Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère"

Transcription

1 Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab Lazar H. 1, Benmoussa A. 2, Kassou N. 1, Kacimi I. 1, Tarik B. 1, Morarech M. 1 *Laboratoire d Océanologie, Géodynamiq que et Génie Géologique Faculté des sciences Agdal RABAT, ** ONEP I. INTRODUCTION Dans le cadre de la politique du développement accéléré que connait le Maroc actuellement, la zone du Nord, notamment la zone du Tangérois, est appelée à se préparer pour accueillir une importante activité sociale et économique. Les besoins en eau, que ça soit potable ou industrielle, dans la région de Tanger Asilah sont appelés à s accroître pour accompagner l augmentation de la demande instaurée par le développement économique, la croissance démographique et l augmentation des risques dee pénuries. L aquifère de Charf El Akab d une superficie de 17 km 2, situé à 17 Km au Sud S Ouest de la ville de Tanger, joue un rôle déterminant en tant que réservoir régulateur des eaux superficielles qui y sont injectées en Hiver, puis repompées en période sèche pour le renforcement de l AEPI des villes de Tanger et d Asilah. Figure 1 Carte de situation du bassin de Charf El Akab par rapport r au bassin du LOUKKOS Ce système aquifère représente le système de secours en cas d urgence qui peut être dû à l arrêt l ou l indisponibilité de l un des ouvrages de desserte actuelle ou relative r à l augmentation de la demande. 281

2 Vu les différentes problématiques des ressources en eau de la région, les études de dégagement de nouvelles ressourcess en eau par la réalisationn de nouveaux forages, semblent s nécessaires et de haute importance, ces études sont essentiellem ment basées sur des reconnaissances géophysiques et hydrogéologiques. C est dans ce cadre quee s inscrit ce projet qui consiste à la réalisation d une synthèse hydrogéologique et géophysique des forages ONEP et dont les ressources sont destinées à l AEP de Tanger Asilah. II. CONTEXTE HYDROGEOLOGIQUE Cet aquifère est constitué de deux nappes, à savoir, la nappe supérieure qui circule dans des sables et des grès fins du pliocène et repose sur unn substratum marneux sableux, et la nappe inférieure qui circule dans des formations biocalcarénites, des grès et des sables duu Tortonien supérieur. III. CONTEXTE GEOLOGIQUE Le complexe de Charf El Akab est constitué d unee série détritique (d âge s échelonnant entre le Tortonien et le Pliocène) ), déposée sur l unité imperméable de Tanger. Les différents faciès lithologiques contenus dans cette unité permettentt de distinguer les trois formations principales suivantes : Formation inférieure : Elle affleure au niveau de la partie sud de Charf El Akab. Son âge est attribué a au Toartien supérieur. Son épaisseur varie entre 0 et 250 m et peut dépasser localement 340 m. Formation intermédiaire : Cette formation, d âge Messinien, Elle affleuree au niveau de la limite NE N de la formation inférieure. Son substratum s enfoncevers le Nord où il atteint laa cote de 250 m N.G.M. L épaisseur L dee cette formation varie entre 0 et 150 m. Formation supérieure : Cette formation, d âge probablement pliocène, occupe pratiquement toutee la partie centrale et Nord du bassin de Charf El Akab. Son épaisseur varie entre 0 et 150 m et peut atteindre localement 180 m. Figure 2 Schéma de la subdivision du système aquifère de Charf C El Akabb (Loubani, 1990). IV. CONTEXTE CLIMATIQUE La situation du bassin de Tangérois dans le NW du Royaume, lui confère des conditions climatologiques particulières typiques de l'extrême Ouest de la Méditerranée. 282

3 Le climat est humide et doux de type marin, méditerranéenne et atlantique, avec des vents d' 'Est. bénéficiant de la double influence maritime V.UTILISATION DES SIG DANS L ETUDE DU SYSTEMEE AQUIFEREE Une base de données pré établie a été complétée avec un SIG qui représente la basee principale de toute la suite de l étude afin de permettre une bonne visualisation et interprétation des données. Le logiciel arcmap a permis de générer différentes cartes : Carte de délimitation du système aquifère dee charf el Akab. Carte de délimitation des différentes nappess (supérieure, intermédiaire et inferieure) du système. Carte d implantationn des points d eau disponibles dans la zone d étude. Carte de superposition des différentes couches. La carte ci dessous montre l allure des différentes couches superposées : Figure 3 Carte de superposition des différentes couches c élaborées 283

4 «Les eaux souterraines : hydrologie dynamique et chimique, recherche, exploitation et évaluation des ressources. Quoi de neuf?» Bordeaux 30 mai 2 juin 2013 VI. IDENTIFICATION DES BESOINS EN EAU Le tableau 1 consigne les prévisions sur la demande en eau de la zone alimentée à partir de la station élévatoire de Charf El Akab jusqu à l horizon 2030 (en millions de m 3 /an) : dduction Centre Besoins en eau potable de pointe en l/s Années TANGER ASSILAH TNINE S. YAMANI DAR CHAOUI et JBEL LAHBIB Pôles urbains (Ksar Majaz et Melloussa) Total Urbain Date de saturation COMPLEXES TOURISTIQUES TANGER ZONES INDUSTRIELLES Total Rural Total Ressources actuelles en l/s Ressources à équiper en l/s Total Ressources en l/s Déficit en l/s Tableau 1: Les prévisions sur la demande en eau de la zone alimentée à partir de la station élévatoire de Charf El Akab jusqu à l horizon A l horizon 2030, en période de fréquentation de pointe, le bilan ressource / besoins estimé est déficitaire de l/s, et Il y a lieu de souligner que la nappe Charf El Akab n est plus réalimentée actuellement, ce qui fait qu on puise dans les réserves de la nappe qui ne sont pas éternelles. La comparaison entre la demande et la disponibilité des eaux, montre que la ressource actuelle couvre les besoins de la demande jusqu en l an 2010, d où l intérêt de mener des études susceptibles de pouvoir dégager d éventuels point d eau. 284

5 VII. RECONNAISSANCE HYDROGEOLOGIQUE Les coupes lithologiques ont étéé traitées moyennant le logiciel rockworks après saisie des lithologiques et reconnaissance du niveau aquifère pour quelques foragess profonds, distinguer les différentes formations au niveau de chaque coupe. données afin de La première coupe A est réalisée à partir de l analyse des formations géologiques de huit forages portant le n IRE : 512/1, 740/1, 29/1, 741/1,, 25/1, 28/1, 860/1, 863/ /1. Figure 4 coupe lithologique A générée par le logiciel rockworks. La coupe B décrit la lithologie des six foragess : 532/1, 22/ /1, 23/1, 848/1, 680/1, 715/1. Figure 5 coupe lithologique B générée par lee logiciel rockworks. 285

6 L analyse des deux coupes suggère les conclusions suivantes : La formation inférieure ( 150m à 200m) et qui représente le corps de d la nappe profonde se distingue par une granulométrie grossière et elle est formée en général par des sables grossiers et des grés. La formation intermédiaire ( 50 à 150) estt distinguée par le développement du faciès calcaire, en général elle est formée des sables des grés, des argiles sableuses et des d sables argileux. La formation supérieure ( 50m à 0 m), qui correspond à la nappe phréatique est distinguée par sa granulométrie fine, elle est formée en général par des grès et des argiles voir dess conglomérats. La coupe C décrit la lithologie des troiss forages : 846/1, 26/1 et 27/1. Figure 6 Coupe lithologique C générée par le logiciel rockworks. La base de cette série sédimentaire est dominée par des sables et des grés,, ces sédiments sont caractérisés par une grande hétérogénéité, une granulométrie grossière, Au milieu de la série se développe un faciès à dominance marneuse. Il est constitué dans la plus part de son étendue par des marnes. Le sommet de la série est constitué par des sédiments fins, riche en sables s et grès fins. Le développement du faciès marneux constitue le principal caractère distinctif de cette coupe par rapport aux deux autres coupes.. Cette couche constituee un écran d étanchéitéé entre la nappe profonde et la nappe phréatique. L épaisseur de cette formation varie entre 125 et 135m. VIII.RECONNASSANCE GEOPHYSIQUE Les informations fournies parr les diagraphies devraient permettre aux hydrogéologues, par comparaison avec les données générées par les coupes lithologiques et les caractéristiques hydrodynamiques des forages déjà effectués, de définir les zones d intérêt pour l implantation de nouveaux forages d eau. L objectif proposé à la géophysique était : De suivre l évolution du système aquifère. 286

7 De faire ressortir les zones favorables à d éventuels forages (présence éventuelle des couches résistantes pouvant représenter des aquifères potentiels). Cette reconnaissance a été établie moyennant des diagraphies. Après avoir traité les données des diagraphies avec le logiciel rockworks, onn a pu obtenirr la coupe ci dessous : Figure 7 Coupe générée à l aide du logiciel rockworks à partir des diagraphiess des forages. IX.RESULTATS L étude hydrogéologique a permis d identifier les formations aquifères suivantess : Une nappe inférieure où les eaux circulent généralement dans une matrice constituée de grès et de sables. Une nappe supérieure où les eaux circulentt dans une matrice composée de calcarénites, de grès et de sables. La présence de quelques intercalationss argilo marneuse qui représentent les formations imperméables. L étude géophysique a permis d identifier les formations aquifères suivantes : Des formations supérieures résistantes que l on peut attribuer à des calcarénites et des formations inférieures qui peuvent correspondre à des sables ou des grès. Ces deux matrices (la formation inférieuree et la formation supérieure) correspondent aux zones d intérêtt hydrogéologique, où l on suggère l implantationn de nouveaux forages d eau. X.CONCLUSION Le bassin de Charf El Akab est un bassin fermé sans réseau hydrographique, il s étend sur une superficie de 17 km 2 et n ayant pas d échanges avec les autres avoisinants. Il renferme l aquifère important de laa zone du Tangérois. Cependant le bassin reste toujours menacé d une exploitation excessive de ses ressources. Les débits apportés par les forages réalisés par l ONEP peuvent satisfaire une u bonne partie des besoins en eau de la région. Les informations fournies par la prospectionn électrique devraient permettre auxx hydrogéologues, par comparaison avec les données générées par les coupes lithologiques et les caractéristiques hydrodynamiques des forages déjà effectués, de définir les zones d intérêt pour l implantationn de nouveauxx forages d eau. 287

8 «Les eaux souterraines : hydrologie dynamique et chimique, recherche, exploitation et évaluation des ressources. Quoi de neuf?» Bordeaux 30 mai 2 juin 2013 L étude a permis d identifier les formations aquifères suivantes : Une nappe supérieure où les eaux circulent dans une matrice constituée de grès et de sables. Une nappe inférieure où les eaux circulent dans une matrice composée des calcarénites, des grès et des sables grossiers. En se basant sur l étude réalisée et d après tout ce qui précède, on peut avoir comme recommandations : D approfondir les études dans les unités hydrogéologiques mal connues pour détecter l existence d éventuelles nappes profondes. D Uniformiser les fiches techniques des captages selon un modèle numérique englobant toutes les informations référant au système aquifère de Charf El Akab. D étudier la vulnérabilité des nappes, notamment superficielles qui sont menacées par la pollution. De transférer l eau des unités connaissant un excès hydraulique vers les unités dépourvues de nappes exploitables. Références bibliographiques [1] PDAIRE de l agence du bassin hydraulique du LOUKKOS. [2] Lithologie et diagraphies des forages du système aquifère de Charf El Akab consultés auprès du secrétariat d état chargé de l eau et de l environnement et d l ONEP. [3] Thèse de Loubani,

MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES

MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple - Un But - Une Foi =========================================================================== MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES Bamako

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010

Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010 Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010 Rencontre technique sur la réponse sismique des sols, Lamentin - Guadeloupe A. Roullé D. Bertil J.M. Mompelat Le séisme

Plus en détail

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Résumé PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Nous avons effectué une campagne géophysique en juillet 1999, dans la région

Plus en détail

Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques?

Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques? Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques? Alain Rorive, Nicolas Dupont Université de Mons Faculté Polytechnique - Service de Géologie Fondamentale et Appliquée 1 Quels risques de pollution

Plus en détail

BRGM rintriprisi AU IfRVICI Dl LA TIBSI &P *P & Aquifère du Cénomanien d'indre-et-loire Modélisation mathématique

BRGM rintriprisi AU IfRVICI Dl LA TIBSI &P *P & Aquifère du Cénomanien d'indre-et-loire Modélisation mathématique Ministère de l'industrie, des Postes et Télécommunications et du Commerce extérieur.#' &P *P & Aquifère du Cénomanien d'indre-et-loire Modélisation mathématique Changement de logiciel de calcul : octobre

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Quelques documents pour illustrer le cours d'hydrogéologie générale Réservoir Temps de renouvellement (Jacques, 1996) Temps de renouvellement (Gleick,

Plus en détail

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES EVALUATION DE LA POLLUTION ET DE LA VULNERABILITE DES AQUIFERES DES GRANDES CI TES

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 105 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc?

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Au cours de la dernière décennie, la politique des grands chantiers initiée et conduite par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que dieu l assiste a permis de développer

Plus en détail

L AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS. En bref

L AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS. En bref ROYAUME DU MAROC -------0-0-0------ AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS L AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Adresse: Av.Al Massira,B.P: 616 Tétouan T Maroc Tél: : 0539 99 45 67-0539 99 45 42

Plus en détail

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Etude prévisionnelle de l'influence d'un captage sur la nappe du Cénomanien par simulation mathématique Etude réalisée dans le

Plus en détail

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME Sano Khokana Népal S.A.R.L GEOGEOPHY Jean-Marc Ragot FONDATION SOGREAH Les Taureaux Nord RAPPORT 10/03/686 26300 Besayes Mars 2010 Tel/Fax/rep

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE.

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE CRDA DE KEBILI CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. LE PROJET DE DESSALEMENT DE L EAU PAR L ÉNERGIE

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier

Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier Lorienne Thüler Mai 2011 1. Introduction But: Développer une méthode pour caractériser des zones

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6(X)9-45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01 DEPARTEMENT DE LA CHARENTE CARTE DE VULNERABILITE

Plus en détail

ELABORATION D UNE BASE DE DONNÉES ET UN SIG

ELABORATION D UNE BASE DE DONNÉES ET UN SIG Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Atelier sur les systèmes de gestion de l information des ABHs et du Département de l Eau du MEMEE Rabat, 9-10 Mai 2012 ELABORATION D UNE

Plus en détail

ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA ZERGUA

ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA ZERGUA First International Conference on saltwater Intrusion and Coastal Aquifers- Monitoring, Modeling, and Management. Essaouira, Morocco, April 23-25,21 ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA

Plus en détail

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012 Ville de Clermont-Ferrand Gestion de la ressource en eau potable Journée technique 02.02.2012 Plan Le circuit de l eau à Clermont-Ferrand Ouvrages de production d eau Sources et réservoirs L Usine Elévatoire

Plus en détail

Réprésentation géologique du sous-sol: des données au modèle 3D L exemple de la région pointoise

Réprésentation géologique du sous-sol: des données au modèle 3D L exemple de la région pointoise Semaine Sismik / Rencontre technique sur la réponse sismique des sols Médiathèque du Lamentin Novembre 2011 Réprésentation géologique du sous-sol: des données au modèle 3D L exemple de la région pointoise

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations (ANTEA - Thierry PIRRION) 1 Sommaire 1.

Plus en détail

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES LISTE DES RÉFÉRENCES (Dernière mise à jour : 12/02/2013) SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES IDEES-EAUX - AGENCE DE LA DRÔME - Depuis 2010 CHATUZANGE LE GOUBET (26) ONYX SANET : Réalisation

Plus en détail

Voir Figure 5 : situation de la carrière par rapport aux eaux superficielles (ci-après)

Voir Figure 5 : situation de la carrière par rapport aux eaux superficielles (ci-après) Dossier de demande d autorisation d exploiter une carrière GRAVALOIRE CARRIERES Carrière de la Vallée résumé non technique du projet Indice 3 P. 11 sur 38 La majorité des eaux ruisselant sur le site aboutissent,

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations

Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations Elisabeth Macé (1) (1) Vendée Eau elisabeth.mace@vendee-eau.fr En 2000, Vendée Eau a réalisé

Plus en détail

ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, MADAGASCAR

ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, MADAGASCAR ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, Résumé MADAGASCAR Rajaomahefasoa R.E 1, Rakotondramano H S 1, Andriamirado L.C 1,2, Rasolomanana E.H

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

Les informations géologiques et géotechniques au Grand-Duché de Luxembourg

Les informations géologiques et géotechniques au Grand-Duché de Luxembourg Les informations géologiques et géotechniques au Grand-Duché de Luxembourg R.Colbach Service géologique du Luxembourg Introduction Documents / données cartographiques disponibles Banques de données /SIG

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF Dossier de Déclaration et de Mise en Place d un Assainissement Non Collectif De Type : Fosse Toutes Eaux avec Epandage souterrain en sol naturel A ETABLIR

Plus en détail

Ressources en eau souterraines au Sahara Algérien

Ressources en eau souterraines au Sahara Algérien Ressources en eau souterraines au Sahara Algérien Gestion et impact sur le milieu SOMMAIRE Présentation de l agence Sahara Informations générales sur le Sahara Ressources en eau superficielles et souterraines

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

Association pour les Sciences de la Terre, l Environnement et la Recherche Association Loi 1901. 73, rue Jean-Jacques Frugier - 91 200 ATHIS-MONS

Association pour les Sciences de la Terre, l Environnement et la Recherche Association Loi 1901. 73, rue Jean-Jacques Frugier - 91 200 ATHIS-MONS 1 Association pour les Sciences de la Terre, l Environnement et la Recherche Association Loi 1901 73, rue Jean-Jacques Frugier - 91 200 ATHIS-MONS ASTER 7-6-1 EXPERTISE DU DOSSIER CONCERNANT LA RÉALISATION

Plus en détail

Présentation : A. A. TOSSA

Présentation : A. A. TOSSA LA BANQUE DE DONNEES INTEGREE (BDI) DE LA DIRECTION GENERALE DE L HYDRAULIQUE Un Outil pour la Gestion des ressources en eau Présentation : A. A. TOSSA 1- Le Service de la Banque de Données Intégrée (SBDI)

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Comment mener à bien un projet de géothermie? De l importance de la collaboration entre bureau d études et entreprise spécialisée

Comment mener à bien un projet de géothermie? De l importance de la collaboration entre bureau d études et entreprise spécialisée Comment mener à bien un projet de géothermie? De l importance de la collaboration entre bureau d études et entreprise spécialisée 17 Novembre 2015 Bureau d études écorce Constance UYTTEBROUCK Entreprise

Plus en détail

LES TACHES D UN GEOLOGUE PROFESSIONNEL 1

LES TACHES D UN GEOLOGUE PROFESSIONNEL 1 LES TACHES D UN GEOLOGUE PROFESSIONNEL 1 Déclaration de National Association of State Boards Of Geology National Association of State Boards Of Geology (ASBOG) est une organisation à but non lucratif regroupant

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface Université de Paris Sud - Bât 504 & 509 91405 ORSAY Cedex, France Prospection géophysique sur le site potentiel d'un C.E.T. Imagerie

Plus en détail

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E.

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E. Direction de la cohésion sociale et du développement durable ------- Bureau de l environnement et du développement durable ------- GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

L eau sur la Terre. 5. Les ressources en eau. 1. Eau salée, eau gelée, eau douce. Chapitre

L eau sur la Terre. 5. Les ressources en eau. 1. Eau salée, eau gelée, eau douce. Chapitre 5. Les ressources en eau La totalité de l eau présente sur la Terre forme ce que l on appelle l hydrosphère. Son volume total est estimé à 400 millions de km 3. Ce volume paraît considérable : il correspond

Plus en détail

Traçages et limites des bassins versants : exemple du système des Trois Fontaines (Loiret)

Traçages et limites des bassins versants : exemple du système des Trois Fontaines (Loiret) Traçages et limites des bassins versants : exemple du système des Trois Fontaines (Loiret) Bruno LECLERC Géo-Hyd Parc du Moulin, 101, rue Jacques Charles 45160 Olivet bruno.leclerc@geo-hyd.com I. INTRODUCTION

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Rejoignez-nous sur @CarrefourEau et débattez sur #CGLE16

Rejoignez-nous sur @CarrefourEau et débattez sur #CGLE16 Rejoignez-nous sur @CarrefourEau et débattez sur #CGLE16 Organisé par En partenariat avec «Quels effets des programmes de restauration des zones humides sur l état des eaux?» Laurent VIENNE Chargé de mission

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

Synthèse sur les études et travaux

Synthèse sur les études et travaux Photo du forage de Le Castel (S2) D.D.A.F. de la Manche Service des équipements publics ruraux Hydrogéologie ressources en eau Synthèse sur les études et travaux De nombreux programmes de recherche hydrogéologique,

Plus en détail

Caractéristiques du projet Installateur (si connu)

Caractéristiques du projet Installateur (si connu) Communauté de Communes de la Côte des Isles Service Public d Assainissement Non Collectif 15 rue de Becqueret 50270 BARNEVILLE CARTERET Tél : 02 33 95 96 70 ; Fax : 02 33 95 96 71 site internet : www.cotedesisles.com

Plus en détail

Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne

Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne Ressources naturelles : l eau Impact des boues de STEP (épandue) sur la qualité de l eau : des mesures au préalable

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal CETE de Lyon DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot Page 1/16 Introduction

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne Bassin Adour-Garonne : 116 000 km² (21% du territoire national métropolitain) Population concernée : 7 millions d habitants Les grands axes du programme

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

La prévention et la gestion des risques au Maroc. Par Amal Lemsioui Rabat du 07 au 09 février 2012

La prévention et la gestion des risques au Maroc. Par Amal Lemsioui Rabat du 07 au 09 février 2012 La prévention et la gestion des risques au Maroc Par Amal Lemsioui Rabat du 07 au 09 février 2012 Introduction Le Maroc est exposé aux phénomènes climatiques, météorologiques, géologiques ou biologiques:

Plus en détail

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB)

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) REPUBLIQUE DU BENIN -------------------- MINISTERE DE L ENERGIE, DES RECHERCHES PETROLIERES ET MINIERES, DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES -------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Qu est-ce qu une étude BAC?

Qu est-ce qu une étude BAC? Qu est-ce qu une étude BAC? Réglementation Définition du BAC Objectifs de l étude Etapes de réalisation de l étude Leviers de réussite Arnaud HÉBERT Chargé d opérations «Collectivités et Industrie» Direction

Plus en détail

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Ce document et proposé aux particuliers par le Conseil Général de la Manche afin de les guider dans la réalisation

Plus en détail

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch GEothermie 2020 La géothermie c est quoi? Plus de 99% du volume terrestre présente une température de plus de

Plus en détail

Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques

Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques Note technique NT EAU 2004/18 juin 2004 Dominique THIÉRY Synthèse Dans le code de calcul MARTHE il est possible de choisir parmi

Plus en détail

Champ de l Etude - SCOPING

Champ de l Etude - SCOPING Cadrage 1 Champ de l Etude - SCOPING Les principes directeurs de la phase de définition du champ de l étude la définition du champ de l étude n est pas une simple activité la définition du champ de l étude

Plus en détail

Formation appliquée aux missions d'expertises sinistres PLAN DE FORMATION

Formation appliquée aux missions d'expertises sinistres PLAN DE FORMATION mail: d2geo@yahoo.fr Page 1/6 PLAN DE FORMATION Formation réalisée en deux partie distinctes Durée totale de la formation 2 jours Présentation Cette première partie est enseignée en trois modules: a) Notions

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

Perspectives d indemnisation du tréfonds en tissu urbain

Perspectives d indemnisation du tréfonds en tissu urbain 1 EXTRAIT DE LA COMMUNICATION DU 13/11/2013 DANS LE CADRE DE LA FORMATION DES AVOCATS DU BARREAU DU VAL DE MARNE Perspectives d indemnisation du tréfonds en tissu urbain A l heure où d aucuns «planchent»

Plus en détail

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées 1 Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées Rappel réglementaire Le décret 2007-1213 du 10 août 2007, relatif aux schémas d'aménagement et de

Plus en détail

PLAN INTRODUCTION ETUDES DEJA REALISEES BASSIN CIBLE CONCLUSION. Situation géographique et contexte général Objectifs et Résultats

PLAN INTRODUCTION ETUDES DEJA REALISEES BASSIN CIBLE CONCLUSION. Situation géographique et contexte général Objectifs et Résultats PLAN INTRODUCTION ETUDES DEJA REALISEES Situation géographique et contexte général Objectifs et Résultats BASSIN CIBLE Approche Echantillonnage CONCLUSION INTRODUCTION Le bassin de l Iullemeden (Iullemeden-Taoudeni)

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE D'ETUDES POUR LA GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU DU DEPARTEMENT DE LA GIRONDE

SYNDICAT MIXTE D'ETUDES POUR LA GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU DU DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Etude des possibilités de déplacement vers le Nord-Est de prélèvements effectués pour l'alimentation en eau potable dans la nappe de l'eocène au droit de la vallée de l'isle SYNTHESE DE L'ÉTUDE REALISEE

Plus en détail

Présentation synthétique de la BDEA

Présentation synthétique de la BDEA Présentation synthétique de la BDEA Rakotondrainibe Herivelo-Avril 2011 1. Présentation générale La Bdea est un outil informatique pour le stockage puis le partage avec tous les acteurs du secteur Eau,

Plus en détail

Isotopie et ressources en eau en zone aride et semi-aride, Exemple du bassin de Meskala-Kourimat (Maroc)

Isotopie et ressources en eau en zone aride et semi-aride, Exemple du bassin de Meskala-Kourimat (Maroc) First International Conference on Saltwater Intrusion and Coastal Aquifers Monitoring, Modeling, and Management. Essaouira, Morocco, April 23 25, 2001 Isotopie et ressources en eau en zone aride et semi-aride,

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE I SITUATION ADMINISTRATIVE La commune de MEAUX est autonome pour l alimentation en eau potable. L exploitation de l usine de production et du réseau de distribution s

Plus en détail

FICHE D ORIENTATION SRCAE RHÔNE ALPES

FICHE D ORIENTATION SRCAE RHÔNE ALPES Thème : Géothermie PAC réversibles et thermofrigopompes Titre : Favoriser les systèmes de production énergétique par géothermie réverversibles (production de chaud et de froid alternativement) ou les thermofrigopompes

Plus en détail

Règlement prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) CA GROBEC11 sept. 2014 Andréanne Paris

Règlement prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) CA GROBEC11 sept. 2014 Andréanne Paris Règlement prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) CA GROBEC11 sept. 2014 Andréanne Paris Plan de présentation Mise en contexte (Walkerton, Mégantic) Grandes lignes du RPEP Catégories Aire de protection

Plus en détail

BRGM L'tNTIEMMSE AU SEIVICE DE LA TEME

BRGM L'tNTIEMMSE AU SEIVICE DE LA TEME BRGM L'tNTIEMMSE AU SEIVICE DE LA TEME SOCIETE S I C N ANNECY (Hte Savoie) CONTROLE DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES. REALISATION DU PIEZOMETRE P 1. R 33122 RHA 4S/91 juillet 1991 Par Ph. DUBOEUF BRGM

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Plan de Communication Opérationnel de l Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos 1 PLAN 1. Analyse de l environnement 2. l environnement externe

Plus en détail

6.2 Le pôle du Nord-ouest

6.2 Le pôle du Nord-ouest LA STRATEGIE PORTUAIRE DU MAROC A L HORIZON 2030 6.2 Le pôle du Nord-ouest La valorisation des atouts de Tanger-Ville fait émerger de nouvelles vocations pour ce port plus en harmonie avec les qualités

Plus en détail

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Tanger, le 24 Mai 2011 CONTEXTE

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 556a Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord RÉSUMÉ& LeCentredesantéetdeServicesSociauxdeQuébec5Norddoitpériodiquementréévaluerses priorités d action et champs

Plus en détail

Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe

Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe La nappe des sables astiens dans l Hérault Mise en œuvre d un nouveau contrat de nappe 2004-2008 La nappe des sables astiens dans l Hérault 450 km2 plus de 700 forages (de 30 à 120 m de profondeur) 4 millions

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011 Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA Octobre 2011 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DE SOUSS MASSA ET DRAA AVENUE PRINCE MOULAY ABDELLAH - VILLE NOUVELLE - BP 432 - AGADIR Secrétariat/ 05-28-84-25-51*Standard/

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie

Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie TOURNEBIZE Julien, CLEMENT Rémi, GUERIN Alain, ANSART Patrick, CHAUMONT Cédric, MOREAU Sylvain,

Plus en détail