Observation territoriale :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Observation territoriale :"

Transcription

1 Septembre 2012 n 170 mensuel édité par l AdCF - 5,50 DOSSIER Observation territoriale : le besoin de connaissances partagées Dans l'actu p.2 L ingénierie urbaine en mode de recomposition Endettement des collectivités en Europe : S&P dresse un état des lieux pour 2012 Revue de presse régionale p.4 Dossier p.5 Observation territoriale : le besoin de connaissances partagées L observation des territoires en marche Des outils nationaux au service des politiques territoriales Pour une nouvelle dynamisation de l'ingénierie publique locale Anticiper la mobilité dans les territoires L observation santé : une exploitation insuffisante Émissions de gaz à effet de serre : le bien-fondé d une observation régionale L Open Data : un outil indirect à la décision EVA : l outil mutualisé d'évaluation des Parcs naturels régionaux Territoires p.18 Reims à la recherche d une taille critique Finance alternative Bilan à la Maison de justice et du droit de l agglomération Creilloise Chambéry touche du bois Jouer pour de vrai 23 e convention nationale de L INTERCOMMUNALITÉ olitiques territoriales L HEURE DE FAIRE ENSEMBLE BIARRITZ Bellevue & Gare du Midi 3, 4 et 5 octobre 2012 Design LUCIOLE juillet 2012 flydragon - Fotolia RÉSERVEZ VOTRE HÔTEL JUSQU AU VENDREDI 31 AOÛT 2012 INSCRIVEZ-VOUS JUSQU AU MARDI 18 SEPTEMBRE 2012 sur Inscription préalable obligatoire, dans la limite des places disponibles. Avec le soutien de l Agglomération Côte Basque-Adour

2 Dans l actu AdCF éditorial La conduite des politiques publiques n est plus aujourd hui concevable sans être accompagnée d outils d observation puissants et adaptés. Ceci explique la multiplication en quelques années des observatoires territoriaux, non seulement organisés à la plupart des échelles de l action publique mais aussi dans un nombre de plus en plus diversifié de secteurs. De l économie à l habitat, de l action sociale aux questions foncières, des mobilités aux politiques sanitaires, de la fiscalité aux pratiques culturelles ou aux comportements environnementaux la quantité de données disponibles est sans commune mesure avec celle dont disposaient les décideurs locaux il y a quinze ou vingt ans. Grâce aux évolutions de notre appareil statistique national, aux apports des milieux universitaires, des bureaux conseils mais aussi des agences et services des collectivités, des angles d analyse nouveaux ont été proposés, des données retraitées, des fausses évidences écartées. Des expériences locales ont permis de préfigurer et tester des pratiques qui se sont ensuite généralisées. Ces dynamiques de l observation ont participé d une nouvelle «intelligence territoriale» qui permet aux collectivités de se conduire en acteurs «stratèges». Par ailleurs, ces outils ont très souvent pour mérite d être mutualisés entre plusieurs collectivités et de faciliter des diagnostics partagés, sans lesquels aucune politique contractuelle ne serait possible. En consacrant ce dossier de rentrée à la question de l observation territoriale, notre mensuel Intercommunalités illustre, sous un angle inédit, la question du «faire ensemble» qui sera placée au cœur de la prochaine Convention nationale de l intercommunalité de Biarritz, les 3, 4 et 5 octobre. «Ces dynamiques de l observation ont participé d une nouvelle «intelligence territoriale» qui permet aux collectivités de se conduire en acteurs «stratèges».» Daniel Delaveau, président de l AdCF Dans l actu L ingénierie urbaine en mode de recomposition L ingénierie territoriale en matière d urbanisme garde toute sa pertinence alors que l État tend à se désengager de ce type de services, ce qui pose problème pour certains territoires ruraux. Afin de pallier ce désengagement partiel, un rapport du sénateur Pierre Jarlier souhaite que l intercommunalité s investisse afin de se présenter comme un acteur d ingénierie publique locale. Reste à garantir ensuite un maintien d effectifs de qualité pour ces services. L e rapport du sénateur Pierre Jarlier «Pour une nouvelle architecture territoriale de l'ingénierie en matière d'urbanisme» a été assez clair dans ses recommandations, faisant de l intercommunalité un échelon clef en termes d ingénierie publique. En constatant «la disparition de l ingénierie territoriale de l État dans le domaine de l urbanisme», la crainte est aujourd'hui très vive de voir disparaître des outils nécessaires aux petites collectivités avec un risque, à terme, de désertification de ces territoires. Les besoins ne manquent pourtant pas. Les collectivités «doivent faire face à des enjeux majeurs (étalement urbain, formes urbaines, énergie-climat, biodiversité ) ; elles sont confrontées à des exigences nouvelles (urbanisme commercial, Scot, PLU intercommunaux, trame verte et bleue ) ; elles doivent mettre en œuvre et dans de courts délais les textes qui se multiplient, contribuant ainsi à la généralisation et à la complexification des documents de planification urbaine.» En somme, il serait bienvenu que le rôle de l État soit maintenu, d autant plus qu «il ne faut pas oublier qu environ communes en France ne sont dotées d aucun document d urbanisme, les services de l État assurant la gestion du droit des sols dans ce cas», indique le rapport du sénateur, citant Pierre Ducout, rapporteur de la commission urbanisme à l AMF. Pierre Jarlier plaide ainsi pour l intercommunalité comme «la réponse la plus appropriée à une ingénierie publique locale efficace». L intercommunalité pertinente sur le PLU et l instruction d urbanisme En effet, «la mise en réseau de communes ou de groupements de communes permet une mutualisation des moyens humains et budgétaires qui transcende les frontières départementales. Un tel réseau de collectivités en matière d ingénierie publique locale autorise ainsi le partage de bonnes pratiques. Il apparaît d autant plus utile que, désormais, dans le cadre de la RGPP, l État a choisi l intercommunalité comme référent technique des communes.» Considérant que le maillage des différentes intercommunalités poursuit son chemin, le rapport soutient que cet échelon administratif serait «une bonne échelle d élaboration du PLU afin de bâtir un projet de territoire en cohérence avec les bassins de vie et les enjeux économiques, de transports, de services, d environnement et de développement durable». Idem concernant l instruction des autorisations d urbanisme : «De nombreuses remontées de terrains soulignent ( ) qu il est fréquent que les représentants de l État dans les départements invitent les présidents de communauté à prendre le relais en matière d instruction.» L AdCF avait ainsi estimé que 71 % des communautés ayant constitué un service d instruction des autorisations d urbanisme l ont fait suite au transfert d une mission prise en charge par la direction départementale des territoires. Le rapport recommande d une part de «faire de l intercommunalité l échelle privilégiée pour l aménagement opérationnel et l administration du droit des sols, notamment par la mise en place de services d instruction mutualisés des autorisations d urbanisme pour le compte des communes». Quid des autres échelons administratifs? Si la création d une couche supplémentaire en matière d instruction des actes d urbanisme n est pas jugée nécessaire, «l action des conseils généraux peut ( ) consister dans la mobilisation des organismes satellites» comme les Conseils en architecture urbanisme et environnement, les agences d urbanisme, des Sem ou des SPL. Les agences d urbanisme, au nombre de 53, devraient être présentes dans chacun des départements. Sollicités toujours davantage par les «collectivités périurbaines et par des villes moyennes», ces organismes seraient, selon le rapport, particulièrement utiles pour partager leur expertise sur des territoires isolés comme le rural ou les zones de montagne. Si «constituer un pôle d ingénierie départemental communautaire ou intercommunautaire mutualisé» en réseau avec les différentes structures départementales est souhaitable, «l intervention des départements» ne doit pas conduire «à une Lionel Pagès - AdCF 2 N Septembre 2012 AdCF Intercommunalités

3 tutelle sur les collectivités concernées», prévient le rapport. Le recours au département demeurerait plutôt «complémentaire et facultatif». Le niveau régional verrait le rôle du Centre d études sur les réseaux, les transports, l urbanisme et les constructions publiques renforcé pour décliner les grandes stratégies de planification et d aménagement de l État au niveau territorial. Par ailleurs, de «grandes délégations régionales», constituées d organismes d expertise ou de dialogue (Ademe, CETE, Datar, Dreal, etc.), pourraient représenter une «porte d entrée territoriale pour les acteurs locaux de l urbanisme, de l aménagement» et pourraient mettre en œuvre des politiques publiques nationales. Une question demeure. Quand bien même «la fonction publique territoriale ouvre des horizons aux ingénieurs de la fonction publique d État», nombre de ces agents partiraient dans le privé. Dans l actu Endettement des collectivités en Europe : S&P dresse un état des lieux pour 2012 Comment évolue l endettement des collectivités en France et en Europe occidentale cette année? Quelles perspectives et tendances se dégagent? L agence de notation Standard & Poor s a publié cet été une note faisant état d une possibilité accrue d un recours aux emprunts obligataires par les collectivités françaises. de notation Standard and Poor s a publié le 30 juillet dernier une note sur la L agence situation d endettement des collectivités en Europe occidentale. Premier élément remarquable, le montant total des emprunts se chiffre à milliard d euros en Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie et Suisse ainsi que dans les pays nordiques. «L endettement des collectivités territoriales d Europe occidentale est sur le point de connaître une nette augmentation en 2012, effaçant le ralentissement connu l an dernier» et poursuivant la tendance haussière connue en 2009 puis 2010, indique la note. Au total, 268 milliards d euros devraient ainsi être levés par l ensemble des collectivités de cette zone cette année, soit une hausse de 27 % par rapport à l an passé. Les collectivités françaises devraient emprunter 15,5 milliards d euros cette année comparé aux 13,9 milliards d euros en 2011, avec des recettes en légère augmentation ( 0,7 %) compte tenu d une baisse de 15 % des droits de mutation et d un transfert de ressources de l État restant relativement étal. Les déficits devraient ainsi atteindre 1,5 % de leurs recettes. Davantage de place aux marchés financiers Autre fait notable, la confirmation que Bâle III continue d influencer l accès à l emprunt pour les collectivités. Celles-ci ont vu les banques privées largement restreindre les encours, laissant davantage de place aux «banques publiques et aux marchés financiers». Ainsi, Standard & Poor s anticipe «une hausse soutenue à l emprunt obligataire en Par exemple, l émission de nouvelles obligations parmi les collectivités territoriales avait dépassé un milliard d euros à la fin avril, un niveau bien plus haut qu observé sur l ensemble de l année 2011 (environ 700 millions d euros).» Valérie Montmaur Responsable Europe du Département Finances Publiques chez Standard & Poor's, confirme que les «collectivités françaises se trouvent confrontées Comment attirer le personnel d État vers les collectivités? Or, maintenir «une expertise et une capacité d action de haut niveau» pour les collectivités demeure un impératif. «Pour cela, il faut, d une part, une certaine comparabilité en termes de salaire avec les ingénieurs de l État, et, d autre part, un statut en adéquation avec ce qui existe dans la filière administrative.» La loi du 3 août 2009 offre une possibilité de mobilité entre les différentes fonctions publiques, «levant les obstacles statutaires et financiers». «Les collectivités territoriales doivent profiter de ces nouvelles dispositions pour attirer et accueillir en leur sein des ingénieurs de l État, dont les profils techniques sont de grande valeur, afin de profiter de leur expertise», insiste le document. Comment procéder et garantir l afflux de cette expertise? «Le droit des sols étant local, il conviendrait aux mutations structurelles de leur mode de financement. Des solutions pérennes tardent à se mettre en place, et les besoins en financement ne sont plus servis dans leur intégralité par les banques». Le recours aux investisseurs par l emprunt obligataire répond cependant à des critères bien précis. Des intercommunalités peuvent avoir recours à ce type de financement «si elles ont une taille critique, un programme Endettement des collectivités françaises Millions d euros d investissement pluriannuel financés en partie par l emprunt. Cela concerne plutôt des structures comme les régions, les départements, les grandes villes et grandes intercommunalités» indique l intéressée. Ceci est illustré par l emprunt obligataire de 25 M lancé par la CA de Cergy-Pontoise en juillet dernier entrant dans le cadre d un programme pluriannuel d équipements finançant des bâtiments (Voir page 18). Elle remarque cependant qu étant donné «l appétit actuel des investisseurs pour la dette des collectivités françaises» le recours au marché obligataire peut se révéler «moins cher. Les collectivités en France sont bien notées et ont émis peu d emprunts obligataires, contrairement aux Länder allemands par exemple. Les investisseurs y voient un moyen de diversifier leur portefeuille à moindre risque. De même les collectivités diversifient leurs sources de financement» et deviennent moins dépendantes des canaux traditionnels bancaires. Aussi cette alternative pourrait se démocratiser en attendant la mise en place d une banque des collectivités. «Autant pour 2012, les financements devraient passer mais 2013 reste problématique» en l absence d un acteur bancaire capable de soutenir les besoins d emprunt. «Des solutions structurelles sont attendues car si les collectivités peuvent ajuster leurs budgets, cela reste temporaire» soutient Valérie Montmaur. qu il soit géré au niveau de l intercommunalité», plaidant ainsi pour un transfert des personnels de l État «avec les moyens correspondants dans les territoires». Un conventionnement pourrait être envisagé, offrant les conditions d une «véritable décentralisation de l instruction». Enfin, les collectivités «devront anticiper les évolutions de métiers, en disposant d un référentiel métier adapté aux nouveaux enjeux et en étant en mesure de recruter les urbanistes diplômés des filières universitaires. En clair, l urbanisme opérationnel doit aussi être envisagé du côté de la profession, étant entendu que celle-ci doit être en mesure de s organiser au mieux pour répondre aux exigences des collectivités territoriales.» Un statut légal par une reconnaissance du métier d urbaniste serait bienvenu à travers une formation harmonisée. Benoit Angelini Source : Standard & Poor's 2012 Espagne, Royaume-Uni : forte hausse de l endettement Chez nos voisins européens, la situation paraît contrastée, impactée par les réformes diverses et les situations économiques. La réforme Housing Revenue Account, au Royaume-Uni, accordant davantage d autonomie aux collectivités a entraîné un transfert d une partie de la dette d État, faisant ainsi passer l endettement de 84 milliards d euros à 104 milliards, tandis que les difficultés économiques et les besoins de refinancement établissent une dette de 222 milliards d euros pour les collectivités espagnoles. L ensemble des encours en France se chiffre à 128 milliards d euros. Soit relativement peu comparé aux Länder allemands (près de 654 milliards d euros cette année). Toutefois, l endettement de ces Länder progresse moins vite qu en Espagne notamment. Représentant 47 % du total du panel retenu par l étude en 2009, les régions allemandes comptent désormais pour 43 % des dettes totales de la zone étudiée. Or malgré des hausses de revenus fiscaux ( 4,6 % en 2012) qualifiées de «solides», la note souligne que des investisseurs commencent à se détourner de certaines municipalités allemandes qui pourraient voir l accès au crédit devenir particulièrement ardu dans les années à venir. BA Intercommunalités AdCF N Septembre

4 Revue de presse régionale nfrpictures - fotolia Pôle métropolitain L arrêté préfectoral de création du pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire a été signé le 27 juin dernier, permettant de regrouper la communauté urbaine Nantes Métropole (CUNM), la communauté d agglomération de la Région nazairienne et de l Estuaire (CARENE), les communautés de communes de Loire et Sillon, d Erdre et Gesvres, de Cœur d Estuaire et de la Région de Blain. «Le tout représente 60 % de la population du département sur un tiers seulement du territoire. C'est un pas en avant dans la coopération, l'idée de métropole mûrit et s'enrichit», apprécie le maire de Saint-Nazaire et président de la Carène, Joël Batteux. «Concrètement, les décisions se prendront à l'unanimité, et le pôle métropolitain pourra agir sur trois domaines : l'aménagement, le tourisme et le développement économique. La prochaine étape, par exemple, consistera à créer un document d'aménagement commercial», explique ainsi Gilles Retière, président de Nantes Métropole et nouveau président du pôle. Travaillant de concert depuis 2004 sur le Scot, Nantes et Saint-Nazaire font naître à travers ce sixième pôle métropolitain une structure de habitants. Cette création s inscrit dans les orientations du schéma départemental de la coopération intercommunale (SDCI) de Loire- Atlantique approuvé le 23 décembre 2011 et aura pour objet d assurer le suivi et la révision du Scot ainsi que le développement économique, le développement d infrastructures de transport, le suivi opérationnel de projets urbains et la protection de l environnement. 20 minutes, le 10 juillet 2012 Convaincre Si un pôle métropolitain mosellan (Épinal, Metz, Nancy, Thionville) prend forme, reste à convaincre les habitants du bien-fondé d une telle initiative. «Non, le pôle métropolitain du Sillon mosellan n est pas une couche de plus du millefeuille administratif français! Et il ne vise pas à opposer les territoires les uns aux autres, au contraire. Il veut s investir dans des projets qui serviront bien metz avenir au-delà de nos territoires, au bénéfice de toute la région.» André Rossinot veut faire taire ceux qui ne voient dans la création de pôles métropolitains, imaginée par la loi sur les collectivités territoriales de 2010, qu un niveau de plus dans la représentation administrative des territoires... Du reste, bon nombre de témoignages recueillis lors d une enquête au sein de la métropole du Sillon mosellan entre Thionville et Épinal via Metz et Nancy résument l incompréhension de l habitant. «Qu est-ce que c est? À quoi ça sert?» Au cœur d un territoire sinistré, notamment par le réaménagement de la carte militaire, les élus mettent en avant le besoin de mener une politique volontariste, «même si la mission que veut se donner le pôle métropolitain, le développement économique, est la même que celle que vise la Région dans les projets de décentralisation du nouveau gouvernement.» Y aurait-il une compétition entre les territoires? «On peut trouver des complémentarités. Nous avons besoin de partager nos actions, de les dynamiser», estime Michel Heinrich, le maire d Épinal. Un des besoins les plus urgents soulignés au cours de la conférence de presse aura été de retenir les jeunes diplômés sur le territoire et de ne pas dépendre de l activité du Luxembourg voisin. Le Républicain Lorrain, le 6 juillet 2012 On prend de l avance La fusion des communautés d agglomération Seine-Eure et de communes Seine-Bord pourrait être anticipée au 1 er janvier 2013 plutôt qu en 2014, «ont convenu vendredi 6 juillet les membres de la CDCI de l Eure». Quelles raisons poussent à anticiper le processus? «La demande des communes d Alizay et de Montaure de se retirer de la petite communauté de Seine-Bord, quasiment enclavée dans l agglomération Seine-Eure, a précipité le processus qui tardait à se mettre en œuvre.» En outre, «la fermeture de l usine M-Real à Alizay, la constitution d un pôle métropolitain entre la CREA et Seine-Eure, ont poussé Alizay à demander une accélération du processus. À défaut, elle rejoindrait, avec Montaure, l agglomération Seine-Eure, seule capable aux yeux du maire Gaëtan Levitre (PCF) de porter des projets de reconversion industrielle.» Cette fusion permettrait d assurer une certaine cohérence territoriale, a indiqué le préfet. Drakkar Online, le 10 juillet 2012 DR Destinés? Non au mariage d intérêt! Tel pourrait être le slogan des élus des communautés de communes de La Pacaudière, de l'ouest roannais, de la Côte roannaise et la commune de Saint-Albanles-Eaux, marquant leur refus d une fusion avec le Grand Roanne prévue par le schéma départemental adopté le 14 décembre dernier. Une manifestation devant la préfecture de la Loire, le jour d une séance de la commission de coopération intercommunale (CDCI), s est même tenue. «Nous avons un vrai projet Nous fusionnons trois communautés de communes et nous rattachons une commune isolée. Qui dit mieux?» indique Yves Durand, maire de Saint-Haon-le- Châtel et élu de la communauté de communes de la Côte roannaise. Il «dénonce les jeux d'alliances des élus urbains qui veulent rattacher des territoires dans le seul but de trouver de nouveaux contribuables pour bénéficier de dotations plus importantes». Les élus ruraux ont fait valoir par ailleurs qu ils (avaient) «l'habitude depuis longtemps de travailler ensemble dans le domaine de l'urbanisme, du tourisme ou encore de la petite enfance. Nous proposons un projet cohérent qui répond à des problématiques locales.» Le Progrès, le 12 juillet 2012 Question de perspective Le rapport sur l activité des services de l État dans le département par le préfet indique les points sur lesquels le Cantal doit faire des efforts. «Une meilleure structuration de l'action publique locale est nécessaire dans quatre domaines : l'intercommunalité, la gouvernance de l'eau, l'assainissement et le désenclavement du territoire.» Le représentant de l État a notamment rappelé que le schéma départemental de coopération intercommunale qu'il a arrêté le 26 décembre est «un socle qui mérite réellement d'être amélioré» car il n'en est «pas satisfait». Il souhaiterait un resserrement des structures, afin qu'elles aient une taille critique «pour donner du crédit à leurs ambitions». «En clair, il y a encore trop de petites intercommunalités.» La Montagne, le 13 juillet 2012 Vitesse ou précipitation? Adhérer au Grand Alès ne recèle pas toutes les vertus pour les élus de la commune de Tornac. Ils ont même exprimé «leur mécontentement et leur incompréhension face à la signature de l'arrêté de périmètre fusionnant quatre EPCI et cinq communes par le préfet du Gard». La réunion de la CDCI, le 30 janvier 2012, avait pourtant vu le préfet «ne pas vouloir signer dans l'urgence un arrêté de périmètre avant que certains points ne soient réglés (compétences, ressources humaines, finances, fiscalité, projet de territoire), c'est-à-dire pas avant l'automne». Coup de théâtre : «Il a signé un arrêté de périmètre de trois pages où seule la composition de ce nouvel EPCI de 50 communes et plus de habitants est précisée.» Les élus demandent «davantage de temps pour pouvoir prendre en toute connaissance de cause une décision qui va engager durablement l'avenir des populations des territoires». Midi Libre, le 5 juillet 2012 Georges Blond - fotolia 4 N Septembre 2012 AdCF Intercommunalités

5 Dossier flydragon - Fotolia Observation territoriale : le besoin de connaissances partagées Depuis plusieurs années, les collectivités locales ont pris l initiative de se doter d outils performants d observation des dynamiques territoriales. Habitat, déplacements, emplois, émissions de gaz à effet de serre ces outils deviennent indispensables à la conduite des politiques publiques et à l élaboration des projets de territoires. Dans le contexte actuel de réformes, l observation territoriale se trouve au cœur des défis de l ingénierie publique locale : unification des langages et des méthodes d observation selon les échelles, transversalité des outils d aide à la décision, identification des besoins prioritaires des territoires, coûts du fonctionnement de ces outils et possibilité de les mutualiser. Ce dossier d Intercommunalité dresse un panorama des usages et des enjeux de l observation. L Atelier «Ingénierie publique et intelligence territoriale» programmé lors de la 23 ème Convention de l intercommunalité à Biarritz (3 au 5 octobre prochains) prolongera la réflexion. L observation des territoires en marche À l appui d une enquête réalisée auprès de plus de 180 dispositifs d observation gérés par une quarantaine de structures réparties sur le territoire national, Emmanuel Roux et Grégoire Feyt ont pointé le sens et les enjeux des observatoires territoriaux. Quel développement, quels usages et fonctions? Quel outil au service de l observation? Les deux chercheurs brossent un tableau récapitulatif. (Roux, Feyt, Les Observatoires territoriaux. Sens et enjeux, coll. «Travaux n 14». La Documentation Française, Datar.) L es observatoires territoriaux sont des dispositifs correspondant à une combinatoire de ressources matérielles (outils techniques) et immatériels (méthodologie, savoir-faire), de pratiques, de moyens organisés et agencés pour une finalité : produire des analyses et des représentations susceptibles de répondre à des problématiques territoriales. Si ces organismes disposent tous, plus ou moins, de capacités de collecte, de stockage de données quantitatives et/ou qualitatives, d analyses et de production, ils recouvrent dans les faits des réalités plurielles en termes : de moyens techniques et humains, organisationnels et/ou de gouvernance, d échelles territoriales, et de thématiques ou de problématiques territoriales, qu elles soient généralistes ou plus spécialisées. (cf. fig. 1). Il faut revenir, dans un premier temps, à la genèse de ces organismes. Les contextes de création des observatoires territoriaux et leur recrudescence, constatée depuis le milieu des années 1990, sont intimement liés à l évolution conjuguée des cadres de l administration et de l action territoriale. La consolidation de l intercommunalité (dont les communautés d agglomération), l avènement des territoires de projets, la montée en puissance de l ingénierie des collectivités territoriales, la prise en compte de nouveaux paradigmes de l action (projet, territorialisation, durabilité) ont poussé à la création d observatoires territoriaux. Principaux instigateurs de cette montée en puissance de l observation? Indéniablement, les techniciens des collectivités territoriales et structures d ingénierie, parmi lesquels les agences d urbanisme, fers de lance de l observation locale. On peut estimer que pour 100 observatoires créés, 40 % le sont à l initiative de techniciens, contre 15 % à l initiative d élus (le reste étant d initiative mixte pour 25 %, d initiative réglementaire pour 15 % et 5 % d initiative indéfinie). Il s agit pour ces protagonistes de saisir, d une part, les évolutions, problématiques et enjeux de «territoires nouveaux» à gouverner ; d autre part, d assumer ses compétences, ses obligations et/ou permettre un suivi des dispositifs de planification (Scot) et d action territoriale (PLH, PDU, Cucs ). Se faire reconnaître, affirmer un leadership de façon consensuelle ou encore se saisir de problématiques sociétales, territoriales et interterritoriales était un dernier objectif. Intercommunalités AdCF N Septembre

6 Dossier Outil d aide à la décision Source : E. Roux 2010 Dispositif Configurations Démarche Échelles Gouvernances Domaines, thèmes... Fig. 1 Structure Entrée Nationale Internationale Comité de pilotage Traitement Grand territoire Service Sortie EPCI, territoire de projet Comité technique Missions Agglo Ville, quartier Réunion de travail Économie Social Environnement Habitat Mobilités... Si l économie, l habitat, le social figurent parmi les domaines historiques et prégnants de l observation des territoires, des évolutions sont apparues. Les problématiques de transports et de mobilités, d usage et de gestion du foncier ou encore d environnement constituent quelques champs montants de l observation. Surtout, au-delà de champs sectoriels donnés, c est certainement dans l entrelacement de champs problématiques (transport/habitat ; énergie/habitat ) que se développent des perspectives nouvelles pour l observation. Usages et fonctions des observatoires Interrogés sur dix fonctions supposées de l observation (informer, connaître, comprendre, aider à la décision, veiller, coopérer, évaluer, anticiper, gérer, communiquer), les praticiens des observatoires conviennent d une hiérarchisation des fonctions assignées aux observatoires (fig. n 2). Quatre fonctions principales peuvent être mises en évidence. La fonction de connaissance du territoire prévaut sur toute autre fonction, et ce quels que soient les domaines d observation considérés (économie, social, habitat, mobilité ) ou les échelles spatiales. Cette culture informationnelle vise tant au stockage et à la valorisation de l information territoriale qu à la production d expertise (diagnostics, analyse de dynamiques territoriales ). Le second registre de l observation territoriale concerne l action et le suivi, visant en particulier à accompagner la mise en œuvre de politiques ou dispositifs territorialisés (type Scot, PLH, Cucs) initiés à l échelle nationale, régionale ou locale. La troisième fonction, celle de la dimension stratégique de l observation, ne figure que rarement parmi les finalités principales mises en avant. L observation semble, dans la pratique, être plutôt cantonnée à l étape du «constat», de sorte que l on tend à soulever une disjonction entre observation (technique) et stratégie (politique). Enfin, la fonction de communication et le partage de l observation, désormais considérés comme majeurs pour construire et/ou cultiver une vision partagée d'un ou des territoire(s), projet(s) et action(s) territoriale(s), sont étonnement très partiels. Ce déficit communicationnel à destination des décideurs questionne la gouvernance et le sens même des observatoires, quant il n est pas exacerbé concernant les citoyens. Malgré les discours sur les vertus du partage, demeure une frilosité des praticiens et des décideurs pour un accès largement ouvert aux informations sur le territoire. Cette timidité est d autant plus patente face aux questions voire difficultés (techniques, politiques, juridiques, éthiques, sociétales ) que pourrait susciter une démocratisation complète des observations. En somme, l observation territoriale demeure encore très largement conçue par et pour des spécialistes. Évolutions tendancielles et enjeux pour l observation territoriale (fig. 3) Reste que la fonction majeure de «connaissance et de compréhension des dynamiques territoriales» connaît un infléchissement notable dans le temps, ce malgré un sursaut récent avec l élaboration généralisée des Scot. De la même façon, la dimension prospective et celle associée à la communication ont également tendance à régresser. Communication Gestion Prospective 10 Information La connaissance du territoire La communication et l amélioration de la gestion Connaissance L action et son suivi La stratégie Compréhension Décision Évaluation Veille Mise en réseau SOURCE : Enquête Pacte Territoires, Observatoires territoriaux Fréquence de registre de l observation territoriale sur un échantillon de 185 dispositifs d observation enquêtés. SOURCE : E.Roux 2010 Fig Deux tendances se font jour en parallèle : l affirmation grandissante de la dimension partenariale et de la coopération formelle et/ou informelle entre acteurs professionnels (et territoriaux), ainsi que la perspective grandissante d observatoires à vocations de plus en plus opérationnelles. Ces deux nouveautés impliquent quelques enjeux pour l observation ; celui notamment de la connaissance renouvelée des territoires. En effet, si les dynamiques métropolitaines sont étudiées, les problématiques qui leur sont associées sont loin d être épuisées. Le constat vaut avec plus d acuité encore pour les espaces périurbains et ruraux. Un autre enjeu est sans conteste la capacité de médiation des observatoires, médiation entre acteurs pour permettre un rapprochement de différentes visions : technique, politique, mais aussi administrative et financière, et enfin citoyenne. L observation territoriale est ainsi amenée à se démocratiser, innover et évoluer encore. Emmanuel Roux, université Grenoble 1, UMR PACTE Territoire Fort Moyen Faible Quelques précautions pour une observation territoriale de qualité Analyser des dynamiques est riche d enseignement, mais il est nécessaire pour cela de prendre suffisamment de recul temporel afin de s assurer de saisir des tendances et non des variations conjoncturelles qui fausseraient le diagnostic. La comparaison de données brutes entre territoires peut cacher des effets structurels qu il est nécessaire d identifier, car ils peuvent induire des analyses inexactes. Les indicateurs comportent parfois des limites relatives au champ du domaine étudié qu il est utile de connaître pour relativiser l analyse ou pour chercher un point de vue complémentaire. Enfin, il faut savoir que la maille d observation peut influencer le résultat si elle n est pas pertinente au regard du thème étudié. De même, si les mailles ne sont pas homogènes, il existe un risque de biais qui peut être résolu par différentes techniques de traitement de la donnée. C est le cas notamment lorsqu on étudie les inégalités spatiales. Les découpages administratifs ont l avantage de correspondre souvent à des périmètres de gouvernance mais comportent aussi des risques de biais car ils n ont pas été construits de façon homogène : l usage du lissage, de l anamorphose ou encore du carroyage permet ainsi de limiter ce risque. Odile Bovar a été responsable de l Observatoire des territoires jusqu en mai Elle est en charge actuellement de la mission moyen terme du Cnis. 100% évolutions tendancielles SOURCE : E.Roux 2010 Fig. 3 Vocation Opératoire Décider, agir Connaître Comprendre, anticiper, communiquer Coopérer Décider, agir 100% réglementaire technique mixte politique avant à à à 2007 après 2008 SOURCE : Enquête Pacte Territoires, Observatoires territoriaux N Septembre 2012 AdCF Intercommunalités

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu direction générale des Infrastructures des Transports et de la Mer Certu L Enquête Déplacements VILLES MOYENNES Politique des Transports pour voir loin, autant voir clair Avant d engager la collectivité,

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 185000 habitants Val-de-Marne Dans le cadre de la montée en charge de la CASA Recrute par voie de mise à disposition

Plus en détail

La gestion des crédits de la politique de la ville

La gestion des crédits de la politique de la ville GESTION DES CRÉDITS DE LA POLITIQUE DE LA VILLE 143 La gestion des crédits de la politique de la ville Saisie sur le fondement de l article 58-2 de la loi organique relative aux lois de finances, la Cour

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA POSTE Société Anonyme au capital de 3.400.000.000 euros, dont le siège social est situé 44 Boulevard de Vaugirard 75757 PARIS cedex 15, immatriculée au RCS Paris

Plus en détail

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9).

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9). Projet de loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles Les propositions de l Union sociale pour l habitat Ce premier projet de loi concentre de nombreux éléments

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Le tableau de bord :unoutil pour connaître et comparer

Le tableau de bord :unoutil pour connaître et comparer N 10 - JUILLET 2005 Agglomérations et Pays en Nord-Pas-de-Calais Le tableau de bord :unoutil pour connaître et comparer Au 1 er janvier 2005, 93% de la population du Nord-Pas-de-Calais vit dans une commune

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Julien Roissé Chargé du SCoT du Pays du Mans Référent technique Grand Ouest de la Fédération Nationale des SCoT Séminaire SCoT Energie Bordeaux 04 novembre 2014

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Alsace

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Alsace Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Alsace 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques géographiques

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER MARDI 19 FEVRIER

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC I PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC CAHIER N 1 / AVRIL 2015 LANCEMENT DE LA PROCÉDURE Le a pour objectif de définir un projet urbain

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Prudence dans la fonction publique territoriale Sur fond de stabilisation des effectifs, une collectivité sur deux remplacera l intégralité

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Lancement d une grande enquête ménage déplacements

Lancement d une grande enquête ménage déplacements Lancement d une grande enquête ménage déplacements CONTEXTE DE L ENQUETE MENAGES Une «enquête ménage déplacements» est un recueil de données qui permet de disposer d'informations précises sur les pratiques

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 Conduire son schéma de mutualisation des services ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 1 Proposition d une méthodologie pour conduire son schéma de mutualisation des services

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail