L analyse des besoins sociaux : au-delà de l obligation réglementaire, un exercice d évaluation a priori de l action sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L analyse des besoins sociaux : au-delà de l obligation réglementaire, un exercice d évaluation a priori de l action sociale"

Transcription

1 L analyse des besoins sociaux : au-delà de l obligation réglementaire, un exercice d évaluation a priori de l action sociale Laurence Diederichs-Diop * L objet de cette communication 1 est de montrer que l injonction réglementaire imposé par le décret du 6 mai 1995 aux centres communaux d action sociale (CCAS) peut être envisagée comme une évaluation en amont (mais aussi en aval) de l action sociale communale. Cependant, la démarche d analyse des besoins sociaux (ABS) se démarque d une démarche d évaluation des politiques publiques entendue dans son sens commun. En effet, à travers l ABS, il ne s agit pas tant d évaluer une politique publique en en mesurant l'efficacité à l'aide d'indicateurs de performance pour, dans un second temps, en apprécier la pertinence, que plutôt d évaluer quantitativement et qualitativement les besoins sociaux de la population d un territoire afin de faire évoluer en fonction l action sociale communale. En conséquence, donner une réponse adaptée à la situation socioéconomique de la ville nécessite d en avoir une connaissance fine et actualisée. Depuis le décret du 6 mai 1995, repris dans le Code de l action sociale et des familles (CASF), les CCAS doivent procéder annuellement à une ABS sur l ensemble de la population qui relève d eux et, en particulier, des familles, des jeunes, des personnes âgées, handicapées et des personnes en difficulté. Cette analyse doit faire l objet d un rapport présenté au conseil d administration. Rien de plus n étant précisé sur le contenu de ce document, il revient donc à chaque CCAS de s organiser. Celui de Marseille s est doté en janvier 2006 d une direction principalement dédiée à cette tâche conséquente puisqu elle se rapporte à l étude des quelques habitants de la ville. L enjeu de l ABS est de s inscrire dans une démarche d observation partagée, afin qu elle soit un document le plus complet possible. La vision qu elle donne à moyen terme doit permettre de percevoir les mutations en cours et à venir et, par conséquent, de servir à la réflexion pour que le CCAS puisse répondre au mieux aux besoins identifiés. Pour affiner ce rôle d observation et d anticipation et apporter une aide à la définition des orientations stratégiques, la Direction des études et de l analyse des besoins sociaux, direction en charge de l ABS au CCAS de Marseille, s appuie sur des données qualitatives et quantitatives produites autant par les acteurs du social que par les services opérationnels du CCAS. Néanmoins, au niveau national, l ABS reste inégalement mise en œuvre sur le terrain. Au-delà de la mise en conformité avec la réglementation, la démarche est pourtant essentielle, à la fois pour décider des orientations budgétaires en matière sociale confiées au CCAS, pour adapter son offre aux besoins du territoire, pour anticiper les évolutions futures et pour positionner le CCAS au cœur de son rôle d animation de l action sociale locale. * Centre communal d'action sociale de la ville de Marseille, 1 Ce travail doit beaucoup au groupe de travail sur l analyse des besoins sociaux qui s est réuni à trois reprises en 2009 et Il s est constitué à l initiative du CCAS de Grenoble et de la MRIE (mission régionale d information sur l exclusion) et a donné lieu à de nombreux échanges fructueux. Que tous les participants en soient ici remerciés : sans notre réflexion commune, cet article n aurait sans doute pas été écrit. 81

2 Le CCAS, un acteur social de proximité Établissement public administratif communal, le CCAS «anime une action générale de prévention et de développement social dans la commune» (CASF). Ses missions relève à la fois de l aide sociale légale qui, de par la loi, est sa seule attribution obligatoire et de l aide sociale extra-légale. L aide sociale légale délivrée par le CCAS consiste à : 1. accueillir, informer et orienter toute personne demandant une aide sociale ; 2. aider à la constitution de dossiers administratifs (revenu de solidarité active, couverture maladie universelle, allocation personnalisée d autonomie, etc.) et les transmettre à l institution compétente ; 3. réaliser l élection de domicile, c est-à-dire domicilier les personnes sans domicile stable ; 4. analyser les besoins sociaux. L aide extra-légale (anciennement dénommée aide facultative) pour laquelle le CCAS dispose d'une grande liberté d'intervention, relève de la volonté politique de la commune en termes d action sociale : le CCAS met en œuvre la politique sociale déterminée par les élus locaux. À Marseille, l aide extra-légale dévolue au CCAS se décline en : 1. prestations en direction des personnes âgées (aide à domicile, portage de repas, téléassistance, soins infirmiers à domicile, cinq foyers-logements, trois centres d accueil de jour, sept clubs d animation) ; 2. aides financières ou en nature (aide forfaitaire de soutien social, aide alimentaire d urgence) ; 3. aides au transport (gratuité des transports en commun sur le réseau marseillais pour les personnes âgées de 65 ans ou plus non imposables, chômeurs indemnisés, invalides) ; 4. relogement temporaire : dans le cadre d une convention signée en 2002 entre la ville de Marseille et l État pour lutter contre l habitat indigne, la ville de Marseille a confié au CCAS la production et la gestion administrative, financière, technique et sociale d une centaine de logements temporaires ; 5. Centre local d information et de coordination (CLIC) : porté par le CCAS depuis 2002 sur les 1 er, 2 e, 3 e, 8 e, 9 e, 10 e et 11 e arrondissements, le CLIC a un rôle de mise en réseau et de coordination partenariale pour faciliter la prise en charge des problématiques des personnes âgées (il en existe 3 autres sur Marseille et 10 sur les Bouches-du-Rhône). 82

3 1. L ABS, une obligation réglementaire Une des rares compétences obligatoires exclusives du CCAS à leur être explicitement confiées, l ABS en est encore à ses prémices : d'après une enquête de la Sofres, réalisée en 2004, seuls 30 % des CCAS effectuent cette étude 2. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet état de fait Un cadre flou Retournons aux textes juridiques : ce sont les articles 1 et 2 du décret n du 6 mai 1995 codifiés aux articles R et R du CASF qui régissent les démarches d'abs pour les CCAS : «Les centres communaux et intercommunaux d'action sociale procèdent annuellement à une analyse des besoins sociaux de l'ensemble de la population qui relève d'eux, et notamment de ceux des familles, des jeunes, des personnes âgées, des personnes handicapées et des personnes en difficulté. Cette analyse fait l'objet d'un rapport présenté au conseil d'administration» ; «Les centres d'action sociale mettent en œuvre, sur la base du rapport mentionné à l'article R.123-1, une action sociale générale, telle qu'elle est définie par l'article L et des actions spécifiques». Tout en proposant un cadre minimaliste sur la manière de réaliser l analyse, le texte introduit une obligation en quatre points (Weka 2009) : 1. L analyse est réalisée annuellement sur le territoire du CCAS (commune) ou du CIAS 3 (intercommunalité). On peut s'interroger sur la nécessité de faire ce travail sur des temporalités aussi courtes, partant du postulat que la réalité sociale ne change pas profondément d une année sur l autre. 2. L'analyse concerne les différentes catégories de population de l'action sociale. Entendue dans un sens restreint, l ABS ne retiendra que «la population qui relève d eux» et ne tiendra pas compte des populations qui ne seraient pas dans le «périmètre» du CCAS, alors qu interprétée dans un sens large se basant sur la définition explicite donnée dans la suite de l'article 1 du décret du 6 mai 1995, elle englobera toutes les catégories de population (enfants, jeunes, familles, personnes âgées, personnes handicapées, personnes en précarité, personnes isolées, démunies, exclues ). 3. Le rapport est présenté au conseil d administration, sans être formellement validé. 4. Le rapport constitue la base de l'action sociale mise en œuvre par le CCAS. Plus fondamentalement, la portée de ce texte donne lieu à discussion, dans la mesure où il est loin d être appliqué dans tous les CCAS. Les sanctions en cas de non-respect de l obligation annuelle ne sont pas précisées. Au plus, ce sont les observations des chambres régionales des comptes (CRC) qui viennent rappeler la nature de l obligation. En conséquence, il est possible d'affirmer que le texte est très précis sur l'obligation et très imprécis sur la déclinaison de cette obligation. Elle reste en effet floue sur les contours et la manière de procéder, mais laisse des marges de manœuvre à chaque CCAS pour mettre en place une démarche adaptée à son contexte. Ensuite, la notion de «besoins sociaux» à laquelle l ABS fait référence n est pas une notion simple à définir. Elle renvoie à une réalité, à une expression, à un repérage qui sont difficiles à appréhender. Un moyen de réduire cette difficulté, c est de multiplier les formes d observation. Un premier niveau d information peut être fourni par les données démographiques, ce qui permet d anticiper les besoins de la population. Un deuxième niveau est le recueil des besoins effectués lors de l accueil des personnes demandant une aide sociale dans les différents services du CCAS. Le risque, cependant, est que la demande retenue soit différente du besoin initial car reformulée par l usager en fonction de sa connaissance des dispositifs ou réinterprétée par le travailleur social qui instruit la demande. Enfin, la demande sociale s exprimant dans de nombreux lieux (associations et autres institutions du social), cette dimension n est pas à négliger. La notion de besoin social renvoie donc le 2 Cf. La Gazette des Communes du 14 juin CIAS : centre intercommunal d action sociale. 83

4 CCAS à son rôle de «coordonnateur» des acteurs locaux, ce qui nécessite une démarche partenariale d observation et de veille sociale. Enfin, découlant de l examen du texte, un autre constat s impose : malgré le manque de précision sur le «comment réaliser une ABS?», celle-ci n est pas un bilan ou un rapport d activité. En effet, il s agit de deux documents distincts avec des objectifs différents. En principe, un bilan (ou rapport) d'activité (Delecroix 2003) présente l'organisation matérielle et technique du CCAS (conseil d'administration, commissions, organigramme du personnel...) ; la liste des services et établissements gérés par le CCAS par secteurs d'intervention (personnes âgées, personnes handicapées, enfance, insertion, logement, etc.) et les données budgétaires et statistiques s'y rapportant (personnel, nombre de bénéficiaires, nombre de places et taux d'occupation, nature et montant moyen des aides allouées, etc.) ; les activités sociales, notamment associatives, existant sur le territoire de la commune, ainsi que leur complémentarité ou leur concurrence éventuelle avec celles du CCAS. D ailleurs, c est fort de cette dichotomie d interprétation entre ABS et rapport d activité que les CRC ont régulièrement épinglé les CCAS qui n'ont pas procédé à une véritable analyse des besoins en leur reprochant bien souvent de ne faire justement qu un bilan de leurs activités. Une lecture de quelques avis récents des CRC sur l ABS est très éclairante 4. Ainsi, tel CCAS ne réalisait pas d ABS mais plutôt des rapports d activité car les rapports examinés «ne répondent pas directement à l objectif qui leur est assigné par le code de l action sociale et des familles : les caractéristiques des différentes composantes de la population [nom de la commune] n y sont pas définies, les besoins sociaux n y sont pas présentés ni analysés». Autre exemple de commentaire d une CRC : «L insuffisance des données, le manque d analyses précises sur les populations concernées (familles, jeunes, personnes âgées, personnes handicapées, personnes en difficulté) et l absence de prospective (évolutions de la démographie et de la précarité) ne permettent pas de répondre aux objectifs de l analyse des besoins sociaux : suivre régulièrement l évolution sociale pour vérifier l efficacité de l action entreprise afin de la réorienter, ou de l approfondir, en cas d insuffisance.» Cependant, malgré le flou constaté du cadre législatif de la réalisation de l ABS, elle apparaît comme un outil à enjeux stratégiques forts avec des enjeux précis Avec l objectif général réaffirmé dans les avis des CRC d identifier les besoins existants et émergents pour proposer des actions sociales adéquates, l ABS positionne (ou devrait positionner) le CCAS comme le coordonnateur de la politique sociale de proximité. Car l ABS est un outil au service non seulement du CCAS, mais également des acteurs sociaux locaux. En ce sens, l ABS doit donc s entendre et se concevoir comme un exercice de diagnostic partagé entre acteurs locaux. Cela suppose un large partenariat, que ce soit pour établir ce diagnostic via un échange de données quantitatives, voire qualitatives, et pour partager les analyses qui en résultent. La réflexion devrait donc être commune aux acteurs sociaux et permettre de créer un espace d observation et de connaissance partagées sur un territoire. Reste cependant à faire émerger la nécessité de travailler ensemble, ce qui peut être une véritable gageure suivant les contextes politico-institutionnels locaux Un second enjeu qui découle du cadre réglementaire de l ABS, c est celui de la cohérence administrative. Comme nous l avons rappelé, le rapport de l ABS est présenté au conseil d administration du CCAS qui en prend acte. Lors du conseil d administration suivant est présenté le débat d orientation budgétaire (DOB) qui doit s appuyer sur l ABS puisqu il doit évaluer les principaux besoins des populations en difficulté et permettre de dégager des choix budgétaires. Enfin, le vote du budget primitif (BP) du CCAS, en concordance avec l ABS et le DOB, est voté lors du conseil d administration suivant. 4 Cf. les rapports d observations définitives des CRC. 84

5 ABS BP DOB Ainsi, les préconisations qui constituent (théoriquement) une partie de l ABS devraient déboucher sur un plan d actions qui devraient être budgétées. Or, les CRC pointent, là encore, régulièrement le manque de rapport, de lien entre ABS, DOB et vote du budget. En effet, ce «chainage vertueux» 5 est encore trop peu présent, même si l on constate sur le terrain qu une plus grande prise de conscience de cet enjeu commence à se faire jour, notamment dans la mise en oeuvre pratique. Source : CCAS d Issy-les-Moulineaux. 5 Nous empruntons cette expression et le schéma ci-dessus à Alexis Baron, directeur général adjoint du CCAS de Grenoble. 85

6 1.3. difficilement mis en œuvre Nous l avons vu, le texte du décret de 1995 ne donne pas d indication précise sur la méthodologie de l ABS. Et de fait, il n'existe pas une seule et unique méthode pour la réaliser, mais plusieurs, directement liées au contexte local qui conditionne la façon de procéder, en fonction notamment des données disponibles, des systèmes d'informations, des relations avec les autres acteurs sociaux, des personnes en poste stratégique plus ou moins sensibilisés à la démarche... Ces facteurs peuvent être autant de freins ou de moteurs dans une démarche d'abs. FREINS INTERNES : pas de volonté politique de faire de l ABS un véritable outil d aide à la décision manque de moyens (financiers et humains) système d information défaillant manque de transversalité entre les services EXTERNES : partenaires non sensibilisés à la démarche réticences à communiquer des données Source : CCAS d Issy-les-Moulineaux. MOTEURS INTERNES : volonté politique forte moyens humains (ex : un agent spécialisé pour la réalisation de l ABS) moyens financiers (possibilité d externaliser la réalisation de l étude) système d information performant bonnes relations entre les services EXTERNES : partenaires sensibilisés à la démarche partenaires moteurs dans la démarche d observation sociale partagée La volonté politique Stade ultime dans la mise en œuvre de l ABS, la volonté politique. Car si elle n est pas portée par le politique, l ABS se fera au mieux pour répondre à l obligation réglementaire mais elle a de fortes chances de rester lettre morte quant à sa finalité d aide à la décision. Une volonté politique est donc une condition nécessaire pour impulser la démarche de l ABS, mais elle n est pas suffisante si elle n est pas régulièrement portée, réactivée par les élus et plus largement par tous les membres du conseil d administration (élus et personnes qualifiées émanant du milieu associatif). Pour aller dans ce sens, les administrateurs ont à s approprier la démarche de l ABS. Ce travail d appropriation demande à être accompagné par les personnes du CCAS chargées de réaliser l ABS, notamment lors de la communication du rapport. On peut imaginer d en faire une synthèse dans un premier temps avec quelques chiffres stratégiques, voire de présenter les différentes parties de l ABS tout au long de l année lors des différents conseils d administration. En parallèle, le comité de direction dans son ensemble se doit de participer à la démarche d ABS, pas tant pour exploiter et analyser les données 6 que pour élaborer conjointement et transversalement des propositions d actions. L ABS peut ainsi se concevoir en deux parties dont l une, l exploitation des données, est le travail du (des) référent(s) ABS, alors que le seconde, à partir des propositions élaborées par le comité de direction, serait portée par le directeur général, puis travaillée avec les élus. Enfin, la présentation de l ABS en conseil municipal constitue un affichage politique fort, la marque suprême qui montre que l ABS positionne le CCAS comme l acteur pivot de l action sociale communale. Cependant, rares sont les municipalités qui en arrivent à cette étape car même si l ABS devient un document public suite à sa présentation en conseil d administration, beaucoup de municipalités ne souhaitent pas en faire publicité. Reposant sur de nombreuses données rassemblées dans un seul document, l ABS est parfois considérée comme devant rester confidentielle car les élus jugent délicates les informations qu elle contient. Or les données utilisées ne sont pas secrètes, elles sont pour la plupart 6 C est le travail du (ou des) référents ABS du CCAS. 86

7 accessibles car publiques. Finalement, ce qui pose problème en termes d affichage pour le politique, c est leur juxtaposition et l analyse qui en est faite Les moyens La réalisation de l ABS, a fortiori annuellement comme l impose le décret de 1995, nécessite des moyens, humains et financiers : humains si l on réalise l ABS en interne car le travail nécessite du temps et des compétences, notamment pour exploiter les informations statistiques, les analyser, les présenter de façon simple et intelligible, rédiger les rapports, en faire une présentation auprès des membres du conseil d administration et des équipes du CCAS ; financiers que ce soit si l ABS est réalisée en interne, en dédiant spécialement à cette tâche un ou plusieurs agents du CCAS, ou en externe. En effet, nombre de CCAS ne réalisent pas eux-mêmes leur ABS, faute de temps et/ou de personnels compétents. La solution est donc de «l externaliser», c est-à-dire de la faire réaliser par un prestataire externe. Cette solution, si elle a le mérite de permettre d enclencher la démarche et d obtenir une ABS calibrée car réalisée par un consultant dont c est le métier, n est pas forcément exempte de défauts. Bien souvent l ABS ne sera réalisée que l année où le prestataire intervient mais pas les suivantes car l opération, coûteuse, ne peut être renouvelée chaque année. Les CCAS, comme la plupart des collectivités territoriales, sont confrontées à des moyens financiers de plus en plus contraints. Ainsi, si l ABS réalisée par un intervenant extérieur n est pas suivie en interne par une personne explicitement désignée et s il n y a pas d accompagnement chemin faisant pendant la réalisation de l étude, la probabilité sera forte que l ABS ne soit pas régulièrement faite. C est malheureusement ce à quoi sont confrontés beaucoup de CCAS qui font réaliser l ABS une année par un consultant et qui, faute de moyens financiers, ne poursuivent pas la démarche Le système d information Cette question est aussi liée aux moyens, humains et financiers. En effet, qu un CCAS se soit doté d un système d information performant, cela a un coût et demande des compétences techniques précises. Le système doit être pensé pour que les données provenant à la fois des services en interne et des organismes sociaux à l externe soient centralisées et puissent être facilement accessibles et utilisables par le(s) référent(s) ABS. La prégnance du système d information repose sur la qualité et la véracité des données, plus particulièrement de celles recueillies en interne qui peuvent être plus ou moins pertinentes selon le degré d implication des personnes qui en effectuent la saisie. D où la nécessité de faire émerger l ABS à travers une démarche partagée au sein de l institution communale. Ceci peut passer par la mise en place d un référentiel commun de recueil, de traitement et de diffusion des données. Mais avoir un système d information performant ne suffit pas, encore faut-il que la récupération des données, à l interne comme à l externe, soit simple et efficace. Cela demande donc à être travaillé et repose sur de bonnes relations avec, d une part, les différents services du CCAS et, d autre part, ses partenaires institutionnels et associatifs Les relations à l interne et à l externe Pour récupérer des données provenant de partenaires externes, les relations peuvent se concrétiser par la signature de conventions portant sur un échange de données à échéance régulière (tous les ans) et sur une liste précise qui aura été élaborée conjointement en fonction du champ du partenaire. Ces conventions qui ont l avantage d officialiser et de formaliser les relations avec le partenaire peuvent aussi donner lieu à la constitution d un comité de pilotage ou d un groupe moins formel qui se réunit pour échanger sur l ABS et partager les diagnostics établis par le CCAS au niveau communal. Un tel mode de fonctionnement peut ainsi permettre de croiser les analyses et de consolider l ABS. Un autre moyen d associer des partenaires, en particulier le monde associatif qui est une source importante d informations, peut être de passer par le relais des administrateurs nommés en tant que personnes qualifiées, ce qui permettrait d enclencher le travail avec les associations. 87

8 À l interne, les relations avec les services sont indispensables et doivent donner lieu à des échanges réguliers. Elles peuvent se matérialiser par la mise en place de groupes de travail pour définir les données pertinentes à l ABS et par la définition des modalités pour les récupérer régulièrement. Il est donc nécessaire, voire vital à la démarche d ABS, que les services travaillent de manière transversale non seulement avec le(s) référent(s) ABS mais aussi entre eux car tous ont à y gagner de partager une connaissance commune des usagers du CCAS. Au préalable, bien sûr, tous les services du CCAS doivent avoir connaissance de la démarche d ABS, ce qui passe, nous le verrons plus loin, par un temps de restitution chaque année, une fois l ABS terminée. 2. L ABS, une démarche d évaluation des besoins sociaux Nous l avons vu, ce qu on tente d évaluer à travers une ABS, ce sont les besoins sociaux de la population communale, avec comme objectif d y apporter la réponse la plus appropriée et adaptée possible. Faire un tel travail suppose donc d avoir un panorama de la «société communale» le plus complet et actualisé possible et d en connaître ses différentes dimensions, démographiques, économiques, sanitaires et sociales. Pour cela, le panorama doit être renouvelé chaque année pour en pressentir et mesurer les évolutions. Il doit être également confronté aux études et analyses que font les autres acteurs locaux (collectivités territoriales, institutions, associations) pour devenir un diagnostic partagé sur le territoire communal Approche quantitative et qualitative La connaissance de la situation socioéconomique de la commune passe par la collecte d informations quantitatives et qualitatives et de leur analyse. Ces informations peuvent émaner de nombreuses sources et provenir à la fois des services du CCAS (via les agents mais aussi les usagers) et de ses partenaires (associations, institutions, collectivités territoriales). Ce qui semble a priori le plus naturel à recueillir, ce sont des informations de nature quantitative. De plus en plus accessibles, notamment à partir de sites web (INSEE 7, INED 8, DARES 9, DREES 10, etc.), elles permettent de donner une photographie de la commune précise et actualisée. Et elles sont indispensables pour objectiver une connaissance de terrain. Les données quantitatives peuvent être à la fois des données de population (INSEE à partir principalement des recensements de population), de cadrage (DREES sur les thématiques relevant du sanitaire et social, DARES concernant l emploi et le chômage) ou des données administratives (issues d organismes comme la CAF 11 pour les prestations et minima sociaux, la CPAM 12 pour des données de santé, la CRAM 13 pour le minimum vieillesse, Pôle Emploi pour les demandeurs d emploi, le Conseil général pour l allocation personnalisée d autonomie ). Elles sont donc éparpillées entre de multiples «fournisseurs» potentiels, avec pour conséquence que tous les CCAS ne parviennent pas à obtenir les mêmes informations car leur obtention dépend souvent du contexte politico-institutionnel local. Néanmoins, un moyen de lever ce frein passe par l établissement de conventions avec les partenaires «fournisseurs de données», ce qui permet de formaliser non seulement l échange de données, mais également l échange d expertise sur celles-ci. Par ailleurs, il est nécessaire de se situer dans le temps et l espace car les données n ont de sens que si elles sont resituées par rapport à leur évolution dans le temps et comparées avec d'autres échelles géographiques. Pour le premier point, les conventions d échanges de données permettent de pérenniser le 7 INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques. 8 INED : Institut national d études démographiques. 9 DARES : Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques. 10 DREES : Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques. 11 CAF : Caisse d allocations familiales. 12 CPAM : Caisse primaire d assurance maladie. 13 CRAM : Caisse régionale d assurance maladie. 88

9 recueil et de pourvoir en faire une analyse longitudinale. Pour le second, un bon outil est d avoir un socle d'indicateurs de base renseigné pour d autres communes proches notamment en termes de taille, pour le département, la région et la France. En termes de présentation et d analyse, il est indispensable de veiller à donner des clés de compréhension pour chaque indicateur mobilisé et à le présenter de manière pédagogique en développant en particulier une représentation cartographique quand on étudie le niveau infra-communal. Ce niveau d observation est essentiel pour les communes de grande taille, voire de taille moyenne 14 et est très apprécié par les membres du conseil d administration, notamment les élus qui ont, en général, une représentation géographique précise de leur territoire. Mais la «vision quantitative» ne suffit pas et est à approfondir par le recueil de données qualitatives qui peuvent provenir de divers ordres : dires d usagers recueillis notamment via l accueil des CCAS ou les conseils de vie sociale dans les établissements pour personnes âgées ; paroles d habitants captées à travers les comités de quartiers par exemple ; constitution de tables-rondes sur des problématiques ciblées qui regroupent des personnels du CCAS et des représentants d associations ou de divers organismes compétents sur le sujet ; entretiens approfondis menés auprès de bénéficiaires d un service du CCAS ; etc. Cependant, mener un tel travail de nature qualitative sur la totalité de la population relevant de l ABS ne semble ni réaliste, ni réalisable chaque année. Il semble plus opportun d identifier une (ou deux) thématique(s) spécifique(s) par an et de la (les) travailler par une approche qualitative. De plus, les phénomènes n évoluant pas forcément beaucoup d une année sur l autre, il peut être intéressant d y revenir à quelques années d intervalle Démarche d observation sociale concertée avec les différents acteurs sociaux L ABS se doit d être un diagnostic partagé entre acteurs sociaux locaux. Pour qu il en soit ainsi, la démarche doit donner lieu à une restitution élargie. Elle doit, en effet, être restituée aussi bien en interne qu en externe. En interne, l ABS doit être présentée dans les principales instances de direction, mais aussi aux agents du CCAS afin que l ABS devienne un support aux projets de service et d établissement. Au niveau municipal, l ABS positionnant le CCAS comme l acteur social communal, elle doit être restituée auprès des principales instances municipales, notamment auprès des directions qui sont peu ou prou concernées : directions en charge de l action sociale bien sûr, mais aussi de l enfance, de la jeunesse, de la politique de la ville En externe, la restitution de l ABS doit se faire auprès des partenaires du CCAS et en constituer un moment fort, premier stade pour faire évoluer la démarche vers un exercice d observation intégré et partenarial, avec l objectif de produire un effet d entraînement des partenaires dans des projets issus de la démarche d observation ABS et évaluation Cette démarche d observation que constitue l ABS doit amener vers une démarche d évaluation, comme le rappelle le commentaire d une CRC déjà citée au 1.1. : «Suivre régulièrement l évolution sociale pour vérifier l efficacité de l action entreprise afin de la réorienter, ou de l approfondir, en cas d insuffisance.» 14 Même si, dans ce dernier cas, il est souvent plus difficile de récupérer les données à cette échelle. 89

10 Car l ABS en tant qu outil de pilotage de l action municipale peut contribuer à l évaluation de celle-ci à plusieurs niveaux, en tant que : outil de contrôle de gestion, c est-à-dire de mesure de l efficience : les moyens mis en œuvre sont évalués au regard des résultats obtenus. Mais ce niveau doit être manié avec précaution et être accompagné en présentant cet objectif sous-jacent, notamment en interne auprès des équipes, pour ne pas susciter de réticences vis-à-vis de la démarche d ABS ; outil de construction d indicateurs d impact en lien avec l activité des services du CCAS, notamment dans un contexte de pénurie de l argent public ; outil de réflexion invitant à l introspection, la réinterrogation, voire la remise en cause des actions et orientations engagées. Ainsi, l ABS doit pouvoir participer à l évaluation des politiques menées, sans lever de méfiance, de réticences dans les services qui pourraient y voir des craintes et freiner leur investissement dans la phase constructive de la démarche, notamment lors de la récupération des données en interne. Par ailleurs, l évaluation ne doit pas avoir une entrée uniquement financière, mais être un outil de valorisation des actions menées par le CCAS dans sa dimension d utilité sociale. La démarche d observation sociale est alors à relier avec les démarches d évaluation des actions menées en interne. Conclusion Finalement, les objectifs généraux de l ABS peuvent se résumer en deux grands points : d une part, identifier les problèmes, les attentes, les besoins existants, émergents et susceptibles de survenir ; d autre part, élaborer des préconisations, des propositions ou aider à leur formulation. Il s agit donc non seulement d évaluer le système existant de réponses aux besoins, mais aussi de prendre en compte les besoins non encore satisfaits et d anticiper ceux susceptibles d émerger selon une plus ou moins grande probabilité. En conséquence, l ABS doit avoir une finalité opérationnelle : aider à construire de nouveaux outils et permettre l évolution des dispositifs et pratiques actuels dans un souci de mieux répondre aux nouvelles situations d exclusion sociale ou économique. La démarche qu elle nécessite ne peut être, consécutivement, que de longue haleine. Car «pour entrer dans les mœurs» du CCAS, l ABS ne peut se décréter du jour au lendemain, elle doit être construite conjointement avec les personnels et les partenaires du CCAS dans la durée. De plus, cette étude ne peut être que longitudinale, en réalisant un panorama actualisé régulièrement chaque année afin de pouvoir prendre la mesure des évolutions pressenties. Enfin, l ABS ne peut s élaborer que «pas à pas», sans vouloir aller trop vite, avec les différentes partenaires «naturels» dans le champ du social pour être progressivement intégrée par les décideurs dans le mode d élaboration des politiques et actions sociales. Présentée comme «la pierre angulaire de toute politique sociale communale» par la vice-présidente du CCAS de Marseille, cette obligation réglementaire imposée «d en haut» et qui aura mis du temps à s intégrer au fonctionnement des CCAS, faute de précision dans sa méthode et son appropriation par les CCAS pas forcément outillés pour, a finalement le mérite de bousculer les manières traditionnelles de travailler de chacun en obligeant à les décloisonner. 90

11 Bibliographie Arcade (2003), Observer la culture en région. Contribution du groupe de travail sur l observation culturelle en région. CCAS de Grenoble (2008), Analyse des besoins sociaux CCAS de Grenoble (2009), Analyse des besoins sociaux CCAS de Marseille (2007), Analyse des besoins sociaux CCAS de Marseille (2008), Analyse des besoins sociaux CCAS de Marseille (2009), Analyse des besoins sociaux CCAS de Montpellier (2008), Analyse des besoins sociaux Delecroix J. (2003), Le cadre légal de l observation sociale, note, CCAS d Issy-les-Moulineaux. Conseil national de l évaluation (1996), Petit guide de l'évaluation des politiques publiques, Paris, La Documentation française. UNCCAS (2009), Comprendre l'analyse des besoins sociaux, ses enjeux, sa méthodologie, Guide «Indispensables de l action sociale locale». Weka (2009), Réaliser l analyse des besoins sociaux, Guide Weka. 91

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE La profession de conseiller en économie sociale familiale a fait l objet d investigations importantes en terme d inscription professionnelle,

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ;

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ; DEFINIR LES OBJECTIFS STRATEGIQUES ET OPERATIONNELS La stratégie retenue par la collectivité doit être présentée de manière synthétique en structurant autour de quelques orientations les objectifs qui

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations Service hébergement, accès au logement, familles vulnérables. PRÉFET DE LA MAYENNE CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE Article 1....3 Dispositions générales...3 Titre I : Organisation de la C.M.C.A.S...3 Article 2....3 Composition

Plus en détail

Présentation générale 11/2014

Présentation générale 11/2014 Présentation générale 11/2014 49 Communes Conseil Communautaire «Art L123-4 à L123-9 du CASF» C I A S 33 membres (EPCI) Le Président = Pdt. de la CCBDP 16 Membres issus du Conseil Communautaire 16 Membres

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif»

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Ce registre national des crédits aux particuliers a été introduit (article 22) dans le projet de

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Comité d animation des sites préfigurateurs des contrats de ville - 18 juin 2013 - Paris La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Éléments de cadrage Le comité interministériel des

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «Services et prestations des secteurs sanitaire et social» Septembre 2007 Arrêté portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Les commissions antistress sont-elles légales?

Les commissions antistress sont-elles légales? Les commissions antistress sont-elles légales? Face aux risques psychosociaux, le Ministère du travail préconise une démarche concertée pour concevoir un plan de prévention adapté mais surtout accepté.

Plus en détail

I- Modalités d application de la condition de résidence

I- Modalités d application de la condition de résidence @ POINT CMU N 73 Le 2 août 2007 I- Modalités d application de la condition de résidence Le décret n 2007-354 du 14 mars 2007 modifie les modalités de vérification de l effectivité de la condition de résidence

Plus en détail

Partenaires de l Assurance Maladie

Partenaires de l Assurance Maladie Partenaires de l Assurance Maladie 1 - Convention de partenariat entre le Centre Communal d Action Sociale de Saint Etienne du Rouvray & La Caisse Primaire d Assurance Maladie Rouen-Elbeuf-Dieppe Seine-Maritime

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Section éthique et déontologie du CNOM Rapporteur : Dr. Bernard LE DOUARIN Juillet 2012 Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Personnes

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

CCAS Compte rendu Conseil d'administration du mardi 09 septembre2014

CCAS Compte rendu Conseil d'administration du mardi 09 septembre2014 CCAS Compte rendu Conseil d'administration du mardi 09 septembre2014 L an deux mil quatorze le mardi 09 septembre à 20h30, le Centre Communal d Action Social de la commune d Esnandes, dûment convoqué,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie Etude logo Proposition 4 bis Juillet 2013 Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie En janvier

Plus en détail

surendettement ommission des inancières ndividuelles F I aux amilles Guide Cafif pour les travailleurs sociaux et les partenaires EDITION 2012

surendettement ommission des inancières ndividuelles F I aux amilles Guide Cafif pour les travailleurs sociaux et les partenaires EDITION 2012 > familles monoparentales nta prévention du surendettement soutien à la parentalité familles nombreuses des C A ides F ommission > aides aux projets aux F I amilles inancières ndividuelles Guide Cafif

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

DOCUMENT 3. Toute personne ressortissante de l Union Européenne ou bénéficiaire d un titre de séjour ne bénéficiant pas d une adresse stable.

DOCUMENT 3. Toute personne ressortissante de l Union Européenne ou bénéficiaire d un titre de séjour ne bénéficiant pas d une adresse stable. FICHE TECHNIQUE : DOMICILIATION La domiciliation ouvre la possibilité, aux personnes qui ne peuvent déclarer de domicile ou d adresse, d accéder à des droits et prestations. L article 51 de loi instituant

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 1er février 2013 relative à la domiciliation en établissement pénitentiaire NOR : JUSK1240044C La garde des sceaux, ministre de la justice, Le ministre de l'intérieur, Pour attribution à

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Dernière mise à jour le 11/09/15 1

Dernière mise à jour le 11/09/15 1 Libellé de l UE Libellé de l EC CM Résumés Intervenants SEMESTRE 3 UE 1 : Les politiques publiques sociales (6c) Politiques sociales (3c) Evaluation des politiques publiques des secteurs 18 h Par ce cours,

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Saint-Denis Grâce au soutien de la Mairie, du Centre Communal d Action Sociale (CCAS)

Plus en détail

P C ERMIS DE ONDUIRE. Les aides financières d'action sociale

P C ERMIS DE ONDUIRE. Les aides financières d'action sociale P C ERMIS DE ONDUIRE Les aides financières d'action sociale SOMMAIRE PRÉAMBULE GÉNÉRAL... 1 AIDES FINANCIÈRES INDIVIDUELLES AUX FAMILLES PRÉAMBULE AUX AIDES FINANCIÈRES INDIVIDUELLES AUX FAMILLES.. 5 LES

Plus en détail

REACTIV PME Start-up AGEFOS PME Midi-Pyrénées

REACTIV PME Start-up AGEFOS PME Midi-Pyrénées Appel à Propositions REACTIV PME Start-up AGEFOS PME Midi-Pyrénées Cahier des charges du projet Date de lancement de l appel d offre : 15 avril 2015 Date de clôture des candidatures : 15 mai 2015 VERSION

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION 3.2. APERÇU GENERAL DU DEROULEMENT DES TRAVAUX

3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION 3.2. APERÇU GENERAL DU DEROULEMENT DES TRAVAUX 41 3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION Le programme de travail 2010-2011 (cf. rapport octobre 2010) comprenait sept points : 1. Comment appliquer une charge d urbanisme

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont :

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont : QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE La conférence nationale contre la pauvreté et pour l inclusion sociale de (le 10 et 11 décembre 2012) a fait de la lutte contre les inégalités sociales une priorité nationale

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

EDEC. Méthodologie de travail. Contrat d Etude Prospectif - Comité Technique - Mise en œuvre d une. Mardi 10 novembre 2009. Pour quel objectif?

EDEC. Méthodologie de travail. Contrat d Etude Prospectif - Comité Technique - Mise en œuvre d une. Mardi 10 novembre 2009. Pour quel objectif? EDEC Contrat d Etude Prospectif - Comité Technique - Pour quel objectif? Avec quelle méthodologie? Démarche méthodologique globale Eléments d une méthodologie commune Mise en œuvre d une Méthodologie de

Plus en détail

L audit de communication interne

L audit de communication interne A faire suivre à : retour à : L audit de Problématique La décision de lancer un audit répond à une volonté politique. Celle-ci s inscrit souvent dans le cadre d une conjoncture spécifique : restructuration

Plus en détail

Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE

Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE Date Limite de Candidature : pour la réponse au PLIE : 11 mai 2015 pour la réponse dans «Ma Démarche FSE» : 1 juin 2015 Votre Correspondant

Plus en détail

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Définir une stratégie de communication Définir et partager une politique de communication Cerner les enjeux de la communication publique territoriale...2662 Établir

Plus en détail

Actions courtes de professionnalisation 2014

Actions courtes de professionnalisation 2014 Achat de prestations de formation par le GIP Corse Compétences dans le cadre de son dispositif de professionnalisation des acteurs du champ emploi - formation - insertion Document de consultation des entreprises

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

COMPTE RENDU D ENTRETIEN PROFESSIONNEL

COMPTE RENDU D ENTRETIEN PROFESSIONNEL Collectivité COMPTE RENDU D ENTRETIEN PROFESSIONNEL Décret n 2010-716 du 29 juin 2010 CATEGORIE B - ANNÉE.. IDENTITÉ/SITUATION ADMINISTRATIVE Nom Prénom : Date de naissance : Grade : Catégorie hiérarchique

Plus en détail