Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec 210, rue Sainte-Catherine Est Bureau 300 Montréal (Québec) H2X

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec 210, rue Sainte-Catherine Est Bureau 300 Montréal (Québec) H2X"

Transcription

1 1

2 Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec 210, rue Sainte-Catherine Est Bureau 300 Montréal (Québec) H2X 1L1 Téléphone : (514) Télécopieur : (514)

3 Cette étude sur la formation doctorale a été réalisée en collaboration avec les personnes LE DOCTORAT suivantes EN : QUESTION FORMATION, ENCADREMENT, QUALITÉ Recherche et rédaction : Jean Nicolas Jean-Pierre Robitaille Alexandre Bourque-Viens Nicolas Bastien Marie-Claude Laframboise Avec la collaboration de : Frédéric Lalande, président du CNCS-FEUQ Benjamin Laplatte, attaché au CNCS-FEUQ Révision linguistique : Serge Leroux, réviseur-correcteur Page couverture : Christine Demarbre, graphiste Mise en page : Christine Demarbre, graphiste Préparé pour le CNCS Jean Nicolas, professeur-chercheur Titulaire de la Chaire pour l innovation dans la formation de chercheur Alexandre Bourque-Viens, doctorant Février 2008 Note : Le masculin est utilisé dans le seul but d alléger le texte. 3

4 4

5 Montréal, avril 2008 Chers lecteurs, chères lectrices, Les étudiants-chercheurs sont les précurseurs du renouvellement et de la création du savoir dans notre société. Il est donc essentiel de leur assurer une formation adéquate dans nos universités afin de développer la science, la technologie et l innovation au bénéfice de la société québécoise. De l avis du CNCS, l importance accordée à l émergence d une relève scientifique de qualité doit s exprimer par le souci des conditions de vie, d études et d insertion professionnelle des étudiants-chercheurs. Inspirés par les réalisations de nos pairs et les défis qui frappent à la porte du Québec, nos convictions militent en faveur d une plus grande participation des étudiants-chercheurs aux grandes réflexions qui animent les décisions publiques. C est dans cet esprit constructif et motivé par le mandat qui nous a été confié par les associations membres du Conseil, que nous sommes fiers de vous présenter cette étude de la formation doctorale, une première initiative de cette envergure au Québec. Avec le concours de deux équipes de recherche renommées et rigoureuses, le CNCS souhaite ainsi contribuer à définir les objectifs à atteindre pour améliorer la formation de troisième cycle. Les prochains mois seront consacrés à rendre notre étude la plus accessible possible, afin d en assurer une diffusion massive et de rassembler les avis des décideurs et des intervenants du monde de l emploi et des milieux de la recherche. À l instar d autres juridictions dans le monde, il est temps de faire de l amélioration de la formation doctorale un chantier d envergure pour le Québec. En vous souhaitant bonne lecture! Frédéric Lalande Président CNCS-FEUQ 5

6 6

7 REMERCIEMENTS La réalisation d une étude de cette nature a nécessité du CNCS une importante mobilisation de ressources, particulièrement sur le plan financier. À ce titre, nous souhaitons exprimer toute notre reconnaissance aux organismes qui ont rendu ce projet possible et dont l appui indéfectible témoigne de leur intérêt à soutenir la relève québécoise. Nous tenons tout d abord à remercier le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport pour sa contribution financière à la réalisation du volet quantitatif de cette étude, rapport réalisé par l Observatoire des sciences et des technologies. Notre reconnaissance s adresse particulièrement à l endroit de la ministre, Madame Michelle Courchesne, ainsi qu à la sousministre adjointe du Secteur de l enseignement supérieur, Madame Hélène P. Tremblay qui se sont montrées convaincues de la pertinence et du bien-fondé d une telle initiative. Mentionnons ici que la revue de littérature concernant le statut des doctorants dans le monde, la section 2.4 de notre étude, est une initiative qui n engage que le CNCS. Par ailleurs, le CNCS tient également à exprimer toute sa gratitude aux organismes suivants: FQRNT - Fonds québécois de recherche sur la nature et les technologies FQRSC - Fonds québécois de recherche sur la société et la culture FRSQ - Fonds de la recherche en santé du Québec Membres de l Association des doyens des études supérieures au Québec Enfin, sur une note plus personnelle, l équipe du CNCS-FEUQ tient sincèrement à remercier les membres des équipes de recherches mobilisées pour l analyse et la rédaction de cette étude : Jean Nicolas, Jean-Pierre Robitaille, Alexandre Bourque-Viens, Nicolas Bastien et Marie-Claude Laframboise. Leur professionnalisme et le travail réalisé à nos côtés ces derniers mois se sont soldés par un véritable enrichissement pour le CNCS. 7

8 8

9 QU EST-CE QUE LE CNCS-FEUQ? Le CNCS est un lieu de discussions, de réflexions, de prises de positions et d actions visant à représenter les étudiantes et étudiants des cycles supérieurs. Il regroupe 11 associations membres et représente près de étudiants aux 2 e et 3 e cycles universitaires. Doté de sa propre structure de représentation au sein de la Fédération, il poursuit la valorisation des carrières scientifiques et traite exclusivement des dossiers liés à la défense des intérêts des étudiants des cycles supérieurs et à la recherche universitaire québécoise. Son champ d action ne cesse de s élargir depuis la dernière décennie et le CNCS jouit aujourd hui d une expertise reconnue par l ensemble des acteurs du milieu de la recherche. Le CNCS élabore des recommandations appuyées sur des argumentaires étoffés et débattus avec les associations qui le constituent. Ce faisant, le CNCS est considéré comme la voix des étudiants des cycles supérieurs auprès du gouvernement québécois et de ses comités consultatifs, des organismes subventionnaires provinciaux et fédéraux et de nombreuses autres organisations telles que l ACFAS, la CREPUQ, l ADESAQ, le CAPRES, etc. Pour s acquitter au mieux de sa mission, le CNCS produit nombre d études, de mémoires lors de consultations publiques et contribue aussi à l organisation d activités de transfert, colloques ou événements de vulgarisation scientifique. ASSOCIATIONS MEMBRES DU CNCS-FEUQ Association des étudiantes et étudiants du secteur de l éducation de l Université du Québec à Montréal (ADEESE-UQAM) Association des étudiants des cycles supérieurs de Polytechnique (AÉCSP) Association étudiante de l École nationale d administration publique (AÉÉNAP) Association étudiante de l INRS - Urbanisation, Culture et Société (AÉUCS) Association générale des étudiant(e)s de l Institut Armand-Frappier (AGEIAF) Association générale étudiante de l Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (AGEUQAT) Association générale des étudiant(e)s de l Université du Québec en Outaouais (AGEUQO) Association générale des étudiant(e)s de l Université du Québec à Trois-Rivières (AGEUQTR) Fédération des associations étudiantes du campus de l Université de Montréal (FAÉCUM) Mouvement des associations générales étudiantes de l Université du Québec à Chicoutimi (MAGEUQAC) Regroupement des associations générales étudiantes de l Université du Québec à Rimouski (RAGEUQAR) Regroupement des étudiantes et des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l Université Sherbrooke (REMDUS) 9

10 10

11 TABLE DES MATIÈRES Préface Remerciements Qu est-ce que le CNCS-FEUQ? Associations membres du CNCS-FEUQ Tables des matières Liste des figures Liste des tableaux Introduction PARTIE 1 - Les études doctorales au Québec: portrait statisque 1. Introduction : de l inscription au marché du travail Participation Inscriptions Financement des étudiants Durée des études et réussite Statut des doctorants Diplomation Nombre et répartition disciplinaire des diplômés Intensité de la production Densité, rétention et attraction Insertion professionnelle Emploi comme professeur-chercheur Emploi en recherche et développement Secteurs institutionnels d emploi Conclusion

12 PARTIE 2 - Le doctorat en question: formation, encadrement, qualité Avant-propos Remerciements Introduction Un contexte changeant; fortes pressions sur les acteurs et la formation doctorale Le savoir et sa création : des évolutions sources de nouveaux défis Un savoir explicite et tacite, mais aussi matérialisé et relationnel Un savoir qui s accélère et qui s internationalise Un savoir qui à la fois se spécialise (profondeur) et converge aux interfaces des disciplines (largeur) Des attentes accrues tant au niveau de l originalité du savoir que de ses applications Des exigences accrues pour les acteurs; une hétérogénéité croissante pour la formation doctorale Exigences accrues sur les universités Pressions externes et internes s accroissent pour les encadrants Doctorants : bouleversement des perspectives de carrière, navigation doctorale plus complexe Le doctorat : débat d envergure, expériences multiples, hétérogénéité croissante La formation doctorale sujette à un débat d envergure Lancement de multiples expériences visant à répondre au changement de contexte Une hétérogénéité croissante Synthèse : Système de formation doctorale, les forces de changement Enjeux : Forces, lacunes, risques, opportunités PhD : des forces reconnues PhD : des lacunes possibles à évaluer objectivement Des lacunes communes à toutes les disciplines, à des degrés divers Une formation qui prépare mal aux différentes carrières, y compris la carrière universitaire Une formation trop étroite, trop locale, ne favorisant pas l interdisciplinarité et l ouverture Un encadrement où le contenu à produire des résultats publiables tend à l emporter sur le processus à former un chercheur Une gestion de projet généralement mal maîtrisée Une durée jugée trop longue et un taux de réussite préoccupant Une assurance qualité qui laisse à désirer Risques potentiels Opportunités Synthèse forces, lacunes, risques, opportunités

13 3 Les expériences en cours Les rapports déclencheurs Expériences en cours Initiatives en cours au niveau international et national Synthèse des activités proposées par ces expériences Synthèse : 1. Quelles leçons tirer de ces expériences? 2. Quelles questions? 3. Quelles hypothèses? Tendances et orientations : vers une formation doctorale renouvelée Formation : à propos des compétences à développer au doctorat Compétences, de quoi parle-t-on? Compétences, lesquelles? Comment les identifier? Compétences : comment les inculquer Un encadrement à élargir et à mieux baliser Encadrement, de quoi parle-t-on? Encadrement : quelles approches possibles? Élargissement du cercle de compagnons Comment implanter ces approches? Une qualité inégale Qualité : de quoi parle-t-on? Différentes visions de la qualité Comment évaluer la qualité? Comment mettre en oeuvre la qualité? Un grand chantier pour le Québec Au niveau international, l évolution de la formation doctorale est en marche, le statu quo n est plus soutenable Au niveau international, l évolution de la formation doctorale est recommandée sans ambages Un faisceau convergeant de facteurs incitant à passer à l action Un chantier d envergure pour les 10 prochaines années : créer une fondation dédiée à la formation de chercheurs Conclusion générale Bibliographie

14 14

15 LISTE DES FIGURES Figure 1 Nombre d inscriptions au niveau doctorat dans les universités, Québec, Figure 2 Nombre d inscriptions au niveau doctorat dans les universités, Canada, Figure 3 Nombre d inscriptions au niveau doctorat par d habitants, Canada et Québec, Figure 4 Répartition du financement aux études supérieures selon la source et le type de programme d études, Québec, 2000 et Figure 5 Répartition des sources de financement des étudiants au doctorat selon l avancement dans le programme d études, Québec, Figure 6 Flux des titulaires de doctorat Figure 7 Nombre de doctorats décernés selon le grand domaine disciplinaire, Québec, Figure 8 Nombre de doctorats décernés selon le grand domaine disciplinaire, Canada, Figure 9 Nombre de doctorats décernés selon le grand domaine disciplinaire, États-Unis, Figure 10 Nombre de doctorats décernés par million d habitants, Québec, Ontario, Canada et États-Unis, Figure 11 Nombre de titulaires de doctorat en emploi par million d emplois, Québec, Ontario, Canada et États-Unis, 1991, 1996 et Figure 12 Croissance du nombre de titulaires de doctorat dans la population pour 100 diplômes décernés par les universités, Québec, Ontario, Canada et États-Unis, périodes quinquennales ( ) Figure 13 Nombre de professeurs à temps plein dans les universités, États-Unis, (années diverses) Figure 14 Nombre de professeurs à temps plein dans les universités, Canada, (années diverses) 55 Figure 15 Nombre de professeurs à temps plein dans les universités, Québec, (années diverses) 56 Figure 16 Nombre de professeurs à temps plein par million d emplois Québec, Canada et États-Unis Figure 17 Nombre de chercheurs affectés à la RD, États-Unis, Figure 18 Nombre de chercheurs ETP affectés à la RD, Canada, Figure 19 Nombre de chercheurs en RD à l extérieur du secteur universitaire par million d emplois, Québec, Canada et États-Unis Figure 20 Répartition de l emploi des titulaires de doctorat selon certains secteurs industriels, États-Unis, Figure 21 Évolution comparative du nombre de professeurs et d inscrits au doctorat au Québec Figure 22 Un contexte changeant dans le système de formation doctorale

16 16

17 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 Bourses de doctorat du gouvernement fédéral selon le conseil subventionnaire, Canada et Québec, à (en milliers $) Tableau 2 Bourses (tous niveaux d études) du gouvernement fédéral selon le conseil subventionnaire, Canada et Québec, à (en milliers $) Tableau 3 Proportion des bourses (tous niveaux d études) sur le total des octrois du gouvernement fédéral, selon le conseil subventionnaire, Canada et Québec, à Tableau 4 Bourses de doctorat du gouvernement québécois selon le fonds subventionnaire, Québec, à (en milliers $) Tableau 5 Bourses (tous niveaux d études) du gouvernement québécois selon le fonds subventionnaire, Québec, à (en milliers $) Tableau 6 Proportion des bourses (tous niveaux d études) sur le total des octrois du gouvernement provincial selon le fonds subventionnaire, Québec, à Tableau 7 Répartition des types et des sources de soutien financier durant les études supérieures, Canada, Tableau 8 Distribution des diplômés déclarant des sources de soutien financier durant leurs études supérieures, Canada, Tableau 9 Pourcentage des titulaires de doctorat ayant emprunté dans le cadre des programmes gouvernementaux de prêts étudiants et montant moyen de leur dette d étude au moment de l obtention du diplôme, Québec, Ontario et Canada, 1995 et Tableau 10 Temps moyen (en nombre de trimestres d études) précédant les sorties avec diplôme des programmes conduisant au doctorat selon le sexe, Québec, sorties de à et de à Tableau 11 Temps moyen (en nombre moyen de trimestres d études) précédant les sorties sans diplôme* des programmes conduisant au doctorat selon le sexe, Québec, sorties de à et de à Tableau 12 Temps moyen (en mois) pour compléter un programme de doctorat selon le domaine d études, Canada, Tableau 13 Proportion de sortants des programmes conduisant au doctorat ayant obtenu leur diplôme, selon le sexe et l année de la dernière inscription, Québec, (années diverses) Tableau 14 Nombre et croissance des titulaires de doctorat dans la population, Québec, Ontario, Canada et États-Unis, Tableau 15 Proportion des diplômés du doctorat employés dans le secteur universitaire selon le nombre d années depuis l obtention du diplôme, États-Unis, années diverses Tableau 16 Proportion des diplômés du doctorat ayant un poste permanent ou un poste menant à la permanence dans une université (4-Year College) selon le nombre d années depuis l obtention du diplôme, États-Unis, 1993, 2003 et

18 Tableau 17 Nombre de chercheurs ETP affectés à la RD dans le secteur industriel selon le grade universitaire, Canada, Tableau 18 Nombre de chercheurs ETP affectés à la RD dans le secteur industriel selon le grade universitaire au Québec, Tableau 19 Nombre de titulaires d un doctorat dans la population active selon le secteur industriel (SCIAN), Québec et Canada, Tableau 20 Vue d ensemble des principales activités et principaux secteurs offrant des milieux de pratique aux doctorants Tableau 21 Le doctorat, des caractéristiques très disparates Tableau 22 Doctorat, un spectre d opinions très diversifiées Tableau 23 Finalités pour le doctorat proposées par le Conseil des ministres de l éducation

19 INTRODUCTION Pour le CNCS-FEUQ, l adaptation de la formation doctorale aux nouvelles réalités qui attendent les diplômés est un impératif. Les données démontrent que, de plus en plus, la carrière de professeur constitue la destination d une minorité de diplômés de doctorat. En fait, si on considère également les finissants de maîtrise, une faible minorité des diplômés de cycles supérieurs demeure affectée à la recherche universitaire. Plusieurs évoluent dans d autres milieux, où ils effectuent des activités de recherche et de développement de nature variée. Sans diluer l apprentissage relatif aux carrières universitaires, il faut indéniablement considérer qu il existe différents profils de carrière en recherche, lesquels nécessitent des compétences générales diverses. Qu on fasse des études ou des recherches dans un ministère, dans les milieux communautaires, dans une entreprise de haute technologie ou à l université, certaines compétences de base sont essentielles. Toutefois, une part des compétences requises diffère sensiblement d un milieu à l autre, tout comme les objectifs qui sont poursuivis. Il est donc du ressort de l université de donner une formation de base différenciée. Pour certains, une maîtrise de type recherche, mais à vocation plus professionnelle, apparaîtrait tout indiquée à cet effet, alors que la formation doctorale pourrait demeurer axée sur la recherche scientifique ou universitaire, tout en élargissant les compétences générales acquises. Par la suite ou parallèlement, un apprentissage pratique et l acquisition de compétences spécifiques aux différents milieux de travail pourraient se poursuivre en dehors de la formation universitaire. Afin d améliorer leur chance d employabilité, il apparaît donc essentiel d assurer aux étudiants des cycles supérieurs une formation adéquate dans nos universités. La formation doctorale, à titre d exemple, fait actuellement l objet de nombreuses critiques de la part de différents acteurs du milieu de la recherche et du monde du travail. Certains la perçoivent comme étant «trop rigide, trop pointue, trop tard», et conçue spécialement pour la relève du corps professoral. Plusieurs acteurs considèrent que la formation doctorale devrait être élargie de manière à inclure des compétences indispensables à la conduite du projet de recherche et à l insertion professionnelle des diplômés de doctorat. Ainsi, des interventions de courte durée au sein de milieux professionnels extra-universitaires publics ou privés, seraient une piste privilégiée par plusieurs acteurs du milieu de la recherche. L adéquation de la formation au troisième cycle à titre de phase préparatoire à l entrée sur le marché du travail est donc sérieusement remise en question, puisque la formation a peu évolué : les étudiants au doctorat sont toujours formés d abord et avant tout pour entreprendre une carrière universitaire. De plus, les étudiants-chercheurs représentent aujourd hui une proportion très significative de la force de travail en recherche et développement au Québec. Face aux défis de la nouvelle économie et aux prises avec les défis sociaux qui nous attendent, il devient plus que nécessaire de mettre en place des mesures pour améliorer les conditions de vie et d études, de plus en plus longues, de ces étudiants. Le renouvellement et les besoins actuels et futurs en main-d oeuvre hautement qualifiée justifient pleinement de rendre les études supérieures plus accessibles et attrayantes. Les ressources disponibles en matière de financement et la gouvernance de la recherche devraient aussi faire l objet de la plus grande attention, tant elles sont liées à la bonne tenue des indicateurs cruciaux que sont les taux d inscription, de réussite et d insertion professionnelle, qui influent directement sur la capacité d innovation du Québec. Par ailleurs, l expérience de certains pays européens qui figurent en tête des classements selon le niveau de vie ou la capacité d innovation devrait davantage inspirer. Ces derniers, qui partagent avec nous plusieurs forces et points communs, sont riches d exemples de gouvernements qui ont su catalyser cette capacité aussi fondamentale et économiquement innervée qu est l innovation, en misant sur la qualité de la formation dispensée à leur relève scientifique. 19

20 Rappel du mandat Prenant acte des critiques dont la formation doctorale fait l objet dans le monde du travail et les milieux de la recherche, le CNCS voulait faire l examen de l adéquation de la formation doctorale à la lumière de la situation qui prévaut chez les étudiants du Québec et en regard des carrières qui attendent les diplômés à leur sortie des études. À cet effet, le CNCS souhaitait prendre la mesure du chemin parcouru au Québec au niveau des études de troisième cycle mais également, explorer plus en détail les avantages et les inconvénients liés au statut de travailleur qui est octroyé aux doctorants dans certains pays européens comme l Allemagne, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas et la Norvège. De plus, le CNCS s intéressait particulièrement à la définition des objectifs d apprentissage poursuivis dans les programmes de doctorat, de même qu aux modalités d encadrement des étudiants lors de leur formation. Afin d alimenter ses réflexions sur les programmes de formation aux cycles supérieurs et de réviser sa plate-forme de revendications, le CNCS a demandé à l Observatoire des sciences et des technologies (OST) et au professeur Jean Nicolas de l Université de Sherbrooke, de réaliser conjointement une étude en deux volets sur les tendances récentes de la formation doctorale au Québec et dans le monde. Le CNCS a ainsi commandé deux rapports présentés ici, articulés autour d un premier volet quantitatif et d un volet qualitatif pour le deuxième. Il importe de préciser que l étude réalisée repose essentiellement sur l exploitation de statistiques officielles et de documents publics (rapports gouvernementaux, textes en provenance d organismes engagés dans la formation à la recherche, articles scientifiques, etc.). Le premier volet statistique trace un bilan des tendances récentes concernant les taux de participation, les niveaux d inscriptions et la diplomation dans les programmes de troisième cycle au Québec. De façon à mieux évaluer la situation québécoise, ces statistiques sont mises en perspective à l aide de données comparatives concernant d autres juridictions, dont le reste du Canada et les États-Unis. Ce volet présente également des données concernant le cheminement des étudiants (taux de réussite et durée des études) et l insertion professionnelle des diplômés. Ce travail fut principalement réalisé par l équipe de l OST, affilié au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) et à l Université du Québec à Montréal (UQAM), avec la collaboration de monsieur Nicolas pour l analyse des résultats. Le second volet de l étude dresse quant à lui un bilan des connaissances concernant le contenu et la qualité des programmes de doctorat à travers le monde. Il identifie les forces et les lacunes constatées actuellement dans le contenu de la formation doctorale et dans l encadrement des étudiants-chercheurs, portant ainsi une attention particulière aux facteurs qui déterminent la durée des études et la réussite. Il y est aussi question de la mise en place de mécanismes d assurance qualité (évaluation, rétroaction) dans les programmes de doctorat. La question de l insertion professionnelle des diplômés y est également abordée à travers un examen attentif des problèmes d adéquation entre la formation reçue et les exigences du marché du travail. Dans cette veine, il présente certaines expériences en cours actuellement pour renouveler les approches de formation et d encadrement au troisième cycle. Enfin, ce deuxième volet conclut sur un cadre de travail invitant à passer à l action pour améliorer la formation doctorale au Québec. Cette partie fut l oeuvre de l équipe du professeur Jean Nicolas, titulaire de la Chaire pour l innovation dans la formation de chercheur de l Université de Sherbrooke. 20

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Bourses du CRSH, FQRSC et FARE pour les étudiants des cycles supérieurs : Comment aider nos étudiants à obtenir des bourses d excellence!

Bourses du CRSH, FQRSC et FARE pour les étudiants des cycles supérieurs : Comment aider nos étudiants à obtenir des bourses d excellence! Bourses du CRSH, FQRSC et FARE pour les étudiants des cycles supérieurs : Comment aider nos étudiants à obtenir des bourses d excellence! Chaque rentrée scolaire, une nouvelle cohorte d étudiants est amenée

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT

SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT EXAMEN DE LA GESTION DES LANGUES OFFICIELLES R.A. MALATEST VERSION DU 18 AOÛT 2011 LE 15 OCTOBRE 2011 SOMMAIRE 1. Conclusion générale Le Conseil de recherches en sciences

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Analyse de proposition

Analyse de proposition Analyse de proposition Conseil Académique du 3 juin 2013 : CAC-420-03 Rédaction : Maxence Lenoir Président, 2013-2014 Version : 3 juin 2013 Adoption : 9 juin 2013 Association des Étudiants de Polytechnique

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

FICHE. Le financement

FICHE. Le financement FICHE # 7 Le financement Le financement Pourquoi entreprendre cette démarche? Parce que c est par le financement à la mission globale que les organismes communautaires autonomes pourront réaliser leur

Plus en détail

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Presenter s Institution or City, State, Country Pierre L Heureux, École de technologie supérieure, Montréal, Québec, Canada Line Dubé, École Polytechnique

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion d'actifs financiers back et middle offices de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Le financement fédéral de la recherche fondamentale

Le financement fédéral de la recherche fondamentale OCTOBRE 2013 VOL 13 NO 1 Introduction et principales constatations Tendences générales : Financement des conseils subventionnaires Financement de la recherche libre Ciblage du financement de la recherche

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

POSITION DE L ADÉSAQ VIS-À-VIS DES RECOMMANDATIONS DU CONSEIL SUPÉRIEUR DE L ÉDUCATION DANS SON AVIS

POSITION DE L ADÉSAQ VIS-À-VIS DES RECOMMANDATIONS DU CONSEIL SUPÉRIEUR DE L ÉDUCATION DANS SON AVIS ADÉSAQ POSITION DE L ADÉSAQ VIS-À-VIS DES RECOMMANDATIONS DU CONSEIL SUPÉRIEUR DE L ÉDUCATION DANS SON AVIS «Pour une vision actualisée des formations universitaires aux cycles supérieurs» Mise en contexte

Plus en détail

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Historique des interventions de l ICÉA en lien avec la Politique gouvernementale d éducation des adultes et

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC

LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTATION AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT MONSIEUR YVES BOLDUC

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

En vigueur Page 1 de 6

En vigueur Page 1 de 6 1. GUIDE POUR LES TRAVAUX AVEC LES SECTEURS PUBLICS ET PRIVÉS De plus en plus, les universités canadiennes sont appelées à participer à des travaux de recherche et de développement impliquant les divers

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant de production et d'administration musiques actuelles de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

POLITIQUE DE SOUTIEN FINANCIER

POLITIQUE DE SOUTIEN FINANCIER CE-238-1029 (30 MAI 2008) CA-299-1897 (19 SEPTEMBRE 2008) CE-241-1064 (11 SEPTEMBRE 2009) CA-307-1937 (18 SEPTEMBRE 2009) NOTE : L EMPLOI DU MASCULIN NE VISE QU À ALLÉGER LE TEXTE. POLITIQUE DE SOUTIEN

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes à l occasion des consultations pré budgétaires

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes à l occasion des consultations pré budgétaires Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes à l occasion des consultations pré budgétaires Ottawa, le 8 octobre 2003 présenté par la présidente, Dr. Martha Crago Association canadienne

Plus en détail

ÉVALUATION DES FORMATIONS

ÉVALUATION DES FORMATIONS ÉVALUATION DES FORMATIONS SUIVIES PAR LES GESTIONNAIRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ DE LA RÉGION DE CHAUDIÈRE-APPALACHES EN GESTION DU CHANGEMENT, GESTION DE PROJET ET EN LEAN MANAGEMENT Suzanne Pelletier,

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Commune de Bussigny-près-Lausanne

Commune de Bussigny-près-Lausanne Municipalité T. 021 706 11 20 F. 021 706 11 39 greffe@bussigny.ch N/réf : CW/fc AU CONSEIL COMMUNAL 1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE Bussigny-près-Lausanne, le 18 août 2010 Préavis municipal N 10 /2010 relatif

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des Session L élaboration de la vision, de la mission et du plan d action Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA Examen de la Loi sur l équité en matière d emploi : Regard vers l avenir Octobre 2006 Fédération canadienne

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

Agir là où nous faisons la différence pour faciliter l entrée des jeunes au marché du travail

Agir là où nous faisons la différence pour faciliter l entrée des jeunes au marché du travail Agir là où nous faisons la différence pour faciliter l entrée des jeunes au marché du travail Conférence de l Association mondiale des services publics d emploi Dakar, le 18 septembre 2015 Martine Bégin

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Synthèse finale de l auto-évaluation de la Faculté des sciences sociales et politiques

Synthèse finale de l auto-évaluation de la Faculté des sciences sociales et politiques Synthèse finale de l auto-évaluation de la Faculté des sciences sociales et politiques La procédure d auto-évaluation de la Faculté des sciences sociales et politiques de l Université de Lausanne s est

Plus en détail

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Questions pour les entrevues individuelles Et réponses en lien avec les objectifs du Plan stratégique sur l éducation

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Session de formation. Le recrutement des bénévoles

Session de formation. Le recrutement des bénévoles Session de formation Le recrutement des bénévoles Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos La Fédération

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

En général, ces personnes jouent un rôle essentiellement consultatif dans la recherche.

En général, ces personnes jouent un rôle essentiellement consultatif dans la recherche. Le financement de la recherche communautaire Ce document contient des informations concernant le processus de demande de fonds. La première section décrit les principales étapes de ce processus et donne

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES Révisée le 20 août 2014 Contenu CADRE GÉNÉRAL... 2 Politique... 2 Définitions... 2 Imputabilité... 2 Budget... 2 OBJECTIFS GÉNÉRAUX... 3 Attribution... 3 Exclusions...

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE (ONGLET 37) Processus de consultation Comité de la politique linguistique 16 mars 2010 Comité de consultatif de gestion 23 mars 2011 Comité de parents 28 mars 2011 Comité de participation

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail