Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat)"

Transcription

1 Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) «Si, globalement, les adolescents se disent en meilleure santé que les adultes, il convient, au regard des résultats qui suivent (alimentation et obésité, conduites à risque, conduites violentes, recours au soin.) de nuancer ce propos, car la fréquence des troubles de santé au sens large du terme1 (somatique, psychologique et sociale) n est pas négligeable dans cette tranche d âge. Selon le Baromètre santé 2000, les adolescents de 12 à 17 ans déclarent une meilleure santé physique et social, appréhendée par les scores de Duke, que leurs aînés de 25 à 44 ans, mais une moins bonne santé mentale». Perrin-Escalon H., Hassler C., Choquet M., Morin D., Beck f., Spilka S., et al. Direction de la recherche des études de l évaluation et des statistiques, la santé des adolescents, juin 2004 ; 322. Bien que les adolescents se disent globalement en bonne santé, les enquêtes auprès des ans (collège, lycée) menées par l INPES, l INSERM, la DRESS, l IRDES ces dix dernières années, montrent qu il existe un décalage notable entre leur santé et la perception qu ils en ont (physique, psychique et sociale). En effet les ans présentent un nombre notable de troubles somatiques, psychologiques et sociaux. «La fréquence des problèmes physiques et psychosociaux accuse aussi une nette augmentation : selon plusieurs études récentes, alors que deux tiers des jeunes se portent plutôt bien, un tiers d entre eux souffrent de diverses difficultés qui auront à la longue un retentissement net sur leur santé et leur capacité d intégration. Les jeunes qui vivent des situations d exclusion - certains migrants de la deuxième génération, les adolescents ayant interrompu leur formation et ceux qui sont sans activité, les jeunes placés dans des foyers - présentent souvent des problèmes de nature multiple, nécessitant une approche globale et multidisciplinaire». Le fait médical, Adolescence, Août 1998 n 38. Il ne suffit pas, ont le sait, de guérir, il faut savoir prévenir l apparition de ces différents troubles, surtout au moment de l adolescence, période au cours de laquelle beaucoup de personnes acquièrent des comportements qu elles conserveront leur vie durant2. Il importe donc pour le présent mais aussi pour leur avenir que les jeunes puissent s approprier une démarche de prise en charge de leur santé, de prévention. Cette démarche peut s avérer difficile pour les adolescents du fait des différents remaniements physiques, psychiques et relationnels qui surviennent et des difficultés qui leurs sont inhérentes; dans la relation au corps, à l autre, aux adultes, à soi et à la santé3. Il s agit pour les professionnels de santé de pouvoir s adapter à ces difficultés et ainsi leur proposer des prises en charges spécifiques, adaptées au : - difficile rapport au corps et au prendre soin de soi, la pudeur 1 «La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité» définition de la santé selon l OMS. 2 Michaud P. A. Adolescence, Le fait médical : de la recherche au patient 1998 ; Dialogue et éducation pour la santé, INPES, Août

2 - à la difficulté à se tourner vers des adultes et professionnels de santé : s auront-il les comprendre? - au doute sur le respect de l anonymat et la confidentialité des informations données, notamment au médecin de famille. - à l oscillation entre le rapport de dépendance aux parents et l envie d autonomie (pouvoir consulter sans la présence des parents) - à l expérimentation de leurs limites, une confrontation à la norme, une prise de risques, conduites d essai, de transgression de certains interdits qui peuvent freiner le principe de prévention - aux difficultés financières surtout rencontrées par les étudiants - aux préjugés à propos de certaines professions de santé - à une croyances en leur propre immortalité, d où une projection difficile des conséquences sur sa santé future de comportements adoptés aujourd hui - àla vision très moralisatrice du discours des professionnels de santé Ainsi la prise en compte des différentes difficultés rencontrées par les adolescents nous semble devoir être le cœur de notre réflexion concernant la prise en charge de l adolescent et de la manière dont il faut intervenir auprès d eux afin de les aider à s approprier une démarche de soin. La mise en place des actions dans le cadre de «l aller vers pour faire venir» part du postulat qu il est nécessaire que les professionnels de santé aillent à la rencontre des jeunes sur leur lieu de vie, leur propose un accompagnement dans le monde de la santé pouvant s adapter à ses différentes difficultés rencontrées par les ans. En effet l «aller vers» faciliterait, la venue des jeunes au sein de l Espace Santé Jeunes. Ils effectuent alors de notre point de vue une première démarche de soin : «j appelle, je prends rendez-vous, je rentre en contact avec la structure». Nous accueillons alors les jeunes pour un premier entretien et les amenons à définir et à s approprier leur(s) demande(s). En fonction de la demande et des désirs du jeune soit nous le guidons vers le système commun de santé, soit nous lui proposons d autres rendez-vous pour des soutiens ou des conseils ponctuels. Nous orientons les jeunes lorsque la demande relève du soin physique ou psychique, lorsqu un suivi doit être mis en place et lorsqu il nous importe que le jeune puisse aller à la rencontre de structures compétentes pour répondre à sa demande. Nous revoyons les jeunes au sein de l Espace Santé Jeunes lorsque la demande concerne une aide ponctuelle, un avis, et qu elle ne nécessite pas un suivi mais 2 ou 3 rencontres avec un professionnel. L espace Santé Jeunes : un travail en réseau et une équipe pluridisciplinaire qui va à la rencontre des jeunes L Espace Santé Jeunes de Boulogne-Billancourt et ses objectifs 2

3 La Fondation de France a, depuis 1993 et particulièrement depuis 1997 impulsé et soutenu l implantation d espaces santé jeunes par le biais d appels à projets nationaux. Une trentaine d espaces ont ainsi été soutenu entre 1997 et La fondation de France était désireuse dans ces appels à projets de développer une «approche généraliste en matière de santé, un accueil personnalisé et qualifié» par une équipe pluridisciplinaire et à «favoriser la prise en compte par ces jeunes de leur propre santé et de faciliter leur accès aux services et structures de prévention et de soins existants».il existe aujourd hui environ 30 Espaces Santé Jeunes en France et 10 dans les Hauts de Seine. L espace Santé Jeunes est né en février C est une structure de prévention dans le champ de la santé (dans ses aspects somatiques, psychologiques et sociaux) qui propose un accueil de proximité aux ans, possible avec ou sans rendezvous et qui permet selon les besoins, d orienter vers les structures de soins locales. Il s agit donc de favoriser l accès aux soins des adolescents et des jeunes adultes en difficulté mais aussi de les accompagner dans la prise en compte par eux-mêmes de leur propre santé. Ils peuvent également y trouver toute une documentation sur la santé. C est un lieu d écoute, d orientation, d information, de sensibilisation visant à répondre aux préoccupations des jeunes. La structure a également pour mission de consolider le réseau des partenaires afin de faciliter l orientation et la prise en charge sur la ville des différentes difficultés rencontrées par les jeunes. Les ans sont accueillis de manière anonyme, confidentielle et gratuite. Ils peuvent venir avec ou sans rendez-vous, seuls ou accompagnés, rencontrer différents professionnels de santé. L Espace Santé Jeunes et donc les professionnels qui y travaillent n ont pas de vocation soignante à proprement parlé, mais de faire de la prévention, la finalité recherchée étant toujours le «prendre soin de soi, prendre soin de sa santé» et l orientation vers un système de droit commun. L Espace Santé Jeunes ne se substitue pas à ce système, mais vient le compléter. L Espace Santé Jeunes anime des actions au sein de la structure mais aussi sur les lieux de vie ou d études des jeunes (Foyers de Jeunes Travailleurs, association d insertion, collèges, lycées etc.) sur différents thèmes (cf. Aller à la rencontre des jeunes : un travail d équipe pluridisciplinaire, en réseau, pensé en amont des interventions). L équipe L équipe pluridisciplinaire est à l image des objectifs de la structure : accompagner le jeune vers une démarche de soin, le faire rencontrer des professionnels de santé dans un lieu rassurant et protégé pour l amener à, de lui-même s orienter vers un système de droit commun. Ainsi même au sein de l Espace Santé Jeunes des professionnels de santé d autres structures viennent à la rencontre des jeunes leur proposer une rencontre voire si besoin une prise en charge au sein de leur structure, si possible. Ainsi l équipe pourrait être présentée de la manière suivante : Les membres de l Espace Santé Jeunes - La chef de service de l Espace Santé Jeunes aussi psychologue 3

4 - La coordinatrice de l Espace Santé Jeunes (elle planifie et organise les actions) aussi diététicienne - La socio-esthéticienne - La psychologue Les professionnels de santé travaillant au sein d autres structures de soin de la ville et intervenant à l Espace Santé Jeunes - Le médecin du centre de dépistage anonyme et gratuit de l hôpital Ambroise Paré - Un psychologue addictologue du Trait d Union - Une psychiatre et une psychologue alcoologue du centre Arthur Rimbaud - Une conseillère de la Caisse Primaire d Assurance Maladie Ces professionnels proposent des rendez-vous, en moyenne une fois par mois, au sein de l Espace Santé Jeunes, une prise en charge pouvant se mettre en place par la suite au sein de leur structure respective. Il est parfois plus facile pour les jeunes de rencontrer ces professionnels pour un premier rendez-vous au sein d une structure qu ils connaissent déjà. Le travail en réseau Pour guider au mieux les jeunes vers le monde de la santé, l Espace Santé Jeunes a pour mission de développer un réseau santé sur la ville. Il s agit de pouvoir orienter facilement des jeunes au sein d autres structures, organiser des actions avec les différentes structures, pouvoir prendre contact avec eux, quand on est en entretien et que l on désire des précisions sur certain point. Cette démarche de contacter les structures avec les jeunes (de leur passer aussi la communication pour qu ils échangent directement avec le professionnel à l autre bout du fil) leur montre qu il est important d aller chercher les informations auprès de personnes compétentes. Nous invitons alors les jeunes à entrer en contact avec les structures. Ceci permet aussi symboliser et aider au passage, à la mise en place d un relais. Nous ne faisons pas à la place des jeunes mais avec eux. Nous travaillons donc en étroite collaboration avec un certain nombre de structures : CMP, Planning familial, les lieux ressource contraception IST-SIDA, les foyers, le centre de dépistage, les établissements qui prennent en charge les addictions, la mission locale... Nos objectifs et l organisation de nos interventions : «aller vers pour faire venir» Objectif principal Amener les jeunes (12-25 ans) à s approprier une démarche de soin, à s autonomiser, à s orienter d eux même et de façon non uniquement curative vers le système de soin commun. Objectifs plus spécifiques Cet objectif principal nécessite: 4

5 - De susciter chez les jeunes une prise de conscience de l importance de prendre soin de leur santé - de faciliter la rencontre des jeunes avec des professionnels de santé et ce, afin de dédramatiser la figure du professionnel de santé - Pour qu ils puissent entreprendre eux-mêmes les démarches de soins : leur permettre d identifier des solutions, des lieux ressources, des structures et professionnels compétents dans la prise en charge des questions ou difficultés qu ils rencontrent. Public visé Le public visé par nos actions est les jeunes de 12 à 25 ans domiciliés ou scolarisés sur la ville de Boulogne-Billancourt. Lieux d intervention Le but étant d aller à la rencontre des jeunes, nos actions se déroulent au sein de leurs lieux de vie: Collège Lycée Foyer de jeunes travailleurs Et parfois même en amont auprès des élèves de CM2 Les associations qui accueillent ce public Aller à la rencontre des jeunes : un travail d équipe pluridisciplinaire, en réseau, pensé en amont des interventions L idée principale est que la rencontre avec les membres de l Espace Santé Jeunes ou des professionnels d autres structures et intervenant au sein de l Espace Santé jeunes, par l image sympathique, dynamique et ouverte qu ils vont présenter, va faciliter la venue des ans au sein de notre structure. Il est toujours plus facile de franchir la porte d un lieu que l on, connait, ou l on trouvera des personnes qui nous sont familières. Nos interventions sont de tout ordre : prévention des IST SIDA, Nutrition, les bouleversements de la préadolescence, le sommeil, les addictions, les conduites à risque, l éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle, la sexualité, le conseil en image, le bien-être, la gestion du stress, hygiène de vie et sommeil, la relaxation, les changements pubertaire de l adolescence Nous avons le soucis d organiser aussi bien des actions préventives des prises de risques ou de mauvaises habitudes de vie que des actions abordées d un point de vue plus positif sur le bien-être et le prendre soin de soi. Ces actions sont préparées bien en amont de l intervention en elle-même, afin qu elles soient parfaitement adaptées, pertinentes, relayées, et qu elles puissent continuer à avoir un impact dans l après coup. Ceci nécessite de fixer le cadre de nos actions: Qu est ce qui motive le thème de notre action? 5

6 Quels professionnels faire intervenir? Qui veut-on que les jeunes rencontrent? Définir les priorités (faire tomber les tabous, les stéréotypes, informer, répondre aux questions, confronter les avis, amener à penser...) Choisir nos modes d intervention : les outils, les supports, les informations données Un travail en amont est indispensable aussi dans le relais de l information après les interventions. En effet, il est primordial de d organiser l action conjointement avec l équipe socio-éducative ou pédagogique pour l informer de notre action, de son déroulement afin que l information puisse être relayée auprès des jeunes ou même qu un débriefing puisse être proposé en heure de vie de classe par un enseignent exemple. Nous voulons ainsi impliquer toute l équipe d une structure donnée, en vu d organiser une action de terrain transdisciplinaire et relayée par un réseau de professionnels, Il est tout aussi important de nommer une «personne ressource» au sein de l établissement, une personne qui sera alors le relais privilégié, auprès de qui les jeunes pourront se tourner s ils ont des questions, besoin d un conseil Ce peut-être une infirmière scolaire, le conseiller principal d éducation, le médecin scolaire, l éducateur... Le but est aussi de travailler conjointement avec l équipe pédago-éducative afin de lui fournir des outils suffisants de part la construite conjointe de l action avec des professionnels du thème abordé durant l intervention. Ceci a pour but de rendre l équipe pédagogique compétente pour répondre aux questions des jeunes ou du moins les orienter de façon pertinente, les accompagner efficacement dans des démarches de prise en charge de leur santé : ne pas faire à la place de l équipe pédagogique mais leur faire faire un accompagnement des jeunes sur une structure donnée, c est notamment le rôle de la «personne ressource». Ainsi les actions vont se faire en binôme: - un membre de l équipe pédago-éducative de l établissement - un professionnel de santé Mise en place d une méthode d évaluation de notre action Afin d évaluer l impact des interventions de proximité menées au sein des établissements scolaires et des lieux de vie, sur la venue des jeunes à l Espace santé Jeunes et sur leur appropriation d une démarche de soin nous avons mis en place des fiches d accueil individualisées ( cf. annexe). Ces fiches sont remplies chaque fois qu un jeune prend contact (venue spontanée ou appel téléphonique) avec la structure, et qu il est reçu en entretien par un professionnel de santé. Cette fiche a plusieurs fonctions : - Elle permet d évaluer l impact de nos actions sur la venue des jeunes par la question : «comment avez-vous connu la structure?», «intervention :.. date :. thème de l intervention :.» ; «venue spontanée, venue sur rendez-vous», - elle permet d évaluer s il s agit d une démarche propre au jeune ou à l initiative d un parent, d un professionnel accompagnant le jeune : enseignent, CPE, infirmière scolaire : «Est-ce le jeune qui a pris rendez-vous? Sa venue est-elle de son initiative?», «Si «non» qui a pris contact avec la structure?» 6

7 - Elle permet lors du premier accueil d offrir, au professionnel qui reçoit le jeune, un moyen de médiation pour introduire l échange avec ce dernier. - Elle permet de connaitre les thèmes principaux de consultation, et donc ceci nous permet d évaluer les thèmes des actions qu il serait pertinent de mettre en place l année d après. - Elle permet enfin une évaluation plus fine des venues au sein de l Espace Santé Jeunes : âge, sexe, situation des jeunes qui viennent. Ceci nous permet : de voir qu elle population nous arrivons à sensibiliser, et de réadapter nos actions afin de pouvoir sensibiliser l ensemble de cette population. Nous comptons ainsi évaluer sur l année scolaire 2010/2011 l impact de la mise en place du projet «aller vers pour faire venir» via l analyse de nos fiches d accueil individualisées. Les bénéfices attendus de nos actions Notre hypothèse est que les interventions sur les lieux de vie des jeunes -de part la rencontre avec des professionnels de santé et des thèmes abordés- vont amener les jeunes à entreprendre des démarches de soin et de prise en charge de leur santé. Franchir seul le pas de la porte de notre structure, appelé pour demander un rendez-vous et venir, pourrait alors représenter un premier pas vers une prise de conscience de l importance de prendre soin de leur santé et vers une autonomisation. L évaluation de l impact de nos actions passe par un certains nombre de critères nous permettant de penser que nos actions ont un impact sur la venue des jeunes : - que le jeune ait pu bénéficier d une intervention organisée par l Espace Santé Jeunes au sein de l établissement qu il fréquente durant l année scolaire 2010/ qu il soit venu au sein de l'espace Santé Jeunes seul ou accompagné, avec ou sans rendez-vous - dans le cas où il vient accompagné, que la démarche de venir à l'espace Santé Jeunes vienne du jeune lui-même L évaluation de l impact de nos actions s étend sur l année scolaire 2010/ Nous avons choisi de considérer comme bénéfique le fait que nos actions permettent à au moins un adolescent par groupe (d intervention) entreprenne la démarche de venir au sein de l Espace Santé Jeunes. Conclusion Bien plus qu organiser des interventions de groupes sur des thèmes de santé, l Espace Santé Jeunes met en place d autres moyens de communication à l attention des adolescents. Toujours soucieuse de s adresser directement aux jeunes en les impliquant dans des démarches de soin, la structure a créé par exemple un marque-page4. Moyen de communication attractif et visuel, ce 4 Cf. Annexe 7

8 marque-page : «positive attitude», a pour but d informer les jeunes des différents signes pouvant signifier le mal-être (un versant positif «qualité de vie» y est également développé) et de faire connaitre la structure comme lieux ressource. Aller à la rencontre des jeunes, sortir de notre structure, les interpeller sur leur santé, organiser des rencontres, des échanges et des interventions-information nous semble une démarche indispensable afin de faire du lien. Faire du lien, coordonner et orienter voilà le mission première de notre structure: faire du lien entre le jeune et la santé, la prévention, entre le jeune et les professionnels de santé et entre les différentes structures de la ville. Bibliographie - Perrin-Escalon H., Hassler C., Choquet M., Morin D., Beck f., Spilka S., et al. Direction de la recherche des études de l évaluation et des statistiques, la santé des adolescents, juin 2004 ; Michaud P. A. Adolescence, Le fait médical : de la recherche au patient 1998 ; Document INPES : Dialogue et éducation pour la santé, INPES, Août

9 9

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

LA SCOLARITÉ EN FRANCE

LA SCOLARITÉ EN FRANCE P.R.I.P.I Programme Régional pour l Intégration des Populations Immigrées C.A.S.N.A.V Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage LA SCOLARITÉ EN FRANCE Document

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Répartition de l ensemble des structures présentes

Répartition de l ensemble des structures présentes Bilan Demi-journée de réflexion et d échanges de pratiques «Sexualité et Handicap» Date Mardi 30 Juin 2009 Lieu Heure Nombre de participants 43 Type de structures présentes Professionnels CoDES 13 présents

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Dispositif d écoute psychologique. Virtual Class Room

Dispositif d écoute psychologique. Virtual Class Room Dispositif d écoute psychologique Virtual Class Room Ordre du jour 1. Présentation de PSYA 2. Le dispositif d écoute psychologique 3. Communication 4. Questions / réponses 2 Présentation de PSYA 1. Qui

Plus en détail

LA FONDATION. Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle

LA FONDATION. Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle LA FONDATION Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle CHARTE LES OLIVIERS Accueillir Soigner Accompagner Réinsérer l Nous plaçons l être humain avec sa souffrance au centre de notre

Plus en détail

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Information aux patients et à leurs proches Espace médiation Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Quand solliciter l espace médiation? Vous rencontrez un problème à l hôpital

Plus en détail

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes GARANTIE JEUNES Luxembourg le 21 mars 2014 AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes INTRODUCTION Les membres de l EGMJ approuvent fortement la conception d une garantie

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude Nous, chefs d entreprise, sommes responsables de la santé et de la sécurité de nos salariés dans nos entreprises. Depuis plusieurs années, une

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Helsana Case Management

Helsana Case Management «Après mon accident de voiture, j ai tout de suite su que mon avenir professionnel serait remis en question. Cela m a encore plus affecté que l accident lui-même. Helsana Case Management Grâce au case

Plus en détail

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 Région Franche-Comté Département Doubs La maison des adolescents: Date d ouverture : 13 Mars 2006 Nom : Maison de l Adolescent de Besançon Nom du responsable

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac Le Centre Emergence - Espace Tolbiac 6 rue Richemont 75013 Paris Espace Tolbiac est un service spécialisé destiné aux patients souffrant de troubles liés aux drogues. Activités principales : Consultations

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

«ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin»

«ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin» «ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin» Ce programme s inscrit dans une visée de formation professionnelle continue,

Plus en détail

La santé, un facteur d insertion

La santé, un facteur d insertion La santé, un facteur d insertion Anne Danibert - Chef de projets prévention et promotion de la santé Mutuelle Atlantique Une orientation politique de la Mutuelle En 1996, la mutuelle inscrit comme orientation

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

www.souffrance-scolaire.fr - Formation - Accompagnement - Coaching

www.souffrance-scolaire.fr - Formation - Accompagnement - Coaching www.souffrance-scolaire.fr - Formation - Accompagnement - Coaching La cour de l école, la classe, le préau, le gymnase : autant de territoires où les enfants passent beaucoup de temps, nouent des relations,

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être. «Partage international en éducation pour un mieux être global»

Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être. «Partage international en éducation pour un mieux être global» Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être «Partage international en éducation pour un mieux être global» L éducation à la santé au Québec Programmes scolaires

Plus en détail

La politique de l école

La politique de l école La politique de l école Socialiser pour développer le langage. 1. Définition : L autonomie de la parole L école et ses partenaires : familles intervenants réguliers ou ponctuels liens avec le pré-scolaire

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Enquête santé. Etat de santé

Enquête santé. Etat de santé Enquête santé La Ville de Bayonne mène une réflexion sur les questions de la population bayonnaise. L objectif est d appréhender les besoins en santé des habitants et d y apporter le mieux possible les

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Une bonne santé mentale, c est vital!

Une bonne santé mentale, c est vital! Une initiative wallonne pour la santé mentale, réalisée avec l appui de l IWSM Une bonne santé mentale, c est vital! La santé mentale, ça paraît simple quand tout va bien. Généralement, on n y pense même

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Surdité et système de santé

Surdité et système de santé Surdité et système de santé LA SURDITE EN QUESTION L ACCESSIBILITÉ EN RÉPONSE Association des parents d'enfants déficients auditifs de Franche-Comté Maison de la famille 12, rue de la Famille 25000 Besancon

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS

REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS PRESENTATION DU RELAIS Le Relais est un équipement municipal s inscrivant dans les projets du Contrat Enfance et Jeunesse signé avec la CAF de Lyon. Il s adresse aux professionnel(le)s

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

Voir le document PowerPoint pour le contenu de la présentation.

Voir le document PowerPoint pour le contenu de la présentation. Initiative A2 : Le télé-enseignement au cégep Promoteur : Sony Cormier, directeur du Campus des Îles-de-la-Madeleine et directeur intérimaire du Campus de Carleton-sur-Mer (Cégep de la Gaspésie-Les-Îles)

Plus en détail

La charte du Coach de Vie en Auvergne

La charte du Coach de Vie en Auvergne La charte du Coach de Vie en Auvergne Charte d engagement des Coachs de Vie en Auvergne et des nouveaux arrivants qui en bénéficieront L'Agence des Territoires d Auvergne (ARDTA) est une association financée

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA Le revenu de solidarité active est une mission majeure du Conseil général des Hauts-de-Seine Le RSA? Le RSA a été créé pour vous

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie 1 Le rôle infirmier en pédopsychiatrie Le rôle infirmier prend en compte l enfant et/ou l adolescent dans sa globalité et respecte ses différences

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

Assurances et services des collectivités locales

Assurances et services des collectivités locales LES PROGRAMMES DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET DE RETOUR À L EMPLOI Centre de gestion du Jura 25 septembre 2014 Assurances et services des collectivités locales Outils de réinsertion professionnelle Souffrance

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé.

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé. é t n a S n o i La Miss p a c i d n a H & s n a é l r O d e i r de la mai Édito Depuis 2002, la mairie d Orléans s est dotée d un service «Mission Santé et Handicap» avec l objectif de prendre en compte

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Les centres éducatifs renforcés (CER)

Les centres éducatifs renforcés (CER) Les centres éducatifs renforcés (CER) Une réponse éducative qui reste trop méconnue Document de présentation juin 2012 1 Les centres éducatifs renforcés, dénommés à l origine unités éducatives à encadrement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

RH 4. Ressources Humaines 4.0. et motivation augmentée. D é v e l o p p e z l i n g é n i o s i t é c o l l e c t i v e

RH 4. Ressources Humaines 4.0. et motivation augmentée. D é v e l o p p e z l i n g é n i o s i t é c o l l e c t i v e RH 4 Ressources Humaines 4.0 et motivation augmentée D é v e l o p p e z l i n g é n i o s i t é c o l l e c t i v e e t c r é a c t i v e z v o t r e e n t r e p r i s e Donner de l énergie à vos RH...

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Risques psychosociaux : Intervention pluridisciplinaire en maison de retraite

Risques psychosociaux : Intervention pluridisciplinaire en maison de retraite «Travailler en institution ou à domicile auprès des personnes âgées : conditions de travail et prévention» Annecy - Journée du 10 juin 2011 Risques psychosociaux : Intervention pluridisciplinaire en maison

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme :

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Sensibilisation à l autisme Adaptation de l environnement à l individu - TEACCH Développement des compétences de l individu - ABA Gestion

Plus en détail

Fondation Pro Familia

Fondation Pro Familia Centre Polyvalent pour Enfants Services pour femmes et leurs enfants en détresse Centre de Consultation et de Médiation Familiale Centre de Formation Psycho-Familiale www.profamilia.lu Contact Fondation

Plus en détail

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne Ce questionnaire est aussi disponible en ligne sur le site : www.handirhoneservices.org Ou par flash code : Vous pouvez être aidé au remplissage par téléphone au : 06 52 16 34 84 Enquête sur les attentes

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS?

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS? POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESIT... http://www.fmc-tourcoing.org/spip/print-article-mb.php3?id_article=45 POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Le portfolio orientant comme outil d évaluation

Le portfolio orientant comme outil d évaluation Le portfolio orientant comme outil d évaluation Contenu de la conférence 1. Le concept de l approche orientante à notre école a) Notre philosophie de l orientation b) Notre clientèle c) Le portfolio 1.

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE UN AGRÉMENT «Les Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques accueillent les enfants adolescents ou jeunes

Plus en détail

Une association porteuse de valeurs

Une association porteuse de valeurs Une association porteuse de valeurs Le comité d Education pour la Santé est une association loi 1901 Il a pour mission d aider la population à choisir des modes de vie et des comportements qui préservent

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants Laurent Michel Délégué Général de l USEM Marie Portal Etudiante en Master 2 Promotion de la santé, ISPED Stagiaire à l USEM L USEM et les SMERS

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS ARTICLE I : PRESENTATION L Aide aux devoirs est un atelier que le Centre jeunesse municipal propose aux résidants de la commune, scolarisés

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Collectif Vivre Son Deuil Bretagne

Collectif Vivre Son Deuil Bretagne Collectif Vivre Son Deuil Bretagne Le Collectif «Vivre Son Deuil Bretagne» est membre fondateur de la Fédération Européenne Vivre Son Deuil. Maison Associative de la Santé 36 bd Albert 1er - 35 200 RENNES

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Assistant(e) Social(e)

Assistant(e) Social(e) CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Assistant(e) Social(e) Le Métier d Assistant(e) Social(e) L assistant de service social, qui est parfois spécialisé (drogue,

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail