Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques"

Transcription

1 Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables B.P. 6, Route de l Observatore, Bouzaréah, Alger Unté de Recherche Matéraux et Energes Renouvelables, Unversté Abou Bekr Belkad, Tlemcen Résumé - Un système solare combné est une nstallaton solare qu fournt à la fos de l eau chaude santare et le chauffage, on l appelle auss comb système. Dans cet artcle, nous avons évalué les besons énergétques d un tel système dans le cas d une famlle de cnq personnes sur un ste de Bouzaréah, Alger. La surface chauffée par le plancher solare drect est de 100 m avec un nveau d solaton moyen. La demande de chauffage vare lnéarement avec la température extéreure, proportonnelle au coeffcent de pertes de chaleur (UA en W/ C). La demande de chauffage mensuelle attent envron 1700 kwh en hver, en prenant comme température désrée, Tc = 1 C pour une température extéreure d envron 10 C. La demande en eau chaude santare d une famlle de cnq personnes peut attendre les 400 kwh/mos, mas peut varer de ± 0 %. L énerge solare couvre totalement les besons en été, en m-sason plus de 50 % et en hver envron 0 %, pour cela l appont est prmordal. Mots clés: Chauffage solare - Eau chaude santare - Capteurs solares - Besons énergétques. 1. INTRODUCTION Les problèmes envronnementaux sont devenus une des préoccupatons majeures de notre sècle. Aujourd hu, chacun s attache à préserver les ressources naturelles, lutter contre la polluton, défendre l envronnement, protéger la santé publque et assurer l avenr des futures génératons [9]. Les nstallatons solares qu fournssent à la fos de l eau chaude santare et une parte du chauffage sont généralement appelées des comb-systèmes ou SSC (systèmes solares combnés). Une nstallaton famlale est composée de 10 à 30 m de capteurs, pour couvrr de 10 à 60 % des besons en chauffage, en plus de l eau chaude santare. La plupart des comb-systèmes fonctonnent en lason avec un système de chauffage central classque, utlsant l eau pré-chauffée par le solel dans la chaudère. Ou, pour le chauffage drect, en fasant crculer l eau chaude solare (à basse température) dans les murs ou dans le plancher d une mason. Les technques mses en oeuvre pour un chauffe-eau solare sont ben connues, et les performances sont facles à évaluer, mas les comb-systèmes posent des problèmes beaucoup plus complexes. En effet, les performances dépendent de l nteracton entre les besons d eau chaude santare et de chauffage, ans que la fournture de chaleur par le système solare et par l appont, suvant les dfférentes sasons.. COMPOSITION DU SYSTEME SOLAIRE COMBINE ET CALCUL DES ELEMENTS Le SSC est composé: - de capteurs solares, qu transforment l énerge solare en chaleur, ls sont souvent dsposés en toture. - d une dalle (PSD), dans laquelle crcule le flude caloporteur chauffé par les capteurs, 109

2 110 R. Kharch et al. - d un ballon de stockage, qu gère le chauffage du bâtment et la producton d eau chaude santare. Fg. 1: Schéma d une nstallaton de chauffage solare par le plancher et l eau chaude santare.1 Demande mensuelle de chauffage Elle vare lnéarement avec la température extéreure, proportonnelle au coeffcent de pertes de chaleur (UA en W/ C) [4]. On fxe une température de consgne du local T cons. La demande de chauffage pour le mos, D ( Wh ) est égale à: D = U A ( Tcons Tmoy, ) Nh, Où T moy, est la température moyenne extéreure pour le mos, N h, le nombre d heures dans le mos, UA le coeffcent de pertes de chaleur global du local. Pour une surface chauffée de A = 100 m, avec un nveau d solaton moyen ( U = ) [4] et en posant T cons = 1 C. Calcul pour le mos : D = 00 ( 1 Tmoy, ) Nh,. Besons en eau chaude santare Les besons d énerge pour chauffer l eau dovent être détermnés dans les modèles de producton d eau chaude santare (avec ou sans stockage). Pour calculer les quanttés d énerge nécessares à la producton d eau chaude santare, l faut d abord connaître les volumes d eau chaude à produre. Ces volumes sont obtenus à partr des tableaux publés dans le document Ashrae - Applcatons Hand Book (1995). La quantté réelle d énerge nécessare pour produre l eau chaude santare est calculée comme étant la quantté d énerge nécessare pour chauffer ce volume d eau de la température de l eau frode jusqu à la température demandée. S V l est le volume d eau chaude à soutrer et T h la température demandée d eau chaude, les deux étant spécfées par l utlsateur, alors la quantté d énerge nécessare E pour produre l eau chaude est donnée par : E ECS = C p ECS ρ V l ( T T ) h c Où C p est la capacté calorfque de l eau (400 J/kg/ C), ρ sa masse volumque (1 kg/l), et T c la température de l eau frode.

3 ICRESD 007: Système solare combné Estmaton des besons énergétques 111 Pour détermner les besons en eau chaude santare (ECS) d une famlle, on estme à 50 ltres par jour et par personne, mas ce chffre peut varer de plus ou mons 0 %. En hver, la température de l eau frode attent 15 C. Donc c T h =50 C et énergétques par jour: T = T eau du réseau =15 C, V l est prs égal à 50 ltres, pour une famlle de 5 personnes, les besons E ECS = kwh. En été, précsément on a mesuré en août 006, la température de l eau frode est égale à envron 4 C, les besons énergétques sont: E ECS = kwh..3 Estmaton de l rradaton solare mensuelle pour l année 005 En utlsant les données de l rradaton solare du ste de Bouzaréah, [3], on a détermné l rradaton mensuelle pour l année Calcul de la pussance solare dsponble Pour détermner la pussance solare dsponble, on a beson des valeurs des coeffcents suvants: - Coeffcent E : énerge solare reçue en kwh/m.jour - Coeffcent C : nclnason des capteurs - Coeffcent C o : orentaton des capteurs - Coeffcent C c : correcton du flude caloporteur - Coeffcent η : rendement du capteur La pussance solare dsponble dépend de l orentaton et de l nclnason des capteurs, et du ste. PSD = E η C C C o C 0.999, C o = 1 (sud), C c = 1 (on n utlse pas d antgel) On prend en moyenne E = c kwh / m. jour PSD = E η C Co Cc = = 1.45 kwh / m.jour La pussance solare dsponble est égale à 1,45 kwh/m.jour. Cette valeur nous permet de calculer la surface des capteurs..5 Estmaton de la surface de captaton pour le système Le capteur plan déjà développé par le CDER est de type classque (tubes dsposées en radateur), dont le rendement journaler est égal à 0.43 [1]. 1- Calcul de la surface de captaton pour l eau chaude santare V est prs égal à 50 l, pour une famlle de 5 personnes [5]. l S = N p P r τ c / PSD N p : nombre de personnes occupant l habtat (5); P r : coeffcent égal à envron.; τ c : taux de couverture (entre 50 et 70 %). On trouve une surface de captaton pour l ECS de 4,559 m. - Calcul de la surface de captaton pour le plancher solare drect [] Pour une surface chauffée de A = 100 m, avec un nveau d solaton moyen ( U = ). Le rato de captaton (rapport surface de captaton / surface d échange (dalle)) est prs entre 0. et 0.3. Ce qu nous fat une surface de captaton de 0 à 30 m. Des valeurs de raton nféreures nous donneraent des températures très fables, et des ratos plus élevés condusent à des températures superfcelles de plancher désagréables (supéreures à 7 C).

4 11 R. Kharch et al. 3- Surface de captaton pour le système en enter En tout, pour le chauffage et l eau chaude santare, nous avons beson d une surface de 30 m de capteurs. 3. INTERPRETATION DES RESULTATS 3.1 Caractérstques de producton de l eau chaude santare solare Besons smlares pendant l année (Fg. 3), cependant ls sont satsfats par l énerge solare sauf en hver (spécalement l année 005 qu état assez chaude, ce qu n est pas une référence). 3. Satsfare les besons La proporton des besons d énerge pour l eau chaude et pour le chauffage vare suvant le volume habtable, l solaton thermque, le nombre des habtants,... En règle générale, les capteurs dovent fonctonner à une température fable afn d assurer un bon rendement. D autres contrantes sont lées à la source de l énerge d appont chose. La dffculté est de combner les dfférents besons et contrante dans un système économque et fable qu extrat un bénéfce maxmal du capteur solare. L énerge fourne par le chauffe-eau solare vare suvant l ensolellement: en été, les besons sont couverts à 100 %, en m-sason plus de 50 % et en hver envron 0 % (Fg. 7, 8 et 9). Le ballon solare est équpé d une résstance électrque ou d un échangeur relé à une chaudère (bos, gaz, fuel...) afn de fournr l appont en cas de fable ensolellement ou d'utlsaton ntensve. 3.3 Couverture de l énerge solare des besons énergétques Il est clar que les besons en chauffage ne sont pas en phase avec l ensolellement pendant l hver, et que l énerge solare dsponble en été dépasse largement les besons d eau chaude santare. Ans, le chauffage solare et l appont dovent être conçus ensemble afn d assurer le rendement global du système, et s l y a la possblté de chauffer une pscne en été, l nstallaton sera rentablsée davantage. 4. CONCLUSION Il va sans dre que la consommaton d énerge d un pays est proportonnelle au standard de ve de sa populaton: ce qu correspond à la devse ds-mo comben de kwh tu consommes, et je te dra d où tu vens!. En ce début du sècle, la populaton mondale est estmée à 6 mllards [6]. En vue de l améloraton des condtons d habtaton et de traval, l est possble également d agr sur certans facteurs régssant le mcroclmat d un mleu urban. Les caractérstques thermques d un mleu urban ont une grande nfluence sur son mcroclmat. En outre, une lutte suffsamment effcace contre la polluton atmosphérque permettra d amélorer l ensolellement des vlles et des régons ndustrelles, de rendre ces dernères plus vvables et de lasser davantage d énerge solare à la dsposton des utlsateurs [7]. La consommaton énergétque du bâtment génère un quart des émssons de CO. Ces dernères années, la consommaton énergétque dans les logements et les bureaux a augmenté en rason de l accrossement du parc, de l augmentaton de la surface moyenne occupée, d un confort accru mas auss à cause du développement des usages de l électrcté. Comme tous les secteurs, celu du bâtment est appelé à apporter sa contrbuton à la réducton des émssons des gaz à effet de serre. Il représente aujourd hu 18 % des émssons drectes, % avec celles du chauffage urban et celles ssues de la producton de l électrcté, et 45 % des consommatons d énerge fnale, sot envron tonnes de CO par habtant et par an. Après notre étude, nous réalsons que vu notre potentel solare, nous pouvons largement subvenr aux besons énergétques dans l habtat. Mas les efforts pour déployer ces nouvelles technologes énergétques dovent être accélérées, a explqué M me Waller-Hunter. Plus nous développons les énerges renouvelables, plus grandes sont les chances que les concentratons de

5 ICRESD 007: Système solare combné Estmaton des besons énergétques 113 gaz à effet de serre dans l atmosphère soent stablsées plus tôt et à un nveau plus bas, a-t-elle martelé. Le CO, comme tous les grands gaz à effet de serre, a une durée de ve longue dans l atmosphère. Les scentfques estment que même s aucune tonne de CO n état plus rejetée aujourd hu dans l atmosphère, le clmat contnuerat de se réchauffer pendant des décennes du fat des concentratons accumulées depus l ère ndustrelle. Les rejets de CO vennent des actvtés humanes, transports, chauffage et ndustre notamment. Mme Waller-Hunter est secrétare exécutve de la Conventon Clmat de l'onu, le premer accord sur le dosser (199) que le protocole de Kyoto sur la réducton des gaz à effet de serre a complété en 1997 [8]. Fg. : Représentaton des besons mensuels en chauffage pour 005 Fg. 3: Représentaton des besons mensuels en eau chaude santare pour 005 Fg. 4: Evoluton de l éclarement solare globale mensuel pour 005 Fg. 5: Représentaton des gans solares mensuels pour l année 005

6 114 R. Kharch et al. Fg. 6: Représentaton des besons mensuels en chauffage et en eau chaude santare pour 005 Fg. 7: Couverture de l énerge solare des besons en ECS Fg. 8: Couverture de l énerge solare des besons en chauffage Fg. 9: Couverture de l énerge solare des besons en chauffage et en ECS REFERENCES [1] M. Ouzzane, Rapport Technque, CDER, Alger, Décembre199. [] T. Cabrol et D. Roux, Chauffage de l Habtat et Energe Solare, Edsud [3] R. Yache, Logcel de Calcul des Irradatons Horares et Journalères sous Excel, 007. [4] Document, Analyse de Projets d Energes Propres Manuel d Ingénere et d Etudes de Cas, Retscreen. [5] H. Slve, L Energe Solare, Ste Web: [6] A. Khedm, L Energe Solare, Utlsaton Thermque et Photovoltaïque, 006. [7] J.R. Vallant, Utlsatons et Promesses de l Energe Solare, Eyrolles. [8] Document, Bonn, (AFP), 04 jun 004. [9] Document, Protocole de Kyoto : Intellgent Energy Europe,

écrans de sous-toiture

écrans de sous-toiture écrans de sous-toture Les règles de bonne pratque # défnton Un écran souple de sous-toture est une feulle déroulée sur la charpente, sur un solant thermque ou sur un support contnu ventlé, avant la mse

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Notice d emploi. HelioCONTROL Régulation solaire

Notice d emploi. HelioCONTROL Régulation solaire Notce d emplo HeloCONTROL Régulaton solare TABLE DES MATIÈRES LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION 1 Lsez-mo...2 1.1 Benvenue... 2 2 Présentaton de l apparel...2 2.1 Descrpton... 2 3 Documentaton produt...2

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

.news. Bonne lecture, Kenny Vanlancker Ingénieur de projet Cerga. 20 X 2 TICKETS DE CINéMA. Regardez vite en page 8.

.news. Bonne lecture, Kenny Vanlancker Ingénieur de projet Cerga. 20 X 2 TICKETS DE CINéMA. Regardez vite en page 8. .news trmestrel jun 2010 www.cerga.be Gaz naturel et solel, partenares déaux Chaque jour, le solel produt beaucoup plus d énerge que ce que nous utlsons mondalement. Nous pouvons capter la lumère solare

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte du support de table MX200 La boîte du support de table MX200 content le support de table équpé d un pvot et un cache arrère. Placez le support de table sur une surface

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte de la base du ped de support MX200 La boîte de la base du ped de support MX200 content la colonne du ped de support, deux caches et la base du ped de support, ans

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Le Prêt Efficience EnR

Le Prêt Efficience EnR Le Prêt Effcence EnR EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

XXX.XX Ordonnance sur le marquage des voitures de tourisme neuves au moyen de l étiquette-environnement

XXX.XX Ordonnance sur le marquage des voitures de tourisme neuves au moyen de l étiquette-environnement XXX.XX Ordonnance sur le marquage des votures de toursme neuves au moyen de l étquette-envronnement (Ordonnance sur l étquette-envronnement, OéEnv) du xx.xx.2009 Le Consel fédéral susse, vu les art. 8,

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles fnalté électromécanque Concepton et producton M3050 Cycle 1 Bloc 3 Quadrmestre

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Le Prêt De Dietrich. Page 4/6 CO-EMPRUNTEUR M. SITUATION FAMILIALE ET LOGEMENT CHARGES DU FOYER DESCRIPTION DU LOGEMENT

Le Prêt De Dietrich. Page 4/6 CO-EMPRUNTEUR M. SITUATION FAMILIALE ET LOGEMENT CHARGES DU FOYER DESCRIPTION DU LOGEMENT DEMANDE DE PRÊT (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT Le Prêt De Detrch EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS GUICHET D ÉCHANGES DE FICHIERS SUR INTERNET GFIN TABLE DES MATIÈRES 1 1. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3 1.1 GÉNÉRALITÉS... 3 1.2 ÉLÉMENTS TECHNIQUES... 3 1.3 SPÉCIFICITÉS

Plus en détail

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7 Premère parte Proportonnalté 1 Reconnaître des stuatons de proportonnalté....... 7 2 Trater des stuatons de proportonnalté en utlsant un rapport de lnéarté........................ 8 3 Trater des stuatons

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne Installaton & Gude de démarrage WL510 Adaptateur sans fl /Antenne Informaton mportante à propos du WL510 Adresse IP = 192.168.10.20 Nom d utlsateur = wl510 Mot de passe = wl510 QUICK START WL510-01- VR1.1

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

Méthodologie version 1, juillet 2006

Méthodologie version 1, juillet 2006 Méthodologe verson, ullet 2006 Tendances Carbone résente chaque mos sx groues d ndcateurs :. Synthèse du mos 2. Clmat 3. Actvté économque. Energe 5. Envronnement nsttutonnel 6. Tableau de bord Ce document

Plus en détail

L environnement Windows 10 sur tablette

L environnement Windows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette Wndows 10 - Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Actver/désactver le mode Tablette Contnuum est une nouvelle fonctonnalté

Plus en détail

Modélisation de la dispersion de polluants à l échelle intra-urbaine, mise en place d indicateurs morphologiques

Modélisation de la dispersion de polluants à l échelle intra-urbaine, mise en place d indicateurs morphologiques Modélsaton de la dsperson de polluants à l échelle ntra-urbane, mse en place d ndcateurs morphologques Glles MAIGNANT CNRS / Unversté de Nce Sopha Antpols UMR ESPACE Introducton Trater de la qualté de

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Les DOSSIERS de l ALE

Les DOSSIERS de l ALE Les DOSSIERS de l ALE Agence Locale de l énerge de l agglomératon grenoblose Dosser n 2 - Décembre 2007- Dans La végétalsaton en vlle Les bâtments se mettent au vert Edto vegetal La végétalsaton : Un enjeu

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

LE PRÊT PRESTIGE PLUS

LE PRÊT PRESTIGE PLUS LE PRÊT PRESTIGE PLUS DEMANDE DE PRÊT (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

Conduits de ventilation et de désenfumage résistants au feu suivant norme européenne (EN)

Conduits de ventilation et de désenfumage résistants au feu suivant norme européenne (EN) Conduts de ventlaton et de désenfumage résstants au feu suvant norme européenne (EN) 0. Conduts de ventlaton et de désenfumage, encoffrements contnus résstants au feu Conduts 0 Généraltés Spécfcté des

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE A. Bahloul a, R. Gravel a, B. Roberge a et N. Goyer a M. Chavez b et M. Reggo b a Insttut de Recherche Robert-Sauvé en Santé et Sécurté du Traval

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM ère parte : Electrocnétque Chaptre ntroducton L Electrocnétque est la parte de l Electrcté qu étude les courants électrques. - Courant électrque -- Défntons Défnton : un courant électrque est un mouvement

Plus en détail

Arrêté du 13 août 2015 relatif à l agrément des modalités de prise en compte des générateurs hybrides dans la réglementation thermique 2012

Arrêté du 13 août 2015 relatif à l agrément des modalités de prise en compte des générateurs hybrides dans la réglementation thermique 2012 Aménagement nature, lgement MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ _ Drectn de l habtat, de l urbansme et des paysages _ Arrêté du 13 aût 2015 relatf à l agrément des mdaltés

Plus en détail

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement Santé envronnement Introducton aux statstques spatales et aux systèmes d'nformaton géographque en santé envronnement applcaton aux études écologques Sommare Abrévatons 2 Résumé 3 1. Introducton 4 1.1 Études

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud IUT Bordeaux 1 2008-2009 Département Informatque ASR2-Réseaux TP Programmaton de protocoles de communcaton Basé sur un TP de M1- Master IST, Unversté Pars-Sud Ce TP a pour objectf d'nter à la programmaton

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique Chaptre 5. Les s et l eet photoélectrque L ntensté d une onde électromagnétque n 884, le physcen brtannque John Henry Poyntng a démontré à partr des équatons de Maxwell que l ntensté d un champ électromagnétque

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Avis Technique 20/13-283

Avis Technique 20/13-283 Avs Technque 20/13-283 Produt d solaton thermque par l ntéreur de comble Produt d solaton thermque pour comble perdu ou aménagé Thermal nsulaton product for roof Produkt von Wärmeschutz Ne peuvent se prévalor

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

Mailing. Les étapes de conception d un mailing. Créer un mailing

Mailing. Les étapes de conception d un mailing. Créer un mailing Malng Malng Word 2011 pour Mac Les étapes de concepton d un malng Le malng ou publpostage permet l envo en nombre de documents à des destnatares répertorés dans un fcher de données. Cette technque sous-entend

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

N. Bibi Triki, F. Benyarou, B. Benyoucef et M.A.R. El Sayed 1

N. Bibi Triki, F. Benyarou, B. Benyoucef et M.A.R. El Sayed 1 Rev. Energ. Ren. : Valorsaton (1999) 77-8 Blan Thermque et Méthode d Estmaton des Besons Energétques de la Serre Agrcole Tunnel à Double Paro Consttuée dans sa Face Nord d un Mur en Panneau Sandwch N.

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Le solaire : un acte citoyen. http://www.climamaison.com/ 1/7

Le solaire : un acte citoyen. http://www.climamaison.com/ 1/7 Le solaire : un acte citoyen http://www.climamaison.com/ Le solaire, bien que distant de quelques 150 millions de kilomètres de la terre, est une énergie disponible, gratuite, économique et non polluante.

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ INTERET UN MOELE MATHEMATIQUE AN LA COMPARAION E L EFFICACITE E IFFERENTE TRATEGIE E PREVENTION UR LA REITANCE AU PORTAGE A ALMONELLA ENTERITII CHEZ LA POULE Prévost Kevn 1,, Magal Perre 1, Beaumont Catherne

Plus en détail

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg ACCORD GENERAL DE COOPERATON entre e Gouvernement du Grand-Duche de, Luxembourg et e Gouvernement de la Republque Democratque Populare Lao 2 Le Gouvernement du Grand-Duche de Luxembourg et e Gouvernement

Plus en détail

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous.

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous. Concours Centralesupélec TSI 2011 corrge sous reserves I L'élément soufre et les sources naturelles de soufre I.A.1. Les règles pour obtenr la confguraton électronque d un atome dans son état fondamental

Plus en détail

Manuel d'installation du système

Manuel d'installation du système Manuel d'nstallaton du système Système -énerge pour le chauffage et l'eau chaude GENIA HYBRID INTRODUCTION Tale des matères Gude d nstructons Documentaton produt Documents assocés Explcaton des symoles

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

Avis Technique 20/08-129 Annule et remplace l Avis Technique n 20/04-50

Avis Technique 20/08-129 Annule et remplace l Avis Technique n 20/04-50 Avs Technque 20/08-129 Annule et remplace l Avs Technque n 20/04-50 Produt d solaton thermque de toture Thermal nsulaton product for roof Wärmedämmstoffe von Gebäudedächern Isonat Végétal, pour applcaton

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186..

Mode d'emploi. Capteur de température ambiante radiofréquence avec horloge 1186.. Mode d'emplo Capteur de température ambante radofréquence avec horloge 1186.. Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Comment le capteur de température ambante radofréquence fonctonne... 2 Affchage

Plus en détail