Le catastrophisme. Une grande cause d échecs thérapeutiques?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le catastrophisme. Une grande cause d échecs thérapeutiques?"

Transcription

1 Le catastrophisme Une grande cause d échecs thérapeutiques?

2 Exemple : les scores de catastrophisme restent très élevés chez un quart des patients en rémission sous biothérapies et autant dans les spondylarthrites que les polyarthrites rhumatoïdes à Patients bien mieux dans leur corps mais pire dans leur tête 50,00 40,00 Catastrophisme moyen des accidents de travail Score de catastrophisme 30,00 20,00 10,00 0,00 20,00 30,00 40,00 50,00 60,00 70,00 80,00 age

3 Le jugement des patients sur leur présent et surtout leur avenir était bien plus pessimiste que celui des médecins alors que c était l inverse pour le regard posé sur le passé 100,00 80, Passé Médecin Passé Patient Présent Médecin Présent Patient Futur Médecin Futur Patient 60, , , ,00,00 1,00 PR SpA

4 Et les médecins n ont deviné que la moitié des catastrophistes N = 17 (36,5 +/- 5) N =16 N = 19 (17,4 +/- 9) 17 catastrophistes non repérés 19 pris à tort pour très catastrophistes

5 Le catastrophisme est un peu l anti-thèse du coping : Le catastrophisme empêche les patients d aller mieux Les catastrophistes n envisagent plus que le pire (pessimisme, mais pas de dépression en général) Ils ont peur de l abandon, demandent du soutien (trouvent qu on ne les aide jamais assez) Ils ressentent leur pathologie comme une injustice (mais ne veulent pas être consolidés ) à ils se complaisent dans leurs complaintes

6 Le catastrophisme est souvent durable car ce peut-être un trait de personnalité ou un état d équilibre bas mais très stable

7 Le catastrophisme empêche les patients de s améliorer à Douleurs ressenties comme plus fortes à Douleurs ressenties comme plus déstabilisantes affectivement à Mauvaise réponse aux antalgiques, voire mésusage

8 Le catastrophisme empêche les patients de s améliorer à Surenchères thérapeutiques inefficaces ou inutiles à Non-reprise du travail malgré amélioration ++ à Patients n aimant pas qu on leur dise que leur pathologie est bénigne

9 Exemple de personnages catastrophistes au cinéma

10 Trois dimensions dans le catastrophisme (et le score servant à le quantifier) -amplification des douleurs (items 6,7 et 13) -sentiment d impuissance (items 1 à 5 et 12) -ruminations (items 8 à 11)

11 Score de Sullivan à 13 questions (1= parfois, 2 = assez souvent; 3 = très souvent; 4 = tout le temps) à de 0 à 52 (catastrophisme si > 20/52, sévère si > 30/52) Je me préoccupe tout le temps si ma douleur va cesser J ai le sentiment que je ne peux pas fonctionner C est terrible et je pense que ça n ira jamais mieux C est affreux et j ai le sentiment que cela me dépasse J ai le sentiment que je ne peux plus l endurer J ai peur que la douleur empire Je n arrête pas de penser à d autres situations douloureuses Je veux avec anxiété que la douleur s en aille Je ne peux pas la chasser de mon esprit Je n arrête pas de penser à comment cela fait mal Je n arrête pas de penser à quel point je veux que la douleur cesse Il n y a rien que je puisse faire pour réduire l intensité de ma douleur Je me demande si quelque chose de plus sérieux peut survenir

12 Il faut faire prendre conscience aux patients de leur catastrophisme Dépister les catastrophistes (via le questionnaire) pour bonifier les interventions thérapeutiques à ne pas sur-traiter des patients plus catastrophistes qu évolutifs à ne pas majorer le catastrophisme par une compassion à contre-temps à traiter le catastrophisme résiduel (psychothérapie cognitive) en aidant les patients à comprendre qu ils se piègent eux-mêmes

13 Traitements du catastrophisme (Sullivan et al) : par la thérapie cognitive

14 Ne pas se sentir coupable face au comportement frustrant des patients catastrophistes! Les catastrophistes n envisagent plus que le pire (pessimisme, mais pas forcément de dépression) Ils ont peur de l abandon, demandent du soutien (mais trouvent qu on ne leur en apporte jamais assez) Ils ressentent leur pathologie comme une injustice (mais ne veulent pas être consolidés )

15 Traitement du catastrophisme (Sullivan et al) par la thérapie cognitive auprès de psychologues 6 à 10 séances individuelles, ou séances de groupe (une seule peut aider ++) 1-Prise de conscience du catastrophisme et repérage des circonstances où il s exprime dans son cas propre ++ 2-Engagement écrit à ne pas amplifier les douleurs dans ces circonstances à ne pas ruminer les douleurs à ne pas lasser l entourage (pour ne plus se sentir délaissé)

16 Exemple d amélioration du catastrophisme par une seule séance de thérapie cognitive de groupe Darnall DB, et al. J Pain Res 2014;7:219-26

17 Un tiers des patients peuvent être améliorés de plus de 50% Darnall DB, et al. J Pain Res 2014;7:219-26

18 Aide toi, et ton médecin t aidera?

19 Limites à la prise en charge du catastrophisme 1-bénéfices secondaires (comme la non reprise du travail) ALD à notion de maladie grave Recours à des traitements très onéreux à preuve qu ils sont très malades

20 Limites à la prise en charge du catastrophisme 2-Un possible excès de maternage depuis 30 ans? Carrément méchant

21 Le consumérisme peut inciter les patients à devenir catastrophistes Si tolérance à de faibles douleurs à peu de consommation de médicaments Si intolérance même aux faibles douleurs à plus de consommation de médicaments

22 Jusqu à les culpabiliser (ainsi que les soignants) s ils ont encore mal

23 Le message est bien passé dans certains pays Très mauvais client Très bon client

24 NB : Le ressenti et l expression d une douleur est très culturel Rugby Football

25 Limites à la prise en charge du catastrophisme 3-le climat de l époque! (les journalistes en vivent )

26 à Lutter aussi contre le catastrophisme ambiant

27 4 échelles pour repérer les patients à risque de s enfermer dans une spirale négative (par ordre d importance) 1-échelle de catastrophisme (seuil = 20) l échelle de Tampa de kinésiophobie (peur du mouvement) (seuil = à 40) 3-l échelle de sentiment d injustice (seuil = 20) 4-l échelle d handicap fonctionnel lié à la douleur (seuil = 38)

28 Score de Sullivan à 13 questions (1 = parfois, 2 = souvent, 3 = très souvent, 4 = tout le temps) à de 0 à 52 (catastrophisme si > 20/52, sévère si > 30/52) Je me préoccupe tout le temps si ma douleur va cesser J ai le sentiment que je ne peux pas fonctionner C est terrible et je pense que ça n ira jamais mieux C est affreux et j ai le sentiment que cela me dépasse J ai le sentiment que je ne peux plus l endurer J ai peur que la douleur empire Je n arrête pas de penser à d autres situations douloureuses Je veux avec anxiété que la douleur s en aille Je ne peux pas la chasser de mon esprit Je n arrête pas de penser à comment cela fait mal Je n arrête pas de penser à quel point je veux que la douleur cesse Il n y a rien que je puisse faire pour réduire l intensité de ma douleur Je me demande si quelque chose de plus sérieux peut survenir

29

Douleurs et approches comportementales : autour du patient douloureux chronique. Valérie Lemaire, Psychologue, CMTDC, CHC-Espérance

Douleurs et approches comportementales : autour du patient douloureux chronique. Valérie Lemaire, Psychologue, CMTDC, CHC-Espérance Douleurs et approches comportementales : autour du patient douloureux chronique Valérie Lemaire, Psychologue, CMTDC, CHC-Espérance PLAN : La douleur chronique : de quoi parle-t-on? La plainte Le patient

Plus en détail

Le Catastrophisme. J. Renault Coordinateur Hypnothérapeute Praticien en Relaxation Psychothérapique Centre d Etude et de Traitement de la Douleur

Le Catastrophisme. J. Renault Coordinateur Hypnothérapeute Praticien en Relaxation Psychothérapique Centre d Etude et de Traitement de la Douleur Le Catastrophisme J. Renault Coordinateur Hypnothérapeute Praticien en Relaxation Psychothérapique Centre d Etude et de Traitement de la Douleur Notre jugement peut souvent se trouver trompé par lesdéformations

Plus en détail

TCC appliquée aux lombalgies chroniques

TCC appliquée aux lombalgies chroniques TCC appliquée aux lombalgies chroniques Introduction 1er cause d invalidité chez les moins de 40ans 1ere cause d arrêt de travail Dans la très grande majorité des cas la lombalgie aigue disparaît dans

Plus en détail

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Stéphanie Granges Cordonier Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP Sion, janvier 2017 Les deux activités principales

Plus en détail

L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS!

L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! A L OCCASION DE LA 9 ÈME JOURNÉE MONDIALE DES SOINS PALLIATIFS! VENDREDI 24 OCTOBRE 2014 ENS LYON! L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! UNE PLACE ORIGINALE DANS L ÉQUIPE DE SOINS! Cédric LEFEVRE! Art-thérapeute

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES D. Poivret, M.E. Saint Eve, Ph. Thomas Rosa Muia, Nadine Marck, Magali Muller Cécile Pélissier, S. Borsenberger CHR Metz Thionville Polyarthrite

Plus en détail

Fibromyalgie 2 Centre Douleur Chronique Hôpital de la Timone Cycle de conférences 2007

Fibromyalgie 2 Centre Douleur Chronique Hôpital de la Timone Cycle de conférences 2007 Fibromyalgie 2 Centre Douleur Chronique Hôpital de la Timone Cycle de conférences 2007 27/06/2007 Centre Douleur Chronique Timone 1 www.douleurpaca.ap-hm.fr fnaff.free.fr 27/06/2007 Centre Douleur Chronique

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA DOULEUR C est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE

EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE Gabrielle DAUCE, Morgan FRIBAULT Infirmières coordinatrices 2017 INTRODUCTION La douleur de la personne âgée est sous estimée alors que la fréquence

Plus en détail

Modulations psychologiques des douleurs post -opératoires

Modulations psychologiques des douleurs post -opératoires Modulations psychologiques des douleurs post -opératoires Pr Anne-Françoise Allaz Médecin chef Service de Médecine Interne de Réhabilitation Beau-Séjour Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) Consultante

Plus en détail

Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive

Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive 1 Généralités Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive Amélioration des symptômes et de la qualité de vie Restauration fonctionnelle Prévention des rechutes et des récidives La prise

Plus en détail

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur Prise en charge multidisciplinaire Auprès de certains patients douloureux chroniques, tout soignant peut éprouver des difficultés de nature diverse, face à ces difficultés certains soignants ont trouvé

Plus en détail

Le questionnaire. 1. Humeur dépressive: la personne est-elle dans un état de tristesse, d impuissance, d auto dépréciation?

Le questionnaire. 1. Humeur dépressive: la personne est-elle dans un état de tristesse, d impuissance, d auto dépréciation? Plus la note est élevée, plus la dépression est grave : De 10 à 13: symptômes dépressifs légers De 14 à 17: symptômes dépressifs légers à modérés Plus de 18: symptômes dépressifs modérés à sévères Le questionnaire

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP Mme MERCIER Bernadette Neuropsychologue Réseau Rhône-Alpes SEP Ecole de la SEP pour les professionnels de santé Lyon, samedi 25 mai 2013 Rare au début de la maladie 10 % cas dans SEP SP EUPHORIE Etat de

Plus en détail

Apathie. Trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie d Alzheimer

Apathie. Trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie d Alzheimer Trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie d Alzheimer 1 Définition Trouble de la motivation qui se caractérise par un émoussement affectif, une perte d initiative et une perte d intérêt L

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur

L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur ressentie par le patient? Delphine CAYZAC Psychologue Réseau Enfant-Do, Hôpital des Enfants de Toulouse

Plus en détail

Atelier 6: la santé des aidants

Atelier 6: la santé des aidants Jeudi 6 novembre 2014 Dr Brigitte Duboc Médecin conseiller technique national (CCMSA) Atelier 6: la santé des aidants L ACTION «SANTE DES AIDANTS» Constats La santé des aidants est une préoccupation légitime

Plus en détail

ENFANT» COUSIN Anne-lise, Psychologue clinicienne, ERRSPP Eiréné, CHRU Lille

ENFANT» COUSIN Anne-lise, Psychologue clinicienne, ERRSPP Eiréné, CHRU Lille «JE SUIS D ABORD UN ENFANT» COUSIN Anne-lise, Psychologue clinicienne, ERRSPP Eiréné, CHRU Lille PIETTE Véronique, Educatrice de Jeunes Enfants, Neurochirurgie Pédiatrique, CHRU Lille QU EST-CE QU UN ENFANT?

Plus en détail

Projet sponsorisé par le FSE

Projet sponsorisé par le FSE Projet sponsorisé par le FSE Lieu de contrôle de la santé, stratégies d adaptation, qualité de vie et perception de la douleur avant et après une école du dos chez les lombalgiques chroniques Aurélie Duveau,

Plus en détail

Échelle de dépression gériatrique 1

Échelle de dépression gériatrique 1 Échelle de dépression gériatrique 1 Instructions : Expliquez le questionnaire à la personne et remplissez-le avec elle. La personne doit répondre par oui ou par non à chacune des questions, selon ce qui

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient recevant des opioïdes forts en oncologie médicale

Education Thérapeutique du Patient recevant des opioïdes forts en oncologie médicale Education Thérapeutique du Patient recevant des opioïdes forts en oncologie médicale Futo Jeanne-Francette, infirmière spécialiste clinique, Praticienne et coordonnatrice de programmes d Education Thérapeutique

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

Les stratégies d intervention et les résonnances du soignant face au patient obèse et à sa famille

Les stratégies d intervention et les résonnances du soignant face au patient obèse et à sa famille Symposium de la Division d Endocrinologie, Diabétologie et Obésité pédiatrique DMCP CHUV 2 octobre 2014 Les stratégies d intervention et les résonnances du soignant face au patient obèse et à sa famille

Plus en détail

Formation des aidants naturels et éducation thérapeutique pour la maladie d Alzheimer et les affections apparentées. Dr Leslie Cartz-Piver

Formation des aidants naturels et éducation thérapeutique pour la maladie d Alzheimer et les affections apparentées. Dr Leslie Cartz-Piver Formation des aidants naturels et éducation thérapeutique pour la maladie d Alzheimer et les affections apparentées Dr Leslie Cartz-Piver CMRR du Limousin Réseau Mémoire COGLIM 1 Vivre au mieux avec la

Plus en détail

Le vécu du Médecin aux Soins intensifs. Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet

Le vécu du Médecin aux Soins intensifs. Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet Le vécu du Médecin aux Soins intensifs Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet Particularité des soins intensifs oncologiques PATIENT avec pathologies et problèmes multiples Néoplasie, ATCD, comorbidités

Plus en détail

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV Intervention du 7 mars 2016 Dufeil SOUNGA leybrodneil@yahoo.fr Dufeil SOUNGA Psychologue clinicien Psychologue cognitivo-comportementaliste Psychothérapeutique

Plus en détail

Fibromyalgie : Aspects psychologiques et intérêt des cures thermales

Fibromyalgie : Aspects psychologiques et intérêt des cures thermales Fibromyalgie : Aspects psychologiques et intérêt des cures thermales Conférence du Docteur Dubois, Psychiatre et Directeur des Thermes de Saujon, Président de la Société Française de Médecine Thermale

Plus en détail

Que sait-on de la qualité de vie des personnes vivant avec un trouble schizophrénique?

Que sait-on de la qualité de vie des personnes vivant avec un trouble schizophrénique? Que sait-on de la qualité de vie des personnes vivant avec un trouble schizophrénique? Pr Christine Passerieux Dr Mathieu Urbach Centre Hospitalier de Versailles Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS

COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS LES PERSONNES QUI NE PEUVENT EXPRIMER LEUR DOULEUR? Personnes IMC, handicapés physiques ou mentales. Pathologies

Plus en détail

L Annonce diagnostique en psychiatrie

L Annonce diagnostique en psychiatrie L Annonce diagnostique en psychiatrie 1 Dr DOMINIQUE JANUEL Chef de pole 93 G03 EPS DE VILLE EVRARD À ST DENIS 5 rue du Dr Delafontaine Saint Denis Définition Diagnostic : Identification d une maladie

Plus en détail

LIEU DE CONTRÔLE DE LA SANTÉ, STRATÉGIES D ADAPTATION & QUALITÉ DE VIE ET PERCEPTION DE LA DOULEUR

LIEU DE CONTRÔLE DE LA SANTÉ, STRATÉGIES D ADAPTATION & QUALITÉ DE VIE ET PERCEPTION DE LA DOULEUR LIEU DE CONTRÔLE DE LA SANTÉ, STRATÉGIES D ADAPTATION & QUALITÉ DE VIE ET PERCEPTION DE LA DOULEUR Duveau A. ; Lempereur I. & Majery N www.prevendos.lu Lieu de contrôle de la santé Théorie de la personnalité

Plus en détail

Fondements de la relation d aide

Fondements de la relation d aide Fondements de la relation d aide De l humain à la relation d aide Principes fondateurs Attitudes thérapeutiques Questions thérapeutiques Cadres de pratique 1 2 Le counseling Le counseling est né aux États-Unis

Plus en détail

Retour à l emploi après un Cancer

Retour à l emploi après un Cancer Retour à l emploi après un Cancer L expérience d une d consultation pluridisciplinaire Géraldine De Blasi, Psychologue CHU de Rouen, Doctorante en Psychologie, Université de Rouen Evelyne Bouteyre, Maître

Plus en détail

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé DU Oncogériatrie 17 avril 2014 Introduction Plan cancer 2009-2013 Mesure 23 : amélioration de la prise en charge des patients âgés atteints

Plus en détail

Cancer : maladie chronique

Cancer : maladie chronique Cancer : maladie chronique Introduction Chronique : «se dit d une maladie d évolution lente et sans tendance à la guérison», «qui dure, persiste» De plus en plus de gens vivent avec le cancer d où la notion

Plus en détail

Echelle de dépression de Hamilton. Le Test

Echelle de dépression de Hamilton. Le Test Echelle de dépression de Hamilton L échelle de dépression de Hamilton est un test d'évaluation de l intensité des symptômes dépressifs, utilisable pour toutes les personnes; y compris les personnes âgées

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

SARAH FAMERY LE POUVOIR DE L EMPATHIE. Comment obtenir le meilleur et éviter le pire? ISBN : Groupe Eyrolles, 2014

SARAH FAMERY LE POUVOIR DE L EMPATHIE. Comment obtenir le meilleur et éviter le pire? ISBN : Groupe Eyrolles, 2014 SARAH FAMERY LE POUVOIR DE L EMPATHIE Comment obtenir le meilleur et éviter le pire?, 2014 ISBN : 978-2-212-55938-5 Introduction L empathie, une «compétence» Il peut sembler paradoxal d évoquer l empathie

Plus en détail

La casita de la résilience La fleur de l estime de soi

La casita de la résilience La fleur de l estime de soi La casita de la résilience La fleur de l estime de soi Prof. Alain Golay Prof. Stefan Vanistendael Alain.Golay@hcuge.ch www.hug-ge.ch/education-therapeutique Définition de la résilience La résilience est

Plus en détail

Restitution des ateliers

Restitution des ateliers Restitution des ateliers Modérateur : Dr Jean-Pierre DAULOUEDE Samedi 19 novembre 2016 10h30-11h30 Addiction aux analgésiques opioïdes : quels outils utiliser en pratique? Quel algorithme décisionnel recommander?

Plus en détail

La prise en charge des adolescents porteurs de TCA

La prise en charge des adolescents porteurs de TCA La prise en charge des adolescents porteurs de TCA DES de Pédiatrie Docteur Damien RINGUENET Mode de début Régime restrictif pour un surpoids réel ou imaginaire Circonstance de séparation : Eloignement

Plus en détail

STRESS ET TRAVAIL I. QU EST CE QUE LE STRESS AU TRAVAIL? CAUSES DE STRESS

STRESS ET TRAVAIL I. QU EST CE QUE LE STRESS AU TRAVAIL? CAUSES DE STRESS I. Qu est ce que le stress au travail? STRESS ET TRAVAIL I. QU EST CE QUE LE STRESS AU TRAVAIL? Le terme de stress est peu à peu vidé de son sens et tend à être galvaudé. À l origine il désigne la pression

Plus en détail

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r Douleur et fin de vie F. Yahiatene; D. Benmoussa; B. Griène Centre De Traitement De La Douleur CPMC - Alger 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e 2 0 1

Plus en détail

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur L EVALUATION DE LA DOULEUR 1 Interrogatoire du patient et de son entourage (mode d apparition topographie, intensité, signes d accompagnements, conséquences fonctionnelles, ATCD, ) Avez-vous mal maintenant?

Plus en détail

LES CONSÉQUENCES ET SYMPTÔMES:

LES CONSÉQUENCES ET SYMPTÔMES: LES CONSÉQUENCES ET SYMPTÔMES: Sur la vie psychique du sujet : Tristesse importante et constante; Tendance à pleurer pour rien, à voir la vie en noir; Dégoût de la vie; Souffrance vécue comme un échec

Plus en détail

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur Traitement de la douleur Pourquoi évaluer? Identifier des malades algiques Prendre une décision thérapeutique adaptée Améliorer la relation médecin-malade Permettre aux équipes soignantes d utiliser des

Plus en détail

Approche en gestion de la douleur en traumatologie

Approche en gestion de la douleur en traumatologie Approche en gestion de la douleur en traumatologie Présenté par: Céline Charest Alain Montplaisir Anick Sauvageau Isabelle Garceau 14 mai 2009 Plan de la présentation Rappel du contexte Clientèle cible

Plus en détail

SPORT et REEDUCATION. Dr Jean-Luc HEILI Praticien Hospitalier CHR de METZ

SPORT et REEDUCATION. Dr Jean-Luc HEILI Praticien Hospitalier CHR de METZ SPORT et REEDUCATION Dr Jean-Luc HEILI Praticien Hospitalier CHR de METZ DOULEUR et ACTIVITES PHYSIQUES Dr Jean-Luc HEILI Centre d Evaluation et de Traitement de la Douleur Site Ste Blandine HP METZ DOULEUR

Plus en détail

DOULEUR CHRONIQUE : MYTHES & RÉALITÉS!

DOULEUR CHRONIQUE : MYTHES & RÉALITÉS! DOULEUR CHRONIQUE : MYTHES & RÉALITÉS! MYTHE : La gestion de la douleur par médicaments est standard pour tous les individus. RÉALITÉ : Chaque individu réagit différemment. La gestion de la douleur et

Plus en détail

L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1

L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1 L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I 2 0 1 7 D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1 INTRODUCTION LE SUJET AGE QUI S ALCOOLISE Vulnérabilité du sujet

Plus en détail

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil Document de référence Comprendre et vivre le deuil Table des matières Introduction 2 Définition 2 Mythes 2 Étapes et symptômes 2 Différencier deuil et dépression 3 Comment surmonter un deuil 3 Quand le

Plus en détail

Échelle d évaluation des phobies, attaques de panique et anxiété généralisée (PPAG)

Échelle d évaluation des phobies, attaques de panique et anxiété généralisée (PPAG) Échelle d évaluation des phobies, attaques de panique et anxiété généralisée (PPAG) Cottraux J. (1993) Cette échelle simple permet d évaluer les trois grands types d anxiété, à savoir les phobies, les

Plus en détail

Les conjoints de Parkinsoniens

Les conjoints de Parkinsoniens Association des Parkinsoniens De la Manche 37, rue des Dunes 50 230 Agon/Coutainville Les conjoints de Parkinsoniens Tél : 02 33 46 87 75 Sommaire Les difficultés rencontrées par les conjoints Les différents

Plus en détail

Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR

Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR P Vergne-Salle, O Mejjad, RM Javier, E Maheu, M Fallut, J Glowinski, P Bertin Cercle d Etude de la Douleur en Rhumatologie

Plus en détail

LES ÉTATS ÉMOTIONNELS DES

LES ÉTATS ÉMOTIONNELS DES LES ÉTATS ÉMOTIONNELS DES JEUNES MAMANS SANDRINE DIXNEUF PSYCHOLOGUE CABINET: 3 AVENUE DE LA PRODUCTION QUARTIER SAINTE THÉRESE ROND POINT DE VANNES 44 100 NANTES TÉL: 06 84 56 35 14 Les états émotionnels

Plus en détail

Quelques chiffres Sur l alcoolisation des femmes en France

Quelques chiffres Sur l alcoolisation des femmes en France Quelques chiffres Sur l alcoolisation des femmes en France *Chiffres nationaux d après une étude [ENVEFF] sur 6970 femmes de 20 à 59 ans (en 2000). 47,7% des femmes de 28 à 59 ans déclarent consommer de

Plus en détail

APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL. La relation médecin - patient

APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL. La relation médecin - patient APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL La relation médecin - patient Jacqueline CARDONA 24 janvier 2012 Contrat de soins «comportant, pour le praticien, l'engagement, sinon, bien évidemment, de guérir le

Plus en détail

Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles

Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles Journée de sensibilisation à l autisme Le 2 avril 2010 CH THUIR C Palix, G Szembel, H Guérin, JM Cabaup,

Plus en détail

Méditation Pleine Conscience, le bonheur est dans le présent

Méditation Pleine Conscience, le bonheur est dans le présent Méditation Pleine Conscience, le bonheur est dans le présent La méditation Pleine Conscience n est pas une pratique de relaxation ou une méthode antistress. C est une technique qui apprend à être dans

Plus en détail

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS Dr Marilyne MARCEAU 1 Empathie: définition Capacité de se mettre à la place de l autre pour comprendre ses émotions et ses sentiments, éprouver ce que ressent l autre,

Plus en détail

L'ACTIVITE PHYSIQUE : UN TRAITEMENT ANTALGIQUE?

L'ACTIVITE PHYSIQUE : UN TRAITEMENT ANTALGIQUE? L'ACTIVITE PHYSIQUE : UN TRAITEMENT ANTALGIQUE? Dr Jean-Luc HEILI Algologue Médecine Physique et de Réadaptation Ancien Référent du Centre d'evaluation et de Traitement de la Douleur Chronique des Hôpitaux

Plus en détail

«... the only pain easy to treat, is the pain of others...» Sir William Osler

«... the only pain easy to treat, is the pain of others...» Sir William Osler Programme d Éducation Thérapeutique des Patients souffrant de lombalgies par Arthrose Interapophysaire Lombaire Postérieure (AIAP) Suivi de l Amélioration et des Pratiques Professionnelles N.MIMASSI, D.BARON²,F.MARCHAND²,

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Comment lutter contre les idées reçues sur la douleur? 2 : Des douleurs violentes et persistantes sont toujours le signe d une maladie grave.

Comment lutter contre les idées reçues sur la douleur? 2 : Des douleurs violentes et persistantes sont toujours le signe d une maladie grave. PATIENT Quiz Comment lutter contre les idées reçues sur la douleur? QUESTIONS 1 : Il existe un seul type de douleur. 2 : Des douleurs violentes et persistantes sont toujours le signe d une maladie grave.

Plus en détail

Apprendre en groupe à réguler sa colère ou Comment exprimer sa colère sans perdre le contrôle?

Apprendre en groupe à réguler sa colère ou Comment exprimer sa colère sans perdre le contrôle? Apprendre en groupe à réguler sa colère ou Comment exprimer sa colère sans perdre le contrôle? Jean-Marie Rossier Psychologue psychothérapeute Phénix / Genève Sommaire 1. QUI? 2. POURQUOI? Pour quelles

Plus en détail

Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité. Florence Barruel

Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité. Florence Barruel Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité Florence Barruel Objectifs Soutenir les patientes psychiquement dès l annonce et pendant et après les traitements Faciliter

Plus en détail

«Art-thérapie et Oncologie»

«Art-thérapie et Oncologie» Réseau Espace Santé Cancer Rhône Alpes Jeudi 17 avril 14 «Art-thérapie et Oncologie» Fabrice Chardon Directeur d enseignement et de recherche Afratapem Directeur pédagogique DU d art-thérapie Faculté de

Plus en détail

La Polyarthrite Rhumatoïde Enjeux actuels

La Polyarthrite Rhumatoïde Enjeux actuels Evaluation des auto-questionnaires dans la polyarthrite rhumatoïde: Etude transversale sur 200 patients avec le RAPID3 et le RADAI5 et évaluation de la poussée Marie Bossert Service de Rhumatologie Pr

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

En lien avec le Centre Expert des hépatites Languedoc-Roussillon sous la responsabilité du Professeur D. LARREY

En lien avec le Centre Expert des hépatites Languedoc-Roussillon sous la responsabilité du Professeur D. LARREY Didier RIBARD: Coordinateur médical Marie-Pierre RIPAULT: Coordinatrice médicale Marie-Claude WEY: Coordinatrice administrative En lien avec le Centre Expert des hépatites Languedoc-Roussillon sous la

Plus en détail

Autoroute A16. Système de Repérage de Base (SRB) - Localisation des Points de repère (PR) A16- A16+

Autoroute A16. Système de Repérage de Base (SRB) - Localisation des Points de repère (PR) A16- A16+ 01 / 24 0 0!( 10 10 20 20 02 / 24 20 20 30 30 40 40 Système de Repérage de Base (SRB) - Localisation des Points de repère (PR) 03 / 24 40 40 50 50 60 60 60 60 04 / 24 70 70 80 80 80 80 Système de Repérage

Plus en détail

L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE. Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P.

L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE. Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P. L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P. En 2008, 3.6 millions de personnes âgées de plus de 60 ans étaient

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE. Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs

EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE. Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs APRÈS DES ANNÉES DE TRIOMPHALISME MÉDICAL ET DE DÉNI DE LA MORT, AMENANT LES SOIGNANTS À DES VICTOIRES

Plus en détail

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA Les facteurs de risque des céphalées A. Belaid EHS CHERAGA Introduction Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées

Plus en détail

«Evaluation de la douleur en fonction des âges et du handicap»

«Evaluation de la douleur en fonction des âges et du handicap» 2ème Journée e Régionale R Douleur des CLUD de Midi Pyrénées «Evaluation de la douleur en fonction des âges et du handicap» CLUD Rodez et Saint Affrique Aveyron INTRODUCTION Plan 2006-2010: priorité numéro

Plus en détail

Vivre avec une transplantation rénale : le point de vue d une psychologue

Vivre avec une transplantation rénale : le point de vue d une psychologue Vivre avec une transplantation rénale : le point de vue d une psychologue Sylvie PUCHEU Psychologue, PhD U.F. Psychologie et Psychiatrie de Liaison de d Urgences Hôpital Européen Georges Pompidou 3èmes

Plus en détail

Programme de prévention de l obésité infantile auprès de la femme enceinte. PRALIM Programme de prévention obésité mère-enfant.

Programme de prévention de l obésité infantile auprès de la femme enceinte. PRALIM Programme de prévention obésité mère-enfant. Programme de prévention de l obésité infantile auprès de la femme enceinte R é s e a u G r a n d i r 3 d é c e m b r e 2 0 1 3 PRALIM Programme de prévention obésité mère-enfant. Objectif général En lien

Plus en détail

LES ECHELLES D EVALUATION EN PSYCHOPATHOLOGIE (DEPRESSION/ANGOISSE)

LES ECHELLES D EVALUATION EN PSYCHOPATHOLOGIE (DEPRESSION/ANGOISSE) Cours 1 méthode des tests (clinique) 4 décembre 2005 LES ECHELLES D EVALUATION EN PSYCHOPATHOLOGIE (DEPRESSION/ANGOISSE) Il existe 2 approches principales par les instruments d évaluation en psychopathologie.

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

Vivre avec une maladie chronique

Vivre avec une maladie chronique Vivre avec une maladie chronique «L éducation thérapeutique des patients» A. LACROIX, JPH ASSAI En France 15 millions de personnes soit 20 % de la population souffre de maladies chroniques. Maladie chronique

Plus en détail

Recherche toucher détente. Me Gaide Michelle IDE Equipe mobile de soins de support UMIHSSP Pr Duffaud CHU Timone -Marseille

Recherche toucher détente. Me Gaide Michelle IDE Equipe mobile de soins de support UMIHSSP Pr Duffaud CHU Timone -Marseille Recherche toucher détente Me Gaide Michelle IDE Equipe mobile de soins de support UMIHSSP Pr Duffaud CHU Timone -Marseille Titre de la recherche Mesure des effets du toucher détente en soins infirmiers

Plus en détail

A-t-on le droit d avoir un cancer et une dépression? Benjamin LAVIGNE Psychiatre Centre Hospitalier Esquirol

A-t-on le droit d avoir un cancer et une dépression? Benjamin LAVIGNE Psychiatre Centre Hospitalier Esquirol A-t-on le droit d avoir un cancer et une dépression? Benjamin LAVIGNE Psychiatre Centre Hospitalier Esquirol Plan de vol Le cancer est-il une raison suffisante pour aller mal? Quelle différence entre la

Plus en détail

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine e la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine Docteur André LESPINE Hôpital E.Herriot LYON Les jeudis de l Europel 11 mars 2006 e Oui? Non? utilisez vous la morphine? mesurez vous la douleur

Plus en détail

Le Soutien Social 54

Le Soutien Social 54 Le Soutien Social 54 Coping et soutien social Evénement négatif Amis, Époux, Proches,Organisations, Institutions, etc Entourage social Quotidien Confort Attention Estime Aide de qualité Bien être psychologique

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Introduction à l'édition américaine de Préface à l'édition française (2009) 11

Table des matières. Sommaire 5 Introduction à l'édition américaine de Préface à l'édition française (2009) 11 Sommaire 5 Introduction à l'édition américaine de 1976 7 Préface à l'édition française (2009) 11 CHAPITRE 1 Du «bon sens» et au-delà 15 Le dilemme du patient 15 La conscience et le bon sens 18 Quand le

Plus en détail

Qu est-ce qu un dos? De quoi parle-t-on? Histoire 1 07/02/2012

Qu est-ce qu un dos? De quoi parle-t-on? Histoire 1 07/02/2012 Dr, PD, Stephane Genevay Médecin adjoint Responsable de la consultation rachis Service de Rhumatologie Histoire 1 Jeune fille de 15 qui vient avec sa mère Se plaint de mal de dos à l école et à la gymnastique

Plus en détail

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient CONTENU DES GROUPES D ENSEIGNEMENT FACULTAIRE (Document élaboré à partir de l article : Attali C, Huez J-F, Valette T & Lehr-Drylewicz. Les grandes familles de situations cliniques. Exercer 2013 24, 165

Plus en détail

DOULEUR: du symptôme au syndrome. Dr Franck TADDEI 17/03/2008

DOULEUR: du symptôme au syndrome. Dr Franck TADDEI 17/03/2008 DOULEUR: du symptôme au syndrome Dr Franck TADDEI 17/03/2008 Plan Général A- Concept de douleur 1- Définition 2- Décodage 3- Douleur aiguë vs douleur chronique 4- Syndrome douloureux chronique 5- Mécanismes

Plus en détail

Périnatalité et addiction. Le 28 juin 2013

Périnatalité et addiction. Le 28 juin 2013 Périnatalité et addiction Le 28 juin 2013 Consommations chez lees jeunes bretons de 17 ans Tabac 36% des jeunes fument tous les jours, fille = garçon Alcool 14% ( 9% filles) consomment de façon régulière

Plus en détail

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU CANCER: COMMENT VIVRE AVEC UNE ÉPÉE DE DAMOCLÈS AU-DESSUS DE LA TÊTE? Aude Caplette-Gingras, Ph.D., psychologue spécialisée en oncologie, Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia,

Plus en détail

Centre Hospitalier Sainte-Anne

Centre Hospitalier Sainte-Anne EPP «Prise en charge de la douleur physique des patients hospitalisés au CHSA» (référence 42) Docteur Marianne MAZODIER Secteur 15- PARIS Journée FFP 28 Mars 2008 Thème porteur de potentialités d amélioration?:

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR ET SA PRISE EN CHARGE EN MESOTHÉRAPIE. Dr Jean-Pierre MARTIN Montélimar

EVALUATION DE LA DOULEUR ET SA PRISE EN CHARGE EN MESOTHÉRAPIE. Dr Jean-Pierre MARTIN Montélimar EVALUATION DE LA DOULEUR ET SA PRISE EN CHARGE EN MESOTHÉRAPIE Dr Jean-Pierre MARTIN Montélimar DEFINITION DE L IASP La douleur est une expérience sensorielle et émentionnelle désagréable, liée à une lésion

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. observance thérapeutique

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. observance thérapeutique Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission observance thérapeutique Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas)

Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas) Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas) Dr C Charbonnier, médecin MPR Dr V Tsimba, médecin MPR I Godefroy, kinésithérapeute

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail