Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011"

Transcription

1 Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 ARS Ile de France - Délégation Territoriale des Yvelines Service Contrôle et Sécurité Sanitaires des Milieux

2 2 Généralités sur la circulaire DGS du 27 juillet 2010 Relative à la prévention des risques infectieux et notamment de la légionellose dans les bains à remous (spas) à usage collectif et recevant du public Précise l application de l arrêté du 1 er février 2010 au cas particulier des bains à remous Spécifique aux bains à remous car propices au développement des bactéries : - Renouvellement de l eau faible + forte fréquentation - Beaucoup d usagers ne prennent pas de douche avant d entrer dans le spa - Désinfection difficile a gérer : T élevée évaporation du désinfectant - T élevée = milieu favorable à la survie des bact éries - Brassage de l eau microgouttelettes inhalation par les usagers

3 3 Guide pour les exploitants relatif à la gestion des risques infectieux (annexe 1) L exploitant doit déclarer son installation à la mairie du lieu de son implantation L annexe 1 de cette circulaire reprend les dispositions du contrôle sanitaire des piscines, aussi applicables aux spas : - surveillance par l exploitant, au moins 2 fois/jour : Paramètres Normes ph 6,9-7,7 Transparence > 1 m T de l'eau - Chlore libre actif (sans stabilisant) 0,4-1,4 mg/l Chlore disponible (en présence de stabilisant) > 2mg/L (conseil < 4mg/L) Chlore combiné 0,6 mg/l Acide isocyanurique (stabilisant) 75 mg/l - carnet sanitaire : résultats des contrôles précédents, nombre de baigneurs, apports en eau neuve - obligation d affichage (au minimum) : règlement intérieur relatif au spa (bonnes pratiques d hygiène, limiter la baignade à 15 min, ), FMI, derniers résultats du contrôle sanitaire mensuel. - produits et procédés de désinfection doivent être autorisés + ne peuvent pas être injectés directement dans les bassins

4 Spécificité des spas : recommandations concernant l exploitation 4 Filtration et désinfection: - recirculation totale de l eau en au moins 30 minutes -injection de désinfectant en continu, après filtration. Suivi automatisé de la concentration résiduelle en désinfectant Vidange périodique : - accompagnée du nettoyage, de la désinfection et du rinçage du fond, des parois du bassin ainsi que des goulottes + lavage, décolmatage et désinfection des filtres - au moins une fois par mois - quotidiennement si l affluence est importante - sans délai en cas de situation dégradée Surveillance, maintenance et entretien: cf. annexe

5 5 Recommandations concernant la surveillance, la maintenance et l'entretien des bains à remous Nature de l action mesure de la température de l eau mesure de la concentration résiduelle en désinfectant dans l eau mesure de la transparence de l eau mesure du degré d acidité de l eau (ph) mise à jour du carnet sanitaire avec les résultats de ces mesures, le nombre de baigneurs dans la journée et les apports d eau neuve visa du carnet sanitaire par l exploitant fréquentation maximale instantanée (FMI) vérification des systèmes d injection automatique des produits chimiques vérification des niveaux de produits chimiques dans les bacs d injection nettoyage et désinfection des surfaces accédant au spa entretien des filtres (lavage à contre-courant des filtres à sable, nettoyage des filtres à cartouche) contrôle des pré-filtres désinfection choc (surchloration notamment) de l ensemble de l équipement, le bassin n étant pas accessible au public vidange(*) totale du spa suivie notamment par : nettoyage, désinfection, et rinçage du fond et des parois du bassin et des goulottes, ainsi que la tuyauterie et les préfiltres réglementaire (article 11 de l arrêté du 07/04/81 modifié) 1 fois par jour 1 fois par jour Fréquence recommandée au titre de la prévention sanitaire plusieurs fois par jour, notamment avant l accès au public et pendant les périodes de fréquentation importante, en l occurrence toutes les 2 heures en continu. Il est recommandé de fixer une FMI spécifique au spa quand l établissement comprend d autres bassins plusieurs fois par jour, notamment avant l accès au public 1 fois par jour 1 à plusieurs fois par jour en fonction de la fréquentation du spa, notamment après la fermeture de l accès au public selon les recommandations de l installateur et en l absence d accès du spa au public 1 fois par jour, en l absence d accès du spa au public 1 fois par semaine a) 1 fois par semaine lorsque l utilisation est modérée ; b) plusieurs fois par semaine voire 1 fois par jour en cas d utilisation importante ; c) systématiquement dès lors que la situation est dégradée (*) la surchloration du spa avant la vidange et la neutralisation des eaux de vidange avant rejet à l égout sont recommandées (il convient de s adresser au service d assainissement pour connaître les types d eaux pouvant être déversées dans les réseaux d lavage, décolmatage et désinfection des filtres information et formation du personnel évaluation globale de la mise en oeuvre des obligations réglementaires et des présentes recommandations 1 fois par mois et systématiquement dès lors que la situation est dégradée 1 fois par an et à chaque renouvellement du personnel 1 fois par an

6 6 Les missions des Agences Régionales de Santé (ARS) Contrôle sanitaire : - au moins 1 fois/mois : prélèvements + analyses germes témoins de contamination + Pseudomonas aeruginosa - contrôle in-situ En cas de risque sanitaire, demande : - la vidange + le nettoyage + la désinfection du spa - le lavage-colmatage des filtres + une désinfection thermique ou chimique En cas de légionellose, inspection portant sur: - le contrôle du respect des dispositions législatives et réglementaires - l évaluation de la mise en œuvre des recommandations du guide de la circulaire - les modalités de prélèvements et d analyses d eau Fermeture des établissements si l installation porte atteinte : - à la santé ou à la sécurité des utilisateurs - à l hygiène ou à la salubrité publique

7 Merci de votre attention... 7

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau

Plus en détail

Validée par le Comité national de pilotage des Agences régionales de santé le 21 juillet 2010 N de visa : CNP 2010-164

Validée par le Comité national de pilotage des Agences régionales de santé le 21 juillet 2010 N de visa : CNP 2010-164 Ministère de la Santé et des Sports Direction générale de la Santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau de la qualité des eaux DGS/EA4 personnes

Plus en détail

TRAITEMENT DES EAUX DE PISCINES PUBLIQUES

TRAITEMENT DES EAUX DE PISCINES PUBLIQUES Le traitement de l'eau des piscines collectives est soumis à un contrôle exigeant et une règlementation précise régit par les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales. Sovica-Loisirs

Plus en détail

SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine MARSEILLE Tél : Fax : RCS : Marseille B

SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine MARSEILLE Tél : Fax : RCS : Marseille B SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine 13011 MARSEILLE Tél : 04 91 43 21 84 - Fax : 04 91 27 07 61 RCS : Marseille B 070801022 Le traitement de l'eau des piscines collectives est

Plus en détail

Les piscines à usage collectif

Les piscines à usage collectif Les piscines à usage collectif Guide des bonnes pratiques ARS PACA 132, Boulevard de Paris CS 50039-13331 Marseille Cedex 03 www.ars.paca.sante.fr Services Santé Environnement des Délégations Départementales

Plus en détail

Contrôle sanitaire des piscines essonniennes

Contrôle sanitaire des piscines essonniennes Qualité de l eau potable en Essonne Contrôle sanitaire des piscines essonniennes Essonne qui bouge 02/02/2016 Raphaël POVERT - 14/02/2014 - Fontainebleau 1 2 1 - L alimentation en eau potable : de la ressource

Plus en détail

DECLARATION D'OUVERTURE D UNE PISCINE / D'UN SPA

DECLARATION D'OUVERTURE D UNE PISCINE / D'UN SPA DECLARATION D'OUVERTURE D UNE PISCINE / D'UN SPA Je soussigné(e), Nom :... Qualité :... déclare procéder à l'installation d'une piscine à............ La date d'ouverture est fixée au... La fréquentation

Plus en détail

Qualité des eaux des piscines estivales dans le Morbihan

Qualité des eaux des piscines estivales dans le Morbihan Qualité des eaux des piscines estivales dans le Morbihan Les piscines sont un espace de loisirs et de détente très apprécié des estivants. De nombreux établissements de villégiature disposent d une piscine

Plus en détail

DECLARATION D'OUVERTURE D UNE PISCINE Je soussigné(e), Nom :... Qualité :... déclare procéder à l'installation d'une piscine à Adresse :............ La date d'ouverture est fixée au... La fréquentation

Plus en détail

Vade-Mecum. pour les piscines

Vade-Mecum. pour les piscines Vade-Mecum pour les piscines Construction Maintenance Exploitation Securité des lieux et des utilisateurs S OMMAIRE INTRODUCTION CHAPITRE 1 : LÉGISLATION 1.1. La législation relative aux bassins de natation

Plus en détail

Un ou plusieurs compteurs totalisateurs réservés exclusivement à l enregistrement des renouvellements journaliers sont installés.

Un ou plusieurs compteurs totalisateurs réservés exclusivement à l enregistrement des renouvellements journaliers sont installés. Arrêté du 7 avril 1981 (JO du 10 avril 1981) fixant les dispositions techniques applicables aux piscines modifié par arrêté du 28 septembre 1989 (JO 21 oct. 1989) et arrêté du 18 janvier 2002 (JO 23 janv.)

Plus en détail

Données Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Agences régionales de santé

Données Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Agences régionales de santé Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Données 2007 Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation

Plus en détail

Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée

Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée Organisation du LEAV Accréditation COFRAC (1-1064) : Prélèvements + mesures terrain + analyses (EIL+ audit externe tous les 15 mois) Tous

Plus en détail

Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques

Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques Journées d Etude Nationales, 21 mars 2012 Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques Serge Lucas, directeur de la piscine sports loisirs

Plus en détail

QUALITE DES EAUX DE PISCINE

QUALITE DES EAUX DE PISCINE QUALITE DES EAUX DE PISCINE Département de la LOZERE Résultats 2009 et évolution depuis l année 2000 DELEGATION TERRITORIALE DE LA LOZERE Immeuble «Le Saint-Clair» - Avenue du 11 novembre BP 136-48005

Plus en détail

Le Règlement sur la qualité de l eau

Le Règlement sur la qualité de l eau Le Règlement sur la qualité de l eau des piscines et autres bassins artificiels : rôles, obligations et responsabilités Le Règlement sur la qualité de l eau des piscines et autres bassins artificiels est

Plus en détail

Comment bien gérer sa piscine

Comment bien gérer sa piscine Comment bien gérer sa piscine conditions d un bon état sanitaire de la piscine Département sécurité des sanitaire des personnes et de l environnement 19 9 février mars 2015 2015 Piscine et hôtellerie de

Plus en détail

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010.

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Le présent document est destiné aux hôtels, campings et résidences de tourisme. Il a pour objectif

Plus en détail

Les eaux de baignade en eau douce : nouvelle réglementation et perspectives

Les eaux de baignade en eau douce : nouvelle réglementation et perspectives Journée d information baignades en eau douce Cergy-Pontoise (95) Les eaux de baignade en eau douce : nouvelle réglementation et perspectives Anne Pillebout Direction générale de la santé Sous-direction

Plus en détail

LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS N LE VAL-D OISE BILAN

LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS N LE VAL-D OISE BILAN BILAN LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS LE VAL-D OISE BILAN 2015 Piscines publiques et privées à usage collectif Baignade de l île de loisirs de Cergy-Pontoise juin 2016 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 1- LA

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 QUEL ENVIRONNEMENT? EAU HYGIENE SURFACES AIR opourquoi? Parce qu ils sont tous des vecteurs potentiels EOH_PSL_2012

Plus en détail

Guide pratique de l autosurveillance des piscines

Guide pratique de l autosurveillance des piscines Guide pratique de l autosurveillance des piscines 1 Document édité par l Agence Régionale de Santé d Auvergne - Juin 2015 Directeur de la publication : François Dumuis Coordination : Cellule relations

Plus en détail

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Yohann PAMELLE DREAL PACA SOMMAIRE Principes de fonctionnement et types de Tours Aéroréfrigérantes La réglementation

Plus en détail

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire 1 LES SOURCES Les principales sources de risques sont : les circuits d eau chaude sanitaire

Plus en détail

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S. 1 ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU ET D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.) (pour les établissements scolaires et les bâtiments administratifs) 1 2 2 Contexte réglementaire : Règlements

Plus en détail

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION TECAMPING températures trop faibles (< 50 C) dans le réseau d eau chaude, ainsi que le manque d entretien des équipements (robinetterie, filtres ) peuvent entraîner le développement de légionelles. C Au

Plus en détail

PRESENTATION ET PROCEDURE DE NETTOYAGE DE LA PISCINE AVEC FILTRE A SABLE

PRESENTATION ET PROCEDURE DE NETTOYAGE DE LA PISCINE AVEC FILTRE A SABLE PRESENTATION ET PROCEDURE DE NETTOYAGE DE LA PISCINE AVEC FILTRE A SABLE L entretien de votre piscine L eau de votre piscine est sujette à une pollution permanente et doit être changée à peu près tous

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

PROCEDURE UTILISATION DE LA BALNEOTHERAPIE DES VERGERS

PROCEDURE UTILISATION DE LA BALNEOTHERAPIE DES VERGERS Page : 1 de 5 CREATION N version : OBJET DOMAINE D APPLICATION Bonnes pratiques d utilisation de la Personnels concernés : ensemble des utilisateurs de la des Vergers PLAN 1. ACCES A LA BALNEOTHERAPIE...

Plus en détail

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010 Le 24 février 2010 ARRETE Arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire NOR: SASP1002960A

Plus en détail

CONTROLE SANITAIRE DES EAUX DES PISCINES DU DEPARTEMENT DU VAR BILAN 2013

CONTROLE SANITAIRE DES EAUX DES PISCINES DU DEPARTEMENT DU VAR BILAN 2013 1 Délégation Territoriale du Var Service Santé Environnement PREFET DU VAR CONTROLE SANITAIRE DES EAUX DES PISCINES DU DEPARTEMENT DU VAR BILAN 2013 2 3 PREMIERE PARTIE : RISQUES SANITAIRES Les risques

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

PISCINE DE REEDUCATION ET HYGIENE CENTRE HOSPITALIER CENTRE BRETAGNE (Centre de Rééducation de Plémet) PLAN Généralités L eau circuit traitement maintenance contrôles Le baigneur Les locaux architecture

Plus en détail

Réussir l entretien de votre piscine

Réussir l entretien de votre piscine Réussir l entretien de votre piscine LES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 L entretien de votre piscine L eau de votre piscine est sujette à une pollution permanente et doit être changée à peu près

Plus en détail

INAUGURATION DE L UNITE DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE BRIE

INAUGURATION DE L UNITE DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE BRIE F.GAUTHIER 27/06/13 INAUGURATION DE L UNITE DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE BRIE La mise en service de l usine de production d eau potable du Maine Joizeau a eu lieu le 27 mars 2012. Cette unité a la particularité

Plus en détail

S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS

S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS Sommaire S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS I - Généralités Termes employés dans ce guide................... 2 Risques et maintenance........................... 5 II - Réseaux collectifs : responsabilités

Plus en détail

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures.

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures. Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures 21 novembre 2013 La légionelle Bactérie ubiquitaire Hydrotellurique (présente dans

Plus en détail

contrôle sanitaire des piscines d été à usage collectif dans les Yvelines Bilan 2010

contrôle sanitaire des piscines d été à usage collectif dans les Yvelines Bilan 2010 contrôle sanitaire des piscines d été à usage collectif dans les Yvelines Bilan 2010 Délégation Territoriale des Yvelines Mars 2011 La santé en Île-de-France SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 1 LE CONTROLE SANITAIRE

Plus en détail

Règlement sur la qualité de l eau potable

Règlement sur la qualité de l eau potable Règlement sur la qualité de l eau potable Caroline Robert Direction des politiques de l eau Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs 25 janvier 2011 Sujets abordés Projet de

Plus en détail

L eau du robinet en Ile-de-France Missions de l ARS Ile-de-France dans le domaine de l eau Qualité de l eau du robinet en 2010

L eau du robinet en Ile-de-France Missions de l ARS Ile-de-France dans le domaine de l eau Qualité de l eau du robinet en 2010 L eau du robinet en Ile-de-France Missions de l ARS Ile-de-France dans le domaine de l eau Qualité de l eau du robinet en 2010 Café presse du 7 mars 2012 ARS Ile-de-France Mars 2012 Qu est-ce que l eau

Plus en détail

REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU

REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU Prévention de la légionellose REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU CHAUDE SANITAIRE OBJET DU REGISTRE, CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE & MODE D EMPLOI... page 2 Partie 1 : LISTE RÉCAPITULATIVE DES

Plus en détail

Délibération n 23/CP du 1 juin 2010

Délibération n 23/CP du 1 juin 2010 Délibération n 23/CP du 1 juin 2010 Guide d application DIRECTION DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES Cellule Santé Environnement 5 Rue Gallieni BPN4 98851 Nouméa Cedex TEL : 24 37 17 FAX : 24 37 33 E-mail

Plus en détail

Depuis plus de soixante-dix ans, produits et technologies pour le traitement de l eau. Institutional

Depuis plus de soixante-dix ans, produits et technologies pour le traitement de l eau. Institutional Depuis plus de soixante-dix ans, produits et technologies pour le traitement de l eau Institutional TABLEAU A. Normes pour l eau en entrée et contenue dans le bassin PARAMÈTRE EAU EN ENTRÉE EAU DU BASSIN

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR BALNEOTHERAPIE

REGLEMENT INTERIEUR BALNEOTHERAPIE I. HORAIRES ET FONCTIONNEMENT : Le secteur de balnéothérapie est situé au rez-de-jardin du bâtiment et identifié. Les horaires de fonctionnement sont de 9h00 à 12h00 et de 13h à 14h15, le lundi, mardi,

Plus en détail

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire.

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire. Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire Réglementation et rôle de l autorité sanitaire 19 mars 2015 Contexte 1976 : 1 ère description de la maladie - Congrès annuel

Plus en détail

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention?

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 2 Le risque lié aux légionelles Un problème de santé publique de premier plan Où sont les légionelles?

Plus en détail

Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de : CHAVILLE

Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de : CHAVILLE Agence Régionale de Santé Délégation Territoriale des Hauts-de-Seine Préfecture des Hauts-de-Seine Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de :

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsable des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Afth. thermoludisme Problématique de l alimentation en eau minérale naturelle d un Centre Thermoludique. CADRE REGLEMENTAIRE

Afth. thermoludisme Problématique de l alimentation en eau minérale naturelle d un Centre Thermoludique. CADRE REGLEMENTAIRE AFTH Bagnères de Bigorre le 7/11/2008 Jean-Bernard Bardet, CODEF CADRE REGLEMENTAIRE Décret n 81-324 modifié du 07.04.1981 fixant les normes d hygiène et de sécurité applicables aux piscines et aux baignades

Plus en détail

NETTOYAGE ET DESINFECTION EN ABATTOIR ET DANS LES DEPOTS, DES CAISSES, CONTAINERS ET CAMIONS DE TRANSPORT

NETTOYAGE ET DESINFECTION EN ABATTOIR ET DANS LES DEPOTS, DES CAISSES, CONTAINERS ET CAMIONS DE TRANSPORT NETTOYAGE ET DESINFECTION EN ABATTOIR ET DANS LES DEPOTS, DES CAISSES, CONTAINERS ET CAMIONS DE TRANSPORT Objectif Décontaminer les caisses, containers et camions ayant transporté des oiseaux vivants vers

Plus en détail

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles INTRODUCTION Les facteurs de risques Installation surdimensionnée Circuit de grande taille Complexité des

Plus en détail

Guide d utilisation de la piscine

Guide d utilisation de la piscine Guide d utilisation de la piscine Nettoyage du préfiltre de la pompe 1 - Arrêter le chauffage ( bouton à gauche ). L écran affiche une seule T 2 - Arrêter le moteur de filtration (Position sur 0 ). 3 -

Plus en détail

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Filtre Aquaplast. Niveau de développement :

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Filtre Aquaplast. Niveau de développement : FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE Filtre Aquaplast Niveau de développement : EN VALIDATION À L ÉCHELLE RÉELLE Juillet 2007 1. DONNÉES GÉNÉRALES Nom

Plus en détail

CONTEXTE QUELS OUVRAGES SONT CONCERNES?

CONTEXTE QUELS OUVRAGES SONT CONCERNES? CONTEXTE En France, la loi sur l eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006 a introduit l obligation, pour les particuliers, de déclarer en mairie les forages domestiques, existants ou futurs. C

Plus en détail

L A.N.C. représente tous les systèmes assurant: La collecte, Le prétraitement, L épuration, l infiltration ou le " rejet des eaux usées domestiques

L A.N.C. représente tous les systèmes assurant: La collecte, Le prétraitement, L épuration, l infiltration ou le  rejet des eaux usées domestiques 1 Selon la loi sur l eau du 3 janv. 1992, l Assainissement Collectif n est pas obligatoire si : Pas d intérêt environnemental Coût excessif Le particulier prend à sa charge la réalisation et l entretien

Plus en détail

FR Manuel d utilisation. BASSIN de rééducation TREFLE

FR Manuel d utilisation. BASSIN de rééducation TREFLE FR Manuel d utilisation BASSIN de rééducation TREFLE 1242.00 SOMMAIRE TABLE DES MATIERES PAGES PLANS D ENSEMBLE 2 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Un nouveau guide pour les EHPA

Un nouveau guide pour les EHPA Un nouveau guide pour les EHPA Groupe indépendant Eau des établissements pour personnes âgées : Maîtrise des risques sanitaires Delphine Verjat-Trannoy Pharmacien hygiéniste CCLIN Paris-Nord Membre du

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Assainissement Non Collectif Quelles responsabilités pour le Maire? Comment agir face à un problème de salubrité publique? Fiche 1 Les responsabilités du Maire La principale responsabilité du Maire en

Plus en détail

Guide du traitement d eau. l oxygène actif ou le chlore

Guide du traitement d eau. l oxygène actif ou le chlore Guide du traitement d eau l oxygène actif ou le chlore BEGINNING OUVERTUREOF SEA- 1. NETTOYER LA PISCINE Contrôler le bon fonctionnement de votre installation (filtre, pompe...) Nettoyer la ligne d eau

Plus en détail

Le bionettoyage. 10 mars Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière. Jacqueline Huard. 3M Healthcare

Le bionettoyage. 10 mars Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière. Jacqueline Huard. 3M Healthcare 3M Healthcare Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière Jacqueline Huard Le bionettoyage 10 mars 2009 3M 2007. All Rights Reserved. AU SECOURS!!! Qu est-ce que le bionettoyage?

Plus en détail

PREFET DES COTES- D ARMOR

PREFET DES COTES- D ARMOR PREFET DES COTES- D ARMOR Direction départementale des territoires et de la mer Service eau, environnement, forêts Arrêté portant prescriptions complémentaires à déclaration en application de l'article

Plus en détail

PREFET DE LA SARTHE ARRETE N

PREFET DE LA SARTHE ARRETE N PREFET DE LA SARTHE ARRETE N du Objet : Syndicat Intercommunal d Alimentation en Eau Potable (SIAEP) de Rouessé Fontaine Réalisation d une unité de production d eau destinée à la consommation humaine à

Plus en détail

La meilleure des eaux pour votre piscine Tout d une seule source.

La meilleure des eaux pour votre piscine Tout d une seule source. La meilleure des eaux pour votre piscine Tout d une seule source. Nous redéfinissons le monde du traitement de l eau descon LE TRAITEMENT DE L EAU EN PERFECTION TOUT D UNE SEULE SOURCE. Fondée en 2010

Plus en détail

Les Eaux Usées Autres que Domestiques

Les Eaux Usées Autres que Domestiques Les Eaux Usées Autres que Domestiques Groupe d Échanges Assainissement Collectif Jeudi 12 Juin 2014 Prisca Van Paassen Chargée de mission Problématiques Non Domestiques ASCOMADE www.ascomade.org Contenu

Plus en détail

LA QUALITÉ DISTRIBUÉE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON BILAN 2009

LA QUALITÉ DISTRIBUÉE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON BILAN 2009 LA QUALITÉ L EAU DE DISTRIBUÉE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON BILAN 2009 SOMMAIRE Généralités Bactériologie Nitrates Pesticides Arsenic Fluor Sulfates Dureté Périmètres de protection L EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION

Plus en détail

CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ENDOSCOPES THERMOSENSIBLES MULTI CANAUX

CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ENDOSCOPES THERMOSENSIBLES MULTI CANAUX CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ENDOSCOPES THERMOSENSIBLES MULTI CANAUX CADRE LEGISLATIF ELEMENTS D'ASSURANCE QUALITE EN HYGIENE RELATIFS AU CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ENDOSCOPES ET A LA TRAÇABILITE EN

Plus en détail

Arrêté du 21 juillet 2015 et ANC entre 21 et 200 eh

Arrêté du 21 juillet 2015 et ANC entre 21 et 200 eh Arrêté du 21 juillet 2015 et ANC entre 21 et 200 eh Atelier 1 animé par Laure SOULIAC, chef du bureau de la lutte contre les pollutions domestiques et industrielles, ministère de l écologie Liste des intervenants

Plus en détail

Clarté. pour une eau mieux préservée

Clarté. pour une eau mieux préservée Clarté Préserver l eau, voici ce que hth s engage à faire avec vous. Alors pour prévenir le développement d algues, de tartre ou les dépôts métalliques dans l eau de votre piscine, hth propose un clarifiant

Plus en détail

PROGRAMME : Prévention des risques professionnels dans le spectacle

PROGRAMME : Prévention des risques professionnels dans le spectacle PROGRAMME : Prévention des risques professionnels dans le spectacle Préambule : La démarche de prévention des risques et maladies professionnels et ses enjeux : - Définitions - Les enjeux : humains, sociaux,

Plus en détail

OAFC CONTROLE SANITAIRE DES PISCINES INTÉRIEURES ET EXTÉRIEURES ET DES AUTRES LIEUX DE BAIGNADE

OAFC CONTROLE SANITAIRE DES PISCINES INTÉRIEURES ET EXTÉRIEURES ET DES AUTRES LIEUX DE BAIGNADE OAFC 34-38 CONTROLE SANITAIRE DES PISCINES INTÉRIEURES ET EXTÉRIEURES ET DES AUTRES LIEUX DE BAIGNADE GÉNÉRALITÉS 1. Le fait de se baigner dans eaux contaminées par égouts ou par toute substance organique

Plus en détail

PROCEDURE D ENTRETIEN DE LA SONDE ECHOGRAPHIQUE

PROCEDURE D ENTRETIEN DE LA SONDE ECHOGRAPHIQUE 1/7 OBJET Décontamination, détergence et désinfection de la sonde échographique DOMAINE D APPLICATION Services de radiologie et de réanimation dans le cadre des patients non à risque et des actes non à

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 20 décembre 2013 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation du procédé

Plus en détail

Maîtrise du risque lié à l eau

Maîtrise du risque lié à l eau Maîtrise du risque lié à l eau Journée de Formation Médicale et Paramédicale CHU d Angers 20 novembre 2015 GROSBOIS Maguy IDE UPLIN 1 Maîtrise du risque lié à l eau Définition : -Elément essentiel au fonctionnement

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 2 novembre 2011 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l'innocuité du module d'ultrafiltration

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION De votre Piscine Oplus

GUIDE D UTILISATION De votre Piscine Oplus GUIDE D UTILISATION De votre Piscine Oplus SARL O+ Piscines ZA l Arnouzette 123, rue Brillât Savarin 11000 CARCASSONNE 04 68 10 10 01 contact@piscines-oplus.com Votre guide O+ Piscines CONSIGNES IMPORTANTES

Plus en détail

SERIE TEE. laveur-désinfecteur dédié aux sondes ETO

SERIE TEE. laveur-désinfecteur dédié aux sondes ETO SERIE TEE laveur-désinfecteur dédié aux sondes ETO SERIE TEE une technologie Intelligente un cycle 1 complet en 14 minutes Améliorez votre productivité avec la Serie TEE DÉDIÉE AUX SONDES ETO La Serie

Plus en détail

PISCINES PUBLIQUES Echanges sur les aspects techniques d une Piscine Publique

PISCINES PUBLIQUES Echanges sur les aspects techniques d une Piscine Publique PISCINES PUBLIQUES Echanges sur les aspects techniques d une Piscine Publique Une piscine, des ambiances La piscine est un lieu qui sollicite les 5 sens d une personne La vue, l ouie, l odorat, le toucher,

Plus en détail

Désinfection des endoscopes souples non autoclavables : Quelle évolution des recommandations?

Désinfection des endoscopes souples non autoclavables : Quelle évolution des recommandations? Désinfection des endoscopes souples non autoclavables : Quelle évolution des recommandations? C. Gautier ARLIN Aquitaine Réseau des cadres de santé et IDE hygiénistes d Aquitaine Pessac, 23 juin 2016 Contexte

Plus en détail

MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE CYSTOSCOPE 02/2014 1/7

MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE CYSTOSCOPE 02/2014 1/7 MODE OPÉRATOIRE MO ENDO 003 v5 ENTRETENIR LE CYSTOSCOPE 02/2014 1/7 MODIFICATION APPORTÉE mise à disposition du produit inactivant «prion OBJET Entretien et désinfection de haut niveau des cystoscopes

Plus en détail

Conclusions et Avis du Commissaire Enquêteur

Conclusions et Avis du Commissaire Enquêteur Commune de LUC (Lozère) Mise en conformité du captage de «L Auradou» et du réservoir d Espradels. Conclusions et Avis du Commissaire Enquêteur Enquête publique préalable à : La déclaration d utilité publique

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE PISCINE DU CLUB-METEO MIS A JOUR LE JEUDI 18 FEVRIER 2010

GUIDE TECHNIQUE PISCINE DU CLUB-METEO MIS A JOUR LE JEUDI 18 FEVRIER 2010 GUIDE TECHNIQUE PISCINE DU CLUB-METEO MIS A JOUR LE JEUDI 18 FEVRIER 2010 VUE GENERALE DU LOCAL TECHNIQUE P 2-3 1 COMMENT ARRETER LE SYSTEME DE FILTRATION P 4 2 COMMENT NETTOYER LE SYSTEME DE FILTRATION

Plus en détail

Sécurité sanitaire des baignades

Sécurité sanitaire des baignades Sécurité sanitaire des baignades Bilan de la saison 2013 Qualité des eaux de baignades Contrôle sanitaire des piscines 2 Les baignades en mer : - 91 points de contrôle - 85 plages (35 communes) et 2 retenues

Plus en détail

SOMMAIRE REGLEMENT DES ZONES D ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF (AUTONOME)

SOMMAIRE REGLEMENT DES ZONES D ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF (AUTONOME) SOMMAIRE REGLEMENT DES ZONES D ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF (AUTONOME) Chapitre 1 : Les eaux domestiques... 2 Généralités Obligation d assainissement...2 Article 1 : Définition des eaux usées domestiques...2

Plus en détail

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER :

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER : PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE Page 1/7 ACTIONS A REALISER : I. ALERTE : Le Bactériologiste, prévient sans délai : - Le médecin du patient infecté, - Le Président du CLIN, le médecin

Plus en détail

Le 2 fevrier Fournisseur de matériel Adresse Adresse. Monsieur,

Le 2 fevrier Fournisseur de matériel Adresse Adresse. Monsieur, Le 2 fevrier 2011 Fournisseur de matériel Adresse Adresse Monsieur, Le programme Lait canadien de qualité (LCQ) est un programme de salubrité des aliments à la ferme pour les producteurs laitiers. Une

Plus en détail

PROTECTIONS RESPIRATOIRES

PROTECTIONS RESPIRATOIRES PROTECTIONS RESPIRATOIRES Fiche pratique Version 1 Créée le 12102005 Date de dernière mise à jour : 07092012 Nb de pages : 6 Dans le cadre de leurs missions, les agents des collectivités territoriales

Plus en détail

L eau est fragile et instable si l on n applique pas quelques règles.

L eau est fragile et instable si l on n applique pas quelques règles. L EAU ET SES PARAMETRES COMMENT TRAITER L EAU DE SA PISCINE L eau est fragile et instable si l on n applique pas quelques règles. Utiliser les eaux de puits, forage, rivière etc. à un risque sauf si vous

Plus en détail

A L EAU Fiche professeur

A L EAU Fiche professeur Fiche professeur NIVEAU Classes de 5 ème ou 4 ème MODALITÉS DE GESTION POSSIBLES Travail individuel ou en binôme Scénario proposé : devoir en classe à mettre en forme à la maison. Séance 1 : 1 ère étape

Plus en détail

Sécurité alimentaire & Traitement des biofilms

Sécurité alimentaire & Traitement des biofilms Sécurité alimentaire & Traitement des biofilms GEA Process Engineering TECHNOLOGIE BREVETEE Définition d un biofilm Le biofilm se présente sous forme d une pellicule visqueuse qui adhère aux parois. Il

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSENSUS 5 : Le bloc sanitaire 5a : La salle de bain et la baignoire

DOCUMENT DE CONSENSUS 5 : Le bloc sanitaire 5a : La salle de bain et la baignoire DOCUMENT DE CONSENSUS 5 : Le bloc sanitaire 5a : La salle de bain et la baignoire Il convient de se référer également aux autres documents de consensus relatifs au bloc sanitaire, à savoir : - Document

Plus en détail

PREFET DE LA SARTHE ARRETE N

PREFET DE LA SARTHE ARRETE N PREFET DE LA SARTHE ARRETE N du Objet : Syndicat Intercommunal d Alimentation en Eau Potable (SIAEP) Sarthe et Loir Modernisation et extension d une unité de production d eau destinée à la consommation

Plus en détail

LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES. Unité Bactériologie. lozere.fr

LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES. Unité Bactériologie. lozere.fr LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES Unité Bactériologie lozere.fr 1 - Présentation L'eau intervient à plus d'un titre dans notre alimentation, d'abord en tant qu'aliment de base : l'eau consommée doit

Plus en détail

Les risques biologiques

Les risques biologiques Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Les risques biologiques 65 rue Kepler BP 239 85006 La Roche-sur-Yon cedex Tél : 02 51 44 50 60 Fax : 02 51 37 00 66 www.maisondescommunes85.fr

Plus en détail

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé 20 septembre 2012 Journée Signalement CCLIN- OUEST Mme Cécile ROBERT- Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX LA BACTERIE

Plus en détail

Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels

Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels Plan de l intervention Contexte Installation et mise en œuvre, Réception et mise en service de l installation. 1. Contexte

Plus en détail

MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE BRONCHOSCOPE 02/2014 1/7

MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE BRONCHOSCOPE 02/2014 1/7 MODE OPÉRATOIRE MO ENDO 001 v6 ENTRETENIR LE BRONCHOSCOPE 02/2014 1/7 MODIFICATION APPORTÉE mise à disposition du produit inactivant «prion» OBJET Décontamination, détergence et désinfection du matériel

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Le SPANC Le SATAA

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Le SPANC Le SATAA L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Le SPANC Le SATAA Sommaire 1. La réglementation de l assainissement non collectif 2. Présentation et rôle du SPANC 3. Présentation et rôle du SATAA 4. Un cas concret 1 -

Plus en détail

de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire

de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire Gestion des risques liés aux légionelles : de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire D. Lecointe Dr. en Pharmacie, Dr. de l Université Paris

Plus en détail