LA FATIGUE et L ASTHENIEL. Évaluation et prise en charge. Florence TARDY - UE 2.3 S2- Promotion 2012/15-1 Année.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FATIGUE et L ASTHENIEL. Évaluation et prise en charge. Florence TARDY - UE 2.3 S2- Promotion 2012/15-1 Année."

Transcription

1 LA FATIGUE et L ASTHENIEL Évaluation et prise en charge 1

2 PLAN : 1. La fatigue : définition 2. L'asthénie 3. L évaluation 4. Les traitements 5. La prise en charge 6. Le syndrome de fatigue chronique Conclusion 2

3 BONNE ET/OU MAUVAISE FATIGUE La " mauvaise fatigue " est ainsi une fatigue subjective, perçue comme un phénomène pathologique nouveau provoqué par un certaine mode de vie, que le médecin ou le psychologue peut définir et traiter : elle est médicalisable. La bonne fatigue peut être surmontée grâce à un repos normal : elle est le résultat d une activité saine et naturelle, 3

4 1. Définition D : La fatigue La fatigue, diminution de l'excitabilité et du pouvoir fonctionnel, consécutive à l'effort et réversible par le repos, Mais elle peut s'accompagner de sensations pénibles de caractère local ou général. Elle frappe électivement le système de relation (musculature volontaire, organe des sens, système nerveux) branché sur l'environnement, qui bénéficie de régimes d'activité très variés allant du régime de croisière peu fatigant à celui de crête, exténuant. 4

5 2. L'asthénie 2.1 Définition : L'asthénie L'asthénie est la faiblesse générale se caractérisant par une diminution du pouvoir de fonctionnement de l'organisme. Cet état survient après une activité physique un travail intense ou encore un effort. d'autre part ne disparaît pas avec le repos. (on parle parfois de fatigue profonde, voir très profonde) 5

6 2.1 Caractéristiques ristiques de l asthl asthénie annonciateur d'une maladie, comme un signal d alarme Ou Caractéristique tenace et durable lors de la convalescence, malgré le repos. Un élément important de la maladie, qui modifie le rapport du patient à son existence aux activités à ses relations parfois à la vie fait poser la question du sens de l existence 6

7 2.2 Ses origines : (1) Initiale : Il existe plusieurs formes de fatigue profonde, d'asthénie pour lesquelles la démarche diagnostique n'est pas évidente d'ailleurs D origine somatique D origine psychologique 7

8 2.2 Ses origines : (1) Secondaire : Parfois elle est la conséquence d autres troubles : le manque de sommeil chronique Les troubles ioniques La douleur répétée Sollicitation de la mobilité ou d un effort simple, sur un contexte d épuisement ou de maladie Un traitement (chimiothérapie, antiviraux, ) 8

9 2.2.1 Les maladies : L'asthénie somatique L'asthénie endocrinienne L'asthénie neurologique L'asthénie néoplasique L'asthénie hématologique L'asthénie des maladies hépatiques L'asthénie cardio-vasculaire et respiratoire d'asthénie est d'origine psychique L'asthénie liée àdes étatsanxieux chroniques L'asthénie de type trouble somatoforme 9

10 Maladies infectieuses la tuberculose (cette dernière, dans toutes ses localisations : pulmonaires, génito-urinaires, osseuses) la mononucléose infectieuse (angine à monocytes) se révèlent souvent par une fatigue anormale et qui donnent lieu à des asthénies traînantes de plusieurs mois. 10

11 Maladies virales outre la grippe, Les maladies Virales (SIDA; les hépatites virales) Le SIDA où la dépression immunitaire est majeure, provoque une asthénie sévère et prolongée, même sans infection microbienne surajoutée. 11

12 Maladies métaboliques m Elles sont asthéniantes, que la perturbation soit en plus ou en moins (hyper ou hypo). Exemple du diabète, des atteintes de la thyroïde, troubles ioniques, perte de poids, anémie 12

13 2.2.2.Les troubles cognitifs ou handicaps Une plus grande fragilité parfois des capacités ou des réserves moindres Des efforts majorés Des «couts» cognitifs plus importants (attention / compréhension) la fatigabilité des personnes 13

14 3. L évaluation L de la fatigue Souvent sous estimer dans les soins*, la fatigue reste le symptôme le plus important pour les patients en chimiothérapie notamment. Nécessite de prendre du temps pour un premier bilan et une prise de conscience du patient, de l entourage et des SOIGNANTS C est contre culturel, la culture de l efficace, de la rentabilité 14

15 L évaluation suite/ échelle de fatigue de Pichot* Parmi les huit propositions suivantes, déterminez celles qui correspondent le mieux àvotre état en affectant chaque item d'une note entre 0 et 4: (0 = pas du tout, 1= un peu, 2 = moyennement, 3= beaucoup, 4 = extrêmement) - Je manque d'énergie Tout demande un effort Je me sens faible à certains endroits du corps J'ai les bras ou les jambes lourdes Je me sens fatigué sans raison J'ai envie de m'allonger pour me reposer J'ai du mal à me concentrer Je me sens fatigué, lourd et raide...;; Total (sur 32) :... Un total supérieur à22 est en faveur d'une fatigue excessive, vous souffrez peut être d'un sommeil inefficace. 15

16 Echelles suite Echelle numérique de la fatigue de 0 à 10* Favoriser l expression et les caractéristiques de cette fatigue ET avec quoi le patient la relie Mesurer la qualité de vie Echelle AVQ (retentissement sur la vie quotidienne) 16

17 4. Les traitements Le traitement est bien entendu directement dépendant de la cause. Parfois difficile à mettre en œuvre, d autant que l asthénie est persistante. 17

18 5. La prise en charge En premier : regarder le patient Prendre le temps d être au près de lui, de s asseoir, de l écouter entrer en communication/ concept d Humanitude Pour qu il OSE dire sa fatigue* : il a peur de passer pour un «fainéant» Puis : Identifier les valeurs et intérêts du patients poser des questions sur ce qui majore la fatigue physiquement et moralement Aider à les repérer Mesurer les impossibilités et entraves que vit le patients Étudier l environnement suite 18

19 La prise en charge : suite En pratique Aider pour les soins de bases, même si les personnes sembles capable, afin qu elles puissent participer à d autres activités Proposer une organisation de la journée et déterminer les priorités avec l alternance des période de repos, d activités, de distractions, de visites Repérer les autres symptôme inhérent à l asthénie Perte de morale, une désespérance, Majoration de l anxiété : Utiliser l échelle de l anxiété : questionnaire d Hamilton ou échelle de COVI. Mesurer l inquiétude pour l avenir, les proches, le travail Faire repérer ses capacités et les ressources autour d elle * 19

20 6. Le syndrome de fatigue chronique et la fibromyalgie un syndrome dominé par une asthénie profonde, durable et invalidante survenant chez l'adulte jeune, typiquement parmi les YUPPIES (Young urbain professionals) Ce syndrome peut apparaître de façon aiguë, au décours d'un épisode infectieux et comporter des signes cliniques non spécifiques souvent observés lors d'une infection virale (fébricule, pharyngite, lymphadénopathies, céphalées, myalgies, arthralgies).* 20

21 Son étiologie est inconnue et sa prévalence extrêmement controversée du fait de l'absence de critères précis de classification. Aucun traitement efficace n'a été trouvé. L'évolution chronique, l'absence de traitement et la vacuité même du cadre nosologique constituent pour ces malades une situation désespérante. Les traitements antidépresseurs n'apportent en règle aucune amélioration. Le diagnostic de dépression et d'anxiété fait par certains auteurs ne saurait s'appliquer à l'ensemble des cas. 21

22 Son traitement? Reste en étude avec la recherche des causes Les traitements non médicamenteux aident à la prise en charge de ce syndrome très invalidant Une diminution du stress est préconisé Le repos est nécessaire malgré l absence de récupération complète 22

23 Conclusion LA FATIGUE et L ASTHÉNIE sont à prendre en compte de manière MAJEURE dans les soins. Attention : ces patients sont souvent SILENCIEUX car ils n ont même pas la force de se plaindre et ne sont pas dérangeant! Savoir les DÉTECTER et les ÉVALUER 23

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

Fatigue & Somnolence. Dr Virginie BAYON - Pr Damien LEGER - Mme Caroline ROME. Centre de Référence Hypersomnies Rares Hôtel-Dieu de Paris

Fatigue & Somnolence. Dr Virginie BAYON - Pr Damien LEGER - Mme Caroline ROME. Centre de Référence Hypersomnies Rares Hôtel-Dieu de Paris Fatigue & Somnolence Dr Virginie BAYON - Pr Damien LEGER - Mme Caroline ROME Centre de Référence Hypersomnies Rares Hôtel-Dieu de Paris 8 èmes Ateliers de la Narcolepsie et de l Hypersomnie - Samedi janvier

Plus en détail

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support 4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support L. KALUZINSKI 19/06/2015 ASTHENIE DEFINITION DIAGNOSTIC ETIOLOGIES PRISE EN CHARGE Sensation subjective en dehors d un effort récent, et cliniquement

Plus en détail

Insomnie la clinique

Insomnie la clinique Insomnie la clinique FMC de Châteauroux Par le Dr Maryse TUILLAS (CHRU de Limoges) La Gourmandine Villedieu-sur-Indre 13 octobre 2011 DEFINITION Avant tout subjective Sommeil perçu comme: Difficile à obtenir

Plus en détail

Fibromyalgie 2 Centre Douleur Chronique Hôpital de la Timone Cycle de conférences 2007

Fibromyalgie 2 Centre Douleur Chronique Hôpital de la Timone Cycle de conférences 2007 Fibromyalgie 2 Centre Douleur Chronique Hôpital de la Timone Cycle de conférences 2007 27/06/2007 Centre Douleur Chronique Timone 1 www.douleurpaca.ap-hm.fr fnaff.free.fr 27/06/2007 Centre Douleur Chronique

Plus en détail

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique

Plus en détail

LES ECHELLES D EVALUATION DE LA DOULEUR. Le 11/05/2005

LES ECHELLES D EVALUATION DE LA DOULEUR. Le 11/05/2005 LES ECHELLES D EVALUATION D DE LA DOULEUR Le 11/05/2005 La douleur La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion existante ou potentielle, ou décrite en termes

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

TCC appliquée aux lombalgies chroniques

TCC appliquée aux lombalgies chroniques TCC appliquée aux lombalgies chroniques Introduction 1er cause d invalidité chez les moins de 40ans 1ere cause d arrêt de travail Dans la très grande majorité des cas la lombalgie aigue disparaît dans

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Hypocholestérolémiants : fibrates et statines

Hypocholestérolémiants : fibrates et statines Toute polyalgie n est pas une fibromyalgie I. Interrogatoire Hypocholestérolémiants : fibrates et statines Laxatifs Barbituriques Bêtabloquants Produits myotoxiques -Hypothyroïdie -Hypoalbuminémie -Insuffisance

Plus en détail

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA Les facteurs de risque des céphalées A. Belaid EHS CHERAGA Introduction Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A.

LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A. COLLOQUE EPSM-MAIA 26 MAI 2016 LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A. LA P.A. EST-ELLE PLUS EXPOSEE A LA DOULEUR? Prévalence : estimée de 40 à 80%..., 70%... Pourquoi? Les polypathologies

Plus en détail

LA NEVROSE D ANGOISSE

LA NEVROSE D ANGOISSE 19.01.09 Dr Lagier Psychiatrie LA NEVROSE D ANGOISSE I)L anxiété et l angoisse : définition II)Les différentes formes d anxiété (= angoisse) A)Crise d angoisse aiguë 1)Les manifestations de la crise d

Plus en détail

Que faut-il penser de la fibromyalgie en 2008?

Que faut-il penser de la fibromyalgie en 2008? Que faut-il penser de la fibromyalgie en 2008? Dr Monique BONJEAN, Rhumatologue, Médecin-chef CMCR des Massues LYON Les différentes dénominations de la fibromyalgie Fibrosite Polyenthésopathie Rhumatisme

Plus en détail

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni Plan Douleur et Cognition Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Douleur : expérience émotionnelle et sensorielle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Concepts de santé, bien être, maladie chronique (définition et caractéristiques), chronicité et

Concepts de santé, bien être, maladie chronique (définition et caractéristiques), chronicité et Concepts de santé, bien être, maladie chronique (définition et caractéristiques), chronicité et évolution. Cours IFSI Décembre 2010 A Nozères Service de Médecine Physique & Réadaptation C.H.U. Pellegrin

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques Conduite à tenir devant des troubles mnésiques 1ère partie Docteur Sylvie LEGRAND Neurologue Saint Malo 15.05.2008 Plaintes mnésiques Plaintes mnésiques Corrélées avec l âge Peuvent être formulées dès

Plus en détail

Définitions. La santé. Concepts de santé, bien être, maladie chronique (définition et caractéristiques), chronicité et 10/02/2011

Définitions. La santé. Concepts de santé, bien être, maladie chronique (définition et caractéristiques), chronicité et 10/02/2011 Concepts de santé, bien être, maladie chronique (définition et caractéristiques), chronicité et évolution. Cours IFSI Décembre 2010 A Nozères Service de Médecine Physique & Réadaptation C.H.U. Pellegrin

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET DR S.COREAU-GUILLIER

LA DEPRESSION DU SUJET DR S.COREAU-GUILLIER LA DEPRESSION DU SUJET AGE DR S.COREAU-GUILLIER généralités Elle est fréquente et sous-estimée dans ¾ des cas. Prévalence de 10 à 15%, mais bcp plus impte en hospitalisation (40%) Souvent non diagnostiquée

Plus en détail

DOULEUR: du symptôme au syndrome. Dr Franck TADDEI 17/03/2008

DOULEUR: du symptôme au syndrome. Dr Franck TADDEI 17/03/2008 DOULEUR: du symptôme au syndrome Dr Franck TADDEI 17/03/2008 Plan Général A- Concept de douleur 1- Définition 2- Décodage 3- Douleur aiguë vs douleur chronique 4- Syndrome douloureux chronique 5- Mécanismes

Plus en détail

Faculté de Médecine Poitiers. Le malade anxieux. Sémiologie 2

Faculté de Médecine Poitiers. Le malade anxieux. Sémiologie 2 Faculté de Médecine Poitiers Le malade anxieux Sémiologie 2 Définition Pierre Janet : peur sans objet Sentiment d attente, crainte d un danger mal défini Anxiété comme vécu psychologique et angoisse marquée

Plus en détail

Proposition d arbres décisionnels

Proposition d arbres décisionnels Comment mieux prescrire les psychotropes chez le sujet âgé de plus de 80 ans? Proposition d arbres décisionnels troubles du sommeil dépression - anxiété Sylvie LEGRAIN Unité Programmes Pilotes - 29 juillet

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE

EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE Gabrielle DAUCE, Morgan FRIBAULT Infirmières coordinatrices 2017 INTRODUCTION La douleur de la personne âgée est sous estimée alors que la fréquence

Plus en détail

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r Douleur et fin de vie F. Yahiatene; D. Benmoussa; B. Griène Centre De Traitement De La Douleur CPMC - Alger 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e 2 0 1

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire Question 112 I. DÉFINITION INTRODUCTION 17 II. PRINCIPAUX

Plus en détail

Fatigue. Dr Claude Boiron - DISSPO. Institut Curie C. Boiron Fatigue

Fatigue. Dr Claude Boiron - DISSPO. Institut Curie C. Boiron Fatigue Fatigue Dr Claude Boiron - DISSPO 1 1. Définition «La fatigue liée au cancer est un symptôme subjectif et désagréable, intégrant l ensemble des sensations corporelles, allant de la lassitude à l exténuation

Plus en détail

LES ECHELLES D EVALUATION EN PSYCHOPATHOLOGIE (DEPRESSION/ANGOISSE)

LES ECHELLES D EVALUATION EN PSYCHOPATHOLOGIE (DEPRESSION/ANGOISSE) Cours 1 méthode des tests (clinique) 4 décembre 2005 LES ECHELLES D EVALUATION EN PSYCHOPATHOLOGIE (DEPRESSION/ANGOISSE) Il existe 2 approches principales par les instruments d évaluation en psychopathologie.

Plus en détail

Capacité de performance

Capacité de performance CAUSES ET CONSEQUENCES DU SURENTRAINEMENT CHEZ LE COUREUR CYCLISTE (Stéphane PALAZZETTI, Docteur en Sciences du Mouvement Humain) Un peu de théorie La performance sportive, quelque soit le niveau de pratique

Plus en détail

Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas)

Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas) Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas) Dr C Charbonnier, médecin MPR Dr V Tsimba, médecin MPR I Godefroy, kinésithérapeute

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

Sommeil et Parkinson

Sommeil et Parkinson Sommeil et Parkinson Jean-François Gagnon Professeur Département de psychologie Université du Québec à Montréal Chercheur Centre d Études Avancées en Médecine du Sommeil Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

Plus en détail

Syndrome dépressif. Vincent Maugars, Interne en médecine générale

Syndrome dépressif. Vincent Maugars, Interne en médecine générale Syndrome dépressif de la personne âgée Vincent Maugars, Interne en médecine générale Epidémiologie Population générale (au delà de 65 ans) : - Symptômes dépressifs chez 15 % des individus - Episode dépressif

Plus en détail

LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES

LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES EOM N.I LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES I. TROUBLES FONCTIONNELS : - Symptômes physiques sans organicité. - Sensation réelle Demande de soins. - Composante psychologique importante. - Impact

Plus en détail

Bouger avec la fibromyalgie (tendons, muscles, douleurs) Fait par: Marie-Eve Corriveau, B.Sc.kinésiologie

Bouger avec la fibromyalgie (tendons, muscles, douleurs) Fait par: Marie-Eve Corriveau, B.Sc.kinésiologie Bouger avec la fibromyalgie (tendons, muscles, douleurs) Fait par: Marie-Eve Corriveau, B.Sc.kinésiologie 514-704-6578 www.kin-zen.com Sa définition que vous connaissez déjà.. est un syndrome caractérisé

Plus en détail

CP C N P N an a cy c y 11 O ct c o t b o re r e 1 6 Hypnose et douleur

CP C N P N an a cy c y 11 O ct c o t b o re r e 1 6 Hypnose et douleur CPN Nancy 11 Octobre 16 Hypnose et douleur CENTRE REGIONAL DOULEUR ET SOINS SOMATIQUES EN SANTE MENTALE ET AUTISME JOURNEE DOULEUR, INTERCLUD LORRAINE CPN NANCY, 11 Octobre 2016 Djea SARAVANE, MSc, MD

Plus en détail

Décompensation dépressive du SA: Généralités

Décompensation dépressive du SA: Généralités Décompensation dépressive du SA: Généralités Prévalence: 2 à 60% fonction du type de population et du lieu d évaluation Mortalité et morbidité élevées Associée ++ au vieillissement et aux pathologies neurologiques

Plus en détail

Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME)

Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME) Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME) «Docteur, cela fait au moins six mois que je suis extrêmement fatigué(e)...»

Plus en détail

Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing

Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Soit en hôpital de jour : Suite annonce séropositivité sur lextérieur En suivi de linfection En suivi de trithérapie À la

Plus en détail

SPECIFICITES DES TROUBLES DU COMPORTEMENT AU COURS DE VIEILLISSEMENT. Dr Florence GOURDEAU NAUCHE Octobre 2012

SPECIFICITES DES TROUBLES DU COMPORTEMENT AU COURS DE VIEILLISSEMENT. Dr Florence GOURDEAU NAUCHE Octobre 2012 SPECIFICITES DES TROUBLES DU COMPORTEMENT AU COURS DE VIEILLISSEMENT Dr Florence GOURDEAU NAUCHE Octobre 2012 5 MOTS CLES : - FRAGILITE => terrain - COMPLEXITE => diagnostic /prise en charge - GRAVITE

Plus en détail

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS La démence Démence vieillissement Vieillissement cognitif : Apprentissage plus lent Le double tâche est altéré

Plus en détail

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar Troubles cognitifs post-avc Dr Bennani Omar Quoi de neuf en neurologie 22/9/2016 Introduction AVC: 130 000 cas par an en France : 1ere cause de handicap acquis de l adulte Age moyen 66 ans N est pas exceptionnel

Plus en détail

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP Mme MERCIER Bernadette Neuropsychologue Réseau Rhône-Alpes SEP Ecole de la SEP pour les professionnels de santé Lyon, samedi 25 mai 2013 Rare au début de la maladie 10 % cas dans SEP SP EUPHORIE Etat de

Plus en détail

PENIBILITE, EPUISEMENT PROFESSIONNEL EN REANIMATION. F. FRAISSE SNMRHP (Congrès CRHEUF 2012)

PENIBILITE, EPUISEMENT PROFESSIONNEL EN REANIMATION. F. FRAISSE SNMRHP (Congrès CRHEUF 2012) PENIBILITE, EPUISEMENT PROFESSIONNEL EN REANIMATION F. FRAISSE SNMRHP (Congrès CRHEUF 2012) 1 2 TRAVAIL : UNE CHARGE AFFECTIVE «Derrière le travail, il y a l affirmation de soi» NIETZCHE «Chacun travaille

Plus en détail

L expert dans les cas de fraude. Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA

L expert dans les cas de fraude. Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA L expert dans les cas de fraude Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA Plan de l exposé Introduction Présentation d un cas Chronologie des faits Questions

Plus en détail

Psychologie et Santé. GRANIER Ghislaine Psychologue Octobre 2016

Psychologie et Santé. GRANIER Ghislaine Psychologue Octobre 2016 Psychologie et Santé GRANIER Ghislaine Psychologue Octobre 2016 Introduction Etre Humain = Complexité Patrimoine génétique, biologique Environnement Familial Environnement socio-culturel Histoire de Vie

Plus en détail

La dyspnée. Aspect épidémiologique

La dyspnée. Aspect épidémiologique La dyspnée Aspect épidémiologique Dyspnée: prévalence Top 10 des symptômes les + fréquents en fin de vie Augmente en fin de vie 70 % durant les 6 dernières semaines de vie Varie en fonction de la pathologie

Plus en détail

ANNEXES. Cadre référentiel ETP PAERPA. Polypathologie / polymédication «OMAGE»

ANNEXES. Cadre référentiel ETP PAERPA. Polypathologie / polymédication «OMAGE» ANNEXES Cadre référentiel ETP PAERPA Polypathologie / polymédication «OMAGE» La conception technique et les illustrations du jeu de cartes et des planches («savoir réagir») ont été réalisées en collaboration

Plus en détail

Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE. Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé

Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE. Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé 4 DIMENSIONS DE LA DOULEUR SENSORIELLE : décodage du message sensitif EMOTIONNELLE : angoisse et

Plus en détail

COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR)

COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR) COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR) JMG 6 avril 2013 Dr Jacques CITTEE (MCA) Dr Florence ADELINE (CCU) DMG PARIS

Plus en détail

Prise en charge des symptômes de sclérose en plaques

Prise en charge des symptômes de sclérose en plaques Prise en charge des symptômes de sclérose en plaques par Josée poirier Inf. B. Sc. MSCN Plan de la présentation Qu est ce qu une pseudo poussée? Prendre conscience L avancée des traitements Traitement

Plus en détail

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Principaux résultats Enquête VICAN2 Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Contexte de l enquête Augmentation de l incidence du cancer et diminution de la mortalité croissance

Plus en détail

Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière.

Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière. C est quoi la SEP Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière. Ø Ø Ø Comparé avec le fil électrique, on peut dire que : le câble est «l axone» qui véhicule

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une toux aiguë. Pr Michael FAYON CHU de Bordeaux

Orientation diagnostique devant une toux aiguë. Pr Michael FAYON CHU de Bordeaux Orientation diagnostique devant une toux aiguë Pr Michael FAYON CHU de Bordeaux Objectifs pédagogiques - Énumérer les principales causes de toux aigüe chez l enfant. - Décrire les éléments d orientation

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET AGE

LA DEPRESSION DU SUJET AGE LA DEPRESSION DU SUJET AGE Professeur Anne-Sophie Rigaud CHU Cochin Port-Royal Groupe hospitalier Broca-La Rochefoucauld Epidémiologie Prévalence de la dépression En population générale PAQUID : 13% CREDES

Plus en détail

Evaluation des symptômes des personnes atteintes de pathologies neurologiques dégénératives ou déficitaires

Evaluation des symptômes des personnes atteintes de pathologies neurologiques dégénératives ou déficitaires Evaluation des symptômes des personnes atteintes de pathologies neurologiques dégénératives ou déficitaires Dr Canan OZSANCAK chef de service et Céline GRABOWSKI ergothérapeute au Centre hospitalier d

Plus en détail

LA BPCO. Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic

LA BPCO. Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic LA BPCO Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic BPCO : définition Maladie «soignable» et que l on peut prévenir Limitation des débits bronchiques non complètement réversible

Plus en détail

Le syndrome du surentrainement : Comment y échapper, comment s en rendre compte, comment s en sortir?

Le syndrome du surentrainement : Comment y échapper, comment s en rendre compte, comment s en sortir? Dr. Joffrey ZOLL HDR, Maitre de conférences-praticien Hospitalier Service de Physiologie et d'explorations Fonctionnelles, Hôpita ux Universitaires de Strasbourg, Institut de Physiologie, EA3072: "Mitochondrie,

Plus en détail

LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008

LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008 LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008 Historique En France, 1959, Claude Veil: les états d épuisement au travail, fruit de la rencontre d un

Plus en détail

INSOMNIES: PRISE EN CHARGE PAR LE MEDECIN GENERALISTE. Béatrix Bonnamour

INSOMNIES: PRISE EN CHARGE PAR LE MEDECIN GENERALISTE. Béatrix Bonnamour INSOMNIES: PRISE EN CHARGE PAR LE MEDECIN GENERALISTE Béatrix Bonnamour PLAN I. Préambule II. Définir et caractériser l'insomnie III. Approche diagnostic pas le médecin généraliste IV. Recours au spécialiste

Plus en détail

Efficacité des Antidépresseurs (AD) IRS chez l'adulte en 2008

Efficacité des Antidépresseurs (AD) IRS chez l'adulte en 2008 Efficacité des Antidépresseurs (AD) IRS chez l'adulte en 2008 Groupe de veille documentaire Boussageon R, Mas JL, Nambotin P, Oriol JM, Senez B. Forgeni - 18 septembre 2008 Rappels AFSSAPS oct 2006 : Augmentation

Plus en détail

Un hiver sans grippe. Recommandation de vaccination pour : les personnes atteintes d une maladie chronique les personnes âgées de 65 ans ou plus

Un hiver sans grippe. Recommandation de vaccination pour : les personnes atteintes d une maladie chronique les personnes âgées de 65 ans ou plus Un hiver sans grippe Recommandation de vaccination pour : les personnes atteintes d une maladie chronique les personnes âgées de 65 ans ou plus Éviter les complications en se faisant vacciner contre la

Plus en détail

Les psychotropes chez la personne agée. propositions d actions concertées

Les psychotropes chez la personne agée. propositions d actions concertées Les psychotropes chez la personne agée propositions d actions concertées Plusieurs recommandations récentes Améliorer la prescription des psychotropes chez le sujet agé (méthodologie participative oct

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED)

Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED) Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED) - État des connaissances hors mécanismes physiopathologiques, psychopathologiques et recherche fondamentale - Janvier 2010 1 Objectifs (1/2)

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

LE SURENTRAINEMENT. Définition : Connaissances actuelles :

LE SURENTRAINEMENT. Définition : Connaissances actuelles : LE SURENTRAINEMENT Définition : La définition du surentraînement prend toujours en compte la diminution de la capacité de performance, en dépit de l augmentation ou le maintien du niveau d entraînement.

Plus en détail

SYMPTOMATOLOGIE DE LA MENOPAUSE. Docteur Hortense Baffet Gynécologue médicale Hôpital Jeanne de Flandres Journée du 30/11/2012

SYMPTOMATOLOGIE DE LA MENOPAUSE. Docteur Hortense Baffet Gynécologue médicale Hôpital Jeanne de Flandres Journée du 30/11/2012 SYMPTOMATOLOGIE DE LA MENOPAUSE Docteur Hortense Baffet Gynécologue médicale Hôpital Jeanne de Flandres Journée du 30/11/2012 Carence œstrogénique et signes fonctionnels: étude PEPI SYMPTÔMES % SYMPTÔMES

Plus en détail

Indemnisation des atteintes à l intégrité selon la LAA

Indemnisation des atteintes à l intégrité selon la LAA Indemnisation des atteintes à l intégrité selon la LAA Table 19 Atteinte à l intégrité pour séquelles psychiques d accidents Publié par les médecins de la Suva Caisse nationale suisse 6002 Lucerne, Case

Plus en détail

LADOULEUR CHEZ LA PERSONNE ÂGEE. Outils d évaluation & aide à la décision

LADOULEUR CHEZ LA PERSONNE ÂGEE. Outils d évaluation & aide à la décision LADOULEUR CHEZ LA PERSONNE Outils d évaluation & aide à la décision ÂGEE Pourquoi un tel outil? Parce que, selon la loi «( ) Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur.

Plus en détail

Repérer et évaluer la douleur du sujet âgé

Repérer et évaluer la douleur du sujet âgé Repérer et évaluer la douleur du sujet âgé ANFIIDE Journée Internationale de l infirmière 29 MAI 2010 1 «Avant de vouloir traiter la douleur chez la personne âgée, encore faut-il la reconnaître!...» PASSADORI

Plus en détail

BESOIN DE DORMIR ET SE REPOSER SATISFACTION DU BESOIN

BESOIN DE DORMIR ET SE REPOSER SATISFACTION DU BESOIN BESOIN DE DORMIR ET SE REPOSER SATISFACTION DU BESOIN Définition : Dormir et se reposer est une nécessité pour tout être humain de prendre du sommeil et du repos dans de bonnes conditions, en quantité

Plus en détail

Formes évolutives [3], [23], [24], [25], [26], [27]

Formes évolutives [3], [23], [24], [25], [26], [27] Formes évolutives [3], [23], [24], [25], [26], [27] L'âge de début habituel de la SEP est entre 20 et 40 ans et il y a 1,7 femme atteintes pour 1 homme. Mais il a été décrit des formes à début très précoce

Plus en détail

Les Insomnies de l adulte. Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06

Les Insomnies de l adulte. Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06 Les Insomnies de l adulte Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06 Epidémiologie 20 à 40 % de la population adulte souffre d insomnie au moins une fois dans sa vie 10 à 15% souffrent d insomnie chronique

Plus en détail

Item n 41 : Troubles anxieux et troubles de lʼadaptation. Généralité

Item n 41 : Troubles anxieux et troubles de lʼadaptation. Généralité Bilan initial Item n 41 : Troubles anxieux et troubles de lʼadaptation Généralité Éliminer une pathologie organique : hyperthyroïdie, troubles cardiaque, troubles neurologiques,... Diagnostiquer le trouble

Plus en détail

Item attaque de panique

Item attaque de panique Item attaque de panique Dossier urgences Mme H, âgée de 30 ans, vient consulter sur insistance de son époux, inquiète devant la répétition de crises dont la survenue est brutale et imprévisible et dont

Plus en détail

Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë. Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris

Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë. Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris 1 définir T.C.? Traumatisme Crânien? Traumatisme Céphalique? (Head injury)

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal n Sentiment pénible, désagréable de la pensée n

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde

Polyarthrite Rhumatoïde Polyarthrite Rhumatoïde Traitement et gestion de la fatigue par l activité physique Mr J.B LECHAUVE (Professeur d APA, jblechauve@chu-clermontferrand.fr) Fatigue et Polyarthrite Rhumatoïde Sensation subjective

Plus en détail

BESOIN FONDAMENTAL DORMIR, SE REPOSER

BESOIN FONDAMENTAL DORMIR, SE REPOSER PROMOTION AIDE-SOIGNANTE Année 2014-2015 Module 1 : Accompagnement de la personne dans les gestes de la vie quotidienne BESOIN FONDAMENTAL DORMIR, SE REPOSER Définition : Dormir et se reposer est une nécessité

Plus en détail

LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie

LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie NO BRAIN = NO PAIN Douleurs chroniques rebelles Bretagne douleurchronique.bretagne@laposte.net http://douleurchronique.canalblog.com TROUBLE SOMATOFORME

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

Prévalence. Comme la migraine dont la réalité clinique n est discutée par personne. Apparition de la fibromyalgie dans les années 70

Prévalence. Comme la migraine dont la réalité clinique n est discutée par personne. Apparition de la fibromyalgie dans les années 70 Apparition de la fibromyalgie dans les années 70 Absence de marqueur biologique ou radiologique objectif Suppose de s en tenir aux plaintes du patient Unite douleur M Bensignor T Riant F Ramée T Servillat

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Partie 1. Points importants sur la psychiatrie pour comprendre la suite

Partie 1. Points importants sur la psychiatrie pour comprendre la suite Partie 1 Points importants sur la psychiatrie pour comprendre la suite Chapitre n 1 Troubles psychiatriques Item n 59 Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne

Plus en détail

1.1. Définition du diabète. Des informations partagées pour gérer le diabète. Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques.

1.1. Définition du diabète. Des informations partagées pour gérer le diabète. Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques. Définition du diabète Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques 1.1 FICHE soignants Définition «Le diabète sucré est une affection chronique due soit à une insuffisance génétique ou acquise

Plus en détail

23/04/2014. Conséquences du syndrome démentiel. Circonstances de découverte. Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix

23/04/2014. Conséquences du syndrome démentiel. Circonstances de découverte. Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix Sylvie PARIEL Service de gériatrie ambulatoire Hôpital Charles Foix Conséquences du syndrome démentiel Problème de mémoire Sf. Cognitifs autres que la mémoire Sf. Non cognitifs Sf. Pychiatriques Circonstances

Plus en détail

LA QUALITE DE VIE. UE 2.3 S2 Santé, maladie, handicap,accidents de la vie. Prom Février

LA QUALITE DE VIE. UE 2.3 S2 Santé, maladie, handicap,accidents de la vie. Prom Février LA QUALITE DE VIE vie. Prom 2016-2019. Février 2017 1 HISTORIQUE Le concept de qualité de vie dans sa version moderne a émergé vers 1975 avec: Le développement des maladies chroniques (exemple : maladies

Plus en détail

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats SECONDE VICTIME L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats Ossetroff Lucie Infirmière Anesthésiste CHP Saint Martin PLAN Introduction Répercussions - Etat de stress

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé DU Oncogériatrie 17 avril 2014 Introduction Plan cancer 2009-2013 Mesure 23 : amélioration de la prise en charge des patients âgés atteints

Plus en détail

Les expressions psychiatriques du SIDA. Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre

Les expressions psychiatriques du SIDA. Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre Les expressions psychiatriques du SIDA Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre objectifs Présenter succintement l épidemiologie du VIH/SIDA; Sensibiliser l auditoire à l augmentation des risques de troubles

Plus en détail

R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur

R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur La douleur est rattachée au corps elle est, comme chaque personne, unique aux contextes social, culturel, psychologique et à la personnalité de

Plus en détail

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur L EVALUATION DE LA DOULEUR 1 Interrogatoire du patient et de son entourage (mode d apparition topographie, intensité, signes d accompagnements, conséquences fonctionnelles, ATCD, ) Avez-vous mal maintenant?

Plus en détail

Des polyalgies diffuses à la fibromyalgie

Des polyalgies diffuses à la fibromyalgie Des polyalgies diffuses à la fibromyalgie Quelques définitions pour vous aider Se soigner est un art et une intelligence Les douleurs sont : d origine neurologique centrale (cerveau) d origine neurologique

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse. Dr Gérard BOEUF Gériatre

Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse. Dr Gérard BOEUF Gériatre Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse Dr Gérard BOEUF Gériatre Qu est-ce qu une démence? Définition du syndrome démentiel (DSM IV) : «Trouble

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE

ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE " MARCHE DYNAMIQUE " CENTRE DE COORDINATION EN CANCEROLOGIE (3C) CHPG MONACO BEATRICE CALCAGNO MASSEUR-KINESITHERAPEUTE Activité Physique Adaptée Cancer et fatigue Activité Physique

Plus en détail

Le STRESS au travail Approche Clinique

Le STRESS au travail Approche Clinique Le STRESS au travail Approche Clinique Présenté par Pauline Hanique, psychologue clinicienne, EPSM Lille Metropole, doctorante en psychopathologie clinique et santé. Membre de l association PROMOCOM. phanique@epsm-lille-metropole.fr

Plus en détail

Comment lutter contre les idées reçues sur la douleur? 2 : Des douleurs violentes et persistantes sont toujours le signe d une maladie grave.

Comment lutter contre les idées reçues sur la douleur? 2 : Des douleurs violentes et persistantes sont toujours le signe d une maladie grave. PATIENT Quiz Comment lutter contre les idées reçues sur la douleur? QUESTIONS 1 : Il existe un seul type de douleur. 2 : Des douleurs violentes et persistantes sont toujours le signe d une maladie grave.

Plus en détail