OBSERVATION ET STATISTIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSERVATION ET STATISTIQUES"

Transcription

1 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 411 Avril 13 Conjoncture énergétique Février 13 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT La production d énergie primaire du mois de février recule de 3,2 % par rapport à celle de l an dernier. Elle totalise 1,9 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep). Cette évolution est en lien avec la baisse de la production nucléaire (- 4,9 % en glissement sur un an). A contrario, les énergies renouvelables électriques sont à la hausse. D une part, l hydraulique renoue avec la croissance, affichant une forte progression de près de 32 % par rapport à février 12, après une quasi-stabilité en janvier. Il faut remonter à 3 pour retrouver une production supérieure pour un mois de février. D autre part, l éolien croît fortement, de 28 % sur un an, après - 17 % en janvier. En glissement annuel, la consommation d énergie primaire réelle recule de 9 % en février. La baisse plus prononcée de la consommation par rapport à la production se traduit par une hausse du taux d indépendance énergétique (+ 2,8 points en glissement annuel). Mesuré sur les douze derniers mois, entre mars 12 et février 13, ce taux s établit Sous l effet d une baisse de la filière nucléaire (- 4,9 % sur un an), la production nationale d'énergie primaire (méthodologie) fléchit pour le deuxième mois consécutif, de 3,2 % en février 13 par rapport à février 12 et totalise 1,9 Mtep. Les filières d énergies renouvelables électriques sont orientées à la hausse : l hydraulique retrouve une croissance soutenue, de 31,6 % en février sur un an, affichant un niveau qui n a pas été observé depuis 3 pour un mois de février. La production éolienne affiche également une hausse sensible, de 28,1 % en février 13 par rapport à février 12, après 17, % en janvier. La consommation d énergie primaire réelle fléchit de 9,1 % en février par rapport à son niveau d il y a un an, après une hausse de 2,8 % le mois précédent. Cette tendance est notamment liée à un effet calendaire (12 étant une année bissextile) et un moindre recours au chauffage en février 13 par rapport à février 12. Bien qu elle soit inférieure à la moyenne de référence, la température moyenne de février 13 est en effet nettement supérieure à celle de février 12 qui avait battu des records de froid (+ 1,9 C). Avec une baisse plus prononcée de la consommation par rapport à la production, le taux d indépendance énergétique gagne 2,8 points. Mesurée en cumul sur les douze derniers mois, ce taux s établit à 48,6 %, soit,6 point en moins que la période précédente. à 48,6 %, soit,6 point de moins que la période précédente. En données corrigées des variations saisonnières, climatiques, et des jours ouvrables (CVS-CVC-CJO), la consommation d énergie primaire progresse légèrement pour le deuxième mois consécutif (+,9 % entre janvier et février, après + 1,3 % entre décembre et janvier). Cette tendance masque une évolution contrastée entre les différentes énergies : baisse du charbon et du pétrole, à un rythme plus prononcé pour le premier (respectivement de - 2,2 % et - 1,2 %) et hausse de l électricité et surtout du gaz, respectivement de 1,1 % et 5,8 %. La facture énergétique française du mois de janvier est en forte hausse par rapport à celle du mois de décembre (+ 15,6 %) : à 6,2 milliards d euros, elle affiche un niveau qui n a pas été enregistré depuis le record du mois d août. Mesurée en cumul sur les douze derniers mois, elle dépasse les 69 milliards d euros. La forte diminution du pétrole et du gaz naturel se traduit par une baisse sensible des émissions de CO 2 liées à la combustion d'énergie (- 1,9 % en données brutes et en glissement annuel). Mesurées en moyenne sur les douze derniers mois, entre mars 12 et février 13, elles augmentent légèrement, de,4 % par rapport à la même période de l année précédente. Consommation et production d'énergie primaire*, indépendance énergétique et émissions de CO 2 En milliers de tep Février 13 Énergie primaire Production nationale d'énergie primaire ,2 - charbon (produits de récupération) 1 4,2,1 - pétrole 69 4,4,6 - gaz naturel 31-13,2,3 - nucléaire (brut) ,9 92,5 - hydraulique et éolien (brut) 71 31, 6,5 Consommationn d'énergie primaire réelle ,1 - charbon ,7 4,8 - pétrole ,8 27,5 - gaz naturel ,7 22,6 - électricité ,3 45,1 Taux d'indépendance énergétique (%) 46,4 2,8 Émissions de CO 2 dues à l'énergie (milliers de t CO 2) ,9 * Hors énergies renouvelables thermiques. Source : calcul SOeS, d après les données mensuelles disponibles par énergie Service de l observation et des statistiques

2 Taux d indépendance énergétique moyen (série brute en année mobile) 5, 49,5 49, 48,5 48, 47,5 47, 46,5 46, 45,5 45, janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 janv-14 Source : calcul SOeS, d après les données mensuelles disponibles par énergie Émissions de CO 2 liées à la combustion d énergie (série brute, en moyenne sur 12 mois) Indice base en 5 Évolution de la consommation d'énergie primaire*, par énergie, et des émissions de CO 2 Énergie primaire M/M-1 M-1/M-2 M-2/M-3 Consommation d'énergie primaire,9 1,3-2,7,4 - charbon -2,2 32,8-7,4 2,7 - pétrole -1,2 -,7-3,1-4,7 - gaz naturel 5,8 2,5 -,4 9,4 - électricité 1,1 -,5-2,8,8 Émissions de CO 2 liées à la combustion d'énergie,8 1,5-3,8,8 * Énergie primaire mesurée en tep. Source : calcul SOeS, d après les données mensuelles disponibles par énergie Corrigées des variations saisonnières, climatiques et des jours ouvrables, les émissions de CO 2 liées à la combustion d énergie sont en hausse de,8 % entre janvier et février Note de lecture : en moyenne sur les douze derniers mois, les émissions sont à environ 9 % de leur niveau de référence de 5. Source : calcul SOeS, d après les données mensuelles disponibles par énergie Corrigée des variations saisonnières, climatiques et des jours ouvrables, la consommation d énergie primaire augmente de,9 % entre janvier et février, après + 1,3 % entre décembre et janvier. Après conversion en tonne équivalent pétrole, l évolution par type d énergie est contrastée. La consommation de charbon baisse de 2,2 % entre janvier et février, après une forte progression entre décembre et janvier. Celle des produits pétroliers décroit de 1,2 % sur un mois. Du côté des carburants routiers, on observe une stabilité entre janvier et février (+,2 %, après - 1,5 % un mois auparavant), avec une légère baisse des supercarburants (-,7 %) et une faible hausse du gazole (+,4 %). La consommation de gaz naturel croît en revanche pour le deuxième mois consécutif (+ 5,8 % entre janvier et février, après + 2,5 % entre décembre et janvier), principalement du fait des petits clients reliés au réseau de distribution. Enfin, la consommation primaire d électricité augmente de 1,1 % sur un mois en février, après -,5 % en janvier. Consommation d énergie primaire, par énergie Indice base en 5 janv-8 janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 janv-14 Les combustibles minéraux solides La consommation totale de charbon (combustibles minéraux solides) est légèrement supérieure à celle de février 12 (+ 2,2 %). À un peu plus de 1,8 million de tonnes (Mt), il s agit du plus haut niveau atteint en février depuis 7. Bilan mensuel des combustibles minéraux solides En milliers de tonnes Combustibles minéraux solides * Produits de récupération provenant des anciennes mines de charbon (schistes des terrils houillers du Nord et du Gard, schlamms issus de bassins de décantation en Moselle). Sources : calcul SOeS d après EDF, Snet, FFA et Douanes Importations totales ,5 Production nationale * 25 4,2 Variations de stocks -243 Février 13 Exportations totales 4-83,3 Consommation totale réelle ,2, dont : - centrales électriques ,5 56,9 - sidérurgie 474 3,7 25,9 La consommation de charbon vapeur pour la production d électricité (plus d un million de tonnes) est encore plus forte en février 13 qu en février 12 (+ 2,5 %), malgré l effet calendaire (12 étant une année bissextile) et les températures moins froides qu il y a un an. Les baisses de prix du charbon vapeur et la chute des cours des quotas d émission de CO 2 jouent toujours en faveur de la compétitivité des centrales au charbon par rapport aux centrales à gaz et au fioul. 4 janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 janv-14 Charbon Pétrole Gaz naturel Électricité Source : calcul SOeS, d après les données mensuelles disponibles par énergie 2 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

3 Consommation de combustibles minéraux solides * Indice base en janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 janv-14 Total Centrales électriques Sidérurgie * Pour les combustibles minéraux solides, les tests n ont révélé aucune saisonnalité ou effet climatique marqués. En conséquence, rien ne distingue ces séries brutes de séries CVS-CVC-CJO. Sources : calcul SOeS d après EDF, Snet et FFA La consommation de charbon dans la sidérurgie (474 milliers de tonnes - kt) est un peu supérieure à celle des trois années précédentes, mais elle reste très en deçà de ce qu elle était avant la crise de la fin 8 (autour de kt). La morosité de la conjoncture dans les principaux secteurs consommateurs d acier (BTP, mécanique, automobile) explique toujours cette tendance. La reprise de la demande dans les centrales électriques, entamée au printemps 12, a conduit les opérateurs à augmenter leurs importations de charbon (+ 8 % en cumul sur les douze derniers mois pour l ensemble des produits charbonniers) et à puiser dans leurs stocks : -,9 Mt en un an. Le niveau des stocks à la fin février atteint 5,7 Mt au total, majoritairement du charbon à destination des centrales électriques. Les produits pétroliers La consommation totale réelle de produits pétroliers est historiquement faible pour un mois de février. Elle s établit à 6,4 Mt, alors qu elle se situait entre 7 Mt et 7,5 Mt chaque année en février depuis 7. La consommation recule tendanciellement depuis plusieurs années, et affiche en outre un net recul en février (- 11,8 % sur un an) qui touche quasiment tous les produits. Il est vrai que février 12 était un mois exceptionnel, avec des températures très basses favorables aux ventes de fioul domestique et de GPL notamment. À cela s ajoute un effet calendaire (février 12 comporte un jour de plus par rapport à février 13). Avec la hausse des prix quasi continue depuis quelques années et la faiblesse de l activité économique, les livraisons de carburants routiers semblent reculer durablement et sont au plus bas en février. La part de marché des carburants les moins chers progresse en février 13 : le gazole représente 84,2 % des ventes de carburants routiers et le SP95-E1 28,4 % des ventes de supercarburants (contre respectivement 83,4 % et 21,8 % il y a un an). Les livraisons de fioul domestique et gazole non routier diminuent de 23,3 %, notamment du fait d un moindre recours au chauffage. Production et consommation de produits pétroliers En milliers de tonnes Production nationale (2) Consommation totale réelle dont : - total carburants routiers dont : supercarburants gazole - bases pétrochimiques Produits pétroliers (1) - fioul domestique et gazole non routier (3) - carburéacteurs - GPL Février , ,8, ,7 47, ,7 7, ,7 4, ,3 17, ,8 6,6 2-19,6 3,4 6-7, 1,3 (1) hors soutes maritimes. (2) Pétrole brut et hydrocarbures extraits du gaz naturel. (3) Le gazole non routier remplace obligatoirement le fioul domestique depuis le 1 er mai 11 pour certains engins mobiles non routiers et depuis le 1 er novembre 11 pour les tracteurs agricoles, avec les mêmes spécifications que celles du gazole routier, exceptée sa coloration. Sources : calcul SOeS d après CPDP et DGEC Évolution mensuelle de la consommation des produits pétroliers Produits pétroliers M/M-1 M-1/M-2 M-2/M-3 Consommation totale -1,2 -,7* -3,1-4,7 dont : - total carburants routiers,2-1,5-1,9 -,6 dont : supercarburants -,7,7-6,5-5, gazole,4-1,9 -,9,4 - fioul domestique et gazole non routier,5 4,4-14,2 -,1 - carburéacteurs 8,9-12,4,2-5, - GPL -,6-8,5,6-5,9 - bases pétrochimiques 1,4 18,3 18,1-7,2 * Révision exceptionnelle, liée principalement au coke de pétrole. Source : calcul SOeS d après CPDP Corrigée des variations saisonnières, climatiques, et des jours ouvrables, la consommation de produits pétroliers se replie de 1,2 % entre janvier et février, après -,7 % entre décembre et janvier. Cette évolution est notamment liée au recul du GPL et des supercarburants. Après deux mois de baisse, les ventes de gazole progressent faiblement (+,4 %), de même que celles de l ensemble fioul domestique et gazole non routier (+,5 %). Enfin, les ventes de carburéacteurs qui avaient chuté en janvier (- 12,4 %) se redressent en février (+ 8,9 %). Consommation de produits pétroliers Indice base en 5 janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 janv-14 Total produits pétroliers Carburants routiers Source : calcul SOeS d après CPDP Gazole Supercarburants Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques 3

4 Le gaz naturel Les importations nettes de gaz 1 s élèvent à 4,2 TWh en février 13, en net repli pour le deuxième mois consécutif (- 1,1 % en février en glissement annuel après - 7,5 % en janvier). Les entrées de GNL diminuent fortement depuis novembre 11 pour atteindre - 49 % entre février 12 et février 13 (13,8 % du total des importations, contre 24,5 % un an auparavant). En effet, les cargaisons de GNL disponibles sur le marché spot se tournent davantage vers le marché asiatique où les prix sont plus attractifs. Avec un total de,4 TWh, la production nationale de gaz poursuit sa baisse tendancielle (- 13,2 % sur un an) pour le dixième mois consécutif. Bilan mensuel du gaz naturel En TWh PCS Gaz naturel Février 13 Importations nettes 4,2-1,1 Production nationale,4-13,2 Soutirages des stocks* 27,3-19,9 Consommation totale (hors pertes) réelle 68,7-14,7, dont : - gros clients reliés au réseau de transport 17, -17,7 24,7 dont clients CCCG** 2,5-43,5 3,6 - résidentiel-tertiaire, petite industrie 51,7-13,6 75,3 * Positif quand on soutire des quantités des stocks pour les consommer, négatif quand on remplit les stocks. ** Centrales à cycle combiné au gaz. Sources : SOeS, d après GRT-gaz, TIGF, Storengy, Elengy et FOSMax LNG Après une très forte progression en janvier, le soutirage saisonnier des stocks connaît un net ralentissement (- 19,9 % par rapport à février 12). Toutefois le niveau des stocks utiles relevé fin février 13 (36,1 TWh) est le plus bas jamais atteint depuis février 5. reliés au réseau de transport poursuit sa baisse entamée en mai dernier (- 17,7 % en février sur un an), et plus particulièrement la consommation des centrales à cycle combiné au gaz (CCCG, - 43,5 %), toujours moins sollicitées, en raison d une meilleure compétitivité du prix du charbon. Hors CCCG, la baisse de la consommation des clients reliés au réseau de transport est de 1,8 % sur un an Corrigée des variations saisonnières, climatiques, et des jours ouvrables, la consommation totale enregistre une nette hausse en février par rapport à janvier (+ 5,8 %), après + 2,5 % entre décembre et janvier et une stagnation entre novembre et décembre. Les gros clients reliés au réseau de transport voient leur consommation progresser de nouveau (+ 3,7 % sur un mois), après une stagnation entre décembre et janvier. La hausse de la consommation des petits clients reliés au réseau de distribution, quant à elle, est plus prononcée (+ 7, % sur un mois), après + 3,8 % entre décembre et janvier. Consommation totale (hors pertes) de gaz naturel Sources : SOeS, d après GRT-gaz et TIGF 11 Gaz naturel M/M-1 M-1/M-2 M-2/M-3 Consommation totale (hors pertes) 5,8 2,5 -,4 9,4 dont : - gros clients reliés au réseau de transport 3,7,3 4,6 5,4 - résidentiel-tertiaire, petite industrie 7, 3,8-3, 11,7 Consommation totale (hors pertes) de gaz naturel Indice base en 5 Variations de stocks et livraisons aux consommateurs En TWh mars-9 mars-1 mars-11 mars-12 mars-13 Livraisons sur le réseau de distribution Déstockage net Stocks utiles janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 janv-14 Consommation totale Gros clients reliés au réseau de transport Résidentiel-tertiaire, petite industrie Sources : SOeS, d après GRT-gaz et TIGF Sources : SOeS, d après GRT-gaz, TIGF, Storengy, Elengy et FOSMax LNG La consommation totale réelle 2 de gaz atteint 68,7 TWh en février 13, en baisse de 14,7 % par rapport à février 12, mois qui comptait 29 jours, ce qui accentue la baisse. La consommation des petits clients reliés au réseau de distribution recule sensiblement en février (- 13,6 % sur un an), en raison notamment d un moindre recours au chauffage dans le secteur résidentiel-tertiaire, février 13 ayant été certes froid (- 1,7 C par rapport à la moyenne de référence) mais moins cependant que février 12 (+ 1,9 C de plus en moyenne). De même la consommation des gros clients 1 Il s'agit des entrées nettes de gaz sur le territoire français, donc exportations déduites et hors transit. 2 Il s agit de la consommation totale hors pertes (transport, distribution, stockage ). 4 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

5 L électricité En février 13, la production totale d électricité atteint 52,2 TWh, en baisse de 3,7 % par rapport au mois de février 12. La production nucléaire est en net retrait en février (- 4,9 % en glissement annuel), à 36,7 TWh. Sa part dans la production totale d électricité atteint son plus bas niveau depuis dix ans (7,4 %) pour un mois de février. La production hydraulique, après une stagnation en janvier, enregistre de nouveau une très forte hausse en février (+ 31,6 % sur un an). Il s agit de la plus forte production hydraulique observée pour un mois de février depuis l année 3. Sa part dans la production totale atteint 13 %. La production éolienne, après une baisse en janvier, retrouve en février un rythme de croissance soutenu (+ 28,1 % en glissement annuel). Sa part dans la production totale d électricité atteint 2,7 %. Production d électricité, échanges et énergie appelée En GWh Électricité Février 13 Production d'électricité nette ,7, dont : production primaire ,1 86,1 dont : - nucléaire ,9 7,4 - hydraulique (yc pompages) ,6 13, - éolienne (*) ,1 2,7 production thermique classique , 13,9 L énergie appelée réelle s établit à 49,5 TWh en février 13, en baisse de 8,9 % en glissement annuel. Cette tendance touche l ensemble des catégories de tension (haute, moyenne et basse) et s explique en partie par un effet calendaire (12 étant une année bissextile). À cela s ajoute, en particulier pour la consommation en basse tension, un effet climatique : la température moyenne de février 13, bien qu inférieure de 1,7 C à la moyenne de référence, est supérieure de 1,9 C à celle de février 12 qui fut un mois exceptionnellement froid. Le solde des échanges s établit à 2,2 TWh. Par rapport à février 12, mois où le solde avait été exceptionnellement importateur de,5 TWh, les importations ont reculé de 51 % et les exportations ont progressé de 43 % en février 13. Corrigée des variations saisonnières, climatiques, et des jours ouvrables, l énergie appelée augmente de 2,7 % en février par rapport à janvier. Les consommations en basse, moyenne et haute tension progressent au même rythme. Les consommations en haute tension poursuivent leur hausse pour le sixième mois consécutif. Énergie appelée Électricité M/M-1 M-1/M-2 M-2/M-3 Énergie appelée réelle (yc pertes) 2,7 3,3-1,3 4, dont : - basse tension 2,8 4,6-3,2 6,1 - moyenne tension 2,6 3, -1,1 4,5 - haute tension 2,8,9 2,8-1,1 Sources : SOeS, d après RTE, ErDF et EDF Solde : exportations - importations Pompages (énergie absorbée) ,3 Énergie appelée réelle (yc pertes) ,9, dont : - basse tension , 47,2 - moyenne tension ,6 29,4 - haute tension ,6 13,4 (*) estimation fragile pour le dernier mois. Sources : SOeS, d après RTE, EDF, ErDF, Snet et CNR La forte sollicitation des moyens de production d électricité issus des énergies renouvelables a limité le recours aux centrales thermiques classiques (à l exception de la filière charbon). Au total, leur production recule de 22 % par rapport à février 12 et leur part dans la production totale redescend à 13,9 %. Énergie appelée Indice base en 5 Production d électricité par filière En TWh janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 janv-14 Énergie appelée Basse tension Moyenne tension Haute tension Sources : SOeS, d après RTE, ErDF et EDF janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 Éolienne Hydraulique Nucléaire Thermique classique Sources : SOeS, d après RTE, ErDF, EDF, Snet et CNR Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques 5

6 Les prix et les cotations des énergies En février, le cours du pétrole brut (Brent daté) poursuit sa hausse pour le deuxième mois consécutif. En moyenne sur le mois, le baril gagne plus de 3 dollars par rapport à janvier (+ 2,8 %, après + 3,2 % entre décembre et janvier) et s établit à 116,1 $, soit le plus haut niveau atteint depuis le mois de mai 12. Mesurée en euros, la hausse du baril s atténue légèrement (+ 2,3 % en février par rapport à janvier, après + 1,8 % le mois précédent), en raison d une dépréciation du dollar par rapport à la monnaie européenne. En moyenne sur les douze derniers mois, entre mars 12 et février 13, le cours du Brent recule en dollars et progresse en revanche en euros, respectivement de - 1,9 % et + 5,2 %, du fait d une appréciation du dollar face à l euro sur cette période (+ 7,2 %). Exprimé en dollar, le prix spot du gaz naturel sur le marché NBP à Londres est à peine supérieur à son niveau de janvier (+,6 %, à 1,8 US$/MBtu). Le prix moyen spot de l électricité poursuit sa hausse entamée le mois précédent : + 7,6 % en février par rapport à janvier, après +,6 % entre décembre et janvier, à 54,5 /MWh. Prix à la consommation En /l 2, 1,8 1,6 1,4 1,2 1,,8,6,4 janv-9 juil-9 Source : DGEC janv-1 juil-1 janv-11 juil-11 SP95 Gazole FOD janv-12 juil-12 janv-13 juil-13 janv-14 Prix et cotations des énergies Cotation Février 13 Janvier 13 Valeur Valeur % Valeur %* US$ en (courant),749,753 -,5,776 7,2 Brent daté ($/bl) 116,1 112,9 2,8 111,6-1,9 Brent daté ( /bl) 87, 85, 2,3 86,5 5,2 Gaz - Spot NBP (US$/MBtu) 1,8 1,7,6 1, 1,5 Electricité - Spot Base EPEX** ( /MWh) 54,5 5,6 7,6 45,5-1, Charbon vapeur - Spot NWE*** (US$/t) 87,7 86,4 1,6 89,9-24, Prix à la consommation Moyenne des 12 derniers mois SP95 ( /l) 1,6 1,6 3,4 1,6 3,4 Gazole ( /l) 1,4 1,4 2, 1,4 2,8 Fioul domestique ( /l) 1, 1, 2,9 1, 6,4 * Variation par rapport à la période similaire de l année précédente. ** European Power Exchange. *** North West Europe. Sources : DGEC / Reuters, Epex (électricité), McCloskey (charbon vapeur) Les prix moyens mensuels à la consommation affichent une hausse généralisée : en février 13, le prix du gazole augmente par rapport à janvier, presque au même rythme que le mois précédent (+ 2 %). Il gagne 3 c pour s établir à 1,41 le litre. La progression du prix du SP95 en février est également comparable à celle connue entre décembre et janvier, mais à un rythme plus prononcé que celui du gazole (+ 3,4 %, à 1, /l). Ainsi le différentiel SP95 / gazole s accentue pour atteindre c le litre en moyenne en février. Enfin, la hausse touche également le fioul domestique, dont le prix mensuel moyen est de,99 le litre en février, soit 3 c de plus qu en janvier. Il faut remonter à avril 12 pour retrouver un niveau équivalent. Prix moyen* mensuel du baril de pétrole, en $US et en et prix spot du gaz en $US $US ou euro/bl $US/Mbtu** 28 janv-6 janv-7 janv-8 janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 janv-14 Prix du baril du Brent daté en $US/bl Prix du baril de Brent en euro Prix spot du gaz NBP*** (US$/MBtu, échelle de droite) * Prix courants. ** Mbtu : million British termal unit (1 Mbtu = 293 kwh). *** National Balancing Point pour livraison dans un mois (bourse de Londres). Sources : DGEC / Reuters Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

7 La facture énergétique (janvier 13) En janvier, le prix moyen du pétrole brut importé en France s élève à 64 la tonne, soit une baisse de 1,1 % par rapport à décembre, après deux mois consécutifs de quasi-stabilité. Le prix des produits pétroliers raffinés augmente en revanche de 2 % entre décembre et janvier, après avoir été en retrait au cours des trois mois précédents. Prix moyens mensuels des énergies importées En /t janv-8 janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 Pétrole brut Produits pétroliers raffinés CMS Sources : calcul SOeS, d après Douanes. s exportées de produits pétroliers raffinés et d électricité Indice base en janv-8 janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 Produits pétroliers raffinés Sources : calcul SOeS, d après Douanes. Électricité (exportations nettes) Facture énergétique mensuelle de la France En M courants Les quantités importées de pétrole brut croissent fortement en janvier, de 28 % par rapport à décembre, après avoir enregistré une baisse sensible entre novembre et décembre. Le solde importateur des produits pétroliers est également orienté à la hausse, de 7,9 % entre décembre et janvier, après + 4 % un mois auparavant. La hausse sensible des quantités importées se répercute sur la facture pétrolière (brut et produits raffinés), dont le montant frôle les 5 milliards d euros, soit une progression de 22 % entre décembre et janvier. Le gaz voit sa facture reculer de 3,1 % sur la même période, pour un total de 1,3 milliard d euros. Quant à l électricité, son excédent commercial en cumul sur les douze derniers mois, entre février 12 et janvier 13, diminue d environ un milliard par rapport à la même période de l année précédente, pour un total de 1,8 Md d euros. s importées de pétrole, de combustibles minéraux solides et de gaz naturel Indice base en janv-8 janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 Pétrole brut Gaz naturel Produits pétroliers raffinés CMS Sources : calcul SOeS, d après Douanes janv-8 janv-9 janv-1 janv-11 janv-12 janv-13 Pétrole brut CMS Electricité Sources : calcul SOeS, d après Douanes Produits pétroliers raffinés Gaz naturel Total Entre décembre et janvier, la facture énergétique mensuelle augmente sensiblement, de 15,6 %, pour atteindre 6,2 milliards d euros. Il faut remonter à août 12, mois où la facture avait enregistré un record historique, pour retrouver un niveau supérieur. Mesurée en cumul sur les douze derniers mois, entre février 12 et janvier 13, elle dépasse les 69 milliards d euros. Facture énergétique et prix moyens à l importation en France Facture énergétique (Md ) * Variation par rapport à la période similaire de l année précédente. Sources : calcul SOeS, d après Douanes Cumul des 12 Janvier 13 Décembre 12 derniers mois Valeur Valeur % Valeur %* Importations totales (I) 7,6 6,9 1,9 87,1 8,1 dont : - CMS (combustibles minéraux solides),2,2-11, 2,4 -,2 - pétrole brut 3,1 2,5 26,7 36,9-2,8 - produits pétroliers raffinés 2,8 2,8 3,2 32, 21,9 - gaz naturel 1,3 1,4-2,5 14,3 9,5 Exportations totales (E) 1,5 1,5-5,3 18, -2,9 dont : - produits pétroliers raffinés 1, 1,1-4,9 13,5 1,4 - électricité,3,3,5 3,3-8, Facture énergétique (I-E) 6,2 5,3 15,6 69,2 11,3 dont : - pétrole brut et produits raffinés 4,9 4, 22, 55,2 8,9 - gaz naturel 1,3 1,3-3,1 13,5 14, - électricité -,2 -,2-2,2-1,8-32, Prix moyens à l'importation (US$ ou ) Moyenne des 12 Janvier 13 Décembre 12 derniers mois Valeur Valeur % Valeur %* Pétrole brut importé ($/bl) 116,1 115,8,2 114,3, Pétrole brut importé ( /t) 64,3 647,2-1,1 65,7 7,6 Produits pétroliers raffinés importés ( /t) 717,7 73,3 2, 729,7 13,5 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques 7

8 Méthodologie Champ et sources L'énergie primaire et la correction climatique (voir définitions) L'énergie primaire est calculée à partir de toutes les données mensuelles disponibles des énergies, c est-à-dire hors énergies renouvelables thermiques et déchets (bois-énergie, déchets urbains renouvelables ). Source SOeS - Météo-France pour les températures moyennes journalières Les combustibles minéraux solides Importations et exportations : DGDDI jusqu au mois précédent, estimation SOeS pour le mois le plus récent. Production : Snet (Société nationale d électricité et de thermique, filiale d EON-France). Consommation des centrales électriques : Snet et EDF. Consommation de la sidérurgie : FFA (Fédération française de l acier), estimation SOeS pour le mois le plus récent. Consommation des autres secteurs industriels : estimation SOeS. Stocks : EDF, Snet, FFA. Les produits pétroliers Production nationale : Medde / DGEC (Direction générale de l énergie et du climat). Consommation : CPDP (Comité professionnel du pétrole). Le gaz Les données proviennent de l enquête mensuelle sur la statistique gazière du SOeS, effectuée auprès des opérateurs d infrastructures gazières et des principaux fournisseurs de gaz naturel sur le marché français. L'électricité Les données de production proviennent des principaux producteurs en France : EDF, CNR et Snet. Les données d échanges extérieurs proviennent de RTE. Les données de consommation proviennent d'edf (ERDF), et de RTE. Prix et cotations DGEC - Reuters et NBP (National Balancing Point) pour les cotations du pétrole et du gaz. Epex pour les prix spot de l électricité et McCloskey pour les prix spot du charbon. La facture énergétique : DGDDI (Prodouane) pour la valeur des importations et exportations. Banque de France pour la parité du dollar. Révision des données Les données du dernier mois sont provisoires et peuvent donner lieu à des révisions, parfois importantes. C est notamment le cas de la consommation de quelques produits pétroliers (en particulier coke de pétrole, base pétrochimiques, GPL), des importations et consommations de charbon hors centrales électriques. Définitions L'énergie primaire est l'énergie tirée de la nature (du soleil, des fleuves ou du vent) ou contenue dans les produits énergétiques tirés de la nature (comme les combustibles fossiles ou le bois) avant transformation. Par convention, l'énergie électrique provenant d'une centrale nucléaire est également une énergie primaire (convention internationale AIE). La consommation d'énergie primaire correspond à la consommation d'énergie de tous les acteurs économiques. Elle s oppose à la consommation d'énergie finale, qui correspond à la consommation des seuls utilisateurs finals, ménages ou entreprises autres que celles de la branche énergie. L'énergie finale peut être une énergie primaire (consommation de charbon de la sidérurgie par exemple) ou non. L'écart entre les consommations d'énergie primaire et secondaire correspond à la consommation de la branche énergie. Il s'agit pour l'essentiel des pertes de chaleur liées à la production d'électricité. Le taux d indépendance énergétique est le ratio de la production nationale d énergie primaire sur la consommation d énergie primaire réelle (non corrigée du climat). Le pouvoir calorifique supérieur (PCS) donne le dégagement maximal théorique de chaleur lors de la combustion, y compris la chaleur de condensation de la vapeur d eau produite lors de la combustion. À l'inverse, le pouvoir calorifique inférieur (PCI) exclut de la chaleur dégagée la chaleur de condensation de l eau supposée rester à l état de vapeur à l issue de la combustion. En pratique, le rapport PCI / PCS est de l ordre de 9 % pour le gaz naturel, de 91 % pour le gaz de pétrole liquéfié, de % pour les autres produits pétroliers et de 95 % à 98 % pour les combustibles minéraux solides. 8 Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

9 Combustibles minéraux solides (CMS) : dans le présent «Chiffres & statistiques», le terme «charbon» est utilisé pour désigner l'ensemble des CMS qui regroupent le charbon à l état brut et les produits solides issus de sa transformation. Les produits bruts couvrent les produits de récupération, le lignite et la houille, dont le charbon vapeur est une variété utilisée pour la production d'électricité et/ou de chaleur. Les produits solides transformés à partir du charbon sont le coke et les agglomérés. Le coefficient de disponibilité nucléaire (Kd) : ratio entre la capacité de production réelle et la capacité de production théorique maximale. Le Kd, qui ne prend en compte que les indisponibilités techniques, à savoir les arrêts programmés, les indisponibilités fortuites et les périodes d essais, caractérise la performance industrielle d une centrale. Émissions de CO 2 liées à la combustion d énergie Les émissions de CO 2 calculées dans ce «Chiffres & statistiques» sont celles issues de la combustion d énergie fossile. Elles représentent près de 95 % des émissions totales de CO 2 et environ 7 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). Le calcul du SOeS consiste à appliquer des facteurs d émissions moyens aux consommations d énergies fossiles (produits pétroliers, gaz et combustibles minéraux solides), hors usages non énergétiques des produits pétroliers (pour le gaz naturel, il n est pas possible d estimer ces usages en mensuel). En revanche, les inventaires officiels (données annuelles) en matière d émissions de GES, et de CO 2 en particulier, font appel à une méthodologie beaucoup plus complexe, nécessitant des données plus détaillées. Comparées à un inventaire officiel, ces estimations présentent d autres différences de périmètre, tel que la non prise en compte des DOM, des énergies renouvelables thermiques ou encore la prise en compte des soutes aériennes internationales. Correction des variations saisonnières, climatiques, et des jours ouvrables (CVS-CVC-CJO) Bien souvent, les séries sont sensibles aux saisons, à la météorologie et au nombre de jours ouvrables. Ainsi la consommation des énergies utilisées pour le chauffage est plus élevée l hiver que l été et augmente d autant plus que les températures sont basses. L énergie consommée pour le chauffage au cours d une journée est proportionnelle au nombre de «degrés-jours», c est-à-dire à l écart entre la température moyenne de la journée et un seuil fixé à 17 C, lorsque la température est inférieure à ce seuil. À titre d'exemple, en dessous de 17 C, une baisse d un degré de la température conduit à une consommation supplémentaire de gaz distribué de l ordre de 1,25 TWh par mois. La série corrigée des variations saisonnières, climatiques et des jours ouvrables (CVS-CVC-CJO), construite à partir de la série initiale dite «série brute», permet de neutraliser l effet des saisons, de la météorologie et des jours ouvrables pour faire ressortir à la fois les tendances de fond et les évolutions exceptionnelles. Contrairement au «glissement annuel» où pour éliminer la saisonnalité, on compare un mois avec le même mois de l année précédente, la série CVS CVC permet de comparer directement chaque mois avec le mois précédent. Cela lui confère deux avantages. D une part, l interprétation d un mois ne dépend que du passé récent et non d événements survenus jusqu à un an auparavant. D autre part, on détecte tout de suite les retournements et on mesure correctement les nouvelles tendances sans retard. La série CJO permet de neutraliser l impact des nombres inégaux de jours ouvrables d un mois à l autre, de la même façon que la série CVS CVC neutralise l impact des différentes saisons et du climat. La combinaison des CVS-CVC-CJO permet de fournir une information sur l évolution instantanée des phénomènes économiques, abstraction faite des phénomènes calendaires explicables naturels. Pour en savoir plus, consulter le site rubrique Glossaire (au pied de la page d accueil). La nouvelle valeur de la série brute est intégrée chaque mois dans le calcul des profils historiques. Les coefficients saisonniers ainsi que les coefficients climatiques et la correction des jours ouvrables sont donc réestimés chaque mois, ce qui peut faire réviser très légèrement la série CVS-CVC-CJO. La structure des modèles est validée une fois par an. Les séries CVS-CVC-CJO sont désaisonnalisées par le SOeS. Certaines séries ne présentent pas de saisonnalité, de sensibilité au climat ou aux jours ouvrés détectable. C est le cas pour les combustibles minéraux solides notamment. La correction des variations saisonnières, climatiques et des jours ouvrables est faite au niveau le plus fin des séries, les séries d ensemble étant obtenues par agrégation des séries élémentaires. Diffusion Les séries longues sont disponibles dans la base de données Pégase accessible sur le site rubrique Données en ligne / Énergies et climat / Pégase. Didier CADIN Bernard KORMAN Sami LOUATI Chiffres & statistiques Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques Tour Voltaire 955 La Défense cedex Mel : developpementdurable.gouv.fr Télécopie : (33/) Directeur de la publication Sylvain Moreau ISSN : SOeS 13

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

tél. 02 277 51 11 Pour les appels en provenance de l étranger : tél. + 32 2 277 51 11

tél. 02 277 51 11 Pour les appels en provenance de l étranger : tél. + 32 2 277 51 11 Le marché de l énergie en 2010 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès 50 1210 Bruxelles N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be tél. 02 277 51

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE 600 550 500 450 400 350 300 En euros constants indice base 100 en 1973 PRIX DES ÉNERGIES Prix du pétrole

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004 BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport Final Novembre 26 Visa 5/489/NOLL pour le compte du Ministère de la Région Wallonne DGTRE BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport final Novembre

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Le développement des technologies propres et économes ; La lutte contre les nuisances sonores.

Le développement des technologies propres et économes ; La lutte contre les nuisances sonores. CHIFFRES CLÉS www.ademe.fr Dans le cadre de la politique définie par le gouvernement, l ADEME a pour mission de susciter, animer, coordonner, faciliter et, le cas échéant, réaliser toutes opérations ayant

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014

Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014 COMMISSARIAT Général au développement durable n 621 Mars 2015 Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES transport Les prix du transport

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Production et de consommation d énergie en région Centre. Note méthodologique

Production et de consommation d énergie en région Centre. Note méthodologique Production et de consommation d énergie en région Centre Note méthodologique Cette note méthodologique accompagne la mise à disposition de données à l échelle de la région Centre de production et de consommation

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 1 L ÉVÉNEMENT 2014 : FORTE BAISSE DU PRIX DU BARIL Source : UFIP avec des données Reuters 2 1 Marchés

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 68 Septembre 2009 Indices des prix des travaux d entretien-amélioration de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

Marchés. Le fonctionnement des marchés de gros de l électricité, du CO 2 et du gaz naturel. Rapport 2011-2012

Marchés. Le fonctionnement des marchés de gros de l électricité, du CO 2 et du gaz naturel. Rapport 2011-2012 Marchés Le fonctionnement des marchés de gros de l électricité, du CO 2 et du gaz naturel Rapport 2011-2012 Novembre 2012 Sommaire Introduction...2 Synthèse...4 SECTION I - Les marchés de gros de l électricité...

Plus en détail

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Cahier des indicateurs électricité Evolution des prix de l électricité Développement du négoce en France Indicateurs relatifs aux fondamentaux

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L ENERGIE. Chiffres clés 2010 60%

OBSERVATOIRE DE L ENERGIE. Chiffres clés 2010 60% OBSERVATOIRE DE L ENERGIE Chiffres clés 2010 20% 80% 60% 40% Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès 50 1210 BRUXELLES N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Bilan électrique 2014

Bilan électrique 2014 Bilan électrique 214 Edition du 29/1/215 215 RTE Réseau de transport d électricité RTE Réseau de transport d électricité se réserve le droit de revendiquer les droits attachés à sa qualité d auteur et

Plus en détail

Introduction... 3 Le marché de gros de l électricité... 4. Le marché de gros du gaz... 30. Glossaires... 54

Introduction... 3 Le marché de gros de l électricité... 4. Le marché de gros du gaz... 30. Glossaires... 54 SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de gros de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Activité sur le marché de gros français... 6 3. Prix sur le marché de gros français et comparaison européenne...

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats. d économie d énergie

Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats. d économie d énergie Octobre 2006 Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats d économie d énergie 1) Origine et objectif : C est en Angleterre, puis en Italie que le dispositif des certificats d économie

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Consultation publique Evolution de l ATS et des obligations de stockage. Annexe

Consultation publique Evolution de l ATS et des obligations de stockage. Annexe Consultation publique Evolution de l ATS et des obligations de stockage Annexe 1 Le parc de stockage français est constitué de nombreux stockages saisonniers. Les stockages souterrains de gaz naturel sont

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU Conversions d'énergie thermique APERÇU Aux fins de constance et de comparaisons, toutes les mesures de rendement énergétique des rapports Portfolio Manager sont exprimées soit en milliers d unités thermiques

Plus en détail

Evolution de la fiscalité des carburants

Evolution de la fiscalité des carburants Evolution de la fiscalité des carburants Comité pour la fiscalité écologique 16 mai 2013 Scénarios étudiés Scénario 1 : alignement complet de la TICPE gazole sur le super (18 c /l) sur 9 ans (2 c /l/an),

Plus en détail

Les marchés de l énergie et la macroéconomie

Les marchés de l énergie et la macroéconomie Les marchés de L énergie et La macroéconomie Les marchés de l énergie et la macroéconomie v. baugnet d. dury (1) Introduction L énergie joue un rôle primordial dans le fonctionnement des économies, notamment

Plus en détail

Réalisation. Diffusion

Réalisation. Diffusion Édition 2004 Édition 2004 Réalisation Cette publication a été préparée par la Direction des politiques et des technologies de l énergie, Secteur de l énergie et des changements climatiques, ministère

Plus en détail

Optimisation de l équilibre offre-demande, rôle des interconnexions et impact de l arrêt du nucléaire allemand pour EDF

Optimisation de l équilibre offre-demande, rôle des interconnexions et impact de l arrêt du nucléaire allemand pour EDF Optimisation de l équilibre offre-demande, rôle des interconnexions et impact de l arrêt du nucléaire allemand pour EDF 07 juin 2011 Philippe TORRION Directeur Optimisation Amont/Aval et Trading Sommaire

Plus en détail

Communication de la Commission de régulation de l énergie (CRE) sur le pic de prix de l électricité du 19 octobre 2009

Communication de la Commission de régulation de l énergie (CRE) sur le pic de prix de l électricité du 19 octobre 2009 Délibération Paris le 20 novembre 2009 Communication de la Commission de régulation de l énergie (CRE) sur le pic de prix de l électricité du 19 octobre 2009 Le prix de l électricité sur le marché spot

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 indice des prix à la consommation diminue de 0,8 en 2009, après une année de forte inflation en 2008 (+3,4 ). Les évolutions sont contrastées en

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Exercice 2010 Seul le discours prononcé fait foi Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Discours de M. Hermann Ineichen, chef du secteur d activité Energie Suisse, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

SYNTHESE DE L ANALYSE DU TARIF REGLEMENTE DU GAZ ET DES PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

SYNTHESE DE L ANALYSE DU TARIF REGLEMENTE DU GAZ ET DES PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR SYNTHESE DE L ANALYSE DU TARIF REGLEMENTE DU GAZ ET DES PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR Conférence de presse du 24 novembre 2009 Les différentes composantes du prix du gaz Depuis l ouverture du marché

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD Désenclavement nordique du pétrole par un jumelage éolien - micrognl

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

PRERURE Guadeloupe PLAN ENERGETIQUE REGIONAL PLURIANNUEL DE PROSPECTION ET D EXPLOITATION DES ENERGIES RENOUVELABLES

PRERURE Guadeloupe PLAN ENERGETIQUE REGIONAL PLURIANNUEL DE PROSPECTION ET D EXPLOITATION DES ENERGIES RENOUVELABLES PRERURE Guadeloupe PLAN ENERGETIQUE REGIONAL PLURIANNUEL DE PROSPECTION ET D EXPLOITATION DES ENERGIES RENOUVELABLES ET D UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE DE LA GUADELOUPE SEPTEMBRE 2012 Bilan énergie-ges

Plus en détail

RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT

RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT Inspection générale des Finances N 2006-M-060-01 Conseil général des Mines N 01/2007 RAPPORT SUR LES INSTALLATIONS DE COGÉNÉRATION SOUS OBLIGATION D ACHAT Établi par Maxence LANGLOIS-BERTHELOT Inspecteur

Plus en détail

Observatoire des marchés

Observatoire des marchés SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments de clientèle et leur poids respectif... 5 3. Etat des lieux au

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4

Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments de clientèle et leur poids respectif... 5 3. Etat des lieux au

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 213- INSTITUT DE L ENTREPRISE Helle Kristoffersen Directeur de la Stratégie TOTAL VOLATILITÉ DES MATIÈRES PREMIÈRES

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Schneider Electric Energy France Publication Décembre 2012 Emissions de l année fiscale 2011

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts Commission Wallonne Pour l Energie Version 2.3. Juin 2003 LE REGIME DES CERTIFICATS VERTS dans le cadre de l ouverture du Marché de l Electricité en Wallonie Sommaire Les objectifs poursuivis Les principes

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

LE MARCHE FRANCAIS ET EUROPEEN DE L ELECTRICITE. Conférence Centrale Energie, 19 Janvier 2011

LE MARCHE FRANCAIS ET EUROPEEN DE L ELECTRICITE. Conférence Centrale Energie, 19 Janvier 2011 LE MARCHE FRANCAIS ET EUROPEEN DE L ELECTRICITE Conférence Centrale Energie, 19 Janvier 2011 SOMMAIRE 01. Les enjeux du marché de électricité 02. L ouverture du marché de l électricité en Europe 03. Le

Plus en détail

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES Sommaire INTRODUCTION...5 I. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES...6 Industrie...6 Agricole...7 Transports...7 Résidentiel

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité

Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité Résumé Le bureau d étude ECO-MESURE a été par le collectif citoyen de vigilance

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion

Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion 1) Objectifs du TD L'objectif de cette fiche-guide est d'expliquer comment calculer les émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

Le secteur de l industrie

Le secteur de l industrie Le secteur de l industrie Benjamin Dessus (Global Chance) 1. La consommation d électricité dans l industrie La consommation d électricité dans l industrie, soit 133 TWh en 2007, représente 32 % de la consommation

Plus en détail

Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique.

Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique. Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique Alexandre SOKI cole Supérieure du ois Atlanpôle P 10605 Rue hristian Pauc 44306

Plus en détail