Rapport d'analyse des besoins

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d'analyse des besoins"

Transcription

1 Projet ANR BR4CP (Business Recommendation for Configurable products) Rapport d'analyse des besoins Janvier 2013 Rapport IRIT/RR FR Redacteur : 0. Lhomme

2 Introduction...4 La configuration interactive...4 Le projet BR4CP...4 Analyse des besoins Expression des besoins Fonctions principales d un système de configuration Caractérisation de l'ensemble des configurations encore atteignables Variables particulières Ordre libre, ordre contraint, ordre partiellement contraint Suggestions de choix Optionalité, variables d'existence Packs Contraintes en extension Choix non compatible Identification des choix à remettre en cause Remise en cause de choix effectués Conseils / suggestions lors d une remise en cause Auto complétion Suggestions et préférences Outils de développement d une application de configuration Algorithmique des solveurs de configuration Environnement des solveurs de configuration Besoins pédagogiques Prise en compte des comportements de l utilisateur Symétries Classement des différents besoins...10

3 Figure

4 Introduction Une tendance générale dans la relation commerciale, que le produit concerné soit un bien matériel ou un service, est de proposer à l acheteur plus de possibilités, plus de choix. La configuration interactive Lorsque le produit fait intervenir plusieurs caractéristiques interdépendantes, la combinatoire des possibilités peut être difficile à appréhender par un acheteur, voire même par un vendeur spécialisé dans cette gamme de produits. Les systèmes de configuration interactive («sales configurator») ont pour rôle d aider acheteur et vendeur à se déplacer dans cet espace de choix. Les différents choix possibles ainsi que les différentes règles de compatibilité entre ces choix doivent être définis précisément et forment le modèle de configuration. Une fois ce modèle établi, il va permettre à un système de configuration interactive d interagir avec un acheteur, de gérer ses requêtes (qui typiquement restreignent partiellement certains des prochains choix possibles) et d émettre des propositions de produits complets. Le projet BR4CP Le projet BR4CP ambitionne d améliorer l algorithmique des systèmes de configuration interactive sous plusieurs aspects. En particulier, le projet aborde la question de la pertinence des propositions émises par un système de configuration, et propose comme thème fédérateur de s inspirer des systèmes de recommandations, largement utilisés dans la vente de produits standardisés. Analyse des besoins La première partie de ce rapport d analyse des besoins présente les besoins que les partenaires du projet ont rencontrés lors de diverses réalisations de systèmes de configuration. La seconde partie fait ressortir une structure matricielle de ces besoins, qui nous permet de classer précisément les différents besoins, et permettra de positionner les travaux des partenaires du projet.

5 1 - Expression des besoins Différentes applications de configuration, ainsi que différents solveurs génériques de problèmes de configuration ont été développés depuis plusieurs années par les partenaires du projet BR4CP. Nous insistons dans cette partie sur les fonctionnalités qui ont été importantes dans ces développements, et qui ont, en général, déjà été réalisées à plusieurs reprises, ainsi que sur des besoins qui n ont pas été toujours bien pris en compte. Les besoins étant étroitement liés aux fonctionnalités, nous les présenterons de manière conjointe sans forcément différencier les fonctionnalités déjà réalisées et les besoins ressentis mais pour l instant jamais pris en compte. Le terme de configuration regroupe une très grande variété de problèmes, et nous nous focalisons dans cette analyse des besoins sur les problèmes de configuration interactive. 1.1 Fonctions principales d un système de configuration L'évaluation de l'impact du choix d'un utilisateur sur l'espace des configurations possibles, ainsi que la présentation qui en est faite à l'utilisateur sont probablement les fonctionnalités principales d'un outil de configuration en ligne. Toutes les autres fonctionnalités en dérivent plus ou moins directement, qu'elles soient postérieures au choix proprement dit (impact sur le coût, ou encore la compatibilité avec d'autres options à choisir par exemple) ou bien qu'elles se positionnent en amont de ce choix (aide à la décision de l'utilisateur). 1.2 Caractérisation de l'ensemble des configurations encore atteignables Un élément indispensable d un système de configuration interactif est, après une série de choix de l'utilisateur, de différencier les futurs choix encore possibles des choix désormais interdits (tout au moins sans remise en cause des précédents choix). Ce besoin peut s avérer être trop coûteux en temps de calcul pour certains modèles de configuration (il correspond à calculer la projection exacte de l'ensemble des configurations possibles sur les domaines des valeurs possibles des différentes variables du problème). Pour donner une évaluation rapide des possibilités restantes après une série de choix de l'utilisateur, il peut être parfois nécessaire de calculer une simple approximation de l'espace des configurations possibles 1.3 Variables particulières Certaines variables comme le prix peuvent avoir droit à un traitement particulier: du fait de la nature numérique de cette valeur, et de la préférence commune d'un utilisateur vers les prix les plus bas, il est généralement suffisant de calculer non pas tous les prix possibles mais seulement le prix minimal encore atteignable à partir de l'ensemble courant des choix de l'utilisateur. D'autres variables jouent un rôle particulier: les délais de livraison peuvent être fortement dépendants de la configuration choisie, mais aussi du moment où la configuration a lieu. Par exemple, tant qu'il reste au moins un créneau dans le mois pour réaliser le produit configuré,

6 le délai pourra sembler acceptable à l'acheteur. Si à un moment donné, plus aucun créneau n'est disponible, le délai pourra devenir inacceptable et entrainer le choix d'une toute autre configuration. La fragilité/robustesse d une configuration donnée repose donc en grande partie sur cette notion de délai. 1.4 Ordre libre, ordre contraint, ordre partiellement contraint Concernant les choix faits par l'utilisateur, suivant les applications, l'ordre entre les variables pour lesquelles on doit choisir une valeur peut être entièrement libre, totalement fixé au départ, ou être partiellement contraint. 1.5 Suggestions de choix Dans certaines applications de configuration, le système de configuration doit aider l'utilisateur à faire un choix. Le système doit ainsi prendre en compte : - une connaissance de l'utilisateur (ses préférences, ses choix passés, ses déclarations, les actions d utilisateurs similaires, etc.) - et une connaissance du fournisseur du produit à configurer (ses politiques de ventes, ses historiques, etc.) Voir le paragraphe sur les suggestions et préférences 1.6 Optionalité, variables d'existence Certains choix utilisateurs peuvent éventuellement être proposés dynamiquement en fonction des choix précédents. Cet aspect est lié, plus généralement, à l'existence, dans certaines applications de configuration, de sous problèmes devant être générés dynamiquement (et automatiquement) en fonction de la valeur que prennent certaines variables. Ces variables d'existence permettent de raisonner sur la présence ou non de ces sous problèmes. Un autre problème est celui des variables chargées dynamiquement : pour des raisons de performance, il n'est parfois pas possible de charger la totalité d'un problème de configuration. 1.7 Packs Une notion de pack est parfois utilisée: un pack permet par exemple de tenir compte du fait que le prix d'un ensemble d'options données pour un véhicule est en fait différent de la somme des prix des options en question (a priori plus bas). 1.8 Contraintes en extension Un type de contrainte important en configuration est la contrainte définie en extension par un ensemble de tuples. Elle spécifie par exemple les caractéristiques de différents types de produit en jouant le rôle d un catalogue, ou encore les compatibilités ou incompatibilités entre composants. Cette contrainte est souvent appelée contrainte de table.

7 1.9 Choix non compatible Dans certaines applications de configuration, un choix qui n'est plus compatible avec l'ensemble de choix courant de l'utilisateur peut quand même être proposé par le système, avec par exemple une couleur différente pour le distinguer des choix restant compatibles. Un tel choix incompatible entraine une remise en question de certains des choix précédents de l'utilisateur. On peut aussi vouloir distinguer différents degrés d incompatibilité Identification des choix à remettre en cause Le système de configuration doit être capable d'identifier les choix à remettre en cause suite à un choix incompatible Remise en cause de choix effectués Le système de configuration doit aussi être capable de prendre en compte cette remise en cause une fois la correction de l utilisateur effectuée Conseils / suggestions lors d une remise en cause Dans certains cas, suite à un choix incompatible, l utilisateur a un besoin de conseil: il peut y avoir de nombreuses possibilités de remise en cause des choix courants afin de rendre cet ensemble cohérent avec le choix incompatible que l'utilisateur veut forcer. Dans ce cas, on attend du système de configuration qu'il propose des suggestions pour remettre en cause les précédents choix de façon pertinente. Voir le paragraphe sur les suggestions et préférences Auto complétion Le système de configuration a souvent besoin de compléter une configuration partielle, définie à partir des choix utilisateurs, afin de proposer une configuration complète. Pour cela, différents aspects sont à prendre en compte. Les contraintes du problème doivent bien entendu être vérifiées par les configurations complètes proposées par le système, ce qui positionne ce besoin dans la problématique de la recherche de solution dans un espace combinatoire. Cependant, l auto complétion ne se réduit pas à cette problématique : en général, on ne souhaite pas présenter à l utilisateur une solution quelconque mais une «bonne» solution, tenant compte des préférences de l'utilisateur et des préférences du fournisseur du produit configuré (voir le paragraphe sur les suggestions et préférences). Il est parfois possible de caractériser précisément l optimalité d une solution, et de se ramener à un problème d optimisation, mais il peut être particulièrement difficile à résoudre. Plus souvent, la définition d une «bonne» solution est plus floue, et calculer une solution optimale pour un critère non totalement spécifié ne fait pas grand sens ; on peut alors utiliser des approches plus liées à la structure du problème. En termes de performances, juste pour donner un ordre de grandeur des temps de réponse attendus, le système de configuration d un des partenaires du projet traite environ 2 millions d auto complétions par jour.

8 1.14 Suggestions et préférences Un besoin commun à différentes fonctionnalités d un système de configuration est celui de la pertinence du système de configuration lors de ses interactions de conseil à l utilisateur. C est un besoin multiforme, peu spécifié, et très ouvert, en particulier parce qu il correspond à de nouvelles façons d approcher les problèmes de configuration. Les recommandations/suggestions fournies par le système de configuration peuvent être construites à partir des connaissances sur l utilisateur comme, par exemple, son âge, le nombre de personnes dans sa famille, ses activités. On rejoint la problématique des systèmes de recommandation (filtrage collaboratif), qui évaluent la proximité du profil de l utilisateur à d autres profils connus, et en extrapolent un comportement attendu de l utilisateur. L utilisateur peut aussi orienter les suggestions qui lui sont faites en exprimant des préférences, et les besoins en ce domaine d un système de configuration se retrouvent abordés dans des domaines de recherche déjà bien étudiés liés à l expression, à l élicitation, et au traitement des préférences. Les préférences du fournisseur des produits configurés font aussi partie des éléments importants à prendre en compte, avec des particularités notables. La connaissance des produits disponibles en stock est un bon exemple d une préférence fournisseur, qui tend à orienter les conseils de configuration en fonction de l état du stock, selon qu il faut plutôt le remplir ou en écouler rapidement une partie. Par exemple, le système de configuration peut proposer des options qui sont bien représentées dans le stock, ou suggérer une montée en gamme vers des produits en stock. Plus généralement, le fournisseur des produits configurés peut vouloir prendre en compte des historiques de vente ou bien des directives du marketing Outils de développement d une application de configuration De nombreux besoins se retrouvent sous ce chapeau. En effet, le développement d une application de configuration est souvent difficile. La définition du modèle de configuration, donc en amont de la configuration proprement dite, est un problème en lui-même. La conception d une stratégie d'interaction de l'utilisateur avec ce modèle n est pas non plus toujours simple. Des outils logiciels peuvent apporter une aide précieuse, notamment des outils de vérification/validation du modèle : on pourrait ainsi vérifier que toutes les options d une configuration sont bien réalisables, que les contraintes sont bien prises en compte dans les configurations générées, etc. Un besoin de méthodologie de développement pour des applications de configuration est aussi identifié : le développement d un tel outil relève autant d un développement informatique que d une modélisation mathématique, alors que les méthodologies existantes ne portent que sur l un des deux aspects Algorithmique des solveurs de configuration On a toujours des besoins généraux sur les solveurs: plus déclaratifs, plus robustes, traitant de plus gros problèmes.

9 1.17 Environnement des solveurs de configuration L environnement des solveurs de configuration est aussi plutôt pauvre. Par exemple, on pourrait définir des langages/api plus orientés vers la configuration, plus faciles à utiliser, des éditeurs syntaxiques/sémantiques, des mécanismes de feedback du solveur sur le modèle Besoins pédagogiques On peut aussi relever la difficulté de développement pour des applications de configuration, ce qui soulève le besoin de formation des ingénieurs qui développent une application de configuration. On a un besoin de ressources pédagogiques (exemple : recettes de modélisation) 1.19 Prise en compte des comportements de l utilisateur Les systèmes de configuration interagissent avec des humains qui ont une manière particulière d'appréhender l'espace des solutions possibles : préférences imparfaitement définies, incohérence/évolution au cours de l interaction, impossibilité d'appréhender l'ensemble des solutions de manière globale, stratégies détournées (exemple: favoriser certaines options à la place d'autres en pensant a tort que cela diminuera le prix) Symétries De nombreuses symétries apparaissent en configuration. Par exemple, si deux sous systèmes symétriques doivent être configurés, le deuxième peut être déduit du premier et de la symétrie considérée. On économise ainsi potentiellement une nombre exponentiel de configurations.

10 2 - Classement des différents besoins Les différents besoins que nous avons rencontrés peuvent se positionner selon deux axes : - un axe caractérise l aspect propre à la résolution de problèmes de configuration interactive, et tient compte essentiellement des contraintes de ces problèmes. - L autre axe caractérise plutôt l aspect conseil/suggestion/recommandation attendu de la part de ces systèmes. Il porte donc plutôt sur les préférences et objectifs apparaissant dans ces problèmes. Un besoin particulier peut se représenter par des coordonnées relatives à ces deux axes. Cette représentation matricielle permet de bien montrer la richesse du croisement de l aspect résolution de problèmes de configuration et de l aspect conseil/suggestion/recommandation. Les multiples entrées de la matrice sont autant de sujets d études, qui, pour la plupart, répondent à des besoins concrets et pour certains semblent être originaux. L axe «résolution» se dérive ainsi en - «configuration partielle», - «configuration complète», - «modèle de configuration» - et ensemble vide (laissant ainsi une ligne pour les besoins indépendants de cet axe de résolution). L axe de suggestions se dérive pour sa part en - suggestions liées à l «historique» de l utilisateur ou du système, - «recommandations collaboratives», prenant en compte les comportements d une base d utilisateurs. - suggestions basées sur des «préférences», - «autres recommandations», par exemple la prise en compte du stock lors de l élaboration de suggestions. - et ensemble vide (laissant ainsi une colonne pour les besoins indépendants de cet axe de suggestions). Nous ne détaillerons pas toutes les cases de la matrice (voir la figure 1), nous faisons juste apparaitre dans les cases les besoins décrits en première partie de ce document, et décrivons quelques lignes de cette matrice pour en donner une idée générale. La ligne «configuration partielle» regroupe les thèmes :

11 - de cohérence des choix, par exemple, les besoins de consistance plus ou moins fortes, sur certaines variables, sur certaines valeurs, les ajouts/retraits de choix. Dans la colonne ensemble vide, c'est-à-dire sans connexions avec l axe des suggestions, on retrouve alors les problématiques classiques de la CP, de SAT, du MIP et des approches de compilation d automates. Les colonnes «suggestions» de cette ligne vont par exemple regrouper des travaux comme l identification de l effort algorithmique que l on va faire sur telle valeur en fonction par exemple du stock ou du niveau de recommandation de cette valeur. - de traitement des choix incompatibles, par exemple : analyse de conflit ; résolution manuelle, automatique, ou assistée du conflit ; notion de domaines alternatifs, qui est l ensemble de valeurs possibles dans le cas où on remettrait en cause un précédent choix, et qui peut se généraliser pour distinguer différents degrés d incompatibilité. Dans la colonne ensemble vide, c'est-à-dire sans connexions avec l axe des suggestions, on retrouve là encore alors des problématiques classiques. Les colonnes «suggestions» vont aborder par exemple des questions comme la génération de conflits préférés (dans le cas ou plusieurs conflits existent, certains sont plus importants que d'autres), ou encore l'élicitation et/ou l'utilisation de préférences pour gérer des conflits. - et d ordres des choix. La ligne «configuration complète» regroupe les thèmes : - d auto complétion d une solution partielle, par exemple, les besoins de. diversité des solutions proposées, les critères de qualité des configurations proposées prenant en compte les fonctions objectifs, les contraintes, des procédures utilisateurs spécifiant un comportement souhaité et déclenchées par des évènements particuliers. - de modifications d une configuration complète La ligne «Modèle de configuration» regroupe les thèmes : - qui utilisent la structure fine du problème de configuration considéré, par exemple le réseau de contraintes, les variables optionnelles, les packs - qui portent sur la vérification du modèle de configuration, par exemple on peut vouloir s assurer que chaque tuple d une catalogue est bien réalisable, ou vérifier des propriétés particulières sur l ensemble des configurations possibles. - de développement du modèle de configuration, par exemple, on peut vouloir trouver des descriptions minimales, compter des configurations particulières.

12 Figure 1 Ø Historique Suggestions Recommandation collaborative Préférences Autres Ø Cohérence des choix 1.2, 1.6, , ,1.14 Configuration partielle Traitement des choix incompatibles 1.6, 1.8, 1.9,1.10, ,1.10, ,1.10,1.12, ,1.7,1.10, ,1.7, 1.10, Configuration interactive Configuration complète Ordres des choix 1.4, 1.6, , 1.5, , 1.5, , 1.5,1.7, , 1.5,1.7,1.14 Complétion , , ,1.13, ,1.13,1.14 Modification 1.5, , ,1.7, ,1.7,1.14 Structure 1.6, Vérification Modèle de configuration Développement 1.15,1.17, ,1.17, ,1.17, ,1.17, ,1.17,1.18

Modèles et algorithmes pour le conseil et la gestion des préférences en configuration de produit

Modèles et algorithmes pour le conseil et la gestion des préférences en configuration de produit Modèles et algorithmes pour le conseil et la gestion des préférences en configuration de produit Revue à mi parcours du projet ANR Blanc «BR4CP» Hélène Fargier - IRIT Résolution interactive Le «catalogue»

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP)

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Loris Marchal, Guillaume Melquion, Frédéric Tronel 21 juin 2011 Remarques générales à propos de l épreuve Organisation

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un site Internet

Modèle de cahier des charges pour un site Internet Modèle de cahier des charges pour un site Internet Modèle de cahier des charges Site Internet 1 Ce document a pour objectif de préciser quels éléments doivent être détaillés dans votre cahier des charges

Plus en détail

CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur.

CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur. CELCAT Timetabler Le gestionnaire interactif d emploi du temps CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur. Notre

Plus en détail

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab notre compétence d'éditeur à votre service créée en juin 2010, Scilab enterprises propose services et support autour

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Plateforme STAR CLM. Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise

Plateforme STAR CLM. Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise Plateforme STAR CLM Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise Groupe STAR Your single-source partner for corporate product communication Chaque plan de vol est unique... Chaque vol est un

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée.

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée. PRESENTATION QUI SOMMES-NOUS? La société VIEDOC, formée d ingénieurs expérimentés, conseille depuis 2004 les entreprises dans les domaines de la veille, de l intelligence économique et de l innovation.

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Extrait Alimenter l'entrepôt de données avec SSIS Business

Plus en détail

Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données

Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données Page 1 of 5 Microsoft Office Access Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données S'applique à : Microsoft Office Access 2007 Masquer tout Les programmes de feuilles de calcul automatisées, tels que

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

DEMARCHE ET MISE EN ŒUVRE

DEMARCHE ET MISE EN ŒUVRE Chapitre I : CONVENTIONS D ECRITURE 15 CHAPITRE I DEMARCHE ET MISE EN ŒUVRE Le développement de fonctions mathématiques peut répondre à plusieurs critères ou objectifs tels que la vitesse d exécution,

Plus en détail

1 Introduction. Business Intelligence avec SharePoint Server 2010

1 Introduction. Business Intelligence avec SharePoint Server 2010 Business Intelligence avec SharePoint Server 2010 1 Introduction Dans le chapitre précédent, nous avons créé une collection de sites et activé les fonctions de restitution décisionnelles du serveur SharePoint

Plus en détail

Service On Line : Gestion des Incidents

Service On Line : Gestion des Incidents Service On Line : Gestion des Incidents Guide de l utilisateur VCSTIMELESS Support Client Octobre 07 Préface Le document SoL Guide de l utilisateur explique comment utiliser l application SoL implémentée

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense Master Data Management pour les données de référence dans le domaine de la santé Table des matières CAS D ETUDE : COLLABORATION SOCIALE ET ADMINISTRATION

Plus en détail

Comment automatiser la création d index multiples avec Word 2010. Paul-Henri Dumas - URFIST - 2014

Comment automatiser la création d index multiples avec Word 2010. Paul-Henri Dumas - URFIST - 2014 Comment automatiser la création d index multiples avec Word 2010 Qu est ce qu un index? Un index fait partie de l apparat savant d un travail scientifique, tout comme la table des matières, le sommaire

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, qu ils disposent ou non d une structure de veille dédiée.

Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, qu ils disposent ou non d une structure de veille dédiée. PRESENTATION QUI SOMMES-NOUS? La société VIEDOC, formée d ingénieurs expérimentés, conseille depuis 2004 les entreprises dans les domaines de la veille, de l intelligence économique et de l innovation.

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Ecoles européennes Bureau du Secrétaire Général Ref. : 2010-D-441-fr-5 Orig. : FR PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Préambule aux programmes SUIVI DU COMITE PEDAGOGIQUE MIXTE DES 9,

Plus en détail

Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015

Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015 Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015 Principales évolutions : Les principales évolutions par rapport aux versions précédentes ont été surlignées en jaune. Article modifié Charte de conception Article

Plus en détail

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises :

Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : LIVRE BLANC SUR LES MEILLEURES PRATIQUES Mesurer le succès Service Desk Guide d évaluation pour les moyennes entreprises : Choisir la meilleure solution de support technique et améliorer le retour sur

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Atelier marin. - Vers un suivi optimal des lagons et récifs -

Atelier marin. - Vers un suivi optimal des lagons et récifs - Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie Atelier marin - Vers un suivi optimal des lagons et récifs - Bases de données de la CPS pour les pêches récifales: Objectifs, réalisations et retour

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

Contenu. N Pages. Formavision: Une approche pratique de la formation 2. Objectifs de la séance 3

Contenu. N Pages. Formavision: Une approche pratique de la formation 2. Objectifs de la séance 3 QUAND LE MANAGER DEVIENT "COACH"... GUIDE DE L'ANIMATEUR LA BOITE A OUTILS D U M A N A G E R Contenu Formavision: Une approche pratique de la formation 2 Objectifs de la séance 3 Les cinq étapes pour qu'un

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

Eléments pratiques de test des Hiérarchies et Frameworks

Eléments pratiques de test des Hiérarchies et Frameworks Eléments pratiques de test des Hiérarchies et Frameworks Notes de cours Christophe Dony Master Info Pro - Université Montpellier-II 1 Introduction 1.1 Définitions Génie Logiciel No 18, Mars 1990. EC2.

Plus en détail

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Formation STMG 2012 Introduction Définition d un PGI Place du PGI en STMG Exemple de PGI : Premier contact avec une courte démonstration basée sur EBP Openline

Plus en détail

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN"

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN" Comprendre le rôle de la chaîne logistique. Acquérir des outils et méthodes indispensables à la maîtrise de la SCM Maîtriser la mise en place de solutions

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques François Delarue) PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Ce texte vise à modéliser de façon simple l évolution d un actif financier à risque, et à introduire,

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES UNR - RÉGION DES PAYS DE LA LOIRE ÉQUIPEMENT ET USAGES CHEZ LES ÉTUDIANTS MARS 2009 Présentation de l'enquête Les universités d'angers,

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

Conditions du support technique

Conditions du support technique Conditions du support technique Les présentes dispositions décrivent les services de support technique commandés par le CLIENT à ScalAgent Distributed Technologies, ci-après désignée SCALAGENT, et les

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL 31 août 2004 Plate-Forme Opérationnelle de modélisation INRA ACTA ICTA http://www.modelia.org FICHE DU DOCUMENT 10 mai 04 N.Rousse - : Création : version de

Plus en détail

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles 11 18 nov. 2002 Cette section est basée tout d abord sur la référence suivante (manuel suggéré mais non obligatoire) : R. Miller and

Plus en détail

Méthodologie de mise en place de

Méthodologie de mise en place de Méthodologie de mise en place de solutions libres en bibliothèques universitaire Ludovic MECHIN doxulting 4 juin 2009 2 Sommaire Spécificités d'un projet d'implantation d'un logiciel libre ou open source

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION

Table des matières INTRODUCTION LE REGIME DE LA SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE EN ALLEMAGNE Table des matières A. POSSIBILITES D ORGANISATION...2 1. Contrat - cadre...2 2. Evaluation du fournisseur...3 3. Convention sur l assurance - qualité...3

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Firewire Guide d amélioration des performances ( PC)

Firewire Guide d amélioration des performances ( PC) Firewire Guide d amélioration des performances ( PC) Le présent guide vous indiquera les différentes étapes afin d assurer que le contrôleur Firewire ( également connu sous le nom IEEE 1394) est configuré

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus C A T A L O G U E F O R M A T I O N S 2014 Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus Méthodes prévention AMDEC (Analyse

Plus en détail

Intelligence d affaires nouvelle génération

Intelligence d affaires nouvelle génération Intelligence d affaires nouvelle génération Sept étapes vers l amélioration de l intelligence d affaires par l entremise de la recherche de données À PROPOS DE CETTE ÉTUDE Les approches traditionnelles

Plus en détail

Module ebay pour PrestaShop Guide du vendeur

Module ebay pour PrestaShop Guide du vendeur Module ebay pour PrestaShop Guide du vendeur Basé sur le module d'extension version 1.7.1, publié en 04/2014 Version du document : 1.4, 08/2014 1 Informations et aide Généralités Pour obtenir des informations

Plus en détail

DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova

DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova I. Introduction Dans une période où la plasticité peut aider à réduire les coûts de développement de projets comme des applications mobile,

Plus en détail

Mon compte : gérer les tâches administratives

Mon compte : gérer les tâches administratives Page 1 Mon compte : gérer les tâches administratives 1 Un compte Kiubi : des sites Kiubi...3 2 Les formules...4 2.1 La période d essai...4 2.2 Créditer le site...4 Vous n avez plus assez de crédits?...7

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles

Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles Modélisation et optimisation participative des processus métier assistées par un jeu de rôles Les organisations doivent aujourd hui s'adapter de plus en plus vite aux évolutions stratégiques, organisationnelles

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DOD SEICAM RFI Demande d information EVDEC Réf. : RFI_EVDEC- GT5_Outil_reporting_BI_v4.doc Page 1/11 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) OUTIL INTÉGRÉ DE REPORTING ET D ANALYSE DÉCISIONNELLE

Plus en détail

SAAS : quelles licences open source adopter?

SAAS : quelles licences open source adopter? SAAS : quelles licences open source adopter? Logiciels et Services pour réussir les grands projets du Libre Anne Perny, Stagiaire juriste Sous la direction de Benjamin Jean Sommaire 2 Saas : faut-il une

Plus en détail

Utilisation avancée de SugarCRM Version Professional 6.5

Utilisation avancée de SugarCRM Version Professional 6.5 Utilisation avancée de SugarCRM Version Professional 6.5 Document : Utilisation_avancee_SugarCRM_6-5.docx Page : 1 / 32 Sommaire Préambule... 3 I. Les rapports... 4 1. Les principes du générateur de rapports...

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATIONS RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATIONS RFI (Request For Information) Demande d informations MAINTENANCE SERVEURS RFI_MITI_Maintenance_Serveurs_v2.docx MITI DEMANDE D INFORMATIONS RFI (Request For Information) - MITI MAINTENANCE DE SERVEURS INFORMATIQUES RFI_MITI_Maintenance_Serveurs_v2.docx

Plus en détail

Utilisation avancée de SugarCRM Version Professional 6.0

Utilisation avancée de SugarCRM Version Professional 6.0 Utilisation avancée de SugarCRM Version Professional 6.0 Document : Utilisation_avancee_SugarCRM_6-0.docx Page : 1 / 29 Sommaire Préambule... 3 I. Les rapports... 4 1. Les principes du générateur de rapports...

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Modélisation Prédictive Robuste

Modélisation Prédictive Robuste INTELLIGENT TECHNOLOGIES Modélisation Prédictive Robuste GENERATE P R E D I C T O P T I M I Z E Découvrir l'essentiel. pour comprendre, prédire et optimiser. est une solution inédite de modélisation et

Plus en détail

LANDPARK ACTIVE DIRECTORY OPEN/LDAP

LANDPARK ACTIVE DIRECTORY OPEN/LDAP LANDPARK ACTIVE DIRECTORY OPEN/LDAP Solutions complètes d'inventaire, de gestion de parc et de helpdesk ITIL Avril 2014 LANDPARK ACTIVE DIRECTORY /OPENLDAP INDISPENSABLE POUR INTÉGRER AUTOMATIQUEMENT TOUS

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.285/LILS/1 285 e session Conseil d administration Genève, novembre 2002 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS PREMIÈRE QUESTION

Plus en détail

Référencement naturel

Référencement naturel Référencement naturel 1er novembre 2011 Pour optimiser votre positionnement dans les moteurs de recherche, renforcer votre visibilité en ligne et améliorer le contenu de votre site web pour le référencement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU LOGICIEL SYNCHRONISATION ET PARTAGEUBIKUBE / B CLOUD

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU LOGICIEL SYNCHRONISATION ET PARTAGEUBIKUBE / B CLOUD o CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU LOGICIEL SYNCHRONISATION ET PARTAGEUBIKUBE / B CLOUD Conditions Générales de Vente et d Utilisation du Service B CLOUD Les présents termes et conditions sont conclus

Plus en détail

Objet du document. Version document : 1.00

Objet du document. Version document : 1.00 Version document : 1.00 Objet du document Les dix points de cet article constituent les règles à connaitre pour intégrer une application au sein d AppliDis. Le site des Experts Systancia comporte également

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques?

Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques? DOSSIER SOLUTION Programme de rationalisation des logiciels pour mainframe (MSRP) Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques? agility made possible Le programme

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

RYAN 2.0 (Prononcer rayane)

RYAN 2.0 (Prononcer rayane) RYAN 2.0 (Prononcer rayane) Logiciel de Gestion Commerciale et Financière Cartes de Recharge Téléphoniques Novembre 2010 Discom Informatique 01 BP 2834 Ouagadougou 01 Tél : 50 47 46 79/78 81 81 68 /70

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Outils pédagogiques construits selon l approche FORMATION EN COURS DE par les compétences

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale SHERLOCK S GESTION La Gestion de la caisse Présentation générale Version 01/2009 1/11 1-LES OUTILS DE GESTION DE CAISSE... 3 2-SHERLOCK S GESTION... 3 3-SHERLOCK S OFFICE SERVER... 4 4-LES OPÉRATIONS DE

Plus en détail

Jean-Louis FELIPE. Consultant en systèmes d information Membre de la commission expertise ITIL d itsmf France SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Jean-Louis FELIPE. Consultant en systèmes d information Membre de la commission expertise ITIL d itsmf France SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE Jean-Louis FELIPE Consultant en systèmes d information Membre de la commission expertise ITIL d itsmf France Diplôme de l Ecole Supérieure d Electronique Armée de terre, 1982 SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE Une

Plus en détail

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Table des matières Contexte...1 Sélection des participants...2 Méthodologie :...5 Questionnaire :...5 Résultats concernant

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2.

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2. ACTUALITÉS LANDPARK Solutions complètes d'inventaire, de gestion de parc et de helpdesk ITIL Avril 2015 Nouvelle version Landpark Helpdesk Landpark vous associe aux meilleurs logiciels de Gestion de Parc

Plus en détail

Objectifs généraux. Comment identifier et formaliser ses processus? Comment mesurer la satisfaction de ses clients?

Objectifs généraux. Comment identifier et formaliser ses processus? Comment mesurer la satisfaction de ses clients? Fiche pratique Comment choisir son progiciel? Objectifs généraux Afin de favoriser la qualité de service, la pérennité des emplois et l amélioration des conditions de travail des entreprises de Services

Plus en détail

Comment choisir la solution de gestion des vulnérabilités qui vous convient?

Comment choisir la solution de gestion des vulnérabilités qui vous convient? Comment choisir la solution de gestion des vulnérabilités qui vous convient? Sommaire 1. Architecture 2. Sécurité 3. Evolutivité et convivialité 4. Précision/Performance 5. Découverte/Inventaire 6. Analyse

Plus en détail

Dario Rampini. Asset Management Specialist. Page 1

Dario Rampini. Asset Management Specialist. Page 1 Dario Rampini Asset Management Specialist Page 1 La «Plate-forme» La Plate-forme qu utilise DR est de intermédiaire financier indépendant qui offre une vaste gamme de services, parmi lesquels technologies

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

Calculer avec Sage. Revision : 417 du 1 er juillet 2010

Calculer avec Sage. Revision : 417 du 1 er juillet 2010 Calculer avec Sage Alexandre Casamayou Guillaume Connan Thierry Dumont Laurent Fousse François Maltey Matthias Meulien Marc Mezzarobba Clément Pernet Nicolas Thiéry Paul Zimmermann Revision : 417 du 1

Plus en détail

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0 Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive Sommaire - Le Robot M.I.M.I. (Multipode Intelligent à Mobilité Interactive) - Présentation du Système à Enseigner. - Composition

Plus en détail

Manuel d'utilisation. Module " Gestionnaire "

Manuel d'utilisation. Module  Gestionnaire SphinxOnline Manuel d'utilisation Module " Gestionnaire " Le Sphinx Developpement - Parc Altais - 74650 CHAVANOD France - Tel : +33 (0)4 50 69 82 98 - Fax : +33 (0)4 50 69 82 78 - www.lesphinx-developpement.fr

Plus en détail

LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques

LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques Fiche logiciel LibreOffice Calc 3.x Tableur Niveau LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques Un tableau croisé dynamique (appelé Pilote de données dans LibreOffice) est un tableau

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET GESTION DE BASES DE DONNEES

TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET GESTION DE BASES DE DONNEES REPUBLIQUE TUNISIENNE --*-- MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TERMES DE RÉFÉRENCE AXE : FORMATION CREATION ET

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

1 http://www.cercle-montesquieu.fr/docs/2015151758_article-loi-hamon-version-finale-janvier-2015.pdf pour

1 http://www.cercle-montesquieu.fr/docs/2015151758_article-loi-hamon-version-finale-janvier-2015.pdf pour 1 Chronique De nouvelles applications pour smartphone sont accusées d enfreindre les lois de la concurrence en profitant d un vide juridique. Pourtant, des textes existent et pourraient résoudre les litiges.

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

Annexe 6. Notions d ordonnancement.

Annexe 6. Notions d ordonnancement. Annexe 6. Notions d ordonnancement. APP3 Optimisation Combinatoire: problèmes sur-contraints et ordonnancement. Mines-Nantes, option GIPAD, 2011-2012. Sophie.Demassey@mines-nantes.fr Résumé Ce document

Plus en détail

En cours d homologation

En cours d homologation 1 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION En cours d homologation REGLEMENT N 2015-05 DU 2 JUILLET 2015 relatif aux instruments financiers à terme et aux opérations de couverture PREAMBULE

Plus en détail