Analyse des besoins des personnes âgées de la région de Hearst Rapport final. Préparé pour le Comité vieillir chez soi. octobre 2010 CRRIDEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse des besoins des personnes âgées de la région de Hearst Rapport final. Préparé pour le Comité vieillir chez soi. octobre 2010 CRRIDEC"

Transcription

1 Analyse des besoins des personnes âgées de la région de Hearst Rapport final Préparé pour le Comité vieillir chez soi octobre 2010 CRRIDEC Centre régional de recherche et d intervention en développement économique et communautaire

2 Rapport rédigé par! Marc Bédard Jonathan Bussières Pauline Lavoie En collaboration avec France Ayotte Dave Dillon Elsa St-Onge Un remerciement spécial à ceux et celles qui nous ont aidés lors du projet Tammy Coulombe Stéphane Lapointe Le Club Action de Hearst Le comité Vieillir chez soi Josée Robert!!!!!! i

3 Table des matières Introduction! 1 Les concepts! Ce que l on entend par besoins! Ce que l on entend par personnes âgées! 3 Réalité des besoins! Ce que la littérature nous dit! Ce que notre communauté nous dit! Ce qui est offert dans notre communauté! 21 Projets porteurs! 27 A - Développer des logements de transition! 27 B - Bonification des services de soutien à domicile! 27 C - Création d un guichet unique pour les services de santé! 28 D - Formation et éducation pour les soignants et les aidants naturels! 28 E - Création d un centre de ressources pour les personnes âgées! 28 F - Création d un service d aide juridique pour les personnes âgées! 29 G - Devenir une ville amie des aîné-e-s! 30 Conclusion! 31 Bibilographie! 33 Annexes! 35 Annexe 1 - Liste des catégories de besoins des personnes âgées -RLISS NE (2008)! 35!!!!!! ii

4 Introduction L évaluation des besoins des personnes âgées de Hearst par l équipe du CRRIDEC en collaboration avec la coordonnatrice du programme Vieillir chez soi avait comme principal objectif de fournir un cadre d information pour la mise en place du programme. La première étape était la collecte d information sur les besoins des personnes âgées. La documentation existante sur le sujet a été revue afin d en faire ressortir les tendances. Des rencontres avec différents groupes de la communauté ont été organisées afin de noter les besoins prioritaires pour les personnes âgées de Hearst. Une cartographie des services a été préparée par France Ayotte, la coordonnatrice du programme dans le but de répertorier tous les services pouvant desservir les personnes âgées dans la communauté. Une fois toutes ces données rassemblées, nous avons proposé des projets porteurs pouvant améliorer la santé des personnes âgées dans notre communauté. Certains projets étaient présentés dans les documents révisés et certains découlent des besoins identifiés dans la communauté. Ils sont aussi reliés aux écarts présents ou perçus entre les besoins et les services offerts à Hearst. Toutes ces informations pourront donc servir de base au comité Vieillir chez soi afin d adopter une stratégie pour le programme. Les projets porteurs sont suggérés comme des exemples potentiellement valables et viables pour améliorer la santé des personnes âgées, mais le comité pourra favoriser d autres projets s il juge qu ils sont plus pertinents. Introduction" " " " " " iii

5 Les concepts 1-1 Ce que l on entend par besoins Afin d effectuer une cartographie des besoins des personnes âgées dans la région de Hearst, il a d abord fallu établir ce que l on entendait par «#besoins#». Nous nous sommes servi d une catégorisation des besoins des personnes âgées mise en place par le RLISS du Nord Est dans un rapport publié en 2008#: Vieillir chez soi!: possibilités, innovations et meilleures pratiques. Les besoins sont donc répartis en onze catégories principales contenant plusieurs sous catégories dont plusieurs sont présentes dans plus d une catégorie. Voici les onze types de besoins#: Catégories de besoins des personnes âgées Santé Transport Besoins sociaux et camaraderie Coordination des services et gestion de cas Logement et entretien ménager Soins personnels Soutien d un soignant Nutrition Information et éducation Sûreté, sécurité et aide juridique Aides et assistance technique La liste complète des catégories avec les sous-catégories est disponible à l annexe 1. Les concepts! 2 de 94

6 1-2 Ce que l on entend par personnes âgées De même que pour les besoins, il est important de définir ce que l on entend par «# personne âgée#». Le premier constat que nous avons fait est que le terme est très englobant et s applique à des individus qui peuvent être très différents et avoir des besoins, eux aussi, complètement différents. Un jeune retraité pleinement autonome ou une personne de plus de 90 ans avec peu ou plus d autonomie n ont certainement pas les mêmes besoins. C est pourquoi nous avons pensé qu il serait utile de développer une typologie des personnes âgées. Chaque individu étant unique et sa situation particulière aucune typologie ne peut être parfaite. L idée est plutôt de ne pas oublier que les besoins des personnes âgées comprennent toute une gamme de besoins. L autonomie semble être un des facteurs les plus déterminant puisque l âge, même si on observe une tendance dans les besoins à mesure que les personnes vieillissent, n est pas un indicateur parfait des besoins. Les personnes âgées se retrouvent donc sur un continuum dont le principal axe est le degré d autonomie. Un autre facteur qui est aussi lié au degré d autonomie, c est le besoin pour des services et des soins à domicile. Ce besoin augmente avec la perte d autonomie jusqu à ce que la personne ne puisse plus rester chez elle. À L'extrémité gauche du continuum, les besoins des personnes âgées se situent surtout au niveau des besoins sociaux. Tandis qu à l autre extrémité du continuum, les besoins se rapprochent du besoin d un soutien institutionnalisé. Le schéma suivant présente a sous la forme d un continuum comprenant plusieurs axes et pouvant être divisé en quelques catégories aux frontières plus ou moins élastiques. Continuum des personnes âgées de 94! Les concepts

7 1 En guise d explication, la première catégorie pourrait être représentée par l exemple du jeune retraité pleinement autonome. 2 La deuxième catégorie pourrait être représentée par une personnes âgée vivant seule qui nécessiterait de l aide pour l entretien de sa cour, pour les tâches de ménagères plus ardues et pour la préparation de quelques repas par semaine. 3 La troisième catégorie pourrait être représentée par une personnes nécessitant de l aide pour aller faire son épicerie et pour ses déplacements, car elle ne possède plus d automobile. Elle aurait aussi besoin d aide avec ses finances personnelles et pour des questions d ordre juridique. 4 La dernière catégorie pourrait, quant à elle, être représentée par une personne atteinte de la maladie d Alzheimer dans un stade avancé de la maladie et qui requiert des appuis importants à la survie. La typologie, basée sur le continuum, s applique aux personnes âgées en général, mais elle fait référence plus spécifiquement aux personnes âgées de la région de Hearst avec les besoins spécifiques qu ils peuvent avoir comparativement à d autres groupes de personnes âgées situés dans d autres zones géographiques. Un facteur important qui distingue notre population est la langue. Les francophones sont minoritaires en Ontario, mais sont majoritaires dans la région de Hearst. Les gens sont donc habitués de fonctionner en français et de recevoir des services dans leur langue. Cependant, certains services gouvernementaux gérés hors de la région peuvent quelques fois ne pas répondre aux attentes de notre communauté. Notre réalité géographique et linguistique fait donc que nos besoins sont différents d'autres populations de taille équivalente ailleurs en Ontario ou au Canada. Les interventions et les solutions pensées pour subvenir aux besoins des personnes âgées de notre région devraient donc s adapter à ces besoins particuliers. Les concepts! 4 de 94

8 Réalité des besoins 2-1 Ce que la littérature nous dit Le vieillissement de la population est une réalité dans tous les pays industrialisés du monde. Les changements que ce vieillissement apportera à nos sociétés sont donc une préoccupation pour tous les niveaux de gouvernement depuis maintenant près d une vingtaine d années. La littérature provenant de toutes ces sources est très volumineuse, cependant, les conclusions de ces recherches tendent aussi dans la même direction. Promotion et prévention Plusieurs études, dont une menée par un groupe de travail des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada, se sont penchés sur les coûts de la santé et plus spécifiquement aux coûts associés au vieillissement. Ils notent que les maladies chroniques sont responsables de 67# % des coûts directs du système de santé. Cette recherche se nomme d ailleurs# : Healthy Aging in Canada: A New Vision, A Vital Investment From Evidence to Action (Le vieillissement en santé au Canada!: une nouvelle vision, un investissement vital.des faits aux gestes.) (Edwards & Mawani, 2006). Selon eux, 5 de 94! Réalité des besoins

9 plusieurs facteurs de risque peuvent être positivement influencés afin de réduire l occurrence des maladies chroniques. Par exemple, la nutrition, l activité physique, et la consommation de tabac. Une des conclusion de ce document est que l on pourrait s attaquer à la cause d une des plus grosses dépense en santé en investissant dans la promotion et la prévention des maladies chroniques. D autres documents adoptent le même argument, mais par rapport à la prévention des chutes et des blessures, une autre cause menant à l hospitalisation des personnes âgées. La majorité des études semblent donc dire que la promotion et la prévention permettraient de faire des économies en santé. Si moins d argent servait à soigner les maladies chroniques, les services permettant aux personnes âgées de vieillir chez eux pourraient peut-être bénéficier de plus de ressources. De plus, les problèmes évités voudraient dire que les gens vivraient en santé plus longtemps et avec une meilleure qualité de vie. Cette conclusion est entre autre, celle du RLISS du Nord-Est dans son plus récent rapport sur les options de logement pour les personnes âgées. Coordination des services La coordination des services et une stratégie adaptée aux besoins particuliers des communautés est présentée comme un des aspects les plus important pour favoriser la santé des personnes âgées. Un guide développé par une coopération pan-américaine (A Guide for the Development of a Comprehensive System of Support to Promote Active Aging, 2002) l exprime clairement#: «#La promotion d un mode de vie sain pour vieillir en santé demande un effort et une stratégie multisectiorielle, multidisciplinaire et coordonnée.» (notre traduction). Dans son plus récent rapport sur les options de logement pour les personnes âgées (North East Local Health Integration Network Aging at Home Strategy Seniors Residential/Housing Options Capacity Assessment and Projections, Kilbertus, 2009), le RLISS, réitère l importance de la coordination. En raison des ressources limités, il est crucial, selon le RLISS, que la communication et la coordination entre les organismes et les agences gérant les services pour les personnes âgées soient fonctionnelles. Cela est particulièrement important afin de limiter le dédoublement des services et de maximiser l utilisation des ressources. Réalité des besoins! 6 de 94

10 Logement Comme c est le cas pour tout ce qui touche à la santé, le thème du logement est intimement liés à d autres thèmes, comme les soins à domicile et la coordination des services, pouvant influencer la santé des personnes âgées et leur capacité à vieillir en santé en restant chez eux. Le RLISS du Nord-Est (Kilberus 2009) et une étude panaméricaine (2002) mettent tous les deux l accent sur le potentiel des logement de transition pour aider à réduire la pénurie de place dans les établissements de soins de longue durée. Lorsque présent, ce type de logement peut accueillir une grande proportion d aînés qui se seraient retrouvés sur une liste d attente pour un lit de soins de longue durée. Le RLISS fait état du manque de services à domicile et du manque de logement de transition comme l une des raisons pour laquelle plusieurs personnes âgées cherchent à obtenir une place dans un établissement de soins de longue durée et cela en raison du manque services adaptés à leurs besoins à l extérieur de ces établissements. Les statistiques du RLISS à ce niveau sont frappantes : parmi la liste d attente des Centres d accès aux soins communautaires (CASC) pour une place dans un établissement de soins de longue durée, 62# % pouvaient toujours manger, s occuper de leur hygiène personnelle, aller aux toilettes et se déplacer de manière indépendante. Par contre, 57#% ne pouvaient plus préparer les repas, s occuper de l entretien ménager, utiliser le téléphone ni gérer leur médicaments de manière indépendante. De plus le RLISS note que les personnes sur la liste d attente du district de Cochrane sont parmi ceux avec les besoins les moins élevés, donc ceux qui bénéficieraient le plus de logement de transition par opposition au soins de longue durée. Cela démontre encore l Importance de la coordination des services, car les soins que ces aînés auraient besoins ne sont pas fournis par un seul pourvoyeur de soins, mais par plusieurs agences et organismes communautaires. La communication entre ces services et l impossibilité qui en découle de faire de la gestion de cas mène à des évaluations multiples et à un manque de suivi intégré. De plus ça demande des connaissances expertes pour naviguer dans la système. 7 de 94! Réalité des besoins

11 Soins à domicile Selon un sondage téléphonique des aînés dans le Nord-Est effectué en 2009 auprès de personne de 60 ans et plus, le facteur le plus important afin de pouvoir vieillir à la maison sont les soins à domicile avec 23# %, la catégorie suivante tant le soutien familial avec 11,6# %. Selon un document de Statistique Canada, seulement la moitié des personnes âgées avec des besoins d aide personnelle voient leur besoins entièrement satisfaits. De plus, comme le souligne le RLISS (Kilbertus 2009), l accessibilité de ces services est plus restreint dans le Nord et dans les régions rurales ou les petites communautés. Le manque de financement adapté aux besoins, la difficulté à recruter et à retenir le personnel et les bénévoles ainsi que la perte des économies d échelle sont quelques raisons avancées par le RLISS pour expliquer le manque de services. Selon ce que le RLISS et les autres études avancent, les soins à domicile, de pair avec les logements de transitions peuvent permettre aux aînés de rester à la maison plus longtemps de manière autonome et à conserver une meilleure santé. L efficacité de ces services bénéficie grandement de la coopération entre les organismes et de l apport des bénévoles et des aidants naturels. Ici aussi la coordination des services peut jouer un rôle crucial dans l offre efficace de ces services. Soutien des soignants Des données de statistique Canada remontant à 1991 indiquent que plus de la moitié de l aide apporté aux personnes âgées en ce qui a trait aux activités instrumentales de la vie quotidienne, provient de source officieuse. C est-à-dire, des aidants naturels. Bien que ces données soient datés, la situation présentée dans le document est encore d actualité aujourd hui. Réalité des besoins! 8 de 94

12 %"-$.9%'&/"$4"$&"="(-$1-$9+(3*"7$$B'-/":'.#;$%3&9. 4"#$?'99"#$&"5"=3(/$1"$423.1"$13(#$4"-&#$FGE;$5"-D,-.$3%%3&/."(("(/$6$1"#$9+(3*"#$3-$&"="(-$.(:+&."-& 1+%"(1"(/$ 13=3(/3*"$1"#$#'-&5"#$'::.5."44"# )&.'-&$."//&.'450&.6'.&)"/')&'27-&'(*+,(&6'-"-#)+2,"/'1 ("8,%,)&6'9+/+(+6':;;: O J4!4 ;4 4 5&+'>8) &BB6>68,,8) C&+(8*)&+'>8 9&-D&6-(E8F &BB6>68+)8 %$'(8-$6'8 H6:8*,6.8*$+K*HLMN H6:8*,6.8*$+K*HMN G-B$-() 5&+'>8*:8*,P$6:8 H+('8) %$'8-() HI6) 2&6)6-)!"#$%&'(&)'("**+&)','/(0123"$#1+$45$#5(3.$"3$4"#$4'6'353'&(#$)7583'9'3.#: ;<<; -"./',$=&66"$475')"$>&1+('"$*"13$*+&9"('+$)"$*41#$)71("$#&1+8":$4"$*&1+8"(35-" 3&354$)"#$*"+#&(("#$+"8"95(3$)"$475')"$)"#$)'9"+#"#$#&1+8"#$"#3$#1*.+'"1+$? "#/$%'##.04"$,-"$4"#$%"&#'(("#$)*+"#$3M3(/$%"-$1" #5'43&./+;$("$#3="(/$%3#$,-"4#$#"&=.5"#$'::.5."4#$#'(/ 6$4"-&$1.#%'#./.'($"/$,-"4#$:&3.#$#'(/$%&.#$"($5?3&*"; 5"$,-.$4.9./"$4"-&$355C#$6$5"#$#"&=.5"#7$$P($'-/&";$5"# %"&#'(("#$%"-="(/$Q/&"$%4-#$&+/.5"(/"#$6$1"93(1"& 1"$423.1"$6$1"#$.(5'((-#7!"#$%"&#'(("#$)*+"#$(23M3(/$%3#$1"$5'(<'.(/$(.$1" soutien communautaire pour la réussite %3&/"(3.&"$#'(/$%4-#$#-#5"%/.04"#$,-"$4"#$3-/&"#$1" des 1+%"(1&"$ programme "D54-#.="9"(/$ permettant 1"$ #'-&5"#$ aux '::.5."44"#; aînés de %3&/.5-4.C&"9"(/$%'-&$423.1"$13(#$4"-&#$FGE7 vieillir en santé. C est pourquoi l accent est P(=.&'($43$9'./.+$1"#$%"&#'(("#$,-.$(2'(/$%3#$1" aussi 5'(<'.(/$(.$1"$%3&/"(3.&"$"/$,-.$'(/$0"#'.($123.1" mis sur l importance de la formation 13(#$4"-&#$FGE$1+%"(1"(/$-(.,-"9"(/$1"#$#'-&5"# des aidants et des soignants. Le RLISS '::.5."44"#7$$N3&$5'(/&";$,-"$5"$#'./$%'-&$1"$423.1" mise 13(#$4"#$FGE$'-$4"#$FHGE;$"(=.&'($-("$%"&#'((" sur une transformation du système )*+"$#-&$1.D$3M3(/$-($5'(<'.(/$'-$-($%3&/"(3.&" pour diminuer la pression sur les soins de 1+%"(1$"D54-#.="9"(/$1"$#'-&5"#$'::.5."44"#7 longue R3(#$ durée -("$ 43&*"$ en 9"#-&";$ développant 5"#$ +53&/#$ un #"4'($ soutien 42+/3/ 93/&.9'(.34$,-3(/$3-D$#'-&5"#$1"$#'-/."($&"(1"(/ communautaire efficace pour remplacer le 5'9%/"$1"#$9'134./+#$1"$=."$1"#$%"&#'(("#$)*+"#7 b8"44"#$ e s o i,-.$ n =.="(/$ d e p#"-4"#$ l a c e1+%"(1"(/$ m e n t d13=3(/3*"$ a n s c e1" s #'-&5"#$1"$#'-/."($'::.5."44"#7$$P(=.&'($$/&'.#$,-3&/# établissements. Une plus grande utilisation d423.1"$ e r 13(#$ e s s 4"-&#$ o u!"#$%"#&'(#$)"#$*"+#&(("#$,-."# r cfge$ e s 1+%"(1"(/$1"$#'-&5"# b é n é v o l e s e!" t '::.5."44"#S$#"-4"9"(/$TU$K$&"5"=3(/$1"$423.1" communautaires -(.,-"9"(/$1"$#'-&5"#$'::.5."-#"#7$$>V($("$5'((3W/ passe inévitablement par un %3#$4"#$1'((+"#$%3&344C4"#$%'-&$4"#$?'99"#$)*+# besoin de formation de ces gens. Le!"#$%&$'()**$++$%$*%',"()*%#$%+-./,/%#$%(,*/. RLISS souligne le besoin d investir dans la formation des travailleurs de soutien #$%%&'()*)+'*,$*)$-(./*.(.*0""1/*2&,3*04/*- & *0 5($(6)(67+8*9$-$:$/*- & *1;<44=*$+*>$($,&? /2$)"$#/(2.*,B$7;9*'98+7)9*&+*'9C+9*%&+'*,9)*$>(737(.) les 7-)$(7)X$7()/*A*>&D%'7)*,9)*R9)&7-)*,7.)*$+N*FHI*9(*$+N*FGHI/*;9*,$ personnes âgées en raison d une 7-)('+D9-($,9)*;9*,$*379*8+&(7;79--9*EFGHIJ*&+*,9)*$>(737(.) X$C&-*)+73$-(9*L.,.D9-($7'9)*;9*,$*379*8+&(7;79--9*EFHIJ*4**K$'$3456/*&-*9-(9-;*L pénurie! Q9)*R9)&7-)*,7.)*$+N*FHI*&+*$+N*FGHI*)&-(*7-)$(7)X$7()4**Q9) annoncée dans le domaine. La,B$>M$(*;B.%7>9'79/*,$*%'.%$'$(7&-*;9)*'9%$)/*,9)*?'&)*('$3$+N même %9')&--9)*$A$-(*R9)&7-*;B$7;9*;$-)*,9+')*FHI*&+*,9+')*FGHI/ chose devrait être faite pour les D.-$?9')*&+*,9)*(O>M9)*D.-$?P'9)*8+&(7;79--9)*$7-)7*8+9*,9) D$7)*-9*'9>93$-(*%$)*>9((9*$7;9*&+*$A$-(*R9)&7-*;B$7;9 %9(7(9)*)&'(79)4**Q9)*356*>&D%'9--9-(*,9)*)&7-)*%9')&--9,) aidants $;;7(7&--9,,9*;$-)*$+*D&7-)*+-9*FHI*&+*FGHI4 naturels en raison de leur rôle ED$-?9'/*)9*,$39'/*)BM$R7,,9'J*&+*,9)*;.%,$>9D9-()*;$-)*,$*D$7)&-4 important! W&+)*,9)*R9)&7-)*;B$7;9*,7.9*$+N*FHI*9(*$+N*FGHI*)&-(*)$(7)X$7()4 dans le maintien des aînés à la S($-(*;&--.*,$*-$(+'9*;9*,BT-8+U(9*)+'*,$*)$-(.*9(*,9)*,7D7($(7&-) Q9)*$+('9)*%9')&--9)*'9>93$-(*;9*,B$7;9*;$-)*,9+')*FHI*&+**FGHI4 ;B$>(737(.)*ET6QFJ/*,9)*%9')&--9)*$A$-(*R9)&7-*;B+-9*(9,,9*$7;9 (Chen & Wilkins, 1998) maison. Q$*)&DD9*;9*>9)*;9+N*>$(.?&'79)*9)(*$+))7*.?$,9*Z*,B9-)9DR,9*;9 La stratégie Vieillir chez soi prévoit ;&739-(*$3&7'*$+*D&7-)*+-9*>9'($7-9*7->$%$>7(.*&+*9->&'9/*$3&7',$*%&%+,$(7&-*$A$-(*R9)&7-*;B$7;94 aussi de faciliter l accès au répit pour les R9)&7-*;B$7;9*&+*9-*$3&7'*'9C+*%&+'*;9)*'$7)&-)*;9*)$-(.4 K,+)79+')*8+9)(7&-)*;9*,BT6QF*;9*0110*&-(*.(.*+(7,7).9)*%&+' Cette statistique, et le fait que les V*%9+*%'P)*(&+(9)*,9)*%9')&--9)*$A$-(*;9)*,7D7($(7&-)*;$-)*,9+') aidants. ;.(9'D7-9'*;$-)*8+9,,9*D9)+'9*,9)*R9)&7-)*;B$7;9*%9')&--9,,9*9- La formation et la possibilité documents FHI* 9-* &-(* $+))7* ;$-)* traitant,9)*fghi4* des * W&+(9X&7)/* besoins ;9* -&DR'9+)9) des '$7)&-*;9*,9+'*.($(*;9*)$-(.*.($79-(*)$(7)X$7()4**K$'*9N9D%,9/*9-*>9 d obtenir du répit sont donc deux thèmes %9')&--9)*.($-(*,7D7(.9)*%&+'*,9)*$>(737(.)*7-)('+D9-($,9)*-9*,9 8+7*$*('$7(*$+N*)&7-)*%9')&--9,)/*%&+'*,$*>$(.?&'79*;9)*R9)&7-) personnes )&-(*%$)*%&+'*,9)*$>(737(.)*.,.D9-($7'9)4**Q$*%'7&'7(.*$*;&->*.(. âgées soulignent l importance majeurs 7-)$(7)X$7()*,7.)*$+N*FHI/*,9)*%9')&--9)*7-(9''&?.9)*;93$79-(*$3&7' qui reviennent toujours lorsqu il des $>>&';.9*$+N*R9)&7-)*;B$7;9*,7.)*$+N*FHI4**Q9)*R9)&7-)*&-(*.(. aidants naturels, des bénévoles et du )&7(*'.%&-;+*[-&-\*Z*,$*8+9)(7&-*[V*>$+)9*;9*3&('9*$XX9>(7&-/ est question du soutien des soignants. '9?'&+%.)*M7.'$'>M78+9D9-(*9-*8+$('9*>$(.?&'79)*E)9+,9*,$ '9>939]=3&+)*;9*,B$7;9*%&+'*3&)*)&7-)*%9')&--9,)/*%$'*9N9D%,9*%&+' %'9D7P'9*>$(.?&'79*$%%,7>$R,9*$*.(.*$(('7R+.9J*L 3&+)*,$39'/*X$7'9*3&('9*(&7,9((9/*3&+)*M$R7,,9'*9(*D$-?9'^\*9(*[&+7*\*Z! Y9)&7-)*7-)$(7)X$7()*,7.)*$+N*FHI4**K9')&--9)*$A$-(*R9)&7-*;B$7;9,$*8+9)(7&-*[T-*'$7)&-*;9*3&('9*$XX9>(7&-/*$39]=3&+)*R9)&7-*;B$7;9 ;$-)*,9+')*FHI/*-9*'9>93$-(*%$)*>9((9*$7;9*&+*$A$-(*R9)&7- %&+'*3&)*)&7-)*%9')&--9,)^\/*&+*[&+7\*Z*,$*%'9D7P'9*8+9)(7&-/*9( ;B+-9*$7;9*$;;7(7&--9,,9*%&+'*$+*D&7-)*+-9*FHI4 Information et éducation [*&+7*\*Z*,$*8+9)(7&-*[T-*'$7)&-*;9*3&('9*$XX9>(7&-/*$39]=3&+)*R9)&7-! W&+)*,9)* R9)&7-)*,7.)* $+N*FHI* )&-(* )$(7)X$7()4* * Q9)* $+('9) 0a* *_-*$ %9')&--9)*'9>93$-(*;9*,B$7;9*,7.9*$+N*FHI4**E:9((9*>$(.?&'79 >&-)7;.'.*8+9*,9)*R9)&7-)*;9*)&7-)*%9')&--9,)*;9*>9+N*8+7*&-( %9+(*>&D%'9-;'9*,9)*%9')&--9)*;&-(*>9'($7-)*R9)&7-)*,7.)*$+N '.%&-;+*$3&7'*'9C+*;9*,B$7;9*9(*-B$3&7'*%$)*R9)&7-*;B$7;9*$;;7(7&--9,,9 Les différentes activités et programmes d information et d éducation font partie intégrante FGHI*)&-(*7-)$(7)X$7()4J.($79-(*9-(7P'9D9-(*)$(7)X$7()4 de! 69+,)*,9)*R9)&7-)*,7.)*$+N*FGHI*)&-(*7-)$(7)X$7()4**Q9)*%9')&--9) la promotion et de la prévention. Santé Canada, K&+'*,$*>$(.?&'79*;9)*R9)&7-)*7-)$(7)X$7()*,7.)*$+N*FGHI/*;$-)*,9 dans un document intitulé : Pour une $A$-(*R9)&7-*;B$7;9*;$-)*,9+')*FGHI/*D$7)*-9*'9>93$-(*%$)*>9((9 >$)*;9)*('$3$+N*D.-$?9')*,.?9')/*%$'*9N9D%,9/*,9)*%9')&--9) $7;9*&+*$A$-(*R9)&7-*;B$7;9*$;;7(7&--9,,9*;$-)*$+*D&7-)*+-9 7-(9''&?.9)*;93$79-(*$3&7'*)&7(*'.%&-;+*[3&+)*)9+,\*Z*,$*8+9)(7&- 9 de FGHI4**E:9((9*>$(.?&'79*9N>,+(*,9)*%9')&--9)*$A$-(*;9)*R9)&7-) 94! [I+7*)B&>>+%9*M$R7(+9,,9D9-(*;9*3&)*('$3$+N*D.-$?9')*>&+'$-()^\ Réalité des besoins,7.)*$+n*fhi4j 9(*[&+7\*Z*,$*8+9)(7&-*[V*>$+)9*;9*3&('9*$XX9>(7&-/*$39]=3&+)*R9)&7-! W&+)*,9)* R9)&7-)*,7.)* $+N*FGHI* )&-(* )$(7)X$7()4* * Q9)* $+('9) ;B$7;9*%&+'*X$7'9*3&)*('$3$+N*D.-$?9')*>&+'$-()^\/*&+*[3&+)=DUD9 %9')&--9)*'9>93$-(*;9*,B$7;9*;$-)*,9+')*FGHI4**E:9((9*>$(.?&'79 9(*8+9,8+B+-*;B$+('9\*&+*[8+9,8+B+-*;B$+('9\*Z*,$*%'9D7P'9*8+9)(7&-/

13 société qui vieillit en santé. Une approche axée sur l amélioration de la santé de la population (MacLeod et al., 1997), en examinant le défi du vieillissement sous l angle des déterminants de la santé a conclu que la promotion et la prévention étaient les meilleurs outils pour s attaquer aux causes des problèmes de santé des personnes âgées. Le document explique aussi que pour que la prévention soit efficace, il faut que l information soit conçue et adaptée pour la population d aînés qui est visée. Les efforts en matière d information et d éducation des personnes âgées et du public en général sur les différentes problématiques liés au vieillissement devraient donc être fait localement et adaptés au public. Réalité des besoins! 10 de 94

14 2-2 Ce que notre communauté nous dit Bien que la revue de littérature nous donne une bonne idée des besoins des personnes âgées en général elle soulève aussi l importance d adapter les programmes et les solutions à la population visée. C est pourquoi notre processus comprenait aussi la participation de la communauté à l analyse des besoins. Nous avons rencontré deux groupes pour obtenir des informations sur les besoins spécifiques des personnes âgées de la région de Hearst. Nous avons tenu un forum au Club Action de Hearst où les membres du club ont pu s exprimer et identifier les besoins des personnes âgées de la communauté. Ce groupe était composé de gens pouvant faire partie des catégories 1, 2 et 3 identifiés plus haut dans la typologie. L information recueillie devait servir à représenter les besoins de toutes les personnes âgées. Nous avions donc une bonne représentation dans la typologie pour ne pas laisser de côté certains besoins. Les gens présents avaient aussi tendance à penser aux besoins des gens plus âgés qu eux en répondant aux questions. C est pourquoi les besoins des personnes situées vers la fin du continuum et donc dans la catégorie 4 ont bien été identifiés. Ensuite, un groupe d intervenants communautaires, dont la majorité travaille auprès des personnes âgées, s est réuni afin de vérifier et de compléter la liste des besoins par d autres qui auraient pu être laissés de côté par le premier groupe. On peut donc dire sans inquiétude que les besoins des personnes âgées de Hearst ont pu être répertoriés grâce à ces rencontres.de plus, en combinant l information obtenue par la revue de littérature et par les réponses données par la communauté nous obtenons une liste des besoins qui devrait être assez complète. Précisons que, certains besoins sont répétés dans plus d une catégorie puisqu ils pouvaient être attribués à plus d une de ces catégories. Cela ne signifie pas qu ils sont plus importants que d autres points. Santé Besoin d appui face aux décisions concernant la santé Besoin d aide dans la gestion des symptômes de la ménopause et de l andropause 11 de 94! Réalité des besoins

15 Santé Besoin de suivi au niveau de la santé mentale (stress) Besoin d aide pour gérer les médicaments Mémoire Contre indications Écrit trop petit Contrôle des médicaments sans prescription Surmédication Suivi Besoin de plus de professionnels de la santé (médecins et infirmières) Locums Besoin de plus de temps alloué pour chaque patient/parler de plus d un problème Besoin d un système sans rendezvous Besoin de services en français / besoin de mieux communiquer avec les professionnels de la santé Besoin de soutien par rapport aux maladies chroniques Besoin de services de santé locaux (éviter les déplacements) Besoin de suivi local au niveau de l ophtalmologie Besoin d amélioration du système de subventions de déplacements Besoin de plus de services de santé spécialisés localement Besoin de moins d attente à l urgence Besoin d une plus grande accessibilité du centre médical (ascenseur) Besoin de rendre l accès aux services plus simple Réalité des besoins! 12 de 94

16 Santé Besoin de services de soins des pieds localement Besoin de formation /éducation sur différents sujets santé Chroniques Sessions d information en personne Besoin de mobilité des services Certains besoins sont apparus comme prioritaires dans la catégorie santé. Bien que liste présentée dans le tableau fasse état de plusieurs besoins réels en matière de santé, les besoins de cette liste ne sont pas tous aussi urgent ou importants pour les personnes âgées de Hearst. Le besoin d obtenir de l aide avec la gestion des médicaments et le besoin d avoir plus de services de santé en français, spécialisés, offert localement sont ressortis comme prioritaires. La problématique des médicaments pour les aînés, surtout ceux aux prises avec une maladie chronique joue un rôle très important sur leur état de santé. Le besoin d une solution efficace pour gérer les médicaments a clairement été identifié. Le besoin de services de santé spécialisés en français, mais aussi de médecins de famille et de médecins de passage qui parlent français est apparu comme un besoin pressant. En fait, c est toute la relation professionnel de la santé-patient qui est ressortie lors des discussions. Les personnes âgées ont besoin d avoir le plus de services possible offerts dans leur communauté afin de diminuer les déplacements et ces services devraient être offerts en français ou au moins bénéficier d un service d interprètes professionnels. De plus, la relation professionnel de la santé-patient devrait être mieux intégrée dans un système de gestion de cas pour faciliter l accès des patients et des patientes aux professionnel-le-s et leur permettre d obtenir des consultations satisfaisantes leur permettant d exposer leurs problèmes sans être pressés par le temps. d 13 de 94! Réalité des besoins

17 Transport Besoins d amélioration au service d autobus local Restriction sur le nombre de sacs d épicerie Besoin de services de transport pour l extérieur de la ville (plus de de service et de meilleures heures pour l autobus) Besoin de plus de stationnements pour handicapés à Hearst Les besoins exprimés dans la catégorie transport sont peu nombreux, mais présentent un problème qui semble généralisé pour les personnes âgées. Hearst étant une petite communauté, la marche permet de se rendre partout en ville lorsque le temps le permet, sinon tant qu on a un permis de conduire et une voiture, le transport n est pas un problème. C est lorsque l hiver arrive et que l on n a plus de voiture que les choses se compliquent. Des activités comme faire l épicerie, aller au bureau de poste, participer à des activités deviennent des tâches ardues. Le problème est le même lorsque l on doit se rendre à l extérieur de la ville, les services sont quasi inexistants et peu commode. Il y a donc un besoin pour une amélioration au service d autobus local pour pouvoir répondre adéquatement aux besoins (épicerie et autres) des gens. Il y a aussi un besoin pour une solution concertée afin de faciliter les déplacements à l extérieur surtout dans le cas de rendez-vous médicaux. Réalité des besoins! 14 de 94

18 Besoins sociaux et camaraderie Besoin d événements de type «#Conférence sur le rire#» Besoin de plus d activités culturelles Besoin de rejoindre plus de participants lors des activités Besoin de faire connaître les activités Théâtre plein air Cinéma extérieur Besoin d activité jumelées (intergénérationnelles) Besoin d activités à prix modique Besoin de briser l isolement des personnes âgées Besoins d exercices de groupe (Tai Chi)/ Besoin d activités de jour Cette catégorie de besoin est peut-être celle à laquelle la communauté répond le mieux. Les activités sociales et culturelles sont nombreuses et diversifiées à Hearst. Cependant, on peut toujours faire mieux. Par exemple, un besoin identifié par les gens est l isolement de certaines personnes âgées. On doit donc briser cet isolement et cette nécessité pourrait être reliée avec le besoin d activités jumelées intergénérationnelles. Les personnes âgées et les jeunes doivent pouvoir interagir ensemble plus souvent pour le mieux-être de tous et pour revaloriser l image des personnes âgées. Elles ont un rôle important à jouer dans la société et dans notre communauté et l image qu on se fait des personnes âgées à besoin d être actualisé. Coordination des services et gestion de cas Besoin de coordonner les visites à l extérieur pour des rendez-vous médicaux Besoin d information centralisée sur les services de santé offerts dans la région de Hearst Besoin d appui dans la navigation du système de santé Un besoin prioritaire est ressorti des discussions sur toutes les catégories de besoins#: la nécessité de coordination des services pour les personnes âgées. Autant pour naviguer à travers le système de santé et savoir où aller pour recevoir les services recherchés qu un 15 de 94! Réalité des besoins

19 besoin de coordination et de gestion des cas entre les professionnels de la santé. Ce besoin rejoint tous les autres puisque c est à travers une coordination efficace que l on pourrait répondre aux autres besoins avec le plus de facilité. Un défi majeur pour répondre aux besoins des personnes âgées de Hearst serait la mise en place d une coordination efficace des services. Logement et entretien ménager Besoin d aide pour l enlèvement de la neige et tondre la pelouse Besoin de logements de transition Besoin d aide pour l entretien ménager Un besoin clair est apparu lors des discussions sur le logement#: l absence de logements de transition. Aucun entre-deux n est offert pour les personnes âgées entre le moment où elles demeurent dans leur maison et le moment où elles occupent un lit de soins de longue durée à l hôpital ou au Foyer des pionniers. Les gens ont identifié que les personnes âgées seraient en mesure de vivre de manière plus ou moins autonome beaucoup plus longtemps si des logements de transition offrant des services de cafétéria et de d entretien ménager étaient disponibles. Soins personnels Besoin de plus de soins à domicile Besoin d aide pour faire les repas Besoin de plus de services de la Croix Rouge Besoin de rendre l accès aux services plus simple Besoin de services d ergothérapie Du côté des soins personnels, le message était le même que pour les logements. Plus de services aux activités instrumentales à la vie quotidienne (repas, ménage) permettraient aux personnes âgées de rester chez eux et d être autonomes plus longtemps avant de devoir déménager dans un établissement de soins de longue durée. Le manque de ces Réalité des besoins! 16 de 94

20 services est parfois une des seules raisons expliquant la décision par les personnes âgées de ne pas demeurer à la maison. Soutien d un soignant Besoin de plus de soutien pour les soignants Besoin d une amélioration de l'accessibilité à des services de répit/ repos pour les soignants Besoin d un centre de jour mobile qui se rend chez les gens Besoin d un appui financier pour les soignants Besoin d appui et de formation pour les soignants Outre l importance cruciale des aidants et aidantes naturel-le-s, les participantes et les participants ont indiqué que le besoin le plus important pour cette catégorie était l accès à des services de répit pour les soignants et les soignantes. Encore ici le manque d information vient souligner l importance de la coordination des services qui pourrait faciliter cet accès. Un autre aspect important qui a été mentionné c est le besoin de formation et d éducation pour les soignants et les soignantes. 17 de 94! Réalité des besoins

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS Quel était l objet du sondage? Le gouvernement de l Île-du-Prince-Édouard entend modifier sa loi actuelle sur les services en français de façon qu elle réponde aux

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Excellent service, soins prodigués avec compassion

Excellent service, soins prodigués avec compassion Centre d accès aux soins communautaires du Centre Plan stratégique (2014-2017) Sommaire Excellent service, soins prodigués avec compassion EXCELLENT SERVICE, SOINS PRODIGUÉS AVEC COMPASSION Le Plan stratégique

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Appel de propositions

Appel de propositions Appel de propositions Planification stratégique 2016 à 2020 162, rue Murray Ottawa, ON K1N 5M8 Tél.: 613-789-5144 Téléc.: 613-789-9848 jhtardivel@mri.ca www.montfortrenaissance.ca Objectif de l appel de

Plus en détail

PÉNURIE DE LOGEMENTS QUÉBEC ACCESSIBLES ET ADAPTÉS AU ENJEUX ET PISTES DE SOLUTIONS

PÉNURIE DE LOGEMENTS QUÉBEC ACCESSIBLES ET ADAPTÉS AU ENJEUX ET PISTES DE SOLUTIONS PÉNURIE DE LOGEMENTS ACCESSIBLES ET ADAPTÉS AU QUÉBEC ENJEUX ET PISTES DE SOLUTIONS Mémoire présenté le 21 novembre 2012 à la Commission populaire itinérante du FRAPRU MÉMO-QC ET SA MISSION Moelle épinière

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO)

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Survol Forum provincial de Rifssso le 27 octobre 2010 APR PSO : Introduction En mai 2006, le gouvernement ontarien lance la stratégie

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS Le 2 juin 2003 Landal inc. SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Options de logement dans la communauté. Logement indépendant

Options de logement dans la communauté. Logement indépendant Bien des personnes âgées désirent rester indépendantes et continuer de vivre dans leur communauté le plus longtemps possible. Comme leurs besoins et leurs capacités changent, elles ont parfois besoin d

Plus en détail

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS PRÉSENTÉ AU MINISTÈRE DES SERVICES FAMILIAUX ET COMMUNAUTAIRES BERNARD RICHARD, OMBUDSMAN ET DÉFENSEUR DES ENFANTS ET DE

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario et Règlement «Normes d accessibilité pour les services à la clientèle»

Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario et Règlement «Normes d accessibilité pour les services à la clientèle» Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario et Règlement «Normes d accessibilité pour les services à la clientèle» Ontario East Municipal Conference, le 16 septembre 2009

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Ressources financières et autres

Ressources financières et autres Ressources financières et autres à la disposition des personnes arthritiques Plusieurs d entre nous avons besoin, à un moment ou à un autre de notre vie, d un soutien ou d une aide financière. Il existe

Plus en détail

Annexe 1 : Modèles de plans de transition

Annexe 1 : Modèles de plans de transition 35 Annexe 1 : Modèles de plans de transition Les quatre modèles de plans de transition ci-après sont fondés sur des cas fictifs, qui ont été conçus uniquement à titre d illustration. Les trois premiers

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

Le RLISS du Nord-Est décerne le prix du Champion du changement sain à des bénévoles de Parry Sound

Le RLISS du Nord-Est décerne le prix du Champion du changement sain à des bénévoles de Parry Sound Le RLISS du Nord-Est décerne le prix du Champion du changement sain à des bénévoles de Parry Sound Le 20 avril 2015 Toc, toc! Qui est là? Quelque 100 personnes des plus dévouées qui soient et qui contribuent

Plus en détail

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS ANNONCE Le 15 janvier 2014 À l intention des chercheurs relevant d organismes de santé ou d universités

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

La santé et les soins de santé pour une population vieillissante

La santé et les soins de santé pour une population vieillissante La santé et les soins de santé pour une population vieillissante Sommaire de politique de l Association médicale canadienne Décembre 2013 1) Introduction et contexte En 2010, 14 % de la population du Canada

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Après un séjour à l hôpital, vous pouvez continuer de vous rétablir dans le confort et la sécurité de votre propre domicile si vous recevez des services améliorés

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

Promouvoir un système de soins intégrés dans le RLISS du Centre Toronto

Promouvoir un système de soins intégrés dans le RLISS du Centre Toronto Promouvoir un système de soins intégrés dans le RLISS du Centre Toronto L innovation perturbatrice pour favoriser l intégration à l échelle du système dans les populations complexes 10 octobre 2012 16h25

Plus en détail

LOCAUX ET RÉGIONAUX 2014-2015

LOCAUX ET RÉGIONAUX 2014-2015 APPEL DE PROJETS LOCAUX ET RÉGIONAUX 2014-2015 GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE FINANCEMENT DATE LIMITE DE DÉPÔT : 19 SEPTEMBRE 2014, 17 h APPEL DE PROJETS dans le cadre de l entente spécifique ADAPTATION

Plus en détail

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance La Commission de la santé mentale du Canada (la Commission) a mis en place un

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC

RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC Novembre 2014 UN BREF RAPPEL : Pourquoi ce sondage a été réalisé? Parce que l opinion du citoyen est importante. La Municipalité

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Aider les Canadiens handicapés Février 1997 «La plupart d entre nous sommes en mesure de surmonter les nombreuses difficultés que nous rencontrons dans la

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté Le soutien à domicile est toujours la première option considérée lorsqu une personne âgée se retrouve en perte d autonomie et qu

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1 Les aînés regroupés de Charlesbourg 7260, boulevard Cloutier, Québec, G1H 3E8 http://www.caabcharlesbourg.org/arc arc@caabcharlesbourg.org Décembre 2011 Volume 4 no. 1 1. Éditorial Gérald Lavoie Président

Plus en détail

POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ

POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ But L objectif de cette politique est d assurer que la Lutheran Community Care Centre offre un environnement sécuritaire et accessible d une manière qui respecte la dignité et

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins. RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010

MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins. RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010 MSSLD DRPSS Rapport trimestriel des urgences et des niveaux de soins RLISS du Sud-Ouest Janvier 2010 1 OBJECTIF : Réduire le temps passé aux urgences partout en Ontario Presque 50 % des patients qui se

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Évaluation des programmes de promotion de la santé

Évaluation des programmes de promotion de la santé Évaluation des programmes de promotion de la santé Objectifs d apprentissage : À la fin de la séance, vous pourrez faire ce qui suit : 1.Expliquer le but de chaque étape de notre modèle d évaluation 2.Décrire

Plus en détail

Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques

Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques Objectifs Permettre aux participants d apprendre : Comment obtenir des réponses le plus rapidement possible. Qui prend les décisions. Quelles

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Section Page

TABLE DES MATIÈRES Section Page TABLE DES MATIÈRES Section Page Définitions... 3 Introduction... 4 Description du programme... 4 Champ d application et portée... 5 Directive 1 : Processus de sélection des fournisseurs de services...

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

Feuille de renseignements

Feuille de renseignements Feuille de renseignements Le RLISS du Nord-Est investit 16,8 millions de dollars dans les aînés du Nord-Est de l Ontario Les programmes contribueront à réduire les pressions sur les services des urgences

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail