Epilepsie pyridoxino-sensible par déficit en antiquitine : étude de 21 cas français

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Epilepsie pyridoxino-sensible par déficit en antiquitine : étude de 21 cas français"

Transcription

1 Epilepsie pyridoxino-sensible par déficit en antiquitine : étude de 21 cas français Dr Marc GIBAUD, Dr Magalie BARTH, Pr Sylvie NGUYEN CONGRÈS SFEIM 16 JUIN

2 Introduction Convulsions néonatales : 2-3/1000 naissances Lésions traumatiques, AVC, anoxies, infections, causes métaboliques Causes génétiques plus rares 2

3 Introduction Carence en B6 cause classique de convulsions (diététique, alcoolique) Convulsions B6 dépendantes par déficit en antiquitine 1/ Traitement par B6 à dose pharmacologique (>> diététique), ne correspond pas à une carence d apport 3

4 La vitamine B6 Viande, légumes, céréales 6 entités distinctes 4

5 Déficit en antiquitine Maladie autosomique récessive, gène ALDH7A1 Forme typique (critères de Baxter) : début des crises néonatal : < 1 mois, d'emblée pharmaco-résistantes, s'arrêtent rapidement à l'introduction de B6 sans récidive de crises lorsque le traitement par B6 est poursuivi permettant l'arrêt des traitements anti-épileptiques. 5

6 Déficit en antiquitine 6

7 Etude Cas français d épilepsie pyridoxinodépendantes, déficit en antiquitine Critères d inclusion : - clinique : épilepsie néonatale, pharmacorésistante, arrêt sous B6, réapparaissent à son arrêt - Génétique : mutation ALDH7A1 Recueil des données cliniques et paracliniques sur place à partir du dossier médical 7

8 Résultats : généralités 21 cas 8/20 forme typique (remplissent critères de Baxter) Retard des acquisitions 15/21 Pas de relation avec dose de B6 Forme typique : retard 5/8 (62,5%) Forme atypique : retard 10/12 (83,3%) La précocité du traitement par B6 : Si <J7 : retard = 8/13 (61%) Si >J7 : retard = 7/8 (88%) 8

9 Résultats : convulsions Début des crises majoritairement précoce J1(10/20) à 4 mois (<1mois 16/20) Crises polymorphes : généralisées (16/21), hémi-corporelles ou partielles (8/21), myoclonies (5/21), spasmes (5/21), mouvements oculaires anormaux (5/21) EEG avant B6 globalement lent, avec des paroxysmes diffus et dans certains cas des crises focales, 1 cas hypsarythmie, 3 cas de suppression burst Sensibilité au moins partielle aux AE 11/18 encéphalopathie précédant les crises 12/20 irritabilité, agitation, vomissements, pleurs, mouvements anormaux 9

10 10

11 Résultats : imagerie 19/21 ont eu une IRM, 4/19 normales dilatation du système ventriculaire (8/19) des anomalies de la fosse postérieure (kyste arachnoïdien, une méga-grande citerne, anomalies de signal) (5/19), des anomalies du corps calleux (2/19) anomalies de signal en sus-tentoriel (5/19) atrophie corticale (3/19). 11

12 Résultats : biologie 5 AASA élevé dans 13/13 cas Acide pipecolique élevé dans 5/7 cas Étude génétique pour 18/21 c.1195g>c (p.glu399gln) mutation classique Les autres mutations sont rares Pas de corrélation phénotype génotype 12

13 Discussion : diagnostic Diagnostic difficile dans la majorité des cas Pronostic cognitif défavorable si B6 n est pas débuté rapidement Présentation non typique majoritaire Tester sensibilité à la B6 pour crises néonatales sans cause claire Nécessité de réaliser un dosage d un marqueur biologique (5AASA+++) lors de l introduction de la B6 13

14 Discussion : traitement Retard des acquisitions très fréquent même lorsque l épilepsie est bien contrôlée par la vitamine B6 Place du régime pauvre en lysine? Supplémentation en Arginine? Il est probablement nécessaire de les débuter avant l installation du retard Pyridoxine IV ou per os? Dose? 14

15 Conclusion Pathologie rare mais sous diagnostic des formes atypiques? intérêt à recherche B6-sensibilité chez les <1an épilepsie non contrôlée sans étiologie certaine Epilepsie de début précoce, crises polymorphes Intérêt diagnostic des marqueurs biologiques : arrêt de la B6 uniquement si résultat négatif Retard des acquisitions très fréquent Intérêt de la précocité du traitement par B6 Place du régime pauvre en lysine? Perspectives : poursuite du recueil, cohorte 15

16 Cohorte aux USA : 63 cas 16

17 Merci de votre attention Merci aux Dr Barthez du CHU de Tours, Dr Caubel du CH de Lorient, Dr Chouchane du CHU de Dijon, Dr Doummar du CHU de Trousseau, Dr Kossorotoff du CHU Necker, Dr Kuster du CHU de Nantes, Dr Lamblin du CHU de Lille, Dr Lefranc du CHU de Brest, Dr Maurey du CHU du Kremlin Bicetre, Pr Nabbout du CHU Necker, Dr Roubertie du CHU de Montpellier, Dr Schiff du CHU Robert Debré, Pr Jakobs et Dr Salomons University Medical Center Amsterdam 17

Utilisation des vitamines dans les situations d urgence

Utilisation des vitamines dans les situations d urgence Utilisation des vitamines dans les situations d urgence Dr. Philippe Pommier Dr. Véronique Ducros SFEIM Grenoble, 17 juin 2016 Vitamine Dénomination chimique Forme active B1 Thiamine Thiamine diphosphate

Plus en détail

Trouver la cause d une déficience intellectuelle : à quoi cela sert-il?

Trouver la cause d une déficience intellectuelle : à quoi cela sert-il? R4P Réseau Régional de Rééducation Texte et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Trouver la cause d une déficience intellectuelle : à quoi cela sert-il? Dr Rougeot Jung, PH service du Pr Des Portes

Plus en détail

Epilepsie de l enfant : généralités

Epilepsie de l enfant : généralités Epilepsie de l enfant : généralités Neuropédiatrie, CHU Gui de Chauliac, Montpellier L épilepsie est beaucoup plus fréquente chez l enfant 3 fois plus élevée dans la 1ère année de vie que par la suite

Plus en détail

Génétique des épilepsies néonatales. Mathieu MILH Marseille, France

Génétique des épilepsies néonatales. Mathieu MILH Marseille, France Génétique des épilepsies néonatales Mathieu MILH Marseille, France Classification syndromique Classification ILAE (2010) Epilepsies néonatales Ohtahara MPSI EMP Formes inclassables Classification étiologique

Plus en détail

Les convulsions chez l enfant

Les convulsions chez l enfant Les convulsions chez l enfant aurore DARON - Service de Pédiatrie - CHPLT Verviers - Décembre 2005 Définitions Crise convulsive ou crise épileptique : phénomène paroxystique aigu secondaire à un dysfonctionnement

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques

Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques Etude rétrospective et comparative d une série de 80 patients Nizon M., Touati G., Valayannopoulos V., Arnoux J.B., Brassier A, Desguerre

Plus en détail

AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES

AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES Dr Cabrol Dr Baudry & Dr Palix - Clinique des Campilles Thuir le 2 avril 2010 Autisme et pathologies somatiques étude faite sur 71 personnes adultes, âgés de plus de 16

Plus en détail

Anomalie du gène g sémiologie. échographique. F de Maupéou. Toulouse. Hôpital des enfants

Anomalie du gène g sémiologie. échographique. F de Maupéou. Toulouse. Hôpital des enfants Anomalie du gène g TCF2 : sémiologie échographique C Baunin,, Y Themines,, C Domenech, F de Maupéou ou,, S Decramer,, JJ Railhac Hôpital des enfants Toulouse Objectifs Présenter les conséquences d une

Plus en détail

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse.

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Une crise d épilepsie correspond aux symptômes cliniques provoqués

Plus en détail

Anomalies isolées de la fosse cérébrale postérieure Diagnostic et pronostic

Anomalies isolées de la fosse cérébrale postérieure Diagnostic et pronostic Anomalies isolées de la fosse cérébrale postérieure Diagnostic et pronostic C Durand- F Dubois Réunion CPDPN Grenoble du 5.4.2016 Repères anatomiques Tente du cervelet (sinus droit, torcular) Grande citerne

Plus en détail

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007 Encéphalopathie ischémique anoxique Dodley Severe Juin 2007 Etiologie Quelque soit son étiologie, toute SFA résulte d une anoxie Celle-ci a plusieurs conséquences 1- fonctionnelles: vasoconstriction fœtale

Plus en détail

Une hérédité à part : les maladies mitochondriales

Une hérédité à part : les maladies mitochondriales Une hérédité à part : les maladies mitochondriales Docteur Marjolaine WILLEMS Génétique Médicale Centre de Référence Anomalies du Développement 06/12/2011 La mitochondrie Chromosomes (contiennent les gènes

Plus en détail

PROGRAMME PRELIMINAIRE

PROGRAMME PRELIMINAIRE PROGRAMME PRELIMINAIRE SFNP 18 au 20 janvier 2017 à Paris www.sfnp-congres.fr MERCREDI 18 JANVIER 2017 09H00 12H00 Réunions des commissions 09H00 10H30 Commission 1 : Neuromusculaire - F. Rivier, I. Desguerres

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Formes prénatales ou précoces de. polykystose autosomique dominante

Formes prénatales ou précoces de. polykystose autosomique dominante Formes prénatales ou précoces de polykystose autosomique dominante Laurence Heidet Centre de Référence des Maladies Rénales Héréditaires de l Enfant et de l Adulte. Service de Néphrologie Pédiatrique Necker

Plus en détail

SYNDROME DE BROWN-VIALETTO VAN LAERE : UNE PATHOLOGIE NEUROMUSCULAIRE TRAITABLE PAR LA RIBOFLAVINE

SYNDROME DE BROWN-VIALETTO VAN LAERE : UNE PATHOLOGIE NEUROMUSCULAIRE TRAITABLE PAR LA RIBOFLAVINE SYNDROME DE BROWN-VIALETTO VAN LAERE : UNE PATHOLOGIE NEUROMUSCULAIRE TRAITABLE PAR LA RIBOFLAVINE A. Merllié 1, L. Lion-François 2, V. Manel 2, S. Vasseur 1, C. Vianey-Saban 1, C. Acquaviva 1 1 Service

Plus en détail

Epidémiologie et critères pour retenir le diagnostic d encéphalopathie néonatale

Epidémiologie et critères pour retenir le diagnostic d encéphalopathie néonatale Epidémiologie et critères pour retenir le diagnostic d encéphalopathie néonatale LUCIE BARETS INTERNE DE PÉDIATRIE CLERMONT-FERRAND Définitions Encéphalopathie néonatale (EN) : ensemble de perturbations

Plus en détail

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Jérémie BLED Service du Pr Annick CLEMENT Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares

Plus en détail

L allaitement maternel dans la phénylcétonurie

L allaitement maternel dans la phénylcétonurie L allaitement maternel dans la phénylcétonurie Livrozet C., Tardieu M., Saint-Romas E., (Tours, France); Odent S., Bigot S., (Rennes, France); Barth M., Jouault C., (Angers, France); De Parscau L., Leven

Plus en détail

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau EPILEPSIE Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau QU EST CE QUE L EPILEPSIE? Epilepsie = répétition de crises convulsives Crise convulsive = survenue brutale d une décharge électrique excessive

Plus en détail

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée LLN le 7 mars 2015 Dr D Fagnart Polyhandicap: définition Le polyhandicap est une situation

Plus en détail

Fac-simiLé du QueL intérêt Co mment consentement de dépister Très sont pratiqués Après avoir été informés, nous soussignés TôT certaines

Fac-simiLé du QueL intérêt Co mment consentement de dépister Très sont pratiqués Après avoir été informés, nous soussignés TôT certaines Édition 2017 3 jours, L âge du dépistage ourquoi? qui? Madame, Monsieur, Dès les premiers jours suivant la naissance de votre bébé, la maternité va vous proposer de lui faire des tests dans le cadre du

Plus en détail

Une anomalie chromosomique survenue aux premiers stades du développement embryonnaire mise en évidence lors d un DPI moléculaire

Une anomalie chromosomique survenue aux premiers stades du développement embryonnaire mise en évidence lors d un DPI moléculaire Une anomalie chromosomique survenue aux premiers stades du développement embryonnaire mise en évidence lors d un DPI moléculaire DESC de cytogénétique humaine 15/04/2015 Dr Gaëlle THIERRY J0 : ICSI J4

Plus en détail

Hypothermie et Devenir Tardif des Encéphalopathies Néonatales

Hypothermie et Devenir Tardif des Encéphalopathies Néonatales Hypothermie et Devenir Tardif des Encéphalopathies Néonatales T Debillon Grenoble 19 ème Journées Scientifiques Réseau Sécurité Naissance La Baule 19 20 novembre 2015 8 études randomisées contrôlées Conclusion

Plus en détail

Imagerie (échographie, scintigraphie) de la thyroïde chez l enfant

Imagerie (échographie, scintigraphie) de la thyroïde chez l enfant Imagerie (échographie, scintigraphie) de la thyroïde chez l enfant C Garel, C de Labriolle-Vaylet, J. Léger Hôpitaux Armand-Trousseau et Robert- Debré, Paris Echographie et scintigraphie +++ Nécessité

Plus en détail

Afmed-Unikin 2014 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS. HUTU Victor MD, Neuropsychiatre

Afmed-Unikin 2014 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS. HUTU Victor MD, Neuropsychiatre Afmed-Unikin 214 ASPECTS CLINIQUES ET EPIDEMIOLOGIQUES DE L EPILEPSIE EN MILIEU CONGOLAIS HUTU Victor MD, Neuropsychiatre PLAN I. INTRODUCTION II. OBJECTIF III. MATERIEL ET METHODES IV. RESULTATS V. CONCLUSION

Plus en détail

Les nouveaux critères diagnostiques de la maladie d Alzheimer. Florence Pasquier Centre Mémoire de Ressources et de Recherche, EA 2691 CHRU de Lille

Les nouveaux critères diagnostiques de la maladie d Alzheimer. Florence Pasquier Centre Mémoire de Ressources et de Recherche, EA 2691 CHRU de Lille Les nouveaux critères diagnostiques de la maladie d Alzheimer Florence Pasquier Centre Mémoire de Ressources et de Recherche, EA 2691 CHRU de Lille Les signes cliniques inauguraux Troubles insidieux de

Plus en détail

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT Dr Raphaèle BADIOLA Les crises épileptiques Décharge hypersynchrone d une population de neurones Crise partielle Tout est possible: malaise, hémicorporel,

Plus en détail

27/02/2013. Vous voyez de plus en plus de patients concernés. De plus en plus difficile! Objectifs. Objectifs

27/02/2013. Vous voyez de plus en plus de patients concernés. De plus en plus difficile! Objectifs. Objectifs Anomalies de la substance blanche du Mise à jour: Fev 2013 Vous voyez de plus en plus de patients concernés Dr Julien Service d Imagerie du Dr Héran Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild jsavatovsky@neuroradio.com

Plus en détail

Hérédité liée au chromosome X

Hérédité liée au chromosome X Génétique médicale hérédité liée au chromosome X 22/10/14 ROUBIN Alexandre L2 CR : Victor CHABBERT Génétique médicale K. NGUYEN 10 pages Hérédité liée au chromosome X Plan A. Généralités B. Hérédité liée

Plus en détail

La Neurofibromatose de type I : A propos de dix observations

La Neurofibromatose de type I : A propos de dix observations La Neurofibromatose de type I : A propos de dix observations Dr AEM. HADDAM a, Dr NS. FEDALA b, Dr H. SI YOUCEF a, Pr F. CHENTLI c, Pr D. MESKINE d, Mlle N. FEDALA e a Service endocrinologie EPH BOLOGHINE,

Plus en détail

Actualités génétique & démences. D. Wallon D. Hannequin U1079

Actualités génétique & démences. D. Wallon D. Hannequin U1079 ! Actualités génétique & U1079!! démences D. Wallon D. Hannequin Génétique de la MA! Formes autosomiques dominantes Facteur de risque (APOE4) I 59 7 4 ans 7 8 ans II. 62 77 54 (44) 75 7 1 ans 73 ans 76

Plus en détail

Approche neuropsychologique et psychologique des pathologies neurodégénératives

Approche neuropsychologique et psychologique des pathologies neurodégénératives Formation extra-muros Approche neuropsychologique et psychologique des pathologies neurodégénératives 2e Partie Programme DPC Hôtel Ibis Paris Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux

Plus en détail

Les déficiences de l enfant

Les déficiences de l enfant Les déficiences de l enfant Handicap et scolarité Dr Savetier-Leroy Dr Crozes IA77 Stage adaptation à l emploi des AVS 2014-2015 Handicap Déficience Atteintes d organes ou de fonctions,altération d une

Plus en détail

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale Définitions OMS 1996 Ménopause : arrêt définitif des menstruations Aménorrhée persistante 12 mois faisant suite

Plus en détail

Item 215 (ex item 242) Pathologie du fer chez l adulte et l enfant Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 215 (ex item 242) Pathologie du fer chez l adulte et l enfant Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 215 (ex item 242) Pathologie du fer chez l adulte et l enfant Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Généralités... 3 2. Diagnostic d hémochromatose... 3 3. Biopsie

Plus en détail

G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A. Biondi

G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A. Biondi Société de Médecine de Franche-Comté Réunion de la Société de Médecine de Franche-Comté Séance d imagerie pédiatrique et prénatale G. Fargeix, C. Billon-Grand, C. Prud homme, E. Pomero, E. Plouvier, A.

Plus en détail

LES DEPISTAGES SYSTEMATIQUES CHEZ LE NOUVEAU-NE

LES DEPISTAGES SYSTEMATIQUES CHEZ LE NOUVEAU-NE LES DEPISTAGES SYSTEMATIQUES CHEZ LE NOUVEAU-NE Ayadi Imen, Marrakchi Zahra Service de Néonatologie Hôpital Charles Nicolle de Tunis I- INTRODUCTION L histoire du dépistage néonatal ( DNN) systématique,

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques Conduite à tenir devant des troubles mnésiques 1ère partie Docteur Sylvie LEGRAND Neurologue Saint Malo 15.05.2008 Plaintes mnésiques Plaintes mnésiques Corrélées avec l âge Peuvent être formulées dès

Plus en détail

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires Les maladies autoinflammatoires : le point de vue du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires de l enfant Adam, 2 ans 1/2 Consultation en octobre 2010

Plus en détail

Quelles indications justes? Pourquoi? B. Husson, C. Adamsbaum Service de radiopédiatrie, Hôpital Bicêtre

Quelles indications justes? Pourquoi? B. Husson, C. Adamsbaum Service de radiopédiatrie, Hôpital Bicêtre Quelles indications justes? Pourquoi? B. Husson, C. Adamsbaum Service de radiopédiatrie, Hôpital Bicêtre Introduction (1) Faire une imagerie pour répondre à une question clinique, aider à un choix thérapeutique

Plus en détail

Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC

Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC O Naggara 1, H de Boysson 2, M Zuber 3, V Costalat 4, C Oppenheim

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie Quelques rappels (1) Une urgence vitale, 1 ère cause d urgence neurologique chez l enfant.

Plus en détail

pronostic des dysgénésies du corps calleux DES de pédiatrie Saint Etienne, 9 octobre 2009 DELNARD Nancy Directeur: Pr PS Jouk

pronostic des dysgénésies du corps calleux DES de pédiatrie Saint Etienne, 9 octobre 2009 DELNARD Nancy Directeur: Pr PS Jouk Diagnostic prénatal et pronostic des dysgénésies du corps calleux DES de pédiatrie Saint Etienne, 9 octobre 2009 DELNARD Nancy Directeur: Pr PS Jouk Introduction Corps calleux: principale commissure blanche

Plus en détail

Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology

Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology Réanimation (2009) 18, 106 110 Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology P. Gelisse a,, P. Thomas b, A.

Plus en détail

Post Malaria Neurological Syndrome : quatre nouveaux cas et une clarification nosologique

Post Malaria Neurological Syndrome : quatre nouveaux cas et une clarification nosologique Post Malaria Neurological Syndrome : quatre nouveaux cas et une clarification nosologique Y. Tamzali 1, E. Haddad 1, H. Guillot 1, E. Caumes 1, S.Jauréguiberry 1 1 Service des Maladies Infectieuses et

Plus en détail

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Diane KEIL 1, Amandine RALLO 1, Stéphane GENNAI 1, Raphaelle GERMI 2,4, Patrice MORAND 2, 4, Olivier Epaulard 3,4 1 - Service

Plus en détail

Plan. Dépistage : Anomalie ou variante de la normale? Diagnostic positif : quel type d'anomalie? Diagnostic étiologique : mécanisme?

Plan. Dépistage : Anomalie ou variante de la normale? Diagnostic positif : quel type d'anomalie? Diagnostic étiologique : mécanisme? Plan Dépistage : Anomalie ou variante de la normale? Diagnostic positif : quel type d'anomalie? Diagnostic étiologique : mécanisme? Pronostic : conséquences? Plan Dépistage : Anomalie ou variante de la

Plus en détail

Malformations pulmonaires l expérience de Nantes

Malformations pulmonaires l expérience de Nantes Malformations pulmonaires l expérience de Nantes Ulrika de Pontbriand Praticien hospitalier, pneumo pédiatre Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares Trousseau Organisation de l équipe nantaise

Plus en détail

Quelle imagerie devant des mouvements anormaux du nouveau-né?

Quelle imagerie devant des mouvements anormaux du nouveau-né? Quelle imagerie devant des mouvements anormaux du nouveau-né? V. Paoli, D. Allard Radiologie Mère Enfant, Hôpital Nord, CHU Saint Etienne Imagerie Pédiatrique et Gynécologique Hôpital Femme Mère Enfant,

Plus en détail

Etat de mal épileptique ou status epilepticus

Etat de mal épileptique ou status epilepticus Etat de mal épileptique ou status epilepticus Reconnaître, traiter Julie Motuel DESC Réanimation médicale Bordeaux Juin 2008 I. Reconnaître Epidémiologie Pas exceptionnel! Incidence: 6,8 à 41/100 000/an

Plus en détail

Phénylcétonurie et grossesse. V Rigalleau 2009

Phénylcétonurie et grossesse. V Rigalleau 2009 Phénylcétonurie et grossesse V Rigalleau 2009 Plan Définition Physiopathologie: cause et conséquences de l hyperphénylalaninémie Prise en charge: dépistage, diététique La femme enceinte PCU Historique

Plus en détail

Prise en charge médicale des convulsions et épilepsies du nourrisson et de l enfant

Prise en charge médicale des convulsions et épilepsies du nourrisson et de l enfant Prise en charge médicale des convulsions et épilepsies du nourrisson et de l enfant Dr Jean-Marc PINARD (jean-marc.pinard@rpc.aphp.fr) Unité de NeuroPédiatrique Hôpital Raymond POINCARE, 92380 GARCHES

Plus en détail

M.LENOIR, A. MARTIN, F. CATTIN, C. BILLON GRAND, D. AMSELLEM, A. FOTSO, CHRU BESANCON

M.LENOIR, A. MARTIN, F. CATTIN, C. BILLON GRAND, D. AMSELLEM, A. FOTSO, CHRU BESANCON M.LENOIR, A. MARTIN, F. CATTIN, C. BILLON GRAND, D. AMSELLEM, A. FOTSO, CHRU BESANCON Réunion de la Société de Médecine de Franche-Comté Séance d imagerie pédiatrique et prénatale du 17/04/2014 Société

Plus en détail

Évaluation génétique de l insuffisance cardiaque chez l adulte

Évaluation génétique de l insuffisance cardiaque chez l adulte Évaluation génétique de l insuffisance cardiaque chez l adulte Le comment du pourquoi Bruno Maranda, MD MSc, FRCPC FCCMG Médecin Généticien Professeur adjoint Service de Génétique Médicale Département

Plus en détail

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Les questions autour du RGO Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

Item 255 : INSUFFISANCE SURRENALE (de l enfant*)

Item 255 : INSUFFISANCE SURRENALE (de l enfant*) Item 255 : INSUFFISANCE SURRENALE (de l enfant*) Objectifs pédagogiques : -Diagnostiquer une insuffisance surrénale aiguë et une insuffisance surrénale chronique -Identifier les situations d urgence et

Plus en détail

CORRÉLATION ENTRE LES TESTS DE STIMULATION DE GH ET LES TAUX D IGF1 DANS LE DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE DE L ENFANT.

CORRÉLATION ENTRE LES TESTS DE STIMULATION DE GH ET LES TAUX D IGF1 DANS LE DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE DE L ENFANT. CORRÉLATION ENTRE LES TESTS DE STIMULATION DE GH ET LES TAUX D IGF1 DANS LE DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE DE L ENFANT. M Mokhtari, S Azzoug, D A Boudiaf, F Chentli, Pr N S Fedala. Service d endocrinologie-chu

Plus en détail

LES SINUSITES OEDEMATO PURULENTES. Dr J-L DEGRAIX service du Pr THAI VAN 1

LES SINUSITES OEDEMATO PURULENTES. Dr J-L DEGRAIX service du Pr THAI VAN 1 LES SINUSITES OEDEMATO PURULENTES Dr J-L DEGRAIX service du Pr THAI VAN 1 LA PRÉVALENCE GLOBALE ESTIMÉE À 10,9 %, LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES (RSC) CONSTITUENT UN DES MOTIFS DE CONSULTATION LES PLUS

Plus en détail

Syndromes Périodiques Associés À La Cryopyrine (CAPS)

Syndromes Périodiques Associés À La Cryopyrine (CAPS) www.printo.it/pediatric-rheumatology/fr/intro Syndromes Périodiques Associés À La Cryopyrine (CAPS) Version de 2016 1. SYNDROMES PÉRIODIQUES ASSOCIÉS À LA CRYOPYRINE 1.1 Qu'est-ce que c'est? Les Syndromes

Plus en détail

RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS

RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS Dr François DUBOIS (CHU de Lille) NEUROTOXICITE DE LA RADIOTHERAPIE CEREBRALE Initialement décrite chez l enfant traité pour leucémie aigue ou tumeurs cérébrales

Plus en détail

MALFORMATIONS ENCEPHALIQUES Aspects post-nataux. Marianne Yvert, Muriel Brun, Pierre Bessou, Jean-François Chateil

MALFORMATIONS ENCEPHALIQUES Aspects post-nataux. Marianne Yvert, Muriel Brun, Pierre Bessou, Jean-François Chateil MALFORMATIONS ENCEPHALIQUES Aspects post-nataux Marianne Yvert, Muriel Brun, Pierre Bessou, Jean-François Chateil Objectifs Aspects post-nataux des malformations de l encéphale Diagnostics «difficiles»

Plus en détail

Troubles du métabolisme phospho-calcique

Troubles du métabolisme phospho-calcique Troubles du métabolisme phospho-calcique A. BENSMAN Services de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades Hôpital Robert Debré Cas N 1 Garçon de 4 ans venant d Afrique du Nord Trouble de

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Traumatismes crâniens

Traumatismes crâniens Traumatismes crâniens Traumatismes crâniens graves Scanner cérébral = examen de référence pour le bilan lésionnel au stade aigu Sans injection Avec la charnière cervico-occipitale ± rachis cervical avec

Plus en détail

Maïmouna 18 mois. Troubles aigus de la marche

Maïmouna 18 mois. Troubles aigus de la marche Maïmouna 18 mois Troubles aigus de la marche Antécédents personnels Naissance à terme, P=3100g, T=50cm, PC=35cm, pas d évènement néonatal particulier Pas d antécédent notable Vaccinations à jour Développement

Plus en détail

c est pas du jeu! Kemil et ses amis

c est pas du jeu! Kemil et ses amis c est pas du jeu! Kemil et ses amis & Bast Quentin, 6 ans Mutation du gène COL4A1 Epilepsie non stabilisée Chaïma, 7 ans Autiste Gaëtan, 9 ans Syndrome de West Epilepsie stabilisée Ania, 8 ans Mutation

Plus en détail

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014 Les questions autour du RGO RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

Etat des connaissance actualisée: Pistes étiologiques dans l autisme. Dr F Medjkane Pédopsychiatre Chef de service CHRU Lille CRA Lille

Etat des connaissance actualisée: Pistes étiologiques dans l autisme. Dr F Medjkane Pédopsychiatre Chef de service CHRU Lille CRA Lille Etat des connaissance actualisée: Pistes étiologiques dans l autisme Dr F Medjkane Pédopsychiatre Chef de service CHRU Lille CRA Lille Facteurs innés et acquis en psychiatrie * Victor, l «enfant sauvage

Plus en détail

L épilepsie, la grossesse et l allaitement

L épilepsie, la grossesse et l allaitement L épilepsie, la grossesse et l allaitement Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux

Plus en détail

Maladie de Gaucher. Génétique et Marqueurs. Dr Catherine CAILLAUD. Laboratoire de Biochimie Génétique, Hôpital Cochin, Paris

Maladie de Gaucher. Génétique et Marqueurs. Dr Catherine CAILLAUD. Laboratoire de Biochimie Génétique, Hôpital Cochin, Paris Maladie de Gaucher Génétique et Marqueurs Dr Catherine CAILLAUD Laboratoire de Biochimie Génétique, Hôpital Cochin, Paris Maladie de Gaucher Mode de transmission : récessif autosomique - risque de récidive

Plus en détail

Syndrome d alcoolisation fœtale et hyperactivité en 2015

Syndrome d alcoolisation fœtale et hyperactivité en 2015 Syndrome d alcoolisation fœtale et hyperactivité en 2015 Fœtal Alcohol Spectrum Disorders(FASD) Alcool et épilepsie Neurophysiologie dans le Thada et le SAF MD Lamblin Lille Hôpital Georges Pompidou Paris

Plus en détail

La Névralgie du Trijumeau

La Névralgie du Trijumeau La Névralgie du Trijumeau Situation Clinique Homme, 50 ans, Migraineux, Insuffisant respiratoire par exposition professionnelle à l'amiante Description de la douleur : *évolution depuis 1 semaine *douleur

Plus en détail

Quoi de Neuf en Neurologie? Génétique des démences

Quoi de Neuf en Neurologie? Génétique des démences Quoi de Neuf en Neurologie? Génétique des démences Dr. David Wallon Rouen - Centre National de Référence Malades Alzheimer Jeunes 22/09/2016 Stratégies de prise en charge des patients I 59 II. 62 77 54

Plus en détail

Apport de l imagerie dans le syndrome des 3A

Apport de l imagerie dans le syndrome des 3A Apport de l imagerie dans le syndrome des 3A Louati H*, Rebah A*, Douira W*, Debabria H*, Sayed M*, Ghorbel S, Chaouachi B, Bellagha I*. Service de Radiopédiatrie*, Hôpital d enfants de Tunis Service de

Plus en détail

Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Traitement chirurgical de l épilepsie pharmacorésistante aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg A.Bennani 1, S.Chassagnon 2, S.Wisniewski 1, L.Beretz 1 Hôpitaux Universitaires Strasbourg 1 Service pharmacie

Plus en détail

De la création d un groupe de travail aux recommandations HAS : l implication de la SFBC

De la création d un groupe de travail aux recommandations HAS : l implication de la SFBC Ann Biol Clin 2011 ; 69 (5) : 508-12 De la création d un groupe de travail aux recommandations HAS : l implication de la SFBC Roselyne Garnotel Secrétaire générale de la SFBC Deux biologistes ayant chacune

Plus en détail

4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant

4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 4 mécanismes possibles devant des convulsions dans le cadre d un SHU typique de l enfant 4 causes médicales de détresse respiratoire du nouveau-né 1 diagnostic différentiel de la névrite

Plus en détail

Plan. Tremblement et mouvements anormaux. Epidémiologie. Conséquences. Clinique. Classification des tremblements. De Repos D attitude Intentionnel

Plan. Tremblement et mouvements anormaux. Epidémiologie. Conséquences. Clinique. Classification des tremblements. De Repos D attitude Intentionnel Plan Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Tremblement essentiel Tremblement et mouvements anormaux Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement Dyskinésies aux neuroleptiques

Plus en détail

Syndrome de Rett. Page : 1/9 Référence : ANPGM_ 048_2 Numéro de version : 2.0. Date de Création : Mai 2009

Syndrome de Rett. Page : 1/9 Référence : ANPGM_ 048_2 Numéro de version : 2.0. Date de Création : Mai 2009 Page : 1/9 Date de Création : Mai 2009 Date de validation en assemblée plénière: 15/06/2009 Date de la remise à jour : mars 2012 (version 2) Motif : Validation : 20/03/2013 Nom Hôpital Date Rédacteur(s)

Plus en détail

LA POLYKYSTOSE RENALE AUTOSOMIQUE RÉCESSIVE

LA POLYKYSTOSE RENALE AUTOSOMIQUE RÉCESSIVE LA POLYKYSTOSE RENALE AUTOSOMIQUE RÉCESSIVE Un livret pour les parents et les patients www.airg-france.org Certaines références dans le texte concernant les noms de médicaments et l encadrement juridique

Plus en détail

Devenir des anoxies sévères chez le nouveau-né à terme. Jean-Michel Roué Réanimation néonatale - CHRU de Brest

Devenir des anoxies sévères chez le nouveau-né à terme. Jean-Michel Roué Réanimation néonatale - CHRU de Brest Devenir des anoxies sévères chez le nouveau-né à terme Jean-Michel Roué Réanimation néonatale - CHRU de Brest Asphyxie périnatale - Définition - Anamnèse obstétricale: HRP, compression funiculaire, rupture

Plus en détail

LE CONSEIL GENETIQUE

LE CONSEIL GENETIQUE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE BADJI MOKHTAR-ANNABA FACULTE DE MEDECINE Département de médecine 1 ère Année

Plus en détail

Néphropathies interstitielles héréditaires Du phénotype au génotype

Néphropathies interstitielles héréditaires Du phénotype au génotype Néphropathies interstitielles héréditaires Du phénotype au génotype INSERM UMR U645 / IFR133 / EFS BFC, Besançon, France Service de Néphrologie, CHU Besançon, France CIC Biothérapie Besançon, France Didier

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DE L EPILEPSIE A L HOPITAL DE JOUR PEDIATRIQUE

EPIDEMIOLOGIE DE L EPILEPSIE A L HOPITAL DE JOUR PEDIATRIQUE UNIVERSITE CADI AYYAD UNIVERSITE CADI AYYAD FACULTE DE MEDECINE ET DEPHARMACIE MARRAKECH FACULTE DE MEDECINE ET DEPHARMACIE MARRAKECH ANNEE 2009 Thèse N 09 EPIDEMIOLOGIE DE L EPILEPSIE A L HOPITAL DE JOUR

Plus en détail

Le lysosome. Lysosome : organite complémentaire du Golgi, et du Réticulum Endoplasmique dont il est issu.

Le lysosome. Lysosome : organite complémentaire du Golgi, et du Réticulum Endoplasmique dont il est issu. Le lysosome Lysosome : organite complémentaire du Golgi, et du Réticulum Endoplasmique dont il est issu. Son milieu est le siège de la dégradation des substances complexes, en substances élémentaires,

Plus en détail

Patient de 35 ans. Suivi de longue date dans les services de pédiatrie, chir maxillo-faciale, ophtalmologie, orthopédie

Patient de 35 ans. Suivi de longue date dans les services de pédiatrie, chir maxillo-faciale, ophtalmologie, orthopédie Patient de 35 ans Suivi de longue date dans les services de pédiatrie, chir maxillo-faciale, ophtalmologie, orthopédie Tuméfaction inflammatoire orbitaire droite Simon Ravaud IHN III II Exophtalmie Mesure

Plus en détail

LES STRATÉGIES DE PROTECTION CÉRÉBRALE CHEZ LE NOUVEAU-NÉ : LESQUELLES ET POUR QUELLE EFFICACITÉ?

LES STRATÉGIES DE PROTECTION CÉRÉBRALE CHEZ LE NOUVEAU-NÉ : LESQUELLES ET POUR QUELLE EFFICACITÉ? LES STRATÉGIES DE PROTECTION CÉRÉBRALE CHEZ LE NOUVEAU-NÉ : LESQUELLES ET POUR QUELLE EFFICACITÉ? T Debillon Service de Néonatologie et Réanimation Pédiatrique CHU de Grenoble NEUROPROTECTION EN CARDIO

Plus en détail

MPR et Sclérose En Plaques

MPR et Sclérose En Plaques COLLEGE FRANÇAIS DES ENSEIGNANTS UNIVERSITAIRES DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION MPR et Sclérose En Plaques Pr Sophie JACQUIN-COURTOIS

Plus en détail

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE PLAN 1-DEFINITIONS 1.1 La crise tonico-clonique (grand mal) 1.2 Etat d absence 1.3 Etat de mal partiel

Plus en détail

Cours DES Strasbourg. Juin 2012 Pierre-Henri Bonnot Dijon

Cours DES Strasbourg. Juin 2012 Pierre-Henri Bonnot Dijon Cours DES Strasbourg Juin 2012 Pierre-Henri Bonnot Dijon Cas clinique Madame L., 33 ans, consulte pour découverte d insuffisance rénale au décours d un bilan de routine ATCD personnels: - G4P4 - Crises

Plus en détail

Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012

Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012 Une affaire de critères... David Wallon Réseau Alzheimer 18/10/2012 Des nouveaux critères nécessaires Avant 2011 : Maladie d Alzheimer (MA) : McKahnn 1984, NINCDS-ADRDA Démence fronto-temporale comportementale

Plus en détail

Parcours de l enfant vulnérable

Parcours de l enfant vulnérable Parcours de l enfant vulnérable De l hospitalisation en néonatalogie au suivi Rôle du neuro-pédiatre A Charollais CHU Service Médecine Néonatale 150 prématurés < 32sa / année Suivi systématique rapproche

Plus en détail

Définitions. Génétiques 101. Étiologies congénitales : (1 ère partie) Terry Broda

Définitions. Génétiques 101. Étiologies congénitales : (1 ère partie) Terry Broda Étiologies congénitales : (1 ère partie) Génétiques 101 Terry Broda Infirmière praticienne, CDDN 1 ère octobre 2014 Définitions Maladie congénitale : présente à la naissance Condition génétique : résulte

Plus en détail

SÉMIOLOGIE IRM DE LA PARALYSIE DU REGARD HORIZONTAL AVEC SCOLIOSE PROGRESSIVE (SYNDRÔME HGPPS)

SÉMIOLOGIE IRM DE LA PARALYSIE DU REGARD HORIZONTAL AVEC SCOLIOSE PROGRESSIVE (SYNDRÔME HGPPS) SÉMIOLOGIE IRM DE LA PARALYSIE DU REGARD HORIZONTAL AVEC SCOLIOSE PROGRESSIVE (SYNDRÔME HGPPS) S.BEN AICHA, N.LEBOUCQ, M.CARNEIRO, A.ROBERTIE, F.RIVIER, A.BONAFE Service de neuroradiologie CHU GUI DE CHAULIAC,

Plus en détail

L INFECTION MATERNO-FOETALE A CHIKUNGUNYA EN POLYNESIE FRANÇAISE,

L INFECTION MATERNO-FOETALE A CHIKUNGUNYA EN POLYNESIE FRANÇAISE, L INFECTION MATERNO-FOETALE A CHIKUNGUNYA EN POLYNESIE FRANÇAISE, 2014-15 Besnard M 1, Lastère S 2, Kuo P 1, Pawlotsky F 1, Darteyre S 1, Guyot D 1, Elie V 3, Jacqz-Aigrain E 3, Lévy M 2, Mallet HP 3,

Plus en détail