Equipes du centre A.M.P. Hôpital Jeanne de Flandre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Equipes du centre A.M.P. Hôpital Jeanne de Flandre"

Transcription

1

2 Equipes du centre A.M.P. Hôpital Jeanne de Flandre Equipe de Gynécologie Pr Didier DEWAILLY (Chef de service) Dr Christine DECANTER Dr Catherine LEFEBVRE Dr Maryse LEROY-BILLIARD Dr Patricia THOMAS Dr Sophie CATTEAU-JONARD (Don d ovocytes) 1 médecin-assistant 4 médecins-attachés 7 soignantes (Sages-femmes et infirmières) dont 1 cadre de santé 1 anesthésiste : Dr Pierre RICHART Secrétariat : Fax : Coordonnatrice : Fax : Suivi de stimulation : Equipe des Laboratoires Dr Carole MARCHETTI (responsable) Biologie de la Reproduction Dr Brigitte LEROY-MARTIN 2 assistants 5 techniciens Secrétariat : Spermiologie Dr Valérie MITCHELL Dr Marie-Claire PEERS 1 assistant 2 techniciens Secrétariat : Equipe d Andrologie Dr Jean-Marc RIGOT (chef de service) Dr François MARCELLI 2 infirmières Secrétariat : CECOS Dr Pascale SAINT-POL 2 techniciens Secrétariat :

3 Introduction Madame, Monsieur, Vous allez bénéficier d une tentative d Assistance Médicale à la Procréation (AMP) de type FIV (fécondation in vitro) ou FIV avec micro-injection d un spermatozoïde (ICSI). En vous informant, ce guide contribuera au bon déroulement des différentes étapes de la tentative. L hypophyse produit 2 hormones : le FSH qui contrôle la croissance et la maturation du follicule depuis le 1er jour du cycle (= 1er jour des règles). La LH commande la production hormonale ovarienne, puis déclenche l ovulation lorsque le follicule est mûr. Vers le 14ème jour du cycle, le follicule libère l ovocyte qu il contient dans une des trompes : c est l ovulation. Le follicule se transforme alors en «corps jaune» et produit la progestérone, hormone qui agit sur la muqueuse utérine, la rendant apte à recevoir l embryon. La fécondation naturelle La fécondation est issue de la rencontre dans la trompe de deux «gamètes» : l ovocyte «ovule» provenant de la femme, et le spermatozoïde provenant de l homme. La fécondation permet la formation d un embryon qui s implantera dans la paroi de la cavité utérine une semaine plus tard. (schéma page 5) Chez la femme A chaque cycle, un follicule se développe sur un des deux ovaires, commandés par la glande hypophyse, située à la base du cerveau. Le follicule est constitué d une couronne de cellules qui produisent les hormones féminines : les oestrogènes. Il contient un ovocyte («ovule») baignant dans le liquide folliculaire 4 5

4 Chez l homme Les testicules doivent produire une quantité suffisante de spermatozoïdes normaux qui achèvent ensuite leur maturation et acquièrent leur mobilité au cours de leur trajet dans les voies génitales masculines. La fécondation Sur les millions de spermatozoïdes déposés au fond du vagin lors d un rapport sexuel, un seul spermatozoïde, l «élu», pénètre dans l ovocyte Après pénétration du spermatozoïde dans l ovocyte, la fusion de leurs noyaux donne naissance à l embryon qui met environ une semaine pour gagner l utérus où il s enfouit dans la muqueuse : c est la nidation (ou implantation). La fertilité naturelle n est pas de 100% : en l absence de toute anomalie, un couple fécond n a pas plus de 25% de chance par cycle d obtenir une grossesse. Les principes de la fécondation in vitro La FIV est proposée dans les situations où le processus naturel de fécondation n arrive pas à se produire. L ovocyte est prélevé au niveau de l ovaire par ponction puis est mis en contact avec les spermatozoïdes, au laboratoire. L embryon obtenu sera ensuite déposé à l intérieur de l utérus où il devra s implanter. 6 7

5 Pour augmenter les chances de succès de la FIV, une stimulation ovarienne est réalisée afin de recueillir plusieurs ovocytes. L injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) : Qui est proposée principalement en cas d infertilité masculine sévère. Dans ce cas, un seul spermatozoïde est injecté dans chaque ovocyte au moyen d une micro-pipette. La FIV comporte donc plusieurs étapes successives : La stimulation ovarienne ; le prélèvement des ovocytes par ponction ; l étape biologique de Fécondation In Vitro ; le transfert des embryons dans l utérus. Au laboratoire de biologie de la reproduction, deux techniques de FIV sont utilisées : La FIV conventionnelle : Qui s adresse principalement aux infertilités féminines, aux infertilités masculines peu sévères et aux infertilités inexpliquées : chaque ovocyte est mis en présence de plusieurs milliers de spermatozoïdes mobiles. Avant de commencer le traitement en vue d une FIV Plusieurs consultations avec un médecin du centre d AMP sont nécessaires pour qu il puisse : examiner votre dossier antérieur prescrire et réaliser des examens indispensables avant une FIV, notamment les sérodiagnostics obligatoires ; vous informer sur la technique et répondre à vos questions ; s acquitter des formalités nécessaires à votre prise en charge par la sécurité sociale ; et enfin, vous remettre vos ordonnances. 8 9

6 Il peut également vous proposer de rencontrer d autres intervenants du service d AMP (anesthésiste, psychologues...) Pour des raisons médico-légales, vous devez confirmer par écrit votre demande de FIV en signant des formulaires de consentement. Une réunion d information destinée aux couples vous permet de rencontrer les différents intervenants du service d AMP. Lorsque votre dossier est complet, votre médecin référent le présente au cours d une commission pluridisciplinaire à laquelle assistent les différents membres de l équipe clinique et biologique. Votre dossier est étudié, l ensemble de l équipe décide de la technique de fécondation in vitro qui sera employée (FIV classique ou ICSI), et enfin, une date pour réaliser la tentative est fixée. Vous commencez ensuite votre traitement, première étape du «programme FIV». La stimulation ovarienne La stimulation a pour but de provoquer la croissance et la maturation de plusieurs follicules au sein de chaque ovaire. Blocage par «antagoniste de la Gn-RH» : le blocage de l ovulation est réalisé en cours de stimulation La stimulation des ovaires se fait par injection de FSH (avec ou sans LH). Il existe de nombreux produits contenant l une de ces deux hormones, ou les deux. Les injections se font par voie sous-cutanée ou intra-musculaire. Elles doivent être réalisées dans la soirée, à heure fixe, et après autorisation de votre médecin référent. Si vous le désirez, il est possible dans la majorité des cas d effectuer vous-mêmes les injections de façon très simple, mais vous pouvez aussi faire appel à une infirmière à domicile. La stimulation dure en moyenne de 10 à 14 jours. Les différents protocoles de stimulation et de blocage sont établis par votre médecin référent en fonction des données de votre dossier. Le grand nombre de produits disponibles permet réellement de personnaliser les protocoles. Mais l ovulation ne doit pas se produire avant que les follicules ne soient ponctionnés. Parallèlement à la stimulation ovarienne, on provoque donc un blocage de la production des hormones hypophysaires afin d éviter une ovulation spontanée et de mieux contrôler les effets du traitement stimulant. Le blocage de l ovulation fait appel à des hormones agissant directement sur l hypophyse. Il existe deux protocoles différents : blocage par «agoniste de la Gn-RH» : le blocage de l ovulation est effectué avant le démarrage de la stimulation et se poursuit tout au long de la stimulation

7 Dans tous les cas, il faut vous assurer que vous avez bien compris le traitement prescrit par votre médecin lorsqu il vous remet les ordonnances et surtout ne pas hésiter à lui demander des explications complémentaires. La surveillance de la stimulation débute en général après 6 jours de stimulation. Les contrôles sont ensuite plus fréquents et réguliers (tous les 2 à 3 jours). Elle est assurée par des dosages hormonaux dans le sang : taux d oestradiol produit par les follicules (il n est pas nécessaire d être à jeûn pour cette prise de sang) et par échographie des ovaires et de l utérus par voie endovaginale (mesure des follicules et de l épaisseur de la muqueuse de l utérus) : c est le monitorage. Celui-ci permet de vérifier l efficacité du traitement, d adapter les doses d hormones à vos besoins et d apprécier le degré de maturation folliculaire. Lorsqu il existe un nombre suffisant de follicules de bonne taille (16 à 20 mm) et que le taux hormonal est satisfaisant, on déclenche la maturation finale de l ovule, grâce à une hormone, l HCG, ayant les effets de la LH hypophysaire. La ponction sera réalisée 34 à 36 heures après cette injection, juste avant que l ovulation ne se produise. Donc, il est capital de respecter l horaire tardif de cette injection, car il détermine l heure de la ponction des follicules. En règle générale, le déclenchement de l ovulation est effectué à partir de 22 heures. Après le déclenchement, vous ne subissez ensuite ni traitement, ni examen, jusqu à la ponction qui survient le surlendemain. Le jour de la ponction Vous êtes accueillie, Madame, en hôpital de jour, à jeùn depuis minuit (ne pas boire, ni manger, ni fumer), au sein du service d AMP. Le prélèvement des ovocytes s effectue au bloc opératoire, sous anesthésie. L anesthésiste vous aura proposé en consultation, rarement une anesthésie générale, plus souvent une «neuroleptanalgésie» (supprimant toute douleur). Le médecin visualise par échographie endovaginale les follicules mûrs qui font saillie à la surface des ovaires, et à l aide d une fine aiguille, en aspire le contenu en passant par le fond du vagin. Les seringues contenant le liquide folliculaire sont ensuite confiées au biologiste

8 La ponction dure environ 10 minutes. Le recueil de sperme s effectue le matin même de la ponction, au laboratoire, dans une pièce réservée à cet effet. Il est réalisé par masturbation (sauf si des spermatozoïdes ont été congelés avant la tentative pour raison médicale ou après prélèvement chirurgical). Une abstinence sexuelle est recommandée. Elle doit être comprise entre 2 et 5 jours (délai entre deux éjaculations). L étape biologique Jour O (JO) = jour de la ponction ovocytaire Après la ponction, le biologiste examine au microscope le contenu des seringues de liquide folliculaire, dans lequel il recherche les ovocytes et vérifie qu ils présentent les caractéristiques nécessaires à leur mise en fécondation. Les ovocytes sont ensuite transférés dans des boites de culture contenant un milieu nutritif, qui sont ensuite placées dans un incubateur à 37 C. Le sperme est analysé puis préparé de manière à sélectionner les spermatozoïdes les plus mobiles, qui sont à priori les plus fécondants. En cas de difficultés antérieures pour le recueil de sperme, vous pouvez demander des conditions particulières pour le réaliser : présence de votre épouse, congélation du sperme... N hésitez pas à en parler à votre médecin

9 Les spermatozoïdes sont ensuite mis au contact des ovocytes : S il s agit d un Fécondation In Vitro conventionnelle : chaque ovocyte est mis en contact avec plusieurs milliers de spermatozoïdes mobiles dans une boîte placée dans un incubateur à 37 C. La fécondation se produit lorsqu un spermatozoïde a pénétré dans l ovocyte, en général dans les premières 24 heures. S il s agit d une Fécondation In Vitro avec micro-injection (ICSI) : les ovocytes sont dans un premier temps «débarrassés» des cellules qui les entourent, cela permet de bien visualiser les différentes structures ovocytaires et de sélectionner les ovocytes matures. Les ovocytes immatures ne sont pas fécondables donc non injectés. Un seul spermatozoïde est alors injecté dans chaque ovocyte mature au moyen d une pipette guidée par un micromanipulateur. Les spermatozoïdes injectés sont sélectionnés par le biologiste sur des critères de mobilité et de morphologie

10 Jour 1 (J1) = observation de la fécondation Les ovocytes sont examinés pour savoir s ils sont fécondés. Lorsque la fécondation est normale, on observe un pronoyau mâle et un pronoyau femelle au centre de l œuf. C est le stade des «2 pronucléi», encore appelé zygote. Le biologiste apprécie la qualité des embryons en observant leur vitesse de développement et l aspect des cellules embryonnaires, ainsi que la présence éventuelle de «fragments» cellulaires. Ainsi, il établit un «score embryonnaire» de qualité permettant de sélectionner au mieux les embryons à transférer et à congeler. La qualité embryonnaire dépend de la qualité des ovocytes et des spermatozoïdes, mais aussi de nombreux facteurs encore inconnus... Les embryons peuvent être transférés dans l utérus à J2 ou à J3. Si le nombre d embryons obtenus dépasse le nombre d embryons que l on souhaite transférer (2 en général), les embryons surnuméraires (dont la qualité le permet) peuvent être congelés pour un éventuel transfert ultérieur. Dans certains cas, les embryons sont maintenus en culture prolongée jusqu à J5 J6, qui correspond au stade «blastocyste». Le transfert se fera alors à ce moment là. Jour 2 (J2) = observation des embryons Les embryons ont commencé à se diviser. Ils présentent normalement 2 à 4 cellules à J2 et 6 à 8 cellules à J3. La congélation des embryons Les embryons non transférés pourront être congelés avec votre accord, si leur aspect et leur évolution le permettent. Seuls les embryons de bonne qualité seront congelés, car ils ont plus de chance de résister à la décongélation

11 Chaque année, vous aurez à informer par écrit le biologiste agréé qui conserve vos embryons de l évolution de votre projet parental. En cas de maintien de ce projet, vous pouvez demander le renouvellement de la conservation de vos embryons. Pour les couples n ayant plus de projet parental, trois possibilités sont envisageables, ils peuvent : soit consentir à ce que leurs embryons soient accueillis par un autre couple (accueil d embryons) ; soit donner leurs embryons à la recherche biomédicale dans les conditions et les limites fixées par la législation en vigueur ; soit mettre fin à la conservation de leurs embryons. Le transfert embryonnaire Le transfert des embryons dans l utérus est réalisé 48 à 72 heures après la ponction. Vous êtes attendus en couple, au laboratoire de biologie de la reproduction. Le nombre d embryons à transférer a été établi en consultation, après discussion avec votre médecin référent, qui prend en compte votre dossier, votre âge et le nombre de tentatives de FIV antérieures. On transfère généralement 2 embryons, parfois 3. Le transfert s effectue au moyen d un cathéter très fin et très souple dans le quel le biologiste a disposé les embryons baignant dans une goutte de milieu de culture. Après installation en position gynécologique, et pose d un spéculum, le médecin introduit le cathéter à travers le col de l utérus puis dépose lentement les embryons au fond de l utérus. (schéma page 19) Ce geste est indolore. Vous resterez ensuite allongée pendant 15 minutes, afin d éviter d éventuelles contractions utérines.. Pour favoriser l implantation, un traitement hormonal à base de progestérone, vous est prescrit. Il est à commencer dès le soir de la ponction. Vous pourrez ensuite reprendre une vie normale, en évitant les efforts trop violents. Le repos systématique n améliore en rien les résultats. Le risque de grossesses multiples (et donc de prématurité) impose une mûre réflexion au sujet du nombre d embryons à replacer. Plus on replace d embryons dans l utérus, plus les chances de grossesse sont élevées, mais plus on risque l implantation de plusieurs embryons. Après le transfert embryonnaire Les jours suivant la ponction, si vous percevez des sensations qui vous inquiètent (douleurs, «pesanteurs», gonflement au niveau du ventre...), ou si vous avez de la fièvre, il faut rapidement consulter votre gynécologue ou prendre contact avec le centre d AMP. En cas d urgence, téléphonez aux sages-femmes ou aux infirmières d AMP au : (ou aux Urgences gynécologiques : ) 20 21

12 Le diagnostic biologique de grossesse Le test de grossesse consiste en un dosage sanguin d hcg. Il est réalisé 14 jours après le transfert. Il est important de réaliser ce test même si des saignements sont apparus, car il existe parfois de «fausses règles» en début de grossesse. S il n y a pas d embryon congelé, une nouvelle tentative pourra être programmée si vous le désirez et si votre dossier le permet. Pour cela, au moins 3 cycles naturels de «repos ovarien» sont nécessaires. Votre médecin présentera à nouveau votre dossier en commission multidisciplinaire. La tentative sera alors analysée afin de déterminer les causes de l échec et les paramètres à améliorer. Une date sera ensuite fixée pour un nouvel essai. Si le dosage d HCG est positif Téléphonez dans le service d AMP ou prenez contact avec votre médecin référent afin que les consignes vous soient données pour la réalisation du premier examen échographique (3 semaines après le transfert embryonnaire). Le suivi ultérieur de la grossesse fait appel au gynécologue-obstétricien de votre choix. Nous vous demandons simplement de nous tenir informés de l évolution de votre grossesse et de votre accouchement. Si malheureusement le résultat est négatif, Il convient alors de prendre un nouveau rendez-vous avec votre médecin référent. Si vous possédez des embryons congelés, la «décongélation» pourra s envisager après au moins un cycle de repos ovarien. Les embryons congelés doivent être utilisés avant toute nouvelle tentative de FIV. Les embryons sont replacés au cours d un cycle avec une stimulation «douce». Le protocole est donc beaucoup plus simple que celui de la FIV. Résultats Chaque tentative de FIV ne permet pas l obtention d une grossesse, malgré les rapides et considérables progrès réalisés depuis la mise au point de la technique (naissance du «premier bébé FIV» en 1978 et du «premier bébé ICSI» en 1992). Il y a en moyenne 25% de grossesses par ponction. Les grossesses aboutissent dans 8 cas sur 10 à une naissance. Environ 74% des grossesses sont uniques. Les résultats sont variables suivant la cause de l infertilité mais beaucoup d autres facteurs influencent les chances de succès, notamment les rangs de la tentative, le nombre d embryons obtenus, la qualité embryonnaire ou encore le nombre d embryons transférés. Les résultats sont moins bons après 4 tentatives, c est pourquoi on ne poursuit pas au-delà. L âge féminin est un facteur primordial : Après 38 ans, le taux de succès chute rapidement pour devenir infime après 42 ans. Cela explique les réticences des centres d AMP à prendre en charge les femmes au-delà de 40 ans. Cependant, il faut savoir que tous les embryons ne supportent pas la congélation. On constate en effet après «décongélation» que certains sont altérés. Les transferts d embryons congelés augmentent les chances de grossesse à partir d une même tentative

13 Le tabagisme féminin et masculin fait considérablement chuter les chances de grossesse et expose à des complications thrombo-emboliques au cours de la stimulation ovarienne (formation de «caillots» dans les veines et les artères pouvant provoquer une phlébite, des paralysies...). La réponse ovarienne est parfois insuffisante malgré une augmentation des doses de gonadotrophines. Dans ce cas, sauf exception, la ponction folliculaire est annulée, car l ovaire n aura pas permis la croissance d un nombre suffisant de follicules, permettant d espérer le recueil d un bon nombre d ovocytes. En effet, la perte à chacune des étapes est inévitable : le nombre d ovocytes recueillis lors de la ponction est souvent inférieur au nombre de follicules visualisés préalablement en échographie, puis le nombre d embryons obtenus est souvent inférieur au nombre d ovocytes recueillis. Il paraît donc déraisonnable de proposer une ponction folliculaire lorsque le nombre follicules visualisés en échographie est insuffisant. Une réponse ovarienne trop forte pourra parfois conduire à un arrêt de la stimulation. Toute stimulation ovarienne fait courir le risque d une hyperstimulation : dans ce cas, les follicules continuent de croître malgré l arrêt du traitement après la ponction ovocytaire et forment des kystes. Risques de la fécondation in vitro Chaque étape du «parcours d obstacles» que représente la FIV comporte des risques et peut mener à l échec. Les complications liées à la stimulation ovarienne : L hyperactivité ovarienne aboutit à la production de liquide intra-abdominal et entraîne des désordres sanguins, avec notamment une augmentation de la coagulation, faisant courir des risques d accidents thrombo-emboliques (phlébites, embolie pulmonaire...). L hyperstimulation se traduit par des douleurs dans le bas du ventre avec un «gonflement» abdominal et une prise de poids (lié à l accumulation de liquide dans le ventre), et parfois des nausées et des vomissements. Si ces symptômes apparaissent après la ponction, vous devez rapidement prendre contact avec le centre d AMP afin d instaurer un éventuel traitement. Une hospitalisation est parfois nécessaire. La réponse ovarienne à la stimulation par gonadotrophines est imprévisible. Elle pourra être trop faible ou trop forte

14 Dans l immense majorité des cas, l épisode d hyperstimulation est rapidement contrôlé, sans conséquence sur la santé, surtout s il est pris en charge précocement. Il faut savoir que la survenue d une hyperstimulation ne diminue pas les chances de grossesse et qu il s agit de la complication la plus fréquente de la FIV. Les complications de la ponction folliculaire Le recueil de peu ou pas d ovocytes de bonne qualité «fécondables» peut constituer l échec de cette 2ème étape. Elle est la conséquence d une mauvaise qualité folliculaire (pas toujours prévisible) ou de problèmes techniques (ponction rendue difficile par l obésité de certaines patientes, une position anormale des ovaires...). Ce geste chirurgical fait courir : le risque lié à toute anesthésie, des risques de blessures vasculaires, des risques infectieux, surtout lorsqu il existe des antécédents d endométriose ou d infection tubaire. Dans ces cas là, une antibiothérapie sera débutée le jour de la ponction et poursuivie quelques jours après. Dans tous les cas, il est important de surveiller sa température les jours qui suivent la ponction et de consulter rapidement si une fièvre apparaît. Les complications au cours de l étape biologique : La fécondation peut ne pas se produire, soit en raison d une mauvaise qualité des ovocytes, soit d une mauvaise qualité des spermatozoïdes ou encore sans raison détectable. Parfois, la fécondation se produit normalement mais les embryons obtenus arrêtent de se diviser ou sont de très mauvaise qualité et ne pourront donc pas être transférés dans l utérus. Les complications au cours du transfert des embryons dans l utérus et au cours de l implantation : Après replacement dans l utérus d un nombre suffisant d embryons, l implantation ne se produit q une fois sur quatre environ ; l intervention médicale prend fin au moment du transfert des embryons à l intérieur de l utérus, puis la nature «décide». L absence d implantation des embryons est la cause d échec la plus fréquente, et reste inexpliquée dans la plupart des cas (qualité médiocre des embryons, utérus non prêt à accueillir les embryons...) Les échecs successifs sont difficiles à surmonter et peuvent parfois être destructeurs pour les couples. La FIV nécessite un investissement solide des deux conjoints et beaucoup de persévérance. Si vous souhaitez, vous pouvez bénéficier d un accompagnement psychologique, qui vous aidera à passer un cap difficile et vous soutiendra tout au long de votre parcours (parfois très long) en AMP. Le risque de grossesse multiple existe toujours malgré un nombre limité d embryons transférés. Les grossesses multiples comportent plus de complications et peuvent conduire à la naissance d enfants prématurés ou de faible poids. En dehors de ce risque de grossesse multiple, les grossesses obtenus par FIV n échappent pas aux risques de la grossesse en général (obtenue après fécondation naturelle) : fausses couches (environ 10 à 15%), grossesse extra-utérine, malformations... Quelles sont les conséquences éventuelles de l AMP chez l enfant à naître? Il n existe pas d évidence actuelle pour dire que les techniques de FIV et d ICSI entraînent un risque plus élevé d anomalies fœtales que celui observé dans les grossesses naturelles. La FIV classique existe depuis les années Les statistiques portent maintenant sur des millions d enfants nés par cette technique et montrent que le taux de malformations est identique à celui des grossesses spontanées. Par contre, le taux de prématurité est élevé, lié aux grossesses multiples, ce qui entraîne plus de complications néonatales

15 L ICSI est apparue plus récemment. Le recul est moins important, mais les études européennes menées sur un grand nombre d enfants sont également très rassurantes. Cependant, à l heure actuelle, le risque de transmission d une infertilité masculine d origine génétique ne peut être écarté. Aspects légaux La pratique de l AMP est encadrée de façon très stricte par les lois de bioéthique (établies en 1994 puis révisées en 2005). Les couples désirant bénéficier d une AMP doivent être hétérosexuels, vivants au moment de la tentative et en âge de procréer. Le couple devra être marié ou pouvoir apporter la preuve d une vie commune d au moins deux ans. La loi impose aux médecins de fournir toutes les informations concernant cette technique : chances de succès et risques éventuels. Vous devez donner ensuite votre consentement pour la technique proposée et signer conjointement le formulaire de consentement qui vous sera remis à chaque nouvelle tentative. Les médecins du centre d AMP sont tenus de fournir régulièrement aux autorités sanitaires et administratives les résultats des différentes techniques qu ils utilisent. En cas de grossesse, les couples doivent tenir informés les médecins du centre d AMP du déroulement de la grossesse et de l accouchement, ainsi que de l état de santé des enfants à la naissance. L adoption L adoption représente une alternative permettant de concrétiser votre projet parental. L obtention de l agrément est un préalable indispensable, délivré par le président du Conseil Général du département de résidence des postulants. Il est valable 5 ans sur tout le territoire français. L avis doit être prononcé neuf mois après la demande (10% de refus environ). Rien n interdit de mener de front une démarche d AMP et une démarche d adoption. Mais l Aide Sociale à l Enfance considère qu il vaut mieux avoir fait le «deuil» de l enfant biologique pour pouvoir s ouvrir à l accueil d un enfant adopté. Il existe depuis plus de 50 ans une association de familles adoptives auprès desquelles vous pourrez trouver des conseils et des informations : Enfance et Famille d Adoption (E.F.A.) Adresses utiles : Aide Sociale à l Enfance (Conseil Général de votre département) Mission d Adoption Internationale (MAI) 244 boulevard St Germain Paris Tél : Enfance et Famille d Adoption (E.F.A.) 21 rue Salby Hamblin les Près (département 62) Enfance et Famille d Adoption (E.F.A.) 61, allée des croisades Villeneuve d Ascq (département 59) 28 29

16 Conclusion Le recours à la technique de fécondation in vitro permet chaque année à de nombreux couples de devenir parents, parfois au terme d un parcours long et difficile. Si après la lecture de cette brochure des questions ou des inquiétudes persistent, l équipe du service d Assistance Médicale à la Procréation est à votre disposition pour vous écouter et vous venir en aide, afin que votre tentative se déroule le mieux possible et que toutes les conditions soient réunies pour sa réussite. 7. Le transfert embryonnaire 2 ou 3 jours après la ponction : coup de fil du laboratoire vers huit heures. 8. Après le transfert : vie normale sans excès. En cas d apparition de douleurs, gonflements abdominaux et fièvre : contacter rapidement votre médecin référent ou les soignantes du service d AMP. 9. Le test sanguin de grossesse est prévu 12 à 14 jours après le transfert. Contactez votre médecin référent pour l avertir des résultats. Résumé de votre tentative 1. blocage des ovaires selon le protocole choisi par votre médecin référent. 2. Premier contrôle : (contrôle de freinage) : échographie + prise de sang, pour vérifier que les ovaires soient bien freinés. 3. Début de la stimulation après autorisation du médecin : injections de gonadotrophines tous les jours à heure fixe. 1h 2h 3h 4h 5h 6h 7h 8h 9h 10h 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h 18h 19h 20h 21h 22h 23h 24h 4. Suivi de la stimulation par des contrôles réguliers : échographie et prise de sang. La stimulation dure environ 12 à 14 jours. 5. Déclenchement de la maturation ovocytaire «finale» par une injection d HCG. Il est capital de respecter la date et l heure indiquées par le médecin. 6. Ponction ovarienne le surlendemain matin du déclenchement de la maturation ovocytaire «finale» : Venir en couple à l heure indiquée dans le service d AMP. Madame doit être à jeun depuis minuit et muni de sa carte de groupe sanguin. Monsieur apporte ses papiers d identité. Sortie en début d après-midi : Madame doit être accompagnée d une personne adulte qui restera auprès d elle

17 Notes : Notes : 32 33

18 Notes : 34

19

AMP : nous allons bénéficier d une fécondation in vitro avec ICSI

AMP : nous allons bénéficier d une fécondation in vitro avec ICSI AMP : nous allons bénéficier d une fécondation in vitro avec ICSI Le site du Docteur Philippe WEBER Adresse du site : www.docvadis.fr/philippe-weber Validé par le Comité Scientifique Fertilité Plus de

Plus en détail

Qu est-ce que la fécondation In Vitro?

Qu est-ce que la fécondation In Vitro? CHT de Nouméa Laboratoire d Assistance Médicale à la Procréation 78 rue du 18 juin Magenta 98800 Nouméa Tél. 25 67 34 Fax 25 68 81 Madame, Monsieur, Vous allez commencer prochainement un traitement de

Plus en détail

LA FECONDATION IN VITRO (FIV)

LA FECONDATION IN VITRO (FIV) LA FECONDATION IN VITRO (FIV) Le site du Docteur Jean-Jacques BENSAID Gynécologue-Obstétricien Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-jacques-bensaid Il s agit là encore d une PMA, qui comme les techniques

Plus en détail

D O S S I E R G U I D E. a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n. Les différentes phases de l ICSI

D O S S I E R G U I D E. a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n. Les différentes phases de l ICSI D O S S I E R G U I D E a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n Les différentes phases de l ICSI L e s d i f f é r e n t e s p h a s e s d e l I C S I Madame, Monsieur, Vous allez

Plus en détail

La FIVETE: un long parcours! CASCALES David BAYEJOU Abdelqader 3 ème 3

La FIVETE: un long parcours! CASCALES David BAYEJOU Abdelqader 3 ème 3 La FIVETE: un long parcours! CASCALES David BAYEJOU Abdelqader 3 ème 3 I- Introduction 1. QU'EST-CE QUE LA REPRODUCTION HUMAINE? 2. QU'EST-CE QUE LA MAITRISE DE LA REPRODUCTION HUMAINE? II- La FIVETE 1.

Plus en détail

Quelques définitions

Quelques définitions L AMP Introduction 14% des couples Le délai nécessaire àconcevoir est pathologique s il est sup à 2 ans Parmi les causes d infertilité: 30% sont d origine féminine 20% sont d origine masculine 40% des

Plus en détail

CENTRE D ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION DE BRETAGNE-SUD Lorient

CENTRE D ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION DE BRETAGNE-SUD Lorient CENTRE D ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION DE BRETAGNE-SUD Lorient Référentiel de prise en charge des patients en AMP 26/03/2015 1. OBJET ET DOMAINE D APPLICATION Ce document précise les règles de prise

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation

Assistance médicale à la procréation Assistance médicale à la procréation Principaux aspects biologiques, médicaux et éthiques Session IDE2 Septembre 2009 Boudarias Lionnel (Int.GO) Le langage courant utilise certains termes à tort et à travers

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

AMP Mathilde. Équipe Clinique: Dr Catherine AVRIL Dr Véronika MARTIN. Équipe Biologique: Dr Julie ROSET Dr Astrid FINET

AMP Mathilde.  Équipe Clinique: Dr Catherine AVRIL Dr Véronika MARTIN. Équipe Biologique: Dr Julie ROSET Dr Astrid FINET AMP Mathilde www.amp-mathilde76.fr Équipe Clinique: Dr Catherine AVRIL Dr Véronika MARTIN Équipe Biologique: Dr Julie ROSET Dr Astrid FINET QU EST-CE QU UNE FECONDATION IN VITRO? Mise en présence au laboratoire

Plus en détail

quels examens chez la femme?

quels examens chez la femme? Notre médecin nous conseille un bilan pour infertilité : quels examens chez la femme? Vous avez consulté votre médecin généraliste ou votre gynécologue et vous avez convenu ensemble qu un bilan d infertilité

Plus en détail

Etapes de la prise en charge

Etapes de la prise en charge Etapes de la prise en charge Les étapes de la prise en charge: Le délai avant le premier rendez-vous peut vous sembler long. Profitez de cette période pour régler d éventuels petits problèmes de santé:

Plus en détail

4 La procréation et sa maîtrise

4 La procréation et sa maîtrise Terminale S 48/53 4 La procréation et sa maîtrise 4.1 La fécondation 4.1.1 Modifications comportementales [324.A1] Les hormones sexuelles sont responsables de modifications comportementales : Les oestrogènes

Plus en détail

Protocole de stimulation " Antagonistes"

Protocole de stimulation  Antagonistes Protocole de stimulation " Antagonistes" Le site du Docteur Emmanuelle BESSUEILLE Adresse du site : www.docvadis.fr/dr.emmanuelle-bessueille Vous allez bénéficier d'un traitement de la stimulation en vue

Plus en détail

AMP Mathilde. Équipe Biologique: Dr Julie ROSET Dr Astrid FINET. Équipe Clinique: Dr Catherine AVRIL Dr Véronika MARTIN.

AMP Mathilde. Équipe Biologique: Dr Julie ROSET Dr Astrid FINET. Équipe Clinique: Dr Catherine AVRIL Dr Véronika MARTIN. AMP Mathilde www.amp-mathilde76.fr Équipe Clinique: Dr Catherine AVRIL Dr Véronika MARTIN Équipe Biologique: Dr Julie ROSET Dr Astrid FINET QU EST-CE QU UNE FECONDATION IN VITRO? Mise en présence au laboratoire

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

LA PROCREATION (AMP) L1 Novembre 2009

LA PROCREATION (AMP) L1 Novembre 2009 ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) Pr Claudine Mathieu L1 Novembre 2009 Art. L. 152-1. - L'assistance médicale à la procréation s'entend sentend des pratiques cliniques et biologiques permettant

Plus en détail

Centre d Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de LILLE.

Centre d Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de LILLE. Centre d Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de LILLE. Equipe de Gynécologie Professeur Didier DEWAILLY (Chef de service) Docteur Christine DECANTER Docteur Catherine

Plus en détail

Thème 3 : FEMININ MASCULIN. Chapitre 1 : Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle

Thème 3 : FEMININ MASCULIN. Chapitre 1 : Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Thème 3 : FEMININ MASCULIN Chapitre 1 : Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Comment la connaissance des fonctions de reproduction a-telle permis de maîtriser et de faire

Plus en détail

IIU : Insémination Intra-Utérine

IIU : Insémination Intra-Utérine Ils consistent à isoler les spermatozoïdes et les ovocytes avant leur mise en fécondation. L'isolement des spermatozoïdes et du liquide séminal est indispensable pour les inséminations (IIU) comme la Fécondation

Plus en détail

L AMP et l adoption. Analogies et différences Controverses. Agence française de l adoption - 10 décembre 2009

L AMP et l adoption. Analogies et différences Controverses. Agence française de l adoption - 10 décembre 2009 L AMP et l adoption Analogies et différences Controverses Agence française de l adoption - 10 décembre 2009 L AMP Le cadre juridique La loi du 6 août 2004 relative à la bioéthique - mise en place de l

Plus en détail

Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle

Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Avant la séance [youtube https://www.youtube.com/watch?v=orlubkbwdw8&w=420&h=315] A l'aide de la vidéo, construire une frise

Plus en détail

Fertilité et fécondité sont deux notions différentes. Les problèmes de fertilité peuvent se traiter.

Fertilité et fécondité sont deux notions différentes. Les problèmes de fertilité peuvent se traiter. Nous allons faire un bilan de fertilité Fertilité et fécondité sont deux notions différentes. Les problèmes de fertilité peuvent se traiter. Fécondité et fertilité, est-ce la même chose? Ces deux mots

Plus en détail

LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS. Offrir des spermatozoïdes. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants,

LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS. Offrir des spermatozoïdes. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, Établissement relevant du ministère de la santé LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS Offrir des spermatozoïdes à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau

Plus en détail

Echec de recueil ovocytaire. Quelle approche? Dr. S. BENBOUHEDJA, A. ZOGHMAR, H. KHENCHOUL, M. BENSAADA, Dr. T. MERIBOUT

Echec de recueil ovocytaire. Quelle approche? Dr. S. BENBOUHEDJA, A. ZOGHMAR, H. KHENCHOUL, M. BENSAADA, Dr. T. MERIBOUT Echec de recueil ovocytaire. Quelle approche? Dr. S. BENBOUHEDJA, A. ZOGHMAR, H. KHENCHOUL, M. BENSAADA, Dr. T. MERIBOUT Introduction Il s agit de l absence d ovocytes dans le liquide de ponction folliculaire

Plus en détail

Les inséminations intra-utérines

Les inséminations intra-utérines Document destiné aux patients Les inséminations intra-utérines FRA04PUR023 Novembre 2004 BSIP/Manfred Kage, Digitalvision www.procreanet.com Les inséminations intra-utérines l e désir d enfant est un motif

Plus en détail

REPRODUCTION ET SEXUALITÉ :

REPRODUCTION ET SEXUALITÉ : REPRODUCTION ET SEXUALITÉ : INTRODUCTION : Vers 10-13 ans, l enfant se transforme en un jeune adulte pouvant transmettre la vie. Quels sont les critères montrant le passage de l enfance à l adolescence?

Plus en détail

UNITE D AIDE MEDICALE A LA PROCREATION ( A.M.P. )

UNITE D AIDE MEDICALE A LA PROCREATION ( A.M.P. ) UNITE D AIDE MEDICALE A LA PROCREATION ( A.M.P. ) CLINIQUE DU TERTRE ROUGE LABORATOIRE DE L AVENUE DE GAULLE Madame, Monsieur Vous avez déjà réalisé une tentative de Fécondation In Vitro, et vous souhaitez

Plus en détail

Sciences de la Vie Troisième Partie : La reproduction humaine

Sciences de la Vie Troisième Partie : La reproduction humaine Sciences de la Vie Troisième Partie : La reproduction humaine 64 Chapitre 10 : Différences entre l Homme et la Femme Le dimorphisme sexuel, c est-à-dire la différence morphologique liée au sexe est un

Plus en détail

LA CONGELATION D OVOCYTES MATURES, IMMATURES ET D EMBRYONS

LA CONGELATION D OVOCYTES MATURES, IMMATURES ET D EMBRYONS LA CONGELATION D OVOCYTES MATURES, IMMATURES ET D EMBRYONS 1ére journée régionale en préservation de la fertilité 25 janvier 2014 C JIMENEZ Service Biologie de la reproduction CECOS Pôle O.R.G Centre Aliénor

Plus en détail

Quelques sujets de bac...

Quelques sujets de bac... Quelques sujets de bac... Exercice 1 (Amérique du Nord 2016) les troubles de la ménopause Les femmes asiatiques sont moins sujettes aux troubles de la ménopause (bouffées de chaleur, fragilité osseuse

Plus en détail

EXERCICE N 1 : EXERCICE N 2 : Mbarka.Harbawi. Définir les termes suivants :

EXERCICE N 1 : EXERCICE N 2 : Mbarka.Harbawi. Définir les termes suivants : Mbarka.Harbawi 4Sc EXERCICE N 1 : Définir les termes suivants : La procréation. La fécondation. La nidation. Le blastocyste. La contraception. La Stérilité. L éjaculation rétrograde. EXERCICE N 2 : Pour

Plus en détail

ANNEE : Code centre :

ANNEE : Code centre : RAPPORT ANNUEL DES ACTIVITES BIOLOGIQUES ET CLINIQUES D ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION ANNEE : 2015 Code centre : Un rapport unique par équipe clinico-biologique (Si plusieurs équipes biologiques

Plus en détail

DOSSIER CLINICO-BIOLOGIQUE D INSEMINATION INTRA-UTERINE

DOSSIER CLINICO-BIOLOGIQUE D INSEMINATION INTRA-UTERINE C1 - ENR 06 Version 04 DOSSIER CLINICO-BIOLOGIQUE D INSEMINATION INTRA-UTERINE LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE R. VIALLE Autorisation n 203400106 Directeur : R. VIALLE S.E.L.A.R.L. DE DIRECTEURS DE LABORATOIRE

Plus en détail

Annexe 2 Fiche d aide à la saisie A compléter lors de chaque cycle

Annexe 2 Fiche d aide à la saisie A compléter lors de chaque cycle FICHE INSEMII INATION Contexte : L agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques d assistance médicale à la procréation (AMP). Pour ce faire, les

Plus en détail

D O S S I E R G U I D E. a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n. Les différentes phases de. la fécondation in vitro

D O S S I E R G U I D E. a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n. Les différentes phases de. la fécondation in vitro D O S S I E R G U I D E a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n Les différentes phases de la fécondation in vitro L e s d i f f é r e n t e s p h a s e s d e l a F I V Madame, Monsieur,

Plus en détail

I. Les cycles sexuels féminins

I. Les cycles sexuels féminins La régulation de la fonction de reproduction chez la femme Introduction : Activité 1 : Morphologie et anatomie de l appareil génital de la femme La fonction de reproduction chez la femme se déroule de

Plus en détail

I Sexualité sans procréation

I Sexualité sans procréation Page 1 sur 7 Fé minin, masculin I Sexualité sans procréation 1. Pour comprendre : Chez la femme a. Cycles sexuels féminins La femme est soumise à un cycle d une durée moyenne de 28 jours. Il se met en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 21 novembre Follitropine bêta (Hormone folliculo-stimulante recombinante (FSH))

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 21 novembre Follitropine bêta (Hormone folliculo-stimulante recombinante (FSH)) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 novembre 2001 PUREGON 300 UI/0,36ml, solution injectable PUREGON 600 UI/0,72 ml, solution injectable boîte de 1 cartouche et 7 aiguilles Laboratoires

Plus en détail

B. Féminin/Masculin. Caryotype d une femme : 44 chromosomes homologues + XX Caryotype d un homme : 44 chromosomes homologues + XY

B. Féminin/Masculin. Caryotype d une femme : 44 chromosomes homologues + XX Caryotype d un homme : 44 chromosomes homologues + XY c. LEXIQUE AMH (Hormone Anti-Mulérienne) : Hormone produite par les testicules du foetus mâle entraînant la régression des canaux de Mu ller au cours du développement foetal. Canal de Müller : fait partie

Plus en détail

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Tps Normal : 40 min Indication : - absence de grossesse après un an de rapports sexuels réguliers (au moins 3 par semaine) non protégés

Plus en détail

DON D OVOCYTES VOUS POUVEZ DONNER LE BONHEUR D ÊTRE PARENTS. Agence relevant du ministère de la santé

DON D OVOCYTES VOUS POUVEZ DONNER LE BONHEUR D ÊTRE PARENTS.  Agence relevant du ministère de la santé DON D OVOCYTES VOUS POUVEZ DONNER LE BONHEUR D ÊTRE PARENTS www.dondovocytes.fr Agence relevant du ministère de la santé Qu est-ce qu un ovocyte? UN GESTE POUR CEUX QUI La plupart des couples peuvent avoir

Plus en détail

La fonction reproductrice féminine Objectifs spécifiques :

La fonction reproductrice féminine Objectifs spécifiques : La fonction reproductrice féminine Objectifs spécifiques : Identifier les structures d un ovaire pubère Reconnaître les étapes de la folliculogenèse Décrire la structure du gamète femelle Expliquer l ovogenèse

Plus en détail

Comment la production des gamètes est-elle contrôlée? Par quels moyens la procréation peut-elle être maîtrisée?

Comment la production des gamètes est-elle contrôlée? Par quels moyens la procréation peut-elle être maîtrisée? Comment la production des gamètes est-elle contrôlée? Par quels moyens la procréation peut-elle être maîtrisée? En plus de produire les gamètes (.....), Spermatozoïde les testicules contrôlent le fonctionnement

Plus en détail

Le don d ovocytes en France en 2008

Le don d ovocytes en France en 2008 Le don d ovocytes en France en 2008 Dossier de presse M a i 2 0 0 8 SOMMAIRE Communiqué de presse Chiffres clés du don d ovocytes en France Parcours d une donneuse d ovocytes Parcours d un couple receveur

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2014

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2014 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2014 Durée : 3 h Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera que

Plus en détail

Fertilité chez les adolescentes et jeunes adultes : si on en parlait?

Fertilité chez les adolescentes et jeunes adultes : si on en parlait? Fertilité chez les adolescentes et jeunes adultes : si on en parlait? Soins\1-Tous services / QUAL/LIVINFO/141 / 29/04/2016 V01 Centre Oscar lambret 3 rue F. Combemale BP 307 59020 Lille Cedex Chère patiente,

Plus en détail

HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. L hystérosalpingosonographie. Informations générales

HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. L hystérosalpingosonographie. Informations générales HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT L hystérosalpingosonographie Informations générales De quoi s agit-il? L hystérosalpingosonographie est une technique d examen récente qui consiste à combiner échographie vaginale

Plus en détail

Lumière du tube («trou») Spermatozoïdes. Paroi du tube (cellules en division) Cellules de Leydig (associées à des vaisseaux sanguins) S I O N

Lumière du tube («trou») Spermatozoïdes. Paroi du tube (cellules en division) Cellules de Leydig (associées à des vaisseaux sanguins) S I O N Cours 2 Le fonctionnement des appareils reproducteurs à partir de la puberté 2. La fonction de reproduction chez l homme. a) Les testicules produisent des spermatozoïdes et de la testostérone. Les testicules

Plus en détail

Etre soigné, c est aussi être informé

Etre soigné, c est aussi être informé Livret d informations Etre soigné, c est aussi être informé Groupe d activité Urgences de Gynécologie-Obstétrique Pr. Christophe VAYSSIERE, Médecin responsable du groupe d activité Hôpital Paule de Viguier

Plus en détail

QCM. Relevez la ou les lettre(s) correspondant(s) à la ou aux affirmation(s) correcte(s) pour chaque item.

QCM. Relevez la ou les lettre(s) correspondant(s) à la ou aux affirmation(s) correcte(s) pour chaque item. Chapitre 1 La procréation QCM Relevez la ou les lettre(s) correspondant(s) à la ou aux affirmation(s) correcte(s) pour chaque item. 1. La fécondation : a. permet l achèvement de la deuxième division méiotique

Plus en détail

Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit

Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit LES NE SONT PLUS PA S BEAUX CADEAUX FORCÉMENT LES PLUS GROS Offrir des ovocytes à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit pour un bonheur très grand. 3 familles

Plus en détail

Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit

Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit LES NE SONT PLUS PA S BEAUX CADEAUX FORCÉMENT LES PLUS GROS Offrir des ovocytes à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit pour un bonheur très grand. 3 familles

Plus en détail

l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n

l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n D O S S I E R G U I D E a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de Les différentes phases de l insémination avec sperme

Plus en détail

LE DON D OVOCYTES. Parlons-en!

LE DON D OVOCYTES. Parlons-en! I N F O R M AT I O N À D E S T I N AT I O N D E S P R O F E S S I O N N E L S D E S A N T É LE DON D OVOCYTES Parlons-en! Aujourd hui en France, le nombre de donneuses d ovocytes n est pas suffisant pour

Plus en détail

THEME 2 : FEMININ - MASCULIN. CHAPITRE II : Etre responsable de sa vie sexuelle

THEME 2 : FEMININ - MASCULIN. CHAPITRE II : Etre responsable de sa vie sexuelle THEME 2 : FEMININ - MASCULIN CHAPITRE II : Etre responsable de sa vie sexuelle L'évolution des sociétés humaines se manifeste, entre autres, par une volonté de maîtriser la procréation qui passe par une

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES CENTRE D ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION AMP LIVRET D ACCUEIL

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES CENTRE D ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION AMP LIVRET D ACCUEIL CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES CENTRE D ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION AMP LIVRET D ACCUEIL VOTRE PREMIÈRE PRISE EN CHARGE DANS LE CENTRE Attention En fonction des éléments de votre dossier

Plus en détail

Thème 2: FEMNININ, MASCULIN

Thème 2: FEMNININ, MASCULIN Thème 2: FEMNININ, MASCULIN CHAPITRE 9 http://biblio.manuel-numerique.com/letoweb.html Introduction Chapitre 9 : Sexualité et procréation Comment est contrôlé le fonctionnement de l appareil reproducteur

Plus en détail

L Ovogenèse. Dr M. TOUKAM Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (F.M.S.B.)

L Ovogenèse. Dr M. TOUKAM Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (F.M.S.B.) L Ovogenèse Dr M. TOUKAM Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (F.M.S.B.) Fig. I : Coupe d un ovaire Fig. II : étapes ovogenèse L ovogenèse débute lors de la vie embryonnaire : les ovogonies

Plus en détail

L assistance médicale à la procréation en France en 2008

L assistance médicale à la procréation en France en 2008 L assistance médicale à la procréation en France en 2008 Dossier de presse J a n v i e r 2 0 0 8 SOMMAIRE Communiqué de presse Chiffres clés de l assistance médicale à la procréation en France en 2005

Plus en détail

Techniques de l assistance médicale G. SANDJON

Techniques de l assistance médicale G. SANDJON Techniques de l assistance l médicale à la procréation G. SANDJON Introduction Le terme AMP regroupe un ensemble de techniques nouvelles mises au point dans les 20 ou 30 dernières années. Ceci a permis

Plus en détail

Chez la femme, le nombre de gamète est terminé au cours de la vie intra utérine. Aucun ovogonie ne sera formé après.

Chez la femme, le nombre de gamète est terminé au cours de la vie intra utérine. Aucun ovogonie ne sera formé après. FICHE 7 La femme Lors de l ovogenèse, un seul gamète est formé tous les mois. Chez la femme, le nombre de gamète est terminé au cours de la vie intra utérine. Aucun ovogonie ne sera formé après. L ovule

Plus en détail

Guide. de la FIV don d ovocytes et de la FIV double don

Guide. de la FIV don d ovocytes et de la FIV double don Guide de la FIV don d ovocytes et de la FIV double don Comment la donneuse ou le donneur seront-ils sélectionnés? Quel est le protocole médical pour une FIV don d ovocytes ou double don? Que peut-on faire

Plus en détail

CHAPITRE 3 : COMMENT AVOIR UN ENFANT

CHAPITRE 3 : COMMENT AVOIR UN ENFANT CHAPITRE 3 : COMMENT AVOIR UN ENFANT Introduction : Pour avoir un enfant, les cycles des ovaires et de l utérus de la femme doivent fonctionner. De plus, il faut que la femme produise des ovules et l homme

Plus en détail

Partie 2 : Féminin Masculin

Partie 2 : Féminin Masculin Partie 2 : Féminin Masculin Fiche 1 : Différences à différentes échelles entre sexes féminin et masculin L appareil génital de la femme Ovaires : lieu de production des ovocytes. Chaque mois, un ovocyte

Plus en détail

Le don d ovocyte pour le couple receveur

Le don d ovocyte pour le couple receveur Pôle obstétrique, reproduction et gynécologie Centre d assistance médicale à la procréation - CECOS Le don d ovocyte pour le couple receveur www.chu-bordeaux.fr Le don d ovocyte Vous souhaitez bénéficier

Plus en détail

Fertilité masculine et cancer : si on en parlait?

Fertilité masculine et cancer : si on en parlait? Fertilité masculine et cancer : si on en parlait? 1A-Pédiatrie conventionnelle, 1B-Pédiatrie HdJ, 2C-Bilan-chimio CCF, 2A-Cancéro générale, 2B- Cancéro cervico faciale médicale, 4C-Uro-digestif Hôpital

Plus en détail

QUESTION N 1 QUESTION N 2

QUESTION N 1 QUESTION N 2 Pour chaque question, il vous est donné quatre propositions A, B, C et D. Une, deux ou trois propositions peuvent être exactes. Répondez en cochant la ou les propositions exactes. QUESTION N 1 Le fonctionnement

Plus en détail

L IVG. [L Interruption volontaire de Grossesse]

L IVG. [L Interruption volontaire de Grossesse] L IVG [L Interruption volontaire de Grossesse] L IVG est l interruption d une grossesse réalisée à la demande d une femme enceinte estimant que son état la place dans une situation de détresse. Seule la

Plus en détail

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA)

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Historique 25 juillet 1978 : Naissance du premier bébé éprouvette en Angleterre 24 février 1982 : Naissance du premier bébé éprouvette

Plus en détail

f. primordial Corps jaune

f. primordial Corps jaune 4. Le cycle ovarien. L ovaire est une glande à double titre: il produit d'une part les gamètes femelles, il sécrète d'autre part les hormones ovariennes (oestrogènes et progestérone). Observons des coupes

Plus en détail

CENTRE D'ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (A.M.P.) GYNECOLOGUES responsables des ponctions et des transferts embryonnaires

CENTRE D'ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (A.M.P.) GYNECOLOGUES responsables des ponctions et des transferts embryonnaires CENTRE D'ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (A.M.P.) LABOMAINE CLINIQUE DU TERTRE ROUGE Centre AMP Porte 5 62, RUE DE GUETTELOUP Secrétariat: 02 43 78 59 61 72000 LE MANS fax: 02 43 78 59 62 Accueil

Plus en détail

LE DON D OVOCYTES. Parlons-en!

LE DON D OVOCYTES. Parlons-en! I N F O R M AT I O N À D E S T I N AT I O N D E S P R O F E S S I O N N E L S D E S A N T É LE DON D OVOCYTES Parlons-en! Aujourd hui en France, le nombre de donneuses d ovocytes n est pas suffisant pour

Plus en détail

Page suivante : les schémas des appareils génitaux

Page suivante : les schémas des appareils génitaux TRANSMETTRE LA VIE LA TRANSMISSION_DE LA VIE CHEZ L HOMME: INTRODUCTION: Vers 10-13 ans, la puberté marque le début de l'adolescence : l'enfant se transforme en un jeune adulte pouvant transmettre la vie.

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTES DU SERVICE DE BIOLOGIE DE LA REPRODCUTION-CECOS

CATALOGUE DES ACTES DU SERVICE DE BIOLOGIE DE LA REPRODCUTION-CECOS Page : 1/12 TABLEAU DES EVOLUTIONS INDICE DATE D'APPLICATION MOTIF 01 Avril 2011 Création 02 Mars 2012 Modification : BHN Participants du groupe d'élaboration : Dr PAPAXANTHOS A. - Pr JIMENEZ C. - Dr SOULA

Plus en détail

I. Rencontre des gamètes et début de la grossesse

I. Rencontre des gamètes et début de la grossesse I. Rencontre des gamètes et début de la grossesse La glaire cervicale : un passage obligatoire pour les spermatozoïdes Le col de l utérus est le passage obligé des gamètes mâles lors de leur trajet en

Plus en détail

Thérapeutique en Stérilité

Thérapeutique en Stérilité Université Paris-Sud Diplôme Universitaire Thérapeutique en Stérilité Mars ou Avril 2007 (dates non encore déterminées) Lieu de l enseignement Hôpital Antoine Béclère Amphithéâtre de la Faculté 157, rue

Plus en détail

Devoir de contrôle n 1

Devoir de contrôle n 1 Lycée Gaafour 2 Professeur : MESSAOUDI Mohsen Devoir de contrôle n 1 Matière : S.V.T 01/11/2013 4 ème Sc.Exp Durée : 2 heures Partie I (12 points) Exercice I Sur votre copie, reportez le numéro de chaque

Plus en détail

Dossier de presse. Publication du décret relatif au diagnostic prénatal et au diagnostic préimplantatoire

Dossier de presse. Publication du décret relatif au diagnostic prénatal et au diagnostic préimplantatoire Dossier de presse Publication du décret relatif au diagnostic prénatal et au diagnostic préimplantatoire Saint-Denis, le 26 décembre 2006 Des activités désormais sous le contrôle de l Agence de la biomédecine

Plus en détail

Congres ffer 2011 marseille Poster n 8

Congres ffer 2011 marseille  Poster n 8 Congres ffer 2011 marseille www.ffer-marseille2011.com Poster n 8 Prevention du syndrome d hyperstimulation ovarienne par injection d un agoniste retard en cours de stimulation pour Fecondation In Vitro

Plus en détail

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de La fertilisation in vitro Une méthode de plus en plus utilisée Camille Sylvestre, MD L infertilité touche environ 10 % des couples, et cette incidence a tendance à augmenter, car les femmes retardent l

Plus en détail

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 12 : L'APPAREIL GÉNITAL FÉMININ.

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 12 : L'APPAREIL GÉNITAL FÉMININ. UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 12 : L'APPAREIL GÉNITAL FÉMININ. 1) LES OVAIRES. 1-1) La fonction des ovaires. Les ovaires assurent plusieurs rôles : o Premier rôle : les ovaires assurent la production des

Plus en détail

Exercice 1 : Exercice 2 :

Exercice 1 : Exercice 2 : Exercice 1 : 1. 1 : cavité folliculaire (ou antrum) ; 2 : thèques ; 3 : ovocyte I ; 4 : granulosa ; 5 : ovocyte II ; 6 : follicule rompu 2. Figure 1 : ovulation ; Figure 2 : follicule mûr ; Figure 3 :

Plus en détail

Document d information. Les techniques de fécondation in vitro. WOMN-1086502-Broch FIV-150x210-28p.indd 1 27/09/2013 09:19:48

Document d information. Les techniques de fécondation in vitro. WOMN-1086502-Broch FIV-150x210-28p.indd 1 27/09/2013 09:19:48 Document d information Les techniques de fécondation in vitro WOMN-1086502-Broch FIV-150x210-28p.indd 1 27/09/2013 09:19:48 Parmi les couples qui se forment actuellement en France, 15 % ont des difficultés

Plus en détail

LES CHIRURGIES PAR LAPAROSCOPIE

LES CHIRURGIES PAR LAPAROSCOPIE LES CHIRURGIES PAR LAPAROSCOPIE Préparé par : Docteur Oleg Soroko Chef du département de gynécologie 12 mai 2011 TABLE DES MATIERES Informations... 4 Qu est-ce qu une laparoscopie?... 4 Comment se passe

Plus en détail

L accueil d embryons. Les aspects organisationnels Françoise MERLET

L accueil d embryons. Les aspects organisationnels Françoise MERLET L accueil d embryons Les aspects organisationnels Françoise MERLET 1 Qu est-ce que l accueil d embryons? Une AMP à part entière comportant 2 volets Le don d embryons L accueil d embryons Concernant les

Plus en détail

UNITÉ D ENSEIGNEMENT 2.9 : Physiologie, sémiologie et pathologie endocriniennes et de la reproduction, gynécologie et obstétrique TD REPRODUCTION

UNITÉ D ENSEIGNEMENT 2.9 : Physiologie, sémiologie et pathologie endocriniennes et de la reproduction, gynécologie et obstétrique TD REPRODUCTION UNITÉ D ENSEIGNEMENT 2.9 : Physiologie, sémiologie et pathologie endocriniennes et de la reproduction, gynécologie et obstétrique TD REPRODUCTION EXERCICE 1 : Le document 1 représente différentes structures

Plus en détail

CLASSE PREPARATOIRE TD n 55... Biologie, Reproduction QCM 1. La spermatogenèse : a. la spermatogenèse est un phénomène continu qui débute à la puberté b. La spermatogenèse concerne toutes les cellules

Plus en détail

Objectif opérationnel : Légender le schéma de l ovaire avec les mots soulignés du document 1.

Objectif opérationnel : Légender le schéma de l ovaire avec les mots soulignés du document 1. Activité 1 : Structure d un ovaire. Objectif opérationnel : Légender le schéma de l ovaire avec les mots soulignés du document 1. Document 1 : description de l ovaire. Les ovaires sont des organes pairs

Plus en détail

Chapitre 2 : Régulation de la fonction reproductrice chez la femme

Chapitre 2 : Régulation de la fonction reproductrice chez la femme Connaissances La régulation de l axe gonadotrope féminin intègre des communications nerveuses et hormonales. L'hypothalamus et l'hypophyse sont deux organes étroitement associés et situés à la base du

Plus en détail

SVT TS : Procréation Connaissances exigibles

SVT TS : Procréation Connaissances exigibles SVT TS : Procréation Connaissances exigibles I Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère. A Le sexe est génétiquement défini à la fécondation

Plus en détail

Entité d'application : Service BDR et CECOS Emetteur : maternité Pellegrin CHU de Bordeaux PR-LAB 300

Entité d'application : Service BDR et CECOS Emetteur : maternité Pellegrin CHU de Bordeaux PR-LAB 300 1/23 TABLEAU DES EVOLUTIONS INDICE DATE D'APPLICATION MOTIF 01 AVRIL 2011 Création 02 MARS 2012 Modification inclusion délai de rendu de résultats Participants du groupe d'élaboration - Mme BERJON Astrid,

Plus en détail