Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques"

Transcription

1 Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Bruxelles Environnement EXEMPLE DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET DURABLE: BATEX [120] RUE DU VERGER Thomas GOETGHEBUER PLURICITE sprl

2 Présentation du Projet 2

3 Présentation du Projet 3

4 Présentation du Projet 4

5 Présentation du Projet 5

6 Présentation du Projet 6

7 Isolation de l enveloppe Façade : Isolation par l intérieur ou isolation par l extérieur Risques et points d attention Position et type du pare-vapeur Toiture : Isolation par l intérieur ou isolation par l extérieur Risques et points d attention Position et type de membrane Dalle sur sol : Point d attention 7

8 Problématique de l isolation par l intérieur 8

9 Problématique de l isolation par l intérieur Condensation interne par diffusion Risques de condensations internes en hiver s il n y a pas de membrane pour réguler la vapeur Risques de condensations internes en été si une membrane pour réguler la vapeur empêche la migration de la vapeur vers l intérieur Source Architecture et Climat 9

10 Problématique de l isolation par l intérieur Modification du potentiel de séchage Exposition du mur aux intempéries inchangée Maçonnerie globalement plus froide évaporation en surface réduite Séchage par l intérieur parfois empêché par un pare-vapeur Source Architecture et Climat Refroidissement et humidification du mur existant avec risque de gel et de dégradations mécaniques 10

11 Problématique de l isolation par l intérieur Mesures à envisager La limitation de la pénétration de l eau de pluie (exemple un hydrofuge) L évaporation en surface notamment vers l intérieur Contrairement aux idées reçues, un pare-vapeur extrêmement étanche à l air n est pas nécessairement une bonne solution car pour éviter l accumulation d eau dans la paroi, il est important de permettre une évaporation de l humidité vers l intérieur de la paroi. Pour permettre le séchage du mur, un par vapeur à coefficient de diffusion à la vapeur µ variable (en fonction de l HR) (de type Proclima intello+) est préféré à un freine-vapeur en OSB. 11

12 Etudes de cas Etudes réalisées à l aide du logiciel WUFIpro 4.2 IBP développé par le Fraunhoffer Institut. Sur 5 ans Basées sur le fichier météo d Uccle et le climat intérieur «humidité relative normale». Critères examinés Risque de condensation : Humidité relative à 1 cm de l interface avec la brique [ max 95 %] Evolution à long terme de la teneur en eau de la paroi 12

13 Etudes de cas Façade SUD 1. Brique cellulose panneau pare-vapeur 2. Brique plafonnage existant cellulose - panneau pare-vapeur 3. Hydrofuge brique plafonnage existant cellulose - panneau pare-vapeur Façade NORD 4. Brique cellulose - panneau pare-vapeur 5. Brique laine minérale - panneau pare-vapeur 13

14 1. Brique cellulose panneau pare-vapeur Mise en régime de la paroi Critère non respecté 14

15 1. Brique cellulose panneau pare-vapeur Mise en régime de la paroi Critère non respecté 15

16 2. Brique plafonnage existant cellulose - panneau pare-vapeur Critère non respecté 16

17 2. Brique plafonnage existant cellulose - panneau pare-vapeur Critère non respecté 17

18 3. Hydrofuge brique plafonnage existant cellulose - panneau pare-vapeur Critère respecté 18

19 3. Hydrofuge brique plafonnage existant cellulose - panneau pare-vapeur Critère respecté L hydrofuge a un impact bénéfique. Sa durée de vie est cependant de 10 ans. 19

20 4. NORD - Brique cellulose - panneau pare-vapeur Critère respecté 20

21 4. NORD - Brique cellulose - panneau pare-vapeur Critère respecté 21

22 5. NORD - Brique laine minérale - panneau parevapeur Critère respecté Mais le niveau d humidité dans la paroi augmente par rapport à l isolation en cellulose 22

23 5. NORD - Brique laine minérale - panneau parevapeur Critère non respecté à première vue A vérifier sur le plus long terme 23

24 Conclusions Evolution de la teneur en eau dans l isolant sur une période de 5 ans (cas 2 >< cas3) Attention échelle différente Pour toutes les façades orientées à la pluie un hydrofuge est indispensable pour éviter une accumulation d eau dans la paroi. Sa durée de vie est cependant de l ordre de 10 ans. 24

25 Conclusions Mise en régime Pas de plafonnage plafonnage avec = 8,3 plafonnage avec = 40 Contrairement à ce que l on aurait pu penser, le plafonnage n a pas un effet négatif sur le comportement hygrothermique de la paroi lorsque l on a de la cellulose. Attention : le plafonnage soumis à l humidité se désagrège - théoriquement max 80% La problématique est relativement neuve - pas d étude scientifique sur la nécessité de retirer le plafonnage ou non. 25

26 Conclusions Mise en régime Cellulose >< laine minérale L isolation cellulose possède un volant hygroscopique plus élevé que la laine minérale. Elle est capable d absorber une partie de l humidité de sorte la variation de l humidité relative dans l isolant diminue fortement. Sans plafonnage la laine minérale est une solution acceptable (l humidité relative est «tout juste» inférieure à 90%). Par contre cette solution est inacceptable lorsque l on conserve le plafonnage. 26

27 Isolation par l intérieur 27

28 Isolation par l extérieur 28

29 Isolation par l extérieur 29

30 Isolation de la toiture Isolation par l extérieur Isolation par l intérieur Techniquement très bonne solution Nécessite un permis d Urbanisme en dérogation au RRU Procédure longue et coûteuse!!! Pas de permis d urbanisme Attention présence pare-pluie nécessaire Perte d espace Performance de l isolant moindre Si couche composée 30

31 Isolation de la toiture 1 Toiture 1 N de la paroi Descritption de la paroi Résistance superficielle [m²k/w] intérieure R si : 0,10 extérieure R se : 0,10 La résistance th. de la lame d'air et des couches la séparant de l'ex térieur, est négligée. Re est remplacé par Ri Section 1 l [W/(mK)] Section 2 (optionnelle) l [W/(mK)] pourcentage Section 3 (optionnelle) l [W/(mK)] Pourcentage Epaisseur [mm] R T [m²k/w] 1. Plâtre 0, , Islation souple 0,035 Chevron 0,130 15% 60 1, Isolation rigide PUR 0, ,348 Epaisseur [mm] 9 Vide Fortement ventilé 3 Direction du Flux ascendant 40 0,000 R T [m²k/w] l [W/(mK)] Section 2 (optionnelle) l [W/(mK)] pourcentage Section 3 (optionnelle) l [W/(mK)] pourcentage Epaisseur [mm] R T [m²k/w] 10 Tuile 0,000 Total 22,0 cm Résistance thermique de surface à surface 5,605 W/(m²K) Supplément pour fixation mécanique 0,000 W/m.K Valeur U: 0,17 W/(m²K) 31

32 Isolation de la toiture 2 Toiture N de la paroi Descritption de la paroi Résistance superficielle [m²k/w] intérieure R si : 0,10 extérieure R se : 0,10 La résistance th. de la lame d'air et des couches la séparant de l'ex térieur, est négligée. Re est remplacé par Ri Section 1 l [W/(mK)] Section 2 (optionnelle) l [W/(mK)] pourcentage Section 3 (optionnelle) l [W/(mK)] Pourcentage Epaisseur [mm] R T [m²k/w] 1. Plâtre 1, , Isolation souple 0,035 0,130 10% 200 4, Isolation souple 0,035 0,130 15% 60 1,218 Epaisseur [mm] 9 Vide Fortement ventilé 3 Direction du Flux ascendant 40 0,000 R T [m²k/w] l [W/(mK)] Section 2 (optionnelle) l [W/(mK)] pourcentage Section 3 (optionnelle) l [W/(mK)] pourcentage Epaisseur [mm] R T [m²k/w] 10 Tuile 40 0,000 Total 35,3 cm Résistance thermique de surface à surface 5,720 W/(m²K) Supplément pour fixation mécanique 0,000 W/m.K Valeur U: 0,17 W/(m²K) 32

33 Isolation de la toiture Isolation par l extérieur Isolation par l intérieur 33

34 Isolation de la toiture 34

35 Isolation du rez-de-jardin 35

36 Isolation du rez-de-jardin 36

37 Ponts thermiques 37

38 Ponts thermiques 38

39 Ponts thermiques 39

40 Ponts thermiques 40

41 Ponts thermiques 41

42 Ponts thermiques 42

43 Ponts thermiques 43

44 Ponts thermiques 44

45 Ponts thermiques 45

46 Ponts thermiques 46

47 Ponts thermiques 47

48 Ponts thermiques 48

49 Ponts thermiques 49

50 Ponts thermiques 50

51 Ponts thermiques 51

52 Etanchéité à l air 52

53 Etanchéité à l air 53

54 Etanchéité à l air 54

55 55

56 Présentation du Projet 56

57 Présentation du Projet 57

58 58

59 Présentation du Projet 59

60 Présentation du Projet 60

61 Présentation du Projet 61

62 Contact Thomas GOETGHEBUER Bureau d études PLURICITE Rue du Verger, Auderghem :

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement ATELIER ENVELOPPE Thomas GOETGHEBUER MATRICIEL Présentation du Projet 2 Présentation du Projet 3 Présentation du Projet 4 Présentation du Projet

Plus en détail

Conception hygrothermique des murs extérieurs

Conception hygrothermique des murs extérieurs Conception hygrothermique des murs extérieurs Labo «Hygrothermie» Conception hygrothermique des parois PARTIE 2 23 mars 2017 Conception hygrothermique des murs extérieurs 23/02/2017 1 de 16 Conception

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Bâtiment durable de A à Z

Formation Bâtiment Durable : Bâtiment durable de A à Z Formation Bâtiment Durable : Bâtiment durable de A à Z Bruxelles Environnement Rénovation du siège de l European Foundation House Stratégies de conception Marc-Antoine NOBELS MATRIciel Introduction Situation

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : La PEB en 2015 : Comment l appliquer? Bruxelles Environnement Exemple 3 : Rénovation de bureaux Thomas LECLERCQ - Manuel da CONCEIÇÃO NUNES MATRIciel Objectif de la présentation

Plus en détail

Surélévations et extensions en bois

Surélévations et extensions en bois Organisé par la guidance technologique éco construction et développement durable de la Région de Bruxelles Capitale subsidiée par l Institut Bruxellois pour la Recherche et l Innovation (InnovIRIS) Surélévations

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace Confédération de la Construction 6 novembre 2008 Pourquoi isoler?

Plus en détail

pmp pmp pmp pmp CONTEXTE :le bâtiment greenwal Techniques innovantes appliquées au bâtiment Greenwal ETUDE HYGROTHERMIQUE D une toiture compacte

pmp pmp pmp pmp CONTEXTE :le bâtiment greenwal Techniques innovantes appliquées au bâtiment Greenwal ETUDE HYGROTHERMIQUE D une toiture compacte Techniques innovantes appliquées au bâtiment Greenwal ETUDE HYGROTHERMIQUE D une toiture compacte Jeudi 16 mars 2017 HYGROTHERMIE SEANCE 1 : CONCEPTION HYGROTHERMIQUE DES PAROIS CONTEXTE :le bâtiment greenwal

Plus en détail

ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques à travers les parois

ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques à travers les parois RAPPORT_BIPLAN SARL au capital de 8000 SIRET : 51199946800024 ZA La Touche 35890 BOURG DES COMPTES Tel : 02.99.52.14.38 Email : contact@tyeco2.com ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques

Plus en détail

Contenu. Conception hygrothermique des parois Principes de base. Contenu. Bruxelles, 16 mars Introduction. Notions théoriques

Contenu. Conception hygrothermique des parois Principes de base. Contenu. Bruxelles, 16 mars Introduction. Notions théoriques Organisé par la guidance technologique Eco construction et développement durable de la Région de Bruxelles Capitale subsidiée par l Institut Bruxellois pour la Recherche et l Innovation (InnovIRIS) Soirée

Plus en détail

ISOLATION DES MURS ANCIENS

ISOLATION DES MURS ANCIENS ISOLATION DES MURS ANCIENS ARCOSE - CLUNY, le 12 septembre 2016. Architecte : SARL ARC-PHI Architecture Devroey Raphael, Architecte DESL Croze 71220 Saint Bonnet de Joux Tél. : 0385 24 77 36 Email : arc-phi.architecture@orange.fr

Plus en détail

Conception hygrothermique des toitures plates. 16 mars 2017

Conception hygrothermique des toitures plates. 16 mars 2017 Conception hygrothermique des toitures plates 16 mars 2017 Eddy Mahieu CSTC Page 1 Remarque: Avant-propos Les syllabi distribués lors de présentations données par le CSTC ne font pas partie de la liste

Plus en détail

Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois...

Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois... Diaporama réalisé grâce à un premier travail de Bruno JARNO Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois... Samuel COURGEY Technicien référent - Formateur 1... En 4 parties : 1. Posons le sujet

Plus en détail

BUREAU D ÉTUDES CANTY

BUREAU D ÉTUDES CANTY La performance du détail 20 Réf. PHPP Réf. RT 2012 Ψ = 0,079 W/m.K (réf. RT 2012) Ψ = -0,044 W/m.K (réf. PHPP) Calcul réalisé selon les normes NF EN ISO 10211 et NF EN ISO 10077-2, les Règles Th-Bât 2012

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : détails techniques Bruxelles Environnement BATEX : points clefs et solutions pratiques retour architecte Julien KESSLER JKA architecture

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels isoler sa maison pourquoi? quand? comment et où? - améliorer le confort intérieur - faire des économies d énergies - respecter la réglementation déperditions toiture 25 à 30 % sol 7 à 15 % murs 15 à 25

Plus en détail

STEICO solutions constructives PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE STEICO construction

STEICO solutions constructives PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE STEICO construction STEICO solutions constructives PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE Solution de plancher avec matériaux à base de bois Isolants à base de fibre de bois Performance thermique et confort d utilisation Simple à mettre

Plus en détail

RECHERCHE, par SIMULATION HYGROTHERMIQUE, des RISQUES DE CONDENSATION et de DEVELOPPEMENT FONGIQUE dans les PROCEDES de TOITURE HYBRIS

RECHERCHE, par SIMULATION HYGROTHERMIQUE, des RISQUES DE CONDENSATION et de DEVELOPPEMENT FONGIQUE dans les PROCEDES de TOITURE HYBRIS ENERGIE ENVIRONNEMENT Enveloppe et Matériaux Innovants Tél. : +33 (0)4 76 76 25 11 Fax : +33 (0)1 64 68 89 38 Affaire N 16. 000134.01.01 Rapport N EMI 16-26062319 Grenoble, le 29 mars 2016 RECHERCHE, par

Plus en détail

Techniques d isolation par l intérieur des murs existants

Techniques d isolation par l intérieur des murs existants Techniques d isolation par l intérieur des murs existants Antoine Tilmans Chef de laboratoire adjoint Labo «Hygrothermie» 12/10/2017 Trio architecture Diagnostic préalable, choix et dimensionnement des

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS. Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES. Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE

SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS. Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES. Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR ETUDES ET ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION SESSION 2014 EPREUVE E5 ETUDE DES CONSTRUCTIONS Sous Epreuve U5.1 ETUDES TECHNIQUES Durée : 4 heures Coefficient : 3 ELEMENTS DE CORRIGE

Plus en détail

Evaluation des performances hygrothermiques des constructions en bois Optidubo

Evaluation des performances hygrothermiques des constructions en bois Optidubo Evaluation des performances hygrothermiques des constructions en bois Optidubo Master title - 2/06/2015 - Page 1 Méthodologie Evaluation des performances hygrothermiques Caractérisation matériaux Poste

Plus en détail

Cahier des charges pour l utilisation des bottes de paille dans la construction

Cahier des charges pour l utilisation des bottes de paille dans la construction Cahier des charges pour l utilisation des bottes de paille dans la construction Ce document est susceptible d évoluer ; il est disponible en téléchargement sur le site du RFCP : www.compaillons.eu Pour

Plus en détail

Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité

Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité Calcul de ponts thermiques en relevé d étanchéité Direction Date 10/03/2016 Chef de projet Laurent Mazié Référence rapport ET 16/037 N version 1 Chargés d études Rémi Wrona Diffusion VIPREMI Euro Prefa

Plus en détail

Murs doubles. Isolés avec de la laine de verre ISOVER.

Murs doubles. Isolés avec de la laine de verre ISOVER. Murs doubles. Isolés avec de la laine de verre ISOVER. Murs doubles. Extrêmement robustes et durables. Un mur double se compose de trois couches aux fonctions clairement distinctes: «porter, isoler et

Plus en détail

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation

Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Calcul de ponts thermiques et détermination du risque de condensation Direction Date 10/03/2016 Chef de projet Laurent Mazié Référence rapport ET 16/037 N version 1 Chargés d études Rémi Wrona Diffusion

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/8 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue,

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue, R R R ISOLATION INTERIEURE & EXTERIEURE La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, Recouvert d aluminium pur, SKYTECH Pro réfléchit vers l intérieur 95% de la chaleur du rayonnement

Plus en détail

ISOLER LES MURS PAR L EXTÉRIEUR

ISOLER LES MURS PAR L EXTÉRIEUR Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS DÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LES MURS PAR

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

CONFÉRENCE SOLUTIONS D ISOLATIONS POUR LA RÉNOVATION BÉAT ZBINDEN

CONFÉRENCE SOLUTIONS D ISOLATIONS POUR LA RÉNOVATION BÉAT ZBINDEN CONFÉRENCE SOLUTIONS D ISOLATIONS POUR LA RÉNOVATION BÉAT ZBINDEN SAINT-GOBAIN ISOVER SA, PLUS DE 80 ANS D EXPÉRIENCES AU SERVICE DE L ISOLATION 1937 : Fibre de verre SA - Henniez Fondé par Jean Gränicher

Plus en détail

Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama

Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama Via Positive 7 ZA de Pré Munny 01630 PERON Tel : 04 50 56 33 11 E-mail : contact@viapositive.com Cabinet d ingénieur en énergie. Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama Etude thermique RT

Plus en détail

L isolation en rénovation: dernières nouveautés

L isolation en rénovation: dernières nouveautés L isolation en rénovation: dernières nouveautés Bruxelles Environnement L importance de traiter le bâtiment dans sa globalité André BAIVIER ISOPROC INNOVISO Plan de l exposé Introduction Rappel de quelques

Plus en détail

23-200_1_120mm. Logiciel Ecosai v.1.0 (build 81) Logiciel appartenant à: Saint-Gobain Isover SA. page 1 de 11. imprimé le:

23-200_1_120mm. Logiciel Ecosai v.1.0 (build 81) Logiciel appartenant à: Saint-Gobain Isover SA. page 1 de 11. imprimé le: Logiciel Ecosai v.1.0 (build 81) Logiciel appartenant à: SaintGobain Isover SA page 1 de 11 Fichier: 23200.usai 23200_1_120mm EN ISO 6946 3 Valeur U 0.2236 0.026 Rsi: 0.13 Rse: 0.04 Météo: ZürichMeteoSchweiz

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Isolation thermique par l extérieur

Isolation thermique par l extérieur Isolation thermique par l extérieur 8 Diathonite Evolution est un enduit idéal pour réaliser une isolation thermique par l extérieur sur tous les types de maçonnerie. 1 2 3 4 1. Diathonite Finition / Plasterpaint

Plus en détail

FORMATION BÂTIMENT DURABLE

FORMATION BÂTIMENT DURABLE FORMATION BÂTIMENT DURABLE OUTILS DE DIAGNOSTIC POUR LA RÉNOVATION AUTOMNE 2017 L enveloppe du bâtiment existant Pierre WILLEM Sur base de la présentation conçue par ICEDD asbl 2 OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation partielle Bruxelles Environnement Amélioration de la ventilation hygiénique François LECLERCQ MATRIciel Objectifs de la présentation La rénovation par phase influence-t-elle

Plus en détail

APPLICATION POUR TOITURE

APPLICATION POUR TOITURE SCHÉMAS DE POSE est utilisé avec tous types de couverture (tuiles, ardoises, ) pour les travaux neufs ou de rénovation. Le domaine d application des écrans de sous-toiture est mentionné dans les Cahiers

Plus en détail

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27 Communauté d agglomération des Portes de l Eure Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de l Eure ATELIER Rénovation énergétique 15 décembre 2015 - ALEC27 - CAUE27 SOMMAIRE TYPOLOGIES DE

Plus en détail

Illustrons cette conjonction à partir du diagramme de l air humide (ou «diagramme psychrométrique»).

Illustrons cette conjonction à partir du diagramme de l air humide (ou «diagramme psychrométrique»). 2-1.2. Problèmes particuliers posés par l humidité de l air Les conditions dominantes des zones d altitude sont celles d un air frais et humide. S il n y a aucun risque lié à une climatisation qui n a

Plus en détail

Le 03/02/15 Présentation du Seacbois

Le 03/02/15 Présentation du Seacbois Présentation du Seacbois 1 PAS DE GESTION D EMBALLAGE Son conditionnement sur palette perdue évite tous soucis de gestion d emballage. Jusqu à 40ml/palette 2 POSE TRES RAPIDE Légèreté = Pose rapide La

Plus en détail

AMCO 1901 : exercices de thermique

AMCO 1901 : exercices de thermique AMCO 1901 : exercices de thermique Matériaux [W/mK],e[m] qt= k. (Tint- Text) [w/m2] Parois k = 1/RT [W/K] Ri, Re, Ra, Rvitrages RT = R [K/W] Bâtiment ks = aj kj Aj + ki li [W/K] Aj. niveau d'isolation

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos Domaine d application du guide... 6

SOMMAIRE. Avant-propos Domaine d application du guide... 6 SOMMAIRE Avant-propos......................................... 4 Domaine d application du guide......................... 6 Système de bardage rapporté traditionnel, non traditionnel et certification associée.................................

Plus en détail

LE BATI ANCIEN, LE PATRIMOINE ET L ENERGIE

LE BATI ANCIEN, LE PATRIMOINE ET L ENERGIE Quelles recommandations d intervention pour le bâti ancien grenoblois? LE BATI ANCIEN, LE PATRIMOINE ET L ENERGIE Bâti ancien et développement durable -ANVPAH- 15 décembre 2010 Ville de Grenoble Contexte

Plus en détail

mb rock mb rock + 0,40

mb rock mb rock + 0,40 MB ROCK & MB ROCK + mb rock mb rock + MB ROCK est un panneau rigide avec bord flexible pour l isolation des constructions à ossature bois entre montants structurels. MB ROCK + est un panneau rigide double

Plus en détail

Mise en place d une VMC simple flux en rénovation

Mise en place d une VMC simple flux en rénovation Dispositif REX Bâtiments performants É T U D E D E C A S VMC Mise en place d une VMC simple flux en rénovation Etudes de cas d isolation thermique de l enveloppe 1 Le contexte Suite à un changement de

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

Aide à l utilisation de WUFI pour la simulation dynamique de la diffusion de vapeur dans les parois

Aide à l utilisation de WUFI pour la simulation dynamique de la diffusion de vapeur dans les parois Notes techniques et réflexions Aide à l utilisation de WUFI pour la simulation dynamique de la diffusion de vapeur dans les parois Auteur : Clément CARPENTIER Octobre 2009 ENERTECH Ingénierie énergétique

Plus en détail

L assainissement énergétique de bâtiments historiques. 1. Introduction. 3. Dimensionnement d une isolation intérieure. 2.

L assainissement énergétique de bâtiments historiques. 1. Introduction. 3. Dimensionnement d une isolation intérieure. 2. L assainissement énergétique de bâtiments historiques Julia Bachinger, Frédéric Haldi, Bernhard Stamm 1. Introduction Le secteur du bâtiment est responsable de près de 40% de la consommation d énergie

Plus en détail

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T Traitement des nœuds constructifs 1 Domaine d application 2 Définitions 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T junctions 3.1 OPTION A : méthode détaillée

Plus en détail

Le comportement thermique du bâti ancien

Le comportement thermique du bâti ancien Le comportement thermique du bâti ancien CAUE de Meurthe et Moselle Le 16 septembre 2009 Julien BURGHOLZER Responsable du groupe Construction au Centre d Études Techniques de l Équipement (CETE) de l Est

Plus en détail

La toiture multifonctionnelle au service de la Construction durable

La toiture multifonctionnelle au service de la Construction durable La toiture multifonctionnelle au service de la Construction durable O. Vandooren (CSTC) La reproduction ou la traduction, même partielles, des textes et illustrations de cette présentation n est autorisée

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19 Annexe 8 Les règles de calcul pour la détermination des coefficients de transmission thermique linéaires et ponctuels des nœuds constructifs Calculs numériques validés TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique. Répartition des surfaces vitrées selon les façades 0% 6% 12% 40%

Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique. Répartition des surfaces vitrées selon les façades 0% 6% 12% 40% RAPPORT Numéro du rapport : # 01 Titre : Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique La présentation se porte sur la version 0 situation existante : Répartition des surfaces

Plus en détail

Construction d une maison individuelle passive à Hochfelden

Construction d une maison individuelle passive à Hochfelden RETOUR D EXPÉRIENCES Construction d une maison individuelle passive à Hochfelden DURANT LES TRAVAUX Crédit photo : Agence KMO Crédit photo : Agence KMO À Réception du projet Acteurs du projet Maître d

Plus en détail

Isolation multicouches destinés aux

Isolation multicouches destinés aux Isolation multicouches destinés aux Isolation thermique dans une membrane multi-couche, mince et flexible Conforme aux exigences de la BR443 Isolation de toit en pente Entièrement certifié Testé au boîte

Plus en détail

Les noeuds constructifs

Les noeuds constructifs Les noeuds constructifs Journée d étude PEB Passif 2015 CCB-C 30 mai 2013 Antoine Tilmans Laboratoire Caractéristiques énergétiques CSTC Avec le support de la guidance technologique écoconstruction et

Plus en détail

Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels

Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels Module L03 : TRANSFERTS THERMIQUES Corrigés des exercices posés en partiels 1 Contrôle de température lors de travaux 1.1 Dimensionnement du chauffage 1.2 Température de surface 1.3 Consommation énergétique

Plus en détail

Humidité et Transfert de vapeur d eau dans une paroi. Durée du thème : 45 minutes

Humidité et Transfert de vapeur d eau dans une paroi. Durée du thème : 45 minutes et Transfert de vapeur d eau dans une paroi Durée du thème : 45 minutes Niveau de confort dans un bâtiment Equilibre thermique et Hygrométrique 2 Constructions récentes Bâtiment dont le mode constructif

Plus en détail

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 10-099 Le 26 avril 2011 Réf. DER/HTO 2011-100-AD/LS CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Version 1

Plus en détail

BAS D IMMEUBLE 1// ÉTAT DES LIEUX. Vitrines de commerces

BAS D IMMEUBLE 1// ÉTAT DES LIEUX. Vitrines de commerces // BAS D IMMEUBLE 1// ÉTAT DES LIEUX // Certains bâtiments, ou certaines faces des bâtiments, ne disposent pas de soubassements. L enduit de la façade se prolonge jusqu en bas. Vitrines de commerces //

Plus en détail

0,40. Répond à l essentiel de la réglementation acoustique (hormis pour les exigences des voies de classe 1) et zone aéroprtuaire

0,40. Répond à l essentiel de la réglementation acoustique (hormis pour les exigences des voies de classe 1) et zone aéroprtuaire MB ROCK & MB ROCK + mb rock mb rock + MB ROCK est un panneau rigide avec bord flexible pour l isolation des constructions à entre montants structurels. MB ROCK + est un panneau rigide double densité destiné

Plus en détail

Dispositif REX Bâtiments performants. Parois opaques

Dispositif REX Bâtiments performants. Parois opaques Dispositif REX Bâtiments performants QCM Parois opaques 1 1 Parmi les propositions suivantes, quelles sont les bonnes pratiques pour assurer une mise en œuvre de qualité des isolants et ainsi éviter des

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air fortement le bilan énergétique d une maison 3 8 Assurer la qualité de l isolation thermique et de l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air 2 L

Plus en détail

Rénovation des fenêtres existantes

Rénovation des fenêtres existantes Rénovation des fenêtres existantes Approche énergétique Benoît Michaux - Page 1 Contenu Différentes performances Solutions possibles et la thermique Risque de condensation Gestion des apports solaires

Plus en détail

0,40. Répond à l essentiel de la réglementation acoustique (hormis pour les exigences des voies de classe 1) et zone aéroprtuaire

0,40. Répond à l essentiel de la réglementation acoustique (hormis pour les exigences des voies de classe 1) et zone aéroprtuaire MB ROCK & MB ROCK + mb rock mb rock + MB ROCK est un panneau rigide avec bord flexible pour l isolation des constructions à ossature bois entre montants structurels. MB ROCK + est un panneau rigide double

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 1. GENERALITES 2. PLACEMENT DE L ISOLATION DANS LE MUR CREUX 3. AGREMENT TECHNIQUE

TABLE DES MATIERES 1. GENERALITES 2. PLACEMENT DE L ISOLATION DANS LE MUR CREUX 3. AGREMENT TECHNIQUE TABLE DES MATIERES 1. GENERALITES 2. PLACEMENT DE L ISOLATION DANS LE MUR CREUX Remplissage complet des murs creux Remplissage partiel des murs creux Isoler les murs de cave Avantages des panneaux rigides

Plus en détail

GUIDE DE POSE PAVAFLOC

GUIDE DE POSE PAVAFLOC GUIDE DE POSE PAVAFLOC Sommaire : Procédés de mise en œuvre et domaine d emploi Référentiels Hygiène et sécurité Prévention incendie Mise en œuvre : SOUFFLAGE / INSUFFLATION / PROJECTION Résumé des performances

Plus en détail

SOLUTION PLANCHER DE COMBLES NON PRATICABLES CHARPENTES DE TOIT EN PLANCHE ET GRENIERS (FAUX-COMBLES) NON UTILISÉS

SOLUTION PLANCHER DE COMBLES NON PRATICABLES CHARPENTES DE TOIT EN PLANCHE ET GRENIERS (FAUX-COMBLES) NON UTILISÉS SOLUTION PLANCHER DE COMBLES NON PRATICABLES CHARPENTES DE TOIT EN PLANCHE ET GRENIERS (FAUX-COMBLES) NON UTILISÉS LES TRAVAUX D ISOLATION DANS LA PRATIQUE 1 DÉROULEMENT D UN CHANTIER Le spécialiste en

Plus en détail

Rénovation des fenêtres existantes

Rénovation des fenêtres existantes Rénovation des fenêtres existantes Approche énergétique Benoît Michaux - Page 1 Contenu Différentes performances Solutions possibles et la thermique Risque de condensation Gestion des apports solaires

Plus en détail

I. Trois méthodes de calculs sont acceptées par la réglementation PEB

I. Trois méthodes de calculs sont acceptées par la réglementation PEB Titre Document explicatif des nœuds constructifs dans le cadre de la PEB Public cible Maître d œuvre, architecte, exécutant, déclarant PEB Auteur Jean-François Glaude Publication 14/05/2015 Documents de

Plus en détail

Toiture en pente existante (30 et 35 ) Toiture plate neuve. Toiture plate existante. ext. ext. int. ext. int. int. T-EXI T-BOI-PLA-340

Toiture en pente existante (30 et 35 ) Toiture plate neuve. Toiture plate existante. ext. ext. int. ext. int. int. T-EXI T-BOI-PLA-340 Toiture en pente existante (30 et 3 ) T-EXI-30-347 Toiture plate neuve T-BOI-PLA-340 Bat Avant : T14 Valeur U= 0.13 W / m².k Bat Avant : T13 Bat Arrière : T7 et T16 Valeur U= 0.13 W / m².k Tuiles Lattage

Plus en détail

16/09/2010. Présentation proposée par Jean-Claude Cammaerts. Un résultat maximal avec une épaisseur minimale...

16/09/2010. Présentation proposée par Jean-Claude Cammaerts. Un résultat maximal avec une épaisseur minimale... Présentation proposée par Jean-Claude Cammaerts Un résultat maximal avec une épaisseur minimale... 1 Recticel est actif dans 5 secteurs Confort Produit et transforme de la mousse de rembourrage de coussins,chaises,etc.

Plus en détail

Eurowall 21. l isolation des murs creux ultra mince avec une excellente valeur isolante.

Eurowall 21. l isolation des murs creux ultra mince avec une excellente valeur isolante. Eurowall 21 l isolation des murs creux ultra mince avec une excellente valeur isolante. Les prix de l énergie n ont plus de limite. Construire (ou rénover) en se souciant des économies d énergie devient

Plus en détail

ETUDE MULTICRITERES POUR LA REHABILITATION ENERGETIQUE DE BATIMENTS ANCIENS

ETUDE MULTICRITERES POUR LA REHABILITATION ENERGETIQUE DE BATIMENTS ANCIENS ETUDE MULTICRITERES POUR LA REHABILITATION ENERGETIQUE DE BATIMENTS ANCIENS PAYS DU BASSIN DE BRIEY (54) ANNEXE 3 : Chiffrage détaillé des actions unitaires Maison bi-familiale des années 1950 CC du Pays

Plus en détail

RÉNOVATION : OBLIGATION D ISOLATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2017

RÉNOVATION : OBLIGATION D ISOLATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2017 RÉNOVATION : OBLIGATION D ISOLATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2017 LES SOLUTIONS D ISOLATION THERMIQUE DE SOPREMA OU LA PERFORMANCE AU SERVICE DU CONFORT Le saviez-vous? Un logement ou un bâtiment mal ou

Plus en détail

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE Direction Isolation et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 13-098 Le 21 juillet 2014 Réf. DIR/HTO 2014-154-KZ/LS- N SAP 70042372 DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET

Plus en détail

Isolation thermique de l enveloppe

Isolation thermique de l enveloppe Dispositif REX Bâtiments performants É T U D E D E C A S PAROIS OPAQUES Isolation thermique de l enveloppe 1 Le contexte Dans le cadre d une rénovation thermique d un ancien logement collectif, une isolation

Plus en détail

ROCKFAÇADE est un panneau en laine de roche nu de masse volumique de 39 kg/m 3. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES. Masse volumique nominale (kg/m 3 ) 39

ROCKFAÇADE est un panneau en laine de roche nu de masse volumique de 39 kg/m 3. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES. Masse volumique nominale (kg/m 3 ) 39 ISOLER LES BARDAGES SUR SUPPORT MAÇONNÉ ROCKFAÇADE NOUVEAU : Solution ROCKFAÇADE ENERGY ROCKFAÇADE est un panneau en laine de roche nu de masse volumique de 39 kg/m 3. DOMAINE D APPLICATION Isolation par

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi ISOLER? Les origines des fuites thermiques d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

STEICO solutions constructives

STEICO solutions constructives STEICO solutions constructives Charpente support des éléments de couverture par l intermédiaire de contrelattes avec une fixation adaptée Grand choix de couvertures possibles Isolation pour charpente apparente

Plus en détail

Kronolux MDF Diffusion

Kronolux MDF Diffusion est un panneau résistant à l humidité, c est un panneau de fibres de densité moyenne et de colle synthétique conçu pour le secteur de la construction du bâtiment. COMPOSANTS : Les panneaux ont une épaisseur

Plus en détail

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1 Exercice 1 L énergie thermique Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité = 1,15 W/(m.K) La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface

Plus en détail

Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN Système pour construction sèche. Type:

Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN Système pour construction sèche. Type: Fiche de planification Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN 1264-4 A) B) Système SCHÜTZ souhaité Système à agrafage Système à plots Système pour construction sèche Système

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Règles Th-U. Parois vitrées. Fascicule 3/5 SOMMAIRE

Règles Th-U. Parois vitrées. Fascicule 3/5 SOMMAIRE Règles Th-U Ex Fascicule 3 : Parois vitrées - Sommaire I Règles Th-U Fascicule 3/5 Parois vitrées SOMMAIRE Chapitre I : Introduction... 1 Chapitre II : Méthode générale de calcul... 2 2.1 Parois vitrées...

Plus en détail

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ Des bâtiments exemplaires avec la brique 17 rue Letellier 75O15 Paris Email : fftb@fftb.org @_FFTB_ www.briques.org Quelle est la pertinence de la maçonnerie en briques terre

Plus en détail

Solutions d isolation thermique PUR / PIR. façade. isolation thermique. panneaux. mur creux. performant. isolation extérieure

Solutions d isolation thermique PUR / PIR. façade. isolation thermique. panneaux. mur creux. performant. isolation extérieure Solutions d isolation thermique façade isolation thermique PUR / PIR mur creux panneaux performant isolation extérieure Isolation extérieure murs & façades confort economie performance Un bâtiment mal

Plus en détail

GUIDE DE POSE UNIVERCELL

GUIDE DE POSE UNIVERCELL GUIDE DE POSE UNIVERCELL Sommaire : Procédés de mise en œuvre et domaine d emploi Référentiels Hygiène et Sécurité Prévention incendie Mise en œuvre : SOUFFLAGE / INSUFFLATION / PROJECTION Ateliers pratiques

Plus en détail

MANUEL DE POSE THERMALU CHAPE

MANUEL DE POSE THERMALU CHAPE MANUEL DE POSE THERMALU CHAPE THERMALU ENTREPRISE SCOP ARL ZA Les Sablonnières 05120 L ARGENTIERE LA BESSEE Tél : 04-92-49-30-16 Mail : contact@thermalu.eu - 1 SOMMAIRE 1- VERIFICATION DES CONDITIONS DE

Plus en détail

OPTEX, LA SOLUTION D ITE SOUS BARDAGE RAPPORTÉ ISOVER POUR LA RÉNOVATION DES MAISONS INDIVIDUELLES

OPTEX, LA SOLUTION D ITE SOUS BARDAGE RAPPORTÉ ISOVER POUR LA RÉNOVATION DES MAISONS INDIVIDUELLES OPTEX, LA SOLUTION D ITE SOUS BARDAGE RAPPORTÉ ISOVER POUR LA RÉNOVATION DES MAISONS INDIVIDUELLES 1_ Maison après travaux d ITE en façade ventilée : une nouvelle façade, pour une maison embellie et valorisée.

Plus en détail

LA MÉTHODE GLASER : CALCUL DE LA CONDENSATION DANS LES PAROIS

LA MÉTHODE GLASER : CALCUL DE LA CONDENSATION DANS LES PAROIS LA MÉTHODE GLASER : CALCUL DE LA CONDENSATION DANS LES PAROIS Document mis à jour le 15 décembre 2016 B.B.S. Slama service technique : 04.73.34.73.20 sav@bbs-logiciels.com www.bbs-logiciels.com Calcul

Plus en détail

Systèmes constructifs bois et thermique d hiver. Sylvain Boulet - FCBA

Systèmes constructifs bois et thermique d hiver. Sylvain Boulet - FCBA Systèmes constructifs bois et thermique d hiver Sylvain Boulet - FCBA 1 Programme RT Bois «Aide à la conception technique et règlementaire, adaptée au choix de solutions constructives bois» Suite de l

Plus en détail

DämmRaum Sol: la poutre avec la base sol

DämmRaum Sol: la poutre avec la base sol DämmRaum Sol: la poutre avec la base sol Mise à niveau du sol création d espace isolé pose du sol La base sol est une petite révolution dans le bâtiment. Notre système de base sol se met en lieu et place

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Aides et freins pour les rénovations performantes Bruxelles Environnement EXEMPLE DETAILLE D UNE RENOVATION Batex [047] rue Stuckens Madeline DEMOUSTIER Fhw Architectes scprl

Plus en détail