orizons ANGOISSES:comment on peut les soigner

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "orizons ANGOISSES:comment on peut les soigner"

Transcription

1 LE MAGAZINE SUISSE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE N 74, septembre 2007 orizons ANGOISSES:comment on peut les soigner FONTE DES GLACIERS: son impact sur le château d eau des Alpes ALIMENTATION: des mets adaptés aux besoins de chacun CARTE EN RELIEF: elle a changé le regard sur la Suisse

2 éditorial Comment se construit la santé mentale? Les troubles anxieux constituent, après la dépression, la deuxième cause de maladie psychique dans les pays industrialisés. Une femme sur quatre et un homme sur sept en souffre au moins une fois dans sa vie, des chiffres qui sont en hausse. La thérapie comportementale et cognitive permet de bien traiter cette affection sur le long terme, mais en Suisse, on y recourt beaucoup trop rarement, en dépit d une importante densité de psychologues, comme le montre le dossier de cette édition. Le premier problème, c est que la Suisse ne compte que peu de thérapeutes comportementalistes. L autre problème, c est la maladie en tant que telle: on en sait encore trop peu sur ses mécanismes et ses causes pour la prévenir. Ces dernières années, certaines découvertes ont été faites sur les comportements et les conditions qui favorisent la chronicisation des troubles anxieux. On a en revanche accordé encore peu d importance aux facteurs favorisant la santé et susceptibles d avoir une action préventive. Par ailleurs, les études menées jusqu ici ne sont que des instantanés qui ne permettent pas encore de dire si, par exemple, le déficit en neurotransmetteurs dans le cerveau est une cause ou une conséquence de cette affection. On ignore également si les troubles anxieux ont un rapport avec les dépressions et les dépendances. Souvent, en effet, les personnes souffrant de troubles anxieux sont aussi dépressives et toxicodépendantes (médicaments, alcool, drogues). Les études longitudinales qui accompagnent un groupe de personnes sur une longue période représentent l instrument le plus approprié pour examiner ces questions. Le Pôle de recherche national Sesam (Swiss etiological study of adjustment and mental health) aimerait y recourir pour étudier le bon développement psychique de l être humain. La commission d éthique des deux Bâles a donné cet été l autorisation nécessaire à l étude centrale qui sera menée à Bâle. Dès le mois d octobre, des chercheurs demanderont à des femmes enceintes prises en charge à la maternité de l Hôpital universitaire de Bâle leur accord pour qu elles participent à Sesam avec leur famille. J espère qu elles seront aussi nombreuses que possible à s enthousiasmer pour ce projet. Afin qu à l avenir moins de personnes souffrent d angoisses et de troubles mentaux. Denis Rouzaud Renate Wernli Andreas Gefe Lorsque des peurs irrépressibles nous assaillent. 20 La science descend dans l arène publique. Erika Meili Rédaction de Horizons Les effets du réchauffement climatique sur les ressources en eau dans les Alpes. 2 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

3 sommaire Photo de couverture en haut : Le pédopsychiatre Hans-Christoph Steinhausen Photo: Dominique Meienberg Photo de couverture en bas : Microstructure de la crème glacée avec des cristaux de glace et des bulles d air. Photo: EPFZ «Des préoccupations dans la population sont ainsi prises en compte.» Christian Simon, historien des sciences à propos de l impact des Programmes nationaux de recherche (PNR). Page 28 Actuel Autres thèmes 9 5 Questions-réponses «Le droit ne règle pas tous les problèmes» 6 Une protéine, deux visages Une molécule se transforme en nanocommutateur Les almanachs, journaux d antan 7 En image Des millions d énigmes au fond de l océan Austral 8 Un échantillon de l «île de stabilité» Le textile, un matériau précieux au néolithique Diabète et thérapies cellulaires: percée dans la recherche Point fort 9 Souffrir de la peur Environ une personne sur cinq souffre à un moment donné de sa vie de troubles de l anxiété. Chez les enfants, ce pourcentage est encore plus élevé. Chez certains, la panique est si forte qu ils évitent le contact avec des inconnus et refusent d aller à l école. Ces angoisses ont augmenté au cours des cinquante dernières années. Quelles sont les causes de ces troubles? Comment les prévenir et les soigner? Portrait 16 Jan Kramers: «En Afrique, il y avait beaucoup à faire» Les Pays-Bas n étaient guère intéressants et les Alpes trop pentues pour lui. Ce géologue hollandais a ainsi commencé à étudier les plus anciennes montagnes de la Terre au sud de l Afrique. Interview 14 L ivresse du regard Franz Ludwig Pfyffer a conçu au XVIIIe siècle une carte en relief qui a enchanté aussi bien les érudits qu un large public. 18 L art: une stratégie d ouverture sur le monde Au XXe siècle, les marchands d art juifs ont fortement marqué la discussion sur l art en Suisse. 20 Donner un écho à la science Depuis les années nonante, la pression du public sur la science s est renforcée. Cette dernière réagit en communiquant davantage ses résultats. Un phénomène qui influence aussi la recherche. 22 Faire de l histoire avec une souris La diplomatie suisse garde ses secrets pendant trente ans. Passé ce délai, les documents deviennent accessibles, également en ligne. 23 Savoureux et sain Des ingénieurs en technologie alimentaire de l EPFZ développent des aliments et des mets sucrés adaptés aux besoins de chacun. 26 Quel avenir pour les neiges éternelles? Une étude dans les Alpes valaisanne analyse les effets du réchauffement climatique sur les ressources en eau dans les régions alpines. 31 Compter les algues dans le Grand Nord A Umeå, en Suède, le biologiste Christian Bigler étudie des sédiments lacustres qui le renseignent sur le climat du passé. Rubriques «L impact des programmes de recherche est souvent sous-estimé» Une étude du Centre d études de la science et de la technologie a examiné l impact des PNR. Et mis en évidence leurs forces, mais aussi leurs faiblesses. 4 Opinions 4 En bref 25 Boîte à outils 32 Cartoon 33 Perspective 34 Enigmes 34 Excursion 34 Impressum 35 A lire 35 Agenda FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

4 actuel opinions Enrichissement N 73 (juin 2007) Je reçois la revue Horizons depuis plusieurs années et j aimerais vous remercier chaleureusement. Ce magazine informe de façon très claire sur les importantes prestations fournies par la Suisse et ses scientifiques pour façonner notre avenir commun. Ces informations enrichissent les cours que je donne dans une école professionnelle à Gotha en Thuringe. Et ma fille qui étudie la langue française à Leipzig attend déjà, comme moi, le prochain numéro de Horizons. Rolf Hettenhausen, Gotha (D) Imprécisions N 73 (juin 2007) J ai lu avec intérêt votre article intitulé «ITER: le soleil dans un thermos». J ai toutefois constaté quelques imprécisions. On peut ainsi lire que «Dans le soleil, c est l immense force de gravitation de l astre... qui permet à deux atomes d hydrogène modifiés, les isotopes deutérium et tritium, de fusionner pour générer des noyaux d hélium.» Ce n est pas correct. Dans le Soleil (par le cycle proton-proton), quatre protons (noyaux d hydrogène) fusionnent pour former un noyau d hélium. Dans le Soleil, il n y a pratiquement pas de deutérium ou de tritium! Dans l encadré, il est mentionné que le deutérium et le tritium sont disponibles en quantité sur Terre et que le tritium peut être généré à partir du lithium, un métal répandu dans la croûte terrestre. Cela a l air anodin, mais le tritium est un gaz radioactif qui a une demi-vie de 12,3 ans. L activation neutronique de tritium à partir du lithium contenu dans les parois d un réacteur pose un important problème de sécurité! Enfin, il aurait fallu écrire foyers et non Roland Rosenfelder, Waldshut (D) Réponse de la rédaction Le Soleil produit effectivement son énergie par le cycle protonproton. Le raccourci inadéquat a été utilisé afin d opposer le «moteur» de la fusion dans l astre (immense force de gravitation) à celui qui entrera en jeu dans ITER (une température de plasma phénoménale). Dans ITER, le tritium introduit dans le processus de fusion proviendra essentiellement de sources externes au réacteur. Les ingénieurs prévoient cependant d étudier la génération de tritium à partir du lithium contenu dans les parois du réacteur car c est ce processus qui sera appliqué sur la génération suivante de réacteur (DEMO), afin de faire fonctionner l engin en autonomie. Le tritium est bien un gaz radioactif, mais sa manipulation n est pas irréalisable. Ce gaz a déjà été utilisé dans des expériences de fusion, en 1997 notamment avec le réacteur JET. Selon les spécialistes, assurer la sécurité des futurs réacteurs de fusion ne posera pas de difficulté insurmontable. Enfin, un zéro a disparu malencontreusement dans le nombre de foyers pouvant utiliser l électricité théoriquement produite par ITER. red Votre avis nous intéresse. Ecrivez-nous avec votre adresse complète à: rédaction de Horizons, Fonds national suisse, CP 8232, 3001 Berne ou à La rédaction se réserve le droit de choisir ou de raccourcir les lettres. en bref Prix pour un pédiatre Primus-Eugen Mullis a reçu récemment à Helsinki le «ESPE Research Award», le prix le plus réputé en endocrinologie. Le lauréat est membre du Conseil de la recherche du FNS et pédiatre à l Hôpital de l Ile à Berne. Il étudie le nanisme depuis plus de vingt ans. Ce spécialiste des glandes et des hormones chez les enfants a été distingué pour sa description de certaines défaillances de l hormone de croissance qui, si elles ne sont pas soignées, engendrent de graves troubles hormonaux. Horizons sur Internet Le site Internet du Fonds national suisse a été relooké et il est possible de lire Horizons en ligne. Le magazine de la recherche a une meilleure visibilité qu auparavant et une partie de ses archives sont aussi accessibles gratuitement. Les numéros des années 1998 à 2003 sont présentés en format pdf. Pour les numéros depuis 2003, on peut consulter la revue dans son entier en format pdf ou par articles. Nouvel FNSinfo print Le nouvel FNSinfo print paraît trois fois par an. Sur six pages, il donne des informations sur la politique de recherche et d encouragement du FNS ainsi que sur ses instruments d encouragement et son organisation. Cette publication en français et en allemand s adresse aux chercheurs et au public intéressé par la formation, la recherche et l innovation. Elle est également accessible en ligne sur le site du FNS sous la rubrique «Actuel» où l on peut s y abonner. SCOPES sur CD-ROM Les informations concernant quelque 150 partenariats scientifiques en cours avec des pays d Europe de l Est et de la CEI dans le cadre de SCOPES (Scientific Co-operation between Eastern Europe and Switzerland) ont été réunies sur un CD-ROM. Divers projets et les résultats de phases antérieures de ce programme sont également présentés sur le CD-ROM qui peut être commandé gratuitement à: EURYI-Awards: succès pour la suisse Grand succès pour la place scientifique suisse. Quatre des vingt chercheurs ayant remporté cette année les EURYI Awards (European Young Investigator Awards) poursuivront leurs recherches en Suisse. Grâce à EURYI, Anastassia Ailamaki, Matthias Lütolf et Karl Gademann pourront mettre sur pied leur propre groupe de recherche à l EPFL. Gregor Rainer fera de même à l Université de Fribourg. Ce prix est doté d un million d euros en moyenne. Les EURYI Awards, un programme commun de vingt organisations européennes d encouragement de la recherche, permettent à de jeunes chercheurs de haut niveau du monde entier de poursuivre leur carrière scientifique en Europe. 4 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

5 questions-réponses «Le droit ne règle pas tous les problèmes» Les violences conjugales affectent aussi les enfants. Corinna Seith, spécialiste de la violence et des questions de genre, cherche à savoir si de telles situations peuvent être endiguées d un point de vue légal ou institutionnel. Renate Wernli Les nouvelles dispositions légales pour protéger les victimes de violences domestiques sont entrées en vigueur le 1er juillet La police peut désormais expulser une personne violente de son domicile. Que pensez-vous de ce changement? Corinna Seith: Cette modification représente un progrès important. Les victimes, dans 80 pour cent des cas des femmes, ne doivent donc plus fuir dans un centre «Ce sont désormais les auteurs de violences qui sont tenus de quitter les lieux.» d accueil pour femmes battues. Ce sont désormais les auteurs de violences qui sont tenus de quitter les lieux. Cette loi rompt avec une longue tradition patriarcale, déjà ancrée dans le droit romain, selon laquelle l homme a, à la maison, le droit de châtier sa femme et ses enfants. Un pas décisif avait déjà été franchi en 2004 lorsque la violence entre conjoints ou partenaires est devenue un délit poursuivi d office. Pourquoi cette modification s est-elle précisément imposée au début du XXIe siècle? C est tout d abord un succès du mouvement féministe et des débats que les femmes ont lancés sur la violence. Ensuite de nombreux programmes de recherche les PNR 35, 40 et 52 ont produit les bases scientifiques nécessaires à ce changement. Et troisièmement, la discussion sur la violence s est internationalisée, en partie grâce aux rapporteurs spéciaux de l ONU combattant la violence faite aux femmes. Quels sont les changements pour les enfants touchés par la violence domestique? Comme le montrent des évaluations effectuées en Allemagne, l interdiction de retour est, dans trois quarts des cas, requise contre l auteur de violence lorsque des enfants sont impliqués. Ne pas être obligés de fuir avec leur mère est très important pour les enfants qui peuvent ainsi conserver leurs habitudes quotidiennes. La nouvelle loi amène-t-elle une meilleure protection des enfants? En principe oui, mais des mesures complémentaires sont toutefois nécessaires afin que les enfants témoins et victimes de violences domestiques ne soient pas désorientés. Beaucoup d enfants surmontent Corinna Seith Corinna Seith a dirigé le projet «Les enfants et la violence domestique» dans le cadre du Programme national de recherche «L enfance, la jeunesse et les relations entre générations dans une société en mutation» (PNR 52). Elle travaille à l Institut de pédagogie de l Université de Zurich. en apparence assez bien les expériences de violence et les intègrent dans leur quotidien. Ce qui fait que souvent seuls ceux qui ont réagi fortement ont été dirigés vers un service de pédopsychiatrie et ont reçu une aide professionnelle. Il faudrait prévenir l enchaînement des troubles grâce à un soutien ciblé, comme une consultation suite à une intervention de police, ou la possibilité de faire un travail sur le vécu. L effet positif de telles mesures peut être scientifiquement démontré. Comment définissez-vous la violence domestique? Dans un sens étroit, il s agit de l exercice de la violence à l encontre de son ou (le plus souvent) de sa partenaire, au sein d un couple hétéro ou homosexuel pendant et après la relation. Et comment définissez-vous la violence? C est un vaste domaine. Il comprend la violence physique et sexuelle, mais aussi les stratégies d autorité et de contrôle psychique et économique. La nouvelle loi n englobe donc qu une petite partie de la violence effectivement exercée. Le droit ne peut pas régler tous les problèmes. C est pour cela que les services de consultation et les projets d intervention destinés à améliorer la collaboration entre institutions juridiques, policières et psychosociales sont importants. Propos recueillis par Urs Hafner FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

6 actuel Une protéine, deux visages La maladie d Alzheimer est une affection qui, dans trois quarts des cas, a des causes génétiques. Mais il n est pas possible d incriminer un seul facteur génétique. Plusieurs gènes intervenant dans le mécanisme de son évolution ont déjà été identifiés. Ce qui fait d Alzheimer une maladie dite polygénique. Une équipe de recherche dirigée par le professeur Andreas Papassotiropoulos de l Université de Bâle a récemment ajouté une nouvelle pièce à ce puzzle. En collaboration avec une équipe de chercheurs américains, ces généticiens des populations ont identifié un gène qui influence la formation des fameuses plaques de protéines qui s accumulent de manière fatale dans le cerveau des patients atteints. Ce gène, appelé LRP6, est connu depuis longtemps des chercheurs spécialisés dans le développement du cerveau. Les généticiens ont donc été d autant plus surpris par leur découverte. La protéine homonyme LRP6 joue un rôle important dans la différenciation des neurones. Il s agit en effet d une molécule de régulation, indispensable à la maturation normale du système nerveux. C est la première fois qu une relation est établie entre une protéine associée au développement cérébral normal et la maladie d Alzheimer, c est-à-dire un processus dégénératif. Cette constellation a priori déconcertante offre aussi certaines chances. Il existe des substances utilisées dans le cadre de traitements contre le cancer qui visent les LRP6. Ce qui pourrait éventuellement aussi représenter une base pour un traitement de la maladie d Alzheimer. Roland Fischer Une illustration représentant des guerriers turcs dans l almanach d Appenzell datant de Les almanachs, journaux d antan Volkskalender.ch Une molécule se transforme en nanocommutateur Activées par les chercheurs, les molécules «sautent» dans une autre position. C est le principe du commutateur visionné au moyen d un microscope à effet tunnel et signalé par des flèches. Une équipe de chercheurs de l Université de Bâle, de l Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et de l Institut Paul Scherrer (PSI) est parvenue à fabriquer un réseau de commutateurs à l échelle nanométrique. Les minuscules commutateurs sont construits à partir de molécules de porphyrine qui sont munies de groupes latéraux. Ces derniers règlent la structure des commutateurs et l ordre géométrique du réseau. Les réseaux de porphyrine peuvent être modifiés de façons diverses et pourraient s avérer utiles pour diverses applications telles que la construction de minuscules composants se comportant comme des commutateurs ou des transistors. Vaporisée sur un support en cuivre, la molécule de porphyrine forme, en s organisant ellemême, un réseau poreux qui s étend à la surface. Des pores apparaissent alors, entourés à chaque fois de six molécules de porphyrine planes. Dans certains pores, les chercheurs ont découvert des molécules hôtes de la même classe capables d adopter trois positions. L application d une tension électrique pulsée a fait sauter, autrement «commuter», les molécules hôtes dans une autre position. Cependant, la position dans laquelle le commutateur sautait n a pas pu être estimée avec précision. Cette commutation n a en outre fonctionné qu à des températures très basses de l ordre de C. Thomas Jung du PSI et ses collègues cherchent maintenant à déclencher le processus de commutation à des températures plus élevées. Ils misent pour cela sur de plus fortes interactions entre les molécules intervenantes qui doivent stabiliser le réseau de pores et la liaison de la molécule hôte à son pore. Peter Rüegg Angewandte Chemie, International Edition (2007), vol. 46, pp PSI Durant des siècles, les almanachs ont été les seuls médias imprimés qui fournissaient régulièrement des nouvelles au grand public. Outre un ou plusieurs calendriers annuels, ces brochures bon marché comportaient de nombreux articles, souvent illustrés, sur l actualité: il y était question de politique souvent étrangère et rarement nationale pour des raisons de censure, de ragots, d accidents, de météo, d événements culturels ou scientifiques. Ce n est qu à partir de la fin du XVIIIe siècle que ces parutions annuelles ont peu à peu été évincées par les journaux. «Un important aspect des almanachs en Suisse n a pratiquement pas été étudié jusqu ici : leur fonction de précurseurs des journaux», explique Alfred Messerli de l Institut de culture populaire de l Université de Zurich. Sous sa direction, Norbert Wernicke, Claudia Wehner Näff et Teresa Tschui ont analysé un bon millier d almanachs alémaniques encore conservés, du début du XVIe siècle jusqu à l an Les données peuvent être consultées en détails, tant du point de vue bibliographique qu en termes de contenu. Le mot-clé «Découverte» donne par exemple 156 résultats, classés par almanachs et par dates. De brèves descriptions de la «machine à soulever les arbres» de 1698 aux premières montgolfières en 1783 sont instructives et invitent le lecteur à aller consulter, dans les bibliothèques indiquées, les articles dans leur intégralité. Dès 2008, la banque de données sera également accessible de l extérieur sur le site Internet vo 6 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

7 en image Septuma ocotillo (Komokiacea) Septuma sp. (Komokiacea) Vanhoeffenella gaussi Des millions d énigmes au fond de l océan Austral L océan glacial Austral abrite un monde encore largement inexploré. Une équipe internationale de scientifiques vient de découvrir, dans les eaux très profondes de la mer de Weddell, 585 nouvelles espèces animales. Parmi celles-ci, nombre de foraminifères, des protozoaires (unicellulaires) qu étudie Jan Pawlowski, biologiste à l Université de Genève et coauteur d un article sur ces recherches publié dans Nature *. Certains, comme le Vanhoeffenella, ont pu être identifiés et associés à un genre précis. «On voit, au centre, la cellule et son noyau plus sombre. Ils sont protégés par une membrane transparente fixée sur un cadre de sable scintillant, commente Jan Pawlowski. Quant aux pointes, ce sont les passages par lesquels l organisme se nourrit.» D autres spécimens sont en revanche plus mystérieux: «Nous avons découvert de nombreux komoki. Très abondants dans les eaux profondes, ils mesurent entre 1 et 10 mm. Nous savons que ce sont des protistes, soit des organismes unicellulaires. Toutefois, même les analyses génétiques ne nous ont pas permis de déterminer exactement leur relation de parenté. Pour l heure, c est une énigme!» Olivier Dessibourg Edgertonia sp. (Komokiacea) Epoa sp. (Komokiacea) Lana sp. (Komokiacea) *Nature (2007), vol. 447, pp Photos: Jan Pawlowski & Béatrice Lecroq, Photomontage Studio25 Vanhoeffenella sp. FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

8 actuel Montagnes stables: plomb/uranium 100 Stabilité croissante 130 Nombre de neutrons 160 Le tableau périodique des éléments représenté sous la forme d une carte topographique. Plus une région se trouve au-dessus de la mer d instabilité et plus les noyaux d atomes sont stables. Graphique Mark Hammonds Un échantillon de l «île de stabilité» Dans le tableau périodique des éléments, la plupart des noyaux d atomes superlourds fabriqués en laboratoire forment une mer d isotopes (c est-à-dire d atomes dont le noyau présente le même nombre de protons mais un nombre différent de neutrons) qui n existent que quelques fractions de seconde. Leur instabilité fait qu ils se désintègrent par radioactivité peu après leur création. Les physiciens atomistes soupçonnent toutefois depuis longtemps l existence d une «île de stabilité» au milieu de ces noyaux superlourds. Des chercheurs suisses ont maintenant réussi, en première mondiale, à effectuer une analyse chimique d un échantillon de cette «île de stabilité». Au Centre de recherche atomique JINR à Doubna, en Russie, Heinz Gäggeler, professeur de chimie à l Université de Berne et directeur de recherche à l Institut Paul Scherrer (PSI), et Ile de stabilité: noyaux d atomes superlourds Robert Eichler, directeur de la recherche des éléments lourds du PSI, ont réussi à caractériser les propriétés chimiques de l élément 112. En bombardant en continu du plutonium avec des ions de calcium, ils ont réussi, en l espace de deux mois, à créer deux atomes d un isotope de l élément 112, en passant par un stade intermédiaire. Leur demi-vie de 4 secondes s est avérée suffisante pour procéder à des analyses chimiques. Les chercheurs ont fait passer les atomes éphémères au travers de détecteurs plaqués d or et ont ainsi pu déterminer où se déposait l élément 112. L expérience a révélé que contrairement aux attentes théoriques, ce dernier ne se comporte pas comme le radon, un gaz noble, mais plutôt comme le mercure, un métal lourd volatil. Patrick Roth Nature, vol. 447, pp (3 mai 2007) 110 Nombre de protons 120 Diabète et thérapies cellulaires: percée dans la recherche Une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques de l Institut suisse de recherche expérimentale sur le cancer (ISREC) a réussi à mettre en lumière la manière dont les cellules endocrines, qui produisent des hormones comme l insuline, sont générées dans le pancréas. Une découverte qui pourrait contribuer à de nouveaux traitements contre le diabète. Cette affection chronique pouvant entraîner des complications mortelles se développe lorsque les cellules béta du pancréas, celles qui produisent l insuline, ne sont plus capables de libérer cette hormone en quantité suffisante pour limiter le taux de sucre dans le sang. Les injections d insuline apportent une aide, mais leur efficacité est limitée. D où l idée de développer des stratégies pour restaurer les cellules produisant l insuline. Toutes les cellules endocrines du pancréas, y compris les cellules béta, sont générées à partir d une seule lignée de progéniteurs (cellules immatures) sous l impulsion du gène Neurogenin3 (Ngn3). Pour comprendre comment les cellules béta se forment, les chercheurs ont, grâce à des expériences sur des souris transgéniques, exploré les divers stades de compétence de ces progéniteurs. «Nos études ont montré qu il ne s agit pas seulement d exprimer Ngn3 pour faire des cellules béta mais qu il faut l exprimer dans les progéniteurs au bon moment, note Anne Grapin-Botton, chercheuse à l ISREC et professeure à l EPFL. Ceci devrait faciliter l identification future de la molécule capable de favoriser ces cellules et permettre peut-être de les restaurer chez des diabétiques.» mjk Developmental Cell (2007), vol. 12, pp Le textile, un matériau précieux au néolithique Les lacustres étaient d habiles tisserands, confirme une étude de Fabienne Médard sur la fabrication de textiles au néolithique. «Vers 4000 ans av. J.-C., on utilisait déjà le métier à tisser en Europe occidentale, ce qui témoigne d une remarquable faculté d abstraction, remarque cette archéologue rattachée au laboratoire de protohistoire européenne du Centre national de la recherche scientifique à Paris. Le maniement d un tel outil suppose un raisonnement mathématique complexe et une aptitude à anticiper le résultat final, portant à la fois sur le montage des fils et sur leur intrication.» Cette boursière du FNS a étudié de nombreux restes textiles mis au jour sur les sites lacustres des cantons de Zurich, Berne, Neuchâtel, Thurgovie, Zoug, Fribourg et Genève. Mais le tissage ne semble pas alors avoir pour fonction de fabriquer des vêtements. L étude des fragments révèle davantage un usage consacré au mobilier textile, aux filets de chasse, de pêche ou de portage et aux ustensiles. «Quelques textiles finement travaillés pourraient néanmoins avoir servi d accessoires vestimentaires, peut-être de prestige, notet-elle. Le soin avec lequel sont pliés certains tissus témoigne de la valeur qui leur est accordée. La fibre de lin qui les caractérise pourrait expliquer ce phénomène: elle semble effectivement connaître une utilisation choisie au néolithique, sans doute en raison de l effort de culture, de filage et de tissage qu elle nécessite.» Plus abondants, d autres fragments en liber (matière fibreuse placée sous l écorce des arbres) sont à l évidence d un usage plus ordinaire. Elisabeth Gilles Les activités de filage au néolithique sur le Plateau suisse, CNRS Editions, FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

9 point fort Souffrir de la peur Un accès de panique peut nous sauver la vie. Mais parfois l angoisse nous saisit dans les situations les plus anodines. Chez certains, elle est si forte qu elle les empêche de se présenter à un examen ou de croiser des inconnus. L origine de ces craintes irraisonnées et la manière de les endiguer suscitent encore beaucoup d interrogations. On peut néanmoins les soigner de façon efficace. Textes Erika Meili; illustrations Andreas Gefe FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

10 point fort Des syndromes divers Les troubles anxieux s expriment sous différentes formes: Anxiété généralisée: anxiété excessive, non liée à un objet ou à une situation. Le souci exagéré concernant les coups du destin appartient à cette catégorie. Trouble panique: attaque soudaine et répétée de panique sans qu il y ait un lien avec une situation dangereuse. Symptômes physiques très forts tels que palpitations cardiaques, sensation d étouffement, étourdissement. Agoraphobie: peur démesurée de se trouver au milieu d une foule, souvent associée au trouble panique. Crainte de situations dont on ne peut s échapper ou dans lesquelles on ne peut trouver de l aide. Phobie sociale: crainte de se trouver au centre de l attention des autres. Timidité à s exprimer en public ou à se trouver avec d autres par crainte du ridicule. Phobie spécifique: chaque objet ou situation peut être un déclencheur. Il y a des phobies animales (araignées, Les troubles de l anxiété handicapent fortement les personnes qui en souffrent. Et bien qu elles soient efficaces, les thérapies comportementales sont encore trop rarement appliquées. Crise de panique dans une épicerie fine Soudain, c était comme si le sol se dérobait sous mes pieds. Prise de vertige, j ai dû me retenir au comptoir. J avais peur de mourir.» C est ainsi que Michelle S. évoque sa première crise de panique, alors qu elle se trouvait dans l épicerie fine où elle travaillait lorsqu elle était étudiante. Les accès de panique se sont multipliés les jours suivants. De plus en plus de situations lui semblaient menaçantes au point qu elle a fini par ne plus oser sortir de chez elle. «J avais une peur terrible de perdre le contrôle et de faire quelque chose que je ne désirais pas. Et j avais le sentiment que tout le monde me considérait comme folle.» Troubles de l anxiété Chaque personne éprouve de la crainte. Avant un rendez-vous, une visite chez le dentiste ou un entretien d embauche. On peut être plus ou moins craintif. Mais lorsque la peur chiens, etc.), environnementales (orages, feu, etc.) ou liées à des situations (hauteurs, lieux fermés, etc.). Elles sont moins handicapantes que l agoraphobie ou la phobie sociale. Troubles obsessionnels compulsifs: idées ou images mentales involontaires qui se répètent et ne peuvent être réprimées. Cela provoque des actes compulsifs qui apaisent momentanément l anxiété mais qui font perdurer la maladie obsessionnelle. Trouble de stress post-traumatique: réaction suite à un ou plusieurs événements traumatisants (danger de mort, violence, etc.). Symptômes typiques: expérience répétée du traumatisme (flash-back) ou au contraire évitement de situations ou sujets qui pourraient réveiller les souvenirs du traumatisme, surexcitation (troubles du sommeil, tension permanente, craintivité). Source: est démesurée et permanente, qu elle diminue la qualité de vie, et qu elle pèse sur le travail ou la vie de couple, les spécialistes parlent de troubles de l anxiété. Près d un cinquième de la population (un quart des femmes et un septième des hommes) souffre au moins une fois dans sa vie de tels troubles. Lourdes conséquences Les conséquences ont été lourdes pour Michelle S. Elle a interrompu ses études et est retournée vivre chez ses parents. Grâce notamment à des anxiolytiques comme les benzodiazépines et à une psychothérapie, elle est parvenue à travailler, à voyager, à se «prendre en main». Mais son anxiété interne demeurait. «Quand j étais quelque part, je me demandais constamment où je pourrais recevoir de l aide si quelque chose m arrivait.» Ses troubles ont également provoqué l échec de son mariage. Son mari devait la conduire chaque jour au travail car elle n osait plus s aventurer seule sur la rue. «Je n étais plus capable de mener une vie autonome. Et notre relation en a souffert.» Lorsque son mari l a quittée, sa maladie s est encore aggravée. «Les angoisses ont fortement augmenté dans les sociétés industrialisées au cours des cinquante dernières années, chez les enfants encore plus que chez les adultes», explique Jürgen Margraf, psychologue à l Université de Bâle et spécialiste des troubles de l anxiété. Selon une étude menée récemment aux Etats-Unis, un enfant normal a aujourd hui un niveau d anxiété plus élevé qu un enfant hospitalisé en 10 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

11 soins psychiatriques dans les années La raison de ce changement serait notamment due à l isolement grandissant des individus il y a davantage de personnes seules et de divorces qu auparavant alors que la menace en général et la précarité économique ont nettement moins d influence. Une corrélation entre l augmentation des angoisses et le nombre plus élevé de troubles de l anxiété est pourtant difficile à mettre en évidence car les définitions se sont modifiées au cours des dernières décennies. Le modèle utilisé en psychologie pour expliquer l apparition de la maladie a également changé. Dans le passé, on évoquait des causes comme l hérédité ou le développement sexuel précoce alors qu actuellement on estime qu il y a trois types de facteurs: premièrement la vulnérabilité ou ce qu on appelle aussi fragilité, deuxièmement la survenue d un élément déclenchant et troisièmement des conditions favorisant la persistance des troubles. Vulnérabilité La vulnérabilité est la probabilité selon laquelle une personne peut souffrir d un trouble anxieux. Cette fragilité est en partie héréditaire. «Nous avons ainsi constaté que des enfants confrontés depuis très jeunes à une maladie chronique dans la famille ont un risque plus élevé de développer une crise de panique, lorsque la famille prête beaucoup d attention à la maladie ou la juge plus dangereuse qu elle ne l est en réalité», explique le psychologue. Les enfants sont fortement influencés par leurs parents. Lors de phobies spécifiques, une seule observation peut suffire: la mère part en hurlant à la vue d une araignée ou elle a une peur incontrôlée des chiens. A la vulnérabilité s ajoute un élément déclenchant. Le stress quotidien arrive en première position. Selon le chercheur, «l accumulation de multiples petits facteurs de stress quotidien pèse plus que des événements traumatiques». Le plus grave est le stress face auquel on reste désemparé. Des symptômes physiques comme des palpitations cardiaques avant un examen peuvent également déclencher une attaque de panique en ravivant par exemple le souvenir de la maladie cardiaque d un proche, faisant ainsi naître l angoisse d être soi-même atteint. «Pourtant, même si vous avez connu un problème de ce genre, cela ne signifie de loin pas qu il deviendra chronique», précise-t-il. La majorité des gens surmontent ces moments grâce à une bonne estime d euxmêmes et au soutien social de la famille et des amis. Mais l isolement compromet justement ce système de protection. Stratégies d évitement Les facteurs permettant qu une angoisse excessive devienne chronique ou se renforce sont qualifiés par le psychologue de «conditions de maintien». Le comportement d évitement en fait ainsi partie. On préfère contourner le problème plutôt que d endurer l angoisse qu il suscite. Le fait de sans cesse ruminer est également une forme d évitement qui permet de fuir d autres choses désagréables. L équilibre se situe entre des facteurs favorables ou défavorables à la santé. Le Pôle de recherche national Sesam doit justement permettre d étudier cet équilibre. Les facteurs favorables ou défavorables à la santé représentent l avenir car de nouvelles thérapies et une meilleure prévention pourront ainsi être mises en place. La psychothérapie a aujourd hui déjà développé un instrument efficace contre les troubles de l anxiété: les thérapies cognitivo-comportementales. Elles permettent d expliquer le problème au patient et lui donnent des indications pour y faire face. Ces thérapies sont en outre bien structurées et limitées dans le temps. Dans les cas de troubles anxieux, les chances de succès des thérapies comportementales FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

12 point fort Aide pour les personnes concernées Les personnes souffrant de troubles de l anxiété ainsi que leurs proches peuvent trouver des informations et de l aide sur les sites Internet de la Société suisse des troubles de l anxiété (SSA) ou de l Association d entraide pour les personnes souffrant de troubles anxieux. sont très élevées avec près de 80 pour cent de réussite.et leur effet est durable. Le seul problème est le manque de psychologues qui les appliquent, comme l a constaté le scientifique grâce à des enquêtes représentatives en Suisse. Les troubles anxieux sont également souvent traités par des antidépresseurs. Ces médicaments ont beaucoup aidé Michelle S. Après des thérapies qui ont duré des années sans apporter de résultats elle a même été hospitalisée deux fois volontairement dans une clinique psychiatrique elle s est décidée,il y a quatre ans, à prendre un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS). Depuis, elle va beaucoup mieux. Mais actuellement, on ne sait pas encore si chez les patients souffrant d anxiété, la diminution du taux du neurotransmetteur qu est la sérotonine dans le cerveau est la cause ou plutôt la conséquence des troubles anxieux. Pour mieux connaître ces troubles, il faut mener des études longitudinales avec des sujets qu on devrait suivre avant même le développement de la maladie. L utilisation de médicaments est controversée parmi les spécialistes et Jürgen Margraf est sceptique à leur égard. «Si vous considérez les études actuelles, les thérapies cognitivocomportementales devraient être le premier choix. Elles seules ont un effet durable et prouvé», estime-t-il. Les quelques données sur l efficacité à long terme des médicaments tendent à montrer qu ils n ont plus d effet thérapeutique positif si on arrête de les prendre. Les entreprises pharmaceutiques affirment volontiers que les médicaments peuvent soutenir une thérapie comportementale mais les résultats sont ici aussi contradictoires. Reste que le psychologue n est pas opposé par principe aux médicaments, surtout en Suisse où il y a trop peu de comportementalistes formés. Troubles chroniques Michelle S. a aussi suivi plusieurs thérapies comportementales. Elles l ont aidée à fonctionner au quotidien et à comprendre comment certaines pensées peuvent provoquer des angoisses. Dans la plupart des cas, elle arrive aujourd hui à désamorcer ces pensées négatives. Mais elle a continué à souffrir d accès de panique qui sont, par exemple, réapparus après le déraillement d un train dans lequel elle se trouvait. Elle raconte que seuls les ISRS lui ont permis de prendre de la distance par rapport aux images mentales négatives qu elle ne pouvait réprimer. Il est possible que ses troubles aient déjà pâti d une trop forte chronicité pour être soignés de façon durable au moyen d une thérapie comportementale. Aujourd hui, elle n a plus de crises de panique ni de sentiment général d angoisse. Il y a toutefois toujours des situations dans lesquelles la peur refait surface et l emporte. Mais elle a appris à vivre avec. Et pour elle, une chose est sûre: sa qualité de vie est bien meilleure qu il y a vingt ans quand sa maladie s est déclarée. 12 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

13 Les enfants souffrent aussi de troubles de l anxiété. La peur de la séparation peut ainsi les empêcher d aller à l école, note le pédopsychiatre zurichois Hans-Christoph Steinhausen. «Féliciter l enfant pour chaque progrès» Les enfants souffrent-ils des mêmes troubles anxieux que les adultes? Hans-Christoph Steinhausen: La manifestation d une partie de ces troubles est étroitement liée à un stade du développement. Ainsi, une des premières peurs est celle de la séparation. Au début, elle n est pas pathologique. Un petit enfant commence à pleurer lorsque sa mère s en va.a l âge de huit mois, c est normal. Mais lorsque l enfant ne veut pas aller au jardin d enfants ou à l école, il s agit d un phénomène pathologique. A l âge adulte, cette peur disparaît car le lien entre parents et enfants n est plus aussi étroit. Il y a en revanche des similitudes entre les enfants et les adultes en ce qui concerne les angoisses sociales ou les phobies des animaux, qui se manifestent indépendamment de l âge. Est-ce que les troubles anxieux sont fréquents chez les enfants? Ce sont les plus fréquents. Au milieu des années 1990, nous avons mené, dans le canton de Zurich, la seule étude épidémiologique représentative de Suisse. Le résultat a montré que 22,5 % des enfants et adolescents souffraient d un trouble psychique. La moitié, c est-à-dire 11 %, avait des troubles anxieux. Comment traite-t-on les troubles anxieux chez les enfants? Il ne faut en aucun cas éviter ce qui déclenche la peur car cela a pour effet de la maintenir. Au contraire, l exposition graduelle à la peur est l un des principes les plus importants de la thérapie moderne. Cela permet à l organisme de s habituer à cette expérience. Il est aussi important que l enfant soit dûment félicité à l occasion de chacun de ses petits progrès. C est en fait un procédé classique de la thérapie du comportement. C est toutefois le seul qui a démontré son efficacité. L offre de psychothérapies est bien sûr très vaste. Mais j estime qu il est problématique d entreprendre une longue psychanalyse ou une psychothérapie de fond lorsqu on peut aider un enfant qui souffre de troubles anxieux plus rapidement et plus efficacement. Existe-t-il des cas où il faut prescrire des médicaments aux enfants? Oui, mais seulement dans des situations exceptionnelles où une aide rapide est nécessaire et cela au moyen de médicaments appropriés. En effet, l usage des benzodiazépines, par exemple, n est pas recommandé pour des enfants ou des adolescents car ils créent une dépendance. Il est toutefois possible de prescrire des antidépresseurs comme les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) qui ont fait leur preuve et qui sont efficaces contre les troubles anxieux. Les ISRS ne peuvent-ils pas augmenter le risque de suicide chez les enfants? Cette mise en garde de l administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) date d il y a deux ans. Plus que le nombre des suicides, ce sont les pensées suicidaires qui étaient en augmentation. Entre-temps, beaucoup de recherches ont été publiées sur cette question et l on peut affirmer que ce constat était moins dû aux médicaments qu à la dépression elle-même. Que peut-il arriver si des troubles anxieux ne sont pas traités chez un enfant? Les troubles anxieux peuvent devenir chroniques. De graves peurs liées à la séparation peuvent conduire un enfant à ne plus aller à l école. Une personne agoraphobe ou souffrant de crises de panique n osera peutêtre plus sortir de chez elle et risque d être mise à l écart. Les troubles anxieux peuvent bien sûr atteindre des degrés divers, mais ils restent fondamentalement des troubles graves et très perturbants pour les personnes qui en souffrent. FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

14 L ivresse du regard Franz Ludwig Pfyffer fit involontairement acte d innovation en concevant au XVIIIe siècle une carte en relief qui allait enchanter aussi bien les érudits qu un large public. Cet officier lucernois conservateur contribua ainsi à la laïcisation et à la démocratisation du regard, bien avant l ère des vols en ballon. PAR URS HAFNER PHOTOS URS KAISER Dans la demi-obscurité, l observateur devine derrière les parois vitrées une surface ondulée brun vert faite d un matériau indéfinissable. Sur cette surface, on distingue des taches d un bleu trouble. La plus grande et la plus ramifiée d entre elles se trouve au beau milieu: c est le lac des Quatre- Cantons. Cet objet, qui repose dans le sous-sol mal éclairé du Jardin des Glaciers à Lucerne et auquel les visiteurs ne jettent qu un regard furtif, n est autre que la carte en relief de la Suisse centrale de Pfyffer, uneœuvre aux dimensions imposantes (six mètres de long et quatre de large), autrefois célèbre dans le monde entier. A l époque de sa réalisation, vers 1786, cette représentation en trois dimensions draina en effet des milliers de visiteurs, venus des quatre coins d Europe comme Goethe, Alessandro Volta ou Sophie La Roche et même des Etats-Unis d Amérique afin d admirer la perspective, spectaculaire pour l époque, qu elle offrait de la Suisse primitive. Leurs regards extasiés glissaient sur les ruisseaux et les fleuves minutieusement représentés par des cordes peintes en bleu, sur la surface brillante des lacs, sur les collines et les alpages d un vert profond, les minuscules ponts et croisées de chemins fidèlement reproduits, le rouge lumineux des toits et des clochers des villes et des villages, et surtout sur les sommets des Alpes, coiffés de blanc. Certains visiteurs racontaient même qu en contemplant ce paysage, ils ne savaient plus s ils étaient penchés sur une maquette ou se trouvaient dans la nature, la vraie. C est grâce à Andreas Bürgi, spécialiste d histoire littéraire à Zurich, qu il est aujourd hui possible d imaginer à quel point la carte en relief de Pfyffer et les 3500 kilomètres carrés qu elle reproduisait impressionnèrent ses contemporains de la seconde moitié du XVIIIe siècle. En collaboration avec une équipe de recherche interdisciplinaire formée de Madlena Cavelti Hammer, Jana Niederöst et Oscar Wüest qui ont mesuré et restauré la maquette, ce chercheur a en effet reconstitué l histoire de la construction de cet objet dans le cadre d un méticuleux travail d archives, en prenant en considération les conditions sociopolitiques de l époque, ainsi que la biographie de son créateur. Un grand novateur Le fait que Franz Ludwig Pfyffer ( ) ait consacré une bonne partie de sa vie à la réalisation d uneœuvre qui allait enthousiasmer le public érudit européen peut sembler assez paradoxal. Tout au long de son existence, ce descendant d une lignée de patriciens lucernois, officier à la Cour du roi de France et pourvoyeur de mercenaires, a en effet pris ses distances par rapport à tout ce qui évoquait, même de loin, des changements ou des réformes. Il resta parfaitement imperméable aux idéaux de la Révolution française de 1789 et aux bouleversements politiques et so- 14 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

15 Zentralbibliothek Zürich Le cœur de la Suisse en miniature. Deux photographies actuelles (à gauche et à droite) de la carte en relief de la Suisse centrale achevée en 1786 par Franz Ludwig Pfyffer ainsi qu une gravure de Balthasar Anton Dunker (au milieu). Cette dernière a été réalisée en 1777 sur la base d une partie du relief et c est sa première reproduction. ciaux qui en découlèrent pour finalement aboutir à l instauration de la République helvétique en Pfyffer fut pourtant un grand novateur. Son modèle en relief, le premier de cette dimension, contribua au siècle des Lumières à la laïcisation de la perception de l espace et à la démocratisation du regard. Depuis la Renaissance déjà, l espace n était plus séparé en sacré et en profane comme au Moyen Age. Devenu infini, il pouvait être appréhendé de manière théorique par le biais des mathématiques et de manière empirique par le champ de vision, lui-même limité par l horizon. Mais la carte en relief permettait soudain à tout un chacun de se placer dans une perspective divine audessus de la Terre, tout en élargissant son propre horizon vers l incommensurable à l état pur. En regardant d en haut, l œil expérimentait avec ivresse la conquête du monde, ceci avant la fin du XVIIIe siècle et l avènement de l ère des vols en ballon. Motifs militaires Il se peut qu en 1750, au moment où Franz Ludwig Pfyffer s attela à sa tâche, il ait également été guidé par des motifs militaires. Après tout, les reliefs topographiques réalisés jusque-là reproduisaient la plupart du temps des villes et des sites fortifiés, dans le dessein de faciliter les manœuvres des armées en cas de guerre. Mais lorsque Pfyffer échafauda le plan qui devait se révéler irréaliste par la suite de reproduire toute la Confédération en relief, le motif initial avait probablement déjà cédé la place à la passion. Et c est cette dernière qui le poussa finalement à réaliser sa maquette de la Suisse centrale. Une entreprise presque surhumaine. Durant des décennies, il parcourut à pied avec ses assistants des centaines de kilomètres pour effectuer à grande échelle d innombrables mesures, souvent contre la volonté de la population locale qui se méfiait de ce patricien «ami des Français». Ils réalisèrent également à différentes altitudes des aquarelles devant permettre par la suite de conférer une impression de naturel au relief. Sans cette passion et cet amour de la géométrie, Pfyffer n aurait sans doute jamais réussi à accomplir une telle performance d abstraction et de concrétisation à la fois: traduire de manière mathématique dans des plans les impressions et les expériences du terrain parcouru, ceci pour les restituer ensuite dans un paysage en relief, à l échelle étonnamment précise, comme l ont montré les mesures effectuées. Enfin, sans cette passion, il n aurait probablement pas été capable de passer des milliers d heures dans son atelier et de façonner cetteœuvre de bois et de cire, à partir de toutes sortes de fragments de bois, de céramique et de restes de morceaux de coton. Son paysage en relief au début, ses contemporains ne savaient pas comment désigner cette chose inouïe valut à Pfyffer une gloire internationale. Mais cette dernière s effaça déjà au tournant du XIXe siècle. Après la Révolution française, les Alpes sises au milieu d une Europe gouvernée par des princes et leurs cours décadentes cessèrent en effet d incarner les vertus de la liberté et du naturel chères à une bonne partie de l intelligentsia européenne. Au XIXe siècle, de nouveaux cartographes dévalorisèrent par ailleurs injustement son travail en le qualifiant de préscientifique et d imprécis. L impressionnant ouvrage d Andreas Bürgi offre donc à la carte en relief de Pfyffer une deuxième et brillante naissance, même si ses sommets ne scintilleront plus jamais autant qu autrefois. Andreas Bürgi, Relief der Urschweiz. Entstehung und Bedeutung des Landschaftsmodells von Franz Ludwig Pfyffer. Avec la collaboration Madlena Cavelti Hammer, Jana Niederöst, Oscar Wüest, Editions Neue Zürcher Zeitung, Zurich CHF 68. Andreas Bürgi (sous la dir.), Europa Miniature Die kulturelle Bedeutung des Reliefs, Jahrhundert. Il significato culturale die rilievi plastici, XVI-XXI secolo, Editions Neue Zürcher Zeitung, Zurich CHF 78.. FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

16 16 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

17 portrait Jan Kramers: «En Afrique, il y avait beaucoup à faire» PAR ANTOINETTE SCHWAB PHOTOS ANNETTE BOUTELLIER Les Pays-Bas ne présentaient guère d intérêt pour ce géologue originaire de ce plat pays et les Alpes étaient trop pentues pour lui. C est pourquoi il s est intéressé au sud de l Afrique, afin d y étudier les plus anciennes montagnes de la Terre. Jan Kramers est Hollandais et a su très vite qu il voulait devenir géologue. «Mais de la géologie en Hollande?» Le hasard a voulu que son père, physicien, accepte en son temps un poste auprès d Euratom, la Communauté européenne de l énergie atomique, à Varèse, au nord de l Italie. Sa famille a donc déménagé là-bas, et lui avec. Par la suite, Jan Kramers a décidé de faire ses études à Berne, à mi-chemin pour ainsi dire. «J ai bien aimé Berne et la facilité avec laquelle on pouvait se promener dans l institut et discuter avec le professeur.» Pour son travail de licence, Jan Kramers a cartographié une région du massif du Simplon, et pour sa thèse de doctorat, il s est tourné vers l étude des gisements, c est-à-dire vers l exploration de richesses minières. C est alors que l accident s est produit. Conséquence: une semaine d hôpital et une jambe en moins. Fini le travail de terrain, du moins sur les raides pentes alpines, et l exploration de gisements. Jan Kramers s est alors tourné vers la géologie isotopique. Il a commencé par étudier les diamants d Afrique du Sud. «A l époque, dans les années 1970, rappelle-t-il, c était très mal vu de se rendre là-bas.» Mais plus on l attaquait, plus il était convaincu de vouloir juger sur pièce. «Je me suis finalement retrouvé à l Université de Witwatersrand, à Johannesburg, un bastion de l opposition», souligne-t-il. C est là qu il a rencontré sa femme. Avec laquelle il a fini par quitter le pays, le climat politique lui étant devenu malgré tout pesant à la longue. Mais avec l indépendance du Zimbabwe en avril 1980, l accession au pouvoir de Mugabe et la montée d un nouvel espoir, les Kramers sont repartis pour l Afrique. Ils ont quitté leur domicile de Leeds, en Angleterre, pour Harare, où Jan Kramers a enseigné la géochimie à l université. Beaucoup d ingénieurs et de scientifiques qui refusaient de collaborer avec le nouveau gouvernement avaient en effet quitté le pays après l indépendance. Le pays avait un grand besoin de géologues miniers. «Il y avait beaucoup à faire», se souvient le chercheur qui s est alors penché sur un nouveau sujet: la naissance de la croûte continentale et ce qui était différent autrefois par rapport à aujourd hui. Le massif du Limpopo Belt, vieux de plus de deux milliards d années, et heureusement suffisamment érodé pour pouvoir être parcouru avec une prothèse, se prêtait bien à cette exploration géologique. Le géologue a aussi monté un laboratoire d analyse isotopique à Harare. Mais l inflation a fini par avoir raison des revenus de la famille. Si bien que les Kramers ont une nouvelle fois plié bagages. C est à ce moment que le hasard a voulu qu une place soit à nouveau mise au concours à Berne. Jan Kramers est arrivé en 1991 à l Institut de géologie de l Université de Berne où il dirige depuis l équipe de géologie isotopique. Il a réussi à convaincre le Fonds national suisse de s engager dans la recherche sur les anciennes formations montagneuses et a ainsi pu poursuivre son travail dans le Limpopo Belt. Nombre de ses étudiants se sont rendus entre-temps au Zimbabwe et en Afrique du Sud. Les chercheurs bernois ont identifié sur place deux formes d orogenèse, c està-dire de formation des montagnes. «L orogenèse récente, qui date de deux milliards d années, est comparable à la formation des Alpes, explique le professeur. «Sans intuition, il est difficile d esquisser des modèles géologiques.» La plus ancienne, qui date d environ 2,6 milliards d années, a connu en revanche un pic plus long et s est produite dans une croûte très chaude, avec une fusion importante dans la croûte inférieure et une énorme activité magmatique. Ce phénomène est lié au fait que dans le passé de l histoire de la Terre, la production de chaleur radioactive dans la croûte terrestre était nettement plus importante.» «Au commencement de toute recherche, poursuit-il, on a une image dans sa tête. Sans intuition, il est difficile d esquisser des modèles géologiques.» Ses domaines de recherche se sont modifiés avec le temps. Ce qui est assez typique pour un géochimiste. «Mais le noyau reste. Il faut comprendre quelque chose aux isotopes, avoir un laboratoire et pouvoir s en servir.» Il s est ensuite de plus en plus plongé dans l étude de l atmosphère, FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

18 portrait L art: une stratégie d ouverture sur le monde Au XXe siècle, les marchands d art juifs ont marqué la discussion sur l art en Suisse. Ils ont notamment contribué à la percée de l impressionnisme et du postimpressionnisme. PAR ANITA VONMONT «J ai bien aimé Berne et j ai bien aimé la facilité avec laquelle on pouvait se promener dans l institut et discuter avec le professeur.» notamment grâce aux avancées technologiques. Le laboratoire d analyse isotopique de l Université de Berne a en effet hérité, il y a neuf ans, d un des premiers spectromètres de masse à plasma d une valeur d un million de francs. Un spectromètre de masse est un instrument qui sépare les plus petits éléments, comme les isotopes, en fonction de leur masse et est capable de mesurer leur fréquence. Les isotopes sont des atomes qui forment le même élément mais sont dotés de masses différentes car ils ne possèdent pas le même nombre de neutrons. Ils sont à la base de la géologie isotopique. A la différence des spectromètres de masse conventionnels, un spectromètre de masse à plasma est capable d analyser beaucoup plus d éléments. Comme le molybdène, un élément qui n est soluble qu en liaison avec de l oxygène et qui indique à partir de quand l atmosphère a commencé à comporter de l oxygène libre, fournissant ainsi un reflet de l histoire de la vie. Jan Kramers a eu cette idée en Afrique australe. Car pour pouvoir remonter assez loin dans l histoire de la Terre, il faut des roches anciennes, comme celles que l on trouve là-bas. Jusqu à mon dernier souffle Jan Kramers souhaite aujourd hui retourner en Afrique du Sud, à Johannesburg, d où vient sa femme. «Ce pays a besoin de scientifiques», argue-t-il. A l inverse du commerce, de la finance et du droit, l Afrique du Sud a en effet connu dans le domaine des sciences naturelles et de l ingénierie un véritable «braindrain», une fuite des cerveaux. Mais son engagement n est pas complètement désintéressé. «Qu est-ce que je ferai à Berne, une fois à la retraite?» demande le jeune sexagénaire. Alors qu en Afrique, on continuera à avoir besoin de lui. «Je suis prêt à travailler jusqu à mon dernier souffle», affirme en riant le géologue barbu. En attendant, d intéressantes questions l occupent encore à Berne. L une est particulièrement brûlante: pourquoi les périodes glaciaires se sont-elles terminées? «Il doit y avoir une réponse, mais personne ne la connaît, admet-il. Du moins, pas encore!» Beaucoup de marchands d art appartiennent à des familles d origine juive. Les Moos, Bollag, Thannhauser et Rosengart étaient déjà établis en Suisse aux premières heures du commerce de l art, au début du XXe siècle. «Lorsqu elles sont arrivées ici, la plupart de ces familles venaient d Allemagne, où le commerce de l art était déjà présent avant la Première Guerre mondiale», remarque Elisabeth Eggimann Gerber, historienne de l art. Un intérêt appuyé Mais quel rôle des hommes comme Max Moos, Leon et Gustave Bollag, Toni Aktuaryus, Siegfried Rosengart ou Fritz Nathan ont-ils joué dans le débat sur l art en Suisse au XXe siècle? Et comment expliquer l intérêt appuyé des personnes d origine juive pour ce commerce? Autant de questions sur lesquelles se penche Elisabeth Eggimann Gerber dans le cadre de sa thèse de doctorat qu elle rédige à l Institut d études juives, à Bâle, avec le soutien du Programme Marie Heim-Vögtlin du FNS. Les marchands d art juifs se sont notamment fait un nom en Suisse dans la première moitié du XXe siècle grâce à leur expertise.«le marché suisse de l art, encore jeune à l époque, en a profité, mais aussi le public friand d art», souligne la chercheuse. Ces marchands ont également exercé une 18 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

19 Museum Oskar Reinhart, Winterthur 1930 et 1940, se déployer bien au-delà de Zurich. Selon l historienne de l art, leur profession aurait également permis à l époque aux marchands d art juifs de s intégrer socialement. Notamment en Suisse où, contrairement à l Allemagne, les collectionneurs comme Brown, Hahnloser, Oskar Reinhart ou Emil G. Bührle à qui ils vendaient des œuvres n étaient pas juifs. Mais il faut aussi rappeler qu au moment de l émergence du commerce de l art à la fin du XIXe siècle, lorsque les chemins de fer commencèrent à accélérer les déplacements et les riches industriels à collectionner des œuvres d art, le commerce en soi était l un des rares secteurs où les juifs avaient le droit d exercer une activité professionnelle. Le marchand d art juif Toni Aktuaryus a vendu au collectionneur Oskar Reinhart cette œuvre du peintre Giovanni Ulrico Giacometti datant de influence sur le choix desœuvres. «Au début des années 1920, poursuit-elle, ils se sont engagés en faveur des représentants de l art moderne français c est-à-dire des impressionnistes, des symbolistes, des cubistes et des fauvistes. Ils ont permis à ces orientations artistiques de percer, puis de dominer le marché de l art durant toute la première moitié du XXe siècle. Mais ils ont aussi soutenu des artistes suisses contemporains, comme Ferdinand Hodler, Cuno Amiet, Reinhold Kündig et Ernst Morgenthaler.» Une grande partie des œuvres qu ils négociaient était donc le fait d artistes issus de l avant-garde contemporaine. Or selon Elisabeth Eggimann Gerber, ce n est pas un hasard. «La plupart de ces marchands d art ne se contentaient pas de vendre des objets d art, explique-t-elle. En tant que galeristes, ils entretenaient un contact direct avec les artistes. Ils exposaient leursœuvres, informaient la presse et géraient un marché public dans leurs salons et leurs galeries.» Toni Aktuaryus, un marchand d art juif orthodoxe, connut un grand succès dans ce domaine. Quelque 150 passionnés d art de différents horizons se réunissaient dans le cadre de ses matinées dominicales pour discuter d art moderne. Et avec sa revue Galerie und Sammler (Toni Aktuaryus fut le premier galeriste de Suisse à en éditer une), il réussit à mettre sur pied une plateforme dont l impact allait, dans les années Exclusion «Le rôle social actif de fournisseurs d œuvres d art exercé par les marchands d art juifs en Suisse jusqu aux années 1950 doit également être replacé dans le contexte historique de leur exclusion», fait valoir la chercheuse. De même que leur engagement pour l art moderne français, dénué de toute tradition religieuse et synonyme de «respect de l individualité artistique, de vision du monde libérale et de liberté dans le choix des perspectives». Elle voit notamment dans l engagement des marchands d art juifs en faveur de l avant-garde française un «engagement pour une ouverture sur le monde et une stratégie pacifique contre l antisémitisme allemand». Enfin, le fait de s occuper d art aurait également représenté pour tous les marchands d art qu elle a étudiés une «fascination émotionnelle» et une sorte d élixir de vie. Cette constatation vaut sans aucun doute aujourd hui encore pour de nombreux marchands d art et galeristes, juifs et non juifs. Elisabeth Eggimann Gerber a toutefois renoncé à analyser la seconde moitié du XXe siècle d un côté «parce qu il est devenu de plus en plus difficile d avoir une vue d ensemble du marché de l art après les années 1950, et de l autre parce que, dans le quotidien urbain de la société occidentale, les différences religieuses et culturelles sont aujourd hui plus difficiles à saisir». FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE

20 Renate Wernli (2) PAR URS HAFNER Le Centre d information pour les visiteurs de l Institut Paul Scherrer avec le «Cosmic Finger». Donner un écho à la science Depuis les années nonante, la pression du public sur la science s est renforcée. Cette dernière réagit en communiquant davantage ses résultats. Un phénomène qui n est pas sans effet sur la recherche. La science et le public, ce dernier étant notamment relayé par les médias, forment deux mondes très différents et qui parfois s affrontent. La science se doit, par principe, d être en quête de vérité. Elle recherche de nouvelles connaissances de la manière la plus impartiale possible, indépendamment des intérêts personnels. Et ce que des groupes extérieurs au monde scientifique, industriels ou politiques par exemple, font des résultats n est pas son affaire. Tour d ivoire Mais le public et les médias ont souvent une compréhension limitée pour cette démarche propre à la science. Ils ne s intéressent ni à la clause de véracité ni aux voies, parfois déconcertantes ou tortueuses, du processus de recherche. Ce qu ils réclament de la science, financée par les fonds publics, ce sont souvent uniquement des faits utiles et facilement applicables dans la vie quotidienne. L image d une science inutile, élitaire et éloignée de la Efforts de communication Comment le monde scientifique réagit-il à cette pression croissante? En communiquant! Il n y a pratiquement plus aucune institution scientifique qui ne possède pas son service de communication. Ces services ont pour mandat de diffuser dans le public, via des communiqués de presse, des brochures d information ou des magazines, les résultats et les découvertes de la recherche financée par la manne publique. De tels efforts de communication sont manifestes dans le domaine des sciences naturelles, et ce avec une dimension particulière: de nombreuses institutions ont créé en leurs murs des musées, des expositions ou des espaces interactifs. La chercheuse zuriréalité s exprime pour le public dans la métaphore de la tour d ivoire. Et gare au chercheur ou à la chercheuse qui reconnaîtrait ouvertement s y sentir à l aise! La pression du public sur la science a énormément augmenté depuis le milieu des années nonante. La sociologue Priska Gisler y voit deux raisons. L une est liée à la naissance des mouvements sociaux de protestation qui réclament une plus grande participation dans toutes les affaires publiques. L autre est liée au meilleur niveau de formation d une large frange de la population pour qui la science n est plus une autorité toute-puissante. Dans sa thèse qu elle prépare au Collegium Helveticum de l Ecole polytechnique fédérale de Zurich, Priska Gisler s intéresse à la question de savoir comment les sciences réagissent à la pression croissante du public. Les sciences naturelles sont les plus concernées. Elles se trouvent en effet dans une situation différente des sciences humaines et sociales, à qui l on reproche moins d être inutiles et éloignées de la réalité et que l on soupçonne moins d être trop proches de l industrie et de menacer la vie. Lorsque des chercheurs traitent d organismes génétiquement modifiés, de cellules souches, d intelligence artificielle, de rayonnement non ionisant, de technologie nucléaire ou de nanotechnologie, ils sont étroitement surveillés par des groupes de la société civile. 20 FONDS NATIONAL SUISSE HORIZONS SEPTEMBRE 2007

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

Mise en garde 418 523-1502

Mise en garde 418 523-1502 Mise en garde Afin de compléter ce questionnaire, nous te recommandons d être accompagné d un adulte afin de pouvoir valider certaines informations. Sinon, nous t invitons à contacter les intervenants

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie

L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie Caroline Berthiaume, Ph.D. Psychologue clinicienne Coordonnatrice clinique Introduction Domaine d étude relativement

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Dossier de presse. L Anses lance son nouveau site Internet

Dossier de presse. L Anses lance son nouveau site Internet Dossier de presse L Anses lance son nouveau site Internet Diffuser-Expliquer-Partager www.anses.fr Contact presse : Elena Séité 01 49 77 27 80 elena.seite@anses.fr www.anses.fr Sommaire : L Anses lance

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

La goutte la maladie des rois

La goutte la maladie des rois La goutte la maladie des rois Tous droits protégés Pharmanetis Sàrl Tout savoir sur la goutte Comment bien gérer sa maladie? Par Van Nguyen et Xavier Gruffat (pharmaciens) Photo: Matthew Cole - Fotolia.com

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche

Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche du juillet 006 la version allemande fait foi Le Conseil des écoles polytechniques fédérales (Conseil

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World Résumé Dans le Plan d action de Madrid sur le vieillissement, 2002, 1 la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement appelait à étudier les avantages et les inconvénients de diverses conditions de

Plus en détail

Cas de discrimination déclarés en 2013

Cas de discrimination déclarés en 2013 Cas de discrimination déclarés en 2013 Total : 70 cas activité lucrative assurances sociales assurances privées droit des étrangers santé publique droit d'entrée et de séjour service militaire divers violations

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours Rapport de stage au Sénégal Par Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à Réjean Tessier Dans le cadre du cours GPL-3153 : Stage de sensibilisation interculturelle en psychologie I École de Psychologie

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

INSTITUT BVA ACTUALITÉ AVRIL 2001 LA PSYCHOTHÉRAPIE. Cette enquête est réalisée pour. et la Fédération Française de Psychothérapie

INSTITUT BVA ACTUALITÉ AVRIL 2001 LA PSYCHOTHÉRAPIE. Cette enquête est réalisée pour. et la Fédération Française de Psychothérapie INSTITUT BVA ACTUALITÉ AVRIL 2001 LA PSYCHOTHÉRAPIE Cette enquête est réalisée pour et la Fédération Française de Psychothérapie Publiée dans du mois de Mai 2001 Vous personnellement, avez-vous suivi une

Plus en détail

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Martine Danjou et Chantal Roy 31 octobre 2012 Colloque de l AQRP PARENTS- ESPOIR Soutenir

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT

PROTOCOLE DE PARTENARIAT DISPOSITIF EXPÉRIMENTAL POUR LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS MINEURS LORS D UN FÉMINICIDE OU D UN HOMICIDE AU SEIN DU COUPLE PROTOCOLE DE PARTENARIAT entre le Conseil général, via l Observatoire des violences

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

Michelle Boucher Technique de soins infirmiers Groupe 1115. L anxiété chez l enfant

Michelle Boucher Technique de soins infirmiers Groupe 1115. L anxiété chez l enfant Michelle Boucher Technique de soins infirmiers Groupe 1115 L anxiété chez l enfant Extraits du travail de session Daniel Lambert Développement de l humain 1 Département de psychologie Collège de Sherbrooke

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé de la dépendance du statut légal des substances psychoactives de la responsabilité individuelle de la protection de la

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

HOSPITALISÉS CONTRE LEUR GRÉ

HOSPITALISÉS CONTRE LEUR GRÉ La Presse+ Édition du 8 juin 2014, section ACTUALITÉS, écran 4 SANTÉ MENTALE HOSPITALISÉS CONTRE LEUR GRÉ GABRIELLE DUCHAINE LA PRESSE Les gens atteints de troubles mentaux, au Québec, sont de plus en

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Entretien de Guy Hugnet, Journaliste, Sciences & Avenir (09/12/11, 1h30 d entretien)

Entretien de Guy Hugnet, Journaliste, Sciences & Avenir (09/12/11, 1h30 d entretien) Entretien de Guy Hugnet, Journaliste, Sciences & Avenir (09/12/11, 1h30 d entretien) Comment vous êtes-vous intéressé au sujet des benzodiazépines? Guy Hugnet : Je travaille depuis très longtemps sur les

Plus en détail

S informer sur un métier

S informer sur un métier Fiche d animation Compétence A S informer sur un métier Objectif Découvrir les 7 catégories de questions qu il faut se poser pour mieux connaître les métiers. Matériel nécessaire «Quizz métiers» Collection

Plus en détail