Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie"

Transcription

1 Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, Paris FRANCE Tél. : Fax : Jean-Marc Loizeau Insiu des Acuaires (IA) MAAF Assurances Chauray, Nior Cedex 9 FRANCE Tél. : Fax : Résumé La modélisaion des dépendances enre lignes d'affaire d'un porefeuille d'assurance non vie a souven fai l'obje d'hypohèses simplificarices. Les copules son un ouil flexible qu'il es désormais possible d'uiliser pour représener la dépendance enre risques de façon réalise. Ce aricle présene un cas praique d'applicaion de la héorie des copules à la déerminaion du besoin en fonds propres d'un assureur non vie du marché français enan compe du seul risque de flucuaion des sinisres. Une méhodologie spécifique de recherche des dépendances au sein du porefeuille d'assurance es mise en place. Les copules représenan le mieux ces ineracions son ensuie sélecionnées à l'aide d'un es d'adéquaion du chi-deux. Des simulaions de Mone-Carlo permeen enfin de mesurer l'impac des dépendances sur le besoin en fonds propres de la compagnie, ce dernier éan évalué à l aide de plusieurs mesures de risque. Mos-clefs : besoin en fonds propres, mesures de risque, dépendance, copule, au de Kendall, saisique du chi-deux, Mone-Carlo Absrac The modeling of dependen business lines of a non life insurance porfolio has ofen been based on a se of simplified assumpions. Copulae are a versaile ool which can now be used o represen dependence beween risks in a realisic way. This sudy presens a pracical case where copulae heory is applied o assess he capial adequacy of a French non life insurer only adjused for he risk of volailiy in insurance losses. Firsly, a specific mehodology is developed o deec dependencies embedded in he porfolio. Secondly, copulae ha beer reflec hose links are seleced hrough a chi-square goodness-of-fi es. Finally, Mone-Carlo simulaions are used o measure he impac of dependencies on he capial adequacy of he insurer, he laer being assessed hanks o several risk measures. Keywords : capial adequacy, risk measures, dependency, copula, Kendall s Tau, Chi-square saisic, Mone-Carlo

2 INTRODUCTION L acivié d assurance requier de disposer d un niveau minimum de fonds propres pour absorber les mouvemens défavorables de résulas non anicipés. La déerminaion de ce monan minimal es devenue une problémaique majeure pour les assureurs, noammen depuis les deux dernières décennies. En effe, auparavan les marchés éaien régulés, moins volails e les rendemens exigés par les acionnaires éaien de fai moins élevés. Progressivemen, la compéiion s es accrue, la sinisralié a augmené avec une plus grande concenraion des risques assurés, l environnemen juridique es devenu de plus en plus incerain, les mouvemens capialisiques e la noion de créaion de valeur pour l acionnaire son apparus. Dans ce nouveau conexe, les assureurs son désormais foremen inciés à développer une gesion opimale de leurs fonds propres qui doi saisfaire des inérês divergens. D un côé, les auoriés de conrôle, les agences de noaion, e dans une mesure croissane les assurés, recherchen une solvabilié maximale de la sociéé e donc plus de fonds propres. De l aure, les acionnaires espèren maximiser le rendemen de leur invesissemen en limian le capial injecé dans la sociéé. La recherche d une opimalié du niveau des fonds propres soulève une quesion imporane : l opimum souhaié reflèe--il des dépendances poenielles enre les risques supporés par la compagnie? Récemmen encore les réponses acuarielles apporées à cee quesion éaien basées sur des hypohèses fores : soi les risques éaien supposés indépendans, soi on admeai leur dépendance mais en leur imposan de suivre la même loi de disribuion. Désormais, une modélisaion plus réalise des liaisons enre risques es possible grâce à la héorie des copules, obje d un vif regain d inérê depuis quelques années. L impac de la dépendance enre risques sur la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur n a éé analysé à l aide des copules que dans un cadre héorique. Ce aricle présene une mise en œuvre praique de cee problémaique appliquée au porefeuille non vie d un assureur du marché français, en se concenran sur la dépendance enre charges sinisres de plusieurs garanies. La première parie sera consacrée aux mesures de risque. On discuera de leurs propriéés e on présenera celles qui peuven êre reenues pour déerminer le besoin en fonds propres. Dans la deuxième parie, on rappellera les principaux résulas auour de la dépendance e des copules, e on proposera noammen une méhode de sélecion de la meilleure copule basée sur la saisique du chi-deux. La roisième parie présenera les données du porefeuille d assurance analysé, décrira une méhodologie permean d exhiber des dépendances inrabranche e iner-branches au sein de ce porefeuille e mera en exergue les copules décrivan le mieux ces dépendances. Au cours de la dernière parie, on modélisera le besoin en fonds propres via diverses mesures de risque, e on évaluera via des simulaions de Mone-Carlo commen il es affecé par la prise en compe de dépendances modélisées par diverses copules.

3 Parie. MESURES DE RISQUE Le principal ouil héorique pour calculer le besoin en fonds propres es défini sous le vocable «mesures de risque». Ceraines de ces mesures de risque son manipulées depuis for longemps par les acuaires, plus pariculièremen dans le domaine de la arificaion. Les mesures de risque uilisées pour le besoin en fonds propres on donné lieu à de nombreux ravaux acuariels ces dernières années. De manière générale, elles visen à fixer un niveau de capial pour un porefeuille de risques donné, e mesuren le risque en un en ou plusieurs nombres. Dans ce qui sui on donnera la définiion d une mesure de risque e les propriéés associées qui peuven êre recherchées pour évaluer le besoin en fonds propres, puis on présenera les principales mesures de risque permean de fixer un niveau opimal de fonds propres... Définiion Soi Ω l ensemble fini des éas de naure possibles, on appelle variable aléaoire réelle une foncion X qui à un éa de la naure ω associe le réel X (ω ). En assurance, le résula d une compagnie sur une période donnée ou la charge agrégée de sinisres (d une ou plusieurs garanies) peuven êre formalisés de cee manière. X pourra êre caracérisée par sa foncion de répariion F X ( x) = P ω / X ( ω) x = P X x. F : { } { } X On appelle mesure de risque une foncion ρ associan à un risque X un réel posiif ρ (X ). Le besoin en capial d une compagnie d assurance non vie peu êre formalisé en uilisan une elle foncion. X représenera dans ce qui sui le résula de la sociéé, le besoin en capial éan foncion de cee variable... Propriéés Une mesure de risque doi pouvoir vérifier un cerain nombre de propriéés élémenaires. A ce jour, il n exise pas de consensus dans la liéraure acuarielle sur les propriéés que doi nécessairemen respecer une mesure de risque. Nous rappelons ci-après le corps des propriéés pouvan s appliquer aux mesures de risque uilisées pour esimer le besoin en capial e présenons une raducion simple de ces propriéés en nous inspiran des ravaux de De La Foaa e Odjo [00]. Il exise d aures propriéés qui ne son pas présenées car elles son plus spécifiques au calcul du chargemen de la coisaion. Pour deux risques quelconques X e Y, les propriéés suivanes peuven êre formulées : Invariance par ranslaion ρ ( X + c) = ρ( X ) c, pour oue consane c. Si on ajoue (respecivemen on reranche) un monan cerain c au résula d un cenre de profi, le besoin en capial décroî (respecivemen augmene) du même monan. Sous-addiivié ρ X + Y ρ X + ρ Y ( ) ( ) ( ) Volonairemen le résula n es pas défini ici car il dépend du modèle d évaluaion du besoin en capial mis en œuvre. Le cenre de profi peu êre soi la compagnie dans son ensemble soi limié à une branche d acivié donnée. 3

4 La fusion de deux cenres de profi ne crée pas de risque supplémenaire. Au conraire, la diversificaion end à réduire le risque global. Cee propriéé perme ainsi une gesion décenralisée du besoin en capial dans les différens cenres de profi sans courir le risque d un besoin global supérieur à la somme des besoins individuels de chacun des cenres. Si cee propriéé n éai pas respecée, une sociéé ne respecan pas un cerain niveau requis de capial pourrai êre inciée à se scinder arificiellemen en deux eniés afin de réduire son besoin en capial. Homogénéié posiive ρ λ X = λ ρ X, λ ( ) ( ) 0 De même qu une fusion ne crée pas de risque supplémenaire ( ( λ X ) λ ρ( X )) sans diversificaion ne rédui pas le besoin global en capial. ρ, une fusion Monoonie X Y ρ( X ) ρ( Y ) Si les peres encourues avec le risque X son oujours supérieures à celles obenues avec Y, le besoin en capial pour X doi êre supérieur à celui pour Y. Propriéé de borne supérieure ρ X max X, le besoin en capial es borné par la pere maximale possible. ( ) ( ) Conservaisme ρ ( X ) = ρ( X ) où X désigne la parie négaive de X, ( X = min( X,0)). Elle es définie par Arzner e al. [999] noammen pour la déerminaion du besoin en capial, e condui à ne prendre en compe que les valeurs négaives de X, raduisan ainsi une fore aversion au risque. Propriéé de sévérié Le besoin en capial doi enir compe des ampliudes possibles des peres. Selon Arzner e al. [999], une mesure de risque vérifian les quare premières propriéés es die cohérene. Selon ces aueurs, une mesure de risque appropriée doi respecer le crière de cohérence. Ce corps de propriéés définissan une mesure cohérene ne fai pas l unanimié dans la communaué acuarielle. On peu monrer en effe qu il exise des siuaions où le non respec d une des propriéés es préférable. Le principe d homogénéié posiive es remis en quesion lorsqu une variaion d échelle du risque condui à un effe plus que proporionnel sur le besoin en capial, lié, par exemple, à une difficulé pour se réassurer. Un aure exemple consrui par Perronne e al. [00] monre que la diversificaion, recherchée à ravers l agrégaion des risques, limie bien la dispersion du risque mais n augmene pas nécessairemen la probabilié d êre solvable. Dans l exemple mis en œuvre, un agen basan son crière de souscripion sur l écar-ype, en raison de sa sous-addiivié, rédui effecivemen la dispersion du risque mais augmene sensiblemen la probabilié d êre insolvable..3. Principales mesures de risque pour évaluer le besoin en fonds propres Cee secion décri les caracérisiques, avanages e inconvéniens des principales mesures de risque suscepibles d êre mises en œuvre pour déerminer le besoin en fonds propres. 4

5 Probabilié de ruine La probabilié de ruine dans sa version primaire correspond au percenile du poin au-delà duquel le capial iniial es oalemen épuisé sur une période donnée suie à un résula déficiaire. Auremen di, si on noe C le capial iniial donné, la probabilié de ruine es égale à F X ( C) = P( X < C). Assez logiquemen, elle a aussi éé uilisée dans les modèles assurance en fixan un niveau minimum de probabilié de ruine, α, jugé accepable selon l aversion au risque de l agen e en déerminan ensuie le niveau de capial qui lui correspond. Dans ce cas, on a alors F X ( C) = α e C es cee fois déerminé en foncion de α. La probabilié de ruine issue des modèles d assurance es à l origine de la Value a Risk (VaR), bien connue du monde bancaire. Value a Risk (VaR) La VaR es une mesure de risque commune aux organismes financiers qui es oalemen équivalene au concep de Sinisre Maximum Probable (SMP), rès familier des assureurs non vie. Elle es égale à la pere maximale que peu subir une organisaion, dans des condiions normales de marché, sur une période de emps donnée pour un cerain niveau de probabilié α. On a donc VaRα ( X ) = inf{ x : FX ( x) α}. De manière praique, la mise en œuvre de la VaR consise à faire varier la probabilié α e à déerminer le capial minimal associé en débu de période qui permee de faire face à la pere maximale en fin de période. On obien donc rérospecivemen le niveau de capial en deçà duquel l organisaion es en ruine avec une probabilié supérieure à α. La VaR uilisée dans ce conexe n es aure que la probabilié de ruine évoquée plus hau. L avanage de la VaR es d êre un concep simple e facile à calculer. Elle vérifie les propriéés d invariance par ranslaion, d homogénéié posiive, de monoonie, de borne supérieure e de conservaisme. En revanche, elle n es pas sous-addiive e ne ien pas compe de la sévérié de la ruine, ce qui consiue la criique la plus souven formulée à son égard. Cependan cee mesure de risque peu faire sens dans un objecif de solvabilié. TailVaR (TVaR) La TailVaR (TVaR) aussi appelée Expeced Shorfall, Condiional Tail Expecaion ou bien encore Condiional VaR, es une mesure de risque définie de la manière suivane : P( X < VaRα ( X )) TVaRα ( X ) = VaRα ( X ) + E[ X VaRα ( X ) X < VaRα ( X )]. α Cee expression s explique par le fai que pour une disribuion discrèe, on peu avoir P ( X < Varα ( X )) < α. Dans la praique, on se place généralemen dans le cas où F X (x) es coninue 3 e on a alors TVaRα ( X ) = VaRα ( X ) + E X VaRα ( X ) X < VaRα ( X ) = VaRα ( X ) + E = E[ X X < VaRα ( X )]. [ ] [ X X < VaRα ( X )] VaRα ( X ) Par consrucion, cee mesure de risque es rès sensible à la queue de disribuion e es de fai plus conservarice que la VaR car pour un seuil α on a oujours TVaRα ( X ) > VaRα ( X ). 3 Dans la praique, ) (x F X es le plus souven inconnue e approchée par simulaions. Grâce aux capaciés informaiques acuelles, on peu disposer aujourd hui d un rès grand nombre de simulaions qui perme de considérer que l on a un coninuum d observaions. 5

6 Elle es égalemen facile à expliquer e présene la paricularié de respecer un rès grand nombre de propriéés puisqu elle es non seulemen cohérene au sens d Arzner e al. [999] mais elle vérifie aussi les propriéés de borne supérieure, de conservaisme e de sévérié. Ceci explique qu elle soi la mesure de risque la plus souven recommandée. Excess TailVaR (XTVaR) La XTVaR n es aure que la ruine moyenne au-delà d un cerain seuil : XTVaRα ( X ) = E[ X VaRα ( X ) X < VaRα ( X )]. Cee mesure de risque, aussi appelée Mean Excess Loss, es équivalene à l espérance de vie résiduelle uilisée dans les modèles d acuaria vie. Ce n es aure que la différence enre la TVaR e la VaR : TVaRα ( X ) = VaRα ( X ) + XTVaRα ( X ). Si l on pose β = VaR α (X ), alors on a XTVaR α ( X ) = TVaRα ( X ) β e l on voi que par consrucion la XTVaR ne peu vérifier les propriéés de sous addiivié, d homogénéié posiive e de monoonie. Parie. DEPENDANCE ET COPULES Supposer l indépendance enre les risques d un porefeuille d assurance es une hypohèse fore qui doi êre esée. Les copules présenen de nombreux avanages pour modéliser la dépendance enre risques. D une par, elles permeen de décrire le comporemen individuel de chaque risque e «couplen» les lois marginales pour obenir la loi joine. D aure par, elles offren une représenaion foncionnelle de la dépendance qui donne une descripion rès complèe de la forme de cee dernière. Dans cee parie son présenés les résulas fondamenaux de la héorie des copules... Dépendance ou corrélaion? Il es imporan de rappeler que la dépendance e la corrélaion son des noions différenes. En effe, on a X e Y indépendanes X e Y non corrélées ou ρ ( X, Y ) = 0 mais la réciproque es fausse sauf dans le cas où les variables son gaussiennes car la dépendance es alors enièremen caracérisée par le coefficien de corrélaion. Le conre-exemple le plus connu 3 dans la liéraure es le suivan : soi X ~ N(0,) e Y = X, alors cov( X, Y ) = E( X ) = 0. Bien qu il soi facile à calculer e fréquemmen présen dans les ravaux acuariels, en assurance comme en finance, le coefficien de corrélaion doi êre uilisée avec précauion car il n es perinen qu en présence de disribuions ellipiques (disribuion mulivariée Normale ou de Suden) ou de dépendance linéaire. Les erreurs d inerpréaion e limies liées à son uilisaion son discuées dans Embrechs e al. [999]... Qu es-ce qu une copule? Définiion : copule Une copule es une foncion de répariion mulivariée C définie sur l hypercube [ 0 ;] n e don les marginales son uniformes sur [ 0 ;]. 6

7 Théorème - Théorème de Sklar [959] Soi F une foncion de répariion n-dimensionnelle avec des marginales F,..., Fn, alors il n exise une n-copule C elle que pour ou x de R, F x,..., x ) = C( F ( x ),..., F ( x )). ( n n n Le héorème de Sklar appliqué à des variables aléaoires coninues condui au héorème suivan. Théorème Soi ( X,..., X ) un veceur de variables aléaoires coninues admean F F n,..., n comme foncions de répariion marginales e F comme foncion de répariion joine, alors il exise une copule C qui vérifie la relaion du héorème. Si les marginales F,..., F son coninues, n alors C es unique, auremen C es uniquemen déerminée sur Im( F )... Im( F n ). (Im(X) représenan l ensemble des valeurs prises par X) A parir du héorème, on voi qu une copule perme d exprimer une foncion de répariion mulivariée selon ses marginales e que cee copule résume oue la srucure de dépendance. Une copule n es aure qu une foncion de répariion don les lois marginales son uniformes, ce qui condui à une expression probabilise simple de la copule : C( u,..., u ) = Pr( U u,..., U u ). n n n Avec les copules, on ne ravaille plus en nombre ou monan mais en rang. Auremen di, dans la praique on ransforme linéairemen les réalisaions x,..., x en uniformes empiriques n Rang( xi ) u,...,u n où ui = pour ou i de à n. n + Définiion : densié d une copule La densié c d une copule C, si elle exise, es définie comme sui n C c( u,..., u ) = ( u,..., u ). n n u... u.3. Mesures de concordance n Il convien ou d abord de rappeler la noion de concordance. Soien ( x, y) e ( x, ~ y ) ~ x, ~ y son dies concordanes si ( x~ )( y ~ y ) > 0 ( ) ~ deux réalisaions d un veceur aléaoire coninu (X,Y), alors ( y ) x e discordanes si ( x~ )( y ~ y ) < 0 Théorème 3 Soi κ une mesure de concordance pour des variables aléaoires coninues X e Y.. si Y es une foncion croissane de X, alors κ X, Y = ;. si Y es une foncion décroissane de X, alors κ X, Y = ; x, e x. 3. si α e β son des foncions sricemen croissanes, alors κ α( X ), β ( Y ) = κ X, Y. Il es facile de consruire des exemples où le coefficien de corrélaion linéaire de Pearson n es pas invarian par ransformaion sricemen croissane (voir Embrechs e al. [00]). Par conséquen, la corrélaion linéaire n es pas une mesure de concordance. En revanche, le 7

8 au de Kendall e le rho de Spearman son deux mesures de concordance bien connues en saisique. Elles donnen une mesure de la corrélaion enre les rangs des observaions, à la différence du coefficien de corrélaion linéaire qui lui apprécie la corrélaion enre les valeurs des observaions. Elles offren par ailleurs l avanage de s exprimer simplemen en foncion de la copule associée au couple de variables aléaoires. Définiion 3 : au de Kendall Soien (X,Y) un couple de veceurs aléaoires e (X,Y ) une copie de (X,Y), c'es-à-dire un couple de veceurs en ou poin idenique à (X,Y), le au de Kendall s écri alors : τ X, Y = Pr X X ' Y Y ' > 0 Pr X X ' Y Y ' < 0. ( ) {( )( ) } {( )( ) } Le au de Kendall n es aure que la différence enre la probabilié de concordance e celle de discordance. Son expression en erme de copule es la suivane : Théorème 4 Soi (X,Y) un couple de variables aléaoires coninues de copule C, alors τ X, Y = 4 C u, v dc u, v = 4 C u, v C u, v dudv. ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) u [ 0,] [ 0,] ce qui peu s écrire encore ( X, Y ) = 4E( C( U, V )) τ, avec U, V ~ U ( 0,). Un esimaeur du au de Kendall se consrui à parir d un échanillon {( x y ),...,(, )} (X,Y) de la façon suivane : ) T j τ X, Y = sign T ( T ) ( ) {( x x )( y y )} v si z 0 où sign(z) = si < j i j i j= i= z 0, x T y T de Définiion 4 : rho de Spearman ~ ~ Soien ( X, Y ) e ( X ', Y ') deux couples de veceurs aléaoires copies d un veceur aléaoire (X,Y), alors le rho de Spearman es égal à : ρ ~ ~ S X, Y = 3 Pr ( X X ) Y Y ' > 0 Pr ( X X ) Y Y ' < 0 [ { } { ( ) }] ( ) ( ) Le rho de Spearman s écri aussi en foncion du coefficien ρ de corrélaion linéaire de Pearson : ρ ( X, Y ) = ρ( F ( X ), F ( Y )) où F S X Y X e F Y son les foncions de répariion respecives de X e Y. Son expression en erme de copule es la suivane : Théorème 5 Soi (X,Y) un couple de variables aléaoires coninues de copule C, alors ρ X, Y = uvdc u, v 3 = C u, v dudv 3. S ( ) ( ) ( ) [ 0,] [ 0,] Un esimaeur du rho de Spearman se consrui à parir d un échanillon {( x y ),...,(, )} (X,Y) de la façon suivane :, x T y T de ) ρ S ( X, Y ) = T i= T ( Ri R)( Si S ) T où Ri es le rang de xi, Si celui de yi e Z Z i. T i= i= = T ( Ri R) ( Si S ) i= 8

9 .4. Dépendance de queue Le concep de dépendance de queue fourni une descripion de la dépendance au niveau des queues de disribuion, rès inéressane pour éudier la survenance simulanée de valeurs exrêmes. C es une mesure locale conrairemen au au de Kendall e au rho de Spearman qui mesuren la dépendance sur l ensemble de la disribuion. Définiion 5 : coefficiens de dépendance de queue Le coefficien de dépendance de queue inférieure ou lower ail dependence coefficien de deux variables aléaoires X e Y, de foncions de répariion respecives F e F, es défini X Y λ ( X, Y ) lim Pr X F ( α) Y F ( α) (si cee limie exise). = + X Y α 0 par [ ] L Le coefficien de dépendance de queue supérieure ou upper ail dependence coefficien de deux variables aléaoires X e Y, de foncions de répariion respecives F e F, es défini X Y λ ( X, Y ) lim Pr X > F ( α) Y > F ( α) (si cee limie exise). = X Y α par [ ] U On di que X e Y son asympoiquemen dépendanes au niveau supérieur de la queue de disribuion si λ U ( 0; ] e asympoiquemen indépendanes au niveau supérieur de la queue de disribuion si λ U = 0. Lorsque λ U > 0, une inerpréaion simple peu êre donnée lorsqu on éudie la sinisralié exrême concomiane sur deux branches d assurance : sachan qu un sinisre exrême es survenu dans une branche, il exise une probabilié non nulle qu un sinisre d une inensié relaive comparable survienne concomiammen dans l aure branche. La noion de copule de survie es rès uile pour l éude de la dépendance de queue. La définiion en es la suivane. Définiion 6 : copule de survie ~ Soi C ( u,..., u n ) la foncion définie par ~ C u,..., un = C u,..., un où C u,..., un = Pr U > u,..., U n > u ( ) ( ) ( ) [ n ]. ~ Alors C ( u,..., ) u n es appelée copule de survie (survival copula) de la copule C. Définiion 7 Soien X e Y deux variables aléaoires de copule C, alors on a C( u, u) u + C( u, u) λ L ( X, Y ) = lim e λ X Y u 0 + U (, ) = lim u u u On monre facilemen que le coefficien de dépendance de queue inférieure (resp. supérieure) de C es le coefficien de dépendance de queue supérieure (resp. inférieure) de C ~. Auremen di, à parir d une copule donnée, il es possible de créer une aure copule présenan une srucure de dépendance de queue inversée. 9

10 .5. Copules archimédiennes Volonairemen les copules gaussienne e de Suden, dies copules ellipiques, ne seron pas présenées dans ce aricle. Elles son en effe moins bien adapées en assurance car elles s appliquen à des disribuions symériques. Le leceur pourra néanmoins en rouver une présenaion dans Cadoux e al [004]. Les copules archimédiennes on le grand avanage de décrire des srucures de dépendance rès diverses don noammen les dépendances dies asymériques, où les coefficiens de queue inférieure e de queue supérieure diffèren. Définiion 8 : copules archimédiennes Soi ϕ une foncion convexe, coninue, sricemen décroissane de [ 0 ;] dans [ ; [ 0 elle que ϕ ( ) = 0 e ϕ (0) = alors C( u) = ϕ ( ϕ( u) + ϕ( v)) es une copule archimédienne srice e ϕ es appelé généraeur sric de C. Noons que cee méhode de généraion de copules peu êre facilemen éendue en dimension n. Elle présene un double inérê. D une par, elle perme de consruire une grande variéé de familles de copules. D aure par, les copules ainsi générées on des formes analyiques closes. Le ableau suivan regroupe les caracérisiques des familles les plus connues. On rappelle que le paramère a mesure le degré de dépendance enre les risques. Plus il es élevé plus la dépendance es fore e une valeur posiive de a indique une dépendance posiive. Copule ϕ (u) ( u, v) Gumbel ( ln ), a au e Franck ln, 0 a a e u a ( -) Clayon, a > 0 a C λl a a [ ] u a a ( ln u) + ( ln v) λ U exp 0 a au av ( e )( e ) ln + a 0 0 a ( e ) ( u a a a + ) a v 0 τ a a 4( D ( a)) a a a + La copule de Gumbel n appréhende que des dépendances posiives e possède la caracérisique de pouvoir représener des risques don la srucure de dépendance es plus accenuée sur la queue supérieure. Elle es à ce ire pariculièremen adapée en assurance e en finance pour éudier l impac de la survenance d événemens de fore inensié sur la dépendance enre branches d assurance ou acifs financiers. La copule de Franck perme de modéliser les dépendances aussi bien posiives que négaives. On noe qu il n exise pas de dépendance de queue pour cee copule. Le au de Kendall s exprime en foncion de a grâce à la foncion Debye définie par x k k Dk ( x) = k d. x e 0 Comme la copule de Gumbel, la copule de Clayon ne perme de modéliser que les dépendances posiives. A l inverse de la copule de Gumbel, elle vise à rendre compe d une dépendance sur les événemens de faible inensié. 0

11 .6. Copule HRT La copule HRT n apparien pas à la famille des copules archimédiennes. Elle a éé inroduie par Vener [00] pour modéliser la dépendance sur des événemens exrêmes de fore inensié. Elle a éé consruie comme éan la copule de survie de la copule de Clayon e présene donc une srucure de dépendance inversée. a a a C( u, v) = u + v + (( u) + ( v) ) a a, e λ L = 0, λ U =, τ a =. a +.7. Copule empirique Définiion 9, Deheuvels [979] a inrodui la noion de copule empirique : r,...,r n x,..., xn don chaque Soi { } la saisique de rang associée à l échanillon mulivarié { } veceur possède J observaions ( i [ ; n], r i es le rang de x i parmi ( i ) J n copule Ĉ définie sur le reillis,..., T T T n n Cˆ,..., = = = { r T T T k k k } es une copule empirique. k n, x... = ) alors oue 0 k T Un exemple simple de calcul de copule empirique en dimension avec J=T=3 es donné dans Cadoux e al. [004]. Il es imporan de noer que la copule empirique n es pas unique mais que oues les copules empiriques prennen les mêmes valeurs sur le reillis. Par ailleurs, si l on noe Ĉ T la copule empirique d ordre T, où T représene la aille de l échanillon uilisé pour sa consrucion, alors Ĉ T converge asympoiquemen vers C (voir Faivre [00]). Ĉ offre l avanage de s affranchir des foncions de répariion marginales. En revanche, l esimaeur ~ empirique naurel de la copule fai lui appel aux lois marginales e s écri ~ ~ ~ C( u,..., ) ( ( ),..., un = F F u Fn ( un)) où F ~ es la foncion de répariion empirique joine e F ~ i la foncion de répariion empirique marginale. Il es égalemen possible de définir une densié empirique ĉ (équivalene à la densié de Radon-Nikodym) pour la copule empirique Ĉ : n cˆ,..., = L T T i = in in = i ( ) ˆ i + n in + C,...,. T T Elle es parfois appelée empirical copula frequency dans les ravaux anglo-saxons e représene la probabilié d apparenance à un hypercube de [ 0 ;] n de longueur d arrêe. T Il es possible d exprimer direcemen Ĉ en foncion de ĉ de la manière suivane : ˆ n C,..., = L T T i = i n n = ˆ i in c,...,. T T par

12 Ĉ e ĉ son disconinues par consrucion e leur disconinuié s accenue lorsque T diminue. Dans la praique, leur emps de calcul, croissan avec T, peu êre assez long. Il es conseillé de ne pas choisir une valeur rop grande de T afin de limier les emps de raiemen informaique ou en veillan à ne pas reenir une valeur rop faible qui conduirai à des résulas rop disconinus, engendran alors une pere d informaion sur la forme de la disribuion. Ces deux foncions empiriques peuven êre uilisées graphiquemen mais elles ne permeen pas par simple visualisaion de choisir la famille paramérique de copules la mieux adapée à la srucure de dépendance des données..8. Inférence saisique Cee parie présene les principales méhodes permean d esimer le paramère de la copule. Méhode des momens Cee méhode revien à se donner une mesure de concordance κ C e à considérer que la valeur du paramère a de la copule C es celle qui égalise la valeur héorique κ C(a) à ˆ κ C. Elle n assure aucune robusesse de l esimaeur. Dans la praique, l esimaeur empirique du au de Kendall es le plus souven uilisé comme mesure de concordance en raison de sa simplicié de calcul. Méhode du maximum de vraisemblance A parir du héorème e de la définiion, sous des condiions de coninuié, la densié joine de la disribuion F s écri : f n fi( xi ). ( x,..., xn ) = c( F ( x ),..., Fn ( xn) ) i= Soien {( x x } T,..., n) = l échanillon d observaions, θ le veceur K des paramères à esimer e Θ l espace dans lequel θ prend ses valeurs. = T T n ln fk ( xk ). = = k= La log-vraisemblance s exprime alors l(θ ) ln c( F ( x ),..., Fn ( xn)) + L esimaeur de θ, noé ˆML θ, es el que l( ˆ θ ML ) l( θ ), θ Θ. Il vérifie la propriéé de normalié asympoique : ( ˆ θ θ 0 ) N( 0, Ι ( θ )) T ML L 0, avec Ι θ ) la marice d informaion de Fisher. ( 0 Le problème avec cee méhode es qu elle peu engendrer des emps de calcul rès longs dans le cas d une grande dimension car elle nécessie d esimer conjoinemen les paramères des lois marginales e les paramères de la srucure de dépendance. De plus, l esimaion de la copule es sensible à une évenuelle erreur d esimaion des marginales car elles inerviennen direcemen dans le calcul de la log-vraisemblance.

13 Méhode IFM (Inference Funcions for Margins) La méhode IFM ou méhode des foncions d inférence des marginales a éé proposée par Joe e al. [996]. Elle repose sur le fai que la représenaion en copule perme de séparer les paramères spécifiques des disribuions marginales de ceux de la srucure de dépendance. Ainsi, la log-vraisemblance peu s écrire de la manière suivane : = T T n ln c( F ( x, θ),..., Fn ( xn, θ n); a) + ln fk ( xk; k ) = = k= l( θ ) θ où θ = ( θ,..., θ n, a) le veceur des paramères conien les paramères θ k de chaque marginale e les paramères a de la copule. La maximisaion s effecue en deux éapes : on esime les paramères de chaque marginale ˆ θ k = arg maxlk ( θ k ) = arg max T = ln fk ( xk ; θ k ) on esime a à parir des esimaeurs précédens aˆ = arg maxl ( a) = arg max c T = ln c( F ˆ ( x, θ),..., Fn ( xn, θ n); a). ˆ Là encore, l esimaeur ˆ θ ( ˆ,..., ˆ, a IFM = θ θ ˆ) n vérifie la propriéé de normalié asympoique e ˆ T θ IFM θ0 N 0, ν ( θ ) 0 on a ( ) ( ) avec ν ( θ 0 ) la marice d informaion de Godambe. Si on défini g( θ ) = l,..., ln θ θ n la marice de Godambe s écri (Joe [997]) : alors ν ( θ = D M ( D ) T T où D = E ( g(θ ) ) 0) θ T e M = E[ g( θ ) g( θ )]. Cee méhode pourrai présener l avanage de reposer sur des calculs plus légers que ceux générés par la méhode du maximum de vraisemblance mais la déerminaion de la marice de Godambe peu s avérer rès complexe en raison des muliples calculs de dérivées. Là encore, la méhode es sensible à une évenuelle erreur de spécificaion des marginales pour la même raison que celle évoquée plus hau. Méhode CML (Canonical Maximum Likelihood) Cee méhode, recommandée par Bouye e al. [000], es voisine de la méhode IFM à la différence qu elle ne nécessie pas d avoir recours à l esimaion des marginales. Pour cela, les observaions { } T ( x,..., xn) = son ransformées en uniformes {( uˆ u } T,..., ˆn) = en uilisan les foncions de répariion empirique univariées e en esiman le paramère comme sui : a ˆ = arg max T = ln c( uˆ,..., uˆ n; a). 3

14 Cee méhode présene le grand avanage de procéder à une esimaion paramérique de la copule oalemen indépendane de la forme paramérique des lois marginales. En oure, elle génère des emps de calcul limiés 4. Ce son deux aous majeurs qui la renden rès aracive. C es cee méhode qui a éé choisie dans nore applicaion..9. Sélecion d une copule à parir du es d adéquaion du chi-deux La sélecion de la meilleure copule doi s appuyer sur un es saisique. Le es du chi-deux uilisé dans le cadre de l ajusemen d une disribuion paramérique à une disribuion empirique consiue à ce égard un ouil inéressan pour le choix d une copule. Habiuellemen mis en œuvre pour ajuser une disribuion univariée, il offre l avanage de facilemen s adaper au cas des disribuions mulivariées. Il es vrai qu il nécessie de procéder à un découpage en classes qui rédui sa puissance e que la manière de choisir ces classes peu êre criiquée. Néanmoins, sa facilié d uilisaion en fai un ouil de décision rès inéressan pour sélecionner la meilleure copule. Nous proposons ci-après une méhode saisique de sélecion de copule basée sur un ajusemen bivarié enre la copule paramérique e la copule empirique effecué à parir de la saisique du chi-deux. Noons que l exension de cee méhodologie au cas rivarié es immédiae en veillan à bien adaper le calcul des probabiliés rivariées (voir Cadoux e al. [004]). Nore approche s inspire d un aricle de Hurlimann [00a] dans lequel le es du chi-deux es uilisé dans une version modifiée de la méhode IFM. Le processus de sélecion d une copule es décri ci-après.. Esimaion du paramère de la copule On esime le paramère de la copule bivariée à parir de la méhode CML afin de s affranchir d une évenuelle erreur de spécificaion des lois marginales. On noe Ca ˆ cml ( u, u) la copule paramérique obenue.. Calcul de la copule empirique On défini un reillis d ordre T adapé au nombre d observaions e aux conraines de emps de calcul puis on calcule la copule empirique bivariée sur ce reillis : T Cˆ, = = = { r T T T k k k } 3. Choix d un nombre d inervalles pour découper les uniformes univariées On se donne un nombre k afin de découper chacune des uniformes en k inervalles e de consruire un ableau de coningence bivarié des effecifs. k e T doiven êre choisis de concer afin d obenir aisémen les effecifs empiriques à parir de la copule empirique. Sans a priori sur la disribuion empirique bivariée, on découpe chaque uniforme sur des inervalles ideniques. On noe ( b 0, b ], ( b, b ],...,( b k, b k ] e ( c 0, c ], ( c, c ],...,( c k, c k ] les k inervalles pour découper respecivemen u e u. 4. Calcul des effecifs e consrucion du ableau de coningence bivarié L obje de cee éape es de calculer les effecifs empiriques e héoriques sur chacun des b, b c, c, i, j,..., k inervalles bidimensionnels ( i i ] ( j i ] =. k 4 Pour accélérer la maximisaion du programme, il es conseillé de parir d une valeur iniiale de a égale à celle qui découle de l esimaeur des momens. 4

15 Pour ce faire, il convien de calculer les probabiliés bivariées inervalle. La formule de calcul es la suivane : p i, j = C( bi, c j ) C( bi, c j ) C( bi, c j ) + C( bi, c j ) où i,j =,...k e C( x, y) = Cˆ(x, y) ou Caˆ ( x, y). cml p i, j d apparenance à un Les effecifs f i, j son calculés en muliplian les probabiliés bivariées par le nombre oal d observaions. On obien alors un ableau de coningence bivarié donnan les effecifs empiriques issus de la copule empirique e les effecifs héoriques issus de la copule paramérique. Il a la forme suivane : u \ ( 0,b ] u ( c ] ( c ] ( c k, c k ] 0,c b f, ( ],b b f,,,c f, f, k f f, k ( b k, b k ] f k, k, f f k, k 5. Applicaion du crière de Cochran e regroupemen en classes Dans la praique, les effecifs héoriques de ceraines cases peuven êre rès faibles voir proches de zéro. Il fau alors procéder à un regroupemen des k inervalles iniiaux en n classes permean de respecer le crière de Cochran qui recommande d avoir des effecifs héoriques au moins supérieurs à % du nombre oal d observaions dans chaque classe, e supérieurs à 5% du nombre oal d observaions dans au moins 80% des classes. Ce regroupemen es aussi à effecuer sur le ableau bivarié des effecifs empiriques. Selon les zones de dépendance recherchées, on pourra noammen isoler les cellules des queues de disribuion ou reenir des direcions pariculières comme la diagonale principale par exemple. 6. Calcul de la saisique bivariée du chi-deux e sélecion de la copule Après avoir défini le regroupemen en n classes vérifian le crière de Cochran, on calcule la saisique bivariée du chi-deux observée comme sui : n ( O j E j ) χ obs = j= E j où O j e E j représenen respecivemen les effecifs observés e aendus dans chaque classe j, j =,..., n. Cee saisique sui une loi du chi-deux à (n-r-) degrés de liberé avec r le nombre de paramères esimés de la copule. On se donne ensuie un seuil criique α pour la zone de reje e on calcule la p-valeur ˆ α = P( χ n r > χ obs ). On rejee l adéquaion de la copule paramérique si ˆ α < α. Il fau préciser pour les praiciens que la p-valeur exace αˆ se siue en fai dans l inervalle suivan : P( χ χ ) ˆ α P( χ > χ ). n > obs n r obs Ce encadremen éan de faible ampliude lorsque r es pei vis à vis de n, le seuil criique α sera le plus souven en dehors de ce encadremen e on conclura sans ambiguïé (Besson e al [004]). Parmi les copules accepées, on sélecionne alors celle qui maximise la p-valeur. 5

16 Parie 3. PORTEFEUILLE ETUDIE ET RECHERCHE DES DEPENDANCES Cee parie aborde l aspec praique de nos ravaux. On y présenera le porefeuille d assurance non vie éudié e les risques reenus pour l applicaion. On mera ensuie en évidence un cerain nombre de dépendances e on sélecionnera les copules les représenan le mieux. 3.. Porefeuille éudié Les données en nore possession son celles d une sociéé d assurance imporane du marché français des pariculiers e des peis professionnels. L applicaion se limie au seul risque de flucuaion de la charge sinisres du porefeuille, qui consiue un aléa majeur parmi ceux suscepibles d affecer la solvabilié d un assureur non vie. Trois branches on éé reenues au sens de la vision produi qu en a la compagnie : Auomobile (AUTO), Mulirisque Habiaion des Pariculiers (MR PART), e Mulirisque des Professionnels (MR PROF). Ce périmère d analyse représene plus de 70% du chiffre d affaire non-vie de la compagnie. La base de données exploiée conien ous les sinisres survenus de 996 à 00, soi plus de 7,5 millions de sinisres. Les branches de la compagnie se déclinen ensuie en garanies. Au oal, on en dénombre 3 comme enre aures les garanies Responsabilié Civile (RC), Tempêe, Vol, Caasrophes Naurelles (Ca Na). Afin de disposer d un échanillon suffisammen grand pour déecer les dépendances enre charge sinisres, on agrège les coûs individuels des sinisres par mois de survenance, ce qui condui à 7 mois de charge sinisres pour chaque garanie. Il es imporan de souligner que la dépendance es évaluée sans analyser d évenuels phénomènes de saisonnalié en raison de l hisorique limié à six ans. Les mois consiuan l échanillon son donc considérés comme indépendans, e on fai l hypohèse qu on a la même loi d un mois à l aure pour une garanie donnée. Avan oue esimaion saisique sur les charges sinisres mensuelles, les redressemens suivans on éé réalisés : Les charges de sinisres ne son pas comparables d un mois à l aure. Pour l êre, on doi procéder à une mise «as if» qui corrigera les sinisres des élémens suivans : évoluion de la aille du porefeuille pour obenir un porefeuille de aille consane, évoluion de l inflaion pour avoir les sinisres en euros consans, évoluion des franchises pour comparer les sinisres avec un même seuil de franchise. Les charges de sinisre issues des fichiers ne son pas oues sabilisées : des sinisres ardifs peuven encore êre déclarés, des modificaions d évaluaions e des règlemens complémenaires des sinisres en cours de gesion peuven inervenir Il es donc nécessaire de calculer la charge finale prévisible de chaque exercice e de chaque mois de survenance, c'es-à-dire d avoir une vision «à l ulime» des sinisres. En accord avec les expers de la compagnie, l hypohèse a éé faie que les évoluions de srucure de porefeuille avaien un impac limié. De plus, le conenu des garanies e leurs plafonds ainsi que les méhodes de provisionnemen n on pas subi de changemen significaif sur la période observée. Ainsi, ces élémens n on condui à aucune correcion des charges sinisres. 6

17 Les empêes de décembre 999, Lohar e Marin, représenen plus de 80 millions d euros de charge sinisres pour la compagnie, don plus de 90% concernen la garanie Tempêe. Leur impac excepionnel sur le porefeuille, rendan difficile l ajusemen de lois de disribuion sur les charges sinisres mensuelles, nous a condui à les exclure des raiemens. Après redressemen, une loi de disribuion marginale a pu êre ajusée pour chaque charge sinisres des 3 garanies. La loi Log-Normale présene le meilleur ajusemen dans 9 cas. Les lois de Weibull e Gamma son reenues chacune deux fois. 3.. Recherche des dépendances La recherche pore à la fois sur les dépendances enre garanies à l inérieur d une même branche e sur les dépendances enre garanies de branches différenes. L analyse repose sur : Les mesures de concordance du au de Kendall e du rho de Spearman don les valeurs absolues son significaives au-delà de 0, e 0,30 respecivemen pour un seuil de confiance de % e un échanillon de 7 observaions (voir Sapora [990]) Le es d indépendance du chi-deux au seuil %, qui conrairemen aux mesures précédenes, ne donne aucune informaion sur le sens de la dépendance. Le processus de sélecion peu êre décomposé en rois éapes. Eape : sélecion des couples avec une dépendance significaive L analyse de la significaivié des mesures de concordance e du es d indépendance du chideux condui à ne reenir que 9 couples de garanies sur 53 combinaisons possibles. Eape : exclusion des couples avec une dépendance négaive L inérê de la compagnie poran avan ou sur les dépendances suscepibles de générer un besoin addiionnel en capial, les dépendances négaives on éé volonairemen omises. Eape 3 : exclusion des couples avec une dépendance difficilemen inerpréable Enfin, seules on éé sélecionnées les dépendances faisan l obje d une inerpréaion possible de la par des expers de la compagnie : relaion de cause à effe enre deux garanies, ou relaion due à une cause commune. Le ableau suivan regroupe les 9 couples finalemen sélecionnés à l issue de ce processus, riés par valeurs décroissanes du au de Kendall (mesure de concordance privilégiée car elle peu êre reliée simplemen au paramère de la copule). Couples riés par valeurs décroissanes du au de Kendall au de Kendall rho de Spearman Proba. chi-deux 4 classes MR PART.-Tempee inondaions MR PROF.-Tempee % AUTO-Tempee MR PART.-Tempee inondaions % AUTO-Tempee MR PROF.-Tempee % AUTO-Ca Na MR PROF.-Ca Na % MR PART.-Ca Na MR PROF.-Ca Na % MR PROF.-Peres Financières MR PROF.-Incendie % AUTO-Ca Na MR PART.-Ca Na % AUTO-Vol MR PROF.-Vol % AUTO-RC maérielle AUTO-Tous risques % 7

18 On noe que 7 couples illusren une dépendance iner-branches e deux couples une dépendance inra-branche. Les dépendances observées s inerprèen comme sui : Couples Tempêe e Ca Na : ils présenen les plus fores dépendances. Les évènemens climaiques impacen les auomobiles, les habiaions des pariculiers e les locaux des professionnels en même emps. AUTO-RC maérielle / AUTO-Tous risques : l inerpréaion de la dépendance observée es qu un même sinisre en assurance Auomobile peu fréquemmen mere en jeu la garanie RC pour les dommages aux iers, e la garanie Tous risques pour les dommages au véhicule assuré. MR PROF-Peres Financières / MR PROF-Incendie : l incendie de bâimens professionnels peu fréquemmen générer des peres d exploiaion ulérieures. AUTO-Vol / MR PROF-Vol : la liaison enre ces deux garanies Vol s explique par l évoluion de la délinquance qui consiue une variable laene les affecan conjoinemen. Les aures garanies non reenues seron considérées comme indépendanes enre elles e aussi vis-à-vis des garanies dépendanes sélecionnées. On donne ci-dessous un exemple graphique de deux couples illusran la dépendance enre uniformes empiriques. A ire de comparaison, en cas d indépendance parfaie nous devrions rouver dans chaque carré du graphique 7/5 observaions, soi environ 3 poins MR PROF.-Tempee AUTO - Ca Na MR PART.-Tempee inondaions MR PROF. - Ca Na MR PART Tempêe / MR PROF Tempêe : Le nuage de poins es rès proche de la ère bissecrice. Les queues de disribuion son rès concenrées, noammen la queue supérieure. MR PROF Ca Na / AUTO Ca Na : Le nuage de poins es moins proche de la ère bissecrice e les queues de disribuion son moins concenrées. Le sens e l inensié des dépendances enre uniformes empiriques observés graphiquemen on confirmé le classemen des couples obenu à l issue de la phase de recherche de dépendances. En oure, ces graphiques donnen un premier renseignemen sur la dépendance de queue qui peu êre compléé par une éude graphique des densiés empiriques. Dans le cas bivarié, la densié empirique de la copule empirique n es aure que la probabilié d apparenance à un carré [ 0 ;] découpé en T arrêes de longueur T. 8

19 Les graphiques suivans présenen la densié empirique de la copule empirique calculée avec T=. Plus une barre es haue, plus il exise d observaions apparenan à l inervalle bivarié k T ;( k + ) T j T ;( j + ) T, k, j 0; T [ ] [ ] [ ]. Densié Empirique Copule MR PART. - Tempêe / MR PROF. - Tempêe Densié Empirique Copule AUTO. - Ca Na / MR PROF. - Ca Na 0,9 0 0,8 0,6 0,9 0,4 0,8 0,3 0,6 0,4 0, 0,3 0, 0,06 0,04 0,0 0,08 0,9 0 0,8 0,6 0,9 0,4 0,8 0,3 0,6 0,4 0, 0,3 0, 0,04 0,03 0,0 0,0 0,06 0,05 De manière générale, la répariion des barres dessine une forme assez proche de celle du nuage de poins des uniformes empiriques. Cela signifie que l ordre T de consrucion de la copule empirique n es pas rop faible car peu d informaion es perdue sur la forme de la disribuion bivariée. Auremen di, les barres n agrègen pas rop de données e l analyse de la densié empirique fai sens. Pour la copule empirique liée à la garanie Tempêe, on noe une rès fore surpondéraion dans la queue de disribuion supérieure, e à un degré moindre dans la queue de disribuion inférieure. Pour la copule empirique liée à la garanie Ca Na, une surpondéraion dans les queues de disribuion apparaî, plus marquée dans la queue de disribuion inférieure que dans la queue de disribuion supérieure Recherche des meilleures copules : esimaion des paramères, e sélecion Les copules esées son la copule HRT e les copules archimédiennes de Gumbel, Franck, Clayon. Néanmoins, la présence de dépendances de queue pour cerains couples, illusrée noammen par les graphiques ci-dessus, pourrai évenuellemen conduire à eser la copule de Suden. Dans un premier emps, on calcule l esimaeur des momens du paramère a de chaque copule, a ˆmomens, en reenan l esimaeur empirique du au de Kendall comme mesure de concordance. Dans un second emps, on uilise â momens comme valeur iniiale permean d obenir après maximisaion â CML, esimaeur du maximum de la logvraisemblance selon la méhode CML. 9

20 Pour les deux couples précédens, les ableaux suivans regroupen a ˆmomens, a ˆCML, le au de Kendall issu de â CML, τ a, e le maximum de la logvraisemblance calculé à parir de â CML. ˆˆCML MR PART. Tempêe / MR PROF. Tempêe AUTO Ca Na / MR PROF. Ca Na Gumbel Clayon Franck HRT Gumbel Clayon Franck HRT â momens â ˆ τ ˆ CML a CML 3,094 4,89 0,46 4,89,97,345 9,5,866 0,657 0,540 0,65 0,589 â momens â ˆ τ ˆ CML a CML,068,36 6,044,36,74 0,394 5,6,398 0,40 0,65 0,465 0,4 Logvrais. 48,468 35,839 43,604 4,355 Logvrais. 4,676,7,90,593 Le es du chi-deux a éé mis en œuvre pour sélecionner les copules représenan au mieux la srucure de dépendance des différenes associaions. Cela nécessie de découper chaque uniforme en k inervalles. Le nombre élevé d associaions esées a nécessié de développer une méhode sandard de découpage en inervalles afin de limier l ampleur des ravaux e des analyses. Pour ce faire, chacune des uniformes au sein d une associaion a éé découpée de manière idenique : même nombre d inervalles e même longueur d inervalles. Plusieurs valeurs de k on dû êre esées afin de respecer le crière de Cochran. In fine, les valeurs reenues pour k son 4 e 6. A ire d exemple, si dans le cas bivarié on a k = 4, alors le découpage de chaque uniforme correspondra aux inervalles 0 ; 0.5, 0.5; 0.50, 0.50; 0.75, 0.75; ( ] ( ] ( ] ( ]. Les effecifs empiriques dans chaque inervalle son calculés à parir de la copule empirique. Le reillis de la copule empirique a éé ajusé afin d obenir direcemen les fréquences empiriques sur les k inervalles. Si l on reprend par exemple le cas bivarié avec k = 4, l ordre T reenu pour le calcul de la copule empirique es égal à 8. La valeur du seuil criique α pour la zone de reje es unique e égale à 5% e l encadremen de la p-valeur exace, ˆα, es sysémaiquemen calculé. Parmi les copules siuées dans la zone d accepaion, on sélecionne celle don les bornes de l encadremen de αˆ son maximales, ce qui es équivalen à sélecionner celle don la saisique du chi-deux es la plus faible. Afin d illusrer la mise en praique du es du chi-deux, on donne ci-après le déail des résulas pour le couple «MR PART Tempêe / MR PROF Tempêe», avec uniquemen les effecifs héoriques issus de la copule de Gumbel. 0

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation Impac des fuures normes IFRS sur la arificaion e le provisionnemen des conras d assurance vie : mise en oeuvre de méhodes par simulaion Pierre-Emmanuel Thérond To cie his version: Pierre-Emmanuel Thérond.

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain Global Journal of Managemen and Business Research : c Finance Volume 14 Issue 1 Version 1.0 Year 2014 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA)

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE Jean-Michel BOSCO N'GOMA CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION *

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * Alexis Direr (1) Version février 2008 Docweb no 0804 Alexis Direr (1) : Universié de Grenoble e LEA (INRA, PSE). Adresse : LEA, 48 bd Jourdan 75014 Paris. Téléphone

Plus en détail

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES Cahier de recherche 03-06 Sepembre 003 MODÈLE BAYÉSEN DE TARFCATON DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHCULES Jean-François Angers, Universié de Monréal Denise Desardins, Universié de Monréal Georges Dionne,

Plus en détail

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres Une union pour les employeurs de l' conomie sociale - grande Conférence sociale - les posiionnemens e proposiions de l usgeres Juille 212 1 «développer l emploi e en priorié l emploi des jeunes» le posiionnemen

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE Erwan Le Saou - Novembre 2000. 13 La microsrucure des marchés financiers ne serai cerainemen pas au cenre d une liéraure abondane si le concep de liquidié n

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03 CUX DE TRSISSIO RUITES CORRECTIO TRVUX DIRIGES. oyer Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03. RUIT DE FOD Calculer le niveau absolu de brui hermique obenu pour une

Plus en détail

B34 - Modulation & Modems

B34 - Modulation & Modems G. Pinson - Physique Appliquée Modulaion - B34 / Caracérisiques d'un canal de communicaion B34 - Modulaion & Modems - Définiions * Half Duplex ou simplex : ransmission un sens à la fois ; exemple : alky-walky

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion

Institut Supérieur de Gestion UNIVERSITE DE TUNIS Insiu Supérieur de Gesion 4 EME ANNEE SCIENCES COMPTABLES COURS MARCHES FINANCIER ET EVALUATION DES ACTIFS NOTES DE COURS : MOUNIR BEN SASSI YOUSSEF ZEKRI CHAPITRE 1 : LE MARCHE FINANCIER

Plus en détail

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette No 2000 02 Janvier Le passage des reraies de la répariion à la capialisaion obligaoire : des simulaions à l'aide d'une maquee Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 2000-02 TABLE DES MATIÈRES Résumé...

Plus en détail

Une assurance chômage pour la zone euro

Une assurance chômage pour la zone euro n 132 Juin 2014 Une assurance chômage pour la zone euro La muualisaion au niveau de la zone euro d'une composane de l'assurance chômage permerai de doer la zone euro d'un insrumen de solidarié nouveau,

Plus en détail

Thème : Essai de Modélisation du comportement du taux de change du dinar algérien 1999-2007 par la méthode ARFIMA

Thème : Essai de Modélisation du comportement du taux de change du dinar algérien 1999-2007 par la méthode ARFIMA République Algérienne Démocraique e Populaire Minisère de l enseignemen Supérieur e de la Recherche Scienifique Universié Abou-Bakr BELKAID Tlemcen- Faculé des Sciences Economique, de Gesion e des Sciences

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats Esimaion d une foncion de demande de monnaie pour la zone euro : une synhèse des résulas Ce aricle propose une synhèse des résulas des esimaions d une foncion de demande de monnaie de la zone euro dans

Plus en détail

NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES

NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES BRUSSELS EONOMI REVIEW - AHIERS EONOMIQUES DE BRUXELLES VOL 5 N 3 AUTUMN 7 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME (UNIVERSITE PARIS, ERMES- NRS- UMR78)

Plus en détail

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement.

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement. Choix d ives i s s eme e cer iude 1 Chapire 1 Choix d ivesissemes e ceriude. Défiiio L es décisios d ivesissemes fo parie des décisios sraégiques de l erepris e. Le choix ere différes projes d ivesisseme

Plus en détail

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-TECHNIQUESDEL INGÉNIEUR Formaion Adminisraeur Server 2008 (Ref : IN4) SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Gérer des ressources e des compes avec Acive Direcory e Windows Server 2008

Plus en détail

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique ARTICLES ARTICLES PROFESSIONNELS ACADÉMIQUES PROFESSIONAL ACADEMIC ARTICLES ARTICLES Assurances e gesion des risques, vol. 79(1-2), avril-juille 2011, 1-30 Insurance and Risk Managemen, vol. 79(1-2), April-July

Plus en détail