SROMS Personnes âgées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SROMS Personnes âgées"

Transcription

1 SROMS Personnes âgées SchÉma RÉgional d organisation médico-sociale personnes agées

2

3 SROMS Personnes âgées L aide aux aidants 4 Le lieu de vie 6 Les maladies neuro-dégénératives 9 La coordination gérontologique 12 Les dispositifs de répit 15 Les services de soins infirmiers à domicile et les services d aide à domicile 18 3

4 L aide aux aidants Domaines Stratégiques TOUS Vieillissement Priorités L aide aux aidants Les maladies neuro-dégénératives Objectifs généraux du PSRS L aide aux aidants Les maladies neuro-dégénératives Développer la connaissance des pathologies et des handicaps pour les aidants. Dispenser aux aidants familiaux, aux associations et aux professionnels des formations adaptées. Participer à l amélioration des compétences des intervenants à domicile Contexte et enjeux Le secteur de l aide à domicile se professionnalise depuis quelques années malgré des difficultés de financement. De même pour les départements qui ont développé l accueil familial, des actions de formation apparaissent nécessaires. La CNSA à travers la section IV de financement offre des possibilités d accompagnement financier. Il convient notamment de souligner que l association France Alzheimer a signé une convention de partenariat avec la CNSA pour mettre en place des actions de formation au profit des aidants familiaux, avec prise en charge simultanée de la personne âgée à son domicile. Objectifs opérationnels Accompagner les conseils généraux dans la modernisation et la professionnalisation des services d aide à domicile : Action 1 : Faciliter les démarches des conseils généraux auprès de la CNSA Action 2 : Encourager la mutualisation des formations organisées par les services d aide à domicile (minimiser les coûts de formation et faire partager les expériences entre professionnels). Action 3 : Participer au suivi des actions mises en place. 4

5 SROMS Personnes âgées Action 4 : Encourager la création de plate-formes territoriales de répit où seront intégrés conseil, orientation, offre de service avec un soutien aux familles. Soutenir la formation des accueillants familiaux. Accompagner notamment l association France Alzheimer dans le déploiement des actions de formations d aide aux aidants familiaux, de groupe de parole en soutien aux aidants en prévoyant la prise en charge simultanée des malades. Financement Section IV et section V de la CNSA. Indicateurs de suivi Les maladies neuro-dégénératives. Nombre de conventions signées. 5

6 Le lieu de vie Domaine Stratégique Vieillissement Priorité L accompagnement de la perte d autonomie en respectant le choix de la personne âgée pour son lieu de vie. Objectif général du PSRS Permettre, dans une recherche constante d adéquation entre liberté du citoyen et protection de la personne, à chaque personne âgée de rester acteur de sa vie et de respecter son projet de vie en fonction de son désir et de sa sécurité. Réduire les écarts intra-régionaux en matière d équipement, en synergie avec un maillage territorial adapté de l offre sanitaire. Contexte et enjeux L hébergement en EHPAD ne représente qu une partie des services en faveur des personnes âgées dont le recours y est de pus en plus tardif (en 2007 l âge moyen d entrée est de 80 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes) avec des durées de séjours de plus en plus courtes (3 ans et 4 mois en 2007). Les entrées en institution sont moins motivées par le désir de vie collective que par les difficultés à surmonter au quotidien les obstacles à la vie individuelle. Ainsi il est régulièrement noté une aspiration très forte des personnes âgées pour rester à domicile. Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Solidarité Grand Age 2007/2012 la totalité des places d EHPAD a été notifiée par la CNSA à la Région Poitou-Charentes, ainsi lits sont en cours d installation dont 1500 en Charente-Maritime. Les taux d équipement départementaux sont très variables (106 lits pour 1000 habitants de plus de 75 ans sur le territoire de Charente-Maritime Sud à 136 lits pour 1000 habitants de plus de 75 ans sur le territoire des Deux Sèvres, malgré l application depuis 2006 d une programmation visant à réduire les écarts. Par ailleurs, l absence de personnel infirmier au sein de l EHPAD en cas d incident peut conduire à un recours aux urgences, d où la nécessité de couvrir les amplitudes les plus larges possibles en fonction des moyens. Il doit être tenu compte également des problèmes de démographie médicale sur certains territoires et des relais de plus en plus difficile à trouver avec les médecins généralistes et les infirmiers libéraux. 6

7 SROMS Personnes âgées Objectifs opérationnels Permettre au territoire de la Charente d atteindre le niveau d équipement régional. Action 1 : Déterminer sur le territoire de santé de la Charente, les zones d implantation prioritaires. Action 2 : Créer les prochaines places d EHPAD sur le territoire de santé de Charente. Permettre au territoire de la Charente-Maritime d atteindre le niveau d équipement régional après avoir installé les places autorisées. Action : Déterminer sur les territoires de santé de la Charente-Maritime, les zones d implantation prioritaires au vu des taux d occupation et des places disponibles. Expérimenter le concept de plateforme de services intégrant le service à domicile (L EHPAD de demain). Action : Favoriser ce type d expérimentation. Permettre au territoire de la Vienne de maintenir son taux d équipement à la moyenne régionale Action : Déterminer sur le territoire de santé de la Vienne, la zone d implantation prioritaire. Maîtriser des prix de journée hébergement compatible avec les revenus des retraités de la région source INSEE. Action : Faire référence à un prix de journée maximum parmi les critères du cahier des charges des appels à projet. Reconnaître dans les établissements des unités pour accueillir les personnes âgées souffrant de la maladie d Alzheimer ou de troubles apparentés. Action 1 : Revoir les arrêtés d autorisation eu égard à la réalité du fonctionnement des établissements, (mettre à jour FINESS). Action 2 : Identifier les unités Alzheimer dans les conventions tripartites. Assurer une présence infirmière de 7h30 à 20H30 pour les établissements d une capacité de plus de 60 lits et envisager des astreintes de nuit par mutualisation entre établissements. Action : Lors du renouvellement des conventions tripartites, vérifier les plannings infirmiers. 7

8 Développer l articulation entre les centres hospitaliers et les EHPAD. Action : Rédaction de conventions relatives à l admission dans les centres hospitaliers et au retour en EHPAD. Maintenir et/ou améliorer une prise en charge de qualité dans les établissements. Action : Lors du renouvellement des conventions tripartites, déterminer des objectifs de qualité en référence aux recommandations de l Agence Nationale de l Evaluation et de la Qualité des établissements et services sociaux et médio-sociaux. Organiser un suivi mensuel des places disponibles. Action : Mettre en place un outil de suivi des places disponibles Lien avec schéma régional de prévention Santé au travail plan de prévention des lombalgies. Promotion de la bientraitance. Lien avec le plan régional de gestion des risques Mettre en place un suivi, une analyse des dépenses de soins, ainsi que des indicateurs de qualité et d efficience. Améliorer la qualité et l efficience des soins en EHPAD, notamment en renforçant la coordination des soins et en favorisant la diffusion des bonnes pratiques de soins et de prescriptions. Financement CNSA Indicateurs de suivi Evolution du taux d équipement par territoire. Nombre d établissements de plus de 60 lits assurant une présence infirmière de 7h30 à 20h30. 8

9 SROMS Personnes âgées Les maladies neuro-dégénératives Domaine stratégique Vieillissement Priorité Les maladies neuro-dégénératives Objectif général du PSRS Développer la prise en charge dans le cadre de filières identifiées et notamment : développer les accueils de jours spécifiques et les hébergements temporaires, installer les unités spécifiques Alzheimer (UHR, PASA, MAIA). Contexte et enjeux Lorsque la maladie s installe, chaque patient, chaque famille doit pouvoir trouver un mode de prise en charge adapté. La gestion du parcours de vie des malades atteints de la maladie d Alzheimer requiert un niveau de compétences techniques et organisationnelles de plus en plus élevé pour les soignants, mais plus encore une coordination des intervenants professionnels et familiaux. Une meilleure articulation entre les structures de soins, d information et d accompagnement doit permettre de construire un parcours de prise en charge personnalisé. Ainsi les maisons pour l autonomie et l intégration des malades (MAIA) permettent, à partir d une structure existante, de construire avec les partenaires institutionnels et les professionnels d un territoire défini, de nouveaux modes de travail partenarial. Pour les personnes en situation complexe, les MAIA proposent un accompagnement rapproché et individualisé par un gestionnaire de cas. Dans l évolution de la maladie, peuvent survenir des périodes des crises. Dans ces cas, il est nécessaire de disposer de services de soins de suite et de réadaptation (SSR) adaptés, qui permettent d assurer des programmes de rééducation cognitive permettant d améliorer l adaptation aux actes de la vie quotidienne. En établissement, il convient d améliorer l accueil pour une meilleure qualité de vie des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par la création : d unités hébergement renforcées, lieux de vie et soins qui fonctionnent jour et nuit. Elle propose sur un même lieu l hébergement, les soins, les activités sociales et thérapeutiques pour des résidents ayant des troubles du comportement sévères ; 9

10 de pôles d activité de soins adaptés qui accueillent dans la journée les résidents de l EHPAD ayant des troubles du comportement modérés. A domicile, il apparaît que la prise en charge est trop limitée à des soins de type nursing. Pour remédier à ce constat il est prévu la constitution d équipes spécialisées pluridisciplinaires pour effectuer des séances de réhabilitation et d accompagnement permettant le maintien des capacités existantes, la diminution des troubles du comportement ainsi que l amélioration de la relation patient-aidant. Ces équipes spécialisées sont portées par des SSIAD. L ensemble de ces mesures constituent la déclinaison territoriale du plan national «Alzheimer et maladies apparentées» Objectifs opérationnels Individualisation au sein de 4 services de soins de suite et réadaptation (SSR) d unités cognitivocomportementales d une capacité de 10 à 12 lits. Action1 : Identifier sur chaque département le site de l UCC. Action2 : Ouvrir les UCC l année d allocation des moyens. Action3 : Suivre le fonctionnement des UCC. Création de 11 Unités Hébergement Renforcée d une capacité de 12 à 14 résidents. Action 1 : Suite à l appel à candidature d avril 2010 et des décisions d implantation prises en juin 2010, créer les unités en fonction de la délégation des moyens. Action 2 : Suivre le fonctionnement des UHR en cohérence avec le cahier des charges sur les conditions de prise en charge des personnes. Identification au sein des EHPAD de 51 pôles d activité de soins adaptés (PASA). Action 1 : Lancer un appel annuel à candidatures dès les parutions des circulaires budgétaires. Action 2 : S assurer d une bonne répartition territoriale. Action 3 : Suivre le fonctionnement des PASA en cohérence avec le cahier des charges sur les conditions de prise en charge des personnes. 10

11 SROMS Personnes âgées Création de 20 équipes spécialisées, soit 200 places, comprenant des assistants en gérontologie, des psychomotriciens ou ergothérapeutes dans la prise en charge à domicile des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer. Action 1 : Lancer un appel annuel à candidatures dès les parutions des circulaires budgétaires. Action 2 : Assurer une couverture géographique sur l ensemble de la région. Action 3 : Suivre le fonctionnement des équipes spécialisées SSIAD. Création des Maisons pour l autonomie et l intégration des malades d Alzheimer. Action 1 : Lancer un appel annuel à candidatures dès les parutions des circulaires budgétaires. Action 2 : Suivre le fonctionnement des MAIA et veiller à l articulation entre les équipes sanitaires, médico-sociales et sociales. Financement CNSA et DAF Indicateurs de suivi Nombre d unités et de lits identifiés UCC Nombre d unités d hébergement renforcés créées Nombre de pôles d activité de soins adaptés créés Nombre d équipes spécialisées SSIAD créées Nombre de MAIA créées 11

12 La coordination gérontologique Domaine stratégique Vieillissement Priorité L accompagnement de la perte d autonomie en respectant les choix de la personne âgée pour son lieu de vie. Objectif général du PSRS Permettre, dans une recherche constante d adéquation entre liberté du citoyen et protection de la personne, à chaque personne âgée de rester acteur de sa vie et de respecter son projet de vie en fonction de son désir et de sa sécurité ; lui donner les possibilités : de bénéficier des services d une coordination gérontologique, de pouvoir bénéficier d une hospitalisation à domicile (y compris dans une structure d hébergement), de pouvoir bénéficier des services d un SSIAD et des accompagnements spécialisés, notamment en fin de vie. Contexte et enjeux Depuis 10 ans les dispositifs d information et de coordination se sont développés. Les centres locaux d information et de coordination (CLIC) ou comités locaux de coordination gérontologiques (CLCG) en Charente sont des lieux d information pour les personnes âgées et les aidants sur l ensemble des dispositifs de la prise en charge. Leur configuration est différente selon les départements. Les réseaux gérontologiques apportent une coordination sanitaire et médico-sociale. Dans certains départements l ensemble du territoire départemental est couvert en CLIC avec parfois une coordination CLIC-réseau gérontologique proposant un numéro de téléphone unique facilitant ainsi l information et l accompagnement des personnes âgées et de leurs proches. Les maisons pour l autonomie et l intégration des malades Alzheimer (MAIA) vont compléter ces dispositifs qui tous ont vocation à fluidifier le parcours des personnes par une information et un suivi renforcés. Il apparaît aujourd hui une couverture territoriale inégale, des fonctionnements disparates et des articulations à améliorer. Le manque de coordination entraîne une perte d efficacité, d efficience et peut altérer la qualité de la prise en charge. Inversement, la coordination a un coût pour les établissements et les services. Aussi, en complémentarité et en cohérence avec les schémas gérontologiques, en partenariat avec les conseils généraux, l enjeu est d offrir sur l ensemble de la région une réponse (aux patients, aux familles et 12

13 SROMS Personnes âgées aux professionnels) lisible, réactive, globale et coordonnée à la prise en charge des personnes. Par ailleurs, il convient de formaliser les modalités de prise en charge des patients accueillies dans les centres hospitaliers, les établissements d hébergement des personnes âgées dépendantes (EHPAD), les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) les services de soins de suite et de réadaptation (SSR) et l hospitalisation à domicile (HAD) par des conventions. Objectif opérationnel Apporter aux familles et aux professionnels une information et une plus grande lisibilité sur l ensemble des dispositifs à l échelle du département en renforçant l information partagée entre la coordination gérontologique du Département, CLIC, réseaux de santé gérontologiques, structures sanitaires et médico-sociales. Action 1 : Participer à toute action de communication ou d information (par exemple mise en place d un numéro téléphonique à 3 chiffres). Action 2 : Accompagner les actions développées par les conseils généraux. Action 3 : Participer aux comités de suivi de la coordination gérontologique dans les départements où ils existent. Etre en capacité d offrir sur l ensemble de la région une prise en charge coordonnée. Action 1 : Revoir l organisation territoriale et fonctionnelle actuelle des réseaux gérontologiques afin de couvrir les zones ne disposant pas de réseau. Action 2 : Mutualiser les moyens d information, de coordination et d articulation entre les structures sanitaires et médico-sociales (Réseaux gérontologiques, CLIC, Conseil Généraux, établissements, MAIA ). Mettre en place des conventions de prise en charge entre les centres hospitaliers, les SSR, les HAD avec les EHPAD et les SSIAD/SAAD. Action 1 : Proposer des conventions de prise en charge entre établissements et services. Action 2 : Réunir de manière trimestrielle CH, EHPAD, SSIAD/SAAD suivant la zone géographique concernée pour identifier les difficultés rencontrées par chacune des institutions. Accompagner le développement de plateforme territoriale de service (structure proposant: hébergement permanent et temporaire, accueil de jour, halte répit, SSIAD, SAD, familles d accueil CLIC/RSG MAIA). Action 1 : Identifier les plateformes de service existantes par territoires et leur mode de fonctionnement en lien avec les conseils généraux. 13

14 Action 2 : Diffuser les modes de fonctionnement les plus opératoires. Faciliter les démarches des familles, lors de la recherche d une place en établissement Action 1 : Participer à une démarche de dossier de pré-inscription commun par territoire. Action 2 : Utiliser le dossier médico-administratif issu de «Trajectoires» pour les personnes âgées sortant de SSR cherchant une place en EHPAD. Action 3 : Recueillir l information sur les places disponibles. Financement CNSA Indicateurs de suivi Taux de couverture géographique bénéficiant d une prise en charge coordonnée Nombre de conventions signées entre CH EHPAD SSIAD Nombre d EHPAD utilisant un dossier de pré- inscription commun 14

15 SROMS Personnes âgées Les dispositifs de répit Domaine stratégique Vieillissement Priorités L aide aux aidants Les maladies neuro-dégénératives Objectifs généraux du PSRS PRIORITÉS L aide aux aidants Les maladies neuro-dégénératives OBJECTIFS GENERAUX Créer et accompagner des dispositifs et lieux de répit adaptés indispensables pour les familles et les structures. Développer la prise en charge dans le cadre de filières identifiées et notamment : développer les accueils de jours spécifiques et les hébergements temporaires, installer les unités spécifiques Alzheimer (UHR, PASA, MAIA). Contexte et enjeux Les structures de répit (accueil de jour et hébergement temporaire) doivent offrir les moyens de garantir une qualité de vie à domicile permettant, lorsque c est le souhait des personnes et de leur entourage, de prolonger le maintien à domicile. Les taux d occupation des accueils de jour sont très faibles et les hébergements temporaires sont détournés de leur finalité. Concernant l hébergement temporaire, une ambiguïté existe lors de l évaluation quantitative de ce secteur d activité. En effet, il peut-être dénombré des places installées au titre de l hébergement temporaire, mais cette activité d accueil temporaire peut aussi être réalisée sur les autres places de l établissement, indépendamment de celles installées au titre de l hébergement temporaire. Souvent, l hébergement temporaire apparaît comme un dispositif trop calqué sur l hébergement permanent. Quant au dispositif d accueil de jour, la circulaire du 25 février 2010 définit les modalités de mise en œuvre à appliquer. Les structures d accueil temporaire doivent développer une démarche d encadrement des personnes âgées mais également d accompagnement des aidants. Par ailleurs, une des conséquences majeures de la maladie d Alzheimer et des maladies apparentées est souvent pour les aidants, une perturbation de leur vie quotidienne, une souffrance psychologique et une dégradation de leur état de santé. De nombreux travaux ont montré que les aidants de patients déments sont plus sévèrement atteints que les patients atteints de pathologies autres. 15

16 Les conséquences pour l aidant sont multiples: troubles dépressifs, troubles du sommeil, anxiété ; différentes études insistent sur l importance de maintenir le lien aidant-aidé tout en prenant en charge particulièrement plus spécifiquement l aidant. Objectif opérationnel Revoir les capacités minimales des accueils de jour fixées à 6 places lorsque l accueil de jour est adossé à un EHPAD et dix places pour un accueil de jour autonome, sans exclure des modes de fonctionnement mutualisés déployés sur plusieurs sites territorialisés et/ou itinérants dans le respect du décret à venir. Action 1 : Effectuer un inventaire de l existant. Action 2 : Solliciter les promoteurs sur leur intention (cession, extension regroupement). Action 3 : Révision de l ensemble des autorisations dont les capacités sont inférieures aux seuils énoncés ci-dessus. Action 4 : Définir des zones de territorialisation des accueils de jour. Action 5 : Délivrer de nouvelles autorisations aux établissements présentant un projet de prise en charge en accueil de jour incluant les modalités de transport avec un fonctionnement en réseau. Inciter les établissements proposant un accueil de jour à organiser le transport. Action 1 : Identifier les établissements ne proposant pas de transport. Action 2 : Demander à ces établissements d organiser un transport dans un délai de 6 mois. Apporter une visibilité des structures de répit (AJ+HT). Action 1 : Faire des structures d accueil temporaires un outil des réseaux. Action 2 : Informer les services sociaux des centres hospitaliers des possibilités d hébergement temporaires. Structurer les hébergements temporaires pour leur permettre d offrir un hébergement dans les 24h en cas d hospitalisation de l aidant. Action 1 : revoir les projets des structures offrant un hébergement temporaire. Action 2 : définir des modalités d admission souples et rapides. 16

17 SROMS Personnes âgées Accompagner les aidants dans leur séparation avec les personnes malades. Action : revoir les projets des structures offrant un hébergement temporaire ou un accueil de jour avec des objectifs qualitatifs. Centraliser l information sur les places disponibles en accueil de jour et en hébergement temporaire. Action : mettre en place un outil de centralisation des places. Favoriser les dispositifs expérimentaux de type garde itinérante de nuit ou accueil de nuit par notamment la création de Services Polyvalents d Accueil et de Soins à Domicile (SPASAD) en lien étroit avec l EHPAD de proximité. Action : Faciliter la création des projets. Expérimenter les dispositifs de halte répit (accueil en EHPAD de 2 à 6 heures dans la journée). Action 1 : Définir un cahier des charges régional concerté avec les quatre départements. Action 2 : Effectuer une déclinaison territoriale de ce dispositif expérimental. Favoriser le développement des plateformes de répit. Action : Aider les porteurs de projet à mettre en pace ce nouveau dispositif en s appuyant notamment sur les projets déjà existants. Financement CNSA PRIAC Indicateurs de suivi Taux d occupation des accueils de jour Taux de structure d accueil de jour ayant des capacités inférieures au seuil Taux d occupation des hébergements temporaire Délais moyen d accès à un hébergement temporaire et accueil de jour Nombre de plateformes de répit 17

18 Les services de soins infirmiers à domicile et les services d aide à domicile Domaine stratégique Vieillissement Priorité L accompagnement de la perte d autonomie en respectant les choix de la personne âgée pour son lieu de vie. Objectif général du PSRS Permettre, dans une recherche constante d adéquation entre liberté du citoyen et protection de la personne, à chaque personne âgée de rester acteur de sa vie et de respecter son projet de vie en fonction de son désir et de sa sécurité ; lui donner les possibilités: de pouvoir bénéficier des services d un SSIAD et des accompagnements spécialisés, notamment en fin de vie. Réduire les écarts intra-régionaux en matière d équipement, en synergie avec un maillage territorial adapté de l offre sanitaire. Contexte et enjeux Le service de soins infirmiers à domicile est un des pivots du maintien à domicile. Il représente la part la plus formalisée de l organisation coordonnée de l offre ambulatoire en faveur des personnes âgées. Il doit, lorsque les prises en charge le nécessitent intervenir 7 jours sur 7. Il convient de poursuivre la poursuite de création des places de SSIAD en prenant en compte la nécessité de réduction des écarts régionaux. Objectifs opérationnels Permettre au territoire de la Charente d atteindre le niveau d équipement régional. Action : Créer les 100 prochaines places de SSIAD sur le territoire de santé de la Charente. Permettre à chaque territoire de se maintenir au taux d équipement régional en tenant compte des zones sous, peu, ou moyennement dotées en infirmières libérales. Action : Lancer les appels à projet sur des zones géographiques sous dotées ou moyennement dotées en infirmières libérales (IDEL). 18

19 SROMS Personnes âgées Promouvoir la mutualisation des SSIAD, des SAAD pour les frais de gestion et apporter une complémentarité dans la prise des personnes âgées en perte d autonomie. Action : Limiter l intervention à un ou deux SSIAD sur une même aire géographique. Définir une organisation territoriale des SSIAD à partir du diagnostic des ressources réalisées par territoires de proximité au sein des conférences de territoire. Action : Limiter l intervention à un ou deux SSIAD sur une même aire géographique. Elargir le cadre des prestations des SSIAD, pour permettre des couchers tardifs, un troisième passage en journée, des interventions sept jours sur sept. Action 1 : Apporter plus de souplesse dans l organisation des interventions effectuées de chaque SSIAD en fonction des moyens disponibles et en adéquation aux besoins de soins de la personne âgée, dans le respect de son rythme et de son cadre de vie. Action 2 : Rechercher la coordination avec les services d aide et d accompagnement à domicile de jour et de nuit (garde itinérante) pour une prise en charge optimale. Développer l articulation entre les centres hospitaliers et les SSIAD et des services d aide à domicile (SAD). Action 1 : Rédaction de conventions relatives à l admission dans les centres hospitaliers et au retour à domicile avec prise en charge par un SSIAD. Action 2 : Formaliser les relations entre HAD et SSIAD sous forme de conventionnement et de partenariat. Avoir une meilleure connaissance de la population prise en charge en SSIAD. Action 1 : Effectuer des coupes d évaluation de dépendance. Action 2 : Déterminer les conditions de vie des personnes prises en charge (bilan annuel statistique à définir). Effectuer un suivi mensuel des listes d attente. Action : Transmettre le nombre de personne en attente à une adresse mail dédiée. 19

20 Accompagner les SSIAD dans le cadre de la réforme de la tarification Financement CNSA Indicateurs de suivi Evolution du taux d équipement par territoire Evolution du taux d installation d IDEL par territoire Nombre de conventionnement SSIAD HAD Nombre de projets mutualisant l intervention des SSIAD et des SAAD Nombre de projets intégrant l offre de coucher tardif 20

SCHÉMA RÉGIONAL D'ORGANISATION MÉDICO-SOCIALE PERSONNES AGÉES

SCHÉMA RÉGIONAL D'ORGANISATION MÉDICO-SOCIALE PERSONNES AGÉES SCHÉMA RÉGIONAL D'ORGANISATION MÉDICO-SOCIALE PERSONNES AGÉES Révision 2014 1 L'aide aux aidants... 3 Le lieu de vie... 5 Les maladies neuro-dégénératives... 9 La coordination gérontologique... 12 Les

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES

LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES Profil de la population âgée en Corse Un vieillissement démographique plus important qu

Plus en détail

Déploiement du plan Alzheimer en Haute-Normandie

Déploiement du plan Alzheimer en Haute-Normandie en Haute-Normandie Oissel - 21/09/2012 Contexte : plan Alzheimer 2008-2012 Trois axes prioritaires, 44 mesures portant sur : l amélioration de la qualité de vie des malades et des aidants, la recherche,

Plus en détail

Bilan Plan Alzheimer Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014

Bilan Plan Alzheimer Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014 Bilan Plan Alzheimer 2008-2012 Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014 Mesure 1a - Accueil de jour Offre de répit pour l aidant, à visée thérapeutique pour le malade, l accueil de jour à vocation à

Plus en détail

Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile

Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile Renouveler l organisation des SSIAD et faire évoluer leurs pratiques : un des enjeux du maintien à domicile

Plus en détail

Nouveau Schéma Départemental d'organisation Social et Médico-sociale Autonomie

Nouveau Schéma Départemental d'organisation Social et Médico-sociale Autonomie Nouveau Schéma Départemental d'organisation Social et Médico-sociale Autonomie2017-2021 Démarche et méthodologie Une démarche participative en plusieurs étapes programmées sur l année 2016 : la réalisation

Plus en détail

L hôpital Villiers Saint Denis

L hôpital Villiers Saint Denis L hôpital Villiers Saint Denis Etablissement de Santé Publique d Intérêt Collectif qui dépend d une Fondation hospitalière «La Renaissance Sanitaire» qui gère 2 établissements SSR : L hôpital Villiers

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE. Janvier 2014

PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE. Janvier 2014 PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE Janvier 2014 Sommaire 1. Le territoire de La Mayenne retenu pour le prototype 2. Le schéma global du prototype «Parcours des aînés» 3. La coordination

Plus en détail

Travail d animation territoriale des pilotes MAIA

Travail d animation territoriale des pilotes MAIA Travail d animation territoriale des pilotes MAIA Lucie ALVES Pilote MAIA sud 79/Directrice Association Gérontologique sud Deux-Sèvres Historique des dispositifs MAIA en Deux-Sèvres Août 2011-oct 2014

Plus en détail

L offre dans le Var et ses évolutions récentes. Mme Lydie RENARD Directrice adjointe de la direction de l'offre médico-sociale ARS PACA

L offre dans le Var et ses évolutions récentes. Mme Lydie RENARD Directrice adjointe de la direction de l'offre médico-sociale ARS PACA L offre dans le Var et ses évolutions récentes Mme Lydie RENARD Directrice adjointe de la direction de l'offre médico-sociale ARS PACA L offre en EHPAD dans le Var Taux d équipement inférieur à la moyenne

Plus en détail

ARDÈCHE AUBENAS. Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial

ARDÈCHE AUBENAS. Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial AUBENAS Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial ARDÈCHE MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTÉGRATION DES MALADES ALZHEIMER L objectif des maisons pour l autonomie

Plus en détail

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer La mise en œuvre du plan Alzheimer dans la région Le diagnostic

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Carole PIERRE dans l Yonne Le PRS et les parcours : enjeux et mise

Plus en détail

Le dispositif MAIA 31 et la gestion de cas. 29 avril

Le dispositif MAIA 31 et la gestion de cas. 29 avril Le dispositif MAIA 31 et la gestion de cas 31 29 avril 2016 1 Contexte Général des MAIA Une politique nationale (plan Alzheimer 2008-2012) Financement Convention entre l ARS et le «porteur» du projet (

Plus en détail

PAERPA. Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie ****

PAERPA. Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie **** PAERPA Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie **** 9 ème 10 ème 19 ème arrondissements de Paris Un territoire face au défi du vieillissement de sa population Ateliers PAERPA ARS DT 75 avril 2014

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

PROJET DE SERVICE SSIAD - ESA

PROJET DE SERVICE SSIAD - ESA PROJET DE SERVICE 2014-2018 SSIAD - ESA Résidence «Les Tilleuls» Synthèse PRESENTATION DE LA RÉSIDENCE «LES TILLEULS» D ORAISON Historique La ville d'oraison se situe dans les Alpes de Haute Provence,

Plus en détail

Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU)

Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU) SIGLE Pôle Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU) 10 ème Journée Départementale de la Gérontologie 14 novembre 2014 Feytiat (87) Philippe VERGER Directeur de la politique gérontologique CHU de

Plus en détail

Coordonnateur de services à la personne

Coordonnateur de services à la personne Coordonnateur de services à la personne D où peuvent-ils venir? Assistant de service social Conseiller en économie sociale familiale (CESF) Educateur de jeunes enfants Responsable de secteur (services

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE

CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE 1- Contexte et enjeux des Plateformes Territoriales d Appui (PTA) La loi n 2016-41 du 26 janvier 2016 de

Plus en détail

Mieux connaître les déclinaisons du Plan Alzheimer en Franche-Comté

Mieux connaître les déclinaisons du Plan Alzheimer en Franche-Comté Mieux connaître les déclinaisons du Plan Alzheimer 2008-2012 en Franche-Comté Le Parcours des personnes malades d Alzheimer et de leurs proches aidants Quelques données! Malade Aidant Parcours personnalisé

Plus en détail

Centre Hospitalier du Mans

Centre Hospitalier du Mans Centre Hospitalier du Mans Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : l offre de soins gériatriques du Centre Hospitalier du Mans PROFESSIONNELS DE SANTE Centre Hospitalier du Mans O ff r e de soins

Plus en détail

Préservation de l autonomie. Bien vieillir en équilibre

Préservation de l autonomie. Bien vieillir en équilibre Cahier des charges Préservation de l autonomie Bien vieillir en équilibre Eléments de contexte : L Assurance Retraite accompagne les salariés tout au long de leur vie. L accompagnement personnalisé des

Plus en détail

La Châtaigneraie. Le Lys. Livret d accueil. Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés

La Châtaigneraie. Le Lys. Livret d accueil. Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés La Châtaigneraie Livret d accueil Le Lys Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés 1 HISTORIQUE Pour répondre à une demande locale de plus en plus importante,

Plus en détail

Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper. EPSM Etienne Gourmelen Quimper

Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper. EPSM Etienne Gourmelen Quimper Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper EPSM Etienne Gourmelen Quimper Les hôpitaux de jour L hôpital de jour, pour qui? Hôpital de jour «L Estran» - Concarneau Toute

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Objet de la demande. Auteur de la demande (gestionnaire) Lieu d implantation. Année de financement : Nom et fonction de l instructeur

Objet de la demande. Auteur de la demande (gestionnaire) Lieu d implantation. Année de financement : Nom et fonction de l instructeur Objet de la demande Auteur de la demande (gestionnaire) Lieu d implantation Année de financement : Nom et fonction de l instructeur Conclusion de l instructeur ARS/DOMS/Grille d instruction sur dossier

Plus en détail

Réunion de lancement du 22 avril 2014 SCHÉMA DÉPARTEMENTAL. Personnes âgées Personnes en situation de handicap

Réunion de lancement du 22 avril 2014 SCHÉMA DÉPARTEMENTAL. Personnes âgées Personnes en situation de handicap Réunion de lancement du 22 avril 2014 SCHÉMA DÉPARTEMENTAL Personnes âgées Personnes en situation de handicap SCHÉMA DÉPARTEMENTAL Personnes âgées et Personnes en situation de handicap SCHÉMA DÉPARTEMENTAL

Plus en détail

LE PLAN ALZHEIMER EN REGION AUVERGNE

LE PLAN ALZHEIMER EN REGION AUVERGNE LE PLAN ALZHEIMER 2008-2012 EN REGION AUVERGNE Direction de l Offre Médico-Sociale et de l Autonomie 1 Quelques données épidémiologiques Actuellement en Auvergne : 9 808 personnes atteintes de la maladie

Plus en détail

ARS et MAIA DIU des Gestionnaires de cas MAIA Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne

ARS et MAIA DIU des Gestionnaires de cas MAIA Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne ARS et MAIA DIU des Gestionnaires de cas MAIA Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne 09/01/15 Plan Qu est-ce que l'ars? le PRS? Politique régionale bretonne de déploiement des MAIA, Accompagnement

Plus en détail

ARS et MAIA. DIU des Gestionnaires de cas MAIA. Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne

ARS et MAIA. DIU des Gestionnaires de cas MAIA. Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne ARS et MAIA DIU des Gestionnaires de cas MAIA Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne 04/02/16 Plan Qu est-ce que l'ars?, le PRS? La thématique des personnes âgées? Politique régionale bretonne de

Plus en détail

BILAN DU SCHÉMA DÉPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PERSONNES ÂGEES DÉPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE

BILAN DU SCHÉMA DÉPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PERSONNES ÂGEES DÉPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE BILAN DU SCHÉMA DÉPARTEMENTAL 2014-2015 EN FAVEUR DES PERSONNES ÂGEES DÉPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE 1 Schéma départemental 2014-2015 Considéré comme un avenant au schéma 2009-2013: Un approfondissement

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 2 : Développer l offre médico-sociale en établissements et en services de soins et de bien-être et d écoute adaptée Organiser le

Plus en détail

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014.

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Basse-Normandie Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Situation en Basse Normandie dans le cadre de la circulaire n DGOS/R4/2013/398 du 4 décembre 2013 relative au positionnement

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE. Sous direction de l autonomie des personnes handicapées et des personnes âgées

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE. Sous direction de l autonomie des personnes handicapées et des personnes âgées DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Sous direction de l autonomie des personnes handicapées et des personnes âgées 1 Sommaire 1. Le contexte expérimentation des SPASAD «intégrés» 2. Les textes d

Plus en détail

Adeline MASSE & Jean-Guillaume LAVIELLE Module de Géronto-Psychomotricité

Adeline MASSE & Jean-Guillaume LAVIELLE Module de Géronto-Psychomotricité Adeline MASSE & Jean-Guillaume LAVIELLE Module de Géronto-Psychomotricité Dans quels objectifs Accès à un diagnostic de qualité Anticiper et gérer les situations de crise Assurer la continuité des soins

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du guichet intégré dans le cadre du dispositif de la MAIA de Saint-Quentin. La structure :... Représentée par :..

Objet : Mise en œuvre du guichet intégré dans le cadre du dispositif de la MAIA de Saint-Quentin. La structure :... Représentée par :.. Objet : Mise en œuvre du guichet intégré dans le cadre du dispositif de la MAIA de Saint-Quentin Entre les soussignés : La structure :... Adresse : Représentée par :.. D une part, Et L Association Temps

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

Le Projet pour les Personnes Agées En. d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux. Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine

Le Projet pour les Personnes Agées En. d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux. Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine Le Projet pour les Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine Les enjeux de l autonomie : o Près de 20 000 personnes

Plus en détail

Missions et perspectives de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA)

Missions et perspectives de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA) Missions et perspectives de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA) La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA) est un nouvel établissement public administratif, créé par

Plus en détail

~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE

~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE ~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE ~ 155 ~ 4.8 Soins de longue durée Les missions, les modalités de prise en charge, et les moyens de fonctionnement des unités de soins de longue durée (USLD) sont précisés

Plus en détail

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile 15 décembre 2016 Santélys Association Association loi 1901 reconnue d utilité publique créée en 1900 Santé

Plus en détail

Première table De concertation tactique

Première table De concertation tactique Première table De concertation tactique 09 décembre 2011 Territoire du Clic de Gien Porté par le Clic du Val d Or, Hôpital de Sully sur Loire et Agé-Clic Le dispositif national La MAIA de l Est du Loiret

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Promotion de l activité physique par le biais de projets mutualisés entre établissements et services médico-sociaux accompagnant des personnes âgées

Promotion de l activité physique par le biais de projets mutualisés entre établissements et services médico-sociaux accompagnant des personnes âgées Promotion de l activité physique par le biais de projets mutualisés entre établissements et services médico-sociaux accompagnant des Cahier des charges 2017 CONTEXTE Cet appel à candidatures s inscrit

Plus en détail

Avenir GEronto Santé.Hélio PROJET ASSOCIATIF. AGES.Hélio - Projet Associatif -- MAJ 30 juin

Avenir GEronto Santé.Hélio PROJET ASSOCIATIF. AGES.Hélio - Projet Associatif -- MAJ 30 juin 2012 Avenir GEronto Santé.Hélio PROJET ASSOCIATIF Mise à jour 30 juin 2014 MAJ 30 juin 2014 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS... 3 LES HÉRITAGES DE L HISTOIRE... 4 LA RÉFÉRENCE À DES VALEURS PARTAGÉES... 6 L IDENTITÉ

Plus en détail

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes Introduction Bénéfice pour les HdJ du développement important des AcJ (Plans

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT D ETABLISSEMENT 2014-2018 Ce projet a pour vocation de définir les objectifs de l établissement dans le respect des orientations du Schéma Régional d Organisation Sanitaire, du Programme Régional de Santé

Plus en détail

Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord

Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord PREAMBULE Une filière gériatrique et gérontologique est organisée entre les structures sanitaires et médicosociales, sociales,

Plus en détail

Tableau des différents services spécifiques pour les proches Aidants

Tableau des différents services spécifiques pour les proches Aidants Tableau des différents services spécifiques pour les proches Aidants Types de services Présentation Aspects réglementaires Tutelles Prises en charge Services réglementés pérennes La garde itinérante de

Plus en détail

Présentation de la Maison Loire Autonomie

Présentation de la Maison Loire Autonomie L u n d i 8 o c t o b r e 2 0 1 2 dossier de presse Présentation de la Maison Loire Autonomie par Bernard BONNE, président du Conseil général et Claude BOURDELLE, vice-président du Conseil général chargé

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES «Continuité des soins la nuit en EHPAD» Cahier des charges

APPEL A CANDIDATURES «Continuité des soins la nuit en EHPAD» Cahier des charges Direction de l Autonomie Réf. à rappeler: Continuité des soins en EHPAD la nuit Affaire suivie par : Héloïse LAPLUME / Jean-Philippe FLOUZAT Courriel : ARS-IDF-PERSONNES-AGEES@ars.sante.fr Tel : 01 44

Plus en détail

Dépendance. Situation Actuelle

Dépendance. Situation Actuelle Dépendance Situation Actuelle Démographie En France, la population âgée représente aujourd hui 14,1 millions de personnes de plus de 60 ans et 1,5 million de plus de 85 ans. Sous l effet du vieillissement

Plus en détail

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 Article 69 I. Le code de la santé publique est ainsi modifié : 1 La première

Plus en détail

Descriptif du projet PREAMBULE

Descriptif du projet PREAMBULE ANNEXE 1 : CAHIER DES CHARGES Appel à projets n 2015-PA-46-01 de la compétence conjointe ARS Midi-Pyrénées / Département du Lot Descriptif du projet NATURE PUBLIC TERRITOIRE CAPACITE Accueil de jour Personnes

Plus en détail

Communiqué de presse. Accompagnement des malades Alzheimer et de leurs aidants : l activité des structures d accueil en 2013

Communiqué de presse. Accompagnement des malades Alzheimer et de leurs aidants : l activité des structures d accueil en 2013 Communiqué de presse Paris, le 18 décembre 2014 Accompagnement des malades Alzheimer et de leurs aidants : l activité des structures d accueil en 2013 La Direction générale de la cohésion sociale (DGCS)

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

2013/2017 EPSM DES FLANDRES

2013/2017 EPSM DES FLANDRES 2013/2017 EPSM DES FLANDRES L e projet d établissement est l acte politique majeur d un établissement de santé car il fixe ses axes de développement pour les 5 années à venir. Le nouveau projet d établissement

Plus en détail

Partenaires associés :

Partenaires associés : Partenaires associés : 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès aux soins...3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local

Plus en détail

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Sixième atelier Référentiel des missions MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Porté par le Clic du Val d Or, Hôpital de Sully sur Loire, Agé-Clic et l Orpadam Clic Rappel sur les trois outils du guichet

Plus en détail

Un territoire face au défi du vieillissement de sa population

Un territoire face au défi du vieillissement de sa population Le 19 décembre 2013 Un territoire face au défi du vieillissement de sa population Lancement du projet PAERPA sur le territoire 9ème-10ème-19ème arrondissements de Paris Claude Evin Directeur général de

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Corse renseigner? Agence Régionale de Santé Corse Maj- 01/09/2016

de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Corse renseigner? Agence Régionale de Santé Corse Maj- 01/09/2016 de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Corse Où renseigner Agence Régionale de Santé Corse Maj- 01/09/2016 LES STRUCTURES DE REPIT Accueil de jour (AJ) Les structures d AJ permettent à des personnes

Plus en détail

ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique

ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique Expérience du Réseau VISage Une organisation intégrée dans le champ de la gériatrie Dr Anne-Marie AMMEUX- Mme Véronique CURT Genèse de l intégration sur le territoire

Plus en détail

Livret d accueil. Equipe Spécialisée Alzheimer GER-DOC 19 - version 2 du 14/11/2013 / (21/08/2014)

Livret d accueil. Equipe Spécialisée Alzheimer GER-DOC 19 - version 2 du 14/11/2013 / (21/08/2014) Livret d accueil Equipe Spécialisée Alzheimer 02.43.08.28.42 esa@ch-mayenne.fr Page 1 sur 16 Madame, Monsieur, Dans le cadre du plan national Alzheimer 2008/2012, l Agence Régionale de Santé des Pays de

Plus en détail

Géronto psychiatrie et EHPAD Besoins, Constats et Orientations

Géronto psychiatrie et EHPAD Besoins, Constats et Orientations Besoins, Constats et Orientations Réunion EHPAD 15 Février 2011 - CH de Perpignan Dr Farhad ENTEZAM ARS LR, DT PO Plan Besoins et Contexte Travaux menés depuis fin 2008 Constats Quelques Orientations et

Plus en détail

Maladies neuro-dégénératives : la Bretagne organise les 1 res Assises régionales

Maladies neuro-dégénératives : la Bretagne organise les 1 res Assises régionales DOSSIER DE PRESSE Mercredi 12 octobre 2016 Maladies neuro-dégénératives : la Bretagne organise les 1 res Assises régionales Lancé en 2014, le Plan maladies neuro dégénératives 2014 / 2019 prévoit l'organisation

Plus en détail

Parcours de santé Expérimentations et outils promus par l Agence Régionale de Santé

Parcours de santé Expérimentations et outils promus par l Agence Régionale de Santé Parcours de santé Expérimentations et outils promus par l Agence Régionale de Santé Congrès FEHAP 3 octobre 2013 Laurent SAUZE Directeur délégué aux politiques régionales de santé Contexte Cadre «règlementaire»

Plus en détail

Prévention «Ne pas prévoir, c'est déjà gémir» LÉONARD DE VINCI

Prévention «Ne pas prévoir, c'est déjà gémir» LÉONARD DE VINCI Prévention «Ne pas prévoir, c'est déjà gémir» LÉONARD DE VINCI Nous connaissons les grandes tendances de l'évolution démographique de notre société : s davantage de retraités et moins d'actifs, s davantage

Plus en détail

16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA

16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA DOSSIER DE PRESSE 17 décembre 2015 CONTRAT LOCAL DE SANTÉ ARDENNE RIVES DE MEUSE : 16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES Contacts presse Communauté de Communes Ardenne Rives de Meuse

Plus en détail

La filière gériatrique et les réseaux de soins

La filière gériatrique et les réseaux de soins DU de Médecine des Personnes Agées 2011 La filière gériatrique et les réseaux de soins Pr. François PUISIEUX Pôle de Gérontologie, CHRU de LILLE La filière gériatrique Objet de la filière gériatrique :

Plus en détail

Groupement Hospitalier de Territoire de la Haute-Saône FORUM FHF

Groupement Hospitalier de Territoire de la Haute-Saône FORUM FHF Groupement Hospitalier de Territoire de la Haute-Saône FORUM FHF Jeudi 6 octobre 2016 1 Un Groupe Hospitalier préconstitutif du GHT 8 sites géographiques (1233 lits et places) 3 sites sanitaires (546 lits

Plus en détail

Agence régionale de santé

Agence régionale de santé Agence régionale de santé Veille et sécurité sanitaire Journée régionale de formation et d information destinée aux Ehpad Rouen - 18 novembre 2010 Les fondements de la loi HPST Des enjeux de santé publique

Plus en détail

Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017

Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017 Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017 CONTENU Une couverture santé globale... 3 Filieris, un opérateur de santé issu d un régime de protection sociale... 4 L offre de

Plus en détail

MUTUALISATION EN EDUCATION THERAPEUTIQUE Atelier du CCECQA - 25 septembre 2012

MUTUALISATION EN EDUCATION THERAPEUTIQUE Atelier du CCECQA - 25 septembre 2012 MUTUALISATION EN EDUCATION THERAPEUTIQUE Atelier du CCECQA - 25 septembre 2012 PLACE DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LE PROJET REGIONAL DE SANTE Martine Ruello - ARS Aquitaine - Département Prévention

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT 2014-2018 Machecoul Challans St Gilles Croix de Vie Les orientations du projet médical : Organiser et adapter le parcours de soins aux besoins de la personne âgée Améliorer la programmation

Plus en détail

Conseil Général de l Eure

Conseil Général de l Eure Conseil Général de l Eure Bilan et évaluation du schéma départemental en faveur des personnes âgées 2005 2009 et élaboration du schéma 2012 2016 Réunion partenaires 14 mars 2012 1 Présentation du cabinet

Plus en détail

Direction des Etablissements et Services Médico-sociaux. Plan Solidarité Grand Age Bilan d étape au 31/12/2010

Direction des Etablissements et Services Médico-sociaux. Plan Solidarité Grand Age Bilan d étape au 31/12/2010 Direction des Etablissements et Services Médico-sociaux Plan Solidarité Grand Age 2007-2012 Bilan d étape au 31/12/2010 1 INTRODUCTION...4 1. BILAN DU PLAN AU REGARD DES PLACES ET MONTANTS NOTIFIES DE

Plus en détail

Projet régional de santé Orientations stratégiques et schémas. Colloque prise en charge de la douleur 19 Mai 2011

Projet régional de santé Orientations stratégiques et schémas. Colloque prise en charge de la douleur 19 Mai 2011 Projet régional de santé Orientations stratégiques et schémas Colloque prise en charge de la douleur 19 Mai 2011 Le projet régional de santé Plan stratégique régional de santé Schéma de prévention et promotion

Plus en détail

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes).

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). PRIORITE PRS : réduire les inégalités de santé XX/XX/XX SANTE MENTALE La santé mentale est un

Plus en détail

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE L AUTONOMIE

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE L AUTONOMIE Conseil général de la Haute-Vienne SCHEMA DEPARTEMENTAL DE L AUTONOMIE 2015-2019 10ème journée départementale de la gérontologie 14 novembre 2014 Objectifs d un schéma Apprécier la nature, le niveau et

Plus en détail

Déploiement des 8 équipes mobiles AVC / neurologie en Ile de France

Déploiement des 8 équipes mobiles AVC / neurologie en Ile de France Déploiement des 8 équipes mobiles AVC / neurologie en Ile de France Laurence JOSSE Cadre supérieur de rééducation C2R Hôpitaux universitaires St Louis, Lariboisière F. Widal Financement et constitution

Plus en détail

Etudes des besoins de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Vendée

Etudes des besoins de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Vendée MALADIE D ALZHEIMER Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire DDASS et Conseil général de Vendée 29 juin 2006 - LA ROCHE SUR YON Etudes des besoins de prise en charge de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

«Bien vieillir en Haute-Savoie»

«Bien vieillir en Haute-Savoie» ACTION SOCIALE ET SOLIDARITÉ «Bien vieillir en Haute-Savoie» 2013-2017 Bilan à mi-parcours du schéma gérontologique départemental «Le plan d actions «Bien vieillir en Haute-Savoie» 2013-2017 adopté et

Plus en détail

Annexe 1 : Cahier des charges

Annexe 1 : Cahier des charges Annexe 1 : Cahier des charges Offre innovante de répit et de soutien aux aidants par transformation de l offre existante et/ou par création, sur le territoire de parcours de vie et de santé de la personne

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie

Parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie Parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie François GRIMONPREZ Pierre BLAISE Avril 2012 Les enjeux de la prise en charge des personnes en risque de perte d autonomie Démographiques

Plus en détail

Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux

Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux Mission d accompagnement à l élaboration d un Projet de Santé

Plus en détail

FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES Territoire de parcours de vie et de santé d EVREUX -GISORS Momar FAYE Coordonnateur de la Filière de Soins Gériatriques 1 Le territoire de parcours d Evreux Gisors : une seule

Plus en détail

EXPERIMENTATION PAERPA sur le territoire du valenciennoisquercitain

EXPERIMENTATION PAERPA sur le territoire du valenciennoisquercitain EXPERIMENTATION PAERPA sur le territoire du valenciennoisquercitain (Département du Nord) Rencontre nationale des Réseaux de Santé Personnes Agées Le 28 mai 2015 Levallois Perret Intervention des Drs Anne-Sophie

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT A L ATTENTION DES USAGERS

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT A L ATTENTION DES USAGERS REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT A L ATTENTION DES USAGERS Rédaction : C. COLETTE E. AUDOYE Validation : CSIRMT le 05/09/2014 Centre Local d Information et de Coordination Résidence du Touyre Espace Liberté

Plus en détail

Elaboration du schéma départemental de l autonomie

Elaboration du schéma départemental de l autonomie Au sommaire Journal de projet n 2 Juillet 2016 Elaboration du schéma départemental de l autonomie 2016-2020 L édito p.1 Quelques éléments de diagnostic p. 2, 3 et 4 Les groupes de travail p. 5, 6 L édito

Plus en détail

La région Paca. Hautes-Alpes. Vaucluse. Alpes-de-Haute-Provence. Alpes-Maritimes. Bouches-du-Rhône. Var

La région Paca. Hautes-Alpes. Vaucluse. Alpes-de-Haute-Provence. Alpes-Maritimes. Bouches-du-Rhône. Var en bref La région Paca 5 000 000 d habitants 370 établissements de soins 600 établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes 280 établissements hébergeant des personnes handicapées 150 établissements

Plus en détail

Fiche action 1.1 OBJECTIFS MOYENS AXE 1. Création d un réseau d appui et d animation du vivre ensemble à travers nos âges.

Fiche action 1.1 OBJECTIFS MOYENS AXE 1. Création d un réseau d appui et d animation du vivre ensemble à travers nos âges. 1.1 AXE 1 Faciliter les choix de vie de la personne (Vie citoyenne) Création d un réseau d appui et d animation du vivre ensemble à travers nos âges. Transmettre et partager les savoirs et les expériences

Plus en détail

Assemblée générale Réseau Lorraine Urgences 11 avril d organisation sanitaire SROS III

Assemblée générale Réseau Lorraine Urgences 11 avril d organisation sanitaire SROS III Assemblée générale Réseau Lorraine Urgences 11 avril 2006 Schéma régional d organisation sanitaire SROS III Planification et SROS (suite) SROS III : 2006 2011 (SROS arrêté au plus tard le 31/03/06) Circulaire

Plus en détail

Filière management d établissement

Filière management d établissement 5. Filière management d établissement La filière management d établissement garantit la réalisation de trois grands objectifs : conduire et animer le projet d établissement manager une équipe valoriser

Plus en détail

Service de gestion de cas. Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas

Service de gestion de cas. Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas Service de gestion de cas Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas assia.boulajaj@gestiondecas93.org 01 45 09 70 07 32 MAIA locales Contexte régional 2016 : une région pourvue de 32 dispositifs MAIA porteurs

Plus en détail

Inauguration de l accueil de jour pour personnes âgées. «Le temps d une pause» DOSSIER DE PRESSE

Inauguration de l accueil de jour pour personnes âgées. «Le temps d une pause» DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE Inauguration de l accueil de jour pour personnes âgées «Le temps d une pause» Samedi 24 juin à 11h Résidence d Olt - Bâtiment B 182 Impasse du Maréchal de Lattre de Tassigny 46 000 Cahors

Plus en détail

L action de GRA en matière de gérontologie

L action de GRA en matière de gérontologie Direction cohésion sociale / Service gérontologie L action de GRA en matière de gérontologie Journée dépendance du 8 mars 2012 La compétence Gérontologie CONTEXTE: Suite à l Analyse des Besoins sociaux

Plus en détail