Comment gagner un débat?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment gagner un débat?"

Transcription

1 Comment gagner un débat?

2

3 Comment gagner un débat? Guide au débat dans le style des Championnats mondiaux universitaires du débat Steven L. Johnson International Debate Education Association New York*Amsterdam*Bruxelles

4

5 Pour Jen et Mamie

6 Publié par : International Debate Education Association 105 East 22nd Street New York, NY Copyright 2009 par International Debate Education Association Cet ouvrage est publié sous licence de paternité Creative Commons : Conception graphique de Gustavo Stecher et Juan Pablo Tredicce imagenhb.com Imprimé aux Etats-Unis VI

7 Table des matières Introduction : De l art de gagner 1 Chapitre 1 : Philosophie du débat Fondements d une philosophie du débat Philosophie du débat Chapitre 2 : Arguments et argumentation Eléments d un argument Formes d argument Argumentation Modes d argumentation Argumentation descriptive Créer des arguments descriptifs Contrer des arguments descriptifs Argumentation relationnelle Créer des arguments relationnels Contrer des arguments relationnels Argumentation évaluative Créer des arguments évaluatifs Contrer les arguments évaluatifs Chapitre 3 : Stase et structure Argument en tant que mouvement Points de stase Propositions Enjeux VII

8 Rapports entre les enjeux 50 Maîtrise des points de stase 53 Structurer les arguments pour occuper l espace 56 Signatures 58 Dispositifs structurels 61 Chapitre 4 : Stratégies et aptitudes de base 63 Stratégie de contrôle 63 Argumentation constructive 65 Processus analytique 66 Processus de synthèse 71 Argumentation déconstructive 76 Normes de qualité des arguments 78 Acceptabilité 78 Pertinence 82 Suffisance 86 Structuration de la réfutation 87 Structure de la réfutation 89 Cadrage 91 Cadrage prospectif 93 Cadrage rétrospectif 95 Cadrage du tour par la structuration des enjeux 96 Chapitre 5 : Les orateurs et les discours 103 Modèle du parlement britannique 103 Discours du premier ministre 106 Cadrage 107 Argumentation constructive 110 Argumentation déconstructive 110 Discours du PM dans le débat sur la peine de mort 110 VIII

9 Discours du leader de l opposition 113 Cadrage 113 Argumentation déconstructive 118 Argumentation constructive 118 Discours du LO dans le débat sur la peine de mort 119 Discours des adjoints 122 Cadrage 122 Argumentation déconstructive 124 Argumentation constructive 124 Discours du VPM dans le débat sur la peine de mort 127 Discours du VLO dans le débat sur la peine de mort 130 Discours des membres 132 Elaboration 134 Discours du MP dans le débat sur la peine de mort 140 Discours du MO dans le débat sur la peine de mort 144 Discours des whips 147 Construction et déconstruction 147 Cadrage 149 Discours du WP dans le débat sur la peine de mort 153 Discours du WO dans le débat sur la peine de mort 156 Chapitre 6 : Prise de décision et stratégie 161 Nature de la réflexion et de la décision 163 Eléments de la prise de décision : la «recherche» 166 Possibilités 167 Objectifs 169 Preuve 172 Evaluation des éléments de la prise de décision : l «inférence» 173 Identification de la hiérarchie des objectifs préférés 174 Evaluation de la force des possibilités 181 IX

10 Chapitre 7: Paradoxes du débat 187 Paradoxe n 1 : La qualité du débat dépend plus de l accord que 188 du désaccord Paradoxe n 2 : Les arguments gagnants sont plutôt simples que complexes Paradoxe n 3 : Vous avez plus de chances de convaincre le public en mettant l accent sur ce qu il croit plutôt que sur ce qu il ne croit pas Paradoxe n 4 : Vous avez plus de chances de gagner en soutenant une position difficile Paradoxe n 5 : Votre défenseur a plus de chances de gagner s il ne montre aucun intérêt pour à la victoire Paradoxe n 6 : Plus nous nous efforçons de réduire l incertitude au cours d un débat, plus nous perdons en certitude Chapitre 8 : Tactiques avancées 199 Tactique offensive 200 Saisir la présomption 200 Etablir l urgence 205 Faire preuve d objectivité 208 Tactique défensive 212 Equilibrer les intérêts 212 Analyse des objectifs 218 Discerner les objectifs 218 Contrer des arguments avec l analyse des objectifs 220 Collusion implicite 224 Chapitre 9 : Arbitrer un débat 231 Qui est concerné par ce chapitre? 231 Principes directeurs de l arbitrage 232 Tabula rasa 232 X

11 Non-intervention 234 Formation Modèles d arbitrage Modèles moins pratiques 234 Modèle de la «Vérité de la motion» 234 Modèle de la «Compétence des orateurs» 235 Modèle préféré : modèle du «Mouvement» 236 Normes d arbitrage pertinentes 237 Accomplissement du rôle 238 Norme du «Meilleur débat» 240 Fond et forme 241 Parvenir à une décision Identifier la proposition Identifier les enjeux Déterminer le vainqueur de chaque enjeu 247 Vérité 248 Validité Déterminer l importance de chaque enjeu Evaluer les efforts de chaque équipe par rapport aux enjeux Documenter la décision 253 Notes 255 XI

12

13 I N T R O D U C T I O N De l art de gagner On me demande souvent ce qu il faut pour sortir vainqueur d un débat. La réponse est d une simplicité déconcertante : gagner un débat consiste simplement à convaincre votre auditoire que vous avez gagné. La bonne nouvelle, c est que nous sommes bien exercés à l art de convaincre les autres. Quasiment chaque jour, et certains experts diraient «par chaque mot que prononçons» (nous y reviendrons plus loin), nous essayons d influencer les idées ou les actions des autres. Lorsque nous demandons à quelqu un de venir déjeuner avec nous, donnons notre avis sur un sujet d actualité, essayons de convaincre un enseignant de revoir la note à notre devoir, et dans des centaines d autres petits exemples, nous faisons œuvre de persuasion. En fait, nous passons toute notre vie à convaincre les autres. La mauvaise nouvelle, c est que le fait de débattre met sous les projecteurs ces efforts de persuasion qui sont donc soumis à l examen de la critique et de l arbitrage. Plutôt que de simplement mesurer le succès de vos efforts de persuasion par le fait que la personne à qui vous vous adressez accepte ou non de déjeuner avec vous, dans un débat vous êtes confrontés à d autres personnes dont l unique objectif est de vous empêcher d obtenir ce que vous voulez. De plus, une personne écoute vos efforts de persuasion et les classe par rapport à ceux de vos adversaires dans le débat. Vous avez peu de temps pour convaincre les décideurs (vous ne pouvez plus, par exemple, exaspérer quelqu un par des demandes incessantes, une tactique privilégiée par les enfants pour convaincre leurs parents). De plus, vous devez convaincre sur un thème que quelqu un d autre vous a soumis (vous n avez pas forcément le choix de quel point de vue de la question vous allez défendre). Introduction 1

14 Malgré toutes ces difficultés (ou peut-être à cause d elles), débattre demeure l un des meilleurs moyens d affûter ses aptitudes en persuasion. Comme en toute chose, c est en forgeant qu on devient forgeron. Débattre offre d abondantes possibilités d améliorer son sens de la persuasion. C est pourquoi ce livre se concentre sur les moyens de tirer le meilleur de l expérience du débat. Ma conviction (renforcée par ma propre expérience de débatteur, de coach et d arbitre) est que l exercice académique du débat est extrêmement exaltant en raison des motivations concurrentielles de ceux qui s y engagent. Les débatteurs veulent remporter des tours du débat. Ils ont par conséquent une raison intrinsèque et impérieuse d apprendre à convaincre plus efficacement. L un de mes objectifs est d'offrir des perspectives, des stratégies et des tactiques qui aideront les débatteurs à convaincre plus efficacement et, par conséquent, à remporter plus de tours. Autrement dit, je veux vous offrir les outils qui vous permettront de gagner des débats. Mais un deuxième objectif tout aussi important est d améliorer la pratique du débat en lui-même. A l instar de tout autre type de compétition, le débat pousse ses concurrents à l excellence et leur donne l occasion de se distinguer. L art de la persuasion (parmi les premiers étudiés dans la Grèce et la Rome antiques, fondatrices de la pensée occidentale) permet à ceux qui le pratiquent d aller au-delà de l expérience humaine moyenne et ordinaire pour rechercher le sublime. Les bons débatteurs sont des artistes et les débats qu ils produisent sont des œuvres d art. Comme tout art, le débat montre le potentiel des êtres humains à créer l excellence. Un bon débat, tout comme une création artistique de qualité, révèle et illumine l expérience humaine. Un débat peut être beau et j espère que ce livre contribuera, même modestement, à produire des débats intéressants, fascinants et enthousiasmants. En d autres termes, mon but est de promouvoir des débats plus «gagnants». 2 Comment gagner un débat?

15 Pour atteindre ces deux objectifs, je commencerai par exposer un point de vue sur l argument qui m a toujours aidé à expliquer ce dont un débatteur a besoin pour qu il soit efficace. Le chapitre 1 énonce une philosophie de l argument qui donne un aperçu de la façon dont les gens pensent aux arguments qu ils rencontrent au cours des tours d un débat et, par conséquent, comment il est possible de construire ces arguments (coïncidence heureuse, cette philosophie nous en dit également beaucoup sur la façon dont les êtres humains pensent en dehors des tours d un débat). Ensuite, nous nous attèlerons à une tâche plus vaste qui consiste à présenter la pratique qui émane de cette philosophie. Le restant du livre (et la plus grande partie) sera consacré à identifier les aptitudes nécessaires à remporter des débats et à présenter des méthodes pour développer ces aptitudes. Les chapitres 2 et 3 abordent le thème du «langage» du débat (l argumentation), notamment la notion d argument, ainsi que les interactions entre les arguments, à la fois logiques (dans les différentes méthodes d argumentation) et structurelles (à travers des points de stase). Les chapitres 4 et 5 se concentrent sur les techniques de débat et le format dans lequel celles-ci peuvent s utiliser. Le chapitre 4 présente les trois aptitudes fondamentales que doivent posséder tous les débatteurs : l argumentation constructive, l argumentation déconstructive et la structuration des arguments. Le chapitre 5 examine le format du débat parlementaire britannique et décrit le rôle des orateurs qui participent à ce format concurrentiel. Les chapitres 6, 7 et 8 présentent une perspective avancée de l art de débattre destinée à mettre à l épreuve et à inspirer les débatteurs chevronnés tout en en donnant un aperçu aux novices. Le chapitre 6 s intéresse à la prise de décision humaine et applique cette analyse au débat académique. Le chapitre 7 présente un certain nombre d'observations paradoxales au sujet du débat en vue de susciter une réflexion sur les meilleures pratiques de l art de débattre. Introduction 3

16 Le chapitre 8 donne un aperçu sur des tactiques avancées que j ai trouvées particulièrement utiles en coachant mon équipe. Le texte termine par le chapitre 9, qui présente une analyse de l arbitrage des débats. Bien qu il ait été écrit pour guider les arbitres dans leurs délibérations, ce chapitre sera aussi d un grand intérêt pour tout débatteur qui gagnerait à savoir comment les arbitres abordent les tours d un débat. Finalement, j espère que le texte offre une vision cohérente et utile de l art de débattre qui encouragera la discussion, le désaccord et l expérimentation de la part de tous ceux qui sont engagés dans cette activité. Lorsque nous cherchons les voies et moyens de faire avancer la pratique du débat, nous sommes (par définition) engagés dans l'art de gagner les débats. 4 Comment gagner un débat?

17 C H A P I T R E 1 Philosophie du débat Fondements d une philosophie du débat Lorsqu on le leur demande, la plupart des gens répondent qu ils préfèrent éviter les disputes. Les disputes, remarqueront-ils probablement, sont source de de peine et frustration dans les rapports interpersonnels. Compte tenu de la compréhension que la plupart des gens ont des disputes, ce point de vue n est pas surprenant. Il paraît donc curieux qu il existe une longue tradition dans les systèmes éducatifs occidentaux consistant à enseigner comment argumenter. Les enseignants de ces écoles veulent-ils que leurs élèves souffrent? Pas du tout. En fait, la place primordiale accordée à la dispute dans les traditions éducatives occidentales s'explique par une vision de la dispute non comme une conséquence déplaisante de l interaction humaine, mais comme la base même de la connaissance humaine. La connaissance que les hommes ont du monde qui les entoure est le produit de leur interprétation de leur expérience. La grande différence entre les hommes et les autres créatures réside dans l aptitude à interpréter les expériences de manière différente ; pour les hommes, l expérience n est pas figée mais le résultat des choix que nous faisons. Les animaux ont avec le monde des rapports instinctifs ; ils reçoivent une stimulation de leur environnement et réagissent suivant leur «programmation» biologique. Par exemple, guidés par un motif génétique dépassant leur compréhension, les animaux ne s'accouplent ni pour le plaisir de l acte ni pour la beauté de la relation, mais simplement pour satisfaire un besoin biologique de procréer. Philosophie du débat 5

18 Les hommes, en revanche, ne se limitent pas à connaître le monde à travers leurs instincts. Pour interagir avec le monde qui les entoure, les êtres humains élaborent d abord leurs expériences par les mots qu ils utilisent pour décrire ce monde. En fait, les hommes essaient de donner un sens au monde qui les entoure, tournant largement le dos aux modes de connaissance instinctifs. Plutôt que de satisfaire simplement des besoins biologiques en s accouplant avec leur premier congénère venu, par exemple, les êtres humains construisent des rituels symboliques élaborés pour expliquer l accouplement : l amour, la cour, la fidélité, le mariage et le divorce ne sont que quelques-uns des multiples concepts créés par les hommes pour expliquer leur engagement romantique auprès d autres humains. Le théoricien de la rhétorique Kenneth Burke explique le besoin des gens de construire la signification de leur monde en appelant les êtres humains «des animaux utilisant des symboles» Burke entendait par là que ce qui distingue les humains c'est leur utilisation des symboles (la langue) pour expliquer leurs expériences. Il pensait que les humains sont à la fois bénis et maudits par leur capacité à interpréter leurs expériences : d une part, ils sont libres de construire des explications complexes, souvent belles, et extrêmement satisfaisantes du monde qui les entoure ; d autre part, cette liberté de construire la signification du monde signifie aussi qu il n existe pas d interprétation unique, correcte, absolue de ce monde. 1 Les êtres humains sont appelés à évoluer dans un monde d informations limitées et imparfaites et, par conséquent, de perceptions limitées et imparfaites. Puisque que nous construisons notre monde à travers les symboles que nous utilisons, nous savons que nos explications sont nos propres créations. Sachant d avoir créé ces explications (et que d autres peuvent créer d autres explications), nous sommes constamment incertains de la signification de nos expériences. La Théorie de la réduction d incertitude explique que les êtres humains communiquent les uns avec les autres pour réduire l incertitude sur le 6 Comment gagner un débat?

19 monde qui les entoure et qui découle d une absence de signification fixe. 2 Trois observations sont possibles sur le rapport entre l incertitude et la communication : 1. L incertitude est omniprésente. Puisque les êtres humains sont coupés des expériences instinctives du monde et utilisent des symboles pour donner un sens à leur monde, l incertitude est la marque de l expérience humaine. En d autres termes, tant que nous n avons pas interprété nos expériences (et parfois même après être parvenu à une interprétation), nous ne sommes pas sûrs de leur signification. 2. Nous réduisons notre incertitude par la communication. Si nous sommes capables d attribuer une signification à nos propres expériences, nous devenons plus sûrs de nos propres interprétations du monde lorsque ces dernières sont confirmées par les autres. Quand nous partageons nos interprétations du monde qui nous entoure avec les autres et que ceux-ci répondent (en soutenant, réfutant ou en donnant des interprétations différentes), nous essayons de réduire l incertitude de l expérience brute. Nous pouvons aussi compter sur les autres pour qu ils interprètent les expériences à notre place, réduisant ainsi notre incertitude. 3. Le désir de certitude est irrésistible. Les êtres humains n aiment pas connaître l incertitude et agiront pour atténuer la leur à propos de leur monde. L atténuation de l incertitude est une motivation puissante. Par conséquent, nous sommes obligés de communiquer avec les autres pour réduire notre propre incertitude. Philosophie du débat 7

20 Si l incertitude, et l insécurité qui en résulte, est omniprésente et irrésistible pour chaque être humain, imaginez la motivation générée par l incertitude collective d un groupe de personnes confrontées à une expérience nouvelle et indéfinie. Aucun instinct ne peut dire à une nation si un Etat voisin belligérant représente une menace légitime pour la sécurité nationale ou si les avantages de l exploitation des ressources naturelles dépassent les inévitables conséquences environnementales de cette exploitation. Dans de telles circonstances, notre compréhension collective se créée à travers la communication que nous partageons. Le philosophe français Michel Foucault a reconnu que non seulement le processus de communication (particulièrement parmi les membres d une société) créé la signification de nos expériences, mais il distribue aussi le pouvoir à ceux qui sont capables de créer et de maîtriser la signification d une expérience. 3 Selon Foucault, par notre communication au sujet de notre expérience collective, nous créons des formations discursives. Les formations discursives sont des systèmes d interprétation et de signification créés à travers un discours commun qui guide et restreint les interactions d une culture. Par exemple, les lois d une société sont des formations discursives. Ces lois offrent certaines protections et visent à limiter certains comportements, pourtant elles sont un peu plus qu'un compte-rendu de communication entre les membres de cette société. Dans les démocraties libérales occidentales, les lois sont typiquement le produit d un système législatif dans lequel le bienfondé d un ordre des choses donné est soumis à la discussion et au débat. Une décision est prise par l organe délibérant ou par l ensemble de la population et, si la proposition aboutit, cette conclusion est enregistrée sous forme de loi. Cette loi devient alors un moyen à la disposition de l Etat pour contrôler le comportement de ses citoyens. L intérêt de Foucault pour les formations discursives découle principalement de sa reconnaissance du fait que le pouvoir dans une société 8 Comment gagner un débat?

21 (c est-à-dire la capacité à contrôler les autres) est déterminé en grande partie par la capacité à définir et à manipuler les formations discursives. Plus simplement, en contrôlant la description d une expérience, on contrôle l expérience et les personnes qui la vivent. Examinons la différence entre les interprétations de deux événements tragiques de l histoire récente de l Amérique. Le 15 avril 1995, une détonation causée par un camion de location chargé d'explosifs a soufflé la façade du bâtiment fédéral Alfred P. Murrah à Oklahoma City dans l Oklahoma. Plus de 160 personnes ont trouvé la mort dans ce drame. Timothy McVeigh et Terry Nichols ont été jugés et condamnés pour leur implication dans cet incident. Après leur procès, des procureurs fédéraux ont affirmé que l attaque avait été motivée par une volonté de représailles à l encontre de politiques du gouvernement des Etats-Unis désapprouvées par McVeigh et Nichols. Le 11 septembre 2001, des attaques coordonnées contre le World Trade Center à New York et le Pentagone à Washington, DC, ainsi que le détournement d un avion à Shanksville en Pennsylvanie ont ôté la vie à près de personnes. Attribuées à al-qaïda, un groupe islamique fondamentaliste, les attaques du 11 septembre ont semble-t-il été perpétrées en représailles à la politique étrangère des Etats-Unis. Ces deux événements (les deux plus importantes attaques terroristes jamais enregistrées sur le sol américain) illustrent bien le pouvoir du choix d'un discours pour interpréter une expérience. Les deux événements étaient des attaques terroristes motivées par une frustration à l égard de la politique américaine. Les deux ont causé la mort de civils innocents et considérablement modifié la façon dont les citoyens américains se voient et appréhendent leur sécurité. La différence entre les événements et, plus important encore, la conséquence de ces événements réside dans les mots que nous utilisons pour les décrire. Les attaques d Oklahoma City ont été largement présentées comme un acte criminel. La réaction du gouvernement a essentiellement consisté à Philosophie du débat 9

22 identifier et à poursuivre les auteurs présumés du crime. Le procès, le verdict et la peine qui s en sont suivis ont permis, dans une certaine mesure, au pays de tourner la page. Les événements du 11 septembre ont, pour leur part, été interprétés comme un acte de guerre. Ceux qui ont participé à l attaque et l organisation qui les soutenait ont été identifiés comme des ennemis de l Etat. Une véritable invasion d une nation soupçonnée de soutenir l organisation al-qaïda a été orchestrée et la Guerre mondiale contre le terrorisme qui s en est suivie est toujours en cours. Les deux interprétations très différentes de ces deux événements essentiellement similaires étaient le produit du discours utilisé pour les décrire : dans un cas, la réaction «officielle» a consisté à identifier l acte comme un crime ; dans l autre, l attaque a été décrite comme un acte de guerre. La décision apparemment simple du nom à donner à ces événements a eu (et continue d'avoir) un impact profond sur la vie de gens à travers le monde. L interprétation de ces événements a donné le ton soit d une réaction discrète à une violation de la loi soit d une action militaire qui dure depuis des années, a tué des milliers de personnes et coûté des milliards de dollars. En clair, la façon dont nous choisissons d interpréter notre réalité a un effet sur nous. Alors, comment ces interprétations naissent-elles? Comment se créent-elles et comment se répandent-elles? Comment une société entière en vient-elle à considérer une attaque comme un crime et une autre comme un acte de guerre? Si le choix du discours fait le travail initial de description de ces événements, les arguments sont responsables de persuader les autres d adhérer à ces descriptions. Ramené à sa fonction essentielle, un argument est simplement une proposition d interprétation d une expérience avec des raisons avancées à l appui de ladite interprétation. Un argument énonce une affirmation (sur ce qu est une chose, sur les relations qui existent entre les choses ou sur la valeur d une chose) et propose des raisons pour lesquelles les autres devraient accepter cette interprétation. Nous 10 Comment gagner un débat?

23 vivons une expérience et, parce que nous voulons avoir des certitudes, nous présentons aux autres un argument qui établit comment nous pensons qu'il faut interpréter cette expérience. Alors que nous avançons des arguments pour soutenir notre point de vue, nous pouvons rencontrer d autres personnes ayant différentes interprétations des mêmes événements et, par conséquent, différents arguments pour justifier leurs interprétations. Nos arguments sont alors mis à l épreuve par les arguments des autres : Notre auditoire est invité à choisir (ou décide de choisir) entre ces descriptions concurrentes. En fin de compte, l interprétation que nos auditoires trouvent la plus convaincante l'emporte et est admise comme l interprétation standard de cette expérience. 4 Bien sûr, ces interactions suivent rarement un scénario aussi clair. Souvent, on ne perçoit pas toujours clairement ce que prétend une personne ou l'interprétation qu'elle veut nous faire accepter. En outre, on peut ne pas savoir quand un point de vue donné «l emporte» sur un autre ; l on désigne rarement un vainqueur en dehors de cadres de délibération formels (tels que les organes législatifs ou judiciaires, ou des tours de débat). Au contraire, nous essayons de convaincre les autres et sommes satisfaits si certains semblent épouser notre point de vue. Peu importe que nos efforts de persuasion se concluent de façon formelle ou informelle, à la fin nous nous rendons compte que nos perceptions sont les nôtres et que les autres, ceux avec qui nous interagissons ont (et, malgré nos meilleurs efforts, peuvent continuer à avoir) les leurs. Nous nous rendons compte que nos interprétations ne sont pas figées, absolues ou vérifiables de façon objective ; elles sont le produit de notre imagination et de notre capacité à utiliser la langue pour convaincre les autres de la validité de nos interprétations. Philosophie du débat De ces observations sur la manière dont les hommes utilisent des arguments pour construire leur réalité, nous pouvons tirer un cadre Philosophie du débat 11

24 philosophique qui illumine la pratique du débat. Cette philosophie peut s exprimer en deux hypothèses et une conclusion : Hypothèse 1 : Un débat est un concours d'interprétations et, donc, d arguments. Le débat exige que les participants convainquent un auditoire de la véracité ou de la fausseté de la motion ; il s agit d une compétition entre les arguments utilisés pour faire triompher ou réfuter cette motion. Le but des deux équipes engagées dans le débat est d offrir une interprétation de certains événements capable d amener un arbitre à admettre ou rejeter la motion examinée. De cette façon, les arguments utilisés dans un tour de débat ne sont pas différents de ceux utilisés en dehors dudit tour. Par conséquent, les mêmes qualités qui rendent une proposition d interprétation d une expérience convaincante en dehors d un débat doivent rendre un argument convaincant dans un tour de débat. Dans la suite du livre, nous nous attarderons sur ces qualités et expliquerons comment créer des arguments qui témoignent de celles-ci. Hypothèse 2 : L évaluation des arguments est une activité subjective. Comme tout effort de persuasion, le succès des arguments dans les débats dépend entièrement de la perception de l auditoire : si l arbitre préfère vos arguments à ceux de vos adversaires, vous gagnerez probablement. Ce qui complique les choses, bien entendu, c est que ce qu un arbitre peut préférer de vos arguments peut ne pas convaincre un autre. Ce qu un arbitre peut trouver passionnant comme explication, peut sembler peu crédible pour un autre. 12 Comment gagner un débat?

25 Cela dit, il existe des approches argumentaires que la plupart trouvent excellentes. Et plus important encore, il existe des approches classiques qu une équipe peut suivre pour mettre à l épreuve les arguments de ses adversaires et en pointer (à l attention des arbitres) les lacunes. Quoi qu il en soit, la persuasion est une activité essentiellement humaine et, de ce fait, elle sera toujours imparfaite et mystérieuse. Vous avancerez souvent des arguments que vous croirez exceptionnels. Vous ferez des déclarations et donnerez des preuves que vous croirez de loin meilleures que celles de vos adversaires. Vous ferez des critiques des arguments de vos adversaires qui, croirez-vous, ruineront tous leurs efforts visant à soutenir leur position. Vous comparerez vos arguments à ceux de vos adversaires et à la motion et démontrerez clairement que vos efforts sont supérieurs. Et vous perdrez quand même. L une des choses que le débat nous enseigne c est que l on ne peut pas toujours comprendre ou influencer les perceptions de ceux qui nous entourent. Vous devrez accepter les décisions que prennent les gens. Aussi difficile à vivre que puisse être une telle situation, c est à plus d'un égard l'une des leçons les plus précieuses que puisse nous apprendre le débat. Ces deux hypothèses mènent à une conclusion qui va éclairer la suite de ce livre : Conclusion : Il n y a pas une «bonne» façon de débattre. Les hypothèses paraissent résolument négatives. Dire que le débat est une opposition entre interprétations concurrentes de la réalité et que nous ne pouvons jamais savoir avec certitude pourquoi une personne préfère un argument à un autre sonne comme une condamnation de l exercice. Bien au contraire. Philosophie du débat 13

26 Ces mêmes observations sont ce qui fait du débat un exercice concurrentiel et éducatif si riche et gratifiant. C est la subjectivité de l exercice qui en fait une activité si stimulante et appréciable. Dans un débat, les règles mêmes qui régissent l évaluation des concurrents font l objet des efforts de persuasion des participants. Contrairement à d'autres compétitions, le débat a peu de règles fixes. L ordre des orateurs et les temps de parole sont de bons exemples de règles qui existent dans le débat académique : ce sont elles qui régissent la façon dont chaque tour sera administré. Il n existe pratiquement pas de règle de fond (c est-à-dire celles qui régissent le contenu des débats). Au premier abord, ce n est pas quelque chose d extraordinaire : parce que les sujets des débats changent régulièrement, il serait quasiment impossible de définir ce que peuvent dire et ce que ne peuvent pas dire les concurrents. De plus, la nature même du débat, c est-à-dire un exercice de libre expression, exclut l idée de limiter ce qui peut ou ne peut pas être dit dans un tour. Mais cette absence de règles de fond signifie aussi que les normes qui permettront aux arbitres de désigner le vainqueur d'un tour donné d'un débat sont elles-mêmes légitimement sujettes à débat. Un arbitre doit-il prêter plus attention aux effets d une proposition sur les libertés de chaque citoyen d un pays ou à la sécurité collective de la nation? Doit-il accorder plus d importance aux risques pour l environnement de l'application d une politique ou aux gains économiques qu engendrera ladite politique? Ces décisions (celles que devra prendre l arbitre pour désigner le vainqueur du tour) sont la cible potentielle des arguments des débatteurs. En outre, peu de stratégies sont expressément prohibées dans le débat, les stratégies étant essentiellement ancrées dans le contenu des arguments avancés pour les faire prospérer. Un 14 Comment gagner un débat?

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

CANUDC - REGLES DU JEU DE LA PARTICIPATION AU CANUDC 1

CANUDC - REGLES DU JEU DE LA PARTICIPATION AU CANUDC 1 Cameroon Debate Association RECEPISSE N 61/RDA/F.34/SAAJP CANUDC - REGLES DU JEU DE LA PARTICIPATION AU CANUDC 1 I- Participation au «Cameroon National Universities Debating & Public Speaking Championships»

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

académique academic adversaire opponent arguments arguments, contentions auxiliaire visuel prop, visual aide besoin need

académique academic adversaire opponent arguments arguments, contentions auxiliaire visuel prop, visual aide besoin need académique (adj.) Format de débat comprenant deux équipe de trois, où on utilise les points d information. Je veux être la premier oratrice de la proposition dans le débat académique samedi. academic adversaire

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger ORDRE DU JOUR 10 h Introduction 10 h 10 Aperçu des organismes de bienfaisance et des organismes sans but

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes par Dominique Folscheid et Brice de Malherbe, co-directeurs du département d Ethique biomédicale,

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Méthodologie de l exposé

Méthodologie de l exposé CHAPITRE 1 Méthodologie de l exposé >1. Préparation de l exposé L exposé est un moment fort de l épreuve d admission au concours d entrée en institut de formation d aides-soignants ou d auxiliaires de

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Online Intelligence Solutions LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Comment intégrer les KPI à sa stratégie d entreprise? Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A PROPOS DE JACQUES WARREN

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel 1. Politiques en matières d appel L Association Québec Snowboard ( ci-après désignée par AQS ) reconnaît le droit de tout Membre d en appeler des décisions de l AQS et offre par les présentes un processus

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation La coopération réglementaire, une menace pour la capacité démocratique des pouvoirs publics à régule Il y a de bonnes raisons

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Comprendre qu il s agit d un choix difficile pour les Canadiens Aider les courtiers d assurance et les sociétés d assurance à mieux comprendre les

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Influence, pouvoir et crédibilité. Votre influence = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité. Influence manipulation

Influence, pouvoir et crédibilité. Votre influence = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité. Influence manipulation Pour r, soyez crédibles et politiques! 1 Influence, pouvoir et crédibilité Votre = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité Influence manipulation 2 1 Pourquoi r? 3 Pourquoi r? 4 2 Pourquoi r? 5 Pourquoi

Plus en détail

SONJA KORSPETER ET ALAIN HERMANN *

SONJA KORSPETER ET ALAIN HERMANN * Les nouvelles technologies et la maîtrise des données personnelles comment l Allemagne et la France abordent-elles l impact de l évolution technologique sur la protection des données? SONJA KORSPETER ET

Plus en détail

TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de bourse du CRSNG

TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de bourse du CRSNG TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de bourse du CRSNG Narration : Lorsque vous présentez une demande de bourse au CRSNG, votre demande doit vous permettre de vous démarquer parmi

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

La dynamique du pouvoir ou Comment influencer les autres acteurs pour atteindre ses objectifs politiques? Pierre Lainey HEC Montréal

La dynamique du pouvoir ou Comment influencer les autres acteurs pour atteindre ses objectifs politiques? Pierre Lainey HEC Montréal La dynamique du pouvoir ou Comment influencer les autres acteurs pour atteindre ses objectifs politiques? Pierre Lainey HEC Montréal OBJECTIFS Au terme de la conférence : vous serez en mesure d influencer

Plus en détail

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE «Nos valeurs et nos règles» pour nos partenaires commerciaux Code de conduite pour le partenaire commercial de MSD [Édition 1] MSD est engagée dans une démarche

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Chaque étape est à prendre en considération. Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution

Chaque étape est à prendre en considération. Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution Chaque étape est à prendre en considération Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution Vue d'ensemble Avec l avènement de la publicité en ligne vint la promesse d une nouvelle ère digitale,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Atelier méthodologique. décideurs pour créer des environnements favorables aux saines habitudes de vie» dans le

Atelier méthodologique. décideurs pour créer des environnements favorables aux saines habitudes de vie» dans le Cette présentation a été effectuée le 24 novembre 2010, au cours de la journée «Influencer les décideurs pour créer des environnements favorables aux saines habitudes de vie» dans le cadre des (JASP 2010).

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail