ENSEIGNER, OU COMMENT ENTRER DANS UNE VERITABLE RELATION AVEC LES ELEVES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENSEIGNER, OU COMMENT ENTRER DANS UNE VERITABLE RELATION AVEC LES ELEVES?"

Transcription

1 IUFM ACADEMIE DE MONTPELLIER SITE DE NÎMES DELERIA CHAYOUX CARMEN ENSEIGNER, OU COMMENT ENTRER DANS UNE VERITABLE RELATION AVEC LES ELEVES? TUTRICE : PROFESSEUR D ESPAGNOL AGNES POITEVIN EN CLASSE DE 4EME ET DE 1ERE ASSESSEUR : A L INSTITUT BELLEVUE (ALES ) ISABELLE BOUAILLON Année 2002 / 2003

2 Résumé (français) : Lorsque l on est jeune professeur, on n imagine pas combien il peut être difficile d instaurer une relation avec les élèves. C est à partir de nos erreurs,de notre première expérience et des conseils que l on nous donne, que nous allons,au fur et à mesure, créer et vivre cette relation. Resumen ( español ) : Cuando somos profesores jóvenes, no podemos imaginarnos cuánto es difícil instaurar una relación con los alumnos. Es a partir de nuestros errores,de nuestra primera experiencia y de los consejos que nos dan a partir de los que vamos, poco a poco, a crear y vivir esta relación. Mots clés : ENSEIGNEMENT COMMUNICATION RELATION

3 NOTES DU JURY

4 SOMMAIRE INTRODUCTION IERE PARTIE : COMMENT APPREHENDER LA RELATION AVEC LA CLASSE? A) L enseignant face à son ressenti B) Le besoin d instaurer des règles de vie C) L élève au sein du groupe classe D) L effort d adaptation de l enseignant IIEME PARTIE : DE QUELLE FACON INSTAURER UNE COMMUNICATION AVEC LES ELEVES? A) Un contexte favorable B) Le «savoir-être» de l enseignant C) Une mise en confiance D) Les applications en classe IIIEME PARTIE : POUR QUE DE L ENSEIGNEMENT NAISSE UNE RELATION A) L évolution d une relation entre enseignant et enseignés B) Le professeur n est pas tout seul

5 C) Le profil de «l enseignant idéal» CONCLUSION INTRODUCTION : Lundi 3 septembre. Nous prenons notre cartable et nous suivons le chemin de l école Cette année lorsque nous poussons la porte de la classe nous n allons pas nous asseoir derrière les bureaux des élèves. Nous sommes les enseignants C est à ce moment là que nous tous, les jeunes professeurs stagiaires, nous réalisons que nous sommes enfin de l autre côté! Mais que devons-nous faire pour devenir et être des enseignants, alors qu il y a à peine quelques mois nous étions encore des étudiants? Comment allons-nous acquérir ce savoir être qui nous permettra d évoluer comme le professeur d espagnol ou de français que nous avions admiré et adoré quand nous étions des élèves? C est en ces premiers instants de notre vie professionnelle que l on souhaiterait être à tout prix «le meilleur professeur du monde»! Mais qu est-ce que cela signifie? Nous essayons alors d imaginer l enseignant que l on voudrait être et celui qui s opposerait à nous - même. Lors d une journée de formation à l IUFM, nous avons tous eu l occasion d y réfléchir. Dans l ensemble, la sévérité, le laxisme, la domination de l adulte sur la personne de l élève,. ont été rejetés et tout le monde adhère plus ou moins à la même façon d enseigner.cependant, est-ce que chacun d entre nous va se comporter de la même manière dans la salle de classe? Est-ce qu on va tous avoir la même façon d être un professeur d espagnol? Bien sûr que non, puisque nous sommes tous des personnes différentes. De plus, nous allons avoir face à nous d autres personnes qui elles aussi possèdent leur propre identité. Ceci créera l exclusivité de chaque heure de cours de chaque professeur

6 Au cours de ces heures «exclusives» va naître une relation entre les élèves et nous.comment allons-nous l utiliser? la gérer? en faire un atout dans notre métier? Comment arriver à ce que notre enseignement se construise essentiellement sur notre relation avec les élèves? Ces questions me conduisent à m interroger sur la place qu occupe la relation humaine dans tout enseignement. Lorsque je cherche la définition de «relation» je trouve : «lien existant entre deux choses ; lien de dépendance ou d influence réciproque entre des personnes» ( Le Petit Robert). Je me dis alors que l enseignement en est essentiellement fondé.pour ce dernier, je trouve dans le même dictionnaire : «action,manière, art de transmettre des connaissances».cette définition me rappelle aussitôt celle d un terme qui va s associer au reste : la communication («fait d établir une relation avec quelqu un, échange»).c est avec surprise que je m aperçois que «relation», «enseignement» et «communication» sont à la fois complémentaires et indissociables. A moi de voir maintenant comment il est possible à travers la «transmission de mes connaissances» d instaurer une relation effective et durable avec les élèves. Il me reste à réfléchir à la façon avec laquelle je vais procéder pour que mon enseignement soit avant tout une relation et une communication avec la classe.

7 Iere PARTIE COMMENT APPREHENDER LA RELATION AVEC LA CLASSE? A) L enseignant face à son ressenti : Il est difficile d entrer en classe en étant nous-même tel que nous le sommes dans la vie privée. Et pourtant, cela nous aiderait sans doute Cependant, le premier jour de notre vie où nous enseignons, nous devons faire abstraction de notre ressenti. Ce jour-là, le stress nous envahi et l appréhension de tout faire de travers nous obsède. C est le premier jour que beaucoup de choses s instaurent. Nous avons été nombreux à avoir pensé que nous avions tout raté! Lorsque j imaginais le premier contact avec mes élèves, je voyais ces trente paires d yeux fixés sur moi qui attendaient la moindre de mes défaillances Je me disais aussi qu ils attendaient forcément quelque chose de moi.c est après plusieurs semaines partagées avec eux, que j ai compris que ce jour là, eux aussi ils avaient une certaine appréhension à découvrir leur nouveau professeur d espagnol. Ce premier partage m a rassuré. Il me restait à répondre à leurs attentes Dans les premières semaines, je craignais quelquefois de pas savoir maîtriser la classe entière. J ai du mal à être sévère avec les élèves.peut être est-ce une crainte que les élèves ne m aiment pas? La classe de 4eme A, de l Institut Bellevue à Alès, est composée de six redoublants qui conduisent facilement le groupe vers le chahut! Il

8 m est arrivé de ne pas avoir réagi comme il aurait fallu face à certaines situations de «débordement». Comme pour la dernière séance avant les vacances de Noël où les élèves ont profité des activités ludiques (mise en pratique du jeu «des chiffres et des lettres» afin d utiliser «usted»)(annexe 1)pour faire plus de bruit que d habitude Cela venait sans doute d une mauvaise gestion de la classe, mais aussi de l activité. Il est difficile de se maîtriser quand un facteur extérieur (énervement sur la route,altercation avec un autre enseignant, ) vient influencer notre comportement. Au bout de quelques temps, nous connaissons bien certains élèves, mais eux aussi nous connaissent! Un matin, à ma manière de fermer la porte,eddy, un élève de 4 A, m a fait remarquer que j étais énervée!au cours de la même heure, je ne supportais pas la façon dont me parlait Mohamed ; je me suis emportée et me suis placée en situation de conflit. Je suis sortie de la salle de classe très déçue de mon comportement,et après y avoir réfléchi quelques minutes, j ai pris conscience de mon manque de maîtrise sur moimême. Parfois, je me rends compte que pour certaines heures de cours, j ai plutôt veillé à mon comportement, alors que pour d autres séances je n y ai pas du tout pensé.cela vient peut-être du fait que dans ce caslà, je m attarde plutôt sur la didactique et je me soucie davantage des étapes du cours, de la participation des élèves, Il est difficile de penser à tout et de tout mettre en pratique en même temps quand on débute! Le plus dur est que tout cela paraisse naturel Il en est de même pour mes déplacements en classe. Etant de nature assez réservée, au début j ai eu du mal à ce qu ils soient naturels. De plus, dans les salles de classe qui accueillent la 4 A, l espace est assez réduit, les cartables jonchent le sol, les élèves sont en rangs d oignons, Malgré cela, j éprouve le besoin de me déplacer, même si pour moi c est moins évident en collège qu en lycée. En effet, avec la classe de 1 S, les conditions ne sont pas les mêmes. Ils sont moins nombreux (18 en 1 et 30 en 4 ), et le contact est plus vite passé avec eux.

9 B) Le besoin d instaurer des règles de vie de classe. En début d année, j ai donné rapidement aux élèves de 4 un code de fonctionnement de travail et de sanctions ( des barres pour un travail non fait ou du chewing-gum mâché en classe, des devoirs supplémentaires à faire signer par les parents, ). Mais au bout de quelques mois, j ai réalisé que je devenais de moins en moins stricte avec eux. Mon manque de rigueur à provoqué chez eux, un laisseraller (certains n amenaient plus leur livre, d autres ne faisaient plus leurs exercices, ). Je leur faisais confiance mais ils manquaient sans doute de directives et d autorité. Quand le relâchement se faisait ressentir, je leurs faisais part de mon mécontentement et je revenais sur les règles instaurées et je redevenais plus sévère. Je pense que le problème vient de l écart de niveau entre mes deux classes. Avec les élèves de la 1 S, il n y a pas eu besoin d un contrat, ni de menaces de sanctions. Ils savent que s ils n ont pas leur matériel ce sont eux qui se punissent eux-mêmes. Il y a eu entre nous une relation de confiance dès le début de l année.je «leur fais confiance». Je vais devoir apprendre à m adapter aux différentes classes d âges des élèves, afin de savoir quand il faut être sévère et quand on peut être plus conciliant. Je crois que l enseignant doit s adapter au profil de sa classe, mais il peut également faire valoir sa façon de travailler. C est lors de mon stage en pratique accompagnée, au collège du Sacré Cœur à Nîmes, que je me suis rendue compte de la nécessité et de l efficacité d une série de «rituels» à l entrée en classe. En début d année, je trouvais ça un peu désuet. Mais je me suis aperçue que le simple fait d accueillir ses élèves sur le pas de la porte ou de leur demander de rester debout jusqu à ce que le silence arrive, permettait de canaliser déjà certains agités et «de les inviter» au cours d espagnol. Le premier jour, et les jours suivants, je n y ai pas pensé. Aujourd hui je regrette un peu de n avoir rien instauré de tel, car le faire en cours d année est plus difficile.je réalise également que ces «rituels» m auraient fait gagner quelques heures de travail et m auraient sans doute permis de démarrer autrement avec les élèves de 4 A.

10 C) L élève au sein du groupe classe. Lorsque nous débutons nous ne tenons compte que de la relation évidente qui se crée entre eux et nous ; nous nous considérons essentiellement,«les élèves» et «l enseignant», comme deux entités qui vont échanger des connaissances. Notre première crainte est de devoir «affronter» un groupe face auquel nous sommes seuls. Mais est-ce que les élèves que nous avons en face de nous forment vraiment un groupe?est-ce qu ils ont l impression de former une unité?c est les questions que je dois me poser quand je considère «la classe» dans sa globalité. Face aux élèves de la classe de 4 A, j ai rapidement remarqué que des «clans» s étaient formés dès le début de l année. Il m était difficile de m adresser à eux en ignorant ce caractère particulier.j ai du essayer de comprendre pourquoi ces «clans» existaient.très vite j ai pu constater que les «redoublants» se sentaient en terrain conquis, que les timides s étaient réfugiés aux premiers rangs et qu un élève en difficulté,axel, était le bouc émissaire des autres. J avoue que de temps en temps je n arrivais pas à gérer tout çà! D un côté, je ne me suis plus sentie seule face aux élèves, mais j avais alors un autre problème, plus délicat, celui d Axel. Dès que je prononçais son prénom tous les autres se mettaient à rire, lui lançaient de mauvaises plaisanteries, Le malaise d Axel est devenu le mien dans la mesure où j étais gênée pour lui chaque fois que je l interrogeais. L exemple d Axel est sans doute bien particulier. Toutefois,je pense qu il est difficile, surtout pour nous qui découvrons le métier d enseignant, de bien agir face à trente adolescents qui vivent tous un moment délicat de leur vie. Lorsqu on enseigne une langue vivante, on demande aux élèves de participer, de s exprimer mais ils ne sont pas tous bien disposés à le faire et à le vivre.sont-ils tous à l aise dans leur classe?s entendent-ils avec tout le monde? Il ne m a pas été facile de faire parler une rangée de jeunes filles très timides, toutes installées au premier rang. Elles me parlaient à moi et uniquement à moi. Le travail sera long pour qu elles finissent par s exprimer à haute voix en s adressant à leurs camarades. Je crois qu il m incombe encore la tâche de les aider, tous, à prendre conscience qu ils forment un groupe et ce pour toute une année scolaire.

11 Dans la classe de 1 S, le problème était différent. Deux élèves, Marjorie et Benoît, refusaient l échange en cours. En début d année, ils ne voulaient pas répondre en espagnol quand je les interrogeais, puis n ont plus voulu répondre du tout. Je me suis aperçue dans leur copies qu ils avaient un bon niveau de langue et des propos perspicaces. Marjorie, elle,est plutôt une jeune fille posée, rêveuse qui ne semble pas à sa place dans une classe de «garçons bêtas»! Benoît, lui, est à la fois rebelle et timide. Je dois, il me semble, tenir compte de leur personnalité et adapter ma façon de travailler à ce qu ils sont.l effectif réduit de leur groupe (18) m aidera dans ma tâche. D) L effort d adaptation de l enseignant. Il arrive que la situation de communication soit faussée par un simple malentendu. Lorsque je prépare mon cours j ai une idée précise en tête.par exemple, lorsque nous travaillions sur un document en rapport avec l Andalousie en 1 S ( La Ruta del Califato, publicité)(annexe 2), je pensais pouvoir étudier la comparaison (tan como ; tanto como).les élèves ont plutôt été transportés par la magie des lieux évoqués et sont entrés dans une description détaillée. Je m obstinais dans mon objectif sans chercher à m adapter à leurs attentes. Cette fois-là, je n ai pas su les écouter. Je suis restée dans mon optique : avancer dans le cours! Avec les plus jeunes,en 4, l effort d adaptation est moins grand car ils ont moins de connaissances en espagnol.mais il m est arrivé d être surprise par une idée, un mot que je n attendais pas en abordant un document.( Casilia en une lecture de la B.D. de Quino Qué hora es? (Annexe 3),avait remarqué la monotonie de la vie du personnage.) On est quelquefois surpris par les capacités des élèves (bien heureusement!), cependant,il n est pas évident de pouvoir prendre en considération tous ceux qui demandent la parole.on ne peut pas interroger tout le monde. Ne va-t-on pas décourager certains si on ne leur permet pas de s exprimer? Si on s attarde trop à vouloir faire participer tous ceux qui le demandent, ne va-t-on pas stagner dans la progression du cours? Il nous appartient de délimiter les temps forts de l heure de cours, tout en suivant le rythme des élèves. Cependant,

12 je reste persuadée que certains élèves sont frustrés quand ils n ont pas «assez parlé», selon eux, ou que d autres auraient aimé que je les interroge même s ils n ont pas levé le doigt! C est à nous, encore une fois, d apprendre à déceler le langage du regard des élèves quand on connaît plus ou moins leur personnalité. II eme PARTIE DE QUELLE FACON INSTAURER UNE COMMUNICATION AVEC LES ELEVES? A) Un contexte favorable : Les dispositions matérielles ne nous semblent pas primordiales au début ( du moment qu on a une salle et des élèves! ). Pourtant je me suis rendue compte rapidement, qu une salle spacieuse, bien éclairée, bien tempérée, changeait beaucoup de choses au déroulement du cours. Comme je l ai dit plus haut,l agencement des salles que nous sommes tenus d utiliser en collège n est pas très pratique. Je dois donc m adapter à ce petit inconvénient. Le problème a été résolu pour la classe de Iere S. J ai réussi à obtenir une salle disposée en «U» pour les séances en classe entière. Pour celles qui ont lieu en demi- groupe, je mets à contribution les élèves qui doivent déplacer leur table à chaque début d heure. Cela les amuse et leur donne l impression de changer un peu leurs habitudes. J espère que par la suite cela les incitera davantage à communiquer entre eux et pas seulement avec moi. Cette nouvelle disposition en lycée, depuis le mois de janvier, facilite mes déplacements ; je me sens plus à l aise avec eux ( mieux encore, j ai vraiment la sensation «d être parmi eux»). Le problème des salles de cours se pose également lorsque nous devons tous ( élèves comme enseignants ) changer de lieu de travail à

13 chaque heure. Je ne remets pas en cause l organisation de l établissement, mais je remarque simplement que de nombreux professeurs souhaiteraient avoir «leur» salle ou tout au moins des salles communes à une même discipline. D autres préfèreraient qu une salle soit attribuée à chaque classe. Dans un cas, comme dans l autre, cela serait pratique pour nous, les enseignants de langue. Nous pourrions alors personnaliser les murs des salles ( affiches, exposés, photos, travaux divers, jeux faits en classe, ). Ceci permettrait aussi d afficher des panneaux sur lesquels on noterait, au fur et à mesure, des expressions courantes et utilisées souvent en classe ( «he olvidado mi cuaderno», «puedes repetir por favor?», «usted se ha equivocado», «teníamos que hacer», ). Cécile Jean, avec qui j ai travaillé durant mon stage de pratique accompagnée, utilise ce genre d affiche avec ses élèves de 4eme. J ai été très surprise de pouvoir observer que, dès le mois de Novembre, la plupart des élèves avait pris l habitude d employer bon nombre des expressions ainsi notées. Par la suite, j ai moi-même mis en pratique cette méthode et cela fonctionne très bien. L inconvénient est que je dois penser à accrocher et à décrocher l affiche toutes les heures! Ceci est, je pense, une bonne méthode pour impliquer l élève dans le déroulement du cours. Il va chercher à réemployer les formules écrites dans des situations différentes : il demande à un camarade de répéter, de parler plus fort, il me demande une explication, un renseignement, ainsi, toute la communication en classe se fait en espagnol ( même si l un d entre eux à besoin d un mouchoir!). Impliquer l élève. C est ce qu on nous demande principalement. Il faut donc avant tout, que ce que nous fassions les intéresse un minimum. Nous devons tenir compte du «triangle pédagogique» qu évoque Philippe Meirieu et bâtir notre enseignement sur la relation professeur/ élève, mais aussi prendre en considération le savoir transmis et surtout de quelle manière on le transmet..pour cela, nous devons essayer de trouver des documents et des activités variés. J essaie de construire des séquences très différentes, constituées de textes, de photos, de B.D, de chansons, Il est intéressant de remarquer combien les élèves sont contents lorsqu on leur propose un document en couleur. Cela change un peu! De plus c est aussi leur montrer qu on les respecte en leur donnant un document propre, beau et soigné. On entre alors, je pense, dans une relation de respect mutuel.

14 Je cherche à introduire un maximum d activités ludiques dans leur apprentissage de la langue car je me suis aperçue que souvent, dix minutes de jeu valaient mieux que trente d exercices ou de «rabâchage» grammatical. Par exemple, pour travailler la comparaison je faisais se lever deux élèves de tailles différentes et les autres devaient formuler une phrase avec «más que» ou «menos que». Quelques jours plus tard, lorsque j ai réactivé cette structure, ils ont tous su la réutiliser. Le jeu est très apprécié par les élèves ; ils n ont pas l impression de travailler! Agnès Poitevin, ma tutrice, se sert quelquefois du «Trivial Poursuite», en espagnol ou des devinettes pour revenir sur des points de grammaire ou apprendre des expressions idiomatiques, J ai essayé le «Bingo» pour revoir les nombres et cela les a enchanté! Le choix d un document, un contexte favorable, une activité variée, tout ceci favorise forcément la relation que l on instaure entre les adolescents et nous. Mais il faut aussi que chacune des personnes présentes dans la salle de cours (professeur ou élèves) soit «à l aise». A ce niveau, je crois que l enseignant a une grande part de travail à faire pour que tous se sentent prêts à communiquer les uns avec les autres. B) Le «savoir-être» de l enseignant. «Pour l enseignant prendre conscience des origines de sa propre peur sera peut-être un point de départ pour une possible révision» Claude P. Renaud Avant d être bien avec l autre, on doit être bien avec soi-même. Il faut que l on s interroge sur nos craintes, nos appréhensions, nos stress. Même si tous cela ne disparaît pas totalement, le simple fait d y réfléchir peut, je crois, nous aider. Il est nécessaire de revenir sur certains instants de notre enseignement ; se demander pourquoi à tel moment on a fait ceci ou cela ; analyser notre façon de faire au début et la comparer à maintenant. Pour cela le cahier de bord est sûrement un outil très utile : pour rire de nous-

15 même (!), comprendre que certaines méthodes ou façon de faire n apportent rien ou au contraire sont à refaire, Le travail de mise en commun fait au Centre de Formation Pédagogique(CFP) à Montpellier, nous permet justement de comparer nos problèmes, nos difficultés, mais aussi nos réussites avec de jeunes professeurs de toutes les disciplines. C est lors de ces journées au CFP ou à l IUFM, qu on nous a fait prendre conscience que suivre les étapes du cours et respecter notre préparation n étaient pas les seuls fondements essentiels de notre enseignement. En effet, le cours se construit sur la relation qu il y a entre le professeur et la classe, sur la communication établie. On découvre alors ( dans le Guide du praticien en PNL de L. Févre et G. Soto) que la communication est véhiculée par les mots ( entre 7% et 20%), la voix ( entre 30% et 38%) et tout ce qu on appelle le «non-verbal» ( entre 50% et 55%). A ma grande surprise,j ai noté que le «non-verbal» était très important dans la communication. A partir de cet instant, j ai essayé de travailler mon regard ( une véritable communication sans parole s instaure alors entre les élèves et moi), mes mimiques (pour élucider un mot, montrer ma satisfaction ou mon mécontentement ), ma gestuelle et mes postures. Je me suis imposée la consigne suivante : «tu dois remplir l espace avec ta voix, ton regard et ton corps!» Ca n est pas toujours évident car, tout d abord, ma voix ne porte pas très loin. Pourtant lorsque je faisais des remplacements, les années antérieures, je m égosillais souvent pour me faire entendre. Cette année, grâce aux conseils que l on m a donnés, j ai travaillé les intonations et le rythme de ma voix, j ai utilisé davantage la gestuelle pour mimer, situer, représenter. J avoue que cela m aide dans mon «apprentissage» du savoir-être. Je me suis un peu forcée au début,et cela vient naturellement aujourd hui. En plus, les élèves rient cinq minutes et s en souviennent sûrement mieux que si j avais écrit le mot au tableau! Bien évidemment, l humour fait passer les choses en douceur! Sans en abuser il est, je pense, un véritable outil si on sait le manier avec tact. Car mal géré il peut conduire facilement au débordement!!! Avec les élèves de la 4eme A, je l utilise mais de façon plus modérée car ils croient vite que je suis devenue «leur copine»! En début d année ils ne voyaient pas trop les limites à ne pas dépasser (et moi, pas toujours non plus) ; aujourd hui, le tout étant cadré par des règles de vie et des conventions entre nous, l humour est bien devenu un outil pour moi avec cette classe,surtout quand il faut faire passer certains points de grammaire délicats (comme la

16 diphtongue ou la construction du verbe «gustar» ). Je me permets alors de plaisanter avec eux en utilisant la construction du jour et en l adaptant à la tenue de l un d entre eux, à son caractère, Quant aux élèves de 1ere, l humour passe différemment. Plus qu un outil, il est vraiment instauré dans notre relation. J utilise volontiers les petits détails qu ils m ont dits, non pas en confidence, mais devant toute la classe, pour les impliquer et illustrer le cours. Par exemple, le jour de la Saint Valentin, nous avons mis sur le devant de la scène un élève dont l histoire d amour est connue de tous! Ainsi nous avions eu l anecdote du jour! C) Une mise en confiance. Accepter l humour en classe c est aussi mettre en place un échange ; lorsque j utilise l humour automatiquement les élèves vont me répondre dans le même registre. C est cet échange qui va rendre possible notre relation. Je dois accepter de l élève ce que moi-même je lui propose et inversement. Je leur ai demandé dès le début de l année de faire preuve de rigueur dans leur travail, de bonne volonté, de travailler dans le respect des autres. En contre partie, ils attendent de moi que je respecte mon discours : je leur ai dit, par exemple, que je ne faisais jamais de contrôle «surprise». Ils espèrent, de ma part, une certaine franchise aussi. Lorsque quelque chose ne me plaisait pas en classe,j avais tendance à l intérioriser et ruminer l affaire en salle des profs! Aujourd hui j essaie le plus possible de leur faire part de mon mécontentement si leur comportement ne m a pas satisfait ou si je trouve qu ils n ont pas bien travaillé. Je les complimente, bien sûr,quand ils le méritent et je les encourage à continuer. Je ne crains plus de leur avouer mon désarroi quand je me trouve face à une situation difficile avec eux.ce qui a été le cas quand avant les vacances de Noël ils avaient fortement chahuté au point que le professeur de la classe voisine est intervenu dans ma salle! Avant de les menacer d une sanction, si cela se reproduisait, je leur ai confié combien ils m avaient «déçue».même si certains n en tiennent

17 absolument pas compte, je crois que,pour la plupart d entre eux, ce type de confidence les touche et les fait réfléchir à la relation qui existe entre eux et moi. De la même manière, je reconnais mes erreurs devant eux et je les accepte. Florent, en 4eme A, me demande,un jour, la traduction d un nom d oiseau que je ne connais pas. Il paraît surpris lorsque je lui dis que je ne sais pas. Il a sans doute réalisé ce jour-là que je n étais pas un dictionnaire et que tout comme lui je pouvais ne pas savoir. De même en classe de 1ere, alors que je rends des copies, Marjorie me fait remarquer une faute dans l observation que j ai écrite sur sa feuille. J ai mis ça sur le dos de la fatigue(!), mais j en ai profité pour lui faire remarquer que comme elle, il m arrivait de faire des erreurs. Il est important, de temps en temps, de rappeler aux élèves que nous sommes aussi des êtres humains avec nos défauts et nos défaillances. Cela nous rassure, mais fait prendre conscience à chacun des adolescents que nous côtoyons, que l erreur ou la faute commise n est pas rédhibitoire ni fatale pour son avenir dans le cours d espagnol ni dans sa vie de collégien ou de lycéen. Le principal atout qui apparaît dans «l échange relationnel» est cette mise en confiance des uns par rapport aux autres. Le simple signe de reconnaissance ( un regard amical, un acquiescement de la tête, une main sur l épaule, un sourire, ) devient alors indispensable pour que l élève soit enfin à l aise. Encourager un élève, même s il a un niveau assez bas, peut l aider dans son évolution personnelle et dans sa prise de confiance en soi. Je donnerais l exemple d un élève de 1ere, Serge, qui avait un niveau moyen en début d année et qui ne participait jamais. Dès la première interrogation écrite, je l ai encouragé en lui montrant qu il pouvait arriver à faire encore mieux. De mois en mois il progresse ( il est passait de 8 de moyenne au 1 er trimestre à 10 au 2eme!) et commence peu à peu à prendre la parole en classe. On peut ajouter que nous aussi, nous avons besoin de signes de reconnaissance pour que nous nous sentions bien dans ce que nous faisons : un élève vous remercie à la fin d une heure de cours, ou vous dit que le document était vraiment intéressant, ou encore que l heure est passée très vite,ou un parent qui s étonne de l intérêt que porte

18 subitement son enfant pour l espagnol, et on ne se demande plus pourquoi on a choisi ce métier-là! D) Les applications en classe. Il est évident que lorsque chacun(professeur ou élève) perçoit un ou des signes de reconnaissance, la situation est propice à une communication, à un échange. L idéal survient quand les élèves comprennent que moi aussi je peux apprendre d eux. Mais cela est plus délicat à leur faire percevoir. Surtout en 4eme, où à 90%, les élèves considèrent l échange avec le professeur et le reste de la classe comme étant à sens unique. Ils ont du mal à réaliser que chaque jour nous apprenons autant qu eux. Aux lycéens, on peut davantage évoquer cette réciprocité de la relation. Lorsque nous avons travaillé sur la séquence ayant pour thème la femme dans la société(annexe 4), mon but était, dans un premier temps, qu ils réfléchissent à ce sujet. Puis j attendais d eux,qu ils donnent leur point de vue sur la question. C est ce qu ils ont tous fait et assez librement car les débats étaient très animés! Ainsi je leur ai fait remarquer à ce moment-là, que moi aussi j apprenais quelque chose de leurs idées, de «leur monde d adolescents». Tout comme ils découvraient les opinions de leurs camarades qu ils cherchaient aussitôt à critiquer ou à contredire. Ils étaient dans une véritable situation de communication telle que la définissent C. Romano et J. Sulzer dans leur ouvrage Enseigner c est aussi communiquer. En effet pour eux : «Toute communication humaine est toujours circulaire ; tout émetteur est simultanément récepteur, tout récepteur est en même temps émetteur.» C est ce que l on met en place inconsciemment quand on réussi à ce que tous les élèves, ou la plupart d entre eux, discutent en espagnol. Ceci est favorisé en heure de demi groupe en lycée. L effectif étant réduit, le cercle de discussion se forme automatiquement quand l ordre du jour s y prête, bien sûr. Par exemple, au mois de janvier, après avoir travaillé sur une nouvelle dans laquelle le personnage critiquait la religion, je leur demandais d exposer, en une ou deux phrases, ce en quoi ils croyaient (le paradis, l astrologie, l amour, le

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Claire Chazal SPÉCIAL ORIENTATION. Je cherche encore la reconnaissance de mes parents EXCLUSIF !"$(' 2.17.0 B B 9 ; 8 5 STRATÉGIES ANTI-DÉCROCHAGE

Claire Chazal SPÉCIAL ORIENTATION. Je cherche encore la reconnaissance de mes parents EXCLUSIF !$(' 2.17.0 B B 9 ; 8 5 STRATÉGIES ANTI-DÉCROCHAGE MAGAZINE RÉUSSIR SA VIE DE PARENT MAGAZINE N 13 FÉVRIER-MARS 2009-3,90 ` SPÉCIAL ORIENTATION Filières sélectives Comment contourner l obstacle des notes Bilan d orientation Découvrez ses atouts et les

Plus en détail

Construire un référentiel de communication avec les élèves

Construire un référentiel de communication avec les élèves Construire un référentiel de communication avec les élèves Oser entrer en communication : Ø Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre Ø S exprimer

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

«La notion de stratégie d apprentissage»

«La notion de stratégie d apprentissage» fiche pédagogique FDLM N 373 / EXPLOITATION DES PAGES 24-25 PAR PAOLA BERTOCHINI ET EDVIGE COSTANZO «La notion de stratégie d apprentissage» PUBLIC : FUTURS ENSEIGNANTS EN FORMATION INITIALE ET ENSEIGNANTS

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Le stage en entreprise

Le stage en entreprise Collège Geneviève de Gaulle-Anthonioz 45460 LES BORDES Le stage en entreprise Semaine du lundi 14 au vendredi 18 décembre 2015 Le rapport de stage se fera sous la forme d un diaporama avec présentation

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10 CHARTE 1 Dans Eis Schoul l idée de l inclusion, de la solidarité entre enfants et adultes provenant de contextes sociaux et ethniques différents et aux talents et compétences distincts est fondamentale.

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Cours de langue. Avant l ENSGSI. Pas motivant. Professeur. Ennuyant. Long. Trop scolaire. «Dégout» Tableau noir. Pas ludique.

Cours de langue. Avant l ENSGSI. Pas motivant. Professeur. Ennuyant. Long. Trop scolaire. «Dégout» Tableau noir. Pas ludique. Avant l ENSGSI Pas motivant Grammaire Liste de vocabulaire Professeur Trop scolaire Cours de langue Ennuyant Long Tableau noir «Dégout» Examens Pas ludique Souvent inintéressant 2AP et 1AI à l ENSGSI Plaisirs

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Objectifs L enseignement des mathématiques contribue à former un être humain méthodique, inventif et critique, doué de la faculté de raisonner

Plus en détail

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Code : Connaissance De Soi TITRE : STRATEGIES POUR ORGANISER SON TEMPS Niveau : 4ème Groupe : Matériel : ½ Classe questionnaire organiser son temps Durée

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Des heures de remédiations sont organisées dans tous les établissements et présentes dans toutes les

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation Communication Description La capacité de communiquer efficacement est une compétence très importante pour réussir au travail. Une bonne communication en milieu de travail permet aux gens de recevoir et

Plus en détail

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème Collège Jean MONNET 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr Le STAGE en 3ème Livret à destination des élèves Quel stage puis je faire? J hésite : vente,

Plus en détail

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves Projet Musique Le thème est la musique avec une rencontre basée sur plusieurs ateliers à ce sujet. Les élèves des classes partenaires se retrouveront la matinée pour participer à des ateliers autour de

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF

Plus en détail

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY COLLÈGE NICOLAS COPERNIC Collège Nicolas Copernic 8, ruelle Marianne 95360 Montmagny : 01 39 83 46 17 : 01 39 8424 30 Site : www.clg-copernicmontmagny.ac-versailles.fr/ MONTMAGNY LIVRET DE STAGE Ce livret

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment?

Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment? Christophe Rabut, Pierre Baudy Université de Toulouse (INSA, IREM, IMT) 1er septembre 2010 Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment? PEG : Une Pédagogie basée sur l Entraide au sein d un Groupe Pour

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne Dossier n 2 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CUISINIÈRE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Je l ai su tout

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

La démarche du message clair

La démarche du message clair La démarche du message clair Au fil des mois passés à la maternelle, l enfant prend de plus en plus conscience des liens qui le lient aux autres et de l importance de développer une saine interdépendance

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE Animation pédagogique : Le plan de travail individualisé au cycle 3 Résumé des principaux points développés Un contexte professionnel à prendre en compte: Un constat commun (Institution et enseignants)

Plus en détail

Ressource en communication orale

Ressource en communication orale Convaincre un public de son point de vue Ressource en communication orale Lancer une invitation Prendre part à une entrevue Présenter une marche à suivre Participer à un jeu de détecteur de mensonges Décrire

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

Créer un Profil de l apprenant

Créer un Profil de l apprenant Créer un Profil de l apprenant Notes à l enseignant... 5 Outil n o 1 : Profil de l apprenant... 7 Outil n o 2 : Exemple de table des matières du Profil de l apprenant... 8 Outil n o 3 : Cher enseignant

Plus en détail

TIENS-TOI DROITE! Françoise LECLERC DU SABLON. Recherches n 39, 2003

TIENS-TOI DROITE! Françoise LECLERC DU SABLON. Recherches n 39, 2003 Recherches n 39, 2003 TIENS-TOI DROITE! Françoise LECLERC DU SABLON Samedi matin à la Maison d Arrêt, une matinée avec 8 élèves. Il y a là Emi et Y., 2 jeunes femmes polonaises, parlant maintenant «assez

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi»

«Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Jamet Pierre 1Ai Retour de final d Auto-Apprentissage de l année 1Ai : «Moi je m apprends et j apprends à créer l outil pour moi» Introduction J ai pu grâce, au travail effectué en auto-apprentissage de

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

Activité : L'île déserte

Activité : L'île déserte CPS : Problèmes, Décisions Thème : Prise de décision collective Type d'activités : Exploration Activité : L'île déserte Niveau : 8-12 ans Participants : 25 Durée : 45 45 mn Objectifs : S inscrire en groupe

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Kiffe ta langue OBJECTIFS DE L ÉVALUATION. Activités. 6 Objectifs de l évaluation

Kiffe ta langue OBJECTIFS DE L ÉVALUATION. Activités. 6 Objectifs de l évaluation Kiffe ta langue OBJECTIFS DE L ÉVALUATION Activités La deuxième évaluation de Pourquoi pas! 4 est composée de 3 activités qui ont été conçues pour évaluer de manière plus ciblées l acquisition et la capacité

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

SOUTIEN SCOLAIRE NIVEAU LYCÉE

SOUTIEN SCOLAIRE NIVEAU LYCÉE l // Les professeurs particuliers SOUTIEN SCOLAIRE NIVEAU LYCÉE COURS EN PETITS GROUPES & STAGES DE VACANCES 1 6 R U E C H A R L E M A G N E, P A R I S 4 e 1 LES PROFESSEURS PARTICULIERS EN BREF LES PROFESSEURS

Plus en détail

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées.

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées. Élève 1 Nombre total de points 2 (77%) Devoir 1: Entretien 5 points Devoir 2 : Jeu de rôle 5 points Devoir 3 : Commentaire 4 points Transcription du commentaire (Temps de production 1:32 min) Prestation

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE Travail remis à JEAN-CLAUDE LESSARD Dans le cadre du cours FPM1550-33 Sensibilisation à la réalité

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Illustration : Olivier Prime Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-073858-8 Avant- propos Dunod - Toute reproduction non

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

Tests de l évaluation par compétences en Seconde

Tests de l évaluation par compétences en Seconde Tests de l évaluation par compétences en Seconde 1 Présentation 1.1 La grille de compétences / aptitudes La grille de compétences a été distribuée et explicitée aux élèves le jour de la rentrée à la suite

Plus en détail

Nous étions, pour la plupart, logés chez Agnès. Tout s est bien déroulé, même si le contact avec elle n a pas été simple dès le début.

Nous étions, pour la plupart, logés chez Agnès. Tout s est bien déroulé, même si le contact avec elle n a pas été simple dès le début. Je suis partie en mission éducation dans la ville de Bopa. Ma mission s est déroulée dans l école d Atohoué située dans les terres noires, à quelques minutes de zem de Bopa. Nous étions, pour la plupart,

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement.

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. On réfléchit, on a les mots dans sa tête, on les lit à l école

Plus en détail