ENSEIGNER, OU COMMENT ENTRER DANS UNE VERITABLE RELATION AVEC LES ELEVES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENSEIGNER, OU COMMENT ENTRER DANS UNE VERITABLE RELATION AVEC LES ELEVES?"

Transcription

1 IUFM ACADEMIE DE MONTPELLIER SITE DE NÎMES DELERIA CHAYOUX CARMEN ENSEIGNER, OU COMMENT ENTRER DANS UNE VERITABLE RELATION AVEC LES ELEVES? TUTRICE : PROFESSEUR D ESPAGNOL AGNES POITEVIN EN CLASSE DE 4EME ET DE 1ERE ASSESSEUR : A L INSTITUT BELLEVUE (ALES ) ISABELLE BOUAILLON Année 2002 / 2003

2 Résumé (français) : Lorsque l on est jeune professeur, on n imagine pas combien il peut être difficile d instaurer une relation avec les élèves. C est à partir de nos erreurs,de notre première expérience et des conseils que l on nous donne, que nous allons,au fur et à mesure, créer et vivre cette relation. Resumen ( español ) : Cuando somos profesores jóvenes, no podemos imaginarnos cuánto es difícil instaurar una relación con los alumnos. Es a partir de nuestros errores,de nuestra primera experiencia y de los consejos que nos dan a partir de los que vamos, poco a poco, a crear y vivir esta relación. Mots clés : ENSEIGNEMENT COMMUNICATION RELATION

3 NOTES DU JURY

4 SOMMAIRE INTRODUCTION IERE PARTIE : COMMENT APPREHENDER LA RELATION AVEC LA CLASSE? A) L enseignant face à son ressenti B) Le besoin d instaurer des règles de vie C) L élève au sein du groupe classe D) L effort d adaptation de l enseignant IIEME PARTIE : DE QUELLE FACON INSTAURER UNE COMMUNICATION AVEC LES ELEVES? A) Un contexte favorable B) Le «savoir-être» de l enseignant C) Une mise en confiance D) Les applications en classe IIIEME PARTIE : POUR QUE DE L ENSEIGNEMENT NAISSE UNE RELATION A) L évolution d une relation entre enseignant et enseignés B) Le professeur n est pas tout seul

5 C) Le profil de «l enseignant idéal» CONCLUSION INTRODUCTION : Lundi 3 septembre. Nous prenons notre cartable et nous suivons le chemin de l école Cette année lorsque nous poussons la porte de la classe nous n allons pas nous asseoir derrière les bureaux des élèves. Nous sommes les enseignants C est à ce moment là que nous tous, les jeunes professeurs stagiaires, nous réalisons que nous sommes enfin de l autre côté! Mais que devons-nous faire pour devenir et être des enseignants, alors qu il y a à peine quelques mois nous étions encore des étudiants? Comment allons-nous acquérir ce savoir être qui nous permettra d évoluer comme le professeur d espagnol ou de français que nous avions admiré et adoré quand nous étions des élèves? C est en ces premiers instants de notre vie professionnelle que l on souhaiterait être à tout prix «le meilleur professeur du monde»! Mais qu est-ce que cela signifie? Nous essayons alors d imaginer l enseignant que l on voudrait être et celui qui s opposerait à nous - même. Lors d une journée de formation à l IUFM, nous avons tous eu l occasion d y réfléchir. Dans l ensemble, la sévérité, le laxisme, la domination de l adulte sur la personne de l élève,. ont été rejetés et tout le monde adhère plus ou moins à la même façon d enseigner.cependant, est-ce que chacun d entre nous va se comporter de la même manière dans la salle de classe? Est-ce qu on va tous avoir la même façon d être un professeur d espagnol? Bien sûr que non, puisque nous sommes tous des personnes différentes. De plus, nous allons avoir face à nous d autres personnes qui elles aussi possèdent leur propre identité. Ceci créera l exclusivité de chaque heure de cours de chaque professeur

6 Au cours de ces heures «exclusives» va naître une relation entre les élèves et nous.comment allons-nous l utiliser? la gérer? en faire un atout dans notre métier? Comment arriver à ce que notre enseignement se construise essentiellement sur notre relation avec les élèves? Ces questions me conduisent à m interroger sur la place qu occupe la relation humaine dans tout enseignement. Lorsque je cherche la définition de «relation» je trouve : «lien existant entre deux choses ; lien de dépendance ou d influence réciproque entre des personnes» ( Le Petit Robert). Je me dis alors que l enseignement en est essentiellement fondé.pour ce dernier, je trouve dans le même dictionnaire : «action,manière, art de transmettre des connaissances».cette définition me rappelle aussitôt celle d un terme qui va s associer au reste : la communication («fait d établir une relation avec quelqu un, échange»).c est avec surprise que je m aperçois que «relation», «enseignement» et «communication» sont à la fois complémentaires et indissociables. A moi de voir maintenant comment il est possible à travers la «transmission de mes connaissances» d instaurer une relation effective et durable avec les élèves. Il me reste à réfléchir à la façon avec laquelle je vais procéder pour que mon enseignement soit avant tout une relation et une communication avec la classe.

7 Iere PARTIE COMMENT APPREHENDER LA RELATION AVEC LA CLASSE? A) L enseignant face à son ressenti : Il est difficile d entrer en classe en étant nous-même tel que nous le sommes dans la vie privée. Et pourtant, cela nous aiderait sans doute Cependant, le premier jour de notre vie où nous enseignons, nous devons faire abstraction de notre ressenti. Ce jour-là, le stress nous envahi et l appréhension de tout faire de travers nous obsède. C est le premier jour que beaucoup de choses s instaurent. Nous avons été nombreux à avoir pensé que nous avions tout raté! Lorsque j imaginais le premier contact avec mes élèves, je voyais ces trente paires d yeux fixés sur moi qui attendaient la moindre de mes défaillances Je me disais aussi qu ils attendaient forcément quelque chose de moi.c est après plusieurs semaines partagées avec eux, que j ai compris que ce jour là, eux aussi ils avaient une certaine appréhension à découvrir leur nouveau professeur d espagnol. Ce premier partage m a rassuré. Il me restait à répondre à leurs attentes Dans les premières semaines, je craignais quelquefois de pas savoir maîtriser la classe entière. J ai du mal à être sévère avec les élèves.peut être est-ce une crainte que les élèves ne m aiment pas? La classe de 4eme A, de l Institut Bellevue à Alès, est composée de six redoublants qui conduisent facilement le groupe vers le chahut! Il

8 m est arrivé de ne pas avoir réagi comme il aurait fallu face à certaines situations de «débordement». Comme pour la dernière séance avant les vacances de Noël où les élèves ont profité des activités ludiques (mise en pratique du jeu «des chiffres et des lettres» afin d utiliser «usted»)(annexe 1)pour faire plus de bruit que d habitude Cela venait sans doute d une mauvaise gestion de la classe, mais aussi de l activité. Il est difficile de se maîtriser quand un facteur extérieur (énervement sur la route,altercation avec un autre enseignant, ) vient influencer notre comportement. Au bout de quelques temps, nous connaissons bien certains élèves, mais eux aussi nous connaissent! Un matin, à ma manière de fermer la porte,eddy, un élève de 4 A, m a fait remarquer que j étais énervée!au cours de la même heure, je ne supportais pas la façon dont me parlait Mohamed ; je me suis emportée et me suis placée en situation de conflit. Je suis sortie de la salle de classe très déçue de mon comportement,et après y avoir réfléchi quelques minutes, j ai pris conscience de mon manque de maîtrise sur moimême. Parfois, je me rends compte que pour certaines heures de cours, j ai plutôt veillé à mon comportement, alors que pour d autres séances je n y ai pas du tout pensé.cela vient peut-être du fait que dans ce caslà, je m attarde plutôt sur la didactique et je me soucie davantage des étapes du cours, de la participation des élèves, Il est difficile de penser à tout et de tout mettre en pratique en même temps quand on débute! Le plus dur est que tout cela paraisse naturel Il en est de même pour mes déplacements en classe. Etant de nature assez réservée, au début j ai eu du mal à ce qu ils soient naturels. De plus, dans les salles de classe qui accueillent la 4 A, l espace est assez réduit, les cartables jonchent le sol, les élèves sont en rangs d oignons, Malgré cela, j éprouve le besoin de me déplacer, même si pour moi c est moins évident en collège qu en lycée. En effet, avec la classe de 1 S, les conditions ne sont pas les mêmes. Ils sont moins nombreux (18 en 1 et 30 en 4 ), et le contact est plus vite passé avec eux.

9 B) Le besoin d instaurer des règles de vie de classe. En début d année, j ai donné rapidement aux élèves de 4 un code de fonctionnement de travail et de sanctions ( des barres pour un travail non fait ou du chewing-gum mâché en classe, des devoirs supplémentaires à faire signer par les parents, ). Mais au bout de quelques mois, j ai réalisé que je devenais de moins en moins stricte avec eux. Mon manque de rigueur à provoqué chez eux, un laisseraller (certains n amenaient plus leur livre, d autres ne faisaient plus leurs exercices, ). Je leur faisais confiance mais ils manquaient sans doute de directives et d autorité. Quand le relâchement se faisait ressentir, je leurs faisais part de mon mécontentement et je revenais sur les règles instaurées et je redevenais plus sévère. Je pense que le problème vient de l écart de niveau entre mes deux classes. Avec les élèves de la 1 S, il n y a pas eu besoin d un contrat, ni de menaces de sanctions. Ils savent que s ils n ont pas leur matériel ce sont eux qui se punissent eux-mêmes. Il y a eu entre nous une relation de confiance dès le début de l année.je «leur fais confiance». Je vais devoir apprendre à m adapter aux différentes classes d âges des élèves, afin de savoir quand il faut être sévère et quand on peut être plus conciliant. Je crois que l enseignant doit s adapter au profil de sa classe, mais il peut également faire valoir sa façon de travailler. C est lors de mon stage en pratique accompagnée, au collège du Sacré Cœur à Nîmes, que je me suis rendue compte de la nécessité et de l efficacité d une série de «rituels» à l entrée en classe. En début d année, je trouvais ça un peu désuet. Mais je me suis aperçue que le simple fait d accueillir ses élèves sur le pas de la porte ou de leur demander de rester debout jusqu à ce que le silence arrive, permettait de canaliser déjà certains agités et «de les inviter» au cours d espagnol. Le premier jour, et les jours suivants, je n y ai pas pensé. Aujourd hui je regrette un peu de n avoir rien instauré de tel, car le faire en cours d année est plus difficile.je réalise également que ces «rituels» m auraient fait gagner quelques heures de travail et m auraient sans doute permis de démarrer autrement avec les élèves de 4 A.

10 C) L élève au sein du groupe classe. Lorsque nous débutons nous ne tenons compte que de la relation évidente qui se crée entre eux et nous ; nous nous considérons essentiellement,«les élèves» et «l enseignant», comme deux entités qui vont échanger des connaissances. Notre première crainte est de devoir «affronter» un groupe face auquel nous sommes seuls. Mais est-ce que les élèves que nous avons en face de nous forment vraiment un groupe?est-ce qu ils ont l impression de former une unité?c est les questions que je dois me poser quand je considère «la classe» dans sa globalité. Face aux élèves de la classe de 4 A, j ai rapidement remarqué que des «clans» s étaient formés dès le début de l année. Il m était difficile de m adresser à eux en ignorant ce caractère particulier.j ai du essayer de comprendre pourquoi ces «clans» existaient.très vite j ai pu constater que les «redoublants» se sentaient en terrain conquis, que les timides s étaient réfugiés aux premiers rangs et qu un élève en difficulté,axel, était le bouc émissaire des autres. J avoue que de temps en temps je n arrivais pas à gérer tout çà! D un côté, je ne me suis plus sentie seule face aux élèves, mais j avais alors un autre problème, plus délicat, celui d Axel. Dès que je prononçais son prénom tous les autres se mettaient à rire, lui lançaient de mauvaises plaisanteries, Le malaise d Axel est devenu le mien dans la mesure où j étais gênée pour lui chaque fois que je l interrogeais. L exemple d Axel est sans doute bien particulier. Toutefois,je pense qu il est difficile, surtout pour nous qui découvrons le métier d enseignant, de bien agir face à trente adolescents qui vivent tous un moment délicat de leur vie. Lorsqu on enseigne une langue vivante, on demande aux élèves de participer, de s exprimer mais ils ne sont pas tous bien disposés à le faire et à le vivre.sont-ils tous à l aise dans leur classe?s entendent-ils avec tout le monde? Il ne m a pas été facile de faire parler une rangée de jeunes filles très timides, toutes installées au premier rang. Elles me parlaient à moi et uniquement à moi. Le travail sera long pour qu elles finissent par s exprimer à haute voix en s adressant à leurs camarades. Je crois qu il m incombe encore la tâche de les aider, tous, à prendre conscience qu ils forment un groupe et ce pour toute une année scolaire.

11 Dans la classe de 1 S, le problème était différent. Deux élèves, Marjorie et Benoît, refusaient l échange en cours. En début d année, ils ne voulaient pas répondre en espagnol quand je les interrogeais, puis n ont plus voulu répondre du tout. Je me suis aperçue dans leur copies qu ils avaient un bon niveau de langue et des propos perspicaces. Marjorie, elle,est plutôt une jeune fille posée, rêveuse qui ne semble pas à sa place dans une classe de «garçons bêtas»! Benoît, lui, est à la fois rebelle et timide. Je dois, il me semble, tenir compte de leur personnalité et adapter ma façon de travailler à ce qu ils sont.l effectif réduit de leur groupe (18) m aidera dans ma tâche. D) L effort d adaptation de l enseignant. Il arrive que la situation de communication soit faussée par un simple malentendu. Lorsque je prépare mon cours j ai une idée précise en tête.par exemple, lorsque nous travaillions sur un document en rapport avec l Andalousie en 1 S ( La Ruta del Califato, publicité)(annexe 2), je pensais pouvoir étudier la comparaison (tan como ; tanto como).les élèves ont plutôt été transportés par la magie des lieux évoqués et sont entrés dans une description détaillée. Je m obstinais dans mon objectif sans chercher à m adapter à leurs attentes. Cette fois-là, je n ai pas su les écouter. Je suis restée dans mon optique : avancer dans le cours! Avec les plus jeunes,en 4, l effort d adaptation est moins grand car ils ont moins de connaissances en espagnol.mais il m est arrivé d être surprise par une idée, un mot que je n attendais pas en abordant un document.( Casilia en une lecture de la B.D. de Quino Qué hora es? (Annexe 3),avait remarqué la monotonie de la vie du personnage.) On est quelquefois surpris par les capacités des élèves (bien heureusement!), cependant,il n est pas évident de pouvoir prendre en considération tous ceux qui demandent la parole.on ne peut pas interroger tout le monde. Ne va-t-on pas décourager certains si on ne leur permet pas de s exprimer? Si on s attarde trop à vouloir faire participer tous ceux qui le demandent, ne va-t-on pas stagner dans la progression du cours? Il nous appartient de délimiter les temps forts de l heure de cours, tout en suivant le rythme des élèves. Cependant,

12 je reste persuadée que certains élèves sont frustrés quand ils n ont pas «assez parlé», selon eux, ou que d autres auraient aimé que je les interroge même s ils n ont pas levé le doigt! C est à nous, encore une fois, d apprendre à déceler le langage du regard des élèves quand on connaît plus ou moins leur personnalité. II eme PARTIE DE QUELLE FACON INSTAURER UNE COMMUNICATION AVEC LES ELEVES? A) Un contexte favorable : Les dispositions matérielles ne nous semblent pas primordiales au début ( du moment qu on a une salle et des élèves! ). Pourtant je me suis rendue compte rapidement, qu une salle spacieuse, bien éclairée, bien tempérée, changeait beaucoup de choses au déroulement du cours. Comme je l ai dit plus haut,l agencement des salles que nous sommes tenus d utiliser en collège n est pas très pratique. Je dois donc m adapter à ce petit inconvénient. Le problème a été résolu pour la classe de Iere S. J ai réussi à obtenir une salle disposée en «U» pour les séances en classe entière. Pour celles qui ont lieu en demi- groupe, je mets à contribution les élèves qui doivent déplacer leur table à chaque début d heure. Cela les amuse et leur donne l impression de changer un peu leurs habitudes. J espère que par la suite cela les incitera davantage à communiquer entre eux et pas seulement avec moi. Cette nouvelle disposition en lycée, depuis le mois de janvier, facilite mes déplacements ; je me sens plus à l aise avec eux ( mieux encore, j ai vraiment la sensation «d être parmi eux»). Le problème des salles de cours se pose également lorsque nous devons tous ( élèves comme enseignants ) changer de lieu de travail à

13 chaque heure. Je ne remets pas en cause l organisation de l établissement, mais je remarque simplement que de nombreux professeurs souhaiteraient avoir «leur» salle ou tout au moins des salles communes à une même discipline. D autres préfèreraient qu une salle soit attribuée à chaque classe. Dans un cas, comme dans l autre, cela serait pratique pour nous, les enseignants de langue. Nous pourrions alors personnaliser les murs des salles ( affiches, exposés, photos, travaux divers, jeux faits en classe, ). Ceci permettrait aussi d afficher des panneaux sur lesquels on noterait, au fur et à mesure, des expressions courantes et utilisées souvent en classe ( «he olvidado mi cuaderno», «puedes repetir por favor?», «usted se ha equivocado», «teníamos que hacer», ). Cécile Jean, avec qui j ai travaillé durant mon stage de pratique accompagnée, utilise ce genre d affiche avec ses élèves de 4eme. J ai été très surprise de pouvoir observer que, dès le mois de Novembre, la plupart des élèves avait pris l habitude d employer bon nombre des expressions ainsi notées. Par la suite, j ai moi-même mis en pratique cette méthode et cela fonctionne très bien. L inconvénient est que je dois penser à accrocher et à décrocher l affiche toutes les heures! Ceci est, je pense, une bonne méthode pour impliquer l élève dans le déroulement du cours. Il va chercher à réemployer les formules écrites dans des situations différentes : il demande à un camarade de répéter, de parler plus fort, il me demande une explication, un renseignement, ainsi, toute la communication en classe se fait en espagnol ( même si l un d entre eux à besoin d un mouchoir!). Impliquer l élève. C est ce qu on nous demande principalement. Il faut donc avant tout, que ce que nous fassions les intéresse un minimum. Nous devons tenir compte du «triangle pédagogique» qu évoque Philippe Meirieu et bâtir notre enseignement sur la relation professeur/ élève, mais aussi prendre en considération le savoir transmis et surtout de quelle manière on le transmet..pour cela, nous devons essayer de trouver des documents et des activités variés. J essaie de construire des séquences très différentes, constituées de textes, de photos, de B.D, de chansons, Il est intéressant de remarquer combien les élèves sont contents lorsqu on leur propose un document en couleur. Cela change un peu! De plus c est aussi leur montrer qu on les respecte en leur donnant un document propre, beau et soigné. On entre alors, je pense, dans une relation de respect mutuel.

14 Je cherche à introduire un maximum d activités ludiques dans leur apprentissage de la langue car je me suis aperçue que souvent, dix minutes de jeu valaient mieux que trente d exercices ou de «rabâchage» grammatical. Par exemple, pour travailler la comparaison je faisais se lever deux élèves de tailles différentes et les autres devaient formuler une phrase avec «más que» ou «menos que». Quelques jours plus tard, lorsque j ai réactivé cette structure, ils ont tous su la réutiliser. Le jeu est très apprécié par les élèves ; ils n ont pas l impression de travailler! Agnès Poitevin, ma tutrice, se sert quelquefois du «Trivial Poursuite», en espagnol ou des devinettes pour revenir sur des points de grammaire ou apprendre des expressions idiomatiques, J ai essayé le «Bingo» pour revoir les nombres et cela les a enchanté! Le choix d un document, un contexte favorable, une activité variée, tout ceci favorise forcément la relation que l on instaure entre les adolescents et nous. Mais il faut aussi que chacune des personnes présentes dans la salle de cours (professeur ou élèves) soit «à l aise». A ce niveau, je crois que l enseignant a une grande part de travail à faire pour que tous se sentent prêts à communiquer les uns avec les autres. B) Le «savoir-être» de l enseignant. «Pour l enseignant prendre conscience des origines de sa propre peur sera peut-être un point de départ pour une possible révision» Claude P. Renaud Avant d être bien avec l autre, on doit être bien avec soi-même. Il faut que l on s interroge sur nos craintes, nos appréhensions, nos stress. Même si tous cela ne disparaît pas totalement, le simple fait d y réfléchir peut, je crois, nous aider. Il est nécessaire de revenir sur certains instants de notre enseignement ; se demander pourquoi à tel moment on a fait ceci ou cela ; analyser notre façon de faire au début et la comparer à maintenant. Pour cela le cahier de bord est sûrement un outil très utile : pour rire de nous-

15 même (!), comprendre que certaines méthodes ou façon de faire n apportent rien ou au contraire sont à refaire, Le travail de mise en commun fait au Centre de Formation Pédagogique(CFP) à Montpellier, nous permet justement de comparer nos problèmes, nos difficultés, mais aussi nos réussites avec de jeunes professeurs de toutes les disciplines. C est lors de ces journées au CFP ou à l IUFM, qu on nous a fait prendre conscience que suivre les étapes du cours et respecter notre préparation n étaient pas les seuls fondements essentiels de notre enseignement. En effet, le cours se construit sur la relation qu il y a entre le professeur et la classe, sur la communication établie. On découvre alors ( dans le Guide du praticien en PNL de L. Févre et G. Soto) que la communication est véhiculée par les mots ( entre 7% et 20%), la voix ( entre 30% et 38%) et tout ce qu on appelle le «non-verbal» ( entre 50% et 55%). A ma grande surprise,j ai noté que le «non-verbal» était très important dans la communication. A partir de cet instant, j ai essayé de travailler mon regard ( une véritable communication sans parole s instaure alors entre les élèves et moi), mes mimiques (pour élucider un mot, montrer ma satisfaction ou mon mécontentement ), ma gestuelle et mes postures. Je me suis imposée la consigne suivante : «tu dois remplir l espace avec ta voix, ton regard et ton corps!» Ca n est pas toujours évident car, tout d abord, ma voix ne porte pas très loin. Pourtant lorsque je faisais des remplacements, les années antérieures, je m égosillais souvent pour me faire entendre. Cette année, grâce aux conseils que l on m a donnés, j ai travaillé les intonations et le rythme de ma voix, j ai utilisé davantage la gestuelle pour mimer, situer, représenter. J avoue que cela m aide dans mon «apprentissage» du savoir-être. Je me suis un peu forcée au début,et cela vient naturellement aujourd hui. En plus, les élèves rient cinq minutes et s en souviennent sûrement mieux que si j avais écrit le mot au tableau! Bien évidemment, l humour fait passer les choses en douceur! Sans en abuser il est, je pense, un véritable outil si on sait le manier avec tact. Car mal géré il peut conduire facilement au débordement!!! Avec les élèves de la 4eme A, je l utilise mais de façon plus modérée car ils croient vite que je suis devenue «leur copine»! En début d année ils ne voyaient pas trop les limites à ne pas dépasser (et moi, pas toujours non plus) ; aujourd hui, le tout étant cadré par des règles de vie et des conventions entre nous, l humour est bien devenu un outil pour moi avec cette classe,surtout quand il faut faire passer certains points de grammaire délicats (comme la

16 diphtongue ou la construction du verbe «gustar» ). Je me permets alors de plaisanter avec eux en utilisant la construction du jour et en l adaptant à la tenue de l un d entre eux, à son caractère, Quant aux élèves de 1ere, l humour passe différemment. Plus qu un outil, il est vraiment instauré dans notre relation. J utilise volontiers les petits détails qu ils m ont dits, non pas en confidence, mais devant toute la classe, pour les impliquer et illustrer le cours. Par exemple, le jour de la Saint Valentin, nous avons mis sur le devant de la scène un élève dont l histoire d amour est connue de tous! Ainsi nous avions eu l anecdote du jour! C) Une mise en confiance. Accepter l humour en classe c est aussi mettre en place un échange ; lorsque j utilise l humour automatiquement les élèves vont me répondre dans le même registre. C est cet échange qui va rendre possible notre relation. Je dois accepter de l élève ce que moi-même je lui propose et inversement. Je leur ai demandé dès le début de l année de faire preuve de rigueur dans leur travail, de bonne volonté, de travailler dans le respect des autres. En contre partie, ils attendent de moi que je respecte mon discours : je leur ai dit, par exemple, que je ne faisais jamais de contrôle «surprise». Ils espèrent, de ma part, une certaine franchise aussi. Lorsque quelque chose ne me plaisait pas en classe,j avais tendance à l intérioriser et ruminer l affaire en salle des profs! Aujourd hui j essaie le plus possible de leur faire part de mon mécontentement si leur comportement ne m a pas satisfait ou si je trouve qu ils n ont pas bien travaillé. Je les complimente, bien sûr,quand ils le méritent et je les encourage à continuer. Je ne crains plus de leur avouer mon désarroi quand je me trouve face à une situation difficile avec eux.ce qui a été le cas quand avant les vacances de Noël ils avaient fortement chahuté au point que le professeur de la classe voisine est intervenu dans ma salle! Avant de les menacer d une sanction, si cela se reproduisait, je leur ai confié combien ils m avaient «déçue».même si certains n en tiennent

17 absolument pas compte, je crois que,pour la plupart d entre eux, ce type de confidence les touche et les fait réfléchir à la relation qui existe entre eux et moi. De la même manière, je reconnais mes erreurs devant eux et je les accepte. Florent, en 4eme A, me demande,un jour, la traduction d un nom d oiseau que je ne connais pas. Il paraît surpris lorsque je lui dis que je ne sais pas. Il a sans doute réalisé ce jour-là que je n étais pas un dictionnaire et que tout comme lui je pouvais ne pas savoir. De même en classe de 1ere, alors que je rends des copies, Marjorie me fait remarquer une faute dans l observation que j ai écrite sur sa feuille. J ai mis ça sur le dos de la fatigue(!), mais j en ai profité pour lui faire remarquer que comme elle, il m arrivait de faire des erreurs. Il est important, de temps en temps, de rappeler aux élèves que nous sommes aussi des êtres humains avec nos défauts et nos défaillances. Cela nous rassure, mais fait prendre conscience à chacun des adolescents que nous côtoyons, que l erreur ou la faute commise n est pas rédhibitoire ni fatale pour son avenir dans le cours d espagnol ni dans sa vie de collégien ou de lycéen. Le principal atout qui apparaît dans «l échange relationnel» est cette mise en confiance des uns par rapport aux autres. Le simple signe de reconnaissance ( un regard amical, un acquiescement de la tête, une main sur l épaule, un sourire, ) devient alors indispensable pour que l élève soit enfin à l aise. Encourager un élève, même s il a un niveau assez bas, peut l aider dans son évolution personnelle et dans sa prise de confiance en soi. Je donnerais l exemple d un élève de 1ere, Serge, qui avait un niveau moyen en début d année et qui ne participait jamais. Dès la première interrogation écrite, je l ai encouragé en lui montrant qu il pouvait arriver à faire encore mieux. De mois en mois il progresse ( il est passait de 8 de moyenne au 1 er trimestre à 10 au 2eme!) et commence peu à peu à prendre la parole en classe. On peut ajouter que nous aussi, nous avons besoin de signes de reconnaissance pour que nous nous sentions bien dans ce que nous faisons : un élève vous remercie à la fin d une heure de cours, ou vous dit que le document était vraiment intéressant, ou encore que l heure est passée très vite,ou un parent qui s étonne de l intérêt que porte

18 subitement son enfant pour l espagnol, et on ne se demande plus pourquoi on a choisi ce métier-là! D) Les applications en classe. Il est évident que lorsque chacun(professeur ou élève) perçoit un ou des signes de reconnaissance, la situation est propice à une communication, à un échange. L idéal survient quand les élèves comprennent que moi aussi je peux apprendre d eux. Mais cela est plus délicat à leur faire percevoir. Surtout en 4eme, où à 90%, les élèves considèrent l échange avec le professeur et le reste de la classe comme étant à sens unique. Ils ont du mal à réaliser que chaque jour nous apprenons autant qu eux. Aux lycéens, on peut davantage évoquer cette réciprocité de la relation. Lorsque nous avons travaillé sur la séquence ayant pour thème la femme dans la société(annexe 4), mon but était, dans un premier temps, qu ils réfléchissent à ce sujet. Puis j attendais d eux,qu ils donnent leur point de vue sur la question. C est ce qu ils ont tous fait et assez librement car les débats étaient très animés! Ainsi je leur ai fait remarquer à ce moment-là, que moi aussi j apprenais quelque chose de leurs idées, de «leur monde d adolescents». Tout comme ils découvraient les opinions de leurs camarades qu ils cherchaient aussitôt à critiquer ou à contredire. Ils étaient dans une véritable situation de communication telle que la définissent C. Romano et J. Sulzer dans leur ouvrage Enseigner c est aussi communiquer. En effet pour eux : «Toute communication humaine est toujours circulaire ; tout émetteur est simultanément récepteur, tout récepteur est en même temps émetteur.» C est ce que l on met en place inconsciemment quand on réussi à ce que tous les élèves, ou la plupart d entre eux, discutent en espagnol. Ceci est favorisé en heure de demi groupe en lycée. L effectif étant réduit, le cercle de discussion se forme automatiquement quand l ordre du jour s y prête, bien sûr. Par exemple, au mois de janvier, après avoir travaillé sur une nouvelle dans laquelle le personnage critiquait la religion, je leur demandais d exposer, en une ou deux phrases, ce en quoi ils croyaient (le paradis, l astrologie, l amour, le

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

à quoi sert de cartographier votre réseau?

à quoi sert de cartographier votre réseau? Orange Campus module 4 cette fiche méthode vous propose une démarche concrète pour construire et cultiver votre réseau. avant-propos contrairement à beaucoup d idées reçues, le networking basé sur des

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Dis-moi ce que tu as fait, je te dirai qui tu es 1

Dis-moi ce que tu as fait, je te dirai qui tu es 1 Dis-moi ce que tu as fait, je te dirai qui tu es 1 1. la lettre qu il A écrite A. Observez les phrases suivantes et soulignez les participes passés. Que remarquez-vous? Le CV qu il a envoyé. Le document

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) *

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * André ANTIBI Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * * extrait du livre «LES NOTES : LA FIN DU CAUCHEMAR» ou «Comment supprimer la constante macabre» 1 Nous proposons un système d évaluation

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

Cours de développement personnel

Cours de développement personnel Cours de développement personnel AYEZ DU PUNCH DANS VOS COMMUNICATIONS (pour tous) FORMATION RECONNUE PAR LE BARREAU DU QUÉBEC Cours enregistré au nom de L École d animation et de communications Stéphan

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Paola Biancardi Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Le CVE de Grattapaille dans lequel je travaille comme directrice, se trouve dans les hauts de Lausanne et regroupe deux sites : la Nurserie Sous-Bois

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009)

APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009) APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009) Les concours peuvent être considérés comme des compétitions mettant en concurrence des candidats issus de tout le territoire national. On peut les

Plus en détail

4.1. Exercice pour mieux se connaître

4.1. Exercice pour mieux se connaître Fiche de travail 4.1 4.1. Exercice pour mieux se connaître Objectif: Trouver ou retrouver qui vous êtes. Identifier ce que vous aimez chez vous. 1 ère étape Compléter les phrases suivantes: 1. Ce que j'aime

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts.

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. Audit des Ressources Humaines ATELIER D UNE DEMI-JOURNEE Introduction ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. ima signifie Identifier, Modifier, Adapter : les

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

Prendre des risques : besoin? danger?

Prendre des risques : besoin? danger? LA LETTRE AUX PARENTS N o 6 Prendre des risques : besoin? danger? Cher-s parent-s, Nous avons sous les yeux tous les jours des images de jeunes qui prennent des risques : en faisant du sport, en surfant

Plus en détail

COLLEGE LES BOUVETS 1, rue Félix Pyat 92800 Puteaux - La Défense Tel: 01.46.93.92.20. / Fax: 01.46.93.92.22.

COLLEGE LES BOUVETS 1, rue Félix Pyat 92800 Puteaux - La Défense Tel: 01.46.93.92.20. / Fax: 01.46.93.92.22. COLLEGE LES BOUVETS 1, rue Félix Pyat 92800 Puteaux - La Défense Tel: 01.46.93.92.20. / Fax: 01.46.93.92.22. Stage en entreprise des élèves de troisième du 12 au 16 décembre 2011 Stages en entreprises

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Katja Ingman Être pro en anglais Sous la direction de Marie Berchoud, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Fiche 1 Grow Your English : autoévaluation et plan d action Passez à l action : définissez votre objectif,

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Après avoir étudié les types de paiement,

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

INFORMATION ET INSCRIPTION

INFORMATION ET INSCRIPTION Chez Les Petits Bilingues, il n y a pas d âge pour apprendre! L anglais de 1 à 99 ans Experts depuis 20 ans sur l apprentissage de l anglais aux enfants et leader national dans cette spécialité, c est

Plus en détail

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz Musique On entend toujours l anglais mais le français, ça peut passer des semaines ou même des mois avant qu on entende le français à la radio ou à la télé, donc j ai

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de bourse du CRSNG

TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de bourse du CRSNG TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de bourse du CRSNG Narration : Lorsque vous présentez une demande de bourse au CRSNG, votre demande doit vous permettre de vous démarquer parmi

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

Dossier complémentaire pour l analyse de cas

Dossier complémentaire pour l analyse de cas Niveaux d analyse Les facteurs à prendre en compte : L institution Les valeurs de l Institution sont éloignées/proches des valeurs de l étudiant L enseignant pense qu il est possible de faire évoluer les

Plus en détail

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 21 VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 22 PROJET I : Séquence 3 ORAL (Réception) Compréhension orale : Activité d écoute : 1 ère fiche pédagogique L objectif de cette séance est

Plus en détail