Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion"

Transcription

1 Comment gérer le traitement antalgique Objectifs du cours 1: Connaître les bases Les principes du traitement antalgique: Les médicaments utilisés ainsi que les modalités de leur utilisation dans le cadre des protocoles L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion

2 Objectifs du cours 2: Savoir gérer la pratique

3 Quelques rappels: En général, le traitement antalgique postopératoire est un traitement (poly ) médicamenteux par voie générale, soit par voie orale, soit par voie parentérale, soit par une combinaison des deux Pour des cas spécifiques : analgésie locorégionale (ALR) ou périmédullaire (APD)

4 Les classes de médicaments antalgiques: Antalgiques «périphériques» : Paracétamol ; anti inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Morphiniques faibles : Codéine, dextropropoxyphène, tramadol (souvent en combinaison fixe avec du paracétamol) Antalgiques comparables au morphiniques faibles : nalbuphine, néfopame Morphiniques forts : morphine

5 En postopératoire comme en douleur chronique : Règle des «paliers» de l OMS Se servir des combinaisons de médicaments pour une potentialisation des effets thérapeutiques et pour une diminution des effets secondaires.

6 En pratique : Palier 1 : Antalgiques périphériques seuls ou en combinaison entre eux (paracétamol ± AINS) Palier 2 : Morphiniques faibles en combinaison avec un ou deux antalgiques périphériques (paracétamol ± AINS) Palier 3 : Morphiniques forts en combinaison avec un ou deux antalgiques périphériques Palier 4 : Analgésie locorégionale ou périmédullaire en combinaison avec un traitement médicamenteux Transitions pragmatiques entre les paliers en analgésie postopératoire!

7 L administration des médicaments: De principe, à intervalles fixes systématiquement sauf prescription contraire Principe de l «interdose» : prescription d une dose d antalgique puissant (en générale, de la morphine) en cas de douleur entre les doses fixes, à donner à la demande du patient par l IDE et, si indiqué, avant soins douloureux Cas particulier de l analgésie autocontrôlée

8 Quelques exemples pour un palier 1 et 2 : Palier 1 : DAFALGAN 4X1 g + BIPROFENID 2X1 cp Palier 2: EFFERALGAN CODEINE 4X2 cp + BIPROFENID 2X1 cp ; TRAMADOL LP 100 2X1 + PROFENID 50 3X1 Peut transitoirement passer au palier 3 par l utilisation de la morphine en «interdose» (par ex. ACTISKENAN 10 ou 20 mg à la demande)

9 Voie d administration (1): Privilégier la voie orale : moindre coût, moins de contraintes pour le personnel et pour le patient, efficacité identique

10 Voie d administration (2): Voie parentérale en cas d impossibilité d utilisation de la voie orale La combinaison transitoire entre les deux voies d administration est parfois utile (par exemple pour l utilisation du tramadol à doses élevées, de l ACUPAN, du NUBAIN ) Voie intrarectale possible en pédiatrie

11 Le cas particulier de la morphine: 4 cas de figure de traitement avec une surveillance identique (voir topo IADE douleur): Traitement parentéral par voie sous cutanée ou intraveineuse à intervalles fixes ou à la demande; Traitement oral par la forme à résorption rapide (ACTISKENAN) à intervalles fixes ou à la demande ; Traitement autocontrôlé par voie orale (protocole ACTISKENAN) ou intraveineuse (PCA / ACP) ; Rachianalgésie (intrathécale ou péridurale) pour les patients ASA1 et 2

12 Attention particulière à la surveillance des effets secondaires de la morphine (et( de ses dérivés faibles) ) : sédation, nausées / vomissements, prurit, rétention urinaire, dépression respiratoire, désorientation agitation Soigneusement évaluer et documenter selon un algorithme de surveillance

13 L analgésie autocontrôlée à la morphine (ACP): Classiquement, par voie intraveineuse par pompe ACP Nouvelles formes: voie orale, transdermique: FENTANYL PCA (différent du DUROGESIC et de l ACTIQ!) Nécessite une bonne compréhension de le part du patient; à réévaluer! Meilleure acceptation et satisfaction des patients, mais pas moins de complications par rapport aux autres traitements Pompe ACP: programmer bolus, période réfractaire. Limite 4 heures facultative, débit continu exceptionnel

14 En pratique : Les effets secondaires les plus fréquents sont les NVPO, la rétention urinaire et l inefficacité du traitement. Les NVPO se traitent par l application immédiate du protocole (multimodal!) NVPO et non pas par l arrêt du traitement antalgique. La dépression respiratoire est rarissime et, en général, due soit à une erreur grossière de dosage ou de programmation d une pompe, soit à une complication postopératoire (en général hémorragique). Elle est, en général, d installation lente et précédée d une sédation importante.

15 Attention également aux effets secondaires des antalgiques périphériques : Paracétamol : hépatotoxicité en cas de surdosage (dose autorisée : 4g/j) AINS (1): Effets 2 également dose dépendants,, respecter la durée la plus courte possible pour la prescription en postopératoire (3 5 j) Le plus fréquent : l insuffisance rénale aiguë (en combinaison avec IEC / ARA2, diurétiques, hypovolémie ).

16 AINS (2): Se méfier de l effet antiaggrégant plaquettaire (mais parfois utile en cas d insuffisance coronaire ) et de l effet immunosuppresseur (intervention pour ostéite ). L ulcère gastroduodénal est très rare en postopératoire (contrairement à l utilisation prolongée en médecine de ville). La prescription d un protecteur gastrique n est pas systématique mais dépend du terrain individuel.

17 L évaluation de la douleur codifiée: Utiliser les échelles d autoévaluation au repos et à la mobilisation: EVA comme référence (1 10/10) Par «simplicité», en réalité, l utilisation de l EN (1 10/10) est plus fréquente (mais étiquettée «EVA») Si compréhension difficile (personne âgée) : utilisez l EVS (D0 D3). Toutes les échelles sont autorisées, mais vous devez noter laquelle vous avez utilisée!

18 Problème majeur en cas d impossibilité d autoévaluation (personne âgée, désorientée, handicap mental )! Utilisation d une échelle d hétéroévaluation recommandée Existence de plusieurs outils en gériatrie (DOLOPLUS), manipulation très complexe (trop complexe en postopératoire); pas de recommandations formelles. Aucune solution simple n existe!

19 Une solution à tester à Valence: l échelle ECPA (1) Observation 5 mn avant les soins "Plaintes" : Le sujet crie ou se plaint violemment de façon spontanée "Regard et mimique" : Visage détendu "Position spontanée" : Aucune position antalgique "Mouvements" : Le sujet se mobilise comme d'habitude "Relation à autrui" : Présence d'un contact immédiat

20 Une solution à tester Valence: l échelle ECPA (2) Observation pendant les soins "Anticipation anxieuse" : Le sujet ne montre pas d'anxiété "Mobilisation" : Le sujet se laisse mobiliser ou se mobilise sans y accorder une attention particulière "Soins des zones douloureuses" : Aucune réaction pendant les soins "Plaintes pendant les soins" : Le sujet ne se plaint pas

21 Résumé (1): L information du patient, éventuellement de façon répétée, et l évaluation régulière du traitement sont indispensables! Erreur n o 1 : «Le patient ne se plaint pas, donc il n a pas mal!» Erreur n o 2: «Dès qu il se plaindra, je lui donnerai ses antalgiques.» Erreur n o 3: «La morphine, c est toxique.» Erreur n o 4: «Le patient vomit, donc j arrête les antalgiques.»

22 Résumé (2): Le rôle du personnel paramédical : Mettre les antalgiques à la disposition du patient dès le retour dans sa chambre (y compris le protocole ACTISKENAN si prescrit) (Re)Expliquer l utilité de la prise régulière des antalgiques, vérifier que les médicaments ont été pris. Expliquer la possibilité de renforcer le traitement antalgique par des doses de secours (en général par de la morphine par voie orale ou par voie parentérale), également avant soins douloureux (>30 minutes avant).

23 Résumé (3): Le rôle du personnel paramédical: En cas de difficultés de compréhension ou de gestion d une analgésie autocontrôlée (surtout du protocole ACTISKENAN), le signaler au médecin et passer à la morphine à la demande Selon un algorithme précis: Évaluer la douleur Évaluer les effets secondaires

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans 1 EVALUATION et TRAITEMENT de la douleur La DOULEUR définition selon l IASP. (Institut international pour l étude de la Douleur)

Plus en détail

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J.

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Souffrance et douleur en fin de vie Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Ducuing Toulouse Notion de souffrance totale Différentes douleurs Les traitements

Plus en détail

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification car la balance bénéfice/risque est jugée négative Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Depuis juin 2009,

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois ONCOMEL Le 15 novembre 2016 Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois Complexité du domicile Complexité par elle-même de la maladie cancéreuse! Contexte social et familial Disponibilité des soignants

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 10-02-12 Objet

Plus en détail

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA CLUD Draguignan Didier MARCHAND IADE Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image définition L analgésie contrôlée par le patient est

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Référence : CLUD 35 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 18-05-12 Objet Ce protocole a pour

Plus en détail

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention. 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : Les antalgiques par voie orale après chirurgie d'épaule Réf : CLU/DIN/INF/014 Version : 1.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après Madame, Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Plus en détail

PCA. mg / ml. MINUTES (suggestion 7-15) (suggestion 4-6)

PCA. mg / ml. MINUTES (suggestion 7-15) (suggestion 4-6) 1 - Recto feuillet jaune Unité Anesthésie Pédiatrie / PNCA MORPHINE > 1 an Anesthésiste BIP ou le 7958722 / 598 / 500 ou le 7957 866 Poids de l enfant Kg Allergie MORPHINE 5 kg = 0,1mg / ml sauf > 5 kg

Plus en détail

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Douleur : définition «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou

Plus en détail

La «pompe à morphine» PCA et PCEA

La «pompe à morphine» PCA et PCEA La «pompe à morphine» PCA et PCEA OLIVIER ébastien IADE Centre Hospitalier de Carcassonne Octobre 2015 Définition La PCA (Patient Controlled Analgésia ou analgésie autocontrôlée par le patient): C est

Plus en détail

Les Antalgiques. UE 2.11 Semestre 1 Compétence 4. RAULT Isabelle Janvier 2016 UE 2.11 Semestre 1

Les Antalgiques. UE 2.11 Semestre 1 Compétence 4. RAULT Isabelle Janvier 2016 UE 2.11 Semestre 1 Les Antalgiques UE Compétence 4 Les Antalgiques Définitions Classifications de la douleur Les Antalgiques opioïdes Les Antalgiques opioïdes palier III La réglementation r des stupéfiants Moyen mnémotechnique

Plus en détail

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés Les antalgiques I. Définitions Antalgique = diminue la perception des sensations douloureuses -> Antalgique périphérique : action symptomatique au niveau de la lésion -> Antalgique central : action sur

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

PCA: Protocole d auto-analgésie:

PCA: Protocole d auto-analgésie: PCA: Protocole d auto-analgésie: Pompe PCA «analgésie contrôlée par le patient» Enfants > 5-6 ans EVA > 60 MORPHINE (SU)FENTANYL La morphine: Opioïde fort (palier III OMS) Somnolence (dette de sommeil)

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR?

EVALUATION DE LA DOULEUR? CAS CLINIQUE Amélie, 10 ans AVP, Fracture ouverte fémur droit Chirurgie en urgence pour réduction fracture Pas d ATCD médico-chirurgical. Mise en place d une PCA Morphine IV en post op QUESTIONS Critères

Plus en détail

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon N de version: 01 Date d'application:26052000 Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages Procédure N 003 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 26/05/00 Validation Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Plus en détail

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleurs postopératoires chez le sujet âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleur chez le PA: Principes généraux Obstacles diagnostiques, Obstacles d'ordre neuropsy, Obstacles thérapeutiques, Obstacles

Plus en détail

Les traitements de la douleur. Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie

Les traitements de la douleur. Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie Les traitements de la douleur Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie 18 1 Plan Les traitements non médicamenteux La douleur neurogène

Plus en détail

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine e la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine Docteur André LESPINE Hôpital E.Herriot LYON Les jeudis de l Europel 11 mars 2006 e Oui? Non? utilisez vous la morphine? mesurez vous la douleur

Plus en détail

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration Chapitre 9 Causes d échec d analgésie Insuffisance de prescription Contrôle de la douleur post-opératoire Insuffisance d administration Insuffisance d adaptation Réalité du problème Insuffisance d administration

Plus en détail

SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE

SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE Marie-Dominique MOUILLEVOIS IDEL / IRD - Structure Douleur Chronique Hôpital Eugénie DU Douleur et Soins Palliatifs Master 2 Sciences cliniques en Soins

Plus en détail

Douleurs induites par les soins

Douleurs induites par les soins Douleurs induites par les soins Mademoiselle Lydie BRIANDET (infirmière) Madame Laurence GAULTIER (aide-soignante) Docteur Hervé MIGNOT Formation EHPAD CODESPA 36 Douleur : définition (IASP) «Expérience

Plus en détail

A - Rôle de L IDE fondé par : 1 - LÉGISLATION PROFESSIONNELLE RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

A - Rôle de L IDE fondé par : 1 - LÉGISLATION PROFESSIONNELLE RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX M.th Gatt ( CHU Bobigny ) Ph.Tetard ( CH Saint Camille- Institut Mutualiste Montsouris ) 1 - LÉGISLATION PROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière

Plus en détail

Les antalgiques chez l enfant. Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc

Les antalgiques chez l enfant. Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc Les antalgiques chez l enfant Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc Qu est-ce que la douleur? Contexte : Postopératoire Salle d urgences actes techniques analgosédation

Plus en détail

La douleur chronique est très fréquente chez les

La douleur chronique est très fréquente chez les 075-Douleur chronique 10/09/08 09:05 Page 75 Mise à La douleur chronique chez les aînés : Quel traitement pharmacologique utiliser? j our David Lussier, MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence

Plus en détail

LA DOULEUR CHEZ L ENFANT AUPRÈS DU PERSONNEL PARAMÉDICAL DE L HÔPITAL MÈRE-ENFANT

LA DOULEUR CHEZ L ENFANT AUPRÈS DU PERSONNEL PARAMÉDICAL DE L HÔPITAL MÈRE-ENFANT ENQUÊTE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CHEZ L ENFANT AUPRÈS DU PERSONNEL PARAMÉDICAL DE L HÔPITAL MÈRE-ENFANT CHU MED VI MARRAKECH 17éme congrès de l ACPP en partenariat avec ACTIV et APLF Le 09/01/2016

Plus en détail

La douleur postopératoire en chirurgie ambulatoire. René STILL Infirmier D.E. libéral D.U Algologie Infirmier anesthésiste D.E.

La douleur postopératoire en chirurgie ambulatoire. René STILL Infirmier D.E. libéral D.U Algologie Infirmier anesthésiste D.E. La douleur postopératoire en chirurgie ambulatoire René STILL Infirmier D.E. libéral D.U Algologie Infirmier anesthésiste D.E. Cadre de santé Quels enjeux et quels défis? Répondre a la politique de santé

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE Objectifs! Reconnaître le patient douloureux! Instituer un traitement adapté à l intensité de la douleur! Permettre de réévaluer systématiquement et

Plus en détail

Cas cliniques. 1 Cas :

Cas cliniques. 1 Cas : Cas cliniques 1 Cas : Patient de 64 ans, métastase osseuse avec masse abdominale, somnolent sous Moscontin 400mg /jour. Très douloureux, ne supporte plus les morphiniques, vomissements L infirmière sollicite

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT Référence : CLUD 45 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 2016 Objet Ce protocole

Plus en détail

Prise en charge de la D P O

Prise en charge de la D P O 1 - REGLES GENERALES DE PRESCRIPTION Prise en charge de la D P O M.T. GATT P. TETARD GATT TETARD 2008 1 GATT TETARD 2008 2 Organisation concernant les protocoles thérapeutiques protocoles standardisés

Plus en détail

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6 Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA

Plus en détail

Maternité - Infos Anesthésie

Maternité - Infos Anesthésie Maternité - Infos Anesthésie INFORMATION PATIENT SUR L ANESTHESIE ET L ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN OBSTETRIQUE Madame, L équipe médicale dispose de médicaments et de techniques permettant de soulager votre

Plus en détail

Réhabilitation rapide après césarienne

Réhabilitation rapide après césarienne 1879 2014 Réhabilitation rapide après césarienne Lionel Bouvet Hôpital Femme Mère Enfant Lyon Qu est-ce que la réhabilitation rapide post-opératoire? Réhabilitation post-opératoire «récupération rapide

Plus en détail

Relais de la sédations l antalgie

Relais de la sédations l antalgie Session ide Douleur Anesthésie loco-régionale en post opératoire Hélène ANDERSON Patrick LOEB Polyclinique de La Louvière, Lille Diapositive 1 Relais de la sédations dation à l antalgie Arnaud Chiche et

Plus en détail

QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS

QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle, désagréable, liée à une lésion

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP Que faire quand la morphine est mal tolérée? Journée de la filière gériatrique nord 92 Février 2016 Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu

Plus en détail

DU Perfectionnement en Anesthésiologie

DU Perfectionnement en Anesthésiologie DU Perfectionnement en Anesthésiologie Module Pharmacologie Pharmacologie des analgésiques non morphiniques Classification des Antalgiques Selon le site d action principal (présumé) => antalgiques centraux

Plus en détail

Prise en charge IDE aux urgences d une douleur aigue chez l adulte

Prise en charge IDE aux urgences d une douleur aigue chez l adulte CLUD Procédure Doc. N : PCLU007A Date : 12/10/12 Prise en charge IDE aux urgences d une douleur aigue chez l adulte Page : 1 / 5 Destinataires Secteur Responsable Pharmacie DCGS Service des M. le Dr JM.

Plus en détail

Analgésie post césarienne

Analgésie post césarienne Analgésie post césarienne «Place des nouvelles pratiques» Hawa KEITA-MEYER Service d Anesthésie. Hôpital Louis Mourier, Colombes. Données épidémiologiques. 832799 naissances en France en 2010: 20% de césariennes

Plus en détail

à la morphine en chirurgie digestive Gilles Lebuffe Clinique d Anesthésie-Réanimation CHU de Lille

à la morphine en chirurgie digestive Gilles Lebuffe Clinique d Anesthésie-Réanimation CHU de Lille Intérêt de la rachi-analg analgésie à la morphine en chirurgie digestive Gilles Lebuffe Clinique d Anesthésie-Réanimation CHU de Lille g-lebuffe@chru-lille.fr Justification de l utilisation l de la morphine

Plus en détail

Diaporama élaboré par :

Diaporama élaboré par : Novembre 2016 / janvier 2017 Diaporama élaboré par : Dr Marco A. Gambirasio Unité de Médecine Palliative CHU de Rouen (76) Dr Anne Le Prieur Unité de Soins Palliatifs M. Abiven et Équipe Mobile Territoriale

Plus en détail

ANTALGIQUES DE PALIER III :

ANTALGIQUES DE PALIER III : ANTALGIQUES DE PALIER III : OXYCODONE, HYDROMORPHONE SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 Recommandations de l EAPC (European Association Paliative Care) : 1 «La Morphine

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable en lien avec un dommage tissulaire réel ou potentiel ou décrit en termes d un tel

Plus en détail

La morphine, un médicament pour avoir moins mal

La morphine, un médicament pour avoir moins mal La morphine, un médicament pour avoir moins mal URGENCES les fiches SPARADRAP Quand tu as très très mal. Quand le médicament que tu prends contre la douleur ne te soulage pas assez. Fondation CNP Quand

Plus en détail

Molécules antalgiques en SSPI

Molécules antalgiques en SSPI Lieux de diffusion : SSPI, USC, blocs opératoires Rédacteurs : C Jolly (Médecin Anesthésiste) F Hibbert (Médecin Anesthésiste) M O Rorke (IADE) Chemin informatique Version n 1 Page 1/6 Personnes concernées

Plus en détail

LES ECHELLES D EVALUATION DE LA DOULEUR. Le 11/05/2005

LES ECHELLES D EVALUATION DE LA DOULEUR. Le 11/05/2005 LES ECHELLES D EVALUATION D DE LA DOULEUR Le 11/05/2005 La douleur La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion existante ou potentielle, ou décrite en termes

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES Centre JEAN PERRIN PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES PRINCESSE FLORE ROYAT Avec le soutien du laboratoire 14 octobre 2010 Prise en charge médicamenteusem des douleurs des métastases

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX

PROTOCOLE POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX Comité de lutte contre la douleur POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX Référence : CLUD 33 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 06/07/12 Objet Ce

Plus en détail

LES ANTALGIQUES PHARMACOLOGIE E.MONTAGNAC

LES ANTALGIQUES PHARMACOLOGIE E.MONTAGNAC LES ANTALGIQUES PHARMACOLOGIE E.MONTAGNAC 1 LA DOULEUR La douleur est déclenchée par les terminaisons nerveuses périphériques appelées nocicepteurs lors de divers traumatismes (brûlure, piqûre ) jusqu

Plus en détail

Douleur et souffrance en situation palliative

Douleur et souffrance en situation palliative Douleur et souffrance en situation palliative LA DOULEUR Dimensions Mécanismes Evaluation APPROCHE CLINIQUE ANALGESIE Service d Accompagnement et de Soins Palliatifs CHU de Bordeaux 1 ère partie : LA DOULEUR

Plus en détail

Prise en charge de la D P O

Prise en charge de la D P O Prise en charge de la D P O M.T. GATT P. TETARD GATT TETARD 2009 1 1 - REGLES GENERALES DE PRESCRIPTION GATT TETARD 2009 2 Organisation concernant les protocoles thérapeutiques protocoles standardisés

Plus en détail

M. MALEVILLE, M. VERGNE, P. GRÉVA, R. LAMBERT, O. DUBOIS, J.-J. ARZALIER,

M. MALEVILLE, M. VERGNE, P. GRÉVA, R. LAMBERT, O. DUBOIS, J.-J. ARZALIER, Chapitre 99 Gestion et traçabilité de la douleur chez le patient en urgence M. MALEVILLE, M. VERGNE, P. GRÉVA, R. LAMBERT, O. DUBOIS, J.-J. ARZALIER, Points essentiels La loi du 4 mars 2002 affirme que

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 14.03.2007 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

La sédation en soins palliatifs

La sédation en soins palliatifs La sédation en soins palliatifs Dr Neu Jean-Charles, médecin soins palliatifs 15 NOVEMBRE 2016 20H00 1. Recommandations & Définitions la sédation serait une «utilisation de traitements médicamenteux sédatifs

Plus en détail

TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83

TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83 TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83 Maleville M, Vergne M, Greva P, Lambert R, Dubois O, Arzalier JJ SAMU 83 Toulon Journées médicales et infirmières du Collège PACA de médecine d Urgence Marseille,

Plus en détail

ED Pharmacologie PCEM2. Faculté de médecine Université Bordeaux

ED Pharmacologie PCEM2. Faculté de médecine Université Bordeaux ED Pharmacologie PCEM2 Faculté de médecine Université Bordeaux 2 2012-2013 Vous voyez en consultation une patiente âgée de 24 ans qui vous dit présenter une gêne respiratoire avec sifflement de temps à

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

La douleur de l enfant Quelle prise en charge en pédiatrie dans les services d urgences d Aquitaine en 2013?

La douleur de l enfant Quelle prise en charge en pédiatrie dans les services d urgences d Aquitaine en 2013? La douleur de l enfant Quelle prise en charge en pédiatrie dans les services d urgences d Aquitaine en 2013? Dr Sylvie BERCIAUD Chef de clinique-assistant urgences pédiatriques Bordeaux Centre d étude

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 Laboratoires THERABEL LUCIEN PHARMA

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r Douleur et fin de vie F. Yahiatene; D. Benmoussa; B. Griène Centre De Traitement De La Douleur CPMC - Alger 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e 2 0 1

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aiguë chez le patient sous morphinique au long cours

Prise en charge de la douleur aiguë chez le patient sous morphinique au long cours Prise en charge de la douleur aiguë chez le patient sous morphinique au long cours Dr Christian MINELLO Centre G.-F. Leclerc - Dijon Unité d Évaluation et de Traitement de la Douleur Introduction Traitement

Plus en détail

Prise en charge de la douleur post opératoire chez le sujet âgé en chirurgie carcinologique

Prise en charge de la douleur post opératoire chez le sujet âgé en chirurgie carcinologique Prise en charge de la douleur post opératoire chez le sujet âgé en chirurgie carcinologique D.Ourrad, D Benmoussa,B.Griene Anesthésie réanimation CPMC Introduction Onco-gériatrie: discipline née Etats-Unis

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË Ce fascicule tient à mettre à la disposition des médecins du CHV (ainsi que du personnel paramédical) une mise à jour D un rappel pharmacologique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de cinq ans par arrêté du 7 février 2000 (JO du 16 février

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 TOPALGIC 100 mg/ml, solution buvable Flacon de 10 ml Laboratoires THERAPLIX chlorhydrate de tramadol Liste I Date

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire DOSSIER Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le médecin généraliste est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement

Plus en détail

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES NAUSEES ET VOMISSEMENTS NAUSEES ET VOMISSEMENTS Pr Dan BENHAMOU, Dominique RIBEYROLLES C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex Un des effets indésirable les plus fréquents

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse des douleurs de la mucoviscidose Dr Brigitte Charron Unité douleur Necker Enfants Malades.

Prise en charge médicamenteuse des douleurs de la mucoviscidose Dr Brigitte Charron Unité douleur Necker Enfants Malades. Prise en charge médicamenteuse des douleurs de la mucoviscidose Dr Brigitte Charron Unité douleur Necker Enfants Malades 12 mars 2015 Traitements médicamenteux 40% des enfants et 50% des adultes présentant

Plus en détail

Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC

Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC Comité de lutte contre la douleur Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC Référence : CLUD 14 Version : 4 Date de diffusion Intranet : 2016 Références

Plus en détail

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Les médecins du service d anesthésie de l hôpital vont prendre en charge votre enfant pour assurer son anesthésie et son réveil. Ce document est

Plus en détail

Cas clinique douleur aigue

Cas clinique douleur aigue Cas clinique douleur aigue Mr D. 60 ans Retraité, marié, 2 enfants. Ses antécédents comportent : - Lymphome avec autogreffe de moelle en mai 2007 21 février 2008, apparition éruptions avec douleurs intenses

Plus en détail

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM (HYPNOVEL*) En SEDATION pour DETRESSE en PHASE TERMINALE 1 ) Objet Ce Protocole s applique pour tout patient Adulte devant une situation de détresse en phase terminale.

Plus en détail

LE PASSEPORT DOULEUR. La douleur, parlons-en La douleur se prévient La douleur se traite COMITÉ DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR (CLUD)

LE PASSEPORT DOULEUR. La douleur, parlons-en La douleur se prévient La douleur se traite COMITÉ DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR (CLUD) LE PASSEPORT DOULEUR La douleur, parlons-en La douleur se prévient La douleur se traite COMITÉ DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR (CLUD) GU GU 2003 2003 V01 V01 1/8 Décembre 2016 Décembre 2016 GU 2003 V01 2/8

Plus en détail

Procédure Réhabilitation Rapide pour Chirurgie digestive. Côlon, rectum, foie, éventrations Version 2015

Procédure Réhabilitation Rapide pour Chirurgie digestive. Côlon, rectum, foie, éventrations Version 2015 Procédure Réhabilitation Rapide pour Chirurgie digestive. Côlon, rectum, foie, éventrations Version 2015 A. Domaine d application Chirurgie digestive élective B. Responsabilités Chirurgiens, médecins anesthésistes,

Plus en détail

Drépanocytose. S Le Jeune et M Lopez-Sublet Service de médecine interne Hôpital Avicenne Bobigny. EPU Eaubonne, le 15 mai 2014

Drépanocytose. S Le Jeune et M Lopez-Sublet Service de médecine interne Hôpital Avicenne Bobigny. EPU Eaubonne, le 15 mai 2014 Drépanocytose S Le Jeune et M Lopez-Sublet Service de médecine interne Hôpital Avicenne Bobigny EPU Eaubonne, le 15 mai 2014 DREPANOCYTOSE - ADULTE LES 8 QUESTIONS 1. Quel suivi médical 2. Règles hygiéno-diététiques

Plus en détail

Nouvelles recommandations pour la prise en charge de la douleur postopératoire RFE douleur 2008

Nouvelles recommandations pour la prise en charge de la douleur postopératoire RFE douleur 2008 Session Anesthésie Pharmacologie Dr Frédéric Aubrun Hôpital de la Pitié Paris Diapositive 1 Nouvelles recommandations pour la prise en charge de la douleur postopératoire RFE douleur 2008 Nouvelles recommandations

Plus en détail

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt Sédation en médecine palliative Dr Sandra Schmidt Recommandations de la SFAP (Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs) concernant la sédation en phase terminale ou en phase palliative.

Plus en détail

7 ème Congrès de lutte contre la douleur Oran le Mars 2011

7 ème Congrès de lutte contre la douleur Oran le Mars 2011 7 ème Congrès de lutte contre la douleur Oran le 17-18 Mars 2011 Prise en charge de la douleur postopératoire: État des lieux dans les hôpitaux d Oran F.Mazour,A.seddiki,D.El kebir Service d Anesthesie

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Administration de Naloxone (Narcan) pour renverser une dépression respiratoire associée à un opiacé. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

DES Anesthésie-Réanimation

DES Anesthésie-Réanimation DES Anesthésie-Réanimation Pharmacologie des analgésiques non morphiniques Pr B.Bannwarth Service de Rhumatologie, Hôpital Pellegrin & Laboratoire de Thérapeutique, Université Bordeaux Segalen Classification

Plus en détail

Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant

Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant 10 eme congrès de la Sociéte Algérienne d Etude et de Traitement de la Douleur (SAETD) Alger 8-9 octobre 2015 Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant S.Abassini-

Plus en détail

ANALGESIE POST-OPERATOIRE EN AMBULATOIRE

ANALGESIE POST-OPERATOIRE EN AMBULATOIRE ANALGESIE POST-OPERATOIRE EN AMBULATOIRE Centre Henri Becquerel octobre 2016 Dr Gouerant Pathologies prises en charge En Ambulatoire Chirurgie sénologique: - tumorectomie, ganglion sentinelle axillaire,

Plus en détail

REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE

REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE Congrès JLAR 2015 Dr Julien Corouge Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille REHABILITATION ET CESARIENNE Césarienne : 20% des naissances 160 000 césariennes / an Multiplié

Plus en détail

COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS

COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS LES PERSONNES QUI NE PEUVENT EXPRIMER LEUR DOULEUR? Personnes IMC, handicapés physiques ou mentales. Pathologies

Plus en détail

Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD

Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD Formation CLUD - Mars 2008 1 Pourquoi? Connaître les antalgiques disponibles, Adapter la prescription à l intensité douloureuse, Corriger

Plus en détail

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur Traitement de la douleur Pourquoi évaluer? Identifier des malades algiques Prendre une décision thérapeutique adaptée Améliorer la relation médecin-malade Permettre aux équipes soignantes d utiliser des

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

SPECIFICITES DES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

SPECIFICITES DES ANTALGIQUES EN GERIATRIE SPECIFICITES DES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Assises Vendéennes de la Douleur La Roche sur Yon 4 février 2012 Docteur Bruno COMYN Aucun conflit d intérêt TERRAIN: spécificités du patient âgé MEDICAMENT(S):

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 DUROGESIC 12 microgrammes/heure (2,1 mg/5,25 cm²), dispositif transdermique 5 sachets polytéréphtalate (PET) polyéthylène basse densité (PEBD) aluminium

Plus en détail