Rapport d'analyse des besoins

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d'analyse des besoins"

Transcription

1 Projet ANR BR4CP (Business Recommendation for Configurable products) Rapport d'analyse des besoins Janvier 2013 Rapport IRIT/RR FR Redacteur : 0. Lhomme

2 Introduction...4 La configuration interactive...4 Le projet BR4CP...4 Analyse des besoins Expression des besoins Fonctions principales d un système de configuration Caractérisation de l'ensemble des configurations encore atteignables Variables particulières Ordre libre, ordre contraint, ordre partiellement contraint Suggestions de choix Optionalité, variables d'existence Packs Contraintes en extension Choix non compatible Identification des choix à remettre en cause Remise en cause de choix effectués Conseils / suggestions lors d une remise en cause Auto complétion Suggestions et préférences Outils de développement d une application de configuration Algorithmique des solveurs de configuration Environnement des solveurs de configuration Besoins pédagogiques Prise en compte des comportements de l utilisateur Symétries Classement des différents besoins...10

3 Figure

4 Introduction Une tendance générale dans la relation commerciale, que le produit concerné soit un bien matériel ou un service, est de proposer à l acheteur plus de possibilités, plus de choix. La configuration interactive Lorsque le produit fait intervenir plusieurs caractéristiques interdépendantes, la combinatoire des possibilités peut être difficile à appréhender par un acheteur, voire même par un vendeur spécialisé dans cette gamme de produits. Les systèmes de configuration interactive («sales configurator») ont pour rôle d aider acheteur et vendeur à se déplacer dans cet espace de choix. Les différents choix possibles ainsi que les différentes règles de compatibilité entre ces choix doivent être définis précisément et forment le modèle de configuration. Une fois ce modèle établi, il va permettre à un système de configuration interactive d interagir avec un acheteur, de gérer ses requêtes (qui typiquement restreignent partiellement certains des prochains choix possibles) et d émettre des propositions de produits complets. Le projet BR4CP Le projet BR4CP ambitionne d améliorer l algorithmique des systèmes de configuration interactive sous plusieurs aspects. En particulier, le projet aborde la question de la pertinence des propositions émises par un système de configuration, et propose comme thème fédérateur de s inspirer des systèmes de recommandations, largement utilisés dans la vente de produits standardisés. Analyse des besoins La première partie de ce rapport d analyse des besoins présente les besoins que les partenaires du projet ont rencontrés lors de diverses réalisations de systèmes de configuration. La seconde partie fait ressortir une structure matricielle de ces besoins, qui nous permet de classer précisément les différents besoins, et permettra de positionner les travaux des partenaires du projet.

5 1 - Expression des besoins Différentes applications de configuration, ainsi que différents solveurs génériques de problèmes de configuration ont été développés depuis plusieurs années par les partenaires du projet BR4CP. Nous insistons dans cette partie sur les fonctionnalités qui ont été importantes dans ces développements, et qui ont, en général, déjà été réalisées à plusieurs reprises, ainsi que sur des besoins qui n ont pas été toujours bien pris en compte. Les besoins étant étroitement liés aux fonctionnalités, nous les présenterons de manière conjointe sans forcément différencier les fonctionnalités déjà réalisées et les besoins ressentis mais pour l instant jamais pris en compte. Le terme de configuration regroupe une très grande variété de problèmes, et nous nous focalisons dans cette analyse des besoins sur les problèmes de configuration interactive. 1.1 Fonctions principales d un système de configuration L'évaluation de l'impact du choix d'un utilisateur sur l'espace des configurations possibles, ainsi que la présentation qui en est faite à l'utilisateur sont probablement les fonctionnalités principales d'un outil de configuration en ligne. Toutes les autres fonctionnalités en dérivent plus ou moins directement, qu'elles soient postérieures au choix proprement dit (impact sur le coût, ou encore la compatibilité avec d'autres options à choisir par exemple) ou bien qu'elles se positionnent en amont de ce choix (aide à la décision de l'utilisateur). 1.2 Caractérisation de l'ensemble des configurations encore atteignables Un élément indispensable d un système de configuration interactif est, après une série de choix de l'utilisateur, de différencier les futurs choix encore possibles des choix désormais interdits (tout au moins sans remise en cause des précédents choix). Ce besoin peut s avérer être trop coûteux en temps de calcul pour certains modèles de configuration (il correspond à calculer la projection exacte de l'ensemble des configurations possibles sur les domaines des valeurs possibles des différentes variables du problème). Pour donner une évaluation rapide des possibilités restantes après une série de choix de l'utilisateur, il peut être parfois nécessaire de calculer une simple approximation de l'espace des configurations possibles 1.3 Variables particulières Certaines variables comme le prix peuvent avoir droit à un traitement particulier: du fait de la nature numérique de cette valeur, et de la préférence commune d'un utilisateur vers les prix les plus bas, il est généralement suffisant de calculer non pas tous les prix possibles mais seulement le prix minimal encore atteignable à partir de l'ensemble courant des choix de l'utilisateur. D'autres variables jouent un rôle particulier: les délais de livraison peuvent être fortement dépendants de la configuration choisie, mais aussi du moment où la configuration a lieu. Par exemple, tant qu'il reste au moins un créneau dans le mois pour réaliser le produit configuré,

6 le délai pourra sembler acceptable à l'acheteur. Si à un moment donné, plus aucun créneau n'est disponible, le délai pourra devenir inacceptable et entrainer le choix d'une toute autre configuration. La fragilité/robustesse d une configuration donnée repose donc en grande partie sur cette notion de délai. 1.4 Ordre libre, ordre contraint, ordre partiellement contraint Concernant les choix faits par l'utilisateur, suivant les applications, l'ordre entre les variables pour lesquelles on doit choisir une valeur peut être entièrement libre, totalement fixé au départ, ou être partiellement contraint. 1.5 Suggestions de choix Dans certaines applications de configuration, le système de configuration doit aider l'utilisateur à faire un choix. Le système doit ainsi prendre en compte : - une connaissance de l'utilisateur (ses préférences, ses choix passés, ses déclarations, les actions d utilisateurs similaires, etc.) - et une connaissance du fournisseur du produit à configurer (ses politiques de ventes, ses historiques, etc.) Voir le paragraphe sur les suggestions et préférences 1.6 Optionalité, variables d'existence Certains choix utilisateurs peuvent éventuellement être proposés dynamiquement en fonction des choix précédents. Cet aspect est lié, plus généralement, à l'existence, dans certaines applications de configuration, de sous problèmes devant être générés dynamiquement (et automatiquement) en fonction de la valeur que prennent certaines variables. Ces variables d'existence permettent de raisonner sur la présence ou non de ces sous problèmes. Un autre problème est celui des variables chargées dynamiquement : pour des raisons de performance, il n'est parfois pas possible de charger la totalité d'un problème de configuration. 1.7 Packs Une notion de pack est parfois utilisée: un pack permet par exemple de tenir compte du fait que le prix d'un ensemble d'options données pour un véhicule est en fait différent de la somme des prix des options en question (a priori plus bas). 1.8 Contraintes en extension Un type de contrainte important en configuration est la contrainte définie en extension par un ensemble de tuples. Elle spécifie par exemple les caractéristiques de différents types de produit en jouant le rôle d un catalogue, ou encore les compatibilités ou incompatibilités entre composants. Cette contrainte est souvent appelée contrainte de table.

7 1.9 Choix non compatible Dans certaines applications de configuration, un choix qui n'est plus compatible avec l'ensemble de choix courant de l'utilisateur peut quand même être proposé par le système, avec par exemple une couleur différente pour le distinguer des choix restant compatibles. Un tel choix incompatible entraine une remise en question de certains des choix précédents de l'utilisateur. On peut aussi vouloir distinguer différents degrés d incompatibilité Identification des choix à remettre en cause Le système de configuration doit être capable d'identifier les choix à remettre en cause suite à un choix incompatible Remise en cause de choix effectués Le système de configuration doit aussi être capable de prendre en compte cette remise en cause une fois la correction de l utilisateur effectuée Conseils / suggestions lors d une remise en cause Dans certains cas, suite à un choix incompatible, l utilisateur a un besoin de conseil: il peut y avoir de nombreuses possibilités de remise en cause des choix courants afin de rendre cet ensemble cohérent avec le choix incompatible que l'utilisateur veut forcer. Dans ce cas, on attend du système de configuration qu'il propose des suggestions pour remettre en cause les précédents choix de façon pertinente. Voir le paragraphe sur les suggestions et préférences Auto complétion Le système de configuration a souvent besoin de compléter une configuration partielle, définie à partir des choix utilisateurs, afin de proposer une configuration complète. Pour cela, différents aspects sont à prendre en compte. Les contraintes du problème doivent bien entendu être vérifiées par les configurations complètes proposées par le système, ce qui positionne ce besoin dans la problématique de la recherche de solution dans un espace combinatoire. Cependant, l auto complétion ne se réduit pas à cette problématique : en général, on ne souhaite pas présenter à l utilisateur une solution quelconque mais une «bonne» solution, tenant compte des préférences de l'utilisateur et des préférences du fournisseur du produit configuré (voir le paragraphe sur les suggestions et préférences). Il est parfois possible de caractériser précisément l optimalité d une solution, et de se ramener à un problème d optimisation, mais il peut être particulièrement difficile à résoudre. Plus souvent, la définition d une «bonne» solution est plus floue, et calculer une solution optimale pour un critère non totalement spécifié ne fait pas grand sens ; on peut alors utiliser des approches plus liées à la structure du problème. En termes de performances, juste pour donner un ordre de grandeur des temps de réponse attendus, le système de configuration d un des partenaires du projet traite environ 2 millions d auto complétions par jour.

8 1.14 Suggestions et préférences Un besoin commun à différentes fonctionnalités d un système de configuration est celui de la pertinence du système de configuration lors de ses interactions de conseil à l utilisateur. C est un besoin multiforme, peu spécifié, et très ouvert, en particulier parce qu il correspond à de nouvelles façons d approcher les problèmes de configuration. Les recommandations/suggestions fournies par le système de configuration peuvent être construites à partir des connaissances sur l utilisateur comme, par exemple, son âge, le nombre de personnes dans sa famille, ses activités. On rejoint la problématique des systèmes de recommandation (filtrage collaboratif), qui évaluent la proximité du profil de l utilisateur à d autres profils connus, et en extrapolent un comportement attendu de l utilisateur. L utilisateur peut aussi orienter les suggestions qui lui sont faites en exprimant des préférences, et les besoins en ce domaine d un système de configuration se retrouvent abordés dans des domaines de recherche déjà bien étudiés liés à l expression, à l élicitation, et au traitement des préférences. Les préférences du fournisseur des produits configurés font aussi partie des éléments importants à prendre en compte, avec des particularités notables. La connaissance des produits disponibles en stock est un bon exemple d une préférence fournisseur, qui tend à orienter les conseils de configuration en fonction de l état du stock, selon qu il faut plutôt le remplir ou en écouler rapidement une partie. Par exemple, le système de configuration peut proposer des options qui sont bien représentées dans le stock, ou suggérer une montée en gamme vers des produits en stock. Plus généralement, le fournisseur des produits configurés peut vouloir prendre en compte des historiques de vente ou bien des directives du marketing Outils de développement d une application de configuration De nombreux besoins se retrouvent sous ce chapeau. En effet, le développement d une application de configuration est souvent difficile. La définition du modèle de configuration, donc en amont de la configuration proprement dite, est un problème en lui-même. La conception d une stratégie d'interaction de l'utilisateur avec ce modèle n est pas non plus toujours simple. Des outils logiciels peuvent apporter une aide précieuse, notamment des outils de vérification/validation du modèle : on pourrait ainsi vérifier que toutes les options d une configuration sont bien réalisables, que les contraintes sont bien prises en compte dans les configurations générées, etc. Un besoin de méthodologie de développement pour des applications de configuration est aussi identifié : le développement d un tel outil relève autant d un développement informatique que d une modélisation mathématique, alors que les méthodologies existantes ne portent que sur l un des deux aspects Algorithmique des solveurs de configuration On a toujours des besoins généraux sur les solveurs: plus déclaratifs, plus robustes, traitant de plus gros problèmes.

9 1.17 Environnement des solveurs de configuration L environnement des solveurs de configuration est aussi plutôt pauvre. Par exemple, on pourrait définir des langages/api plus orientés vers la configuration, plus faciles à utiliser, des éditeurs syntaxiques/sémantiques, des mécanismes de feedback du solveur sur le modèle Besoins pédagogiques On peut aussi relever la difficulté de développement pour des applications de configuration, ce qui soulève le besoin de formation des ingénieurs qui développent une application de configuration. On a un besoin de ressources pédagogiques (exemple : recettes de modélisation) 1.19 Prise en compte des comportements de l utilisateur Les systèmes de configuration interagissent avec des humains qui ont une manière particulière d'appréhender l'espace des solutions possibles : préférences imparfaitement définies, incohérence/évolution au cours de l interaction, impossibilité d'appréhender l'ensemble des solutions de manière globale, stratégies détournées (exemple: favoriser certaines options à la place d'autres en pensant a tort que cela diminuera le prix) Symétries De nombreuses symétries apparaissent en configuration. Par exemple, si deux sous systèmes symétriques doivent être configurés, le deuxième peut être déduit du premier et de la symétrie considérée. On économise ainsi potentiellement une nombre exponentiel de configurations.

10 2 - Classement des différents besoins Les différents besoins que nous avons rencontrés peuvent se positionner selon deux axes : - un axe caractérise l aspect propre à la résolution de problèmes de configuration interactive, et tient compte essentiellement des contraintes de ces problèmes. - L autre axe caractérise plutôt l aspect conseil/suggestion/recommandation attendu de la part de ces systèmes. Il porte donc plutôt sur les préférences et objectifs apparaissant dans ces problèmes. Un besoin particulier peut se représenter par des coordonnées relatives à ces deux axes. Cette représentation matricielle permet de bien montrer la richesse du croisement de l aspect résolution de problèmes de configuration et de l aspect conseil/suggestion/recommandation. Les multiples entrées de la matrice sont autant de sujets d études, qui, pour la plupart, répondent à des besoins concrets et pour certains semblent être originaux. L axe «résolution» se dérive ainsi en - «configuration partielle», - «configuration complète», - «modèle de configuration» - et ensemble vide (laissant ainsi une ligne pour les besoins indépendants de cet axe de résolution). L axe de suggestions se dérive pour sa part en - suggestions liées à l «historique» de l utilisateur ou du système, - «recommandations collaboratives», prenant en compte les comportements d une base d utilisateurs. - suggestions basées sur des «préférences», - «autres recommandations», par exemple la prise en compte du stock lors de l élaboration de suggestions. - et ensemble vide (laissant ainsi une colonne pour les besoins indépendants de cet axe de suggestions). Nous ne détaillerons pas toutes les cases de la matrice (voir la figure 1), nous faisons juste apparaitre dans les cases les besoins décrits en première partie de ce document, et décrivons quelques lignes de cette matrice pour en donner une idée générale. La ligne «configuration partielle» regroupe les thèmes :

11 - de cohérence des choix, par exemple, les besoins de consistance plus ou moins fortes, sur certaines variables, sur certaines valeurs, les ajouts/retraits de choix. Dans la colonne ensemble vide, c'est-à-dire sans connexions avec l axe des suggestions, on retrouve alors les problématiques classiques de la CP, de SAT, du MIP et des approches de compilation d automates. Les colonnes «suggestions» de cette ligne vont par exemple regrouper des travaux comme l identification de l effort algorithmique que l on va faire sur telle valeur en fonction par exemple du stock ou du niveau de recommandation de cette valeur. - de traitement des choix incompatibles, par exemple : analyse de conflit ; résolution manuelle, automatique, ou assistée du conflit ; notion de domaines alternatifs, qui est l ensemble de valeurs possibles dans le cas où on remettrait en cause un précédent choix, et qui peut se généraliser pour distinguer différents degrés d incompatibilité. Dans la colonne ensemble vide, c'est-à-dire sans connexions avec l axe des suggestions, on retrouve là encore alors des problématiques classiques. Les colonnes «suggestions» vont aborder par exemple des questions comme la génération de conflits préférés (dans le cas ou plusieurs conflits existent, certains sont plus importants que d'autres), ou encore l'élicitation et/ou l'utilisation de préférences pour gérer des conflits. - et d ordres des choix. La ligne «configuration complète» regroupe les thèmes : - d auto complétion d une solution partielle, par exemple, les besoins de. diversité des solutions proposées, les critères de qualité des configurations proposées prenant en compte les fonctions objectifs, les contraintes, des procédures utilisateurs spécifiant un comportement souhaité et déclenchées par des évènements particuliers. - de modifications d une configuration complète La ligne «Modèle de configuration» regroupe les thèmes : - qui utilisent la structure fine du problème de configuration considéré, par exemple le réseau de contraintes, les variables optionnelles, les packs - qui portent sur la vérification du modèle de configuration, par exemple on peut vouloir s assurer que chaque tuple d une catalogue est bien réalisable, ou vérifier des propriétés particulières sur l ensemble des configurations possibles. - de développement du modèle de configuration, par exemple, on peut vouloir trouver des descriptions minimales, compter des configurations particulières.

12 Figure 1 Ø Historique Suggestions Recommandation collaborative Préférences Autres Ø Cohérence des choix 1.2, 1.6, , ,1.14 Configuration partielle Traitement des choix incompatibles 1.6, 1.8, 1.9,1.10, ,1.10, ,1.10,1.12, ,1.7,1.10, ,1.7, 1.10, Configuration interactive Configuration complète Ordres des choix 1.4, 1.6, , 1.5, , 1.5, , 1.5,1.7, , 1.5,1.7,1.14 Complétion , , ,1.13, ,1.13,1.14 Modification 1.5, , ,1.7, ,1.7,1.14 Structure 1.6, Vérification Modèle de configuration Développement 1.15,1.17, ,1.17, ,1.17, ,1.17, ,1.17,1.18

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR :

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Introduction 1. Définition: Le crédit documentaire est un arrangement bancaire pour le règlement des transactions commerciales internationales. Plus précisément,

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Module de gestion des contacts et échanges avec les clients et fournisseurs (CRM)

Module de gestion des contacts et échanges avec les clients et fournisseurs (CRM) bmi-fact+ Module de gestion des contacts et échanges avec les clients et fournisseurs (CRM) Module commun aux applications bmi-fact, bmi-compta, POWERGES et Gest-Office. Qu est-ce qu un CRM (Customer Relationship

Plus en détail

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce Année 2007-2008 Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce B. Monsuez Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution

Plus en détail

GESTION DE PROJETS Coûts délais. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1

GESTION DE PROJETS Coûts délais. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Coûts délais 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Plan du cours: - Définitions, - Maîtrise des coûts et délais, - Gestion de l équipe projet, - Comité

Plus en détail

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins 1 DÉPLOIEMENT D UN ERP Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins LA CONDUITE D UN PROJET ERP La conduite d un projet d ERP est différente

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

Sage 100. La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur

Sage 100. La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur Sage 100 La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur Sage 100, la solution innovante pour les PME à l avenir prometteur Une PME a des besoins de gestion spécifiques, parfois sophistiqués,

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LES CONTRATS DE DEPOTS ET RACHATS

LES CONTRATS DE DEPOTS ET RACHATS LES CONTRATS DE DEPOTS ET RACHATS Ce logiciel gère aussi bien les produits Neufs, une petite Location de courte durée, les Objets Déposés et les objets d occasion RACHATS (Troc). Les Objets Neufs sont

Plus en détail

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Collaboration avec statisticien et data manager Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Rôle du statisticien dans une étude clinique Responsable

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur.

CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur. CELCAT Timetabler Le gestionnaire interactif d emploi du temps CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur. Notre

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

COMPLIANCE Consulting. Gardez la Maîtrise de vos Exigences. 18 mai 2011

COMPLIANCE Consulting. Gardez la Maîtrise de vos Exigences. 18 mai 2011 COMPLIANCE Consulting Gardez la Maîtrise de vos Exigences 18 mai 2011 Présentation Société Société Société de conseil spécialisée dans le transfert de technologies en matière de processus, de méthodes

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Service d Accompagnement ICE en vue d une

Service d Accompagnement ICE en vue d une Innovation and Consulting in Engineering IT Security Department Service d Accompagnement ICE en vue d une Certification Livre Blanc ISO 27001 Référence I.C.E : OS-ICE/SN/57/07/07/2010/v-01 Version v1.0

Plus en détail

Modèles et algorithmes pour le conseil et la gestion des préférences en configuration de produit. Introduction au projet ANR Blanc «BR4CP»

Modèles et algorithmes pour le conseil et la gestion des préférences en configuration de produit. Introduction au projet ANR Blanc «BR4CP» Modèles et algorithmes pour le conseil et la gestion des préférences en configuration de produit Introduction au projet ANR Blanc «BR4CP» Participants Cameleon: CRIL: IBM-ILOG : IRIT : LIRMM: Renault :

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

INFORMATIQUE - PROJET DE DEVELOPPEMENT INTERNET/INTRANET

INFORMATIQUE - PROJET DE DEVELOPPEMENT INTERNET/INTRANET MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Comité National SEPA SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Fiche n 1 Quels sont les pré-requis à remplir avant de débuter vos tests fonctionnels?

Plus en détail

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB NOM DU FICHIER TESSA : Togo_Ma_M1_S2_G_110213 PAYS TESSA : Togo DOMAINE DU MODULE : MATHEMATIQUES Module numéro : 1 Titre du module : Étude du nombre et de la structure

Plus en détail

NOTIONS DE E-BUSINESS

NOTIONS DE E-BUSINESS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION NOTIONS

Plus en détail

MANAGEMENT STRATEGIQUE

MANAGEMENT STRATEGIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION MANAGEMENT

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Assistant administratif et comptable niveau 4

Assistant administratif et comptable niveau 4 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Assistant administratif et comptable niveau 4 EVALUATION GDI DU SALARIE Assistant administratif et comptable niveau 4 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

Il y a deux types de société: celles qui s adaptent vite et celles qui disparaissent...

Il y a deux types de société: celles qui s adaptent vite et celles qui disparaissent... Vous souhaitez vendre vos produits en ligne et vous positionner sur le marché de l ebusiness? Avant que vos clients puissent pointer, cliquer et acheter, il vous faut définir un plan... António Dória Arnaud

Plus en détail

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers PROFIL DE LA SOCIÉTÉ Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers BIENVENUE Notre priorité est de comprendre les problèmes et les besoins de nos clients Merci d avoir pris le temps

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr CATALOGUE DE PRESTATIONS 1 2 3 SOLUTIONS GMAO performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr Présentation de nos prestations ACSSIOM vous apporte : - Par sa présence régionale, une garantie

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur Concepts de base I - du décisionnel I Quelques définitions 7 Les Phases de la Prise de décision 8 Aide à la décision 8 Le système d'information décisionnel 9 Références Bibliographiques 11 A. Quelques

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport

Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport CONSULTATION Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport Modalités de réponses Date limite de dépôt des propositions : Vendredi 2 décembre 2011 Les propositions

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

Marché public !"# $ Personne responsable du marché : Monsieur le président du Conseil général

Marché public !# $ Personne responsable du marché : Monsieur le président du Conseil général Marché public!"# $ Personne responsable du marché : Monsieur le président du Conseil général Comptable assignataire : Monsieur le payeur départemental Code nomenclature : 67.05 Marché n 05 MPA. Les services

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

2 / ENONCER ET DECRIRE LES FONCTIONS DE SERVICE A REALISER

2 / ENONCER ET DECRIRE LES FONCTIONS DE SERVICE A REALISER A / ENONCER LE BESOIN B / ENONCER ET DECRIRE LES FONCTIONS A SATISFAIRE C / LE RESPECT DES FONCTIONS DE SERVICE et LES CONTRAINTES ECONOMIQUES D / LE CAHIER DES CHARGES ET L ORGANISATION DU TRAVAIL et

Plus en détail

Evaluation et tests d une interface graphique

Evaluation et tests d une interface graphique Evaluation et tests d une interface graphique Tâcheconsidérée considérée Utilisateurs Poste de travail Domaine d activité Analyse de la tâche Contexte de travail Stéréotype d utilisateur Critères d utilité

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

<< Crédit Club Auto >>

<< Crédit Club Auto >> Abbas Ahmad Année 2010/2011 Matin Bayramov Analyse et Modélisation des Systèmes Informatique (AMSI) Projet de Modélisation UML > Professeur encadrant : M. GUILLAUME PAQUETTE Projet

Plus en détail

PRESENTATION FONCTIONNALITES

PRESENTATION FONCTIONNALITES Présentation du logiciel COMET (version DHOS) SOMMAIRE PRESENTATION FONCTIONNALITES Un logiciel au cœur de la gestion des savoir-faire DESCRIPTION Organisation des données Phase de gestion et traitement

Plus en détail

MP SUIVI DU PROJET Ch 9 SUIVI DU PROJET. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

MP SUIVI DU PROJET Ch 9 SUIVI DU PROJET. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 9 SUIVI DU PROJET 1 LES MOYENS DU SUIVI Le suivi est la phase la plus difficile du Projet Ce suivi ne sera efficace que si tout les moyens permettant le contrôle ont été mis en place dans la phase de préparation:

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Maîtrise de l énergie dans l habitat

Maîtrise de l énergie dans l habitat Séquence 1 : Quels sont les postes de consommation d énergie dans une habitation? 2 séances Séance Séquence 2 : Quel est le systéme de chauffage le plus économique? Séance Séquence 3 : Quels éléments composent

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon Gestion de Projet Informatique http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Mars 2005 Sommaire Gestion de projet informatique Cycle de vie du logiciel Modèles de Méthodes

Plus en détail

Sage BTP. Angoulême Bordeaux La Rochelle Poitiers Saintes Tours

Sage BTP. Angoulême Bordeaux La Rochelle Poitiers Saintes Tours Sage BTP Je vous prie de trouver ci-après le descriptif des ajouts fonctionnels de la version 5.20 de Sage Multi Devis Entreprise. Je reste à votre entière disposition pour tout complément d information.

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Logiciel dr.veto version 14.3.0

Logiciel dr.veto version 14.3.0 Logiciel dr.veto version 14.3.0 Release Note Mise à jour du 10 mars 2015 Nouveautés et améliorations Tél +33 (0)5 40 16 32 42 - support@drveto.com Table des matières 1. GESTION DE CAISSE... 3 Contrôle

Plus en détail

1 Début de l examen. Standard Operating Procedure 9.4. Utilisation du logiciel Campus pour les examens en ligne à la Faculté de Médecine 1.3.

1 Début de l examen. Standard Operating Procedure 9.4. Utilisation du logiciel Campus pour les examens en ligne à la Faculté de Médecine 1.3. Utilisation du logiciel Campus pour les examens en ligne à la Le but de ce document est de vous expliquer comment démarrer et terminer une session d examen avec Campus (version 1.3.5665), et vous indiquer

Plus en détail

Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur

Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur Cette partie introductive situe la place de l'algorithmique dans le développement logiciel et fournit au lecteur des conseils : conseils pour bien analyser

Plus en détail

Déploiement d ESUP-ECM à l Université de Valenciennes. Retour fonctionnel d expérience

Déploiement d ESUP-ECM à l Université de Valenciennes. Retour fonctionnel d expérience Déploiement d ESUP-ECM à l Université de Valenciennes. Retour fonctionnel d expérience 1. Situation de départ Utilisation de l outil intranet pour l ensemble du personnel dans 2 cadres différents : - Intranets

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce Heuristique et métaheuristique IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques Un algorithme heuristique permet d identifier au moins une solution réalisable

Plus en détail

ITINERAIRE FORMATIVE LA STRATÉGIE COMMERCIALE

ITINERAIRE FORMATIVE LA STRATÉGIE COMMERCIALE ITINERAIRE FORMATIVE LA STRATÉGIE COMMERCIALE Mode: Online Domaine/thème: LA STRATÉGIE COMMERCIALE. Nombre d'heures : 60 Méthodologie : La formation on line nous permet d'accéder aux contenus éducatifs,

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

GIND5439 Systèmes Intelligents. Septembre 2004

GIND5439 Systèmes Intelligents. Septembre 2004 GIND5439 Systèmes Intelligents Septembre 2004 Contenu du cours Introduction aux systèmes experts Intelligence artificielle Représentation des connaissances Acquisition de connaissances Systèmes à base

Plus en détail

Créer une page Google+ Pro www.croissance- internet.com

Créer une page Google+ Pro www.croissance- internet.com Créer une page Google+ Pro Développer concrètement son activité grâce à Internet Créer une page Google + Pro Créer une page «Google pour les pros» vous permettra de vous rendre immédiatement visible pour

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X 3 Création de pages dynamiques courantes Dans le chapitre précédent, nous avons installé et configuré tous les éléments indispensables à la mise en œuvre d une

Plus en détail

GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet. ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11. Mise en Œuvre UML version du 24 avril 2009

GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet. ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11. Mise en Œuvre UML version du 24 avril 2009 GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11 Mise en œuvre UML 1/ 25 Introduction Mise en œuvre d UML UML n est pas une méthode 2/ 25 1 UML n est qu un langage

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

plate-forme PaaS (Audit)

plate-forme PaaS (Audit) Contrôle d accès dans une plate-forme PaaS (Audit) Ahmed BOUCHAMI, Olivier PERRIN, LORIA Introduction La sécurité d une plate-forme collaborative nécessite un module d authentification et un module de

Plus en détail

Ce questionnement, est essentiel et permettra à votre prestataire de déduire les fonctions que votre site comportera.

Ce questionnement, est essentiel et permettra à votre prestataire de déduire les fonctions que votre site comportera. Guide du projet web Questionnez-vous! Quel message souhaitez-vous faire passer? A qui vous adressez-vous? Souhaitez-vous acquérir de nouveaux clients ou/et fidéliser votre clientèle? Quelle image souhaitez-vous

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Observatoire des ressources numériques adaptées

Observatoire des ressources numériques adaptées Observatoire des ressources numériques adaptées INS HEA 58-60 avenue des Landes 92150 Suresnes orna@inshea.fr TITRE DE LA FICHE B2I et Déficience Visuelle DATE DE PUBLICATION DE LA FICHE Mise à jour Novembre

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

Talend Technical Note

Talend Technical Note Mars 2011 Page 1 sur 5 Le MDM offre un hub central de contrôle et une vision unique des données maître de l'entreprise, quelles que soient les disparités entre les systèmes source. Il assure que les données

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Evaluer les compétences d un futur enseignant. Éléments méthodologiques et vigilances. Xavier ROEGIERS Condorcet, mars 2012

Evaluer les compétences d un futur enseignant. Éléments méthodologiques et vigilances. Xavier ROEGIERS Condorcet, mars 2012 Evaluer les compétences d un futur enseignant Éléments méthodologiques et vigilances Xavier ROEGIERS Condorcet, mars 2012 www.bief.be Place des Peintres, 5 B-1348 Louvain-la-Neuve +32 10 45 28 46 Structure

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

Mise en place des sprints

Mise en place des sprints 101 Chapitre 4 Mise en place des sprints 1. Introduction Mise en place des sprints Afin de parvenir à une mise en place efficace de ses sprints, l équipe doit prendre en compte divers facteurs, qui vont

Plus en détail

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux Foire aux questions SAP Learning Hub, édition User Adoption SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux SAP Learning Hub est une

Plus en détail