L auto prise en charge est présage d une bonne réussite au niveau de la prise en charge et du traitement de sa maladie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L auto prise en charge est présage d une bonne réussite au niveau de la prise en charge et du traitement de sa maladie"

Transcription

1 Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Caroline Côté, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Dr François-Pierre Mongeon, cardiologue Avril 2015

2 Connaître les grands principes de l enseignement au patient et à la famille Comprendre le rôle pivot de l infirmière dans l enseignement au patient Apprendre au patient à identifier ses symptômes Discuter des habitudes de vie Activités physiques Tabac et alcool Médication Identifier des ressources pour le suivi

3 Choisir le bon moment patient doit être réceptif (pas en déni ou en choc par exemple) Valider les connaissances du patient sur sa condition Valider les besoins du patient Construire sur les connaissances du patient Se centrer sur ce qui est important Ne pas donner trop d informations à la fois Adapter ses explications pour que le patient comprenne Utiliser des outils pour faciliter la compréhension/rétention Dépliant, livret, dessin, etc. Impliquer la famille Mentionner les ressources disponibles

4 L auto prise en charge est présage d une bonne réussite au niveau de la prise en charge et du traitement de sa maladie Apporte un sentiment de contrôle, d implication pour le patient dans sa situation de santé Permet de se fixer des objectifs réalistes

5 Enseignement sur la nouvelles médication et les effets indésirables Insister sur importance prise régulière Rx Insister sur importance de ne pas cesser ASA/Plavix/Ticagrelor ou Prasugrel sous aucune considération post stent : aviser md si problème Garder sur soi la liste de sa médication Garder sur soi la bouteille de nitro Éviter la prise de Viagra ou Cialis (pour dysfonction érectile) qui ne fait pas bon ménage avec la nitro Voir si pilulier requis Ne pas doubler la dose si oubli Ne pas augmenter/arrêter ou changer dose sans avis médical Éviter de prendre médicaments en vente libre / produits naturels

6 Reconnaître les signes et symptômes Quoi faire? Si à l effort, cesser l activité et s asseoir Si possible, aviser quelqu un Prendre 1 puff nitro S/L et attendre 5 min Si douleur disparaît, reprendre ses activités (à intensité moindre) Si douleur toujours présente, 2 e puff nitro S/L et attendre 5 min Si persiste, 3 e puff et appeler ambulance Noter la fréquence ou la sévérité

7 L adaptation psychologique implique souvent des deuils ou des pertes Le patient peut demander: «Est-ce que je suis cardiaque maintenant?» Quoi répondre? Éléments essentiels à la réhabilitation: motivation individuelle de la personne degré (capacité) d autonomie personnelle ressources externes disponibles (réseau) bonne gestion des activités et du stress compliance aux traitements prescrits

8 Tabagisme Hypertension artérielle Hypercholestérolémie Diabète Syndrome métabolique Obésité Sédentarité Alcool Stress

9 Expliquer comment bien gérer son stress et préserver son énergie Prendre du temps pour soi Faire des activités qui nous intéressent Ne pas être trop compétitif Ne pas essayer d être parfait Modifier votre routine Dormir suffisamment

10 Renforcer l importance de cesser de fumer Référer à la clinique de cessation tabagique au besoin Renforcer l importance de ne pas consommer d alcool en phase aigüe post infarctus Toxicité myocardique directe risque arythmies Interaction avec médication En rediscuter ensuite avec le médecin

11 Indice de masse corporelle(imc) IMC = Poids(Kg) Taille en mètre 2 Classification du poids/risque pour la santé Tour de taille Homme: plus grand que 102cm Femme: plus grand que 88cm

12 Expliquer l importance de bouger un peu tous les jours -- période de repos Meilleur moment? 90 minutes avant les repas Programme de marche selon votre perception de la difficulté à l effort Ex: Commencer avec 15 min de marche et augmenter de 15 min par semaine jusqu à une heure après un mois Aider le patient à choisir des activités qu il aime

13 Pourquoi? Pour agir précocement et diminuer visites urgence / hospitalisations S ils deviennent fréquents: informer le médecin Voir avec le patient S il sait quand appeler ou se présenter à l hôpital S il reconnaît les symptômes de détérioration clinique Valider ou enseigner les symptômes de détérioration Essoufflement durant plus de 10 min. après l exercice DRS, palpitations, perte connaissance Nausée et vomissement (type indigestion) Transpiration abondante (sueur froide)

14 Facteurs de risque importants Prendre et noter sa PA à domicile (à des heures variées) Mais ça ne doit pas devenir une fixation Suivre sa glycémie Adopter une diète saine (référer à nutritionniste au besoin) Faire de l exercice Contrôler son poids Référer au besoin à la clinique de prévention secondaire du Centre Épic

15 Conduite automobile : Varie selon type interventions et classe de permis Toujours valider avec médecin avant congé Activités sexuelles Représente une activité physique de 4-5 mets La plupart des patients peuvent reprendre sans restriction Adaptation psychologique requise chez certains

16 Remettre dépliant explicatif pour référence future Remettre le dépliant : -- De la clinique de prévention du CENTRE ÉPIC -- GOSPEC (suivi de 3 mois pour l instant) Remettre # téléphone de la clinique ou du médecin pour suivi Réitérer quand consulter de façon urgente Répondre aux questions

Emmanuella Julien, inf. Caroline Côté, inf. Sonia Heppell, IPSC Dr Annie Dore, cardiologue Mars 2015 ICM

Emmanuella Julien, inf. Caroline Côté, inf. Sonia Heppell, IPSC Dr Annie Dore, cardiologue Mars 2015 ICM Emmanuella Julien, inf. Caroline Côté, inf. Sonia Heppell, IPSC Dr Annie Dore, cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître les grands principes de l enseignement au patient et à la famille Comprendre

Plus en détail

Connaitre ses chiffres. lyondellbasell.com

Connaitre ses chiffres. lyondellbasell.com Connaitre ses chiffres 1 Gérer Sa Santé? Connaitre Ses Chiffres! Des numéros et chiffres importants font partie de notre vie au quotidien... Mais connaissez-vous les chiffres liés à votre SANTE? Tension

Plus en détail

MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE

MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 61 MODIFICATIONS DES HABITUDES DE VIE Certaines

Plus en détail

La vie, l amour et votre coeur

La vie, l amour et votre coeur Ce livret est destiné aux personnes qui veulent en apprendre davantage sur l activité sexuelle et les maladies du cœur. 2 Table des matières Page Ce que vous pourriez ressentir... 1 Parlez-en à votre partenaire...

Plus en détail

Programme de prévention et de gestion de la Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique (MPOC)

Programme de prévention et de gestion de la Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique (MPOC) ACTION-SANTÉ : CENTRE DE GESTION DES MALADIES CHRONIQUES DU CLSC DE VERDUN Programme de prévention et de gestion de la Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique (MPOC) Par: Marie-Christine Duchesne, Nutritionniste

Plus en détail

INFOS PATIENTS FICHE PATIENT MÉTHADONE ANTALGIQUE

INFOS PATIENTS FICHE PATIENT MÉTHADONE ANTALGIQUE INFOS PATIENTS FICHE PATIENT MÉTHADONE ANTALGIQUE Madame, Monsieur, Votre médecin vous a prescrit de la méthadone. L objectif de ce traitement est de lutter contre la douleur entraînée par votre cancer.

Plus en détail

SYMPOSIUM CHIRURGIE BARIATRIQUE PRÉ-OPÉRATOIRE

SYMPOSIUM CHIRURGIE BARIATRIQUE PRÉ-OPÉRATOIRE SYMPOSIUM CHIRURGIE BARIATRIQUE PRÉ-OPÉRATOIRE Investigation pré-opératoire Présentée par Annick Dallaire et Ann Bilodeau Infirmières cliniciennes Objectif de la présentation Décrire le déroulement de

Plus en détail

PRESSER LE PAS. Un partenariat, pourquoi pas!

PRESSER LE PAS. Un partenariat, pourquoi pas! PRESSER LE PAS Un partenariat, pourquoi pas! Novembre 2010 par Dr. Tri Minh Tran Lise Langlois, CSSSAB Réal Bérubé, La Fromagerie La Vache à Maillotte La Sarre Plan de présentation Historique Nos services

Plus en détail

SPORT ET CANCER. Yves RINALDI Hôpital Européen Marseille

SPORT ET CANCER. Yves RINALDI Hôpital Européen Marseille SPORT ET CANCER Yves RINALDI Hôpital Européen Marseille Objectifs pédagogiques Bénéfice du sport sur le risque de survenue d un cancer Quels sports ou activité physique adaptée recommander? Bénéfice de

Plus en détail

Prendre le pouls de l AVC et de la fibrillation

Prendre le pouls de l AVC et de la fibrillation Prendre le pouls de l AVC et de la fibrillation auriculaire Comment éviter un AVC par la prise en charge de la fibrillation auriculaire (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire

Plus en détail

Education thérapeutique après un infarctus du myocarde

Education thérapeutique après un infarctus du myocarde UNITE DE PREVENTION SECONDAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DANS LES LANDES Expérience d une équipe soignante dans les Landes Education thérapeutique après un infarctus du myocarde UNITE DE PREVENTION

Plus en détail

Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire

Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire Livret d informations Etre soigné, c est aussi être informé Code : 403952 Les principaux facteurs de risque cardio-vasculaire Pôle Cardio-Vasculaire et Métabolique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D'HYPERTENSION ARTÉRIELLE, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE - ORGANISATION DES SOINS

LA PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D'HYPERTENSION ARTÉRIELLE, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE - ORGANISATION DES SOINS LA PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D'HYPERTENSION ARTÉRIELLE, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE - ORGANISATION DES SOINS Lyne Cloutier, inf. Ph.D. UQTR Lorraine Fortin, inf. GMF des Etchemins

Plus en détail

BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA

BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA 2009 BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA 1 Café scientifique IRCM, 12 mars 2012 Le tueur silencieux. Mon stress? Mon poids? Mon alimentation? Ma consommation d alcool? Mon activité physique?

Plus en détail

LE RÔLE DES PHARMACIENS COMMUNAUTAIRES DANS LA PRÉVENTION DES MALADIES

LE RÔLE DES PHARMACIENS COMMUNAUTAIRES DANS LA PRÉVENTION DES MALADIES LE RÔLE DES PHARMACIENS COMMUNAUTAIRES DANS LA PRÉVENTION DES MALADIES Madame Fréchette, Tel que vous avez été informé(e) la dernière, vous êtes invité(e) à répondre à un questionnaire sur les perceptions

Plus en détail

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES

PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES PASSEPORT SANTÉ RISQUES CARDIO-VASCULAIRES NOM :.................................................................................... Prénom :.................................................................................

Plus en détail

CŒUR et ACTIVITE PHYSIQUE. Dr Gaëlle VERDIER-JOUBERT - cardiologue - Réadaptation cardiaque Clinique de la Miséricorde

CŒUR et ACTIVITE PHYSIQUE. Dr Gaëlle VERDIER-JOUBERT - cardiologue - Réadaptation cardiaque Clinique de la Miséricorde CŒUR et ACTIVITE PHYSIQUE Dr Gaëlle VERDIER-JOUBERT - cardiologue - Réadaptation cardiaque Clinique de la Miséricorde définitions Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans

Plus en détail

VERS SA Santé. Collaboration interdisciplinaire en gestion des maladies chroniques. Martine Gagnon, inf.bsc ASI

VERS SA Santé. Collaboration interdisciplinaire en gestion des maladies chroniques. Martine Gagnon, inf.bsc ASI VERS SA Santé Collaboration interdisciplinaire en gestion des maladies chroniques Martine Gagnon, inf.bsc ASI Chargée de projet Approche globale de gestion des maladies chroniques CSSS de Gatineau Colloque

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC 1 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Qu est-ce que l on entend par AVC? 4 Que se passe-t-il quand on fait un AVC?

Plus en détail

Hypertension. Objet. But/Objectif. Instructions. Dépistage et investigation

Hypertension. Objet. But/Objectif. Instructions. Dépistage et investigation Objet Instructions pour identifier les clients dont la tension artérielle est élevée dans le cadre de l examen médical aux fins de l immigration (EMI). But/Objectif Les présentes instructions visent à

Plus en détail

POUR MON CŒUR, LE TEMPS EST COMPTÉ PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE JE M Y METS, JE M Y TIENS.

POUR MON CŒUR, LE TEMPS EST COMPTÉ PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE JE M Y METS, JE M Y TIENS. POUR MON CŒUR, LE TEMPS EST COMPTÉ PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE JE M Y METS, JE M Y TIENS. MALADIES CARDIOVASCULAIRES EN BELGIQUE : LE CONSTAT 1 ÈRE CAUSE DE MORTALITÉ EN EUROPE ET EN BELGIQUE 11.200.000

Plus en détail

Ce document peut être reproduit ou téléchargé pour une utilisation personnelle ou publique à des fins non commerciales, à la condition d en

Ce document peut être reproduit ou téléchargé pour une utilisation personnelle ou publique à des fins non commerciales, à la condition d en DURÉE DES RENCONTRES Le temps alloué pour chacune des rencontres peut varier d un CSSS à l autre. LORS DE CHACUNE DES RENCONTRES INDIVIDUELLES AVEC L UN OU L AUTRE DES INTERVENANTS (30-60 MIN.): Renforcement

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC- DE-COATICOOK

ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC- DE-COATICOOK ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC- DE-COATICOOK ORDONNANCE COLLECTIVE EXERCER UNE SURVEILLANCE CLINIQUE DE MONITORAGE DE LA CONDITION DES USAGERS DONT L ÉTAT DE SANTÉ

Plus en détail

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Vers une mode de vie plus saine Adopting A Healthy Lifestyle

Plus en détail

Règles générales ECOS

Règles générales ECOS Règles générales ECOS À l examen de certification, il y aura 10 stations en tout, dont 2 stations de repos. Pour cette pratique, il y aura un total de 6 stations sans repos. Sur la porte de chaque station,

Plus en détail

ENSEMBLE POUR LA PRÉVENTION ET LA GESTION DE LA MPOC

ENSEMBLE POUR LA PRÉVENTION ET LA GESTION DE LA MPOC Rep é r a g e C o n f i r m a t i o n d i a g n o s t i c ENSEMBLE POUR LA PRÉVENTION ET LA GESTION DE LA MPOC Progra mme Visite 1 1 2 3 4 6 9 12 15 18 24 M é d e c i n d e f a m i ll e I n h a lo t h

Plus en détail

Vivre au quotidien après un

Vivre au quotidien après un Vivre au quotidien après un infarctus du myocarde Après l infarctus du myocarde, une fois rentré chez soi, il est nécessaire d épargner son cœur tout en entretenant sa forme. Je viens d avoir un infarctus

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES PÔLE ABDOMEN ET MÉTABOLISME SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE, DIABÉTOLOGIE ET NUTRITION CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES INTRODUCTION Vous êtes suivi(e)

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous

Plus en détail

MED. 10 DOULEUR THORACIQUE

MED. 10 DOULEUR THORACIQUE MED. 10 DLEUR THORACIQUE DLEUR THORACIQUE PROTOCOLE D'APPRÉCIATION DE LA CONDITION CLINIQUE PRÉHOSPITALIÈRE FRÉQUENCE RESPIRATOIRE < 8/MIN ASSISTER LA VENTILATION APPLIQUER LA TECHNIQUE TECH. 10 (OXYGÈNE

Plus en détail

POUR EN AVOIR LE CŒUR NET

POUR EN AVOIR LE CŒUR NET LES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES : Hypertension, Tabagisme, Cholestérol, Diabète POUR EN AVOIR LE CŒUR NET Testez-vous En partenariat avec En novembre, autour de la journée mondiale du diabète, votre pharmacien

Plus en détail

Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA

Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA Dr C.-A. Reynard, Cardiologue FMH, Sion Mesure de la pression artérielle Position assise. au cabinet Après

Plus en détail

LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE. Commission nationale sport santé

LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE. Commission nationale sport santé LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé LE RISQUE CARDIO VASCULAIRE La survenue brutale d un accident ischémique est une éventualité possible même chez les personnes pratiquant une

Plus en détail

Observatoire du risque cardiovasculaire chez les femmes Février 2006

Observatoire du risque cardiovasculaire chez les femmes Février 2006 Observatoire du risque cardiovasculaire chez les femmes Février 2006 Yves MORVAN Directeur de clientèle 01 55 33 20 50 yves.morvan@tns-global.com Méthodologie Cette étude a été réalisée par Omnibus auprès

Plus en détail

Vignettes Cliniques Adhésion au traitement Approche multidisciplinaire. Nathalie Boudreau Pharmacienne CHUM 28 janvier 2011

Vignettes Cliniques Adhésion au traitement Approche multidisciplinaire. Nathalie Boudreau Pharmacienne CHUM 28 janvier 2011 Vignettes Cliniques Adhésion au traitement Approche multidisciplinaire Nathalie Boudreau Pharmacienne CHUM 28 janvier 2011 Plan de présentation Définition Vignettes cliniques: savoir, pouvoir, vouloir

Plus en détail

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après Madame, Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Plus en détail

Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en France, Royaume-Uni, Pologne, Canada et Singapour.

Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en France, Royaume-Uni, Pologne, Canada et Singapour. Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en, Royaume-Uni,, et February 2004-1 Fréquence de l évaluation des risques cardiovasculaires Q1 : dans votre pratique quotidienne, sur

Plus en détail

Nancy Chénard inf. M.Sc.

Nancy Chénard inf. M.Sc. Nancy Chénard inf. M.Sc. Conseillère cadre, direction de l enseignement Evelyne Dufresne, inf., M.Sc. Monitrice clinique, unité de chirurgie Connaître la trajectoire du patient en chirurgie Adapter les

Plus en détail

La maladie Coronaire

La maladie Coronaire La maladie Coronaire Les artères coronaires irriguent le muscle cardiaque La maladie athéromateuse Sténoses (rétrécissements) par des "plaques" composées de cholestérol et de plaquettes Toutes les artères

Plus en détail

Mieux prendre ses médicaments lorsque l on est âgé. D HUCHON BÉCEL Pharmacien Hôpital Joffre Dupuytren

Mieux prendre ses médicaments lorsque l on est âgé. D HUCHON BÉCEL Pharmacien Hôpital Joffre Dupuytren Mieux prendre ses médicaments lorsque l on est âgé D HUCHON BÉCEL Pharmacien Hôpital Joffre Dupuytren 1 Pourquoi la personne âgée est elle vulnérable aux médicaments Les personnes âgées peuvent avoir plusieurs

Plus en détail

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention. 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : Les antalgiques par voie orale après chirurgie d'épaule Réf : CLU/DIN/INF/014 Version : 1.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Que dois-je faire après

Que dois-je faire après Je suis hypertendu : Que dois-je faire après ma consultation? Ce fascicule a pour but de vous aider à mieux suivre les recommandations et les prescriptions de votre médecin suite à la découverte de votre

Plus en détail

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand DEPISTAGE DE LA BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE EN MEDECINE GENERALE PAR MINI-SPIROMETRIE ELECTRONIQUE ETUDE DE PREVALENCE parmi des patients à risque

Plus en détail

Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF

Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF Johanne Gauthier, conseillère cadre en soins infirmiers Johanne Grondin, adjointe à la DSI 20 mars 2017 Cadre légal et partage des activités professionnelles

Plus en détail

Votre association. Informer Soutenir Aider. Bayeux -16 novembre Journée d information Etre acteur après un AVC

Votre association. Informer Soutenir Aider. Bayeux -16 novembre Journée d information Etre acteur après un AVC Votre association Informer Soutenir Aider Conseiller Réunir Bayeux -16 novembre 2016 - Journée d information Etre acteur après un AVC AVC ou «attaque cérébrale» Brutalement Une région du cerveau ne fonctionne

Plus en détail

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Journées nationales du GERS 4 octobre 2012 Strasbourg Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES AVC

LA PRISE EN CHARGE DES AVC LA PRISE EN CHARGE DES AVC PAR ALEXIA, SUREKA, ELIMANE ET MARUSCHKA POURQUOI S INTÉRESSER AUX AVC? - Pathologie négligée de la prévention primaire. - Problème important dans la société et d importance

Plus en détail

Français 25,4 19,9 27,0

Français 25,4 19,9 27,0 2 Profil démographique Groupe d âge Sexe Niveau de scolarité 8 à 34 24,3,9 27,9 35 à 54 36,7 3,5 38,3 55 à 64 8,7 26,4 6,5 65 et plus 20,3 30,3 7,3 Homme 48,0 48,4 47,9 Femme 52,0 5,6 52, École secondaire

Plus en détail

Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne

Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne Pr. Alain CHAMOUX, Université d Auvergne Colloque Cœur et Travail, Paris, 17 novembre 2011 1er poste de mortalité: infarctus, AVC, IVG 1er poste de morbidité: HTA, Angor, insuffisance cardiaque, arythmies

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Administration de Naloxone (Narcan) pour renverser une dépression respiratoire associée à un opiacé. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l asthme

La prise en charge de votre maladie, l asthme GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l asthme Vivre avec un asthme Mars 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, La prise en charge de votre

Plus en détail

Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine

Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine 2- Etat des lieux a. Dernières données sur le cancer en France b. Le plan cancer (2014-2019) 3- L oncogenèse a. Les différents processus

Plus en détail

Présentation du matériel d éducation suisse et expérience locale

Présentation du matériel d éducation suisse et expérience locale Présentation du matériel d éducation suisse et expérience locale Karin Lörvall, physiothérapeute coordinatrice Rachel Parmentier, infirmière coordinatrice xxx Plan Le matériel d éducation «Mieux vivre

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

Guide de la rotation de la clinique d insuffisance cardiaque - Guide du résident -

Guide de la rotation de la clinique d insuffisance cardiaque - Guide du résident - Guide de la rotation de la clinique d insuffisance cardiaque - Guide du résident - Attentes du résident pour cette rotation 1- Travail interdisciplinaire - Suivi téléphonique en collaboration avec les

Plus en détail

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres?

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vous Votre patient Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vide Enfermement Feu Gravité Vulnérabilité Incertitudes Craintes Comment passer d une conception scientifique à une appropriation

Plus en détail

Aider les proches aidants à s'adapter aux effets du cancer. Laurel Northouse PhD, RN, FAAN University of Michigan

Aider les proches aidants à s'adapter aux effets du cancer. Laurel Northouse PhD, RN, FAAN University of Michigan Aider les proches aidants à s'adapter aux effets du cancer Laurel Northouse PhD, RN, FAAN University of Michigan L'importance des proches aidants Les proches aidants effectuent des soins complexes à la

Plus en détail

Quese passe-t-il en cas d'insuffisance. Le cœur est composé de quatre cavités : deux oreillettes et deux ventricules.

Quese passe-t-il en cas d'insuffisance. Le cœur est composé de quatre cavités : deux oreillettes et deux ventricules. Je m'informe sur l'insuffisance mitrale L'insuffisance mitrale est une des anomalies de valves cardiaques les plus fréquentes. Elle ne fait pas souffrir et ne nécessite le plus souvent qu une simple surveillance

Plus en détail

Réadaptation cardiaque

Réadaptation cardiaque Réadaptation cardiaque INFORMATION AUX PATIENTS Que faire pour se revigorer après une alerte cardiaque? La réadaptation cardiaque permet de se rétablir au mieux afin de reprendre sa place habituelle au

Plus en détail

ANNEXES. Cadre référentiel ETP PAERPA. Polypathologie / polymédication «OMAGE»

ANNEXES. Cadre référentiel ETP PAERPA. Polypathologie / polymédication «OMAGE» ANNEXES Cadre référentiel ETP PAERPA Polypathologie / polymédication «OMAGE» La conception technique et les illustrations du jeu de cartes et des planches («savoir réagir») ont été réalisées en collaboration

Plus en détail

Athérothrombose. Fig. 1:Formation du thrombus sur plaque. Fig. 2: Dilatation. Fig. 3: Stent. Fig.

Athérothrombose.  Fig. 1:Formation du thrombus sur plaque. Fig. 2: Dilatation. Fig. 3: Stent. Fig. Athérothrombose Fig. 1:Formation du thrombus sur plaque Fig. 2: Dilatation Fig. 3: Stent Fig. 4: Endoprothese SABE.ENO.17.06.0273 Fig. 5: Pontage Athérothrombose Vous avez fait une crise cardiaque? Votre

Plus en détail

Insuffisance cardiaque (IC)

Insuffisance cardiaque (IC) rt POINTS CRITIQUES DU PARCOURS DE SOINS Insuffisance cardiaque (IC) Diagnostic et évaluation initiale de l insuffisance cardiaque (IC) Penser à l IC : même devant des signes non spécifiques chez la personne

Plus en détail

Dossier destiné aux médecins des patients candidats à l étude d évaluation scientifique du programme «As du Cœur»

Dossier destiné aux médecins des patients candidats à l étude d évaluation scientifique du programme «As du Cœur» Dossier destiné aux médecins des patients candidats à l étude d évaluation scientifique du programme «As du Cœur» 1) Examens médicaux à effectuer ou coordonner pour l inclusion et le suivi des patients

Plus en détail

LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE

LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE SOMMAIRE 3 LE DIAGNOSTIC 4 LE CHOIX DE SON TRAITEMENT LA CHIRURGIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LA RADIOTHÉRAPIE 8 LA PRISE DE MÉDICAMENTS 9 SYMPTÔMES PHYSIQUES

Plus en détail

Insuffisance cardiaque (IC)

Insuffisance cardiaque (IC) rt POINTS CRITIQUES DU PARCOURS DE SOINS Insuffisance cardiaque (IC) Diagnostic et évaluation initiale de l insuffisance cardiaque (IC) Penser à l IC : même devant des signes non spécifiques chez la personne

Plus en détail

Les facteurs de risque coronariens

Les facteurs de risque coronariens Les facteurs de risque coronariens Les Grands Prés Ph Meurin Vascularisation du muscle cardiaque De quelle maladie parle-t-on? L Athérosclérose : Epaississement progressif des parois des artères : Coronaires

Plus en détail

Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue

Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Analyse d une bande de rythme 1 1. Décrire la dépolarisation. Activation du potentiel électrique d

Plus en détail

Guide de la rotation de l urgence - Guide du stagiaire -

Guide de la rotation de l urgence - Guide du stagiaire - Guide de la rotation de l urgence - Guide du stagiaire - Attentes de l étudiant pour cette rotation 1- Travail interdisciplinaire Le travail du pharmacien à l urgence s intègre à celui de multiples autres

Plus en détail

L ETP EN CANCEROLOGIE

L ETP EN CANCEROLOGIE Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - L ETP EN CANCEROLOGIE Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU Régine CHEVRIER Sommaire Définition et cadre ETP ETP aplasies

Plus en détail

Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde

Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde Shabnam Zanganeh-Artola Fabrice Freppel Centre de réadaptation fonctionnelle Schirmeck UGECAM Alsace 1 Choix du thème - facteurs déclenchants

Plus en détail

Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN

Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN 2011-2012 Dr S. BENBEKHTI Epidémiologiste Service de Prévention Générale Direction de Santé et Population Wilaya de TLEMCEN E-mail: samira_med2010@hotmail.fr

Plus en détail

lyondellbasell.com Gestion de l'hypertension Artérielle

lyondellbasell.com Gestion de l'hypertension Artérielle Gestion de l'hypertension Artérielle Gestion de l Hypertension Artérielle C une évidence qu etre en bonne santé sur le plan cardiaque et circulatoire vous aidera à mieux vieillir. Un homme n est plus aussi

Plus en détail

Diagnostic : fibrillation auriculaire. Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral?

Diagnostic : fibrillation auriculaire. Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral? Diagnostic : fibrillation auriculaire Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral? Chère lectrice, Cher lecteur La fibrillation auriculaire est l arythmie (trouble du rythme cardiaque) la

Plus en détail

Hypertension artérielle

Hypertension artérielle CFLHTAfamille2009.qxp:HTA 2007 octobre.qxp 24/07/09 16:00 Page 1 Hypertension artérielle une histoire de famille Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle CFLHTAfamille2009.qxp:HTA

Plus en détail

Guide de la rotation de gériatrie - Guide du résident -

Guide de la rotation de gériatrie - Guide du résident - Guide de la rotation de gériatrie - Guide du résident - Attentes du résident pour cette rotation 1- Travail interdisciplinaire L interdisciplinarité est la pierre angulaire des soins et services en gériatrie.

Plus en détail

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité»

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» «Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» Union Régionale des Médecins Libéraux (URML) Pôle technologique La Pardieu 24 Allée Evariste Gallois 63170 Aubière

Plus en détail

Redécouvrez le plaisir de l érection naturelle

Redécouvrez le plaisir de l érection naturelle Redécouvrez le plaisir de l érection naturelle Solution sans prise de médicaments pour traiter la dysfonction érectile Agit directement sur l origine du problème et non sur les symptômes Traitement durable,

Plus en détail

Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac. Centre d aide aux fumeurs. Traitements médicamenteux disponibles

Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac. Centre d aide aux fumeurs. Traitements médicamenteux disponibles Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac Centre d aide aux fumeurs Traitements médicamenteux disponibles 15 e colloque de Solareh à Mont-Tremblant du 14 au 16 mai 2012 VIN A des

Plus en détail

Questions-réponses. Qu est-ce que cette recommandation apporte de nouveau dans la prise en charge de l arrêt du tabac?

Questions-réponses. Qu est-ce que cette recommandation apporte de nouveau dans la prise en charge de l arrêt du tabac? Questions-réponses L arrêt du tabac : quelques chiffres... quelques idées reçues - 29% des Français sont fumeurs, soit 12 millions d usagers quotidiens - Près de 2 fumeurs sur 3 souhaitent arrêter de fumer

Plus en détail

INSUFFISANT CARDIAQUE

INSUFFISANT CARDIAQUE PARCOURS D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE PROGRAMME ERIC Tél 03 85 27 54 39 eric@ch-macon.fr - Resomel Promoteur : ResoVal - Réseau de santé du Val-de-Saône GMM 13 octobre 2016

Plus en détail

2 e cycle MIA Items 49 & 53 Le handicap d origine cardio-vasculaire Année Universitaire Le Handicap d origine cardio- vasculaire

2 e cycle MIA Items 49 & 53 Le handicap d origine cardio-vasculaire Année Universitaire Le Handicap d origine cardio- vasculaire Le handicap d origine cardio-vasculaire : Le Handicap d origine cardio- vasculaire MIA Items 49 & 53 UFR Médecine Montpellier Nîmes Les déficits incapacité handicap adaptés au niveau cardio-vasculaire

Plus en détail

4 e journée régionale d éducation thérapeutique du patient 8 décembre Nantes Page 1

4 e journée régionale d éducation thérapeutique du patient 8 décembre Nantes Page 1 4 e journée régionale d éducation thérapeutique du patient 8 décembre 2016 - Nantes Page 1 4 ème journée Régionale d ETP Nantes-Angers Atelier 6 : L observance, un objectif éducatif? Aurélie Meurette Clément

Plus en détail

Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine

Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine Les ANTICANCEREUX oraux : Prise en charge du patient à l officine Evaluation des pratiques professionnelles Analyse de cas cliniques avec échanges et DU oncologie 2- Etat des lieux a. Dernières données

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

Diagnostic Educatif en réadaptation fonctionnelle cardiaque.

Diagnostic Educatif en réadaptation fonctionnelle cardiaque. Diagnostic Educatif en réadaptation r fonctionnelle cardiaque. Dr Françoise COURTALHAC Médecin coordinateur Pôle d Education du Patient Centre Hospitalier de Compiègne (Oise) DU Education Thérapeutique

Plus en détail

Il existe deux complications dangereuses du diabète de type 2 : le coma

Il existe deux complications dangereuses du diabète de type 2 : le coma Urgence en diabète : le coma hyperosmolaire et l acidocétose diabétique Claude Garceau, M.D., FRCP Il existe deux complications dangereuses du diabète de type 2 : le coma hyperosmolaire et l acidocétose

Plus en détail

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie Dr Mehdi Roudesli SPORT & SANTE Ou L activité physique en prévention primaire et tertiaire de différentes pathologies chroniques Introduction

Plus en détail

Votre profil médical

Votre profil médical Votre profil médical Les médecins et les professionnels de la santé dressent un dossier clinique de chaque patient qu ils reçoivent. Informatisés ou non, ces dossiers médicaux comportent plusieurs sections;

Plus en détail

PET-HTA : Programme d Education Thérapeutique sur l HTA, coordonné par le réseau HTA-GWAD

PET-HTA : Programme d Education Thérapeutique sur l HTA, coordonné par le réseau HTA-GWAD PET-HTA : Programme d Education Thérapeutique sur l HTA, coordonné par le réseau HTA-GWAD J 1 : Séance collective : 90 mn (copie à adresser au réseau 1101 résidence la Marina, Gourbeyre, 97113) Nom du

Plus en détail

Intervention nutritionnelle post-opératoire

Intervention nutritionnelle post-opératoire Intervention nutritionnelle post-opératoire Stéphanie Michon, Dt.P. Lucie Gonthier, Dt.P. Programme de chirurgie bariatrique IUCPQ mardi 22 septembre 2015 Le 15 octobre 2015 Plan de présentation Introduction

Plus en détail

Approche globale de gestion des maladies chroniques. Diabète

Approche globale de gestion des maladies chroniques. Diabète Approche globale de gestion des maladies chroniques Diabète Martine Gagnon, inf.bsc Chargée de projet Approche globale de gestion des maladies chroniques CSSS de Gatineau 18 février 2011 1 Objectif de

Plus en détail

SYNDROME CORONARIEN AIGU. Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail

SYNDROME CORONARIEN AIGU. Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail SYNDROME CORONARIEN AIGU Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail 400 morts / jour = 147 000 morts / an 1 ère cause de mortalité chez les femmes et les + de 65 ans 2 millions de français

Plus en détail

DOULEUR THORACIQUE Réflexion concernant les appels téléphoniques La responsabilité du médecin commence dès l appel.

DOULEUR THORACIQUE Réflexion concernant les appels téléphoniques La responsabilité du médecin commence dès l appel. Réflexion concernant les appels téléphoniques La responsabilité du médecin commence dès l appel. La douleur est un symptôme et non un signe Le symptôme peut-être décrit au téléphone. C est souvent la raison

Plus en détail