LES COMPETENCES DU GESTIONNAIRE DE PROJET : L ASPECT CULTUREL DE LA QUESTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES COMPETENCES DU GESTIONNAIRE DE PROJET : L ASPECT CULTUREL DE LA QUESTION"

Transcription

1 LES COMPETENCES DU GESTIONNAIRE DE PROJET : L ASPECT CULTUREL DE LA QUESTION Houda Elloumi Programme de Maîtrise en Gestion de Projet, UQO RÉSUMÉ Le métier du gestionnaire de projet (GP) est à la fois passionnant et complexe, nécessitant de nombreuses compétences ainsi qu une capacité d adaptation, surtout dans un milieu culturel différent et ce, pour être efficace et par conséquent mener à bien un projet. De ce fait, l efficacité des personnes confrontées à une équipe multiculturelle ou affectées à des projets internationaux dépend non seulement de leurs compétences techniques mais aussi dans une large mesure des compétences interculturelles, c'est-à-dire leurs qualités personnelles, dont la capacité d adaptation et de collaboration dans un milieu culturel différent. Forte de ce constat, cette recherche s articule dans cette optique et se propose d étudier précisément la relation existant entre la compétence interculturelle du GP et son efficacité en situation interculturelle. Afin de définir les facteurs de relation entre la compétence interculturelle et l efficacité en situation interculturelle du GP, nous avons effectué cinq entrevues avec des GP. Certains facteurs, tel que la perception de la personne, sont les mêmes que ceux définis par des auteurs et théoriciens. D autres facteurs, comme le collectivisme et la féminité, ont émergé lors des entrevues. Cette recherche propose des pistes très intéressantes pour des recherches futures.

2 PROBLÉMATIQUE DE LA RECHERCHE Les experts en gestion de projet s accordent à souligner que pour être efficace et par conséquent mener à bien un projet, le GP doit posséder un certain nombre de compétences, dont une capacité d adaptation surtout lors du travail avec un milieu de diverses cultures. La lecture des ouvrages, des bibliographies et de quelques revues nous a permis de mettre en place les grands éléments de notre problème qui s articule autour de deux concepts (les compétences du GP et la compétence interculturelle) qu il convient de définir. Avant d aborder la notion de «compétences du GP», il nous paraît approprié de définir la compétence. L auteur Labruffe (2005) définit la compétence comme étant «un ensemble de savoirs, savoir-faire et savoir faire-faire relatifs à un domaine de connaissances spécifique». (p.56) Labruffe (2005) définit également les termes «savoir», «savoir-faire» et «savoir faire-faire», comme suit : Savoir : tout ou partie d une connaissance théorique concernant la totalité d un sujet comme celle d une simple unité (exemple : connaît l écriture égyptienne). Savoir-faire : exercice de tout ou partie des techniques, des pratiques et des modes d emplois relatifs à un savoir (exemple : décrypte les hiéroglyhes égyptiens et sait écrire un texte). Savoir faire-faire : procédure qui permet d expliquer, d enseigner et de contrôler l exécution d un savoir-faire ou la connaissance d un savoir 90

3 (exemple : enseigne l écriture égyptienne, les symboles de décryptage). (p.57) Après avoir défini le concept général de la «compétence», nous entamons le sujet de notre recherche sur les compétences du GP. Une revue de la documentation sur ce sujet montre que plusieurs auteurs ont traité cette question. Comme il est difficile de présenter la liste exhaustive des définitions des différents auteurs, nous nous sommes limitées à la définition de l auteur Loufrani (2006) qui répond le mieux, à notre humble avis, à notre question générale. Loufrani (2006) se réfère à trois experts du management de projet Garel, Giard et Midler qui définissent quatre types de compétence que doit mobiliser un GP : La compétence instrumentale du pilotage de projet : une maîtrise minimale des principales instrumentations d analyse d un projet et de maîtrise de ses délais et de ses coûts, est nécessaire. On peut ainsi citer parmi elles les formalismes d analyse fonctionnelle et de décomposition en tâches, les outils d ordonnancement (diagrammes de Gantt, PERT), le contrôle des coûts par la valeur acquise, etc. Le rôle des institutions professionnelles (tels que l Association Francophone de Management de Projet AFITEP ou le Project Management Institute - PMI) est capital dans la diffusion du modèle instrumental de gestion de projet. La maîtrise des champs techniques impliqués dans le projet : un GP purement gestionnaire ne saurait exister bien longtemps s il ne peut débattre sur le fond des problèmes avec les acteurs métiers qu il coordonne. On ne lui demande pas évidemment d être un expert de tous les problèmes techniques débattus sur le projet, mais une maîtrise minimale des principales techniques mises en œuvre dans le projet est nécessaire pour ne pas se faire «rouler dans la farine» et pour construire sa légitimité dans les débats techniques. La compréhension des spécificités du projet et l adhésion à ses objectifs : manager un projet requiert une compétence qualifiée d historique, laquelle se construit au fur et à mesure du déroulement du projet. En effet, la connaissance fine des éléments historiques d un projet est une compétence en soi, qui ne s acquiert que par une participation et une implication du GP de bout en bout. Un nouveau 91

4 GP, arrivant en cours de projet, est de fait «incompétent», tout simplement parce qu il n a pas vécu toute la période antérieure à son arrivée et ne connaît donc pas l histoire quotidienne accumulée depuis la date de lancement. La compétence sociale : la majorité des ouvrages en management de projet insistent sur l importance des compétences de communication et de leadership du manager de projet. En fait, la principale difficulté qui se présente au GP est de parvenir à mobiliser des acteurs, sur lesquels il n a pas forcément de pouvoir formel. Dès lors, le carnet d adresses ou le réseau qu il a constitué au cours de sa carrière, ses qualités personnelles pour défendre son projet ou négocier avec des acteurs clés constituent des ressources indispensables. (p.1) Le GP est souvent entouré dans son travail par un milieu de cultures différentes et ce, pour deux raisons : (1) la société canadienne est par définition une société multiculturelle. Le Canada reçoit en effet entre 200 et 250 milles immigrants chaque année. Parmi eux, il y aura sans nul doute des GP ou des personnes qui évolueront dans le cadre de la gestion de projet. (2) de nos jours, les GP sont de plus en plus appelés à gérer et à développer des projets à l internationale. Dans ce contexte de mosaïque culturelle amenant parfois des incompréhensions, des malentendus, le GP a tout intérêt à maîtriser l aspect culturel et à utiliser la compétence interculturelle. Cette dernière, également présentée par des auteurs sous d autres vocables tels que «la compétence en communication interculturelle», «la compétence d intercompréhension», etc., est définie par Bennett (1999) comme étant : la capacité d interpréter les actes de communication intentionnels (paroles, signes, gestes) et inconscients (langage du corps) et les coutumes d une autre personne issue d une culture différente de la notre. L accent est mis sur l empathie et la communication. Le but est de prendre conscience que, 92

5 à partir de leur propre culture, les gens font des suppositions à propos des comportements et des croyances des gens d autres cultures. (p.436) Les définitions des deux concepts (compétences du GP compétence interculturelle), ci-haut présentées, permettent d identifier plusieurs axes de recherche en rapport avec notre problème général (Pour être efficace et par conséquent mener à bien un projet, le GP doit posséder un certain nombre de compétences, dont une capacité d adaptation surtout lors du travail avec un milieu de diverses cultures). Chacun de ces axes conduit à la formulation d une question générale de recherche. Nous avons choisi de nous concentrer sur la question générale suivante : Quelle est la situation du GP lorsqu il est confronté à une équipe multiculturelle, que ce soit au Canada (la société canadienne étant par définition multiculturelle), ou/et à l internationale? Afin de répondre à notre question générale de recherche, nous avons essayé dans cette partie d approfondir notre recherche, de l affiner et de la diriger vers une bibliographie spécialisée. Suite à une revue de la documentation scientifique, nous avons relevé quelques articles et livres portant sur ce thème. Dans un premier temps, nous mettrons l accent sur la situation du GP lorsqu il est confronté, au Canada même, à une équipe multiculturelle. Dans une phase ultérieure, nous donnerons une clarification sur la situation du GP destiné à l internationale. Sachant que dans nos analyses, nous nous concentrerons exclusivement sur la situation du GP lorsqu il est confronté, au Canada même, à un contexte multiculturel. 93

6 GP confronté, au Canada même, à une équipe multiculturelle Une mauvaise communication interculturelle en milieu de travail peut avoir des conséquences désastreuses. ( ) Toutefois, ce qui peut représenter un atout pour certaines entreprises peut aussi se transformer en cauchemar si leurs gestionnaires, peu ou pas sensibilisés à la réalité multiculturelle en milieu de travail, ne développent pas d'habiletés particulières de communication avec leur personnel. (Smet, 1998, p.31) «Il apparaît donc que les managers travaillant sur des équipes multiculturelles doivent être des communicateurs interculturels compétents pour collaborer efficacement avec des personnes de milieux culturels différents» (Audebert, 2000, p.80). C est pour cela que le GP a intérêt à : Communiquer des informations sur sa culture d origine Négocier dans un contexte de communication interculturelle Établir une communication interculturelle efficace Identifier les influences de sa propre culture au sein d une communication interculturelle Surmonter les barrières culturelles et linguistiques S initier à tout le champ des relations internationales. GP destiné à l internationale A l arrivée à un pays nouveau, Bross (2001) affirme qu il est courant de vivre une période d euphorie que l on peut qualifier de «lune de miel», convaincu de pouvoir surmonter facilement tous les défis. Viennent ensuite les problèmes liés à la transition. Il faut s adapter à une nouvelle culture, aux exigences du milieu de travail, à de nouvelles tâches et aux coutumes locales. La plupart des expatriés subissent un choc culturel à un 94

7 moment donné au cours de leur séjour, peu importe dans quelle mesure ils s y sont préparés. Ce choc se manifeste par des symptômes qui font souvent ressortir des aspects négatifs de la personnalité de l individu. (p.50) Ce choc culturel se manifeste par les symptômes suivants : Des réactions de stress, d'anxiété, de frustration Des difficultés à tenir une conversation normale Des sentiments de tristesse, de confusion, de dégoût, d'indignation Ennui, fatigue, incapacité à se concentrer ou à travailler efficacement, etc. De son côté, Trudel (2004) confirme qu'outre le choc culturel, le gestionnaire est catapulté dans un environnement où les méthodes de gestion sont différentes. On perd nos points de repère. Nos beaux principes de gestion qui fonctionnent au Québec peuvent être mal reçus ailleurs. Un gestionnaire qui aurait la bonne idée de déléguer à un employé indien, à Bombay, ne s'aide pas beaucoup. Il pensera alors bien agir en valorisant son équipe. Mais plutôt que de le voir comme un nouveau défi, l'employé indien conclura que son patron est incapable de faire lui-même son travail. (p.33) La revue de la documentation scientifique et de la bibliographie relative à ce sujet, nous a permis de repérer certaines lacunes dans les recherches antérieures, dont notamment : Le peu d ouvrages récents à ce sujet. Une lecture attentive de l étude de l auteur Howard (1992) nous a permis de découvrir que la sensibilité culturelle implique un grand défi puisqu elle fait appel à l écoute des autres, une qualité faiblement retrouvée dans la société nord-américaine étant plutôt axée sur l individualité. Se pose alors la question de savoir si les résultats de cette 95

8 étude axée sur «les expatriés américains du 21 ème siècle», peuvent être généralisés aux GP de pays africains, asiatiques ou européens. Il est vrai que la recherche sur les compétences interculturelles a généré une assez vaste littérature. Mais malgré cette profusion, il existe peu de recherches étudiant systématiquement les situations et les qualités des personnes en interaction (dans notre cas les GP), encore moins la relation entre les compétences interculturelles et l efficacité du GP. Cette observation est confortée par les propos de Demorgon et Lipiansky (1999) qui ont affirmé qu «en France, cette compétence interculturelle a été peu prise en compte jusqu à présent». (p.81) En témoigne également son faible recensement dans les moteurs de recherche. A l issue de notre inventaire critique de la documentation, nous estimons qu il est opportun et justifié d entreprendre de nouvelles recherches. D où l énoncé de la question spécifique de notre recherche : Quels sont les facteurs d explication de la relation entre les compétences interculturelles du GP et l efficacité de ce dernier, en particulier lorsqu il est confronté à une équipe multiculturelle au Canada? Donc nous traduirons cette question spécifique de la recherche en trois sousobjectifs spécifiques: Explorer en quoi consistent les compétences interculturelles selon le GP. Explorer en quoi consiste l'efficacité interculturelle selon le GP. 96

9 Explorer les facteurs de relation entre les compétences interculturelles et l'efficacité en situation interculturelle. CADRE CONCEPTUEL Dans ce travail, nous relevons trois concepts principaux : les compétences interculturelles du GP, l efficacité en situation interculturelle et les facteurs qui influencent la relation entre ces deux concepts. Dans ce qui suit, nous exposons dans un premier temps les principaux fondements des concepts et des dimensions. Dans un deuxième temps, nous formulons les propositions de la recherche. Définition des concepts et des dimensions Les compétences interculturelles du GP. Apparu il y a une dizaine d année (Henriette, 2005), le concept des «compétences interculturelles» ne cesse d acquérir de l importance, surtout au niveau des contacts mondiaux. En fait, la compétence interculturelle est considérée primordiale à des interactions réussies dans un environnement international. (Bartel, 2002) ou avec une ou groupe de personnes de cultures différentes (Henriette, 2005). Une revue de la documentation sur ce concept montre que plusieurs auteurs l ont traité. Comme il est difficile de présenter la liste exhaustive des définitions des différents auteurs, nous nous sommes limitées à la définition présentée par l auteur Henriette (2005) qui nous semble parmi les plus complètes et détaillées : «la compétence interculturelle 97

10 est la capacité de comprendre, d analyser les différences d une autre culture, de s y adapter, d y évoluer, d atteindre ses objectifs dans cette différence». (p.682) Selon Geoffroy (1998), il existe trois phases d accès à la compétence de médiation 1. Ces trois phases constituent nos trois dimensions qui vont nous permettre de mesurer la compétence interculturelle du GP. En vue de définir ces dimensions, Geoffroy (1998) se réfère à deux auteurs, à savoir Reitter (1997) et Byram (1997). Le tableau 1 récapitule ces trois dimensions. 1 Dans cette étude nous considérons que la compétence interculturelle peut être considérée sous l angle de la compétence de médiation et nous emploierons indifféremment ces deux concepts. 98

11 Tableau 1 Tableau récapitulatif des phases d accès à la compétence interculturelle Dimensions Fonctions adaptatives du Médiateur interculturel (Byram) moi (Reitter) [Traduction libre] Curiosité étonnement et Capacité à tolérer l ambiguïté Curiosité et franche ouverture Volonté de suspendre son incrédulité vis-à-vis d autres cultures et de suspendre ses convictions vis-à-vis de la science Reconnaissance et appréciation des différences Accès à la médiation Maîtrise des fonctions cognitives : - objectivité - recul - logique Transformation des savoirs en décisions : - concentration - empathie - capacité de s engager - capacité de prendre position - capacité de s exposer La connaissance des groupes sociaux, de leurs productions et de leurs pratiques dans son propre pays et celui de son interlocuteur, ainsi que des processus généraux d interaction sociétale et individuelle. Savoir interpréter et mettre en relation: - La capacité à identifier et expliquer les présuppositions contenues dans une formulation afin de diminuer le dysfonctionnement qui en résulte. - La capacité à se servir de la connaissance des attitudes et des compétences sous les contraintes de temps réel de communication d'interaction. libre] et [Traduction La première dimension : curiosité et étonnement : Elle concerne la tolérance à l ambiguïté que Reitter (1997) décrit comme la capacité de tolérer les dissonances cognitives. Cette forme de tolérance est à rapprocher des attitudes de «l intercultural speaker» décrites par Byram (1997), à savoir : ( ) curiosité et franche ouverture, volonté de suspendre son 99

12 incrédulité vis-à-vis d autres cultures et de suspendre ses convictions vis a vis de la science. (Geoffroy, 1998, p.49) La deuxième dimension : reconnaissance et appréciation des différences : Elle concerne la maîtrise des fonctions cognitives que Reitter (1997) définit ainsi : l objectivité (comprendre comment mes sentiments affectent ma capacité de comprendre le monde), le recul (qui permet, au delà des idées reçues, la spéculation intellectuelle et la création), la logique (la compréhension des chaînes causales, des rapports entre les moyens et les fins et des effets systématiques). Cette deuxième phase est à mettre en regard avec l acquisition des savoirs décrite par Byram (1997) : la connaissance des groupes sociaux, de leurs productions et de leurs pratiques dans son propre pays et celui de son interlocuteur, ainsi que des processus généraux d interaction sociétale et individuelle. (Geoffroy, 1998, p.50) La troisième dimension : l accès à la médiation : Elle concerne la phase de production définie par Reitter (1997) comme la transformation des savoirs en décision. Cette phase comprend : l empathie (la capacité de pouvoir saisir et interpréter le comportement d une personne de culture différente), la concentration (l articulation des tâches à accomplir, le choix des priorités), l habilité de s engager, de prendre position et de s exposer. (Geoffroy, 1998) Cette phase, considérée la plus créative et constructive selon Geoffroy (1998), comporte deux aptitudes décrites par Byram (1997), à savoir : savoir interpréter et mettre en relation, c est à dire la capacité à identifier les représentations ethnocentriques, à identifier des aires de malentendus et de dysfonctionnement, à les expliquer et à servir de médiateur lors de représentations conflictuelles : un médiateur interculturel sera capable de percevoir comment le malentendu s installe entre deux personnes du fait de leur ethnocentrisme, quelle que soit leur compétence linguistique, et sera capable d identifier et expliquer les présuppositions contenues dans une formulation afin de diminuer le dysfonctionnement qui en résulte. (Geoffroy, 1998, p.51) 100

13 Une combinaison des attitudes de la première dimension avec les savoirs de la deuxième dimension et les aptitudes de la troisième dimension vont engendrer la compétence interculturelle des GP. L efficacité en situation interculturelle. L efficacité en situation interculturelle des GP évoluera en fonction de leur capacité d adaptation aux conditions locales. Selon le Centre d Apprentissage Interculturel, l efficacité en situation interculturelle «se caractérise par l application du concept de diligence culturelle raisonnable non seulement au niveau des compétences individuelles, mais également au niveau des systèmes et processus de ressources humaines, de la gestion de projets ou des cycles de programme». (Doug, 2005, p.1) Kealey, Macdonald, Protheroe et Vulpe (2001) ont recensé un ensemble de compétences que possède une personne efficace en situation interculturelle. Ces compétences, énoncées et expliquées ci-dessous, constituent les neufs dimensions permettant de mesurer le concept de l efficacité interculturelle : Adaptation : les personnes efficaces sur le plan interculturel (PEI) ont la faculté de s adapter, sur les plans personnel, professionnel et familial, aux conditions et aux défis que présente le fait de vivre et de travailler dans une culture différente. Attitude de modestie et de respect : les PEI font preuve de modestie relativement aux réponses que leur propre culture apporte aux problèmes rencontrés à l étranger et respectent les façons de faire de la culture locale ; elles font preuve 101

14 d humilité dans leur connaissance du contexte local et sont donc désireuses d en apprendre davantage à cet égard et de consulter les habitants du pays avant de tirer leurs conclusions. Compréhension du concept de culture : les PEI comprennent le concept de culture et son influence omniprésente sur leur vie et leur travail à l étranger. Connaissance du pays hôte et de sa culture : les PEI connaissent le pays d accueil et sa culture et essaient en permanence d en apprendre davantage sur ces deux plans. Cette dimension ne sera pas prise en compte dans notre travail (dans le questionnaire d entrevue), vu qu elle est liée plutôt à une personne qui gère des projets à l internationale. Entregent : les PEI possèdent d excellentes qualités d entregent sur les plans social, personnel et professionnel. Connaissance de soi : connaissances de ses racines, de ses motivations, de ses points forts et points fables. Communication interculturelle : les PEI sont des communicatrices efficaces sur le plan interculturel. Compétences organisationnelles : les PEI s efforcent d améliorer la qualité des structures et des procédés organisationnels ainsi que le moral du personnel, et elles s attardent à promouvoir une ambiance positive en milieu de travail. Engagement personnel et professionnel : les PEI sont très engagés, sur les plans personnel et professionnel, envers la mission qui leur est confiée et l expérience de vie au contact d une autre culture. 102

15 Les facteurs de relation entre compétences interculturelles et efficacité en situation interculturelle. La revue de la documentation scientifique permet d affirmer qu il y a une relation entre les compétences interculturelles du GP, son efficacité en situation interculturelle et la réussite du projet. A cet égard, nous retenons ce qui a été souligné par Kealey et al. (2001) : La réussite des projets dépend de trois facteurs clés qui sont : l environnement l aspect organisationnel les qualités personnelles et les compétences interculturelles des GP. Bien que ces trois éléments soient importants, le profil d efficacité interculturelle avait pour objet d insister sur le troisième élément (...). Bien que les compétences personnelles ne soient pas à elles seules garantes de succès, sans elles, la réussite globale des missions ou des projets internationaux et interculturels peut être remise en question, pour ne pas dire impossible. (p. 10) Quant aux facteurs de relation entre compétence interculturelle du GP et son efficacité en situation interculturelle, la revue de la documentation révèle que plusieurs études ont identifié un bon nombre de facteurs, sans qu il y ait toutefois une définition et conceptualisation détaillées de ces facteurs. A cet égard, nous allons nous référer à Kealey (2001) qui a énuméré : la perception de la personne ; les relations ethniques ; les variables de contexte (âge, expérience, genre, etc.) ; les variables circonstancielles (conditions de vie, contraintes professionnelles, etc.) ; 103

16 les valeurs culturelles et professionnelles (individualisme, masculinité, écartement de l incertitude, distance par rapport au pouvoir) ; le style cognitif ; etc. Pour fixer nos propositions (objet de la partie suivante), nous nous sommes référées à certains des facteurs précités que nous estimons plus pertinents dans le cadre de notre recherche portant sur le GP qui gère des projets au Canada et non à l'internationale. A cet égard, nous avons choisi de nous concentrer en premier lieu sur la perception de la personne. Dans un deuxième lieu, nous nous sommes concentrées sur les relations ethniques. Dans un troisième temps, nous explorons les valeurs culturelles et professionnelles et enfin le style cognitif. Après le survol de la documentation et la présentation des définitions de nos concepts (les compétences interculturelles du GP, l efficacité en situation interculturelle, les facteurs de relation entre ces deux concepts) et des dimensions, il est temps de formuler les propositions de la recherche. Choix des propositions Perception de la personne. Kealey (2001) souligne que les personnes (dans notre cas les GP) capables de mieux comprendre et percevoir d autres personnes de cultures différentes seront en mesure de respecter autrui, susciter leur confiance, faire preuve d ouverture d esprit, écouter, observer et interpréter. Il affirme que «cette aptitude est essentielle à l établissement de relations de travail efficaces et à la création d une 104

17 ambiance propice au transfert des connaissances et des compétences». (p.26) D où notre 1 ère proposition : l aptitude de mieux comprendre et percevoir autrui est essentielle dans la relation entre compétence et efficacité interculturelle. Relations ethniques. Notre deuxième proposition s inspire des résultats de deux études. La première, portant sur les relations ethniques, a démontré qu une interaction sociale accrue entre une équipe de cultures différentes engendre des attitudes mutuelles plus amicales. La deuxième a révélé que les personnes les mieux placées pour la transmission des compétences accordent plus d intérêt à l interaction sociale, ce qui met en évidence une relation entre les contacts accrus et l efficacité en situation interculturelle. (Kealey, 2001) D ou l énoncé de notre 2 ème proposition : l interaction sociale et les relations avec des personnes de différents groupes culturels sont importants dans la relation entre la compétence interculturelle et l efficacité en situation interculturelle. Valeurs culturelles et professionnelles. La recherche sur les valeurs culturelles a révélé que les cultures nationales varient dans quatre dimensions. Il s agit en l occurrence de : écartement de l incertitude, individualisme, masculinité et distance par rapport au pouvoir. Nous retenons les dimensions individualisme et masculinité vu qu elles touchent plus que les deux autres, les GP confrontés à un contexte interculturel, selon Kealey (2001). D où l énoncé de notre 3 ème proposition : l individualisme et la masculinité jouent un rôle important dans la relation entre compétence et efficacité interculturelle. Style cognitif : dépendance et indépendance du champ. En se basant sur la théorie de l indépendance et la dépendance du champ (soulignant que les jugements de perception des personnes qui sont dépendantes du champ sont influencés par les réactions 105

18 et les impressions des autres. Quant aux personnes qui sont indépendantes du champ, elles portent des jugements sur leur propre perception), Kealey (2001) affirme que «des recherches montrent que, par rapport aux personnes indépendantes du champ, celles qui en dépendent semblent plus portées aux relations interpersonnelles, dont elles tirent un meilleur parti». (p.27) Kealey (2001) conclut que la description de la personne qui est dépendante du champ concorde sur plusieurs points avec le profit d un GP efficace. D où notre 4 ème proposition : la dépendance du champ joue un rôle important dans la relation entre compétence et efficacité interculturelle. CADRE MÉTHODOLOGIQUE Le mode de collecte de l information Des concepts ont été retenus grâce à une revue de la documentation scientifique. Nous essayerons de confirmer ou d infirmer ces concepts par l intermédiaire des entrevues semi-structurées. D une durée variant entre quarante cinq minutes et 1 heure, celles-ci ont été enregistrées et entièrement transcrites. Ce mode de collecte de l information a été retenu, puisqu il permet de cerner les propos des personnes interviewées avec plus de précision que le permettrait un questionnaire fermé. L entrevue semi-structurée nous permettra de couvrir les dimensions pertinentes à l objet spécifique, tout en laissant place à l émergence de nouvelles dimensions. (Quin, 1990) Nous optons pour ce mode de collecte de l information, vu que cette méthode semble moins coûteuse et rapide pour l obtention de réponses, que ce soit pour le participant ou pour le chercheur. 106

19 Instrument de collecte des données Appendice A) Nous avons préparé un schéma d entrevue composé de 21 questions. (voir La structure des entrevues. L'entrevue représente notre principal outil d investigation. Sa structure vérifie un certain nombre de principes : Il est tributaire de l importance des dimensions abordées dans la partie du cadre conceptuel. Les énoncés des questions sont clairs et simples. Les questions varient d une question à une autre. C est ainsi, que suivant les propositions et la nature du besoin en information, nous avons fixé des questions ouvertes qui s avéraient être les plus adaptés. L élaboration du schéma d entrevue. L élaboration du schéma d entrevue est considérée comme la principale étape de collecte d informations qui permet de répondre à la problématique posée. La grille d entrevue préparée vise principalement à identifier les impressions et les opinions des GP quant à leurs propres expériences de confrontation avec un groupe multiculturel lors de la réalisation de leurs mandats. Le schéma d entrevue est constitué de trois parties : compétence interculturelle ; efficacité en situation interculturelle ; facteurs de relation entre compétence interculturelle et efficacité en situation interculturelle. 107

20 Participants L échantillon de cette recherche qualitative est constitué de cinq GP qui gèrent des projets dans un contexte multiculturel. Le nombre d années d expérience de travail en situation interculturelle de nos répondants varient d une année à quinze ans. Nos interviewés sont quotidiennement en confrontation avec une équipe multiculturelle. Leurs domaines de spécialisation diffèrent d un GP à un autre, soit la gestion de projet, l informatique, la gestion des ressources humaines, le commerce, la gestion de l information et la coopération internationale. Considération éthique Un formulaire de consentement (voir Appendice B) a été préparé pour les interviewés afin de leur donner une idée sur l étude et son objectif puis de les informer que leur contribution est volontaire. Le répondant doit exprimer par écrit son consentement. Il convient ici de noter que toutes les considérations éthiques ont été considérées. A cet égard, nous avons attribué un code pour chacun de nos GP de 1 à 5, ce qui permettra de distinguer les interviewés en maintenant la confidentialité des entrevues. En plus, une fois les entrevues transcrites, les enregistrements ont été effacés. Seuls le chercheur et son directeur ont accès aux transcriptions. Celles-ci seront conservées pendant une durée de cinq ans, puis elles seront déchiquetées. Dans ce qui suit, nous allons procéder à une analyse de contenu basée sur les réponses de nos participants. Pour ce faire, nous avons utilisé la version 2.0 du logiciel 108

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Par Natalie Rinfret, Ph.D. Professeure Titulaire de la Chaire La Capitale en leadership dans le secteur public

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Document entrepreneurial

Document entrepreneurial Document entrepreneurial 1. La culture entrepreneuriale Comme mentionné, la culture entrepreneuriale est présente dans les trois visées du PFEQ. L élève entreprend et mène à terme des projets qui développent

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

L art de négocier au Mexique et au Brésil

L art de négocier au Mexique et au Brésil L art de négocier au Mexique et au Brésil Plan de la présentation 1. Introduction 2. La négociation: est-ce un art ou une science? 3. La négociation en contexte culturel différent 4. Les aspects de la

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS?

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS? Travailler en îlots bonifés selon la méthode pédagogique créée par Marie Rivoire. par Catherine Manesse et Anne Dauvergne IPR Langues vivantes Académie de Dijon Cette façon de travailler, dont on entend

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers 1/6 Accueil du Public Six Sigma opérationnel Gestion du stress et préservation de soi Pratique de la Médiation Gestion du temps Négociation Pratique Prise de parole en public Coaching individuel Préparation

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE 1- Cohérence de l élaboration du projet Activité 1.6 VISÉES ET INTENTIONS ÉDUCATIVES DU COURS Connaissance de soi, de son potentiel et de ses modes d actualisation connaissance de ses talents, de ses qualités,

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation Communication Description La capacité de communiquer efficacement est une compétence très importante pour réussir au travail. Une bonne communication en milieu de travail permet aux gens de recevoir et

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO)

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE 1 Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) 1 Évaluation de l oral : éléments à considérer Facilités

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Saviez-vous que nous retenons 10 % de ce que l'on lit 20% de ce que l'on entend 30% de ce que l'on voit 90% de ce que l'on fait?

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Acquis d apprentissage Interpersonnels : 1. Meilleure connaissance et empathie culturelle lors des échanges

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

C ACHING WAYS. Programme PAI

C ACHING WAYS. Programme PAI ING WAYS C ACHING WAYS COACHING WAYS Programme PAI INTRODUCTION A LA FORMATION COACHING WAYS PAI : Les clés du Coaching Cette formation conduit à devenir coach, à un niveau théorique PCC (ICF). 23 jours

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

SYNAXON GESTION LE QUESTIONNAIRE COACHING RESSOURCES HUMAINES

SYNAXON GESTION LE QUESTIONNAIRE COACHING RESSOURCES HUMAINES LE QUESTIONNAIRE 1. Êtes-vous conscient des effets de votre comportement sur les autres? 2. Est-ce que la motivation et le sentiment de réalisation sont des valeurs importantes pour vous? 3. Votre vie

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

Positiver la fonction de manager

Positiver la fonction de manager Positiver la fonction de manager Cycle de 9 jours soit 63 heures Les objectifs de la formation 1 COMMUNICATION MANAGÉRIALE Mieux se connaître dans son nouveau rôle de Manager. Prendre sa place et se positionner

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

PRÉFACE. Groupe Eyrolles

PRÉFACE. Groupe Eyrolles PRÉFACE Les entreprises, les organisations sont en permanence confrontées à l amélioration de leurs performances dans un environnement qu elles souhaitent sécuriser. Cette amélioration est de plus en plus

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre DOCUMENT OFFICIEL (version du 29 juin 2012) Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre Date de la rencontre initiale : Date de la rencontre de mi-année : Date de la rencontre d'évaluation

Plus en détail

Sommaire. Le dispositif... 2. Les manches... 2. Le groupe de préparation... 2. Contact... 2. Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème...

Sommaire. Le dispositif... 2. Les manches... 2. Le groupe de préparation... 2. Contact... 2. Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème... Sommaire Le dispositif... 2 Les manches... 2 Le groupe de préparation... 2 Contact... 2 Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème... 3 Adhésion des élèves au projet... 5 Dévolution des épreuves

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication»

Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication» 1 Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication» Auteurs : Maria Barbara Carroll De Obeso Rocke Rajaofetra Cours OIP 505 A «Sémiotique de la culture et communication interculturelle» INALCO

Plus en détail

Recrutement et placement LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC): UN DÉFI POUR LES FEMMES ET LES HOMMES.

Recrutement et placement LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC): UN DÉFI POUR LES FEMMES ET LES HOMMES. Recrutement et placement LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC): UN DÉFI POUR LES FEMMES ET LES HOMMES Electronic@ 2 Electronic@: recrutement et placement Les femmes et les technologies

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND 53 FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND Depuis 2004 Confore accompagne les entreprises à l aide d actions de Conseil et de Formations visant à développer les compétences, accroître le savoir-faire et poursuivre

Plus en détail

Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise

Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise GUIDE PRATIQUE ENTRETIEN PROFESSIONNEL Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI ENTRETIEN professionnel L article 1er de l accord national

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Château d Émylie Introduction Le service de garde Sainte-Claire a ouvert ses portes au milieu des années 80, et à ses débuts, une trentaine d enfants

Plus en détail

Les bases du management

Les bases du management Les bases du management 04/10/2010 1 L approche systémique 04/10/2010 2 UN SYSTHEME 04/10/2010 3 La Systémique Une approche systémique ne prétend jamais à l exhaustivité ni à l objectivité. Elle conçoit

Plus en détail

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Les facteurs de succès de votre démarche Tout en reconnaissant que votre

Plus en détail