Un exemple de cours : Racine carrée et Compléments.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un exemple de cours : Racine carrée et Compléments."

Transcription

1 Un exemple de cours : Racine carrée et Compléments. C est un des premiers symboles «bizarres» que l on rencontre au collège que le symbole " ". Que signifie t il? A quoi peut il servir? Comment s en sert on? Nous allons répondre à ces questions et étudier en profondeur les propriétés de la racine carrée. 1) Définition de la racine carrée d un nombre positif Définition On considère un nombre τ 0. Définissons la racine carrée de τ τ. - τ est un nombre positif qui vérifie : τ τ = τ. - y un nombre positif. y = τ si et seulement si le carré de y est τ. Montrons par exemple que 9 = 3. Puisque 3 3 = 9 on a 9 = 3. C est une application de la définition. Nous reviendrons à faire souvent ce type de vérification dans des cadres un peu plus théoriques dans la suite.

2 Premières Constatations Nous allons faire deux remarques importantes. Ce sera l occasion pour nous de faire un premier raisonnement par Analyse-Synthèse dans la première démonstration. La seconde remarque laissée comme exercice sera utilisée plus tard. Première remarque: Un nombre positif et sa racine carrée sont égaux SSI il ils valent 0 ou 1. De façon plus formelle : x = x x = 0 ou x = 1 Démonstration : Montrons que x = x x = 1 ou x = 0. x = x x 2 = x 2 x 2 = x x(x 1) = 0 x = 0 ou x = 1 D où la première implication. Réciproquement Si : x = 0 alors x = 0 = 0 = x Si : x = 1 alors x = 1 = 1 = x D où l implication réciproque x = 0 ou x = 1 x = x Au final on a l équivalence x = x x = 0 ou x = 1 pour x positif. Seconde remarque Deux nombres positifs sont distincts si et seulement si leur racines carrées sont distinctes. C-ad :Si m et p deux nombres positifs m p m p On laisse la démonstration comme Exercice

3 2- Propriétés algébriques. On va voir ici comment la racine carrée se comporte avec les opérations usuelles que l on connaît. Les démonstrations de ces résultats sont importantes, elles permettent d une part de mieux maîtriser l objet (ce qui est l objectif de ce cours) mais d autre part de s habituer à la démonstration avec des enchaînements élémentaires. Le Produit se comporte bien. On considère m et p deux nombres positifs ou nuls. comportement avec le produit mp = m p Démonstration : Il s agit de démontrer que mp = m p. Pour démontrer cette égalité nous allons revenir à la définition de la racine carrée d un nombre positif. Vérifions déjà que nous avons bien le droit de prendre la racine carrée de mp. Sachant que : m 0 et p 0 on a par règle des signes mp 0. On a bien le droit de prendre la racine carrée du nombre positif mp. La définition de la racine carrée nous conduit à prouver que : ( m p)( m p) = mp On a ( m p)( m p) = ( m m) ( p p) = mp Le carré du nombre m p est mp donc mp = m p

4 Comportement avec l addition : mal aisée On considère m et p deux nombres positifs ou nuls. Sachant que : m 0 et p 0 on a par somme m + p 0. On a bien le droit de définir le nombre m + p. On aimerait bien écrire que : m + p = m + p mais c est faux en général. Montrons que c est absurde dans le cas général à partir d un contre exemple. Prenons: m = 16 et p = 25. On a m + p = = = 9 = 81 Et m + p = = 41. Sachant que 81 est différent de 41 alors d après la Remarque2 : Donc : m + p différent de m + p Question laissée en exercice: Pour quels valeurs de m et p a t on: m + p = m + p? Comportement naturel avec l inverse Redéfinissons proprement la notion d inverse pour commencer : On parlera de l inverse d un réel non nul. On définit l inverse de x que l on notera Inv(x) comme l unique réel qui vérifie : x Inv(x) = 1 Pour la suite on utilisera aussi le fait que l inverse d un nombre strictement positif est un nombre strictement positif (laissé en exercice)

5 Prenons un réel x > 0. On a l égalité : Inv( x) = Inv(x). Il s agit donc de démontrer que : x Inv(x) = 1. D après la compatibilité avec le produit on a : x Inv(x) = x Inv(x) Or par définition : x Inv(x) = 1, an a alors : x Inv(x) = 1 = 1. D où la formule : Inv( x) = Inv(x) pour x strictement positif. On peut aussi la voir sous la forme : 1 x = 1 Extension avec la division On rappelle que diviser revient à multiplier par l inverse. On rappelle qu on ne peut pas diviser par 0 car l inverse de 0 n est pas définit. Si l on considère m et p deux réels avec p non nuls, on pose : m p = m Inv(p) Pour m et p strictement positifs. On a : m p = m p Que l on peut aussi écrire sous la forme : m p = m Démontrons ce résultat en utilisant tout ce qui a été vu précédemment: m p = m Inv(p) = m Inv(p) = m Inv( p) = m 1 x p p Application : Montrons que la racine carrée de 9 4 est = 9 4 = 3 2

6 Fixons une notation utile pour la suite : On considère un nombre réel m et un réel positif p. On notera : m p = m p Exemple : 3 2 = 3 2 Maintenant si l on considère que m est strictement positif : m p = m 2 p = m 2 p Cette formule est utile pour transformer certaines expressions en des expressions plus simples à manipuler. On décompose le nombre sous le radical comme produit de carrés et on applique la formule. Par exemple, si l on veut écrire plus simplement : 3024 Une méthode appelée décomposition en produits de facteurs premiers (que je détaillerais dans un prochain cours) permet d obtenir la décomposition suivante : 3024 = = 3 7 (3 2 2 ) 2 = 21 (3 2 2 ) 2 On a donc : 3024 = = 12 21

7 La formule de Conjugaison Nous allons maintenant voir la formule appelée formule de conjugaison : a b = a b a+ b avec a et b strictement positifs. Sa démonstration repose sur l identité remarquable : (m p)(m + p) = m 2 p 2 On pose m = a et p = b et on obtient : ( a + b)( a b) = a b et on en déduit la formule de conjugaison. Prouvons que l inverse de : 1 + π π est 1 + π + π On cherche donc à calculer : 1 1+π π π π = 1 (1 + π) π 1 + π + π = π + π = 1 + π + π La formule du conjugué permet aussi de démontrer certaines inégalités. 3) Quelques inégalités classiques. Démontrons par exemple que si l on prend deux réels positifs m et p rangés dans l ordre m p alors leurs racines carrées sont rangées dans le même ordre. Formellement cela donne : m < p m < p avec m et p > 0 (Propriété de croissance)

8 Voyons donc une preuve de la Propriété de croissance : Pour montrer que m < p lorsque m < p < 0 on peut montrer que : m p < 0. Examinons le signe de m p. m p m p = m + p Sachant que : m < p alors m p < 0. Et puisque la quantité m + p est strictement positive, la division par ce nombre ne change pas le sens de l inégalité. On a donc : m p m+ p < 0 Donc m p < 0 cad m < p Pour ceux qui connaissent la théorie des fonctions, on fera le lien avec l aspect croissant de la fonction racine carrée sur l ensemble des réels strictement positifs D autres inégalités.. On considère un réel positif : x - x = x pour x = 0 ou x = 1 (déjà démontré) - x > x pour x ]0; 1[ - x < x pour x > 1 Exercice : En utilisant la formule de conjugaison et en s inspirant de la démonstration de la Propriété de Croissance démontrer ces inégalités. Exercice d application :Trouver tous les entiers n pour lesquels on a: n + 1 > π

9 4) Valeur absolue d un réel. Nous allons présenter une première définition de la valeur absolue d un nombre réel en utilisant la racine carrée. Notons que ce n est pas la version officielle que nous allons présenter en premier mais nous essayerons de montrer que les deux manières de présenter la valeur absolue sont équivalentes. Définition avec la racine carrée de la valeur absolue : On considère un réel p quelconque. On définit la valeur absolue de p par Absolue(p) = p 2 Vérifions que cette définition a un sens pour tout réel p. p 2 est un carré, c est donc un nombre positif (même si p est négatif) donc on peut en prendre la racine carrée. Quelques calculs de valeur absolue : Absolue(2) = 2 2 = 2 et Absolue( 3) = 3 3 = 9 = 3 Du comportement sympathique entre la racine carrée et le produit on peut tirer la propriété suivante : Abs(m p) = Abs(m) Abs(p) pour a et b des nombres réels. Démonstration : On se donne deux nombres réels m et p. Abs(mp) = (mp) 2 = m 2 p 2 = m 2 p 2 = Abs(m) Abs(p) d où le résultat.

10 En calculant quelques valeurs absolues on arrive à remarquer la chose suivante : x si x est positif Abs(x) = { x est x est négatif Montrons ce résultat en utilisant la compatibilité avec le produit. On remarquera avant la chose suivante : Abs( 1) = 1 Deux cas sont à étudier : - Si x est positif on a Abs(x) = x x = x x = x - Si x est négatif son opposé x est positif. On peut donc écrire que Abs(x) = Abs( 1 ( x)) = Abs( 1) abs( x) = 1 Abs( x) = x On vient donc de démontrer le résultat : x si x est positif Abs(x) = { x est x est négatif Nous venons d obtenir une nouvelle caractérisation de la valeur absolue. Nous dirons que la fonction valeur absolue est affine par morceaux. Exercice : Tracer une allure de la représentative associée à la fonction Abs. En exploitant les propriétés algébriques de la fonction racine carrée, on montre que : Abs(Inv(x)) = Inv(Abs(x)) pour un réel x quelconque. Abs ( x ) = Abs(x) pour x réel et y non nul. y Abs(y) Les démonstrations de ces formules sont laissées comme Exercice.

11 Dans un prochain épisode nous étudierons en détail cette fonction valeur absolue qui est à l origine de la notion de distance sur l ensemble des réels. A savoir que si l on se donne deux points m et p sur la droite réelle, on a : Abs(m p) = distance(m; p) En particulier prendre la valeur absolue d un nombre c est calculer sa distance à l origine. La valeur absolue vérifie l inégalité triangulaire : Abs(x y) Abs(x) + Abs(y) pour x et y des réels. 5) Introduction aux irrationnels avec 2 On va commencer par rappeler certaines définitions : Un entier est dît pair s il est divisible par 2. L entier n est pair SSI il existe un entier k tel que n = 2k. Un entier est dît impair s il n est pas divisible par 2. L entier n est impair SSI il existe un entier k tel que n = 2k + 1 Un nombre réel est dît rationnel s il peut s écrire comme quotient de deux entiers qui n ont pas de diviseurs communs. Un réel qui n est pas rationnel est dît irrationnel. L ensemble des rationnels se note Q. On souhaite montrer que 2 est irrationnel. On va donc démontrer que l écriture 2 = m p diviseurs communs est une absurdité. avec m et p des entiers sans

12 Un lemme : «Si le carré d un entier est pair alors l entier dont on prend le carré est un nombre pair.» Considérons un entier L 2 pair. Supposons que L n est pas pair ; il est donc impair. L s écrit alors L = 2h + 1 avec h un entier. On élève L au carré: L 2 = (2h + 1) 2 = 4h 2 + 4h + 1 = 2(2h 2 + 2h) + 1. Donc L 2 impair. Or nous avions supposé que le carré de L était pair. C est donc une contradiction, d où le lemme. On conclue que si le carré d un entier est pair, l entier est pair. Montrons par l absurde l aspect irrationnel de 2. On suppose tout d aborde que 2 est rationnel. Il existe donc deux entiers p et q tels que 2 = p avec p et q qui n ont pas de q diviseurs en communs. 2 = p q donc 22 = p2 p2 donc 2 = q2 q 2 donc 2q2 = p 2 Or 2q 2 = p 2 donc p 2 est pair. En appliquant le lemme, p est pair. p 2 pair signifie p = 2k avec k entier. Donc q 2 = 2k 2. q 2 = 2k 2 Donc q 2 est pair. En appliquant le lemme q est pair. Au final en supposant 2 rationnel on obtient deux entiers p et q pairs. Cela contredit qu ils sont sans diviseurs communs. D où l absurdité de 2 rationnel. Nous venons d obtenir un premier cas de nombre irrationnel.

13 En exercice on pourra essayer de montrer que 3 est irrationnel. Les nombres irrationnels ne sont pas tous obtenus avec la racine carrée, par exemple π. Nous montrerons beaucoup plus tard deux résultats de densité. Entre deux rationnels quelconques et distincts on peut trouver un irrationnel Entre deux irrationnels quelconques et distincts on peut trouver un rationnel.

Chapitre I : Nombres - Ensembles et opérations

Chapitre I : Nombres - Ensembles et opérations Algèbre Chapitre I : Nombres - Ensembles et opérations I. Rappels du collège - règles de calcul 1. Notions d'opposé et d'inverse Deux nombres sont opposés lorsque leur somme est égale à 0. Exercice : Donner

Plus en détail

Quelques notions vues au collège et en seconde

Quelques notions vues au collège et en seconde IUT Orsay Mesures Physiques Cours du 1 er semestre Quelques notions vues au collège et en seconde (complément destiné au travail personnel : non traité en amphi) A. Résumé simplifié sur la zoologie des

Plus en détail

Multiples et diviseurs

Multiples et diviseurs TS spé Multiples et diviseurs I. Divisibilité 1 ) Définition Plan du chapitre : I. Divisibilité II. Ensemble des diviseurs d un entier III. Exercices d application de la définition IV. Parité d un entier

Plus en détail

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Exercice 1 : Si et sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Déterminer les ensembles suivants, mettre

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013 Envoi Numéro 3 Corrigé 1 Exercices Juniors Exercice 1. On appelle diviseur propre d un entier n un diviseur positif de n qui est différent de 1 et de n.

Plus en détail

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES Cours Terminale S 1. Divisibilité dans Z 1) Multiples et diviseurs d un entier relatif a) Définition Définition 1 : Soient a et b deux entiers. On dit que a divise b si, et

Plus en détail

CLASSE DE SECONDE ACTIVITES NUMERIQUES.

CLASSE DE SECONDE ACTIVITES NUMERIQUES. LES NOMBRES 1. Les entiers naturels. 1.1 Nature. Un entier naturel dénombre une collection d objets. Ainsi : 0 signifie aucun objet ; signifie objets 0 ; 1 ; ; constituent l ensemble des entiers naturels.

Plus en détail

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N Nombres réels 1 Suites de rationnels Définition Une suite de rationnels (ou suite rationnelle) est une application u : N Q. Notation : Pour tout entier n, on note u n l image u(n) de l entier n par l application

Plus en détail

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné Table des matières 4 Propriétés de R 4. L ensemble des réels est un corps ordonné....................... 4.. Propriétés d ordre de R............................. 4..2 Valeur absolue..................................

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle 1 Fonction exponentielle Définition et variation Théorème Définition Il existe une unique fonction définie et dérivable sur telle que et Cette fonction est appelée fonction exponentielle

Plus en détail

Exercices sur la division euclidienne

Exercices sur la division euclidienne TS spé Exercices sur la division euclidienne On rédigera une phrase sur le modèle suivant : D après la calculatrice, on peut conjecturer que pour n..., le reste de la division euclidienne de 7n 15 par

Plus en détail

CH V : Généralités sur les suites réelles

CH V : Généralités sur les suites réelles CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout

Plus en détail

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne Exo7 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Sachant que l on a 96842 = 256 375+842, déterminer, sans faire la division, le reste de la division du nombre 96842 par chacun des

Plus en détail

Georg Cantor

Georg Cantor Le mathématicien allemand Georg Cantor a montré qu on ne peut pas numéroter tous les nombres réels, sans en oublier, et en ne donnant pas deux fois le même numéro à deux diérents. Ce qui paraît plus étonnant,

Plus en détail

ÉQUATIONS DIOPHANTIENNES MODULO N

ÉQUATIONS DIOPHANTIENNES MODULO N ÉQUATIONS DIOPHANTIENNES MODULO N Igor Kortchemski - Rappels de cours - Pour résoudre des équations diophantiennes, on a souvent recours à des congruences en considérant l équation modulo N. Mais quel

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire Mathématiques: Mise à niveau. Séance 02: Puissances et racines

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire Mathématiques: Mise à niveau. Séance 02: Puissances et racines UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 04 05 L Économie Cours de M. Desgraupes Mathématiques: Mise à niveau Séance 0: Puissances et racines Table des matières Valeurs

Plus en détail

CORRECTION - FX 0. ab a b + 1 1

CORRECTION - FX 0. ab a b + 1 1 Lycée Thiers CORRECTION - FX 0 Exercice. Somme et produit... qui est le plus grand? On considère deux entiers a, b >. Comparer et ab. On constate que : ab a b + = a ) b ) > 0 Or, si p, q sont entiers,

Plus en détail

les racines carrées :

les racines carrées : les racines carrées : 1) Introduction : il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 4 c est 2. il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 9, c est 3. Existe il un nombre positif

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES Définition 2.0. Une suite réelle est une application u : N R qui à tout n de N associe un élément u n de R, appelé terme général de la suite. On notera donc la suite (u n ),

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle.

Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle. Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle. L étude de ces trois célèbres problèmes de contructions géométriques à la règle et au compas nécessite

Plus en détail

Douala Mathematical Society : : Workbook-2c 2015 NOMBRES REELS 1) 1 1 4) )

Douala Mathematical Society :  : Workbook-2c 2015 NOMBRES REELS 1) 1 1 4) ) Douala Mathematical Society : www.doualamaths.net : Workbook-c 0 NOMBRES REELS EXERCICE 0 Calculer ) 7 8 ) 8 8 9 6 ) ) 8 8 6 ) 6 6) 7) 0 7 7 0 6 7 80 8) 6 0 6 0 7 9) 8 6 0 0) 7 9 ) 7 ) ) 7 7 ) ) 7 9 EXERCICE

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 6 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Combien 15! admet-il de diviseurs? Exercice 2 Trouver le reste de la division par 13

Plus en détail

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b.

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b. PGCD de deux entiers naturels Diviseurs communs à deux entiers naturels Soient a et b deux entiers naturels non tous les deux nuls. L ensemble des diviseurs communs à a et b est une partie de Z non vide

Plus en détail

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations Chapitre 5 Lois de composition internes - Relations 1. Lois de composition internes 1.1. Définition et exemples Définition 5.1 Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application

Plus en détail

Fiche sur la division euclidienne et sur les algorithmes liés à la divisibilité et à la division euclidienne

Fiche sur la division euclidienne et sur les algorithmes liés à la divisibilité et à la division euclidienne Fiche sur la division euclidienne et sur les algorithmes liés à la divisibilité et à la division euclidienne Propriétés : * a ; b * a ; b * a ; b! q ; r Propriété / a bq r et 0 r b.! q ; r / a bq r et

Plus en détail

EXERCICES D ARITHMÉTIQUE

EXERCICES D ARITHMÉTIQUE 101. 1. n désigne un entier naturel. a. Vérifier que, pour n = 15, le reste de la division euclidienne de (n + 2) 3 par n 2 est égal à 12n + 8. b. Déterminer tous les entiers n pour lesquels cette propriété

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

Exercices sur la division euclidienne

Exercices sur la division euclidienne TS spé Exercices sur la division euclidienne 1 Déterminer deux entiers naturels x et y sachant que leur somme est égale à 59 et que dans la division euclidienne de x par y le quotient est 8 et le reste

Plus en détail

Chapitre 1. Arithmétique

Chapitre 1. Arithmétique Chapitre 1. Arithmétique 1. Raisonnement par récurrence 1.1 Principe Il s agit d un raisonnement inductif, c est-à-dire un raisonnement visant à produire des connaissances par des conclusions plus générales

Plus en détail

CHAPITRE 1 Nombres Entiers

CHAPITRE 1 Nombres Entiers CHAPITRE 1 Nombres Entiers Relations et opérations Sous-ensembles remarquables Sommaire A) L'ensemble N des nombres entiers "naturels" 1) Propriétés de l addition 2) Propriétés de la multiplication 3)

Plus en détail

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques 1 er avril 01 En mathématiques, pour démontrer divers propriétés ou théorèmes, nous avons besoin d appliquer rigoureusement un raisonnement

Plus en détail

Racines carrées. Si a 0 alors ( a ) 2 =

Racines carrées. Si a 0 alors ( a ) 2 = Collège Elie COUTAREL Année 009-010. G.MANDALLAZ. Ecrit avec L A TEX Racines carrées 1 Définition Définition 1 On appelle racine carrée du nombre a supérieur ou égal à 0, noté a, le nombre positif dont

Plus en détail

Polynômes et fractions rationnelles

Polynômes et fractions rationnelles Polynômes et fractions rationnelles Exercice 1. Factoriser dans [ ] et dans [ ] le polynôme Allez à : Correction exercice 1 Exercice 2. Soit Factoriser dans [ ], puis dans [ ] et enfin dans [ ] Allez à

Plus en détail

Chapitre 2. Langage et raisonnement en mathématiques. 2.1 Les règles du jeux

Chapitre 2. Langage et raisonnement en mathématiques. 2.1 Les règles du jeux Chapitre 2 Langage et raisonnement en mathématiques 2.1 Les règles du jeux En mathématique, il y a deux processus fondamentaux : 1. construire des objets mathématiques (nombres, fonctions, figures géométriques,...)

Plus en détail

Opérations sur les nombres relatifs

Opérations sur les nombres relatifs Opérations sur les nombres relatifs I) Rappels : a) Définition : Un nombre relatif est un nombre écrit avec un signe + ou suivi d un nombre appelé partie numérique b) Définition : Un nombre relatif écrit

Plus en détail

Calcul numérique : opérations avec les nombres relatifs

Calcul numérique : opérations avec les nombres relatifs Calcul numérique : opérations avec les nombres relatifs François Meria 1 Introduction La définition d un nombre relatif est vue en classe de sixième et la somme et la soustraction de deux nombres relatifs

Plus en détail

1 Priorités sur les opérations

1 Priorités sur les opérations OBJECTIFS du chapitre Numéro Arithmétique Pour toi N1 Mener des calculs avec des expressions numériques N2 Mener des calculs avec des fractions N3 Utiliser les puissances de 10 et déterminer l écriture

Plus en détail

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE Igor Kortchemski N.B. Certains exercices utilisent le théorème Lifting the exponent (LTE). - Rappels de cours - On considère a Z et n 1 des entiers premiers entre

Plus en détail

Résolution de l équation x 3 y 3 2z 3 dans 3

Résolution de l équation x 3 y 3 2z 3 dans 3 Résolution de l équation x 3 y 3 z 3 dans 3 Lemme Si u et v sont deux entiers relatifs premiers entre eux, de parités différentes, et tels que u 3v soit le cube d un entier relatif, alors il existe deux

Plus en détail

logique I démonstration et théorie axiomatique 2 1 généralités 2 2 proposition, prédicat simple 2

logique I démonstration et théorie axiomatique 2 1 généralités 2 2 proposition, prédicat simple 2 logique Table des matières I démonstration et théorie axiomatique 1 généralités proposition, prédicat simple 3 prédicats composés 3 3.1 prédicat de négation....................................... 3 3.

Plus en détail

Séquence 1 : Arithmétique (Nombres et calculs)

Séquence 1 : Arithmétique (Nombres et calculs) Séquence 1 : Arithmétique (Nombres et calculs) Plan de la séquence : I- Rappels de 4ème: 1) Calculs 2) Fractions 3) Nombres relatifs 4) Puissances a) Définition b) Propriétés c) Calculs d expressions d)

Plus en détail

La division euclidienne

La division euclidienne TS spé La division euclidienne I. Théorème 1 ) Énoncé a et b Il existe un unique couple q, r d entiers tels que a bq r et 0 r b. lan du chapitre : I. Théorème II. Démonstration du théorème de la division

Plus en détail

Chapitre 7. Les nombres complexes. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. forme algébrique d un nombre complexe

Chapitre 7. Les nombres complexes. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. forme algébrique d un nombre complexe Chapitre 7 Les nombres complexes Objectifs du chapitre : item références auto évaluation forme algébrique d un nombre complexe résolution d équation du second degré dans C forme exponentielle d un nombre

Plus en détail

Nombres-calcul algébrique

Nombres-calcul algébrique Les ensembles de nombres Notions de troisième et exemples. notations-symboles d appartenance et d inclusion L ensemble N = {0; ; ;...} est appelé ensemble des entiers naturels et se note N. L ensemble

Plus en détail

Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence

Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence Chapitre 1 : Principe du raisonnement par récurrence Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence 1 I Exemple introductif On considère les suites de terme général : n (n + 1) u n = 0 + 1 + + (n

Plus en détail

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Nicolas SÉGARRA NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 014 CONTENU : Cours et exercices Congruences Commençons par trois exercices permettant de rappeler ce qui a été vu

Plus en détail

CHAPITRE 1 : NOMBRES RÉELS. 2. NOMBRES RÉELS R ensemble de nombres réels, c est-à-dire des nombres qui sont soit rationnels, soit irrationnels

CHAPITRE 1 : NOMBRES RÉELS. 2. NOMBRES RÉELS R ensemble de nombres réels, c est-à-dire des nombres qui sont soit rationnels, soit irrationnels 1. NOMBRES IRRATIONNELS Nombres décimaux dont le nombre de chiffres après la virgule est infini et non périodique : Ils n ont pas une écriture rationnelle 2. NOMBRES RÉELS R ensemble de nombres réels,

Plus en détail

CALCUL NUMERIQUE I. ENSEMBLES DE NOMBRES. a.) Entiers naturels

CALCUL NUMERIQUE I. ENSEMBLES DE NOMBRES. a.) Entiers naturels CALCUL NUMERIQUE I. ENSEMBLES DE NOMBRES a.) Entiers naturels Les entiers naturels sont les entiers positifs et 0. Par exemple, 0, 1, 2 et 5676 sont des entiers naturels. Par contre 45 n'en est pas un.

Plus en détail

Ex 1 : Montrer que pour tout entier naturel n, 9 divise 10 n 1. En déduire que pour tout entier naturel n, 9 ne divise pas 10 n + 1.

Ex 1 : Montrer que pour tout entier naturel n, 9 divise 10 n 1. En déduire que pour tout entier naturel n, 9 ne divise pas 10 n + 1. Fiches méthodes arithmétique Comment traiter un problème de divisibilité? Méthode : Pour les problèmes de divisibilité dans N ou dans Z, on se ramène à la définition de la divisibilité : b divise a signifie

Plus en détail

Analyse des fonctions usuelles

Analyse des fonctions usuelles Analyse des fonctions usuelles Viktoria HEU et Loïc TEYSSIER Dérivées et variations.1 Dérivée des blocs et opérations élémentaires.1.1 Axiomes de dérivation des blocs élémentaires Définition 1. On définit

Plus en détail

Nombres premiers. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2012 CONTENU : Cours et exercices. - Nombres premiers -

Nombres premiers. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2012 CONTENU : Cours et exercices. - Nombres premiers - DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Irène MARCOVICI NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 0 CONTENU : Cours et exercices Nombres premiers - Nombres premiers - Définition (Nombres premiers). Un entier naturel

Plus en détail

Conjugaison. Nathanaël FIJALKOW 23 juin 2011

Conjugaison. Nathanaël FIJALKOW 23 juin 2011 Conjugaison Nathanaël FIJALKOW 23 juin 2011 1 Définitions, énoncé du problème Soitnunentiernaturel.NousconsidéronslegroupeS n (pourlacomposition, notée ) des permutations de l ensemble {1,...,n}. Les permutations

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites Bibliothèque d exercices Énoncés L Feuille n 0 Suites Convergence Exercice Soit (u n ) n N une suite de R. Que pensez-vous des propositions suivantes : Si (u n ) n converge vers un réel l alors (u n )

Plus en détail

VERS LA MULTIPLICATION DES NOMBRES RELATIFS. Deux méthodes de recherche sont proposées :

VERS LA MULTIPLICATION DES NOMBRES RELATIFS. Deux méthodes de recherche sont proposées : VERS LA MULTIPLICATION DES NOMBRES RELATIFS Construction d une table de multiplication : Deux méthodes de recherche sont proposées : Complète la table de multiplication ci-dessous en commençant par les

Plus en détail

THEME : NOMBRE PAIR NOMBRE IMPAIR. Définition : Un nombre pair est un multiple de 2. Définition : Un nombre impair est un nombre qui n est pas pair.

THEME : NOMBRE PAIR NOMBRE IMPAIR. Définition : Un nombre pair est un multiple de 2. Définition : Un nombre impair est un nombre qui n est pas pair. THEME : NOMBRE PAIR NOMBRE IMPAIR Les nombres utilisés dans ce chapitre sont des entiers naturels ( 0, 1, 2, 3, 4,. ) Définition : Un nombre pair est un multiple de 2. 0, 2, 4, 16, 10 248 sont des nombres

Plus en détail

1 Notions de logique mathématique.

1 Notions de logique mathématique. Université de Provence 2012 2013 Introduction à l Analyse Chapitre 3 - Logique et Suites. 1 Notions de logique mathématique. 1.1 Assertions, propositions logiques, tables de vérité. On rappelle la notion

Plus en détail

CAPES épreuve 2 session Problème 1 : matrices d ordre fini

CAPES épreuve 2 session Problème 1 : matrices d ordre fini ... CAPES épreuve 2 session 2014 A. P. M. E. P. Prolème 1 : matrices d ordre fini Notations et définitions Dans tout le prolème, n désigne un entier naturel supérieur ou égal à 1. On désigne par M n (C)

Plus en détail

1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE.

1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE. 1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE. I- IMPLICATION- EQUIVALENCE. 1 ) Proposition. Définition 1. On appelle proposition mathématique, une phrase

Plus en détail

Corrigés d exercices pour les TD 1 et 2

Corrigés d exercices pour les TD 1 et 2 Corrigés d exercices pour les TD et 2 Soit E = C 0 ([0, ]; R) et A = {f E; f(x) 0 pour tout x [0, ]}.. Montrer que les applications qui à tout élément (f, g) E 2 associent respectivement d (f, g) = définissent

Plus en détail

Chapitre 2 : LES NOMBRES COMPLEXES : FORME ALGEBRIQUE

Chapitre 2 : LES NOMBRES COMPLEXES : FORME ALGEBRIQUE SOMMAIRE 1.ACTIVITES... 2 ACTIVITE 1... 2 ACTIVITE 2... 2 2. NOTION DE NOMBRE COMPLEXE... 3 DEFINITIONS ET PROPRIETES.... 3 3. INTERPRETATION GEOMETRIQUE.... 4 4. AFFIXE D UN VECTEUR, D UN BARYCENTRE...

Plus en détail

CHAPITRE 1 Nombres, expressions algébriques, équations

CHAPITRE 1 Nombres, expressions algébriques, équations CHAPITRE 1 Nombres, expressions algébriques, équations A) Les nombres 1) Historique Au départ, les nombres ont été inventés pour compter les objets : 1, 2, 3, 4 etc... On les appelle maintenant les entiers

Plus en détail

DERNIÈRE IMPRESSION LE 4 septembre 2014 à 23:33. Les nombres. 1 Introduction 2

DERNIÈRE IMPRESSION LE 4 septembre 2014 à 23:33. Les nombres. 1 Introduction 2 DERNIÈRE IMPRESSION LE 4 septembre 014 à 3:33 Les nombres Table des matières 1 Introduction Les entiers naturels : N.1 Règles de divisibilité............................ Décomposition en nombres premiers..................

Plus en détail

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths Chapitre 3 Suites numériques p. 2 Remarque importante. Ce cours n est pas indépendant du cours de Mathématiques pour tous. Ce document

Plus en détail

Polynômes et nombres entiers

Polynômes et nombres entiers Polynômes et nombres entiers Margaret Bilu 4 avril 015 1 Introduction Un polynôme est une expression P de la forme P = a d X d + a d 1 X d 1 + + a 1 X + a 0 où d est un entier naturel appelé degré du polynôme

Plus en détail

À partir de différentes propositions logiques, on peut en construire d autres grâce aux connecteurs

À partir de différentes propositions logiques, on peut en construire d autres grâce aux connecteurs Assertion Une assertion est une phrase (énoncé mathématique) qui peut être «vraie» ou «fausse», mais jamais les deux à la fois. Exemples: (3 > 0), (3 = 0) sont des assertions. L énoncé «L avenue des Champs

Plus en détail

Mathématiques. Un ensemble est une collection d objets nommés éléments ou membres de l ensemble.

Mathématiques. Un ensemble est une collection d objets nommés éléments ou membres de l ensemble. ENSEMBLE DE NOMBRES I. Rappels sur les ensembles 1. Définitions Un ensemble est une collection d objets nommés éléments ou membres de l ensemble. Il est décrit : - par la liste de ces éléments (il est

Plus en détail

Construction des entiers naturels

Construction des entiers naturels Construction des entiers naturels Tout ce qui suit est une définition et l étude des propriétés élémentaires de l ensemble des entiers naturels, définis dans le cadre axiomatique de la théorie des ensembles.

Plus en détail

PROPRIÉTÉ Dans une expression sans parenthèses. les multiplications et les divisions doivent être effectuées avant les additions et les soustractions.

PROPRIÉTÉ Dans une expression sans parenthèses. les multiplications et les divisions doivent être effectuées avant les additions et les soustractions. 1 Expressions sans parenthèses OBJECTIF 1 PROPRIÉTÉ Dans une expression sans parenthèses, les multiplications et les divisions doivent être effectuées avant les additions et les soustractions. s Calcul

Plus en détail

Exercices du chapitre 3 avec corrigé succinct

Exercices du chapitre 3 avec corrigé succinct Exercices du chapitre 3 avec corrigé succinct Exercice III.1 Ch3-Exercice1 Soient α et u 0 deux réels donnés. Soit alors (u n ) une suite géométrique définie par u n = αu n 1. Donner le terme général de

Plus en détail

Nombres complexes-partie 1

Nombres complexes-partie 1 Nombres complexes-partie 1 Dimension historique : documents distribués en début de séquence 1) Forme algébrique d un nombre complexe a) Théorème : Il existe un ensemble de nombres noté contenant l ensemble

Plus en détail

1 Introduction. 2 Où chercher les solutions?

1 Introduction. 2 Où chercher les solutions? 1 Introduction Une équation algébrique est une équation mettant en jeu une inconnue x qui n intervient que par ses puissances. Par exemple, les équation x 2 +5x = 7 et x 6 = x 5 +1 sont algébriques, mais

Plus en détail

ÉGALITÉS ET INÉGALITÉS

ÉGALITÉS ET INÉGALITÉS ÉGALITÉS ET INÉGALITÉS 1 Égalités Définition 1.1 Identité On appelle identité une égalité entre deux expressions qui est valable quelles que soient les valeurs des variables entrant en jeu dans ces expressions.

Plus en détail

Les nombres de Fermat

Les nombres de Fermat Divisibilité et division euclidienne - TS Les LPO de Chirongui 5 juillet 2015 1 - - I En 1640 le mathématicien Pierre de pensait que tous les nombres F n = 2 2n + 1 étaient (on appelle ces nombres les

Plus en détail

La décomposition de Dunford des endomorphismes.

La décomposition de Dunford des endomorphismes. Document de travail pour l atelier de la journée régionale APMEP d Aix-Marseille du 17 mai André BONNET andre.bonnet9@orange.fr La décomposition de Dunford des endomorphismes. En travaillant avec un jeune

Plus en détail

MT90/91-Fonctions d une variable réelle

MT90/91-Fonctions d une variable réelle MT90/91-Fonctions d une variable réelle Chapitre 3 : Suites numériques Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Juillet 2014 suivant Chapitre 3 Suites numériques 3.1 Définition, convergence, propriétés......................

Plus en détail

Divisibilité et congruences

Divisibilité et congruences CHAPITRE Divisibilité et congruences SÉQUENCE Divisibilité et division euclidienne (page 8) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème A. a) Le numéro du premier samedi 0 est 7 ; celui du deuxième samedi est 4 ;

Plus en détail

VALEUR ABSOLUE D UN RÉEL. ln 11

VALEUR ABSOLUE D UN RÉEL. ln 11 Lycée Thiers VALEUR ABSOLUE D UN RÉEL Définition et représentation graphique La valeur absolue d un nombre réel x est notée x. Il existe plusieurs façons équivalentes de la définir : x est la distance

Plus en détail

Les ensembles D. Daigle

Les ensembles D. Daigle Les ensembles D. Daigle 1. Notions de base La notation x A signifie que x est un élément de l ensemble A (elle se lit x est élément de A ou encore x appartient à A ). Remarquez que le symbole d appartenance

Plus en détail

Seconde 7 Chapitre 3 : Equations, inéquations 1

Seconde 7 Chapitre 3 : Equations, inéquations 1 Seconde 7 Chapitre 3 : Equations, inéquations 1 Chapitre 3 : Equations et inéquations dans IR 1 Equations dans IR 1.1 Vérifier qu un nombre est solution d une équation Dans chaque cas, dire si le réel

Plus en détail

Polycopié de Logique Mathématique

Polycopié de Logique Mathématique 1. Propositions. Université de la Nouvelle Calédonie. Licences Math, PC, SPI. Semestre 2. Polycopié de Logique Mathématique Une proposition est un enoncé mathématique qui peut être soit vrai (V) soit faux

Plus en détail

Les ensembles de nombres

Les ensembles de nombres Les ensembles de nombres www.phymaths.ch - Thème TM3-1011 1 er septembre 2010 Ce résumé présente les différents ensembles de nombres qu il est indispensable de connaître et dont il faut comprendre la construction.

Plus en détail

Objectifs du chapitre

Objectifs du chapitre 4 Congruence A dans Objectifs du chapitre Nous allons étudier la notion de congruence dans Z qui sera utilisée dans des problèmes de codage. B Pour débuter Activité 3 Le er janvier 202 était un dimanche.

Plus en détail

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 009-00 Chapitre : Correction des Travaux dirigés. Soit v n n i0 qi la somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q, et de premier terme.

Plus en détail

Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S

Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S 008 009 Généralités et raisonnement Classe de Terminale S (Option Maths) Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S Dernière mise à jour : Jeudi 4 Septembre 008 Vincent OBATON,

Plus en détail

Polynômes de Legendre sur [0,1], quadratures de Gauss

Polynômes de Legendre sur [0,1], quadratures de Gauss Polynômes de Legendre sur [,1], quadratures de Gauss Énoncé Polynômes de Legendre sur [,1], quadratures de Gauss On définit les suites de polynômes (U n ) et (P n ) de la manière suivante : U = 1 n 1,

Plus en détail

Chapitre 2 : Ordre. Valeur absolue

Chapitre 2 : Ordre. Valeur absolue Chapitre : Ordre. Valeur absolue I. Ordre et comparaison Comparaison de deu réels : Comparer deu réels a et b, c est chercher à savoir quel est le plus grand Règle de base : a < b équivaut à dire que a

Plus en détail

OPERATIONS SUR LES NOMBRES RELATIFS. COURS 5 : Addition de nombres relatifs

OPERATIONS SUR LES NOMBRES RELATIFS. COURS 5 : Addition de nombres relatifs CHAPITRE 2 OPERATIONS SUR LES NOMBRES RELATIFS COURS 5 : Addition de nombres relatifs Propriété Pour additionner deux nombres relatifs de même signe, on conserve le signe commun aux deux nombres pour le

Plus en détail

CH I) Les nombres. 3 ; 5 ; 9 ; 217 sont des entiers naturels, ils sont écrits à partir des 10 chiffres {0 ;1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ; 7 ; 8 ; 9 }.

CH I) Les nombres. 3 ; 5 ; 9 ; 217 sont des entiers naturels, ils sont écrits à partir des 10 chiffres {0 ;1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ; 7 ; 8 ; 9 }. CH I) Les nombres I) Les ensembles de nombres 1) Les entiers naturels N : ; 5 ; 9 ; 17 sont des entiers naturels, ils sont écrits à partir des 10 chiffres {0 ;1 ; ; ; ; 5 ; 6 ; 7 ; 8 ; 9 }. ) Les entiers

Plus en détail

mai triser les opérations sur les fractions ; nombre décimal, période, nombre rationnel ;

mai triser les opérations sur les fractions ; nombre décimal, période, nombre rationnel ; En normal, ce qui doit être connu comme «couche de fond» En gras le champ spécifique de la semestrielle de décembre En italique ce qui est explicitement exclu du champ de la semestrielle de décembre Chapitre

Plus en détail

Chapitre 5. Applications

Chapitre 5. Applications Chapitre 5 Applications 1. Définitions et exemples Définition 5.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Arithmétique. 1 Divisibilité dans Z

Arithmétique. 1 Divisibilité dans Z 1 Divisibilité dans Z 1.1 Généralités Définition 1 : Soit m et n deux entiers relatifs. On dit que n divise m (ou que n est un diviseur de m ou encore que m est un multiple de n) lorsqu il existe un entier

Plus en détail

Logique et Raisonnement

Logique et Raisonnement INSA Toulouse Cycle Préparatoire IFCI Module Outils Mathématiques Regroupement n 1 Logique et Raisonnement Introduction En mathématiques, on travaille avec des objets abstraits (nombres, ensembles, applications,

Plus en détail

LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES

LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES 1. LES PROPOSITIONS MATHÉMATIQUES Faire des mathématiques, c est faire avant tout des raisonnements, c est à dire partir d une ou plusieurs hypothèses et par

Plus en détail

Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés

Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : encadrer une intégrale Exercice 2 : donner un encadrement

Plus en détail

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n.

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n. 6 Arithmétique dans Z 6.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z = {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle que l

Plus en détail

Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple :

Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple : Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple : (P Q) ((P Q) (Q P)) ; (Sont déjà montrés.) (P Q) ( Q P) ( P Q). MAT1500

Plus en détail

Thème 6 : Racines carrées-le point sur les nombres

Thème 6 : Racines carrées-le point sur les nombres Thème 6 : Racines carrées-le point sur les nombres I - DEFINITION DE LA RACINE CARREE d un nombre positif a est un nombre positif La racine carrée de a notée a est le nombre positif tel que a a = ( a )

Plus en détail

Premier cours : division euclidienne sur Z et K[X]

Premier cours : division euclidienne sur Z et K[X] Premier cours : division euclidienne sur Z et K[X] Avant de donner la définition formelle d anneau, notion qui sera l objet principal de ce cours, on révise deux exemples importants : l ensemble Z des

Plus en détail