Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise"

Transcription

1 FIXAGE Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise Matinale de la SFEV du Vendredi Emmanuel TASSIN Actuaire qualifié & Associé de FIXAGE 11, avenue Myron Herrick Paris - France Téléphone Télécopie Mél : - Site internet : Société anonyme au capital de SIRET Code APE 6202A Numéro d identification intracommunautaire (IUD) : FR

2 Sommaire 1. Présentation de FIXAGE 2. Les engagements sociaux postérieurs à l emploi 3. Les références principales 4. Les principales mesures actuarielles et hypothèses 5. Détermination de l obligation 6. Sensibilité des engagements sociaux aux hypothèses 7. Vers une vision plus économique 1

3 1. Présentation de Fixage Activité : FIXAGE travaille régulièrement avec plus de deux cents clients, dont une majorité de caisses de retraite, de fonds de pensions, de compagnies d assurance, de mutuelles et de grandes entreprises. FIXAGE accompagne de nombreuses sociétés pour l évaluation des avantages accordés à leurs salariés (tarif agents, Indemnités de fin de carrière, Médailles du travail). FIXAGE intervient régulièrement dans des évaluations dans le cadre de transaction (vente de société). Actionnariat : FIXAGE et ses filiales sont des sociétés de conseil indépendantes. Leur capital est réparti entre les actuaires associés, qui sont également les principaux collaborateurs (Michel PIERMAY, Pierre MATHOULIN et Emmanuel TASSIN). Quelques chiffres : FIXAGE et ses filiales, sociétés entièrement dédiées à l actuariat conseil, regroupent environ 50 collaborateurs, majoritairement actuaires, et réalisent un chiffre d affaires de plus de 5 millions d euros (honoraires hors taxes). Clientèle : FIXAGE compte plus de deux cents clients réguliers (entreprises industrielles, compagnies d assurance, institutions de prévoyance, mutuelles, régimes collectifs d épargne salariale ou de retraite). 2

4 2. Les engagements sociaux postérieurs à l emploi Parmi les engagements postérieurs à l emploi, il y a en particulier : les indemnités de fin de carrière ; les régimes de retraite supplémentaire ; les médailles du travail ou autres gratifications ; les indemnités de rupture de contrat de travail ; le maintien pour les retraités des régimes de santé. L évaluation comptable dépend de la nature du régime : Pour les régimes à cotisations définies, les cotisations sont directement enregistrées en charges, l indication du montant comptabilisé est retrouvé en annexe du bilan. Pour les régimes à prestations définies (tous les régimes autres que cotisations définies), la comptabilisation est faite au fur et à mesure des services rendus. Les informations à faire figurer en annexe sont nombreuses et détaillées. 3

5 3. Les références principales Dans les normes IFRS, les «avantages au personnel» sont couverts par la norme IAS 19 et les «Paiements par capitaux» par la norme IFRS 2. Dans les normes américaines US GAAP, les régimes de retraite étaient visés par la norme FAS 87 et les régimes maladies par la norme FAS 106. En France : article L du Code du Commerce ; article du règlement n du Comité de la Réglementation Comptable ; recommandation n 2003-R.01 du 1 er Avril 2003 du Conseil National de la Comptabilité. La norme IAS 19 préconise trois méthodes de valorisation : projected Unit Credit Method («méthode de référence» mal adapté au système français) ; projected Unit Credit Method with service prorate («méthode prospective» mieux adaptée au système français) ; projected Unit Credit Method with acquisition prorate (méthode spécifique à certains régimes). 4

6 4. Les principales mesures actuarielles et hypothèses Valeur actuelle des flux probables (VAPF) : valeur actuelle des flux futurs. Droits passés : quote-part des droits correspondant aux services rendus dans le passé. Valeur de marché des actifs financiers. Les hypothèses actuarielles : le taux d actualisation des prestations futures est choisi par référence aux obligations d entreprises à long terme de première catégorie ; Le principe de l'actualisation est rappelé à l'article 55 : «Les obligations sont évaluées sur une base actualisée, car elles peuvent être réglées de nombreuses années après que les membres du personnel ont rendu les services correspondants.» Le principe de détermination des taux d'actualisation est donné par l'article 83 :«Le taux à appliquer pour actualiser les obligations au titre des avantages postérieurs à l emploi (qu il s agisse de régimes financés ou non) doit être déterminé par référence aux taux de rendement, à la fin de la période de présentation de l information financière, du marché des obligations de sociétés de haute qualité. 5

7 4. Les principales mesures actuarielles et hypothèses (suite) La notion de "Haute qualité" (on parlait de "première catégorie" dans la précédente version d'ias 19) n'est pas définie par la norme. L'institut des actuaires recommande de s'appuyer sur les titres d'entreprises dont la notation est AAA ou AA. Cette position est par ailleurs celle de l'amf, qui dans sa recommandation , rappelle qu'il est "communément admis qu'il s'agit des obligations AAA et AA".» Les hypothèses actuarielles : (suite) les taux de revalorisation des salaires se doivent de traduire la politique salariale de long terme ; la table de turnover doit refléter le comportement observé par âges et par catégories de rotation du personnel ; la mortalité fait l objet d études spécifiques (en particulier pour les régimes prévoyant le versement de rentes). 6

8 4. Les principales mesures actuarielles et hypothèses 4,00 Courbes des taux f i aout ,50 3,00 2,50 2,00 1,50 1,00 0,50 0, Corpo A Corpo AA a IA CNO b sé su A les swap Fourche> e S ACEI 5 ans Fouche> e SCEI 10 ans Fouche> e SCEI 15 ans Fouche> e SCEI 20 ans 7

9 5. Détermination de l obligation l obligation est déterminée par salarié : VAPF par salarié : Montant estimé devant être payé à l âge de départ en retraite : M x Probabilité de présence (turnover et table de mortalité) : p% VAPF = Valeur actuelle x probable des prestations 1/(1+taux) futures l engagement est ensuite déterminé par salarié : durée résiduelle Engagement par salarié : VAPF par salarié *ancienneté actuelle/ancienne totale la dette actuarielle est obtenue par sommation des engagements par salarié : Dette actuarielle : Dette actuarielle = engagements / salarié La provision (ou l actif net) est déterminée par différence entre la dette actuarielle et la valeur des actifs du régime Deficit ou surplus : dette actuarielle juste valeur des actifs du régime Le déficit est provisionné au bilan Le surplus peut être inscrit à l actif (après calcul du plafonnement) 8

10 6. Sensibilité des engagements sociaux aux hypothèses Exemple : Les salariés d une entreprise bénéficient du régime d indemnités de fin de carrière. Le régime consiste à verser un capital aux salariés lors de leur départ en fin de carrière, le capital versé dépend de l ancienneté, du salaire de référence, de la convention collective et de la modalité de départ de l entreprise. FIXAGE a étudié la sensibilité de l engagement de l entreprise (DBO) aux principales hypothèses : 9

11 6. Sensibilité des engagements sociaux aux hypothèses (suite) Toute valorisation doit s accompagner d une étude de sensibilité aux hypothèses. 10

12 7. Vers une vision plus économique Dans le cadre d une transaction, plusieurs approches très différentes peuvent être retenues : Ne pas évaluer de provisionnement spécifique de ces avantages post-emploi en considérant que la charge annuelle projetée dans le plan de développement tient compte du coût de ces avantages (vision par «répartition» cohérente avec une valorisation de la société à partir du cash-flow et des résultats dégagés dans son plan de développement et avec un effectif stable) Vision comptable : on retient une valorisation des avantages post-emploi conforme à une norme comptable, telle IAS 19 (même si les normes comptables n ont pas une approche suffisamment économique du fait de leur caractère «normé» : elles sont destinées à la communication financière et sont censées assurer la comparabilité des société entre elles) Vision comptable consolidé : on cherche avant tout à contrôler la communication financière de l entité qui achète et on privilégie la mesure de l effet de l arrivée de la nouvelle société dans le périmètre consolidé. On retreindra alors une valorisation de type IAS 19 avec des paramètres et hypothèses cohérents avec ceux de l acheteur. Vision économique : les méthodes sont beaucoup moins normées et permettent de prendre en compte les particularités de l entreprise et de son marché. Vision extrême : allant au delà des seuls avantages post-emploi (en retenant par exemple le coût d un PSE). Cette visions s oppose au «going concern» des normes IFRS 11

Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise

Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise Au sommaire Introduction Les cinq composantes du passif social L audit des engagements sociaux : impact sur la reprise Illustration

Plus en détail

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Août 2010 Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Madame, Monsieur, Le projet de réforme des retraites a été adopté par le Gouvernement le 13 juillet, puis

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise. Atelier Solution

Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise. Atelier Solution Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise INTERVENANTS : Serge ANOUCHIAN Expert-Comptable et Commissaire aux Comptes

Plus en détail

Norbert GAUTRON Actuaire Associé ngautron@winter-associes.fr Cabinet WINTER www.winter-associes.fr 45-47 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Cedex

Norbert GAUTRON Actuaire Associé ngautron@winter-associes.fr Cabinet WINTER www.winter-associes.fr 45-47 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Cedex LA MISE EN PLACE DANS LES ENTREPRISES DE LA NORME IAS SUR L'EVALUATION DES DETTES DE RETRAITE Norbert GAUTRON Actuaire Associé ngautron@winter-associes.fr Cabinet WINTER www.winter-associes.fr 45-47 Avenue

Plus en détail

Les fondamentaux d IAS 19 à travers l actualité

Les fondamentaux d IAS 19 à travers l actualité Les fondamentaux d IAS 19 à travers l actualité Conférence IMA 28 mars 2013 Emmanuelle Levard-Guilbault Sommaire Définitions et catégories d avantages du personnel Régimes à prestations définies : détermination

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

CEA mémoire de fin d études

CEA mémoire de fin d études CEA mémoire de fin d études LA TRANSFORMATION ET L EXTERNALISATION D UN RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE À PRESTATIONS DÉFINIES, DE DIFFÉRENTS POINTS DE VUE *** Impacts du référentiel et du contexte économique

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil. Actuaires en assurance de personnes et IARD

Aprecialis Actuariat conseil. Actuaires en assurance de personnes et IARD Actuariat conseil Actuaires en assurance de personnes et IARD une démarche efficace L objectif Les consultants d Aprecialis ont toujours pour objet la vérité technique. Ils explicitent les enjeux et les

Plus en détail

104 MICHELIN DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013

104 MICHELIN DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013 L ILT est différé car il est bloqué et ne pourra être versé qu entre la 5 e et la 9 e année suivant l exercice de référence, sauf révocation de mandat pour faute de gestion. Le coût maximum plafonné de

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

Ci-contre : le graphique comparatif du barème IFC original "Minima légaux" avec le lissage des indemnités selon la méthode PUC.

Ci-contre : le graphique comparatif du barème IFC original Minima légaux avec le lissage des indemnités selon la méthode PUC. LEAifc Groupe - SECOIA 1999-2011. Logiciel d'evaluation Actuarielle des engagements sociaux différés des entreprises au titre des Indemnités de Fin de Carrière (Départ volontaire ou Mise à la retraite)

Plus en détail

PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE

PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE PROJET D ACCORD PORTANT MISE EN PLACE D UN REGIME DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE «GROS RISQUE» (INCAPACITE, INVALIDITE, DECES) AU NIVEAU DU GROUPE Comité de Groupe du 10 décembre 2014 Le projet Protection

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI?

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI? QU EST-CE-QUE?, Logiciel Actuariel de Simulation et d Evaluation de Retraites, est un logiciel d évaluation des engagements au titre des Indemnités de Départ en Retraite, des Prestations d Ancienneté et

Plus en détail

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES Préambule I. Faits marquants Page 6 II. Principes comptables, méthodes d'évaluation et modalités de consolidation II.1. Principes et conventions générales Page 6 II.2.

Plus en détail

LES INDEMNITÉS DE FIN DE CARRIÈRE

LES INDEMNITÉS DE FIN DE CARRIÈRE LES INDEMNITÉS DE FIN DE CARRIÈRE Présentation pour : Ordre des Experts Comptables mardi 11 mai 2010 Intervenant(s) : Caroline DUJEUX et Thierry BINETRUY AG2R LA MONDIALE Sommaire Présentation du groupe

Plus en détail

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit 6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2008 89 Dettes envers la clientèle 6.8. Actifs financiers détenus jusqu

Plus en détail

CREAI RHONE ALPES. 75 Cours Albert Thomas 69447 LYON Cedex 03 ETATS FINANCIERS. du 01/01/2012 au 31/12/2012

CREAI RHONE ALPES. 75 Cours Albert Thomas 69447 LYON Cedex 03 ETATS FINANCIERS. du 01/01/2012 au 31/12/2012 CREAI RHONE ALPES 75 Cours Albert Thomas 69447 LYON Cedex 03 ETATS FINANCIERS du 01/01/2012 au 31/12/2012 Sommaire Attestation de Présentation 2 Bilan Association 4 Annexes 17 annexe 2012 suite 25 CABINET

Plus en détail

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 AGEFOSPME Guadeloupe EXERCICE 2006 AGEFOSPME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE L EXERCICE Un nouveau logiciel comptable a été mis en place en 2006 «Qualiac Fonctionnement»

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

FIXAGE. Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées

FIXAGE. Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées FIXAGE Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées Intervention de Stéphane BONIN Deauville, le 20 septembre 2012 Journées d étude de l Institut des Actuaires et du SACEI 11,

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES

MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE BILANS COMPTES DE RESULTAT TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES

Plus en détail

Commerçant, artisan, professionnel indépendant,

Commerçant, artisan, professionnel indépendant, Commerçant, artisan, professionnel indépendant, vous êtes l homme clé de votre entreprise et de votre foyer. Bien avisé, vous avez souscrit des assurances pour protéger votre voiture, votre domicile, votre

Plus en détail

PHILOS OPHIA. Assurez en toute sérénité le départ de vos salariés

PHILOS OPHIA. Assurez en toute sérénité le départ de vos salariés PHILOS OPHIA Assurez en toute sérénité le départ de vos salariés PHILOS OPHIA Transformer une obligation légale en un excellent outil de fidélisation de vos salariés et bénéficier d avantages fiscaux conséquents

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!!

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! Intervenants Eric DELESALLE Expert-comptable, Président de la Commission de droit comptable du Conseil Supérieur Hervé QUERE Chef de section

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

GROUPE. Rapport Semestriel

GROUPE. Rapport Semestriel GROUPE Rapport Semestriel Au 30 juin 2015 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE CONSOLIDATION...

Plus en détail

R-3492-2002 - Phase 2 CRÉDIT DE RETRAITE. Original : 2003-08-14 HQD-5, Document 11 Page 1 de 5

R-3492-2002 - Phase 2 CRÉDIT DE RETRAITE. Original : 2003-08-14 HQD-5, Document 11 Page 1 de 5 CRÉDIT DE RETRAITE Page de Le Régime de retraite d Hydro-Québec est un régime de retraite contributif à prestations déterminées, de type fin de carrière. Ce régime est enregistré auprès de la Régie des

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Rémunération des dirigeants mandataires sociaux et programme de stock-options

Rémunération des dirigeants mandataires sociaux et programme de stock-options Rémunération des dirigeants mandataires sociaux et programme de stock-options Le Conseil d Administration du 28 juillet 2010 a nommé Présidente de la Société à compter du 1 er août 2010, pour la durée

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

FIXAGE. «National pop-up» : vers une renationalisation de la gestion obligataire des compagnies d assurance

FIXAGE. «National pop-up» : vers une renationalisation de la gestion obligataire des compagnies d assurance FIXAGE «National pop-up» : vers une renationalisation de la gestion obligataire des compagnies d assurance Intervention de Michel PIERMAY Deauville, le 26 septembre 2014 Journées d études de l Institut

Plus en détail

Profiter pleinement de la vie

Profiter pleinement de la vie S A L A R I É Profiter pleinement de la vie Préservez votre avenir et celui de vos proches Un programme de prévoyance sur mesure > Un audit prévoyance personnalisé Chaque client est unique. Aussi, nous

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE Conditions d exonération des charges sociales PARTIE 1 : CONDITIONS D EXONERATION DE CHARGES SOCIALES DES REGIMES DE PREVOYANCE ET RETRAITE La

Plus en détail

PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS

PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS Vous êtes dirigeant d entreprise. Vous choisissez de souscrire un régime de prévoyance pour vos salariés cadres. Le PLAN CADRES

Plus en détail

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI?

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI? QU EST-CE-QUE?, Logiciel Actuariel de Simulation et d Evaluation de Retraites, est un logiciel d évaluation des engagements au titre des Indemnités de Départ en Retraite, des Prestations d Ancienneté et

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010 Septembre 2011 Cécile BAZIN Marie DUROS Henitsoa RAHARIMANANA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS COMPLÉMENT DE RETRAITE Février 2006 Extension Retraite Supplémentaire Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise Extension Retraite

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

RECOMMANDATION. n 2013-02 du 7 novembre 2013

RECOMMANDATION. n 2013-02 du 7 novembre 2013 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil

Aprecialis Actuariat conseil Actuariat conseil des prestations adaptées Les domaines Aprecialis intervient sur la totalité de la technique assurantielle, en individuel ou collectif : En assurances de personnes : assurance vie en uros

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

expertise complète pour vos projets

expertise complète pour vos projets Choisissez une expertise complète pour vos projets d entrepreneur > Une vision globale pour bien assurer >toute l entreprise et la vie privée. > ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCES DES BIENS Obligations

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES AVANTAGES AU PERSONNEL La présente note vient en appui à l instruction n 2 du 29 octobre 2009 portant première application

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) Les principales évolutions du CET 1994 : LOI Giraud -Légalisation du report des CP -Lutte contre le chômage 2000 : LOI Aubry - Accompagnement de la mise en place des 35 heures

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur?

Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur? Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur? Normes comptables internationales et «libres choix de l Employeur» Nicolas Girardoz 22 mars 2013 2013 Towers Watson. All rights reserved. Sommaire

Plus en détail

Projet DSN Modalités de déclaration des régularisations de cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2

Projet DSN Modalités de déclaration des régularisations de cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2 Projet DSN Modalités de déclaration des régularisations de cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2 13 février 2014 Sommaire Introduction Modifications apportées au Cahier Technique

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013 Juin 2014 Cécile BAZIN Marie DUROS Guillaume PREVOSTAT Amadou BA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie

Plus en détail

FIXAGE. L équité intergénérationnelle dans les réformes des institutions d assurance et de retraite. Intervention de Michel PIERMAY

FIXAGE. L équité intergénérationnelle dans les réformes des institutions d assurance et de retraite. Intervention de Michel PIERMAY FIXAGE L équité intergénérationnelle dans les réformes des institutions d assurance et de retraite Intervention de Michel PIERMAY Deauville, le 3 octobre 2013 Journées d études de l Institut des Actuaires

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO

PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO Ingénierie Sociale Sommaire 1. Ingénierie Sociale 2. Qu est-ce que l épargne salariale? PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO Les fonds solidaires La Gestion ISR 3. Les Indemnités de Fin de Carrière (IFC)

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Plan Gérants Majoritaires. La Retraite. La prévoyance et la retraite. des Gérants Majoritaires

Plan Gérants Majoritaires. La Retraite. La prévoyance et la retraite. des Gérants Majoritaires Plan Gérants Majoritaires La Retraite La prévoyance et la retraite des Gérants Majoritaires Les garanties prévoyance du Plan Gérants Majoritaires vous permettent de protéger votre famille en cas de décès,

Plus en détail

Bilan du dispositif de LABELLISATION au 10 mai 2014

Bilan du dispositif de LABELLISATION au 10 mai 2014 Rappel du Contexte Le CTP Central réuni le 17 décembre 2012 a émis un avis favorable sur le choix du dispositif de la LABELLISATION (choix des salariés parmi les contrats agréés). Après avis des CTP du

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des avantages du personnel et les informations à fournir à leur

Plus en détail

[REGLEMENT DU REGIME D INDEMNITE DE FIN DE CARRIERE]

[REGLEMENT DU REGIME D INDEMNITE DE FIN DE CARRIERE] [REGLEMENT DU REGIME D INDEMNITE DE FIN DE CARRIERE] CREPA Institution de Prévoyance régie par les dispositions du Titre III du Livre IX du Code de la sécurité sociale N Siret : 784 411 175 00028 80 rue

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Rémunérations et avantages versés aux dirigeants et mandataires sociaux

Rémunérations et avantages versés aux dirigeants et mandataires sociaux GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Rémunérations et avantages versés aux dirigeants et mandataires sociaux 2/ / 2.2 Rémunérations et avantages versés aux dirigeants et mandataires sociaux Les tableaux insérés aux

Plus en détail

États financiers pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES Au 31 décembre 2008

États financiers pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES Au 31 décembre 2008 États financiers pour le RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES FONDS NON PUBLICS DES FORCES CANADIENNES Au 31 décembre 2008 RAPPORTS DES VÉRIFICATEURS Au président et aux membres du comité du Régime de retraite

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES Capital Réserves Résultat Capitaux propres Totaux Dont Part des tiers Au 1 er janvier 2005 873.168 3.551.609-842.682 3.582 095 456.924 Affectation résultat 2004-842.682

Plus en détail

ARRÊTÉ DES COMPTES. Actualité Comptable- Points de vigilance F Morelli 28 Novembre 2012. En partenariat avec

ARRÊTÉ DES COMPTES. Actualité Comptable- Points de vigilance F Morelli 28 Novembre 2012. En partenariat avec 2012 ARRÊTÉ DES COMPTES Actualité Comptable- Points de vigilance F Morelli 28 Novembre 2012 Hôtel Saint James & Albany -Paris En partenariat avec Actualité comptable- points de vigilance 1. Exit tax 2.

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

ABCD. Carrefour. Rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur les conventions et engagements réglementés. Société Anonyme

ABCD. Carrefour. Rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur les conventions et engagements réglementés. Société Anonyme KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex Deloitte & Associés 185, avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine Carrefour Société Anonyme 33, avenue Emile Zola 92100 Boulogne-Billancourt

Plus en détail

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages ABCD Avenir Agricole et Rural Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le 31.08.2013 Montants exprimés en Euros Avenir Agricole et Rural Ce rapport contient 12 pages 2014 KPMG S.A., société anonyme

Plus en détail

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI?

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI? QU EST-CE-QUE?, Logiciel Actuariel de Simulation et d Evaluation de Retraites, est un logiciel d évaluation des engagements au titre des Indemnités de Départ en Retraite, des Prestations d Ancienneté et

Plus en détail

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel.

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. 2 011 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Sommaire. 3 Portrait 4 Comptes annuels

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES

AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES Malakoff Médéric et l APRP (Association pour la Promotion de la Retraite et de la Prévoyance fondée par les experts-comptables),

Plus en détail