Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions"

Transcription

1 Docteur, à mon âge, faut-il encore contrôler le cholestérol? Et dois-je vraiment continuer l aspirine? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique de Médecine Interne Générale Hôpital de l Ile, Université de Berne Formation continue Médecine de la personne âgée CHUV 25 juin 2015 Plan Introduction: abaissement des seuils des FRCVs Ex. d abaissement des seuils: LDL-cholestérol en prévention primaire: utiliser les nouvelles recommandations des USAs? LDL-cholestérol en prévention secondaire Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension Multimorbidité et recommendations Conclusions Prof. N. Rodondi 2 Introduction Fréquent abaissement des seuils pour définir différentes maladies ou facteurs de risque (cholestérol, TSH, ferritine, ): - Faut-il appliquer ces nouvelles recommandations? proportion de patients à traiter, surtout chez les patients âgés - Est-ce justifié ou non? Comment gérer ces situations fréquentes en pratique clinique? Prof. N. Rodondi 3 1

2 Recommandations américaines 2013 Initier un traitement de statines d intensité élevée permettant de baisser le LDL de 50% chez les adultes avec: - Maladie cardiovasculaire < 76 ans - LDL > 4.9 mmol/l sans cause secondaire - Diabète entre 40 et 75 ans, avec des complications ou d autres facteurs de risque - Adultes entre 40 et 75 ans avec un risque d évènement cardiovasculaire à 10 ans 7.5%, selon le nouveau score américain. Stone NJ et al., Circulation 2013, Nov 12 Prof. N. Rodondi 4 Recommandations américaines 2013 (2) Initier un traitement de statines d intensité élevée permettant de baisser le LDL de 30-50% chez les adultes avec: - Maladie cardiovasculaire si 76 ans - Diabète entre 40 et 75 ans, sans complications ou autres facteurs de risque - Adultes entre 40 et 75 ans avec un risque d évènement cardiovasculaire à 10 ans de 5-7.5%: selon le nouveau score américain Stone NJ et al., Circulation 2013, Nov 12 Prof. N. Rodondi 5 Recommandations américaines 2013 : Position de l AGLA en Surestimation du risque CV avec ce score et les scores américains pour la Suisse: Risque doublé par rapport au risque actuel aux USA 3 Approche très agressive de l hypercholestérolémie familiale En cas de suspicion (LDL > 4.9): traitement sans diagnostic précis statines systématiques dès l'âge de 12 ans Choix des statines limité Hautes doses de statines: facteur de risque pour les effets secondaires 1 Nanchen D & Rodondi N, SMF 2014; 2 Ridker PM et al., Lancet 2013, Nov 30;382(9907): Prof. N. Rodondi 6 2

3 Cholesterol Treatment Trialists Collaborators (1) from participants in 14 randomised trials of statins Mean duration of follow-up (years)* Treatment comparison (mg/day) Number of patients Age range (years) Baseline history of vascular disease (%) None 4S 5,2 S20 40 vs placebo WOSCOPS 4,8 P40 vs placebo (92%) CARE 4,8 P40 vs placebo Post-CABG 4,2 L40 80 vs L AFCAPS/ TexCAPS 5,3 L20 40 vs placebo (men) (women) 6431 (97%) LIPID 5,6 P40 vs placebo ( 1%) GISSI Prevention 1,9 P20 vs no treatment * 0 LIPS 3,1 F80 vs placebo HPS 5,0 S40 vs placebo (15%) PROSPER 3,2 P40 vs placebo (56%) ALLHAT LLT 4,8 P40 vs usual care (89%) ASCOT LLA 3,2 A10 vs placebo (86%) ALERT 5,1 F40 vs placebo (81%) CARDS 3,9 A10 vs placebo (96%) Total 4, (46%) * Results on CV events: ns. Lancet 2005; 366: Prof. N. Rodondi 7 Traiter les dyslipidémies chez les personnes âgées? NNT en prévention secondaire W. Bosshard Taroni, C. Büla, R. Darioli, Revue Médicale Suisse, 2005 Adapté des résultats de la LIPID trial en prévention secondaire. Ann Intern Med 2001;134: Prof. N. Rodondi 8 Pravastatin in elderly individuals at risk of vascular disease (PROSPER) Essai randomisé contrôlé pravastatine (40 mg) vs. placebo: 5804 hommes et femmes âgés de ans avec antécédents ou facteurs de risque de maladie cardiovasculaire Suivi : 3.2 ans Lancet 2002; 360: Prof. N. Rodondi 9 3

4 Facteurs de risque d effets secondaires des statines Dose élevée Age avancé (insuffisance rénale, insuffisance hépatique, ) Maladies chroniques Surtout les 3 premiers mois de traitement Co-médication par : Inhibiteurs CYP450 3A4 Autres hypolipémiants (niacine, fibrates) Prof. N. Rodondi 10 Recommandations de l AGLA/GSLA 1 pour la prise en charge des dyslipidémies Patients à haut risque: LDL > 2,6 mmol/l Affections coronariennes ou maladies similaires (AVC, artériopathie périphérique) Diabète Risque à 10 ans 20% (PROCAM-AGLA) Patients à risque intermédiaire: LDL > 3,4 mmol/l Risque à 10 ans entre 10 et 20% Patients à faible risque: LDL > LDL > 4,1 mmol/l Risque à 10 ans < 10 % Patients sans facteurs de risque: LDL > 4,9 mmol/l AGLA 2014: faible risque: mesures de style de vie Pour la prévention primaire: toujours recommander des mesures de style de vie de quelques semaines à plusieurs mois! 1 Groupe de travail Lipides et Athérosclérose, GSLA, Nombreuses données Quelques études Très peu de données Aucune donnée Prof. N. Rodondi 11 Adéquation du traitement et du contrôle du LDL-cholestérol à Lausanne (Etude CoLaus, n=2111 avec dyslipdémies) M. Firmann et al., EJCPR, 2010 Levels of control based on: N. Rodondi et al., Ann Intern Med 2006 Prof. N. Rodondi 12 4

5 ESC 2011 prévention 2 : nouveau seuil de LDL-C < 1.8 mmol/l pour les patients avec CVD, IRC et diabétiques Problèmes: - Abaissement du seuil pour le syndrome coronarien aigu: - RRA 1-2% - Pas validé dans les autres indications regroupant une très large population! ESC/EAS guidelines for the management of dyslipidemias. European Heart Journal 2011;32, Prof. N. Rodondi 13 Sécurité et bénéfice de l arrêt des statines en cas de maladies avancées: Essai clinique randomisé (n=381) Eligibilité: espérance de vie estimée entre 1 mois et 1 an, traitement de statines en prévention primaire ou secondaire, détérioration récente du status fonctionnel Exclusion: pas de maladie cardiovasculaire active récente Résultats: décès dans les 60 jours Kutner JS et al., Jama Intern Med, 2015 Prof. N. Rodondi 14 Sécurité et bénéfice de l arrêt des statines en cas de maladies avancées: essai clinique randomisé (2) Autres résultats: Meilleure qualité de vie pour le groupe ayant arrêté le traitement de statines (score moyen QOL McGill, 7.11 vs 6.85; P = 0.04). Seulement quelques participants ont eu des événements cardiovasculaires (13 dans le groupe ayant arrêté vs. 11 dans le groupe ayant continué). Economie moyenne: $3.37 par jour et $716 par patient Kutner JS et al., Jama Intern Med, 2015 Prof. N. Rodondi 15 5

6 Conclusions sur les dyslipidémies chez la personne âgée En présence d une maladie cardiovasculaire (prévention secondaire), statines démontrées efficaces jusqu à un âge relativement avancé (environ 80 ans) En prévention primaire, données limitées concernant les personnes âgées, particulièrement au-delà de ans Le bénéfice en terme de réduction du risque absolu est nettement plus faible qu en prévention secondaire. N. Doser Joz-Roland, C. Büla, N. Rodondi, RMS 2009 Prof. N. Rodondi 16 Aspirine arrêtable en prévention 2? Pas d étude Le risque de saignement augmente fortement avec l âge et en cas de combinaison de traitements Nouvelle recommandation de l ACCP: Si indication pour anticoagulants (p.ex. Sintrom pour FA) et aspirine pour une maladie coronarienne: Stop aspirine 1 an après le dernier syndrome coronarien aigu (le Sintrom diminue la récidive d infarctus) Prof. N. Rodondi 17 Hypertension: seuil? Accord-BP: 4733 participants diabétiques randomisés entre: 1) Traitement intensif, objectif: tension systolique <120 mm Hg 2) Traitement standard, objectif: tension systolique <140. Résultat principal: IM non mortel, AVC non mortel, ou décès d origine cardiovasculaire ACCORD-BP, NEJM 2010 Prof. N. Rodondi 18 6

7 Hypertension: seuil? Effets indésirables graves attribués au traitement antihypertensif: 1) 3.3% dans le groupe avec traitement intensif 2) vs. 1.3% dans le groupe avec traitement standard (P<0.001). ACCORD-BP, NEJM 2010 Prof. N. Rodondi 19 Hypertension: seuil? ESC 2013 Pas d objectifs clairs concernant la tension artérielle:: Tension artérielle < 140/90 1 (< 140/85 en cas de diabète 2 ) < 130 à 135 mmhg si pas d effets secondaires importants, mais preuves limitées et contradictoires sur ces seuils (malgré les recommandations ESC 2007 : < 130/80 ) <130 si protéinurie Risques si trop bas (<120 vs. <140 dans ACCORD-BP 3 ): effets secondaires (polymorbidité/polymédication), coûts sans bénéfices Si personne âgée > 80 ans, traiter une SBP 160 avec objectif de Prudence si personne âgée fragile 1 JNC-8, JAMA 2014; 2 ESH and ESC Guidelines, Eur Heart J 2013;34: ; ACCORD-BP, NEJM 2010 Prof. N. Rodondi 20 Seuils pour le diabète (1)? Récents essais randomisés sur traitement intensif 1 : ACCORD ADVANCE VADT n History of CVD, % A 1C goals (I vs S),% <6.0 vs vs ~ 7% Outcomes Definition of primary outcome HR for primary outcome (95%CI) Nonfatal MI, nonfatal stroke, CVD death Microvascular plus macrovascular (nonfatal MI, nonfatal stroke, CVD death) outcomes 0.90 ( ) 0.90 ( ); macrovascular: 0.94 ( ) <6.0 (action if 6.5) vs ~8.5% Nonfatal MI, nonfatal stroke, CVD death, hospitalization for heart failure, revascularization 0.88 ( ) HR for mortality (95%CI) 1.22 ( ) 0.93 ( ) 1.07 ( ) 1 ADA/ACC/AHA Statement, Circulation, 2009 Prof. N. Rodondi 21 7

8 Recommandations 2014 pour le diabète Résumé des résultats pour un traitement intensif: Pas de bénéfice sur les MCV Précédents essais randomisés et bénéfices: Macroangiopathie: suivi à long terme de DCCT et UKPDS: bénéfice à abaisser A 1c à < 7% (mais non randomisé) Microangiopathie: bénéfice à abaisser A 1c à 7% Nouveaux seuils recommandés du A 1c : Seuil global de < 7% raisonnable [B] Objectifs A 1c + restrictifs (~6.5%) pour des patients sélectionnés : pas d hypoglycémie significative / autres effets secondaires du traitement; diabète de courte durée; longue espérance de vie; pas de MCV significatif [C] Objectifs A 1c moins restrictifs (~8%) si: antécédents d hypoglycémie grave, complications micro- et macrovasculaires avancées ou comorbidités importantes [B] 1 ADA. Diabetes Care 2014; 2 ADA/ACC/AHA Statement, Circulation, 2009 Prof. N. Rodondi 22 Une limitation d application des guidelines 1 Très peu de patients avec comorbidité inclus: Etudes randomisées publiées ces quinze dernières années 2 o 63% ont exclu les patients avec multimorbidité o Seulement 2% explicitement inclus o 50% de la population souffre de 2 maladies, plus en médecine interne générale Prudence lors de l application en pratique clinique: Toujours tenir compte des preuves et de la population étudiée! 1 Rodondi N & Héritier F, Rev Med Suisse 2014; 2 Jadad AR et al., JAMA 2011;306: Prof. N. Rodondi 23 Conclusions (1) Nouveau paradigme: «le plus bas n est PAS le meilleur» Réévalutation des seuils pour traiter les FRCVs et des cibles, surtout chez les patients âgées Ajustement des cibles des recommandations selon la multimorbidité Dans la pratique, en sus de l âge et de l espérance de vie, la décision de traiter ou non nécessite de prendre en compte la présence de comorbidités, l état fonctionnel et cognitif du patient, ainsi que la polymédication Rodondi N & Héritier F, Rev Med Suisse 2014; N. Doser Joz-Roland, C. Büla, N. Rodondi, RMS 2009 Prof. N. Rodondi 24 8

9 Conclusions (2) Multimorbidité et médecine interne générale: La plupart des des données disponibles ne s appliquent pas à la majorité de la population! Généralistes: rôle important pour l individualisation des cibles, en prenant en compte la multimorbidité et la polymédication Collaboration entre les médecins de famille et les généralistes à l hôpital pour développer: Des recommandations centrées sur les patients Des nouvelles études pour les patients âgés multimorbides, y.c. pour arrêter les traitements préventifs Prof. N. Rodondi 25 Merci de votre attention Prof. N. Rodondi, Chef de la Policlinique Médicale Clinique de Médecine Interne Générale Hôpital de l Ile, Université de Berne Prof. N. Rodondi 26 9

Grand âge et thyroïde Faut-il doser la TSH?

Grand âge et thyroïde Faut-il doser la TSH? Grand âge et thyroïde Faut-il doser la TSH? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique de Médecine Interne Générale Hôpital de l Ile, Université

Plus en détail

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Dr Vanina Bongard Unité de Prévention de l Athérosclérose, Hôpital Rangueil Service d Epidémiologie, CHU de Toulouse

Plus en détail

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011?

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011? Un homme de 55 ans vous consulte pour un bilan de santé. Aucune plainte. Connu pour une hypertension artérielle traitée par lisinopril et thiazide. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio-

Plus en détail

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Justification L hypercholestérolémie est un facteur de risque

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

Michel Krempf, Nantes

Michel Krempf, Nantes Michel Krempf, Nantes Liens d intérêts: Astra-Zeneca, Abbott, BMS, Bayer pharma, MSD, Shering-Plough, Sanofi-Aventis, Novo Nordisk, Lilly, Pierre Fabre, GSK, Takeda, Pfizer, Novartis, Roche, FICT, Danone,

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

51 e CONGRES DE L A.M.U.B.

51 e CONGRES DE L A.M.U.B. 51 e CONGRES DE L A.M.U.B. Traitement hypolipémiant en Gériatrie. Dr. E. SCHILS Gériatre Service de Gériatrie C.H.U. TIVOLI Session Actualités diagnostiques et thérapeutiques. Modérateurs : Drs A. FIRKET,

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 2008 2014 Mortalité CV:30% 29% Cas cliniques: prise en charge identique? PF, un cadre d entreprise,

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu RII UMF-CSSSNL Forum de médecine familiale * Parution dans le NEJM du 20 novembre 2008 PERTINENCE

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Position du problème Pathologie courante Risque absolu élevé Survie de plus en plus longue Intervention

Plus en détail

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU Grenoble 14es Assises du CNCHG, Paris, 2008 PAS

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Pr. Philippe ZERR docteurzerr@gmail.com Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Tous droits réservés D.Rozenbaum, P.Zerr Dr David ROSENBAUM

Plus en détail

Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée

Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée Le Cœur C des SéniorsS Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée Dr. François Mach, MD, Service de Cardiologie Département de MédecineM Hôpital Universitaire de Genève Francois.Mach@medecine.unige.ch

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol?

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Auteurs : Caroline Huas, Rémy Boussageon, Denis Pouchain Résumé de la table ronde (durée 2h) par Aurélien Vandenameel et Maxence Stettner Objectifs : Présenter

Plus en détail

Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny

Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny «Diabetic men and women 50y and older lived on average 7.5 & 8.2 years

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

Bande annonce ARTE Donc, 5 visiteurs sur 6 n ont visionné que la version négationniste Discours habituel du Dr De Lorgeril Le lundi 29 mars 2010 à 01:29, par Mario Desaulniers Bonjour M. de Lorgeril,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juin 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 janvier 2001 (JO du 14 janvier 2001). ELISOR 20 mg, comprimé sécable

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

Diabète de la personne âgée: Quel contrôle glycémique? A quel prix?

Diabète de la personne âgée: Quel contrôle glycémique? A quel prix? Diabète de la personne âgée: Quel contrôle glycémique? A quel prix? Nice, 21.10.2010 Docteur Ulrich Vischer, P.D., CC Département de Réhabilitation et Gériatrie Hôpital de Gériatrie 3, ch. Du Pont Bochet

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement Les indices d efficacité Quantification de l effet traitement 1 Objectifs Résultats d apprentissages indices d efficacité : L étudiant doit : Comprendre la mesure quantifiée de l effet d un traitement

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES

PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES Dr Bertrand Guignard Pharmacie des HUG Pharmacie des HUG: Cycle de formation en communication scientifique EVIDENCE BASED PRACTICE Evidence-based medicine Evidence-based

Plus en détail

JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR

JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR Prévention cardiovasculaire chez l insuffisant rénal chronique JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR Le risque rénal est un risque cardiaque! Stratification du risque

Plus en détail

Statin or not statin? Que dire à son patient?

Statin or not statin? Que dire à son patient? REseau de MEDecins - réunion scientifique Genève, le 6 juin 2013 Statin or not statin? Que dire à son patient? Prof. François Mach Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires de Genève Francois.Mach@hcuge.ch

Plus en détail

Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi

Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi Prévention et traitement de la néphropathie chez le sujet diabétique de type 2 T. RICHARD Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi GERHPAC CHU

Plus en détail

L étude ADVANCE : méthodologie et résultats

L étude ADVANCE : méthodologie et résultats MISE AU POINT Hypertension artérielle et diabète Le diabétique : un patient à haut risque cardiovasculaire et rénal F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Etude ADVANCE : méthodologie et résultats Quels

Plus en détail

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique, groups d

Plus en détail

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles D. Nibouche Risque de 1 er IDM avant l âge de 40 ans ETUDE INTERHEART Le risque le plus élevé de faire un 1er IDM avant 40 ans

Plus en détail

Quel anti-diabétique oral rajouter chez les diabétiques de type 2 dont la glycémie est mal contrôlée sous Metformine?

Quel anti-diabétique oral rajouter chez les diabétiques de type 2 dont la glycémie est mal contrôlée sous Metformine? CREMA Mélissa Vetsch Août 2012 Situation clinique Patient nigérian de 48 ans en BSH avec AF + pour diabète de type II Mise en évidence HbA1c à 8.8% Introduction Metformine à 500mg 2x/j Augmentation à 850mg

Plus en détail

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2005 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude FIELD : un fibrate ou une statine pour la prise en charge de la dyslipidémie des diabétiques de type 2? Le diabétique

Plus en détail

Prescription de statines en prévention primaire : quel score de risque cardiovasculaire faut-il utiliser en Suisse?

Prescription de statines en prévention primaire : quel score de risque cardiovasculaire faut-il utiliser en Suisse? Prescription de statines en prévention primaire : quel score de risque cardiovasculaire faut-il utiliser en Suisse? pratique Rev Med Suisse 21 ; 6 : 488-93 D. Nanchen A. Chiolero P.-M. Marques-Vidal J.

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC AVC 3 ère cause de mortalité 1 ère cause de handicap 90% d origine ischémique 40% cryptogénique Foramen ovale perméable Foramen ovale perméable C est la malformation cardiaque

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

A u congrès de l American

A u congrès de l American Diabète de type 2 : pas de bénéfice à intensifier le traitement antihypertenseur et hypolipémiant Données de l étude ACCORD Marie VIRALLY Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant

Plus en détail

L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2

L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2 L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2 par Manuel Dolz Décembre 2016 Mohammedi K, et al ; ADVANCE Collaborative

Plus en détail

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé?

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Evolution de la PA avec l âge La systolique augmente avec l âge La diastolique augmente jusqu à 60 ans puis se stabilise

Plus en détail

Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines

Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines Athérosclérose et dyslipidémies expression des molécules d'adhésion capture des LDLs pénétration des LDLs Structure générale des lipoprotéines

Plus en détail

Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé

Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé Pr Xavier Girerd Pôle d Endocrinologie Unité de Prévention Cardio-Vasculaire Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris Université

Plus en détail

antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres

antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore?? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres Variabilité individuelle de réponse au clopidogrel Facteurs génétiques Inobservance SCA Diabète BMI 80?

Plus en détail

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf?

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? 1 Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? Publié le 3 Jan 2017 Un entretien avec Éric BRUCKERT, Service d endocrinologie métabolisme et prévention cardiovasculaire, hôpital Pitié-Salpêtrière,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 16 mai 2001 (JO du 11 octobre 2001) ASASANTINE LP 200mg/25mg, gélule

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE

LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE BUM : HTA Introduction Le contexte : l HTA c est : Une prévalence extrêmement élevée Une préoccupation de soins primaires

Plus en détail

Approche clinique d intolérance aux Statines

Approche clinique d intolérance aux Statines Approche clinique d intolérance aux Statines Christophe Beauloye, MD, PhD Service de Cardiologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Bruxelles, Belgique Risques persistants après un syndrome coronarien

Plus en détail

Clinical Update Diabetology

Clinical Update Diabetology Clinical Update Diabetology Antidiabétiques oraux : Quoi de neuf? Dr. François Jornayvaz CHUV Prise en charge médicamenteuse du DM2 Diabetes Care, janvier 2015 Effet des antidiabétiques sur l HbA1c Inhibiteur

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE DIU HTA SEMINAIRE TOULOUSE 24 et 25 mai 2013 Bernard CHAMONTIN Service de Médecine Interne et Hypertension Artérielle Pole Cardiovasculaire et Metabolique CHU Rangueil

Plus en détail

Mme P. 57 ans. Pour évaluer son risque cardiovasculaire, quels scores pouvons-nous. Scores de risque cardio-vasculaire

Mme P. 57 ans. Pour évaluer son risque cardiovasculaire, quels scores pouvons-nous. Scores de risque cardio-vasculaire Mme P. 57 ans Scores de risque cardio-vasculaire Colloque du SMPR 30 avril 2014 Prof. Dr. Jean-Michel Gaspoz Département de Médecine communautaire, de premier recours et des urgences Obésité légère (IMC=34)

Plus en détail

HTA du sujet âgé. Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin Pr Eric Cailliez

HTA du sujet âgé. Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin Pr Eric Cailliez HTA du sujet âgé Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin 2016 Épidémiologie Prévalence de l HTA augmente avec l âge 70 % des sujets de plus de 80 ans sont hypertendus En France,

Plus en détail

Hypoglycémie et mortalité cardiovasculaire au cours du diabète de type 2. Z. Tazi Mezalek Médecine interne Hôpital Ibn Sina - Rabat

Hypoglycémie et mortalité cardiovasculaire au cours du diabète de type 2. Z. Tazi Mezalek Médecine interne Hôpital Ibn Sina - Rabat Hypoglycémie et mortalité cardiovasculaire au cours du diabète de type 2 Z. Tazi Mezalek Médecine interne Hôpital Ibn Sina - Rabat On soigne mieux le DT2!!!! Avril-Mai 2014 67.8% d IDM 52% AVC 51% amputations

Plus en détail

Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel)

Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel) Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel) Pr P. Lantelme Lyon L HTA : Un facteur de risque cardio-vasculaire majeur Lewington et al. 22 1 L HTA : Les succès de la prise

Plus en détail

Les deux décennies écoulées ont

Les deux décennies écoulées ont Prise en charge des dyslipidémies : le sacre des statines Au terme de 20 ans d essais cliniques importants, les statines sont devenues une classe thérapeutique majeure de la prévention du risque cardiovasculaire.

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Prise en charge HTA essentielle en Dr Baroudi cardiologue CH chateauroux

Prise en charge HTA essentielle en Dr Baroudi cardiologue CH chateauroux Prise en charge HTA essentielle en 2012 Dr Baroudi cardiologue CH chateauroux Année 2011 decision de HAS de retirer l'hta de la liste des affections de longue durée. 12 millions en France. Femme: 31,7%.

Plus en détail

Objectifs. Lignes directrices 2009 pour le diagnostic et le traitement de la dyslipidémie et de la prévention de la maladie cardiovasculaire

Objectifs. Lignes directrices 2009 pour le diagnostic et le traitement de la dyslipidémie et de la prévention de la maladie cardiovasculaire Claude Lévesque MD CSSS Gatineau Objectifs Revoir les dernières recommandations canadiennes sur le traitement des dyslipémies. Risque absolu VS relatif. NNT en primaire et secondaire Lignes directrices

Plus en détail

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Risque relatif de mortalité induit par une MC (maladie coronarienn Risque relatif de mortalité induit par une MC 5 4.5 4 3.5 3 2.5 2 1.5 1 0.5

Plus en détail

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou 8 décembre 2011 INTRODUCTION Au cours des 30 dernières années : baisse de la mortalité cardio-vasculaire

Plus en détail

Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2

Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2 Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2 Des recommandations... aux données factuelles... Rémy Boussageon, Alain Moreau FORGENI @ Juin 2010 Ce document est protégé par la licence Creative Commons

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE - THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 1 PLAN Indications THS Avantages et risques du THS Protocoles thérapeutiques

Plus en détail

Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire

Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire E. Schroeder 10 e Colloque à Orval Organisé par l'ecu-ucl UCL et les généralistes de la Province du Luxembourg Orval, le 1 er mai 2010 Fréquence cardiaque

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2

Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2 Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2 A.SALAH MANSOUR, K.ABERKANE, S.DAHLIZ, H.MERABET, Z.LAKABI, S.OUERDANE 21ème Congrès National

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 Au cours des vingt dernières années, la mortalité cardiovasculaire a considérablement baissé dans les pays

Plus en détail

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS?

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? S. DEGHIMA, S. AOUICHE, K. MEZEGHRANI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ZENATI, N. ALOUI, R. HANNACHI, A.BOUDIBA.

Plus en détail

Stratégies de lutte contre le diabète

Stratégies de lutte contre le diabète Stratégies de lutte contre le diabète Gilles Paradis, MD, MSc, FRCPC, FACPM, FAHA Direction de santé publique de Montréal, Institut national de santé publique du Québec JASP 2004 17 e Congrès annuel AMSSCQ

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

Les statines en prévention primaire

Les statines en prévention primaire Mini-revue Sang Thrombose Vaisseaux 2004 ; 16, n 1 : 24 35 Les statines en prévention primaire François Philippe Département de pathologie cardiaque, Institut mutualiste Montsouris, 42, boulevard Jourdan,

Plus en détail

Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle.

Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle. Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle. Tunis Tunisie La rétinopathie diabétique représente une des principales

Plus en détail

Comment mesurer la PA chez le sujet âgé?

Comment mesurer la PA chez le sujet âgé? Comment mesurer la PA chez le sujet âgé? Athanase Bénétos CHU de Nancy CIFGG Nice, 20 octobre 2010 Conflits d intérêts Honoraires Boehringer Servier Menarini Sanofi Bayer Diatecne Atcor Comment mesurer

Plus en détail

Tunis le 18 Février 2012 A.JOULAK

Tunis le 18 Février 2012 A.JOULAK Tunis le 18 Février 2012 A.JOULAK Définition DIABETE Glycémie à jeun 7 mmol/l (1.26 g/l) Ou Glycémie après HGPO ou au hasard > 11.1 mmol/l (2 g/l) Ou Hb A1C 6.5%. Standards of Medical Care in Diabetes

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES AVC HYPERTENSIFS

LA PRISE EN CHARGE DES AVC HYPERTENSIFS 4 ème SEMINAIRE FRANCO-IVOIRIEN SUR L HTA ET 2 èmes JOURNEES DE L HTA A BOUAKE LA PRISE EN CHARGE DES AVC HYPERTENSIFS Ange-Eric KOUAME-ASSOUAN Maître de Conférences Agrégé de Neurologie Bouaké, Côte d

Plus en détail

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique?

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? Congrès American College of Cardiology Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Lipides et diabète 1. Une dyslipidémie athérogène Les diabétiques de type

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 6 Forum National de l Omnipraticien Alger le 8 Avril 2010 DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 Pr. N. Ouadahi Médecine interne CHU Bab El Oued Causes of death in people with diabetes 50 40 40 Deaths (%) 30 20

Plus en détail

a déclaré ses liens d intérêt

a déclaré ses liens d intérêt En cas d artériopathie oblitérante des membres inférieurs asymptomatique ou de découverte de plaques à l examen échodoppler, faut-il mettre en route un traitement? Contre Pr Alessandra BURA-RIVIERE Service

Plus en détail

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir 14é CONGRES FRANCOPHONE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Bernard JOUVE, CH du pays d AIX Conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Les événements cardiovasculaires

Les événements cardiovasculaires L aspirine en prévention cardiovasculaire primaire Résumé : L aspirine et/ou le clopidogrel doi(ven)t être proposé(s) en prévention secondaire des maladies cardiovasculaires, c est-à-dire chez les patients

Plus en détail

Divulgation des conflits d intérêt potentiels

Divulgation des conflits d intérêt potentiels NOUVEL ANTICOAGULANT ORAL LE DABIGATRAN Etienne Villeneuve, MD Résident 2 Divulgation des conflits d intérêt potentiels Aucun conflit d intérêt Dabigatran (Pradax MD MD ) Par Boehringer Ingelheim Dabigatran

Plus en détail

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras»

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras» Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras» Mr M. R. Patient de 58 ans d origine d espagnole, ancien maçon. Tabagisme actif (30 UPA) Dyslipidémie BPCO légèrel Dr

Plus en détail

Depuis l étude de Framingham [1]

Depuis l étude de Framingham [1] Effets artériels non coronaires des statines Philippe Castellant, Jacques Mansourati Département de cardiologie, hôpital de La Cavale Blanche, 29609 Brest Cedex Mots clés

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

et l état cognitif dans tout ça?

et l état cognitif dans tout ça? et l état cognitif dans tout ça? L état confusionnel aigu postopératoire Dr. J. Popp, PD et MERclin Service universitaire de psychiatrie de l âge avancé Département de psychiatrie, CHUV plaintes cognitive

Plus en détail