Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs"

Transcription

1 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs Les détermnants du beson d ade non satsfat des personnes âgées vvant à domcle : un modèle probt bvaré avec sélecton d échantllon Bérengère Davn 1,2, Xaver Joutard 1,3, Jean-Paul Moatt 2,3, Alan Paraponars 2,3,4, Perre Verger 2,4 (1) GREQAM, Centre de la Velle Charté 2 rue de la Charté Marselle (2) Inserm 379, 232 boulevard Sante Marguerte, Marselle cedex 9 (3) Faculté des Scences Economques et de Geston, Unversté de la Médterranée, 14 avenue Jules Ferry Ax en Provence cedex (4) Observatore Régonal de la Santé PACA, 23 rue Stanslas Torrents, Marselle 1. INTRODUCTION L évoluton démographque des pays occdentaux révèle un vellssement marqué des populatons. Ce phénomène touche partculèrement les pays de l Unon Européenne, plus encore que l Amérque du Nord [1]. L accélératon de cette évoluton est réputée contrbuer à l accrossement des dépenses de santé [2]. Elle altère partculèrement les relatons entre populatons jeunes et populatons âgées [3-5], en accentuant la nécessté des réformes des systèmes de protecton socale, dont les régmes de retrate et d assurance-malade [6, 7] et elle condtonne, de façon beaucoup plus large, les modaltés mêmes de la crossance économque [8, 9]. En France, où la populaton s avère en moyenne plus velle que dans les autres pays de l OCDE [1], la proporton de personnes âgées de plus de 60 ans ne cesse de croître. En 2000, elle état de 20,6 % dans la populaton françase, sot 12,1 mllons de personnes, dont 2,3 mllons de plus de 80 ans [10]. A l horzon 2040, une personne sur tros aura plus de 60 ans, sot 21,6 mllons de personnes, et 7 mllons auront plus de 80 ans [11]. En outre, l allongement de la durée de ve s accompagne d un nombre plus mportant de pathologes et d ncapactés pour réalser un certan nombre d actvtés de la ve quotdenne [12]. Ben que ces ncapactés aent été dentfées comme un facteur de rsque majeur pour l nsttutonnalsaton [13, 14], la grande majorté (95,9 %) des personnes âgées dépendantes vt à domcle. Pour paller aux ncapactés fonctonnelles que le handcap est susceptble de générer, ces dernères ont alors recours à l utlsaton de matérels technques spécfques et/ou à des terces personnes afn de réalser tout ou parte des actvtés de la ve quotdenne. Mas le vellssement des adants, l accrossement de l actvté fémnne, l élognement des enfants du domcle de leurs parents, la séparaton plus fréquente des couples sont autant de rasons qu font crandre un ratonnement de la demande d ades humanes, à cause de la dmnuton du nombre d adants nformels dans la réalsaton de ces actvtés [10], que l évoluton de la populaton d adants professonnels ne permet pas, pour l heure, de compenser exactement. Ans, s les personnes âgées peuvent espérer vvre le reste de leur ve en bonne santé, deux ters d entre elles dovent s attendre à vvre les années d ncapacté avec des Cet artcle a été réalsé dans le cadre d une recherche qu a obtenu le souten fnancer du programme Cnrs/Mre- Drees/Inserm Analyses secondares de l enquête HID (conventon 16/02). Correspondance à : Alan Paraponars, Inserm 379-ORS Paca, 23 rue Stanslas Torrents, Marselle, - 1 -

2 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs besons non-satsfats [15]. Or, une réponse mal dmensonnée à la dépendance des personnes âgées peut avor des conséquences néfastes sur l état de santé en générant des co-morbdtés comme la dépresson [16], provoquer un recours plus mportant aux sons [17], aboutr au placement en nsttuton [13, 14], ou encore accroître le rsque de décès [18]. Dans un tel contexte, l adéquaton des ades reçues par les personnes âgées dépendantes aux besons exprmés revêt une mportance partculère en posant la queston de l accès aux ades dsponbles [19, 20]. Notamment, la rupture d équté dans l accès des personnes âgées aux ressources permettant de répondre à leurs besons est souvent placée au centre des négaltés socales concernant la mortalté [21] et la morbdté [22, 23]. Ans, les négaltés socales devant le handcap et la dépendance ne sont pas seulement dues à des dfférences socoprofessonnelles d exposton mas également à des dfférences dans les ressources humanes et matérelles moblsables pour y fare face [24, 25]. C est spécfquement cet aspect que cet artcle propose de consdérer, en tentant d dentfer, dans le cas franças, les détermnants médcaux et socoéconomques de l nadéquaton de l ade aux besons de personnes âgées de plus de 60 ans vvant à domcle, à partr des données du premer passage à domcle de l enquête natonale Handcaps-Incapactés-Dépendance réalsé en MATERIEL ET METHODES 2.1. Echantllon et populaton de référence Cet artcle explote les données de l'enquête françase Handcaps-Incapactés-Dépendance (HID), consacrée aux conséquences des problèmes de santé sur l'ntégrté physque, la ve quotdenne et la ve socale des personnes [26]. Cette enquête a été réalsée en quatre vagues de collecte de 1998 à Cet artcle consdère la seconde vague d enquête réalsée en 1999 auprès de personnes âgées de 0 à 102 ans vvant à leur domcle (HID 1999), dont l retent le sous-échantllon des personnes âgées de plus de 60 ans. Afn d assurer une bonne descrpton des personnes ayant effectvement un handcap, l échantllon HID a été construt à partr de taux de sondage fortement négaux : les personnes handcapées ont été trées avec une probablté élevée, à l nverse de celles, beaucoup plus nombreuses, déclarant n avor aucune dffculté dans la ve quotdenne [26]. Dans cet artcle, le sous-échantllon des plus de 60 ans vvant à domcle a été redressé de sorte à assurer la représentatvté de la populaton de référence, composée par les 11,5 mllons d ndvdus, selon le sexe, l âge (exprmé en quatre classes) et le nveau de dffcultés ou de handcap (déclné en 6 modaltés ordonnées par nveau de handcap crossant, allant de l absence de dffculté déclarée à la reconnassance admnstratve d un handcap), caractères dont les modaltés permettent de défnr 48 strates

3 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs S = / (respectvement F = N / N = 1 = 1 f n n ) désgne la fréquence assocée à la strate dans l échantllon (respectvement la fréquence assocée à la strate dans la populaton), s = n / N (respectvement s n / N ) exprme le taux de sondage de la strate (respectvement le taux = = 1 = 1 global de sondage) avec s s j j. La sére de pondératons utlsées pour redresser l échantllon est composée des 1/( s / s ), =1,,48, qu donnent à l échantllon des n ndvdus la structure de la populaton de référence ( f 1/( s / s) = F ) Constructon des varables d ntérêt Le questonnare proposé aux personnes nterrogées est composé, outre les questons sur la structure du ménage, de 11 modules abordant les défcences déclarées et leurs orgnes, la descrpton des ncapactés, la descrpton de l entourage famlal, socal et des adants, les aménagements du domcle et les ades technques utlsées, la descrpton du logement, la réalsaton de déplacements et l utlsaton de transports, la scolarté effectuée et les dplômes obtenus, la stuaton devant l emplo et l orgne socale, les revenus et la reconnassance admnstratve de handcaps, la consommaton de servces culturels, tourstques ou de losrs, et enfn l ntervew de l adant prncpal lorsqu l exste [26]. Sur la base des données ans recuelles ont été construtes une varable de beson d ade et une varable de beson d ade non satsfat pour neuf actvtés essentelles de la ve courante défnes selon les échelles de Katz (Actvtes of Daly Lvng ADL) [27] et Lawton (Instrumental Actvtes of Daly Lvng IADL) [28]. Les ADL concernent la capacté d un ndvdu à fare sa tolette, s habller, aller et utlser les tolettes, se lever du lt ou du fauteul, s almenter et sortr du logement. Les IADL permettent de mesurer l apttude à fare les courses, préparer les repas et fare les tâches ménagères courantes (vasselle, lessve, ménage, repassage, rangement, ) Défnton du beson d ade Dans l enquête HID, les personnes ont pu déclarer : 1. ne pas avor de dffculté à réalser une actvté ; 2. avor quelques dffcultés ; 3. avor beaucoup de dffcultés ; 4. ne pas parvenr à réalser une actvté sans ade (fgure 1). Le beson d ade a alors été défn comme l mpossblté déclarée de réalser une actvté sans une ade extéreure. Cette défnton du beson est plus restrctve que celle retenue dans d autres types d études (vor [16] ou [18] par exemple), mas présente l attrat de rédure la trop grande hétérogénété des ndvdus ne pouvant réalser sans dffculté une ou pluseurs actvtés

4 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs Fgure 1 : Défnton du beson et du beson non satsfat à partr de l enquête HID Fates-vous l actvté sans l ade de quelqu un? Recevez-vous de l ade? Ou, sans dffculté Ou, avec quelques dffcultés Ou, avec beaucoup de dffculté Ou Pas de beson Beson Pas d ade Ade Beson non satsfat Beson satsfat Défnton du beson d ade non satsfat Dans le même temps, l ade reçue par les ndvdus nterrogés pour la réalsaton d une ou pluseurs actvtés a été recensée. L ade consdérée est une ade humane, que l adant sot un proche ou un professonnel. Il s agt d une ade complète, au sens où l adant réalse l actvté à la place de la personne dépendante, et son nterventon ne se borne pas à une foncton d assstance ou de supervson. A partr des varables de beson et d ade déclarés, le beson d ade non satsfat a alors été défn comme la stuaton où une personne a beson d ade pour réalser une actvté mas n en reçot pas (fgure 1). Cette mesure de l nadéquaton coïncde avec celle retenue dans [29], mas s avère plus restrctve que celle utlsée dans d autres types de travaux [16, 30-32], car à la dfférence de ces travaux (fgure 2), les données recuelles ne permettent pas d dentfer les stuatons où la personne reçot, en réponse à un beson exprmé, une ade jugée nsuffsante. Fgure 2 : Défnton du beson et du beson non satsfat dans la lttérature [16, 30-32] Avez-vous des dffcultés à réalser l actvté? non ou Exclus Recevez-vous de l ade? non ou Avez-vous beson d ade? Avez-vous beson de plus d ade? non ou ou non Pas de beson Beson non satsfat Beson satsfat - 4 -

5 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs 2.3. Modélsaton Stratége d estmaton L étude des facteurs assocés à l nadéquaton entre beson exprmé et ade reçue revent à s ntéresser aux caractérstques qu font que certanes personnes déclarant un beson d ade reçovent l ade nécessare et d autres pas. Toutefos, le fat de se lmter à la populaton ayant beson d ade peut entraîner un bas de sélecton non consdéré par les études comparables sur le sujet [16, 33]. A l nstar des chox réalsés dans des travaux portant sur des objets d étude certes dfférents [34, 35] mas dans des contextes analogues où l hétérogénété des sous-populatons consdérées générat un rsque potentel de bas de sélecton dans l estmaton des paramètres, ce traval retent un modèle probt bvaré avec sélecton d échantllon [36] dont l utlsaton permet la modélsaton smultanée du beson d ade et du beson d ade non satsfat. Plus formellement, on suppose que les caractérstques observables X de l ndvdu (état de santé, âge, sexe, envronnement socoéconomque, ) détermnent son degré de beson d ade réel * B = Xβ + u où u représente la composante aléatore non observable. B * n est pas drectement observable, mas on observe en revanche B, le beson d ade exprmé par l ndvdu et défn par : * 1 s B > 0 B =. 0 snon Il en est de même pour le beson d ade non satsfat réel, drectement non observable, * BNS = Zγ + v (où Z représente les caractérstques observables et v la composante non observable), au contrare du beson d ade non satsfat déclaré > BNS = 0 snon * 1 s BNS 0 BNS : BNS n est observé que lorsque B = 1 : condtonnellement au fat d avor exprmé un beson d ade, l ndvdu peut vor ce beson satsfat ou non, selon qu l reçot de l ade ou non. L échantllon sur lequel le beson d ade non satsfat est estmé est ans restrent aux ndvdus ayant exprmé un beson d ade. Dans ce contexte, l peut y avor une corrélaton entre les composantes non observables u et v. Les termes d erreur sont supposés suvre une lo normale bvarée : ρ = corr( u, v ). ( u, v ) : N (0,0,1,1, ρ ) où Tros cas peuvent alors être envsagés. S l on note Φ la foncton de répartton de la lo normale unvarée et Φ 2 celle de la dstrbuton normale bvarée, on défnt : - la probablté d avor un beson d ade non satsfat : PB ( = 1, BNS = 1) =Φ 2( Xβ, Zγ, ρ), - la probablté d avor un beson d ade satsfat : PB ( = 1, BNS = 0) =Φ2( Xβ, Zγ, ρ), - 5 -

6 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs - la probablté de ne pas avor beson d ade : PB ( = 0) =Φ( Xβ ). S l on note n 11 le nombre d ndvdus exprmant un beson et ne recevant pas d ade en contreparte, donc ayant un beson non satsfat ( B = 1, BNS = 1 ), n 10 le nombre d ndvdus exprmant un beson et recevant effectvement une ade ( B = 1, BNS = 0 ) et n 0 le nombre d ndvdus n exprmant pas de beson ( B = 0 ), avec n11 + n10 + n0 = n, on obtent une estmaton non basée des paramètres β, γ et ρ en maxmsant la foncton de log-vrasemblance : n n max ln Φ ( X β, Zγ, ρ) + ln Φ ( X β, Zγ, ρ) + ln Φ( X β). 2 2 βγ,, ρ = 1 = 1 = 1 B = 1, BNS = 1 B = 1, BNS = 0 B = 0 n Catégorsaton des varables explcatves Même s le modèle comportemental d Andersen et Newman [37-39] a d abord été conçu pour prédre l utlsaton de servces, l a été également employé pour modélser le beson d ade [33] ou le beson d ade non-satsfat [40]. Le beson d ade est ans foncton de tros types de facteurs : les facteurs prédsposant, favorsant et de beson. Dans cet artcle, les facteurs prédsposant sont le sexe, l âge (60-69 ans ; ans ; 80 ans et plus), le statut martal (la personne nterrogée vt seule ou non) et le nveau de dplôme (aucun dplôme vs dplômé). Les facteurs favorsant désgnent les ressources qu encouragent ou frenent l utlsaton ou le beson de servces. Deux varables ont été spécfquement construtes à partr des données recuelles dans l enquête HID. La premère renvoe aux ressources ndvduelles dsponbles des répondants, sous la forme du revenu par unté de consommaton (RUC), déclné en tros modaltés (RUC nféreur strctement au mnmum vellesse de 578 euro ; RUC comprs entre une et deux fos le mnmum vellesse ; RUC supéreur ou égal à deux mnma vellesse). La seconde est consttuée de la tranche d unté urbane du leu de résdence, découpée en 6 modaltés (rural ; mons de habtants ; de à ; de à ; plus de hors Pars ; Pars). Cette varable est utlsée comme un marqueur de l offre collectve d ades aux personnes vvant à domcle, les organsmes et réseaux d ade étant les plus nombreux et développés dans les zones urbanes de talle mportante [41]. Les facteurs de beson renvoent aux caractérstques de l état de santé ressent ou évalué (santé physque et mentale, ncapactés fonctonnelles, ). Dans ce traval, l s agt du nombre de défcences (de zéro à douze) et du type de défcence (présence vs absence d une défcence motrce, sensorelle, métabolque, ntellectuelle, autre). La percepton de l allocaton santé (percepton vs non percepton) et l exonératon du paement du tcket modérateur (totale ; partelle ; pas d exonératon) sont également utlsés comme marqueurs de la morbdté des ndvdus

7 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs Deux varables ndcatrces ont été ntrodutes dans la modélsaton du beson d ade et du beson d ade non satsfat. L ade technque (matérel, aménagement du logement, ) dont dsposent les ndvdus (au mons une ade vs aucune ade) a ans été utlsée pour contrôler des effets possbles de complémentarté ou de substtuablté entre ade humane et ade technque dans la réalsaton de certans types d actvtés [42]. De plus, les données de l enquête ont été obtenues par questonnare admnstré en face-à-face à la personne de plus de 60 ans vvant à domcle. Lorsque cette dernère n état pas dans la capacté de répondre seule, elle a pu être assstée ou remplacée par une personne de l entourage. Le statut du répondant (seul ; asssté ; remplacé par un proxy) est ans systématquement précsé. La modélsaton du beson d ade humane non satsfat consdère les mêmes varables dont le détal a été donné plus haut, à l excepton des facteurs de beson seulement consdérés dans l expresson du beson d ade humane. On fat ans l hypothèse que les varables regroupées parm les facteurs de beson, dont le type et le nombre de défcences et certans marqueurs de l état de santé des ndvdus, affectent typquement la probablté d exprmer un beson, mas pas celle d avor un beson non satsfat. Cela revent ans à parttonner le vecteur X en quatre sous-vecteurs de varables explcatves comprenant les facteurs prédsposant, favorsant et de beson, et les deux varables ndcatrces, et le vecteur Z en tros sous-vecteurs ncluant seulement les facteurs prédsposant, favorsant et les deux varables ndcatrces. Les estmatons ont été réalsées à l ade du logcel LIMDEP 8.0 [43] Caractérsaton des actvtés Afn de tenr compte de possbles dfférences selon les actvtés, les estmatons ont été réalsées en dssocant déclaraton d un beson d ade et révélaton d un beson non-satsfat pour d une part les ADL (tolette, habllage, utlsaton des tolettes, almentaton, transferts, sortes), d autre part les IADL (courses, repas, tâches ménagères) (fgure 3). Fgure 3 : Echantllons ADL 8745 IADL 8745 B=0 B=1 B=0 B= BNS=0 BNS=1 BNS=0 BNS=

8 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs 3. RESULTATS 3.1. Caractérstques de l échantllon Le tableau 1 présente la répartton des dfférents échantllons selon pluseurs caractères. L échantllon utlsé est représentatf de la populaton françase des plus de 60 ans. L âge moyen est de 71,4 ans (46,6 % ont entre 60 et 69 ans, 38 % entre 70 et 79 ans et 15,4 % ont plus de 80 ans). Les femmes y sont majortares (57,2 % des plus de 60 ans), de même que les personnes détenant au mons un dplôme (68,5 %). Les ndvdus ne vvent pas seuls (72,6 %) et ont, pour l essentel, répondu de façon autonome à l enquêteur (86,7 %). Près de 15 % des ndvdus perçovent un revenu mensuel nféreur au mnmum vellesse (578 euro) et un sur deux perçot un revenu comprs entre une et deux fos le mnmum vellesse (47,8 %). Près de 30 % habtent dans une commune rurale, un quart dans une vlle de plus de habtants et 11,1 % à Pars. 7,1 % ont déclaré recevor une allocaton en rason de leurs problèmes de santé ; envron 40 % bénéfcent d une exonératon partelle ou totale du paement du tcket modérateur. Les personnes âgées souffrent en moyenne de 1,8 défcence (25 % n en ont aucune, 14,6 % en ont au mons quatre). Plus du ters des personnes âgées souffre d une ou pluseurs défcence(s) motrce(s) (fracture, amputaton, paralyse, paraplége ). Un ters connaît une ou des défcence(s) sensorelles (troubles de la vue, de l audton, du langage, de la parole). Les défcences vscérales ou métabolques (défcences rénales, respratores, cardo-vasculares, endocrnennes, mmuntares ) touchent près de 23 % des plus de 60 ans. Les défcences ntellectuelles (retard mental, perte des acqus ntellectuels, troubles du comportement, dépresson ) concernent un peu plus de 10 % de la populaton âgée. Enfn, plus d un ters des personnes souffre d un autre type de défcence (douleurs, asthéne, vertges ). Tros personnes âgées sur dx dsposent d une ou pluseurs ades technques (équpements adaptés, ades au déplacement, ades sensorelles ou autres). Les personnes ayant beson d une ade humane ou ayant un beson d ade humane non satsfat pour les ADL ou les IADL sont plus souvent âgées, de sexe fémnn, non dplômées et vvent seules. Elles ont plus fréquemment des revenus fables ou moyens, habtent mons souvent Pars et sont plus souvent adées ou remplacées pour répondre. Leur état de santé est en général mons bon. Enfn, elles dsposent plus souvent d ades technques Prévalence du beson d ade et du beson d ade non satsfat 9,2 % des plus de 60 ans vvant à domcle ont beson d ade pour accomplr une ou pluseurs ADL (tableau 2). Cela va de mons de 2 % pour l utlsaton des tolettes et l almentaton à 5,6 % pour la tolette, en passant par 2,5 % pour les transferts, 4 % pour sortr du domcle et 4,5 % pour l habllage. 21,3 % ont beson d ade pour la réalsaton d au mons une IADL : 6,2 % des plus de 60 ans ont ans beson d ade pour préparer les repas, 12,5 % pour fare les tâches ménagères (ménage, lessve, repassage, vasselle, rangement ) et 18,0 % pour fare les courses. Au sen de la populaton françase - 8 -

9 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs des plus de 60 ans vvant à domcle, ndvdus auraent ans beson d une ade dans la réalsaton d une ADL au mons (IC pondéré à 95% [ ; ]) et pour la réalsaton d une IADL au mons (IC pondéré à 95% [ ; ]). 17,8 % des personnes déclarant un beson d ade pour une ADL et 19,4 % des personnes déclarant un beson d ade pour une IADL ne reçovent aucune ade en réponse à leur beson. Plus de 4 % des personnes âgées ayant beson d ade pour la tolette ou l utlsaton des tolettes ne reçovent pas l ade nécessare ; ce pourcentage est de 6 % lorsqu l s agt de l habllage ou de l almentaton, passe à 9,3 % pour les transferts et attent près de 27 % pour les sortes du domcle. De même, 9,3 % des plus de 60 ans ayant beson d ade pour préparer les repas sont en stuaton d nadéquaton ; ls sont 11,5 % lorsque cela concerne les tâches ménagères et 17 % lorsqu l s agt de fare les courses. Au total, l y aurat ans dans la populaton françase âgée de plus de 60 ans personnes (IC pondéré à 95% [ ; ]) avec au mons un beson non satsfat pour la réalsaton d une ADL, et (IC pondéré à 95% [ ; ]) avec au mons un beson non satsfat pour la réalsaton d une IADL Résultats d estmaton Pour les deux types d actvté consdérés, les résultats valdent l hypothèse de la non-ndépendance des termes d erreur trés respectvement de l équaton du beson d ade et de l équaton du beson d ade non satsfat. En effet, pour les ADL comme pour les IADL, le coeffcent de corrélaton est postf et statstquement sgnfcatf (respectvement aux seuls de 10 et 1%). La non-prse en compte de l expresson d un beson d ade, préalablement à la modélsaton de la probablté d avor un beson non satsfat, aurat ans basé de façon consstante les résultats Beson d ade et beson d ade non satsfat pour une ADL Le beson d ade pour la réalsaton d une ADL (tableau 3) semble être postvement et sgnfcatvement lé à l âge, au sexe fémnn, à l absence de dplôme, à des revenus fables ou moyens, au mauvas état de santé et au fat de ne pas avor pu répondre seul à l enquêteur. L exstence de besons d ade non satsfats semble être explquée par la contrbuton de deux varables seulement : de fables revenus (postvement) et le fat d avor été remplacé par un répondant proxy (négatvement) Beson d ade et beson d ade non satsfat pour une IADL La probablté d exprmer un beson d ade pour la réalsaton d une IADL (tableau 4) dépend globalement des mêmes varables que celle d exprmer un beson d ade pour une ADL. Le sens de la contrbuton des varables explcatves reste le même. Tout au plus, certanes des défcences recensées perdent leur sgnfcatvté statstque (défcence sensorelle, défcence métabolque), tands que souffrr d une défcence ntellectuelle semble postvement affecter la probablté de demander une - 9 -

10 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs ade pour la réalsaton d une IADL. Enfn, le statut du ménage et la tranche d unté urbane du leu de résdence n adent plus à explquer le beson d ade pour une IADL. En revanche, la probablté de la non satsfacton d un beson pour la réalsaton d une IADL semble sensble à une lste de facteurs plus mportante que précédemment. Elle est ans affectée postvement et sgnfcatvement par l âge, le sexe masculn, des revenus fables ou moyens. Dans le même temps, habter en mleu rural, dsposer d une ade technque, vvre seul et avor été adé ou remplacé pour répondre mnorent la probablté d exprmer un beson d ade non satsfat pour la réalsaton d une IADL. 4. DISCUSSION 4.1. Défnton et prévalence du beson d ade et du beson d ade non satsfat La dffculté de la comparason des résultats obtenus avec ceux d autres travaux résde dans les dfférences de défntons, de populatons et des optons de modélsaton adoptées. Le chox d une mesure partculère de l ncapacté d une personne âgée à accomplr une actvté peut aboutr à des prévalences très dfférentes [44]. L étude du beson non satsfat dépend en effet de la façon dont sont défns les actvtés de la ve quotdenne, le beson et l ade. De fat, les travaux utlsent des défntons dfférentes du beson, en se lmtant au beson d ade global [16, 17, 30, 45] ou en dentfant son orgne (ade formelle ou rémunérée, ade nformelle ou non rémunérée) [31]. La forte mxté de l ade apportée aux personnes âgées dépendantes en France [46, 47] justfe toutefos de ne pas soler un type d ade au détrment d un autre. En revanche, au-delà du smple fat de pouvor dsposer d ade dans l entourage, des travaux supplémentares devraent dentfer les facteurs assocés au chox d un type d ade, exclusvement ou non d un autre. La défnton du beson d ade non satsfat vare également en foncton de la nature des questons posées ou des nformatons consgnées. Comme dans [16, 17, 30], les données utlsées permettent d dentfer seulement les stuatons de présence ou d absence d une ade, ce qu ne donne pas les moyens de dstnguer les besons non satsfats (unmet needs) de l ade nsuffsante (undermet needs) [31, 45]. Or, l est vra que la réducton de la dépendance par le bas d ades humanes et/ou technques approprées permet d dentfer une dépendance résduelle qu met en évdence les enjeux socétaux lés à sa prse en charge [32]. seulement la défnton réductrce du beson d ade non satsfat, mposée par le jeu de données, est susceptble de mnorer la prévalence du phénomène, mas elle rsque également d affecter la nature de la contrbuton de certanes des varables explcatves. Ensute, les besons et les ades éventuellement reçues font l objet de déclaraton de la part des répondants. La crante d une erreur de mesure consstante, donnée par l écart entre beson d ade déclaré et beson d ade réel, ne peut donc pas être totalement évncée, même s les travaux qu s y sont ntéressés ne semblent pas conclure à l exstence de bas de déclaraton [48]. Il s agt là d une contreparte à accepter d une enquête portant sur un échantllon d ndvdus nettement plus mportant

11 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs que celu d ordnare consdéré dans les travaux nvestguant le même champ [26]. Un corollare au bas éventuel de déclaraton résde dans les dfférences de réponse que peuvent générer l assstance ou le remplacement de l ndvdu nterrogé dans ses réponses [49]. Il mporte alors de tenr compte du statut du répondant (cf nfra). Enfn, les travaux portant sur le beson d ade non satsfat ont utlsé, dans leur grande majorté, des modèles logstques pour évaluer les facteurs lés à l nadéquaton. Les résultats obtenus présentent ans un rsque de bas d hétérogénété lé à l absence de modélsaton conjonte du beson d ade. Les ndvdus n ayant pas sgnfé de beson et ceux ayant exprmé un beson auquel une ade a été proposée en réponse s y trouvent rangés dans le même sous-échantllon, contre les ndvdus ayant exprmé un beson mas ne recevant pas d ade, ou une ade nsuffsante. Lorsque les défntons retenues pour le beson d ade et le beson non-satsfat sont suffsamment proches, l est néanmons possble de rapprocher les résultats obtenus de ceux publés dans d autres artcles de la lttérature. Ans, [30] obtent une prévalence de 20,7% de besons non satsfats des plus de 70 ans vvant à domcle aux Etats-Uns en 1994 pour la réalsaton d ADL, et des prévalences de 10,2 à 20,1% pour les besons non satsfats pour la réalsaton d IADL, et [31] trouve une prévalence de besons non ou mal satsfats pour la réalsaton d ADL de 37,1% pour les plus de 65 ans aux Etats- Uns. [29] obtent des prévalences de besons non satsfats pour la réalsaton d ADL allant de 1,4% à 27,9%, 34,6% des personnes âgées nterrogées déclarant un beson d ade non satsfat pour une ADL au mons Les facteurs prédsposant Le genre Etre un homme rédut sgnfcatvement la probablté de déclaraton d un beson d ade pour la réalsaton d une ADL ou d une IADL, mas majore celle de l absence d ade alors qu un beson déclaré exste pour une IADL. La contrbuton du genre aux négaltés socales de santé est assez largement documentée dans la lttérature. Souvent, les dfférences de genre sont confondantes avec une sére mportante de phénomènes assocés [50] : les dfférences d emplo, de revenu, d éducaton [51] et, avant tout autre chose, les dfférences d âge [52]. Les dfférences de genre dans les populatons déclarant des handcaps relèvent globalement des mêmes constats, les hommes apparassant mons autonomes avant 60 ans, et plus autonomes après [53]. Elles apparassent ans à cause de l espérance de ve plus mportante des femmes, et de la morbdté et des handcaps que l avancée dans l âge peut générer [54]. De plus, les hommes se révèlent plus utlsateurs d ades technques que les femmes, à âge dentque, ce qu peut révéler plus souvent chez les femmes des besons d ade que les hommes parvendraent à compenser à l ade de matérels approprés [53]. Certanes études ont établ que les femmes ont plus souvent beson d ade ou de servces [55], à cause par exemple de leur plus grande exgence dans la réalsaton des actvtés courantes qu elles ne

12 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs parvendraent plus à réalser qu mparfatement [45]. D autres n ont toutefos pas relevé de dfférences de genre statstquement sgnfcatves [33, 40]. Il est vra que la constructon du questonnare peut générer des dfférences dans les besons d ade exprmés : certans hommes, n ayant pas à fare certanes actvtés de la ve quotdenne, ne déclarent pas avor beson d ade pour les réalser [3]. S leur stuaton réelle ne leur permet pas d accomplr ces actvtés, leurs besons d ade peuvent alors être sous-estmés car non-dentfés en tant que tels par les répondants [56], d autant que les femmes sont plus susceptbles de prendre son de leurs proches (et partculèrement de leur conjont) pour les actvtés de la ve quotdenne telles que l habllage, la tolette, le ménage ou la cusne [57]. En revanche, lorsque les hommes ne peuvent accéder aux actvtés regroupant des tâches usuellement dévolues aux femmes dans le fonctonnement du ménage, comme c est le cas pour les IADL, le fat d être un homme majore le rsque de non-satsfacton du beson d ade, ce qu n est pas le cas des ADL [16, 30, 31, 45]. Ans, la dépendance plus mportante déclarée par les femmes sous la forme de besons d ade pour la réalsaton d ADL et d IADL gagnerat à être mesurée au travers de varables d nteracton, crosant notamment le sexe et le statut martal, les travaux portant sur la santé des femmes mettant en évdence une altératon marquée de l état de santé des femmes seules [48]. Les prncpales confusons envsageables entre contrbuton du sexe et autres varables explcatves sont écartées dans ce traval par le fat même d utlser le genre comme varable d ajustement. Cela nterdt toutefos de condure spécfquement des analyses sur les dfférences de genre dans la prse en charge de la dépendance des personnes âgées [53]. Des estmatons séparant le sous-échantllon des femmes de celu des hommes permettraent certanement de raffner les résultats obtenus L âge Les tranches d âge les plus élevées semblent affecter postvement le beson d ade ou de servces, ce qu a déjà été ms en évdence, certes de façon négale, dans de précédents travaux [33, 40, 55]. Ce résultat n est pas surprenant car le vellssement s accompagne souvent d un décln de l état de santé et des capactés fonctonnelles [12], condusant les personnes âgées à avor beson d ntervenants pour les ader dans l accomplssement de certanes tâches de la ve courante. Il renforce par alleurs l dée selon laquelle les plus de 60 ans ne consttuent pas une populaton homogène, révélant des besons d ade dont l ntensté est à moduler en foncton de l avancée dans l âge. En revanche, l âge n a généralement pas d mpact sgnfcatf sur le beson d ade non satsfat [16, 30, 31, 45]. Ce résultat est retrouvé pour les ADL, mas pas pour les IADL, pour lesquelles un âge ntermédare (entre 70 et 80 ans) semble augmenter la probablté de la non satsfacton d un beson. La révélaton d un tel effet est attrbuable à la stratége d estmaton retenue : la restrcton de l échantllon aux seuls ndvdus ayant exprmé un beson pour l estmaton de la probablté d un beson non satsfat rend à l âge un mpact sgnfcatf là où, dans les autres travaux, l estmaton de la même probablté sur l ensemble des ndvdus nterrogés, qu ls aent exprmé un beson ou non, rend mons manfeste la contrbuton de la même varable

13 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs Le statut martal Vvre seul a des répercussons à la fos sur la santé des ndvdus et la manère dont ls peuvent fare face à son altératon. La ve en couple paraît généralement avor un mpact postf sur l état de santé des personnes âgées [58], comparatvement au fat de vvre seul. Les résultats révèlent que vvre seul plutôt qu avec une ou pluseurs autres personnes est négatvement assocé, de façon statstquement sgnfcatve, à la déclaraton d un beson pour une ADL, sans que cela ne contrbue à la nonsatsfacton du beson d ade exprmé. En revanche, cela ne semble pas amener sgnfcatvement à la déclaraton de beson d ade pour une IADL, mas rédut le rsque de non-satsfacton du beson. Ces résultats contrarent la phlosophe générale de ceux établs dans un certan nombre de travaux selon lesquels les personnes âgées seules ont plus souvent beson d ade ou de servces [40, 55], ou le fat de ne pas vvre seul rédut le beson non satsfat [30, 31, 45]. Il est envsageable que les personnes âgées vvant seules à domcle ont une mons grande apttude à fare face aux ncapactés qu un handcap peut générer et, de ce fat, sont plus dsposées à fare le chox de l nsttutonnalsaton [14]. Vvre seul à domcle serat ans assocé, pour les plus de 60 ans, à une déclaraton de besons d ade ne pouvant excéder celle des personnes vvant en couple ou avec d autres personnes, ces derners dsposant drectement dans leur entourage mmédat d adants potentels pour fare face au beson. Chez ces derners, l évaluaton de l ade apportée ou non en réponse à un beson exprmé mporte alors. A cet effet, vvre seul ne modfe pas la probablté de la non satsfacton d un beson pour une ADL, mas rédut celu de la non satsfacton d un beson pour une IADL. Sur ce pont, le fat de vvre seul est susceptble de rendre les personnes dépendantes plus dsposées à la nécessté de recourr à certans types d ades, formelles [46], plutôt que d y renoncer parce qu une personne dans le ménage pourrat éventuellement accomplr l actvté consdérée, sans effectvement la réalser Le nveau d éducaton Contrarement aux précédentes études pour lesquelles l éducaton n est pas assocée au beson d ade ou de servces [33, 40, 55], le fat de n avor aucun dplôme semble accroître la probablté d avor beson d ade, sans toutefos affecter de façon sgnfcatve la probablté de la non-satsfacton du beson d ade. Cela permet de nuancer certans résultats selon lesquels, à défcence égale, le dplôme serat partculèrement dscrmnant dans la non-satsfacton d un beson [16, 45]. La procédure d estmaton utlsée permet de précser que c est seulement vra dans l expresson d un beson d ade pour une ADL ou une IADL (ne pas détenr de dplôme majore la probablté de déclaraton d un beson d ade), mas pas dans sa non-satsfacton. Il faut noter que le raffnement de la défnton des dplômes (en dstnguant notamment dplôme de l ensegnement prmare, secondare et supéreur) ne change pas la phlosophe des résultats

14 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs 4.3. Les facteurs favorsant Le revenu dsponble Le contexte économque dans lequel vvent les personnes âgées a un mpact ndénable sur le beson d ade : dsposer de revenus fables ou modérés augmente ce beson, ce qu est cohérent avec l essentel des travaux publés en la matère [40, 56]. Ce len entre revenus peu élevés et beson d ade accru suggère l exstence d négaltés socales qu semblent persster aux âges plus avancés [59], même s elles ont tendance à régresser chez les femmes [60]. Le statut socoéconomque des ndvdus au cours de la ve actve et au moment de la cessaton d actvté professonnelle est assocé à la morbdté de ces mêmes ndvdus dans les âges plus avancés [21, 22]. Les personnes d orgne socale modeste sont ans amenées à déclarer plus souvent l exstence et un nombre plus élevé de défcences [61] ou à fare reconnaître le drot au bénéfce d ades lées à leur handcap [62]. Le statut socal pèserat doublement sur l expresson et la non-satsfacton de besons d ade : par une exposton plus grande à des rsques, en outre professonnels, pouvant occasonner un handcap, et par la lmtaton des capactés humanes et fnancères utlsables susceptbles de rédure les lmtatons fonctonnelles générées par le handcap [16, 24, 30]. Le revenu dsponble des ndvdus nforme par alleurs sur le captal santé dont hértent les ndvdus à la sute de comportements de consommatons de sons (ncluant le dépstage et la préventon), d habtudes de ve et plus largement des représentatons socales vs-à-vs de la santé que leur revenu dsponble, passé ou présent, leur permet ou auquel l est assocé. Il donne surtout la faculté des personnes nterrogées à dsposer des ressources permettant de compenser les pertes d autonome lées à un possble handcap [29]. Les résultats permettent de dfférencer les effets lés aux expostons (professonnelles ou comportementales) dans l équaton de beson de ceux de compensaton des pertes fonctonnelles dans l équaton du beson d ade non satsfat. Ans, la révélaton de besons d ade pour les ADL et les IADL est sgnfcatvement plus forte chez les personnes ne dsposant de pas plus de 1156 euro mensuels par personne au sen du ménage. La probablté d avor au mons un beson non satsfat pour une ADL est sgnfcatvement majorée pour ces mêmes personnes, de même que pour celles qu dsposent de mons de 578 euro en ce qu concerne les IADL. Les personnes âgées vvant avec des revenus lmtés s avèrent mons susceptbles d être en mesure de payer une ade formelle lorsque l ade nformelle est nsuffsante Zones rurales et zones urbanes La relaton attendue entre le défct supposé en ade humane de type professonnel et le caractère rural de la commune de résdence pour explquer un plus grand ratonnement des besons d ade n est pas retrouvée. En revanche, s habter en zone rurale ne semble pas affecter de façon statstquement sgnfcatve la déclaraton de besons d ade pour réalser une ADL ou une IADL, cela mnore le

15 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs rsque de beson d ade non-satsfat pour la réalsaton d une IADL. Cela est en accord avec les résultats de [41], d après lesquels les adultes vellssant en mleu rural sont certes en mons bonne santé, mas auss plus autonomes à état de santé donné, du fat notamment de leur nserton dans un entourage soco-famlal. Pour certanes actvtés lées aux déplacements, cela est également lé au fat que, à défaut de pouvor compter sur d autres pour assurer leur transport, les personnes âgées font le chox de contnuer à condure un véhcule même s cela mplque des rsques de sécurté [63] Les facteurs de beson Nombre et nature des défcences Comme dans la plupart des travaux [33, 55, 56], les varables caractérsant le statut fonctonnel sont des facteurs majeurs lés au beson d ade ou de servces. Le nombre de défcence majore sgnfcatvement la probablté d exprmer un beson, avec sensblement la même ntensté pour les ADL et les IADL. En revanche, le type de défcence a un mpact sur l expresson d un beson d ade dfférencé d une actvté de la ve quotdenne à l autre. Ans, souffrr d une défcence motrce lmte partculèrement l autonome des personnes âgées dans la réalsaton d actvtés de la ve quotdenne, en augmentant la probablté d avor un beson d ade pour une ADL et pour une IADL. Avor une défcence ntellectuelle semble affecter suffsamment les ndvdus pour que cela augmente également leur probablté d avor beson d ade pour une IADL, mas pas pour une ADL. De façon mons ntutve, souffrr de défcences sensorelle, métabolque ou d un autre type rédut la probablté de l expresson d un beson pour une ADL. Une premère rason peut tenr dans l autonome des personnes souffrant de telles défcences à réalser elles-mêmes les ADL. Une autre explcaton envsageable, corollare de la premère, est que ces mêmes ndvdus se censurent dans la déclaraton de besons car ls antcpent une mauvase réponse, vore aucune réponse, à leur beson s ls vennent à l exprmer, en estmant le cas échéant que la perte fonctonnelle lée à leur défcence ne justfe pas le recours à une ade. De même, pour les ndvdus ayant des défcences multples, en outre sensorelle ou métabolque, l exstence d une prse en charge pour une autre défcence (par exemple motrce) pourrat rédure systématquement la probablté de déclaraton d un beson. Mas le nombre de besons est supposé capter un tel effet, en l occurrence postf L état de santé Le bénéfce d une allocaton pour rason de santé et l exonératon du tcket modérateur sanctonnent la reconnassance admnstratve d une altératon mportante de l état de santé des ndvdus, et sont supposés donner une représentaton rasonnable de l état réel de santé des ndvdus. Conformément aux résultats de travaux précédents [22, 60], l altératon de l état de santé semble ans augmenter très sgnfcatvement la probablté de la déclaraton d un beson pour la réalsaton d une ADL ou d une IADL

16 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs 4.5. Les varables ndcatrces Le bénéfce d ades technques Dans la déclaraton de besons d ade, la contrbuton postve du bénéfce d une ade technque peut s nterpréter comme le marqueur de la lourdeur de(s) défcence(s) empêchant les ndvdus de réalser sans ade une ou pluseurs ADL ou IADL. En effet, l utlsaton de dspostfs technques est de mons en mons exclusve de l nterventon humane, par l entourage et/ou par des professonnels, au fur et à mesure que la dépendance et l âge augmentent [64-66], parce que notamment les personnes plus âgées rencontrent des dffcultés dans l usage des dspostfs technques [32]. Son mpact négatf dans l explcaton de la non-satsfacton d un beson exprmé pour la réalsaton d une IADL évoque, même s l ne s agt pas c d un test drect, une possble substtuablté entre ade technque et ade humane dans la réalsaton de certanes IADL, comme certans travaux ont pu le montrer [32, 42 ]. Il peut auss être nterprété comme la manfestaton d une sur-évaluaton de la manère dont l ade technque peut répondre au beson d ade, par l ndépendance que l ade technque permet de retrouver, notamment lorsque les lmtatons fonctonnelles sont rédutes [15] Le statut du répondant Le fat de ne pas avor pu répondre seul (en étant asssté ou remplacé) augmente très sgnfcatvement la probablté de déclarer un beson d ade pour une ADL ou une IADL, et rédut la probablté d avor un beson non-satsfat. Indénablement, les personnes assstées ou remplacées pour répondre sont plus susceptbles d avor beson d ade [56]. L enquête HID utlse les déclaratons de beson d ade des personnes nterrogées à domcle, adées partellement ou totalement dans leurs réponses, pas l évaluaton de ce même beson par des professonnels de santé. Elle donne en cela l opnon des répondants sur leur apttude à accomplr un évental d actons données, sur les ades qu elles reçovent et sur leur envronnement, même s cette méthode est sujette à des bas [49, 67]. Les personnes de l entourage amenées à répondre en ade ou en remplacement de la personne âgée vvant à domcle apportent souvent elles-mêmes l ade dont les ndvdus sont supposés avor beson [30, 45]. Elles peuvent alors avor tendance à surestmer les besons, en cherchant à valorser partculèrement l ade apportée. A contraro, les personnes ayant répondu seules peuvent sous-estmer leurs besons, par comparason mplcte à d autres personnes de même âge plus gravement attentes. Mas s les ndvdus ayant un répondant proxy ont plus de chances d avor beson et de recevor de l ade (notamment du répondant proxy) pour réalser les actvtés essentelles de la ve courante, l peut exster une mondre dsposton des répondants proxy à déclarer un beson non satsfat, par crante d une mage négatve sur leur capacté en tant qu adant à remplr correctement leur rôle. Dans cette stuaton cas, le beson d ade non satsfat est susceptble d être sous-estmé [30]

17 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs 5. CONCLUSION D après nos résultats, plus de 1 mllon de personnes âgées de plus de 60 ans vvant à domcle auraent en France beson d ade pour la réalsaton d une ADL, et près de 2,5 mllons pour la réalsaton d une IADL (sur un total de 11,6 mllons). Parm elles, près de ne recevraent pas d ade en réponse au beson exprmé pour une ADL, et échoueraent à vor leur beson d ade satsfat pour la réalsaton d une IADL. En plus de la prévalence de stuatons préoccupantes de dépendance des ndvdus âgés, cet artcle a perms de mettre en évdence, par des chox de modélsaton approprés, la contrbuton dfférentelle de facteurs prédsposant, favorsant et de beson dans l expresson de besons d ade d une part, dans la non satsfacton de ces derners d autre part. Ans, la probablté de l expresson de beson d ade est apparue augmenter avec l âge, le fat d être une femme, un fable nveau d éducaton, la précarté économque, un mauvas état de santé, le nombre de défcences et le fat de souffrr d une défcence motrce. La résorpton du beson d ade semble quant à elle lée prncpalement au revenu et à l solement soco-famlal. En outre, les résultats donnent un relef partculer aux arguments économques : le revenu ntervent et sur la probablté de l expresson d un beson et sur la probablté de sa non-satsfacton, exprmant le caractère doublement handcapant de la précarté sous la forme d une exposton plus grande à des rsques de pertes fonctonnelles (professonnelle, socale, culturelle) et d une mons grande capacté à s en soustrare (fablesse des moyens propres ou trés d allocatons socales spécfques). Malgré l utlsaton de défntons restrctves du beson d ade et du beson d ade non satsfat lassant à penser que les dmensons réelles du phénomène sont susceptbles de déborder celles décrtes dans cet artcle, ces résultats parassent concourr à meux apprécer l mportance et les détermnants de l nadéquaton de l ade aux besons exprmés par les populatons vellssantes. La France a pu en mesurer brutalement une parte de l étendue au cours de la catastrophe santare de l été 2003 où un épsode de cancule a occasonné le décès de près de personnes, pour l essentel âgées de plus de 60 ans [68, 69]. Cet événement a été, en France, le révélateur de l nadéquaton de la réponse médcale, socofamlale, économque et plus généralement socétale à la dépendance des populatons âgées. La stmulaton de nouvelles formes de soldartés ntergénératonnelles ne paraît pas suffsante pour compenser le recul des adants nformels tradtonnellement organsés autour des proches, des ams ou des vosns. Dans le même temps, même s les résultats semblent dentfer l exstence de besons auxquels l ade technque contrbue à répondre en complément ou à la place de l ade humane, l n est pas rasonnable de penser qu elle pusse s y substtuer ntégralement et parfatement. Dans ce contexte, l offre professonnelle d ade à domcle demande à être correctement dmensonnée, le problème de son fnancement n étant pas, en France, ntégralement n défntvement réglé. Des travaux ultéreurs seraent utles pour mesurer les coûts relatfs à la mse en place d une offre d ades adaptée aux besons des personnes âgées en comparason de ceux que la nonconsdératon ou la mauvase consdératon des besons exprmés est susceptble de générer

18 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs BIBLIOGRAPHIE [1] OECD. Reforms for an ageng socety. Pars: OECD Publshng, [2] Zwefel P, Felder S, Meers M. Ageng of populaton and health care expendture: a red herrng? Health Econ 1999; 8: [3] Henrard JC. Cultural problems of ageng especally regardng gender and ntergeneratonal equty. Soc Sc Med 1996; 43: [4] Jefferys M. Cultural aspects of ageng: gender and nter-generatonal ssues. Soc Sc Med 1996; 43: [5] von Wezsäcker R. Dstrbutve mplcatons of an agng socety. European Economc Revew 1996; 40: [6] Lloyd-Sherlock P. Populaton ageng n developed and developng regons: mplcatons for health polcy. Soc Sc Med 2000; 51: [7] Zwefel P. Ageng: The great challenge to health care reform. European Economc Revew 1990; 34: [8] Fougère M, Merette M. Populaton ageng and economc growth n seven OECD countres. Economc Modellng 1999; 16: [9] Futugam K, Nakajma T. Populaton agng and economc growth. Journal of Macroeconomcs 2001; 23: [10] Bontout O, Coln C, Kerjosse R. Personnes âgées dépendantes et adants potentels : une projecton à l'horzon DREES. Etudes et Résultats 2002; 160. [11] Brutel C. La populaton de la France métropoltane en 2050: un vellssement néluctable. Econome et Statstque 2002; : [12] Coln C. Que nous apprend l'enquête HID sur les personnes âgées dépendantes, aujourd'hu et deman? Revue Françase des affares socales 2003; 57: [13] Branch LG, Jette AM. A prospectve study of long-term care nsttutonalzaton among the aged. Am J Publc Health 1982; 72: [14] Désesquelles A, Brouard N. Le réseau famlal des personnes âgées de 60 ans ou plus vvant à domcle ou en nsttuton. Populaton 2003; 58: [15] Agree EM. The nfluence of personal care and assstve devces on the measurement of dsablty. Soc Sc Med 1999; 48: [16] Allen SM, Mor V. The prevalence and consequences of unmet need. Contrasts between older and younger adults wth dsablty. Med Care 1997; 35: [17] Tennstedt S, McKnlay J, Kasten L. Unmet need among dsabled elders: a problem n access to communty long term care? Soc Sc Med 1994; 38: [18] Alonso J, Orfla F, Rugomez A, Ferrer M, Anto JM. Unmet health care needs and mortalty among Spansh elderly. Am J Publc Health 1997; 87: [19] Culyer AJ, Wagstaff A. Equty and equalty n health and health care. Journal of Health Economcs 1993; 12: [20] Goddard M, Smth P. Equty of access to health care servces : theory and evdence from the UK. Soc Sc Med 2001; 53: [21] Breeze E, Fletcher AE, Leon DA, Marmot MG, Clarke RJ, Shpley MJ. Do socoeconomc dsadvantages persst nto old age? Self-reported morbdty n a 29-year follow-up of the Whtehall Study. Am J Publc Health 2001; 91: [22] Dahl E, Brkelund GE. Health nequaltes n later lfe n a socal democratc welfare state. Soc Sc Med 1997; 44: [23] Lao Y, McGee DL, Kaufman JS, Cao G, Cooper RS. Socoeconomc status and morbdty n the last years of lfe. Am J Publc Health 1999; 89: [24] Cambos E. Problèmes fonctonnels et ncapactés chez les plus de 55 ans: des dfférences marquées selon les professons et le mleu socal. DREES. Etudes et Résultats 2004; 295. [25] Ravaud J, Mormche P. Handcaps et ncapactés. In: Leclerc A, Fassn D, Grandjean H, Kamnsk M, Lang T, eds. Les négaltés socales de santé. Pars: Inserm/La Découverte,

19 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs [26] Mormche P. L'enquête Handcaps, ncapactés, dépendance: apports et lmtes. Revue Françase des affares socales 2003; 57: [27] Katz S, Ford AB, Moskowtz RW, Jackson BA, Jaffe MW. Studes of llness n the aged : the ndex of ADL, a standardzed measure of bologcal and psychosocal functon. JAMA 1963; 185: [28] Lawton MP, Brody EM. Assessment of older people: self-mantanng and nstrumental actvtes of daly lvng. Gerontologst 1969; 9: [29] Manton KG. Epdemologcal, demographc, and socal correlates of dsablty among the elderly. Mlbank Q 1989; 67 Suppl 2 Pt 1: [30] Desa MM, Lentzner HR, Weeks JD. Unmet need for personal assstance wth actvtes of daly lvng among older adults. Gerontologst 2001; 41: [31] Kennedy J. Unmet and undermet need for actvtes of daly lvng and nstrumental actvtes of daly lvng assstance among adults wth dsabltes: estmates from the 1994 and 1995 dsablty follow-back surveys. Med Care 2001; 39: [32] Verbrugge LM, Rennert C, Madans JH. The great effcacy of personal and equpment assstance n reducng dsablty. Am J Publc Health 1997; 87: [33] Calsyn RJ, Wnter JP. Predctng four types of servce needs n older adults. Evaluaton and Program Plannng 2001; 24: [34] Montmarquette C, Mahseredjan S, Houle R. The determnants of unversty dropouts: a bvarate probablty model wth sample selecton. Economcs of Educaton Revew 2001; 20: [35] Van de Ven W, Van Prang B. The demand for deductbles n prvate health nsurance : a probt model wth sample selecton. Journal of Econometrcs 1981; 17: [36] Greene W. Econometrc analyss. New York: MacMllan Publshng Company, [37] Andersen R, Newman JF. Socetal and ndvdual determnants of medcal care utlzaton n the Unted States. Mlbank Mem Fund Q Health Soc 1973; 51: [38] Andersen R, Aday LA. Access to medcal care n the U.S.: realzed and potental. Med Care 1978; 16: [39] Andersen RM. Revstng the behavoral model and access to medcal care: does t matter? J Health Soc Behav 1995; 36: [40] Calsyn RJ, Roades LA, Klnkenberg WD. Usng theory to desgn needs assessment studes of the elderly. Evaluaton and Program Plannng 1998; 21: [41] Clark D, Dellasega C. Unmet health care needs. Comparson of rural and urban senor center attendees. J Gerontol Nurs 1998; 24: [42] Hoeng H, Taylor DH, Sloan FA. Does assstve technology substtute for personal assstance among the dsabled elderly? Amercan Journal of Publc Health 2003; 93. [43] Greene W. Lmdep 8.0. Econometrc modelng gude: Econometrc Software Inc, [44] Jette AM. How measurement technques nfluence estmates of dsablty n older populatons. Soc Sc Med 1994; 38: [45] Lma JC, Allen SM. Targetng rsk for unmet need: not enough help versus no help at all. J Gerontol B Psychol Sc Soc Sc 2001; 56: S [46] Breul-Gener P. Ades aux personnes âgées dépendantes: la famlle ntervent plus que les professonnels. Econome et Statstque 1998; [47] Duthel N. Les ades et les adants des personnes âgées. DREES. Etudes et Résultats 2001; 142. [48] Merrll SS, Seeman TE, Kasl SV, Berkman LF. Gender dfferences n the comparson of self-reported dsablty and performance measures. J Gerontol 1997; 52: M [49] Todorov A, Krchner C. Bas n proxes' reports of dsablty: data from the Natonal Health Intervew Survey on dsablty. Am J Publc Health 2000; 90: [50] Macntyre S, Hunt K, Sweetng H. Gender dfferences n health: are thngs really as smple as they seem? Soc Sc Med 1996; 42: [51] Macntyre S, Hunt K. Soco-economc poston, gender and health; how do they nteract? Journal of Health Psychology 1997; 2: [52] Macntyre S, Ford G, Hunt K. Do women 'over-report' morbdty? Men's and women's responses to structured promptng on a standard queston on long standng llness. Soc Sc Med 1999; 48:

20 Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs [53] Ravaud J, Vlle I. Les dspartés de genre dans le repérage et la prse en charge des stuatons de handcap. Revue Françase des affares socales 2003; 57: [54] von Strauss E, Aguero-Torres H, Kareholt I, Wnblad B, Fratglon L. Women are more dsabled n basc actvtes of daly lvng than men only n very advanced ages: a study on dsablty, morbdty, and mortalty from the Kungsholmen Project. J Cln Epdemol 2003; 56: [55] Calsyn RJ, Roades LA. Predctng perceved servce need, servce awareness, and servce utlzaton. J of Gerontologcal Socal Work 1993; 21: [56] Mor V, Allen SM, Segel K, Houts P. Determnants of need and unmet need among cancer patents resdng at home. Health Serv Res 1992; 27: [57] Mller B, Cafasso L. Gender dfferences n caregvng: fact or artfact? Gerontologst 1992; 32: [58] Goldman N, Korenman S, Wensten R. Martal status and health among the elderly. Soc Sc Med 1995; 40: [59] Jefferys M. Socal nequaltes n health-do they dmnsh wth age? Am J Publc Health 1996; 86: [60] Husman M, Kunst AE, Mackenbach JP. Socoeconomc nequaltes n morbdty among the elderly; a European overvew. Soc Sc Med 2003; 57: [61] Mormche P, Bossonnat V. Handcap et négaltés socales: premers apports de l'enquête Handcaps, Incapactés, Dépendance. Revue Françase des affares socales 2003; 57: [62] Krokstad S, Westn S. Dsablty n socety medcal and non-medcal determnants for dsablty penson n a Norwegan total county populaton study. Socal Scence & Medcne 2004; n press. [63] Rosenberg M, Evertt J. Plannng for agng populatons: nsde or outsde the walls. Progress n Plannng 2001; 56: [64] Joël M. Les condtons de ve des personnes âgées vvant à domcle d'après l'enquête HID. Revue Françase des affares socales 2003; 57: [65] Kerjosse R, Weber A. Ades technques et aménagements du logement: usages et besons des personnes âgées vvant à domcle. DREES. Etudes et Résultats 2003; 262. [66] Roelands M, Van Oost P, Buysse A, Depoorter A. Awareness among communty-dwellng elderly of assstve devces for moblty and self-care and atttudes towards ther use. Soc Sc Med 2002; 54: [67] Spegel JS, Leake B, Spegel TM, Paulus HE, Kane RL, Ward NB, Ware JE, Jr. What are we measurng? An examnaton of self-reported functonal status measures. Arthrts Rheum 1988; 31: [68] Grynszpan D. Lessons from the French heatwave. Lancet 2003; 362: [69] Crabbe C. France caught cold by heatwave. Bull World Health Organ 2003; 81:

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Centre d Analyse Théorque et de Tratement des données économques CATT WP No. 5 Aprl 2013 TRANSFERT DE FONDS, EDUCATION ET TRAVAIL DES ENFANTS. UNE ANALYSE PAR SCORE DE PROPENSION Jamal BOUOIYOUR Amal MIFTAH

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Etudes Statstques 2 (1/10) Tratement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Avant de trater les données, vérfer la qualté des données : Les données peuvent être : manquantes aberrantes : la valeur

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 4/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux mutatons

Plus en détail

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II.

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II. Une Analyse Emprque de la Rentablté Prvée de l Educaton au Cameroun : estmaton d un Modèle Tobt de Type III Structurel par Patrck Mare Nga Ndjobo, Bernadette Kamgna Da et Bonface Ngah Epo Faculté des Scences

Plus en détail

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce La contagon du rsque va les mpayés sur effets de commerce Mrelle BARDOS Drecton des entreprses Observatore des entreprses Djamel STILI Contrat CIFRE à l Observatore des entreprses Parm les nombreux canaux

Plus en détail

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients XXXIVè Journées des Économstes de la Santé Franças - 6 et 7 décembre 2012 à Rems Quo de neuf docteur? Une étude économétrque sur la recherche en lgne d nformatons médcales par les patents Myram Le Goff-Pronost

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA

D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Document de traval ETUDES METHODES SYNTHESES D 4 ε BENEFICES ECONOMIQUES DE LA PROTECTION CONTRE LE RISQUE D INONDATION SERIE ETUDES 06 E05 PATRICK DERONZIER SÉBASTIEN TERRA Ste nternet : http://www.ecologe.gouv.fr

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement Santé envronnement Introducton aux statstques spatales et aux systèmes d'nformaton géographque en santé envronnement applcaton aux études écologques Sommare Abrévatons 2 Résumé 3 1. Introducton 4 1.1 Études

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Mobilité salariale : mobilité géographique et mobilité. professionnelle sont-elles «payantes»?

Mobilité salariale : mobilité géographique et mobilité. professionnelle sont-elles «payantes»? Moblté salarale : moblté géographque et moblté professonnelle sont-elles «payantes»? Yves Gullotn et Salma Hamouche G.A.I.N.S. XVIèmes Journées de Mcro Econome Applquée Lyon 3-4 Jun 1999 0 Introducton

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal otes de cours Échantllonnage STT-000 Davd Hazza Département de mathématques et de statstque nversté de Montréal Automne 008 PRÉFACE Ces notes de cours ont été rédgées pour le cours STT-000 (Échantllonnage)

Plus en détail

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves MESURE DES COMPÉTENCES Méthodes psychométrques utlsées dans le cadre des évaluatons des élèves Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle présente les méthodes psychométrques

Plus en détail

Pauvreté monétaire et activité des femmes sur le marché du travail : Le rôle de la discrimination en genre au Cameroun

Pauvreté monétaire et activité des femmes sur le marché du travail : Le rôle de la discrimination en genre au Cameroun 6th PEP Research Network General Meetng Sheraton Lma Hotel, Paseo de la Republca 170 Lma, Peru June 14-16, 2007 Pauvreté monétare et actvté des femmes sur le marché du traval : Le rôle de la dscrmnaton

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation EN PRATIQUE Le contrat de professonnalsaton Cerfa commenté 1 Cadre «L EMPLOYEUR» page 2 2 Cadre «LE SALARIÉ» page 3 3 Cadre page 4 4 Cadre page 5 5 Cadre page 7 N 12434*02 CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Résumé : I- Introduction :

Résumé : I- Introduction : Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Le raisonnement incertain

Le raisonnement incertain 1 Plan général 2 Le rasonnement ncertan dans les systèmes experts I- Introducton aux systèmes experts II- Fondements : organsaton et fonctonnement des SE III- Le rasonnement ncertan Introducton Antone

Plus en détail

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens. PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.fr WORKING PAPER N 2005-19 Nouvelles technologes et nouvelles formes

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles fnalté électromécanque Concepton et producton M3050 Cycle 1 Bloc 3 Quadrmestre

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

Les règles applicables en matière de santé et de sécurité

Les règles applicables en matière de santé et de sécurité Gude pratque 3 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE LA

Plus en détail

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE

SORTIR DU CHOMAGE EN ILE-DE-FRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE SORTIR DU CHOMAGE EN ILEDEFRANCE : DISPARITES TERRITORIALES, SPATIAL MISMATCH ET SEGREGATION RESIDENTIELLE Emmanuel Duguet Yannck L Horty, Florent Sar ** RESUME L objet de cette étude est d explquer les

Plus en détail

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg ACCORD GENERAL DE COOPERATON entre e Gouvernement du Grand-Duche de, Luxembourg et e Gouvernement de la Republque Democratque Populare Lao 2 Le Gouvernement du Grand-Duche de Luxembourg et e Gouvernement

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Régression linéaire et incertitudes expérimentales

Régression linéaire et incertitudes expérimentales 91 e Année - N 796 Publcaton Mensuelle Jullet/Août/Septembre 1997 Régresson lnéare et ncerttudes expérmentales par Danel BEAUFILS Insttut Natonal de Recherche Pédagogque Département Technologes Nouvelles

Plus en détail

L usage de l Internet au Maroc : Essai de mesure de la fracture numérique de second degré

L usage de l Internet au Maroc : Essai de mesure de la fracture numérique de second degré Internatonal Journal of Innovaton and Appled Studes ISSN 2028-9324 Vol. 2 No. 2 Feb. 2013, pp. 118-130 2013 Innovatve Space of Scentfc Research Journals http://www.ssr-journals.org/jas/ L usage de l Internet

Plus en détail

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec Demande d nserton au regstre de l état cvl du Québec d un acte d état cvl fat hors du Québec IMPORTANT Lsez les rensegnements généraux et les drectves Remplssez le formulare en caractères d mprmere, à

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Dépenses en santé et appauvrissement des ménages au Bénin.

Dépenses en santé et appauvrissement des ménages au Bénin. Dépenses en santé et appauvrssement des ménages au Bénn. HOUENINVO Gbodja Hlare Faculté des Scences Economques et de Geston, Unversté d Abomey Calav (Bénn). Résumé Adresse de correspondance : thouenn@yahoo.fr

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements L INTÉRÊT D UN STAGE EN ENTREPRISE À L ÉTRANGER Les stages en entreprse sont une pratque hstorque des établssements de formaton des Chambres de Commerce et d Industre. Généralement ntégrés dans les cursus

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton ECAM Cursus de Bacheler en Scences ndustrelles Informatque et communcaton B1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1-2 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d heures

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail