pédagogiques

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ACTUELLE DES CONTUSIONS HEPATIQUES C.CURTO, NANTES 2003

PRISE EN CHARGE ACTUELLE DES CONTUSIONS HEPATIQUES C.CURTO, NANTES 2003 PRISE EN CHARGE ACTUELLE DES CONTUSIONS HEPATIQUES C.CURTO, NANTES 2003 EPIDEMIOLOGIE avant 86, hémopéritoine = laparotomie Circonstance de survenue : polytraumatisme le plus souvent (45 à 75%) 26% des

Plus en détail

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA Cancer de l oesophage Pr M.B.BENKADA Introduction 5 000 nouveaux cas/an (France) Prédominance masculine Age moyen est de 55 et 69 ans Le traitement curateur est la chirurgie Radiochimiothérapie est périopératoire

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque !! Unités d hospitalisations! Service de chirurgie digestive! Unité de soins continue!! Equipe médicale! Chirurgiens digestif (2)! Anesthésistes

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé.

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé. Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs chez le sujet âgé. Dr Damien ANDRIEU Service de chirurgie digestive CHU Purpan Réunion Régionale d Oncogériatrie 16 mai 2013 Définition «chirurgicale»

Plus en détail

INVAGINATION INTESTINALE AIGUE

INVAGINATION INTESTINALE AIGUE INVAGINATION INTESTINALE AIGUE A. FAURE, T. MERROT Chirurgie Pédiatrique Hôpital Nord IFSI ST JOSEPH- Croix Rouge Française Définition Pénétration de l intestin d amont dans l intestin d aval. BOUDIN Secondaire

Plus en détail

L échoendoscopie thérapeutique

L échoendoscopie thérapeutique L échoendoscopie thérapeutique De la ponction au drainage JOURNEES EURO-PHARMAT SAINT MALO 2017 1 DÉCLARATION LIENS D INTÉRÊT aucun conflit d intérêt avec cette présentation JOURNEES EURO-PHARMAT SAINT

Plus en détail

Endoscopie dans les colites aigues graves. Ph. Marteau M. Ould-Hocine

Endoscopie dans les colites aigues graves. Ph. Marteau M. Ould-Hocine Endoscopie dans les colites aigues graves Ph. Marteau M. Ould-Hocine Endoscopie dans les colites aigues graves Rappel des Colites Aigues Graves Diagnostic endoscopique de gravité Diagnostic étiologique

Plus en détail

PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE

PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE 1 PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE Dr Estelle SIRACH Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Rangueil TSA 50032 31059 Toulouse cedex

Plus en détail

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Fiche tumeur gynécologique carcinome COL UTERIN types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Tis TNM Col Utérin FIGO In situ 0 T1 -T1a -T1a1 -T1a2 -T1b -T1b1 -T1b2 -T2 -T2a -T2b -T3 -T3a -T3b T4 N1

Plus en détail

Occlusions intestinales. F. Labbé IFSI octobre 2015

Occlusions intestinales. F. Labbé IFSI octobre 2015 Occlusions intestinales F. Labbé IFSI octobre 2015 Introduction Rappels anatomiques Rappels physiologiques Quelques chiffres Définitions Rôle de l IDE aux urgences Rôle de l IDE dans le service Rôle de

Plus en détail

Quelle place pour la procalcitonine dans l occlusion grêlique? C. Cossé; J.M. Regimbeau

Quelle place pour la procalcitonine dans l occlusion grêlique? C. Cossé; J.M. Regimbeau Quelle place pour la procalcitonine dans l occlusion grêlique? C. Cossé; J.M. Regimbeau Service de chirurgie digestive et oncologique CHU Amiens Picardie Sardaigne, le 9 septembre 2015 Plan Qu est ce que

Plus en détail

HEMORRAGIES DIGESTIVES BASSES ABONDANTES Principales causes Conduite à tenir. K. VAHEDI, Ph. MARTEAU Hôpital Lariboisière

HEMORRAGIES DIGESTIVES BASSES ABONDANTES Principales causes Conduite à tenir. K. VAHEDI, Ph. MARTEAU Hôpital Lariboisière HEMORRAGIES DIGESTIVES BASSES ABONDANTES Principales causes Conduite à tenir K. VAHEDI, Ph. MARTEAU Hôpital Lariboisière Hémorragies digestives basses (HDB) Rectorragies et/ou méléna Origine colique: 80%

Plus en détail

BONNE NUIT LES PETITS

BONNE NUIT LES PETITS BONNE NUIT LES PETITS M.A patient de 76 ans consulte aux urgences l Antécédents : - Embolie pulmonaire en février 2015 sous Xarelto - OACR gauche - Hernie inguinale mai 2015 - Asthme - HTA - Suivi en rhumatologie

Plus en détail

ANESTHESIE REANIMATION EN OBSTETRIQUE

ANESTHESIE REANIMATION EN OBSTETRIQUE ANESTHESIE REANIMATION EN OBSTETRIQUE Embolie Amniotique Stéphane MALVACHE, Thierry DEPRET 22-23 23 mars 2007 EPIDEMIOLOGIE Embolie amniotique Complication rare mais redoutable 3ème cause de mortalité

Plus en détail

Z.Imessaoudene A.Anou O.Benhadid Y.Benmeddour A.Chetouane A.Hammad. Clinique Chirurgicale A

Z.Imessaoudene A.Anou O.Benhadid Y.Benmeddour A.Chetouane A.Hammad. Clinique Chirurgicale A Z.Imessaoudene A.Anou O.Benhadid Y.Benmeddour A.Chetouane A.Hammad Clinique Chirurgicale A Introduction 60 à 70 % des occlusions coliques Mode de révélation 10-15 % Prise en charge non consensuelle Michel

Plus en détail

Occlusion Intestinale Aiguë. Dr Jérémie LEFEVRE Service de Chirurgie Digestive Hôpital Saint-Antoine

Occlusion Intestinale Aiguë. Dr Jérémie LEFEVRE Service de Chirurgie Digestive Hôpital Saint-Antoine Occlusion Intestinale Aiguë Dr Jérémie LEFEVRE Service de Chirurgie Digestive Hôpital Saint-Antoine Syndrome occlusif Définition: Obstruction au passage du contenu digestif Quelle que soit la cause Conséquences:

Plus en détail

Traumatismes de l abdomen IFSI

Traumatismes de l abdomen IFSI Traumatismes de l abdomen IFSI Pr Christophe Trésallet Dr Marion Castagnet Service de chirurgie Générale Viscérale et endocrinienne Pr. Menegaux PLAN Généralités Prise en charge initiale Principes du traitement

Plus en détail

Traumatismes externes du larynx

Traumatismes externes du larynx Traumatismes externes du larynx Journées en Traumatologie 15 Décembre 2005 Alexandre FAURE Département Anesthésie Réanimation Hôpital Edouard Herriot Lyon Epidémiologie Rares < 1% traumatismes aigus Incidence

Plus en détail

22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 10/12/09 10/12/09

22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 10/12/09 10/12/09 22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS 10/12/09 RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 2 3 10/12/09 4 1 BIOLOGIE IMAGERIE Pour le foie : Transaminases, bilirubine,

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne Cas clinique Nelson Lourenço - Interne Mr XY Patient de 48 ans Pas d ATCD médicaux ou chirurgicaux Depuis 6 mois: «brûlures dans la poitrine», «régurgitations» Juin 2007: début d un traitement par IPP

Plus en détail

L entérocolite nécrosante

L entérocolite nécrosante Catégorie paramédicale Section Bachelier en Soins Infirmiers spécialisé en pédiatrie L entérocolite nécrosante NOM : JAKAB - STAVAUX PRENOM : Gaudeline - Bérengère COURS : Pathologie chirurgicale PROFESSEUR

Plus en détail

Place de la chirurgie palliative dans les sarcomatoses de tissus mous. Charles Honoré Chirurgien Gustave Roussy Cancer Campus

Place de la chirurgie palliative dans les sarcomatoses de tissus mous. Charles Honoré Chirurgien Gustave Roussy Cancer Campus Place de la chirurgie palliative dans les sarcomatoses de tissus mous Charles Honoré Chirurgien Gustave Roussy Cancer Campus Sarcomes des tissus mous 2016 Faible bénéfice de survie en cas de chirurgie

Plus en détail

RÉSUMÉ ABSTRACT. Arnaud Rodriguez*, Matthieu Thumerel, Frédéric Delcambre, Jean-François Velly, Jacques Jougon. c h i r u rg i e thoracique

RÉSUMÉ ABSTRACT. Arnaud Rodriguez*, Matthieu Thumerel, Frédéric Delcambre, Jean-François Velly, Jacques Jougon. c h i r u rg i e thoracique c h i r u rg i e thoracique Proposition de recommandations concernant la prise en charge thérapeutique des lésions œsophagiennes et gastriques après ingestion de caustique chez l adulte Expérience bordelaise

Plus en détail

Stanislas CHAUSSADE Philippe DUCROTTE

Stanislas CHAUSSADE Philippe DUCROTTE Stanislas CHAUSSADE Philippe DUCROTTE Reste-t-il des urgences en endoscopie digestive? - Connaître les conditions pratiques souhaitables de l endoscopie d urgence - Connaître le matériel de l endoscopie

Plus en détail

LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE L organisation : Patiente ASA 1 ou 2 Consultation préalable

Plus en détail

Traitement endoscopique du carcinome épidermoïde superficiel et de la dysplasie de haut grade de l œsophage

Traitement endoscopique du carcinome épidermoïde superficiel et de la dysplasie de haut grade de l œsophage Traitement endoscopique du carcinome épidermoïde superficiel et de la dysplasie de haut grade de l œsophage J.M. Canard (1) (2), G. Rahmi (2), T. Manière (2), L. Palazzo (1), C. Cellier (2), R. Jian (2)

Plus en détail

Risques et complications de la CPRE. Dr Fabien Fumex Hôpital Privé Jean Mermoz - Lyon

Risques et complications de la CPRE. Dr Fabien Fumex Hôpital Privé Jean Mermoz - Lyon Risques et complications de la CPRE Dr Fabien Fumex Hôpital Privé Jean Mermoz - Lyon Objectifs pédagogiques Fréquence des principales complications Le risque infectieux : comment le prévenir? Le risque

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Cancer des voies biliaires: le thésaurus. Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles

Cancer des voies biliaires: le thésaurus. Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles Cancer des voies biliaires: le thésaurus Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles Introduction Dernière mise à jour: 11/07/2007 Cancer rare: 3% des cancers digestifs 2000 nouveaux cas

Plus en détail

La Gastrostomie Percutanée Endoscopique(GPE) Les premiers cas dans notre pays en 2008 A propos de treize cas

La Gastrostomie Percutanée Endoscopique(GPE) Les premiers cas dans notre pays en 2008 A propos de treize cas La Gastrostomie Percutanée Endoscopique(GPE) Les premiers cas dans notre pays en 2008 A propos de treize cas Mohamed Amine. BENATTA ; T.KARA;A.LOUMI;M.BAGHDADI;M.KACI. Service d Hépato-Gastroentérologie

Plus en détail

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE I- LES LUNETTES D OXYGENE - elles sont bien tolérées pour une oxygénothérapie de longue durée - utilisation à faible débit uniquement - le patient peut manger, parler - indolores

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

PLACE DE L ECHO ENDOSCOPIE ET DE LA CYTOPONCTION DANS LE BILAN PRÉ THÉRAPEUTIQUE DES TUMEURS DU PANCRÉAS RESECABLES

PLACE DE L ECHO ENDOSCOPIE ET DE LA CYTOPONCTION DANS LE BILAN PRÉ THÉRAPEUTIQUE DES TUMEURS DU PANCRÉAS RESECABLES PLACE DE L ECHO ENDOSCOPIE ET DE LA CYTOPONCTION DANS LE BILAN PRÉ THÉRAPEUTIQUE DES TUMEURS DU PANCRÉAS RESECABLES Marc Wangermez Journées intensives FFCD Avril 2015 INTRODUCTION: L ECHO ENDOSCOPIE Examen

Plus en détail

DIVERTICULE DE MECKEL

DIVERTICULE DE MECKEL DIVERTICULE DE MECKEL Embryologie Histologie Mode de découverte Diagnostic Traitement Pierre Leyre service de chirurgie viscérale CHU de Poitiers INTRODUCTION Anomalie congénitale de la persistance du

Plus en détail

CAT devant une ingestion de caustique en Dr Denis DONDIA Centre Antipoison et de Toxicovigilance Aquitaine - Poitou-Charente

CAT devant une ingestion de caustique en Dr Denis DONDIA Centre Antipoison et de Toxicovigilance Aquitaine - Poitou-Charente CAT devant une ingestion de caustique en 2013 Dr Denis DONDIA Centre Antipoison et de Toxicovigilance Aquitaine - Poitou-Charente 1 PLAN CAS CLINIQUES / 3 situations différentes GENERALITES DEFINITIONS

Plus en détail

Le cancer de l estomac

Le cancer de l estomac Chapitre 2 Le cancer de l estomac Bilan minimal Bilan minimal : - Fibroscopie + biopsies - TDM thoraco-abdomino-pelvien (foie, ganglions) - Biologie hépatique - Si cancer superficiel : réalisation d une

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE L OBESITE (complications)

LA CHIRURGIE DE L OBESITE (complications) LA CHIRURGIE DE L OBESITE (complications) Dr LE PAGE Sébastien / Dr CENEDESE Alice Clinique St Vincent de Paul de BOURGOIN Maison des consultants Rappel des INDICATIONS de la CHIRURGIE Age > 18 ans (

Plus en détail

Amputation abdomino-périnéale dans la maladie de Crohn

Amputation abdomino-périnéale dans la maladie de Crohn Amputation abdomino-périnéale dans la maladie de Crohn Y. Benmeddour, A. Anou, O. Benhadid, A. Chetouane, A. Ourabah, D. Djellil, Z. Imessaoudene Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha. Alger introduction

Plus en détail

C. Rousseau-Cullet, R. Vialle, T. Cassan, S. Boucebci, J-P Tasu

C. Rousseau-Cullet, R. Vialle, T. Cassan, S. Boucebci, J-P Tasu Application des recommandations de la Haute Autorité de Santé pour la prescription des radiographies d Abdomen Sans Préparation au Service d Accueil des Urgences C. Rousseau-Cullet, R. Vialle, T. Cassan,

Plus en détail

Place de l imagerie O. ERNST. Lille

Place de l imagerie O. ERNST. Lille SESSION REANIMATION PANCREATITES Place de l imagerie Dr Olivier Ernst CHRU de Lille 1 Pancréatites : place de l'imagerie O. ERNST Lille 2 Rôles possibles de l IMAGERIE Affirmer le dg Orienter le dg étiologique

Plus en détail

Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques?

Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques? Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 3/04/2015 Introduction Fréquence élevée : 1 patiente sur

Plus en détail

femme 61 ans.contrôle d une colite pseudo-membraneuse actuellement traitée avec bilan coprologique biologique négatif

femme 61 ans.contrôle d une colite pseudo-membraneuse actuellement traitée avec bilan coprologique biologique négatif femme 61 ans.contrôle d une colite pseudo-membraneuse actuellement traitée avec bilan coprologique biologique négatif Scanner abdomino-pelvien déclaré " sans particularité" Solène Varnier (IHN) Scanner

Plus en détail

La chambre implantable

La chambre implantable La chambre implantable Indications, techniques de pose et surveillance Dr B. LECLERC Chirurgie vasculaire Pr S. RINCKENBACH Janvier 2017 Plan Définition Indications Techniques de pose Complications Modalités

Plus en détail

Traitement endovasculaire et cancer bronchique

Traitement endovasculaire et cancer bronchique Traitement endovasculaire et cancer bronchique Antoine Khalil Hôpital Tenon, groupe HUEP, APHP Plan Cancer bronchique et hémoptysie Fréquence Premier symptôme du cancer bronchique : 7 à 10%; 20% au décours

Plus en détail

Maladies motrices du tube digestif

Maladies motrices du tube digestif Maladies motrices du tube digestif DIU explorations fonctionnelles Responsable : Pr François Mion (CHU Lyon) Correspondant parisien : Benoit Coffin Principes : 2 semaines de cours : Données fondamentales

Plus en détail

Traumatismes iatrogènes de l artère fémorale secondaires à la pose du cathéter d hémodialyse

Traumatismes iatrogènes de l artère fémorale secondaires à la pose du cathéter d hémodialyse Traumatismes iatrogènes de l artère fémorale secondaires à la pose du cathéter d hémodialyse Àpropos de 4 cas H Naouli, R Zaghloul, H Jiber, A Bouarhroum Service de chirurgie vasculaire Pr Bouarhroum Abdellatif

Plus en détail

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO?

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Pr. M.A. BIGARD Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Professeur M.A. BIGARD Service d Hépatogastroentérologie CHU de NANCY Avant la

Plus en détail

Prise en charge de la douleur post-opératoire Pr. Philippe PELISSIER

Prise en charge de la douleur post-opératoire Pr. Philippe PELISSIER Prise en charge de la douleur post-opératoire Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Antalgie in situ Antalgie et pansements

Plus en détail

Contexte. Cimentoplastie. RCP métastases osseuses. Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle. Améliorations du pronostic

Contexte. Cimentoplastie. RCP métastases osseuses. Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle. Améliorations du pronostic Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle Cimentoplastie Contexte Améliorations du pronostic Augmentation de la fréquence des douleurs chroniques Y. Rolland Département d Imagerie

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue)

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Hypertrophie du voile du palais Symptômes : Des symptômes allant du simple ronflement à de graves syncopes sont rencontrés dans ce syndrome.

Plus en détail

Prise en charge de l EBO (endobrachyoesophage)

Prise en charge de l EBO (endobrachyoesophage) Prise en charge de l EBO (endobrachyoesophage) DOCTEUR COLLET FENETRIER SERVICE HGE CHR METZ-THIONVILLES Ammppu section de Metz 3 février 2015 EBO, généralités Def: remplacement de l épithélium malphigien

Plus en détail