Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie"

Transcription

1 Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie

2 La Survivance : vivre après la maladie Caroline Laverdière, MD, FRCP(c) Hémato-Oncologue CHU Sainte-Justine Université de Montréal Denis Soulières, MD, FRCP(c) Hémato-Oncologue CHUM Université de Montréal

3 Plan La Survivance : la question pédiatrique; p la question adulte; Témoignages de jeunes adultes

4 Les bonnes nouvelles! On peut guérir maintenant environ 80% des enfants avec un cancer Les jeunes adultes ayant eu un cancer sont de plus en plus nombreux!

5 Qui sont les guéris? diagnostics cancer pédiatrique 335/an les plus fréquents : leucémie aiguë lymphoblastique tumeurs cérébrales neuroblastome, Wilms,, Hodgkin Ladislas Kadyszewski pour Leucan jeunes adultes ayant eu un cancer pédiatriquep 2010 : 1/ jeunes Québécois (20-40 ans)

6 Impact à long terme des traitements sur la santé? Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie

7 Impact à long terme des traitements sur la santé? Chimiothérapie Radiothérapie Greffe de moelle Chirurgie Autres traitements: Immunothérapie, Transfusions

8 Morbidité à long terme (Oeffinger et al., NEJM 2006)

9 Morbidité à long terme (Diller et al., JCO 2009)

10 Morbidité psychosociale Troubles psychologiques (syndrome de stress post-traumatique, traumatique, dépression, anxiété, troubles du sommeil, suicide) Limitations fonctionnelles, fatigue/douleur chronique taux de mariage et d emploi études supérieures (troubles neurocognitifs)

11 8,4 fois plus de décès que la population générale (Mertens et al., JNCI 2008)

12 Deuxièmes cancers (Meadows et al., JCO 2009)

13 deuxièmes cancers avec exposition à radiothérapie (Meadows et al., JCO 2009)

14 Donc le suivi médical m des jeunes adultes ayant eu un cancer pédiatrique est primordial!

15 Programme de suivi long terme CHU Sainte-Justine Débuté en patients suivis dans le programme 300 référés r à leur médecin de famille pour la poursuite de leur suivi Ladislas Kadyszewski pour Leucan

16 Programme de suivi long terme CHU Sainte-Justine Physiatre Hématooncologue Infirmière spécialisée Endocrinologue Clinique de douleur Patient Famille Radiooncologue Psychiatre Psychologue Oncologue adulte Autres spécialités médicales Pharmacienne Travailleur social

17 Objectifs Améliorer les connaissances des médecins et autres professionnels Créer un forum de discussion Créer un forum de discussion Favoriser la recherche clinique et «translationnelle» Enseignement Suivi complet et systématique des survivants Surveillance des rechutes Surveillance des rechutes Prévention, dépistage et traitement des complications à long terme Éducation des patients et leur famille Préparation à la transition en milieu adulte Améliorer la santé et la qualité de vie Améliorer la santé et la qualité de vie

18 Programme de suivi long terme CHU Sainte-Justine Fin de traitement 5 ans Post-fin de traitement > 18 ans non transférés reconsultation malgré transfert grossesses chez survivantes Programme suivi à long terme < 18 ans Transfert milieu adulte 18 ans

19 Transfert au milieu médical adulte : modèle en développement TRANSFERT MILIEU ADULTE > ANS 1 er CHOIX Risque faible de séquelles Risque modéré de séquelles Risque élevé de séquelles MÉDECIN DE FAMILLE MÉDECIN DE FAMILLE CLINIQUE JEUNE-ADULTE (hôpital soins adultes) 2 e CHOIX CLINIQUE JEUNE-ADULTE (hôpital soins adultes) CLINIQUE JEUNE-ADULTE (hôpital soins adultes) ONCOLOGUE ADULTE MÉDECIN DE FAMILLE

20 Transfert au milieu médical adulte: problématiques Pénurie de médecins de famille (24,2% des Québécois n ont pas de médecin de famille) Suivi unique par oncologue adulte : focus sur la maladie et non la survivance Rétention en milieu pédiatrique de patients > 21 ans avec problématiques adultes Réticence du patient et reconsultation malgré transfert

21 Transfert au milieu médical adulte : BESOIN ESSENTIEL! Clinique de suivi multidisciplinaire en milieu hospitalier adulte universitaire : médecins de famille, hémato-oncologue pédiatrique, oncologue adulte, interniste, psychiatre, infirmière spécialisée, neuropsychologue, psychologue, travailleur social

22 Journées d éd étude LEUCAN sur le vécu des adolescents et jeunes adultes ayant eu un cancer pédiatrique Rassemblement de 64 jeunes adultes et 24 adolescents ( ans) avec leurs parents (32) à des ateliers portant sur : effets secondaires physiques; effets psychologiques («faire face à la vie de tous les jours»); apprentissage et vécu scolaire; relations psychosociales.

23 Besoins des survivants Physiques : assurer suivi médical, transfert milieu adulte Psychologiques : soutien individuel et de groupe Éducation : selon leurs capacités physiques Sociaux : emploi Financiers : assurances, frais médicaux, etc. Récréatifs : activités sociales

24 Programme d aide financière pour les séquelles suite à un cancer Don de $/an X 3 ans (fondation) Types de traitements et soins éligibles Soins dentaires Soins cutanés (dermatologie ou chirurgie esthétique) Appareils auditifs ou visuels spécialisés, prothèses, orthèses Modalités de soulagement de douleur chronique (ex. physiothérapie, ostéopathie, massothérapie, etc) Psychothérapie, service orientation professionnelle Aide scolaire

25 Randonnée «Sentier de l espoir» Jeunes adultes du Québec (9) et de l Alberta (10) Juin 2008 : randonnée pédestre de 2-5 jours dans les montagnes du Vermont Buts Favoriser l activité physique et la prévention Permettre l échange entre survivants de milieux différents

26 Survivance : la question adulte Denis Soulières, MD, MSc,, FRCPC Hématologue et oncologue médicalm CHUM-HND HND

27 Comparatif #1 La survie n est pas la même Les enfants ont globalement des succès importants Survie de 80% Activités de recherche visant souvent à minimiser les effets secondaires à long terme La survie est plus importante pour les patients très âgés Plus de décès par causes autres que le cancer que par récidive de la maladie dans plusieurs conditions

28

29

30 Comparatifs #2 Sous-estimation des problèmes Surestimation de certains problèmes parce que surreprésentation de certains groupes Cancer du sein Lymphoedème Ménopause précoce Modifications caractérielles Sous-estimation des problèmes de groupes plus restreints Jeunes et cancer Pathologies traitées principalement par chirurgie

31

32 Survie et subventions

33 Données des complications du traitement : Données adultes sont «transplantées» des données pédiatriques NB : La plupart des complications importantes surviennent dans les 3-5 premières années SMD, leucémies Données sur le très long terme peu applicables à la population adulte Cancers secondaires Décès par d autres causes Perte au suivi

34 Suivi oncologique 2010 Basé sur le suivi de la maladie : Récidive, progression Questions sur toxicités fréquentes et spécifiques Complications chirurgicales Complications cardiaques Complications neurologiques

35 Besoins 2010 Nécessité d instaurer en milieu adulte le même genre de programme qu en pédiatrique Besoins statistiques : identifier les problèmes et suggérer des programmes d intervention Besoins référentiels : comparer les complications entre centres comme facteur de qualité en plus de la survie des patients Mais : Ressources actuelles basées sur les traitements et peu sur les complications à long terme

36 Réorientation de certaines études : Cancer du larynx Antérieurement : chirurgie, suivie de radiothérapie Mutilant, pas de préservation de la voix Préservation de la déglutition Maintenant : chimiothérapie et radiothérapie Moins de laryngectomie Fonctionnalité discutable Taux non négligeable de réintervention pour dysfonction

37 Principe #1: Ajouter de la vie Cancer et survie Ajouter de la santé à la vie Ajouter du bien-être à la santé Principes établis en prémisses de la Loi sur les services de santé et les services sociaux du Québec

38 Conclusion Une prise en charge structurée, organisée et axée sur la prévention et la qualité de vie des patients est essentielle pour les survivants de cancers pédiatriques et adultes à risque de séquelles Des ressources appropriées sont essentielles pour un suivi médical de qualité et assurer une expertise La synergie entre les milieux adultes et pédiatriques est essentielle

VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU

VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU Congrès pratique exemplaire, 18 novembre 2016 Marie-Claude Charette

Plus en détail

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon CANCERS DE L ENFANT CANCERS DE L ENFANT - Maladie rare : cancer de l enfant

Plus en détail

L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE

L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE Bernard Lemieux, MD Symposium Lymphome Action Novembre 2012 Modèle classique d intervention

Plus en détail

L après cancer: le point de vue du pédiatre. Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009

L après cancer: le point de vue du pédiatre. Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009 L après cancer: le point de vue du pédiatre Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009 30 ans après... 1940 1950 1960 1970 1980 Quelle espérance de vie? Quel état de santé? Importance de

Plus en détail

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic :. Nom du médecin responsable du patient : non encore défini L annonce

Plus en détail

«VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU»

«VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU» «VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU» Par: Annie-Pier Couture B.Sc.Inf, conseillère en soins infirmiers,

Plus en détail

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique LOuldamer 11 juin 2013 CHU de Tours Les défauts des consultations de surveillance Protocoles variables Malades --> anxiété --> fatigue -->

Plus en détail

CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent

CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent cicc.chumontreal.qc.ca D r Harold Olney Hémato-oncologue Chef du Département d hématologie et de médecine transfusionnelle Lysanne Besse Pharmacienne

Plus en détail

Phuc Félix Nguyen-Tan MDCM, FRCP(C) Département de radio-oncologie CHUM Notre-Dame

Phuc Félix Nguyen-Tan MDCM, FRCP(C) Département de radio-oncologie CHUM Notre-Dame Atelier portant sur les réunions interdisciplinaires: l expérience de l Hôpital Notre-Dame sur les cancers ORL traités par chimiothérapie et radiothérapie concomitante Phuc Félix Nguyen-Tan MDCM, FRCP(C)

Plus en détail

Lymphomes en Pédiatrie. Josette Champagne Hématologue Oncologue CHU Ste-Justine

Lymphomes en Pédiatrie. Josette Champagne Hématologue Oncologue CHU Ste-Justine Lymphomes en Pédiatrie Josette Champagne Hématologue Oncologue CHU Ste-Justine Pourquoi en parler? Enfant 1 à 14 ans Cause de décès Accidents/Suicides/Homicides Cancer 27% 45% Anomalies congénitales Cardiopathie

Plus en détail

Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment?

Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment? Réseau Essononco Formation du 6 octobre 2015 Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment? Dr Gaëlle-Anne ESTOCQ Réseau Osmose Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment?

Plus en détail

Qu en est-il de leur accès aux soins?

Qu en est-il de leur accès aux soins? LA CANCEROLOGIE ET L HEMATOLOGIE PEDIATRIQUE AU MAROC ETAT DES LIEUX Il est difficile de se faire une idée précise sur l ampleur des problèmes hématologiques et sur les cancers de l enfant au Maroc. Les

Plus en détail

IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES

IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES Symposium du 26 novembre 2012 Evaluation du Plan Cancer Belge IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES Dominique de Valeriola, MD Directeur Général Médical, Institut Jules Bordet Etat des

Plus en détail

Specificités de l oncologie pédiatrique et RCP

Specificités de l oncologie pédiatrique et RCP Specificités de l oncologie pédiatrique et RCP Le cancer est plus rare chez l enfantl Represente 1% de l ensemble des cancers Incidence:132 cas/an/million d enfants 1500 nouveaux cas/an en France Un enfant

Plus en détail

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique P. Chastagner, CHU Nancy Président du conseil scientifique de la Société Française du Cancer de l Enfant

Plus en détail

Greffe de moelle pour Anémie Falciforme Quoi de neuf en 2016? Pierre Teira MD CHU Sainte Justine Symposium sur l Anémie Falciforme 6ème édition 2016

Greffe de moelle pour Anémie Falciforme Quoi de neuf en 2016? Pierre Teira MD CHU Sainte Justine Symposium sur l Anémie Falciforme 6ème édition 2016 Greffe de moelle pour Anémie Falciforme Quoi de neuf en 2016? Pierre Teira MD CHU Sainte Justine Symposium sur l Anémie Falciforme 6ème édition 2016 Principes de Greffe de moelle Seul traitement permettant

Plus en détail

Calendrier de téléformation Printemps 2014

Calendrier de téléformation Printemps 2014 Version du 3 avril 2014 mise à jour à surveiller 20 mars 11 h-12:30 h 25 mars 8 h- 9 h 27 mars 12 h à 13:15 h Stress post-traumatique traumatique chez les enfants: enjeux cliniques pour bonifier la thérapie

Plus en détail

Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique. Brenda MALLON

Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique. Brenda MALLON Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique Brenda MALLON QUESTIONS 1. Qu'est que c est? 2. Pourquoi faire de la recherche clinique en Afrique? 3. Comment peut-en faire

Plus en détail

Marie-Julie Cimon, MD, FRCPC Fabien Gagnon, MD, D.Psy., FRCPC Pierre Tremblay, MD, FRCPC

Marie-Julie Cimon, MD, FRCPC Fabien Gagnon, MD, D.Psy., FRCPC Pierre Tremblay, MD, FRCPC Psychiatrie périnatale : Défis et réalités hospitalières à Québec Marie-Julie Cimon, MD, FRCPC Fabien Gagnon, MD, D.Psy., FRCPC Pierre Tremblay, MD, FRCPC Centre Hospitalier Universitaire de Québec. Québec,

Plus en détail

DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic : Nom du médecin responsable du patient dans le service

Plus en détail

Le cancer du sein: les traitements de la maladie et la vie après les traitements

Le cancer du sein: les traitements de la maladie et la vie après les traitements Le cancer du sein: les traitements de la maladie et la vie après les traitements Jean-Pierre Ayoub, MD, FRCPC Oncologue médical Professeur adjoint de clinique Plan de la présentation Cancer du sein et

Plus en détail

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Spécificit cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Le cancer est plus rare chez l enfantl Représente 1% de l ensemble des cancers Incidence:132 cas/an/million d enfants

Plus en détail

Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés

Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés Le site du Docteur François ARTUS Adresse du site : www.docvadis.fr/francois-artus Validé par le Comité Scientifique Oncologie

Plus en détail

Suivi à long terme des patients ayant survécu à un cancer pendant l'enfance

Suivi à long terme des patients ayant survécu à un cancer pendant l'enfance Suivi à long terme des patients ayant survécu à un cancer pendant l'enfance Dr Melissa Gabriel Coordinatrice médicale Clinique de suivi oncologique à long terme Children s Hospital Westmead Contexte -

Plus en détail

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV Intervention du 7 mars 2016 Dufeil SOUNGA leybrodneil@yahoo.fr Dufeil SOUNGA Psychologue clinicien Psychologue cognitivo-comportementaliste Psychothérapeutique

Plus en détail

LE COMITÉ DU DIAGNOSTIC ET DU TRAITEMENT DU CANCER: Une approche régionale, multidisciplinaire et sans restriction de siège tumoral

LE COMITÉ DU DIAGNOSTIC ET DU TRAITEMENT DU CANCER: Une approche régionale, multidisciplinaire et sans restriction de siège tumoral LE COMITÉ DU DIAGNOSTIC ET DU TRAITEMENT DU CANCER: Une approche régionale, multidisciplinaire et sans restriction de siège tumoral Francois Vincent, B.Sc, MD, LMCC, CSPQ, FRCPC Radio oncologue CIUSSS

Plus en détail

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient CONTENU DES GROUPES D ENSEIGNEMENT FACULTAIRE (Document élaboré à partir de l article : Attali C, Huez J-F, Valette T & Lehr-Drylewicz. Les grandes familles de situations cliniques. Exercer 2013 24, 165

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Présenté par: Louise Plaisance, inf. b.sc.inf. Fondation québécoise du cancer 27 février 2014 1 Plan de la présentation Connaître quelques statistiques Comprendre ce qu est le

Plus en détail

J Médecine généraliste et spécialisée

J Médecine généraliste et spécialisée Appellations (Métiers courants) Allergologue Chirurgien / Chirurgienne Endocrinologue Gastro-entérologue Hématologue Médecin Anesthésiste Réanimateur -MAR- Médecin du sport Médecin généraliste Médecin

Plus en détail

Internat en psychologie et neuropsychologie au CHUL-Centre Mère Enfant ( )

Internat en psychologie et neuropsychologie au CHUL-Centre Mère Enfant ( ) Internat en psychologie et neuropsychologie au CHUL-Centre Mère Enfant (2017-2018) Secteur de la psychologie Activités réalisées par l interne : Évaluation d enfants d âge préscolaire présentant diverses

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Agence sanitaire et scientifique chargée de coordonner les actions de lutte contre le cancer Groupement d intérêt public Etat Associations

Plus en détail

Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94

Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94 Parcours de soins - Coordination Les enjeux des immunothérapies innovantes en cancérologie Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94 mario.dipalma@gustaveroussy.fr Séminaire

Plus en détail

Prévention après cancer

Prévention après cancer Prévention après cancer dispositif de fin de traitement Dr Florence BURGAUD Département d anticipation et de suivi du cancer Déclaration de liens d intérêt :aucun En 30 ans nombre de cancers : + 100% Mortalité

Plus en détail

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Principaux résultats Enquête VICAN2 Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Contexte de l enquête Augmentation de l incidence du cancer et diminution de la mortalité croissance

Plus en détail

Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015

Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015 Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015 G.COMPACI infirmière coordonnatrice service hématologie IUCT PR G.LAURENT service hématologie IUCT PROJET AMA Assistance des Malades

Plus en détail

Infirmière pivot au CRID : un rôle à amarrer avec celui de l IPO

Infirmière pivot au CRID : un rôle à amarrer avec celui de l IPO Infirmière pivot au CRID : un rôle à amarrer avec celui de l IPO Mme Chantal Boisclair, infirmière bachelière Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal 26 mars 2004 1 OBJECTIFS Connaître le CRID, l une des composantes

Plus en détail

Bouger pour la vie. La pratique d activités physiques PENDANT et APRÈS les traitements contre le cancer

Bouger pour la vie. La pratique d activités physiques PENDANT et APRÈS les traitements contre le cancer Bouger pour la vie La pratique d activités physiques PENDANT et APRÈS les traitements contre le cancer Bastarache, Guillaume, kinésiologue, B.Sc. Service de kinésiologie de la Fondation Virage Centre hospitalier

Plus en détail

Lien entre suicide et jeu pathologique Réflexion sur l utilisation des services

Lien entre suicide et jeu pathologique Réflexion sur l utilisation des services Lien entre suicide et jeu pathologique Réflexion sur l utilisation des services Monique Séguin Ph.D. Université du Québec en Outaouais Groupe McGill d études sur le suicide, Hôpital Douglas, Université

Plus en détail

Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique. Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse

Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique. Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse Le vieillissement La fragilité Questionnaire G8 L évaluation gériatrique

Plus en détail

Forces et difficultés s des hôpitaux locaux dans l implantation de l IPOl

Forces et difficultés s des hôpitaux locaux dans l implantation de l IPOl Forces et difficultés s des hôpitaux locaux dans l implantation de l IPOl Louise Charron, infirmière Hôtel-Dieu de Sorel Mélanie Fortier, infirmière Centre hospitalier de Granby Louise Raymond, infirmière

Plus en détail

Fonds de recherche et d enseignement en hémato-oncologie

Fonds de recherche et d enseignement en hémato-oncologie Je donne pour la vie Fonds de recherche et d enseignement en hémato-oncologie Au Canada, les cancers du sang et de la moelle osseuse font partie des cancers les plus fréquemment diagnostiqués. Encore aujourd

Plus en détail

Un suivi systématique de la clientèle palliative recevant des traitements de radiothérapie

Un suivi systématique de la clientèle palliative recevant des traitements de radiothérapie Un suivi systématique de la clientèle palliative recevant des traitements de radiothérapie Stéphanie Nunès, inf. clin. Maryse Carignan, M. Sc. Inf., CSIO(C) Avec la collaboration de Dr Marie-Andrée Fortin,

Plus en détail

Cancer, amputation et réadaptation globale (adulte)

Cancer, amputation et réadaptation globale (adulte) Cancer, amputation et réadaptation globale (adulte) Yvon Bureau, ts Danny Mc Kinnon, md AQIPA 6 mai 2004 Plan de la présentation: L avant réadaptation La réadaptation L après réadaptation Nos recommandations

Plus en détail

LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE

LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE SOMMAIRE 3 LE DIAGNOSTIC 4 LE CHOIX DE SON TRAITEMENT LA CHIRURGIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LA RADIOTHÉRAPIE 8 LA PRISE DE MÉDICAMENTS 9 SYMPTÔMES PHYSIQUES

Plus en détail

Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie

Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie Maryse Carignan, M. Sc. inf., CSIO(C) Conseillère clinique, DSI CSSSL Renata Benc,

Plus en détail

Parcours coordonnés en oncopédiatrie en Eure et Loir

Parcours coordonnés en oncopédiatrie en Eure et Loir Parcours coordonnés en oncopédiatrie en Eure et Loir PARCOURS DE SOINS Diagnostic Bilan initié en Eure et Loir Orientation vers centre de référence pour confirmation et bilan d extension, Ile de France

Plus en détail

Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques. Christelle Dufour, Jacques Grill

Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques. Christelle Dufour, Jacques Grill Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques Christelle Dufour, Jacques Grill Généralités 2ème cause de cancer (23 %) 1ère cause de tumeurs solides: 430 nouveaux cas

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (CHUM)

CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (CHUM) CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (CHUM) Le Centre hospitalier de l Université de Montréal, appelé aussi CHUM, a été officiellement créé le 1 er octobre 1996 suite à la fusion de trois grands

Plus en détail

Maladies mentales chroniques: organisation des services.

Maladies mentales chroniques: organisation des services. Maladies mentales chroniques: organisation des services. Marie-France Rivard, MD, FRCPC Professeure titulaire, Département de Psychiatrie, Université d Ottawa Programme de Psychiatrie Gériatrique, Centre

Plus en détail

RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES VAUDREUIL-SOULANGES

RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES VAUDREUIL-SOULANGES RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES VAUDREUIL-SOULANGES Au Québec, on estime que plus d un million d adultes sont proches aidants. Comme vous, ils cherchent de l information sur les façons de soutenir et

Plus en détail

Impact sur la qualité de vie CLIENTÈLE. CLIENTÈLE quelques précisions...

Impact sur la qualité de vie CLIENTÈLE. CLIENTÈLE quelques précisions... Impact sur la qualité de vie Chez les patients atteints d un cancer tête et cou et recevant des traitements combinés de radiothérapie et chimiothérapie par Geneviève Fraser, infirmière pivot onco-orl Daniel

Plus en détail

Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie. Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille

Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie. Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille Principe de l évaluation en neuropsychologie clinique! Objectif

Plus en détail

Enseignement I.F.S.I. Année universitaire

Enseignement I.F.S.I. Année universitaire Enseignement I.F.S.I. Année universitaire 2011-2012 Introduction aux Processus traumatiques Unité d Enseignement 2.4.S1 Pr Patrick PLAISANCE Service des Urgences Hôpital Lariboisière, Paris 1 Définition

Plus en détail

Taxotere doit être administré sous la surveillance d un médecin expérimenté dans l emploi des antinéoplasiques.

Taxotere doit être administré sous la surveillance d un médecin expérimenté dans l emploi des antinéoplasiques. Les Canadiennes atteintes d un cancer du sein à un stade précoce avec atteinte ganglionnaire peuvent maintenant bénéficier d un traitement chimiothérapeutique approuvé récemment avec conditions par Santé

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS. Soins de support et démarche palliative 22/11/2016

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS. Soins de support et démarche palliative 22/11/2016 ATELIER DE SOINS PALLIATIFS Soins de support et démarche palliative 22/11/2016 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» - statuts déposés en 2009 Président : M. Yves

Plus en détail

L. Prunières, Journée mondiale AVC 2016

L. Prunières, Journée mondiale AVC 2016 1 L AVC CHEZ LA FEMME LE REGARD INFIRMIER LINDA PRUNIÈRES INFIRMIÈRE RESPONSABLE NEUROLOGIE VASCULAIRE DÉPARTEMENT DES NEUROSCIENCES JOURNÉE MONDIALE DE L AVC 2 PLAN 1 - UNITÉ DE NEUROLOGIE VASCULAIRE

Plus en détail

Diplôme de formation interprofessionnelle pour une approche transversale et coordonnée du parcours de santé

Diplôme de formation interprofessionnelle pour une approche transversale et coordonnée du parcours de santé UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE Diplôme de formation interprofessionnelle pour une approche transversale et coordonnée du parcours de santé déclinaison cancérologie (prévoir déclinaison gériatrie, maladies

Plus en détail

SERVICE DE MEDECINE DU SPORT P Rochcongar V Daniel S Costard P. Dauly

SERVICE DE MEDECINE DU SPORT P Rochcongar V Daniel S Costard P. Dauly SERVICE DE MEDECINE DU SPORT P Rochcongar V Daniel S Costard P. Dauly Activité physique, contextes et effets sur la santé Conclusions de l expertise collective Inserm Effets sur la mortalité prématurée

Plus en détail

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers.

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Plan. Introduction. Définition succinte. Diagnostic. 1- Diagnostic médical d annonce; 2- Entretien infirmier. Pose d une voie centrale.

Plus en détail

Des soins de confort et de réconfort

Des soins de confort et de réconfort Des soins de confort et de réconfort Le Centre mère-enfant du CHU de Québec possède une vocation prioritaire en pédiatrie et en périnatalité. Il offre à la population l avantage d une expertise médicale

Plus en détail

5 e Journée scientifique de pathologie : la sphère ORL

5 e Journée scientifique de pathologie : la sphère ORL 5 e Journée scientifique de pathologie : la sphère ORL Le vendredi 14 octobre 2011 Hôtel Chéribourg, Magog-Orford (Sortie 118 de l Autoroute 10 Direction Orford) 2603, chemin du Parc Orford (Québec) Téléphone

Plus en détail

LE CANCER CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT

LE CANCER CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT 3 LE CANCER CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT 3 LE CANCER CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT 3.1 La situation du cancer chez l enfant et l adolescent Le cancer affectant l enfant et l adolescent diffère à bien

Plus en détail

L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité. F. PAILLE Nancy

L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité. F. PAILLE Nancy L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité F. PAILLE Nancy Risque d usage nocif et de dépendance = Interactions : Produit (P) x Individu (I) x Environnement (E) P = facteurs

Plus en détail

La conférence canadienne 2012 sur l anémie falciforme

La conférence canadienne 2012 sur l anémie falciforme Professionnel de la santé VENDREDI 2 NOVEMBRE 2012 L auditoire ciblé pour le programme du vendredi 2 novembre est constitué des professionnels de la santé; toutefois, les patients, les membres de leurs

Plus en détail

Soins Oncologiques de Support

Soins Oncologiques de Support Soins Oncologiques de Support DEFINITIONS et CONCEPTS PROPOSITIONS D ORGANISATION Novembre 2005 CA GRASSPHO NOV 05 1 DEFINITIONS CA GRASSPHO NOV 05 2 SOINS CURATIFS «Les soins curatifs cherchent à guérir

Plus en détail

RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES Bibliothèques de Trois-Rivières

RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES Bibliothèques de Trois-Rivières RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES Bibliothèques de Trois-Rivières Au Québec, on estime que plus d un million d adultes sont proches aidants. Comme vous, ils cherchent de l information sur les façons de

Plus en détail

La santé des Québécois et des Québécoises: état des lieux

La santé des Québécois et des Québécoises: état des lieux La santé des Québécois et des Québécoises: état des lieux Prudence!! L état des lieux : y a-t-il péril en la demeure? Espérance de vie à la naissance selon le sexe, Québec, 1981 à 2012 Sources : MSSS,

Plus en détail

BIENVENUE À LA FONDATION NEZ POUR VIVRE!

BIENVENUE À LA FONDATION NEZ POUR VIVRE! L IDÉE DU NEZ DE CLOWN DÉCOULE DE LA RENCONTRE MYTHIQUE ENTRE LES PARCOURS DE DEUX JEUNES HOMMES DES PLUS INSPIRANTS, NICOLAS MARCHAND ET LOUIS-PHILIPPE JANVIER, QUI ONT CÔTOYÉ FRANCINE LAPLANTE, DIRECTRICE

Plus en détail

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique

Plus en détail

DIU Gynécologie et obstétrique

DIU Gynécologie et obstétrique DIU Gynécologie et obstétrique DIU Sciences, Technologies, Santé Mention Gynécologie et obstétrique Il est créé à l'université de Saint-Étienne, avec les Universités de Grenoble et Lyon I, un Diplôme Interuniversitaire

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF

Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF Johanne Gauthier, conseillère cadre en soins infirmiers Johanne Grondin, adjointe à la DSI 20 mars 2017 Cadre légal et partage des activités professionnelles

Plus en détail

L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT?

L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT? L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT? Oncogériatrie ORGANISATION SOINS 2006 2011 FORMATION RECHERCHE GERICO/DIALOG SOFOG/FEDERATION + UCOG LES MISSIONS 1. AMELIORER LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS AGES ATTEINTS

Plus en détail

Monsieur R. Monsieur R. Quelle est la phase de la maladie de ce patient en 2007? MIB - Oncologie - Cancérologie W Jacot.

Monsieur R. Monsieur R. Quelle est la phase de la maladie de ce patient en 2007? MIB - Oncologie - Cancérologie W Jacot. Item 142 Prise en charge globale et terminale de la maladie métastatique. A Chapelle Homme de 61 ans 2007 : Aénocarcinome prostatique, métastatique d emblée (os), PSA > 2000 Bon état général (IK 80%) Pas

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience visuelle

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience visuelle 514-488-5552, poste 1304 Montréal, Laval et Montérégie Âge : tous les âges MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers,

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

Activités Intitulé de l'activité Volume horaire

Activités Intitulé de l'activité Volume horaire Résumé UE (la fiche complète est disponible sur www.vinci.be) - Année académique 2017-2018 (version définitive) Cursus de Spécialisation en oncologie Code O4110 Cycle / Bloc 1 / 6 Niveau CFC Quadrimestre

Plus en détail

ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE

ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE 1 Etudes pré AMM Etudes post-amm Etudes servant de base au SMR, à l ASMR. Etudes d efficience Ventes Etudes pharmaco-épidémiologiques Pots

Plus en détail

Effets adverses à long terme des traitements du cancer. Anchisi S

Effets adverses à long terme des traitements du cancer. Anchisi S Effets adverses à long terme des traitements du cancer Anchisi S Effets adverses à long terme des traitements du cancer Population concernée Une personne sur 2 atteinte de cancer a 70ans ou plus; 87% ont

Plus en détail

Réseau pédiatrique RESILIAENCE

Réseau pédiatrique RESILIAENCE Réseau pédiatrique RESILIAENCE État des lieux depuis 2006 et perspectives Dr Anne Notz Médecin coordonnateur 8 ème journée régionale du RCA, 27 nov 2009 POPULATION CONCERNEE 95 nouveaux patients par an

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

Globality CoGenio. Une assurance exceptionnelle pour les personnes exceptionnelles

Globality CoGenio. Une assurance exceptionnelle pour les personnes exceptionnelles Globality CoGenio Une assurance exceptionnelle pour les personnes exceptionnelles Une couverture optimale pour vos collaborateurs qui travaillent à l international Des solutions d assurance conçues sur

Plus en détail

Les Comités de Thérapie du Cancer

Les Comités de Thérapie du Cancer Les Comités de Thérapie du Cancer L expérience des sarcomes au CUSM Robert E. Turcotte MD FRCSC Chaire Maurice E. & Marthe Muller Université McGill Professeur titulaire et Directeur, Division de chirurgie

Plus en détail

Cliniques de sclérose en plaques : un sous-financement aux conséquences coûteuses

Cliniques de sclérose en plaques : un sous-financement aux conséquences coûteuses Document synthèse du mémoire sur le financement des cliniqu es de sclérose en plaques Regards sur leur rôle et leur impact clinique et socio-économique 2013 Cliniques de sclérose en plaques : un sous-financement

Plus en détail

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE Pr DUMORTIER (PUPH), hépato-gastro-entérologie et transplantation, hôpital Edouard Herriot à Lyon (Item 83, 118, 205, 228, 229, 242, 258, 269, 280, 290, 298, 300, 302, 303, 308,

Plus en détail

15ième Semaine du Réseau Mère-Enfant de la Francophonie Montréal Stages soignants - Lundi 19 et mardi 20 juin

15ième Semaine du Réseau Mère-Enfant de la Francophonie Montréal Stages soignants - Lundi 19 et mardi 20 juin Parmi les 23 stages proposés, vous pourrez choisir ceux qui constitueront votre forfait personnalisé. Leur durée varie et le nombre de places est limité. Certains stages sont répétés 2 fois pour augmenter

Plus en détail

Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna

Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Projet rennais coordination et suivi du parcours du patient

Plus en détail

Série «La psychologie peut vous aider» : Oncologie pédiatrique

Série «La psychologie peut vous aider» : Oncologie pédiatrique Série «La psychologie peut vous aider» : Oncologie pédiatrique Les traitements psychologiques peuvent vous aider à comprendre et à traiter le cancer infantile Le cancer chez les enfants et les adolescents

Plus en détail

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION 1 Critères de décision pour le contrôle du GHM 23Z02Z (soins ) correspondant aux GHS 7956 7957 7958 Exposé de la situation Les soins sont inscrits dans les

Plus en détail

Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC)

Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC) Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC) Avenir dans la nouvelle région Plan Personnalisé de Soins : PPS Dr L Remenieras, responsable du 3 C Régional d Hématologie Vendredi 20 Mai 2016 DCC:

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES AVC Audit organisationnel (ACC1 AVCorg) Préambule

PRISE EN CHARGE DES AVC Audit organisationnel (ACC1 AVCorg) Préambule PRISE EN CHARGE DES AVC Audit organisationnel (ACC1 AVCorg) Préambule Ce document est issu des audits cliniques réalisés en 2005 lors de l élaboration des référentiels : «prise en charge hospitalière initiale

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

J Médecine généraliste et spécialisée

J Médecine généraliste et spécialisée Appellations Allergologue Cardiologue Chirurgien / Chirurgienne Dermatologue Endocrinologue Gastro-entérologue Gériatre Gérontologue Gynécologue Gynécologue-obstétricien / Gynécologue-obstétricienne Hématologue

Plus en détail

Programme intégré de formation continue en soins palliatifs

Programme intégré de formation continue en soins palliatifs Programme intégré de formation continue en soins palliatifs Programme 2015-2016 (COHORTE 15) à l automne 2015 «Inscription NOUVEAU en ligne :» Inscription en ligne : Maison Michel-Sarrazin 2101, chemin

Plus en détail

ONCOLOGIE DU SYSTÈME DIGESTIF

ONCOLOGIE DU SYSTÈME DIGESTIF ONCOLOGIE DU SYSTÈME DIGESTIF Le vendredi 23 octobre 2009 Hôtel Chéribourg, Magog-Orford (Sortie 118 de l Autoroute 10 Direction Orford) 2603, chemin du Parc Orford (Québec) Téléphone : 819 843-3308 1

Plus en détail

Programme intégré de formation continue en soins palliatifs

Programme intégré de formation continue en soins palliatifs Programme intégré de formation continue en soins palliatifs Programme 2014-2015 (COHORTE 14) à l automne 2014 «Inscription NOUVEAU en ligne :» Inscription en ligne : Maison Michel-Sarrazin 2101, chemin

Plus en détail

SYMPOSIUM 2010 SUR LA DOULEUR Douleur et troubles du sommeil

SYMPOSIUM 2010 SUR LA DOULEUR Douleur et troubles du sommeil en collaboration avec LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE DE LA DOULEUR SYMPOSIUM 2010 SUR LA DOULEUR Douleur et troubles du sommeil Le vendredi 9 avril 2010 Hôtel Chéribourg, Magog-Orford (Sortie 118 de l Autoroute

Plus en détail