Les Règles d hygiène au sein de la cuisine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Règles d hygiène au sein de la cuisine"

Transcription

1 Page : 1/11 Les Règles d hygiène au sein de la cuisine NOM DE L ETABLISSEMENT LOCALITE LOGO 1

2 Page : 2/11 Mot d accueil Nous avons le plaisir de vous accueillir au sein de notre établissement. Dans le cadre de la sécurité alimentaire et afin d apporter à nos consommateurs des produits et services de bonne qualité, des règles d hygiène ont été instaurées au sein de la cuisine. Aussi, nous vous demandons d appliquer les consignes que vous trouverez dans ce livret, ainsi que les consignes écrites (procédures et instructions) et verbales qui vous seront données au poste de travail. Nous espérons que votre mission, qu elle soit de courte ou de longue durée, se passera dans les meilleures conditions pour vous et pour nous. Chef de cuisine Pour le Directeur de l établissement Organisation de l activité : Activités 7 jours / 7 jours Amplitude de fonctionnement : 7 H 00 à 19 H 00 2

3 Page : 3/11 LA TENUE VESTIMENTAIRE Le port de la tenue de travail complète est obligatoire : Une blouse blanche, ou tenue de cuisine complète Un tablier dans les zones de légumerie Des chaussures de sécurité Une coiffe : elle doit recouvrir toute la chevelure et les oreilles. ÄPour le service, le port du calot est toléré. Consigne : Changement complet de la tenue vestimentaire tous les jours d activité. Le port du masque est obligatoire en zone tranchage, portage et préparation froides ou en cas de maladie rhino-pharyngée Visiteurs : Les personnes étrangères à la cuisine sont soumises aux mêmes règles que vous : Des kits visiteurs sont à retirer au bureau du responsable de cuisine. En cas de refus : leur interdire l accès en cuisine. 3

4 LES VESTIAIRES Page : 4/11 Consignes à respecter : Ne laissez pas traîner vos affaires en dehors des casiers Ne stockez pas d aliments dans vos casiers Rangement des tenues : Ø 1 compartiment pour la tenue de ville, Ø 1 compartiment pour la tenue de travail en cours Ø 1 armoire pour les tenues de travail propres Linge sale : à déposer dans le bac/ sac à linge sale prévu à cet effet en fin de journée d activité 4

5 Page : 5/11 SANTE Embauche : Toute personne nouvellement embauchée doit passer une visite médicale afin de vérifier son aptitude à manipuler les denrées alimentaires. En Cas De Maladie / Accident du travail : Le personnel est tenu d avertir le chef de la cuisine ou le responsable de production chaude en cas d absence du chef. Après un arrêt maladie de longue durée (> 6 mois), la reprise du travail est systématiquement précédée d une visite médicale afin de vérifier que la personne en question est de nouveau apte à reprendre ses fonctions. Port du masque est obligatoire en cas d infection rhino-pharyngée En Cas De Coupure BLESSURE BENIGNE - Nettoyer et désinfecter la plaie immédiatement - Couvrir d un pansement et d un gant (ou doigtier) jetable BLESSURE GRAVE et/ou PURULENTE Stopper toute activité et consulter un médecin (ceci n empêche pas le nettoyage et la désinfection immédiate de la plaie) â Reprise du travail après examen médical Toute blessure doit être signalée au chef de cuisine Une armoire à pharmacie est disponible dans le bureau du chef de cuisine. L établissement est doté d une infirmière si besoin. 5

6 Page : 6/11 LE LAVAGE DES MAINS Quand? à chaque prise ou reprise de poste après chaque pause après passage aux toilettes après s être mouché ou avoir éternué après la manipulation d emballages ou de matières souillées le port de gants ne supprime pas le lavage des mains Comment? APRES TOUTE OPERATION CONTAMINANTE PENDANT 30 SECONDES MINIMUM! Jeter le papier dans la poubelle à commande non manuelle 6

7 Page : 7/11 L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DU MATERIEL Un plan de nettoyage et de désinfection (PND) est établi pour l ensemble du service de restauration. Ce PND définit la fréquence, la méthode et les produits à utiliser. Quelques règles : Respectez les consignes définies par le PND Rangez les produits et le matériel de nettoyage dans le local technique : ne pas les laisser traîner dans la cuisine et zones de stockage. Ne mélangez jamais 2 produits (sauf autorisation du fournisseur) : } Au mieux : les effets s annulent } Au pire : le mélange obtenu est toxique Ne nettoyez jamais en cours de fabrication, si un nettoyage intermédiaire est nécessaire, enlevez toutes les denrées de la zone. 7

8 Page : 8/11 AUTRES CONSIGNES Pour vous et vos collègues, ayez une bonne hygiène corporelle Le port de bijoux et de la montre est interdit : Ø Les boucles d oreille sont tolérées (si elles sont protégées par la charlotte) Ø L alliance est tolérée. Les ongles doivent être courts et propres Le vernis et les faux ongles sont interdits Le maquillage est déconseillé et également les parfums Il est interdit de manger et boire dans la cuisine et les zones de stockage : seules les bouteilles d eau sont tolérées si elles sont identifiées et rangées. Il est interdit de fumer dans l ensemble des locaux Il est interdit de sortir à l extérieur de l établissement en tenue de travail : enlever blouse / veste et chaussures ou mettre des sur -chaussures Fermer les portes Ø entre chaque zone de production Ø donnant sur l extérieur Respectez les procédures et consignes en vigueur Remplissez les enregistrements concernant les activités effectuées Respectez le matériel qui est mis à votre disposition 8

9 Page : 9/11 TROIS RISQUES MAJEURS SONT PRESENTS Le risque physique : Celui-ci est présent à toutes les étapes mais en principe il se voit et peut facilement être écarté. Corps étranger au niveau des produits (dans les boîtes) Pansements perdus dans les denrées à la production Boulon tombé d une machine Pour le supprimer votre œil et le respect des consignes sont les armes idéales. Le risque chimique : Il ne se voit pas, sans le vouloir vous pouvez mettre en danger la vie du consommateur, de vos collègues et la vôtre. Mélange de produits d entretien (réaction) Mauvais rinçage, surdosage, mauvais emploi Utilisation de flacon non approprié (bouteille alimentaire) Eau non potable, ventilation défectueuse Seule votre compétence professionnelle et l attention particulière que vous porterez à l usage des produits utilisés permettent de le supprimer. Le respect du plan de nettoyage est impératif. 9

10 Page : 10/11 Le risque bactériologique : C est le plus fréquent, le plus grave, et il est invisible. Il est présent partout et nous le véhiculons dans chaque manipulation et chaque opération sur les denrées. A l entrée des aliments dans l établissement, il est primordial de veiller à ne pas les contaminer de façon supplémentaire et empêcher les colonies présentent de se multiplier. Pour permettre une bonne maîtrise du risque bactériologique, les points suivants sont en permanence respectés. Hygiène du personnel (lire Procédure d hygiène du personnel) Respect de la marche en avant Nettoyage désinfection (lire Procédure de nettoyage désinfection) Respect des règles de contrôles (réception, fabrication, service )(lire Procédure de réception et expédition des denrées) Respect des courbes temps températures prévues dans l établissement (lire Procédure de maîtrise des températures) Respect de l utilisation des denrées (Vérification des DLC et DLUO, instruction de DLC internes) Respect et renseignement des divers enregistrements (je fais ce qui est écrit, et j écris ce que je fais) Divers : Des analyses bactériologiques alimentaires et de surfaces sont réalisées régulièrement dans l établissement afin de valider les bonnes pratiques de fabrication et d hygiène au sein de l établissement. Elles permettent aussi de valider l ensemble des procédures inscrites dans le Plan de Maîtrise sanitaire. 10

11 Page : 11/11 PARTIE A DETACHER DU MANUEL PARTIE A CONSERVER PAR LE Je, soussigné(e)., reconnais avoir pris connaissance des règles de base d hygiène et de travail au sein de la cuisine de Je m engage à respecter toutes les consignes y figurant ainsi que toutes celles qui pourront les compléter à mon poste de travail (écrites ou orales). Date et Signature : PARTIE A CONSERVER DANS LE CLASSEUR PMS (dans le classeur ) Je, soussigné(e)., reconnais avoir pris connaissance des règles de base d hygiène et de travail au sein de la cuisine de Je m engage à respecter toutes les consignes y figurant ainsi que toutes celles qui pourront les compléter à mon poste de travail (écrites ou orales). Date et Signature : 11

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production]

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] DISP LILLE BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] Circuit du personnel AU VESTIAIRE 1. Retirer l ensemble des accessoires sur les mains, les poignets et le visage 2. S habiller en tenue de

Plus en détail

1. DEFINITION 2. METHODOLOGIE

1. DEFINITION 2. METHODOLOGIE 1. DEFINITION L HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point, c est-à-dire analyse de dangers, points de maîtrise essentiels) est l'ensemble des principes et des mesures garantissant que les aliments

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

Gel pam SAS. Hygiène. La Baque La Garde-Adhémar FRANCE. Tel. : +33 (0) fax : +33 (0)

Gel pam SAS. Hygiène. La Baque La Garde-Adhémar FRANCE. Tel. : +33 (0) fax : +33 (0) Gel pam SAS La Baque 26700 La Garde-Adhémar FRANCE Hygiène Tel. : +33 (0)4 75 04 42 66 fax : +33 (0)4 75 04 43 73 IP Projects Sommaire Sécurité alimentaire et protection du consommateur...3 1. Qu est-ce

Plus en détail

Les engagements du personnel des crèches travaillant en cuisine

Les engagements du personnel des crèches travaillant en cuisine Les engagements du personnel des crèches travaillant en cuisine Préambule Le Centre Communal d'action Sociale de Châlons-en-Champagne gère des structures Petite Enfance relevant des décrets 2000-762 du

Plus en détail

Les étapes de la stérilisation

Les étapes de la stérilisation Les étapes de la stérilisation Stérilisation à la vapeur d eau Procédé de référence en milieu hospitalier Autoclaves 4. Stérilisation Activité médico-technique placée sous la responsabilité d un pharmacien

Plus en détail

COLLEGE L OASIS ECHEANCIER DES MESURES CORRECTIVES SUITE A L INSPECTION EN CUISINE DU 07/09/15

COLLEGE L OASIS ECHEANCIER DES MESURES CORRECTIVES SUITE A L INSPECTION EN CUISINE DU 07/09/15 COLLEGE L OASIS ECHEANCIER DES MESURES CORRECTIVES SUITE A L INSPECTION EN CUISINE DU 07/09/15 Points mentionnés dans le rapport Mesures Correctives Point au 01/06/16 AO1 : Absence de fermeture (porte)

Plus en détail

LA CUISINE. Réceptionner les marchandises autres que les produits alimentaires dans l entrée.

LA CUISINE. Réceptionner les marchandises autres que les produits alimentaires dans l entrée. LA CUISINE L APPROVISIONNEMENT (Voir fiche en annexe) Tenir à jour : La liste des fournisseurs. Livraison des produits frais par des fournisseurs équipés de véhicules adaptés afin de respecter la chaine

Plus en détail

Quelques recommandations pour une hygiène appropriée

Quelques recommandations pour une hygiène appropriée Quelques recommandations pour une hygiène appropriée Se laver les mains avant De manger; De manipuler des aliments; Se laver les mains après Avoir éternué ou toussé; S'être mouché; Être allé aux toilettes;

Plus en détail

TRANCHAGE, MIXAGE ET MOULINAGE DES PREPARATIONS FROIDES

TRANCHAGE, MIXAGE ET MOULINAGE DES PREPARATIONS FROIDES Référence : PT/RES/017-A Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques lors des opérations très délicates de tranchage, mixage et moulinage des préparations froides. Mots clés : Mixage

Plus en détail

Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées

Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Quelle tenue pour faire quoi? 5 ème rencontre départementale de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

Plan de Maîtrise Sanitaire

Plan de Maîtrise Sanitaire Plan de Maîtrise Sanitaire Spécial Office 1 Les fiches pratiques 2 3 4 Les trames d autocontrôle Les documents obligatoires Les instruments de mesure SQ/AF/Novembre 2012 IR=1 1 Plan de Maîtrise Sanitaire

Plus en détail

L'ATELIER CUISINE THERAPEUTIQUE. MF Texier, cadre hygiéniste EMH Var Ouest centre hospitalier d HYERES

L'ATELIER CUISINE THERAPEUTIQUE. MF Texier, cadre hygiéniste EMH Var Ouest centre hospitalier d HYERES L'ATELIER CUISINE THERAPEUTIQUE MF Texier, cadre hygiéniste EMH Var Ouest centre hospitalier d HYERES INTERETS THERAPEUTIQUES DE L'ATELIER CUISINE Activités ludiques menées en groupe et praticables à tous

Plus en détail

Liste de contrôle Protection de la peau dans l agroalimentaire, les cuisines collectives et la restauration

Liste de contrôle Protection de la peau dans l agroalimentaire, les cuisines collectives et la restauration La sécurité, c est réalisable. Liste de contrôle Protection de la peau dans l agroalimentaire, les cuisines collectives et la restauration La protection de la peau est-elle suffisamment prise en compte

Plus en détail

Surveillance de la consommation de solution hydro-alcoolique

Surveillance de la consommation de solution hydro-alcoolique Surveillance de la consommation de solution hydro-alcoolique Véronique Nicole Forum HH septembre 2006 Objectifs de l Unité cantonale HPCI 2005 Surveillance de la consommation de la solution désinfectante

Plus en détail

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers SOMMAIRE La désinfection simplifiée La désinfection courante La désinfection approfondie L hygiène des mains L antisepsie des mains Le matériel /

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

Comment se protéger du risque?

Comment se protéger du risque? Comment se protéger du risque? Éviter les risques. Principes généraux de prévention Évaluer les risques qui ne peuvent être évités. Combattre les risques à la source. Adapter le travail à l homme. Prendre

Plus en détail

DIS 2041 Collectivités: Infrastructure, installation et hygiène [2041] v2

DIS 2041 Collectivités: Infrastructure, installation et hygiène [2041] v2 Unité Provinciale de :... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... Opérateur :... N unique :... Adresse :...... DIS 2041 Collectivités: Infrastructure, installation et hygiène [2041] v2 C : conforme

Plus en détail

sur la tenue vestimentaire, l hygiène corporelle et l attitude au travail

sur la tenue vestimentaire, l hygiène corporelle et l attitude au travail Directive du xx juin 213 sur la tenue vestimentaire, l hygiène corporelle et l attitude au travail 1. OBJET La présente directive traite de la tenue vestimentaire du personnel de l hôpital fribourgeois

Plus en détail

Document d exploitation de la 1 ère Période de Formation en Milieu Professionnel

Document d exploitation de la 1 ère Période de Formation en Milieu Professionnel 3bis, boulevard Parpaillon 85600 MONTAIGU Tél. : 02.51.48.87.00 Document d exploitation de la 1 ère Période de Formation en Milieu Professionnel En structure collective DATE DE LA PFMP CLASSE NOM de l

Plus en détail

Déroulé exposé. SECURITE SANITAIRE? De quoi parle t-on? Quel cadre réglementaire? Connaissance, analyse et maitrise des risques Cas concret

Déroulé exposé. SECURITE SANITAIRE? De quoi parle t-on? Quel cadre réglementaire? Connaissance, analyse et maitrise des risques Cas concret Sécurité sanitaire Déroulé exposé SECURITE SANITAIRE? De quoi parle t-on? Quel cadre réglementaire? Connaissance, analyse et maitrise des risques Cas concret Sécurité sanitaire : Jeu des post-it 3 mots

Plus en détail

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS RELECTURE ET MISE A JOUR LE 6 AOUT 2012 OBJET Décrire la technique de réalisation du bio nettoyage appliquée dans

Plus en détail

DOSSIER PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISE allergies

DOSSIER PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISE allergies SERVICE JEUNESSE Nombre de pièces au dossier : 1 / 7 Date de réception Mairie : DOSSIER PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISE allergies Madame, Monsieur, Vous nous avez signalé, par le biais des fiches sanitaires

Plus en détail

M : danger microbiologique C : danger chimique P : danger physique A : danger allergique

M : danger microbiologique C : danger chimique P : danger physique A : danger allergique Page : 1/22 M : danger microbiologique C : danger chimique P : danger physique A : danger allergique Probabilité d apparition : Gravité : 1-Très rare 1-Faible 2-Rare 2-Modérée 3-Peu fréquent 3-Sérieuse

Plus en détail

RÈGLEMENT EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DANS LES ATELIERS DE L ÉCOLE NATIONALE DU MEUBLE ET DE L ÉBÉNISTERIE

RÈGLEMENT EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DANS LES ATELIERS DE L ÉCOLE NATIONALE DU MEUBLE ET DE L ÉBÉNISTERIE Date d'approbation Date modification RÈGLEMENT EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DANS LES ATELIERS DE L ÉCOLE NATIONALE DU MEUBLE ET DE L ÉBÉNISTERIE (Règlement numéro 10) Date d'approbation Date modification

Plus en détail

VILLE D ANOULD CHARTE DES ATELIERS D ANIMATION CUISINE DANS LE CADRE DES NOUVELLES ACTIVITÉS PERISCOLAIRES (NAP)

VILLE D ANOULD CHARTE DES ATELIERS D ANIMATION CUISINE DANS LE CADRE DES NOUVELLES ACTIVITÉS PERISCOLAIRES (NAP) VILLE D ANOULD 2014 CHARTE DES ATELIERS D ANIMATION CUISINE DANS LE CADRE DES NOUVELLES ACTIVITÉS PERISCOLAIRES (NAP) SOMMAIRE I. Objectifs des ateliers de transformation alimentaire et de dégustation...

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION PAR UN ATELIER DE BOUCHERIE, AFIN DE DÉTENIR ET DÉSOSSER DES CARCASSES ET PARTIES DE CARCASSES ISSUES D ANIMAUX DE L ESPÈCE

DEMANDE D AUTORISATION PAR UN ATELIER DE BOUCHERIE, AFIN DE DÉTENIR ET DÉSOSSER DES CARCASSES ET PARTIES DE CARCASSES ISSUES D ANIMAUX DE L ESPÈCE DEMANDE D AUTORISATION PAR UN ATELIER DE BOUCHERIE, AFIN DE DÉTENIR ET DÉSOSSER DES CARCASSES ET PARTIES DE CARCASSES ISSUES D ANIMAUX DE L ESPÈCE BOVINE ET CONTENANT DE L OS VERTÉBRAL CONSIDÉRÉ COMME

Plus en détail

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour :

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de tri et de stockage du linge sale. Résumé des modifications intervenues : Le code couleur

Plus en détail

ZONE DE DECONDITIONNEMENT

ZONE DE DECONDITIONNEMENT ZONE DE DECONDITIONNEMENT PLAN HYGIENE Fiche de poste DECONDITIONNEMENT 1. Porter sa tenue professionnelle : pantalon et veste blancs, coiffe. 2. Mettre un tablier en plastique jetable. 3. Se laver les

Plus en détail

HABSHEIM - RIXHEIM - ESCHENTZWILLER -ZIMMERSHEIM

HABSHEIM - RIXHEIM - ESCHENTZWILLER -ZIMMERSHEIM HABSHEIM - RIXHEIM - ESCHENTZWILLER -ZIMMERSHEIM Notre géo puzzle Service de Soins Infirmiers à Domicile - 5, Rue Louis Gully - 68170 RIXHEIM Tél/Fax 03.89.54.36.06 LE MOT DE L INFIRMIERE COORDINATRICE

Plus en détail

Cas n 1 : analyse des risques et mesures de prévention «secteur de l aide à la personne»

Cas n 1 : analyse des risques et mesures de prévention «secteur de l aide à la personne» Cas n 1 : analyse des risques et mesures de prévention «secteur de l aide à la personne» Contexte Monsieur EVARISK, responsable d une association d aide à la personne, veut mettre à jour son document unique

Plus en détail

Direction du programme de santé physique et des soins infirmiers et Direction des affaires médicales et hospitalières

Direction du programme de santé physique et des soins infirmiers et Direction des affaires médicales et hospitalières POLITIQUE PROCÉDURE Directions émettrices Direction du programme de santé physique et des soins infirmiers et Direction des affaires médicales et hospitalières Codification SPH-2011-1605 OBJET : Déplacement

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale MERCREDI 15 JANVIER 2014

Fonction Publique Territoriale MERCREDI 15 JANVIER 2014 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 15 JANVIER 2014 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

Définitions : Pansement : ensemble du matériel utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d une plaie.

Définitions : Pansement : ensemble du matériel utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d une plaie. Réalisation d un pansement Référence N 124 Date d application Version Nombre d annexes 20/12/2011 01 2 Date Nom Fonction Rédaction 26/05/2011 Groupe de travail FAQ n 65 / Annexe n 1 Vérification 21/07/2011

Plus en détail

Où se procurer les aliments?

Où se procurer les aliments? Où se procurer les aliments? Dans tous les magasins d alimentation Ou en direct chez les producteurs sous certaines conditions. Pour les productions primaires : Miel, fruits et légumes Leur achat en direct

Plus en détail

Vision Clinique. Mme M. Dignoire Dr B. Farpour. REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'économie et de la santé Direction générale de la santé

Vision Clinique. Mme M. Dignoire Dr B. Farpour. REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'économie et de la santé Direction générale de la santé Vision Clinique Mme M. Dignoire Dr B. Farpour Centre de chirurgie ophtalmologique ambulatoire Tarmed Salle OP1 Lit Microscope Chariot d anesthésie Armoires amovibles Gaz Climatisation 19 juin 06 - journées

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES COMPTONOISES DE SÉCURITÉ ET SALUBRITÉ EN VERTU DES EXIGENCES DU MAPAQ

GUIDE DES BONNES PRATIQUES COMPTONOISES DE SÉCURITÉ ET SALUBRITÉ EN VERTU DES EXIGENCES DU MAPAQ GUIDE DES BONNES PRATIQUES COMPTONOISES DE SÉCURITÉ ET SALUBRITÉ EN VERTU DES EXIGENCES DU MAPAQ La Loi sur les produits alimentaires et le Règlement sur les aliments contiennent l ensemble des normes

Plus en détail

Métiers de l'alimentation

Métiers de l'alimentation Hygiène des locaux et des équipements Formation : Classe BP Boulanger Bac Pro boulanger pâtissier Seconde Bac pro CAP Pâtissier CAP Boulanger Bac Pro Boucher charcutier traiteur BEP Boucher charcutier

Plus en détail

Constitution Dossier de PAI

Constitution Dossier de PAI Nombre de pièces au dossier: 1/10 Constitution Dossier de PAI Ci-joint, à remplir et à retourner à l'accueil de loisirs: Pour tous les cas d'allergies alimentaires : Protocole d'accueil individualisé 1

Plus en détail

Académie de NANCY-METZ. LIVRET de FORMATION. CAP Agent Polyvalent de Restauration. NOM :.. Prénom :.. Établissement de formation : Adresse :..

Académie de NANCY-METZ. LIVRET de FORMATION. CAP Agent Polyvalent de Restauration. NOM :.. Prénom :.. Établissement de formation : Adresse :.. Académie de NANCY-METZ LIVRET de FORMATION CAP Agent Polyvalent de Restauration NOM :.. Prénom :.. Établissement de formation : Adresse :.. SOMMAIRE Présentation du stagiaire Présentation de l établissement

Plus en détail

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise :

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise : CQP-ih Agent de restauration I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :...... Code

Plus en détail

HYGIÈNe HoSPItaLIÈre bactéries multirésistantes (bmr)

HYGIÈNe HoSPItaLIÈre bactéries multirésistantes (bmr) HYGIÈNe HoSPItaLIÈre bactéries multirésistantes (bmr) établissement certifié par la Haute autorité de Santé en 2007 CoLLeCtIoN LIVRETS D INFORMATION POUR LES PERSONNES MALADES & LEURS PROCHES Le Centre

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Ce quizz vous est proposé par L Équipe Opérationnelle d Hygiène Les précautions standard 1- C est vrai! «La désinfection des mains par friction est significativement plus efficace sur le plan microbiologique

Plus en détail

Commit 2 Clean TM/MC. Programme de sensibilisation aux agents pathogènes du sang

Commit 2 Clean TM/MC. Programme de sensibilisation aux agents pathogènes du sang Commit 2 Clean TM/MC Programme de sensibilisation aux agents pathogènes du sang Commit 2 Clean TM/MC Programme de sensibilisation aux agents pathogènes du sang Table des matières Nettoyage de déversements

Plus en détail

CHAMBRE D ISOLEMENT A HAUTE PROTECTION

CHAMBRE D ISOLEMENT A HAUTE PROTECTION CHAMBRE D ISOLEMENT A HAUTE PROTECTION UNITE CHALIER SERVICE MALADIES INFECTIEUSES HOPITAL DE LA CROIX ROUSSE 09/06/09 1 Contexte : rappel de l histoire Ouverture en 2000 à Lyon d un laboratoire type P4

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Niveau 1: Le risque

Plus en détail

Les gestes sanitaires associés à la pratique du compostage en établissement : comment prévenir le risque? Châtellerault 14 décembre 2015

Les gestes sanitaires associés à la pratique du compostage en établissement : comment prévenir le risque? Châtellerault 14 décembre 2015 Les gestes sanitaires associés à la pratique du compostage en établissement : comment prévenir le risque? Châtellerault 14 décembre 2015 Cuisine VS. Compost Transformer et distribuer des denrées alimentaires

Plus en détail

ORGANISATION DES SOINS ET DES URGENCES DANS LES ECOLES. (Références du B.O. n 1 du ) PREAMBULE

ORGANISATION DES SOINS ET DES URGENCES DANS LES ECOLES. (Références du B.O. n 1 du ) PREAMBULE H - 81 ORGANISATION DES SOINS ET DES URGENCES DANS LES ECOLES (Références du B.O. n 1 du 06.01.2000) PREAMBULE L organisation des soins et des urgences, définie en début d année, inscrite au règlement

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

Les précautions standard en Ehpad

Les précautions standard en Ehpad Les précautions standard en Ehpad 2013 Les précautions standard Ensemble de bonnes pratiques visant à protéger le personnel dans la prise en charge des résidents quelque soit leur statut (infecté ou pas)

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 LES PRECAUTIONS STANDARD Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 1 UN PEU D HISTOIRE.. En 1985, découverte VIH = virus responsable du SIDA Protection des patients et du personnel Précautions Universelles

Plus en détail

Annexe au Règlement intérieur Règlement du Service Atelier Professionnel

Annexe au Règlement intérieur Règlement du Service Atelier Professionnel Annexe au Règlement intérieur Règlement du Service Atelier Professionnel FORMATION EN ENTREPRISE Une ou plusieurs périodes de stage en entreprise sont prévues et obligatoires pour les formations débouchant

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

EDITION EMPLOYEURS LES RISQUES CHIMIQUES

EDITION EMPLOYEURS LES RISQUES CHIMIQUES EDITION EMPLOYEURS LES RISQUES CHIMIQUES UNE ÉQUIPE À VOS CÔTÉS : PRÉVENTION, CONSEILS, ACTIONS L ÉTIQUETTE Sur l emballage de tout produit chimique dangereux figure une étiquette. Le danger est repéré

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D'ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SPECIALITE: RESTAURATION MERCREDI 21 NOVEMBRE 2012 EPREUVE CONSISTANT

Plus en détail

RÉFECTION D UN PANSEMENT SUR PLAIE SEPTIQUE

RÉFECTION D UN PANSEMENT SUR PLAIE SEPTIQUE CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE RÉFECTION D UN PANSEMENT SUR PLAIE SEPTIQUE FICHE TECHNIQUE DE SOINS Définition But Indication Contre-indication Protection adhésive pour aseptiser

Plus en détail

PRÉPARATION ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX. Cadenas. Argent. Souliers. Prise en charge par monitrice clinique ou sa substitut

PRÉPARATION ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX. Cadenas. Argent. Souliers. Prise en charge par monitrice clinique ou sa substitut UNIVERSITÉ LAVAL Faculté de médecine PRÉPARATION Toutes les données de cette présentation sont celles en vigueur dans le C.H.U.Q. Il faudra donc vous adapter à celles utilisées dans le centre hospitalier

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Coiffure Coiffure à domicile Si vous réalisez aussi des soins du visage, du corps, des UV, reportez-vous à la fiche «Institut de beauté». L environnement dans l Artisanat Les déchets Vos déchets peuvent

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D'ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SPECIALITE: LINGERIE MERCREDI 21 NOVEMBRE 2012 EPREUVE ECRITE CONSISTANT

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA TENUE VESTIMENTAIRE ET L IMAGE PROFESSIONNELLE DES ÉLÈVES DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÉGULIERS

RÈGLEMENT SUR LA TENUE VESTIMENTAIRE ET L IMAGE PROFESSIONNELLE DES ÉLÈVES DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÉGULIERS 1. PRINCIPE À titre de chef de file dans le domaine de la formation en tourisme, en hôtellerie et en restauration, l Institut offre des programmes d études distinctifs de calibre international des plus

Plus en détail

Mesures barrières face à la grippe A(H1N1)

Mesures barrières face à la grippe A(H1N1) Mesures barrières face à la grippe A(H1N1) Protections individuelles pour se protéger et ne pas contaminer les autres Les principaux modes de transmission des virus sont : La voie aérienne, c est-à-dire

Plus en détail

Module. Biberonneries

Module. Biberonneries Module Biberonneries 1 Table des matières 1. Introduction 5 1.1 Champ d application 5 1.2 Comment faut-il appliquer ce module? 5 2. Bonnes pratiques d hygiène 6 3. Organigrammes de processus 8 4. Points

Plus en détail

AGREMENT PMS. DISTRIBUTION (Satellites) Système documentaire. PRODUCTION (Cuisine centrale) AUTRES (Restaurant administratif) CENTRES D'HEBERGEMENT

AGREMENT PMS. DISTRIBUTION (Satellites) Système documentaire. PRODUCTION (Cuisine centrale) AUTRES (Restaurant administratif) CENTRES D'HEBERGEMENT AGREMENT (n FR 50-402-209-CE) PMS PRODUCTION (Cuisine centrale) DISTRIBUTION (Satellites) Système documentaire RESTAURANTS SCOLAIRES CRECHES CENTRES D'HEBERGEMENT CLSH AUTRES (Restaurant administratif)

Plus en détail

MÉMO SANTÉ LES BOIS TRAITÉS : PRODUITS DE PRÉSERVATION DU BOIS CHARPENTIERS

MÉMO SANTÉ LES BOIS TRAITÉS : PRODUITS DE PRÉSERVATION DU BOIS CHARPENTIERS MÉMO SANTÉ CHARPENTIERS LES BOIS TRAITÉS : PRODUITS DE PRÉSERVATION DU BOIS L utilisation régulière de produits de préservation du bois peut présenter des risques pour votre santé et celle de vos salariés.

Plus en détail

vous guider Le conditionnement Livret d accueil des travailleurs saisonniers en arboriculture

vous guider Le conditionnement Livret d accueil des travailleurs saisonniers en arboriculture vous guider Le conditionnement Livret d accueil des travailleurs saisonniers en arboriculture www.msa-ardeche-drome-loire.fr L essentiel & plus encore L accueil des travailleurs saisonniers Vous venez

Plus en détail

Sécurité alimentaire. Stage 1 : «Je prépare mes repas» OBJECTIFS PROGRAMME. Le monde microbien. La réglementation et les règles d hygiène

Sécurité alimentaire. Stage 1 : «Je prépare mes repas» OBJECTIFS PROGRAMME. Le monde microbien. La réglementation et les règles d hygiène Sécurité alimentaire Stage 1 : «Je prépare mes repas» Personnel de restauration collective fabriquant les repas 1 journée de 9h00 à 16h00 Sur site reprenant dans l intégralité tous les sujets traités Tout

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour les interventions de personnels en unités de production de palmipèdes à foie gras

Guide de bonnes pratiques pour les interventions de personnels en unités de production de palmipèdes à foie gras Guide de bonnes pratiques pour les interventions de personnels en unités de production de palmipèdes à foie gras Rédaction.. Composition du groupe «intervenant» de la Commission Sanitaire : - Interprofession

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE DECEDEE

PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE DECEDEE PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE DECEDEE LA TOILETTE MORTUAIRE «Laver le corps mort, plus qu un simple geste d hygiène, c est physiquement et de façon émotionnelle prendre acte de la réalité de la mort»

Plus en détail

Objectifs HYGIÈNE SECOURISME - AMBULANCE 28/10/2012. Prévenir la transmission de maladies infectieuses(vih, Hépatite B, C, Tuberculose,..

Objectifs HYGIÈNE SECOURISME - AMBULANCE 28/10/2012. Prévenir la transmission de maladies infectieuses(vih, Hépatite B, C, Tuberculose,.. 1 HYGIÈNE SECOURISME - AMBULANCE Dr Zouari Abdelaziz CESU 01 SAMU du Nord-Est Objectifs 2 Prévenir la transmission de maladies infectieuses(vih, Hépatite B, C, Tuberculose,..) Travailler en toute sécurité

Plus en détail

Version 2.0 Février Domaine de la. Sécurité Sanitaire des Aliments VADEMECUM SECTORIEL MANIPULATION DES ESCARGOTS ET DES GRENOUILLES

Version 2.0 Février Domaine de la. Sécurité Sanitaire des Aliments VADEMECUM SECTORIEL MANIPULATION DES ESCARGOTS ET DES GRENOUILLES Version 2.0 Février 2017 Domaine de la Sécurité Sanitaire des Aliments VADEMECUM SECTORIEL MANIPULATION DES ESCARGOTS ET DES GRENOUILLES VADE-MECUM DGAL Table des matières CHAPITRE A: IDENTIFICATION DE

Plus en détail

RESPECT DE LA CHAÎNE DU FROID

RESPECT DE LA CHAÎNE DU FROID RESPECT DE LA CHAÎNE DU FROID Depuis leur réception et jusqu à leur délivrance au patient, le pharmacien doit veiller à conserver adéquatement les produits qui nécessitent des conditions particulières

Plus en détail

Cahier des charges pour l achat et la livraison de denrées alimentaires Année 2015

Cahier des charges pour l achat et la livraison de denrées alimentaires Année 2015 Collège Blois-Vienne 61, rue des métairies BP 2878 41028 BLOIS CEDEX Personne responsable du marché : Madame Gaëlle GUIGNARD, Principale Téléphone : 02.54.78.76.53 Télécopie : 02.54.78.76.19 Mèl : ce.0410593x@ac-orleans-tours.fr

Plus en détail

Allaitement maternel. et accueil des enfants en crèche. C est possible! Service Petite enfance. Livret de recommandations

Allaitement maternel. et accueil des enfants en crèche. C est possible! Service Petite enfance. Livret de recommandations Service Petite enfance Livret de recommandations Allaitement maternel et accueil des enfants en crèche (structures collective et familiale) C est possible! La fin du congé maternité signifie souvent la

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

Tenue professionnelle

Tenue professionnelle Tenue professionnelle 1 «Les travaux du groupe de travail font ressortir que la tenue vestimentaire joue non seulement un rôle dans la prévention et le contrôle des infections mais qu elle incarne l image

Plus en détail

REFECTION DES PANSEMENTS

REFECTION DES PANSEMENTS REFECTION DES PANSEMENTS Annie BRENET & Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Objectifs Matériel Technique Recommandations MAI 2013 2 Objectifs Réaliser un pansement est un acte de soin qui consiste à appliquer

Plus en détail

FICHE RISQUE CHIMIQUE Dernière mise à jour : 10/10/05

FICHE RISQUE CHIMIQUE Dernière mise à jour : 10/10/05 GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES DANGEREUX IDENTIFICATION DES PRODUITS Identifier les risques : les pictogrammes de sécurité Risque d incendie Risque d intoxication aiguë ou chronique Risque d explosion

Plus en détail

Hémodialyse chronique - Accès vasculaire sur cathéter BRANCHEMENT SUR CATHÉTER

Hémodialyse chronique - Accès vasculaire sur cathéter BRANCHEMENT SUR CATHÉTER Fiche Technique MATÉRIEL Matériel de protection BRANCHEMENT SUR CATHÉTER Masque de soins et lunettes de protection ou masque à visière Masque de soins pour le patient Gants à usage unique stériles Gants

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D.

Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D. Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D. Marie - Claude DERBIER Directrice CCAS de la ville de Valence SSIAD Fonctionnement Convention CH VAlence 2 Contexte Action d évaluation

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur Objectifs de l hygiène hospitalière: Prévenir les INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

Livret de sécurité. Nom :.. Prénom :. Classe : TMSEC

Livret de sécurité. Nom :.. Prénom :. Classe : TMSEC Livret de sécurité Nom :.. Prénom :. Classe : TMSEC 1 SOMMAIRE Je respecte les règles de sécurité dans mon lycée Ce que je dois faire Ce que je ne dois pas faire Avant tout : j utilise les protections

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PRODUIT: PERMAS-D RISQUES SPECIFIQUES: DANGEREUX POUR L ENVIRONNEMENT

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PRODUIT: PERMAS-D RISQUES SPECIFIQUES: DANGEREUX POUR L ENVIRONNEMENT FICHE DE DONNEES DE SECURITE Page 1/5 PRODUIT: PERMAS-D RISQUES SPECIFIQUES: DANGEREUX POUR L ENVIRONNEMENT 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit: PERMAS-D Fabricant: EDIALUX-FORMULEX

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION INTRODUCTION L'hygiène

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

Marie Chaussemier Erwan de Gavelle Alix Roy Samar Serhan

Marie Chaussemier Erwan de Gavelle Alix Roy Samar Serhan Marie Chaussemier Erwan de Gavelle Alix Roy Samar Serhan TRAVAUX DE GROUPE ALISéE (TGA) PLANS DE MAÎTRISE SANITAIRE 1 Plan Introduction 1. Risques liés à l agriculture urbaine 2. Plans de maîtrise sanitaire

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER :

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER : Page 1/6 I. OBJECTIFS Décrire les recommandations à appliquer lors des autopsies afin de réduire les risques de transmission d agents transmissibles conventionnels et non conventionnels dans la chambre

Plus en détail

DIS 2232 Débit de viande ambulant: Infrastructure, installation et hygiène [2232] v6

DIS 2232 Débit de viande ambulant: Infrastructure, installation et hygiène [2232] v6 Unité Provinciale de :... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... Opérateur :... N unique :... Adresse :...... DIS 222 Débit de viande ambulant: Infrastructure, installation et hygiène [222] v6 C :

Plus en détail

SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES BOUCHES-DU-RHÔNES SAP 1B :

SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES BOUCHES-DU-RHÔNES SAP 1B : SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES BOUCHES-DU-RHÔNES SAP 1B : L HYGIENE ET LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG ET AUX LIQUIDES BIOLOGIQUES EN INTERVENTION AUTEUR : Dr K. ANCELIN S.A.P. 1

Plus en détail

Traitement manuel d un endoscope souple

Traitement manuel d un endoscope souple Traitement manuel d un endoscope souple Fiche technique Indication Remarque Retraitement des endoscopes souples après utilisation avec une phase de désinfection correspondant à une désinfection de haut

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES 2016-2019 Marche réservé article 15 du CMP Janvier 2016 Article 1 er : objectifs

Plus en détail

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise :

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise : CQP-ih Employé(e) d Etages I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :...... Code Postal

Plus en détail

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES)

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) Annexe I - MODÈLE DE DOCUMENTATION EXIGÉE PAR LE MANUEL D INSPECTION DES ÉTABLISSEMENTS DE PRODUITS DE L ÉRABLE (MIÉPÉ) PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) NOM DE L ÉTABLISSEMENT D ÉRABLIÈRE : NUMÉRO

Plus en détail

ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : Rédaction

Plus en détail

LA CONTAMINATION PEUT ÊTRE DIRECTE OU CROISÉE

LA CONTAMINATION PEUT ÊTRE DIRECTE OU CROISÉE LA CONTAMINATION PEUT ÊTRE DIRECTE OU CROISÉE 1 Résumé Contamination croisée : Source de nombreuses toxi-infections; Résultat d un moment d inattention ou d un manque de rigueur. Un tel incident peut détruire

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail